ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les reptiliens de la terre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Bipédie initiale - amphibie - Annunakis   Jeu 29 Mar 2012, 19:55

LA THÉORIE DE LA BIPÉDIE INITIALE

Parce chez CLPU [Contre La Pensée Unique] on n’aime ni les dogmes ni le prosélytisme et parce que nous avons déjà souligné quelques incohérences de l’histoire qu’on nous fait avaler, il m’a paru bon d’exposer une théorie alternative à l’évolutionnisme et au créationnisme.

Sans vous dire que j’y adhère, je vous avoue qu’elle m’interpelle quelque peu : je vous présente donc la théorie de la bipédie initiale en laissant la parole à l’un de ses défenseurs, le zoologue François de Sarre.

http://contre-la-pensee-unique.org/blog/2012/01/04/theorie-bipedie-initiale-francois-de-sarre/



A) Introduction et recapitulatif historique

En ce début de XXIème, peu de chercheurs récusent le modèle courant d’une évolution de l’homme à partir des Primates simiens. On peut même dire que cette explication s’est généralisée tout au long du XXème siècle, chaque fois que l’on a cru découvrir l’un de ces fameux “missing links” entre le singe et l’homme… Les journaux faisaient régulièrement leurs titres sur : “On vient de découvrir notre ancêtre ! “.

Et pourtant des scientifiques, issus de l’anthropologie ou de la zoologie, se sont toujours insurgés contre ce modèle assez incohérent de nos origines.
Ce qui les faisait le plus douter était sans conteste la grosse tête, humaine d’aspect, des fœtus de singes. Ainsi, l’anatomiste allemand G. SCHWALBE avança dès 1906 l’idée que l’homme était évidemment apparenté aux singes anthropoïdes, mais qu’il n’avait pu se développer à partir de formes ressemblant aux Grands Singes actuels, ni même à partir d’une créature comme Pithecanthropus erectus, au crâne plat et à la capacité cérébrale réduite.

Déjà, certains auteurs avaient émis l’hypothèse que non seulement l’homme (Homo sapiens) avait préservé dans sa structure corporelle des caractères incontestablement primitifs (c’est-à-dire : originels), mais que bien plus il avait commencé son développement structurel dès le début de la lignée des Mammifères.
Avant SCHWALBE, d’autres savants (SNELL 1863, GAUDRY 1878, RANKE 1897, ALSBERG 1902, KLAATSCH 1903, STRATZ 1904) doutèrent que l’homme eût, selon la formule consacrée depuis Lamarck et Darwin, pu “descendre du singe“.
Que l’on prenne ici en compte une forme récente ou éteinte, semblable ou non aux grands singes actuels, cela revenait bien sûr du pareil au même…

En effet, si les ancêtres de l’homme avaient “fait le détour” par la forêt en y terminant l’évolution d’une lignée d’arboricoles, ils ont dû grimper aux arbres et s’y transformer… avant de redescendre à terre. Cette adaptation, même transitoire, aurait laissé des traces dans l’anatomie de l’homme. Or, ce n’est pas le cas, apparemment.
Chez tous les singes, le pouce régresse… Nous, nous avons gardé une main primitive, avec un pouce bien formé ! Quant aux dermatoglyphes (nos empreintes digitales notamment, à la pulpe des doigts), souvent évoqués pour ” prouver ” notre ascendance arboricole, il apparaît plus plausible de penser que ces crêtes et sillons cutanés se sont jadis formés sous l’eau pour agripper des roches lisses et mouillées [hypothèse de l'auteur], plutôt que dans le but de saisir des troncs à l’écorce rugueuse…

En 1905, J. KOLLMANN émit l’hypothèse singulière que le gros cerveau de l’homme, ainsi que la capsule crânienne ronde ”qui allait avec”, avaient été acquis sans transition particulière, à partir de formes jeunes : les premiers hommes ne se seraient donc pas développés à partir d’anthropoïdes adultes, mais plutôt à partir des formes fœtales, dont ils surent préserver le crâne rond jusqu’à la fin de l’ontogenèse (= développement individuel). D’une génération à l’autre, les formes “à aspect fœtal” se seraient imposés sur les “vieux stades”, jusqu’à ce que tous les individus présentassent les caractères anatomiques qui sont ceux des êtres humains…
Le biologiste hollandais L. BOLK (1926) parvint à des conclusions semblables à partir de considérations plus larges, admettant qu’un “retard” ait pu se produire dans le développement de l’homme, en raison de perturbations diverses des organes de sécrétion interne, de sorte qu’un grand nombre de caractéristiques du fœtus se retrouvèrent intactes chez l’homme adulte. Cela concernait surtout le crâne rond, ainsi que la pilosité corporelle qui a disparu.
On désigne cette théorie sous le nom de fœtalisation. BOLK en venait à formuler la constatation plutôt surprenante que l’homme était un “fœtus de singe devenu mature“!

A partir de considérations différentes, le professeur d’anatomie berlinois Max WESTENHÖFER (1924) soutint, quant à lui, que l’homme s’était développé à partir de la racine commune des Mammifères. Certains zoologistes comme A. NAEF (1926) et H. BÖKER (1935) étaient enclins, également, à placer les Primates, en tant qu’Ordre zoologique, au tout début de l’évolution des Mammifères.
WESTENHÖFER en tout cas rejetait l’évolution de l’homme à partir de formes connues du monde animal, car toutes lui paraissaient bien trop spécialisées pour compter parmi elles les ancêtres de l’homme. Lors d’un congrès de la Société d’Anthropologie de Salzbourg, en 1926, WESTENHÖFER n’eut cesse de proclamer que l’homme était “le plus ancien des Mammifères“. Ses caractéristiques intrinsèques étaient entre autres: la pentadactylie (5 doigts et 5 orteils), la denture orthodonte en demi arc de cercle, ainsi que la non-spécialisation adaptative [polyvalence anatomique].
De plus, WESTENHÖFER attribuait une démarche bipède à ce mammifère originel. Dans un tel cadre théorique, la quadrupédie pratiquée par la plupart des autres mammifères devait donc résulter d’un développement ultérieur, au sein des lignées concernées !

La théorie de la bipédie initiale était née…

Pour le professeur Max WESTENHÖFER (1923), diverses caractéristiques chez l’homme (au niveau des reins, de la rate et de l’appendice) permettaient de rattacher notre espèce directement au stade aquatique antérieur, qu’il appelait le “Lurchreptil“. Ce reptile/amphibien semi-érigé constituait à ses yeux le vertébré ancestral par excellence, à l’origine de tout le phylum.
Le paléontologue allemand E. DACQUE parvenait en 1924 à des conclusions assez semblables, puisqu’il faisait remonter la formation de l’homme au stade amphibien originel. Mais ‘très classiquement’, Edgar Dacqué faisait parcourir à l’homme tous les stades simiens : c’est seulement après s’être “débarrassé” des attributs du singe qu’il apparaissait en tant qu’Homo sapiens… Cette opinion fut combattu par Max WESTENHÖFER qui, comme nous l’avons vu, préconisait une parenté ancienne de l’homme et du singe, mais sans compromission entre les deux branches.
Quant à H. POPPELBAUM (1928), issu de l’école anthroposophique de Rudolf Steiner, il pensait que la tête et le cerveau de tous les animaux supérieurs avaient eu à l’origine des proportions humaines, qu’ils n’avaient pu (ou su) garder. En revanche, l’homme de type moderne avait conservé l’ensemble de ces caractères archaïques.

Le paléontologue américain H. F. OSBORN (1927) disait des conceptions de DARWIN et de HAECKEL au sujet de l’origine simienne de l’homme, qu’elles étaient fausses et mensongères… OSBORN faisait provenir hommes et singes des mêmes primates anthropomorphes qu’il datait du début de l’ère Tertiaire. L’homme “en tant que tel” avait été présent, selon lui, dès l’Oligocène…
Quant au paléontologue britannique F. WOOD JONES (1929), il pensait de son côté que les premiers mammifères avaient tous eu une attitude plus ou moins érigée. Cette possibilité leur était donnée parce qu’ils avaient un pied plantigrade à 5 orteils, ainsi qu’une structure du bassin de type humain.

Le professeur hollandais d’obstétrique, K. de SNOO (1937) tirait également d’observations dans sa pratique quotidienne que les précurseurs de la lignée humaine avaient dû se tenir debout. Il remarquait aussi que les singes avaient d’abord été bipèdes, avant de se suspendre dans les arbres. Pour Klaas de SNOO (1942), la façon d’accoucher de la femme - et la structure de son bassin - étaient prévues pour des nouveau-nés au gros cerveau originel. Homo sapiens n’avait pu se développer qu’à partir d’ancêtres présentant des caractéristiques globalement semblables aux siennes !
Tout d’abord indépendamment de WESTENHÖFER, puis en parfaite convergence avec lui, le mammalogiste belge d’origine russe S. FRECHKOP (1936, 1937) devint aussi un inconditionnel du bipédisme initial. Il était convaincu que le pied humain de type plantigrade n’était jamais passé par le stade d’un pied de singe.
FRECHKOP, au cours d’une longue série d’études portant sur l’anatomie et l’embryologie des Mammifères, réfuta toute idée d’une ascendance arboricole de l’homme.
A partir des années 1950, le zoologiste franco-belge Bernard HEUVELMANS poursuivit les travaux de son maître Serge Frechkop dans ses articles (1954a, 1954b, 1955, 1966, 1974) et allusions à la théorie de la bipédie initiale. Pour HEUVELMANS, les mammifères quadrupèdes (ou aquatiques) étaient tous issus de bipèdes qui avaient perdu leur aptitude locomotrice au cours de l’évolution.
L’homme actuel s’était développé directement à partir du bipède d’origine. Le chimpanzé, en revanche, constitue l’exemple vivant d’une évolution qui s’est faite (voici quelques millions d’années) vers l’arboricolisme et vers la quadrupédie habituelle au sol (knuckle-walking, avec appui sur les phalanges) …
En règle générale, les lignées mammaliennes se forment par déshominisation graduelles (= éloignement progressif par rapport aux traits qui caractérisent l’Homo sapiens). Tous ces êtres atteints de déshominisation, non seulement cessent d’agir comme des hommes, mais ressemblent de plus en plus à l’image qu’on se fait de la Bête (citation du livre de Bernard HEUVELMANS, 1974, p. 450) : “ Le front devient plus fuyant, les mâchoires se développent, l’appareil masticatoire plus puissant entraîne une amplification des crêtes osseuses du crâne auxquelles s’accrochent les muscles intéressés; la silhouette toute entière se modifie, la tête s’enfonce dans les épaules, l’attitude devient de plus en plus penchée en avant, elle tend vers l’horizontalité et la locomotion quadrupède…

Plus près de nous, la conception d’un bipédisme initial, notamment chez les Grands Singes, a été soutenue dans les années 1980 et 1990 par divers biologistes et paléontologues (GRIBBIN & CHERFAS 1981, SERMONTI 1988, DELOISON 1999) ou tout au moins sérieusement envisagée (BROWN 1982, GOODMAN 1985, STANYON et al. 1986, STOCZKOWSKI 1995).

En rapport avec mes idées personnelles sur l’histoire évolutive des Vertébrés, j’en étais vite venu à partager les convictions de mon ami zoologiste Bernard Heuvelmans sur le bipédisme originel (cf. SARRE 1988, 1989a, 1989b, 1989c). Par la suite, j’ai développé une théorie particulière sur l’origine aquatique de la lignée humaine (SARRE 1992a, 1992b, 1998, 2000), me référant à l’ensemble de l’œuvre de Max Westenhöfer. Chronologiquement, j’étais convaincu que cet épisode évolutif devait se situer avant la radiation des grands groupes (actuels et fossiles) de Vertébrés…

B) Refus d’une ascendance simienne

La théorie de la bipédie initiale tente de reconstituer l’histoire évolutive de l’homme et des autres vertébrés.
La vraie… pas celle qui a la faveur presque unanime des anthropologues (et des journalistes chargés de répercuter les récentes trouvailles).

(...)

Suite à lire ici : http://contre-la-pensee-unique.org/blog/2012/01/04/theorie-bipedie-initiale-francois-de-sarre/



CONCLUSION

L’idée d’une influence spirituelle dans l’évolution n’est pas neuve. J’emploie à dessein cette épithète qui regroupe à la fois les domaines de l’intelligence et de l’esprit. Le cerveau développé de l’homme et un facteur de régulation cosmique

Jusqu’à présent, on raisonnait sur une évolution tronquée. Longues durées géologiques, Homo sapiens tardif (quelque secondes avant minuit…), séries des fossiles, mutations aléatoires et sélection naturelle omnipotente. Le problème n’est pas de savoir s’il y a eu ou non évolution [= transformation des espèces au fil du temps], mais d’en appréhender les causes et mécanismes.

La théorie de la Bipédie Initiale permet d’envisager quelques intéressantes possibilités. Elle redonne par ailleurs une dimension cosmique au phénomène humain !

Non seulement la vie a pu venir de l’espace (comme l’admet un nombre croissant d’exobiologistes), mais aussi certaines clés de l’évolution sont-elles à rechercher en dehors du “microcosme” terrestre… Un pas important dans la démarche scientifique consisterait déjà à entrevoir cette possible interaction (échange de faunes ?) entre les planètes telluriques du Système Solaire, dans le passé. Sans oublier le rôle qu’aurait joué un peuple galactique, vraisemblablement composé d’humains de même origine que nous, dans l’évolution et dans notre histoire

En conclusion, nous pouvons soumettre les points suivants à discussion :

- La vie s’est développée sur Terre, sans doute apportée depuis l’extérieur par des comètes.

- L’évolution du vivant n’est qu’approximativement reproduite par les fossiles dont nous disposons. Leur interprétation prête à équivoque.

- L’homme est issu directement de formes aquatiques anciennes qui se sont développées, soit sur la Terre du Paléozoïque, soit encore sur une autre planète tellurique [dans cette hypothèse, Mars n'est pas un astre ''asséché depuis des milliards d'années''…].

- C’est probablement en expérimentant sur eux-mêmes que les premiers humains ont sensiblement amélioré leur aptitude physique à vivre dans un monde sec.

- Leur(s) civilisation(s) a (ont) été détruite(s) par un grand cataclysme cosmique, mais des groupes d’humains ont pu gagner l’espace, ou de grands abris souterrains pour s’y réfugier.

- A la surface du globe, d’autres hommes ont survécu malgré les difficiles conditions d’existence, mais souvent au prix de leur identité humaine.

- Ces humains “féraux” mettent en général quelques milliers ou dizaines de milliers d’années à regagner un haut niveau de civilisation. Le dernier épisode de ce type correspond au Paléolithique supérieur de nos anthropologues…

- La notion d’évolution dirigée admet l’intervention humaine dans la floraison des espèces. Ainsi, l’homme du Tertiaire a-t-il modelé l’essentiel des formes de vie actuelles.

- La période Quaternaire marquée par des impacts de météorites et de comètes n’a duré en tout et pour tout que quelques dizaines de milliers d’années. Il y eut vraisemblablement plusieurs “retours en arrière” des hommes de surface, confrontés à de rudes conditions d’existence (glaciations, grandes inondations).

- Quant à ceux qui préservèrent leur haute technicité, on les retrouve tout au long de notre histoire sous les traits de visiteurs célestes, plus récemment sous ceux d’extraterrestres. Le phénomène OVNI et beaucoup de manifestations fortéennes peuvent leur être imputés.

François de Sarre, Zoologue

http://contre-la-pensee-unique.org/blog/2012/01/04/theorie-bipedie-initiale-francois-de-sarre/


Dernière édition par douceur le Mer 24 Oct 2012, 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Annunakis - Amphibie - Cétacés - Dogons   Dim 15 Avr 2012, 23:17

Citation :
Les Annunakis - quoi qu’en ont dit des auteurs tels Anton Parks - sont des êtres antropomorphes du mot grec ἄνθρωπος (ánthrōpos), « humain" et de μορφή (morphē), « forme » ou « apparence » à l’origine (avant hybridation j’entends): mi-hommes, mi-mammifères marins.

En fait, ce sont exactement des « dauphins hominidés » avec un cerveau développé et une marche bipède. !
Saviez-vous que pour les anthropologues, les ancêtres des cétacés sont des mammifères terrestres proches des artiodactyles (mammifères à sabots – ongulés – à nombre pair de doigts) ?
Voir à ce sujet : http://www.larousse.fr/encyclopedie/vie-sauvage/dauphin/178157

Saviez-vous que les squelettes de l'homme et de la baleine sont quasi identique ?
Pour ceux qui ont des doutes, voici le rapport entre la palette natatoire de la baleine et notre bras. (Ces rapports squelettiques se retrouvent dans tout notre corps - poumons, vertèbres, etc. - et donc pas seulement au niveau illustré ci-dessous !) :


Citation :
Il y a quelques dizaines de millions d’années, certains mammifères terrestres sont partis à la conquête des océans. Ils se sont modifiés, transformés et sont devenus les mammifères marins actuels aux histoires évolutives variées.

L’histoire la plus exceptionnelle, celle des cétacés

Les cétacés, dauphins et baleines, avaient pour ancêtre un animal marcheur et coureur il y a 50 millions d’années. Des transformations spectaculaires ont eu lieu au cours des 12 millions d’années suivantes : allongement de la tête, migration des narines sur le sommet du crâne pour respirer à la surface tout en maintenant la tête sous l’eau, disparition des membres postérieurs, transformation des pattes avant en palettes natatoires, disparition du poil remplacé par une couche de graisse, développement de la nageoire caudale…

http://www.oceanopolis.com/Espaces-Thematiques/Expo-Mammiferes-marins/L-exposition

Et "si" c'était le contraire qui s'était produit (????)
(= question non spéculative de ma part puisque, pour moi, nous venons Tous de l'Eau (= la Source) cf. Intégration foetale consciente dans : http://antahkarana.forumzen.com/t746p105-legende-personnelle)


Pour rappel, je remets ici un extrait du mythe de la Création des Dogons (du Mali) : http://antahkarana.forumzen.com/t18p75-les-dieux-et-les-deesses

Citation :
DIEU D’EAU

NB: Chez les dogons, le Dieu d'EAU est un Couple Gémellaire représentant l’union parfaite, l’unité idéale.

Entretiens avec Ogotemmêli, 1948
par Marcel GRIAULE (1898-1956)

L’eau, semence divine, pénétra donc au sein de la terre et la génération poursuivit le cycle régulier de la gémelliparité. Deux êtres se modelèrent.

— Dieu les a créés comme de l’eau. Ils étaient de couleur verte, en forme de personne et de serpent. De la tête aux reins ils étaient humains ; le bas était serpent.


Les yeux rouges étaient rendus comme ceux des hommes et leur langue fourchue comme celle des reptiles. Les bras, souples, n’avaient pas d’articulations. Tout leur corps était vert et lisse, glissant comme une surface d’eau, garni de poils courts et verts, annonce des végétations et germinations.
Ces génies, dits Nommo, étaient donc deux produits (p.17) homogènes de Dieu, d’essence divine comme lui, conçus sans aventures et développés selon les normes dans la matrice terrestre.

La tradition des Dogons, que nous raconte le prêtre OGOTEMMELI, dit aussi que leurs ancêtres étaient des amphibiens et c'est pour cela qu' ils célèbrent l'anniversaire de leur arrivée sur Terre sous le nom de "jour du Poisson" et cela fait encore penser à la tradition Sumérienne qui nous parle d' OANNES l'homme poisson qui apparut à plusieurs reprises sur les plages du Golfe Persique pour civiliser et éduquer les hommes. Le NOMMO était rouge comme le feu quand il atterri au Nord-est du pays, dans un tourbillon de poussière, puis il fut traîné dans une dépression remplie d'eau et il put ainsi flotter. Puis les astronautes amphibiens sortirent de la capsule. D'ailleurs l'eau joue un grand rôle chez les Dogons qui considèrent que l'eau douce est de nature masculine et l'eau de mer de nature féminine que cette eau est la force vitale de la terre, force qui se trouve même à l'intérieur de la pierre car l' humidité est partout.

NOMMO, qui désigne aussi le Commandant du vaisseau, est descendu sur la terre, porteur de fibres végétales tirées des plantes qui poussaient déjà dans les "champs du Ciel" et après avoir créé la Terre, les plantes et les animaux, il créa le premier couple humain, qui engendra par la suite, les huit grands ancêtres de l'Humanité. Sa tâche terminée, NOMMO regagna le Ciel.

Ceci se rapproche, on le voit , de beaucoup d'histoires connues, et on découvre bien ici, que les Dogons savent qu'il existe des Terres cultivées ailleurs, dans le ciel, alors qu'il n'y a pas bien longtemps en 1772 certains savants dont le grand chimiste Lavoisier, pensaient que les météorites ne pouvaient tomber du ciel car d'après eux, "il n'y avait pas de pierres dans le ciel". Mais ce sont les révélations sur l'eau, que nous raconte ce prêtre dogon, qui sont encore plus surprenantes, quand on sait que la science actuelle n'a que récemment découvert la possibilité d'obtenir de l'eau à partir de la roche du sol, en voulant optimiser les possibilités de survie des hommes qui pourraient séjourner sur la Lune pour de longues périodes et cela extrayant de ces pierres lunaires, à l'aide de procédés très pointus et onéreux, l' hydrogène et l' oxygène à l'origine de la molécule d'eau.

Les connaissances cosmiques, extraordinaires, des Dogons, nous interpellent, dès maintenant, et on se demandera longtemps encore, comment ils ont pu connaître tout cela, sans microscope ni télescope, et sans appliquer les mathématiques supérieures qui nous ont été nécessaires pour progresser. Et on peut, si tout cela est vrai, alors émettre l'hypothèse que le passé de notre planète serait bien plus fabuleux et révélateur que celui que l'on nous a jusqu'alors, si modestement présenté.

http://www.envol-spiritualite.com/t214-les-dogons-mali-afrique

Citation :
amphibie (adj.)
1.qu'on peut utiliser sur terre ou dans l'eau (ex. véhicule amphibie).
2.(biologie)capable de vivre dans l'air et dans l'eau.

amphibie
1.(Cismef) Qui peut vivre dans l'air et dans l'eau.
amphibie (n.)
1.vertébré tétrapode à peau nue, généralement ovipare (Classe comprenant les anoures (grenouilles, crapauds), les urodèles (tritons, salamandres) et les cécilies).
synonymes

amphibie (n.)
amphibiens, batracien, amphibien (zoologie)
amphibie (nominal)
ambigu, ambivalent, aquatique, bivalent, double, hybride

Citation :
L'Hippopotame amphibie (Hippopotamus amphibius) ! Ce "cheval du fleuve" (traduction de Hippopotamus) est l'une des deux seules espèces de la famille, l'autre étant l'Hippo nain. C'est le plus lourd artiodactyle encore vivant (donc plus lourd que la girafe, bien que beaucoup plus court...). Il ressemble à un porc mais en réalité ses plus proches cousins actuels sont les baleines et les belougas ! Son nom 'amphibien' est explicite : il est semi-aquatique, passant toute sa journée à dormir dans l'eau, laissant sortir le dos et la gueule, voire seulement les narines. La nuit en revanche, il sort sur la terre ferme pour se nourrir de plantes et d'herbe

http://davidetvero2b.free.fr/Voyagesetnature/mammifereshippopotamidae.htm#hippopotameamphibie



Dieu Abgal = Dauphin (homme amphibien) ou poisson (????)


Dernière édition par douceur le Mer 24 Oct 2012, 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Prophéties de Benjamin Solari Parravicini   Mar 08 Mai 2012, 21:38

Bonsoir à tous,

Les prophéties de nombreux personnages (connus, moins connus) sont souvent très ambigues, et peuvent s'adapter à n'importe quel(s) événement(s). Il existe pourtant, des prédictions, celles d’un peintre et sculpteur argentin de renommée internationale (**) qui sortent de ce lot.

En effet, Benjamin Solari Parravicini (né á Buenos Aires, le 8 août 1898 et mort, le 13 Décembre 1974) dénommé le « Nostradamus argentin » est un homme dont les psychographies prémonitoires, réalisées tout au long de sa vie, plus particulièrement entre 1936 et 1972, étaient bien plus précises (à quelques exceptions près), et possédaient même des dates d'achèvement (1966, 2002, etc.). Ce qui les rendaient/rendent plus facile à réfuter.


(** Le roi des belges, Albert 1er, acheta, á l’époque, l’une de ses toiles.)
Dans son livre « Benjamin Parravicini Solari: le Nostradamus d'Amérique », l’ufologue Fabio Zerpa rapporte que l'artiste lui a dit avoir été enlevé par un vaisseau spatial extraterrestre lorsqu’il fut approché par deux personnes aux yeux blanchâtres, des grands avec de longs cheveux blonds, extrêmement beaux et ce, alors qu'il était assis sur un banc sur le trottoir de l’avenue Nueve de Julio (dans le centre de Buenos Aires). Une énorme lumière les enveloppa jusqu'au transport à une pièce circulaire avec des panneaux lumineux et un tube central dans lequel les individus se déplacaient. L'un d'eux est venu et lui a dit par télépathie : « Vous prêchez l'amour. L’Univers, c'est l'harmonie. Nous observons. ». Son comportement est agressif. « Nous avons de nombreux élus. Nous nous reverrons. ». Il ne revint au même banc que plus de trois heures plus tard, à 18h40.
http://www.amazon.fr/Benjamin-Solari-Parravicini-Predicciones-Experiencias/dp/9507541047/ref=sr_1_5?s=english-books&ie=UTF8&qid=1334185063&sr=1-5


Il semble que ce soit suite à cette abduction que Parravicini realise, comme « demandé par son ange gardien » nommé Joseph d'Aragon et d'autres personnalités désincarnées, plus d'un millier de dessins prophétiques.

Voici les archives de ces psychographies :
https://picasaweb.google.com/116170980388914938001/ProfeciasYDibujosProfeticos

Et en image, celles mentionnant plus particuliérement les OVNI et extraterrestres :

- Apparaîtront, volant, de hautes sphères de lumières, apportant des êtres étranger d'autres planètes. Oui, ils sont venus peupler la terre diront-ils, et ils diront bien. Oui ! Ils seront ceux qu'on a appelé des anges dans l'Ancien Testament, ou la voix de Jéhovah, et à nouveau on les verra et on les verra et les écoutera. (1938) :


- Les mers seront envahies par des êtres venus d'autres mondes qui arrivent dans leurs navires amphibies. Ils transporteront à Ganymède et à son jumeau Europe des algues, là-bas il y a besoin de la nourriture, ils manquent de grandes mers. Ils arriveront. (Ganymède et Europe sont des satellites naturels de Jupiter). (1938) :


- Ils se déplacent sur la terre des engins spaciaux interplanétaires invisibles á l'oeil humain. Ces êtres invisibles à l'œil sur notre planète vivent toujours et demeurent dans les temples et les monastères, car ce sont des mystiques qui tentent d'imposer la foi. (1939) :


- Les dernières nouvelles annoncent l'arrivée de la masse invisible. (1939) :


- Avant les visites constantes des navires extraterrestres, la science niera, puis hésitera/doutera et finalement dira : Vérité ! C'est la vérité ! Et notre sagesse est restée en arrière. Il y a des siècles qu'ils nous surveillent et observent ! (1940) :


- Le vaisseau spatial amphibie montrera l'existence de canaux habitables à l'intérieur de la Terre. Il se plongera dans le Pôle Sud et apparaîtra dans le Pôle Nord, en un instant ! (1960) :


- Le temps de la grande tribulation est venu (1938) :


- La théorie de Darwin s’arrêtera d’être parce qu'ils savent que l'homme descend des planètes. (non daté)


Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Croire aux reptiliens pour se sentir unique????   Lun 23 Avr 2018, 08:34

Théorie du complot : Croire aux reptiliens pour se sentir unique (????)

Pourquoi les gens adhèrent-ils aux théories du complot ? La nécessité de donner un sens à leur vie, c’est possible, mais il y a aussi le fait de se sentir unique qu’on peut résumer par : Je sais des choses que la masse lobotomisée ignore.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Publié par : Jacqueline Charpentier a écrit:
l‘Internet est plein de rumeurs les plus folles. Les événements apparemment accidentels ne sont pas accidentels. Quelques personnes puissantes ourdissent des complots pour obtenir certains résultats, généralement dans le but de tirer profit. Comme l’a noté Karl Popper dans Conjectures and Refutations (1963), certaines personnes ont tendance à attribuer quelque chose qu’ils n’aiment pas à la conception intentionnelle de quelques autres influents. Même si les théories du complot existent depuis longtemps, Internet a accéléré leur circulation (comme la circulation de toutes les informations). Qui croit aux conspirations et qu’est-ce que ces gens ont en commun ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


revisiter ce sujet partagé plusieurs fois sur ce forum:

Qui a écrit le Programme Reptilien?

L'origine du script Annunaki

John Lamb Lash - 27 mars 2005
Revision le 16 octobre 2010. Andalousie


Une édition de “Collectors” intitulée “Secrets of Da Vinci Code”, et publiée par US News et World Report, présente un bref interview de James Robinson, l’éditeur général des Codex de Nag Hammadi. En réaction à la référence de Dan Brown aux textes et parchemins de Nag Hammadi, Robinson souligne que “ce sont des codex - des livres avec des pages individuelles. Ce sont, en fait, les exemplaires les plus anciens que nous possédions d’ouvrages avec des reliures en cuir”.

Les Codex de Nag Hammadi, quelle que soit la signification que l’on attribue à leur contenu (et nous ne faisons que commencer à appréhender ce qu’elle pourrait être) sont, en effet, de rares artefacts originaux et les plus anciens ouvrages reliés qui aient survécu sur la planète. Une lecture attentive de ces traités ésotériques met en valeur que les Gnostiques, tels qu’étaient appelés les instructeurs et instructrices des anciens Mystères, s’intéressaient vivement à l’intrusion extra-terrestre dans les affaires humaines. Les entités, qu’ils appelaient les Archontes, semblent être identiques aux ET de l’ufologie moderne. Les deux types, que sont les Reptiliens et les Gris, sont explicitement décrits dans les codex: à savoir un type reptilien ou "draconique" et un type foetal, suggéré par l'image d'un foetus né prématurément. Les premiers sont les Seigneurs, les seconds sont des drones robotiques serviles qui obéissent à une mentalité de ruche. Les Codex ne contiennent pas de descriptions physiques graphiques de ces envahisseurs extra-terrestres mais ils présentent d'amples informations permettant de dresser des comparaisons avec les deux types d'ET qui sont le plus communément évoqués de nos jours.


Profil Extra-terrestre

C'est quasiment un cinquième de la matière intelligible des Codex de Nag Hammadi qui concerne l'origine, les stratégies et les motivations des Archontes qui sont également appelés "autorités, gouverneurs". Leur nom dérive d'arche-, ce qui signifie "les premiers, ceux des origines" parce que, selon la cosmologie Gnostique, ils émergèrent durant une phase antérieure du système solaire, avant la formation de la Terre. Ces entités bizarres peuvent être considérées comme une espèce de cyborg, à l'aspect de grosses sauterelles, dotées de corps à base de silice dont la constitution ne leur permet que de brèves incursions dans l'atmosphère terrestre riche en oxygène. Ils demeurent dans la totalité du système solaire, voyageant parmi les planètes dans des vaisseaux spatiaux de confection extra-terrestre. Les textes Gnostiques suggèrent qu'on puisse les comparer à des ingénieurs en charge du mécanisme d'horloge inanimé du système solaire. Une partie, mais une partie seulement, des observations d'OVNIs et des abductions peut leur être attribuée.

Bien que les Archontes existent assurément sur le plan physique, le danger réel qu'ils posent à l'humanité n'est pas tant l'invasion de la planète que l'invasion du mental humain. Ce sont des parasites mentaux intra-psychiques qui interfèrent avec la conscience humaine par l'entremise de la télépathie et de la simulation. Ils contaminent notre imagination et ils ont recours au pouvoir de l'illusion pour induire la tromperie et la confusion. Ils agissent pour le plaisir pur de la duperie, sans finalités ou objectifs particuliers. Ils sont robotiques en essence, incapables de pensée ou de choix indépendants et ils ne possèdent aucun programme particulier si ce n'est celui de vivre par procuration parmi les êtres humains. Bizarrement, ils sont enclins à se targuer d'influences sur les humains qu'ils n'exercent pas vraiment. Ils sont incapables, par exemple, d'interférer avec les génétiques humaines mais il leur arrive de le prétendre de telle sorte que les humains se laissent prendre à l'illusion de tels agissements comme si des événements mis en scène étaient considérés comme réels. A cet égard, les Archontes sont les illusionnistes les plus experts. La tromperie est telle que si les humains se laissent piéger par l'illusion d'une puissance supra-humaine, elle acquiert une réalité: c'est un mirage d'auto-réalisation. Cela constitue l'essence de l'intrusion archontique.

Dans la perspective cosmique, les Archontes représentent un aspect dynamique du scénario évolutif de l'humanité au travers duquel le potentiel humain est testé. La conception Gnostique de leur rôle correspond parfaitement à celle des "planeurs" dans le dernier ouvrage de Castaneda (Le Voyage Définitif). Castaneda affirme que les planeurs constituent "le moyen au travers duquel l'univers nous teste". Il existe de nombreux parallèles proches entre Castaneda et les enseignements Gnostiques.

Ce profil des Archontes ne relève en rien de la spéculation. Il découle de ce qui peut être puisé dans les écrits Gnostiques. Ainsi, les Codex de Nag Hammadi décrivent comment les Archontes tentèrent de violer Eve - très clairement une interprétation mythologique d'intervention génétique. De tels passages semblent valider les assertions d'hybridation extra-terrestre si largement commentées de nos jours. Mais, selon les récits Gnostiques, les envahisseurs ET n'arrivèrent pas à leurs fins dans cet acte d'intervention interspécifique: ils le tentèrent mais ils échouèrent.

La notion selon laquelle les Archontes représentent un test pour l'humanité - explicitement affirmée par Castaneda si l'on accepte la corrélation archontes/planeurs - peut également se retrouver dans certains textes des Codex de Nag Hammadi, et plus particulièrement l'Apocryphe de Jean. Ce texte suggère que l'Eon Sophia, l'intelligence cosmique de la Terre, implique l'espèce archontique et utilise leur influence déviante et pernicieuse pour une telle finalité. Le récit décrivant comment le seigneur des autorités "commit un adultère avec Sagesse (Sophia)" et comment il lie l'humanité "à une chaîne de compulsion aveugle (hiemarmene)" est époustouflant, c'est le moins que l'on puisse dire (NCH ii, 1: 28.16). Trier et clarifier ce que la narration Sophianique pourrait nous enseigner, en ce qui concerne le test des Archontes, constitue un énorme défi pour notre compréhension du message Gnostique et pour la manière dont il pourrait profiter à l'humanité de nos jours.

suite et source

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les reptiliens de la terre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les reptiliens de la terre
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les Anunnakis, ceux qui du ciel descendirent sur Terre
» Les annunakis: ceux qui descendaient du ciel sur la Terre, qui sont-ils?
» Le Christ est venu résoudre sur terre un problème de nature énergétique
» L'énigme de l'hélium 3 : une clé pour comprendre la Terre !
» Connaître sa mission sur terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: ...dans l'air du temps... :: Les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés, les NDE initiation et conscience, La route du Temps, La Merkabah ...-
Sauter vers: