ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Evolution intérieure et mutation actuelle des consciences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
delz

avatar

Masculin
Lion Tigre
Nombre de messages : 55
Date de naissance : 08/08/1986
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Evolution intérieure et mutation actuelle des consciences   Dim 20 Avr 2008, 16:51

Voilà une
présentation que j'ai faite dans le cadre d'une semaine "Un autre monde
est possible". C'est en fait l'état actuel de mes synthèses sur
l'évolution de la conscience. Vous retrouverez evidemment des choses qui
"trainent" de ci de là sur les forums spirituels, nottament celui-ci,
plus mes touches personnelles. N'hésitez pas à donner votre avis, bon ou
mauvais, je suis ouvert au dialogue.

Bien à vous,

Delz




Evolution intérieure et
mutation actuelle des consciences :

Pour commencer cette présentation, je vais revenir sur un point sur lequel je m’étais fort étalé lors de mes deux dernières présentations à savoir la primauté du changement intérieur pour
changer le monde extérieur. Ce constat part de faits concrets : depuis des
siècles et des siècles, l’homme est en guerre, débordant de conquête,
d’ambition et de valeur égotiques fortes. Les différents systèmes mis en place, qu’ils soient politiques ou sociaux n’ont pu enrayer cela. Résultat, on se
retrouve au XXI siècle dans un monde toujours aussi violent, toujours aussi
empreint à la domination. La raison en est simple : si l’homme a progressé
au niveau scientifique et autre, il est resté le même dans ses conditionnements
psychologiques.

Comment un homme remplis de colère, de frustration, de peurs, de désordres internes en
tout genre pourrait-il créer cet « autre monde possible » dont il est
question cette semaine ? Si l’homme ne change pas de l’intérieur, les schémas
que l’ont connaît depuis plus de 2000 ans sont condamnés à se répéter
indéfiniment. La première clé pour la création d’un meilleur monde pour demain
est donc là : dans une révolution intérieure, dans un accroissement de
notre niveau de conscience et dans la résolution de nos conflits internes.

Dans mes deux dernières présentations, je m’étais surtout focalisé sur l’éveil en tant que tel, considéré comme une dissolution de l’ego ou en tout cas comme une purification extrême de
celui-ci. J’en avais définis le caractère a-causal c’est à dire non provoquable
consciemment. Je reste en accord avec cette vision. Il n’empêche que si l’éveil
en tant que tel est bien a-causal, l’évolution de la conscience jusqu’à lui ne
l’est pas totalement. Il est de plus, avec le recul, plus intéressant de décrire comment la conscience se développe,
évolue, ce qui est commun à la majorité des humains que de décrire un passage,
un évènement qui n’arrive au fond qu’à une poignée d’homme sur la Terre.

C’est donc à cela que je vais m’atteler maintenant, en définissant premièrement
l’évolution de la conscience comme avant tout un vaste travail de guérison. En
effet, la conscience, qui à son début est embourbée dans des peurs, angoisses
et dans des conflits internes en général, va devoir les transmuter pour
atteindre la paix. Elle va devoir réintégrer et guérir tout les blocages,
toutes les peurs, toutes les souffrances
et blessures qu’elle a emmagasinée à travers un véritable travail alchimique.

Pour que ce travail de guérison se passe mieux, l’être va pour cela devoir commencer
à s’aimer. Il ne s’agit pas ici de tomber dans une certaine forme de
narcissisme, mais bien de savoir ce que l’on est. Lorsque l’être ne s’aime pas
et se dévalorise constamment, la conscience reste bloquée dans des schémas de
culpabilité, de dévalorisation personnelle, de peur de jugements sur sa
personne, de peur de ne pas être à la hauteur, n’arrive pas à être
authentique,… Par contre, si la personne commence à s’aimer, au contraire, de
nouvelles possibilités s’offre à elle : elle n’a plus besoin de prouver ce
qu’elle vaut au autres, de se justifier constamment, elle quitte les schémas de
peur et la culpabilité diminue. Elle peut commencer à être authentique, à être
véritablement elle-même. C’est véritablement une base pour l’évolution de la
conscience et pour la guérison de notre être. Ce travail est évidemment rendu
difficile par moult facteurs dont notre société basée sur la compétition et sur
la concurrence. Il faut en effet tout le temps être à la hauteur, prouver qui
on est, ce qu’on vaut,…Très lourd à porter puisque ce genre de système
développe de nombreuses peusr (ne pas être à la hauteur justement, rater sa
vie,…) et fait porter à l’individu qui ne rentre pas dans la norme un poids de
culpabilité qui est parfois considérable.

Je ne peux aussi ici que mettre en avant les dégâts et le poids très lourd inscrit
dans l’inconscient collectif par la religion. Même pour les athées c’est un
poids vraiment non négligeable. Le péché originel, comme si l’homme avait
quelque chose à racheter, la définition dans le christianisme de Jésus (Je
Suis) comme unique fils de Dieu, crucifié sur la croix pour les pauvres
pêcheurs que nous sommes,… C’est, à mon sens, très grave. C’est du vol de
potentiel christique, c’est rajouter un poids de culpabilité sur la conscience
humaine, c’est crucifier un avatar et nous en rendre responsable. La religion,
malgré qu’elle ai pu ouvrir des pistes à certaines personnes a ainsi servit la
plupart du temps comme outil de dévalorisation personnelle. Je tenais à le
signaler.

Si la clé est donc de s’aimer soi-même, il va donc falloir voir comment c’est
possible vu que ce travail est rendu difficile pour les raisons sus-nommées. Je
pense qu’il existe plusieurs voies. Reste que je vais développer la mienne, qui
est celle qui me parle le plus évidemment. C’est celle de la Compassion envers
nous-mêmes.

Car l’existence n’est pas facile et notre courage, en tant qu’Humain, nous honore.
Que ce soit pour celui qui meurt de faim en Afrique, pour un nihiliste ou pour
un citoyen lambda. A celui qui me dirais que je n’ai pas le droit de geindre un
minimum, moi occidental en pantoufles, je lui dirai une chose : Je
t’emmerde. C’est ne pas savoir que la conscience est capable d’entrer dans des
souffrances sans précédent, pouvant mener au suicide. Ceux qui ont déjà vécus
des crises de la conscience, notamment nihilistes, ne me contrediront pas je
pense. Quand au citoyen lambda, qui n’a pas la chance de sortir de l’hypnotisme
collectif, ces crises ne sont peut-être pas aussi profondes, il n’empêche qu’en
plein drame humain, remplis de colère, de tristesses et de peurs, sa souffrance
reste bien là. Et son courage d’assumer cette existence difficile, bien là
aussi. Car comme disait mon ami Jérôme en rentrant une fois de guindaille
« Chacun fait ce qu’il peut ». Je le pense aussi.

Cette vision du poids de notre fardeau et de
notre courage à assumer l’existence peut à mon sens déboucher sur une véritable
compassion envers nous-mêmes, à un véritable respect de notre être. La culpabilité peut alors se
faire moins forte car l’on comprend que l’on fait de notre mieux et la
dévalorisation personnelle peut commencer à s’affaiblir. Ainsi peut-on alors
commencer à s’aimer. Soi-même, et autrui.

Et autrui, car si l’on a vu le fardeau que l’on porte, on peut comprendre que les autres portent
eux aussi leurs fardeaux. L’existence n’est pas des plus aisée pour moi, pour
eux non plus alors. C’est donc une porte d’entrée non seulement pour la
Compassion envers soi, mais envers l’autre aussi. Ainsi peut naître le Respect
de l’autre, valeur à mon sens
fondamentale. Une égalité, une équivalence entre les êtres commencent à
apparaître. On est tous dans le même bateau et chaque être mérite le respect.
De cette vision peut aussi naître la volonté de ne plus alourdir le fardeau des
autres. Le fardeau de chacun étant déjà assez lourd à porter, pourquoi lui
rajouter un poids supplémentaire ? « Ne fais pas à autrui ce que tu
n’aimerais pas qu’on te fasse » disait le Christ. Et il avait sûrement
raison.

Dans cette existence qui n’est pas des plus facile donc, il y a heureusement des
aides, un de mes thème fétiches : les soutiens existentiels. L’amour et
l’aide mutuelle que se porte un couple en est sûrement un bel exemple. Je suis
aussi d’accord avec Jérôme, l’amitié est un colmatage authentique et beau. Des
autres formes de soutiens sont aussi présentes, même si ce ne sont que des
aides temporaires. Dans tout les cas, à mon sens, chérissons ces personnes qui
nous permettent de garder le cap et le sourire dans le tourbillon de
l’existence. La perte de soutien existentiel a elle aussi son intérêt je pense.
L’être n’a en effet alors plus que lui-même pour se soutenir dans l’existence
et peut par là même renforcer sa puissance personnelle et son autonomie
spirituelle.


Dernière édition par delz le Dim 20 Avr 2008, 17:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
delz

avatar

Masculin
Lion Tigre
Nombre de messages : 55
Date de naissance : 08/08/1986
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: Evolution intérieure et mutation actuelle des consciences   Dim 20 Avr 2008, 16:55

Soutiens existentiels essentiels car lorsque la conscience progresse, elle peut entrer
en crise. En effet, le mental et l’émotionnel devant se purger des
refoulements, ils rencontrent parfois des sortes de nœuds, traumas, difficile à
évacuer. La conscience peut alors souffrir et le corps aussi. Des tristesses à
l’origine mal définies peuvent surgir, des sortes de mélancolies anachroniques
qui viennent du fait que d’anciennes mémoires sont traitées. Des crises
d’insomnie se présentent aussi presque inévitablement. Je tiens à préciser ceci
car l’on pourrait penser que parce que parfois le mental entre en totale
confusion ou parce que surgissent des réactions qui ne parassent pas êtres de
nous (colères,…), on aurait tendance à croire que l’on n’évolue pas, que la
conscience stagne, pire, régresse. Cela me semble faux et vient du fait que les
nettoyages sont cycliques et touchent tout les différents aspects de l’être.
Pas de repos en fait jusqu’à la libération totale et l’éveil dont j’ai parlé au
début de ma présentation.

Malgré ce tableau qui paraît un peu noir, il est pourtant évident que lorsque la
conscience progresse, globalement et malgré les crises, une certaine sorte de
stabilité naît, voire une certaine paix. La conscience qui progresse peut vivre
la vie plus légèrement, moins ancrée dans les peurs, stress et rouages de la
vie quotidienne contemporaine. Et elle peux mieux se relier au choses, aux
êtres. Une communion, une authentique relation peut alors se mettre en place
avec les différents règnes. L’humain bien sur mais pas seulement.

Encore quelques risques dont je dois parler. Premièrement, le manque d’ancrage.
Lorsque la conscience progresse en ne développant que son coté spirituel, elle
a tendance parfois à se faire une bulle, à ne vivre que le coté spirituel de
l’existence, la tête uniquement dans les étoiles. Cela se concrétise par une
non prise en compte du coté matériel de l’existence, par un délaissement total
de celui-ci. C’est une erreur car le but est avant tout de spiritualiser la
matière. Cela peut se présenter aussi sous la forme d’un mépris du corps, qui
n’est alors vu que comme un réceptacle et non une partie intégrante de l’être.
La solution ? Revenir à des activités pratiques et concrètes. Jardinage,
sports, vaisselle, tout ce que vous voulez.

Dernier risque, le plus grave : l’ego spirituel. Des clés étant données, l’être
humain peut alors parfois devenir prétentieux, dogmatique envers ses idées,
intolérant envers celles des autres. C’est pourquoi, à mon sens, beaucoup de
gens dits « spirituels » sont insupportables (cas classique du
gourou). Une seule solution, avoir des balises sévères. Garder sur le chemin de
la conscience et de la connaissance une humilité constante, et une vision
égalitaire des êtres. Ne pas croire que l’on sait tout, ce qui serait
sous-estimer la Vie, mais rester humble. Plus facile à dire qu’à faire
évidemment.

Ce chemin de la conscience me parait important car l’hypnotisme collectif dans
lequel l’on veut nous maintenir est dangereux. Si l’on ne vit sa vie que sur des
rails, presque comme un mouton je dirais, l’on fait en grande partie le jeu de
salopards qui n’attendent qu’une chose : que l’on reste dans l’ignorance.
C’est pourquoi même si certains auteurs peuvent être critiqués (Eckhart Tolle, Krishnamurti), ils
restent importants car ce sont des « bombes » pour le mental
classique, spéculatif et redondant. L’être peut se réveiller de sa léthargie et
prendre le chemin.

Une fois que ce chemin est pris l’on peut alors sortir, au début pas longtemps,
puis de plus en plus, du caractère conditionné et redondant de notre mental.
L’on peut commencer à être à l’écoute. De nos pensées, sentiments. Les blocages
et refoulements peuvent alors se présenter et être réintégrés par la
conscience. La culpabilité, la colère, la tristesse s’atténuent et peuvent
laisser place, doucement, à une paix et à une légèreté décrite plus haute. Les
conflits intérieurs peuvent s’éteindrent. L’on peut commencer à se mettre à la
périphérie du drame humain (et par là même le laisser s’éteindre), et en plein
cœur de la Vie, centré, pour reprendre l’expression d’Heiddegger, dans son
sanctuaire intérieur. La dualité, qui polit le diamant de la conscience,
s’atténue, même si elle ne disparaîtra qu’à la toute fin lors de la dissolution
de l’ego. Elle laisse place à une unité, qui est en fait notre vrai substrat,
en dépit de l’apparente diversité des choses et des êtres.

Pour finir, un extrait de Marcaz :

Une image parlante du monde est la chenille et le papillon, très parlant pour ce
qui est du processus alchimique.

« Ce n'est pas du tout la même perception
lorsqu'on est une chenille ou un papillon.
Il y a beaucoup de chenilles dans le monde, inconscientes
de leur potentiel, de leur relation intime avec le Tout.
Beaucoup de chenilles, pas toutes, trop inconscientes de la
véritable magie de la Vie, sont donc nuisibles de fait à leur environnement.
Certaines chenilles considèrent souvent avec arrogance et
suffisance, crispation sur des positions cristallisées que la seule façon de
considérer le Monde est bien évidemment leur perception limitée.
Le monde actuel est dirigée par des chenilles, avec des
repères culturels, au sens large, de chenilles. Les papillons apparaissent
alors comme des gêneurs ou des doux-dingues et se manifeste alors beaucoup
d'incompréhension à leur égard.

Beaucoup de chenilles refusent de se transformer en
papillons, où elles pourraient alors goûter à une perception toute autre de la
vie, beaucoup plus libérée, riche et découvrir d'autres dimensions inconnues
(mais en potentiel dans la chenille, souvent réprimé ou nié par beaucoup de
chenilles).

Les papillons sont alors souvent considérés par le monde
des chenilles, avec condescendance et pitié, mais les papillons se rendent bien
compte que ce sont les chenilles qui se privent elles-mêmes de la possibilité
de se transformer et de découvrir d'autres aspects d'elles-mêmes.
Soit les chenilles nient d'emblée, n'y croient pas, que le
papillon existe, et que donc elles-mêmes peuvent se transformer en papillon ;
soit elles répriment cette possibilité de transformation par auto-dévalorisation,
bien que croyant à une autre perception que celle de la chenille.

D'autres vont constamment grogner et ronchonner, dénigrer
les papillons et l'état du monde, sans penser que c'est justement en ne se
transformant pas en papillons qu'ils ne transforment pas le monde (les
chenilles restent dans l'horizontalité : la chenille qui rampe lourdement ; au
lieu de s'élancer, léger comme un papillon, vers la verticalité tout en
assumant son horizontalité comme base évolutionnaire, donc accepter de devenir
un papillon et d'y travailler assidûment).

Sans chenille, il n'y a pas de papillon. Mais la chenille a
le papillon en elle, elle existe dans le but de se transformer en papillon. Se
refuser la possibilité de devenir un papillon, c'est un manque d'Amour et de
respect envers soi-même et le Monde.
La Vie est une véritable Alchimie, un processus constant
d'évolution et de transformation. Refuser la transformation engendre de grands
blocages pour le monde entier, comme un rouage bloqué entravant le fonctionnement
du reste.
N'ayez pas peur de vous transformer ! »


Dernière édition par delz le Dim 20 Avr 2008, 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
delz

avatar

Masculin
Lion Tigre
Nombre de messages : 55
Date de naissance : 08/08/1986
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: Evolution intérieure et mutation actuelle des consciences   Dim 20 Avr 2008, 16:56

Dans la deuxième partie de cet exposé, qui va traiter de l’évolution actuelle des consciences, je vais prendre plus de
risques que dans la première car je vais développer des positions qui sont souvent
raillées. Souvent a-priori et sans écoute attentive. Je tiens à souligner
qu’une telle attitude est à mon sens non philosophique et involutive car elle
ne permet pas au nouveau de se créer. Des attitudes du même genre on déjà été
commises par l’église envers les scientifiques de l’époque et l’on peut en voir
aujourd’hui la non-pertinence. Un jour peut-être les scientifiques qui raillent
certaines choses que je vais avancer comprendront qu’ils ont tenu la même
position que l’Eglise d’il y a 5 siècle et que le dogmatisme aveugle est une
voie sans issue. Voilà pour les précisions.

Je vais donc pour commencer parler du cycle actuel et de ses spécificités. Car le
cycle que nous sommes en train de vivre et que nous allons traverser n’est pas
anodin, loin de là et les anciennes civilisations, de tout continents le
savaient depuis longtemps. Chez les Indous, nous sommes à la fin du Kali-Yuga,
à la fin de l’âge de fer. Chez les
cathares, véritablement initiés, l’on retrouve cette phrase clé prononcé par le
dernier cathare en 1309 : « Il ne reste que 700 ans avant que le
laurier ne fleurisse ». Chez les Indiens d’Amérique, les décennies
actuelles sont un passage capital, celui du 4ème au 5ème
monde. Dans le calendrier Maya, très précis et exhaustif, la période actuelle
est cruciale, elle signale même la fin de leur calendrier, même si la date de
2012 est plus une balise qu’autre chose. Pour avoir longuement étudié le
calendrier en question, je peux vous assurer de leur maîtrise parfaite des
cycles. Il est effarant de voir à quel point les dates des découvertes
scientifiques comme le Big-Bang ou l’évolution humaine sont connues par eux
depuis des millénaires.

Au final, il est surtout effarant st évidemment très difficile à admettre pour
notre cerveau rationnel que des civilisations n’ayant logiquement aucun moyen
de communication entre elles, puisque existante à des endroits et périodes
différentes puissent tous définir la
période actuelle et les décennies qui arrivent comme capitales. Laissons au
moins ouvert la porte que ces peuples avaient des facultés et des moyens d’investigations qui n’étaient pas les
nôtres.

Dans un autre domaine, et sans tomber dans le new-âge mièvre, tout les maîtres Reiki
actuel vont le diront, les énergies sont de plus en plus intense depuis
quelques années. Pour déjà les ressentir à un certain niveau, je ne doute pas
que ceux qui ont travaillés longuement ce type de perception puisse affirmer
cela. Et je ne me permet pas de dire cela aveuglement. Ayant rencontré quelque
uns d’entre eux, je peux vous avouer que ce ne sont pas des rigolos. Cœur
véritablement ouvert et dons vérifiés par moi-même au programme.

D’une manière générale, en regardant en moi et autour de moi, je ne peux qu’attester
de la mutation des consciences en court. Et je ne parle pas ici que de
spiritualité, loin de là. Je parle ici de crises faisant interroger l’être sur
le sens de la vie, d’ouvertures du cœur réelles, de sortie de l’hypnotisme
collectif chez des gens pour qui cela semblait impossible, de transmutation de
vielles valeurs en valeur plus humaniste. Je vous invite à vous faire votre
propre idée en regardant en vous même, bien que ce soit difficile pour des
raisons d’objectivité et de manque de repères.

Il n’y a pas que des allumés qui pensent comme moi, au vu du dernier chapitre du
livre de Marc Luyckx :

« Les
valeurs de la société de la connaissance sont en train de gagner du terrain
partout, avec une rapidité et une intensité assez incroyable. Et dans un
silence parfait. Mais elles sont minoritaires partout et donc invisibles.
Peut-être peut-on présenter les statistiques autrement et dire que 20% de
chacun est en train de muter et de changer de
valeur en silence tandis que 80% de chacun de nous est encore ancré dans
les vielles valeurs industrielles modernes et rationnelles. Le changement
fermente au plus profond de chacun d’entre nous. De toute façon le changement
est bien là. Les valeurs bougent. Mais ce n’est pas encore très visible. »

Je suis tout à fait d’accord avec Marc même si j’irai encore plus loin en disant
que l’humanité dans sa globalité est entrain de changer de niveau de
conscience. Néanmoins, il a raison, cette mutation est encore trop peu
importante pour créer autre chose qu’un changement de valeur chez 20% des gens.

Alors, pourquoi malgré cette mutation, le monde ne nous paraît pas entrain de
changer ? Je nuancerais néanmoins en disant que certaines choses font
plaisir et sont perceptibles : Qui aurait pu imaginer qu’un noir soit en
tête d’une élection présidentielle aux Etas-Unis? Néanmoins, ne nous
leurrons pas, les effets réels ne sont pas encore très important. Pourquoi
alors ? Premièrement, le fait que les années qui viennent de s’écouler ne
sont que des prémices à un réveil global. Nous ne sommes qu’à la période de
réveil, et non d’éveil. La part d’ombre est encore bien présente en chacun.
Deuxièmement, et c’est surtout là que le problème se pose, le système semble
profiter d’une certaine inertie. Un changement radical dans la société passe
avant tout par un changement des structures, hors celles-ci sont fortement
ancrées et il est très difficile de s’en défaire. Des fissures se créent, j’y
reviendrai, mais nous n’en sommes pas encore à l’effondrement du système
capitaliste.

D’une manière générale, les moyens de contrôle sont nombreux. Ce n’est pas tomber
dans une théorie du complot que de dire que les «puissants » de ce monde
ont tout intérêt à laisser le monde dans l’état actuel. Aussi ils n’ont aucun
intérêt à ce que les moutons que nous sommes se rebellent. Il font donc ce qu’il
doivent faire : nous laisser dans un état d’hypnotisme collectif et
d’endormissement de la conscience. Leurs outils sont inquantifiables :
médias, télévision, alcool et drogues (chute du niveau de conscience pouvant
mener à des actes n’étant pas du niveau standard de notre conscience), mise en
avant de l’avoir, ondes déstructurantes, etc, j’en passe et des meilleurs. Pour
toutes ces raisons, les effets ne sont pas encore visibles.

En fait, nous sommes bien à un point d’inflexion. Les choses devant continuer à s’accélérer,
un monde meilleur est à nos portes. Néanmoins, pas question d’attendre comme
des rats morts que ce monde meilleur tombe dans nos mains. Si le meilleur est à
venir, il va falloir le créer. La première chose, comme je l’ai expliqué dans
la première partie de ma présentation est la nécessité de se transformer
intérieurement et de se libérer de nos peurs, souffrances et blocages internes.
C’est la première chose pour aider le collectif, car par sa simple présence,
l’on peut commencer à offrir de l’amour à l’autre. Ce qui est capital pour
passer les crises qui s’annoncent. Car des crises s’annoncent belles et bien.
Déjà la résistance de l’inconscient collectif au changement de paradigme ne
promet pas d’être facile. Ensuite, l’effritement de la structure économique et
du système financier et bancaire international. Que ceux qui me prennent rigolo
quand je parle économie restent sur leurs positions, je suis en effet un
rigolo. Reste que les gens de qui je reçois les infos ne sont pas des rigolos,
loin de là. Et on peut s’attendre à un beau merdier (je ne parle même pas aux
USA où cela va être la déchéance). Pour ce qui est du pôle écologique, je ne
dirais rien, même si des catastrophes sont clairement à nos portes. Il convient
donc d’être solide et fortement centré pour passer ces transitions et
turbulences car elles risquent en effet d’être difficiles à vivre pour le peuple, habitué à être prix en main
et qui a développé une assuétude au système.

Une aide pour le Collectif par le changement intérieur et le développement de notre
puissance personnelle donc. Bien, mais cela ne suffit pas. Il faut en effet
être capable premièrement d’imaginer et ensuite de réaliser ce que seront les
structures du paradigme futur. Il convient déjà de soutenir ces démarches, car
elles existent, même encore à un état parcellaire. Ces initiatives, qui pensent
et qui sont entrain de créer les structures de demain se doivent donc d’être
appuyées. Que l’on pense aux éco-villages ou aux alternatives que nous
présentera Charlotte. Ce n’est sûrement qu’une première étape, c’est vrai, mais
c’est déjà ça. Il est sur qu’ensuite, de nouvelles initiatives devront se
mettre en place, comme les Oasis de lumière. Nom peut-être un peu pompeux, mais
qui met en avant le caractère reposant et ressourçant de ces lieux, qui devront
être des endroits d’apaisement pour le mental et de libération pour l’être.

Ainsi au final, la primauté reste de se transformer, encore et toujours. Unifier son
être, transmuter ses peurs et ses souffrances, élever notre niveau de
conscience. C’est le coté vertical de la démarche. Elle ne doit cependant pas
nous faire occulter le coté horizontal de notre mission, à savoir la création
de structures qui permettent nous seulement un développement des aspects
supérieurs de l’être mais aussi une vie harmonieuse entre les hommes et les
différents règnes et un rapport à la Terre retrouvé.

Pour terminer, je finis avec cette belle citation de Nagual que je remercie au
passage pour tout les changements qu’il a suscité en moi :

« Un autre monde est possible, prenons la responsabilité de le créer ensemble : cela
est un droit et non un luxe ou une voie dérivative. C’est le droit simplement
d’Etre et de vivre enfin dans un état d’amour et de joie, les pieds dans la
terre et la tête dans le ciel. C’est la possibilité de passer du vieux mental à
la libération de l’être où la séparation devient inutile »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evolution intérieure et mutation actuelle des consciences   

Revenir en haut Aller en bas
 
Evolution intérieure et mutation actuelle des consciences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» retraite de guérison intérieure
» Prière pour demander la liberté intérieure !
» Prière de louange et demande de guérison intérieure à Jésus.
» PARUTION DE TIBET VOYAGE EN TERRE INTÉRIEURE
» Saint Joseph est maître de la vie intérieure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Partages-Recherches-Eveil du Soi...-
Sauter vers: