ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La théorie de l'évènementiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
alicia78

avatar

Féminin
Lion Cheval
Nombre de messages : 13
Date de naissance : 20/08/1978
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: La théorie de l'évènementiel   Dim 10 Fév 2008, 13:25

[size=12]Bonjour,
je voudrais vous soumettre un nouveau sujet:
la théorie de l'évènementiel.
En fait, plutôt intuitive qu'intellectuelle, je compte sur vous tous pour la développer.
Les idées:

l'évènement comme diversion de l'essentiel

l'évènement comme créateur du complot par la diversion de l'essentiel

l'évènement comme focalisation sur quelque chose qui se fait passer pour l'essentiel[/size]

A vous!

En attendant de vous lire, je vous envoie mes salutations affectueuses!

Alicia
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Dim 10 Fév 2008, 15:57

Coucou Alicia,


je suis très heureux que tu sois intervenue pour présenter tes intuitions sur le forum, suite à notre conversation d'hier soir!

Ton approche événementielle apporte un éclairage dialectique fort parlant et donc très aidant. Je l'apprécie beaucoup!

Cet éclairage m'apparaît, pour ce que tu m'en as livré, comme vraiment en phase avec ma propre approche dialectique, et je vais donc tenter de formuler ce que tu proposes avec mes propres références, et des connexions éventuelles avec ma propre théorisation.

Si d'aventure ce que j'exprime en venait à trahir ton intuition, dis-le moi bien sûr (et je te connais assez pour savoir que tu n'hésiteras pas! sunny )



Bisous,

:883:

Stéphane
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Dim 10 Fév 2008, 16:50

Je crois que pour commencer, on pourrait poser les bases théoriques de cette approche, en reprenant tes expressions:


-l'évènement comme diversion de l'essentiel

Dialectiquement, j'y vois le couple Absolu(Essentiel)/Relativité(Evénement)

On pourrait probablement le définir comme la conscience d'une part, et l'objet de la conscience d'autre part.

La conscience s'établit par rapport à son objet, et cet objet est l'événement. Il y va d'un même rapport entre l'Etre et le Faire, l'Action.

Dialectiquement, l'essentiel et l'événement sont donc des polarités naturelles dont l'opposition n'est qu'apparente.

Or, le mot diversion nous suggère qu'ici on aborde la dualité, c'est-à-dire l'illusion par laquelle il y a opposition entre les deux apects.

Ce qui produit l'illusion dualiste est l'attachement de la conscience à l'événement. Si la conscience, au lieu de rester dans sa propre limite naturelle, s'investit dans le champ de l'événement, elle s'y emprisonne elle-même.

De ce fait, la conscience se réduit elle-même par la confusion qu'elle entretient avec l'événement. Et l'événementiel prend alors le sens du "sensationnel"... qu'il soit attractif ou répulsif dans son caractère confusionnel, symbiotique.

Cette façon pour la conscience de traiter l'événementiel de façon sensationnaliste est un "bruit" qui se superpose à l'harmonie de l'équanimité naturelle de conscience. Et c'est cela qui engendre l'expérience de l'illusion dualiste.

La conscience se retirant elle-même par investissement confusionnel dans l'événement, pour en faire du sensationnel, elle ouvre une brèche de conscience... tout comme la lumière ouvre une brèche en se retirant, brèche dans laquelle l'ombre se glisse inévitablement.

On en arrive alors à ta seconde phrase:

-l'évènement comme créateur du complot par la diversion de l'essentiel


En effet, l'événement sensationnalisé par la confusion de conscience crée l'ouverture dans laquelle le Complot va inévitablement s'engouffrer.

Lorsque la conscience se laisse distraire de son recul équanime par un quelconque événement, elle entre en confusion dualiste avec cet événement, et dans la brèche ouverte par cette confusion, le Complot se glisse.


La confusion entre la conscience et l'événement nous amène finalement à ta troisième expression:

-l'évènement comme focalisation sur quelque chose qui se fait passer pour l'essentiel

Parce que la conscience s'investit particulièrement dans un événement spécifique, l'événement en question se pare artificielement d'attributs propres à la conscience: l'événement est perçu comme habillé d'essentiel.

La focalisation est cet investissement de la conscience dans l'événement, masquant l'équanimité, et qui prête donc une nature absolue à ce qui est simplement relatif.

Il s'agit de la confusion entre l'Etre et le Faire, assujetissant l'un à l'autre dans une illusion dualiste.


La suite bientôt...


Bisous,

Stéphane
Revenir en haut Aller en bas
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 242
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 49
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Dim 10 Fév 2008, 19:07

Bonsoir Alicia et Sphinx,

Intéressant cette théorie de l'évènementiel. Toutefois, si on parle d'un rôle "négatif" (complot, diversion), ne doit-on pas lui attribuer un contre-poids "positif" ? (et cela dans l'esprit dialectique chère à Sphinx) dans la mesure ou l'évènement légitime aussi l'essentiel en révélant la "cause" , et en jouant un rôle de "régulateur", en nous montrant justement en quoi on l'a surinvestit d'une concience qui n'appartient pas à l'objet.
L'évènement étant la conséquence "mécanique" de cette cause, ce n'est pas lui en tel qui joue un rôle de diversion, mais plutot l'inteprétation que l'on projette sur lui. Donc une fois de plus, le seul "ennemi" est en nous même, dans notre propre mental d'ou tout émane, et qui doit apprivoiser le monde des cause, le monde "causal"...
Mais ce n'est qu'une vision parmi d'autres sans doutes...

Bonne soirée.

:787:
e
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Dim 10 Fév 2008, 21:24

Bonjour Christalain,


l'idée, en effet, n'est pas du tout de dire que l'événement n'a pas d'importance, au contraire!

Mais de comprendre que si un événement est surinvesti en conscience, alors l'importance relative des autres événements est "assombrie", et dans cette pénombre se glisse le Complot.

Le mot Complot est d'ailleurs à prendre au sens le plus large. Et finalement une autre expression pourrait être "défaut de responsabilisation", ou "défaut de présence ici et maintenant".

En réalité, l'absence de conscience, parce que surinvestie "ailleurs", est en soi la source du Complot. Car la responsabilisation est abdiquée par la conscience sur la zone assombrie. Et de ce fait, la conscience en devient responsable causalement parlant.

Il y a en effet, comme autre produit du paradoxe dialectique, le fait que la responsabilisation désamorce la responsabilité, et inversement que la déresponsabilisation enchaîne la responsabilité.

L'événement est un aspect naturel qui ne pose pas de problème en soi. Ce qui n'est pas naturel, c'est le surinvestissement dans un événement. L'événementiel naturel glisse alors vers le sensationnel. Et c'est cela qui pose problème.

L'événement peut mettre en relief la cause-en-soi de la conscience, à travers sa faculté de choix. Mais seulement si la conscience n'est pas surinvestie et donc en confusion elle-même avec l'événement, auquel cas sa faculté de choix sera mise en péril, réduite, par la confusion, le surinvestissement.

La conscience doit donc prendre conscience des événements sur un mode naturel, et donc équanime, de façon à préserver sa faculté de choix par rapport aux événements.

Donc l'ennemi est en quelque sorte en soi-même, mais le dire comme cela est probablement lapidaire et inapproprié.

Car il y a matière à nuanciation... je le développerai dans la suite...


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 242
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 49
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Dim 10 Fév 2008, 22:40

Bonsoir Sphinx,

Citation :
Donc l'ennemi est en quelque sorte en soi-même, mais le dire comme cela est probablement lapidaire et inapproprié.
Lapidaire et à préciser, sans aucun doute, "inapproprié", c'est ton point de vue. Le mien étant que chaque être humain est un modèle réduit de l'univers fractal et le contient donc à sa façon. Et selon ce point de vue, nous n'avons pas d'autres ennemis que nous même. Et nous projetons sur les êtres, sur les évènements extérieurs nos ennemis intérieurs pour justement les conscientiser, et les intégrer pour en faire "des amis".
C'est juste mon point de vue, en tout cas pour l'instant... mais si tu arrives à me convaincre de son "inappropriation", je suis prêt à en changer sans problème !

bien à toi.

:4444:
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
alicia78

avatar

Féminin
Lion Cheval
Nombre de messages : 13
Date de naissance : 20/08/1978
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Mer 13 Fév 2008, 21:46

Je suis ravie de voir vos réflexions, fort intéressantes!
Pour continuer la réflexion:

L'évènement: la conscience de la conscience

ou

la conscience de là où va la conscience

ou

la conscience du choix de l'évènement sur lequel on dirige sa conscience

et

comment la conscience du choix de l'évènement sur lequel on dirige sa conscience conduit la conscience du monde auquel on appartient.

Sans doute que je reformule déjà des éléments abordés par chacun de vous...

...notament du côté du pôle positif de l'évènementiel...

...d'ors et déjà, un tout grand merci pour vos réflexions!

Alicia
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Jeu 14 Fév 2008, 16:48

Merci Alicia!

Mais avant de poursuivre sur tes nouvelles propositions, j'aimerais compléter et développer d'avantage sur les propositions initiales, et d'abord répondre à la question de Christalain.

Je l'ai laissée mûrir en moi de sorte de pouvoir répondre de la façon que je souhaitais véritablement.


Citation :
"inapproprié", c'est ton point de vue. Le mien étant que chaque être humain est un modèle réduit de l'univers fractal et le contient donc à sa façon. Et selon ce point de vue, nous n'avons pas d'autres ennemis que nous même. Et nous projetons sur les êtres, sur les évènements extérieurs nos ennemis intérieurs pour justement les conscientiser, et les intégrer pour en faire "des amis".
C'est juste mon point de vue, en tout cas pour l'instant... mais si tu arrives à me convaincre de son "inappropriation", je suis prêt à en changer sans problème !


La dialectique, aussi rigoureuse et juste soit-elle, devient aussi un événement "sensationnel" à partir du moment où on focalise sur elle au point d'en oublier qu'elle doit conduire à la Tolérance.

La dialectique doit intégrer sa propre négation "transitoire", où alors elle ne serait plus dialectique, et elle se nierait elle-même! Car sa nature est forcément sublimée!

Par exemple, face à un enfant durement traumatisé, serait-il approprié de parler de poids karmique, de dialectique, et du fait que son "seul ennemi est en lui-même?"...?

Ce serait totalement inapproprié!!! Et même plus que ça: carrément nuisible et révoltant!

La Sagesse dialectique est donc de comprendre et ressentir que la seule vérité est celle qui est appropriée à la personne dans l'instant. Et ce paradoxe de la dialectique se relativisant elle-même est encore de la dialectique.


Amitié à toi,

Stéphane
Revenir en haut Aller en bas
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 242
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 49
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Jeu 14 Fév 2008, 18:36

Bonsoir Sphinx,

Citation :
et d'abord répondre à la question de Christalain
Je ne pense pas avoir posé de question... du moins cette fois-ci !
Citation :
La dialectique, aussi rigoureuse et juste soit-elle, devient aussi un événement "sensationnel" à partir du moment où on focalise sur elle au point d'en oublier qu'elle doit conduire à la Tolérance.
Peut-tu m'expliquer en quoi mon message est intolérant ? la tolérance ne consiste t-elle pas justement à ne pas qualifier "d'inapropriée" une idée simplement parce qu'on ne la partage pas ? Et quel rapport avec le sensationnel ?
Citation :
La dialectique doit intégrer sa propre négation "transitoire", où alors elle ne serait plus dialectique, et elle se nierait elle-même! Car sa nature est forcément sublimée!
Désolé, je ne comprend pas cette phrase...trop compliquée pour moi! je ne suis qu'un apprenti dialecticien!
Citation :
Par exemple, face à un enfant durement traumatisé, serait-il approprié de parler de poids karmique, de dialectique, et du fait que son "seul ennemi est en lui-même?"...?
Ce serait totalement inapproprié!!! Et même plus que ça: carrément nuisible et révoltant
C'est évident, mais la encore, tu exportes mon affirmation hors de son contexte qui était bien sur général. C'est comme si je te disais: "Est-il approprié de convaincre un enfant amoureux qu'il s'illusionne et qu'il n'est pas prêt de rencontrer sa flamme jummelle ?".
Citation :
La Sagesse dialectique est donc de comprendre et ressentir que la seule vérité est celle qui est appropriée à la personne dans l'instant. Et ce paradoxe de la dialectique se relativisant elle-même est encore de la dialectique
La enfin, je suis d'accord...!

Bien à toi.
:a10:
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Jeu 14 Fév 2008, 19:30

Bonsoir à toi, Christalain,


Citation :
Je ne pense pas avoir posé de question... du moins cette fois-ci !

Pas de façon directe, c'est vrai.

Citation :
mais si tu arrives à me convaincre de son "inappropriation", je suis prêt à en changer sans problème !

Ceci m'apparaît une forme d'interrogation, non? En clair: "Peux-tu me démontrer cette "inappropriation"?

C'est en tout cas la façon dont je l'ai perçu.

Citation :
Peut-tu m'expliquer en quoi mon message est intolérant ? la tolérance ne consiste t-elle pas justement à ne pas qualifier "d'inapropriée" une idée simplement parce qu'on ne la partage pas ? Et quel rapport avec le sensationnel ?

C'est en rapport avec la dernière phrase que tu comprends fort bien. Je ne veux pas dire que ton message est intolérant.

L'inappropriation provient de ce que l'application implaccable, hors contexte, de la dialectique peut détruire la personne au lieu de l'émanciper.

Citation :
Désolé, je ne comprend pas cette phrase...trop compliquée pour moi! je ne suis qu'un apprenti dialecticien!

Et bien, une vérité ne peut pas exister sans intégrer la possibilité de sa propre négation, ou alors ce ne serait pas une vérité. Une vérité est donc sublimée, c'est-à-dire qu'elle se dépasse elle-même pour s'ouvrir en totalité.

En fait, toute valeur positive exacerbée au maximum sans cette sublimation, sans cette nécessaire intégration de sa négation, se corrompt et se nie elle-même.

On peut prendre pour exemple la préservation de la vie qui mène, sans sublimation, à l'acharnement thérapeutique... qui est une négation de la vie.

Citation :
C'est évident, mais la encore, tu exportes mon affirmation hors de son contexte qui était bien sur général.

Là se niche précisément l'incompréhension entre nous, me semble-t'il?

En effet, ce que tu dis est très juste dans un contexte général, au plus "haut" niveau.

Mais sur le plan particulier des personnes, il doit y avoir "adaptation", appropriation.

Lorsque j'ai utilisé le mot "inapproprié" dans ma précédente intervention, c'est à cela que je voulais faire allusion en fait, tout simplement.



Amitié à toi,

Stéphane

:p2:
Revenir en haut Aller en bas
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 242
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 49
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Jeu 14 Fév 2008, 19:52

Re-Bonsoir sphinx,

Oui, c'est vrai, il y avait une forme implicite d'interrogation dans mon message, je le reconnais.
Citation :
En fait, toute valeur positive exacerbée au maximum sans cette sublimation, sans cette nécessaire intégration de sa négation, se corrompt et se nie elle-même
Oui, je comprend mieux là, merci.
ça me fait songer à la loi de mât: "juste de pensée, juste de parole, juste d'action - et trop de mât n'est plus mât"
Citation :
Mais sur le plan particulier des personnes, il doit y avoir "adaptation", appropriation.
Je ne peux être que d'accord bien sur, et j'aurais sans doute dû le préciser en effet. L'idée archétypale est une chose, sa manifestation dans la densité en est une autre !
Citation :
Lorsque j'ai utilisé le mot "inapproprié" dans ma précédente intervention, c'est à cela que je voulais faire allusion en fait, tout simplement.
Alors tout est parfait ! je ne vois plus d'incompréhensions entre nous !
Bonne soirée.

:90:.
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Jeu 14 Fév 2008, 20:03

Merci Christalain, car en effet, la Loi de Mâât est totalement appropriée à ce sujet!

:7777:
Revenir en haut Aller en bas
alicia78

avatar

Féminin
Lion Cheval
Nombre de messages : 13
Date de naissance : 20/08/1978
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Ven 15 Fév 2008, 20:40

Ainsi se clôtura l'évènement.....

Hihi, je n'ai pas pu résister!!

J'avais demandé une réflexion, pas un exemple pratique, mais c'est bien aussi!!

Un autre évènement:

et à moi alors, on ne répond pas?

Salutations amicales,
votre dévouée,

Alicia
Revenir en haut Aller en bas
alicia78

avatar

Féminin
Lion Cheval
Nombre de messages : 13
Date de naissance : 20/08/1978
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Jeu 21 Fév 2008, 20:27

oh?

Vous n'êtes plus là.

Je vous propose une suite pour notre réflexion:

"le corps comme réceptacle principal de l'évènementiel"

Qu'en pensez-vous?

Salutations amicales

Alicia
Revenir en haut Aller en bas
curtis

avatar

Masculin
Bélier Serpent
Nombre de messages : 28
Date de naissance : 21/03/1977
Age : 40
Localisation : Cévennes
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Ven 22 Fév 2008, 23:15

Bonjour,

En quoi la théorie de l'évènementiel peut-elle nous servir, si ce n'est à réfléchir sur notre rapport entre notre intérieur et l'extérieur ?
L'évènement né t-il d'une cause intérieure (l'observateur) ou extérieure (l'observé) ? La cause est toujours l'Esprit mais il est en tout, à l'intérieur comme à l'extérieur, il se mord la queue tel l'ourobouros.
Les physiciens se sont posés la question et se la pose toujours : lors de leurs expériences touchant à l'infiniment petit, la physique des quantas, ils se sont aperçus qu'à un certain point, ils influaient sur l'expérience par leur seule observation attentionnée. Comme si le fait même d'observer interagissait avec l'expérience. Une pensée dirigée c'est une onde d'énergie, et d'après la physique quantique, la matière est formée de particules ondulatoires, correspondant finallement à de l'énergie plus ou moins dense, plus ou moins pure (haute vibration). A partir d'une certaine fréquence, une certaine vibration, la matière devient invisible à nos yeux, autant que l'est notre pensée ! Notre pensée est une matière sur un autre plan. Mais nous appelons "matière" ce qui entre dans la plage de notre perception visuelle. Les matérialistes sont des personnes qui décident que les fréquences au-delà du perceptible n'existent pas (n'est pas cause évènementielle) ! Aberrant. Heureusement la physique quantique a jeté un pont entre deux mondes qui ne pouvaient se comprendre. Beaucoup de personnes, même les scientifiques :), commencent maintenant à intégrer que l'esprit et la matière sont de même essence.

La pensée est de l'énergie (plus ou moins pure) et la matière est de l'énergie (plus ou moins pure). La pensée et la matière résonnent sur des échelles différentes de fréquences mais elles sont liées. Le subtil influe et pénètre le grossier. L'esprit, l'énergie, est en tout, en haut comme en bas. L'effet et la cause se rejoigne. La pensée rejoint la matière, influe sur elle, comme la matière agit sur elle, par l'intermédiaire de nos réactions sensitives, émotionnelles et mentales.
Alors de quel nature est l'évènement ? Par déduction intuitive, je dirais que sa cause est toujours subtile, l'effet l'est plus ou moins selon qu'il touche notre psyché, ou notre corps (réceptacle de l'évènement, mais seulement pour un temps, car l'effet finit toujours par rejoindre la cause la plus subtile, notamment par l'intermédiaire de notre pensée).
Tout évènement prend sa source dans la Source, Cause des causes, Energie mère des énergies de l'Arc-en-ciel. Les 7 teintes symbolisant les 7 vibrations de l'Energie. Elles sont autant de notes de musique dans la symphonie. L'évènement est propre à l'accorder ou la désaccorder, toujours relativement au temps et à l'espace. Nous, en tant qu'être humain, sommes finallement des "absorbeurs d'évènements", les transformants plus ou moins harmonieusement.
Bon je m'arrête mais voilà ce que personnellement m'inspire le sujet d'Alicia. Ce petit sujet qui n'a l'air de rien, ce petit évènement, qui m'a poussé à penser, à réfléchir, à écrire ce message. Cet évènement personnel aurait-il existé si je n'avais pas lu le message d'Alicia, cet évènement-cause ? Non. L'évènement est toujours l'effet d'un autre. L'évènement est toujours relatif à l'observateur aussi, que ce soit à l'échelle individuelle ou collective.

Alors : si un arbre tombe dans la forêt et que personne n'est là pour l'entendre, fait-il du bruit ? C'est la question que je vous pose en guise de réponse.

Ce film peut aussi inspirer des réponses : "What the Bleep do we (K)now !?"
Revenir en haut Aller en bas
http://unotristoire.blog4ever.com
alicia78

avatar

Féminin
Lion Cheval
Nombre de messages : 13
Date de naissance : 20/08/1978
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Sam 23 Fév 2008, 00:06

J'ai la perception intuitive, sur laquelle je ne sais pas encore mettre de mots, que le choix mal conscientisé d'une focalisation mentale sur un phénomène évenementiel peut ralentir l'évolution spirituelle.

Voilà pourquoi mettre le doigt sur une théorie dialectique de l'évènementiel serait fort intéressant...

...mais elle est à construire.

A la limite, je vous retourne la question: pourquoi me semble-t'il si important de se pencher sur le phénomène évènementiel?

J'ai besoin de vous pour mettre les mots.

Et vous remercie de votre aide dans cette réflexion qui me tient tant à coeur!!!



Alicia
Revenir en haut Aller en bas
alicia78

avatar

Féminin
Lion Cheval
Nombre de messages : 13
Date de naissance : 20/08/1978
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Sam 23 Fév 2008, 00:10

Au fond, la question serait:

à quel point l'arbre fait-il du bruit à partir du moment où on l'entend tomber?

Salutations amicales

Alicia
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Lun 25 Fév 2008, 17:44

D'où l'événement tire-t'il sa source?

Et bien, je dirais du potentiel, donc d'une aspiration future... et non pas d'une cause passée.

Ce qui fait croire que l'événement suit un chemin causal est précisément la focalisation consciente sur l'événement.

L'événement, sensationnalisé, devient de ce fait causaliste: il n'est plus un aspect équivalent aux autres devant l'appel du potentiel futur, mais un aspect particulier, engendré par une cause particulière, lui-même devenant cause particulière d'autres événements.

La focalisation consciente sur les événements engendre donc le causalisme: la source est une cause passée.

D'un autre côté, l'équanimité de conscience perçoit et constate le finalisme: tout événement est appelé par le potentiel.

Un paradigme purement causaliste est donc un paradigme où il y a forcément complot, puisqu'il y a forcément focalisation sur certains événements. Ce "complot" a pour nom spéculation.

Car la spéculation ne peut se réaliser que sur les causes, et donc n'apparaît que dans un cadre causaliste.

Le mental humain spéculatif est donc forcément un aspect sensible au complot.

La focalisation de conscience sur un événement provient de la naissance, de la venue à l'existence.

En effet, la naissance n'a pas, pour l'être, de précédent. Il s'agit d'un événement sur lequel sa conscience, elle-même naissante, ne peut que focaliser à outrance.

Cette focalisation outrancière implique donc une cristallisation très forte sur cet événement de la naissance, créant une mémoire "morte", cristallisée, en somme un refoulement de soi: la naissance de soi est inévitablement sensationnelle... de ce fait, elle nie inévitablement le soi lui-même à l'origine!

La naissance, événement hyper-focalisant pour la conscience, devient pour cette raison une négation inévitable de soi.

Et de ce fait, l'être naissant aura inévitablement besoin d'un paradigme causaliste, spéculatif, pour y désamorcer progressivement sa négation de soi, sa mémoire morte originelle.

La conséquence de la négation de soi, consécutive à la focalisation de naissance, est le narcissisme. Le corps physique est donc, à travers le narcissisme (entre autres sexué), effectivement le "réceptacle principal de l'événementiel", comme tu le suggères, Alicia.


Lorsque toute mémoire morte a été décritallisée, alors l'addiction de la conscience à un paradigme causaliste disparaît, et l'équanimité de conscience prévaut. Le but est en fin de compte d'arriver à intégrer la naissance comme un aspect totalement naturel, ne réclamant aucune focalisation consciente.

La spéculation disparaît aussi, et le mental peut se libérer du temps paradoxal. Car libéré du passé, le futur peut se joindre au présent pour former une vraie faculté de choix.


Ceci étant dit, ce but de la libération ne peut pas devenir l'objet d'une focalisation consciente, ou bien il serait alors sensionnalisé, deviendrait l'enjeu d'une spéculation mentale, et se déroberait encore et encore!

En vérité, toute étape du chemin a autant d'importance que le but, car sans ces étapes, le but n'aurait pas été atteint.

La théorie de l'événementiel précise donc qu'il n'y a aucun événement plus important qu'un autre, pas même le but, car ce but est en lui-même la perception de l'équanimité.

A partir de la position totalement équanime, il devient possible de volontairement, par choix totalement conscient, être dans un événement spécifique, dans une optique de réponse causale à l'appel finaliste du potentiel.

L'être conscient représente alors la rencontre, la jonction entre le causalisme et le finalisme, et n'est plus un jouet, mais un spectateur et un acteur à part entière du mouvement de l'existence.


La suite plus tard...


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Lun 25 Fév 2008, 19:00

Citation :
A la limite, je vous retourne la question: pourquoi me semble-t'il si important de se pencher sur le phénomène évènementiel?

Pourrait-on dire que la focalisation exacerbée, involontaire, de la conscience sur les événements, représente pour la conscience un manque d'intégration, de com-préhension de sa propre nature?

De ce fait, si certains événements ont trop d'importance, alors c'est que trop peu d'importance est donnée à la conscientisation de la nature de la conscience...

De ce fait, on peut conscientiser l'importance de restituer cette auto-compréhension à la conscience.

Le problème alors est que la focalisation sur cette importance en fait à nouveau un événementiel qui contrarie lui-même la prise de conscience espérée!


Il faut donc considérer, comme cela a déjà été formulé dans des approches orientales, que jamais la Lumière ne peut émaner de l'ombre! Et que donc jamais la discrimination ne peut émerger de la confusion, ni la vérité de l'erreur...


Il n'existe donc aucun chemin causal vers la Lumière de la discrimination, de la vérité. Aucune spéculation ne permet d'y aboutir. Aucune volonté ne peut permettre de l'atteindre.


Car elle existe de façon permanente, et n'est que voilée par le bruit de la spéculation causale, de l'événementiel.


Pour rencontrer la Lumière, il faut être dans le renoncement, le lâcher-prise. On se dira alors que c'est encore de la spéculation, et c'est exact... mais c'est une spéculation qui vise à sa propre terminaison. C'est une spéculation qui intègre l'acceptation intrinsèque de son échec.

Et lorsque la spéculation qui inclut sa propre fin, rencontre sa propre fin, alors il y a synthétisation, ouverture au finalisme, et la Rencontre peut avoir lieu, car la Lumière peut alors choisir d'être au rendez-vous! Et elle y sera si le sacrifice est sincère!

L'abandon, le sacrifice, est une spéculation auto-destructrice, car elle intègre sincèrement sa propre négation, ayant pourtant confiance dans le potentiel.

C'est en fin de compte l'abandon à l'Autre, l'abandon de toute prérogative mentale, sachant que la Vérité est de laisser le potentiel ouvert, et non pas de le cristalliser.

Citation :
à quel point l'arbre fait-il du bruit à partir du moment où on l'entend tomber?

Car cette phrase nous renvoie bien entendu vers la physique quantique...

La réalité densifiée provient de l'effondrement de l'onde de probabilité... et cela provient probablement de ce que le potentiel n'est pas laissé ouvert, n'est pas décristallisé.

La conscience s'absorbe alors dans un axe particulier du potentiel, qui se cristallise alors selon cet axe, mais de façon aléatoire au sein de cet axe!

C'est la décohérence de l'onde de probabilité.

En effet, tant que le potentiel reste grand ouvert de par l'équanimité de conscience, l'aléatoire est global, et en somme, statique, désactivé: le futur est potentialisé, et non pas aléatoire.

Par contre, si la conscience s'absorbe dans un axe particulier, alors le futur est cristallisé, et l'aléatoire ne peut pas rester global, neutre, désactivé par la potentialisation. De ce fait, la réalité selon l'axe d'absorption devient aléatoire.

C'est la décohérence.


L'idée, finalement, n'est pas que la conscience doive renoncer au causalisme, mais atteindre une équanimité lui permettant de pouvoir reconnaître l'axe du meilleur potentiel, et de choisir ce meilleur potentiel en conscience.

Alors qu'une conscience manquant d'équilibre, est absorbée par un axe particulier, et ne peut alors pas déceler et choisir l'axe du meilleur potentiel.


Tout ceci est à combiner avec la théorie des complémentaires sexués. Mais ce sera pour un autre article.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Lun 25 Fév 2008, 19:53

Citation :
L'évènement: la conscience de la conscience

ou


la conscience de là où va la conscience

ou

la conscience du choix de l'évènement sur lequel on dirige sa conscience

et

comment la conscience du choix de l'évènement sur lequel on dirige sa conscience conduit la conscience du monde auquel on appartient.



D'un autre côté, l'équanimité elle-même ne peut être l'objet d'une focalisation, sinon, elle serait en péril !

L'idée est donc que l'équanimité naturelle conduit au choix du meilleur potentiel, sans focalisation sur celui-ci.

Alors que la focalisation sur l'équanimité va rigidifier le choix, l'empêcher, et finalement créer inévitablement une absorption compensatoire selon un axe particulier. Car une telle situation de stérilité ne peut se conserver longtemps.

La conscience est donc en état de maîtrise lorsqu'elle épouse naturellement le chemin du meilleur potentiel. Lorsqu'elle suit le mouvement naturel de l'eau.


On peut aussi comprendre, pour en revenir à la focalisation sur l'événement naissance, qu'elle appelle la focalisation complémentaire sur l'événement mort.

Tel est karma, la "Loi Ethique". Toute focalisation sur un aspect entraîne son complémentaire. C'est un peu logique... car puisque l'équanimité est la nature de la conscience, alors tout ce qui n'est pas équanime doit être compensé pour que l'équanimité globale soit toujours préservée.

Pour s'affranchir de la mort, il faut donc se libérer de sa naissance: l'intégrer comme une donnée naturelle, évidente, en ayant désactivé toute focalisation traumatique.


Lorsque l'équanimité prévaut, mais sans focalisation sur elle-même, alors la conscience épouse le grand mouvement naturel de la Vraie Vie, dans l'instant présent... la Voie Naturelle du meilleur potentiel, et de l'extase permanente.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Mar 26 Fév 2008, 02:32

En somme, comme cela est très bien suggéré dans la série des films Matrix, la focalisation sur le début rend esclave du cycle (de la machine) en appelant la fin. Car un cycle est ce qui est compris entre un début et une fin. Le début appelle la fin.

Pour se libérer du cycle, il faut intégrer sa naissance, en défocalisant la conscience de celle-ci. Et on ne peut défocaliser la conscience de la naissance qu'en acceptant la mort.

Au départ, la naissance et la mort sont les deux visages du même point du cycle.

Pour se libérer du cycle, il faut que ces deux visages se téléscopent avant que l'échéance inexorable ne se produise.

Et donc l'acceptation de la mort neutralise la focalisation sur la naissance. Mais cette acceptation n'est pas de nature nihiliste! Ce n'est pas du tout un suicide! Cela n'implique pas de mourir concrètement!

C'est une position intérieure de sublimation, d'abandon confiant! C'est l'abdication complète du mental spéculatif, narcissique.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
alicia78

avatar

Féminin
Lion Cheval
Nombre de messages : 13
Date de naissance : 20/08/1978
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Mar 26 Fév 2008, 20:06

Très intéressant!!!

Réaction rapide, à chaud....

Citation :
[ Et on ne peut défocaliser la conscience de la naissance qu'en acceptant la mort

On pourrait même enlever
Citation :
de la naissance

le choix conscient, ou plutôt éclairé, des évènements sur lesquels on focalise sa conscience est toujours une "petite" mort car il y aura toujours un aspect de "moindre mal" ou de "mieux qu'on peut faire".

Salutations!!

Alicia
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Mar 26 Fév 2008, 20:33

Citation :
Au départ, la naissance et la mort sont les deux visages du même point du cycle.
je dirais ceci,
qu en naissant à ce monde j ai abandonné ma terre d origine!Je me suis coupé de ma source de vie!J ai pas écris de la Source!
c est un paradoxe en soi que j ai "vécu" en toute conscience!
je pense que ceux qui ont vécu une NDE peuvent percevoir celà!
j en ai parlé vendredi ,mais mettre en mots cette "vibrance" est difficile...

richel
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Mer 27 Fév 2008, 19:18

Oui Ambre, je comprends... lorsque la venue à ce monde est un choix conscient, il y a comme une "mort", une sublimation en fait, une "coupure" d'avec la source de vie. Mais probablement pour mieux la retrouver après...

Alicia,

Citation :
le choix conscient, ou plutôt éclairé, des évènements sur lesquels on focalise sa conscience est toujours une "petite" mort car il y aura toujours un aspect de "moindre mal" ou de "mieux qu'on peut faire".


C'est exact. En effet, la perfection du choix n'existe pas! Et pourtant, elle existe en quelque sorte...

C'est l'acceptation de l'imperfection du choix qui rend le choix parfait. Et c'est cette acceptation de l'imperfection qui est l'acceptation de la "mort".

Chaque choix effectué est un abandon des autres options de choix. Et parce qu'il y a abandon des autres options, forcément le choix est imparfait. Il y a "mort" des autres options, et de là découle l'imperfection.

Mais si cette imperfection est sublimée, et qu'il y a donc totale adhésion spontanée au choix effectué, alors il y a acceptation de la "mort" des autres options, et intégration implicite des celles-ci dans le choix qui est fait...

En quelque sorte, parce que la position de conscience est équanime, et donc perçoit la totalité des options de façon impartiale, alors l'option choisie (le meilleur potentiel) intègre toutes les autres options. Aucune n'a été dévalorisée.

C'est ce qui permet de conserver une trajectoire de vie stable malgré le choix d'une option particulière: l'équanimité de la position intègre toutes les options dans celle qui est choisie, et il n'y a donc pas de focalisation de conscience.

La faculté de se mouvoir dans le mouvement du choix naturel provient donc d'une "mort" permanente... d'une mort qu'on infinise parce qu'on l'accepte de façon permanente. Car par le jeu de la dialectique, tout sacrifice accepté ne se réalise pas vraiment. On pourrait donc dire que la vie éternelle provient d'une acceptation permanente de la mort.

Le lâcher-prise intérieur, l'extase vibratoire, la Vraie vie de l'instant présent est donc cette faculté d'acceptation de mourir à soi de façon permanente, de sorte d'épouser le flux d'impermanence de la Vie.

Je continurai en introduisant l'approche individu/collectivité dans cette théorie événementielle.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La théorie de l'évènementiel   Mer 27 Fév 2008, 20:50

Dialectiquement, accepter la "mort" des autres options du choix leur permet de revivre dans l'option qui est choisie.

Par contre, ne pas accepter la mort des autres options du choix les transforme... en options mortes. En refoulements de parties de soi!

Ce qui caractérise le refus de la mort des autres options du choix est la peur. La peur est le sentiment indifférencié qui signale l'inaptitude à faire un choix véritable, spontané.

Cette inaptitude à faire un choix véritable et spontané implique que le choix sera contraint et aléatoire. Car le mouvement de la vie n'autorise pas d'arrêt! Il faut choisir!

Et si on ne le fait pas, parce qu'on a peur, qu'on refuse la "mort" de certaines options, alors le choix sera contraint selon un axe défini à l'inverse des options dont on ne voulait pas la "mort".

L'absence de choix réel par focalisation sur certaines options entraîne leur mort par un "choix contraint" sur des options opposées... cela est karma.

Les choix sur lesquels on focalise sont "morts" parce qu'on ne voulait pas accepter leur "mort". De ce fait, ils sont des aspects refoulés de soi, des mémoires mortes, qu'il faudra libérer par sublimation, pour se libérer du passé.

Car lorsqu'un aspect de soi (du choix véritable) est mort, il reste bloqué dans le passé où on l'a laissé. Et dès qu'un aspect est abandonné dans le passé de l'être, il conditionne automatiquement son futur, jusqu'à défocalisation.

Les refoulements de soi se signalent par l'angoisse, la peur qui a provqué leur "mort". Tant que cette peur n'a pas été intégrée, dépassée, le refoulement de soi reste prisonnier du passé, et continue à interférer avec le présent et à induire le futur.

Donc, tant que l'on n'a pas défocalisé toutes les mémoires mortes passées, on ne peut pas vivre une faculté de choix totalement libérée dans le présent non plus.

L'inaptitude à faire un véritable choix, et l'emprisonnement dans les mémoires mortes passées, constituent la vie symbiotique, dépendante, non émancipée.

Car une telle situation doit être assistée de l'extérieur, pour réduire les risques encourrus par les êtres dont la faculté de choix est bancale.

L'effet principal de la focalisation sur certaines options du choix est l'incarnation dans un corps physique dense.

En effet, le refus de la "mort" de certains options du choix, donc du soi, limite la réalité du soi de façon contrainte à une option particulière qui sera frappée d'aléatoire.

Cette option particulière, contrainte et aléatoire, et qui compense la focalisation sur certaines options de soi, est la personnalité incarnée dans un corps physique dense.

C'est pourquoi le corps physique dense est le support du narcissisme, car il provient précisément d'une instabilité narcissique dans le choix : il y a eu focalisation sur un aspect particulier de soi, et donc falsification du soi par possessivité à l'égard de soi!

Mais d'un autre côté, le corps physique dense est à la fois le symptôme et la solution du problème. En effet, par son inscription dans un paradigme strictement causal et temporel, il va permettre de réintégrer les mémoires mortes que le soi a laissé traîner.

On peut en effet considérer que ces parties que le soi a abandonné (par refus de leur "mort") ont perdu leur lien avec le finalisme existentiel (le vrai choix qui motive le grand mouvement de la vie).

Ayant perdu le lien avec le finalisme (le choix), ce sont donc des aspects purement causalistes, et qui doivent donc être défocalisés et réintégrés à l'aide d'un "outil" causliste: l'incarnation physique densifiée.

Le but de l'incarnation est donc de réintégrer les mémoires mortes de sorte de les réinscrire dans le finalisme (le choix du soi), et de réparer la fracture inévitable que subit l'être nouveau.

Mais pour cette même raison, parce que strictement causaliste, le corps physique dense est particulièrement sensible à l'événementiel.

Il peut donc être utilisé tant pour réduire la fracture que l'aggrandir!

Mais aussi, il est la voie causale privillégiée par laquelle le "complot", la spéculation, l'événementiel, vont avoir un moyen de pression sur la conscience, sur le soi.

Et c'est à ce stade qu'il devient important d'introduire l'aspect collectif de l'événementiel.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
 
La théorie de l'évènementiel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Théorie des 5 éléments chinois
» La Théorie des cordes
» La Sophrologie Caycédienne en théorie.
» La théorie gravitationnelle modifiée.
» MIguel alcubierre, théorie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Partages-Recherches-Eveil du Soi...-
Sauter vers: