ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Atlantide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: L'Atlantide   Ven 19 Sep 2008, 18:15

L'Atlantide:


La "période" atlante est relative au développement de la nature centrale de l'être humain, le mental, sans laquelle aucun accès à la néguentropie parfaite du Couple Sacré n'est possible.

Et ce qu'il faut aussi comprendre, c'est que l'accès au facteur mental représente l'ouverture complète au libre-arbitre, et donc à la redéfinition arbitraire et à l'adultération possible de la Nature de l'Etre.

Donc, le libre-arbitre mental est le point d'appui non seulement de l'authenticité potentielle de l'Etre, mais aussi de la spéculation erratique à propos de la Nature de l'Etre, et de ce fait, le point d'appui de toutes les adultérations existentielles.


Il se fait que, confrontés à l'ouverture soudaine au libre-arbitre, par l'accès au facteur mental, un groupe d'êtres humains s'est intégralement et définitivement voué à une spéculation totale, et de ce fait à une régression irréversible. Ils se sont fait happer littéralement dans l'ouverture.


Leur idée était de spéculer sur la relation karmique globale de l'Humanité, fondée sur l'agglomération causale des Couples Sacrés entre eux, afin de récupérer cette relation dans un but purement symbiotique, et donc vampirique.

Cela a pu se réaliser par négation complète et définitive de la complémentarité sexuée, par rejet absolu de la Féminité, de la Mère, dans une Nature de l'Etre intégralement redéfinie et adultérée par une objectivisation et une exploitation de la Féminité (constitution de la "hiérachie masculine"?).

Brisant alors le Lien d'avec la Source, les êtres régressifs se sont vus être soudés et imbriqués profondément dans le paradigme de telle sorte d'y vivre une forme transitoire de prérennité symbiotique (dépendante de l'asservissement causal du paradigme). C'est précisément ce qu'ils avaient spéculé: un monde de privilège absolu.

Il y a donc eu une fracture mentale consécutivement à cette dérive identitaire, qui a déforcé la cohérence de l'Humanité dans son ensemble.


Il faut conscientiser que cette fracture est une fracture effective, qui a consisté concrètement en la séparation du paradigme en deux mondes (au moins) différents, séparés par une différence de densité: le monde "proie" de densité très accentuée (pression vampirique), et le monde "prédateur" de densité très réduite (shambala?).

Il faut donc être prudent lors de contacts éventuels ou de messages en provenance de certains plans de subtilité, car "tout ce qui brille n'est pas or" (et la fin de l"Age de Cristal" nous met en garde: "il n"y a pas de Sanctuaire!")

L'Atlantide n'a donc pas disparu. Elle n'a pas été engloutie accidentellement ou par punition divine. Et elle n'est pas un Sanctuaire!

Elle a été soustraite à la perception du paradigme général par un champ de force, et le "déluge" n'est que le flux énergétique utilisé pour subtiliser cette partie du monde du reste du paradigme (cf le film "Zardoz").


Du côté du paradigme général, cela s'est naturellement soldé par un cataclysme généralisé, puisque la subtilisation d'une partie du paradigme a considérablement accentué la densité du reste du paradigme. Ce "cataclysme" général a été confondu avec la subitilisation de l'Atlantide elle-même, ce qui a donné le mythe d'un engloutissement catastrophique.

Mais la catastrophe n'a concerné que le monde "proie", pas le monde "prédateur" (l'Atlantide).


Le "module" atlante utilisé pour réaliser la fracture (confusion) mentale est toujours "en place" et parfaitement opérationnel.

C'est lui qui est responsable de la déformation de la réalité du paradigme en deux illusions clivées par symbiose vampirique (le monde "proie" et le monde "prédateur"), déformation appelée "Matrice" dans les films bien connus.

Mais pour conserver son effet, ce module a besoin d'une représentation particulière de lui-même dans les deux aspects clivés de la réalité, des deux côtés de la fracture, d'une "symbolisation" sur laquelle s'appuiera le vortex de fracturation vampirique entre les deux mondes. Ce vortex de fracturation sera donc probablement ressenti à proximité du module.

Cette représentation a été plusieurs fois déplacée et renouvelée au cours des âges.

Le module fonctionne par boucle de confusion temporelle: depuis le passé où la fracture s'est réalisée et où le module est devenu opérationnel, le module a créé une boucle d'interférence avec "tous les présents" futurs. Plus exactement avec le Présent, le dissociant en une multitude de faux présents.

Chaque faux présent est en fait constitué par une rémanence de la fracture passée qui interfère avec le Présent, et qui perpétue ladite fracture, et donc perpétue l'existence du monde "prédateur", en réduisant le niveau énergétique du monde "proie", dont le présent est dès lors adultéré.


Notre temps ne présente donc qu'une apparence de linéarité, car en fait, nous progressons temporellement "en boucle", repassant sans cesse par le module de bouclage temporel placé dans le passé.

Seule la forme relative "actuelle" change, pour donner l'illusion qu'il y a réellement progression temporelle.

Or, le vrai temps n'est pas lié à l'évolution des formes...


En fait, ce module continue à propager et intensifier dans la conscience humaine l'appel nostalgique et illusoire de l'"âge d'or" atlante, qui n'est qu'une manipulation symbiotique passant par le canal des symbioses humaines liées au stade foetal, et visant à détourner perpétuellement l'être humain des vraies réponses et des vraies solutions.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Ven 19 Sep 2008, 20:35

La mise en isolation temporelle d'un continent entier ne pouvait que créer une perturbation apocalyptique dans tout le reste du paradigme.

Et il était de l'intérêt de la "confrérie" régressive de faire croire à la disparition de l'Atlantide, en profitant du cataclysme créé par l'isolation temporelle.

De ce fait, le prédateur disparaîssait totalement de la perception de sa proie, faisant même croire à sa disparition complète dans une catastrophe naturelle ou cosmique.

A partir de cette fracture profondément traumatique, les deux mondes vont se retrouver en négation mutuelle complète: le monde "prédateur" nie la réalité du monde "proie" pour le vampiriser (toute-puissance extravertie), et le monde "proie" nie la réalité du monde "prédateur" pour ne pas conscientiser l'horreur de sa position de proie (toute-puissance introvertie).


Il y a par ailleurs encore sur la planète des zones d'interférences entre les deux réalités clivées, où les perturbations magnétiques provoquent des effets particuliers, et où peut-être des vortex incontrôlés, aléatoires et passagers, permettent un passage de l'une à l'autre.


Au moment où notre réalité a été déformée par accentuation de sa densité, l'ensemble de l'univers a suivi pour nous, en apparence, cette même accentuation de la densité.

En effet, une réalité n'est pas une réalité si la totalité de la réalité universelle n'y est pas représentée d'une façon ou d'une autre.

Une réalité peut donc être déformée par une illusion, mais elle reste malgré tout une réalité, qui supporte cette illusion, si toute la réalité universelle peut y être représentée d'une façon ou d'une autre (c'est pourquoi le "module atlante" doit conserver une représentation dans notre version de la réalité).

Il ne faut donc pas croire que tout l'univers a été affecté lorsque notre réalité s'est altérée, mais que la perception de tout l'univers à partir de notre réalité a été déformée par l'altération que nous subissons.


De la même façon, au moment où le clivage temporel a engendré la multiplicité des faux présents futurs, il a aussi engendré en compensation une multiplicité de faux passés causalement corrélés aux faux présents futurs.

Ainsi donc, le passé décrit par la paléontologie n'est qu'un leure engendré par l'activation de la Matrice.

L'évolution néguentropique est certes une vérité, mais pas sous la forme densifiée que la Matrice lui a donnée pour mystifier la conscience dans notre monde "proie".


La prédétermination d'un futur, en corrélation d'un passé cristallisé et déformé, autour d'un point d'isolation temporelle massive (refoulement identitaire massif), est ce qui a oté à notre réalité la plus grande partie de sa faculté de choix, d'auto-détermination, créant les conditions d'une prédestination funeste (cf Matrix, mais aussi l'Age de Cristal, etc).

De cette façon, en dépossédant une partie du paradigme de sa faculté de choix, l'autre partie du paradigme, le monde "prédateur", s'est pourvue d'une latitude de choix, de liberté, illusoire, par l'exercice d'une pérennité de vie apparente, car symbiotique (prédation - parasitisme).

Leur forme d'existence s'apparente donc au "divin", ou à la maîtrise, mais sans en avoir la réalité émancipée, bien au contraire!


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Les phénix



Masculin
Cancer Chèvre
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 24/06/1979
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Mer 14 Jan 2009, 20:42

Bonjour Sphinx, Bonjour à toutes/tous.

Je me permets de te faire part de ma gratitude pour tous les écrits que tu dispenses.
Je souhaiterai livrer quelques perceptions.
Aujourd’hui, je distingue à la fois en moi-même et dans le Collectif interagissant autour de moi essentiellement 3 potentiels. Soit un représentant soi A, un représentant soi B et un représentant soi C. Ainsi qu’un représentant collectif A, B et C.

Donc :

Un collectif A de prédateurs suprêmes non incarnés fixés sur un point complètement immobile de l'espace/temps qui vivent dans l'espoir de pouvoir « nous dépasser » dans la 4D, de conserver leur pseudo immortalité et augmenter leur pouvoir. Ils croient qu'ils peuvent enfermer les mondes de 4ème, 3ème, 2ème et 1ère D dans leur projection prédatrice pour l'éternité ; qu’ils peuvent utiliser indéfiniment les êtres humains comme terrains de jeux à travers des implants et autres méthodes raffinées de manipulation tels des marionnettes de chair.

Un collectif B d’êtres humains incarnés possédant un potentiel ne leur permettant pas de comprendre naturellement la possibilité d'une vie « Réalisée ». Ce sont eux qui dirigent essentiellement et inconsciemment le spectacle 3D de la vie sur Terre. Ils sont des canaux privilégiés utilisés par les prédateurs non incarnés pseudo immortels du collectif A pour maintenir un contrôle mécanique et hyper matérialiste sur la vie 3D. Leur nature privilégie souvent le rapport de force, le manque de respect … Un monde organisé essentiellement sur la base de la faim, du sexe et de la peur. Donc, ils vivent dans un monde purement mécanique/ matérialiste qui correspond parfaitement à leur Élément Naturel.

Enfin un collectif C d’êtres humains possédant déjà le potentiel qui autorise à comprendre naturellement la possibilité d’une vie « Réalisée ». Ce sont eux qui subissent essentiellement le spectacle 3D de la vie sur terre, ayant une approche naturelle à privilégier la paix, le respect d’autrui, la protection de l’environnement…Donc, ils vivent dans un monde mécanique/matérialiste qui ne correspond pas du tout à leur état naturel. Ils se retrouvent au même niveau que le collectif B et ainsi ne sont nullement à leur avantage par rapport aux autres collectifs A et B.

Ainsi je suppose que dans ce temps linéaire (2009) qui n’avance pas, les collectifs A, B et C à travers leur TOUTE PUISSANCE prennent continuellement leurs désirs pour la réalité. Pour caricaturer, A s’assure que la prison 3D soit infaillible, B s’assure de bien développer la vie mécanique au niveau planétaire et C passe son temps à vouloir sauver le monde. Et c’est ainsi selon moi que fonctionne l’essence même de notre monde 3D.

Parallèlement, dans un autre « cycle de temps passé ou simultané » : je suppose que j’ai été ou je suis un représentant du collectif A. Dans encore un autre cycle de temps passé ou simultané : j’ai été ou je suis un représentant du collectif B. Et que dans ce cycle actuel de temps, je suis un représentant du collectif C.

Aujourd’hui, mon représentant soi du collectif C désamorce sa toute puissance à vouloir dans sa magistrale confusion sauver le monde, combattre les « méchants » et/ou fuir dans des mondes (spirituels) spéculatifs/illusoires
Donc par effet papillon, je présage que mon autre représentant soi du collectif A dans un autre « cycle de temps passé ou simultané » désamorce aussi sa toute puissance à vouloir dans sa magistrale confusion régner éternellement en maître absolu sur des mondes 1, 2, 3 et 4D. / Pourtant, je bogue car j’ai des mémoires de ce cycle telles que je ne suis jamais parvenu à désamorcer ma toute puissance et me suis perdu dans une destruction irréversible !!
Et toujours, par effet papillon, je présage toujours que mon autre représentant soi du collectif B dans un autre cycle de temps passé ou simultané désamorce aussi sa toute puissance à vouloir dans sa magistrale confusion s’octroyer un pouvoir démesuré dans le monde 3D./ Pourtant, je bogue encore car j’ai des mémoires de ce cycle telles que je ne suis jamais parvenu à désamorcer ma toute puissance et me suis perdu dans une destruction irréversible : des images très vives d’un prêtre atlante au pouvoir démesuré englouti par les eaux !!

Que se passe-t-il, à chaque fois il y a d’un côté comme insertion/rectification/réécriture de la fin du scénario et de l’autre des mémoires de fins de scénarios catastrophiques qui resurgissent. C’est sur ce point que ma conscience bogue à chaque fois ! Je n’arrive pas à différencier, déconfusionner les scénarios apocalyptiques des scénarios parfaitement sains, harmonieux.
Si, en réalité je fais un peu le naïf et imagine qu’en cette « fin des temps », je suis soit en mesure de réintégrer tous mes représentants Sois A, B et C dépouillés de leur toute puissance, donc en mesure de me reconnecter à un véritable Temps non linéaire et déconfusionné. Soit au contraire, je ne suis pas en mesure de réintégrer mes Sois et vais poursuivre encore mon apprentissage dans de nouveaux cycles de temps linéaires… ? Et idem pour chacun d’entre nous… ?

Mais ce carrefour entre les différents cycles de temps linéaires/relatifs/illusoires et le véritable Temps réel non linéaire totalement déconfusionné, où se situe-t-il dans nos repères terrestres 3D ? Est-ce 2 01 2…?

Je me doute bien que mes écrits sont encore imprégnés de toute puissance et de confusion mais bon je me donne le droit d’en être là et de le témoigner. De poser des questions. A ce titre, cher Sphinx, si tu le souhaites et si ce que j’écris est à peu près compréhensible, j’aimerai bien que tu me retournes (évidemment) sans complaisance aucune tes éléments de réponses. Je serai également attentif à tout intervenant souhaitant s’exprimer sur ces points là.

Pour conclure, je rajouterai que la notion de couple flammes jumelles qui est le fil conducteur de tes écrits Sphinx me semble également être la clé fondamentale pour transcender et se reconnecter au véritable Temps des Créateurs non linéaire et totalement déconfusionné. Pourtant je ne ressens aucune émanation télépathique, aucun signe annonciateur d’une prochaine rencontre avec « ma » flamme jumelle ; et cet hermétisme radical m’interpelle malgré tout ?

Merci à toi, merci à toutes et tous.

Les phénix.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Mer 14 Jan 2009, 23:07

Bonsoir Les Phénix,


tout cela est très intéressant!


Dans le film Eden Log, visiblement, le véritable "Libérateur" des deux modes prédateur et prédaté ("pour tous") est un ancien Gardien du système de prédation qui, passé par "accident" de l'autre "côté", piégé par les dérives auto-destructrices de la spéculation parasitaire, se retrouve investi de la force de l'ajustement de vision des deux mondes.

On retrouve une approche fort semblable dans le film "Z".


Il est normal que dans tes "mémoires" relatives aux différents points de vue linéaires, la fin soit systématiquement catastrophique, existentiellement nihiliste, désastreuse.

Tout simplement parce que le destin linéaire, spéculatif, de l'être est forcément le désastre. Car la linéarité ne peut pas mener à autre chose qu'au désastre. Car le désastre est la seule réponse possible de la vie à toute forme de spéculation.

Donc toute approche clivée, qu'elle soit dans le "groupe A", "B" ou "C", ne peut mener qu'à un non-sens existentiel.

Et c'est l'intégration de cette vérité qui permet d'intégrer le "groupe D".


Car le groupe "C" dont tu parles n'est pas celui qui réellement perçoit la possibilité d'une réalisation collective, mais qui principalement réagit à la spéculation matérialiste du groupe "B", par une contre spéculation.

Se mobiliser pour dse grandes causes est typique de la contre-spéculation, qui est encore et toujours de la spéculation.

Le "groupe de ceux qui entrevoient la réalisation" est donc un "autre" groupe, le groupe "D".

Qui est le seul groupe qui effectivement se démarque progressivement du système de vampirisation énergétique.

Car la pompe à énergie qui alimente le groupe "A" ne peut pas fonctionner sans la mise en oeuvre d'une différence de potentiel dans le monde prédaté, donc la présence de deux groupes dont le clivage autour d'une opposition de valeurs, va servir de drain énergétique.

S'il n'y avait que du "groupe B" dans le monde prédaté, il ne serait pas très productif énergétiquement parlant. Car la vampirisation énergétique requiert forcément la présence d'une opposition intra-psychique collective.

L'angoisse pour la planète qui mobilise tant de Personnes pour la sauvegarde du milieu naturel, par exemple, est un effet escompté, voulu, spéculé comme conséquence de la destruction fomentée et précisément calibrée des milieux naturels.

Concrètement le clivage des deux mondes, permettant la prédation, repose inévitablement sur un clivage fomenté, régulé, encadré, mais voulu, dans le monde prédaté ("diviser pour pomper").


Faire partie du "groupe D" n'est donc pas si simple...

Pourtant, faire partie du "groupe D" est la seule façon de tordre le cou aux destins catastrophes engendrés par la spéculation causale, quelle que soit la forme de toute-puissance sous laquelle elle s'exprime.

Car tu le dis très justement, les groupes A B et C essaient tous de travailler leur toute-puissance, mais ne font que se livrer à cette toute-puissance, simplement parce que leur position est spéculative et qu'il est impossible de travailler la toute-puissance par toute-puissance.


D'où, alors, peuvent venir les vraies solutions?


Du groupe "D". Mais quel est-il ?

Il s'agit de Personnes incarnées sur leur phase identitaire, et qui dès le départ possèdent une connexion avec le potentiel de phase qui leur sert de référence absolue, et leur permet de travailler leur toute-puissance, et non pas de seulement essayer de le faire.

Cette connexion avec leur référence absolue leur permet de décrypter plus facilement les mécanismes déviants, et de pouvoir dresser au bout d'un certain temps un constat lucide, dédramatisé, de la condition planétaire, par approche éthique, et non pas moraliste.


La mise en oeuvre de l'éthique dans sa vie permet de faire partie du "groupe D", même si on n'est pas incarné en cohérence de phase. Mais ce n'est pas facile à réaliser.


En somme, ce qu'attendent inconsciemment tous les êtres, quel que soit le groupe auquel ils appartiennent, sauf le groupe "D" qui n'attend pas et participe activement à la solution, est l'affirmation de la cohérence d'au moins une première phase identitaire au sein de l'Humanité.


Et on voit que la véritable solution est complètement ailleurs que là où les uns ou les autres la placent, sauf le "groupe D".


On pourrait synthétiser en disant que la solution n'est pas dans l'éparpillement inévitable de la linéarité, mais dans le centrage sur la phase identitaire, par décontamination sublimatoire de toute symbiose.

Car si le "groupe A" reste cohérent et en apparence centré, ce n'est que par l'assistance procurée par le pompage énergétique de l'autre monde, celui-ci.


Il faut conscientiser que ce groupe A est en situation d'impasse, et qu'il est vain, inutile, et totalement surréaliste, de lui demander d'arrêter, ni d'espérer qu'il le fasse spontanément un jour.

Seule la mise en place d'une première cohérence de phase identitaire à travers le monde prédaté qui seul conserve un potentiel dynamique grâce à l'opposition qui est y perpétuée, répondra à leur attente inconsciente de libération hors de cette impasse vampirique. ("1984" : la solution viendra du "peuple" . "1984" présente donc également le parcours d'un Gardien qui doit réaliser l'ajustement de vision des deux mondes... mais de même Moïse est un Gardien, de la Maison de Pharaon, qui fait l'expérience de l'esclavage pour réaliser l'ajustement de vision des deux mondes)



En somme, pour participer à la solution, il faut d'abord faire le deuil de toute solution de toute-puissance, et comprendre que cette solution n'apparaîtra pas comme conséquence d'une quelconque spéculation ni contre-spéculation ce qui est exactement pareil, mais d'une convergence harmonique.

Et qu'il faut donc accepter et inclure la réalité humaine telle qu'elle est, avec sa vampirisation et ses clivages, car cela est Présence, et que la Présence est le seul aspect non spéculatif qui ait la puissance de changer la réalité en la faisant progresser vers l'Harmonie.

Ce qui compromet la Présence est la peur, car la peur est un aspect central du drainage vampirique.

La réalisation d'une première cohérence de phase identitaire au sein de l'Humanité y inscrira une première Présence intégrale, ce qui aura un impact à peine imaginable sur tout le système, sans pour autant mettre en oeuvre la moindre coercition, la moindre violence.


Mais l'avènement de cette première cohérence de phase ne peut pas être forcé, et ne peut émaner que de la Foi la plus totale.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Jeu 15 Jan 2009, 02:02

Naturellement, l'incarnation en cohérence de phase fait peur au pouvoir vampirique. Tout simplement parce qu'une incarnation en cohérence de phase ne se produit pas même partiellement à cause de manipulations karmiques du système vampirique, mais exclusivement par appel authentique du collectif.

De ce fait, une incarnation en cohérence de phase est très indépendante de la spéculation karmique généralisée, et donc fort peu contrôlable.

Du moment que la Personne en cohérence de phase ne commet pas d'erreurs fondamentales, et persiste dans une humilité de bon aloi, sa phase est inexpugnable, et en même temps un appât très puissant.

Toute provocation de la Personne sur sa phase, qui dépasserait les bornes en intensité, en violence, serait immédiatement sanctionnée par une intervention musclée des instances d'encadrement de la réalité (instances archangéliques par exemple).

Une telle intervention protectrice est légitimée non pas par l'importance particulière de la Personne en cohérence de phase, qui n'est pas supérieure à celle de toute autre Personne, mais seulement par la cohérence de la phase elle-même.

De là découle cette fameuse "prédiction" que l'on retrouve régulièrement dans différents mythes, et qui annonce qu'un "libérateur" viendra déboulonner le "tyran" en place, et qui fait que celui-ci s'agite beaucoup pour tenter de dévoyer toutes les incarnations en cohérence de phase (meurtre de tous les permiers nés d'Israël, etc).

Ceci fait simplement allusion au fait qu'inévitablement, un jour, une première cohérence de phase sera affirmée, et sonnera le glas de l'ère vampirique.

C'est plus qu'une prédiction, et c'est plus qu'une simple éventualité. C'est une certitude que la spéculation tente de repousser le plus possible.


Car la nature de ce avec quoi le système vampirique "joue", ce dont il use et abuse pour organiser et maintenir le clivage, de ce qui lie les prédateurs et les prédatés, cette nature est méconnue.


C'est le mental, puisque la fracture fut mentale, et il est représenté par la "plante" dans Eden Log. A savoir un élément central, fondamental, indispensable, du clivage de prédation, mais aussi un élément énigmatique, à la nature mal comprise, qui semble posséder une forme d'indépendance, de réactivité intrinsèque, qui se laisse adultérer par la spéculation, mais dont l'essence tend à s'affirmer en dehors de cette spéculation.


Et ça, c'est le "joker imparable" du "groupe D".

C'est que la véritable nature de l'élément fondamental du système vampirique, le mental, est un aspect essentiellement dialectique, dont la réalité s'étend à l'univers et au-delà, et qui constitue la force la plus puissante de l'existence.

Or il se fait que cette puissance illimitée réagit spontanément à l'expression d'une juste position intérieure. A savoir que plus l'appel est subtil, humble, ténu, nuancé, ouvert, plus la puissance de la réponse sera importante.


Plus l'appel est dépouillé de spéculation, plus il est authentique, plus il est entendu, et plus la réponse est puissante.


Il se fait donc que pour lancer un appel authentique, il faut que la Pierre spirituelle soit particulièrement bien polie, débarrassée de ses instabilités toutes puissantes qui y inscrivent de la linéarité spéculative.


Et la bonne nouvelle est qu'une Personne incarnée en cohérence de phase, qui s'éveille progressivement à cette cohérence, se confronte de plus en plus consciemment aux drains vampiriques à mesure que ces drains perdent leur pouvoir manipulateur sur cette Personne.

Et la tension énergétique alors ressentie, si elle est seulement confrontée par ouverture éthique, dans le Respect intégral des Personnes, sans toute-puissance, va favoriser et accélérer le polissage de la Pierre spirituelle, et donc l'amener à pouvoir produire des appels de plus en plus humbles, subtils, et donc puissants.


Cela permet de comprendre que le système vampirique utilise des vecteurs qui en réalité lui échappent par nature, et que la Personne qui conserve la position intérieure correcte, en confrontation consciente et confiante de la pression vampirique, est favorisée par la vampirisation qui alors scie hardiment la branche sur laquelle elle est assise.

Le film "Eden Log" montre clairement ce processus à la fin, où le "libérateur" se branche volontairement sur la "plante" et donc le système vampirique en entier, sachant que s'il conserve la juste position intérieure d'ouverture jursqu'au bout, la confrontation directe au pompage sans réaction de toute-puissance, va polir sa Pierre juqu'à parfaite sphéricité, qui deviendra alors imparable, car elle sera reconnue et intégralement supportée par la "plante", le (supra)mental universel.

Toute spéculation perpétrée contre la Personne sur sa phase, ne peut que la favoriser, si elle conserve la juste position de phase, qui est l'ouverture persistante.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Les phénix



Masculin
Cancer Chèvre
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 24/06/1979
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Dim 18 Jan 2009, 20:49

Bonjour.



Ok, nos échanges me permettent d’entrevoir le nouveau continuum incluant le groupe D.



A ce titre, je témoigne ma compréhension présente.



Je dirai que pour habiter pleinement la conscience D ; le représentant D encore « en gestation » se doit de réintégrer ses morcellements Soi A B C (Et ce, s’en utiliser la toute puissance). En connaître/reconnaître/maîtriser les moindres coins et recoins ; les moindres astuces spéculatives et contre spéculatives pour s’assurer de tenir bien droit au sein de ce collectif A B C version 2009. (Ou pour dire différemment : être lui-même, dans l’authentification de sa propre limite interpersonnelle dans un monde vampirique hyper spéculatif/contre spéculatif.)



Comme la conscience potentielle du groupe D ne répond + au pompage vampirique A du fait de l’assise implacable de son éthique (ou du dégonflage intégral de sa toute puissance) alors D a la possibilité de créer une brèche quantique avec le véritable Temps des Créateurs.



Mais pour ce faire, chaque représentant D se doit de recouvrer son « poste ». Autrement le rendez vous avec l’alignement harmonique est manqué. A partir de ce seuil, D devient quasi immunisé aux énergies vampiriques A qui sont soit frontales/directes, soit intermédiaires/indirectes à travers B C. Donc D peut se ré immerger en profondeur au sein du Collectif A B C et amorcer une ré évolution, permettant de « rendre à César ce qui appartient à César ».



C'est-à-dire D valide sa réintégration collective à travers sa reconnexion au groupe d’âme, sa flamme jumelle... A travers la reconnaissance/la manifestation progressive de son potentiel et son ouverture au véritable flux universel, D ré inverse le processus où l’emprise vampirique n’a + prise.



D s’authentifie à un point tel qu’il se reconnaît en tant que dépositaire de la convergence harmonique, en temps que « gardien » du nouveau continuum et « permet » à tout un chacun de s’y synchroniser au moment du prochain carrefour ou pas.



Merci pour ta contribution Sphinx. Merci à tous.



Les phénix.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Lun 19 Jan 2009, 13:05

Merci pour ton témoignage synthétique, Les Phénix.


On peut établir une comparaison assez aisée entre les trois groupes A, B et C et les trois couches cérébrales, reptilienne, limbique, et du neo-cortex.

Lorsque ces trois instances fonctionnent entre elles de façon clivée, elles sont impliquées dans des processus symbiotiques, manipulatoires, d'extorsion de leur participation au fonctionnement psychique.

L'espace intra-psychique est morcelé dans le triple aspect de son fonctionnement naturel, et ce morcellement est caractérisé par un organe cérébral certes complet, mais densifié.

Le fait que la conscience individuelle ne soit pas intégratrice, n'unifiant pas les trois aspects en un seul, déplace l'unification sur le plan collectif qui devient le gardien de l'équilibre global en compensation des équilibres individuels caduques

Mais cela signifie alors que forcément, sur le plan individuel, vont se dessiner trois groupes de Personnes: la dissociation intra-psychique des Personnes, compensée par le maintien d'un équilibre collectif, va pousser les individus vers un clivage en trois groupes associés chacun à un type de linéarité spéculative particulier, correspondant à une couche clivée du psychisme, et alors l'ensemble des trois approches linéaires constitue sur le plan collectif global l'équilibre requis, indispensable à ce niveau à défaut d'être réalisé sur le plan des individualités.

On ne peut donc pas résoudre le problème de la dualité dans son ensemble, ni d'une approche spéculative particulière, comme l'approche "reptilienne" par exemple, dans l'exclusion des approches linéaires les unes des autres, mais dans leur intégration dans une approche unificatrice de l'espace intra-psychique.

En quelque sorte, chaque approche possède sa vérité, sa raison, et ce n'est que le clivage apparent de ces approches qui crée tous les problèmes.

Par exemple, le point de vue linéaire "reptilien" n'est pas supposé être vampirique, mais le devient par l'entremise d'un clivage trop fort, d'une confusion symbiotique trop importante, entre les trois points de vue.

Entrer dans le "groupe D", qui pratique l'unification de la vision des deux mondes et des trois points de vue, est donc la seule façon d'avancer vers la vraie solution.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Les phénix



Masculin
Cancer Chèvre
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 24/06/1979
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Ven 23 Jan 2009, 20:51

Merci Sphinx pour les clés que tu partages.



Si pour caricaturer, je reconnais qu’en moi-même je suis A un reptilien accompli, B un matérialiste accompli et C un sauveur du monde accompli et si ces 3 approches cohabitent en moi-même sans clivage aucun alors ici/maintenant je peux accepter le monde A B C tel qu’il est.

Je suis en mesure de démystifier les rouages de ce monde A B C et le pompage vampirique qui le soutient. Connaissant les issues apocalyptiques respectives linéaires/spéculatives A B C, je ne peux que débrancher mon mental linéaire/spéculatif de celui-ci.



Je vois (avec notamment le partage de tes écrits cher Sphinx) la danse à 3 temps qui se joue :



A qui spécule contre l'Homme est confronté à l’appel harmonique qui s’en vient.

B C qui spéculent à travers les manettes de A sous le voile de la dualité sont confrontés à l’appel harmonique qui s’en vient.

D qui s’est voilé sa véritable nature est confronté à l’appel harmonique qui s’en vient.



En fait, que nous soyons des représentants (A) B C ou D, nous avons tous signés le même contrat. Pouvons nous répondre à l’appel harmonique ou non ?

Et dans ce bal masqué, nous jouons tous notre rôle à la perfection.



Il est vrai, qu’aujourd’hui, nous sommes tous sur le fil du rasoir :



D commence à entrevoir le nouveau continuum, l’Oiseau et il est clair qu’il n’est pas évident de ne pas péter les plombs devant l’ampleur énergétique de ce réacteur nucléaire. S’il ne se connecte pas à sa vulnérabilité, sa limite interpersonnelle ; s’il n’est pas encadré par ses âmes sœurs sur les bases d’une profonde éthique relationnelle, D est assuré de plonger dans la déconfiture de sa toute puissance individuelle. (Quand à l’encadrement de sa FJ ?.. Je ne peux en témoigner car non accès pour le moment et sans doute heureusement ? Chaque chose en son temps, l’arbitrage collectif étant notre meilleur repère ?)



B C commencent à entrevoir une nouvelle conscience et il est clair qu’il n’est pas évident de trouver l’équilibre transitoire entre l’énergie des spéculations et l’énergie de cette nouvelle conscience.



A commence à sentir que les vecteurs qu’il maîtrise depuis la nuit des temps lui échappe.





Dans cette danse collective, tous ces jeux de miroirs que nous nous proposons les uns les autres (A) B C D ; nous validons paliers par paliers (dans le juste timing) notre synchronisation Harmonique.



Je suis heureux de conscientiser et déconstruire peu à peu ce clivage A B C D intrapsychique. De conscientiser le timing global du nouveau continuum ; à travers les timings singuliers (A) B C D.

Si D souhaite aller + vite que la musique, il va être submergé par sa vision et s’il reste un peu trop plongé dans son sommeil, il va être submergé par les énergies linéaires/spéculatives.



Et le principe est valable d’une certaine manière pour tout un chacun. Seul le grand miroir collectif nous permet de trouver notre juste place/timing au sein de cette synchronisation Harmonique



En quelque sorte, nous nous sommes offert le test de Lucifer et malgré les apparences ordurières, nous sommes en mesure de l’accomplir.





Didier et ses amis harmoniques : Les phénix.
Revenir en haut Aller en bas
gebo

avatar

Féminin
Taureau Tigre
Nombre de messages : 57
Date de naissance : 19/05/1950
Age : 67
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Sam 24 Jan 2009, 10:00

Bonjour à tous/toutes

Citation :
Si pour caricaturer, je reconnais qu’en moi-même je suis A un reptilien accompli, B un matérialiste accompli et C un sauveur du monde accompli et si ces 3 approches cohabitent en moi-même sans clivage aucun alors ici/maintenant je peux accepter le monde A B C tel qu’il est.
Les Sphinx

Chaque évènement dans mon environnement extérieur immédiat ou lointain, qui me touche , blesse, réjouit, irrite, atriste, bref, qui suscite en moi un élan émotionnel, une réaction affective, un sentiment,
indique donc le ou les domaines de mon monde intérieur qui ne s'est pas encore reconnu ou accueilli.
L'indifférence est .....le décrochage mon état d'être humain ? Pas une désolidarisation de ce que " l'autre" vivrait, mais bien une négation que je suis, que le monde est, que je suis le monde et que le monde est moi?
Un bloc de béton sur lequel il est périlleux de buter, au risque de perdre un membre....?

Vivement les élans de mes viscères, quand je peux les ressentir et en même temps les observer comme les indices de la Vie que je laisse couler en moi sans tirer une conclusion aucune...

Je peux alors " être en Amour" en moi avec moi, du monde et en lui, avec cette compassion infinie pour nous ,et qui nous sommes ici et maintenant.

En attendant un enfant pleure en moi, et inclut en mon sanglot, les pleurs de milliers millions d'enfants qui, en ce point précis de ma sensibilité, sont également touchés.

Chaque larme est à accueillir comme un cristal unique précieux et rare, qui reflète la beauté de nos âmes....
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Sam 24 Jan 2009, 13:24

Bonjour Gebo,


Citation :
Chaque évènement dans mon environnement extérieur immédiat ou lointain, qui me touche , blesse, réjouit, irrite, atriste, bref, qui suscite en moi un élan émotionnel, une réaction affective, un sentiment,
indique donc le ou les domaines de mon monde intérieur qui ne s'est pas encore reconnu ou accueilli.

Selon moi, non.

Il faut dissocier tout d'abord réactivité affective émotionnelle et réactivité affective sentimentale, car ce n'est pas la même chose.

L'Emotion est incluvise, car elle émane de l'extérieur de soi (Ex - motion). C'est un mouvement induit en soi par le collectif auquel on est consciement connecté.

Par contre, le sentiment affectif provient d'un ressenti intérieur, individualiste, et est de ce fait exclusif: il clive l'affectivité de la Personne.

L'idée est donc d'aborder les événements et le monde non pas à travers le filtre d'une affectivité sentimentale (confusion entre Raison mentale et Emotion), forcément exclusive et individualiste, même parée de fausses bonnes raisons validées par ce qui n'est que de la morale, mais bien par une affectivité émotionnelle authentique, inclusive, et donc collectiviste, en cohérence éthique.

Une telle émotion étant inclusive, elle n'exclut nullement une authentique tristesse, par exemple, mais les affects présents dans l'Emotion ne seront jamais symbiotiques, exclusifs, tirant à eux toute la couverture, et dépossédant alors l'être de ses véritables moyens, dont l'essentiel consiste d'abord en la capacité de sublimation.

Tant qu'on ne fait pas une claire distinction dialectique entre Emotion et sentimentalisme, on peut croire que le chemin mène à l'indifférence, et c'est une erreur.

Au contraire, il s'agit de renouer avec la véritable souplesse emotionnelle, toute en nuances autorisées par l'inclusivité intégrale.

Cela consiste à réunifier le champ conscient intrapsychique de sorte que les clivages des sentiments exclusifs ne se produisent plus, justement. Et cela n'est pas indifférence, mais concernement véritable, sans enjeux symbiotiques.


On a réalisé des tests sur de "grands" méditants, ayant derrière eux des milliers d'heures de méditation.

On s'est rendu compte que lorsqu'ils sont confrontés à des scènes de cinéma dans lesquelles des personnes sont blessées, le cheminement des impulsions cérébrales court-circuite le chemin habituellement emprunté chez les plupart des personnes non méditantes.

Ce qui se passe est que la réactivité n'est plus prise en otage par des boucles narcissiques, symbiotiques, inutiles, qui se signalent par des sentiments exclusifs qui dépossèdent la Personne d'une partie de ses moyens d'action.

De ce fait, directement mobilisée par l'Emotion, la Personne est tout de sute prête à une intervention avec tous ses moyens disponibles et, ce qui est fondamental, sans protection psychique brandie face à la réalité, sans déconnexion même partielle de cette réalité pour s'en protéger.




Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Les phénix



Masculin
Cancer Chèvre
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 24/06/1979
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Dim 25 Jan 2009, 21:17

Oui, de même un être ayant atteint une certaine cohérence éthique ne répond + par réactivité à l’énergie vampirique A manifesté par B C par boucles narcissiques. Il ne se laisse + duper par ce manège archétypal.



Par exemple, si je vois des personnes au profil C aller au front, sauver le monde contre les méchants et se faire tuer : je ressens profondément ce que signifie habiter cette conscience mais je ne suis + réactif, mon mental ne s’agglutine + à cette énergie.

« Je me souviens, lorsque j’allais me faire guillotiner au nom de la liberté », comment résonne l’énergie de cette conscience là !

Aujourd’hui, je suis détaché/désolidarisé de cette conscience/énergie là ; je n’y réagis + mais ce n’est pas pour autant que je me sens indifférent voire même supérieur à l’être en moi qui s’est fait guillotiné ou par extension que je me sens indifférent voire supérieur à la conscience C.



Mais dans mon espace intrapsychique, elle est parfaitement intégrée, vivante cette conscience/énergie là. Je cohabite "quantiquement" avec.



La déconstruction de ma confusion, le désamorçage de ma toute puissance ne m’y font + réagir et paradoxalement cela me permet de mieux m’aligner sur une cohérence éthique collectiviste.

Et il est vrai que pour ma propre conscience C (B et A) donc par extension à la conscience extérieure C (B et A), cela peut ressembler à de l’indifférence.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Dim 25 Jan 2009, 22:49

Bonsoir Les Phénix,


j'apprécie beaucoup l'expression "manège archétypal"...



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Les phénix



Masculin
Cancer Chèvre
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 24/06/1979
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Mer 28 Jan 2009, 22:04

En effet, y a 2 ans j’ai eu la vision/ le ressenti d’être la conscience d’une bataille galactique entre les forces du bien et du mal. J’étais coincé dans cette conscience, ce manège archétypal tel un insecte cognant une vitre à répétition.

Aujourd’hui je réalise ce que signifie incarner le potentiel D, ce que signifie transcender ce manège archétypal. Comprendre que bluffer par ma toute puissance, je ne peux me libérer de cet archétype à la fois ignoble et initiateur.

Je vois clairement que D est inséré dans cette ligne de temps linéaire pour incarner dans l’équilibre, la sublimation de ce manège archétypal, l’onde harmonique qui permettra sans doute de désamorcer le dénouement funeste de cette linéarité spéculative.

Portant en soi les mémoires A B C désastreuses, au-delà de son alzheimer cosmique, D est mis au défi de réintégrer son espace intrapsychique sans clivage aucun au sein même de cette ligne de temps linéaire hyper envoûtante.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Ven 30 Jan 2009, 12:17

Je te comprends bien, Les Phénix. Merci pour cette synthèse.


Il toujours garder à l'esprit que le refoulement à forcément quelque part raison dans la pression qu'il exerce sur nous.

Réintégrer la part de soi refoulée, en la libérant du piège archétypal, c'est pouvoir reconnaître cette raison, comme Neo à la fin de Matrix 3, sans pour autant ni cautionner le mode oppressif du refoulement, ni se culpabiliser.

Il faut se responsabiliser du refoulement, pour le réintégrer, et cela implique de lui reconnaître sa juste raison. Tant que cette signification n'est pas restituée, le refoulement persiste logiquement, puisque par nature, un refoulement est la conséquence d'une adultération de la signification.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Dim 01 Fév 2009, 20:56

Bonsoir à toutes et tous,


il serait intéressant d'établir un corollaire entre les points de vue clivés A, B et C, dont on vient de parler, et le pays imaginaire de Peter Pan.

Comme on peut le lire dans l'article (citation) "Le Syndrome de Peter Pan", sur ce même forum

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

le pays imaginaire possède une dynamique essentiellement fondée sur la peur, sur le clivage des points de vue, qui ne cessent de se poursuivre, et de s'éviter, car lorsqu'ils se rencontrent, c'est pour s'imiter, se confondre.

Le manque d'authenticité de ces points de vue les clive les uns des autres, de façon à préserver de chaque côté une illusion d'authenticité.

Il est clair que le point de vue du "Bien" de Peter Pan n'est pas différent du point de vue du "Mal" de Crochet, si bien que Peter ayant éliminé son rival, s'identifie inconsciemment à lui.

Clairement, le pays imaginaire met en scène des points de vue qui, parce qu'ils sont mal affirmés, différenciés, éprouvent le besoin de se cliver les un des autres pour éviter la confrontation directe, repousser une intimité qu'ils ne pourraient pas supporter.

Tout le monde a peur, et tout le monde tourne en rond selon des schémas symbiotiques préétablis qui garantissent la stabilité précaire de l'ensemble, et contingentent les relations afin d'en exclure toute forme d'intimité.

Des points de vue briguent l'accès à l'exclusivité, par élimination des autres points de vue, car ils savent que la confrontation ouverte, intime, serait fatale à leur mirage tout-puissant. Mais paradoxalement, le fait d'"éliminer" en apparence un autre point de vue, consiste finalement à l'épouser mimétiquement, inconsciemment: celui qui mange se fait manger dans la grande hiérarchie prédatrice du clivage.

Et si on ne peut pas dire que Crochet gagne, on peut quand même comprendre que Peter ne gagne pas non plus, et que Crochet ne perd en fait pas du tout, malgré les apparences... la spéculation est un système impitoyable où l'on ne peut pas gagner.


De telles relations seront donc exclusivement utilitaristes, spéculatives, jusqu'au vampirisme.


Dans un tel cadre, l'unique possibilité d'émancipation de cette illusion du pays imaginaire, réside dans l'évacuation des clivages et la réunification des points de vue dans l'espace intrapsychique, par la reconnaissance de l'authenticité de chaque point de vue. Cela est la "conscience D", qui sort de la mêlée et de la ronde symbiotique incessante, cercle vicieux qui se fait prendre en chasse par le temps qui passe en tentant de le refouler.

Wendy, la Femme, la possibilité de la Rencontre intime, non spéculée, avec l'Autre, jusque dans la différence et la complémentarité, est la seule porte de sortie du cercle infernal du pays imaginaire.


La maturité ne peut surgir que de l'intégration d'une vraie Personne, au-delà des clivages spéculatifs, au-delà de la peur qui cloisonne la réalité, au-delà de la toute-puissance archaïque qui maintient l'être dans un état foetal non reconnu.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Lun 02 Fév 2009, 12:07

En définitive, le refus de la vie tout autant que l'attachement à la vie sont des redondances narcissiques qui diluent l'authenticité du point de vue, et constituent des refoulements de la réalité simple et immédiate de la vie qui devrait être spontanément reconnue sans plus.

On constate bien entendu que ces points de vue inauthentiques, spéculatifs, sont faits pour s'articuler ensemble selon un mode symbiotique évident, ce qui constituera leur clivage (le faux lien symbiotique est toujours corrélé à une fausse séparation exclusive).

Refuser la vie n'est donc pas différent que de s'y attacher, car dans les deux cas, il y a symbiose par rapport à la vie, sous une forme simplement différente, et en fait complémentaire.

Mais cette complémentarité n'est pas une véritable complémentarité polaire, relativiste, mais une complémentarité "virale", symbiotique, confusionnelle, narcissiquement indirecte, et conservant des aspects absolutistes qui diluent la vérité des aspects.


On comprend aussi que le clivage majeur refus/attachement à la vie engendre aussi un clivage de la dynamique de vie, qui au lieu d'être naturelle et spontanée, sans efforts, va se voir clivée avec d'un côté une absence complète de dynamique (refus de la vie, monde prédateur) et de l'autre une dynamique compensatoire forcée, induisant l'illusion de la nécessité et même du culte insensé de l'effort (monde prédaté).


Il faut savoir que pour les êtres du monde prédateur, le monde prédaté et ses habitants n'ont pas d'existence véritable, ne sont pas reconnus comme des êtres à part entière, car le refus de la vie empêche la reconnaissance véritable de l'être, et fonde cette reconnaissance uniquement sur la capacité de prédation. La réciproque est également vraie, mais de façon inconsciente, refoulée: le monde prédaté ignore le monde prédateur pour échapper à la conscientisation de sa vraie condition.

De ce fait, seuls les prédateurs hyper-spéculatifs dans le monde prédaté seront éventuellement reconnus en tant qu'êtres potentiels au sein du monde prédateur. Il n'est pas impossible que l'un ou l'autre puisse obtenir la "chance promotionnelle" d'être admis dans le monde prédateur.



Si donc nous avons un premier clivage des points de vue par la fragmentation narcissique refus-attachement à la vie, les uns étant attachés à la vie par refus de la vie, et les autres étant refusé de la vie par attachement à la vie, un second clivage doit apparaître dans le monde prédaté, qui est celui de l'attachement à la vie, de façon à ce que ce clivage secondaire nourrisse le monde prédateur du clivage primaire.


Ce second clivage doit donc être "transversal" et limité à la sphère du monde prédaté. Concrètement, puisque le point de vue symbiotique du monde prédaté est l'attachement à la vie, alors c'est par la menace portée sur la vie que le clivage secondaire sera mis en oeuvre, et constituera effectivement la pompe à énergie psychique destinée à alimenter le monde prédateur.

Un groupe du monde prédaté sera donc conditionné, par trafic karmique, pour exercer plus ou moins consciemment ou inconsciemment selon le cas, la menace apparente à l'encontre de la vie. Ce groupe sera en quelque sorte l'écho du monde prédateur dans le monde prédaté, bien qu'il n'y ait pas forcément d'affiliation consciente de ce groupe avec le monde prédateur (cf "Zardoz").

Et en réaction contre-spéculative, un second groupe clivé se définira par rapport au premier groupe (qui est celui des spéculatifs). Ce second groupe de réaction est celui des défenseurs de la vie contre la menace apparente exercée contre la vie.

Ce groupe est donc bien conditionné par la spéculation du premier groupe, et sa contre-spéculation reste de la spéculation, ce qui n'en fait pas un point de vue authentiquement différent de l'autre.

Défendre la vie est en effet complètement similaire à menacer la vie, puisque dans un cas comme dans l'autre, l'évidence de la puissance vitale n'est pas reconnue.

Tous les conditionnements, y compris celui du monde prédateur, sont mis en oeuvre par la peur. Et l'ensemble est clairement une oeuvre théâtrale jouée avec autant de conviction qu'elle est une illusion, mais hélas avec des effets bien réels sur la condition et la souffrance humaine.

Donc, les contre-spéculatifs défenseurs de la vie sont aussi dans la négation de la vie.

"Oeuvrer avec" la vie, c'est différent. S'opposer, luter contre, est toujours une erreur contre-spéculative dans tous les cas. On ne peut valablement qu'"oeuvrer avec". Car être AVEC, c'est Rencontrer, donc c'est juste, c'est d'emblée hors spéculation, mais autorise tout et le meilleur spontanément, par synergie naturelle.

Et il est vrai que j'ai pu dire qu'"oeuvrer pour" était juste... mais je dois considérer ici que c'était même encore une erreur de ma part: "oeuvrer pour" implique déjà possiblement une négation. Car s'il faut oeuvrer pour, c'est qu'on implique déjà la possibilité du contre.

Or donc, on peut seulement "oeuvrer avec" lorsqu'on a tordu le cou à tous les faux points de vue clivants, symbiotiques.


Et cette position intérieure est celle qui s'affirme à travers le point de vue "D" de la conscience intégratrice, qui peut reconnaître et intégrer la vérité de tous les points de vue, en les discriminant les uns des autres, ce qui permet leur harmonisation intrapsychique.


On a vu aussi que tout point de vue inauthentique, mal affirmé, est toujours ambivalent, car le refus de la vie est indissociable de l'attachement à la vie et réciproquement.


L'idée finalement, est de rétablir la distinction des trois flux psychiques, de les refocaliser pour qu'ils constituent un parfait système projectif, co-créateur de la réalité, un peu comme un tube trinitron de téléviseur. Cela mène donc à l'établissement de l'Antahkarana.

Et ce n'est pas autre chose qui est décrit dans "Le Serpent Vert" de Goethe, où les trois Rois qui se lèvent représentent ces trois flux psychiques bien focalisés et distincts, alors que le Roi "composite" qui s'effondre au cours du processus, représente la fin d'un système projectif symbiotique, confusionnel, où les canaux psychiques (les points de vue existentiels) ne sont pas bien séparés, authentifiés, et se combattent alors, perturbant la perception juste de la réalité.


En conclusion, je voudrais insister sur le fait qu'"oeuvrer pour" est encore de la toute-puissance, et que la seule réalité, qui est forcément Rencontre, consiste à "oeuvrer avec", et donc à reconnaître l'évidence de la puissance vitale au-delà de toute peur narcissique auto-limitative, comme le père du héro dans Apocalypto, où la puissance vitale est clairement présente et mobilisée à sa "mort" apparente, dont les arbres et les éléments de la forêt sont les témoins directs et actifs: sa "mort" est d'abord une Rencontre car elle est dépourvue de peur.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Lun 02 Fév 2009, 16:26

On peut voir se refléter ce système macrocosmique de clivage dans le microcosme du couple narcissique.

Par exemple, lorsque le couple se "sépare", s'"éclate" en fait, dans des conditions conflictuelles clivantes, désirant par là cristalliser le plus définitivement possible la symbiose entre les partenaires, qui ne vont donc pas du tout se séparer, mais au contraire renforcer profondément leur liaison symbiotique, dans ce cadre hyper confusionnel donc, les attachements à d'autres aspects comme des objets, des animaux domestiques, et bien entendu les enfants, seront rançonnés, pris en otage par la spéculation symbiotique du clivage narcissique.

Ce qui se passe concrètement est que le couple, constitué peut-être au départ en partie par une réalité d'Amour inconditionnel, mais aussi de toute façon par des enjeux narcissiques non-dits, fonctionne d'emblée comme une pompe à énergie psychique pour les égrégores vampiriques.

Si les enjeux symbiotiques ne sont pas démystifiés et désamorcés, permettant alors de reconnaître l'Amour autentique, mais non conditionné, non narcissiquement sexualisé, qui a aussi présidé à la rencontre, alors l'absence de sublimation, le défaut de respect des Personnes, permettra aux instances vampiriques d'utiliser les enjeux narcissiques pour intensifier le rendement de la pompe à énergie, et idéalement pour en garantir le fonctionnement à longue échéance.

La séparation confictuelle narcissique d'un couple peut être symbolisé par le fait de pousser à fond la manette de la pompe et d'enclancher le verrou permettant de caler cette manette à fond.


Et bien entendu, à partir de là, il faut idéalement entretenir le clivage narcissique du couple, maintenir le verrou, en exerçant une menace narcissique sur les attachements, comme par exemple, et "idéalement", les enfants.


Cela permet même de faire "d'une pierre deux coups", puisque d'une part cela maintient en place le verrou symbiotique de la pompe intrapsychique conjugale, et d'autre part cela conditionne déjà précocement les enfants à ces mécanismes spéculatifs et vampiriques.

Mais il en va de même pour nos sociétés dans leur globalité, au niveau de l'enseignement et des processus de sociabilisation.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Les phénix



Masculin
Cancer Chèvre
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 24/06/1979
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Lun 02 Fév 2009, 22:24

Merci Sphinx pour ces échanges, cette belle pédagogie.

Je continue de témoigner selon ma singularité et perception actuelle.

En effet, D ne peut que réapprendre à se libérer de l’illusion du clivage, de toutes les pressions dualistes, utilitaristes,politiquement/spirituellement correctes... aussi rusées et envoûtantes soient-elles.

D n’entretient, n’aide + les illusions (A B) C des autres quelques soient les déguisements qu’elles revêtent puisque D a restitué le refoulement de ce manège archétypal et toutes les pressions qui vont avec.

« Ressuscité » des consciences séparatistes, il n’est + solidaire de l’illusion de C dans son désir tout puissant à vouloir remporter la victoire « du bien contre le mal.»
Bien au contraire, il a débranché en lui-même ce mouvement perpétuel.
Il ne se rend ainsi + complice du pompage vampirique A et ne peut qu'être le témoin privilégié de l’effondrement de ce délire, de ce manège archétypal A B C en lui-même et, en différé, à l’extérieur de lui-même.Témoin à la fois d'un effondrement et d'une révélation: cette fameuse apocalypse!

D ne mélange + le potentiel de la matrice/des désirs personnels A B C et celui de la réalité Harmonique. D peut chanter le langage des Oiseaux.


J'imagine que le processus est le même pour le potentiel d'un couple narcissique et celui d'un couple FJ authentifié où alors pour le coup, D devient carrément l'Oiseau!
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Lun 02 Fév 2009, 22:42

"Chanter le langage des oiseaux"... sans plus la moindre spéculation... participer au choeur des louanges célestes... pfiouuuu... merci Les Phénix! Je me suis pris le bain de plasma vitesse grand V, en collision frontale avec le volatile cosmique, toujours aussi merveilleux, insaisissable, et déjanté.... c'était super, merci !


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Les phénix



Masculin
Cancer Chèvre
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 24/06/1979
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Lun 02 Fév 2009, 23:13

Merci pour ce bain de Lumière!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Didiera

avatar

Masculin
Poissons Serpent
Nombre de messages : 420
Date de naissance : 08/03/1965
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Mar 03 Fév 2009, 17:53

Après avoir lu ce qui est écrit sur le syndrome de Peter Pan sur le forum, et m’être rendu compte qu’une personne de mon entourage correspondait parfaitement à ce syndrome, et qu’il se pourrait que je sois le capitaine Crochet (à voir ..), je me pose plusieurs questions sur la victime de ce syndrome, en particulier sur :

Citation :
Il est incapable d'amour, de compassion ou de quelque sentiment profond que ce soit. Il reste éternellement bloqué dans le factice

Emploi: En dents de scies: les plus jeunes victimes ne travaillent que lorsqu'elles y sont obligées, veulent réussir mais non travailler

La victime désire se libérer de l'influence maternelle mais se sent coupable chaque fois qu'elle tente de le faire.

Pleinement développé, le syndrome bloque l'accès de la victime à l'âge adulte grâce à une procrastination fataliste ( procrastination = retard chronique !!!)

La victime du SPP recherche désespérément à sortir de son ornière mais tendez lui la main et elle ne manquera pas vos points sensibles.
Elle pleure pour attirer votre attention, mais accordez-la-lui et elle se moquera de votre sollicitude.

Malgré tout cela, j’ai l’impression qu’il n’y a pas gros écart entre le cercle infernal (voir Sphinx) de ce pays de l’imaginaire, et un cercle qui serait vertueux, sans peur.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Mar 03 Fév 2009, 20:38

Bonsoir Didiera,

Citation :


Malgré tout cela, j’ai l’impression qu’il n’y a pas gros écart entre le cercle infernal (voir Sphinx) de ce pays de l’imaginaire, et un cercle qui serait vertueux, sans peur.

Une grosse différence est par exemple la certitude d'un vécu harmonieux, décontaminé de tout hasard, mais paradoxalement totalement imprévisible.

Dans le cercle vicieux, ce qui conduit le bal est la peur, et de ce fait, la réalité va inscrire des éléments relatifs à cette peur, donc des vécus hasardeux, dysharmoniques. La spéculation causale associée à la peur est déterministe, et paradoxalement engendre le hasard, le risque, en compensation inévitable du déterminisme causal.

Dans le cercle vertueux, ce qui conduit le bal est l'harmonie, et de ce fait la réalité va inscrire des éléments relatifs à cette harmonie, donc des vécus certains et positivement orgamisques. Le finalisme libéré par l'absence de spéculation causale, est à l'opposé du déterminisme, et donc imprévisible. Mais d'un autre côté, l'indétermination totale permet d'écarter complètement le risque hasardeux.


Il y a donc un rapport dialectique qu'il faut comprendre, et qui stipule que si on rend la réalité prévisible, on la rend dysharmoniquement hasardeuse, alors que si on accepte l'imprévisibilité totale de la réalité, qui est toujours collective, on la rend harmoniquement certaine.

Ce qui change est donc aussi la Présence, la conscience, et donc la liberté de vivre et de participer authentiquement à ce qui se passe.

Car si au lieu de spéculer sur la réalité, ce qui réduit la Présence, et donc limite ses moyens réactifs, et donc rend le vécu de la réalité risqué et hasardeux, l'être s'ouvre entièrement à la réalité telle qu'elle est, il appelle toute sa Présence en incarnation, et reçoit alors l'intégralité des moyens de cette Présence, ce qui rend le vécu de la réalité certain et harmonieux.

Dans un tel cadre, l'indétermination totale de l'harmonie constitue la liberté totale de l'être, alors que le déterminisme spéculatif témoigne seulement du libre-arbitre, donc de l'illusion de liberté produite par le contrôle narcissique.


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Mer 04 Fév 2009, 00:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Mar 03 Fév 2009, 21:04

Bonsoir,
merci à vous tous pour ces merveilleux échanges!
Steph, merci pour cet excellent sujet!

Bienvenue à vous Les Phénix ;
sans conteste, il est vrai ,que la valeur n attend pas le nombre des années...

Steph peux tu m expliquer plus ceci:

Si les enjeux symbiotiques ne sont pas démystifiés et désamorcés, permettant alors de reconnaître l'Amour autentique, mais non conditionné, non narcissiquement sexualisé, qui a aussi présidé à la rencontre, alors l'absence de sublimation, le défaut de respect des Personnes, permettra aux instances vampiriques d'utiliser les enjeux narcissiques pour intensifier le rendement de la pompe à énergie, et idéalement pour en garantir le fonctionnement à longue échéance.


144001
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Mar 03 Fév 2009, 21:20

Bonsoir Ambre,


l'Amour inconditionnel est toujours présent entre deux êtres humains, qu'il soit reconnu ou pas. Dans toute relation qui se noue, il y a donc forcément de l'Amour inconditionnel au départ.

Le seul problème est qu'il n'est pas reconnu en raison de consciences parasitées par des enjeux narcissiques, amoureux, sexuels, relationnels.

De ce fait, le véritable potentiel de la relation n'est pas reconnu non plus. A savoir que le degré d'affinité harmonique, et donc la proximité spirituelle (Ame soeur, Ame jumelle) n'est pas conscientisé pour laisser la place à l'illusion des interactions narcissiques.

Si les partenaires acceptent de sublimer leurs enjeux narcissiques, ils peuvent faire évoluer leur relation en y reconnaissant progressivement, et avant tout, l'Amour inconditionnel qui existe forcément entre eux, et le véritable potentiel harmonique que cet Amour porte en lui.

L'idée est donc d'arriver à Rencontrer l'autre avant toute interférence narcissique, tout enjeu sous-jacent, au-delà des projections transférentielles, par sublimation narcissique motivée par le respect mutuel des Personnes.


Il faut parvenir à voir que la relation est une entraide mutuelle destinée à démystifier nos scénarions personnels inconscients dans lesquels nous introduisons l'autre de force (transfert). Il s'agit de voir que toute Rencontre est Amour.

Mais pour cela, il faut voir que la relation vécue est une vraie Rencontre...


Bisouxxx,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'Atlantide   Jeu 05 Fév 2009, 00:42

Bonjour à toutes et tous,


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Ceci, qu'on peut voir sur un billet du dollar US, est la réprésentation du clivage narcissique des points de vue existentiels.

Il s'agit du "faux oeil d'Horus",ou "faux oeil qui voit tout", et qui voit beaucoup de choses en effet, même s'il est factice.


Pour comprendre tout cela, il est utile d'intégrer des notions très diverses.

Tout d'abord la pyramide a une signification essentielle. Il s'agit en effet d'une élévation trianglulaire sur une base carrée (pyramide à base carrée).

Cette élévation triangulaire sur base carrée est le triple flux de l'Antahkarana fondé sur la base carrée d'Hathor, la demeure d'Horus.

Lorsque les trois points de vue, les trois flux, sont harmonisés car bien discriminés les uns des autres, chaque face de la pyramide est unifiée en un triangle non dissocié.

Car les trois sommets d'un triangle de la pyramide représentent les trois flux projectifs associés aux trois points de vue existentiels.


Abordons à présent la genèse du clivage.

Tout d'abord intervient le refoulement de la complémentarité. Ce refoulement originel déresponsabilise les individualités par rapport à la collectivité, et de ce fait apparaît une peur collective.

Cette peur collective, s'engouffrant dans la genèse mentale de l'Humanité, y a produit un clivage primaire des points de vue.

En effet, la peur collective a suscité le clivage refus/attachement à l'existence, à la vie.

La déresponsabilisation collective a inévitablement appelé la mise en place d'un processus paliatif de cette déresponsabilisation, une articulation clivée des points de vue, en compensation caduque, mais effective, de l'absence d'harmonisation des points de vue.

En résumé jusqu'à ce point, le refoulement originel de la complémentarité polaire à finalement engendré un clivage primaire des points de vue existentiels.

On peut donc comprendre dès à présent que ce clivage, pour persister, pour durer, a besoin que le refoulement de la complémentarité ne soit pas résolu, réintégré, et donc que le maintien de ce clivage s'oppose à l'unification des Couples Sacrés.

On peut constater sur l'image que le clivage crée deux mondes: un monde prédateur, de nature "virtuelle-réelle", débarrassé du poids de l'incarnation. Et en effet, sur l'image, le triangle supérieur clivé n'est pas en trois dimensions: il n'est pas matériel au sens habituel. C'est une chimère existentielle, vampirique, dont l'existence transitoire n'est autoriseée que par licence momentanée.

Alors que la partie inférieure, clivée, de la pyramide, représente le monde prédaté, qui est bien en trois dimensions, donc effectivement matérialisé, mais de façon désharmonisée puisque non pyramidale (troncage).

Ce troncage transforme la face de la pyramide en quadrilatère (trapèze), au lieu d'un triangle, ce qui symbolise l'hyper-densification matérielle. Il s'aagit en effet alors d'une élévation quadrangulaire sur base carrée, ce qui est une "redondance matérielle", une critallisation matérielle, donc une densification, un joug matériel.

D'emblée, on voit le déséquilibre clivant, et le privilège symbiotique d'un monde aux dépens de l'autre.



Voici un schéma que j'ai réalisé:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Concrètement, le point de vue A, dans la négation de lui-même (refus de la vie), devient symbiotique à l'extrême (attachement à la vie), et se crée donc une dépendance intégrale à la vie, dans le refus complet de la reconnaissance de cette dépendance ( = perversion narcissique extrême = vampirisme narcissique).

Le refus de la reconnaissance de cette dépendance prédatrice extrême, est protégé par l'illusion de la complétude de A suite à son refoulement de lui-même.

En effet, le clivage crée des sommets supplémentaires, mais apparents, car le clivage n'est pas une vraie séparation.

Or, dans son monde clivé, "non-A" est associé à Faux B et Faux C en tant que sommets apparents, et l'illusion triangulaire suggère alors que le point de vue A est complet, et intègre à lui B et C, alors que ce n'est qu'une illusion symbiotique, confusionnelle, produite par le clivage.


Les double flèches oranges latérales montrent les vecteurs des miroirs narcissiques interférants créés par le clivage, sur base des faux sommets.

A, en mirage narcissique dans le reflet de B etC, forcément factice puisqu'il s'agit de Faux B et Faux C, se considère, se voit, et se croit véritablement complet et légitime dans sa position, alors que ce n'est qu'une illusion.

Il considère donc aussi que sa prédation est justifiée ainsi que le privilège existentiel qui va avec. De ce fait, il croit être l'oeil d'Horus, il croit centraliser les points de vue, et cela est conforté par le fait que les êtres régressifs, vampiriques, ont accès par effondrement karmique à toutes les entrées du système (voir un autre article écrit à ce sujet, mais dont j'ai oublié l'emplacement... je vais le rechercher).

Cette illusion de centraliser les trois points de vue associée à l'accès adultère à tous les vecteurs karmiques du système, crée le mirage d'un faux oeil d'Horus, qui "voit tout", mais dans l'illusion narcissique seulement. Cela peut même aller jusqu'à créer un mirage initiatique intégral, avec une croyance totale à légitimité, à l'authenticité de la position "initiatique" narcissiquement occupée.

Le décentrage pyramidal de cet oeil est par ailleurs un symptôme évident du déséquilibre de "vision" engendrée par le clivage des points de vue, et témoigne donc de la fausseté de cet oeil illusoirement fédérateur.


Le clivage crée donc deux faux sommets dans le monde prédateur, qui vont asseoir l'illusion de la légitimité de A (non-A), et deux autres faux sommets dans le monde prédaté, qui vont y constituer le levier narcissique de la prédation.


En effet, clivés de A, les points de vue B et C perdent eux-mêmes leur authenticité, devenant non-B et non-C, dans un monde conditionné par l'attachement à la vie.

Des vecteurs-miroirs narcissiques (flèches oranges) sont créés entre les points de vue désauthentifiés, et leur image narcissique créée par le clivage, les faux sommets B' et C'.

Cette résonance narcissique redondante, engendrée par les faux sommets B' et C' créent l'expérience de la dualité des points de vue B et C autour d'un clivage secondaire transversal.


En effet, chaque point de vue nié se contemplant narcissiquement dans son miroir factice, y perd sa faculté de rencontrer l'autre point de vue.

Ces deux points de vue désauthentifiés, narcissisés, entrent donc en confrontation l'un par rapport à l'autre.

Et cette confrontation autour d'un clivage narcissique interne au monde prédaté (double flèche rouge horizontale), est le drain vampirique qui permet de nourrir le monde prédateur du clivage primaire (flèche rouge ascendante).

Sur l'image en début d'article, on constate la segmentation dualiste sous forme de briques qui, malgré les apparences, ne construisent pas un édifice harmonieux, libérateur, mais bien les murs de la prison dualiste, dans le monde prédaté, par l'entremise de la pression hiérarchique de l'utilitarisme, les niveaux de briques représentant le clivage hiérachique, écho du clivage vertical primaire des points de vue, et les délimitations horizontales des briques représentant le clivage secondaire transversal entre les individus de même "rang".

Et le fait est que ce système "fonctionne", certes dans la souffrance, dans le clivage, dans l'illusion narcissique, la dysharmonie collective déresponsabilisée. Mais ça "tient la route", hors de toute éthique cependant, et certainement assez longtemps.

Mais ce système ne peut pas se confronter à l'éternité, qui réclame l'authenticité. Et donc il reste temporel ("seculorum"), existentiellement limité, et même s'il peut durer, il ne peut pas échapper à sa fin.




Voici un autre schéma:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


On y voit la conscience intégratrice "D", véritablement centrale, qui à partir du monde prédaté, résorbe le clivage narcissique des trois points de vue, selon les deux fractures. Dès lors, "D" "couvre" effectivement l'édifice collectif qui jusqu'alors, était découvert, en dépit d'un mirage de couverture narcissique par "non-A".

"D" constitue véritablement l'Oeil d'Horus, et à cet égard doit avoir passé l'initiation Hathor, de la "demeure d'Horus", de façon à intégrer la base carrée pour y élever la projection triangulaire de l'Antahkarana, dans l'unification des points de vue rectifiés.

Alors que le clivage narcissique, lui, exclut la base carrée, puisqu'elle est refoulée au-delà du clivage de A. Ce qui produit une réalité où la Féminité n'est pas reconnue en tant que Personne, mais strictement fonctionnalisée, utilitaristement réduite à être une ressource énergétique du système vampirique, avec la complicité inconsciente de la Masculinité.

De ce fait, une pyramide unifiée et de base carrée, avec un oeil au centre, représente une vision juste, non clivée. Ce n'est que lorsque le clivage narcissique est montré, comme dans la première image de cet article, qu'il y a référence à la manipulation prédatrice de l'Humanité.

Un simple triangle unifié, en deux dimensions, avec un oeil au centre, ne permet pas de savoir à quoi on a affaire précisément, et cela peut faire aussi bien référence à une vision intégratrice, qu'à une vision clivée.

Les miroirs narcissiques latéraux (double flèches oranges) disparaissent, car les 4 faux sommets (Faux B, Faux C, B' et C') vont disparaître avec la résorption du clivage. Et de ce fait, il n'y aura plus que trois sommets authentiques en lien direct les uns avec les autres, et donc sans illusion, sans possibilité de miroir, ne pouvant pas se refléter narcissiquement les uns dans les autres.

Les trois flux psychiques (les trois points de vue existentiels) harmonisés dans l'Antahkarana (on y voit d'ailleurs, sous une autre forme, l'élévation triangulaire sur base carrée):

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


D'autres éléments viendront assurément s'ajouter très vite à cette première et succinte analyse.


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Jeu 05 Fév 2009, 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Atlantide   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Atlantide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 12Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» A la recherche de l'Atlantide (documentaire)
» L'Atlantide et le règne des géants
» Le mythe de l'Atlantide
» L'Atlantide
» Atlantide retrouvée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: