ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Viols et métamorphoses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Viols et métamorphoses   Mar 11 Oct 2011, 01:00

Offrandes rituelles des dalaï-lamas, III.



Offrande du cœur d’un enfant né d’une union incestueuse.

Le 14ème Dalaï-lama a déclaré :

« J’étais assez jeune quand je reçus dans leur totalité les enseignements des visions secrètes du cinquième Dalaï-Lama. Je n’y fis pas très attention à l’époque, mais je me souviens avoir eu d’assez bons rêves ; il en ressort donc que nous avons un lien particulier. Plus tard, à Lhassa, je découvris les oeuvres du cinquième Dalaï-Lama, qui avaient été préservées principalement, je crois, par les Dalaï-Lamas suivants. Parmi elles se trouvent les enseignements très secrets, qui existent sous forme de manuscrits illustrés... Plus tard, en Inde, je me procurai ces écrits et passai plusieurs mois en retraite, faisant les pratiques des Kagyé, de Hayagriva, d’Avalokiteshvara, et d’autres encore. Pour ma part, je considère que j’ai beaucoup de chance : depuis le cinquième Dalaï-Lama, grâce aux aspirations et aux prières, je m’inscris dans la longue lignée de ceux qui portent le nom de Détenteur du Lotus. Et il semble bien qu’il y ait un lien tout à fait particulier avec le cinquième Dalaï-Lama. »

http://bouddhanar-1.blogspot.com/2009/12/offrandes-des-dalai-lamas-iii.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Viols et métamorphoses   Mar 11 Oct 2011, 01:15



Tête humaine fraîchement coupée.

Les prétendus experts du bouddhisme tantrique s’extasient devant les rites de sorcellerie sanglante du 5ème Dalaï-lama :
« Nous avons ici, dit un illuminé occidental, des représentations remarquables de certains aspects des voies tantriques et des voies du corps de gloire. »


L'autre face du bouddhisme

Le 8 octobre 2011, durant le colloque Extrémismes religieux, dérives sectaires et thérapeutiques, des participants ont demandé des informations complémentaires sur plusieurs thèmes :

Les lamas et le Bouddha de médecine

Si des lamas affirment que la méditation peut guérir toutes les maladies, quand ils tombent eux-mêmes gravement malades, ils s'en remettent toujours à la médecine moderne.

Par exemple, les deux hiérarques tibétains qui dirigent un monastère Bönpo du Népal sont en vie grâce à la médecine occidentale. Un vieux Rinpoché, affecté par de graves complications de son diabète, a recours depuis des années aux soins de médecins occidentaux. Le jeune Abbé du monastère, malade de la tuberculose, n'a pas effectué de retraite spirituelle sous les auspices du Bouddha de médecine pour guérir, il a pris lui-aussi l'avion pour être soigné dans l'une des meilleures cliniques de France.

Guerre froide & lamaïsme

Au début des années soixante, prend naissance le mouvement du Nouvel Age qui rejette les valeurs matérialistes de la société de consommation. A cette époque, dès 1959, le dalaï-lama, les riches prélats et l'aristocratie tibétaine s'installent en Inde et incarnent la lutte des spiritualistes et des « initiés » contre l'ogre chinois communiste et matérialiste.

La guerre froide opposera l'Amérique et ses alliés aux puissances communistes jusqu'à la chute du mur de Berlin. Durant cette période le Nouvel Age et le lamaïsme rencontreront un étonnant succès. En 1960, la Fondation Rockefeller implante huit centres d'études tibétaines aux USA et invite 17 lamas tibétains. Le Dalaï-lama devient rapidement le chef de file emblématique d’un nouveau spiritualisme newageux.

Qui voit la véritable nature du lamaïsme ?

Il faut croire que l'amour d'une prétendue sagesse tibétaine rend aveugle. En effet, quand le musée Guimet expose, du 6 novembre 2002 au 24 février 2003, les objets liturgiques et les visions secrètes du Ve dalaï-lama représentées dans le Manuscrit d'or, qui s'indigne des rituels comprenant une tête humaine fraîchement coupée, un cœur d'enfant et d'autres organes ?

Un rituel du Ve dalaï-lama est véritablement infernal et utilise du sang humain à la place d'eau lustrale, un cœur et des yeux en guise de fleurs. De la chair humaine brûlante remplace l'encens. Les lampes rituelles sont alimentées par de la graisse humaine fondue. Des tormas (gâteaux d'offrande) sont faites de chair et d'os...

Les spécialistes de la religion tibétaine n'ignorent pas que des lamas ont réellement utilisé ces ingrédients dans de répugnants rituels et n'ont pas reculé devant le sacrifice humain. Sir Charles Alfred Bell (1870-1945), chargé des relations diplomatiques du gouvernement britannique avec le Tibet et le Bhoutan, évoque le sacrifice d’enfants dans l’un de ses livres. Ces spécialistes du Tibet, souvent des professeurs de l'enseignement public et laïque, se taisent sur les crimes du lamaïsme parce qu'ils sont soumis aux lamas tibétains par des samayas (serments initiatiques d'allégeance). Mais ils font ouvertement l'apologie des doctrines tibétaines les plus acceptables. Dans l'un de ces livres Michel Strickmann dénonce cette situation en ces termes : « Des relents d’un exotisme qui fait long feu ont encouragé les pires formes d’esprit sectaire à pénétrer dans les institutions laïques, où aucun apologiste chrétien ne serait jamais autorisé à prêcher ou à enseigner ainsi. Les études tantriques et taoïstes ont été imprégnées de cette ambivalence. Le chercheur occidental, soi-disant objectif, se transforme soudain en apôtre et en crypto-initié, regrettant seulement que son engagement spirituel ne l’autorise pas à vous confier les faits dont il détient le secret. »

L'omerta

Les convertis au bouddhisme magique du Tibet ne peuvent pas critiquer les enseignements des lamas. La critique, considérée comme une rupture du serment initiatique, est punie de mort. Ce sont les dharmapalas, démons gardiens de la doctrine, qui feraient office d'exécuteurs des hautes œuvres, de bourreaux invisibles du lamaïsme.

Le bouddhisme tibétain light

Le silence des convertis permet la diffusion d'un bouddhisme tibétain allégé. « Si, dans nos pays, le Bouddhisme tibétain ne fait pas énormément de convertis effectifs et reste un phénomène assez marginal, il s'immisce toutefois de manière continue et insidieuse jusqu'au cœur de nos foyers douillets. Ce n'est pas tant l'enseignement du Bouddha qui nous pénètre, mais un vocabulaire et une manière d’être, épousés, souvent inconsciemment, par un public de plus en plus large. La tranche de la population susceptible d'être touchée en premier, c'est nous : petits-bourgeois moyens, assis plus ou moins confortablement dans nos névroses et nous débattant avec plus ou moins de vigueur pour parvenir à un bonheur ronronnant et une bonne santé relative. Le BT-light - traduisons : le Bouddhisme tibétain à doses homéopathiques - n'exige pas de nous une conversion radicale. Si le cœur nous en dit, nous pouvons même garder la religion de notre baptême, telle est la grande tolérance du Bouddhisme ! Pour adhérer au BT-light, il suffit d’adopter un langage pacifiste, ouvert, compatissant, et d'afficher le sourire correspondant. Le drapé rouge-orangé est de bon ton aussi, tandis que sandalettes, carpettes et trompettes se procurent sur le site de Sa Sainteté.

Un catalogue « Agenda Plus » - que vous trouverez dans n’importe quelle bonne épicerie bio - vous offre un « condensé sucré » de pratiques qui, de près et de loin, font allusion au Bouddhisme tibétain. C’est que le BT-light se meut avec aisance parmi les nombreux satellites du New Age ! De même qu'avant la Seconde Guerre Mondiale, avec la Théosophie, l'Anthroposophie, les « Amis de Rampa », l’École Arcane, etc., les mouvements du New Age ont aujourd’hui le vent en poupe ; et, de même, ils utilisent un vocabulaire emprunté au Bouddhisme tibétain. L'extraordinaire production du New Age va bien au-delà d'un phénomène de mode. Un siècle après son envol, nous voguons encore entre ses multiples galaxies : une petite cure de massage ayurvédique sur l'une, un pique-nique macrobiotique sur une autre, puis c’est une troisième qui nous ouvre les bras pour une séance de Shambala-yoga..., et pourquoi ne pas finir la soirée sur un air de bio-danza, mariage sacré du Yin-Yang assuré ! Au préalable, n'oublions pas de tirer les cartes du Tarot ou les baguettes du Yi King afin de nous assurer un bon Feng Shui : garantie nécessaire pour réussir à vivre, de l'intérieur, notre spiritualité particulièrement dense ! Ces multiples pratiques se concentrent exclusivement sur le développement de l'individu et la « recherche de soi ». Comme dissolution de l'ego, on peut trouver mieux ! Tout cela est très amusant et peut effectivement apporter un certain épanouissement à beaucoup d’entre nous, mais faut-il oublier pour autant que le New Age est soutenu par une trame ultraconservatrice dont l'objectif inavouable est de désamorcer notre esprit critique ? » (Elisabeth Martens)

Lire en ligne une grande partie du livre d'Elisabeth Martens "Histoire du bouddhisme tibétain, la compassion des Puissants" :
http://books.google.fr/books?id=OG7u4-HXnWwC&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false

Articles & textes de Marc Bosche : https://sites.google.com/site/articlesmarcbosche/

Témoignage de l'ancien moine bouddhiste Christian Pose : http://linked222.free.fr/cp/ChristianPose.html

L’ombre du Dalaï-lama, sexualité, magie et politique dans le bouddhisme tibétain :
http://www.trimondi.de/francais/Part-II-10.htm

Le bouddhisme Théravadin a aussi une autre face :
La méditation Vipassâna ne rend pas meilleur
http://bouddhanar.blogspot.com/2011/10/la-meditation-vipassana-ne-rend-pas.html



http://bouddhanar.blogspot.com/search?updated-min=2011-01-01T00%3A00%3A00-08%3A00&updated-max=2012-01-01T00%3A00%3A00-08%3A00&max-results=50
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Viols et métamorphoses   Jeu 03 Avr 2014, 16:22

EN KIOSQUE
Abus sexuels : la fin du déni ?
Chaque jour, dans notre pays, des dizaines de milliers d'enfants sont victimes d'agressions sexuelles, le plus souvent de la part d'un proche. NEXUS se penche sur cette violence pour tenter d'en élucider les ressorts et donne la parole à ceux qui combattent l'impensable.

EN SAVOIR PLUSn°91 ICI


>>>1 extrait sur la liseuse en ligne
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Catherine Bonnet, L'enfant cassé   Hier à 10:45

`
L'inceste et la pédophilie
Cet ouvrage de Catherine Bonnet (psychiatre et psychanalyste, spécialiste de la maltraitance) est très frappant, pour tous ceux qui suivent les multiples péripéties de l'affaire Dutroux et la façon dont les témoignages d'abus sont traités actuellement, dans les médias, dans les discours de spécialistes ou en justice.
On est frappé, tout d'abord, par le parallélisme des effets de l'affaire Dutroux en France et en Belgique. Si, dans un premier temps, la prise de conscience de la réalité de l'abus, et la volonté d'entamer des réformes pour améliorer sa prise en charge ont été très présents, très rapidement, une riposte tendant à semer le doute s'est fait sentir :"peu à peu des argumentations en défaveur des victimes s'immiscent dans les journaux professionnels ou grand public comme si les médias se culpabilisaient d'avoir donné trop de place aux victimes. Plusieurs thèmes viennent imprégner subtilement les mentalités et, comme au siècle précédent, on voit apparaître plusieurs courants de pensée qui visent indirectement à protéger les agresseurs en induisant le doute, en banalisant voire en niant la réalité des agressions sexuelles envers les enfants" (p.52). L'auteur dénombre 4 phénomènes concomitants qu'elle analyse en détail : la chasse aux fausses allégations, des confusions à propos de la sexualité infantile, l'entrave à l'exercice de psychothérapeutes qui tentent de protéger les enfants, et l'invocation des menaces sur la fonction paternelle. Ces analyses des réactions françaises rappellent étrangement d'autres phénomènes et thèses invoquées en Belgique...
La reprise dans une synthèse très éclairante des nombreuses polémiques qui ont jalonné l'histoire récente de la psychologie et de la psychanalyse à propos des violences sexuelles faites aux enfants est également très frappante pour le lecteur non spécialiste : on y découvre que la violence des polémiques et la grande inégalité du rapport de force actuel répète de façon très semblable des épisodes plus anciens. L'intérêt de cette synthèse historique est de montrer, pour chaque période importante, l'enjeu des débats, la façon dont les rapports de force évoluent, les arguments utilisés, le contexte des débats dans lequel différentes lois sur la protection des enfants sont votées et leurs conséquences sur les rapports de force entre les partisans des thèses contradictoires.
La description des nombreuses hésitations de Freud dans toute son oeuvre au sujet de l'origine des névroses, est tout à fait frappante pour le lecteur non averti : après avoir privilégié la thèse du traumatisme lié à l'abus sexuel dans l'enfance, Freud va lui substituer une théorie où il évoque plutôt l'influence des fantasmes inconscients et des pulsions intérieures. Il reviendra pourtant de nombreuses fois sur cette questions. Les pressions qu'il a subie de son milieu lors de l'exposé de sa première théorie, tout comme la virulence des réactions lorsqu'elle sera reprise par Ferenczi, un de ses élèves, sont très significatives, et auront sans douté joué un rôle dans l'enterrement, pendant plusieurs décennies, de ces thèses clairvoyantes. Des spécialistes de renommée, comme le pédopsychiatre Léon Michaux, vont contribuer pendant de nombreuses années à considérer les symptômes chez l'enfant comme le signe de perversions constitutionnelles. C'est à partir des années 50, aux Etats-Unis, que la maltraitance sera redécouverte. Catherine Bonnet décrit les grandes étapes, jusqu'à nos jours, de cette progressive compréhension du phénomène, et des réformes de la politique de l'aide à l'enfance maltraitée.
Après avoir planté le décor historique et montré les dangers de la situation actuelle, Catherine Bonnet s'intéresse, dans la suite de l'ouvrage, à la compréhension du phénomène de l'abus du point de vue du vécu de l'enfant. "Plutôt que de répéter l'histoire et faire une nouvelle guerre aux enfants menteurs, vicieux ou impossibles à éduquer, en éliminant les mauvais psychiatres et psychothérapeutes, il me semble utile de réfléchir sur ce que nous disent, à nous adultes, ces petits enfants victimes de maltraitance". Sur base de son expérience clinique auprès d'enfants de moins de 10 ans ayant subi des violences, elle décrit, en partant d'une comparaison avec la souffrance des enfants victimes de guerre, et en distinguant les types de situations rencontrées par les thérapeutes, les effets à court, moyen et long terme des agressions sexuelles sur le psychisme des enfants. Dans sa description du suivi thérapeutique qu'elle promeut face à ce type de traumatisme, elle évoque la manière d'aborder la question avec l'enfant, le rôle des parents, les stratégies de l'agresseur dont il faut tenir compte, la collaboration avec la justice. Elle explicite ses positions, notamment vis-à-vis des thérapies familiales ou des pratiques des "espaces-rencontres" en lien avec ce qu'elle perçoit des besoins de l'enfant.
Cette partie de l'ouvrage qui nous plonge dans la pratique thérapeutique, est décrite dans un langage limpide, dont on perçoit qu'il s'appuie sur une longue pratique et une écoute de ce que les enfants disent ou montrent de leur souffrance et de leur évolution vers la guérison. Et là, on est frappé positivement, car les effets thérapeutiques sont là pour montrer que si l'enfant est soigné, s'il est protégé de son agresseur, le processus de guérison est possible et peut se mettre en place très rapidement.
A la veille d'une répétition de la dénégation, de la banalisation ou de l'incrédulité sur les questions d'abus sexuel chez l'enfant, il est essentiel de continuer à entendre des arguments comme ceux qui sont développés ici, et il est nécessaire de leur donner un écho auprès des différents intervenants. Le combat pour la protection des enfants ne progressera que si ceux qui prennent position publiquement en sa faveur et qui apportent des moyens pour améliorer leur prise en charge sont encouragés et soutenus dans leur démarche.
Carine Dierckx. Bruxelles

Broché: 252 pages
Editeur : Albin Michel (6 mai 1999)
Collection : Essais Doc.
Langue : Français
ISBN-10: 2226108696
ISBN-13: 978-222610869

Les traumatismes relationnels precoces


Préface de Maurice Berger
Postface de Albert Ciccone
Les enfants placés ont été confrontés, pendant leurs premières années de vie, à des environnements qui n’ont pas pu répondre à leurs besoins fondamentaux et leur ont fait vivre des expériences répétées et fréquentes de stress extrême, de maltraitance et/ou de négligence. Ils présentent souvent des troubles relationnels et comportementaux, caractérisés par la tyrannie, l’avidité, l’agitation, l’évitement ou l’attaque de la pensée et de la relation, voire la violence et la destructivité, qui mettent en difficulté les professionnels auxquels ils sont confiés.
Présenté de façon claire et accessible à tout professionnel de l’enfance, ce livre apporte des éléments de compréhension de l’origine et des manifestations des troubles des enfants maltraités. S’appuyant sur son expérience clinique, l’auteur montre la complexité de ces situations, décrit le cercle interactif infernal qui se répète chez ces enfants, explore avec pertinence leur monde intérieur, leurs logiques subjectives. Elle développe une approche diagnostique et sémiologique des pathologies des traumatismes relationnels précoces, aux antipodes d’un enfermement nosographique, et ouvre des pistes de réflexion pour améliorer les dispositifs d’accueil et de prise en charge de ces enfants déroutants.
Emmanuelle Bonneville-Baruchel est psychologue clinicienne, maître de conférences en psychopathologie et psychologie Clinique à l'université Lumière Lyon 2, chercheure au CRPPC EA 653.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
Viols et métamorphoses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Choix des textes dans une séq sur Les Métamorphoses
» Edition des Métamorphoses d'Ovide
» Idée ludique sur Les Métamorphoses?
» Fables ou métamorphoses ?
» Edition Métamorphoses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Partages-Recherches-Eveil du Soi...-
Sauter vers: