ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Egalité et authenticité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Egalité et authenticité   Mer 19 Nov 2008, 11:56

Bonjour à toutes et tous,


c'est un sujet que j'ai déjà abordé, entre autres dans l'article introductif "1. La Dialectique de la Perception".

J'y reviens ici afin de l'aborder d'une façon plus simple, si possible.


Il s'agit de comprendre le rapport dialectique qui existe entre Identité et Fonction.

Mais pour y voir plus clair, je voudrais d'abord tenter de dérfinir un peu ce qu'est l'Identité et ce qu'est la Fonction.

L'Identité est ce qui spécifie l'Etre, le Soi. C'est son originalité, son unicité particulière dans le collectif de conscience. C'est sur quoi se fonde sa Vie au sein de ce collectif.

C'est un peu comme une adresse postale, en somme. Elle doit être unique et particulière, sinon, le courrier ne peut pas être correctement acheminé et les interactions avec le collectif est compromis.

C'est le même principe pour les adresses email, ou encore les adresses IP, etc.


La Fonction est ce qui exprime le processus vital fondé sur l'Identité. C'est au fond, la façon dont le "courrier", dont les "données" doivent être prises en compte pour rester en cohérence avec le collectif.

La plus haute intégration de la Fonction est celle réalisée par un couple de polarités différenciées et complémentaires.

Pourquoi? Parce que la binarité fonctionnelle est le degré intégratif le plus achevé (tous les aspects fonctionnels sont intégrés en deux principes seulement), niveau binaire qui est irréductible: la Fonction est Yin, donc binaire, et on ne peut pas la réduire à la singularité Yang, sinon, la fonction disparaît par absorption indifférenciée dans l'Identité qui retourne alors au pur potentiel.

En d'autres termes, plus simples, s'il n'y a pas au moins deux principes fonctionnels pour se répondre l'un à l'autre, aucune synergie authentique ne peut fonder une quelconque dynamique, une quelconque vie, et aucune réelle Fonction ne peut être assumée.


D'un autre côté, séparer les aspects fonctionnels en plus de deux principes adultère la Fonction en l'éloignant de sa Nature essentielle, qui est celle du Yin binaire.


En réalité, tout morcellement fonctionnel au delà de la binarité est la conséquence d'une confusion entre l'Identité et la Fonction, par laquelle la singularité identitaire Yang "féconde" de façon adultérée la binarité fonctionnelle Yin, donnant "naissance" à de multiples apsects fonctionnels dissociés.

Dans un tel cas, au lieu que ce soient les vraies polarités fonctionnelles, différenciées, binaires, qui oeuvrent, au niveau de la Fonction intégrée (= sexuation), au lieu, plus simplement dit, que ce soit une fécondation de la Féminité par la Masculinité, il s'agit d'une "fécondation" confusionnelle entre le Yang identitaire et le Yin fonctionnel.

Schématiquement, sur la croix dialectique, au lieu d'une synergie fonctionnelle discriminée et donc circonscrite à l'axe horizontal immanent, entre les Personnes sexuées, et fondée sur l'essence identitaire authentifiée de l'axe vertical transcendant, il y a synergie fonctionnelle entre les deux axes eux-mêmes, entre le Yang transcendant et le Yin immanent.

De ce fait, l'Identité est sensible à la Fonction, et donc fluctue selon la dynamique fonctionnelle, et ne constitue donc pas un fondement stable pour cette dynamique qui, en retour, perd de sa cohérence.


C'est une peu comme si il y avait mélange entre l'adresse d'un couple et sa façon de prendre en charge le courrier. Un peu comme si ils avaient tendance à prendre l'adresse des expéditeurs pour la leur. Leur adresse serait fluctuante, et ne permettrait donc pas une correcte prise en charge du courrier.


Or donc, l'Identité est ce qui spécifie, ce qui particularise, ce qui authentifie.

Alors que la fonction est ce qui engendre la dynamique de Vie, le processus effectif qui se fonde sur la stabilité authentique de l'Identité.


Ce qui caractérise l'Identité est donc l'authenticité, et en fait l'originalité. Le Soi doit être spécifique, original, unique, au sein du collectif, de façon à fonder la cohérence de la Fonction au sein du collectif.

Ce qui caractérise la Fonction est l'égalité. En effet, les polarités constitutives de la Fonction doivent être de égales dans leur différenciation complémentaire, afin de créer une réelle synergie, une véritable dynamique autonome, parfaitement équilibrée.

Lorsque la valeur personnelle associée fonctionnelement aux Personnes est différente, la synergie fonctionnelle est adultérée et une véritable dynamique de vie n'est pas possible. C'est le cas typique de toute hiérachie de pouvoir.


On comprend dès lors qu'il existe un rapport entre Identité et Fonction, et que selon la déconfusion de ces deux aspects, la dynamique de vie sera plus ou moins cohérente.

La confusion entre valeur identitaire et équivalence fonctionnelle se traduit inévitablement par une tendance à la valorisation comparative, qui entraîne la compétition, qui est une illusion issue du contrôle narcissique interférant.

Et la valorisation comparative crée le plus souvent un système de privilèges, où la position fonctionnelle sociale adultérée par des faveurs particulières ne rencontre plus la réalité de la vraie dynamique de Vie, et où surtout l'Identité est faussement favorisée, illusoirement singularisée par les privilèges, et en réalité désauthentifiée.


Plus l'Identité est par contre discriminée de la Fonction, plus elle affirme sa singularité, son originalité authentique, sa valeur unique dans le collectif, qui ne dépend d'aucune comparaison, et qui exprime de ce fait une réelle valeur inrinsèque.

Dès lors, l'égalité est promulguée au niveau des polarités fonctionnelles, sexuées, ce qui libère intégralement la Fonction, et l'authentifie sur la base d'unbe Identité affirmée.

Et par là-même, l'équivalence universelle, collective, de toutes les Personnes est reconnue et promulguée.

En somme, la pure affirmation de la valeur intrinsèque, singulière, magnifiquement originale de l'Identité, sans valorisation comparative, permet de vivre l'équivalence transpersonnelle universelle, pas seulemen avec la polarité complémentaire d'un Couple Sacré, mais avec toutes les polarités personnelles de tous les Couples Sacrés de la collectivité universelle.

Il y a donc un lien directement proportionnel entre authentification de la singularité identitaire, ce qui constitue sa valeur intrinsèque, sa Beauté incomparable, et perception égalitaire universelle.

La valorisation comparative est bien une confusion entre la valeur identitaire, qui en principe ne peut se comparer, et le principe d'équivalence des polarités (qui les "compare" pour en promouvoir l'égalité).

Adultérée par la comparaison égalitaire, la valeur identitaire perd de son incomparabilité absolue.

Adultérée par l'incomparabilité absolue de la valeur identitaire, la comparaison fonctionnelle perd de son équivalence.

Ensemble, les deux adultérations produisent logiquement la valorisation comparative, qui est donc une confusion entre Identité et Fonction.


Tout ceci permet de comprendre que seule une valeur authentiquement affirmée rencontre l'égalité universelle des Personnes.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Egalité et authenticité   Lun 29 Déc 2008, 21:17

Le Contrat identitaire:



Le principe du contrat est généralement mal compris, en tout cas fort peu reconnu dans sa plus profonde acception.

Tant il est vrai que le mot contrat a été dévoyé par la spéculation, comme dans le "contrat" de travail hiérachique, qui en est une des plus complètes adultérations.

L'Analyse Transactionnelle se rapproche déjà beaucoup plus, de par la décontamination psychologique qu'elle véhicule, de l'acception fondamentale du Contrat, lorsqu'elle l'introduit par exemple en tant que "contrat psychothérapeutique".

Le véritable fondement du contrat est, dans le cadre de l'AT, l'Okeyness inaliénable de la Personne, sa valeur absolue et positive, qui affirme l'égalité de toutes les Personnes entre elles, et de ce fait de leur possibilité de se rencontrer dans l'ouverture et l'équivalence, dans une position OK/OK, ou Gagnant/Gagnant.

Mais je ne suis pas ici dans le cadre de l'AT, je le précise bien.

L'idée est donc d'en revenir à l'essence même du Contrat, à ce qu'il représente et ce qu'il implique.

Nos sociétés ont naturellement repris ce principe dans le contrat de mariage, qui est adultéré par la spéculation narcissique et la possessivité conjugale, entre autres.


La Rencontre identitaire du Couple Sacré est un authentique contrat, probablement le plus authentique, et même selon moi le seul authentique Contrat.

Car finalement, si le véritable Contrat repose sur l'égalité des contractants, alors un tel Contrat ne peut se conclure qu'en l'absence d'une quelconque spéculation, puisque forcément une telle spéculation invaliderait insidieusement l'égalité des contractants, en incluant des attentes non-dites dans le Contrat.

On est très loin, on le voit, du contrat commercial ou du contrat d'embauche, et aussi au-delà du contrat tel que l'envisage l'AT.



Le Contrat est fondamentalement une reconnaissance égalitaire inconditionnelle, permettant de fonder éventuellement une action commune sur la plénitude de la Rencontre.


C'est ce mot Contrat qui désigne donc selon moi le plus justement l'union du Couple Sacré, puisque cette union est décontaminée de toute confusion symbiotique, de tout enjeu narcissique, de tout conditionnement addictif.

La conscience claire prévaut à une telle Rencontre, et le mot adapté pour désigner l'union qui surgit de cette Rencontre est le Contrat identitaire: les deux Personnes s'unissent spontanément, en toute conscience, autour du meilleur potentiel reconnu et synthétisé par l'Identité, le Soi.

La signification n'est donc pas exportée hors de ce potentiel par des enjeux narcissiques sous-jacents, mais est restituée au potentiel par le Contrat identitaire.

Il n'y a paradoxalement, malgré l'absence et en fait grâce à l'absence de spéculation, pas d'engagement plus complet, plus intégral, plus confrontant, que celui-là.


Le Soi est donc en somme un Contrat, et c'est ce qui lui confère sa réalité, puisque la réalité est Rencontre, et que le Contrat identitaire est une véritable Rencontre entre les Personnes complémentaires.

Ce qui scelle le Contrat identitaire est la signification du potentiel collectif restituée au collectif. La troisième Personne synthétique du collectif, l'Oiseau mental, au centre du Couple Sacré, est le témoin éternel du Contrat Sacré "conclu" entre les polarités.

Un Contrat est donc une Rencontre autour d'un potentiel. Le Soi est une telle Rencontre autour d'un potentiel conjugal et collectif.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Egalité et authenticité   Lun 29 Déc 2008, 21:36

Toute autre forme de contrat que le Contrat Sacré du Soi, le Contrat identitaire, est une adultération spéculative du contrat, qui ne peut plus être Gagnant/Gagnant.

C'est cela que ne voit pas l'Analyse Transactionnelle, qui ne va pas aussi loin dans l'analyse de la confusion (en tout cas pas dans son approche classique).


Ainsi, un "simple" contrat commercial est un stratagème qui met en jeu le transfert narcissique. Le recours à une signification exportée, décentrée, par l'entremise d'un intermédiaire financier (l'argent par exemple) ne sert qu'à mettre en place un cadre rassurant qui va servir de protection contre tout risque de dérive dans l'intimité.

Le contrat dévoyé sert donc dans ce cas à moduler spéculativement l'intimité de la Rencontre, de façon à s'en protéger, pour répondre à la croyance archaïque toute-puissante du danger de l'intimité.

Il en va ainsi de tous les contrats dévoyés (commerciaux, financiers, sociaux, moraux, politiques, matrimoniaux, etc), parce qu'ils font transiter de la spéculation: ils sont produits par le nihilisme identitaire de la toute-puissance refoulée.



Ils sont des substituts rassurants et clivants contre la véritable intimité perçue comme un danger cataclysmique par une immaturité foetale non résolue.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Egalité et authenticité   Mar 30 Déc 2008, 14:49

Le véritable contrat n'attache donc pas, n'implique aucune imposition de résultats, ni de garanties particulières, et est exclusivement une reliance fondée par la reconnaissance conjointe d'un potentiel commun, et certainement pas une tentative de résoudre en commun des besoins, des manques particuliers.

Le contrat n'est pas sentimentaliste, ni romantique ni dramatique, mais non pas à la façon caricaturale des contrats adultérés, commerciaux par exemple, dont l'apparente rigueur "éthique" n'est qu'une carapace tissée de refoulements, brandie contre l'intimité et l'Emotion.

Au contraire, le véritable Contrat est décontaminé, provenant de la discrimination entre la Raison et l'Emotion.

De ce fait, sa rigueur éthique n'est pas caricaturale, et il permet au contraire de totalement vivre l'intimité et l'Emotion, au-delà de toute illusion sentimentaliste et/ou dramatique, et sans tomber dans la caricature spéculative des contrats adultérés.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Egalité et authenticité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Egalité et authenticité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» formes quadratiques : egalité Cone isotrope et noyau
» Douter de l'authenticité du Coran actuel ?
» Egalité et identité en mathématiques
» Le duc d'Orléans, Philippe Egalité
» L'église reconnait l'authenticité du saint Suaire de Turin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: