ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Mar 01 Fév 2011, 08:28

Bon matin ,


regarde Didiera, le sujet étant" le cerveau mystique et le puissance de l esprit", je te propose ceci en réflexion :




----- Original Message -----
From: Tempête Bleue (Pardonnez ma traduction française imparfaite.)

L’académicien Russe
Grigori Petrovich Grabovoi

Par des modèles mathématiques et informatiques ainsi que par des méthodes dument appliquées dans la matière physique, il démontre et enseigne comment créer toute matière parfaite par la conscience de l’Âme, créer des nouvelles machines à énergies libres, changer instantanément le cours de tous événements négatifs, guérir toutes les maladies, régénérer tous les organes du corps humain, ressusciter les morts et encore bien plus.

Bienvenu à la page d’accueil de Grigori Grabovoï [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Pardonnez ma traduction française imparfaite.)

Grigori Petrovich Grabovoï est né le 14 novembre 1963 dans le village de BogaRa, Quartier de Kirov, dans la Région de Tchimkent au Kazakhstan. En 1986, il a reçu un diplôme de la faculté de mathématiques appliquées et en mécanique, spécialité mécanique, de l'Université de l'État de Tashkent.

Grabovoï est un académicien de l'Académie Internationale de l'Informatisation. Membre correspondant de l’Académie des Sciences Russes. Conseiller du Service de l'Aviation Fédérale Russe. Auteur de découvertes de champ créatif des informations qui réalisent n'importe quel objet de l'information et informations archivant des modèles en n'importe quel endroit du continuum espace-temps. Aussi, il a découvert des méthodes de conversion des informations de n'importe quel acte dans la forme géométrique connue; des principes de diagnostic à distance et la régénération de matière dans n'importe quel terme de temps par transformation du temps dans la forme spatiale. On a publiquement reconnu sa capacité unique de clairvoyance, de prédiction et de traitement. Utilisant sa clairvoyance, il résout des problèmes scientifiques, a priori étant conscients d'un résultat.
Des capacités personnelles de téléportation de matière physique à n'importe quelle distance, des centaines guérisons de personnes malades sans sa présence personnelle, ces faits sont certifiés par la médecine traditionnelle et prouvés par la déclaration notariée de personnes guéries.

Il a réalisé des dizaines guérisons de personnes malades de 4ème stade et cela certifié par l'ONU aussi bien que du 4ème stade du SIDA. Utilisant sa clairvoyance, il a examiné à distance des centaines d'avions, la station orbitale "Rf MIR", le vaisseau spatial "Atlantis" alors en grave danger avec conformité absolue de l'examen réel concernant le volume total de tâches aussi bien que de la tâche séparée. Il y a des minutes confirmées et signées par des gérants et des officiers autorisés d'entreprises de l'industrie aérienne et par le Centre Russe de Contrôle des Vols Spatiaux. Dans des conditions expérimentales, il a fait des travaux sur la matérialisation, la dématérialisation, la téléportation, et ces travaux ont été consignés dans la minute. Il a régénéré de la matière détruite. Tous ses travaux par création sans destructions, ont aspirés à empêcher des catastrophes. Il enseigne la façon de contrôler la matière pour la sauvegarde.

Grigori Grabovoï fait parti de ce groupe d’Êtres venus s’incarner sur Terre à des époques cruciales ou la déchéance de l’esprit humain est à son paroxysme. Il fut persécuté et emprisonné sur de fausses accusations de promesses de ressusciter des enfants morts pour des montants d’argent exorbitants. (sic)

Toute son œuvre est dirigée sur le « macro sauvetage », c'est-à-dire sur le Salut de tous les hommes. Pour ce faire il transmet toutes ses connaissances.

Il dit : « Le devoir de tous les hommes est de développer leur conscience. Si un seul n’est pas capable de le faire, alors le système devient instable. Tout dans l’Univers comporte de l’information. On peut la prendre et la modifier dans un sens positif. Alors l’Univers changera vers le meilleur. Mais les hommes ne savent pas comment utiliser l’information, comment la regarder. La clé de la compréhension, de la compréhension de tout ce qui se trouve dans l’Univers et dans le corps physique de l’homme et comment tout cela interagit, se trouve à l’intérieur de la conscience. La Grandeur et la diversité de l’Univers et de ses espaces commencent dans la conscience. L’homme doit simplement créer et édifier. Ce n’est pas facile de choisir la Voie. Ce n’est pas facile d’amener sa conscience jusqu’à l’Énergie d’un Esprit pur et de percevoir les connaissances au niveau de l’Âme. Encore plus difficile est de percevoir le Tout et d’en prendre réellement conscience. Mais ceci est le Chemin, la Voie du Salut pour tous.»

À voir absolument !!! Cliquer sur l’onglet "video/photo" dans le coin supérieur droit: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Explorez tous les onglets et ces liens:

Le chemin couvert d'épines de G Grabovoi (version française)
Partie 1/4: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Partie 2/4: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Partie 3/4: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Partie 4/4: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L'univers-préservé (version française)
Partie 1/5: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Partie 2/5: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Partie 3/5: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Partie 4/5: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Partie 5/5: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ci-dessous, en version anglaise, le film fondateur "Lumière de l'Eternité" de A. Petrov et les applications de la démarche de G.P. Grabovoï / Arcady Petrov "Light of eternity" Copyright by Arcady Petrov, SVET centre, petrovfond (english version)

Arcady Petrov "Light of eternity"
Part 1/4: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Part 2/4: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Part 3/4: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Part 4/4: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Grigori Petrovich Grabovoi
ARTICLES
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
BUSINESS CERTIFICATES
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
AIR CERTIFICATES
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

____________________________________________

Santé Info Russie

L'Éditorial de Serge Fitz
mercredi 3 mars 2010
Une pensée « novo-paradigmique » émerge depuis une dizaine d'années en Russie. On la doit à un homme hors pair, Grégory Petrovich Grabovoï. Il n'a rien d'un gourou. Son aspect physique est celui d'un jeune homme de bonne famille : costume, cravate. Il est académicien, ingénieur. Pendant des années, il travaille comme technicien dans l'aviation, chargé d'ausculter, par voyance, les avions avant leur décollage. Aucun avion officiel russe ne décolle sans être passé par ses « mains ». Il parvient même à réparer une pièce défectueuse en plein vol, par matérialisation de la pièce...
Ce qu'il réalise et enseigne sort complètement de l'ordinaire. Pour faire court, on peut dire, qu'il relie le Spi (Spirituel), le Psy (Psychologique) et le Phy (Physique). L'association de ces trois domaines, « Spi-Psy-Phy », lui permet de développer des technologies bios informatives reliant le plan spirituel, celui de l'âme et de l'esprit, à celui du corps, par l'intermédiaire de l'hypophyse. De cette manière, l'esprit peut agir directement sur le corps. Autre particularité, l’utilisation de la mémoire holographique cellulaire dans laquelle il insère, par téléportation, des cellules souches capables de remplir cet espace « vide » et régénérer des organes enlevés par voie chirurgicale. Grabovoï prône des méthodes de concentration sur des combinaisons chiffrées de sept à neuf chiffres qui permettent de ré harmoniser pratiquement tous les dérangements cellulaires.
L'autre particularité de sa démarche consiste à associer systématiquement le bien général avec le cas particulier. On pourrait penser à la notion du « grand et du petit véhicule » cher au bouddhisme, mais il n'en est rien. Pour Grabovoï l'univers entier est contenu dans la conscience de chaque individu. Œuvrer pour l'ensemble, découle d'une nécessité purement énergétique puisque, sommes toutes, l'autre, les autres sont contenus dans la conscience individuelle et que le bien être des autres est directement lié à l’individu qui les perçoit. Cette conscience est créatrice et par conséquent également auto créatrice. Nous voici donc dans une dimension où la notion du sujet et de l'objet n'existe plus au sens habituel du terme. Aussi chaque individu est amené à œuvrer en tant que créateur. La notion de créateur, et donc de « Dieu », est très présente dans la démarche de Grabovoï et de ses disciples. Ce dieu relève du principe créateur, par lequel nous avons été créés. Dans les processus de guérison quoi de plus logique que de s’y référer, puisqu’il s'agit bien de reconstituer la création parfaite d'origine, que nous avons déréglée par nos manières erronées de voir la vie, de voir l’univers, de voir les autres et même de comprendre « Dieu ».
La qualité première qui est associée à « Dieu » est l'éternité. Aussi Grégori Petrovich Grabovoï affirme que cette qualité est présente en l'homme. Pour lui, le passage par la mort et la réincarnation a fait son temps. Il est désormais possible de vivre éternellement. Son livre le plus célèbre en Russie a pour titre « La vie éternelle et la résurrection sont désormais notre réalité ». Grabovoï a mis au point des technologies bios spirituelles permettant le retour sur terre des défunts. La démarche repose à la fois sur un processus de matérialisation du corps physique par l'âme et sur l’authenticité, humaine et spirituelle, de la part des « ressuscitant-accueillants ». La clé pour assimiler tout cela réside dans le fait que tout un chacun programme inconsciemment ses âges et sa mort. Par conséquent s'il y a programmation, il peut y avoir déprogrammation et reprogrammation de quelque chose de totalement différent : la vie éternelle, c'est-à-dire un processus de création ininterrompu.
Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

ÂME
UNE MAGIE À LA PORTÉE DE TOUS

Lorsque l’on parle de l’âme, on songe aux états dans lesquels elle nous met, particulièrement dans des moments d’émotion, de nostalgie ou de colère. Pourtant, elle est beaucoup plus que cela. En Russie son étude révolutionne actuellement la conception de la médecine et le regard sur le vieillissement. Une magie à la portée de tous est en train de naitre (ou de renaitre). De quoi s’agit-il ?

LES CAPACITÉS DE L’ÂME

L’âme « éclaire » de l’intérieur. Lorsque cette lumière se mélange à la lumière physique (extérieure), il se forme une troisième catégorie de lumière, à la fois infinie et proche. En la diffusant, il est possible d’harmoniser l’espace qui se trouve autour de soi. Dans son application pratique, elle permet de ramener les gens vers la santé ou simplement de normaliser des situations. Pour cela il convient d’abord de purifier l’âme de tout ce qui l’encombre afin qu’elle puisse répandre sa lumière vers le corps physique. La lumière de l’âme est en constante expansion. Dans l’iconographie traditionnelle, elle est représentée par le nimbe (auréole autour de la tête des saints). C’est par ce nimbe qu’une mère éclaire la route de son enfant. Si elle ne fait pas ce travail (consciemment ou inconsciemment), l’enfant aura du mal à trouver son chemin. La lumière de l’âme et celle du corps divin sont identiques. L’âme harmonise le corps physique par l’intermédiaire de cette lumière.
Une âme pure n’ayant pas en elle de négatif, rendra, par exemple, impossible une explosion atomique. Lorsque les grands prêtres ont décrété le « tu ne tueras pas », ils ont paradoxalement crée le meurtre. Tout ce qui n’existe pas dans la conscience ne peut pas arriver et G.P. Grabovoï de dire en s’adressant à Nostradamus : Nostradamus, Nostradamus, tu n’as pas prédit les événements dont tu parles, tu les as créés! Sur Internet, les innombrables sites qui annoncent à qui mieux-mieux les pires catastrophes, sous prétexte de prévenir le public, sont en train de créer ces évènements. Paradoxalement, l’outil web (toile), instaure ce qu’il est censé combattre. Coluche disait à propos du « Sida », qu’il était médiatiquement transmissible. Alors la solution? Purifier l’âme en l’harmonisant avec les desseins divins : vie éternelle dans la joie et le bonheur. L’action se fera alors de l’intérieur et non de manière extérieure, là est la clef : pour changer le monde, se changer soi même en éliminant le négatif de sa conscience. Nous sommes à l’origine de tout.

AGIR PAR L’INTÉRIEUR

Généralement on pense que pour obtenir un résultat il convient de tenter une action. Or l’essence de la transformation passe par l’intérieur, tout simplement parce que tout ce que nous percevons comme « extérieur » est en fait une création de notre conscience. Le changement en profondeur s’obtient « par le dedans ». En voici quelques exemples. Prenez un enfant. Si vous le complimentez davantage pour ses réussites que pour ses échecs, l’enfant deviendra intelligent. Si au contraire, vous ne pointez que ses erreurs et lui dites que c’est un cancre, il deviendra un cancre. Que se passe-t-il? Vous transformez l’enfant par votre regard en le modifiant dans votre conscience. Il s’agit d’une création de l’esprit. À son tour, l’enfant deviendra intelligent ou sot par l’image qu’il se forgera de lui. Autre exemple : prenez quelqu’un qui vous énerve. Vous avez toutes les raisons de constater qu’il est ceci ou cela et que c’est insupportable. Excédé vous le rejetez. Mais en fait c’est vous qui avez contribué par vos attitudes et vos regards, à lui permettre de jouer ce rôle. Ainsi, pour qu’il y ait un « bourreau », il faut que quelqu’un accepte de « jouer » la victime. Dans chaque cas, nous créons la situation de toute pièce ! Grigori Petrovich Grabovoi soutient que dans les situations difficiles, il suffit d’arrêter de jouer le rôle choisi, d’en changer ou simplement de descendre de scène. Les enfants savent très bien le faire : « pouce, je ne joue plus… ». Les adultes se prennent au jeu (je), s’identifient à leur rôle et le mènent jusqu’au bout, même si le scénario est suicidaire. C’est souvent le cas dans la dramaturgie de la maladie où le malade est pris dans un double piège : celui de son propre rôle et celui du regard des autres, qui le sachant malade, l’excluent par leur regard du domaine des bien portant. Il en est de même avec les questions d’âge. La vieillesse est une maladie, disaient les shadoks…la preuve, on peut en mourir ! En effet, la vieillesse relève infiniment plus du mimétisme et d’un conditionnement que d’une réalité biologique inéluctable. Etant persuadés du contraire, les humains créent le vieillissement. Il est possible de s’en libérer en se connectant sur cette caractéristique essentielle de l’âme : l’éternité *.

Mais qu’est ce que l’âme ?

STRUCTURE ET PLACE DE L’ÂME

L‘âme se trouve au niveau de la poitrine. C’est un organe subtil en forme de sphère. Elle construit le corps physique. Le processus se déclenche à partir d’une zone située au sommet de la sphère, appelée point d’assemblage. Cette construction s’opère à partir d’un dessein. Imaginez le goulot d’un sablier. Dans la partie supérieure, « le corps divin » qui se manifeste par la construction du corps physique. Dans la partie inférieure, le corps de l’individu. Tous les êtres procèdent de la même origine. Ils sont « frères ». De ce point de vue, il n’y a pas d’étrangers, mais que des proches. Nous sommes dans cette notion du « grand véhicule », de ce que GP Grabovoï appelle le macro plan, c’est à dire le Grand Tout. Dans la partie inférieure de l’âme, se loge le point d’archivage. L’âme recèle la mémoire du monde. Elle est éternelle. Cette éternité est l’une des clefs qu’elle offre, car par définition l’éternité ne connaît pas de problèmes. Se brancher sur l’âme, libère du temporel, du vieillissement, des maladies et de la mort. L’âme possède des facultés auto régénératrices. Dans les maladies, dites auto immunes, les personnes sont généralement coupées de leur source, l’âme, (cela se mesure facilement par voie radiesthésique) d’où un corps qui fonctionne de manière anarchique. Dans toutes les formes de maladie on constate une dé spiritualisation, c’est à dire une coupure avec le ciel. Il est amusant de constater que cette coupure se traduit également sur le plan géo biologique par une isolation du cosmos notamment dans certaines constructions modernes, par le choix des matériaux (béton) ou par la l’asymétrie des formes de toits.

Guérir, c’est re spiritualiser.

Re spiritualiser, c’est reconnecter à la source divine.

L’âme forme une première sphère, la conscience une seconde qui englobe la première, au delà une troisième sphère, qui englobe les deux premières, dans laquelle se construit notre réalité. Cette réalité est assujettie à nos convictions car la troisième sphère est tapissée à sa périphérie externe par des miroirs d’où cette notion de l’univers miroir. Au delà de ces miroirs, le vide absolu. Certain l’on appelé Dieu, d’autre « le Sans Nom » d’autres enfin le « Grand Architecte ». De rares personnes pénètrent à ce niveau. Les paroles de ceux qui y parviennent restent généralement longtemps dans la mémoire des hommes sous forme de mythes ou de légendes. L’âme aspire de toutes ses forces à traduire ce monde merveilleux. Les bâtisseurs des cathédrales, les poètes, les compositeurs et les artistes de talent, y parviennent de temps en temps. Mais lorsque le rationnel l’empêche de s’exprimer, l’âme s’étiole et lorsqu’elle se sent étouffée, elle finit par quitter le corps mental qui l’opprime et le corps physique qui en soufre : c’est la mort (l’âme hors).

LE REGARD, MIROIR DE L’ÂME

On dit que les yeux sont le miroir de l’âme. Les scientifiques russes, précisent que le regard est porteur des champs de torsion, énergies dépassant de beaucoup celles de la lumière visible. Un poète déclarait jadis que l’on pouvait renaitre dans le regard de l’autre. Aujourd’hui même, en Russie, on ressuscite les défunts par le jeu de l’âme (le point d’assemblage) et de l’Amour. La réalité est ce que l’on en pense disait René Egli. Le problème est que l’on pense mal. Rien n’est fait pour rendre l’homme heureux. Dès le bas âge on pointe les erreurs, rarement les succès. La peur s’installe aussitôt : fais attention, tu va tomber ! Le médecin, comme le thérapeute voit dans le patient un malade. Le bien portant, disait le Dr Knock, est un malade qui s’ignore. Le drame est que la société est mal portante. En revanche, l’homme reste sain. La clef de sa santé se trouve au niveau personnel. Pour cela, il suffit de cesser d’attribuer à la société l’origine de tous les malheurs et devenir un magicien (l’âme agit), celui qui agit au niveau de son âme. La démarche implique le processus d’individuation qui permet à chacun de devenir soi-même et de créer sa réalité en harmonie avec le Tout.

LES TECHNOLOGIES DE PILOTAGE

Tout cela laisse entrevoir une prodigieuse possibilité, celle d’agir sur les évènements au lieu de les subir en pensant qu’ils sont extérieurs et que l’on n’y peu rien. De la prise de conscience et surtout de la mise en application de cette magie sont nées en Russie de nombreuses technologies spirituelles** visant, suivant l’expression locale, à piloter la réalité. Voici quelques unes de ces technologies.
Les premières portent sur le fantôme biologique. Tout organe est doublé par un champ morphique qui se présente sous forme holographique. Il s’agit de modifier cet hologramme en enlevant son programme négatif et en le remplaçant par un programme conforme à l’évolution harmonieuse. En d’autres termes, on modifie le dessein de l’âme qui correspond à l’organe incriminé. Précisons que la structure holographique demeure même lorsque l’organe est enlevé par voie chirurgicale, ce qui permet de le régénérer.

D’autres technologies font appel à l’esprit.

La lumière de l’âme se dirige sous la forme d’un cône vers un événement ou un objet que l’on souhaite transformer. Vous le ré harmoniserez dans un espace d’Amour que vous aurez contribué à créer. Lorsque vous vous heurtez à quelque chose de négatif, une maladie, un ennui, un tracas, vous le visualisez sous une forme quelconque. Vous réduisez cette forme en un point, puis vous envoyez le plus loin possible, à la frontière de votre conscience. Vous pouvez également agir, de manière plus vaste, en portant votre attention sur le sauvetage global (macro plan). Pour cela, vous fixez un espace éloigné de votre conscience dans un état cristallin de votre âme. Ce procédé est efficace avec les êtres récalcitrants. L’action effectuée les déplacera hors de votre sphère ou bien les fera changer. L’action est simple comme l’a été celle de Jésus. Pour guérir, il illuminait l’âme des malades par un flux divin, de sorte que l’information parvenait à leur esprit et de là atteignait leur corps. La guérison était instantanée.
Malraux disait que le 21 ème siècle serait spirituel ou ne serait pas. Il l’est à présent par cette lumière qui nous arrive de la « Sainte Russie ».

Serge Fitz / Campsaurine 8 Aout 2009

* Cette question est traitée dans l’atelier du rajeunissement programmé régulièrement en France et en Suisse.
* *Ces informations sont transmises dans le cadre de l’EIF (Ecole d’Initiation Fitzhelaourov) et dans certains ateliers.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Nb Je trouve ce sujet très intéréssant sur le fond,
mais je fais néanmoins cette
MISE EN GARDE ET DONC de garder notre DISCERNEMENT/


Citation :
Le Figaro - 27 septembre 2005 - (1/5 de page)

Des mères de Beslan, dont les enfants ont péri dans la prise d’otages de leur école en Ossétie du Nord, ont été victime d’une secte. Le Comité dont elles font partie affirme qu’il s’agit d’une "provocation" des "services spéciaux" pour les discréditer. Selon la presse russe, le gourou de cette secte aurait appartenu aux services de sécurité de l'ancien président Boris Eltsine.
Grigori Petrovitch Grabovoï, âgé de 42 ans, s’est proclamé Dieu en juin 2004. Il prédit qu’il deviendra président de Russie en 2008 et a fondé pour cela un parti politique (le DRUGG). "Pour l'essentiel, son message consiste à promettre la résurrection des morts. Et à terme, la vie éternelle pour les vivants." Le scandale a éclaté parce qu’une dizaine de femmes du Comité des mères de Beslan sont devenues adeptes de la secte. "Pour les uns, les "mères" de Beslan sont victimes d'un charlatan qui profite de leur détresse. Pour les autres, l'opération a été montée par les services spéciaux dans le but de discréditer le Comité qui depuis un an se bat pour faire éclater la vérité sur la prise d'otages du 1er septembre 2004."
Grigori Petrovitch Grabovoï n’est qu’un parmi des dizaines d’illuminées et autres voyants qui opèrent en Russie. Selon ses partisans, ce vendeur de cure de jouvence, de méditation et de talisman, a réussi à maintenir "en orbite un Spoutnik. Il détiendrait aussi le pouvoir de prévenir des avaries dans les centrales nucléaires."
Quatre des mères devenues adeptes disent ne pas avoir été convaincues par le gourou, la plupart des autres se taisent. A Beslan, que cette affaire a mis en ébullition, il est envisagé de dissoudre le Comité pour fonder une autre organisation : "La voix de Beslan". "Nombre de "mères" sont persuadées qu'on leur a tendu un piège. "Désormais, témoigne l'une d'elles, quoique nous disions, nous allons passer pour des folles. C'était le but recherché.""


voir aussi :Le nouvel opium du peuple russe:

"Sous les Tsars sévissaient les Raspoutine et autres flagellants.
Depuis la chute de l URSS, plus d un million de citoyens déboussolés se réfugient dans le mysticisme!"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Didiera

avatar

Masculin
Poissons Serpent
Nombre de messages : 420
Date de naissance : 08/03/1965
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Mar 01 Fév 2011, 13:25

Là ça fait un peu trop !
Je veux bien que l'esprit soit puissant, mais à ce point là ....

Mais, à vrai dire, je n'accroche pas aux mariages physique quantique-spiritualité. Je ne vois pas l'utilité de valider des capacités psychiques par des théories de physique quantique ou autre.

Douceur a dit :
Citation :
J’ai constaté que ces bilocations se
produisaient, dans mon cas, lorsqu’un appel à l’aide était envoyé dans
l’Univers - je n’ai actuellement pas vraiment d’autres mots pour
expliquer ces états de faits. Cette interprétation d’un « appel à l’aide
» m’est donc personnelle et peut-etre réfutée - (ex. : SOS
auto-destruction possible ; « Attention, danger ! »: accident, risque de
mort physique pour telle ou telle personne, etc.).


Donc tu es une sorte de superman ! (ou woman)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Quand qq1 appelle à l'aide, tu 'voles' à son secours, et lui évite accident, maladie, ....

Douceur c'est un grand honneur de t'avoir sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Grok



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 207
Date de naissance : 31/12/1975
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Mar 01 Fév 2011, 14:09

Ça reste confus, tout ça... Des termes qui peuvent vouloir dire plusieurs choses, éventuellement contradictoires.

Quel est le soubassement cosmogonique envisagé, là est sans doute la question. Pour l'instant, c'est confus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Mar 01 Fév 2011, 23:18

Bonsoir Grok,

De quoi parles-tu ?

Tes mots sont confus. Il y a confusion tout court.


Citation :
Quel est le soubassement cosmogonique envisagé, là est sans doute la question.
Ceci veut-il être une question ?

Désires-tu développer ta pensée ?



Doit-on nécessairement "envisager" quoi que ce soit ?

:aa:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mémétique Lourde - Dynamique en spirale   Jeu 03 Fév 2011, 21:38

La sagesse spirituelle et pratique de la Dynamique en Spirale

La quête éternelle vers le haut
entretien avec le docteur Don Beck par Jessica Roemischer

http://www.enlightennext.org/magazine/fr/j22/beck_full_article.asp


Je pense que je commence à voir les gens comme des couleurs ! Après trois mois d'immersion dans la Dynamique en Spiraleune théorie sur l'histoire du comportement humain qui plonge dans les profondeursje peux affirmer sans exagérer que la dynamique de cette Spirale est, en effet, une des avancées les plus importantes dans la compréhension et la gestion de la complexitécette complexité qui est nous. Nos diverses visions du monde, nos croyances, nos identités mêmes, sont représentées par huit " mèmes ", ou systèmes de valeurs, qui s'appliquent autant aux individus qu'à des cultures entières. Et, au fur et à mesure que je la découvre, cette représentation de la conscience humaine en forme de spirale dynamique, avec sa hiérarchie de " mèmes " codés en couleurs, est littéralement en train de colorer ma perception.

J'étais au mariage d'un ami quand, tout à coup, je me suis rendu compte que je voyais le mème BLEU (absolutiste) dans cette dame en vêtements guindés qui portait un crucifix, le mème ORANGE (entrepreneur) dans ce jeune arriviste avec sa Rolex, et le mème VERT (égalitaire) dans ce hippie barbu et vieillissant. Pire que ça : je commence à voir à quel point je suis moi-même " VERTE ", avec mon désir de vie communautaire et d'acceptation consensuelle, mon fort parti-pris contre les corporatismes et les conservatismes politiques, et ma passion pour les causes environnementales, même si, je dois l'avouer, je suis attachée à conduire vite (ROUGE-impulsif) mon Audi (ORANGE) !

Dois-je m'en inquiéter ? Suis-je en train de cataloguer les autres, et moi-même, en classant tout selon ces types codés par des couleurs, apparemment brossées à la va-vite, que l'on appelle " mèmes " ? Est-ce que le modèle de la Dynamique en Spirale, constitué de ces mèmes, n'est qu'une façon pratique d'éviter d'être aux prises avec la complexité et la diversité des êtres humains, d'échapper au défi de discerner vraiment qui nous sommes ? Au contraire, j'ai découvert que cette grille d'interprétation, loin de conduire à un froid détachement analytique ou à une perspective plate, unidimensionnelle, éclaire en profondeur les lignes fuyantes de la psychologie humaine, les croyances et les valeurs (y compris les miennes) qui, souvent inconsciemment, guident nos choix et façonnent notre identité même. Le point de vue de la Dynamique en Spirale aboutit également à une objectivité inattendue et libératrice, car elle situe ma propre expérience dans le contexte de l'histoire entière de l'évolution psychologique humaine, dont la totalité se retrouve en chacun de nous depuis les instincts de survie les plus primitifs (BEIGE) jusqu'aux aspirations spirituelles les plus évoluées (TURQUOISE), avec, dans mon cas, une bonne dose de bonne conscience éco-égalitariste (VERT) à remettre en cause !

Mais pourquoi une spirale, me direz-vous ? Le mouvement spiralé est l'expression dynamique des forces cosmiques et naturelles, une " fractale universelle dominante ", évidente partout, que ce soit dans le code ADN en hélice ou les galaxies en spirale qui peuplent notre univers. La Dynamique en Spirale se donne comme la meilleure façon de représenter l'évolution de la conscience humaine : par une structure en spirale montante et dynamique, qui dresse la carte de nos systèmes de pensée évolutifs se déroulant toujours plus haut en niveaux de complexité croissante. Il est certain que la conscience humaine a considérablement augmenté en complexité au fil des millénaires, comme le démontre le rythme accéléré de notre monde hautement interactif. Mais, en dépit des illusions que je pourrais avoir sur mon positionnement dans la spirale de par ma vie " high-tech post-moderne ", le graphique de la Spirale en mouvement signale que nous, les êtres humains, émergeons seulement du premier grand épisode de l'histoire humaineune ère de 100 000 ans fondamentalement basée sur la survie : le " premier étage " de la Spirale.

Le docteur Don E. Beck développe, enseigne et met en śuvre son concept de Spirale dynamique depuis bientôt trente ans. Transmettant la perspective authentiquement " intégrale ", ou inclusive, qui est l'essence de ce modèle en spirale, Beck dépeint la vaste tapisserie que tissent les cultures globales, avec le soin, la perspicacité, et la familiarité aisée de quelqu'un parlant des membres de sa propre grande famille, attentif aux capacités et aux défis propres à chacun. Et cet humanitarisme évolué transmet la conviction sincère et passionnée que la Dynamique en Spirale peut résoudre les défis et les responsabilités immenses auxquels nous sommes confrontés en ce moment de l'histoire.

En effet, on pourrait qualifier Don Beck de militant-philosophe pour ce nouveau millénaire. En tant que co-fondateur du Centre National des Valeurs à Denton, Texas, et président du Spiral Dynamics Group, une entreprise globale, il est, selon sa propre définition, un " magicien de la Spirale ", qui utilise le modèle dynamique de la Spirale pour effectuer des changements de système à grande échelle, dans différents secteurs et parmi diverses sociétés du monde. Avec Christopher Cowan, il a écrit en 1996 Spiral dynamics : Mastering Values, Leadership, and Change (" La Dynamique en Spirale : maîtriser les valeurs, la direction et le changement "). Cet ouvrage développe et élabore la théorie pionnière des " Systèmes de Valeurs ", relative au développement humain, proposée par le regretté professeur Clare Graves. La longue carrière de consultant de Beck l'a conduit sur des sites aussi différents que le 10 Downing Street, pour rencontrer des membres du bureau politique de Tony Blair ; le cercle dirigeant de Chicago, pour traiter les difficultés rencontrées par les institutions éducatives dans cette ville ; la Banque Mondiale, pour examiner l'avenir de l'Afghanistan ; et les conseils d'administration de grandes banques, de compagnies aériennes, de distributeurs d'énergies, d'agences gouvernementales.

Don Beck a discuté de problèmes raciaux avec le Président Bill Clinton, et de stratégies profondes de réconciliation avec le président Nelson Mandela, jouant notamment un rôle central dans la création pacifique d'une Afrique du Sud démocratique, pour lequel il a reçu un poste législatif honorifique en 1996 dans l'Etat du Texas où il réside. Plus récemment, il a joint ses forces au philosophe intégral Ken Wilber et au président de l'institut Airlington John Petersen, entre autres, pour faire de la Dynamique en Spirale un outil encore plus puissant afin de " gérer les interventions, le changement et la transformation à grande échelle "une nouvelle initiative appelée " Spiral Dynamics integral " (SDi), " l'Intégrale de la Dynamique en Spirale ".

S'appuyant sur sa vaste expérience, Don Beck explique pourquoi la théorie de la Dynamique en Spirale est un instrument de grande portée pour quiconque reconnaît la nécessité d'une transformation humaine et d'une réconciliation globale en cette période aussi critique et exigeante de l'histoire. De fait, plus l'on se familiarise avec la perspective globale de la Dynamique en Spirale, plus l'on comprend pourquoi cette théorie imposante a pu être qualifiée de " nouvelle définition de la nature humaine [et de] la portée évolutive de l'intelligence humaine. "

:aa:


Dernière édition par douceur le Mer 04 Fév 2015, 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Jeu 03 Fév 2011, 21:46

La dynamique en spirale

Citation :
Spiral Dynamics

"Ce que je propose, c’est que la psychologie de l’être humain mature est un processus en spirale, qui oscille, émerge et se déploie, marqué par la subordination progressive de systèmes de comportement plus anciens, d’ordre inférieur, à des systèmes plus récents, d’ordre supérieur, à mesure que les problèmes existentiels de l’homme évoluent."

WIE : Don Beck, pouvez-vous commencer par expliquer le concept de base de la dynamique en spirale ?

Don Beck : Le concept de la dynamique en spirale est que la nature humaine n'est pas figée ; tout n'est pas joué à la naissance. Au contraire, nous avons les capacités, par la nature même de notre esprit/cerveau, de construire de nouveaux mondes conceptuels. Aussi, ce que nous essayons de décrire est simplement comment les humains sont capables, lorsque les conditions deviennent suffisamment mauvaises, de s'adapter à leur situation en créant de plus grandes complexités de pensée pour gérer de nouveaux problèmes.

WIE : Pouvez-vous en dire davantage sur cette capacité, qui semble propre à l'homme, de développer des niveaux plus élevés de pensée et de connaissance ?

DB : La Dynamique en Spirale a pour postulat que nous possédons une intelligence adaptative, " intelligence complexe, adaptative et contextuelle ", qui se développe en réponse aux circonstances et défis de la vie auxquels nous sommes confrontésce que dans ce modèle de dynamique en spirale nous appelons les Conditions de Vie. Ce sur quoi nous portons systématiquement notre attention est la dynamique d'ordre causal créée par les Conditions de Vie, puis sur les types de mécanisme d'adaptation et d'intelligence collective qui sont fabriqués en réponse à ces conditions. Ces intelligences collectives sont ce que nous appelons les memes *.

WIE : Vous semblez insister sur la nature évolutive de l'intelligence humaine, qui nous permet de nous adapter et de survivre à nos défis existentiels, ou " Conditions de Vie ". Pouvez-vous en dire plus sur l'importance évolutive des " mèmes " ?

DB : Comme les gènes, les virus et les bactéries, les mèmes répondent au même principe de base que l'on trouve dans l'univers, à savoir le renouvellement, la capacité de régénération. Chaque mème successif implique un horizon plus vaste, un principe d'organisation plus complexe, avec un nouveau calibrage des priorités et des structures mentales, ainsi que des lignes de fond spécifiques. C'est un moyen résoudre les problèmes. C'est un moyen d'assigner un ordre de priorité, de mettre en avant ce qui est plus important et pourquoi, en réponse aux Conditions de Vie. Et tout comme un code biologique ADN, code qui se reproduit lui-même en se disséminant dans tout le corps, le code d'un mème est un schéma bio-psycho-socio-spirituel de type ADN, une empreinte qui se répand à travers une culture, et joue son rôle dans tous les domaines d'expression de cette culture, modelant les codes de survie, la mythologie des origines, les formes artistiques, les styles de vie, les appartenances communautaires.

WIE : Donc, selon vous, à mesure que les humains s'adaptent à leurs Conditions de Vie, cela éveille de nouvelles sortes d'intelligence, ou des codes, les " mèmes ", qui à leur tour façonnent l'évolution de la culture.

DB : Oui. Et les cultures, comme les pays, sont formées par l'émergence de ces mèmes, ou systèmes de valeurs, qui constituent le ciment qui relie un groupe, le définissant comme type de population et réfléchissant la place qu'il occupe sur la planète.

Mon vieil ami et collègue, feu le professeur Clare Graves, avait l'intuition qu'il existait des modèles sous-jacents dans l'évolution de la conscience humaine. Il a identifié huit niveaux d'existence psychologique et culturelle, ou systèmes de valeurs, qui sont devenus la base de notre modèle en spirale. Les mêmes principes ou niveaux d'existence s'appliquent aussi bien à une personne individuelle qu'à l'ensemble d'une société. Graves a impliqué des milliers de personnes dans son étude, cherchant constamment à déceler ces modèles sous-jacents qui, estimait-il, reflètent différents niveaux d'activation de notre système nerveux moteur.

WIE : Pourriez-vous esquisser le modèle en spirale avec sa hiérarchie de huit mèmes, ou niveaux d'existence ?

DB : Dans le langage de Graves, le " Premier Etage " de la spirale est un ensemble de six mèmes caractérisés par les notions d'existence ou de subsistance. Cela veut dire que nous ressemblons davantage à des animaux qu'à des dieux et que nous avons à faire face à des problèmes d'existence d'ordre essentiellement terrestre. Donc, le Premier Etage (BEIGE, VIOLET, ROUGE, BLEU, ORANGE, VERT) rassemble nos problèmes de " subsistance " ou de survie, tandis que le Second Etage (JAUNE, TURQUOISE) śuvre à l'élaboration de formes saines de tous les systèmes du Premier Etage, dans le contexte d'une communauté globale, riche en informations et hautement mobile. Bien que Graves ait identifié huit niveaux d'existence, avec un neuvième à l'horizon, la Spirale est en expansion, ouverte sans fin, continue et dynamique. Il n'y a pas d'état final, pas de destination ultime, pas de paradis utopique. C'est une quête sans fin vers le haut, dont chaque phase n'est qu'un prélude à la suivante, puis la suivante, et la suivante.

WIE : Et qu'est-ce qui provoque l'émergence évolutive de ces stades, ou mèmes, le long de cette spirale ascendante ?

DB : Nos crises, parce qu'elles offrent les points d'inflexion et les bornes repères qui déclenchent le mouvement vers le prochain niveau de développement humain. Et chaque niveau d'existence, ou mème, ressemble plus à une vague montante, un système vivant et fluide, qu'à une étape hiérarchique rigide comme une marche d'escalier. Une fois qu'un nouveau niveau apparaît dans une culture, tous les stades précédents de développement restent acquis dans le système de valeurs résultant. Dans le langage de Ken Wilber, tout nouveau stade social " transcende et inclut " chacun de ceux qui ont précédé. Pour cette raison, les systèmes de pensée plus complexes comportent de plus grand degrés de liberté.

WIE : Pourquoi utilisez-vous un modèle en spirale pour représenter l'émergence de ces stades évolutifs de développement psychologique et culturel ?

DB : La forme spiralée du tourbillon est ce qui représente le mieux la façon dont émergent les systèmes humains, ou mèmes, car ils évoluent par niveaux de complexité croissante. Chaque spire montante indique la survenue d'une version plus élaborée de ce qui existe déjà, chaque mème étant un produit de son temps et de ses conditions. Et ces mèmes forment des spires correspondant à une complexité croissante chez une personne, dans une famille, une organisation, une culture ou une société. Nous vivons tous dans des états en mouvement ; il y a toujours de nouveaux vins, toujours de vieilles lies. Et l'on peut constater que tout ce processus évolutif fonctionne, du fait même que nous sommes toujours ici, que nous avons été capables de survivre des milliers et des milliers d'années sous la menace d'un environnement très hostile. Ainsi, nous sommes en présence d'une espèce merveilleuse qui a la capacité innée de se renouveler elle-même. C'est ce qui fait de nous des humains.

*Le concept de " mème " fut proposé dans les années 70 par le biologiste évolutionniste Richard Dawkins. Selon lui, il fallait considérer l'évolution de la culture indépendamment de l'évolution génétique et biologique. Les " mèmes " de Dawkins désignent des " unités de transmission culturelle " spécifiques, telles que les chansons, les idées, les modes vestimentaires, parmi d'autres exemples. Toutefois, dans la Dynamique en Spirale, elles sont appelées " petits mèmes ". Lorsque Beck utilise le mot " mème ", il fait référence à un " système central de valeurs " ou " mème de valeurs ". Ces systèmes agissent comme " principes organisateurs " s'exprimant à travers les petits mèmes, et ils sont si essentiels à nos façons de penser qu'ils peuvent " se répandre à travers tout un groupe ou une culture entière, et structurer par eux-mêmes les états d'esprit ".

:aa:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les "Memes"   Jeu 03 Fév 2011, 22:06

The "Memes"

Citation :
Un mème (de l'anglais meme ainsi que du français même) est un élément culturel reconnaissable (par exemple : un concept, une habitude, une information, un phénomène, une attitude, etc.), répliqué et transmis par l'imitation du comportement d'un individu par d'autres individus. L'Oxford English Dictionary définit le mème comme « un élément d'une culture pouvant être considéré comme transmis par des moyens non génétiques, en particulier par l'imitation ».

http://fr.wikipedia.org/wiki/Meme

BEIGE

WIE : Votre modèle de dynamique en spirale figure notre mouvement évolutif en commençant il y a 100 000 ans avec l'apparition du premier " niveau d'existence ", le mème BEIGE. A quoi correspond ce premier stade du développement humain ?

DB : Le BEIGE, dans notre modèle, est un état d'existence pour ainsi dire automatique, induit par les besoins physiologiques impérieux qui actionnent le dispositif primaire de survie avec lequel nous sommes nés. Dans sa forme originelle, si on remonte à 100 000 ans, le niveau d'existence BEIGE a été la première étape qui a fait de nous des humains. Il s'agit d'humains luttant simplement pour leur survie dans des environnements où se trouvent d'autres animaux. Néanmoins, nous sommes plus sophistiqués et semblons avoir plus de talents conceptuels pour nous réunir en clans protecteurs afin de préserver ce que nous avons et nous protéger des prédateurs. Le père, dans le clan de survie, mange en premier, parce que si le plus fort meurt, la famille n'a plus d'espoir. Ainsi, la clé du BEIGE est la survie par l'utilisation d'une intelligence instinctive, avec un système sensoriel plus affûté qui nous permet de mieux voir et de mieux entendrenous pouvons ressentir des choses avec la racine nos cheveux dans la nuque. Le simple fait de rester en vie est ce qui compte le plus.

WIE : Reste t-il des exemples de BEIGE de nos jours ?

DB : Le seul vrai BEIGE qui existe encore aujourd'hui dans sa condition primitive est caché en Indonésie et dans certaines parties d'Afrique. Nous avons étudié les aborigènes pendant quelque temps : il est tout à fait clair qu'ils ont la troublante capacité de retrouver de l'eau enfouie, ou des śufs d'autruche. Ils peuvent aussi sentir les changements de temps. Donc, " primitif " ne veut pas dire pour nous " primitif-et-imbécile ", parce qu'il pourrait bien y avoir jusqu'à seize sortes de sens, y compris la capacité de voir à grande distance, une multiplicité de sens activés à ce niveau d'existence. Mais aujourd'hui, la plupart de ces sens sont atrophiés, submergés par nos systèmes conceptuels plus complexes.

WIE : Est-ce que les conditions de vie forcent parfois les gens à exister au niveau BEIGE, même s'ils ne sont pas réellement primitifs ni ne sont représentatifs de la forme " primaire " de ce mème ?

DB : Oh, on peut trouver des traces de BEIGE chez les gens qui vivent dans la rue et sont avant tout des chasseurs-cueilleurs, qui mangent ce qu'ils dégotent sur leur chemin. On peut certainement en voir l'exemple dans les horribles conditions d'extrême pauvreté de Somalie ou d'Ethiopie, où l'existence se réduit au geste de la main à la bouche. C'est aussi évident chez les nouveaux-nés, qui mangent quand ils ont faim. Et puis un certain nombre de gens, quand ils sont exposés à une catastrophe, peuvent régresser jusqu'au BEIGE. Le sens de priorités plus hautes disparaît brusquement quand on se trouve pris dans une tragédie personnelle, dans des situations de souffrance ou de privation extrême. Il se crée une sorte de vide, certainement induit par la peur, parce que les limites et les attentes se dissolvent soudain et que l'on se retrouve seul sur ses pas, livré à ses propres moyens. C'est ce sentiment que nous avons quand nous avons à faire quelque chose d'entièrement différent, quelque chose que nous n'avons jamais fait auparavant et que nous ne sommes même pas sûrs de pouvoir faire. Je pense qu'après le 11 septembre nous avons vu des gens rentrer temporairement dans le BEIGE parce que la crise les a mis dans une condition psychologique différente.


VIOLET  

WIE : Le second niveau ascendant de la spirale est le VIOLET. Quels développements évolutifs caractérisent le passage de l'existence primitive du BEIGE au niveau d'existence suivant, le mème VIOLET ?

DB : Le VIOLET est animiste, tribal et mystique. Dans le monde du VIOLET, nous trouvons les premiers signes de communauté humaine, le sentiment d'une parenté d'esprit" je suis quelqu'un parce que j'appartient à un certain clan ou à une certaine tribu. " Durant la période glacière, le monde est devenu surpeuplé. Il y avait plus d'humains par kilomètre carré que jamais auparavant. Dans le système BEIGE, des clans ont commencé à se heurter à d'autres clans, avec un début de compétition pour investir les niches écologiques. Soudain, un clan approximativement structuré se consolide en une tribumettons, quatre à cinq cents individusde sorte qu'il peut désormais survivre dans une situation de compétition avec d'autres clans. Donc, l'un des changements de Conditions de Vie menant au passage du BEIGE au VIOLET concernait la territorialité et l'accès aux ressources.

Au même moment, une mutation est intervenue pour éveiller dans le cerveau la première véritable capacité d'associer la cause et l'effet. Ce furent les premières notions de métaphysique. Dans l'esprit BEIGE, les événements semblent être dispersés, chacun isolé, sans grand caractère prévisible. Mais, par exemple en Afrique, si la lune est pleine et qu'une vache meurt, l'esprit VIOLET fait la corrélation entre les deux événements, l'un devenant la cause de l'autre. Ainsi, l'émergence du système métaphysique, en même temps que la capacité de travailler plus solidement en équipe, s'est produite lors de la transition de l'Individu des premiers ages (BEIGE) vers l'Individu Mystique (VIOLET), émergence précipitée par les changements de Conditions de Vie intervenus lors de l'ère glacière, il y a environ cinquante mille ans.

WIE : Il semble que l'émergence de la capacité de s'unir et travailler ensemble augmente littéralement nos chances de survie.

DB : Vous avez parfaitement raison. Littéralement. Et dans la mesure où ces étapes d'existence, ou niveaux de mème, représentent des systèmes bio-psycho-sociaux, ils indiquent l'émergence évolutive de capacités et d'aptitudes biologiques et physiques. Par exemple, nous savons que le niveau d'ocytocine, hormone biochimique du cerveau dont les bienfaits pour la santé sont divers, est plus élevé quand les humains mangent en groupe. Ainsi, manger ensemble, rompre le pain ensemble, les fêtes de toutes sortes, tout cela élève le niveau d'ocytocine dans le cerveau et améliore la survie. Autre chose s'est développé à cette époque, c'est le processus chimique interne au cerveau, quel que soit ce mécanisme, qui permet à une personne d'entendre intérieurement des voix, les voix des esprits. Le mème VIOLET est fortement corrélé aux tendances dites de cerveau droit telles que l'intuition aiguë, l'attachement émotif aux lieux et aux choses, et un sens mystique des rapports de cause à effet. J'ai moi-même un sens VIOLET bien développé, ayant passé tellement de temps avec les Zoulous dans des lieux sacrés.


ROUGE

WIE : Avec ses tribus et ses rituels, le mème VIOLET semble avoir constitué un saut significatif par rapport à l'existence primitive du BEIGE.. Comment le prochain niveau de mème de la spiralele ROUGEémerge-t-il du VIOLET, et quelles sont les caractéristiques qui le définissent ?

DB : Dans la zone ROUGE, nous avons les débuts du moi brut, égocentrique. Je suis quelqu'un. Ce qui a commencé à causer, il y a environ dix mille ans, les changements de Conditions de Vie conduisant au ROUGE ne furent pas des échecs, mais plutôt des succès. Dans le VIOLET, nous avons fort bien réussi. Nous avons trouvé de la nourriture, nous avons stabilisé notre mode de vie, nous avons conquis ce que nous pensions être les dragons de notre vie. Tout était lisse, ennuyeux. Beaucoup de jeunes sont devenus mécontents. Ils ont vu que quelque chose de leur essence, plutôt que d'être protégé, était en train d'être contenu, limité. C'est alors que le ROUGE progresse à grands pas. Maintenant nous avons des individus élitaires qui commencent à s'extraire de l'élément unifiant du VIOLET, devenu dépassé. Ainsi, ce que le VIOLET a produit, par ses succès, était le besoin d'individus forts accédant au pouvoir, qui dominent, par exemple dans un environnement militaire où l'on a pas le temps de voter s'il faut ou non " prendre la colline ". Ce qui commence à se libérer est l'affirmation du moi brutle renégat, l'hérétique, le barbare, le vas-y-seul, le moi puissant, l'hédoniste.

WIE : Il est plus difficile de voir les attributs positifs du mème ROUGE . Le VIOLET m'attire franchement plus, avec cette mise en avant de l'union humaine et du sens de la métaphysique.

DB : Il y a à la fois des expressions positives et négatives dans tous les mèmes, y compris le ROUGE. Dans le ROUGE, nous voyons des taux de crimes élevés, nous voyons toutes sortes de rage et de rébellion, mais nous pouvons aussi voir de merveilleux élans de créativité, des actes héroïques, la capacité de briser la tradition et de frayer de nouveaux chemins. Et la rébellion, l'impulsivité de mode ROUGE ne pouvaient se manifester que parce que le VIOLET, à travers l'union, avait stabilisé les choses. Et puis le ROUGE était en rébellion contre les rituels et les sacrifices imposés à la jeunesse par le système VIOLETles rites douloureux de passage, par exemple. C'est pourquoi le ROUGE succède au VIOLET, et pourquoi le VIOLET dispose la scène du ROUGE.

C'est très importantje veux que vous voyiez les interconnections. Les mèmes ne sont pas des entités qui flottent dans le vide. Le ROUGE n'est pas meilleur que le VIOLET. C'est différent. Donc vous devez vous demander, avant tout : quelles sont les Conditions de Vie ? Si les Conditions de Vie vous demandent d'être fort et de vous affirmer, ou de combattre pour sortir d'une horrible situation, alors le mème ROUGE est la voie à suivre. Le ROUGE n'est pas une aberration, mais une partie normale du répertoire des mèmes humains. Cette perspective est fondamentale dans la dynamique en spirale : vous acceptez que les mèmes ne représentent pas une hiérarchie de " mieux ", mais plutôt que chacun peut s'exprimer de manière positive ou négative, et que toute la spirale, avec son assortiment de codes de type mème, existe à l'intérieur d'une seule personne, prête à être invoquée en réponse aux sollicitations de ses fluctuantes Conditions de Vie.


BLEU  

WIE : Et maintenant, le quatrième niveau de mème de la spirale. Pourriez-vous commencer par parler des problèmes de Conditions de Vie produites par l'individualisme et l'égocentrisme du ROUGE, qui finalement ont nécessité une transition vers le niveau suivant, le BLEU ?

DB : Dans le BLEU, il y a la recherche d'un but transcendant, une reconnaissance de l'importance de l'ordre et du sens, d'un univers contrôlé par un pouvoir unique et supérieur. La société ne peut plus fonctionner avec la présence constante du ROUGE, avec ses entités de type guerrier, gangs ou seigneurs de guerre ; ainsi nous devons grandir pour résoudre les problèmes créés par le succès du ROUGE. Ici, pour la première fois, naît la capacité de ressentir la culpabilité (le ROUGE se sent honteux mais pas coupable). Dans le système BLEU, les individus acceptent avec joie l'autoritarisme et le sacrifice de soi pour le bien commun.

Quand le BLEU commence à se développer, il doit prendre en main le ROUGE. C'est pourquoi dans l'Ancien Testament on trouve des mesures punitives telles que " śil pour śil et dent pour dent ". S'il existe un composant ROUGE fort, alors on a, dans les systèmes religieux et légaux, une forme punitive très accentuée de BLEU. Ceci est conçu pour traiter la menace du ROUGE, et aussi longtemps que la menace ROUGE est présente, l'expression punitive du BLEU continuera d'exister. Mais dès que le BLEU a moins à contenir la violence du ROUGE, il continue son cycle de vie en s'orientant vers une version plus saine de lui-même, prenant la forme de systèmes plus institutionnalisés, dans lesquels prévalent rigueur, discipline, responsabilité, stabilité, persévérance et ordre.

Ce qui semble également se produire dans le cerveau est une meilleure capacité d'abstraction, et cette faculté d'abstraction est associée à une cause, une " cause célèbre ", un " isme "par exemple le Chemin Octuple du bouddhisme, ou l'idée de l'islam, qui sont tous les deux des abstractions. Donc encore une fois, nous sommes dans une zone métaphysique, mais cette fois les esprits VIOLET sont organisés en " notre Dieu est une forteresse puissante... ". Et donc nous avons la naissance du monothéisme, du Zoroastrisme et de tous les " ismes ", qui ont commencé soudain à émerger il y a environ cinq mille ans. Et bien qu'ils aient eu des contenus différents, leurs modes de pensée étaient tous identiques.

WIE : Je n'avais jamais envisagé les religions du monde sous cet angle, à savoir qu'en dépit de leurs différences de " contenu ", elles sont l'expression du même stade évolutif de développement.

DB : Oui, parce que ces codes de mème sont comme des empreintes, ou comme des aimants. Le code de mème que nous désignons par BLEU rencontre un but transcendant. Quel est ce but transcendant ? Cela peut être le bouddhisme, le judaïsme ou l'islam. Le code de ce mème s'est attaché à de telles expressions religieuses car elles lui fournissent un moyen de s'exprimer. Par conséquent nous pouvons avoir des guerres sacrées entre deux " ismes " qui, tous deux, relèvent du code BLEU. Car il y a une différence entre les manifestations superficielles d'un système de valeurs de basele mème régi par un codeet ce système de base lui-même.


ORANGE

WIE : Comment le BLEu absolutiste, discipliné et institutionnel, a-t-il engendré le mème ORANGE, le cinquième niveau du modèle en spirale ?

DB : L'ORANGE, dans notre modèle, est associé à l'avancement, à l'amélioration et au progrès. Là encore, le thème précédent, ici le BLEU, a été poussé jusqu'à ses limites. On en tire le maximum de réussite ; et ensuite, qu'arrive t-il ? L'individu en nous s'agite. " Mais je suis un individu. Je veux affirmer mon autonomie personnelle ". Le BLEU dit " Non, tu dois rester dans le rang et te conformer aux ordres du système. Ne veux-tu pas aller au paradis ? Ne veux-tu pas avoir une bonne retraite ? " Et l'ORANGE répond, " Oui, mais je pense que je peux produire le paradis sur terre. Je pense que je peux augmenter la part du gâteau. " C'est ainsi que nous avons eu le Siècle des Lumières, qui était essentiellement l'émancipation de l'esprit individuel par rapport à des forces devenues très restrictives.

Quand le système BLEU est apparu, il était pertinent et nécessaire. Mais l'individualisation ORANGE a commencé à se manifester il y a environ trois cents ans, lorsque les chefs consacrés sont devenus trop punitifs, et aussi discrédités parce qu'ils ne réussissaient pas à protéger les gens des épidémies. C'est ainsi qu'est née, Dieu merci, la méthode scientifique. On a vu également grandir la foi dans l'optimisme, la mobilitéla croyance que nous sommes de fait capables de façonner notre avenir, que nous sommes les administrateurs de l'univers et pouvons par conséquent le dominer. Nous pouvons nous tailler une bonne vie à notre profit. Et à nouveau, certaines choses fascinantes se sont produites pour la première fois, semble-t-il, et ceci dans les cerveaux européens des années 1700le sens mathématique, le sens du rythme, le sens linéaire qui ont rendu possible l'écriture de la musique, la quantification et la mesure. Ces capacités classiques du cerveau gauche se sont développées magistralement dans les cerveaux occidentaux à partir du système ORANGE. Ce grand mouvement merveilleux est qualifié à l'envie d'" occidental ", mais c'est réellement ce que c'est.

WIE : Il est rafraîchissant de vous entendre parler de l'ORANGe en ces termes, parce que j'étais en train de penser aux nombreux effets négatifs de ce mème particulier, notamment les ravages écologique auxquels l'industrialisation ORANGE a conduit.

DB : C'est pourquoi nous devons regarder trois choses : les Conditions de Vie, le code/mème lui-même, et la façon dont ce code s'exprime dans un certain contexte. Si nous n'aimons pas le capitalisme ou le consumérisme, qui sont des expressions du code/mème ORANGE, il faut voir que ces expressions ne sont pas le code " orange " en lui-même, qui est la capacité de fabriquer les choses, d'améliorer les choses. La créativité et la capacité technique inhérentes à ce même code ORANGE peuvent à présent servir à nettoyer l'environnement. C'est pourquoi nous ne pouvons nous permettre de minimiser aucun de ces systèmes mémétiques. Nous pouvons remettre en question l'une de ses manifestations, mais sans le système de pensée ORANGE, nous ne pourrions pas résoudre les problèmes médicaux, nous ne pourrions pas imaginer comment purifier l'eau ou l'air, et nous régresserions dans les mythes et le mysticisme du BLEU. Je pense que personne ne souhaite que cela arrive.


VERT

WIE : Le mème VERT est le niveau final du premier étage de la spirale. Pouvez-vous parler du mème VERT, comment il a émergé de l'ORANGE, et indiquer le rôle qu'il joue dans l'émergence humaine vers le haut de la spirale ?

DB : A son mieux, le VERT est communautaire, égalitaire et consensuel. Sans l'ORANGE nous n'aurions pas eu le VERT, parce que dans l'ORANGE l'être intérieur était court-circuité et ignoré. Notre science nous a engourdis, laissés sans cśur ni âme, nantis des seules manifestations extérieures de la réussite. La " bonne vie " était mesurée seulement en termes matériels. Nous découvrons que nous sommes devenus séparés de nous-mêmes, aussi bien que des autres. Donc le VERT, ce code mémétique assez récent, a commencé à émerger il y a environ cent cinquante ans, des ages de l'Industrie, de la Technologie, de l'Abondance et des Lumières, pour déclarer que dans chacune de ces entreprises, l'être humain de base a été négligé. Le point focal se déplace de l'accomplissement personnel vers des buts et des objectifs communautaires et de groupepour le VERT, nous sommes tous une seule famille humaine.

Le VERT commence par faire la paix en nous-même, puis prend de l'ampleur en portant l'attention sur les dissonances et les conflits de notre société. Il veut instaurer la paix là aussi, en prenant en considération les fossés économiques et les injustices créés par l'ORANGE, mais également par le BLEU et le ROUGE, pour apporter la paix et la fraternité permettant le partage égalitaire. On s'attaque à la rigidité des rôles masculin/féminin, on ouvre les plafonds en posant des verrières, on met en śuvre des programmes de soutien, on tend à effacer les distinctions de classe sociale. La spiritualité est de retour grâce à une approche unitaire dépassant les confessions particulières et le sectarisme.

WIE : Et puisque le mème VERT est le dernier niveau du " premier étage ", il doit nous préparer à faire la transition vers les niveaux " Etre " du second étage de la spirale.

DB : Oui, car ce que le VERT a accompli, dans un sens très positif, est l'épuration de la spirale, en proclamant l'égalité de toutes les différentes expériences de vie. Il affaiblit le contrôle du BLEU et de l'ORANGE, permettant aux populations indigènes du VIOLET ou du ROUGE d'avoir leur place au soleil et leur temps d'antenne sur CNN. Il śuvre, vous voyez, à la découverte de l'égalité, la ressemblance et la sensibilité. Et il agit ainsi pour une très bonne raison : car sans le VERT, nous ne pourrions pas atteindre le JAUNE ni le Second Etage.


Le " Mauvais Mème Vert "

WIE : Docteur Beck, mon " centre de gravité " mémétique est certainement dans le VERT. Et je ne suis pas la seule : le mème VERT est une grande tendance de la culture occidentale d'aujourd'hui, et il est pour beaucoup, comme pour moi-même, le paradigme conceptuel et psychologique dominant.

DB : Comme je l'ai dit, le VERT est une étape essentielle vers le JAUNE et le Second Etage, mais son coût est élevéil absorbe plutôt qu'il ne contribue.

WIE : Pourquoi dites-vous que le VERT est coûteux ?

DB : Parce qu'il en coûte de donner à tous sans demander d'autre contribution que de tendre la main. La plupart des nobles programmes de " Grande Société " n'ont pas fonctionné, et ceux qui ont essayé le socialisme dans leur version du code " vert " se sont aperçus que ce n'est pas la réponse non plus.

WIE : Et que voulez-vous dire quand vous dites que le VERT " absorbe plutôt qu'il ne contribue " ?

DB : Il utilise les ressources que l'ORANGE a construites, mais comme il méprise l'ORANGE, il tourne le dos à la croissance. De son point de vue, la croissance et la consommation sont mauvaises. Il veut utiliser les ressources déjà disponibles et les redistribuer de telle sorte que tout le monde puisse en profiter. Le VERT est un système merveilleux, mais, ironie de l'histoire, il suppose que tout le monde possède le même niveau d'opulence que lui.

WIE : Je reconnais certainement cela dans ma propre expérience : mon bon niveau de vie me permet d'être très satisfaite de moi et très égalitaire en même temps !

DB : Exact. Seules ces personnes qui ont réussi dans l'ORANGEqui ont un confortable compte en banque, qui ont quelque garantie de survie, qui n'ont pas le loup à la portevont se mettre à penser VERT. Malheureusement, quand le VERT se met à lancer ces attaques contre les niveaux mémétiques BLEU et ORANGEles bonnes sśurs qui vous tapent sur les doigts et les gros chats dans leurs suites présidentiellesc'est comme quelqu'un qui grimpe sur le toit de la maison puis jette l'échelle qui l'y avait mené.

WIE : Quels sont les effets visibles de l'expression négative du mème VERT ?

DB : Malheureusement, ce que fait cette version négative du VERT est de détruire la capacité des systèmes économiques et sociaux de l'ORANGE et du BLEU a réellement traiter les lacunes que le VERT a lui-même identifiées. Il détruit les structures économiques de l'ORANGE. Et il détruit aussi les systèmes autoritaires du BLEU, qui sont nécessaires pour contrôler le ROUGE, comme nous pouvons le voir trop clairement aujourd'hui dans l'exemple du Zimbabwe. Par conséquent, il devient contre-productif. Il fait empirer les choses. Il soulage le ROUGE de la responsabilité d'apprendre la discipline et de se donner un but dans le BLEU-ORANGE, car il aime les peuples indigènes, mais a tendance à leur attribuer une plus grande complexité en les voyant comme " nobles sauvages ". Avec la destruction des systèmes autoritaires et purificateurs du BLEU et de l'ORANGE, il y a déferlement du comportement ROUGE indiscipliné, égocentrique et impulsif dans la zone VERT, aussi bien en nous-même que dans nos sociétés. Et c'est ce mélange malsain de ROUGE et de VERT, dans lequel un narcissisme égocentrique fort se combine avec des discours pontifiants sur l'humanité et l'égalité, qui devient le terreau de ce que Ken Wilber et moi-même appelons le " Mauvais Mème Vert " ou " boomeritis ", ainsi appelé parce que la génération d'après-guerre (la génération du baby boom) a été la première à entrer dans le mème VERT en masse.

WIE : Le livre de Ken Wilber, Boomeritis, m'a certainement aidée à réaliser que j'étais, en effet, infectée par ce " virus " post-moderne !

DB : Vous voyez, toute l'idée du " Mauvais Mème Vert " repose sur une stratégie rhétorique. Ken et moi nous sommes demandé : comment décoiffer le VERT ? Comment le faire bouger ? Parce qu'une grande partie de ce mouvement n'est plus qu'un marais stagnant, à notre avis. Donc, nous nous sommes dit : inventons le Mauvais Mème Vert. Faisons-lui un peu honte. Tendons-lui un miroir et montrons-lui ce qu'il fait, avec l'espoir qu'il séparera le Mauvais Mème Vert du VERT légitime et sain. Bas les masques, donnons à voir à suffisamment de gens leur duplicité, leur superficialité, le côté complaisant et auto-satisfait de leurs propres systèmes de croyances sous leurs atours politiquement corrects, pour finalement faire passer la nouvelle qu'il existe quelque chose qui va plus loin. C'est une mesure drastique, une stratégie rhétorique pour afficher un symbole qui, nous l'espérons, aidera un certain nombre de gens à comprendre que ce qu'ils font revient en réalité à détruire cela même qu'ils désirent accomplir.

WIE : Quelles sont les implications spirituelles et psychologiques du Mauvais Mème Vert ?

DB : Le VERT démarre par la quête de soi. " Je veux arriver à me connaître. Je veux me confronter à l'enfant caché en moi. Je veux faire la paix, je veux trouver la tranquillité. " Donc je vais à une séance d'entraînement à la sensibilité pour avoir un feed-back ; j'entre en moi-même, je vais au fond, pour examiner tout mon vécu et essayer de me débarrasser de la culpabilité. Le VERT déteste la culpabilité. Et il veut se confronter à la rage du point de vue de la victime, comme quelque chose qui lui est tombé dessus. Mais le VERT est un système relativiste. Et ce système de pensée comporte beaucoup de naïveté. " Tout le monde est bon ! C'est la société qui rend les gens mauvais. Il n'y a pas d'individu mauvais. Le mal n'existe pas. Tout cela est un mythe. Tout le monde va nous aimer. " Et bien, le 11 septembre a sonné les trompettes du réveil. Pour la première fois le VERT a commencé à voir le vilain visage du BLEU/ROUGE. Depuis ce jour-là, beaucoup plus de gens s'intéressent au travail que nous faisons.


Les Conditions de Vie

WIE : Vous avez dit précédemment que de nouvelles intelligencesde nouveaux niveaux de mèmese forment en réponse à nos Conditions de Vie. Personne ne peut nier que les Conditions de Vie auxquelles nous sommes actuellement confrontés en tant que communauté humaine globale sont plus dangereuses qu'elles ne l'ont jamais été dans l'histoire, et constituent de graves défis. Pourriez-vous parler de ces Conditions de Vie et indiquer le rôle qu'elles jouent dans notre prochaine transition évolutive ?

DB : Ce qui est survenu à notre époque, pour le meilleur ou pour le pire, c'est que nous avons appris les codes de base et les principes de la vie elle-même. Nous sommes confrontés à des choix d'immense portéetransformer nos habitats naturels, croiser des gènes, utiliser la science de diverses façons pour modifier l'expérience humaine. Aucun de nous, je pense, n'a idée de ce que cela va engendrer. Nous sommes donc arrivés maintenant à cette position : nous agissons comme des dieux. Nous pouvons changer l'avenir, et nous n'avions jamais eu cette capacité auparavant en tant qu'espèce. Donc encore une fois, nous découvrons que, non par nos échecs mais par nos succès mêmes, nous sommes confrontés à des conditions extrêmement dangereuses.

En outre, le pouvoir, sous la forme de l'armement nucléaire développé dans le système ORANGE, plus complexe que le code BLEU précédent et comportant donc l'influence stabilisatrice de ce dernier, est à présent sous le contrôle du mème ROUGE. Or celui-ci, dépourvu de l'influence du BLEU, dépourvu de discipline, du sens des responsabilités, n'a pas conscience du potentiel de destruction mutuelle qui a émergé au stade ORANGE en même temps que cette avancée technologique particulière. Le ROUGE a une vision à court terme du pouvoir, et ça, c'est un sacré problème. C'est bien cela, n'est-ce pas, qui constitue l'un des risques majeurs auxquels nous sommes confrontés en tant qu'espèce.

WIE : Ajoutons à cette pression le fait que la vie change à une vitesse accélérée. La citation que je vais vous lire, de l'inventeur et futuriste Ray Kurzweil, exprime le changement énorme que nous précipitons, nous en tant qu'humains, dans le même temps que nous essayons de nous y adapter :
Il y a des siècles, les gens ne pensaient pas du tout que le monde était en train de changer. Leurs grands-parents avaient eu les mêmes vies qu'eux, et ils s'attendaient à ce que leurs petits-enfants aient la même, et cette attente était largement confirmée... Ce qui n'était pas pleinement compris, c'est que la vitesse de changement va elle-même en s'accélérant, et que les vingt dernières années ne sont pas un bon guide pour les vingt prochaines années. Nous doublons la vitesse de changement de paradigme, le taux de progrès, chaque décennie. Nous verrons dans les deux prochaines décennies autant de progrès que ce que nous avons accompli pendant tout le 20e siècle, car nous avons accéléré à ce point-là. Le 20e siècle a représenté l'équivalent de vingt-cinq années de changement à sa vitesse actuelle ; et dans les prochaines vingt-cinq années nous accomplirons quatre fois les progrès constatés au 20e siècle. Et nous accomplirons 20 000 années de progrès au cours du 21e siècle, ce qui est presque mille fois plus en termes de changement technique que ce que nous avons connu au 20e siècle.


DB : Oh, voilà une citation redoutable. Mais cela suppose que nos systèmes génétiques biologiques contiennent la complexité de codes nécessaire pour soutenir cette quantité de changement aussi rapidement. Il se présente déjà quelques doutes dans l'esprit de ceux qui étudient notre système immunitaire quant à savoir si oui ou non nous avons la capacité de gérer la complexité qui nous est demandée, même physiquement. Donc cette citation suppose un organisme qui est capable d'assimiler cette quantité de changement. Je ne sais pas si c'est le cas. Je sais qu'aujourd'hui nous sommes sujets à des changement incroyables parce qu'il y a des milliards de gens qui, de mon point de vue, traversent différentes couches et niveaux de la spirale simultanément. Donc, plutôt que notre espèce ne progresse uniquement le long d'une ligne horizontale, il apparaît que de multiples changements se produisent de haut en bas de la spirale. Beaucoup progressent maintenant dans des zones que nous avons quittées il y a trois cent ans.

On peut aussi ajouter d'autres choses, comme l'impact du microprocesseur. En outre, à mesure que nous en apprenons davantage sur nous-mêmes avec les études de biologie moléculaire, nous dévoilons ledit mystère de notre génétique. Nous pouvons faire du clonage ; nous pouvons croiser des gènesmais qu'arrivera-t-il si nous faisons du gâchis ? Si nous relâchons des agents biogènes, ou des virus, qui attaqueraient toute vie à base de carbone ? Quand nous nous mettons à jouer avec les codes les plus profonds de notre biologie, personne ne peut prévoir ce que les battements d'ailes d'un petit papillon dans la Théorie du Chaos* produira au bout du compte. C'est pour cette raison que nous sommes soumis à un tel stress, ce qui veut dire aussi que nous devrions rechercher de nouvelles formes d'organisationdavantage d'ensembles de genscar aucun individu ne sera capable de garder seul toutes ces choses à l'esprit.

WIE : La biologiste évolutionniste Elisabet Sahtouris a dit que " le stress est la seule chose qui cause l'évolution. " Y a t-il une relation entre les niveaux toujours croissants de stress que nous éprouvons dans nos Conditions de Vie actuelle et la capacité, pour un pourcentage significatif d'entre nous, d'évoluer plus haut dans la spirale ?

DB : Et bien, l'évolution profite des crises. Elle profite des appels à l'éveil. Mais cela ne garantit pas pour autant qu'il y aura un mouvement vers le haut. Si, pour les gens, les Huns sont à la porte, littéralement, ou s'ils sont soudain menacés de perdre leur travail pour cause de ralentissement ou d'effondrement économique, l'énergie et la capacité de penser de façon plus complexe s'affaiblissent, de fait, pour laisser place à un ordre de priorité inférieur ou remontant à un stade antérieur.

Donc, en plus d'une crise, il doit y avoir une certaine stabilité dans le système mémétique de base. Et il doit y avoir la capacité de créer de nouveaux systèmes conceptuels, parce que le seul fait d'être exposée à des problèmes peut faire régresser la société tout entière. C'est exactement ce qui s'est produit au Zimbabwe, qui était un lieu très richement doté. A présent c'est quasiment la famine pour des millions de gens là-bas. C'est pourquoi le stress en lui-même n'est pas la clé. Comme dirait le prix Nobel Ilya Prigogine, quand un système commence à se désagréger, on atteint une phase où se produit soit une poussée vers un système plus complexe soit un recul vers un système moins complexe. Ce changement prend place lors de cette phase critique, ce point de rupture. Si les crises de stress sont certainement nécessaires pour sortir d'un paradigme mémétique, cela ne garantit pas pour autant que nous produirons l'émergence qui est nécessaire. Jusqu'à présent, ce fut le cas.

* " L'effet papillon " illustre l'essence de la Théorie du Chaos. C'est la notion selon laquelle le battement d'ailes d'un papillon crée une perturbation qui, amplifiée par le mouvement chaotique de l'atmosphère, peut modifier les structures climatiques à grande échelle, de telle sorte que le comportement à long terme devient impossible à prévoir.


Le saut vers le Second Etage

WIE : Votre collègue, feu Clare Graves, a eu l'intuition prophétique d'une transition évolutive que nous serions appelés à faire. Il y a trente ans, il a dit : " Les humains doivent se préparer à un saut important... Ce n'est pas simplement une transition vers un nouveau niveau d'existence mais le début d'une nouveau "mouvement" dans la symphonie de l'histoire humaine. " Pouvez-vous parler de la transformation qui nous est demandée pour survivre à nos Conditions de Vie actuelles, et évoluer vers le Second Etage ?

DB : A la fin des années 70, Graves a commencé à découvrir, dans ses recherches et par l'observation, des schémas de pensée qu'il ne pouvait pas expliquer. Il a observé chez certains sujets soumis à des tests une qualité et une complexité extraordinaires dans la prise de décision et dans d'autres aspects des facultés cognitives. Ces individus semblaient avoir un type d'esprit différent. Ils pouvaient trouver davantage de solutions plus rapidement. Ils ne semblaient pas motivés par le statut. Il y avait un abandon de la peur, ce qui est peut être le point le plus significatif. La peur semblait s'être évanouie. La prudence n'avait pas disparu, mais la peur oui. La sécurité tribale (VIOLET), le pouvoir brut (ROUGE), le salut pour l'éternité (BLEU), la réussite individuelle (ORANGE), et le besoin d'être accepté (VERT), ces aspects avaient tous perdu de l'importance. A la place, on notait une curiosité accrue quant au fait d'être simplement en vie dans un univers en expansion.

WIE : L'abandon de la peur signifierait certainement un changement énorme dans la conscience humaine et dans les motivations qui modèlent notre existence humaine. Clare Graves a-t-il trouvé d'autres indices de l'imminence de cette transition évolutive ?

DB : Je crois qu'il a eu rapidement la preuve que certains esprits devenaient conscients des problèmes auxquels nous faisons face aujourd'hui, bien avant que ces problèmes ne deviennent visibles au reste d'entre nous. Il me disait qu'à son sens un cerveau sur dix mille naissait avec des traits biologiques et des fréquences différentes. Et que ces individus ne se conforment pas aux normes de la société parce que leur esprit est déjà organisé pour un paradigme différent. Il est finalement arrivé à la conclusion que dans ce domaine quelque chose d'unique était en train de se produire, qui ne semblait pas être seulement une nouvelle étape faisant suite au niveau VERT. Cela semblait être une nouvelle catégorie. Les Conditions de Vie qui demanderaient cette nouvelle complexité de pensée, celle qu'il a observée il y a une trentaine d'années, sont finalement apparues sur le devant de la scène. Mais il a fait ces constats bien avant le microprocesseur, avant la fin de la guerre froide, et avant la découverte de l'ADN et de la biologie moléculaire.

Ainsi Graves a senti qu'un changement de nature profonde était en train d'avoir lieu, un changement qui se situait au-delà de la somme combinée des six premiers codes mémétiques. Bien sûr, tout cela était une théorie. Mais quand on regarde la complexité extraordinaire à laquelle nous faisons face, cette théorie semble gagner de plus en plus en crédibilité. Car maintenant nous pouvons voir la planète depuis la lune, nous avons ces merveilleux instruments d'analyse et ces satellites qui peuvent même sonder sous les surfaces, et, pour la première fois, nous pouvons commencer à comprendre la planète elle-même comme un écosystème global, d'une façon qui n'était pas possible auparavant. En outre, le monde actuel se trouve agité en tous sens par l'apparition en même temps d'expressions culturelles de tous les mèmestribus ethniques, seigneurs de guerre égocentriques, les " ismes " à la fois dangereux et rédempteurs, toute une palette d'opportunistes et de matérialistes en essor, et une multitude de structures postmodernes égalitairespolitiques, religieuses ou professionnelles. On ne sait plus où donner de la tête. Et que faisons-nous ?

WIE : Exactc'est la grande question. Comment le saut vers le second étage va-t-il répondre à cette question ?

DB : A ce stade, on a jaugé tous les vieux systèmes mémétiques et on les a tous trouvés défaillants. Alors que la pleine manifestation du mème JAUNE, le premier niveau du Second Etage, se trouve des années dans le futur, gardez à l'esprit que la texture et la capacité finale de ce niveau mémétique suivant doit s'ajuster à, et/ou dépasser, la complexité des Conditions de Vie à laquelle il est confronté. Il doit percevoir le tableau général et l'interconnexion de tout. Ainsi le JAUNE aura une perspective verticale rehaussée, avec la capacité de transcender et d'inclure, tout en les valorisant, les niveaux d'existence qui l'ont précédé, mais aussi d'anticiper ce qui va suivre.

Je crois que le huitième code de mème, le TURQUOISE émergera en conjonction avec le septième, le JAUNE. On pourrait voir le JAUNE comme " un cerveau gauche avec des sentiments " et le TURQUOISE comme " un cerveau droit avec des données ". Le TURQUOISE se focalisera sur les vagues les plus amples, sur les grands courants d'énergie, et agira au nom de la Force de Vie elle-même, dans ses nombreuses manifestations en diverses formes de vie sur la planète. Le second étage, à travers des structures, combinera les éléments du JAUNE et du TURQUOISE pour rechercher la qualité et la profondeur de pensée aptes à régler des problèmes complexes. Et avec tout ça, il y a la reconnaissance que la spirale entière elle-même est spirituelle, et que nous nous trouvons sur cette échelle montante de l'émergence humaine. C'est cela, la spiritualité.


Mais puisque les mèmes ne sont pas des types d'individu, mais des formes d'intelligence adaptative chez les individus, le JAUNE et le TURQUOISE existent rarement pleinement chez nos contemporains. Différentes personnes en possèdent différents fragments, ou composants, ou mêmes versions, et cela rend encore plus nécessaire la formation de ce que j'appellerais des " syndicats de cerveau créatif ", produisant par interactions et dialogues des plongées plus profondes dans la connaissance. Donc cela doit donner lieu, pour la première fois, à des discussions vraiment sérieuses, au lieu de ces conférences isolées où chacun fait son propre truc. Cela va appeler des échanges de vues en profondeur. Et savoir si, encore une fois dans leur histoire, les humains seront capables de s'élever à la hauteur de l'occasion est la question existentielle du moment.

:aa:


Dernière édition par douceur le Mer 04 Fév 2015, 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Ven 15 Avr 2011, 00:20

Chercheur indépendant, épistémologue et conférencier, le physicien Emmanuel Ransford poursuit depuis plusieurs années une réflexion globale sur les fondamentaux de la mécanique quantique.

Sa théorie introduit plusieurs concepts originaux tels que la « psychomatière », le « paral », la « supralité », ou l’« endocausalité ». Des hypothèses susceptibles, selon Ransford, de résoudre les paradoxes encore non résolus du quantique.

Il s’explique.


« Nous sommes des géants de l’invisible »

NEXUS : Qu’est-ce sur le quantique ? Comment le définiriez-vous ?
Emmanuel Ransford : Trois critères permettent de qualifier la physique quantique. Le premier, c’est le vibratoire ou l’ondulatoire. On lit souvent que tout est vibration, c’est à la fois vrai et faux. Disons qu’à 99,97 %, tout est vibratoire. Ce qui veut dire, si l’on regarde la matière en profondeur, qu’elle apparaît faite non pas de petits objets, mais de petits nuages qui vibrent. En physique, on appelle cela des fonctions d’onde ou paquets d’ondes.

Le deuxième critère, c’est la discontinuité. Elle est entachée d’aléatoire. À l’échelle de l’infiniment petit, cela correspond à deux types d’événements : la réduction du paquet d’onde et les sauts quantiques. À chaque fois, vous avez un événement soudain, à la fois discontinu et aléatoire, qui se déroule.

L’interconnexion constitue le troisième. C’est le global qui s’invite dans le local. Prenez des photons jumeaux qui partent dans deux directions opposées. Ils sont si bien liés que si vous faites quelque chose à l’un, l’autre est instantanément modifié. C’est incompréhensible pour les physiciens. Cela dépasse leur entendement. Ces deux particules de lumière sont pourtant liées par quelque chose, une information commune, qui fait fi des fonctions d’espace-temps.

Il faut retrouver ces trois critères pour avoir du quantique. Le mot quantique est entaché d’un certain prestige, si bien qu’on l’emploie dans tous les contextes. Toute thérapie quantique doit se poser la question de savoir si ces trois aspects sont bien présents. Deux sur trois, et vous avez plutôt du quasi quantique.

Où est la quantification, c’est pourtant elle qui est à l’origine du mot quantique ?
Les objets quantiques sont soumis à une contrainte, une contradiction, qui n’existe pas chez les objets macroscopiques. En résolvant cette contradiction, la nature en a créé deux autres. Et elle a résolu ces deux nouvelles contradictions en créant les bizarreries des quanta.

Revenons au paquet d’onde, ce petit nuage cotonneux microscopique. Ces objets, il leur est interdit de se laisser déchirer. Ils sont soumis à loi de quantification, à la loi du tout ou rien. C’est une première exigence de cohérence du monde physique. Si l’on parvenait à désolidariser les ondes composant un paquet d’onde, l’Univers deviendrait incohérent. La loi de conservation de la matière n’existerait pas.

Surgit un premier problème : une onde, c’est toujours étalé. Dans l’espacetemps, mais aussi par rapport à d’autres espaces plus abstraits. On devrait donc pouvoir la découper, la scinder en deux. Non. Lorsqu’un objet quantique risque d’être découpé, pour garder son intégrité, il fait ce qu’on appelle un saut quantique ou une réduction du paquet d’onde. Il va d’un côté ou de l’autre. On ne peut pas le découper. À nouveau la loi du tout ou rien. Autre bizarrerie : mes deux photons jumeaux liés par quelque chose. Tant que je ne les ai pas mesurés, que je n’ai pas cherché à les quantifier, ils sont dans des états superposés. Jaune et rouge à la fois par exemple. Ce n’est pas fixé au départ. C’est parce qu’il y a mesure, c’est-à-dire influence d’un observateur, que l’un sera jaune et le second rouge. Ce type d’expérience a été réalisé en 1982. C’est instantané. De quelle nature est cette interaction ? À nouveau, cela dépasse l’entendement des physiciens.

Peut-être parce qu’il s’agit de « psychomatière » ? Vous êtes à l’origine de ce concept. À quoi cela correspond-il ?
Je fais l’hypothèse que la nature a mis de l’invisible dans la matière, une particule que j’appelle le psi. C’est une gouttelette de quelque chose qui tire les ficelles. J’appelle phi la partie physique de la particule, psi sa partie psychique.

Il se trouve que ce psi invisible est en général endormi, c’est pour ça qu’il est inactif et qu’il n’interagit pas avec nos outils d’observation. Mais il se réveille parfois, par exemple quand je menace de couper la particule quantique. Ou quand on fait une mesure quantique. Il y a alors comme une alerte interne qui va réveiller le psi.

Invisible ne veut pas dire inexistant. Il a fallu vingt-six ans pour identifier un neutrino. Il réagit très peu avec la matière, ça le rend pratiquement invisible. Le Soleil envoie énormément de neutrinos, 66 milliards par cm2 de peau et par seconde.

Et ce psi aurait une capacité de décision ? À travers la réduction du paquet d’onde ?
Exactement. La partie physique de la matière, le phi, est déterministe. J’appelle cela de l’exocausalité. C’est lorsqu’un objet est soumis à une loi de causalité qui lui est extérieure, exogène. Le psi, en revanche, est endocausal. Avec une capacité de faire des choix. Nous sommes dans une sorte de libre arbitre élémentaire. Et s’il y a de la liberté, du choix dès le niveau de la particule élémentaire, il y en a a fortiori chez nous. La physique de la psychomatière me donne une base objective au libre arbitre, au pouvoir d’auto-décision, à la souveraineté personnelle. Le psi est non seulement endocausal, mais il peut se souder d’une particule à l’autre. C’est là que le global va s’inviter dans le local. Au départ autonomes, les psi peuvent s’agréger et se relier, au fil des chocs et des rencontres entre particules. En fait, le psi est immatériel. Il n’est donc pas concerné par l’espace-temps de la matière régie, elle, par la relativité d’Einstein. Donc pour le psi, que des photons jumeaux soient très proches ou à des milliards de kilomètres, ça ne change rien du tout. Le psi est indifférent à la distance. Et c’est l’ensemble des psi des deux photons qui va décider quelle couleur prendra chacun, par une seule et même décision collective globale.

Dans votre approche, vous utilisez aussi d’autres mots inédits tels que « paral » ou « supral ». Que signii ent ces deux notions pour vous ?
La psychomatière, c’est un peu comme de l’eau pouvant être liquide ou solide. L’état habituel est ce que j’appelle l’état matière. Un premier état où le psi est inactif. Quand le psi intervient, survient un deuxième état de la psychomatière que j’ai dénommé le paral. Et ce deuxième état est le reflet des propriétés du psi endocausal. Le paral est non matériel, il ne s’inscrit pas dans l’espace-temps de la matière, il est non relativiste.

Ces liens qu’on appelle la non-séparabilité quantique, la non-localité, l’intrication, l’enchevêtrement… j’appelle ça la supralité. Le premier qui a décrit le phénomène, c’est Einstein en 1927. Il a fallu cinquante-cinq ans pour le prouver avec une expérience. Cette physique du subtil demande du temps, tout ce qui était facile à démontrer l’a déjà été.

Ce lien supral met de la cohérence d’ensemble dans le monde invisible. C’est l’interaction suprale qui permet la soudure des psi entre les particules.

À quoi ressemble ce monde supral ?
Imaginez des fils entre toutes les parties de l’Univers, comme des toiles d’araignées reliant les objets et les gens. d’ouate. C’est la grande toile suprale, le double invisible de l’Univers visible. Le visible est imbibé de l’invisible, ce qui lui permet d’être cohérent.

Tous ces liens tissent une toile universelle. Il y a dans ce tissu des motifs. Ces motifs sont une façon d’encoder de l’information. L’information suprale, ce sont des effets de structure. Ces structures mémorisées dans un milieu. On retrouve par le biais de l’information suprale des notions comme l’inconscient collectif ou les annales akashiques. Il y a aussi des liens de synchronicité, de télépathie, les soins à distance. C’est aussi le schéma de base de ce qu’on appelle la psychokinèse. Le double invisible du visible est chargé de ces informations.

Justement, quelles sont les conséquences thérapeutiques d’une telle théorie ? Comment l’information suprale intervient-elle dans les thérapies quantiques ?
La thérapie quantique rajoute aux conceptions classiques une couche d’information suprale. Vous prenez cette information suprale, vous lui rajoutez un phénomène d’intention, par exemple une intention d’amour, et vous rajoutez un phénomène qui s’appelle la résonance, et là, vous avez ce qu’on appelle une énergie subtile agissante. Et donc vous pouvez faire des miracles dans l’invisible. Simplement par votre simple qualité d’être, parce que vous avez envoyé dans la grande toile suprale une intention d’une certaine qualité.

Si ma compréhension est juste, cela veut dire que les thérapeutes quantiques ont un nouvel outil qui s’appelle l’information suprale, qui est invisible, qui est non locale et qui est agissante. La thérapie quantique, c’est prendre en compte ce continent invisible et s’apercevoir qu’il est sacrément efficace. Il se passe des choses dans l’invisible.
Les magnétiseurs, y compris ceux qui magnétisent à distance, font de la thérapie quantique. Ils sont dans la globalité et dans le subtil. Ils utilisent sans le savoir le réseau supral. Pareil pour les chamanes.

Chacun d’entre nous peut se considérer comme un réseau dans cette grande toile suprale, nous sommes interconnectés. Les grands voyants, ou ceux qui produisent des effets dits paranormaux, sont particulièrement connectés à cette toile suprale. La connexion suprale est plus ou moins dense et plus ou moins intense. Nous sommes en fait des géants de l’invisible, c’est ce que j’appelle le moi supral, vous pouvez être connecté à l’infini de l’invisible. La toile suprale accrochée à chacun d’entre nous est liée à notre famille, aux rencontres que nous avons faites.

Nous sommes à la fois une conscience individuelle et une conscience collective. Il faut s’habituer à voir le reste du monde comme une partie de soi-même, on n’est plus dans l’opposition, dans le mépris, dans le jugement. On est dans l’acceptation. Il y a un niveau de reliance métaphysique. ●

Propos recueillis par Miriam Gablier & Maxence Layet


http://www.nexus.fr/PDF/M72P1041.pdf?PHPSESSID=34ee3bde4ee6da5c262f310e3425807c
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Jeu 25 Aoû 2011, 12:29

Neuroplasticité cérébrale : les bouddhistes montrent la voie.









Tout est parti d’une expérience surprenante. Il y a quelques années,
des scientifiques de l’université du Wisconsin découvrent, en étudiant
le cerveau de moines tibétains plongés dans une méditation profonde, une
puissante activité dans la région préfrontale gauche du cortex, siège
des émotions positives. Et ce n’est pas tout. Ils produisent aussi des
ondes cérébrales gamma incroyablement fortes, preuve d’une activité
mentale exceptionnelle. Du jamais-vu. Ces vingt dernières années, de
nouvelles techniques d’imagerie médicale, comme l’IRM, ont révélé la
neuroplasticité du cerveau humain. Contrairement à ce que l’on a
longtemps cru, la masse cérébrale ne se fige pas à l’âge adulte, mais
elle change constamment tout au long de notre vie. Modelée par les
expériences que nous faisons, les apprentissages, notre plasticité
cérébrale crée de nouveaux réseaux neuronaux.

Par exemple, les chauffeurs de taxi londoniens, qui doivent mémoriser
le tracé tortueux des rues, développent un hippocampe plus volumineux
que la moyenne, car ils exercent davantage la région du cerveau chargée
de la mémoire visio-spatiale. Les musiciens professionnels ont un cortex
plus dense que la normale, justement dans la zone qui contrôle les
mouvements des doigts, et affichent une activité plus élevée dans la
région du cerveau qui pilote la fonction auditive. Tandis que, chez les
aveugles de naissance, la région chargée de la vision est réaffectée à
la fonction auditive.

« Cela montre que, si l’on entraîne son cerveau, on peut arriver à le
modifier tout comme on augmente la taille de ses muscles en soulevant
des poids », explique Rick Hanson, coauteur d’un livre intitulé « Le
cerveau de Bouddha », qui vient de paraître aux éditions Les Arènes
[Coécrit avec Richard Mendius, neurologue, « Le cerveau de Bouddha »
(Les Arènes, 280 p. , 22,80 E)].« Bouddha est né avec un cerveau comme
le vôtre, explique ce neuropsychologue, professeur de méditation et
bouddhiste.Mais, au fil du temps, il a réussi, en maîtrisant ses
pensées, à le façonner pour atteindre la sagesse. Pourquoi alors ne pas
s’en inspirer et apprendre à remodeler notre cerveau ? L’enseignement de
Bouddha est très pragmatique : ” Je suis un humain comme vous, je n’ai
pas de super-pouvoir. Si j’y arrive, vous pouvez y arriver aussi.” » Le
livre propose ainsi une série d’exercices mentaux destinés à stimuler
les états cérébraux positifs et à nous mettre sur la voie du bonheur, de
l’amour et de la sagesse !

A condition de surmonter d’abord quelques handicaps… Nous souffrons
tous, par exemple, d’un « déséquilibre neurologique ». Le cerveau a une
mauvaise manie. Il enregistre, stocke et se rappelle davantage les
expériences désagréables que les événements heureux. « Dans un couple,
il faut au moins cinq interactions positives pour compenser les effets
d’une seule interaction négative. Le cerveau agit comme du Velcro sur
les expériences négatives et comme du Teflon sur les positives. » La
faute à notre cerveau préhistorique.« Initialement, le penchant négatif
est une fonction de survie. » Si on se rappelle les dangers passés, on
reste sur le qui-vive et on se donne ainsi une chance d’échapper aux
périls futurs. Sauf que cette capacité, taillée pour l’homme des
cavernes il y a un million d’années, se révèle contre-productive
aujourd’hui, car elle favorise la peur, la colère, l’anxiété, avec un
cortège d’effets nocifs sur la santé.

« Apaiser le feu ».
La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de
multiples façons de transformer son cerveau, estime l’auteur.« D’abord,
il faut comprendre la manière dont il marche. Si vous achetez un
magnétoscope, vous lisez le mode d’emploi. Pour le cerveau, il est
important de savoir qu’une action répétée va graduellement modifier un
penchant négatif. » Une fois informé, reste à changer d’attitude.« Les
gens savent bien qu’ils doivent s’entraîner pour jouer au golf ou
conduire une voiture. Mais ils ne pensent pas qu’il soit nécessaire de
s’entraîner pour gérer ses réactions émotionnelles ou développer ses
capacités de sagesse. C’est pourtant la même chose : il faut faire des
efforts. » Deux astuces parmi d’autres : six fois par jour,
rappelez-vous un moment heureux – un bon petit plat, un coucher de
soleil… – et faites-le durer dans votre tête. Ou encore, pour calmer
votre stress, cultivez le sentiment que l’on tient à vous, que l’on vous
apprécie. Le vendeur de sandwichs, vos amis, votre chat… ils vous
aiment tous !

Enfin, il faut apprendre à « apaiser le feu ».« Le système nerveux a
tendance à s’enflammer très vite. Le rythme de la vie moderne et le flot
d’informations dont on bombarde notre cerveau ne sont absolument pas
naturels. Nos ancêtres n’avaient pas à s’inquiéter du stress chronique,
car ils mouraient à 35 ans, mais si l’on veut vivre longtemps, on doit
apprendre à calmer son corps en le relaxant. » Le livre donne des clés
simples pour apprendre à méditer mais aussi à calmer son stress au
quotidien. Comme d’inspirer et d’expirer profondément plusieurs fois par
jour, de relaxer tous ses muscles des paupières à la mâchoire, de se
passer les mains sous l’eau chaude, de visualiser des images apaisantes
comme un lac de montagne ou un champ de fleurs. Autant de « refuges »
qui aident à se ressourcer et à développer un sentiment de sécurité.

Mais, finalement, tout le monde peut-il vraiment se doter du cerveau
d’un athlète olympique de l’entraînement mental tel que Bouddha ? «
Bouddha veut dire “l’éveillé “. Dans un sens, nous pouvons tous
développer un esprit de plus en plus éveillé, mais cela prend du temps,
peut-être toute une vie », affirme Rick Hanson. Lui, après des années de
« travail intense », assure qu’il se sent plus heureux, plus affectueux
et qu’il s’énerve moins facilement. Même sa femme le reconnaît ! «
Quand on accroît son niveau de bien-être, on devient plus résistant aux
difficultés. On peut mieux contrôler son esprit, sa vie. On n’est plus
un clou, mais un marteau… »

http://www.lepoint.fr/science/comment-muscler-son-cerveau-21-04-2011-1324188_25.php

www.neotrouve.com
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Jeu 03 Nov 2011, 14:54



La fonction « pause » du cerveau
Gwendoline Dos Santos
Le Point
lun., 31 oct. 2011 14:44


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Lorsqu'un événement extérieur se produit, une zone du cerveau se déconnecte pour ne pas perturber le réseau qui assure les fonctions cognitives, comme le raisonnement ou le langage. © Will Foster / Flickr / CC


Quand un événement extérieur sollicite notre attention, on pourrait s'attendre à une mobilisation générale de tous les neurones de notre cerveau. Pas du tout ! Au contraire même, un grand nombre d'entre eux se mettent carrément en veille.

C'est la découverte très surprenante effectuée par une équipe de chercheurs de l'Inserm dirigée par Jean-Philippe Lachaux et Karim Jerbi (Centre de recherche en neurosciences de Lyon). Surprenante, en effet, car cette zone du cerveau qui disjoncte ainsi brutalement était réputée, jusqu'ici, fonctionner sans trêve ni relâche. Dans leur jargon, les neurobiologistes la désignent sous le nom de "réseau par défaut". Selon les chercheurs, il faut en conclure que cette mise en veille est nécessaire pour ne pas perturber le fonctionnement de l'autre cerveau, appelé "réseau exécutif". Lequel assure les fonctions cognitives, comme le raisonnement, le langage, la communication...

Brutale déconnexion

Depuis longtemps, le "réseau par défaut", identifié par Marcus Raichle en 2001, fascine les chercheurs, car il manifeste une activité lorsque son propriétaire semble au repos total. Ce qui l'a fait être associé aux sphères intimes et privées de l'individu : la perception de soi, les souvenirs, l'imagination, la pensée..., bref, c'est cette part de notre cerveau qui rêvasse. Et qui donc, selon cette nouvelle étude, cesse son activité lorsqu'une action tournée vers l'extérieur est entreprise. Les chercheurs de l'Inserm ont été les premiers à vouloir mesurer précisément l'activité électrique du "réseau par défaut". Pour cela, ils ont fait appel au service d'épilepsie du professeur Philippe Kahane à Grenoble. Ainsi ont-ils pu découvrir cette mise en veille provisoire et constater son extrême réactivité. Il suffit d'un dixième de seconde au "réseau par défaut" pour qu'il se déconnecte ou reprenne du service. Cette mise en veille se produit, par exemple, lorsqu'un individu sort de sa torpeur pour faire un geste, comme saisir un verre ou chasser une mouche. Sans cette pause, l'activité du "réseau exécutif" serait moins efficace.

Pause salutaire

Cette étude montre aussi l'existence d'une guerre sans merci entre les deux réseaux de neurones : le "réseau par défaut" et le "réseau exécutif" se disputant nos ressources attentionnelles. En effet, lorsque ces dernières ne sont pas monopolisées par l'analyse active de notre environnement, elles se tournent immédiatement vers une activité cérébrale plus interne : en un mot, elles rêvassent !

Bref, si, comme l'écrivent les chercheurs, "le cerveau a horreur du vide et ne reste jamais sans rien faire, pas même durant un dixième de seconde", c'est aussi parce qu'il est capable de se déconnecter en partie, cette fonction pause assurant une meilleure concentrati
on.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Mar 20 Déc 2011, 21:59

"Même si je ne pense pas, je suis"
Itsuo Tsuda

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Introduction
Nos deux cerveaux n'ont pas la même façon de connaître et de comprendre le monde. L'un, le gauche, l'analyse sous l'angle de la raison et de la logique scientifique, l'autre, le droit, en perçoit les faisceaux d'harmonie. Aujourd'hui de nombreux signes laissent penser que le passage à une dimension supérieure de la connaissance nécessite la mise en relation maximum de nos deux cerveaux, la mise en connivence, en complicité de nos deux façons de percevoir le monde.


Depuis des siècles les japonais ont développé des pratiques qui leur permettent d'agir sans la domination de l'hémisphère gauche. Les japonais savent depuis longtemps qu'il ne s'agit pas là d'une connaissance encyclopédique, mais d'une pratique qui met en jeu le corps entier.


Par la répétition perpétuelle, lassante parfois, l'hémisphère gauche, qui est peu patient, finit par capituler et, soudain, un nouveau mode d'expression apparaît. Le texte d'Eugen Herrigel : "Le Zen dans l'art chevaleresque du tir à l'arc." est exemplaire sur ce point. Ce petit livre court écrit par un Hollandais décrit le combat douloureux d'un intellectuel européen qui essaye de comprendre avec la raison ce que lui enseigne Maître Awa, jusqu'au jour où, lassé de ses multiples échecs, il renonce à trouver une explication et effectue le tir sans pensée. Le tir est parfait, le Maître salue. Il ne salue pas l'élève, mais ce qui a tiré à travers lui.

"Même si je ne pense pas, je suis" Itsuo Tsuda.

Conscients que l'essor très rapide du Japon vers les valeurs de la société occidentale risquait de faire disparaître une connaissance issue de plusieurs siècle de pratique, les grands maîtres japonais ont exhorté leurs élèves à transmettre l'enseignement qu'ils avaient reçu hors du Japon, et notamment en Europe et aux États-Unis . Itsuo Tsuda est l'un d'entre eux. Sa mission a consisté à transmettre aux européens les pratiques enseignées par ses Maîtres et, à travers elles, à aborder des notions telles que le Ki, dont il pense que, s'appliquant à tous les hommes, et pas seulement aux japonais, elles font, de ce fait, partie du patrimoine de l'humanité. Découvrant à quel point l'occident était éloigné de ce type d'approche, et tout en continuant son enseignement quotidien au coeur de Paris, il a décidé d'exprimer ses idées sur le Ki dans des livres directement écrits en Français, dans la langue de Descartes, tâche d'un difficulté incroyable pour un japonais. "Le Non Faire", "La voie du dépouillement", "Même si je ne pense pas, je suis" sont, avec ses six autres livres, des documents uniques sur ce que peut être une réelle complémentarité de nos deux hémisphères.

Dessiner, c'est voir avec le cerveau droit.

De l'autre côté du monde, et pratiquement au même moment, une américaine, Betty Edwards, peintre de son métier, après dix ans de recherches, a écrit un livre étonnant : "Dessiner avec votre cerveau droit". Si, jusqu'à l'âge de 10 ans, tous les enfants sont d'ardents dessinateurs, passé cet âge la plupart d'entre eux abandonnent le dessin en se jugeant incapable dans cette discipline, l'auteur, ayant, avec beaucoup de ses collègues, observé ce processus a essayé d'en comprendre les causes. Les enfants peuvent passer des heures à dessiner, avec une concentration intense, sans se fatiguer. L'objet de leur dessin est la représentation du monde, à partir des données qu'ils perçoivent, mais contrairement à ce qui se passe plus tard, ils n'ont pas un soucis de réalisme, et ne s'inquiètent pas des détails. Ils élaborent des symboles, en quelques traits ils représentent un personnage, une maison, un arbre, sans jamais regarder le modèle au moment où ils dessinent, mais au travers d'une visualisation mentale. La mise en page des éléments du dessin est généralement exceptionnelle avant dix ans, sans qu'on ai besoin de dire quoique ce soit. Et puis vers l'âge de dix ans un renversement se produit. Avec la maîtrise du langage, la mise en oeuvre par l'école des structures logiques et rationnelles et le désir très fort, à ce moment là, de sortir du monde de l'enfance, les pré-adolescents s'orientent vers des dessins réalistes. Ils veulent représenter la réalité telle qu'elle est et non plus sous forme de symboles, et leurs dessins, sont le plus souvent, dénués de tout soucis de mise en page. Pour Betty Edwards, qui avait pris connaissance des travaux de l'équipe de Sperry du Cal Tech., la partie du cerveau mise en jeux lors des premiers dessins est naturellement celle qui est la plus adaptée à ce type travail à un moment où aucun des deux hémisphères n'est encore dominant, et il s'agit bien sur, en l'occurrence, de l'hémisphère droit. La mise en espace, la visualisation, la vision globale, le tracé des contours, l'absence de soucis du détail, la concentration silencieuse correspondent bien à ce que l'on sait de son mode d'expression. Vers l'âge de 1O ans, en revanche, les structures dominantes de l'hémisphère gauche se mettent en place, notamment avec l'intensification du programme scolaire. L'approche de la réalité se fait alors quasi systématiquement selon le mode de cet hémisphère, c'est-à-dire par l'identification, de façon analytique et conceptuelle, rapide, logique et rationnelle. Durant l'un de ses cours, tandis qu'elle donnait des explications sur ce qu'elle faisait tout en dessinant, Betty Edwards se rendit compte qu'au bout d'un moment les mots n'arrivaient plus à sa bouche. Elle fit un effort pour reprendre son explication et c'est alors le dessin qui lui paru terriblement difficile à exécuter. Elle comprit ce jour là qu'elle pouvait soit parler, soit dessiner, mais qu'elle ne pouvait pas faire les deux en même temps. Elle fit également une autre expérience stupéfiante, celle du dessin à l'envers. Elle proposa à ses élève de reproduire l'oeuvre d'un grand maître qu'elle leur présenta à l'envers. Les résultats furent stupéfiant, tous les dessins étaient excellents, même ceux de ses élèves les plus maladroits. Elle fini par comprendre ce qui se passait. Lorsque l'on cherche à dessiner un objet, la première chose que l'on fait, spontanément, c'est la nommer : "C'est une chaise". A partir de là l'hémisphère gauche dit : " pour cet objet je possède en mémoire une représentation symbolique", il la propose et cette image vient masquer la vision directe de l'objet. Cette représentation symbolique vient des dessins de la petite enfance de l'individu. Dès lors, bien qu'en présence de l'objet réel, le dessinateur aura tendance à reproduire le schéma symbolique proposé par le cerveau gauche, il sera déçu par son dessin, le jugera enfantin et risque de ce fait d'abandonner rapidement cette pratique. Si au contraire on place comme modèle un dessin complexe à l'envers, comme "La mort de Sénèque" de Tiepolo, le cerveau gauche ne saura plus nommer, identifier, ce qu'il voit et va s'avouer vaincu par la difficulté. L'hémisphère droit, qui aime la complexité, va pouvoir très patiemment s'atteler à la tâche en procédant par contours et proportions d'espaces vides et pleins sans se soucier du sens. Ainsi, en amenant le cerveau gauche à capituler, en lui refusant l'identification verbale, le dessinateur peut "voir" selon le mode de l'hémisphère droit qui est direct, sans masque cognitif. Toutefois le passage du mode "gauche" au mode "droit" est difficile au début car l'hémisphère gauche résiste terriblement à se déconnecter. Ce passage en mode "droit", outre la qualité même du dessin, engendre d'autres phénomènes comme la perte de la notion du temps, une concentration extrême et exclusive sans fatigue qui s'accompagne, au contraire d'un sentiment de détente et de bien être difficile à atteindre autrement. Le livre de Betty Edwards permet, à qui se donne la peine de faire les exercices qui y sont proposés, de se découvrir des dons artistiques insoupçonnés et d'accéder concrètement à son mode de fonctionnement hémisphère droit.


Résumé de son livre
"Dessiner grâce au cerveau droit." :
Vingt ans après sa première parution - suivie de peu d'une traduction en français qui a connu une dizaine de réimpressions -, voici une nouvelle édition revue et profondément enrichie de Dessiner grâce au cerveau droit. Traduit en une douzaine de langues, vendu à 2, 5 millions d'exemplaires, cet ouvrage est l'introduction à la pratique du dessin de loin la plus répandue dans le monde. Que vous pensiez n'avoir guère de talent, que vous doutiez de jamais pouvoir apprendre, que vous vous résigniez à ne jamais dépasser le niveau de vos dessins d'enfant, ce livre vous montrera comment acquérir des habiletés que vous avez rêvé de posséder. Si vous êtes déjà un bon débutant, voire un artiste professionnel, il vous apportera une aisance accrue et un approfondissement de vos perceptions. Cette nouvelle édition, plus largement illustrée encore que les précédentes, comporte 50 % de matière nouvelle : données récentes sur les recherches cérébrales concernant le dessin : vues nouvelles sur l'usage du dessin dans la formation du personnel d'entreprise et en éducation ; expression de soi ; passage du dessin en noir et blanc à la couleur ; extension des habiletés en dessin aux activités de résolution de problèmes, etc. Comme le disait un critique du Los Angeles Times, ce livre ne traite pas seulement de dessin, mais de l'art de vivre. Cette brillante approche à l'enseignement du dessin n'est pas qu'un simple manuel : elle est un guide d'émancipation et d'épanouissement personnel .

Betty Edwards, née à San Francisco en Californie en 1926, est une professeure d'art et auteur américain.
Betty Edwards est connue pour son livre sorti en 1979, Dessiner grâce au cerveau droit (Drawing on the Right Side of the Brain). Ce livre traite des capacités particulières du côté droit du cerveau pour appréhender les images de manière globale.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Ven 19 Oct 2012, 09:33


J'ai capté cette image sur FB , avec ce commentaire;
qu'en pensez vous?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Citation :
Dans notre système nerveux, il y a une correspondance analogique : les fibres nerveuses pyramidales qui sous-tendent toute la motricité, l’activité musculaire consciente, partent des neurones corticaux (la zone la plus fine du cerveau) pour plonger dans la moelle et rejoindre toutes les parties du corps correspondantes. Et juste à la sortie du cerveau, au début de la moelle cervicale, 90 % des fibres croisent, changent de côté, ce qui donne-une correspondance cerveau gauche-main droite. Si le cerveau gauche est touché par un choc, une maladie, c’est le côté droit du corps qui va en manifester les effets ! C’est une image croisée, en miroir entre l’origine (les neurones du cerveau) et la manifestation (la paralysie de la main par exemple).
Il reste cependant 10 % de fibres homolatérales, qui ne croisent pas, et relient cerveau gauche à côté gauche, cerveau droit à côté droit. Les fonctions de ces fibres ne sont pas claires en physiologie, mais le modèle de l’Arbre de Vie peut nous faire sentir le rapport qu’elles peuvent avoir avec la persistance d’une architecture subtile, support de l’expression de l’ Être non incarné, non engagé dans la motricité extérieure. On retrouve alors les deux modèles qui permettent le dialogue de l’ Être, Monade ou Esprit Universel (modèle direct non croisé), et de sa personnalité physique émotionnelle et mentale (modèle indirect, croisé) œuvrant dans l’espace-temps.
Le lieu du croisement des fibres a peut-être à voir avec DAATH, sphère de l’oubli pour la voie descendante, sphère de la révélation quand la conscience remonte vers l’unité pour se reconnaître en la Monade, et fusionner en elle.

On a l’habitude de dire qu’on utilise en moyenne 10 % des capacités de notre cerveau. Si un surdoué parvient jusqu’à 15 voire 20 %, on peut être ébloui par un être exprimant 40 ou 50 %, au point de se mettre à genoux et de le prendre pour un Dieu ou un extraterrestre très avancé… Et pourtant, ce ne serait toujours qu’un être comme nous, mais dont tous les modèles numériques seraient harmonisés, au point d’avoir un cerveau presque cristallin : dès lors, plus de résistances à l’énergie-Vie et à la Lumière, l’Univers s’exprimant à travers cet Etre, comme l’électricité à travers un supraconducteur, sans dissipation, ni échauffement, sans perte… Peut-être est-ce là notre avenir à tous, quelles que soient notre race et nos croyances !

Extrait de Connaissances et Applications sur FB
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Mar 23 Oct 2012, 19:59

Bonjour LIFETIME,

pourquoi cette question qui n'est pas en rapport avec ce sujet??
La réponse est très facile à trouver sur la toile et je ne voie pas l'intérêt de ce débat dans ce post??

Extrait de "Aux sources de l’escroquerie de la Réserve Fédérale "proposé ailleurs sur le forum et
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]:

"Mais le personnage le plus important parmi les participants était Paul Warburg. C’était l’un des hommes les plus riches du monde . Son expérience du fonctionnement des banques européennes, sa forte personnalité et ses compétences en firent le meneur , la tête pensante du groupe et le véritable initiateur de la création de la FED. Il révèlera d’ailleurs des capacités de manoeuvrier exceptionnelles en 1913, au moment du vote de la loi au Congrès."
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Jeu 25 Oct 2012, 10:02


LIFETIME ,

AUX VUES DE CE QUE TU POSTES ICI ET de certains échanges privés cet été...alors que le forum était en sommeil,
je supprime certains de tes commentaires ici et ailleurs sur le forum et ai bloqué ton compte jusqu'à la fin de l'année!

Merci aussi à tous ceux qui n 'ont pas encore lu cette page d 'y faire un petit tour:


Les techniques pour contrôler les forums et l’opinion :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Sam 27 Oct 2012, 18:31

Citation :
Dans notre système nerveux, il y a une correspondance analogique : les fibres nerveuses pyramidales qui sous-tendent toute la motricité, l’activité musculaire consciente, partent des neurones corticaux (la zone la plus fine du cerveau) pour plonger dans la moelle et rejoindre toutes les parties du corps correspondantes. Et juste à la sortie du cerveau, au début de la moelle cervicale, 90 % des fibres croisent, changent de côté, ce qui donne-une correspondance cerveau gauche-main droite. Si le cerveau gauche est touché par un choc, une maladie, c’est le côté droit du corps qui va en manifester les effets ! C’est une image croisée, en miroir entre l’origine (les neurones du cerveau) et la manifestation (la paralysie de la main par exemple).
Il reste cependant 10 % de fibres homolatérales, qui ne croisent pas, et relient cerveau gauche à côté gauche, cerveau droit à côté droit. Les fonctions de ces fibres ne sont pas claires en physiologie, mais le modèle de l’Arbre de Vie peut nous faire sentir le rapport qu’elles peuvent avoir avec la persistance d’une architecture subtile, support de l’expression de l’ Être non incarné, non engagé dans la motricité extérieure. On retrouve alors les deux modèles qui permettent le dialogue de l’ Être, Monade ou Esprit Universel (modèle direct non croisé), et de sa personnalité physique émotionnelle et mentale (modèle indirect, croisé) œuvrant dans l’espace-temps.
Le lieu du croisement des fibres a peut-être à voir avec DAATH, sphère de l’oubli pour la voie descendante, sphère de la révélation quand la conscience remonte vers l’unité pour se reconnaître en la Monade, et fusionner en elle.

On a l’habitude de dire qu’on utilise en moyenne 10 % des capacités de notre cerveau. Si un surdoué parvient jusqu’à 15 voire 20 %, on peut être ébloui par un être exprimant 40 ou 50 %, au point de se mettre à genoux et de le prendre pour un Dieu ou un extraterrestre très avancé… Et pourtant, ce ne serait toujours qu’un être comme nous, mais dont tous les modèles numériques seraient harmonisés, au point d’avoir un cerveau presque cristallin : dès lors, plus de résistances à l’énergie-Vie et à la Lumière, l’Univers s’exprimant à travers cet Etre, comme l’électricité à travers un supraconducteur, sans dissipation, ni échauffement, sans perte… Peut-être est-ce là notre avenir à tous, quelles que soient notre race et nos croyances !

Extrait de Connaissances et Applications sur FB

Cet extrait de l'encadré provient du livre "L'Homme Vibratoire", écrit en 1993 (puis réédité en 1997) par le Dr Guy Londechamp, qui y développe un concept sur l'homme (et les causes de ses maladies) en combinant principalement, Théosophie et Caballe (Kaballe).

Citation :
L’effusion de maladies auto-immunes et de cancers dans toutes les tranches d’âge montre une altération profonde de l’identité biologique, psychique et spirituelle… ou pour le moins un état de crise aigü.

Nous vivons dans un monde dominé par l’économie, le profit à court terme et l’exclusion progressive d’un grand nombre d’humains vis-à-vis des conditions décentes de vie matérielle. Alors que les moyens existent de faire en sorte que le dénuement et la détresse disparaissent de la surface de cette terre…

La confusion parait organisée, orchestrée presque, avec l’aide passive ou la complicité consciente des pouvoirs politiques et médiatiques de tous bords…

Citation :
« L’homme vibratoire » est donc le produit de ce cheminement ; s’il contient des chapitres un peu denses parfois, c’est par souci de cohérence… J’ai essayé de construire un escalier en agençant un certain nombre de marches, parfois élaborées par d’autres ; c’est d’abord une synthèse d’expériences vécues par des êtres très différents, dont l’authenticité ne m’a jamais paru sujette à caution. Et surtout, ce livre s’appuie sur ma vie de praticien, et les « retours » de plus de quinze années d’expériences de soins dans des circonstances très diverses.

L'écrit complet (au format .pdf) se trouve ici :
http://www.mythesetrealites.org/cariboost_files/Homme_20Vibratoire.pdf
Revenir en haut Aller en bas
infomysteres
Membre actif


Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 217
Date de naissance : 04/05/1971
Age : 46
Localisation : France (47)
Date d'inscription : 13/01/2008

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Jeu 01 Nov 2012, 11:46

Ambre,
Cela fait plusieurs fois que je lis le texte que tu as mis et que je me dis qu'il faut que je réponde. Mais je ne sais pas quoi répondre. Il me manque des informations pour pouvoir dire quoi que ce soit.

Douceur,
Merci pour tes commentaires et le lien vers le livre.
Je trouverai sans doute les informations que je cherche dedans...
Je reviens vers vous dés que j'aurai pris le temps de comprendre ce que cela explique...
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Ven 02 Nov 2012, 11:58


Avec plaisir Didier...
une annonce à vous partager sur LE "PARANORMAL", NOUS N'Y CROYONS PAS. NOUS L'ETUDIONS:


Citation :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Novembre 2012
En bref
A l'IMI...
L’actuel site de l’IMI, fondé en 2002, accueille ces jours-ci son millionième visiteur en dix ans. Merci à tous pour votre fidélité et surtout votre curiosité.

Tout ce qu'il faut savoir pour adhérer ou ré-adhérer à l'Association des Amis de l'IMI pour 2013 sur cette page.

Renaud Evrard est intervenu le 29 octobre dans l'émission "L'Atelier intérieur", sur France Culture, à l'occasion de l'exposition "Entrée des médiums : spiritisme et art de Hugo à Breton", pour laquelle l'IMI a prêté de nombreuses oeuvres. A réécouter en podcast.

Nouvelles séances pour le Groupe d'échanges sur les expériences paranormales (dès 19h15 à l'IMI) : le mercredi 7 novembre et le lundi 10 décembre. S'inscrire ici.

Le n°16 de la revue Inexploré, publiée par l’INREES, accueille un article de la psychologue et psychanalyste Djohar Si Ahmed, membre de l’IMI, sur son travail avec le psychomanteum.

Djohar Si Ahmed avait également donné en 2011 une conférence intitulée : « Du fluide éthérique mesmérien à l’expérience actuelle de la transe : dimensions psychédéliques, métapsychiques, surréalistes et thérapeutiques », dans le cadre de l’exposition « Æther », de Christoph Keller, au Centre Georges Pompidou de Paris. A revoir en vidéo.

Et ailleurs...
Samedi 9 et dimanche 10 mars 2013 à Marseille, les 2èmes Rencontres Internationales sur l’Expérience de Mort Imminente seront l’occasion de réunir des chercheurs du monde entier autour du Dr Raymond Moody, pour des conférences et des tables-rondes exceptionnelles sur le thème des "témoignages de médecins". Toutes les infos ici.

Le psychologue et parapsychologue Carlos Alvarado, de l’Atlantic University, a publié une recension du Traité de Métapsychique de Charles Richet (1922). A lire en anglais ici.

voir sur le site pour les infos [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: " La santé mentale n'est pas un état mais un processus."   Ven 11 Avr 2014, 19:37

Bonsoir,

je vous propose un extrait de cet article sur " La santé mentale n'est pas un état mais un processus." de Kazimierz Dabrowski  sur " La théorie de la désintégration positive" que je trouve fort intéressant!




Le concept de santé mentale selon Dabrowski

"Pour Dabrowski, le développement avancé de l'humain ne consiste pas à réussir les différentes étapes de sa vie en obtenant des biens matériels ou des gratifications sociales. Cela consiste à transcender les instincts et conduites biologiques et le besoin de se conformer inconsciemment aux normes de la société. Un humain développé se caractérise par des traits tels que l'autonomie, l'authenticité, l'altruisme."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La définition de la santé mentale par Dabrowski : « Capacité de développement vers les hauts niveaux - multidimensionnels - de hiérarchie de réalité, de compréhension, d'expérience, de découverte, de création et d'élévation des valeurs, pour atteindre tant la personnalité idéale que l'idéal social ». La santé mentale n'est pas un état mais un processus.La personnalité constitue le but ultime et résulte du développement issu de la désintégration positive.[/i]

Les différentes désintégrations

L'individu peut passer d'un niveau à un autre via des processus que Dabrowski nomme désintégration et intégration. La désintégration est un processus double : la dissolution des structures et fonctions mentales inférieures amène à la création de formes plus élevées. Pendant la dissolution, les individus expérimentent des conflits internes et externes qui génèrent d'intenses émotions négatives. Une telle expérience peut être provoquée ou déclenchée par des jalons dans le développement, comme la puberté, ou des crises suite à la mort d'un être cher. A ce stade, il convient de bien différencier les phases de développement des états de développement qui sont séquentiels, relatifs à l'âge et universels. Dans la théorie de la désintégration positive, il n'y a pas de critère d'âge associé à chaque niveau. Les niveaux ne sont pas non plus universels. Un individu ne passe pas par les différents niveaux de développement au cours de sa vie : un niveau domine, et seul un conflit intérieur majeur peut permettre la désintégration permettant d'accéder - si les conditions s'y prêtent - à un autre niveau. De telles expériences détruisent l'organisation mentale préexistante qui guidait le comportement de l'individu.

La désintégration est dite positive quand l'individu adhère, en toute conscience, à des valeurs morales élevées, correspondant à sa personnalité idéale.

La désintégration est dite négative quand l'individu n'expérimente qu'une partie de la désintégration, la partie de dissolution, et se retrouve piégé, incapable de retourner à un état d'intégration antérieur. L'individu ne se reconnaît plus dans les valeurs qui étaient siennes avant mais ne parvient pas à en créer de nouvelles qui lui sont propres. Les maladies psychotiques chroniques et suicides constituent des expressions communes de désintégration négative.

La désintégration partielle permet une sortie moins dramatique et résulte de plusieurs conséquences : un retour à un niveau de fonctionnement inférieur, une intégration partielle à un niveau plus élevé, ou une transformation vers une désintégration globale.

Désintégration positive et concept de santé mentale


Il ne faut jamais perdre de vue, quand on étudie cette théorie, que Dabrowski était avant tout un praticien. Psychiatre et psychologue, il a été amené à réfléchir sur le concept de santé mentale et sur l'importance des conflits intérieurs. Rappelons que pour lui les émotions priment sur l'intelligence dans le développement de la personnalité. La santé mentale, perçue comme absence de désordres mentaux jusque dans les années 60-70, laisse peu à peu place au concept de bien-être, de satisfaction de vie. Dabrowski conteste ces définitions qui ne font que décrire les individus des niveaux I et II[3].

Définitions de santé mentale contestées par Dabrowski

La santé mentale comme absence de désordre mental
Pour Dabrowski, beaucoup de soi-disant états mentaux ou désordres pathologiques ne tiennent pas de la maladie mais sont des processus nécessaires au développement personnel. Des états mentaux comme l'excitabilité accrue et la majorité des névroses et psychonévroses constituent « une condition nécessaire au développement clair et multipartite et sont l'une des conditions basiques de santé mentale, non des désordres ».

La santé mentale comme état d'intégration psychologique
L'état d'intégration psychologique, dans lequel les facultés mentales fonctionnent en douceur, sans disharmonies ou interruptions, est fréquemment perçu comme condition nécessaire de santé mentale. Dabrowski s'oppose à cette idée, rappelant que les disharmonies et désintégrations constituent le noyau des hyperexcitabilités : sans ces formes de développement positif des névroses et psychonévroses, le développement de la personnalité à multiples niveaux serait impossible. L'excitabilité accrue, qui est associée à une asynchronie de développement comme la douance ou la créativité, introduit par sa seule présence disharmonie et chaos, en augmentant dans le même temps les dynamismes qui guident et accélèrent le développement. C'est en rencontrant des obstacles et frustrations dans la réalisation de ses buts que l'individu expérimente les conflits internes et externes. A cause de ces conflits, un individu doté d'un haut potentiel de développement devient plus introspectif, davantage capable de faire des choix et par conséquent plus conscient de la hiérarchisation de ses sentiments, pensées et comportements. Un individu mentalement sain possède la capacité de subir une désintégration positive ainsi que des intégrations secondaires partielles dans les hauts niveaux de développement, qui peuvent conduire à la formation d'une personnalité au niveau de l'intégration secondaire globale.

Santé mentale et réalisme
Dabrowski souligne l'importance de l'imagination et de l'intuition dans le développement accéléré. Il note que beaucoup de traits humains et de comportements associés à l'efficacité et à la productivité sont souvent des indicateurs d'un ajustement stéréotypé et indifférencié aux conventions sociales et impliquent une intégration primaire à niveau unique. « Efficacité et productivité comme traits permanents de caractère dans son ensemble ne peuvent être harmonisés au développement positif et accéléré, à la créativité, à l'originalité. Ces traits sont souvent rencontrés chez les individus primitifs, stéréotypés, exhibant de fortes réactions automatiques, lesquelles sont fréquemment l'expression de caractéristiques pathologiques ...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


La théorie de Dabrowski parle à ses sentiments d’une nouvelle façon. La théorie décrit un processus de transformation, une voie vers un développement à un niveau supérieur qui nécessite la désintégration d’une structure psychologique contraignante afin de laisser se produire un mouvement en direction d’une nouvelle intégration à un niveau supérieur, où le moi se réalise. Elle diffère des théories plus familières décrivant des états, elle affirme que la structure du niveau supérieur et celle du niveau inférieur existent côte à côte ; la structure supérieure ne s’élève pas à partir de l’inférieure, mais agit en opposition à cette dernière. Ceci crée un conflit intérieur entre deux conceptions différentes de la réalité. Quand la structure du niveau plus haut est en expansion, la structure de niveau plus bas diminue, mais non sans lutter pour sa survie. extrait de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Sa théorie est aujourd'hui très utilisée au Canada et aux Etats-Unis, ses équipes ayant continué à développer des outils pratiques, à travailler sur sa théorie. On retrouve des centres d'études au Pérou, en Espagne, en Turquie aussi bien qu'en Australie, la plupart consacrés aux enfants et adultes surdoués. Les notions de surexcitabilité, de potentiel de développement, de dynamisme entrent en effet en forte résonnance avec la notion de douance. Cet aspect sera abordé dans un prochain article. Il est nécessaire de se familiariser au préalable avec la théorie de la désintégration positive, de faire un retour sur la terminologie et sur les conceptions de personnalité et de santé mentale chez Dabrowski.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

voir "Trop intelligent pour être heureux ? : L'adulte surdoué "de
Jeanne Siaud-Facchin  extraits en page 2

>>>[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Ven 11 Avr 2014, 20:58

Simondon / Dąbrowski : Analogies et convergences

L’expérience de la mort

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
JSF a écrit:

L’expérience de la mort (que Dąbrowski lui-même a vécue très tôt) est considérée par la théorie de la désintégration positive comme un facteur d’individuation essentiel, et même un seuil ouvrant l’accès aux niveaux supérieurs. De même, l’angoisse, la peur, la solitude, la tristesse, l’insatisfaction, la frustration, et les sentiments de souffrance peuvent être utilisés dans le processus de croissance individuelle. Les symptômes doivent être intégrés pour être transformés, et l’intégration se fait par une conscience de soi accrue, une accumulation de données sur son environnement intérieur et extérieur, un comportement moins automatique. Il s’agit de « devenir conscient de sa personnalité », pour que naisse ce « troisième facteur » capable de « cristalliser » une personnalité plus complexe. Dąbrowski utilise l’exemple de plusieurs philosophes (Kierkegaard, Nietzsche, Platon) et artistes (Chopin, Beethoven, Van Gogh, Michel-Ange), pour montrer que les grandes personnalités ont su transformer la souffrance, la dépression, ou l’angoisse (« nuit noire de l’âme »), en actions créatrices. Les expériences difficiles permettent ainsi de réaliser notre nature multidimensionnelle.

La mort chez Simondon tient une place tout aussi cruciale. Comme la sexualité, la mort est liée à la capacité de propagation transductive. Comme la sexualité, la mort différencie l’individu de la société, elle marque une limite temporelle essentielle à la fonction de relation. L’individu peut alors se détacher de la colonie et acquérir une autonomie et individualité propre. L’activité amplifiante de la singularité individuelle (associée à une « fréquence » ou une « information ») permet de relier l’individu à un autre ordre de grandeur, provoquant une brusque désintégration puis restructuration du milieu psychique. Mais l’expérience de la mort est aussi une désadaptation à la société. A ce propos, citant Kubie, Simondon écrit qu’il est impossible de séparer une conduite pathologique d’une conduite normative, puisque la société tend à encourager les relations interindividuelles inessentielles. « La communauté tend à automatiser les individus qui la composent ». On peut donc être « désadapté sans être névrosé » et inversement.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Ven 11 Avr 2014, 21:06

l’épreuve d’angoisse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Citation :


[…] l’individué est envahi par le pré-individuel; toutes les structures sont attaquées, les fonctions animées d’une force nouvelle qui les rend incohérentes. Si l’épreuve d’angoisse pouvait être supportée et vécue assez, elle conduirait à une nouvelle individuation à l’intérieur de l’être même, à une véritable métamorphose; l’angoisse comporte déjà le pressentiment de cette nouvelle naissance de l’être individué à partir du chaos qui s’étend; l’être angoissé sent qu’il pourra peut-être se reconcentrer en lui-même dans un au-delà ontologique supposant un changement de toutes les dimensions; mais pour que cette nouvelle naissant soit possible, il faut que la dissolution des anciennes structures et la réduction en potentiel des anciennes fonctions soit complète, ce qui est une acceptation de l’anéantissement de l’être individué. (…)76

L’être individuel se fuit, se déserte. Et pourtant dans cette désertion il y a sous-jacence d’une sorte d’instinct d’aller se recomposer ailleurs et autrement, en réincorporant le monde, afin que tout puisse être vécu. L’être angoissé se fond en univers pour trouver une subjectivité autre; il s’échange avec l’univers, plonge dans les dimensions de l’univers. (…)

L’angoisse est le parcours inverse de l’ontogénèse; elle détisse ce qui a été tissé, elle va à rebours dans tous les sens. L’angoisse est renoncement à l’être individué submergé par l’être pré-individuel, et qui accepte de travers la destruction de l’individualité allant vers une autre individuation inconnue. Elle est départ de l’être.

Comme le dit aussi Simondon, « la véritable relation transindividuelle ne commence que par-delà la solitude », « le véritable individu est celui qui a traversé la solitude ; ce qu’il découvre au-delà de la solitude, c’est la présence d’une relation transindividuelle.
»

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je vous salue névrosés !

Parce que vous êtes sensibles dans un monde insensible, n’avez aucune certitude dans un monde pétri de certitudes
Parce que vous ressentez les autres comme si ils étaient vous-mêmes
Parce que vous ressentez l’anxiété du monde et son étroitesse sans fond et sa suffisance
Parce vous refusez de vous laver les mains de toutes les saletés du monde, parce que vous craignez d’être prisonniers des limites du monde pour votre peur de l’absurdité de l’existence
Pour votre subtilité à ne pas dire aux autres ce que vous voyez en eux
Pour votre difficulté à gérer les choses pratiques et pour votre pragmatisme à gérer l’inconnu,  pour votre réalisme transcendental et votre manque de réalisme au quotidien
Pour votre sens de l’exclusivité et votre peur de perdre vos amis proches, pour votre créativité et votre capacité à vous extasier
Pour votre inadaptation à « ce qui est » et votre capacité d’adaptation à « ce qui devrait être », pour toutes vos capacités inutilisées
Pour la reconnaissance tardive de la vraie valeur de votre grandeur qui ne permettra jamais l’appréciation de la grandeur de ceux qui viendront après vous
Parce que vous êtes humiliés alors que vous veillez à ne pas humilier les autres, parce que votre pouvoir immense est toujours mis à bas par une force brutale; et pour tout ce que vous êtes capable de deviner, tout ce que vous n’exprimez pas, et tout ce qui est infini en vous
Pour la solitude et l’étrangeté de vos vies
Soyez salués!
Kazimierz Dabrowski
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Mar 14 Oct 2014, 19:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Expériences d’idenfication à autrui, à la nature et à l’univers ; rencontres avec des extraterrestres, des divinités et des démons ; expériences de décorporation et souvenirs de vies antérieures : la science considère tout cela d’un oeil pour le moins sceptique. Mais le Dr Stanislav Grof – sommité internationale, chercheur en psychiatrie ayant co-fondé la pschologie transpersonnelle – nous conduit à jeter un nouveau regard sur ces univers.

Quand l’impossible arrive nous offre le récit autobiographique fascinant de ses 50 ans d’exploration de dimensions de la conscience non répertoriées par la psychologie classique, une succession de recherches, d’expériences et de découvertes qui forceront sans doute le lecteur à remettre en question les fondements mêmes de l’existence.

De sa première séance sous LSD à ses travaux les plus récents en Respiration holotropique, Stanislav Grof stupéfiera le lecteur en abordant des thèmes tels que la projection astrale, la synchronicité, l’existence prénatale ou encore la survie de la conscience après la mort.

Quand l'impossible arrive est un ouvrage exceptionnel - et le mot n’est pas trop fort ! – qui fera sans doute date. Déjà mondialement connu par ses précédents ouvrages, le Dr Grof nous livre ici son propre parcours en tant que pionnier de l’exploration de la conscience humaine. Il réussit l’exploit de rédiger un ouvrage d’une grande lisibilité, très accessible, captivant, qui vient bouleverser notre compréhension de la réalité, de l’homme et de l’univers.

D’une grande rigueur professionnelle, même en abordant les sujets les plus délicats, Grof nous conduit par étapes progressives à remettre en question nombre de choses qui nous semblent évidentes. C’est un livre appelé à devenir durablement une référence, et qui pourrait marquer un tournant dans la pensée scientifique, médicale et psychiatrique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Mar 03 Fév 2015, 10:01

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Sagesse spirituelle - pratique de la Dynamique en Spirale 2   Mer 04 Fév 2015, 22:28

Bonsoir à tous,

Je me suis rendue compte que certains liens liés aux " Memes " n'étaient plus actifs.


Citation :
Un mème (de l'anglais meme ainsi que du français même) est un élément culturel reconnaissable (par exemple : un concept, une habitude, une information, un phénomène, une attitude, etc.), répliqué et transmis par l'imitation du comportement d'un individu par d'autres individus. L'Oxford English Dictionary définit le mème comme « un élément d'une culture pouvant être considéré comme transmis par des moyens non génétiques, en particulier par l'imitation ».

http://fr.wikipedia.org/wiki/Meme


http://antahkarana.forumzen.com/t1355p75-le-cerveau-mystique-la-puissance-de-l-esprit?highlight=M%E9m%E9tique+Lourde+++-+Dynamique+spirale#19604




Voici donc un lien actualisé :

http://www.memetique.org/2005/04/dynamique-en-spirale/
Citation :

Management : Dynamique en spirale






« Mémétique Lourde » Traduction en Français par Eric de Rochefort d’un texte traitant de la mémétique et l’exercice du leadership. Ce dont il est traité repose sur l’intégration de la mémétique par Beck et Cowan aux travaux de Clare Graves pour déboucher sur une approche initialement utilisée « en temps réel » lors de la sortie de l’Afrique du Sud de l’Apartheid.

MÉMÉTIQUE ET LEADERSHIP EN SPIRALE (voir lien)


http://www.human-side.com/references/Memetics%20and%20Spiral%20Leadership%20FR.htm



Qu’est-ce que les Spirales Dynamiques ?





Un bref résumé de sa théorie est donné par Graves lui-même :

La psychologie de l’être humain mature est un processus en déploiement, emmergent, oscillant, se développant en spirales marqué par la subordination progressive des systèmes de comportement plus anciens, d’ordre inférieur par des systèmes plus récents, évolués, car les problèmes existentiels de l’homme changent.

HTTP://WWW.12MANAGE.COM/METHODS_GRAVES


La sagesse spirituelle et pratique de la Dynamique en Spirale






La quête éternelle vers le haut

ENTRETIEN AVEC LE DOCTEUR DON BECK PAR JESSICA ROEMISCHER (voir lien)


http://www.memetique.org/2005/04/dynamique-en-spirale/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: BLEU   Mar 10 Fév 2015, 19:12

Bonsoir à tous,

Étant donné qu'en raison de la Saint Valentin, nous rentrons dans une période très "rouge" : cœurs rouges, roses rouges signes de passion (pouvant déborder en raison des boissons alcoolisées coulant à flots, des sous-vêtements sexy que cette fête, comme un stigmate, fait porter aux femmes et jeunes filles), cadeaux emballés de papier rouge, etc., je préconise, pour garder un certain équilibre énergétique, de se concentrer en cette période sur le BLEU.

Vous l'aurez compris, je ne suis pas en accord avec des principes qui poussent - et ici peu importe, de savoir si cela est inconscient ou pas, provoqué ou pas - à la débauche, à la perversion, aux abus de drogues et autres stupéfiants sous les (faux) feux de l'amour.

Et puis, avons-nous besoin en ces périodes de crises et pénuries financières de dépenser de l'argent pour des bagatelles ? Car réalisons que ces fêtes poussent au consumérisme.



Douceur a écrit:

BLEU


WIE : Et maintenant, le quatrième niveau de mème de la spirale. Pourriez-vous commencer par parler des problèmes de Conditions de Vie produites par l'individualisme et l'égocentrisme du ROUGE, qui finalement ont nécessité une transition vers le niveau suivant, le BLEU ?

DB : Dans le BLEU, il y a la recherche d'un but transcendant, une reconnaissance de l'importance de l'ordre et du sens, d'un univers contrôlé par un pouvoir unique et supérieur. La société ne peut plus fonctionner avec la présence constante du ROUGE, avec ses entités de type guerrier, gangs ou seigneurs de guerre ; ainsi nous devons grandir pour résoudre les problèmes créés par le succès du ROUGE. Ici, pour la première fois, naît la capacité de ressentir la culpabilité (le ROUGE se sent honteux mais pas coupable). Dans le système BLEU, les individus acceptent avec joie l'autoritarisme et le sacrifice de soi pour le bien commun.

Quand le BLEU commence à se développer, il doit prendre en main le ROUGE. C'est pourquoi dans l'Ancien Testament on trouve des mesures punitives telles que " śil pour śil et dent pour dent ". S'il existe un composant ROUGE fort, alors on a, dans les systèmes religieux et légaux, une forme punitive très accentuée de BLEU. Ceci est conçu pour traiter la menace du ROUGE, et aussi longtemps que la menace ROUGE est présente, l'expression punitive du BLEU continuera d'exister. Mais dès que le BLEU a moins à contenir la violence du ROUGE, il continue son cycle de vie en s'orientant vers une version plus saine de lui-même, prenant la forme de systèmes plus institutionnalisés, dans lesquels prévalent rigueur, discipline, responsabilité, stabilité, persévérance et ordre.

Ce qui semble également se produire dans le cerveau est une meilleure capacité d'abstraction, et cette faculté d'abstraction est associée à une cause, une " cause célèbre ", un " isme "par exemple le Chemin Octuple du bouddhisme, ou l'idée de l'islam, qui sont tous les deux des abstractions. Donc encore une fois, nous sommes dans une zone métaphysique, mais cette fois les esprits VIOLET sont organisés en " notre Dieu est une forteresse puissante... ". Et donc nous avons la naissance du monothéisme, du Zoroastrisme et de tous les " ismes ", qui ont commencé soudain à émerger il y a environ cinq mille ans. Et bien qu'ils aient eu des contenus différents, leurs modes de pensée étaient tous identiques.

WIE : Je n'avais jamais envisagé les religions du monde sous cet angle, à savoir qu'en dépit de leurs différences de " contenu ", elles sont l'expression du même stade évolutif de développement.

DB : Oui, parce que ces codes de mème sont comme des empreintes, ou comme des aimants. Le code de mème que nous désignons par BLEU rencontre un but transcendant. Quel est ce but transcendant ? Cela peut être le bouddhisme, le judaïsme ou l'islam. Le code de ce mème s'est attaché à de telles expressions religieuses car elles lui fournissent un moyen de s'exprimer. Par conséquent nous pouvons avoir des guerres sacrées entre deux " ismes " qui, tous deux, relèvent du code BLEU. Car il y a une différence entre les manifestations superficielles d'un système de valeurs de base le mème régi par un code et ce système de base lui-même.




http://antahkarana.forumzen.com/t1355p75-le-cerveau-mystique-la-puissance-de-l-esprit
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5582
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....   Mer 25 Fév 2015, 16:35

Quatrième partie :
Les noces alchimiques de Christian Rose-Croix.

En étudiant la formation et l'anatomie du cerveau, nous pouvons percevoir le plan, l'empreinte de l'Esprit qui nous relie à l'idée archétypale de l'être parfait. Si nous apprenons à déchiffrer le plan de nos structures cérébrales, nous pouvons découvrir les facultés insoupçonnées de la conscience qui s'offrent à nous.

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
Le cerveau mystique, La Puissance de l'Esprit ....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» LE CERVEAU MYSTIQUE
» L'esprit ou le cerveau ?
» Âme et esprit
» Le cerveau, aussi, a besoin d'amour...
» L'idéogramme de l'esprit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: ...dans l air du temps... :: l'éveil de la Kundalini: l’axe dressé au centre de l’Univers et de la Personne-
Sauter vers: