ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Terre Sacrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 01 Déc 2008, 21:12

Eloge de la dénatalité

Le 1er décembre 2008 par Michel Tarrier

« En permettant l’homme, la nature a commis beaucoup plus qu’une erreur de calcul ; un attentat contre elle-même. »

Emil Cioran.


Un précepte en guise de préliminaire et d’avertissement

Les civilisations qui ont sombré d’elles-mêmes furent pour le moins victimes de deux errances majeures : une gestion abusive de leurs ressources et une totale absence de régulation démographique. Ce phénomène paradoxal peut se nommer autogénocide. Ces deux comportements erronés sont si absurdes qu’on ne les appliquerait même pas à la maison ! Ce sont pourtant ces modes qui régissent et définissent l’actuelle période « pétrolivore » que nous nommerons oléocène de notre anthropocène, nouvelle ère géologique succédant à l’holocène.

La Terre n’est pas extensible, c’est un truisme. L’avenir ne nous commande plus l’expansion, mais la récession sous forme de décroissance natale (et économique !). Moins nous serons nombreux, plus nous serons prospères, voire heureux.


La bombe P

On aura tout essayé : vaines religions, morales oiseuses, altruisme pieu, humanisme à sens unique, mises en garde objectives, modélisées et « statistiquées »... Georges Bush père l’avait bel et bien avoué : « Notre mode de vie n’est pas négociable ! ». Et quel mode, les Nord-Américains (pas tous !) ne veulent pas partager leur big burger...

En dépit de ses capacités cognitives, notre drôle d’espèce semble dans la plus indigente incapacité de se contrôler, de ne plus tout détruire, tout envahir, tout décimer, de ne plus faire la guerre aux autres hommes, de ne plus faire la guerre à la nature. C’est presque trop tard, c’est même trop tard. La planète est en déliquescence, de plus en plus de contrées sont touchées, de plus en plus de gens ont une vie pourrie, on le constate, on en témoigne dans de savants symposiums et au café du commerce, on le dit, on le répète, ce n’est plus niable et ce n’est donc plus évitable. Du silex à Hiroshima, notre progrès n’aura été que technologique, si peu humain. Nous utilisons Internet mais nous avons conservé des reflexes médiévaux, si tant est que le Moyen-âge fut la période sombrement rustique à laquelle on nous fait accroire. Notre fameuse intelligence : pure idiotie !? Ou bien serions-nous simplement des milliards d’imbéciles obéissant toujours à de sinistres pouvoirs, des hordes de gueux gavés ou faméliques mais éblouis par une ploutocratie tyrannique ? Qui sont ces gens de pouvoir, quelles sont leurs malsaines inspirations ? La folie ? Tous Napoléon-Hitler-Pot-Bush ? Sauf Saint-Louis (...) et Obama ?! Probablement et c’est en tout cas la seule et unique réponse disponible.


Des chiffres tourmentés et commentés

Homo sapiens est la pire espèce invasive.

5,2 milliards d’hectares sur 13 milliards (40 %) de terres émergées sont menacées d’une irréversible désertification.

Notre monde est passé de 250 millions à quasiment 6,7 milliards d’habitants depuis l’an 1 de l’ère chrétienne.

Pour détailler un peu et prendre le pouls démographique de chaque grande contrée, donnons quelques chiffres comparatifs depuis l’incontournable Jésus-Christ jusqu’à l’an 2000 (date du bug avorté !) : Chine (et Corée) de 70 millions à 1,280 milliard ; Inde (Pakistan et Bangladesh compris) de 45 millions à 1,320 milliards ; Japon de 300 000 à 126 millions ; Europe (et Russie) de 40 à 782 millions ; Afrique (sans l’Afrique du Nord) de 12 à 660 millions ! ; Océanie de 1 à 30 millions ; Amérique du Nord de 2 à 307 millions ! ; Amérique latine de 1 à 600 millions.

Derrière ces chiffres se cache un grave problème : celui de la fracture sociale entre pays riches et pays pauvres.

En augmentant de 4 milliards, la population planétaire a triplé depuis 1950.

Chaque jour, il y a environ 400 000 personnes en plus sur la Terre et la population actuelle de 6,7 milliards d’êtres humains s’accroît chaque année de plus de 80 millions de personnes.

Nous ne totalisions que 3 milliards de terriens en 1960 pour presque 7 milliards aujourd’hui.

Les cinq ou six dernières décennies ont vu le triplement de la population humaine : de 220 millions en 1950 à 800 millions en 2000 pour le continent Africain, de 330 à 800 pour l’Américain, de 1 400 à 4 000 pour l’Asiatique et de 400 à 600 millions enfin pour l’Europe. Les chiffres sont exponentiels partout, sauf pour l’Europe qui n’a enflé que de 50 %.

Quoi qu’on en dise, nous avons toutes les preuves que la planète ne pourra pas nourrir 9 milliards de terriens en 2050 ou 17 milliards en 2100, à moins que, miracle, le monde occidental n’adopte la philosophie vitale de la simplicité volontaire, cesse de manger de la viande, de recourir aux transports coûteux et parvienne à une incontournable iniquité, celle qui consisterait à juguler le développement de la Chine, de l’Inde et du Brésil !

La France elle-même dénote un désir nataliste, dangereux et irresponsable. Dans les années 1960, le gaulliste Michel Debré, vertueux parmi les vertueux, suggérait un effectif de 100 millions de français (« Et moi, et moi, et moi... ! »). En 1988 dans sa Lettre aux Français, François Mitterrand se référait à « Une France pauvre d’enfants dans une Europe plus pauvre encore », et Jacques Chirac donnait de la voix quand il déclarait en 1994 que « Le recul de la natalité porte en germe la baisse de notre compétitivité ». Il n’est pas sûr que ce rêve-cauchemar soit mis au rancart quand le chanoine Sarkozy se vante de l’accroissement démographique franco-franchouillard dans une interview à France 3 le 21 avril 2008. Avec 64 473 000 de personnes recensées au 1er janvier 2008, la France accuserait-elle une carence démographique et souffrirait-elle d’un complexe de Hong-Kong ? Faut-il sauver la planète ou seulement les caisses de retraite ?

Paradoxalement aux idées religieuses et au machisme toujours en vigueur, avec 1,29 enfants par femme, l’Espagne atteste un subit effondrement des naissances qui place ce pays dans le peloton de tête de la dépopulation européenne avant même l’Allemagne lucide (1,36) et aux côtés de bien des pays de l’Est (1,20 à 1,33). L’indicateur de fécondité conjoncturelle de l’Europe des vingt-cinq est de 1,51. Autre paradoxe pour une société longtemps rendue bigote par le franquisme et ses séquelles, les allocations familiales n’y existaient pas. Inquiet de cet effondrement nataliste, le gouvernement de Zapatero les a instaurées en 2007. C’est plutôt kitch !

Un bel et édifiant exemple est germanique. En 2035, l’Allemagne sera le pays à la population la plus âgée. Une femme sur quatre y renonce à avoir des enfants et, pour les diplômées universitaires, c’est une sur deux ! « L’élite de la République ne se reproduit plus » rapportait le magazine Der Spiegel en 2005.

La population de l’Inde a dépassé le milliard d’habitants et engendre chaque année 19 millions de personnes. En un an, l’Inde s’accroît de plus d’habitants que la population totale des Pays-Bas, pays surpeuplé de presque 17 millions d’habitants. Comment l’Inde pourrait- elle trouver le nécessaire pour entretenir chaque année 19 millions d’habitants supplémentaires, alors que les terres cultivables se rétrécissent drastiquement ? Contrairement à la Chine et nonobstant sa situation démographique tout à fait dramatique, l’’Inde n’observe ni politique de planning familial, ni la moindre mesure coercitive de régulation nataliste.

Avec un territoire à 94 % aride et désertique, l’Égypte (79 000 000 d’habitants) comptera une population humaine de 120 millions en 2050 !! Un enfant y naît toutes les 23,5 secondes (évaluation de 1995). Cette grande nation est ruinée par un islam bloquant tout progrès culturel, barrant toute émancipation de la femme et toute option restrictive en matière démographique, condamnant les citoyens assujettis à une pauvreté sociale, culturelle et économique à nulle autre pareille

Depuis le XXe siècle, le continent Africain connaît un boom démographique exceptionnel : 302 millions d’habitants en 1975, 591,3 millions en 2001, 855 millions en 2004, 922 millions en 2005. 45 % de la population africaine vit dans quatre pays : le Nigeria, l’Éthiopie, la République démocratique du Congo et l’Afrique du Sud.

En République populaire de Chine (1,3 milliard d’habitants) « L’État encourage la planification familiale pour assurer l’harmonie entre la croissance démographique et les plans de développement économique et social », c’est l’article 25 de la constitution chinoise et du malthusianisme ainsi constitutionalisé. Mais rappelons que la Chine est tout de même une dictature et que le palliatif de l’enfant unique imposé est discutable parce qu’il se traduit par un infanticide des filles. Depuis 2002, le versement d’une somme de 5000 yuans (510 euros) permet la naissance légale d’un deuxième enfant. Le salaire moyen urbain n’étant que de 1200 yuans, l’amende est évidemment dissuasive. La Commission chinoise pour la population et la planification familiale se félicite pourtant d’une économie de 400 millions de naissances puisque le taux de fécondité est passé de 5,8 enfants par femme dans les années 1970 à 1,8 actuellement.


Vers une vie invivable

En 2050, il n’y aura plus ni pétrole, ni gaz, donc plus de transports viables (marchandises, produits alimentaires...), ni d’agriculture productiviste. Sans la révolution verte conférée par les engrais azotés provenant de la pétrochimie, nous n’aurions pu alimenter et donc générer une telle surpopulation. Il a été dit et redit qu’une agriculture naturelle, strictement induite par le soleil et l’eau ne pouvait nourrir davantage que 2 ou 3 milliards de terriens. Mais après nous avoir empoisonnés avec une alimentation bourrée de résidus chimiques et médicamenteux, après avoir conféré la mort biologique du sol par une agrochimie démentielle, on nous assure maintenant qu’une agriculture biologique serait susceptible de nourrir 12 milliards de personnes. Soit ! Mais au-delà de ces 12 milliards qui interviendront bien avant la fin du siècle, que fera-t-on ?

Après avoir géré sur un mode minier les ressources, à la veille des disettes et des tarissements, alors que les derniers filons commencent à poindre à l’horizon de ce millénaire, nous voici pathétiquement angoissés par des dates fatidiques : 2040 : fin de l’uranium / 2050 : fin du pétrole / 2072 : fin du gaz naturel / 2087 : fin du fer / 2158 : fin du charbon, entre autres fins de ressources inscrites en ce début de millénaire (d’après le magazine Science et Vie hors série N° 243 de juin 2008 : Construire un monde durable). Ajoutons que le pic forestier est déjà dernière nous et que nous inaugurons la sixième phase d’extinction massive des espèces, la première pour cause anthropique.

Au fur et à mesure que ces carences vont survenir, dans la totale incapacité que nous sommes de les compenser à hauteur de l’incommensurable besoin, la vie deviendra progressivement invivable, les pénuries engendreront les pires conflits, notamment une guerre mondiale pour l’appropriation des ultimes sources alimentaires et énergétiques.

On a cru que la biomasse (agroénergie, agrocarburants, biocarburants, bioéthanol, biodiesel, biogaz, biométhane...), imaginée comme renouvelable, allait remplacer les énergies fossiles, mais nous savons déjà qu’il s’agit d’un chemin erroné. Palmier à huile, betterave, colza, soja, tournesol, canne à sucre, orge, maïs, seigle, riz... ne peuvent être cultivés à grande échelle qu’en défrichant des terres qui n’avèrent déjà insuffisantes pour nourrir la population planétaire. Leur raffinage nécessite des quantités astronomiques d’eau. Faminogènes pour les pays du Sud, l’avènement de tels nécrocarburants serait un crime contre l’humanité. On sait aussi que leur utilisation ne réduirait en rien nos problèmes de pollution et des émissions de CO2. Quant à la biomasse de seconde génération, de source ligno-cellulosique non comestible (bois, feuilles, paille...), sa production est à l’image des énergies douces et reste aléatoire à l’échelon des besoins planétaires.

D’ici 2050, deux milliards de personnes, c’est-à-dire 20 % des terriens, souffriront d’une carence d’eau. 3,2 milliards d’humains en manqueront totalement en 2080. On dénombre déjà plus de trois cents zones de conflits potentiels pour la maîtrise des fleuves internationaux, comme le Nil ou l’Euphrate, ou celle des nappes phréatiques. 1,1 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à une eau de boisson provenant d’une source améliorée et seulement 10 milliards de dollars permettraient chaque année l’accès à l’eau à ce 1,1 milliard de personnes. 2,6 milliards de gens ne sont pas raccordés à un service d’assainissement de base. Certains rapports avancent que 15 000 personnes meurent quotidiennement de maladies transmises par l’eau, soit 10 fois plus que de tués par la guerre.


Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 01 Déc 2008, 21:13

suite

À qui profite le crime démographique ?

« N’est-ce pas le seul espoir de la planète que les civilisations industrielles s’écroulent ? N’est-ce pas notre responsabilité d’y travailler ? », déclarait Maurice Strong, à la tête du Sommet de la Terre de Rio 1992 pavant la voie au Protocole de Kyoto. « La cause immédiate de la crise écologique est le capitalisme qui est un cancer dans la biosphère », ajoute Murray Bookchin, de l’Institut for Social Ecology (USA).

Derrière la bonne parole nataliste, à masque paternaliste, sont tapies d’immondes arrière-pensées économiques, militaires, nationalistes, racistes, handicapées d’une myopie écologique hypothéquant tout futur universel. Avec ce que l’on sait maintenant, encourager la surpopulation, c’est cautionner un crime volontaire contre l’humanité. Les ressources n’étant pas élastiques, l’appropriation des plus forts ne peut qu’entraîner une famine des plus faibles.

« Travail-famille-patrie » et ses variantes du style « dieu-patrie-roi », telles sont les trilogiques recettes des peuples voués au lapinisme, corvéables à merci, disponibles sur un geste, pour le plus grand profit des marchands d’armes (de bible et de coran réunis), soutenus par les dogmatismes religieux. On fit même construire à une multitude forcée et pour la multitude soumise, de pharaoniques cathédrales, sous les coups de fouet et au prix du sang. Il faut faire des petits pour fournir la clientèle au lobby du travail (main d’œuvre, nouveaux esclavagistes, travailler plus et jusqu’à 70 ans pour gagner moins / choisir son dimanche en travaillant pour le même salaire que le lundi, ou bien pour dilapider son gain au temple hypermarché qui ne ferme plus). Il faut engendrer au plus grand profit du lobby consumériste en tous genres, pour celui de la santé (le même qui nous rend malades promet de nous soigner), pour ses filières médicopharmaceutiques, vaccinales..., pour celui agrochimique et semencier auquel il faut rendre grâce de nous nourrir au meilleur rapport vie/mort (plus de bouches à nourrir, plus de corps à soigner, davantage de profits en perspectives).

Les guerres, les cataclysmes, les pandémies sauraient écrémer les populations et faire respirer la Terre si politiques, religieux, industriels et banquiers ne suggéraient à chaque fois aux survivants de bonne volonté de remettre le couvert, de féconder davantage pour une énième remise à niveau. Finalement, procréer c’est peupler les cimetières.


Quelques écogitations politiquement incorrectes

Nous feignons d’ignorer la finitude d’un monde dans laquelle notre multitude puise allègrement et sans relâche.
Il faut quelque chose de plus qu’un couple pour faire un enfant, il faut au moins une planète viable.
Le problème n’est pas tant d’engendrer un bébé que de faire subséquemment un adulte.
Posséder une famille nombreuse n’est-il pas un délit environnemental, une grave atteinte à la planète et à l’avenir commun ?
Pour un ami de la Terre, toute abstinence à la procréation humaine, toute pénurie des naissances sont reçues comme de bonnes nouvelles.
Sans peur ni reproche du métissage, le renouvellement des générations des pays développés devra se faire par les immigrants.
Contrairement à toute logique, la décroissance démographique reste un problème épineux, un énorme tabou qui n’ose pas dire son nom, un scandale qui provoque tous les courroux.

Suggérer de modérer la démographie d’un monde en proie à la surpopulation semble relever de l’outrage, de l’infamie, tant le thème appartient à la langue de bois.

Si vous estimez que nous n’avons aucune responsabilité ni vis-à-vis des 11 millions d’enfants qui meurent chaque année avant d’atteindre leur cinquième anniversaire, ni à l’endroit des 900 millions de personnes sous-alimentées, encore moins des espèces végétales et animales qui disparaissent à la vitesse grand V, que notre reproduction n’est pas excessive ou en tout cas acquittée de telles accusations, alors oui, faites encore et encore des enfants. Mais faites vite !

La fécondité humaine est une malédiction.

Quelques générations vouées à seulement un enfant par femme, voire assurer un soutien financier aux couples qui n’enfanteraient pas, serait cependant le programme d’une politique volontariste, courageuse et écoconsciente.

La survie de l’humanité dépend du possible, et non de l’impossible.

L’impossible, on l’a dit, c’est une meilleure gestion et une plus juste répartition des ressources. On a tout essayé depuis des lustres et même la morale égalitaire professée par les grands livres n’a pas donné les résultats escomptés.

Le possible pour cultiver les futurs, c’est d’encourager une mondialisation de la dénatalité.

Tout pacte écologique devrait sous-tendre l’idée d’un pacte antinataliste et le souci démographique devra être imbriqué à celui écologique, les deux thèmes étant incontestablement rétroactifs.



Les handicaps, le front des vertueux, une vraie vérité qui dérange

La propagande nataliste est rampante, sournoise et insidieuse. Elle est généralement le fait des partis politiques les plus rétrogrades et liberticides qui soient, ceux qui prônent simultanément des valeurs fétides, comme le racisme, le sexisme et le spécisme, ceux qui évidemment n’inscrivent l’écologie qu’à contrecœur à leur programme et n’en font qu’un hochet électoral, une occasion de blanchiment vert au profit d’un marché de dupes. Le populationnisme est frère de lait du populisme, c’est toujours une doctrine de masse niant toute dignité, toute légitimité. Chez ces chantres patriotiques et jamais mondialistes (dans le sens universaliste du mondialisme et non mercantiliste de la mondialisation !), la dépendance des hommes est celle d’une providence divine, la souffrance n’est pas vue comme misère, mais comme une épreuve de force génératrice de santé. Une population croissante stimule l’orgueil et le prestige national (Front National !). Pour les colporteurs du dogme, fascinés par le troupeau, s’abstenir d’enfanter est à la limite du péché. On se reproduit ou on se confesse.

Comment vaincre et convaincre les curés, les rabbins, les imams et tous les autres dictateurs religieux, aveuglément opposés à la contraception, préférant que les enfants meurent de faim ou sautent sur des mines antipersonnel, plutôt que d’empêcher leur naissance ? Où le dogme blesse, c’est qu’il interdit la réflexion. Les autorités religieuses forment une véritable association de malfaiteurs avec les nouveaux marchands du temple générés par un néolibéralisme en proie à un instinct forcené du profit. À leur service, les pouvoirs publics se refuseront toujours à adopter une politique démographique restrictive. N’en déplaise à l’ignoble propagande des vertueux, il n’y a qu’une raison légitime et éco-malthusienne de ne pas avoir d’enfant, c’est de ne pas surpeupler davantage la seule planète dont nous disposions. Les discours vertueux sont toujours acclamés, notamment par ceux qui n’y perçoivent pas l’irréalisme, voire le cynisme, bien que la mise en pratique de ces discours soit la cause de leur misère quotidienne. Si elles acceptent de régresser, les sociétés obèses détiennent la clé budgétaire pour assister celles faméliques. L’Occident aura alors moins à redouter des ventres pleins que de ceux vides, les gens qui sont à l’aise chez eux n’ont aucune envie d’aller chercher des eldorados. Ce n’est pas le cas des Haïtiens, des Cariocas, des Cairotes ou des Bangladais, des Thaïs et des Malais, qui, l’estomac resserré, ne se découragent pas de reproduire pour envoyer leurs enfants chercher des pépites d’or dans les immondices ou proposer leur corps à la transgression morale du tourisme sexuel (ce sont chaque année 85 millions de touristes occidentaux qui choisissent leur destination selon l’offre sexuelle).
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 01 Déc 2008, 21:14

suite 1

Les briseurs de tabou et quelques éloquences

Depuis Malthus le maudit, pasteur anglican de la fin du XVIIIe siècle, et David Ricardo, économiste du XIXe siècle, peu de personnalités se sont aventurées sur le chemin de la dépopulation, tant le risque d’anathème et de lynchage intellectuel est grand. Les déclarations éco-malthusiennes exigeant du courage ou un brin de folie, elles se comptent donc sur les doigts de la main.

C’est en 1968 que le Club de Rome charge une équipe d’experts du Massachusetts Institute of Technology d’un rapport ambitieux susceptible de préconiser des solutions pratiques aux problématiques planétaires. Sorti en 1972 sous le nom de Limits of Growth (Halte à la croissance ?), l’étude met en exergue les dangers écologiques de la croissance économique et surtout démographique. Avec un second rapport publié en 1974, ces travaux sont connus sous le nom de rapports Meadows et défendent la croissance zéro, soit un équilibre au lieu d’une croissance réelle. A l’époque, la démographie s’accélèrerait d’une année sur l’autre, atteignait 3,6 milliards d’habitants en 1970 après avoir doublé tous les 32 ans. Quant à la croissance économique, elle favorisait les pays développés, accroissant ainsi les disparités de développement : « Les riches s’enrichissent et les pauvres font des enfants ».

La seule ONG qui se soit immiscée sur le terrain dénataliste fut le WWF lors de son 3e congrès de 1973 qui avançait que l’explosion démographique était la cause principale de la crise de l’environnement. Le WWF affirmait alors sa conviction que tous les gouvernements avaient le devoir d’envisager les mesures à prendre sur le plan mondial pour stabiliser et finalement ramener la population humaine à un niveau adapté à la capacité de charge des terres et des océans. Ces mesures devaient être concrétisées de toute urgence, non seulement en vue d’assurer la conservation des ressources naturelles, mais également pour permettre à l’humanité de jouir d’une qualité optimale de vie. Il semblerait bien qu’une telle sortie n’ait pas eu l’heur de séduire et si le WWF fait la légitime promotion de l’empreinte écologique susceptible de culpabiliser dans le bon sens tout un chacun, l’association internationale se contente de brandir le besoin d’une seconde planète à l’horizon 2030, sans s’appesantir davantage sur la sacro-sainte procréation responsable de la fourmilière humaine.

Ken Smail, professeur au département d’anthropologie du Kenyon College (Ohio, USA), auteur de plusieurs articles et essais sur la population parus notamment dans Population and Environment, Politics and the Life Sciences, est un dénataliste convaincu. On pourra lire un article de lui, traduit de World Watch et disponible sur la toile : Réduction de la population mondiale : faire face à l’inévitable.

Bernard Werber, auteur culte, est l’actuel communicant majeur en matière de limitation démographique. Il désigne la surpopulation comme la cause de nos malheurs dans la plupart de ses interviews sur le sujet écologique qui lui tient à cœur. Il interpella Nicolas Hulot lors de l’émission Riposte du 5 octobre 2008, mais ce dernier esquiva l’embarrassante question (embarrassante quand il s’agit de ne pas déplaire aux maîtres du monde, très douteux sponsors).

« L’épanouissement de la vie et des cultures humaines est compatible avec une diminution substantielle de la population humaine. L’épanouissement de la vie non-humaine requiert une telle diminution. »
Arne Naess, 1973

« Ne me parlez pas de pénurie. Mon monde est vaste et a plus qu’assez - pour un nombre limité. Il n’y a pénurie de rien, à part de volonté et sagesse ; mais il y a un surplus de gens. »
Garrett Hardin, 1975.

« Un humanisme bien ordonné ne commence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l’homme, le respect des autres êtres avant l’amour-propre. »

Claude Lévi-Strauss, 1968

« Notre société devient une société de consommation effrénée. C’est un cercle vicieux que je compare au cancer... Devrions-nous éliminer la souffrance, les maladies ? L’idée est belle, mais peut-être pas profitable à long terme. Notre peur des maladies ne doit pas mettre en danger le futur de notre espèce. C’est une chose terrible à dire. Mais pour stabiliser la population mondiale, nous devons éliminer 350.000 personnes par jour. C’est une chose horrible à dire, mais ne rien dire l’est encore plus. »

Jacques-Yves Cousteau, interview publiée par le Courrier de l’Unesco, novembre 1991.

« Nous périrons sous les berceaux. Nous sommes le Cancer de la Terre ; la pullulation de l’espèce humaine est responsable d’une pollution ingérable par la nature. Cela est tellement évident qu’on se demande de quel aveuglement sont frappés nos dirigeants. La nature, dans sa grande sagesse, essaie de nous aider ; les cas de stérilité sans cause apparente s’accroissent - comme d’ailleurs s’accroissent les orphelins et enfants abandonnés et maltraités ! »

Jacques-Yves Cousteau, citation extraite du livre Le réveil de la conscience de Jacqueline Bousquet et Sylvie Simon, 2003.

« Dans les bidonvilles, j’avais chargé un docteur de prescrire la pilule, afin que les femmes n’aient pas un bébé tous les dix mois. J’avais vu une femme enceinte allaiter deux bébés ; je ne pouvais laisser perdurer cette situation. J’ai envoyé une lettre directe au Pape pour lui expliquer. Je n’ai jamais eu de réponse... »

Sœur Emmanuelle, 2003

La récente publication de mon livre pamphlétaire Faire des enfants tue, éloge de la dénatalité, fit bien des remous et me valut une fatwa catholique des plus détestable. Certaines citations en ont été tirées et sont largement reprises par des analystes bienveillants.
« La surpopulation est un crime contre l’humanité. »
« Faire des enfants nuit gravement à la planète. »
« Si on aime les enfants, il ne faut pas en faire. »
Michel Tarrier, 2008
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 01 Déc 2008, 21:16

suite 2 et fin du mail:
Eh bien, décroissez maintenant (que le mal est fait) !

Petit retour à la pataphysique transcendantale... !

Ou comment, sur un rêve plombé par un dogme, on a fini par détruire notre maison du quaternaire.

Dieu (qui n’existe pas) aurait dit à Adam et à Eve (qui n’ont pas davantage existés) : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la Terre et soumettez-là ; ayez autorité sur les poissons de la mer et sur les oiseaux des cieux, sur tout ce qui est vivant et qui remue sur la Terre. » (Genèse 1, 28). A partir de ces prémices, le pape Jean Paul II s’engouffrera dans un populationnisme exacerbé dans son discours du 18 mai 1990 à l’Académie pontificale des sciences : « La pression de la population est très souvent citée comme une des causes majeures de la destruction des forêts tropicales. Quoi qu’il en soit, il est essentiel d’établir que l’expansion démographique n’est pas seulement un problème de statistiques ; c’est une question profondément morale. En condamner les pressions, y compris économiques, auxquelles les gens sont soumis, spécialement dans les pays les plus pauvres, pour qu’ils acceptent des programmes de contrôle des naissances, l’Eglise soutient inlassablement la liberté des couples de décider du nombre de leurs enfants selon la loi morale et leur foi religieuse. » Et de surenchérir en 1999, des fois que l’on puisse croire en un anachronique éco-malthusianisme de papauté : « Il semble que ce qui est le plus dangereux pour la création et pour l’homme soit le manque de respect pour les lois de la nature et la disparition du sens de la vie. Comment est-il possible de défendre de façon efficace la nature si l’on justifie les initiatives qui frappent au cœur de la création, qui est l’existence même de l’homme ? Est-il possible de s’opposer à la destruction du monde, si au nom du bien-être et de la commodité, l’on admet l’extermination des enfants à naître, la mort provoquée des personnes âgées et des malades ». Pas plus de pilule que de préservatif, pas plus d’IVG que d’euthanasie, l’homme doit s’accrocher à la vie en troupeau surnuméraire, à n’importe quel prix. Dans le rébarbatif écosystème vaticanesque, vrai repoussoir du vivant, il n’y a point de corrélation entre la pression démographique et les chocs écologiques. Ce que veut l’Église, autant le dire tout de suite, c’est une Chine de plus de 2 milliards d’habitants souffrant de tous les maux de la Terre.

Le mal est fait, le troupeau humain a plus ou moins obéi, y compris lorsqu’il était mené par la religion communiste, nous avons été féconds, nous avons remplis une Terre désormais exsangue. Maintenant que nous avons tout bousillé, reste à décroître, à reconstruire les écosystèmes ou à suivre les conseils du WWF en cherchant une seconde planète aux mêmes vertus que Gaïa.


Les mesures mondiales d’une politique volontariste qui n’adviendra jamais

Faute d’un recours démocratiquement accepté à la simplicité volontaire, à une économie de frugalité, à un recul des disparités en vue d’un meilleur partage, tous vœux louables mais relevant du plus idéaliste scoutisme qui ne ferait que de nous berner pendant qu’on se marche les uns sur les autres, une attitude de bienveillante dictature verte se devrait d’imposer d’urgence quelques mesures coercitives encore loin de la stérilisation des femmes et de la castration des hommes.

L’idée d’un coïtus interruptus planetarius n’était qu’un mot plaisant que j’avais lancé.

Nous disposons d’une gamme très variée de parades contraceptives disponible pour les deux sexes afin de continuer à jouir sans procréer, sur une planète qui brûle !

En dernier recours curatif, il convient d’exorciser l’IVG, n’en déplaise aux mouvements intégristes qui nous suggèrent qu’il ne faut pas tuer Mozart dans l’œuf et auxquels nous répondons que c’est peut-être seulement Hitler que nous tuons, la musique n’étant pas plus héréditaire que la mégalomanie criminelle !

Mais il n’y aura pas dépopulation sans contraintes.

La sagesse futurible doit nous conduire à inverser les tendances, à proclamer caduques pour nuisibilité les allocations familiales, à les proscrire partout, maintenant et tout de suite.

À l’opposé, il conviendrait de décréter comme crime environnemental la tentative de fonder une famille nombreuse, de grever d’une lourde et progressive amende toute naissance au-delà d’un seul enfant par femme, voire d’assurer des avantages sociaux aux couples ayant renoncé à procréer.
Une certaine honte de ne pas avoir enfanté doit devenir fierté, c’est laisser son égo-conscience au vestiaire et revêtir une éco-conscience.

La revendication d’une Terre-patrie, notion tant espérée des citoyens de la Terre, autoriserait l’abolition des barrières et des frontières, mettrait à bas bien des disparités et c’est une démographie métisse et fortement régulée qui assumerait le destin d’un Homo sapiens enfin devenu raisonnable et « humain ».

Tout handicap à l’adoption s’en trouverait biffé : chaque enfant est mon enfant.

C’est en mettant le Sud dans le Nord que l’écologie humaine cesserait de stagner en son stade alpha qui fait que nous continuons à ressentir plus d’empathie pour l’enfant d’ici que pour celui de là-bas.

La jeunesse vive résultant du trop plein des pays que nous avons sciemment appauvris pourrait ainsi venir rajeunir nos vieilles nations et en qualité de jeunes travailleurs donner un coup de pousse aux caisses de retraite. À moins que nos nations en déconfiture parce que ravagées par la faillite du système en chute libre ne connaissent un chômage exponentiel, entretenu sciemment en proposant à des vieillards de travailler jusqu’à leur mort !
Mais certains conservateurs cruels et kleptocrates invétérés préfèrent peut-être maintenir le racket sur les ex-colonies ravagées et spoliées par nos soins, dits pays en voie de développement, et ne pas baisser la garde à l’endroit de la dette extérieure, insolvable et pour cause, issue de prêts souverains d’états avancés, de la Banque mondiale, du FMI...

Enfin, toutes recherches médicales intentées dans le sens de l’allongement de la durée de la vie serait proscrite et privée de crédits. Il est maintenant question d’une longévité de l’homme et de la femme occidentales qui devrait atteindre 100 et 110 ans ! Où va-t-on ?

La grande question est : par où commencer, et subsidiairement : comment imposer ce nouveau point de vue aux pays émergents. Il faudrait d’abord faire voter cette nouvelle politique démographique et familiale par le Parlement européen, de façon à pouvoir l’appliquer dans tous les pays de l’Union. Au même titre que l’on devra envisager l’ingérence écologique, il faudra instituer l’ingérence démographique. Sachant qu’un Grenelle de la démographie serait aussi absurde que l’est le Grenelle de l’écologie, pour n’avoir qu’une trop exigüe grille d’application géographique, ce sont des organismes rompus à la mondialisation qui devront s’en charger (Unesco, FMI, OMS...). Les pays industrialisés doivent sans plus tarder soutenir les pays pauvres dans le financement d’une politique contraceptive et anti-démographique imposée, car c’est le seul moyen de limiter cette démographie incontrôlée qui gangrène la Terre entière.


Finissons par une bonne nouvelle, tout n’étant pas négatif...

Il s’agit d’une hypofertilité du mâle humain (dégradation de 30 % du sperme) comme conséquences au stress, mais surtout au stockage dans notre physiologie de tous les résidus médicamenteux et autres pesticides que notre bonne société nous fait ingurgiter, si ce n’est respirer. Voilà donc le stérilisateur enfin stérilisé !

Louons donc Monsanto & Co et suggérons aux empoisonneurs patentés le lancement sur le marché d’un biocide extrême que nous nommerons « Toujours plus » et qui aurait la vertu finale de rendre stérile les consommateurs actifs ou passifs, pauvres ou riches, croyants ou athées, de gauche comme de droite, végétariens ou viandards, du Nord au Sud, en long, en large, en travers et dans tous les sens.


Vivre moins nombreux pour que tout le monde puisse tout simplement vivre.

Et acceptons notre nombrilisme, quand on dit enfant de l’amour, c’est davantage de l’amour du couple que de celui du futur terrien dont il s’agit. Une preuve en est que l’accouchement sans douleur pour soulager la maman fut inventé bien avant celui sans violence pour préserver le nouveau-né. Charité bien ordonnée... C’est édifiant.


--------------------------------------------------------------------------------

P.S. : Les quelque cinq heures utiles à rédiger ce texte ont vu la population mondiale passer de 6 776 518 532 (5 novembre 2008, 13h40) à 6 776 565 212 humains (18h58), soit un apport d’effectif de 46 680 personnes (Source : compteur de l’Ined).


--------------

Retrouvez ces thèmes dans deux livres de conscience universelle qui ne mâchent pas leurs mots :
2050, Sauve qui peut la Terre, de Michel Tarrier
Faire des enfants tue, de Michel Tarrier & Daisy Tarrier


http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article1045

Et vous qu'en pensez-vous : sos-planete@terresacree.org ?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
yllen



Féminin
Bélier Chat
Nombre de messages : 12
Date de naissance : 10/04/1963
Age : 54
Localisation : france
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Mar 02 Déc 2008, 08:18

J'ai suivi cette histoire de mélamine et j'avais reçu ce mail aussi, mais il reste des zones de flou : beaucoup de produits fabriqués en Europe par exemple, le sont à partir d'ingrédients importés d'un autre continent, donc le déchiffrage de ce code-barre se limite à la zone de fabrication ( transformation ), mais concernant l'origine des ingrédients, je ne sais pas si elle est lisible sur les autres chiffres du code-barre.

Ainsi, récemment, on a retrouvé de la mélamine dans de la farine de soja importée pour nourrir des poulets bios en France . Voir l'article dans le Monde :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/11/28/du-soja-bio-a-la-melamine-importe-de-chine-en-france_1124336_3244.html

désolée pour la longueur du lien, si un admin peut le raccourcir, merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Jeu 04 Déc 2008, 17:38

Vidéo de 11 minutes :

"Citoyens de la Terre" est une sélection d'images de notre planète vue du ciel, sous son angle le plus beau, mais aussi le plus sombre. Un voyage autour du monde qui nous renvoie les conséquences de l’activité humaine sur la nature.

http://www.mativi.fr/fiche-132-8494746586-Citoyens-de-la-Terre.html

Visible aussi en tête de http://terresacree.org/etaplane.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
damejane

avatar

Féminin
Gémeaux Chat
Nombre de messages : 293
Date de naissance : 01/06/1951
Age : 65
Localisation : sans port d'attache
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: En savoir plus et comprendre ce que sont les Ogm   Ven 05 Déc 2008, 19:28



Les OGM qu'est-ce que c'est ?
(jeudi 27 novembre 2008 )


Exposé de Christian Velot, maître de conférences et chercheur en génétique moléculaire et microbiologie, qui permet de comprendre ce qu’est un OGM. Il explique, avec pédagogie et simplicité, les aspects scientifiques et sociétaux des OGM en s’appuyant sur des exemples concrets.
OGM et recherche fondamentale ; OGM et médecine ; OGM dans l’agro-alimentaire, autant de catégories clairement différenciées afin d’éviter certains amalgames (fallacieux ?) récurrents.
Les problématiques, notamment sanitaires et environnementales, diffèrent grandement suivant que l’on considère l’une ou l’autre de ces catégories ? De la science en toute conscience.
Cerise sur le gâteau, Christian Velot possède le gène de l’humour ! Un délice...


LIEN DE L'ARTICLE ET DE LA VIDEO (durée 1h26 ) :
http://www.cawa.fr/les-ogm-qu-est-ce-que-c-est-article002420.html

A regarder jusqu'au bout c'est vraiment pédagogique !
Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !


votre dévouée :damejane.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.shanti-om.net/
damejane

avatar

Féminin
Gémeaux Chat
Nombre de messages : 293
Date de naissance : 01/06/1951
Age : 65
Localisation : sans port d'attache
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Ven 05 Déc 2008, 19:37

.
.

Feu vert de l'UE au soja transgénique de Monsanto



Cette autorisation est valable pour dix ans, pour l'importation et
l'utilisation de cet OGM dans la production de nourriture humaine ou animale.
La Commission européenne a donné son feu vert, jeudi 4 décembre,
à l'importation et à l'utilisation dans l'UE à des fins alimentaire du soja
génétiquement modifié MON89788 de la firme américaine Monsanto.

La décision a été prise sur la base d'un avis favorable de l'Autorité européenne
de sécurité alimentaire (EFSA) sur ce soja, aussi appelé "Round up ready 2",
qui doit être résistant à un herbicide.

L'EFSA a estimé qu'il ne présentait "aucun risque pour la santé humaine
ou animale, ou pour l'environnement", a précisé Bruxelles.


La Commission a pris la décision seule, conformément aux procédures européennes
quand les États membres n'ont pas réussi à trouver une majorité pour ou contre
l'autorisation d'un organisme génétiquement modifié (OGM).
Cette autorisation est valable pour dix ans, pour l'importation et l'utilisation de
cet OGM dans la production de nourriture humaine ou animale.

Les produits l'utilisant devront l'indiquer clairement.



Article paru le :04.12.2008 | 13:01
Lien source de cet article :

http://www.challenges.fr/actualites/europe/20081204.CHA9024/feu_vert_de_lue_au_soja_
transgenique_de_mosanto html.





Ce qui veut dire qu'il nous faudra :



-1 : être vigilant sur les achats d'aliments contenant du soja,
ce qui équivaut à lire systématiquement les étiquettes sur les emballages, la difficulté étant
que l'écriture sur les étiquettes sont de plus en plus petites. Un conseil : s'acheter une loupe
et l'avoir toujours sur soi quand on va faire ses courses.
-2 : que l'on nourrira les animaux de la ferme avec du soja OGM, gavés de pesticides.
-3 : nous savons qu'à l'heure actuelle, de nombreux agriculteurs ont eu de graves problèmes
de santé, dus au contact des pesticides : cancers de la peau, maladies neurovégétatives etc...
De quelle manière sera faite la traçabilité de ce soja "Round up ready 2",
au niveau de la viande vendue dans le commerce ainsi que dans les plats tout cuisinés ?
- 4 : qu'on sait que de nombreuses fausses couches sont liées au contact de pesticides.
Et si on a pas tout compris sur les OGM, il faut revisionner jusqu'au bout la vidéo suivante :



LIEN DE LA VIDEO : ""Exposé de Christian Velot, maître de conférences et chercheur en
génétique moléculaire et microbiologie, qui permet de comprendre ce qu’est un OGM.
Il explique, avec pédagogie et simplicité, les aspects scientifiques et sociétaux des OGM
en s’appuyant sur des exemples concrets."
Nota: citation d'une partie des conclusions en fin de conférence :
"Pour moi, les Organismes Génétiquement Monstrueux, ce sont les OGM que l'on dissémine
dans la nature, parce que l'on ne maîtrise rien ou pas grand chose. Je considère que le processus
qui consiste à nous imposer , (parce qu'il s'agit bien de nous imposer les OGM sur la planète), est
processus anti-scientifique et anti-démocratique...""


http://www.cawa.fr/les-ogm-qu-est-ce-que-c-est-article002420.html

Ce qu'il faut comprendre, c'est que même si on n'en veut pas, on nous l'impose en Europe
pour des simples raisons d'avidité et de cupidité. En dix ans les dégâts seront irréversibles,
(contamination transversale également des sols ).
Nous aurons de plus en plus de maladies comme les Alzheimer, les scléroses en plaques Etc...


Manger sain, relèvera de plus en plus du parcours du combattant.





Bien à vous :damejane.


:m4:
.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.shanti-om.net/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Mer 10 Déc 2008, 09:37

bord une petite vidéo sur la décroissance : http://www.youtube.com/watch?v=-USFlXhAwKc

___________________________________

Un RV avec Survival :

Survival ouvre exceptionnellement ses portes les vendredi 12 et 19 décembre, de 12h à 20h!

Venez découvrir une magnifique tunique maya brodée à la main, des poupées réalisées par les femmes akha du Laos, des bijoux touaregs en argent et des parures de graines des Indiens wichi d'Argentine, ainsi que des vêtements et des jouets aux couleurs éclatantes pour les tout petits.

A noter cette année: une production exclusive pour Survival: des porte-bonheur évenk venant tout droit de Sibérie!

Sans oublier nos articles aux couleurs de Survival : t-shirt 100% bio, cartes de voeux, livres, calendrier et agenda.

Comme toujours nos articles sont issus du commerce équitable et solidaire et leur vente finance les campagnes que nous menons en faveur des peuples indigènes parmi les plus menacés au monde.

Rendez-vous les vendredi 12 et 19 décembre, de 12h à 20h:
45 rue du Faubourg du Temple
75010 Paris
01 42 41 47 62
Métro: République ou Goncourt
stations vélib proches

Survival aide les peuples indigènes à défendre leur vie, protéger leurs terres et déterminer leur propre avenir.

Survival n'accepte aucune subvention gouvernementale et dépend exclusivement de ses membres et donateurs pour financer ses campagnes.

Pour en savoir plus ou apporter votre soutien :
http://www.survivalfrance.org
info@survivalfrance.org

_______________________________


Un article sur la démographie galoppante :
http://www.goodplanet.info/goodplanet/index.php/fre/Hommes-et-societes/Demographie/Fiche-thematique-Demographie/(theme)/287

________________________________

Une chanson de Benabar, l'effet papillon : http://www.paroles-chanson.org/Nom.Chanteur/Benabar.Effet.papillon.htm

_________________________________


Les ampoules basse consommation deviennent la règle en Europe

Par Nath le mardi 28 octobre 2008

La vente des ampoules à incandescence va se terminer progressivement d'ici à 2013, date à laquelle seules les ampoules basse consommation seront vendues. Cela étant, ces dernières doivent être recyclées car elles contiennent notamment du mercure (0,005% du poids d’une lampe) et que 93% de leur poids est recyclable (verre, métaux, mercure). Un accord a été conclu au ministère de l'environnement, du développement durable et de l’écologie avec les professionnels de la filière, pour assurer ce recyclage.


Les distributeurs de la Fédération du Commerce de Distribution (FCD) et de la Fédération des Magasins de Bricolage (FMB) s'engagent à intensifier leur collaboration avec Récylum pour promouvoir la collecte des lampes usagées.


EDF s'engage à promouvoir les ampoules basse consommation, l'ADEME financera une campagne de communication autour des lampes basse consommation. Récylum s’engage à intensifier ses efforts d’information des consommateurs sur les points de vente en partenariat avec les distributeurs, à faciliter sur les points de vente la collecte des lampes basse consommation usagées en mettant à disposition des distributeurs 3.000 meubles de collecte accessibles au public, et à engager sur plusieurs mois une forte campagne de communication nationale destinée à promouvoir la collecte sélective des lampes usagées.


Les pouvoirs publics s’engagent de leur côté, au travers des actions de communication de l’Ademe, à mener une campagne de sensibilisation des consommateurs sur l’intérêt que présente pour l’environnement l’utilisation et le recyclage des ampoules basse consommation.


Donc, lorsque vos ampoules basse consommation sont mortes, rapportez les sur un point de vente ou dans une déchetterie !

http://www.autourdubio.fr/?post/Les-ampoules-basse-consommation-deviennent-la-regle


________________________________

http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée, parce qu'on la massacre! Base vivante d'informations environnementales, d'alerte et de réflexion. L'actualité de la planète au jour le jour, enjeux écologiques planétaires, réchauffement climatique, déforestation, surpopulation mondiale, érosion de la biodiversité, derniers peuples premiers, dignité animale et humaine... Un dossier énorme sur les nouvelles menaces biotechnologiques. La planète est le bien commun de l'humanité. En prendre soin donne un sens à la Vie.

Bulletin quotidien d'information sur l'état de santé de la Terre : S'abonner gratuitement : http://terresacree.org/archives.htm.

Groupe de discussion : http://terresacree.org/googlegroupe.htm

Pour nous aider dans notre action sur internet, adhérer à l'Association ou faire un don : http://terresacree.org/adhesion.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 22 Déc 2008, 20:58

A quand les carburants «solaires» ?

M. Me.

22/12/2008

Des travaux ont montré qu'il était possible de transformer des mélanges gazeux à base de CO2 en carburants, grâce à l'énergie solaire.

Et si les énormes quantités de gaz carbonique émises par les centrales thermiques, mais aussi les cimenteries ou encore les gisements de gaz naturel étaient récupérées pour fabriquer des carburants synthétiques ? Combiné à de l'eau et moyennant un apport d'énergie suffisant, le CO2 se transforme en un mélange de monoxyde de carbone (CO) et d'hydrogène (H2), à partir duquel il est possible de fabriquer, grâce au procédé Fischer-Tropsch, des hydrocarbures à chaîne longue utilisables dans les moteurs.

Pour fournir l'énergie nécessaire, des chercheurs ont eu l'idée d'utiliser des «concentrateurs» solaires comme celui d'Odeillo (Pyrénées-Orientales), qui est capable d'atteindre des températures comprises entre 200 et 3 000 °C. Le tout sans dégager de CO2.

Les travaux menés à Odeillo, sous la direction de Gilles Flamant, chercheur au CNRS, ont montré qu'il était possible, en utilisant des oxydes métalliques comme échangeurs d'oxygène, de produire des mélanges gazeux (CO2/H2) et (CO/H2) qui peuvent ensuite être transformés en carburants.

Pour l'instant le coût de production du kilogramme d'hydrogène «solaire» est deux fois plus élevé que celui produit par la filière électrolyse/énergie nucléaire. Mais Gilles Flamant pense arriver à la parité d'ici dix à vingt ans : «Les optiques et le concentrateur solaire représentent 50 % du coût. Or, le prix de ces équipements devrait baisser à l'avenir», explique-t-il en regrettant que la France ait stoppé ses recherches dans le domaine de l'énergie solaire, entre 1985 et 2000. Du coup, les pays, comme l'Espagne et l'Allemagne, qui ont poursuivi leurs efforts, se retrouvent aujourd'hui à la pointe.


http://www.lefigaro.fr/sciences/2008/12/22/01008-20081222ARTFIG00295-de-l-energie-solaire-pour-produire-des-carburants-.php
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
lionnel

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 14
Date de naissance : 28/04/1971
Age : 46
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Jeu 25 Déc 2008, 16:31

Paix Ambre

As-t'on avis,combien de temps nous reste-t'il à vivre sur Terre? Merci

Paix en toi
Revenir en haut Aller en bas
http://amanoullahsawfa.clicforum.fr/portal.php
solstice



Féminin
Scorpion Tigre
Nombre de messages : 10
Date de naissance : 08/11/1950
Age : 66
Localisation : France
Date d'inscription : 20/10/2008

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Dim 11 Jan 2009, 08:05

Cette question m'interpelle aussi.
Mais on ne répond pas à nos questions.
C'est étrange...
Revenir en haut Aller en bas
poussières d'étoiles



Féminin
Balance Singe
Nombre de messages : 190
Date de naissance : 29/09/1968
Age : 48
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 20/10/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Dim 11 Jan 2009, 16:10

lionnel a écrit:
Paix Ambre

As-t'on avis,combien de temps nous reste-t'il à vivre sur Terre? Merci

Paix en toi

Bonjour Lionnel et Solstice,

Quelle part de vous désire obtenir cette réponse ?

Je me permet de vous offrir la compréhension que j'ai en ce jour de ce que nous vivons comme être humain manfesté sur Terre.

Pour moi, la date ou je quitterai cette forme n'a aucune importance car je sais que la Vie réside en son essence ici maintenant. Ce processus d'ÉVEIL à notre ETRE. CE que je ressens comme un retour à la Source. J'ai la confiance en la Source de toute vie, dont je fais partie que ce qui arrive a chaque instant fait parti du processus créateur de la Source.
Mon intention est de me laisser couler dans cette Source et la manifester avec toujours plus de conscience, dans la forme que j'occupe dans le moment présent. Ce que j'ai conscience en cet instant de cette Source, c'est; fluidité en mouvement, non jugement, interconnection de tout ce qui existe, paix et joie manifesté dans la matérialité comme dans toutes forme de vie...

Puisque nous sommes tous interconnecté (NOUS) voila ce que je partage avec vous. Cette paix qui m'habite, je vous la communique par ces mots et au plus profond de mon coeur.
Que l'amour vous accompagne...
Revenir en haut Aller en bas
solstice



Féminin
Scorpion Tigre
Nombre de messages : 10
Date de naissance : 08/11/1950
Age : 66
Localisation : France
Date d'inscription : 20/10/2008

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Dim 11 Jan 2009, 19:20

Merci Poussières d'étoiles.

Ta réponse témoigne de ta jeunesse, et certainement d'un entourage famillial agréable.
Car c'est la réponse que me font tous ceux qui ont encore une vie familliale enrichissante.

Un peu plus d'objectivité serait nécessaire, il me semble.

Pour ceux qui n'ont plus de famille (c'est mon cas et je suis veuve depuis peu)

Pour ceux qui meurent de froid dans les rues (630 SDF en france)

Pour les animaux qu'on torture (dans les laboratoires, la vivisection recommence, on "épluche" et ébouillante des animaux vivants) - et je ne parle pas des abattoirs.
As tu visité un abattoir, Poussières d'étoile? Je ne pense pas. Moi si, de par la SPA.

Pour les arbres qu'on abat, les gens qu'on manipule, qu'on empoisonne de nourritures indignes...

Alors de grâce, révises tes beaux discours de "tout va bien, il n'y a plus quà attendre".

Il me semble, Poussières d'étoile, qu'un contact avec la réalité de ce monde te serait bénéfique

Et aies au moins la pudeur de ne pas donner de conseils. On n'en a pas demandé.

On a demandé une date.

cordialement
Revenir en haut Aller en bas
gicha

avatar

Féminin
Vierge Tigre
Nombre de messages : 75
Date de naissance : 16/09/1938
Age : 78
Localisation : Québec
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Dim 11 Jan 2009, 22:10

Bonjour Solstice

Citation :
Un peu plus d'objectivité serait nécessaire, il me semble.

L'ojectivité pour moi, qui a un sens pratique, est d'essayer de voir de voir les opposés.
La réalité est multiple selon la direction du regard et les niveaux de perception... et heusement d'ailleurs!

Nul ne peut nier la réalité que tu décris à laquelle ton regard s'attache, elle te renvoie à une partie souffrante à laquelle tu t'identifie....

Je n'ai pas l'intention d'analyser ta façon de voir...
Seulement émettre l'idée que nous sommes dans une dimention de dualité, chaque individu perçoit le monde à travers ce qu'il est.

La vérité de l'un est aussi respectable que la vérité de l'autre... il s'agit d'essayer de s'ajuster au regard de l'autre pour le comprendre.

On peut voir la beauté PARTOUT , même dans les yeux d'un être malheureux.... parce que dans cet être réside le Souffle de la Vie.... et quand on peut apercevoir cette beauté, il monte ce que l'on appelle la Compassion, qu'on peut appeler Amour aussi....
Pour cela il n'est pas nécessaire de vivre les mêmes difficultés ou souffrances.....

L'amour est un état et non une émotion.... à travers duquel on peut regarder la Vie dans toute sa manifestation

Citation :
On a demandé une date.

C'est le mental inquisiteur, analytique, qui demande cela....
Pas le Coeur.... en contact avec la Vie....

"Solstice" tu as choisi un très beau nom.... symbole des opposés... au coeur de l'ombre et ensuite dans la luminosité.

Il est des jours, des temps ou la vie nous plonge au coeur de l'ombre.... pour voir ces ombres aussi en nous... et puis après les avoir reconnus, elle nous fait remonter dans des espaces intérieurs plus lumineux.

Chère soeur, je te souhaite cette remontée après une descente..... que je connais bien.....

Gicha
Revenir en haut Aller en bas
solstice



Féminin
Scorpion Tigre
Nombre de messages : 10
Date de naissance : 08/11/1950
Age : 66
Localisation : France
Date d'inscription : 20/10/2008

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Dim 11 Jan 2009, 22:40

Merci pour ta réponse, Guicha.
Pas le coeur, dis tu?
J'ai vraiment l'impression d'un dialogue de sourds.
Non, on ne peut pas voir la beauté partout.
Pas dans un abattoir. Pas dans un laboratoire expérimental.
Vas y donc, et si tu vois la beauté, reviens me le dire...
Mais après avoir vomi, hein?
Tu n'as pas l"expérience du vécu. Moi si.
J"ai vraiment l'impression que vous êtes complètement en dehors de la réalité, et bien au chaud, papattes en rond sur votre petit nuage rose.
Et le pire, c'est que je vous entend penser:
"la pauvre, elle n'a rien compris."
Chacun détient sa vérité...
Je ne trouve pas la mienne ici.
Je demandais juste des réponses; et on veut me démontrer que je suis dans l'erreur...
De quel droit?
Avant de juger les autres...rire...
bon... rire, oui... pas envie d'entamer une polémique...
Mais pour les réponses; merci !
Revenir en haut Aller en bas
poussières d'étoiles



Féminin
Balance Singe
Nombre de messages : 190
Date de naissance : 29/09/1968
Age : 48
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 20/10/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 12 Jan 2009, 14:49

solstice a écrit:
Je demandais juste des réponses; et on veut me démontrer que je suis dans l'erreur...
De quel droit?
Avant de juger les autres...rire...
bon... rire, oui... pas envie d'entamer une polémique...
Mais pour les réponses; merci !

Rebonjour Solstice,

Mon coeur a envie de te dire ceci, si tu choisi de lire ces lignes puisse l'intention de l'amour que j'y met se rendre jusqu'a toi.

Mon premier message était la réponse que je faisais à partir de qui je suis et si pour toi le fait de le lire te fais sentir jugé et bien malheureusement je n'y peux rien car tu choisi de recevoir mes mots ainsi.

Tu es responsable de ta vie, de tes croyances, de tes perceptions, de tes émotions tout comme je le suis.

Si tu ne veux pas recevoir la réponse de la personne qui t'écris dans ce qu'elle EST et bien je crois que tu peux toujours ne pas la lire...
Tu as toujours le choix...

Personne ne t'oblige ici a rien je crois,

Nous ne cherchons pas à te forcer à penser comme nous, nous t'offrons qui nous sommes.
Si tu ne veux pas recevoir qui nous sommes, c'est ton choix.

De mon coté, je te remercie de la franchise de ton message et accueille tes paroles en tant que manifestation de qui tu ES en ce moment.

Que l'amour nous accompagne...
Revenir en haut Aller en bas
Uglabald

avatar

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 83
Date de naissance : 11/02/1966
Age : 51
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 12 Jan 2009, 20:32

Bonsoir,
Très intéressant votre débat car il laisse une nouvelle fois apparaître le problème du signifiant et du signifié. Chacun a son propre vécu car perçoit les événements à travers une interprétation. Qu'est-ce que le beau? Qu'est-ce que l'amour?
Chacun devrait d'abord élaborer un glossaire afin d'être certain que votre interlocuteur comprenne bien votre propos. Tout en sachant que votre dictionnaire évoluera avec vous puisque votre expérience influence votre vision de la vie.
Bref le filtre mental n'a pas fini de nous mener par le bout du nez!
Merci
Uglabald
Revenir en haut Aller en bas
https://pierreduray.blogspot.be/
gebo

avatar

Féminin
Taureau Tigre
Nombre de messages : 57
Date de naissance : 19/05/1950
Age : 67
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Mar 13 Jan 2009, 11:49

Chers :a16: tous/toutes


Il y a l'aspect glossaire, l'aspect interprétation et.....le fait que dans une communication, le non-verbal est plus important ( au niveau des informations en contact avec l'autre) que le verbal.

Ici, dans le virtuel , tout un contexte manque : celui de voir les expressions, celui de percevoir par et avec les cellules de la peau l'état dans lequel l'autre est...
Ici manque la plasticité, l'interréactivité immédiate : faculté de s'adapter en fonction de la perception de ce que l'autre, malgré lui, fait passer (tout le méta-langage).
Et le contexte.

Bref des mots sont des mots, bien plus susceptibles de susciter les projections et interprétations quand ils sont éloignés de la chair et les os et la voix de celui qui les émet, que quand ils sont prononcés lors d'un contact de visu.
:a16:

Et parfois je peux entendre les déceptions/désillusions/amertumes qui soudain m'arrivent, sachant que j'ai été provisoirement l'écran sur lequel un/une autre avait besoin de se voir....
J'essaye....
Revenir en haut Aller en bas
poussières d'étoiles



Féminin
Balance Singe
Nombre de messages : 190
Date de naissance : 29/09/1968
Age : 48
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 20/10/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Mar 13 Jan 2009, 15:40

Merci Gebo pour ces quelques mots. Ils sont beau dans ce qu'ils sont, ta prise de conscience de ce qu'ils révèlent et ils sont aussi en ce moment une vibration en moi.

Moi je vois une opportunité, qui m'est donné à travers ce Forum, de choisir de transcender de la facon que tu viens si bien de décrire, la perception que j'ai de la vie.

De m'ouvrir à vous à travers vos écrits en sachant que je suis miroir et que vous êtes miroir. En sachant que je peux choisir d'aller au dela de ces limites de l'écrit pour être ce qui est en me liant au début par le fil des mots et en le laissant me mener vers ...
et bien vers cela que je découvre, peu importe ce que c'est.
C'est et c'est tout.
C'est le cheminement vers la beauté infini de la vie que je fais avec vous tous, avec tout ce sur quoi je choisi de poser mon attention, ma conscience, ici maintenant en ce moment ou je partage ces mots avec vous.

:475:
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Ven 30 Jan 2009, 08:19

Une alerte Google sélectionnée par Michelle :

Une crise de la mondialisation ? Non, de l'ajustement à la mondialisation

[ 27/01/09 ]

Tandis que la crise économique et financière étend jour après jour ses ravages planétaires, bousculant les dogmes les mieux établis des vingt dernières années, il n'est pas trop tôt pour commencer à s'interroger sur sa signification, car c'est d'elle que découleront les leçons à en tirer et la lecture d'un monde qu'elle marquera durablement de son empreinte.

Le développement mécanique de la crise est désormais bien élucidé.. Les responsabilités principales sont également bien établies : excès de liquidité, d'endettement et sous-estimation du risque, conduisant in fine à une pénurie mondiale de liquidité, de crédit et de confiance.

C'est au niveau de l'interprétation du séisme de 2008 que les choses se compliquent. Le caractère « global » de la crise (au double sens de planétaire et de généralisé) justifie que l'on y voie « la première crise de la mondialisation ». Mais cette qualification peut donner lieu à des lectures divergentes. Ecartons d'emblée les réactions sommaires ou idéologiques : si profonde soit-elle, cette crise ne marque ni la fin du capitalisme et de l'économie de marché, ni celle de la mondialisation elle-même, irrésistible et globalement bénéfique, ni même celle de l'innovation financière en tant que telle, indispensable à la croissance.

Mais sous la dénonciation, plus rigoureuse et légitime, des seuls excès et déséquilibres du capitalisme financier dérégulé et mondialisé des vingt dernières années perce, notamment en France, la tentation d'un retour en arrière, voire d'une « revanche » sur le dogmatisme libéral d'une période peu amène pour l'intérêt général et le volontarisme politique.

Pour compréhensible qu'elle soit, cette attitude n'en appelle pas moins une certaine circonspection. Oui, la crise marque la fin bienvenue d'une époque marquée par un ensemble de déséquilibres majeurs : la dictature du court terme sur le long terme, celle des actionnaires financiers sur les autres parties prenantes de l'activité économique, celle de la technique la plus désincarnée sur toute réflexion sur les finalités ou toute préoccupation de l'intérêt public. On mentionnera de même au niveau macroéconomique les déséquilibres commerciaux, monétaires et financiers entre l'Occident et les économies émergentes, ou encore le décalage entre la puissance des marchés mondialisés et la capacité de réaction individuelle ou collective des Etats.

La crise va naturellement corriger certains de ces excès en modifiant les rapports de forces économiques et politiques ou, à d'autres niveaux, en ramenant par exemple une partie des élites étudiantes des Etats-Unis et d'Europe vers les sciences, les technologies et la chose publique. Mais ne nous y trompons pas : loin de nous conduire vingt ans en arrière, cette crise est au contraire un violent accélérateur de notre entrée dans le XXIe siècle, une crise d'ajustement, en quelque sorte, et c'est surtout en cela qu'elle peut être qualifiée de « crise de la mondialisation ».

Quels sont en effet les grands marqueurs de ce changement de paradigme historique, amorcé dès le début des années 2000 ? En premier lieu figure la montée en puissance des grands pays émergents, produit de la mondialisation. L'Occident pensait disposer d'une ou deux décennies pour s'y adapter : la crise a rendu le G8 instantanément obsolète et a mis la coordination macroéconomique mondiale et la réforme des institutions internationales au sommet de l'ordre du jour.

Second facteur structurant du monde de demain, la problématique énergie-climat et la mondialisation de l'économie de la connaissance. L'Europe se hâtait lentement sur le chemin de la stratégie de Lisbonne : voilà que la récession mondiale la conduit (et les Etats-Unis avec elle) à faire d'urgence du « triangle de la connaissance » (éducation, recherche, innovation), de la croissance verte et du développement durable les indispensables moteurs de la reprise.

Troisième marqueur de l'entrée dans le XXIe siècle : le retour de la géopolitique dans l'économie mondialisée, conséquence des deux développements précédents et des secousses de l'après-guerre froide. L'Occident libéralisé y était resté largement insensible, continuant à fonctionner tranquillement sur le paradigme astratégique des années 1980 et 1990. Le retour (même temporaire) des Etats dans le jeu économique occidental rendu nécessaire par la crise est lui aussi une forme d'ajustement aux nouvelles réalités de la mondialisation.

Enfin, celle-ci a fait émerger une série de défis planétaires à relever et de biens publics mondiaux à préserver. En améliorant la gouvernance mondiale et en rééquilibrant durablement le rapport entre économie de marché et intérêts collectifs, la crise permettra d'aborder ces grands enjeux plus rapidement et en meilleure position.

A quelque chose malheur est bon, dit la sagesse populaire : les marchés étaient devenus trop puissants, autocentrés et arrogants pour être maîtrisés par les Etats, s'adapter spontanément aux nouveaux défis collectifs, ou même percevoir le changement du monde ; seuls leurs propres excès ont fini par remettre les pendules à l'heure. Ruse de la raison ou paroxysme de l'autorégulation, comme on voudra...
Laurent Cohen-Tanugi - avocat et essayiste.

Source : http://www.lesechos.fr/info/analyses/4823259-une-crise-de-la-mondialisation-non-de-l-ajustement-a-la-mondialisation.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Ven 30 Jan 2009, 08:28

Univers : le vide n'existe pas !

Michel Cassié a présenté différents éléments permettant d'en deviner davantage sur l'origine et l'évolution de l'univers CONFERENCE
Il y avait de quoi perdre son latin astronomique mardi soir à l'UTT. Dans le cadre du cycle de conférences 2009, Michel Cassé, astrophysicien au Commissariat à l'énergie atomique et chercheur associé à l'institut d'astrophysique de Paris, présentait une conférence sur les « univers invisibles ».

Un exposé qui se présentait de manière succincte mais néanmoins pointue, parfois difficile à suivre pour les non-initiés en astrophysique. Michel Cassé est revenu sur les concepts de matière noire, d'énergie noire et de dimension supplémentaire. « La matière noire est une grande découverte de ces dernières années même si on ne sait pas vraiment de quoi elle est faite. Cette matière ne brille pas, elle est insensible à la lumière, elle est un mystère et pourtant elle est la main invisible qui maintient la galaxie. »

Mais plus mystérieuse encore selon le physicien, l'énergie noire qui composerait 75 % de l'univers contre 22 % à la matière noire, ne laissant que quelque 3 % aux milliards d'étoiles dont nous sommes issus.
L'énergie noire serait en fait l'énergie du vide… Si pour tout un chacun, le vide n'est rien, chez les physiciens et plus particulièrement les physiciens quantiques, le vide est tout ! Cette énergie noire aurait donné naissance à la lumière et agirait comme une vaste « agence de communication et d'échanges entre les particules ». C'est donc, pour reprendre Michel Cassié, « le vide qui nous unit ». De quoi remettre l'Humanité a sa place !

http://www.lest-eclair.fr/index.php/cms/13/article/240978/Univers___le_vide_n_existe_pas__


Pour être informé régulièrement sur tous ces sujets scientifiques, abonnez-vous gratuitement à la liste Big Bang : http://terresacree.org/googlebigbang.htm
Elle complète SOS-planete.

________________________________


http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée, parce qu'on la massacre! Base vivante d'informations environnementales, d'alerte et de réflexion. L'actualité de la planète au jour le jour, enjeux écologiques planétaires, réchauffement climatique, déforestation, surpopulation mondiale, érosion de la biodiversité, derniers peuples premiers, dignité animale et humaine... Un dossier énorme sur les nouvelles menaces biotechnologiques. La planète est le bien commun de l'humanité. En prendre soin donne un sens à la Vie.

Bulletin quotidien d'information sur l'état de santé de la Terre : S'abonner gratuitement : http://terresacree.org/archives.htm.

Groupe de discussion : http://terresacree.org/googlegroupe.htm

Pour nous aider dans notre action sur internet, adhérer à l'Association ou faire un don : http://terresacree.org/adhesion.htm

Message propulsé par splio
> http://www.splio.fr/

Cliquez ici pour inviter un ami à s'inscrire à cette lettre
> http://www.SplioList.com/m.pl/invite/11132/20041120174050475976/1514
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Jeu 05 Fév 2009, 19:22

Communiqué de presse de France Nature Environnement

– Mercredi 4 février 2009

L’E10 : un agrocarburant à côté de ses pompes

L'Union française des industries pétrolières (Ufip) vient d’annoncer qu’un nouveau « biocarburant », l'E10, allait être distribué dans les stations service en France à partir du 1er avril. Mauvaise nouvelle : du blé, des betteraves et de la canne à sucre pour faire rouler nos voitures, déforester l’Amazonie et aggraver la crise alimentaire… Réaction de FNE.

Avec ses 10% d’éthanol issu de productions végétales, l’E 10 n’a rien de « bio », bien au contraire. Les Sénateurs eux-mêmes l’ont reconnu en adoptant un amendement dans le projet de loi Grenelle 1 pour remplacer le terme de « biocarburant » par celui d’ « agrocarburant », afin d’éviter toute confusion avec l’agriculture biologique.

Automobilistes, sachez qu’utiliser des céréales pour faire rouler sa voiture, cela veut dire qu'il y en aura moins pour nourrir les habitants de notre planète, et que l'homme continuera à raser des forêts pour augmenter les surfaces agricoles.

En France, et malgré une efficacité énergétique dérisoire, la culture intensive des agrocarburants va encore stimuler la course au rendement et la consommation d’engrais et pesticides qui sont dévastateurs pour l’eau et la biodiversité. Nos amis allemands eux ont déjà dit stop à ce type de carburant.


________________________________

http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée, parce qu'on la massacre! Base vivante d'informations environnementales, d'alerte et de réflexion. L'actualité de la planète au jour le jour, enjeux écologiques planétaires, réchauffement climatique, déforestation, surpopulation mondiale, érosion de la biodiversité, derniers peuples premiers, dignité animale et humaine... Un dossier énorme sur les nouvelles menaces biotechnologiques. La planète est le bien commun de l'humanité. En prendre soin donne un sens à la Vie.

Bulletin quotidien d'information sur l'état de santé de la Terre : S'abonner gratuitement : http://terresacree.org/archives.htm.

Groupe de discussion : http://terresacree.org/googlegroupe.htm

Pour nous aider dans notre action sur internet, adhérer à l'Association ou faire un don : http://terresacree.org/adhesion.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Karen

avatar

Féminin
Bélier Buffle
Nombre de messages : 288
Date de naissance : 22/03/1949
Age : 68
Localisation : Isère France
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: L'agriculture doit changer pour nourrir le monde   Mar 10 Fév 2009, 22:11

L'agriculture doit changer pour nourrir le monde




09/02/2009

Les agriculteurs du monde doivent se convertir sans tarder à des systèmes agricoles plus durables et plus productifs si l'on veut nourrir la population croissante de la planète et relever le défi du changement climatique, selon M. Shivaji Pandey, un des meilleurs experts de la FAO en matière de cultures, qui s'adressait aux participants du IVème Congrès mondial sur l'agriculture de conservation (New Delhi, 4-7 février 2009).

Dans une allocution liminaire prononcée devant 1 000 personnes, M. Pandey, Directeur de la Division de la production végétale et de la protection des plantes de la FAO, considère l'agriculture de conservation comme un pilier de ce changement. "Le monde n'a d'autre choix que d'intensifier la production agricole durable afin de satisfaire la demande croissante d'aliments pour les hommes et les animaux, réduire la pauvreté et protéger les ressources naturelles.
L'agriculture de conservation est un volet essentiel de cette intensification", souligne M. Pandey.

L'agriculture de conservation vise des systèmes agricoles durables et rentables. Répudiant les opérations comme le labour mécanique, elle repose sur trois principes fondamentaux: le travail minimal du sol, les associations et les rotations culturales et la couverture permanente du sol. Cela permet d'optimiser la santé et la productivité des terres. Introduite il y a 25 ans environ, elle est désormais pratiquée sur 100 millions d'hectares dans le monde entier.

Dommages à l'environnement

Les méthodes traditionnelles de culture intensive ont, dans de nombreux cas, contribué aux dommages occasionnés à l'environnement, faisant reculer les taux de productivité agricole, alors que le monde a besoin de doubler sa production vivrière pour nourrir 9 milliards d'êtres humains en 2050, affirme M. Pandey. "Dans maintes régions du monde, au nom de l'intensification, les agriculteurs ont pratiqué à outrance le labour, la fertilisation, l'irrigation et l'application de pesticides", rappelle-t-il. "Ce faisant, nous avons perturbé tous les aspects du sol, de l'eau, des terres, de la biodiversité et des services que fournit un écosystème en bonne santé.
Cela a eu pour conséquence la réduction progressive du taux de croissance des rendements." Si les tendances actuelles se poursuivent, le taux de croissance de la productivité agricole devrait tomber à 1,5% d'ici à 2030, puis à 0,9% de 2030 à 2050, contre une croissance de 2,3% par an enregistrée depuis 1961.
Dans les pays en développement, la croissance des rendements de blé a chuté d'environ 5% en 1980 à 2% en 2005.
Pour le riz, elle est passée de 3,2% à 1,2% pour le riz, et de 3,1% à 1% pour le maïs au cours de la même période.

Réduire l'empreinte écologique

L'agriculture de conservation pourrait non seulement aider à relever les rendements mais aussi à fournir divers avantages importants pour l'environnement, poursuit M. Pandey. Outre le rétablissement de la santé des sols, elle abaisse également la consommation énergétique dans l'agriculture, réduisant l'empreinte d'un secteur qui représente actuellement quelque 30 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Elle pourrait atténuer davantage les effets du changement climatique en aidant à piéger le carbone dans le sol et économiser 1 200 km³ d'eau par an d'ici à 2030, car des sols sains préservent mieux l'humidité et ont par conséquent moins besoin d'irrigation.
Ce n'est qu'avec l'intensification durable de la production agricole que l'on peut accomplir de véritables progrès vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement concernant la réduction de la faim et de la pauvreté et la sauvegarde de l'environnement, affirme l'expert de la FAO.

Et d'ajouter: "Or, nous allons actuellement dans la mauvaise direction." Il a exhorté les gouvernements, les bailleurs de fonds et autres parties prenantes à fournir un soutien stratégique et financier pour garantir une adoption rapide et à plus vaste échelle de l'agriculture de conservation. Il faut accélérer la formation, la recherche participative et le renforcement des associations d'agriculteurs tout en diffusant le nouveau matériel nécessaire à l'agriculture de conservation et, au besoin, en le fabriquant sur place.
Les délégués réunis au Congrès, qui constitue le plus grand rassemblement de la communauté favorable à l'agriculture de conservation, sont des agriculteurs, des experts ou des décideurs en provenance du monde entier.
La conférence, hébergée par le Conseil indien de la recherche agricole (ICAR) et l'Académie nationale des sciences agricoles (NAAS), a bénéficié du co-parrainage de la FAO, du FIDA et d'autres organisations indiennes et internationales. Elle est axée sur les innovations en agriculture susceptibles d'améliorer l'efficience, favoriser l'équité et protéger l'environnement.





Pas de source mentionnée.

Expéditeur : Jacques Maret
Le Forel OGM n'est pas modéré et les messages échangés n'engagentaucunement la responsabilité de l'association Inf'OGM. Pour en savoir plus sur les OGM et sur nos publications, consultez notre site : http://www.infogm.org.


http://terresacree.org
Karen
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Ven 13 Fév 2009, 07:11

« L'Homme est menacé d'extinction »

Bonjour,

Vous pouvez désormais inclure, sur votre page i-Google http://www.google.com/ig?referrer=ign (mais pas encore sur votre site), un gadget Google reprenant les derniers titres des articles publiés sur la liste de discussion SOS-planete (sans devoir s'abonner).

Le lien est :

http://groups.google.com/group/terresacree/feed/rss_v2_0_msgs.xml?num/x3d50

S'abonner gratuitement : http://terresacree.org/googlegroupe.htm



Idem pour la liste d'informations scientifiques Big Bang, sur votre i-Google http://www.google.com/ig?referrer=ign , mais pas encore sur votre site, (sans devoir s'abonner).

Le lien est :

http://groups.google.com/group/le-Big-Bang/feed/rss_v2_0_msgs.xml?num/x3d50

S'abonner gratuitement : http://terresacree.org/googlebigbang.htm


Enfin, pour inclure le fil d'info RSS "nature et environnement" sur votre i-Google, votre site ou votre blog, voire votre téléphone mobile 3G, voir la page http://terresacree.org/fildinfo.htm ...


Bonne soirée et toutes mes meilleures pensées.

Bien amicalement.

Michel

_____________________________


Hubert Reeves : « L'Homme est menacé d'extinction »

Jeudi 12 février 2009

L'astrophysicien était à Nice mardi pour une conférence au profit des enfants hospitalisés. A l'invitation du Comité des dames de Lenval, que préside sa belle-soeur.

Une planète verte rencontre une planète blanche.

- « Tu as mauvaise mine. Que se passe-t-il ? »

- « Je ne me sens pas très bien, répond la planète blanche. J'ai attrapé une maladie : l'humanité. »

- « L'humanité ? Oh, ne t'inquiète pas. Je l'ai déjà eue, ça part tout seul... »

Cette histoire, Hubert Reeves la raconte de plus en plus souvent. Moins pour faire sourire que pour nous inciter à réfléchir sur les conséquences de nos actes. L'astrophysicien franco-canadien (marié à une Niçoise) prévient : « Si nous ne faisons rien, notre espèce est menacée de disparition. » L'Homme sera peut-être la victime de la sixième extinction. Succédant aux dinosaures, évincés de la planète il y a 65 millions d'années par une météorite de la taille du Mont-Blanc. Cette lugubre prophétie doit être prise au sérieux. « Selon les biologistes, les grands arbres et tous les mammifères de plus de trois kilos sont dans le collimateur », insiste Hubert Reeves. « La vie continuera probablement sur la Terre. Mais sans nous. »

Vous dites qu'au XXIe siècle, la température s'élèvera de 2 à 3 degrés. Est-ce si grave ?

Dans le pire des scénarios, le réchauffement pourrait atteindre six degrés. Or, la limite à ne pas dépasser serait de deux degrés. Même dans ce cas, l'eau de la mer continuera de monter d'un mètre au moins, et la dérégulation climatique se poursuivra. Augmentation de la puissance des cyclones et de la fréquence des canicules, succession de périodes de sécheresse et de grand froid : ces manifestations ont déjà commencé.

Quelles en seront les conséquences ?

La désertification s'accentuera dans les zones tropicales et équatoriales. Tandis que les régions du nord recevront de plus en plus de pluie. On voit déjà que des maladies associées aux tropiques, comme la malaria ou le paludisme, s'étendent sur des territoires plus vastes. Le virus du Nil, par exemple, se retrouve désormais dans plusieurs régions des États-Unis.

La géographie peut-elle s'en trouver modifiée ?

Les Maldives, ou Vanuatu, seront de moins en moins habitables en raison de la montée de l'eau, de la force des tempêtes et de la tendance des nappes phréatiques à devenir de plus en plus salées. Les migrations ont d'ailleurs commencé dans plusieurs îles du Pacifique.

En quoi l'humanité est-elle menacée d'extinction ?

C'est la leçon que l'on peut tirer de l'apparition et de la disparition d'innombrables espèces, tout au long de l'histoire de la vie. Celles qui s'éteignent sont celles qui ne savent pas s'adapter à des conditions nouvelles, souvent extrêmes.

Pourquoi l'Homme aurait-il plus de difficulté à s'adapter ?

Les êtres humains sont beaucoup moins robustes que les fourmis ou que les bactéries, par exemple. Et de nouveaux dangers se dessinent. Comme le bioterrorisme, beaucoup plus dangereux que le nucléaire parce qu'il réclame infiniment moins de moyens. Des épidémies fracassantes font partie des menaces.

Quelle est l'échéance ?

Du point de vue de la détérioration de l'environnement, elle est de l'ordre de quelques décennies. La Terre n'est pas infinie, on est en train de manger notre capital. Un exemple : on pêche davantage de poissons qu'il ne s'en reproduit. Ce n'est pas vivable.

Pour vous, qui aviez signé le « pacte écologique » de Nicolas Hulot, le Grenelle a-t-il été une réponse suffisante ?

La bonne nouvelle, c'est que le parlement a donné une réponse favorable.

Partout, des signes positifs se multiplient, que ce soit aux États-Unis, en Europe, au Japon ou en Chine. Est-ce assez rapide ? C'est toute la question.

Pourquoi ne pas vous engager en politique afin de peser davantage ?

J'ai toujours refusé d'entrer dans un clivage gauche-droite. Je préfère n'avoir aucune étiquette et rester en dehors pour mieux faire pression. En France, les Verts se bouffent le nez et n'ont aucune influence, sauf peut-être dans les villes.

Vous a-t-on déjà proposé un ministère, au Canada ou en France ?

Non, et j'aurais refusé. Comme Nicolas Hulot qui a eu mille fois raison de le faire. Je tiens beaucoup à ma liberté.
Propos Recueillis Par Franck Leclerc

Source Nice Matin du jeudi 12 février 2009

http://www.nicematin.com/ra/culture/173063/nice-hubert-reeves-l-homme-est-menace-d-extinction
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
Terre Sacrée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Palestine - Jérusalem, une terre sacrée - HASSAN IQUIOUSSEN
» Accessoire à ajouter:"boîte de terre sacrée"
» sauver cette terre sacrée!
» La Passion de la Terre. Traité d'écologie sacrée.
» Rivalités chrétiennes dans les Lieux saints (Terre sainte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Elargir son Horizon-
Sauter vers: