ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Terre Sacrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
philippe12



Masculin
Gémeaux Chien
Nombre de messages : 1
Date de naissance : 27/05/1958
Age : 58
Localisation : isére france
Loisirs : equitation natation montagne
Date d'inscription : 02/04/2010

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Jeu 20 Mai 2010, 12:32

Bonjour Ambre

je te remercie pour ton forum tres sympa et te dis a binetot
je reponds derriere ce post //APOCALYPITIQUE// qui oublie qu' une chose...en suivant l'ensiegenement des natha yogi ..tu n' as besoin que d'un bol de riz par jour et d'amour

ce fut un plaisir de te lire
namaste
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Sam 27 Nov 2010, 13:41

La Banque Mondiale finance discrètement une prise de contrôle privée massive de l’eau

24 novembre 2010 | Auteur: la-matrice
Par AlterNet, traduit par la-matrice pour Conspipedia

Des milliards ont été dépensés afin de permettre aux entreprises de tirer profit des sources d’eau publiques bien que la privatisation de l’eau ait été un échec complet en Amérique Latine, en Asie du Sud-Est, en Amérique du Nord, en Afrique et partout ailleurs où cela a été tenté. Mais ne dites pas cela aux usuriers douteux de la Banque Mondiale. Le mois dernier, International Finance Corporation (IFC), son outil de financement du secteur privé, a discrètement passé 100 millions d’euros à Veolia Voda, la filiale en Europe de l’Est de Veolia, la plus grande entreprise de distiribution d’eau privée mondiale. Sa dernière cible ? La privatisation des ressources d’eau d’Europe de l’Est.

« Veolia a prouvé que leur modèle d’entreprise est basé sur la maximisation des profits, et non sur l’investissement à long terme », dit Joby Gelbspan, un coordinateur supérieur du programme pour le secteur privé de l’organisme de surveillance Corporate Accountability International. « La Banque Mondiale et les sociétés transnationales de distribution d’eau comme Veolia ont clairement reconnu qu’elles ne souhaitent pas investir dans l’infrastructure nécessaire afin d’améliorer l’accès à l’eau en Europe de l’Est. C’est pourquoi cet investissement de 100 millions d’euros de la filiale d’investissement privé de la Banque Mondiale sur Veolia Voda est si inquiétant. C’est une preuve de plus que la Banque Mondiale reste engagée dans la privatisation de l’eau, malgré toutes les preuves démontrant que cette approche ne résoudra pas la crise mondiale de l’eau ».

Toutes les preuves dont Veolia a besoin afin de savoir que les prises de contrôle de l’eau sont condamnées à l’échec peuvent être trouvées dans son lieu d’origine, en France, plus généralement connu comme étant le coeur de la privatisation de l’eau. En juin, la municipalité de Paris a repris le contrôle des services de la Ville-Lumière liés à l’eau, au détriment des multinationales du pays Veolia et Suez, suite à un torrent de controverse. Ceci est juste l’une des 40 re-municipalisations en France uniquement, qui peut être ajouté à celles effectuées en Afrique, en Asie, en Amérique Latine, en Amérique du Nord et ailleurs dans l’espoir de dresser un tableau convaincant : la privatisation de l’eau est en fin de compte à la fois un concept épouvantable et un projet perdu d’avance.

« C’est scandaleux que l’IFC (International Finance Corporation) de la Banque Mondiale puisse continuer à investir dans des privatisations de l’eau alors qu’elles sont en train d’échouer partout dans le monde », dit Maude Barlow, présidente de Food and Water Watch et auteur de Blue Covenant: The Global Water Crisis and the Fight for the Right to Water. « Un investissement similaire de l’IFC aux Philippines est un désastre absolu. Partout dasn le monde, les communautés locales et leurs gouvernements annulent leurs contrats avec les sociétés comme Veolia à cause de dépassements de coûts, de licenciements de travailleurs et d’un service de qualité inférieure ».

Les Philippines sont un excellent exemple de modèle raté de privatisation de l’eau. Après avoir adopté la loi sur la crise de l’eau en 1995 (Water Crisis Act), les Philippines ont décroché un plan de 238 millions de dollars de privatisation de l’eau géré partiellement par de géantes multinationales comme Suez et Bechtel. Après un certain succès, tout s’est effondré après l’an 2000, et il n’a pas fallu attendre longtemps avant que les tarifs n’augmentent à de nombreuses reprises, la qualité et le service de l’eau diminués, et l’opposition publique monta en flèche. Aujourd’hui, certains Philippins n’ont toujours pas d’accès à l’eau, les tarifs ont augmenté de 300 à 700 pourcent dans certaines régions, et des apparitions du choléra et de la gastro-entérite ont fait des victimes et rendu malades des centaines de personnes.

« La Banque Mondiale n’a rien appris de ces désastres et continue à être aveuglée par une idéologie dépassée qui consiste à croire que seul le marché non réglementé résoudra les problèmes du monde », ajoute Barlow.

Mais demander à la Banque Mondiale de tirer des leçons du désastre reviendrait à anéantir sa mission absolue, qui est de tirer avantage du désastre dans le monde en développement à la recherche de profits. Son histoire obscène de sessions de thérapie de choc économique et environnementale ont sévèrement blessés plus d’un pays, et ont été vivement critiqués par des experts comme Joseph Stiglitz, qui fût l’économiste en chef de la Banque, et Naomi Klein, dont l’indispensable histoire La stratégie du choc est un film d’épouvante sur les cauchemars de la privatisation. De par son impérialisme culturel et son insensibilité aux différences régionales jusqu’à sa domination par une poignée d’élites économiques droguées à la déréglementation, dont l’échec absolu ne nécessite pas d’autre preuve supplémentaire que notre crise économique mondiale incessante, les bonnes intentions de la Banque Mondiale ont été compromises par un balai sans fin de couverture médiatique épouvantable et d’accords pourris.

« Par le passé, la Banque Mondiale poussait à la privatisation dans le but d’accroître l’investissement dans l’infrastructure basique pour les réseaux hydrographiques’, dit Gelbspan. « Mais depuis que les officiels de la banque ont reconnu que les entreprises transnationales ne souhaitent pas investir dans l’infrastructure, et qu’à la elles souhaitent uniquement diminuer les opérations et engranger les profits. La Banque Mondiale a abaissé la barre, satisfaite d’une soi-disant ‘efficacité opérationnelle’ qui réduit une main d’oeuvre d’utilité, resserrent les recouvrements de facture et coupent les gens qui ne peuvent pas payer ».

Cela a été la recette de l’échec et de la protestation, particulièrement dans la région où l’IFC et Veolia espèrent pomper toute sa valeur en eau. En 1998, les prêts de la Banque Mondiale étaient garantis afin de mettre à jour le réseau hydrographique délabré post-Soviétique de Yerevan, une ville de l’Etat d’Europe de l’Est d’Arménie. Avec un avertissement : cela devait être géré par un contractant privé. La transnationale Italienne ACEA a obtenu le contrat, mais elle a rapidement échouée à étendre l’accès à l’eau, en partie grâce à la corruption de l’entreprise. Elle n’a également pas réussi à maintenir correctement la pression d’eau, permettant aux eaux usées de s’infiltrer dans l’eau potable de la ville et rendant malade des centaines de personnes. Malgré l’échec, la Banque Mondiale a émis un nouveau contrat à Veolia en 2006, qui a recruté le chef exécutif de ACEA. Deux ans plus tard, seulement un résident sur trois de Yerevan était assez chanceux pour avoir un service d’eau 24 heures sur 24, tandis que les problèmes de contamination continuaient. Le contrat de Veolia avec la ville est prêt à être renouvellé jusqu’en 2015.

C’est la même histoire pour la ville Turque de Alacati, qui a pris un prêt de 13 millions de dollars à la fin des années 90, tout comme l’incompétence de Veolia. Les factures en eau de la ville sont devenues jusqu’à 12 fois plus chères que dans d’autres parties du pays. Multipliez cela par la plupart des pays ou des villes qui ont privatisé leurs services d’eau, et vous saurez pourquoi l’IFC de la Banque Mondiale est avide de vol de ressources. Et pourquoi le monde en développement a raison de se méfier de ses bonnes grâces, bien que la Banque Mondiale puisse faire de bonnes choes quand elle le souhaite.

« La Banque Mondiale ne parle pas d’une seule voix en ce qui concerne son attitude pro-privatisation », explique Darcey O’Callaghan, directrice de la politique internationale de Food and Water Watch. « Un membre d’équipe l’a qualifiée de mauvaise expérience qui s’est avérée être injuste, tandis que d’autres membres du personnel plus haut placés tentent d’obtenir une position plus nuancée, déclarant que la Banque n’est ni pour ou contre la privatisation mais promeut simplement le modèle le plus approprié pour les communautés spécifiques. Malheureusement, nos propres statistiques ont démontre que quelles que soient leurs déclarations, 52% de leurs projets entre 2004 et 2008 ont conduit à une forme de privatisation ».

Mais plutôt que de remédier aux projets de privatisation ratés, la Banque Mondiale transmet simplement sa philosophie controversée à l’IFC. Donc tandis que la Banque Mondiale peut être plongée dans ses sanctions contre la privatisation de l’eau, l’IFC n’a pas de telle retenue, dans l’espoir d’esquiver les frondes et les flèches d’un tollé général, et peut-être de la responsabilité légale.

« Ce qui est vraiment effrayant », ajoute O’Callaghan, « est que nous voyons de plus en plus l’International Finance Corporation reprendre là où la Banque s’était arrêtée en terme de privatisation de l’eau. L’IFC est une institution sponsorisée par la Banque dont le but est de promouvoir le secteur privé, et parce que leur financement vient également du secteur privé, ils peuvent être plus difficilement tenus pour responsables. Encore pire, selon nos statistiques de 2000-2008, 80% des prêts de l’IFC sont allés aux quatres plus grandes multinationales de l’eau, concentrant d’autant plus l’industrie mondiale de l’eau ».

Ce n’est pas uniquement l’eau qui est au coeur de la guerre des ressources de la Terre. En octobre dernier, le gouvernement Britannique a annoncé qu’il cherchait à vendre ses propres forêts afin de pallier à un déficit béant. Aujourd’hui, les entreprises de gaz naturel se préparent à forer dans les parcs nationaux des Etats-Unis. En effet, l’occupation Américaine et Britannique de l’Irak est une guerre de ressource prolongée pour le contrôle des réserves en pétrole de la nation assiégée. L’eau est simplement une ressource naturelle de plus, bien que ce soit la plus importante, valant la peine de tuer pour ceux qui cherchent cyniquement à exploiter des
fonds limités pour des vies innocentes.

« Les sécheresses et les déserts s’étendent dans plus d’une centaine de pays », dit Barlow. « Il est maintenant évident que notre monde arrive à court d’eau propre, alors que la demande passe au grand galop devant l’offre. Ces sociétés d’eau, toujours soutenues par la Banque Mondiale, cherchent à tirer avantage de cette crise en prenant toujours plus le contrôle d’approvisionnements en eau en déclin. »

Une autre façon de le dire, en dépit de cette tendance réparatrice à la re-municipalisation, personne ne devrait s’attendre à ce que la Banque Mondiale et ses intouchables de l’IFC n’abandonnent le fantôme de la privatisation et de la déréglementation de sitôt. Cela signifie que chaque ville, et citoyen, doit accepter la vérité, et devrait se battre contre le paradigme ruiné de la privatisation par tout les moyens possibles.

« Impliquez-vous à un niveau local », dit O’Callaghan. « Sachez d’où vient votre eau. Battez-vous contre les projets de privatisation. Promeuver la protection. Ne buvez pas d’eau en bouteille ».

Et Barlow d’ajouter, « le seul chemin menant à un futur sécurisé en ce qui concerne l’eau est la protection de l’eau, la protection de l’eau de source, le recyclage de l’eau potable et un partage juste et équitable des ressources en eau de la planète. L’eau est commune à tous, c’est un bien public et un droit humain et personne n’a le droit de se l’approprier pour le profit quand d’autres meurent par un manque d’accès à l’eau ».Par AlterNet
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Dim 28 Nov 2010, 13:53

Citation :

Publié par Marc Lafontan | Libellés : Réflexions



En postant la peinture rupestre trouvée en Chine, je me suis rendu compte que je n'avais pas encore affiché sur ce blog celui qui représente au mieux mon cheminement.. Kokopelli ... il est le logo de mon chenil , il est peint sur une roche devant notre maison, et surtout est mon inspiration de semeur d'étoiles...




Kokopelli est un personnage mythique souvent représenté comme un joueur de flûte bossu, issu des anciennes croyances amérindiennes du Sud-Ouest des États-Unis, il a plus de 3000 ans. Kokopelli était une image de la mythologie des Indiens Anasazi, symbole de fertilité, de joie, de fête, de longue vie. C’est aussi un ménestrel, un esprit de la musique, un conteur, un guérisseur, un professeur, un magicien farceur, un séducteur, un fertilisateur (il a d’ailleurs aussi comme autres noms "le Casanova Anasazi" ). Kokopelli possède la sagesse de l’âge. Ce voyageur joyeux a une leçon pour chacun.


La bosse de Kokopelli contient des graines, des plantes, des bébés, des objets sacrés ou médicinaux, le tout étant destiné à être offert aux personnes qu'il souhaite contenter. Tout en semant les graines cachées au creux de sa bosse, il chante et il joue de la flûte. Il insuffle, ainsi, dans les semences, le souffle de la vie.
Il parle au vent et au ciel. On entend sa flûte dans la brise de printemps, apportant la chaleur après le froid d'hiver.Son nom est composé de « KOKO » pour le bois et « Pilau » pour la bosse en langue Navajo et se prononce kô kô pel´ lê .



Kokopelli mordu par le serpent




Vieilles prophéties Hopi dévoilées en 1968 :

Avertissement : Un cheval de fer viendra au pays de l'homme rouge.
Réalisation : Le chemin de fer a été construit au XIXe siècle.

Avertissement : L'homme blanc dressera des fils de métal dans le ciel.
Réalisation : Ce sont les lignes télégraphiques au XIXe, et, au XXe siècle les câbles porteurs d'électricité.

Avertissement : Des toiles d'araignées sillonneront le ciel.
Réalisation : Ce sont les traînées de condensation des avions.

Avertissement: Les puissances du rouge, de la svastika et du soleil menaceront l'île de la Tortue.
Réalisation : Vue de l'espace, l'Amérique du nord ressemble au profil d'une tortue (Ne me demandez pas comment des voyants pré-colombiens savaient cela). Pendant la seconde guerre mondiale et la guerre froide qui suivit, l'Amérique du nord fut menacée par ces trois "puissances". La croix gammée des nazis et plus tard, les forces rouges communistes russes et chinoises entourèrent l'île de la Tortue. La toute puissance du soleil brûla le sol natal lorsque l'homme blanc essaya ses bombes atomiques dans le Nevada et au Nouveau Mexique, proches de la terre sacrée des Hopi en Arizona.

Avertissement: L'homme blanc créera une gangue de cendres qui empoisonnera la terre et la rendra stérile pour des générations.
Réalisation : Les bombes atomiques encore et les radiations stérilisantes.

Avertissement : L'accomplissement de cette première série de signes autorisera les Anciens Hopi à sortir de leur long silence et à répandre le message prophétique de l'imminence de la grande purification. Ils partageront leur connaissance et leur sagesse avec les peuples du monde, afin que chacun puisse se préparer ou amortir le choc sur la Terre.
Réalisation : Il y a 50 ans, en effet, les Anciens Hopi reconnurent que le premier train de signes était avenu. Ils commencèrent donc à révéler au monde les prophéties d'une purification prochaine.

Et voici la seconde et dernière série d'avertissements :

Avertissement : Une tribu d'hommes vêtus de capes rouges et coiffés de chapeaux de même viendront de l'est en grand nombre, voyageant par les airs. Ils coloniseront les terres de l'ouest américain, se disperseront et disparaîtront.
Réalisation : Lorsque les trois premiers signes précurseurs de leur prophétie, vieille de 1200 ans, concernant la transplantation de leur religion vers l'Amérique furent accomplis, les tibétains rendirent visite aux Anciens Hopi. Cette prophétie donnée par le fondateur du bouddhisme tibétain, Padmasambhava, s'énonce : "Quand volera l'oiseau de fer (l'avion) et que le cheval courra sur les routes (autos), le peuple tibétain sera dispersé comme des fourmis sur la face de la Terre, et le Dharma viendra au pays des hommes rouges". Depuis 1970, le Dalaï Lama et un certain nombre de prêtres aux capes marrons accomplissent la prophétie Hopi en visitant les Anciens Hopi, puis en poursuivant leur migration.

Avertissement : L'homme blanc volera des roches de la lune. Ceci est un signe de danger car nous serons dans les derniers jours avant la purification.
Réalisation : Les missions Appolo ramenèrent sur Terre des centaines de kilos de roches prélevées sur la Lune.

Avertissement : L'homme blanc construira une maison permanente dans le ciel. Ceci est l'avertissement final avant la purification.
Réalisation :la Station Internationale de l'Espace.

Avertissement : Une urne de cendres pourrait un jour tomber du ciel et pourrait faire flamber la terre et bouillir les océans.

Avertissement: Un jour certaines étoiles viendront ensemble en une seule rangée, comme cela s’est déjà produit il y a des milliers d’années. C’est le temps de purification pour la Terre. Des changements de climat et de nombreuses catastrophes peuvent se produire quand nous parviendrons à ce stade. Ce qui peut se produire alors personne ne peut le savoir réellement

[url= Réflexions sur http://au-bout-de-la-route.blogspot.com/ ]souce[/url]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: A VOIR ,ça fait froid dans le dos!!!!!!!!!!!   Mar 21 Déc 2010, 10:10

Canada: Newfoundland Frozen Waves Reiterate Strength of Global Warming

Sunday, 19 December 2010 10:37

This strange weather phenomenon happened in Newfoundland where the waves were actually frozen as they crashed on the beach. Sunday, 19 December 2010 10:37 vidéo!!!!!
par
Bistro Bar Blog
Je n'ai jamais vu ça, ni même imaginé que c'était possible
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: france gaz de schiste villeneuve   Jeu 03 Mar 2011, 17:43



http://www.youtube.com/watch?v=E4M7PfzluxQ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Sam 05 Mar 2011, 15:39

07/02/2011
GASLAND, UN DOCUMENTAIRE D’UTILITÉ PUBLIQUE
Gasland

Comme nombre de documentaires traitant de scandales environnementaux, Gasland du réalisateur américain Josh Fox est un objet filmique non identifié : il montre avec force une réalité dont on a peine à croire qu’elle n’est pas fiction tant elle glace le sang. Lorsqu’il devient possible avec un briquet de mettre le feu à son eau du robinet chargée de méthane, les limites du rationnel sont bel et bien franchies.

Cette réalité se joue de l’autre côté de l’Atlantique et a pour toile de fond l’exploitation du gaz de schiste . Un gaz prisonnier de la roche en sous-sol que les compagnies extraient à grands coups d’eau, de sable et de produits chimiques. Les impacts de cette activité sur les communautés locales et leur environnement s’avèrent dévastateurs : contamination des nappes phréatiques , conséquences sur la santé , destruction des cadres de vie , etc. Nous sommes loin de l’eldorado dans ces états américains où des foyers, souvent modestes et isolés, en subissent les effets. Donner ainsi une voix aux victimes du gaz de schiste n’est pas le moindre des bénéfices du film.

Alors qu’il est question en France d’introduire cette « technologie », un tel documentaire fait œuvre d’utilité publique. Par un retour d’expérience que l’on ne souhaiterait jamais connaître, Gasland témoigne du prix beaucoup trop élevé à payer pour une hypothétique indépendance énergétique visée par l’exploitation de ce gaz, outre l’existence des alternatives renouvelables.



http://www.ubest1.com/index.php?option=com_seyret&Itemid=27&task=commentaire&nom_idaka=27026&anarana=video&ecrit=Mega_Resistance#null
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Ven 25 Mar 2011, 21:09

En ajout au billet La Terre gronde de Marc sur En direct sur Gaia

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Sam 26 Mar 2011, 08:20

urgent ....

http://www.youtube.com/watch?v=IOIxesWknk0http:
http://www.youtube.com/watch?v=i7r_G-39vEQ&feature=related
http://www.youtube.com/watch?v=i8mp72SFpA4&feature=related
http://www.youtube.com/watch?v=Mn8t19FGqds&feature=related
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Sam 28 Mai 2011, 06:52

Fukushima, terrible leçon


Cette fois, c'est Greenpeace qui nous communique son rapport.
Alors que notre Conseil Fédéral a pris une décision fondamentale, voici déjà des voix politico économiques qui s'élèvent. Evidemment un pareil changement est une chaîne de montagnes à traverser, de nombreuses mutations à effectuer, des deuils à assumer. Ainsi va la vie...
C'est pourquoi, il est bon de rappeler que le désastre de Fukushima est loin d'être terminé et que la radioactivité continue à se propager par les airs et par l'eau. Il s'agit là d'un défi encore bien plus grand que de changer de système énergétique. Tant que les représentants du monde économique s'excitent sur des décisions, c'est au peuple de se prendre en main, de repérer toutes les situations où il peut économiser de l'énergie. On parle beaucoup des moyens d'en produire mais le peuple n'est pas encore assez conscient de toutes les économies qu'il peut pratiquer au quotidien. De même, toutes les économies à faire dans notre environnement direct comme l'éclairage public ou encore l'éclairage des Fêtes de fin d'année qui est une véritable orgie énergétique. Ou encore, en hiver, le réfrigérateur est-il vraiment indispensable? Il est aussi plus sain de manger non congelé, alors évitons les congélateurs. Et ainsi de suite
...
Publié par webrunner
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Athena

avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 192
Date de naissance : 26/01/1973
Age : 44
Localisation : Rhône-alpes
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Sam 04 Juin 2011, 08:38

La force cachée des plantes sur Arte:

http://videos.arte.tv/fr/videos/la_force_cachee_des_plantes-3938054.html

La force cachée des plantes: Comment les plantes communiquent-elles ? À travers les exemples du tabac sauvage dans l'Utah et des haricots de Lima au Mexique, nous découvrons qu'en cas de danger, elles s'envoient des messages en émettant des odeurs par leurs feuilles et leurs racines.

(Allemagne, 2009, 43mn)
WDR

Date de première diffusion:
Hier, 19h57
Date(s) de rediffusion:
Vendredi, 10. juin 2011, 14h00

à voir (documentaire encore gratuit 7 jours sur le site)

bon weekend à tous


flower
Revenir en haut Aller en bas
http://espritderencontrer-a.forumactif.com/index.htm
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Mer 07 Sep 2011, 08:10

Citation :



Le compte bancaire de l'Assoce fait grise mine. Nous n'avons enregistré que 4 adhésions durant tout l'été. Or nous devons faire face à de nombreuses échéances pour maintenir sites et services en ligne.

Merci de faire, envers Terre sacrée, le petit geste amical de la rentrée : http://terresacree.org/adhesion.htm
________________________________

Le site géant SOS-planete, base vivante mise à jour continuellement par des bénévoles : http://terresacree.org

(15 000 visites par jour sur nos sites et flux! 23 millions depuis 1999)

Sauve la Terre : http://sauvelaterre.info

Une nouvelle Humanité : http://label-asso.fr
Gazette basique hebdomadaire (gratuite) : http://terresacree.org/archives.htm
Liste d'informations scientifiques Big Bang (gratuite) : http://terresacree.org/googlebigbang.htm
Cercle de discussion : http://terresacree.org/googlegroupe.htm
Agenda des évènements : http://terresacree.org/agenda.htm
3 widgets fils RSS : http://terresacree.org/fildinfo.htm
Sans nature, pas de futur! Aidez-nous à diffuser le message : http://terresacree.org/adhesion.htm

Contacter notre équipe : sos-planete@terresacree.org - redaction@sauvelaterre.info
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Jeu 06 Oct 2011, 09:16

Citation :

Au secours, la terre disparaît !
Agnès Rousseaux
Bastamag
mer., 05 oct. 2011 14:19 CDT

Partout, les terres s'épuisent. Et risquent de ne plus pouvoir nourrir l'humanité. En cause : l'érosion des sols, liée aux productions intensives, le déclin de la biodiversité ou des vers de terre, accéléré par l'usage massif de la chimie, ou encore la progression inexorable du béton des villes et des routes qui stérilise à jamais notre bonne vieille glèbe. Aux États-Unis, de nombreuses études lancent l'alarme : la disparition des terres arables pourrait être irréversible. En France, on cherche encore à évaluer le phénomène, sans trop se presser. Enquête.

« C'est un problème plus grave encore que le réchauffement climatique », prévient Daniel Nahon, professeur de géosciences à l'université Paul-Cézanne d'Aix-en-Provence. La qualité des sols agricoles se dégrade. Au point, selon certains experts de mettre en cause la capacité à nourrir les humains. « Les sols s'érodent, se dégradent, perdent de leur fertilité, poursuit le chercheur. On considère à tort qu'ils vont produire éternellement. Mais, un jour prochain, on n'observera pas seulement une chute de la productivité, mais une non-production. »

Aux États-Unis, de nombreuses études analysent le problème. Dix millions d'hectares de terres arables sont détruits et abandonnés chaque année dans le monde à cause de pratiques agricoles non soutenables, décrit David Pimentel, professeur à l'université Cornell aux États-Unis et spécialiste des sols. 0,5 % des terres cultivables disparaissent tous les ans, l'équivalent d'un cinquième du territoire français. « À cause de l'érosion, près d'un tiers des terres arables sont devenues improductives, et la plupart ont été abandonnées d'un point de vue agricole, ces quarante dernières années », explique David Pimentel dans un article qui compile plus d'une centaine d'études et de rapports sur le sujet.

La terre, une ressource non renouvelable

Or pour nourrir la population mondiale grandissante, il faudra doubler la production agricole dans les prochaines décennies. Une impossible équation. « Aujourd'hui, 0,27 hectare est disponible par personne (2700 m2). Dans quarante ans, à cause de la perte de terres et de l'augmentation de population, il restera seulement 0,14 hectare par personne », souligne une étude à laquelle a participé David Pimentel. Soit tout juste 1/6ème de terrain de foot.

Les sols se renouvellent grâce à l'altération de roches dures par la pluie, ce qui crée des minéraux meubles - l'argile - qui permettent aux végétaux de pousser. Un phénomène qui se produit sur des millénaires. A l'échelle humaine, la terre est donc une ressource non renouvelable. Entre 200 et 1000 ans sont nécessaires pour former 2,5 centimètres de sols. L'équivalent de ce que perdent les États-Unis en seize années : la profondeur moyenne des sols dans le pays (la couche de terre arable) était de 23 centimètres il y a deux siècles. Aujourd'hui elle se situe à 15 centimètres. Résultat : des terrains autrefois fertiles sont abandonnés.

Malgré d'importants défrichements en Amazonie ou en Indonésie (environ 12 à 13 millions d'hectares/an, ce qui pose aussi le problème de la déforestation), la superficie des terres arables n'a pas augmenté depuis les années 1970. Pire, les réserves sont limitées. Il ne reste que 600 millions d'hectares dans le monde pouvant être convertis en terres cultivables, sans remettre en cause l'équilibre entre terres arables et forêts, prévient Daniel Nahon.

Où sont passés les vers de terre ?

En France, rares sont ceux qui tirent la sonnette d'alarme. Parmi eux, Lydia et Claude Bourguignon, fondateurs du Laboratoire d'analyse microbiologique des sols (Lams), spécialisé dans les techniques de préservation des sols agricoles. Selon ces agronomes, l'agriculture intensive a détruit près de 90 % de l'activité biologique dans certains sols cultivés en Europe. « Les chambres d'agriculture reconnaissent qu'il y a un problème. Elles parlent de "fatigue des sols", pour pudiquement dire "mort des sols" », observe Claude Bourguignon. « L'état des sols en France, en Europe et dans le monde est assez désastreux. Nous avons connu une chute extrêmement importante. En 1950, il y avait 4 % de matière organique dans les sols. Nous sommes descendus à 1,4 %. On ne peut plus descendre en-dessous de ce niveau », prévient Lydia Bourguignon.

Comment en est-on arrivé là ? Les labours trop profonds entraînent une baisse de la qualité et de la quantité de la matière organique en surface, perturbent la faune et exposent les sols à l'érosion. L'emploi excessif d'engrais chimiques et du désherbage exterminent faune et bactéries. Et les cultures intensives, lorsque toute la plante est utilisée, y compris la tige et les feuilles, privent les sols de la matière organique qui les alimente. L'absence de haies ou de cultures « de couverture », qui protégeaient les sols, favorise l'érosion. Leur lessivage entraîne la mort chimique.

L'érosion provoque une insuffisance en nutriments de base (nitrogène, phosphore, potassium, calcium), essentiels pour la production agricole. Davantage présents en surface, ils partent avec les eaux de ruissellement. C'est en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, que l'érosion frappe le plus fort : une perte de 30 à 40 tonnes de terreau par hectare par an. Environ 17 tonnes par an en Europe et aux États-Unis. Sur tous les continents, cette érosion s'étend bien au-delà de la capacité de renouvellement des sols : environ une tonne de terre par an et par hectare.

Autre conséquence : le « déclin biologique » des sols. Un hectare de terre fertile contient en moyenne 1,7 tonne de bactéries, 2,7 tonnes de champignons, selon les études états-uniennes. Et une tonne de vers de terre, qui par leurs mouvements brassent une masse considérable de glèbe. « Une vie foisonnante travaille les sols : sur chaque hectare, dans les 20 premiers centimètres de profondeur, vous trouvez l'équivalent, en poids, de 500 moutons ! », décrit Daniel Nahon. Un chiffre divisé par cinq dès lors que la terre est cultivée. Et bien plus lorsque les pratiques agricoles ne respectent pas les sols. « Il y a quelques années, on avait déjà atteint le niveau de 100 kg/ha de vers de terre. Un résultat effrayant », s'inquiète Lydia Bourguignon. 10 fois moins que la normale.

Coût de l'érosion : 400 milliards de dollars par an

À cela s'ajoute l'irrigation, qui sale les sols, la contamination par des métaux lourds, ainsi que le tassement par l'utilisation de machines de plus en plus lourdes, qui peuvent endommager tout l'écosystème. Sans oublier la transformation de terres agricoles en zones urbaines ou commerciales, en autoroutes. « Auparavant, on estimait cette perte à l'équivalent d'un département français tous les dix ans en France. Aujourd'hui, c'est de l'ordre d'un département tous les sept ans », décrit Dominique Arrouays, chercheur à l'Institut national de recherche agronomique (Inra), et responsable d'Infosol, un système unique d'information sur les sols de France et leurs évolutions.

Outre les terres devenues improductives ou bétonnées, la productivité baisse sur les terres abîmées. Les études américaines sont très précises : les rendements de céréales ont chuté de 12 à 21 % dans l'État du Kentucky, de 25 à 65 % dans certaines zones de l'État de Géorgie, jusqu'à 24 % dans l'Illinois et l'Indiana. En quinze ans, l'érosion des sols a provoqué une baisse de rendements céréaliers de 80 % dans plusieurs régions des Philippines.

En France, pas de statistiques solides

Une tendance temporairement compensée par un usage important de produits fertilisants ou par l'irrigation. Mais qui n'est pas tenable à long terme, et coûte cher. « Le coût total de l'érosion liée à l'agriculture aux États-Unis est d'environ 44 milliards de dollars par an », évaluent les chercheurs états-uniens. Soit 100 dollars par hectare agricole. A l'échelle de la planète, l'érosion provoque une perte à 400 milliards de dollars par an, selon David Pimentel. D'après les différentes études collectées par le chercheur, la dégradation des sols sera responsable d'une baisse de productivité agricole de 30 %, d'ici vingt-cinq à cinquante ans.

A l'Inra, on relativise. « Il n'y a pas de données qui montrent que la situation empire, considère Frédéric Darboux, chercheur en science du sol dans une des unités spécialisées, à Orléans. L'érosion, ce n'est pas nouveau : déjà avant la Révolution française, dans les Cahiers de doléances, les paysans s'exprimaient sur ce problème. » L'Inra estime manquer de statistiques solides et de recul. Mais pour Dominique Arrouays, également chercheur à l'Inra, « il y a effectivement des raisons de s'inquiéter, car le phénomène est relativement irréversible. » Même si, « pour des raisons techniques, nous ne savons pas bien quantifier les baisses de biodiversité liées aux usages agricoles ». 20 % du territoire serait concerné par une érosion trop importante. Le grand Sud-Ouest, la vallée du Rhône ou le pourtour méditerranéen sont les premiers touchés, de même que les vallées limoneuses de Picardie et du Nord. Bref, difficile de savoir, en France, le niveau de gravité de la situation.

Peut-on « réparer » les sols ?

Une vingtaine d'unités de l'Inra travaillent pourtant sur l'étude de notre humus. Le Réseau de mesure de la qualité des sols (RMQS) [1] pourra livrer des éléments un peu plus précis à partir de 2018, une fois terminée sa deuxième campagne de prélèvements. Trop tard, estime Claude Bourguignon, qui ne mâche pas ses mots : « À l'Inra, ils ont attendu que les sols meurent avant de lancer des programmes de mesures, pour faire des courbes intéressantes. Ils sont parfaitement conscients de ce qui se passe. »

Autre outil : la Base de données analyse des terres (BDAT), qui vise à regrouper toutes les analyses réalisées à la demande d'agriculteurs, sur les teneurs en éléments fertilisants ou l'acidité. « Il faudra une dizaine d'années de plus pour vérifier les tendances », explique Dominique Arrouays. Le temps semble pourtant compté. Et la France est bien en retard. En Grande-Bretagne, des relevés systématiques des sols sont réalisés depuis 1978.

Mais rassurons-nous : « Si les mesures sont difficiles, les techniques qui permettent de réduire l'érosion sont assez connues à l'Inra », souligne Frédéric Darboux. À défaut de pouvoir évaluer avec précision le problème, au moins peut-on y apporter des solutions ! Le plus urgent : une révolution culturelle, estime Daniel Nahon. « En France, les agriculteurs écoutent ce que leur disent les ingénieurs, ils ne veulent pas changer de méthode. » Résultat : « Sur 30 % des terres aux États-Unis, on ne pratique plus le labour, facteur important de la dégradation des sols, alors qu'en France cela ne concerne qu'une infime proportion des terres. » Aux États-Unis, les chercheurs préconisent aussi les rotations de cultures, la mise en place de brise-vents, de haies, de bandes herbées...« Dans l'État du Tamil Nadu, en Inde, des vers de terre ont été introduits dans des terres détruites. Après trois ans, la production de thé sur ces terres a augmenté de 35 à 240 % », décrit Daniel Nahon.

Sortir du néolithique sans passer par les OGM

« Des agriculteurs nous demandent ce qu'on peut faire pour leurs terres. Mais quand il n'y plus de faune, de matière organique, on ne peut pas régénérer d'un coup de baguette magique, estime Claude Bourguignon. Depuis vingt ans, on est pris pour des hurluberlus. Si on avait agi plus tôt, on ne se serait pas mis en danger. » Les solutions techniques ne pourront jamais égaler la complexité des sols. « Avec les engrais, on ajoute de l'azote, du phosphore, du potassium, mais la plante puise une trentaine de micro-éléments dans la terre, qui sont absents des fertilisants. Et cela coûte très cher de copier les éléments naturels », poursuit Lydia Bourguignon. La solution ? « L'agriculture n'aurait jamais dû être autre que bio. Avec la Révolution verte, on est retourné au néolithique et à son système de monoculture sur brûlis. On a fait un bond en arrière de 6000 ans en cinquante ans, s'emporte Claude Bourguignon. Il faut aller plus loin avec les connaissances modernes et les techniques anciennes. »

« Si on veut plus de terres arables, il faut gagner sur les terres arides, c'est-à-dire les terres gelées, les terres trop salées... Et donc inventer des plantes qui peuvent vivre sur ces terres », estime de son côté Daniel Nahon. Il défend la « génétique fonctionnelle » pour « stimuler les plantes ». Des innovations technologiques qui pourraient aggraver la situation et augmenter les inégalités, au lieu de régler le problème à la source, en réinterrogeant les modes de production agricole. Une fuite en avant, comme souvent, à défaut de prendre soin de la terre.

Notes

[1] Un dispositif d'observation des sols sur l'ensemble du territoire qui effectue des mesures tous les dix ans sur 2 200 sites

En savoir plus

Pimentel David, Soil erosion : a food and environmental threat, 2006.

Pimentel David, C. Harvey, P. Resosudarmo, K. Sinclair, D. Kurz, M. McNair, S. Crist, L. Shpritz, L. Fitton, R. Saffouri, R. Blair, Environmental and Economic Costs of Soil Erosion ans Conservation Benefits, 1995.

Claude et Lydia Bourguignon, Le sol, la terre et les champs : pour retrouver une agriculture saine, éd. Sang de la Terre, 2008 et 2010, 223 p.

Le site du Laboratoire d'analyse microbiologique des sols (LAMS) fondé par Claude et Lydia Bourguignon.

Daniel Nahon, L'Épuisement de la terre, L'enjeu du XXIe siècle, éd. Odile Jacob, février 2008, 235 p., 25,90 euros.

Le Réseau de mesure de la qualité des sols (RMQS) de l'INRA.

La Base de données analyse des terres (BDAT) de l'INRA.

David Pimentel, Anne Wilson, Population mondiale, agriculture et malnutrition, WorldWatch Institute.

Commentaire : En réalité, l'agriculture est la chose la plus destructrice que les humains ont commise envers la planète. L'agriculture ne conduit pas à la mort d'un animal, mais à celle de l'entièreté des écosystèmes.
article source
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 07 Nov 2011, 17:14

Citation :

Bonjour les 17 196 abonnés,



Un nouveau bébé de Terre sacrée vient d'être accueilli dans son berceau.

Il a été langé et bichonné par notre ami Olivier, grand programmeur devant l'Eternel, surnommé le Petit Génie, et qui peut être fier de son travail bénévole pour l'Association.

Il suffit de survoler la barre du menu tout en haut de la page http://terresacree.org

Vos avis éclairés sont les bienvenus.

Bon surf !



Bien amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 02 Jan 2012, 19:34


Citation :

SONDAGE vital de l'association Terre sacrée :

Qu'auriez-vous à transmettre aux générations futures ?

Qu'avez vous envie de leur dire ?

On donne à nos enfants ce qui nous aurait fait plaisir de recevoir, ce dont on a manqué pour qu'ils soient plus heureux ; mais pense t-on à leur transmettre ce que l'on a reçu ?

La Terre est devenue un jouet ou un livre qui se dégrade avec les générations qui passent, il est temps d'en reprendre soin, de l'aimer et de la préserver.


Consulter ICI les messages déjà déposés


Merci de laisser ICI votre message



Toute l'équipe de Sauve la Terre vous souhaite une excellente année 2012. Espérons qu'elle sera l'année de la fin de l'inconscience.


Bien amicalement.


Les unités carbone @ssociés : Annie, Tanka, Pam, Virginie, Geof, Jacques, Fred, Cèdre et Mich.


Les toutes dernières nouvelles : http://terresacree.org

[color=darkred][b]Surpopulation



Les chiffres parlent d'eux-mêmes

Pas besoin d'être Einstein pour comprendre!

Aujourd'hui, en 2009, il y a 4 sièges pour 6 personnes.

En 2050, le nombre de sièges aura diminué (à cause des effets du réchauffement climatique, la perte des étendues cultivables, et la rareté de l'eau).

Nous aurons donc 9 personnes pour 2.5 sièges.

Sur la même chaise donc, 3,6 personnes seront assises. Comme disait Coluche : "on n'a pas réussi à trouver la virgule".

Bref, on devra s'assoir les uns sur les autres, les fesses des uns sur les genoux des autres.

Ou plus clairement, il y aura des famines (1 bon milliard d'humains ont déjà le ventre creux, du matin jusqu'au soir, et certains n'ont même plus envie de se réveiller le matin. Il y aura des guerres civiles et (ou) mondiales. Des dictatures, qui s'empareront des prétextes écologiques et économiques, pour se faufiler à la surface du globe!

On croyait être débarrassé de toutes ces horreurs une bonne fois pour toutes. Et bien non! Il y a toutes les chances pour qu'elles ressurgissent dans pas longtemps.

Beaucoup de souffrances en perspective en tout cas pour tout le monde, pour certains d'entre nous et pour nos enfants.

Vous pensez qu'on exagère.

Pourtant les chiffres sont là, et les chiffres, ça ne sait pas mentir...
http://terresacree.org/gorilles3.html
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Ven 20 Jan 2012, 10:07

Citation :
Coucou les ami(e)s de la "Vraie Vie",

SOS-planete traverse une phase particulièrement difficile.

Malgré nos efforts soutenus depuis 1999, nous venons en effet de perdre notre "triple A". Enfin notre pagerank 5 (popularité Google sur 10) si chèrement gagnée !!!

Pourquoi ? Tout simplement parce que nos 5 modules d'information sont hébergés chez I-Services et non pas sur notre serveur à Houston. Résultat : Google nous boude. Ce qui entraine jackpot pour I-services et dégringolade pour nous. Ce qui se traduit aussi par une régression dans les pages de recherche, ainsi qu'une baisse conséquent du trafic sur le site.

Nous nous éloignons donc de notre trajectoire initiale, qui est de toucher le plus de monde possible, pour un éveil maximum des consciences.

Pour redresser la barre, l'idéal serait de développer un script PHP maison au moins aussi performant que celui d'I-services.

Malheureusement les services d'un développeur PHP ne sont pas à notre portée, l'Assoce ayant un budget extrêmement limité. (Nous n'enregistrons actuellement qu'une seule adhésion hebdomadaire !)

C'est pourquoi, d'une part, nous faisons appel à votre générosité.

Et nous espérons, d'autre part, qu'un intégrateur PHP, motivé et compétent, répondra à notre demande.

Merci à vous ami(e)s pour ce que vous ferez pour que l'Association puisse se développer comme elle le mérite.

Enfin, Ce lien pour vous !



Bien amicalement.



Unités carbone @ssociées

PS : Merci de partager ce mail avec tous vos contacts.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 23 Jan 2012, 23:49

Masanobu Fukuoka et l'agriculuture du non-agir

Masanobu Fukuoka est un des pionniers de l'agriculture "du long terme" (sustainable). Il aime dire de lui qu'il n'a aucune connaissance hormis celle contenue dans ses livres, dont La révolution d'un seul brin de paille (Chez Trédaniel - Editions de la Maisnie, 1983) et The Natural Way of Farming, démontrant ainsi qu'il ne manque pas de sagesse.. Sa méthode d'agriculture ne nécessite pas de labour, pas de fertilisants ni de pesticides, pas de désherbage ni d'élagage ainsi que très peu de travail! Il accomplit tout cela (y compris des rendements élevés) grâce à une extrème précaution dans la détermination de la période de semis tout comme dans le choix des combinaisons de plantes (polyculture). En résumé, il a élevé l'art du travail avec la nature à un très haut degré de raffinement..
Il décrit comment on peut appliquer ses méthodes d'agriculture naturelle aux zones désertiques de la planète, et ceci sur la base de son expérience en Afrique en 1985.

Biographie

Microbiologiste de formation, il s'est spécialisé en phytopathologie, avant de commencer à douter des progrès apportés par l'agriculture scientifique. Il abandonne alors son poste de chercheur et part cultiver sa ferme familiale sur l'île de Shikoku. Dès lors, il consacre sa vie à développer une agriculture plus conforme à ses convictions, qu'il qualifiera d'agriculture naturelle. Ses recherches, inspirées de ses racines culturelles zen, taoïste, shinto, bouddhisme, vont dans le sens d'une unification spirituelle entre l'Homme et la Nature. A partir des années 1980, ses travaux rencontrent progressivement une reconnaissance mondiale, et il multiplie les conférences et rencontres internationales. Sa ferme devient un lieu d'échange sur ses pratiques pour des experts et curieux venus du monde entier.

Il est l'auteur de la Révolution d'un seul brin de paille qui raconte et théorise son expérience en agriculture naturelle. Sa pratique inspire en grande partie la permaculture de Bill Mollison et David Holmgren, malgré des différences philosophiques notables, l'agriculture naturelle étant basée sur le non-agir et le refus du savoir scientifique et rationnel.

En laissant faire la nature, et en limitant au maximum les interventions humaines nécessaires, il réalise que le rendement de sa production de riz est meilleur qu'en agriculture classique. Même sans apport extérieur, sa méthode d'agriculture a pour principal effet d'enrichir le sol plutôt que de l'épuiser.


Selon lui, l'esprit de discrimination, qui frappe l'ensemble de nos sociétés, a touché aussi l'agriculture productiviste moderne, et en explique les dérives. L'esprit de non-discrimination permet à l'homme attaché à la nature de la percevoir comme un tout non différentiable. Le sūtra du cœur, qu'il cite, essence du bouddhisme zen, résume l'esprit et la pratique de cet ancien chercheur en pathologies des plantes. Sa référence à Dieu sera plus marquée dans son dernier livre. Son premier ouvrage offre un éclairage simple et clair sur l'évolution de l'agriculture japonaise et mondiale.
En 1988 il a reçu le Ramon Magsaysay Award, souvent considéré comme équivalent au prix Nobel en Asie pour ses travaux et services rendus « à l'Humanité ».
Beaucoup de travail a été fait pour adapter la méthode Fukuoka aux conditions de l'agriculture européenne, entre autres les recherches des français Marc Bonfils et Claude Bourguignon, du travail de Emilia Hazelip, qui au cours de nombreux stages en France, en Espagne, et aux États-Unis, ont repris les fondamentaux du travail de Fukuoka.

Les quatre principes de l'agriculture naturelle (permaculture) de Masanobu Fukuoka /extrait de La révolution d'un seul brin de paille

1- NE PAS CULTIVER, c'est-à-dire ne pas labourer ou retourner la terre. Pendant des siècles les agriculteurs ont tenu pour établi que la charrue était essentielle pour faire venir des récoltes. Cependant, ne pas cultiver est le fondement de l'agriculture sauvage. La terre se cultive elle-même, naturellement, par la pénétration des racines des plantes et l'activité des microorganismes, des petits animaux et des vers de terre.

2- PAS DE FERTILISANT CHIMIQUE OU DE COMPOST PREPARE. [Pour fertiliser, M. Fukuoka fait pousser une légumineuse en couverture du sol, le trèfle blanc, remet la paille battue sur les champs et ajoute un peu de fumier de volaille (à la suite de la construction d'une route entre son poulailler et ses champs, ses volailles ne pouvaient plus se balader dans ses cultures. Il a été contraint à cet apport.] Les hommes brutalisent la nature et malgré leurs efforts ils ne peuvent pas guérir les blessures qu'ils causent. Leurs pratiques agricoles insouciantes vident le sol de ses aliments essentiels et l'épuisement annuel de la terre en est la conséquence. Laissé à lui-même, le sol entretient naturellement sa fertilité, en accord avec le cycle ordonné de la vie des plantes et des animaux.

3- NE PAS DESHERBER, NI MECANIQUEMENT, NI AUX HERBICIDES. Les mauvaises herbes jouent leur rôle dans la construction de la fertilité du sol et dans l'équilibre de la communauté biologique. C'est un principe fondamental que les mauvaises herbes doivent être contrôlées, non éliminées.

4- PAS DE DEPENDANCE ENVERS LES PRODUITS CHIMIQUES. [Mr Fukuoka fait pousser ses récoltes de céréales sans produit chimique d'aucune sorte. Sur quelques arbres du verger il a occasionellement recours à une émulsion d'huile de machine pour contrôler la cochenille (insect scales). Il n'utilise pas de poison persistant ou à large spectre, et n'a pas de « programme » pesticide] Depuis le temps que les plantes faibles se sont développées, conséquence de pratiques contre nature telles que le labour et la fertilisation, la maladie et le déséquilibre des insectes sont devenus un grand problème en agriculture. La nature, laissée seule, est en parfait équilibre. Les insectes nuisibles et les maladies des plantes sont toujours présents, mais n'atteignent pas, dans la nature, une importance qui nécessite l'utilisation de poisons chimiques. L'approche intelligente du contrôle des maladies et des insectes est de faire pousser des récoltes vigoureuses dans un environnement sain.

Pratique de l'agriculture naturelle...

« Mes champs sont peut-être les seuls au Japon à ne pas avoir été labourés depuis plus de vingt ans, et la qualité du sol s'améliore à chaque saison. J'estime que la couche supérieure riche en humus, s'est enrichie sur une profondeur de plus de douze centimètres durant ces années. Ce résultat est en grande partie dû au fait de retourner au sol tout ce qui a poussé dans le champ sauf le grain.» M. Fukuoka

Culture

Quand le sol est cultivé on change I'environnement naturel au point de le rendre méconnaissable. Les répercussions de tels actes ont donné des cauchemars à des générations innombrables d'agriculteurs. Par exemple quand on soumet à la charrue un territoire naturel, de très solides mauvaises herbes telles que le chiendent et I'oseille arrivent parfois à dominer la végétation. Quand ces mauvaises herbes s'installent, I'agriculteur est confronté à une tâche presque impossible, le désherbage annuel. Très souvent la terre est abandonnée.
Quand on est confronté à de tels problèmes, la seule solution de bon sens est de cesser en premier lieu les pratiques contre-nature qui ont amené cette situation.

Suite ici : http://mili-terre.com/article/13/901/masanobu-fukuoka-et-l-agriculuture-du-non-agir.htm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Sam 10 Mar 2012, 23:23

La migration record des jeunes tortues marines
publiée le 10 mars 2012

Les tortues de mers, déjà réputées pour parcourir de très longues distances vers leurs lieux de pontes, effectueraient également au début de leur vie une migration des plus impressionnantes, selon une nouvelle étude.

Si les tortues de mers adultes sont des championnes de la nage sur longue distance, leurs prouesses restent toutefois bien moindre à côté du périlleux parcours qu’elles effectuent au stade juvénile. Peter Meylan, professeur de sciences naturelles au collège Eckerd en Floride, a récemment découvert que les petites tortues effectuaient après leur naissance une migration qu’il décrit comme bien "plus étonnante" que celles accomplies par les adultes pour rejoindre le lieu de ponte.


Cet exode n’est entrepris qu’une seule fois au cours de la vie des tortues. "Il peut représenter des dizaines de milliers de kilomètres" souligne le chercheur dans un communiqué. Pour en arriver à une telle découverte, Peter Meylan et sa femme Ann Meylan, de l’institut de recherche sur la vie sauvage de Floride, ont analysé les données de suivi des tortues marines du Costa Rica récoltées sur de nombreuses années.

Les résultats de leur étude, publiées dans le Bulletin of the American Museum of Natural History, mettent en évidence une série de longues distances parcourues de façon récurrente chez les jeunes tortues avant que celles-ci ne soient complètement développées. La migration débute du Costa Rica pour finir vers des contrées lointaines telles que les Bermudes. A ce point, les jeunes accomplissent leur croissance. "Ils arrivent avec la taille d’une assiette et repartent avec la taille d’une baignoire", précise Peter Meylan.

Mais selon les chercheurs, ces migrations juvéniles représentent un danger pour les tortues marines, suggérant un renforcement de la protection des couloirs océaniques empruntés lors de leurs périlleux parcours. 



http://www.maxisciences.com/tortue-marine/la-migration-record-des-jeunes-tortues-marines_art22442.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Dim 18 Mar 2012, 17:14

Permaculture foret comestible:
"Jardin des Fraternités Ouvrières" en Belgique



Citation :
Le jardin d'Eden, n'a disparu que dans le coeur de certains humains! Ceux issus des monocultures!
D'autres, comme Gilbert et Josine Cardon, (les auteurs de ce jardin forestier) savent bien qu'il n'a pas disparu et qu'il réside dans la biodiversité, végétale, animale et humaine.
Il ne tient qu'à nous de retrouver le jardin d'Eden, le paradis perdu, mais pour cela, il est impératif de sortir des dogmes, de la monoculture (végétale, animale, philosophique) et de l'esclavagisme si cher au monde dit "civilisé".
Pour pouvoir enfin reconstituer petit à petit des paradis où l'abondance, la fainéantise, la liberté et la simplicité sont les seules lois. Et ne sont imposées que par le bon sens naturel dont sont dotés tous les êtres sauvages.

Franck nathie (chercheur en permaculture)
www.foretscomestibles.com

Les Jardins de la Fraternité Ouvrière
Publié par Marc Lafontan | Libellés : Alimentation


Voilà 40 ans que Gilbert et Josine Cardon soignent un jardin potager. , dans la région frontalière qui va de Lille à Tourcoing-Mouscron. Mais quel jardin! Et ils ne s’en tiennent pas là; ils l’ont ouvert au partage de leur générosité, de leurs savoirs et de la réalisation d’une qualité de vie solidaire.

C’est dans les années 70, dans une région ouvrière sinistrée, de fermetures successives des charbonnages et des usines textiles, de chômage accumulé dans toute la région qu’ils créent un groupe de jardinage. L’élément déclenchant a été le scandale des dépôts d’immondices industriels très polluants, venus se rajouter au contexte industriel déjà fort polluant.

Leurs objectifs commencent par la solidarité; c’est donner une qualité de vie et d’environnement accessible à toutes et tous, et on sait que la santé commence par une nourriture saine et un bon environnement. C’est aussi donner envie d’apprendre, et le groupe des jardins de la fraternité qui est né au sein de Fraternité Ouvrière fonctionne dans la continuité des groupes d’éducation permanente. Enfin, c’est un groupe d’achat, afin de mettre les produits de qualité, bio, à la portée de tous.

Le jardin potager, c’est universel. C’est un lieu de détente, il lie l’utile à l’agréable, soulage les fins de mois, apporte un complément conséquent aux repas et le plaisir lié à la dignité d’avoir pourvu soi-même à sa qualité de vie. C’est aussi là que l’on répare tant les fatigues du travail que le sentiment d’inutilité du consommateur compulsif dans lequel nous sommes entraînés vers un goût de médiocrité. Là que l’on peut voisiner agréablement, tranquillement et vivre les plaisirs des soirées et des dimanches de douce compagnie.
Alors, contre les malbouffes du grand commerce, la déprime publique, les pollutions et le chômage: de la solidarité, de l’intelligence et de la bonne volonté.

Donc, Gilbert et Josine ont réuni d’anciens camarades de travail, de militance et, de bouche à oreille, de loin en loin, des amateurs de jardinage, de solidarité, de bien-vivre; de société meilleure.
De longue date, ils ont fait des choix de vie active et militante avec lesquels ils se sont consolidés et ont confirmé leurs choix. Au sein de la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), puis dans des associations en Amérique Latine, ils ont participé, soutenu la réalisation et le fonctionnement de plusieurs projets en Bolivie puis au Venezuela. De retour en Belgique, choqués par les gaspillages, le mal vivre et les contradictions ancrées dans la société, ils ont maintenu leur engagement tant au niveau syndical qu’associatif et dans leur façon de vivre.

En butte à la mollesse des structures politiques qui auraient dû être des forces de gauche, ils ont impulsé plusieurs initiatives, d’abord pour la paix, contre le nucléaire et contre le racisme, puis dans leur région, pour le logement, contre un site d’incinération de déchets industriels dégageant notamment de la dioxine, contre l’extension des zonings industriels et je ne connais pas tout. C’est toute une culture, une façon de vivre qu’ils partagent.

Les Jardins de la Fraternité Ouvrière, ce sont des centaines de jardins, des jardinières et jardiniers qui entretiennent un jardin petit, moyen, de taille familiale, aux petits budgets, mais de grande inventivité.

Ce sont des achats groupés, tellement moins chers – on en vient à penser qu’on achète de l’emballage dans le commerce, au propre comme au figuré – qui permettent aussi de choisir les fournisseurs et de se fournir en semences venant des quatre coins du monde. Cela concerne aussi la nourriture bio, achetée au prix de gros, qui vient compléter les productions du jardin. Là, nous y reviendrons, c’est aussi se débarrasser de la sujétion commerciale.

Entre les semences que chacun a pu produire et mettre en partage, les achats groupés et les commandes auprès de producteurs lointains, les jardins de la fraternité ouvrière proposent une «Semence-othèque» de plus de 6.500 variétés accessibles et produites par les membres de l’association avec une multitude de variétés régionales, résistantes, adaptées, exclues du marché. Elle occupe tous les murs du local principal de l’association, du sol au plafond. Toutes sont répertoriées dans un catalogue, avec leurs caractéristiques principales, un deuxième catalogue rassemble les arbres et arbustes.

Une bibliothèque est à disposition du lecteur et du curieux des savoirs du bien-vivre et jardinage. Une bonne centaine de sympathisants, d’adhérents au sens propre s’investissent ainsi avec enthousiasme dans les tâches diverses nécessaires à l’ensemble.

Donc cultiver propre, pas cher et efficace; la permaculture s’impose. C’est utiliser les moyens que donnent la terre et ce qui y vit, c’est une philosophie de vie qui comprend l’échange de savoirs, la curiosité constante et sans suffisance de ce que tout ce et ceux qui nous entourent peuvent nous apprendre, à des moments et des endroits où l’on ne s’y attend souvent pas. La permaculture aux Jardins de la fraternité Ouvrière n’est pas cantonnée dans l’application des livres, elle est en constant devenir aux prises physiques et sensitives avec la terre, avec la vie. Une démarche dialectique d’entre l’évolution du jardin, du «faire», des savoirs, des relations humaines, de soi et de la société.
C’est un groupe d’éducation permanente; on y met en commun les savoirs et les expériences, enrichis de conférences et cours donnés par les plus expérimentés et des compétences invitées.

Il y a donc des rencontres régulières autour de jardiniers expérimentés qui ont structuré des cours et des échanges de trucs, observations et expérience. Toutes ces expériences confrontées au terrain des multiples jardins et partagées de la sorte, c’est du vécu, un savoir en pleine évolution et adapté au terrain. Une réponse évidente aux carences, aux dérives de l’enseignement. Chacun peut y trouver des réponses à ses interrogations, des pistes d’approche adaptées à son «terreau». Le local fait salle comble tous les dimanches de cours!

Quant au jardin, c’est un paradis luxuriant où poussent tant de variétés de plantes et arbres fruitiers qu’il a valeur de jardin des plantes à visiter; où l’on ressent autant la générosité du jardinier qu’une ambiance de foisonnement tropical. Et pour répondre aux envies et besoins de tous les enthousiasmes de cette équipe, un grand jardin collectif a vu le jour à quelques kilomètres de Mouscron. Et c’est toute une nouvelle poésie de la vie qui s’y développe. Mais, comme disait un «vieux sage chinois», «mieux vaut voir une fois que lire cent livres» (Mao Tsé-Toung).

Et les terreaux, parlons-en! Voilà des jardins qui s’engraissent et s’équilibrent grâce aux associations judicieuses des plantes qui combinent petits arbres fruitiers, légumes et condiments, où la diversité et les plantes vivaces et de faible entretien ont la préférence. Tous les intervenants ont leur rôle et le jardinier au lieu de se casser le dos, s’appuie sur la bonne compréhension des intervenants naturels et de leur équilibre. Tout ce qui n’est pas consommé est rendu à la terre, jusqu’à la poussière de l’aspirateur. (…)

Un jour, des agronomes qui faisaient des études comparées de la richesse en micro-faune des sols cultivés ont analysé un échantillon de terre du jardin de Gilbert et Josine et la surprise fut telle qu’ils n’ont pas cru leurs résultats, ont voulu refaire un prélèvement et les résultats ont crevé les plafonds de leur étude; il y avait notamment plus de 3 kilos de vers de terre au m²! Leurs conclusions sont restées à la hauteur de leurs convictions (d’école ou commerciale?); ils ont trouvé qu’il n’était pas nécessaire d’engraisser ni traiter avant 2-3 ans! Sur une terre qui n’a plus vu d’engrais ni quoi que ce soit depuis 40 ans!

Les mérites de cette organisation solidaire dépassent les multiples avantages pratiques et deviennent un projet de société vécu, profond et chaleureux. Preuve en est, les nombreux émules qui se revendiquent de cette «école» à travers la Belgique et le nord de la France, la dynamique qui s’en dégage.
Avec tous mes remerciements à Gilbert et Josine d’abord, et à celles et ceux qui m’ont témoigné leur enthousiasme et donné à partager leur regard sur les Jardins de la Fraternité Ouvrière.

Source : http://www.forumcivique.org/fr/articles/dossier-semences-les-jardins-de-la-fraternit%C3%A9-ouvri%C3%A8re


http://au-bout-de-la-route.blogspot.com/2012/03/les-jardins-de-la-fraternite-ouvriere.html#more
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Jeu 05 Avr 2012, 16:35

Citation :


Bonjour les 17 654 abonnés,

La courte vidéo que vous allez voir (3:55) est au sujet d'une île qui se trouve en plein océan Pacifique, à 2000 kms de toutes côtes.

Sur cette île, personne n'y habite, il n'y a que des oiseaux, et pourtant...

Regardez ce qui se passe !

Ouvrez ce lien : http://www.midwayfilm.com

Un petit film que tout le monde devrait voir et en tirer des conclusions...

Un envoi de Yolande



Puis cliquez ICI pour découvrir les nouvelles incontournables du jour.

Bon surf !



Bien amicalement.



Unités carbones @ssociées



sos-planete@terresacree.org



Comment participer au changement dans ma vie de tous les jours?

Agir maintenant. Merci de nous encourager dans notre cyber mission
SOS-planete
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Lun 21 Mai 2012, 21:32

Citation :


Bonjour les 17895 abonnés,



Notre petite équipe est impressionnée par le silence que lui renvoie son travail quotidien d'information et son engagement constant.

Rares sont ceux en effet qui nous contactent pour commenter les infos ou donner leur avis sur telle et telle évolution du site.

De plus, depuis janvier, l'Association n'a enregistré que 67 adhérents, là où les années précédentes nous étions déjà plus de 300 à apporter chacun sa petite pierre.

La situation est carrément démotivante. Nous avons le blues !

Que se passe-t-il ? Pouvez-vous nous éclairer ? Nous donner des conseils ? Nous aider à rendre notre action de plus en plus pertinente et percutante...

Nous serions heureux de recueillir le moindre de vos témoignages à cette adresse : sos-planete@terresacree.org

Le module de news est à cette adresse : http://terresacree.org/index.html#titres

La migration de la base de données I-services vers notre serveur aura en définitive lieu lundi 21 mai si tout se passe bien.

Bon surf !



Bien amicalement.



Unités carbones @ssociées



sos-planete@terresacree.org
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Mar 22 Mai 2012, 07:11

des grains de sables s'assemblent quand c'est venu l'heure ...
traduction a partir de "MessageToEagle.com "


la Terre est une planète extraordinaire et notre nature est
pleine de merveilles.


Cette fois, nous aimerions attirer l'attention sur un autre
phénomène étonnant géologique, à savoir que l'on appelle des
pierres en croissance.


Il est difficile de l'image que les pierres peuvent vraiment se
développer, mais ces pierres semblent être en vie!


Le Musée Roumain Trovants et Réserve Naturelle est situé dans
le comté de Valcea, à proximité de la route reliant Ramnicu Valcea
et Targu Jiu, à 8 km de distance de Horezu.


Ici, dans un petit village nommé Costesti, il ya quelques pierres
fascinants et mystérieux, appelés trovants, qui sont soupçonnés
d'avoir une vie en eux. Trovant est un terme géologique utilisé
souvent en Roumanie. Cela signifie sable cimenté.





Trovants
sont des phénomènes géologiques qui consistent dans des formes
sphériques de sable cimenté, est apparu en raison de certaines
puissante activité sismique.



Les tremblements de terre qui ont
mené à la création des premiers trovants sont censés avoir eu
lieu 6 millions d'années.


Ce qui rend ces trovants unique et
mystérieux, c'est que se reproduisent après l'entrée en contact
avec de l'eau.


Après une forte pluie des pierres
grandissent en commençant par 6-8 millimètres et se terminant à
6-10 mètres.


C'est vraiment remarquable!




Trovants en Roumanie sont des pierres qui
poussent.



Un des aspects les plus étranges au sujet de ces pierres est que,
bien qu'ils varient en taille, à partir de quelques millimètres à
même de 10 m, ils sont très similaires, en tenant compte d'une loi
naturelle qui dit il n'ya pas de choses pareilles ni des pierres
identiques.


En outre, tout comme les célèbres rochers à Death Valley, en
Californie, les trovants souvent se déplacer d'un endroit à un
autre.


Les scientifiques pensent que l'augmentation de la taille des
pierres est causée du contenu élevé de divers sels minéraux, qui
sont sous leur surface. Lorsque la surface devient humide, ces
produits chimiques commencent à répandre et à faire pression sur
le sable, ce qui fait la pierre « grandir».




Une "vie" en pierre.




Un trovant ayant une
forme étrange.





Aujourd'hui trovants sont protégés.


Cependant, malgré tous leurs efforts, les scientifiques n'ont pas
réussi à trouver une explication logique au fait que les pierres
ont des extensions qui rappellent des racines. Si elles sont coupées,
leurs sections ont des anneaux de couleur, tout comme les arbres.


Ces pierres se comportent presque comme une sorte de minéral
inconnu forme de vie! Nous ne pouvons pas nier que notre planète est
vraiment incroyable!


Les résidents locaux ont eu connaissance des propriétés des
pierres inhabituelles pour plus de 100 ans, mais qu'ils n'ont jamais
porte sur les trovants aucune attention particulière. Les pierres
ont été souvent utilisés comme matériaux de construction et de
pierres tombales.


Aujourd'hui, le Musée Trovants en Roumanie est protégé par
l'UNESCO.
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Ven 11 Jan 2013, 19:38

Citation :
Dérèglement climatique : allons-nous vers une nouvelle période glaciaire ?

De nombreux records de températures ont été récemment pulvérisés, et des intempéries exceptionnelles constatées dans de nombreux pays. Une vague de froid qui a frappé la Russie, faisant 170 morts, avec des températures qui ont atteint -30° près de Moscou et approché de très près -60° en Sibérie, alors que le record précédent remonte à 1901 ! (source)

Le Proche-Orient n'est pas épargné, de la neige est tombée mercredi en Syrie, au Liban, dans les Territoires palestiniens, en Israël et en Jordanie, faisant pour le moment onze victimes, sans parler des pluies diluviennes qui ont paralysé plusieurs pays.

Les Etats-unis ne sont pas en reste, avec des températures allant de -23°jusqu'à -35°C en Amérique du Nord, et 15 cm de neige au Mexique. Paradoxalement, une vague de chaleur extrême frappe l'Australie avec des pointes record avoisinant les 60°, alors que le précédent record date de 1960.

Alors, vague passagère ou évènements anonciateurs de dérèglements à venir de plus en plus intenses ? J'ai publié récemment un article relatant l'ondulation inhabituelle du jet-stream qui explique les aléas actuels du climat, mais est-ce bien lui le seul responsable ? Cela va-t-il durer ? D'autres paramètres peuvent ils influer cette tendance ?

http://fr.sott.net/article/12498-Dereglement-climatique-allons-nous-vers-une-nouvelle-periode-glaciaire
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Mer 23 Jan 2013, 10:58

Quand la terre était un jardin!

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Mer 23 Jan 2013, 12:44

Citation :

Nous, européens, par notre manque de vigilance, participons tous à la déforestation de l'Amazonie et des autres dernières grandes forêts tropicales du globe (Afrique, Indonésie).
Fort de ce constat, Planète Amazone a souhaité marquer les esprits en demandant à un réalisateur de renom écoresponsable, Jan Kounen, et un acteur français de notoriété internationale, Vincent Cassel, de se retrouver pour un spot destiné à soutenir la campagne "Urgence Amazonie", lancée en Europe en décembre 2012, lors du dernier passage sur notre continent du Cacique Raoni et de sa délégation. Vincent Cassel a développé depuis longtemps une passion pour le Brésil et signé sans hésiter la pétition du Cacique Raoni contre le barrage de Belo Monte. Cette noble cause est la première qu'il accepte de soutenir publiquement.

http://raoni.com/newsletter/news-20130121.html

http://raoni.com/actualites-506.php

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Terre Sacrée   Mar 12 Fév 2013, 18:05

ON L’APPELLE LE « 8ème CONTINENT » OU LA « SOUPE DE PLASTIQUE »
Situé dans le Nord-est de l’océan Pacifique, et découvert en 1997, il s’étend sur une surface d’environ 3,4 millions de Km2 soit près de 6 fois la superficie de la France ! Il est peuplé de déchets en tous genres produits par l’activité humaine et de microparticules de plastique. Au cours des quarante dernières années, leur concentration a été multipliée par cent.
S’il est dérivant, ce « continent » est emprisonné par les courants. En effet, ses résidus flottant à la surface s’agglutinent dans le gyre subtropical du Pacifique nord, un immense vortex. Ils s'amalgament ainsi dans cette zone, point de rencontre de courants océaniques qui s'enroulent sous l'effet de la rotation de la Terre, entre les côtes d’Hawaï et de l’Amérique du Nord.

Vidéos à voir :
"Midway la mer poubelle - les animaux temoignent."

=> http://www.dailymotion.com/video/xrvooy_midway-la-mer-poubelle-les-animaux-temoignent_webcam

=> http://www.youtube.com/watch?v=kaldcMPnmx4

=> http://www.dailymotion.com/video/xrv0rw_des-continent-de-dechets-dans-les-mers-et-oceans_webcam

Où vont les bouteilles, emballages et autres détritus une fois arrivés dans la mer ?
Ils ne sombrent pas dans les abysses, ne s’y désagrègent pas mais flottent et convergent, portés par les courants marins concentriques, ballottés aux grés des vents, vers une zone découverte dans les années 1990 par les scientifiques au niveau du Pacifique.
Très peu fréquentée (ni par les marins, ni par les pêcheurs), elle concentre une quantité alarmante de déchets détériorés constitués de polyester, de divers plastiques et d’autres déchets qui se mêlent à des micro-organismes vivants. Bien qu’elle puisse faire jusqu’à 30 mètres de profondeur, cette « plaque » de déchets dont la masse totale dépasserait huit millions de tonnes et s'étalerait sur une superficie de six fois celle de la France, appelée parfois « soupe » n’est ni réellement visible à l’oeil nu, ni depuis les satellites. On estime qu’au rythme actuel, ce 8ème continent devrait faire la taille de l’Afrique avant la fin du XXIème siècle !
Ce problème, bien que très peu médiatisé, est pourtant très inquiétant, d’autant qu’il ne cesse de s’amplifier et qu’il se généralise à toutes les mers du globe.


Dernière édition par AMBRE le Mar 06 Jan 2015, 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
Terre Sacrée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Palestine - Jérusalem, une terre sacrée - HASSAN IQUIOUSSEN
» Accessoire à ajouter:"boîte de terre sacrée"
» sauver cette terre sacrée!
» La Passion de la Terre. Traité d'écologie sacrée.
» Rivalités chrétiennes dans les Lieux saints (Terre sainte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Elargir son Horizon-
Sauter vers: