ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 GRAAL et Initiation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Jeu 12 Juin 2008, 17:46

enluminure du beatus : la coupe




On retrouve dans la coupe l'image d'un caducée entourant le coeur.
Voici donc le Graal en l'homme : le symbole de l'unité de la tête et du coeur, reliés par la nouvelle conscience.




Un tel Gaal est à même de recevoir la force divine de reconstruction qui telle des gouttes d'or se déverse dans la coupe.



"Devenir gnostiquement conscient c'est atteindre la pure unité de l'âme renée avec l'Esprit. Telle est l'idée centrale véritable. De ce sang, le sang de Jésus le Christ, vous devez vivre. Ce sang doit être recueilli par le foie. Ce sang doit être inhalé par vous. De ce sang, vous devez vivre et être. Ce sang est la Gnose qui vous appelle. "
Catharose de petri, la parole vivante

enluminure du beatus (1) : l'arbre de vie




Le symbole de l'arbre de vie est universel. Son tronc avec ses branches et ses racines symbolise la conscience : l'axe cérébro-spinal et le réseau nerveux qui se déploie à partir de cet axe.




Dans cet arbre, on remarque le double entrelacement des cordons sympathique et para-sympathique où siège la nouvelle conscience.









Dans ce microcosme renouvelé, une nouvelle sphère de conscience se déploie, offrant ses fruits merveilleux. Cet Homme-Dieu ayant réalisé la pure unité de l'âme avec l'Esprit, est Christ.






Dans cette image, on voit aussi que le liquide reccueilli dans la coupe n'est pas le sang d'un martyr mort il y a 2000 ans, mais l'eau de la vie. Ce principe est appelé sang parce qu'il doit être absorbé par le cœur en tant que force-lumière faisant changer le sang.



enluminure du beatus (2) : la monture



La monture est le symbole de la personnalité. C'est un animal, et il est noir. La phase noire de l'oeuvre alchimique représente d'ailleurs la connaissance approfondie de la nature (et de la monture) que le candidat acquière.

Cette monture est néanmoins très importante. Dans le roman du Graal, le chevalier doit, à un moment donné, lutter pour conserver sa monture (wolfram précise d'ailleurs qu'elle vient du château du Graal et qu'elle est marquée d'une colombe). C'est la qualité de cette monture qui permet de passer le gué périlleux.




Le dessin rappelle aussi qu'une force très particulière gît à la base de la colonne vertébrale : le serpent du passé, le dragon qu'il ne faut pas réveiller.








enluminure du beatus (3) : la dame



Nous pensons tous que nous avons une âme et que cette âme est immortelle. Mais rien n'est moins vrai.
Nous sommes, tels des animaux, animés d'une âme-sang mortelle.

L'âme véritable est encore à naître.
C'est par cette âme que le processus de reconstruction de l'homme - âme - esprit divin est possible.

Sur le dessin, on voit représenté cette trinité : L'âme, une dame en vêtement blanc, chevauche la monture et tient dans ces mains le Graal, le siège de l'Esprit..



beatus de géronnes





Le Beatus de Geronne est un commentaire de l'apocalypse du Xème siècle, riche de 114 miniatures enrichies d'Or. C'est un des plus importants manuscrits espagnols.
c'est l'œuvre qui contient le plus de musulmanismes tout en multipliant les éléments d'origine carolingienne. Enfin, la richesse de ses illustrations extra-apocalyptiques témoigne de la connaissance d'un certain nombre de textes qui, à l'instar des images qui les accompagnent, sont peu usuels.
Mais il faut bien comprendre que l'Apocalypse est un écrit très particulier destiné à guider l'homme engagé dans le processus de la renaissance. C'est pourquoi, tout comme les gravures alchimiques, certaines illustrations du Beatus sont truffées d'indications destinées à aider le transfiguriste.


  • Cote : Catedral, Núm. Inv. 7 (11)
  • Xe siècle · 568 pages, deux colonnes, 38 lignes
  • Format : 400 x 260 mm
  • Écriture wisigothique
  • Reliure en cuir souple
  • Donné à la cathédrale de Gérone en 1078 par son maître de chapelle Juan
  • Originaire de Léon, peut-être du monastère de Tábara
  • 114 miniatures enrichies d'or
  • «Le beatus de Gérone est l'un des codex qui contiennent le plus d'éléments formels et iconographiques hérités d'al-Andalus.» ( Joaquín Yarza professeur titulaire d'une chaire d'histoire de l'art.).
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mer 02 Juil 2008, 20:59

Jean Markale est aujourd’hui en France la mémoire vive et vivante du Graal. Son oeuvre sur le sujet est immense, née d’une recherche incessante tant littéraire qu’intérieure, littérale que symbolique, tant aux sources qu’aux confluents des mythes. Car si le Graal est, selon la version la plus connue, ce vase qui aurait servi à recueillir le sang du Christ, il est aussi ce creuset fédérateur d’une certaine culture européenne, où se mèlent et s’expliquent bien des arcanes de l’antique religion des celtes, du christianisme et de la gnose et, surtout, de l’homme lui-même et de son évolution. Nous lui avons posé quelques questions sur le sujet.

Marie-Madeleine, le Christ solaire et l’alchimie


Pour en revenir aux Gnostiques, c’est aussi dans les textes de Nag Hammadi qu’on trouve une allusion au fait que Marie-Madeleine aurait été l’épouse du Christ. Par la suite, des chercheurs ont émis l’hypothèse que ce Saint Graal qu’elle portait était en fait la descendance du Christ en elle : le Sang Royal, elle portait le sang du Christ en elle.
Dans les manuscrits du Moyen-Age, Saint Graal, c’est Sangréal, en un seul mot. Cela peut être décomposé en Sang Royal aussi bien que Saint Gréal.
Il y a une chose qu’on peut dire à propos du symbole, c’est que tous les récits nous décrivent des batailles épouvantables: les chevaliers se battent contre des monstres, contre des adversaires gigantesques, horribles... Ce sont des combats intérieurs, symboliques: ils combattent leurs terreurs, leur noirceur, tous leurs interdits pour aller plus loin. Ce sont des initiations successives, c’est lutter contre soi-même.
Je vous pose la question de manière nette : pour vous, qu’est-ce que le Graal ?
C’est la découverte de quelque chose qui est en soi, que tout le monde peut avoir : la réalisation de l’être. Le tout est de le découvrir au terme d’une quête, c’est-à-dire d’une série d’initiations. II y en a qui y arrivent, il y en a qui n’y arrivent pas. Chrétien de Troyes, qui en parle donc le premier dans son conte du Graal nous dit que Perceval voit une très belle jeune fille qui porte un Graal d’où émane une lumière étonnante. Mais il ne nous dit pas ce qu’il y a dedans. Ce sont les continuateurs de Chrétien de Troyes qui ont placé dedans le sang du Christ. Il y a une synthèse des différents mythes qui a été faite, pour différentes raisons. Mais à l’origine, on ne sait pas ce qu’il y a dedans. On peut y mettre tout ce qu’on veut. D’ailleurs, le mot Graal provient de l’ancien occitan Gradal qui désigne un récipient servant à faire le cassoulet entre autres... La gastronomie n’est pas profane, elle est sacrée.
Puisque l’on évoque l’homme dans sa chair et les organes humains, le Graal est-il pour vous le crâne, le coeur, ou le sexe?
Je crois que c’est les trois. Ils sont absolument indissociables.
Mais cette énergie, à la base, est sexuelle?
Evidemment. Il faut faire remonter la kundalini... Cela se retrouve dans des techniques qui n’ont jamais été comprises.
Le sens du “mal”
Le Graal, c’est la lutte entre les ténèbres et la lumière. Actuellement, où est la lutte? Qu’est-ce qui incarnerait aujourd’hui la lutte entre le bien et le mal?
Elle est à la fois intellectuelle, économique et politique. Nous devons lutter contre les puissances qui nous oppressent. Si vous voulez, la lutte de la démocratie contre la dictature. En gros. Et aujourd’hui, c’est toujours le spectre du néo-nazisme. Mais il y a toujours les forces du bien qui réagissent: il y a toujours un Perceval ou un Galaad qui va découvrir le Graal.
Il y a une statuette maya qui représente Quetzalcoatl avec, derrière, collé à lui mais lui tournant le dos, Xolotl, le Lucifer amérindien : le mal s’incarne toujours avec le bien afin que leur lutte pousse les hommes à franchir des épreuves toujours plus grandes et à évoluer.
A cette égard, la légende de Merlin est révélatrice : pourquoi la légende, élaborée au treizième siècle, qui a fait du personnage historique un être mythologique, a-t-elle fait de Merlin le fils d’un Diable et d’une sainte femme ? Cela veut dire que Merlin est à la fois blanc et noir. Mais évidemment, les forces de lumière, du bien sont plus fortes que les forces de l’ombre. Et Merlin mit sa diablerie au service d’une humanité blanche.
Il y a aussi la figure récurrente de la grande prostituée.
Absolument. La reine Guenièvre, qui a été affadie dans les romans, puisqu’on lui donne un seul amant, c’est-à-dire Lancelot, devait en réalité se partager entre les chevaliers, parce que Guenièvre, qui représente la légitimité, la force, donne cette force aux chevaliers qui luttent pour elle.
Il y avait aussi en Inde des prostituées sacrées pour les initiés.
Dans la Bible, se prostituer, c’est sacrifier à la déesse mère. C’est donc altérer la religion Yahviste, celle du mâle. On retrouve aussi cela avec Marie-Madeleine. Si on lit un petit peu entre les lignes, on s’aperçoit que Jésus a été initié à la religion Yahviste, à la religion du père, par Jean-Baptiste dans l’eau du Jourdain. Mais on ne fait pas attention à la deuxième initiation, qui se trouve en Béthanie, quand Marie-Madeleine répand le parfum et essuie avec ses cheveux: c’est l’onction sacerdotale de la grande prostituée. Marie-Madeleine devait être très riche et ce devait être une grande prêtresse. Donc, Jésus, avec les deux initiations, réconcilie la religion du père avec la religion de la mère. Ce qui ne plaît pas à Judas qui se met à rouspéter : “A quoi ça sert de gâcher cet argent...” et qui trahit pour ça: il ne trahit pas pour les trente pièces d’argent ou les trente deniers: c’est tout simplement parce qu’il a trahi la religion du père.
Est-ce-que, dans les quêtes initiatiques des différents héros, il y a un parcours initiatique avec des épreuves récurrentes, ou bien chacun, à sa manière, montre-t-il une voie différente ?
Ce sont des quêtes solitaires en fait. Mais de manière générale, on peut constater ceci : chaque fois qu’ils sont sur le point de réussir, ils sont tentés par une femme qui vient s’interposer, qui constitue un obstacle. Cette femme va les détourner de leur but pour les mettre à l’épreuve en fait. S’ils dépassent l’épreuve, ça va, ils vont réussir, sinon, ils vont régresser, ils vont revenir en arrière.
C’est aussi cet appel de la terre-mère de l’anima qui n’a pas été domptée et rédemptée complètement.
Oui. Alors l’exemple typique, c’est Lancelot: Lancelot n’a qu’une idée en tête : c’est Guenièvre. Il dit qu’il cherche le Graal, mais en réalité il cherche la femme, dans toute sa splendeur.
Et Morgane et les créatures de morgane s’interposent continuellement et lui font des propositions malhonnêtes. Il résiste, parce qu’il n’aime que Guenièvre, et il est complètement obnubilé par le personnage de Guenièvre. Mais, à chaque fois, il franchit une étape pour aller plus loin. C’est tout à fait typique. Morgan n’est pas une mauvaise fée, elle est là pour présenter les obstacles que les chevaliers doivent franchir.
La femme, clef du Graal
Il y a aussi la relation entre le Diable et la femme: il semble que la femme soit le véritable enjeu de la lutte : si l’homme vainc le mal, il conquiert la femme, et s’il conquiert la femme, il vainc le mal.
Oui, mais on a voulu diaboliser la femme au Moyen-Age, et l’étude aprofondie des romans de la Table Ronde montre qu’on a voulu peu à peu occulter la femme. Elle avait un rôle beaucoup plus important.
La femme est quand même la femme solaire. Dans les langues celtiques et germaniques, le soleil est féminin, et la lune est masculine. Et je dis toujours que c’est l’histoire de Tristan et Yseult. Dans la légende de Tristan et Yseult, Tristan est blessé mortellement trois fois : la première fois il est guéri par Yseult et sa mère, la deuxième, il est encore guéri par Yseult. La troisième fois, Yseult arrive trop tard : il y a eu une tempête et un calme plat : elle ne peut pas le sauver et il meurt. Pourquoi ? On nous dit dans le texte du treizième siècle que Tristan ne pouvait vivre que s’il avait des rapports avec Yseult, une fois par an au moins. C’est l’histoire de la lune noire qui doit être régénérée par le soleil: Tristan est l’homme lune : il ne peut pas vivre s’il ne reçoit pas la lumière du soleil, l’énergie féminine. Dans le monde méditerranéen, ça a été inversé. Dans le nord, le soleil est beaucoup plus rare, donc précieux, c’est la force.
C’est le soleil caché, à l’image de la femme qu’il faut aller chercher, derrière les nuages ou les voiles qui nous cachent sa lumière. Pour en revenir à Marie-Madeleine. Pensez-vous que le Christ ait eu une descendance?
Je n’en sais rien. C’est possible. Je serais tenté de le croire.
Les évangiles gnostiques de Nag Hammadi sont très clairs à ce sujet, en particulier l’Evangile selon Philippe.
Tout à fait. Et attention, à qui le Christ apparaît-il en premier ? A Marie-Madeleine. C’est d’une importance capitale.
Dans le Graal, quels sont les défis qui sont posés et proposés à l’homme et la femme ? Si l’on a vu ceux de l’homme, on a l’impression que la femme est déjà arrivée, comme une âme divine à laquelle l’âme humaine masculine doit s’unir au terme de ses épreuves.
La femme est déjà arrivée. Elle contient en elle-même toute la vérité du Graal, mais elle a besoin de l’homme pour que ce soit pleinement révélé à l’extérieur. Mais ce sont toujours des femmes qui finissent par guider les chevaliers vers le lieu où se trouve le Graal. C’est très significatif, et les chevaliers doivent absolument gagner l’amour de cette femme unique pour atteindre le château du Graal, le temple du Graal qui représente la totalité des choses. Lorsque Galaad se penche pour contempler le Graal, il dit: “Tout m’est révélé, je n’ai plus besoin de vivre”. Et il meurt, parce qu’il a vu la vérité absolue. Les autres se sont contentés de regarder de loin le Graal.
Il meurt, mais est-ce qu’il accède à une incorruptibilité du corps comme certains alchimistes l’auraient fait ?
Oui, le Graal est la quête d’un autre état de conscience, mais la quête aussi d’un état corporel. Rappelons Jésus qui dit à Marie-Madeleine au sortir du tombeau: “Noli me tangere”, “ne me touche pas, je ne suis pas encore au royaume de mon père.” Il n’a pas fini sa transformation.

source: Le Graal, quête de l'Absolu (Jean Markale, interrogé par François-Marie Perier)-Marie Perier)
http://barjaweb.free.fr/SITE/ecrits/enchanteur/enchanteur.html
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
soleilamethyste



Féminin
Poissons Singe
Nombre de messages : 26
Date de naissance : 19/03/1956
Age : 61
Localisation : Liège/Belgique
Date d'inscription : 09/10/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Jeu 03 Juil 2008, 09:28

Bonjour,

à la question de qu'est ce que le Graal, puis je me permettre de donner mon avis?

La qestion du Graal, de la quète du Graal reste un "mystère" interessant dans la mesure où il nous pousse vers le haut.
S'il est le calice ayant receuilli le sang du Christ, son inestimable valeur réside dans le fait que cet objet s'est imprégné des vibrations les plus précieuses et saintes.

Je pense que l'interprétation la plus utile est celle qui nous montre les symbôles. La femme pourrait être le corps physique, la matière donc à "spiritualiser" par l'Esprit. Spiritualiser le corps et aussi matérialiser l'esprit ...le "solve /coagula"...idée incluse aussi dans le sceau de Salomon...les deux triangles qui s'interpénètrent...l'un la pointe en haut, l'autre la pointe en bas...autre symbole de l'initié...
Pour recevoir "l'Esprit", le "disciple" se fait "femme" çàd réceptacle...et réceptacle "pur" pour recevoir le Christ...
Chacun peut réalisé le Christ en lui...c'est aussi l'enseignement de Jésus devenu Christ...qui nous invite à nous aussi devenir Christ...

Notre égo accueille alors notre Moi Supérieur, notre Maître Intérieur, le Christ qui peut ainsi s'exprimer pleinement à travers nos pensées, nos émotions et nos actes.Cela nécessite un travail intérieur sur soi. La maitrise m'apparait comme un des moyens de réalisation. La force sexuelle est une énergie qui lorsqu'elle est sublimée çàd dirigée vers le haut, participe à élancer nos pensées jusqu'à ressentir en nous et de plus en plus l'amour, la lumière et la vie.
Le Christ, Esprit du soleil nous pénètre ainsi peu à peu par des méditations répétées (capter le prana le matin par exemple).
L'idéal poursuivi me semble essentiel.
La force sexuelle m'apparait à l'image de l'électricité qui prend des formes différentes en fonction de l'outil utilisé. L'électricité peut brûler si elle n'est pas canalisée, elle peut devenir utile: vent à travers le ventilateur, chaleur à travers le radiateur etc.
Travailler à réaliser un coeur pur comme un cristal, un intellect lumineux comme un soleil, une âme vaste comme dieu et uni à lui me semble compatible avec un travail utile de sublimation de la force sexuelle sans risque de refoulement.
La recherche incessante d'un équilibre entre refoulement et défoulement jusqu'à trouver une stabilité de maitrise de cette énergie et une direction vers le haut m'apparait comme une voie de réalisation.
Dans ce sens il est probablement possible d'améliorer la qualité de ses émanations: amour de plus en plus illimité ainsi que la qualité de ses pensées et de ses actes.

Amitiés
Josiane
Revenir en haut Aller en bas
http://www.autre-rive.net
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Ven 11 Juil 2008, 18:07

La Rose
Le mot « rose », daté en français du début du XIIe siècle[2] est dérivé du latin rosa, rosae (substantif féminin) qui désignait aussi bien la fleur que le rosier lui-même. Ce terme, apparenté au grec rhodon,
aurait été emprunté à une langue orientale. Il est tentant de
rapprocher « rose» de « rosée », pourtant cette rencontre, source
d'inspiration inépuisable pour les poètes, est fortuite en français. En
effet « rosée » dérive, par l'intermédiaire du bas-latin rosata, du latin ros, roris (substantif masculin), peut-être apparenté au grec drosos, venant d'une autre racine indo-européenne.

en remerciement à
quelques uns, quelques unes ...






La Vierge au buisson de roses, 1473, Colmar,
église
saint Martin



Couleurs et symboles des roses




Comme bien d'autres végétaux, les roses ont un langage
; elles parlent d'amour depuis fort longtemps et chacun de leurs attributs
peuvent être porteur de message :

<blockquote>
roses blanches et rouges : feu
du cœur et beauté ardente


rose épanouie : beauté passagère

rose sans épine : confiance, mais aussi le plaisir
factice et facile


rose pompon : gentillesse
et grâce enfantine


rose mousseuse : amour,
volupté


feuille de rose : jamais je n'importune

rose jaune : mensonge,
trahison, pour se faire pardonner une infidélité,
rupture


rose rouge : sang de la blessure et de la souffrance,
passion amoureuse

boutons de rose : l'enfance innocente
rose blanche : pureté, virginité, innocence, amour courtois,
rose blanche avec une rouge : sympathie
L’image de la rose
</blockquote>







Remarquable par sa beauté,
sa forme et son parfum, la rose est la fleur symbolique la plus employée
en Occident. Elle correspond dans l'ensemble à ce qu'est le lotus,
en Asie, l'un et l'autre étant très proches du symbole de
la roue. L'Aspect le plus général de ce symbolisme floral
est celui de la manifestation, issue des eaux primordiales, au-dessus desquelles
elle s'élève et s'épanouit. Cet aspect n'est d'ailleurs
pas étranger à l'Inde, où la rose cosmique Triparasundarî
sert de référence à la beauté de la Mère
divine. Elle désigne une perfection achevée, un accomplissement
sans défaut. Comme on le verra, elle symbolise la coupe de vie,
l'âme, le cœur, I'amour. On peut la contempler comme un mandala
et la considérer comme un centre mystique.
La rose est, dans l'iconographie
Chretienne, soit la coupe qui recueille le sang du Christ, soit la transfiguration
des gouttes de ce sang, soit le symbole des plaies Christ. Un symbole rosicrucien
figure cinq roses, une au centre et une sur chacun le$ bras de la Croix.
Ces images évoquent soit le Graal, soit la rosée céleste
de . la Rédemption. Et puisque nous citons Ici Rose-Croix, remarquons
que leur emblème place la rose : au centre de la Croix, c'est-à-dire
à l'emplacement du cœur du Christ, du Sacré-Cœur. Ce symbole
est le même que la Rosa candida de la Divine Comédie ; laquelle
ne peut manquer d'évoquer la Rose mystique des litanies chrétiennes,
symbole de la Vierge ; le même peut-être aussi que celui du
Roman de la Rose. Angelus Silesius fait de la rose limage de l'âme,
celle aussi du Christ, dont l'âme reçoit l'empreinte. La rose
d'or, autrefois bénie par le Pape le quatrième dimanche de
Carême, était un symbole de puissance et d'instruction spirituelles
Mais aussi sans doute un symbole de résurrection et d'immortalité.
La rosace gothique et la rose des vents marquent le passage, du symbolisme
de la rose à celui de la roue.


Selon F. Portal, la rose et la couleur
rose constitueraient un symbole de régénération du
fait de la parenté sémantique du latin rosa avec ros, la
pluie, la rosée. La rose et sa couleur, dit-il étaient les
symboles du premier degré de régénération et
d'initiation aux mystères... L'âne d'Apulée recouvre
la forme humaine, en mangeant une couronne de roses vermeilles que lui
présente le grand prêtre d'Isis. Le rosier, ajoute cet auteur,
est l'image du régénéré, comme la rosée
est le symbole de la régénération. Et la rose, dans
les textes sacrés, accompagne bien souvent le vert, ce qui confirme
cette interprétation. Ainsi dans l'ecclésiaste ; J'ai grandi
comme les plants de roses de Jéricho, comme un olivier magnifique
dans la plaine. L'olivier était consacré à Athéna
- la déesse aux yeux pers qui naquit à Rhodes, 1lle des roses
: ce qui suggère les mystères de l'initiation. Et les rosiers
étaient consacrés à Aphrodite en même temps
qu'à Athéna. La rose était chez les Grecs une fleur
blanche, mais lorsque Adonis, protégé d'Aphrodite, fut blessé
à mort, la Déesse courut vers lui, se piqua à une
épine et le sang colora les roses qui lui étaient consacrées.




C'est ce symbolisme de régénération
qui fait que, depuis l'Antiquité, on dépose des roses sur
les tombes : les anciens nommaient cette cérémonie rosalia
; tous les ans, au mois de mai, ils offraient aux mânes des défunts
des mets de roses. Et Hécate, déesse des Enfers, était
parfois représentée la tête ceinte dune guirlande de
roses à cinq feuilles. On sait que le nombre cinq" succédant
au quatre, nombre d'accomplissement, marque le départ d'un nouveau
cycle.
Au septième siècle,
selon Bède, le tombeau de Jésus-Christ était peint
dune couleur mélangée de blanc et de rouge. L'on retrouve
ces deux éléments composants de la couleur rose, le rouge
et le blanc, avec leur valeur symbolique traditionnelle, sur tous les plans,
du profane au sacré, dans la différence accordée aux
offrandes de roses blanches et de roses rouges, ainsi que dans la différence
entre les notions de passion et de pureté et celles d'amour transcendant
et de sagesse divine. Aux armes des religieuses, dit le Palais de l'honneur,
l'on met une couronne composée de branches de rosier blanc avec
ses feuilles, ses roses et ses épines, qui dénote la chasteté
quelles ont conservée, parmi les épines et les mortifications
de la vie.
La rose est devenue un symbole de
l'amour et plus encore du don de l'amour, de l'amour pur... La rose comme
fleur d'amour remplace le lotus égyptien et le narcisse grec ce
ne sont pas les roses frivoles de Catulle... mais les roses celtiques,
vivaces et fières, non dépourvues d'épines et lourdes
d'un doux symbolisme : celle du Roman de la Rose, dont Guillaume de Lorris
el Jean de Meungfont le mystérieux tabernacle du Jardin d'Amour
de la Chevalerie, rosa mystica des litanies de la Vierge, roses d'or que
les Papes donneront aux princesses méritantes, enfin l'immense fleur
symbolique que Béatrice montre à son amant fidèle
parvenu au dernier cercle du Paradis, rose et rosace à la fois.
L'Amour paradisiaque sera comparé
par Dante au centre de la rose : Au centre d'or de la rose éternelle,
qui se dilate et va de degré en degré, et qui exhale un parfum
de louange au soleil toujours printanier,

Béatrice m'attira...
Blanche ou rouge, la rose est une
des fleurs préférées des alchimistes dont les traités
s'intitulent souvent rosiers des philosophes. La rose blanche comme le
lis fut liée à la pierre au blanc, but du petit œuvre, tandis
que la rose rouge fut associée à la pierre au rouge, but
du grand œuvre. La plupart de ces roses ont sept pétales dont chacun
évoque un métal ou une opération de l'œuvre. Une rose
bleue serait le symbole de l'impossible!

.http://sylphe.chez-alice.fr/rose.html



extrait:

http://antahkarana.forumzen.com/plan-pour-la-planete-bleue-f8/intercommunications-naturelles-specifiques-chez-les-etres-vi-t226.htm?highlight=rose

La rose

plante ses racines dans la terre et se nourrit de l'eau, de l'air et du
feu. C'est là ce que tout individu de votre famille pourrait dire.
Certains ajouteraient qu'elle est le symbole de l'amour. Certes, cela
est juste, mais la rose
est bien plus encore! Son rôle subtil consiste à favoriser l'échange de toutes les énergies du centre cardio (chakra du coeur) de tous les êtres vivants, depuis la densité jusqu'aux mondes subtils.

Lorsqu'un déséquilibre s'installe sur un plan, le Déva de la Rose

envoie des impulsions afin de produire une éclosion de roses à grande
échelle ! Il se réjouit d'ailleurs de vous voir plus nombreux à planter
des rosiers dans votre jardin. Toutefois, il en déplore l'absence dans
les prairies et près des bois. Vous avez largement contribué à cette
disparition, déséquilibrant l'échange sur la planète entière. Il serait
bon de revoir fleurir ces belles entités intelligentes en dehors de
lieux définis. Avez-vous songé au fait que vous confinez toutes les
formes de Vie? Y compris la vôtre!

La chimie subtile de la rose
circule dans les couches d'air, aussi bien celles de la Terre qu'autour
ou dans l'éther lointain. Cette chimie véhicule des énergies fines
pouvant réactiver l'ouverture d'un cœur
(son chakra).
Celles-ci s'infiltrent dans le réseau de la chaîne de ce chakra,
glissent dans les molécules de l'air et parviennent au coeur de la plus
petite parcelle de vos atomes. L'énergie de la rose demeure la nourriture la plus subtile nécessaire à l'apport de la chimie de l'Amour dont a besoin une bibliothèque intérieure.




La chimie de la rose
le sécrète depuis les plans les plus denses jusqu'à la matrice éthérée,
et réagence sa structure si celle-ci a été dénaturée par des pensées
mal aspectées.

La chimie de la rose traverse [b]le monde de l'illusion
(la densité), le monde de l'approche, premier plan de vie juste au-dessus, puis le plan de préconscience (deuxième plan), celui de la conscience ,(troisième), le plan de rayonnement, premier plan de l'Être, le plan de l'Amour cosmique, le plan atomique, le plan électronique et, enfin, le plan cristallin.

Sa
chimie se modifie à chaque traversée, par les rencontres d'énergies des
divers plans de conscience. Une fois dans le monde cristallin, la
chimie de la rose ressemble à de fines particules de cristaux rosés

Le Déva de la Rose
en poste sur le plan de l'illusion recevra depuis les plans cristallins
des sonorités spécifiques qu'il dirigera vers ses sujets, lesquels les
capteront et les renverront autour d'eux.

Vous recevez donc, par
le biais des roses, des sonorités cristallines provenant des hauts
plans cosmiques, et ce, par la volonté du Déva de la Rose ! Les esprits reliés aux schémas de Vie de la Nature prennent toutes les énergies émanant de la rose,
les étirent, les enroulent autour de supports, puis les remettent aux
esprits de l'Air. Ainsi, l'Air entre en fonction afin de transmettre
ces rubans cristallins arc-en-ciel jusqu'à l'âme en besoin. Et, au
passage, ceux-ci se remplissent d'énergie solaire.

Le Déva de la Rose assiste régulièrement aux séances d'échanges des Maîtres généticiens. Tous les réajustements de la vie de l'illusion lui sont donnés par leur volonté.

Par l'exemple du Déva de la Rose, je tenais à vous expliquer davantage la vie du monde de la Nature.

Fin de citation.

Extrait de Paroles et semences de vie SoriaTome VII aux Editions Ariane 2006.
144000

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Merlin d'Avalon

avatar

Masculin
Vierge Buffle
Nombre de messages : 63
Date de naissance : 10/09/1937
Age : 79
Localisation : france
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: le sensorium intérieur   Lun 21 Juil 2008, 11:51












Voici une compilation sur le sensorium intérieur ; ces textes donnent lieu à la méditation; ce n'est que par la pratique assidue que ceci pourra être compris et non par la lettre; qui aurait l'Esprit y découvrirait la manne!

Johann


"La Bible"


ÉVANGILE SELON MATTHIEU:


6.4
en sorte que ton aumône soit [faite] dans le secret ; et ton Père qui voit dans le secret, te récompensera.

6.6
Mais toi, quand
tu pries, entre dans ta chambre, et ayant fermé ta porte, prie ton Père qui
[demeure] dans le
secret ; et ton Père qui voit dans le
secret
, te récompensera.

PREMIÈRE ÉPÎTRE DE PAUL AUX CORINTHIENS:

14.25 les
secret
s de son cœur sont rendus manifestes ; et ainsi, tombant sur sa
face, il rendra hommage à Dieu, publiant que Dieu est véritablement parmi vous.


ÉVANGILE SELON MATTHIEU:

6.21 Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

SECONDE ÉPÎTRE DE PAUL AUX CORINTHIENS:
1.22
lequel nous a aussi marqués d'un sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l'Esprit.
2.4
C'est dans une grande affliction, le cœur angoissé, et avec beaucoup de larmes, que je vous ai écrit, non pas afin que vous fussiez attristés, mais afin que vous connussiez l'amour extrême que j'ai pour vous.
3.2
C'est vous qui êtes notre lettre, écrite dans nos cœurs, connue et lue de tous les hommes.
3.3
Vous êtes manifestement une lettre de Christ, écrite, par notre ministère, non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les cœurs.
3.15
Jusqu'à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs cœurs;
3.16
mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.
4.6
Car Dieu, qui a dit: La lumière brillera du sein des ténèbres! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ.

ÉPÎTRE DE PAUL AUX ÉPHÉSIENS:

1.18 et qu'il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints,
3.17 en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour
"la nuée sur le sanctuaire"


L'œil intérieur de l'homme, c'est la raison, potentiahominis intellectiva, mens.

Si cet œil intérieur est éclairé par la lumière divine, alors il est le vrai soleil intérieur, par lequel tous les objets viennent à notre connaissance.

Tant que la lumière divine n'éclaire pas cet œil, notre intérieur vit dans les ténèbres. L'aurore de notre intérieur commence quand cette lumière se
lève.

Mais, comme l'œil extérieur de l'homme est exposé à différents dangers, l'œil intérieur l'est de même.

Cet œil intérieur doit être conservé sain, pur et inaltérable : alors il peut s'élever,comme l'œil extérieur vers le ciel ; et, comme l'œil extérieur peut considérer le firmament, les étoiles et le soleil, ainsi l'œil intérieur peut voir tout le ciel, les anges et Dieu même - ainsi qu'il est écrit : Signatum est super nos lumen Vultûs tui, (Ps. 4) ; Ostendam omne bonum tibi, (Ex. 6, 33.)

Maintenant, la question est : En quoi consiste l'organe de perception de la vérité ? Qu'est-ce qui rend l'homme capable de la recevoir ?

je réponds : Dans la simplicité du cœur ; car la simplicité met le cœur dans une situation convenable pour recevoir purement le rayon de la raison et celui-ci organise le cœur pour la réception de la Lumière.

Oh ! si seulement l'homme naturel ou l'homme des sens pouvait apprendre à voir que le principe de sa raison et le mobile de sa volonté ne sont que l'individualité, et que pour cela même, il doit être extrêmement misérable, il
chercherait un principe plus élevé dans son intérieur,
et il s'approcherait de la source, qui peut seule le donner à tous, parce qu'elle est la sagesse dans l'essence.

La vérité absolue n'existe pas pour l'homme des sens, elle n'existe que pour l'homme intérieur et spirituel seul, qui possède un sensorium propre ;ou, pour dire plus ponctuellement, qui possède un sens intérieur pour percevoir la vérité absolue du monde transcendantal ; un sens spirituel qui perçoit les objets spirituels aussi naturellement en objectivité, que le sens extérieur perçoit les objets extérieurs.

Ce sens intérieur de l'homme spirituel,
ce sensorium d'un monde métaphysique, n'est malheureusement pas encore connu de ceux qui sont
dehors, et c'est un mystère du royaume de Dieu.


Ainsi, il doit y avoir nécessairement pour cette communication
un sensorium organisé et spirituel, un organe spirituel et intérieur susceptible de recevoir cette lumière, mais qui est fermé dans la plupart des hommes par l'écorce des sens.

Cet organe intérieur est le sens intuitif du monde transcendantal ; et, avant
que ce sens d'intuition soit ouvert en nous, nous ne pouvons avoir aucune
certitude objective de vérité plus élevée. Cet organe a été fermé par suite de la chute, qui a jeté l'homme dans le monde des sens. La matière grossière qui enveloppe ce sensorium intérieur est une taie qui couvre l'œil intérieur et qui rend l'œil extérieur inapte à la vision du monde spirituel. Cette même matière assourdit notre ouïe intérieure, de manière que nous n'entendons plus les sons du monde métaphysique ; elle paralyse notre langue intérieure, de manière que nous ne pouvons plus même bégayer les paroles de force de l'esprit que nous prononcions autrefois, et par lesquelles nous commandions à la nature extérieure et aux éléments.


L'ouverture de ce sensorium spirituel, est le mystère du Nouvel Homme, le
mystère de la Régénération et de l'union la plus intime ;de l'homme avec Dieu ; c'est le but le plus élevé de la religion ici-bas, de cette religion dont la destination la plus sublime est d'unir les hommes à Dieu en Esprit et en Vérité.


Comme l'homme a dans son intérieur un organe spirituel et un sensorium
pour recevoir le principe réel de la raison ou la Sagesse divine, et le mobile
réel de la volonté, ou l'Amour divin, il a de même dans l'extérieur un sensorium physique et matériel pour recevoir l'apparence de la lumière et de la vérité.

Il y a trois degrés successifs de
l'ouverture de notre sensorium spirituel.

Le premier ne nous élève que jusqu'au plan moral et le monde transcendantal y opère en nous par des impulsions intérieures, appelées inspirations.


Le second degré, plus élevé, ouvre notre sensorium pour la réception du
spirituel et de l'intellectuel, et le monde métaphysique œuvre en nous par
illuminations intérieures.


Le troisième et plus haut degré - le plus rarement atteint - ouvre l'homme
intérieur tout entier. Il nous révèle le Royaume de l'Esprit et nous rend
susceptibles d'expérimenter objectivement les réalités métaphysiques et
transcendantales ; de là, toutes visions sont expliquées fondamentalement.


Ainsi, nous avons dans l'intérieur le sens et l'objectivité, comme dans
l'extérieur. Seulement les objets et les sens sont différents. Dans l'extérieur,
il y a le mobile animal et sensuel qui agit sur nous, et la matière corruptible.
des sens subit l'action.


Le but le plus élevé de la religion, c'est l'union la plus intime de l'homme avec Dieu, et cette union est, même ici-bas, déjà possible ; mais elle ne l'est que par l'ouverture de notre sensorium intérieur et spirituel qui rend notre cœur susceptible de recevoir Dieu.
"la sagesse divine"

Dieu est le feu (la Force) qui émet la Lumière la plus pure. Cette lumière est la vie et les degrés qui existent entre la Lumière et les ténèbres se découvrent au-delà de la conception humaine.

Plus nous approchons le centre de la Lumière, plus grande est la force que nous recevons et il en résulte plus de puissance et d'activité. La mise à l'épreuve de l'homme est de s'élever vers ce centre spirituel de la Lumière.

Le premier pas, le plus important, est de prendre conscience de l'existence du germe divin qui est en nous, pour diriger la puissance de la volonté vers ce centre, afin de guider notre vie intérieure et aussi se conformer strictement à tous les devoirs en nous, et hors de nous.

Mais il y a des personnes exceptionnelles chez qui l'activité spirituelle a atteint un plan beaucoup plus élevé et chez qui les facultés intérieures de perception les plus hautes ont été développées. De telles personnes peuvent percevoir des choses qui sont invisibles aux autres et exercer des pouvoirs que le reste des mortels ne possède pas.

Il est impossible à quiconque de savoir ce qu'est un amour spirituel et divin sauf pour celui qui a atteint ce niveau, celui qui l'a atteint sait que c'est une force pénétrante qui naît du fond du cœur, qui pénètre dans le cœur de la personne aimée, appelant à la vie les germes d'amour qui y sont
contenus. L'AMOUR spirituel peut s'appeler, si vous préférez, VOLONTÉ
SPIRITUELLE, VIE SPIRITUELLE, LUMIÈRE, car c'est tout cela et plus encore, car toutes les forces spirituelles ont leurs racines et un seul centre éternel pour enfin culminer en force au sommet d'une pyramide à nombreux côtés.

Où pouvons - nous espérer rencontrer la lumière de l'esprit si ce n'est dans nos propres âmes ? L'homme ne peut rien connaître qui n'existe déjà en lui. II ne peut non plus ni entendre ni voir les choses du dehors, il ne peut que contempler des images et éprouver les sensations que causent les objets du dehors sur sa conscience.

La grande erreur de notre époque intellectuelle est que les hommes croient pouvoir atteindre la connaissance de la vérité simplement avec des spéculations intellectuelles, scientifiques, philosophiques ou théologiques et avec la raison seule. C'est tout à fait faux, car si la connaissance de la théorie occulte doit précéder sa pratique, mais que néanmoins la vérité d'une chose n'est pas confirmée, éprouvée et réalisée par une pratique suivie, la moindre connaissance de la théorie ne vaut rien.

Entre dans la lumière et tu apprendras à connaître les Frères qui y vivent. Dans ce sanctuaire se trouvent toutes les puissances, celles qui sont
appelées surnaturelles incluses, au moyen desquelles l'humanité peut recevoir la force nécessaire pour rétablir le lien, à présent brisé, qui dans les époques précédentes unissait l'homme à la source divine d'où il provient. Si les hommes pouvaient connaître la grande valeur de leurs âmes et les pouvoirs possibles qui y sont latents, le désir de trouver leurs vrais égos propres les remplirait de crainte et de respect.

Notre fraternité existe depuis le premier jour de la création et continuera d'exister jusqu'à la fin ? c'est la Société des Fils de la Lumière, et ses
membres sont ceux qui connaissent la lumière qui brille au-dedans et sans
obscurité
,

Notre ordre a trois degrés. Le premier est atteint par la puissance de l'inspiration divine,le second par l'illumination interne, et le troisième, le plus élevé, par la contemplation et l'adoration . Désires-tu devenir membre de notre Société ? si oui, pénètre dans ton propre cœur. Veux-tu connaître les Frères ? Si oui, apprends à connaître la divinité qui se manifeste à, travers toi, dans ta propre âme. Cherche en toi ce qui est parfait, immortel, immuable et quand tu l'auras trouvé, tu seras entré dans notre Société et tu nous connaîtras.

Le "sensorium" intérieur doit s'ouvrir à la perception des vérités, et l'esprit s'illuminer de sagesse divine. Alors se développeront en ton âme de grands pouvoirs inconnus de toi, alors tu feras la conquête du mal. Ton être entier sera régénéré et transformé en un être de lumière et ton corps sera la résidence de l'esprit divin.
"la science sacrée"

Le cœur, ayant satisfait toutes ses exigences et réalisé son but suprême, devient parfaitement pur; au lieu de refléter simplement la lumière pirituelle, il la manifeste activement; ainsi oint ou consacré par le Saint-Esprit, il devient christ. entrant dans le royaume de la Lumière spirituelle, il devient le fils de Dieu.

Les sages étant capables de comprendre la Lumière électrique interne qui brille en eux-mêmes, trouvent que l'amour de leur cœur se dirige avec dynamisme vers cette Lumière .

Pranava, la parole de Dieu : quand on dirige tous ses organes des sens vers leur centre commun, le sensorium , la porte du monde intérieur, on perçoit
son corps lumineux envoyé de Dieu, Radha ou Jean-Baptiste et on entend le son particulier qui frappe, la parole de Dieu.

"l'Église intérieure"

Le germe divin de cette renaissance céleste est renfermé dans notre intérieur, et doit se développer en nous à l'aide de l'esprit et par la vertu de celui qui s'est fait homme dans le sein pur de la Sainte Vierge.


Revenir en haut Aller en bas
http://assoc.pagespro-orange.fr/rosae-crucis/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mer 23 Juil 2008, 15:31

Merci ma belle amie pour ce partage!

suite à nos conversations de ce dimanche, et à un "message/vision/perception/empreinte" reçu ,j ai revisité le mythe
de" Fuxi et Nuha"
http://antahkarana.forumzen.com/dites-moi-f9/fuxi-et-nuwa-t288.htm#11495
et re-découvert un nom :

Repanse de joie, la porteuse du Graal.




( http://antahkarana.forumzen.com/dites-moi-f9/fuxi-et-nuwa-t288.htm#11495 )

Enfin le Graal est apporté par une vierge Repanse de Schoye, ( Donneuse de Joie ) D'après Wolfram c'est une pierre qui, à la manière de « Petite-table-couvre-toi » fait surgir de manière mystérieuse nourritures et boissons
http://www.lecoindelenigme.com/GRAAL_suite.htm


qui m ont conduite à deux études :
0">LES PROPOS PSYCHOLOGIQUES
0">DE
0">S. RAYNAUD DE LA FERRIERE




0">Le Saint-Graal
0">L’énigme du Graal -écrit Pierre Ponsoye1- est de celles qui ne cesseront jamais d’éveiller l’intérêt profond de l’homme qui médite, parce que son « lieu » est au-delà de tous les problèmes secondaires de l’esprit, dans la retraite très intérieure de ce mystère d’intellection qui, pour tous les grands spirituels, est une mémoire, le mémoire spontanée des choses divines. C’est au coeur de cette mémoire, de cette information essentielle de Dieu que son secret veut être cherché.
0">On aurait donc tort de vouloir situer « géographiquement » et dans le temps cette légende prestigieuse qui a su animer dynamiquement plus d’un grand mystique.
0">Le mot « Graal » est originaire du Midi de la France ; le dictionnaire de Littré le donne comme provenant du vieux français graalz, forme particulière du provençal grazal ; ancien catalan gradalis, gradalus –sorte de vase.
0">Son histoire est apparue vers la fin du XIIè siècle avec trois romans qui sont devenus célèbres : le « Comte du Graal » (Perceval li Gallois) de Chrétien de Troyes, «L’Histoire du Graal » de Robert de Boron, et le « Parzival » de Wolfram von Eschebach.
0">Malgré cela, il semble qu’il s’agisse plutôt d’une longue et secrète tradition comme l’ont d’ailleurs revendiqué tous ceux qui ont fait mention de cette légendaire histoire, basée sur un magistère ésotérique.
0">D’autre part, la doctrine pouvait exister sous d’autres termes, et le mot de Graal, venu la qualifier bien longtemps après seulement.
0">La « vérité du Graal » est la visio Dei, non pas la vision de Dieu par l’homme, mais la vision de Dieu par Lui-même dans l’homme, sa rencontre avec Lui-même dans l’homme au coeur de l’Instant éternel et du « divin Silence » où « L’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu » (selon la première Epître aux Corinthiens, I-vers 10).
0">suite
0">http://www.aquarius-studiesenter.no/documenti/ppxxxiifr.doc


Lors de sa carrière chevaleresque et de sa quête du Graal, Perceval bénéficie de l'aide de nombreuses femmes: son épouse Condwiramurs (“amour guidant”); sa tante paternelle Furdamurs (“amour protégeant”); Ginover (Guenevere, “fidèle à jamais”) l'épouse du Roi Arthur; Liaze (“la galante”), la fille du guide et tuteur de Perceval, Gurnemanz (“concentré sur le destin”); Kundrie la Sorcière, messagère du Graal, semblable à une dakini et adepte de la Kundalini, le Pouvoir du Serpent; Sigune (“frappée par le destin”), sa cousine; et la dernière mais non la moindre, Repanse de Schoye (“joie rebondissante”), la porteuse du Graal qui préside au rite sacré, la Contemplation du Graal, dans le hall principal du château du Roi Pêcheur.
...
Quelle est la question du Graal et à qui le héros la pose-t-il? Selon Wolfram, à la suite de sa seconde visite au Château du Graal, Perceval se trouve devant son oncle paternel, Amfortas, le Roi blessé du Graal. Au moment critique, il demande: “Cher Oncle, de quoi souffrez-vous?” Comme son oncle est tout simplement un représentant de l'humanité, Perceval demande en fait: “Humanité, de quoi souffrez-vous?” C'est la Question du Graal que chacun d'entre nous doit poser afin de nous engager dans la Quête et d'atteindre le Graal. En nous inspirant de l'exemple de Perceval, il nous faut nous enquérir au sujet de la maladie de l'espèce, mais plus spécifiquement dans la mesure où elle procède du patriarcat et du Mensonge Paternel. La réponse à la question du Graal nous parvient de façon individuelle, par des milliers de voies qui soutiennent et accompagnent les intuitions précieuses que nous pouvons développer quant à la condition humaine.

http://www.metahistory.org/FRMagieDuGraal.php
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mer 23 Juil 2008, 16:52


Le Mythe du Saint Graal
dans la continuité de
Enfin le Graal est apporté par une vierge" Repanse de Schoye"

Sur la trace du Graal dans le sud de la France,
en coopération avec André Douzet et Société Perillos.


De tous temps, une légende a fasciné l'humanité… celle du Saint Graal. Les plus récentes recherches prouvent que derrière la légende, pourraient se trouver bien plus de réalités que celles admises jusqu'ici.
Nous accompagnerons une équipe de tournage au long d’un voyage captivant, nous conduisant de l'Antiquité à nos jours. En suivant André Douzet, nous chercherons des éléments, et indices oubliés, dans le Midi de la France. C’est une des premières équipes de tournage qui a exploré le passé depuis les grottes du Graal à Vicdessos. Elle nous apporte également des images fascinantes de la forteresse de Montségur, au pied de laquelle de nombreux Parfaits Cathares trouvèrent une fin abominable. Nous verrons comment les nazis, sous Heinrich Himmler, ont fait disparaître un village entier pour réaliser un projet de construction, d’une ampleur incroyable, au nom du Graal.
Mais le point crucial de notre enquête est aussi le village de Rennes-le-Château, dans le pays du Razès. Pour des milliers de chercheurs, le village, avec son passé mystérieux, recèle encore aujourd'hui d’insolubles énigmes. C’est à la fin du 19ème siècle que son curé , l’abbé Bérenger Saunière, aurait trouvé un secret sans doute lié au Saint Graal. Une étrange "Maquette", probablement l’ultime héritage spirituel du prêtre, représente un paysage, dans lequel est indiquée la tombe de Joseph d’Arimatie. André Douzet nous explique en exclusivité, et pour la première fois sur le site, comment cette maquette doit être lue et comment trouver les points de référence dans le paysage. La tombe de Joseph d’ Arimatie peut-elle ainsi être localisée et le cercle de la légende du Graal se refermer sur une étrange région du Roussillon, au pied des Pyrénées ?

http://www.societe-perillos.com/som_mythegraal.html

CONTE DU GRAAL

<BLOCKQUOTE>


A la découverte des clés de l’éveil !

Marie Ardizio-Visconti, professeur agrégée de Lettres, étudie depuis de nombreuses années le langage des symboles, notamment dans la littérature courtoise des XXe et XIIIe siècles. C’est avec rigueur et méthode qu’elle aborde ce Conte du Graal qui nous tend les clefs de l’éveil. Interview !
http://www.gproductions.fr/presse_detail.php?id_art=120

http://www.gproductions.fr/boutique/index.php?idfiche=206</BLOCKQUOTE>
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Ven 29 Aoû 2008, 18:00

Perceval et la quête du Graal



Par CEAPT Symbole copyright, jeudi 10 juillet 2008
Par Henri Adoue
C’est dans les années 1180 que Philippe d’Alsace, comte de Flandre, procura, dit-on, à Chrétien de Troyes (1135 ? – 1190 ?) un ouvrage où était contée, en latin, l’histoire du Graal. L’auteur d’Erec & Enide, du Chevalier à la charrette, du Chevalier au lion - tous romans célébrant la légende du roi Arthur - va alors couronner sa carrière littéraire par la composition (inachevée ... ou n’ayant pas de fin ?) de cette œuvre mystique connue sous le nom de Conte du Graal (1), prétendument inspirée de l’ouvrage précité , mettant en scène Perceval le Gallois et son ami Gauvain.


"... cette œuvre mystique connue sous le nom de Conte du Graal, ... mettant en scène Perceval le Gallois ... "



On en rappellera sommairement la trame d’ensemble : Le jeune Perceval vit seul avec sa mère, veuve ayant en outre perdu deux de ses fils, en un lieu sylvestre retiré, au Pays de Galles, loin de la civilisation. Il n’en est pas moins amené, un beau jour, à rencontrer cinq chevaliers de passage, aux armures étincelantes, dont l’aspect le fascine. Sa mère le laisse alors s’en aller à la cour du roi Arthur, mais meurt de chagrin, tandis qu’il s’éloigne, indifférent à sa douleur. Au palais d’Arthur, Perceval trouve la cour consternée par la venue d’un chevalier vermeil, qu’il tue d’un coup de javelot. Il apprend, grâce à l’enseignement du prud’homme Gornemant de Goor, l’art des armes et est armé chevalier. Perceval arrive ensuite au château de Beaurepaire, tenu par la belle Blanchefleur, avec laquelle il passe une nuit d’amour à la fois chaste et sensuelle. Un soir, accueilli dans le château étrange du «roi Pêcheur» (que Perceval a rencontré en train de pêcher dans une rivière …), il assiste à un spectacle mystérieux : un jeune homme passe, portant une lance ensanglantée ; puis, précédées de deux flambeaux, ce sont deux jeunes filles, portant, l’une un vase (un «graal») étincelant de pierreries, l’autre un plateau d’argent. Il n’ose interroger son hôte, placé auprès de lui, manquant ainsi l’occasion qui s’offrait à lui ; comme il l’apprendra en effet, une fois hors du castel, s’il avait posé la question, le roi Pêcheur, qui était paralysé, aurait pu être guéri, et lui-même en aurait tiré bien des … avantages.
Dès lors, Perceval se lance éperdument à la recherche du Graal, tandis que, parallèlement, son ami Gauvain tente d’en pénétrer le secret. Au bout de cinq ans de cette quête inlassable, au cours desquels le jeune homme est confronté aux objurgations d’une demoiselle pleurant son ami mort et d’une hideuse pucelle, Perceval se confesse à un ermite, qui se trouve être l’oncle du roi-pêcheur et le frère de sa défunte mère. Ce saint homme lui révèle que le roi Méhaignié, père du roi Pêcheur, ne se maintient en vie que grâce à la manducation de l’hostie qu’on lui apporte dans le Graal. Et le livre s’achève ainsi, laissant peut-être à penser que, si Perceval avait été initié, l’immense bonheur du salut éternel s’ouvrait à lui.

On sait qu’avec son poème, Chrétien de Troyes avait entamé un processus de christianisation, que d’autres auteurs (e.g. Robert de Boron) poursuivront encore plus avant. Ainsi le Graal deviendra-t-il le vaisseau dans lequel Joseph d’Arimathie est réputé avoir recueilli le sang du Christ ayant jailli de la blessure de Celui-ci ; la lance elle-même va se confondre avec l’arme dont le centurion Longin a percé le flanc de Jésus au Calvaire ; et l’on n’oubliera évidemment pas que les comtes de Flandre, pairs laïcs du royaume de France, avait, parmi leurs grandes villes de séjour, la sérénissime Bruges, où l’on vénérait … le «Saint Sang». On sait par ailleurs que Wolfram von Eschenbach, dans son Parzival, fera de son héros le roi du Graal, dont l’ordre du Temple se voit confier la garde.

Il reste qu’après avoir enchanté et nourri la rêverie d’un poète médiéval, après avoir constitué le cœur lumineux de l’âme chevaleresque, ce Graal, réceptacle du sang christique qui s’est substitué au chaudron d’immortalité de la tradition celtique, nous attire toujours par son mystère. Partir à sa quête, n’est-ce point désirer atteindre l’essence de notre être ?


suite
http://www.signes-et-symboles.org/dossiers-symbole/index.php/2008/07/10/195-symbole-guenon-tradition

avec l aimable autorisation de christian Mariais
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: La Rose Mystique des Fidèles d'Amour!   Dim 05 Oct 2008, 11:59



La rose est un symbole unique dans les mythes et légendes du monde entier. Dans l'Égypte ancienne, elle symbolise la fécondité de la femme. En Grèce, elle est consacrée à Aphrodite, déesse de l'amour et de la beauté. Dans la mystique musulmane, elle incite à la contemplation intérieure. II n'y a pas de fleur plus aimée, plus célébrée par les poètes. Rose mystique, rose des cathédrales, la fleur immaculée qui rachète le péché d'Ève est aussi l'emblème des princes et des philosophes (le Parti socialiste prit la rose pour symbole en 1969).




Rose de tous les jours, imprimée ou brodée sur la robe des femmes, présente dans la publicité ou la gastronomie, la rose est symbole de vie. Quelle est la raison d'une telle passion ? Sa beauté dont la forme, l'ellipse parfaite, évoque une mathématique savante ? Le velours de ses pétales, la suavité de ses parfums ? Quel secret recèle cette fleur magique et magicienne ? S'appuyant sur une riche iconographie, cet ouvrage décrypte le mystérieux langage des roses. Pour tous les amateurs de roses, il est un hommage à la reine des fleurs, de l'Antiquité à nos jours.


Les Roses


Remarquable par sa beauté, sa forme et son parfum, la rose est la fleur symbolique la plus employée en Occident. Elle correspond dans l'ensemble à ce qu'est le lotus, en Asie, l'un et l'autre étant très proches du symbole de la roue. L'aspect le plus général de ce symbolisme floral est celui de la manifestation, issue des eaux primordiales, au-dessus desquelles elle s'élève et s'épanouit. Cet aspect n'est d'ailleurs pas étranger à l'Inde, où la rose cosmique Triparasundarî sert de référence à la beauté de la Mère divine. Elle désigne une perfection achevée, un accomplissement sans défaut. Comme on le verra, elle symbolise la coupe de vie, l'âme, le cœur, I'amour.
La rose est, dans l'iconographie Chrétienne, soit la coupe qui recueille le sang du Christ, soit la transfiguration des gouttes de ce sang, soit le symbole des plaies Christ. Un symbole rosicrucien figure cinq roses, une au centre et une sur chacun le bras de la Croix. Ces images évoquent soit le Graal, soit la rosée céleste de la Rédemption. Et puisque nous citons les Rose-croix, remarquons que leur emblème place la rose au centre de la Croix, c'est-à-dire à l'emplacement du cœur du Christ, du Sacré-Cœur. Ce symbole est le même que la Rosa candida de la Divine Comédie, laquelle ne peut manquer d'évoquer la Rose mystique des litanies chrétiennes, symbole de la Vierge ; le même peut-être aussi que celui du Roman de la Rose. Angelus Silesius fait de la rose l’image de l'âme, celle aussi du Christ, dont l'âme reçoit l'empreinte. La rose d'or, autrefois bénie par le Pape le quatrième dimanche de Carême, était un symbole de puissance et d'instruction spirituelles Mais aussi sans doute un symbole de résurrection et d'immortalité. La rosace gothique et la rose des vents marquent le passage, du symbolisme de la rose à celui de la roue.

Il faut enfin noter le cas particulier, en mystique musulmane, d'un Saadi de Chiraz, pour qui le Jardin des Roses est celui de la contemplation : « J'irai cueillir les roses du jardin, mais le parfum du rosier m’a enivré. » Langage que la mystique chrétienne ne refuserait en aucune manière, en commentaire du Cantique des Cantiques sur la rose de Saron. La rose, par son rapport avec le sang répandu, paraît souvent être le symbole d’une renaissance mystique : sur le champ de bataille où sont tombés de nombreux héros, poussent des rosiers et des églantiers...
Des roses et des anémones sont sorties du sang d'adonis tandis que ce jeune dieu agonisait... Il faut, dit Mircea Eliade, que la vie humaine se consume complètement pour épuiser toutes les possibilités de création ou de manifestation ; vient-elle à être interrompue brusquement, par une mari violente, elle tente de se prolonger sous une autre forme : plante, fleur, fruit. Les cicatrices sont comparées à des roses par Abd Ul Kadir Gilani, qui attribue à ces roses un sens mystique.

http://mapage.noos.fr/crosin000v/Ronsard/roses_fr_Ronsard.html

revisiter aussi
La Guerre des Fleurs

La Rose


Le mot « rose », daté en français du début du XIIe siècle[2] est dérivé du latin rosa, rosae (substantif féminin) qui désignait aussi bien la fleur que le rosier lui-même. Ce terme, apparenté au grec rhodon,
aurait été emprunté à une langue orientale. Il est tentant de
rapprocher « rose» de « rosée », pourtant cette rencontre, source
d'inspiration inépuisable pour les poètes, est fortuite en français. En
effet « rosée » dérive, par l'intermédiaire du bas-latin rosata, du latin ros, roris (substantif masculin), peut-être apparenté au grec drosos, venant d'une autre racine indo-européenne.


144000
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
gicha

avatar

Féminin
Vierge Tigre
Nombre de messages : 75
Date de naissance : 16/09/1938
Age : 78
Localisation : Québec
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Ven 28 Nov 2008, 15:51

Merci Mireille
Seul le silence permet à ces mots de pénétrer

dans le temple intérieur et de le faire vibrer,

Et de cette vibration jaillit

la Joie infinie dans tout l'univers.

:aa:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Tout Amour ...?   Lun 27 Avr 2009, 00:57

Bonsoir,

Être Amour dans le Divin ou alors Tout amour dans l' Humain c'est la subtilité identique à croire qu'on se détache dans la croyance du non-attachement ? L'attachement attire systématiquement son "contraire" le détachement, c'est la LOI. Que reste t 'il ? Le Non -attachement? La croyance du non-attachement est un leurre supplémentaire à dépasser?

Tout se fait dans l' Équilibre . Aimer Tout depuis le Divin . L' humain est un "imitateur", qui aime reproduire tout ce qui vient du Divin. Il le garde en lui, il se l'approprie au lieu de le restituer à Qui de droit, simplement en le laissant aller là où ça doit aller, afin de laisser le "courant" passer, comme le circuit de l'eau par évaporation, la montagne et retour à la mer(e). Il est un "support", un "outil", un "véhicule" que l' Âme, "construction du Divin" met au service de l' Éternel. N'est-il pas conçu "à l'image" de Dieu? Est ce en cela que l'on doit voir la spiritualisation de la Matière? Celle-ci se renouvelle par un circuit éternel. La Matière peut vivre vieille, au-delà de notre propre espérance ou imagination. mais elle est loin d' être immortelle.

Les rêves, amplifiés ou distorsionnés, sont le reflet de notre dualité en nous et de la recherche, accompagnées par les alertes de nos peurs d'atteindre ce que nous croyons être le "final". Les rêves sont des messages issus de nos âmes. Les peurs viscérales et diverses: de déplaire, de rejet, d' abandon de toutes sortes, et même les "prises de tête" et les désaccords sont les illusions de la dualité. Les divinités sont des principes énergétiques "imagés" et duelles.

La Lumière Elle même,(La Mère), est la Clé qui ouvre la Porte (Le Christ/Enfant) au Père: Principe Suprême Universel. Ce qui nous est demandé et offert à atteindre, c'est Le Point "Zéro" absolu, le Centre Éternel d' où Tout, absolument tout part, illuminant ainsi les "constructions" , la Trinité (Père/Mère/Christ) pour rayonner au-delà dans la multidimension . Chacun possède ses outils, aussi honorables les uns que les autres et qui offrent un "support" issu de la diversité des croyances et des peurs jusqu'à la compréhension qui mène à la Conscience. Elle Seule libère. Et nous pouvons affirmer alors que notre "Coeur" nous a amenés vers ce qui est de meilleur pour nous : L' ÉTERNEL. Là où Rien ne se perd, là où tout se transforme... où tout est en "expansion"... Comme un volcan prêt à entrer en éruption Que ce soit l' Amitié ou même l' Amour, La Lumière et la PURETÉ. Là, où Tout est sublimé. Ce "JEU" issu du divin, là où tout et tous sont égaux, invite à dépasser le "Principe" des Flammes Jumelles que tous ont chacun en eux. Ils sont avant tout des Principes divins à UNIR, à intégrer, à révéler en conscience. Nos propres ressentis, à ce sujet, sont JUSTES, au niveau divin, mais "désuet" au niveau Humain. C'est ce qui entraîne tous les désaccords pour les faire ressortir afin de les traiter, les échanges même dans les avis divergeants.

Oui, nous nous accompagnons tous, trop souvent de manière draconienne, nous montrant mutuellement nos peurs les plus viscérales, le miroir de soi en l'autre. Il est nécessaire de Fusionner en Être Solaire et divin pour s' associer en Couple Solaire, et l'un comme l'autre ignore QUI ce sera..? Ne plus focaliser sur le couple humain, défini de manière péjorative par "couple 3D"; nous l'avons tous testé, et ça ne fonctionne plus sans le Divin révélé. Et pourtant, au plus profond de nous même, nous savons combien nous nous aimons dans l' Éternel où nous sommes déjà tous réunis dans l' Âme Maîtresse Humaine.

Dans l' ici et maintenant, je peux affirmer que , je n'ai que rayonnement d' amour pur et sans arrières pensées. Nous ne nous appartenons pas mutuellement, personne n'appartient à personne, pourtant tout est relié. Même en relation parents/enfants, les enfants n'appartiennent pas aux parents. Par amour pour eux, un jour... ils les laissent partir .

Une fois les peurs traitées et guéries, personne ne sait ce qui sera...

Toute Décision est inspirée, j' en suis persuadé. J'ai compris qu' Elle est le Merveilleux cadeau du divin à l'autre et la plus belle preuve d'amour apportée en tant qu' humain conscient à l'humanité.

Sommes nous prêts à révéler ce qui EST pour devenir ce que nous sommes véritablement ? Je ne sais pas mais je le crois sincèrement et j'ai confiance en nous.

La rencontre avec le Veilleur, l' Ange gardien ou le "Passeur" n' est pas vaine... Consciente ou inconsciente, et continue à prendre de l' ampleur pour tous. Il EST le Principe Suprême qui ouvre à l' Éternel pour l' Éternité. Je nous souhaite à toutes et à tous, de tout coeur, d'aller vers et dans l' Éternel, Le SANS NOM, l'Inconnu et l' Incommensurable...
Je n'éprouve qu' amour et il est de plus en plus sacré, de plus en plus libre et léger .
Je vous offre tout "ces mots", afin que vous ressentiez encore plus de liberté en vous. Il sont offerts par l' Éternel en mon centre avec tout mon coeur et tous mes remerciements de nous être offert le droit d'aller encore plus loin. Ainsi qu'à tous ceux et celles qui y ont participé en "qualité" de miroirs. Bénis soient ils.

Nous pouvons nous inviter à nous centrer plus souvent, sinon constamment, en notre coeur et de demander officiellement à chaque fois, au Centre Éternel, L'AMOUR, d 'apporter tout le meilleur, ce dont nous avons "besoin" pour LUI... Lui seul possède ce Pouvoir et Sait si un jour, nous "retravaillerons" tous ensemble dans la pureté pour évoluer encore plus... Ce sera Sa Volonté .

Merci à toutes et à tous ...
:bisouxxx:
Revenir en haut Aller en bas
Roseligne



Féminin
Gémeaux Tigre
Nombre de messages : 4
Date de naissance : 18/06/1962
Age : 54
Localisation : Montréal, qc. Canada
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Les «Habitudes» d'Êtres   Mer 03 Juin 2009, 22:24

:50: Il y a un temps pour chaque chose et maintenant que le temps s'en va avec tout les leurres supplémentaire qui en fesait partit, tout les outils anciens sont maintenant superflue,ils étaient pratiques au mental ,mais en position de Soi ou seul le coeur EST en toute chose ,il n'y a que l'exactitude du moment en un vaste mouvement universel ou tout y respire a l'unisson .
Mais voilà ce qui retarde la pluspart d'entre nous je crois est la fameuse «HABITUDE» d'être nourris par tout ce qui est a l'extérieure de nous et celà a tout les niveaux de notre être ,inverser cette «HABITUDE» et ce nourrir de ce que nous sommes d'abords demande une conscience sans barrière et un certain mouvement déclancheur interne de l'âme qui est prête a faire le pas de plus qui fait toute la différence.
Le courage d'être et une confiance total en tout ce qui EST car OUI tout est PARFAIT !
L'Amour est toutjours parfait et en devenir plus grand.......
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Ven 05 Juin 2009, 00:29

Bonsoir Roseligne,

Citation :
...tout les outils anciens sont maintenant superflue,ils étaient pratiques au mental ,mais en position de Soi ou seul le cœur EST en toute chose ,il n'y a que l'exactitude du moment en un vaste mouvement universel ou tout y respire a l'unisson ...
.
Rien d 'autre à ajouter.


Je préciserais même que toutes choses sont dans le cœur. Être au diapason de son cœur c'est être au diapason de l' équilibre.

Les outils anciens , ne sont pas superflus, je pense, pourvu qu'on les utilise en conscience dans le présent comme "SUPPORTS DENSES" dont notre corps fait partie. Comme la parole et le son sont des outils qui nous permettent de manifester la pensée ou l' émotion qui vient du plus profond de son coeur ou de son être. Il ne sont plus alors des outils superflus.
La superficialité consiste, à mon avis, en la récupération des résultats du passé ramenés au présent et en un usage habituel totalement démuni de conscience et rapporté au simple fait d' obtenir quelques "choses" bien matérielles ou un pouvoir sur autrui.

Le fait de s'en servir au moment présent, permet d'amplifier dans cet instant ce qui nous est "utile" et bénéfique dans la vie. C'est le but réel des outils qui permettent une descente du subtil dans la matière. S'en servir avec cœur et confiance, avec l' esprit de bienséance pour bénéficier de la bienfaisance dans la matière pour notre bien-être. L' outil est au service de notre cœur et de la Vie. Ce n'est plus nous qui sommes au service des outils. C'est un peu comme la logique moderne qui pense honnêtement, bien que beaucoup s'en défendent, que nous sommes au service de la technologie alors que c'est la technologie qui doit être au service de l'humanité.

Les outils , en spiritualité, sont utiles et nécessaires pour purifier les canaux ou le Canal en Soi. Et nous en avons encore besoin, en association à l' accélération énergétique en cours.

Bref,
Tout comme l'air sert à nous nourrir en oxigène et la nourriture notre corps physique,
Les outils nous sont d'une grande utilité au même titre qu' une marmite est utile à cuire la soupe .

Amicalement,
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Ven 24 Juil 2009, 22:15


Le Graal, un mythe chrétien entre fiction et théologie



Hélène Bouget

Jean-René Valette, La Pensée du Graal. Fiction littéraire et théologie (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Champion, 2008, 793 p., EAN 9782745316165.







L’ouvrage de J.-R. Valette prend pour objet les Hauts Livres du Graal que sont les romans en prose du Perlesvaus, L’Estoire del Saint Graal, La Queste del Saint Graal ainsi que la trilogie attribuée à Robert de Boron. Il s’agit d’un travail d’importance qui renoue avec les recherches sur le Graal en littérature sous un angle complexe et savant. Les œuvres retenues sont en effet considérées comme des moyens d’édification par le biais de fictions où le Graal apparaît comme le medium privilégié entre l’homme et Dieu. Entre littérature, poétique et théologie, l’auteur exploite un champ de recherches transversales jusque là négligé. Jusqu’à présent, les travaux sur la matière graalienne rejoignent séparément les domaines de l’ethno-religieux, de l’invention artistique et de la spéculation théologique. Laissant de côté le premier aspect, l’auteur se donne pour but de « s’interroger sur le statut dont jouit la composante théologique au sein du texte romanesque, sur les rapport que la fiction entretient avec la théologie » (p. 16). Il délimite pour cela en introduction son propre espace de recherche, en marge d’une part de l’ésotérisme et des apocryphes dans la mesure où les Hauts Livres du Graal restent des fictions théologiques qui n’engagent pas formellement la croyance, et d’autre part du catharisme. Il se démarque également des travaux antérieurs qui rattachent les textes étudiés à l’idéologie de Cluny ou de Cîteaux. Loin d’en proposer une lecture doctrinale, la théologie mystique et le néoplatonisme chrétien constituent un horizon de référence qui permet de « raisonner non pas en termes de causalité mais d’analogie et de participation, selon les catégories même de la civilisation à laquelle appartiennent la littérature et la théologie du Graal » (p. 55). L’étude des relations entre ces structures mentales et théologiques et les textes littéraires se déroule selon un parcours en quatre étapes abordant la question sous des angles différents : l’analogie (I. « Image et ressemblance »), la révélation (II. « Les signes du Graal »), la vision (III. « Visible et invisible ») et le temps (IV. « L’histoire du salut »).

suite
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Lun 07 Déc 2009, 21:18

Un texte d un site que je vous ai déjà partagé
livres-mystique.com

L'INITIATION CHRISTIQUE
(conférence du17 Avril 1912)

« PERSONNE NE MET UNE PIECE DE DRAP NEUF A UN VIEUX VETEMENT... ».
(MATTHIEU IX, 16.)


IL est bien téméraire, quand on ne dispose que d'une heure, d'entreprendre l'étude d'un aussi vaste sujet. Mais tous les sujets ne dépassent-ils pas nos limites ? Et ne peuvent-ils pas, tous, nous conduire à un panorama ignoré des cimes éblouissantes du Vrai ? En outre, le thème de cette causerie me permettra de donner mon avis sur plusieurs points que je considère comme essentiels. De plus en plus, à mesure que les années s'écoulent, la bataille, dans les mondes de l'occulte, devient tumultueuse; des pièges subtils sont tendus et des appâts séduisants offerts au chercheur, à tous les détours du sentier. Il faut, pour que vous puissiez juger, décider, choisir votre route, que vous connaissiez toutes les opinions. Naturellement, je crois être dans le vrai; les théories d'éclectisme, aujourd'hui à la mode, sont vides de sens. Car pourquoi parler, si l'on pense propager des erreurs ? Si la conviction la plus absolue ne nous anime pas, notre voix est morte; c'est un bruit inutile et vain.

Mais je ne veux ni ne dois entraîner personne par moi-même. Si vraiment c'est de la Vérité que je vous parle, ce n'est pas moi qui vous la ferai reconnaître, c'est elle-même qui prononcera, au tréfonds de vos coeurs, les mots invincibles, définitifs et certains. Dans les royaumes du spiritualisme, les routes sont si nombreuses, les bifurcations si fréquentes, à peine les parcourt-ondepuis quelques dizaines d'années, que la fatigue nous vainc, le désir désespéré nous consume d'apercevoir un phare, d'entendre enfin la voix réconfortante d'un Ami secourable !
Et, plus on s'enfonce dans les profondeurs du spiritualisme, plus vite viennent cette langueur et cette soif.

Ne vous scandalisez pas si je viens à vous comme possédant cette Certitude, voyant cette Lumière et connaissant cet Ami. Et, si je les tenais pour provisoires, je n'aurais pas le droit d'affirmer tout à l'heure certains axiomes. Vous voudrez donc bien ne pas voir dans ce que je vais vous dire des attaques dédaigneuses; je pense seulement que l'on donne à tort aujourd'hui à l'éclectisme et au dilettantisme le nom respectable de la tolérance. Toutes les opinions sont respectables, toutes les opinions contiennent une part de vérité; mais celles qui dépassent le niveau de l'intelligence ne sont plus des mélanges de faux et de vrai; elles sont, à cause de leur hauteur, tout à fait fausses ou tout à fait vraies.
Où trouver le critérium infaillible ? Dans le Savoir, répond la Sagesse antique; dans l'Amour, répond la Sagesse christique. Nous allons confronter les enseignements de Notre Jésus avec ceux de Ses prédécesseurs humains, au quadruple point de vue de l'Initiation, de la Connaissance, de la Morale et de la Perfection finale; et nous essaierons, s'il plaît à Dieu, de conclure, en quelques paroles, au choix définitif de la route spirituelle.
* * *

Et d'abord, qu'est-ce que l'Initiation ?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mer 20 Jan 2010, 18:18

Bonsoir ,
j ai trouvé ce livre , étonnant:


"Hitler et la Tradition Cathare" de Michel Angebert

Présentation de l'éditeur


Qu est-ce que la croix gammée vient faire au milieu des « Parfaits » cathares ? Et pourtant... N'a-t-on pas retrouvé des roues solaires et des emblèmes à svastika dans la région pyrénéenne ? N'a-t-on pas vu un avion allemand célébrer, en traçant une croix celtique dans le ciel, le 700e anniversaire de la chute de Montségur, le 16 mars 1944 ? Et que venait faire Otto Rahn, mandaté par le « Sacré Collège » hitlérien, sur les pentes de la forteresse dévastée ? Le Graal, vase du sang pur ou pierre de la Connaissance, était-il enfoui à Montségur comme le croyaient Rosenberg et les SS ? Que Hitler ait voulu créer une nouvelle religion, cela paraît déjà à peine croyable ; mais que l'histoire enseignée dans les universités ait été considérée comme caduque pour faire place aux « mythes », tel celui d'un Graal païen, voilà qui dépasse l'imagination.


qui m a conduit à ce texte:





Le Graal selon... Michel Angebert


Dans la tradition pyrénéenne aujourd’hui encore vivante, Montségur est considéré comme le Château du Graal, l’écrin renfermant le trésor mystique ; car c’est bien d’une légende qu’il s’agit, légende qui porte sur ses ailes le message d’une réalité transcendante. Dans le récit conté par un berger ariégeois il est fait mention de l’épisode suivant:
« Au temps où les murailles de Montségur étaient debout, les Purs y conservaient le Saint-Graal. Le château était en danger, les armées de Lucifer assiégeaient ses murs, elles voulaient avoir le Graal pour le réinsérer dans la couronne de leur prince, d’où il était tombé sur terre lors de la chute des anges. Alors, au moment le plus critique, une colombe blanche arriva du ciel et fendit de son bec le Thabor. Esclarmonde, sa gardienne, jeta le joyau sacré dans la montagne, qui se referma. Ainsi fut sauvé le Graal. Lorsque les diables entrèrent dans le château, ils arrivèrent trop tard. Dans leur fureur ils envoyèrent au bûcher tous les Purs, au camp des crémats. » (1)
Cette légende apparaît comme ayant une origine et un fond gnostique certains, chacun n’ignorant pas que l’émeraude, pierre de la Connaissance, symbolise ici le « troisième oeil » qui est celui de la Clairvovance, perdue lors de la chute de l’esprit dans la matière.
C’est d’ailleurs dans un évangile gnostique, celui de Nicodème, que l’on trouve le récit du Graal chrétien. Selon ce texte, Joseph d’Arimathie, disciple du Christ, aurait recueilli, dans une coupe d’émeraude, le sang divin tombé des blessures du Sauveur causées par le coup de lance du centurion Longin, lors de la crucifixion.
Quant à l’origine de cette pierre creusée en forme de coupe, recueillie par Joseph d'Arimathie, celui-là même qui embauma le corps de Jésus et offrit d’abriter la dépouille dans son tombeau, il nous est rapporté par la légende née cette fois-ci à Jérusalem (Gnose Syrienne) que ce fut Saint Michel qui détacha la gemme magique lors d’un coup de lance lorsque l’archange terrassa Lucifer.
Nous tournons toujours autour du même symbole, celui du « Porte lumière » : Lucifer, vaincu et rejeté dans les ténèbres. Moïse aura possédé la pierre, tombée miraculeusement sur terre, puis Salomon dans son trésor. Ainsi s’expliquerait, par un jeu de filiation symbolique, la transmission de l’Emeraude jusqu’à Joseph dArimathie.
Il est dommage que le seul récit qui, selon les Chroniqueurs , fasse état de cette origine du Saint-Graal, en l’occurrence le texte de Guyot de Provins (trouvère qui séjourna longtemps auprès du Comte de Toulouse et au château de Foix, au XIIè siècle) soit aujourd’hui perdu alors que nous sont parvenues les versions de Chrestien de Troyes et Wolfram d’Eschenbach. Ce dernier fait également allusion à Lucibel ou à Lucifer et donne une origine céleste au Graal.
Otto Rahn, avant guerre, a assez étudié le récit de Wolfram d’Eschenbach, en le rapprochant des épisodes de la croisade contre les Albigeois et des traditions Cathares de Montségur, pour qu’il soit nécessaire d’insister davantage. Ajoutons seulement que le Minnesinger allemand qui termina le récit de Wolfram, resté inachevé place le Saint-Graal à la garde des Templeisen ou templiers-cathares et leur donne une origine « asiatique ».
Il est intéressant de rapprocher cette précision d’une observation qui relève de la vérité historique pure et simple. Dans la grotte de Montréal-de-Sos (près de Capoulet dans l'Ariège), on a retrouvé une fresque, en partie détruite par l’humidité, remontant au moins au Xlllè siècle et représentant le vase mystique du Graal, entouré de croix latines et aussi une épée et un Soleil rayonnant.
L’érudit chercheur Déodat Roché attribue cette peinture aux Templiers qui tenaient un poste (relais vers St Jacques-de-Compostelle) non loin de là à Mirepoix. Et M. Roché conclut : « Les vestiges du passé que nous avons retrouvés nous permettent de voir dans la région d’Ussat, à Montségur et Montréal- de-Sos des centres de la révélation nouvelle du Graal que nous désignerons dès lors comme celle du Graal pyrénéen. » (2)
Si l’on veut bien admettre que les Templiers (et personne n’ose sérieusement le contester) étaient détenteurs d’une tradition initiatique dualiste et gnostique (le Baphomet), nous rejoignons ainsi à nouveau les Evangiles dits « apocryphes » parmi lesquels se trouvent l’évangile de Nicodème déjà cité, et les textes fort importants pour le manichéisme qui se trouve à l’origine du Catharisme - " l’Evangile de Thomas " et les " Actes de Thomas " (disciple de Jésus).
L’historien Jean Doresse fait remarquer à ce propos : « L’intérêt exceptionnel de ce texte aussi bien pour le passé du Christianisme que pour le développement des Gnoses et du Manichéisme fait que beaucoup de ceux qu’ont touchés les premières nouvelles publiées sur la découverte de Khénoboskion ont désiré connaître cet " évangile " sans trop tarder. » Et plus loin il ajoute : « Le mystère de l’authenticité possible de certaines des paroles que l’Evangile selon Thomas prête au Sauveur fait que cet écrit mérite, plus qu’aucun autre texte jusqu’à maintenant connu, d’être confronté avec les évangiles canoniques. Il est d’autre part notable qu’il fut, pour les hérétiques - pour les Manichéens en particulier - l’ "évangile" par excellence. » (3)
Une fois soulignée l’importance des textes évangéliques attribués à Thomas, il convient, toujours dans l’optique de notre Queste du Graal, d’étudier la vie de celui qui fut désigné comme « l’apôtre des Indes » et qui le fut effectivement, comme nous l’indiquent les données historiques et traditionnelles.
Celui qui avait touché les plaies (donc le sang) du Christ fut instruit par le Sauveur et chargé par Jésus d’une mission privilégiée consistant à partir pour les Indes.
L’évêque Abdias, de Babylone, a rapporté les circonstances du départ de Thomas dans son « Histoire apostolique » :
« Et tandis que cela se passait, Thomas restait à Jérusalem, où il reçut, par une inspiration divine, l’ordre d’aller dans l’Inde, afin de montrer la Lumière de la Vérité à un peuple qui gisait dans les ténèbres. » Thomas partit avec un envoyé du Roi Gandafricus (souverain de l’Inde) qui désirait connaître la doctrine chrétienne, et ses deux frères Jude et Taddée.
Prêchant et « accomplissant des miracles » l’apôtre, descendant le long de la côte dite « des Malabars », atteignit la pointe sud de la péninsule indienne où il s’embarqua pour l’île de Taprobane (l’actuelle Ceylan).
Thomas pensait que l’île était le " séjour du Paradis terrestre ", selon la tradition.
Les indigènes racontaient de leur côté :
« Ici, vécurent Adima, le premier homme, et Héva, sa femme. Tentés par le Prince des Rackasas (Géants ou démons), ils voulurent voir ce qu’il y avait au-delà du merveilleux Jardin mis à leur disposition par Brahma, curiosité fatale, car ayant traversé la mer en sautant d’un récif à l’autre, ils abordent une terre de désolation, dévastée par les mauvais esprits : le Dekkan (« Pays-du-Sud ») dont l’aspect ne tarde pas à épouvanter les téméraires transfuges. Voulant alors regagner leur beau jardin, ils constatent avec effroi la disparition de certains des rochers qui leur avaient servi de passerelle. Ainsi, Adima et Héva, condamnés à rester sur une terre hostile, connurent-ils désormais la tristesse de la condition humaine... ».
N’oublions pas qu’à Ceylan se trouve une montagne nommée « le pic d'Adam ».
En fait de paradis, Thomas et ses compagnons trouvèrent l’enfer de la jungle tropicale. Néanmoins, guidé par une étoile spirituelle, l’apôtre s’enfonça dans l’intérieur de l’île, finissant par arriver auprès d’un temple très ancien dont la tradition attribuait la construction aux anges, la première pierre, seule, ayant été posée par Adam. Ce temple devait se révéler comme étant le « temple du Graal » (le premier sur terre).
Nous rejoignons ici le récit de Wolfram d’Eschenbach, le troubadour germanique . « Le païen Flégétânis découvrit, en examinant les constellations, de profonds mystères dont il ne parlait qu’en tremblant. Il était, disait-il, un objet qui s’appelait le Graal. Il en avait clairement lu le nom dans les étoiles. Une troupe d’anges l’avait déposé sur terre puis s’était envolée bien au-delà des astres. Les anges étaient trop purs pour demeurer ici-bas. »
Nous pouvons ainsi constater que le Graal est un « objet céleste », ce qui en fait une réalité sur tous les plans, spirituel et matériel. Ainsi se rejoignent et se complètent les explications du Graal, coupe du Sang, de l’émeraude et du Livre de la Connaissance confondu avec le « Livre M » des Templiers et le « Livre aux 7 Sceaux » de l’Apocalypse.
Le « Sanctuaire » du Graal est, dans le récit traditionnel que nous suivons pas à pas, le reflet d’un Sanctuaire « célestiel » matérialisé sur terre. En effet, le temple cinghalais contenait douze tables de bronze gravées d’une très fine écriture.
Le récit de « Titurel » donne d’ailleurs une origine « asiatique » au Saint-Graal. Ces tables de bronze incrustées d’émeraude contenaient la Science des Sciences résumant le passé, le présent et l’avenir de l’Homme, depuis la création pré-adamique. Adam et Eve, ces premiers « Humains » d’après la Gnose, venaient d’ailleurs, d’une espèce autre venue visiter notre monde, dans des temps très anciens. Thomas découvrit les Tables, confia la découverte à un nommé Artabase (descendant des rois d'Arménie) ayant accompagné l’expédition , "homme de savoir versé dans la connaissance des parlers antiques". Celui-ci se mit en devoir de déchiffrer les signes gravés et transcrivit la traduction sur des rouleaux de papyrus.
Après de nombreuses étapes au cours desquelles le Graal séjourna successivement en Assyrie, à Jérusalem, à Rome puis en Espagne wisigothique, les Tables de Bronze furent déposées dans une crypte creusée dans le rocher de Montségur, temple solaire des Cathares d’Occitanie.
L’Allemand Otto Rahn chercha le Graal à cet endroit, avec raison, entre 1929 et 1936, au cours de plusieurs séjours dans la région pyrénéenne. Ses recherches n’aboutirent pas dans l’immédiat puisqu’une expédition allemande fut organisée en 1943 pour retrouver le Graal d’après les indications du chercheur allemand... (4)
En possession de ces tablettes, les savants d’outre-Rhin n’ayant pu déchiffrer le texte sacré, l’auraient enfoui à la veille de la défaite dans un glacier autrichien. Il est une certitude en l’espèce: l’existence réelle du Graal, objet « venu d’aileurs » et déposé sur terre par des « Etres Célestes » pour éclairer l’Humanité sur son sort et lui apporter la « Connaissance ».
Ainsi Montségur comme le Pic d’Adam à Ceylan, est devenu « le Château du Graal », le « Revolving Castle » de la Tradition Primordiale. Le Catharisme détenait, par la Science des Parfaits albigeois, certaines clefs de la connaissance graalique. Et ce n’est pas en vain que les Dualistes Cathares et Manichéens se réclamaient de Thomas, de son « évangile » et de son « apocalypse ». (5)
L’Eglise « officielle » qui partit en guerre contre cette Gnose, occulta le message et triompha du « Porte-Lumière » dans sa « Croisade contre le Graal ».
Ainsi, Montségur attend toujours le « Chevalier fol et pur » qui révèlera au monde le message lumineux du Graal.
S’il ne devait pas en être ainsi, la Terre devrait attendre l’ouverture du « Septième Sceau » du Livre de l'apocalypse de Jean pour connaître la vérité du Liber Mundi qui est aussi le Graal sur tous les plans, à une date qui nous est clairement indiquée par lapôtre de Patmos.

Bibliographie:





  1. Otto RAHN, La Croisade contre le Graal (Stock-Paris, 1933)
  2. Déodat ROCHE, Etudes Manichéennes et Cathares (Ed. Véga, Paris,1952).
  3. J. DORESSE, L'Evangile selon St Thomas (Plon-Paris, 1961).
  4. Cf J-M. ANGEBERT, Hitler et la Tradition Cathare (Laffont-Paris, 1971).
  5. L'Apocalypse qu'écrivit St Thomas est un texte prophétique d'importance primordiale, hélas perdu.



source: De Montségur au Pic d'Adam (Michel Angebert)
revoir ce post aussi sur les Cathares
Les Cathares
[ Aller à la page: 1, 2, 3]
et

Qu'est-ce que le Graal ?
Les tentatives de réponse à cette question abondent sur internet. Nous en avons rassemblé une infime partie, sans y porter de jugement de valeur. Vous verrez que des pistes sont lancées dans de nombreuses directions: littéraire, historique, poétique, ésotérique, etc. Certaines présentent une coupe bien prosaïque, d'autres la font rayonner de mysticisme. Du devoir d'école à la publication d'un professeur renommé, de la fiction avouée à l'essai philosophique, toutes méritent d'être lues. Leur diversité reflète la myriade de significations données au Graal; nous vous souhaitons d'y trouver la vôtre.





Le Graal selon...

<LI>Ordre d'Arimathie
<LI>Wikipédia
<LI>Histoire du Monde
<LI>Sagesse primordiale
<LI>Bernard Reydellet
<LI>Terra Lucida
<LI>Antonin Gadal
<LI>Cathares
<LI>Association Strobinet
<LI>France astro


<LI>Abd-ru-shin
<LI>Historia
<LI>Michel Angebert
<LI>Émile Boissier
<LI>Esonews
Église Orthodoxe Celtique

<LI>Mythologie Celte
<LI>La France pittoresque
<LI>Lycée Agricole de Lavaur


<LI>Religiologiques
<LI>L'Essentiel
<LI>Alliance
<LI>Google



Le Graal est polymorphe, chacun porte en soi son Graal tel qu'il l'imagine et le cultive. (Jean-Charles Payen, 1981)
Le Graal renvoie à ce désir profond de l'homme d'aujourd'hui de trouver une justification à son existence. (Jean Markale, 1994)
Avertissement à l'intention des auteurs des textes présentés ici
Cette compilation a été réalisée à des fins d'éducation du public et sans but commercial. Internet étant un médium instable dans le temps, nous n'avons pas seulement établi de lien vers votre texte, nous l'avons également recopié ici dans un souci de préservation. Vous pouvez bien entendu demander son retrait du site en écrivant à quete@graal.be
</LI>






Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mar 02 Mar 2010, 13:36

La Queste et le Zodiaque:
La mission de Galaad et la symbolique astrologique
par Charles Ridoux


"Suspendons ici, un instant, le temps et laissons-nous aller, à la suite d'E. Baumgartner, avec crainte et tremblement, à la spéculation : que voit Galaad dans le Graal ? "Ce que voit Galaad, nous dit E. Baumgartner, à l'intérieur du Graal et au terme de sa quête, c'est la naissance même de la vie, le moment où s'inaugure le temps, l'acomençaille , selon les propres termes du texte" [86] . Si l'on se souvient que, selon certaines branches de la légende [87] , le Graal a été façonné dans l'émeraude tombée du front de Lucifer au moment de sa chute et recueillie par des anges, et si l'on admet que cette émeraude sur le front correspond au "troisième oeil" - urna ou luz[88] , équivalent au "sens de l'éternité" - on peut suggérer alors qu'à cet instant de l'illumination où s'ouvre en lui ce "troisième oeil" il n'y a plus entre Galaad et le Graal de différence : le Soi contemple le Soi.
La réalisation métaphysique ne concerne que l'individu; aussi bien est-elle en principe possible, quelles que soient les circonstances, en tout temps et en tout lieu. Mais la mission de Galaad comporte une dimension collective que l'on peut qualifier de "méta-historique", dans la mesure où une réalité d'ordre supra-historique, archétypale - le Graal - fait irruption dans l'histoire [89] . Nous n'envisageons pas ici la signification de la figure de Galaad dans le cadre historique réel de la Chrétienté médiévale, mais uniquement les effets de son surgissement dans l'univers fictionnel, mais cohérent, du monde arthurien. "
extrait de
http://cura.free.fr/xv/13ridou1.html dont je vous ai déjà partagé ceci
Post-it:
L’ère du Verseau/L’axe Verseau-Lion
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mer 07 Avr 2010, 13:47

Citation :
l’une des causes de la difficulté à comprendre l’initiation et donc à admettre l’enseignement concernant l’initiation est le fait de l’âge relativement avancé des récapitulation initiatiques, situées en général alentour de la quarantaine, oui, l’initié du côté intérieur, celui qui a franchi au moins une étape sur le cheminement initiatique vit une véritable "quarantaine", (en année..), avant, dans la plupart des cas, de pouvoir commencer à récapituler ses initiations.

L’initiation consiste avant tout en la transmission de certaines connaissances et ainsi participe à la formation ou à la « fabrication » d’une nouvelle personne.

Mais une autre raison de cette difficultés de comprendre l’initiation n'est-elle pas que dans les civilisations traditionnelles, les initiés préservaient leurs connaissances en parsemant leurs écrits d'erreurs - civilisations/enseignement dont nous nous inspirons, dont certains « suivent » les enseignements - ? Ce qui fait que les connaissances ésotériques dignes de ce nom demeuraient secrètes et hermétiques.

Mais pourquoi les véritables initiés ont-ils mis des embûches, hormis la peur des « persécutions et aggressions féroces » à relativiser aujourd’hui comme nous le rappelle Sphinx dans un autre post ? Serait-ce simplement pour égarer les curieux ? Afin simplement d'écarter les importuns et de « tromper les imbéciles » selon le dicton zen ?

Un certain nombre d’initiés écartaient les indésirables vers de fausses pistes parce que selon eux un mystère sacré doit rester à l'abri des « mains sales » - dans le sens que celui qui s'approche du sacré avec indignité s'empoisonne et peut se rendre malade.

Je me pose toutes ces questions car nous le savons « la spécificité du secret réside en sa qualité de système relationnel distinctif qui instaure les rapports d’inclusion et d’exclusion entre les participants » ne se pourrait-il, alors que ce soit dans un but « élitiste clivant » conscient/inconscient ? Car qui peut prétendre savoir qui est un « pourceau » et qui ne l'est pas ? Ceci expliquerait alors ce phénoméne entre autre :

Citation :
le reste du phénomène étant par son appareillage conceptuel noyé dans un brouillard ou flou artistique où se confondent par exemple : "révélation" et "résurrection", ce qui est arrivé au christianisme, et où l’initié et l’entité adombrante que furent "Jésus" et "Christ", furent et sont encore, deux millénaires plus tard, confondues, ces confusions n’aidant en rien à appréhender le phénomène initiatique et la science qui en découle et qui n’est rien moins que la science des énergies, terme si galvaudé et singé qu’il en devient grotesque, et que son emploi, même prudent, en est devenu malaisé, délicat et improbable quant au résultat en tant que démonstratif dans quelque considération ésotérique que ce soit dès lors qu’elle se veut "scientifique" et logique dans son abord comme dans son développement supposé ultérieur...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mer 07 Avr 2010, 13:59

En tous les cas, si les initiations « spontannées » s’offrent á nous, cela n’est pas sans raison.

Citation :
Sphinx:

La vérité est donc que pour emprunter la seule voie correcte, il faut témoigner de la Vérité de l'Etre, c'est-à-dire avoir travaillé durant de très nombreuses incarnations à avancer encore et toujours vers le respect des Personnes dans leurs différences et leurs polarités, et de l'avoir fait uniquement par esprit de Vérité, sans assujetir ce travail à l'obtention de récompenses, y compris sous forme d'initiation.

Ayant donc longtemps Oeuvré par pure Vérité pour intégrer la séparation indispensable au respect des Personnes, il arrivera que la Voie de la Vérité spontanément s'offre à ceux qui n'ont pas cherché à l'attacher.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Champ fractal électrique, Graal en science de la Conscience   Mer 07 Avr 2010, 17:52

Bonjour á tous,

L’approche du Graal par Dan Winter est bien différente de celle d’un « objet historique » á retrouver ou d’une lignée de descendants.

Avec Jean Markale nous apprenons que :

Citation :
C’est la découverte de quelque chose qui est en soi, que tout le monde peut avoir : la réalisation de l’être. Le tout est de le découvrir au terme d’une quête, c’est-à-dire d’une série d’initiations.II y en a qui y arrivent, il y en a qui n’y arrivent pas.
Ou encore

Citation :
Oui, le Graal est la quête d’un autre état de conscience, mais la quête aussi d’un état corporel.

Dan winter va encore plus loin et dévoile le lien entre le Graal et notre ADN. « le champ fractal électrique est pour Dan : Le Graal ultime en science de la Conscience. »

Dan Winter (le vrai Graal en physique) brillant physicien américain exilé en France éclairera les aspects scientifiques de l'Alchimie avec la percée de la nouvelle science fractale et de la physique de l'implosion. Il est considéré comme l'un des penseurs les plus dynamiques de notre temps, expert mondial des phénomènes d'implosion en physique et psychophysiologie, physicien, auteur, inventeur, autorité dans le domaine de la Géométrie Sacrée et dans la description scientifique de la Conscience. Il est aussi pianiste et organiste accompli. Dan se situe lui-même à l'avant garde de la science et par son enseignement, inspire chacun à reconsidérer ses systèmes de croyance. Dan formule constamment des idées révolutionnaires sur l'unité profonde entre les choses et sur notre "unité" via la géométrie sacrée, l'architecture, l'art, les mathématiques, la biologie, l'informatique, et la mythologie. Ses théories établirent les bases d'une nouvelle recherche aux USA. Son site Web (www.goldenmean.info) reçoit des centaines de milliers de visites par mois, de personnes souhaitant actualiser leurs connaissances dans le domaine de la conscience et de la géométrie sacrée.
www.b-harmony.com/dan_winter.htm

Voici quelques extraits tirés de la conférance donné par Dan Winter :

« Le champ fractal électrique : le Graal ultime en science physique de la conscience »

La fractalité ou l’effondrement parfait - révele la vraie physique du Graal :

L’implosion de charge produisent la gravité. Le champ bioélectrique cohérent de l’ADN (KA) survit par compression parfaite (effondrement) à la mort.

Le champ d’implosion produit dans le sang est activé par tressage des brins d’ADN (conjugaison de phase) durant l’extase / la félicité / l’éveil - distinct par l’alignement en caducée des cascades harmoniques. Il assure sa capacité d’immortalité et lui permet de rejoindre les étolies après la mort.

On comprend mieux pourquoi Galaad dit en se penchant pour contempler le Graal :
Citation :
“Tout m’est révélé, je n’ai plus besoin de vivre”.
Donc seul Galaad finira au terme de sa quête par connaître sa nature profonde puis demandera à mourir comblé.

(...) De récentes mesures du champ électrique (EEG) durant l’extase, l’éveil semblent suggérer que l’éveil spirituel correspond AUSSI à la compression biologique parfaite du champ électrique. En conséquence seul un environnement fractal peut soutenir la pleine maturation de l’ADN, ce qui nous conduit à redéfinir l’architecture sacrée et l’effet du champ favorable à la germination et la vraie physique émancipatrice se profilant derrière la mythologie du graal/ ou du code DaVinci.

La physique peut enfin comprendre pourquoi les protéines vivantes sont de forme pentagonales (5 côtés) sur base par conséquent du nombre d’or, et pourquoi la biologie recourt á la fractalité pour réaliser la compression de la distribution de charge efficace, appelée vie. Ce modèle ondulatoire basé sur le nombre d’or est donc le seul chemin possible hors du chaos vers l’auto organisation (sous-tendant la création de l’esprit).

La stellation dodécaèdre est précisément la symétrie utilisée par Einstein et Poincaré pour modelé la gravité, et aussi celle de l’atome de palladium á la clef de la fusion froide (PGM, poudre d’or, ormes, etc.).

Aujourd’hui d’autres physiciens, comme Nassiem, Alex K., El Naschie, ... consacrés à décrire la physique de la fractalité basée sur la proportion du nombre d’or, s’attachent à démontrer que cette symétrie est effectivement le seule fractale tridimensionnelle (3D) possible. Les implications physiques sont sans égale. En effet, cette symétrie est capable á elle seule de transformer la compression de charge en accélération de charge (gravité) par hétérodyne constructive des vélocités (conjugaisons) de phase.

La physique peut enfin répondre pourquoi un objet tombe sur terre. Car l’autosimilarité (fractalité) optimisée par la proportion du nombre d’or crée la gravité.

Ceci prépare la physique à prendre en compte les récentes mesures (de Fosar, Bludorf, et d’autres) prouvant la capacité de l’ADN à fabriquer des trous noirs (gravité), et comprendre pourquoi seul l’environnement fractal permet la maturation de l’ADN et son éventuelle vocation stellaire (sun god) - et pourquoi la proportion d’or mesurée par EEC des ondes cérébrales identifie l’extase - l’éveil - activateurs de l’ADN.

Les instruments (HeartTuner, BlissTuner) mesurant par biofeedback l’émotion cohérente sont aussi des inventions de Dan Winter, ils furent mis au point grâce à son application pionnère de cepstrum (analyse spectrale de second ordre) pur mesurer la cohérence interne. Il est crédité comme inventeur de l’expression « Cohérence Cardiaque » (David Servan-Schreiber dans son livre « instinct to Heal .

La vraie percée, le vrai Graal en science est la reconnaissance que le perfectionnement fractal de la cohérence devient l’auto-organisation et de faire la vie elle-même - que Dan appelle parfois la principe de la pomme de pin. Une autre de ses inventions permet de mesurer la force de vie, la fraîcheur, l’énergie vitale de substances vivantes à l’aide d’un condensateur sphérique – un oeuf recouvert d’or (Analyse spectrale de 0 à 20 hertz à partir de la production en microvolt du capteur qui constitue l’oeuf recouvert d’une fine couche d’or sur la face interne (www.soulinvitation.com/biophoton).

Le caducée, le nombre d’or, le principe de conjugaison de phase qui crée la compression implosive (symbole d’Hermès, de l’ADN, et de la médecine) est clairement le mécanisme de la plupart des médecines électromagnétiques et énergétiques, (respiration ou thérapie cranio-sacrale, au point zéro – etc.), et aussi inversion temporel et correction optique par conjugaison de phase (www.soulinvitation.com/fealingphase).

Voici les vidéos de la conférence donnée par Dan Winter sur le sujet :

1) http://www.dailymotion.com/video/xaam7q_dan-winter-le-vrai-graal-en-physiqu_lifestyle

2) http://www.dailymotion.com/video/xaanby_dan-winter-le-vrai-graal-en-physiqu_lifestyle

3) http://www.dailymotion.com/video/xaarrn_dan-winter-le-vrai-graal-en-physiqu_lifestyle

4) http://www.dailymotion.com/video/xaarrn_dan-winter-le-vrai-graal-en-physiqu_lifestyle

5) http://www.dailymotion.com/video/xaavfk_dan-winter-le-vrai-graal-en-physiqu_lifestyle

6) http://www.dailymotion.com/video/xaawnc_dan-winter-le-vrai-graal-en-physiqu_lifestyle



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mer 07 Avr 2010, 18:00

Voici quelques déclarations pertinentes de Dan Winter :


Citation :
« L’idolatrie, l’adoration, le culte de la personnalité extérieure á soi ou culte de la magie est une invitation au parasitage. L’opposée de cela est la Souveraineté de Soi qui débute par la compréhension de la fonction de l’ADN. L’ADN devient implosif quand il devient fractal (= ADN libre). »

Citation :
« La proportion d’Or (du nombre d’or) mesurée par EEC (électro encéphalogramme) des ondes identifie l’extase – l’éveil – activateur de l’ADN. »

Citation :
« Quand l’oreille tinte, sonne = Sang/Son Graal = capacité de l’ADN qui commence á imploser. »


Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Lun 30 Mai 2011, 20:19

Citation :
Amour, les limites de l'insaisissable.

L'Amour, tout le monde y aspire, tout le monde veut le vivre. Et pourtant, nous sommes une composante même de cet amour, et nous le vivons tous les jours, même dans le pire des drames. L'homme qui "désire" que sa pire souffrance cesse est ne serait-il pas plus heureux que l'homme sans "désir" ? N'est-ce pas l'amour exprimé dans la matière qui fait naître le désir ?

Amour, désir ... il est difficile de nous repérer dans ces sensations liées et pouvant parfois paraître contradictoires.

S'il est maintenant admis qu'avoir de l'amour pour l'autre c'est avant tout avoir besoin de l'autre, il convient d'en définir un contour moins tranché. Après tout, si l'on exprime un sentiment ou une action vers l'autre sans contre-partie comme par exemple un don financier anonyme à une association, où se situe pour le donataire le réel besoin de l'autre ?

De même, quel avantage peut-on tirer en priant dans le secret pour une personne ?

Et puis, l'Amour n'est-il pas la contre-partie de la haine ?

Et à trop philosopher sur le bien fondé de cet amour ne fait-on pas finalement le jeu des personnes qui le dénigrent ?

La création entière est bipolaire. Sur ce constat chaque élan d'amour trouve donc son équilibre dans un sentiment négatif symétriquement opposé. Cela implique qu'en donnant dans un sentiment d'amour on creuse symétriquement un sentiment négatif "ailleurs". Mais peut-on réellement vivre sans amour ? Reformulons. Peut-on vivre sans haine ? Cela devient beaucoup moins engageant.

La solution réside sans doute dans l'harmonie de ces deux polarités, dans un contrôle naturel, l'une ne pouvant prendre le dessus sur l'autre. Le résultat n'est pas l'amour désir, encore moins la passion amoureuse, ni symétriquement les intentions égoïstes ou la haine farouche, mais plutôt simplement la douce et insaisissable "Joie" d'Etre.

De cette "Joie" naît un ressenti "d'Amour", un "Amour" insondable qui n'est pas réellement définissable en tant que tel. Cet "Amour/Joie" habite le coeur et l'âme, infiltre le sentiment pour l'harmoniser sans être le sentiment lui même. Les personnes ayant mis en exergue cet "Amour" peuvent paraître détachées voire froides jusqu'à en masquer en partie l'alchimie intérieure. Cette "Amour/joie" insondable n'a pas de cause, il est insondable et donc inaltérable.

Et chez le pire dépressif, le plus désabusé condamné, le plus malheureux des souffreteux, même enfouie sous la lourdeur de l'incarnation cette "joie" demeure pourtant. Elle n'est pas absente, elle va juste se positionner dans le sentiment de "l'espoir". Car vivre c'est au moins espérer quelque part. Dire que l'on espère plus rien c'est encore accorder du crédit à l'espérance, qui est l'émanation de cette "Joie" vertueuse. Car tous les hommes sont bien vertueux, "inaltérablement vertueux" pour reprendre l'expression exacte d'un prête actuel. Même si par ailleurs certains d'entre eux s'empressent à maudire le ciel et la terre, car au fond ils savent bien que maudire c'est encore espérer une écoute, donc dans l'espoir d'une possible réponse.

Cet "'Amour" est en relation avec le véritable "Don". Il ne peut s'amalgamer avec l'action de donner que nous utilisons communément, car ce dernier est en relation directe avec notre égo. Cet Amour avec un grand A "Est" en nous et agit naturellement vers l'autre, sans volonté de notre part. Il ne s'impose pas, il ne cherche pas à sauver. "Montrer la voie" est encore une conceptualisation de l'Amour, cependant nécessaire actuellement. Cet Amour peut inciter à proposer de l'aide, mais impose d'attendre la demande de l'autre avant de l'octroyer. "Donner" de cet "Amour" est impossible, car il" Est" par essence. Les personnes s'imaginant donner de l'amour ne font qu'une tentative inconsciente de prise de pouvoir de l'autre, ils cherchent à modifier l'entourage en niant l'existence ramifiée de leur Soi, c'est à dire l'autre. Ils se combattent eux-mêmes et creusent un peu plus la contre-partie négative symétrique.

Le voile de la perception étendue se fait aujourd'hui très ténu, et la limitation actuelle imprime une pression aux âmes impatientes. Après les progrès du " dent pour dent" qui était déjà mieux que "le tête pour dent", puis de l'avancée significative du "tendre l'autre joue" qui vu aussi malheureusement beaucoup de tête tombées, vient bientôt le temps de la "tête bien droite et rayonnante" avec un quelconque violence absolumentinconcevable. Avant cela, peut-être que "donner la main à l'autre en premier" évite parfois d'avoir besoin "de tendre la joue"... et ainsi de garder la tête sur les épaules.

par J-C
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mer 01 Juin 2011, 17:58

Les langues dialectiques apportent énormément d'information sur ce qu'il se cache au coeur des mots :

http://antahkarana.forumzen.com/spa/douceur/1965474599/15


L'Amour se dit en hongrois : SZeReTeT.

Le/la bien-aimé(e) = SZeReTeTT (la lettre T finale est doublée)

SZeReTeTT décomposé donne SZeR (= agent/produit) et eTeTT (= littéralement qui nourrit).

- SZeReTeTT = Amour
- SZoRiToTT = qui a serré, qui a étouffé
- SZáRiToTT = qui a (as)séché

- SZeRetkezni = faire l'amour : donne SZeR (= agent/produit) et eTKeZNi (= manger).
Autrement dit, l'acte sexuel (hors Couple Sacré) est bel et bien vampirique.

- SZenvedély = aussi bien les passions amoureuses que les excès en tous genre mais aussi la douleur et la souffrance.
Le Magyar utilise donc le même mot pour désigner tous les "symptômes" provenant d'excès. (szenvedélybeteg = littéralement, malade de passion = toxicomanie, dépendances diverses (de sexe, de nourriture, de jeu, etc.), manies (lavage incessant des mains, etc.)).

- GYűLöLet (= haine) se décompose également en deux mots distincts:
  • GYűl = ce qui s'accumule
  • ölet = tue


Citation :
De même, quel avantage peut-on tirer en priant dans le secret pour une personne ?
... jouer le rôle de "Sauveteur"- non conscientisé -.

Citation :
Après tout, si l'on exprime un sentiment ou une action vers l'autre sans contre-partie comme par exemple un don financier anonyme à une association, où se situe pour le donataire le réel besoin de l'autre ?
Sans l'autre, pas de Don/de donation possible.

Citation :
En Science Keylontique, on définit l'amour comme étant un état d'harmonisation vibrationnelle. Ce que nous aimons est, dans un sens très réel, ce qui est en accord avec notre propre vibration fondamentale.
Vu sous cet angle, l'amour est donc bien "peu" de chose... C'est la raison pour laquelle, cette science élargit le terme "Love" à "Omni-love" mais également ajoute á ce terme une "Maîtrise":

1. AMOUR - Reconnaître la VÉRITÉ de L'UNITÉ en tout.

:aa:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Mer 01 Juin 2011, 22:34

Citation :
• Le mot Amour/Love diffère en fonction du fait qu’il s’agisse de l’amour/eros, de l’amour/agapé ou de l’amour philia facilitant la différenciation entre les amours sexuels narcissiques, le Mariage Sacré, etc.

Si en hongrois,

SZeR-eTeTT = l'amour,

SZeR-eLeM = l'Amour

- SZeR = agent/produit
- eLeM = pile (électrique ou autre)

Et si tous le deux termes (szeretkezni/szerelmeskedni) signifient " faire l'amour ":

- dans le premier cas, il y aura "vampirisation".
- dans le second cas, ce ne sera qu'un " Échange Énergétique Équitable " qui se produira.

Cette vidéo illustre une Sexualité Sacrée !

Merci le Mat...
Revenir en haut Aller en bas
Le Mat



Masculin
Vierge Serpent
Nombre de messages : 89
Date de naissance : 04/09/1965
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: GRAAL et Initiation   Dim 05 Juin 2011, 18:30

J'ai trouvé ce magnifique poème cité par AMBRE

Si tu veux rentrer chez toi

Si tu veux rentrer chez toi
Au milieu même de cette vie
N'attends pas jusqu'au trépas
Pour ouvrir grand ton esprit

Écoute bien ma chanson
L'ai gagnée de haute lutte
Du crime à la trahison
J'ai fait tout ce qui rebute

J'ai erré dans milles vies
Avec un fardeau suprême
Jusqu'à y trouver l'ennui
Jusqu'à c'que l'Amour me prenne

N'aie pas peur du grand jugement
C'est inventé par des hommes
C'est un conte pour enfants
Qui veulent jouer aux majordomes

Il n'y a pas de jugement
Pour aucune de tes pensées
Non l'enfer que tu crains tant
Les prêtres l'ont inventé

Dieu est au bout de tes doigts
Esclave de ta fantaisie
Il n'est pas autre que toi
Tu es l'amour infini

Tu es libre c'est certain
Bien plus qu'on ne saurait te dire
Et tu crées tous tes destins
Du pacha jusqu'au fakir

Tu es libre et ne dois rien
Tu ne dois rien à personne
Toutes ces dettes et ces destins
C'est ta mémoire qui fonctionne

Dans l'immense comédie
Tissant le fil de nos vies
On blâme si facilement
Les autres pour nos tourments

Deviens donc ce que tu veux
Peu importe ce qu'il advienne
N'oublie jamais si tu peux
Que tu crées tous tes problèmes

Chaque peine est une rose
Même si elle te déchire
Elle te dit une seule chose
Veux-tu cesser de souffrir ?

N'y a de loi que la joie
C'est la vérité profonde
N'y a de loi que la joie
Elle est l'essence du monde


Revenir en haut Aller en bas
 
GRAAL et Initiation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Salut de Graal
» Le Graal et Perceval ... pour les nuls
» Initiation à la vie politique Française Option B
» Vajrayana: L'initiation et la relation au Lama
» Graal et Excalibur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Partages-Recherches-Eveil du Soi...-
Sauter vers: