ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arbre de Vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: L'Arbre des Sephiroh, origine Livre de la clarté, le Bahir ?   Mer 22 Mai 2013, 20:39

Conclusion :

Trois hommes furent à l’origine de la représentation de l’Arbre des Séphiroh utilisé en Kabbale : Isaac l’Aveugle à qui l’on doit la dénomination des Sephiroth, Isaac Louria (Ari, le Lion) et Moïse Cordovero.

Citation :
Concepts

• les Sephiroth trouvent leur origine à un niveau infiniment profond et caché dans l'Ein Sof (littéralement, l'Infini, mais il y a une connotation d'Etre Divin)
• de l'Ein Sof émane la Ma'hshava (la Pensée divine), qui est la première qualité surnaturelle. Les autres sephiroth en émanent.
• les individus sont des manifestations matérielles des Sephiroth en ce monde. L'expérience mystique permet la réascenscion dans les degrés d'émanation afin de s'unir à l'être Divin.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_l'Aveugle

Citation :
Le mot « cabale » signifie en hébreu « tradition ». La présence de ce terme remonte à très loin dans l'histoire de la pensée judaïque. Le Livre de la Création, datant du Xe siècle, en donne les premiers principes. Mais c'est en Provence, dans un village appelé Posquières (aujourd'hui la commune de Vauvert, dans le Gard), qu'un énigmatique rabbi, descendant d'une famille de maîtres du Talmud, en donne une première expression formalisée. Il s'appelle Isaac l'Aveugle et son recueil s'intitule le Livre de la clarté - ce qui pour un savant aveugle ne manque pas de force. Cet ouvrage livre les fondements d'une pensée largement occultée jusqu'alors, et dont les prolongements seront considérables. D'abord en Catalogne et en Andalousie, puis en Égypte et en Terre sainte.

Une vie mystérieuse

1135 Naissance à Narbonne ou à Posquières (Gard).
1231 Publication de son commentaire du Livre de la clarté (le Bahir).
1235 Peu après la mort d'Isaac, découverte du texte définitif du Bahir, dont Isaac l'aveugle serait l'auteur.

http://www.lavie.fr/archives/2007/04/26/isaac-l-aveugle-rabbi-cabaliste-un-chemin-interieur-vers-la-clarte,8668003.php
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Écriture Vieille Europe: Arbre de Vie 12 sphères septénaires   Mer 22 Mai 2013, 21:25

Comment l’Arbre de Vie a « Douze „sphères” septénaires * » a-t-il pu être tronqué en un Arbre « séphirotique » comptant seulement « DIX „cercles» non assimilables à des „boules” ?

Cette mystification réductrice de l’arbre kabbalistique a pu se produire en « jouant » justement sur la Valeur des mots et nombres Clés vallant Sept et Dix.

(Pour des explications supplémentaires, lire ceci : http://antahkarana.forumzen.com/t393p60-cles-donnant-acces-au-mystere-christique#26679)


Alors si paradoxalement, en magyar, les mots référant les formes rondes telles le Globe, la boule ou le mot désignant le nombre zéro (Nulla) ont Valeur de 7-SEPT, les mots couronne et cercle cachent une décimale 10-DIX.

Et c’est précisément parce que les mots hongrois „11/onze” et „12/douze” ont une valeur sémantique de 10 que la suppression des deux dernières sphères de l’Arbre de Vie pu avoir lieu, sans être „ni vu, ni connu” !

MAIS aujourd’hui, c’est aussi GRÂCE à cette décimale DIX que la Falsification, le Mensonge des Anges Déchus voit le jour car dans les Róvás, il est bien précisé que ce chiffre est régressif,

- Dix = TÍZ : 33+15+41= 89 = 17 **

tout comme, la trinité falsifiée ne tenant pas compte de la Fille/Femme car

- Trois = Három : 13+2+29+24+21= 89 = 17 **

En réalité, les Nombres de Dieu sont uniquement UN-itaires puisque 10=1+0=1/UN tel que nous l’a démontré le glyphe de l’Eternel Ú = 37/10/1.


- Nombre = SZÁM : 32+2+21= 55 = 10 = 1 donc UN, La Source.
Le dix = X en chiffre romain et grec provient de ce 3e róvás « X » d’origine.
- Sept = HÉT : 13+9+33= 55 = 10 = 1 ou La Source

- Douze = 10 = 1
- Onze = 10 = 1
- Dix = 17 = 8-
- Neuf = 3
- Huit = 70 = 7
- Sept = 1 = UN
- Six = 2
- Cinq = 5 (!) = la Quintessence
- Quatre = 43 = 7 (la même valeur que le 8)
- Trois = 17 = 8-
- Deux = 4
- Un = 10 = 1
- Zéro = 7 (la même valeur que le 8)

Il est à remarquer qu’il fut d’autan plus facile de pervertir l’Arbre de Vie en Arbre de Mort que la Valeur Solaire 6-Six n’apparaît PAS parmi les résultats de ces treize premiers Nombres UNitaires. En effet, ce chiffre six fait partie intégrante d’Úr/Dieu : 66=12=(3)= UN.

Le 6e róvás « D » devenu, comme par hasard, la premiére consonne de Dei, déité crucifiée comparé au 12e róvás signifiant « UN » (Egy) nous dévoilent parfaitement comment le(s) « Deux (branches) » devien(nen)t le « Trois en Un », véritable Dieu Septenaire, Trinitaire et donc UNitaire.




Citation :
Midi, c’est-à-dire 12 heures (sur un cadran solaire) est donc à l’opposé de 6 heures (et/ou 7 car tous les deux, 6 et 7 ont une provenance commune).

En positif :

- HaT = six, 6
- HéT = sept, 7

- Hét = la semaine

En négatif :

- HáT = dos ; (le) revers ; par derrière
- HiT = croyance


http://antahkarana.forumzen.com/t44p60-masculin-et-feminin-la-bi-unite#26232

Conclusion, l’authentique Arbre de Vie Septenaire et donc Unitaire est constitué de 12 Centres Kristiques et NON pas de 9 ou 10 séphiroth obtenu „par calcul ” !

Citation :
• SE()FIROT(H), SE()EPHIROT(H),(SEFIROT, SEFIROTH, SÉFIROT, SÉFIROTH, SEEPHIROT, SEEPHIROTH, SÉEPHIROT, SÉEPHIROTH), subst. fém. plur.

Étymol. et Hist.

1586 plur. Sephirots (B. DE VIGENÈRE, Traicté des chiffres, f o73 r o);
1624 sing. Sephirot plur. Sephirots (MERSENNE, Impiété des déistes, p. 145: le troisiesme Sephirot [sic] [...] ces Sephirots);
1635 plur. Sephiroths (ID., Corresp., éd. P. Tannery, t. 5, p. 435: leurs dix Sephiroths);
1706-07 sing. Sephirah plur. Sephiroth (J. BASNAGE, Hist. des Juifs, t. 2, p. 819: il y a dix Sephiroth; p. 823: Sephirah);
1721 sing. séphirah plur. séphiroth (Trév.).

Emprunté à l'hébreu post biblique sephι ̄rōth, pluriel de sephι ̄rā h « nombre, numération », dérivé du verbe [i]sāphar[/i] « compter ».

Citation :
Rappel :

* je remarquais que parmi les mots septenaires tels :

- Arbre de Vie = ÉLETFA : 9+19+7+33+10+1= 79= 16 = 7
- Arbre de Vie = ÉLETFA : 9+1+7+6+1+1= 79= 25 = 7 ; 9+10+7+6+10+1 = 43 = 7

- Matrice = MÉH : 21+9+13 = 43 = 7
- Matrice = MÉH : 3+9+4 = 16 = 7

- Sphère = GÖMB : 11+26+21+3 = 61 = 7
- Sphère = GÖMB : 2+8+3+3 = 16 = 7

- Terre = FÖLD : 10+26+19+6 = 61 = 7
- Terre = FÖLD : 1+8+1+6 = 16 = 7

le chiffre SEPT s’obtenait autan par 6+1=7 (Fils = FIÚ : 61=7) que par 4+3=7 ou encore par 2+5=7 tel le Chariot du Tarot.

http://antahkarana.forumzen.com/t393p60-cles-donnant-acces-au-mystere-christique#26655

Citation :
Citation :
** Voici comment et pourquoi, les Femmes ont pu être « diabolisées » et le sont encore aujourd’hui, alors pourtant que la Fille naît d’une « double Vertu », propriété de « La Femme 4 » ! : Lány = 19+2+23 = 44 = 8

- NOM = NéV : 22+9+40 = 71 = 8

- Diable = ÖRDÖG : 26+29+6+26+11 = 98 = 17 = 8 (NB. : Ördög = Gödör = Diable = Fosse ; excavation)
Et « son reflet exacte » :
- Satan = SÁTÁN : 30+2+33+2+22 = 89 = 17 = 8
** Ce début d’analyse du nombre « 17/8- » met en évidence l’importance que revêtent les MOTS mais surtout le Nom porté par les Entités. C’est, en effet, « Le Nom » ou Vibration Sonore, Energétique et Lumineuse qui permet de RE-connaître et de distinguer les entités déchues de celles qui ne le sont pas.

A l’aide de cette méthode, nous découvrons que le Nom METATRON, par exemple, s’avère bien être au/de « Premier Plan ». Tout simplement, parce que la Valeur rovasique de ce Nom est 170 « Tout Rond » : Metatron 21+7+33+1+33+29+24+22 = 170 = 17 = 8.

(…) Les kabbalistes hébraïques ont brouillé les pistes en ne distinguant pas le nombre « 8+ » du nombre « 8- » : METATRON = 314= 8- qui porte dans les écrits, également le nom de « NAAR » de valeur 53/8-.

http://antahkarana.forumzen.com/t934p15-litterature-des-palais-hekhalot-la-mystique-de-la-merkabah#26613

Citation :
Mais c’est au mot « TeTő » (le Toit) de valeur 100 (33 + 7 + 33 + 27) que sera associé, dans la Kabbale, Keter, La Couronne.

http://antahkarana.forumzen.com/t883p30-les-textes-de-la-kabbale#26563

Citation :
Lors d’un « couronnement », les objets royaux octroyés sont :

- La Couronne = KORONA : 18+24+29+24+22+1 = 118 = 10
- (Le Spectre = JOGÁR : 16+24+11+2+29 = 82 = 10 ---> 10 x 10 = 100
Cette valeur 100 représente donc bien le « Toit » (Tető) et dans ce cas précis, le « Baldaquin du Char ». Mais comme il y a un « en dessous » (du Baldaquin), il y a aussi un « au-dessus » dont l’ occultation n’a plus lieu d’être ! )


Mais ATTENTION, ici, aucune décoration n’orne CE spectre royal en particulier, nous ne voyons sur la Tablette qu’un « simple bâton » donc
- Bâton ou canne = BOT : 3+24+33 = 60/6
- Globe, sphère, boule = GÖMB : 11+26+21+3 = 61/7 ---> 6+7 = 13

Ce 13 correspond en kabbale à Mem, aux « eau(x) », la 13e lettre de l’alphabet hébraïque a valeur 40.
---> 60 + 40 = 100

http://antahkarana.forumzen.com/t408p75-le-jardin-hermetique#26585
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Aux origines des juifs ashkénazes   Sam 19 Oct 2013, 20:12

Aux origines des juifs ashkénazes

de Maurice Mashaal


L’analyse de l’ADN mitochondrial et des chromosomes Y des juifs ashkénazes indique une lignée masculine originaire du Levant et une lignée féminine originaire d’Europe.

Qui étaient les ancêtres des gens se disant aujourd’hui « juifs ashkénazes » – juifs dont les ascendants récents vivent ou vivaient en Europe centrale et de l’Est ? Cette question est depuis longtemps vivement débattue, et plusieurs réponses ont été proposées. Une étude génétique réalisée par une équipe internationale dirigée par Martin Richards, des Universités de Leeds et de Huddersfield, en Grande-Bretagne, apporte des précisions intéressantes... et surprenantes.

Selon l’hypothèse la plus répandue, les ancêtres des juifs ashkénazes sont arrivés en Europe en provenance de la Palestine et de son voisinage vers le Ier siècle de notre ère, après la destruction de Jérusalem et de son Second temple par l’armée romaine de Titus (en 70). Des unions mixtes avec des habitants européens de souche auraient alors conduit à un certain brassage génétique.

D’après une autre thèse, les juifs ashkénazes auraient une origine principalement européenne et proviendraient de populations indigènes d’Europe, d’Italie surtout, qui se seraient converties au judaïsme. Certains spécialistes ont même avancé que les juifs ashkénazes proviennent majoritairement de conversions massives qui ont eu lieu dans l’empire des Khazars, un peuple semi-nomade du Nord du Caucase, à la suite de l’adoption de cette religion par sa classe dirigeante, entre le IXe et le Xe siècle de notre ère.

En résumé, les principales origines possibles des juifs ashkénazes sont au nombre de trois : le Levant, l’Europe et le Nord du Caucase. Et les trois ont pu jouer, en différentes proportions. Les récentes études scientifiques sur la question, dont la plupart consistaient à analyser la fréquence de certains gènes, ont abouti à des conclusions contradictoires. L’équipe de M. Richards a opté pour une démarche fondée sur la reconstruction de la généalogie à partir de l’analyse de l’ADN mitochondrial.

L’ADN mitochondrial, contenu dans les organites cellulaires nommés mitochondries, est transmis uniquement par les mères (seul l’ovule transmet ses mitochondries à l’œuf et à la descendance ; le spermatozoïde ne transmet que son noyau). Il reflète donc la lignée maternelle. Un autre marqueur génétique intéressant à utiliser est le chromosome Y : il n’est présent que chez les hommes et reflète donc la lignée paternelle. Un avantage important de l’utilisation de l’ADN mitochondrial et du chromosome Y dans les études génétiques est que ces deux matériaux ne sont pas soumis au phénomène de recombinaison homologue (un brassage génétique) entre chromosomes maternels et paternels.

M. Richards et ses collègues ont utilisé un ensemble de données sur l’ADN mitochondrial bien plus nombreuses que dans des travaux précédents d’autres équipes. Ils ont trouvé que plus de 80 pour cent des ADN mitochondriaux modernes des juifs ashkénazes ont une origine européenne, qu’une petite proportion de ces ADN proviennent du Proche-Orient, et que pratiquement aucun ne semble provenir du Caucase Nord. En d’autres termes, la lignée maternelle des juifs ashkénazes remonte principalement à l’Europe occidentale préhistorique ! [Il est á remarquer que l'auteur de l'article semble oublier l'existence de l'Europe centrale.]

Quant à la lignée paternelle, des études précédentes portant sur le chromosome Y avaient montré une origine très majoritairement proche-orientale, avec cependant une forte proportion européenne chez les ashkénazes Lévites, pour lesquels une ascendance Khazar serait donc possible.

Des hommes originaires surtout du Proche-Orient, des femmes d’origine surtout européenne : le tableau génétique des juifs ashkénazes souligne le rôle important qu’a dû jouer la conversion des femmes dans la formation de cette population.

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-32207-aux-origines-des-juifs-ashkenazes.php
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Arbre de Vie Hôtel - Autel   Ven 28 Fév 2014, 14:53

Bonjour à tous,

Il y a bientôt un mois maintenant, j’ai rêvé d’un Arbre de Vie très particulier.


Je me retrouve donc au pied d’un Arbre qui étrangement à ma vue, baisse jusqu’au sol, à ma Rencontre, l’une de ses branches basses, devenue soudain flexible. Avant même que je ne comprenne ce qu’il se produit, cette branche me propulsera à ses étages. Quelle surprise de découvrir que ce Noble Végétal abrite un Hôtel* dont les Hôtes - des Hommes et Femmes - sont en grande discussion [cela discute ferme dans les chaumières, remarquais-je] tant dans les chambres que dans les couloirs où certains sont attroupés. En effet, j’ai le loisir de me promener tranquillement d’un étage à un autre et de pouvoir passer la tête dans les chambres dont les portes s’ouvrent à mon approche. Ces chambres sont particulières dans le sens où je peux voir cohabiter, dans une même chambre, plusieurs personnes. Et bien que celles-ci vivent côte à côte, je perçois les lits séparés les uns des autres par une cloison.

Je ne sais dire exactement à quel étage je me trouve [je comprendrai que de savoir à quel niveau, je déambule, n’a aucune importance vu que le phénomène observé peut concerner n’importe quel niveau] quand soudain, je suis poussée à regarder à l’extérieur du bâtiment. Oh, quelle Joie de voir juste de l’autre côté de la fenêtre une Grande Feuille Verte, encore toute enroulée il est vrai, pousser ! En un clin d’œil, je réalise que l’Arbre sur lequel toutes ces personnes logent s’est RE-mis à Grandir !!!




Si à mon réveil, mon ami à qui je raconte mon rêve, s’exclame spontanément « c’est Moi cet Arbre ! », je sais, aussi, que cet Arbre en pleine expansion est celui de nombreuses autres personnes également…



*Hôtel est l’homonyme d’Autel.


************************
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: L'Autel est la Terre   Sam 15 Mar 2014, 15:28

Bonjour à tous,

Prenant en considération de ne pas écrire, ici, dans la rubrique « Légende personnelle », je me suis bornée à décrire de manière concise et succincte, sans traduction, le rêve ci-dessus.

Etant donné qu’une interprétation en a été faite mais à partir d’une image toute personnelle au théoricien faisant abstraction des évidences écrites, je me permets de relever toutes ses omissions et réductions.


* Par soucis de concision, détails non rédigés dans mon premier partage.

J’ai déjà eu l’occasion de parler des informations importantes fournies par les déplacements effectués lors nos vécus. Succinctement, tant les déplacements selon un axe vertical, ne pouvant s’effectuer seul qu’en spirale, que les mouvements ascendants sur une axe diagonale puis horizontal gauche/droite nous signalent tous que des changements de dimension et donc de densité ont eu lieu. En revanche, les états d’arrêt (être assis, couché, dans une pièce à lire, manger, cuisiner, dans un jardin, etc.) comme les mouvements vers l’avant/l’arrière (en voiture, train, bateau, à pied, etc.) et ce, sur la terre, le sol, l’eau (chemin de terre, sur la plage, dans un ruisseau, une rue, une colline, etc.) font références aux expériences (conscientes ou refoulées) liées à notre quotidien, autrement dit, aux histoires se vivant sur notre plan.

Dans le descriptif, il est fait mention d’une branche basse m’éjectant vers le haut. Séjournant au pied de l’arbre (= dimension/D1 et D2), cette branche (située à la droite* de l’arbre = D3) me sert de tremplin pour atterrir sur son côté opposé gauche*, au-dessus de la 4D sans quoi il n’y aurait pas eu de « propulsion ». Par conséquent, un mouvement ascendant sur un axe diagonal a bien lieu.

Là, je réalise que l’arbre est en réalité un Hôtel contenant des chambres, ces lieux de récupération et de régénération par excellence après une journée harassante de voyage où les lits me sont signalés être individuels, alignés en rangs, donnant l’idée d’un passage piétons* ou séparés les uns des autres par des cloisons. Le vécu attire mon regard sur les regroupements ayant lieu exclusivement dans les couloirs, hors des chambres.

Poursuivant mes découvertes, j’emprunte des escaliers* (= déplacements toujours en diagonale) lorsque je regarde par la grande fenêtre de la chambre située à l’extrémité de l’Aile gauche* de l’arbre (= ayant atterrie au-dessus de la 4D, exactement en 7D, je suis ici dans la 10e dimension). A cet endroit précis, je vois une seule et unique feuille, barrant en oblique la fenêtre rectangulaire*. En m’approchant, je constate qu’elle pointe en oblique, vers le haut *. Je perçois que cette géante feuille est une branche en devenir, la fenêtre étant le signe du temps linéaire « à venir » ou futur. Ayant été propulsée sur le côté gauche de l’arbre, et me rendant compte que ce phénomène peut concerner l’ensemble de l’arbre, je comprends que les branches obliques sont celles qui unifient la 4e dimension à la 5e et 6e, la 7e dimension à la 8 et 9e et la 10e dimension, à la 11e.


Il est bon de savoir que la partie gauche de notre corps est celle où fut insérée justement dans nos chakras 4 et 7 plusieurs implants et que le 10e chakra était déconnecté de la Source Dieu, états ne permettant pas l’utilisation de potentiel de guérison entre autre. Je précise également que pour avoir accès aux dimensions supérieures, il convient de récupérer et de reconnecter les adn (et leurs sous-brins) correspondant à ces dimensions (ex. : 6 adn complètement activés permettent le parfait fonctionnement du 6e chacra et donnent accès à la 6e dimension).


Conclusion, les individus reconnaissant la défaillance de leur propre arbre de vie personnel (victimisations, maladies, peurs, rejets, etc.) ont maintenant la possibilité de se rendre dans un véritable Hôtel Vert, les Humains n’étant que les Hôtes de cette Terre et « l’Autel étant la Terre »**. Est-ce un hasard si chaque temple antique possédait un sanctuaire de guérison où l'on enseignait aux malades comment projeter leur conscience dans la Mémoire de la Nature d’où il recevait la force de guérison ?
J’utilise l’adverbe « maintenant » car contrairement aux informations et énergies des personnes « se connectant » (à je ne sais pas quoi) et qui circulaient, le passage vers nous des Energies Kristiques avait été totalement entravé au cours de ces dernières années !!! Pour se rendre compte des effets que cela produisit, il suffit de regarder autour de soi.
J’ai pu vivre « in LiVe et in LoVe  » une expérience - NON indépendante de celle décrite plus haut - où j’ai assisté à la RE-ouverture de ce passage kristique bloqué. Et présentement, après reconnexion entière de la 11e branche à la 12e kristique est venu le temps du déploiement de la 10e branche se reconnectant, elle aussi, directement à la 12e et ainsi à la Source !

La rubrique « Elargir son Horizon » est l’endroit parfait pour qu’un Regard Neuf puisse se poser sur les possibilités qui s’offrent aujourd’hui à l’Humain de se rendre dans cet Hôtel de Passage.

L’Arbre Majestueux dont aucune partie ne prédomine sur une autre n’a pas à être confondu avec les arbres phallocrates et avec les arbres albinos, caduc, sans mélanine dont l’écorce pelle et sur lequel derrière de très rares feuilles d’aspect sec se cachent des serpents albinos à la vision déficiente, des arbres qui se font passer pour ce qu’ils ne sont PAS, vert ! Ces arbres m’ont été montrés peu avant que l’Arbre Gardien de la Terre et de ses Hôtes m’invite à assister à son nouveau déploiement.


** « L’Autel est la Terre » est la réponse fournie dans le livre dialogues avec l’ange :
http://antahkarana.forumzen.com/t2885p15-ecriture-vieille-europe-l-ange-repond#27309
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Prédicat ou chose énocée   Sam 15 Mar 2014, 15:32

Les vécus utilisent un Langage propre à l’expérimentateur qui les partage selon son prédicat personnel du latin praedicatum, qui signifie « chose énoncée ». Seule l’analyse des prédicats (souvent multilangues, multicultures) permet de comprendre comment un sujet construit sa représentation du monde, comment ils décrivent ses choix perceptifs. Par conséquent, ce langage doit être traduit en maintenant dans son contexte précis chaque détail, chaque image survenue, chaque mot, ceux-ci étant tous d’égale importance. Aucun élément ne doit donc être mis en exergue au détriment des autres informations sans quoi l’analyse se voit faussée par réduction, caricature et amplification, sans quoi nous tombons dans la pure spéculation, comportement diviseur sans cesse décrié dans la section dialectique.

J’ai toujours été disposée à éclaircir mes propos et/ou à répondre aux questions quand il y en a.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: L’information, les choix, et le destin   Sam 15 Mar 2014, 15:40

L’information, les choix, et le destin
17 février 2014 - Laura Knight-Jadczyk

(Source : Deux extraits de la Partie 5 des vidéos Knowledge and Being, transcription complète ici)

« L’information est vraiment d’une certaine manière impliquée avec la théorie des mondes multiples. Vous avez une personne ici [Laura montre sur le schéma] – vous pouvez tous la voir ? 


Vous avez ce type ici. Il part d’ici et va là-bas, et il y a une bifurcation. Il prend une décision. Ou il se marie, ou il ne se marie pas. Dans cette ligne temporelle, ici, il ne se marie pas. Vous voyez comment cette ligne temporelle s’obscurcit ? Dans celle-ci, il ne se marie pas, se sépare et vit seul, et dans cette autre, il se sépare et c’est un clochard, vous le voyez traîner avec sa capuche et son dos voûté. Là, il a un porte-documents, donc dans cette ligne temporelle, c’est un homme d’affaires solitaire, comme un milliardaire violeur et pilleur à Wall Street. Il a décidé de ne pas faire cela [se marier], et voilà les conséquences obscures. Mais il a décidé de se marier. Là dans cette ligne temporelle, il marche main dans la main avec sa chérie. Il y a une autre bifurcation ici, et dans [cette lignée temporelle], sa chérie meurt, ou il devient fou et la tue. C’est difficile à dire en regardant l’image. Non, celle-ci n’arrive pas ; et à la place ils ont deux petits enfants et ils marchent vers le soleil couchant, vivant heureux pour toujours. C’est une des plus simples versions de [la théorie??] des mondes multiples ; vous faites un choix et c’est comme un arbre. Lorsque vous avez un arbre, il pousse un peu comme ça. Si pour une raison ou une autre, personne ne porte attention aux arbres, ils vont naturellement pousser de cette façon, bifurquer de cette façon, et il aura cette branche aussi. Pour une raison quelconque, celle-ci dépérit. Puis celle-ci continue et bifurque de cette façon. Celle-ci a deux ou trois branches. Celle-ci meurt et celle-ci meurt. Et celle-là continue. Il y a des endroits où la force de vie continue et il y a des endroits où elle s’arrête pour une raison quelconque. Pour une raison quelconque, l’arbre décide de soutenir cette branche ou ce rameau, mais pas ceux-là. Parfois, ces décisions sont prises en raison des éléments extérieurs. Parfois, ces décisions sont prises par des gens avec une tronçonneuse et un sécateur. Ils décident à la place de l’arbre les branches qui vont vivre et les branches qui ne vont pas vivre. Pour autant que l’on sache, il y a êtres dans notre Cosmos qui décident si notre espèce a besoin d’une taille, et quand. En tant qu’individus, nous sommes comme les cellules d’un arbre.

Voici un autre exemple de la façon dont cela fonctionne. Vous avez ces possibilités et là existent des possibilités infinies. Je pense qu’on pourrait vraiment le considérer comme ça. Vous commencez ici et vous avez là ces différentes possibilités. Vous faites plusieurs choses différentes. Ensuite, celle-là a le plus de sève, le plus d’énergie, donc c’est elle qui croît. C’est peut-être une question de centre de conscience, de ce sur quoi vous concentrez votre conscience. Quelle branche de la réalité de vos expériences de vie possibles. Les potentiels sont infinis. 


[Ce schéma] montrait seulement un couple, mais c’est vraiment infini et à certains endroits vous pouvez prendre certaines décisions selon les informations que vous avez au moment donné. Ce n’est pas nécessairement, comme nous en parlions hier soir, qu’il y a des bifurcations planifiées dans votre vie, et qu’il est prévu à l’avance que vous rencontriez telle personne à tel ou tel moment. Je pense que c’est peut-être donner un peu trop d’importance à la prédestination, dans ce problème. La personne ici et la personne là peuvent naître à deux endroits totalement différents de la planète. Cela peut dépendre totalement de… – peut-être qu’ils n’avaient rien planifié avant de naître. Tout est une question de choix, de colinéarité, de congruence mutuelle sur un tracé particulier d’information, plutôt que quelque chose de planifié.


Suite ici : http://newsoftomorrow.org/actuas/channeling-etc/laura-knight-jadczyk-linformation-les-choix-et-le-destin
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Arbre de Vie   Mar 01 Avr 2014, 23:36

Douceur a écrit:
La rubrique « Elargir son Horizon » est l’endroit parfait pour qu’un Regard Neuf puisse se poser sur les possibilités qui s’offrent aujourd’hui à l’Humain de se rendre dans cet Hôtel de Passage.
pour toi Douceur, en te remerciant de tous ce que tu nous a partager ces dernières semaines et que je viens de terminer de lire , ces clips de la Violoniste Lindsey Stirling!!!




Je t'Ambrasse
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Madeleine Rúzsa - Être Amoureux/être amoureuse   Sam 04 Oct 2014, 14:30

Pour Toi Ambre, et pour tous les membres et lecteurs du Forum.


Rúzsa Magdolna - Szerelem
Madeleine Rúzsa - Être Amoureux/être amoureuse

Paroles du refrain : "Szerelmes vagyok beléd" = Je suis amoureuse de toi.

Personnellement,

Je suis amoureuse de la Vie,
Je suis amoureuse de la Nature,
Je suis amoureuse de la Joie de Vivre (c'est le plus beau cadeau de ma vie)
Je suis amoureuse du Soleil Central de la Création,
Je suis amoureuse de Lui,
Je suis amour....

(liste non exhaustives...)
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Arbre de Vie   Sam 04 Oct 2014, 14:59


MERCI DOUCEUR!
Très enthousiasmant...

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Rêve-11.11.2011: Chevaux + Union des 11e et 12e Etoiles    Sam 04 Oct 2014, 15:37

Douceur a écrit:

Conclusion, les individus reconnaissant la défaillance de leur propre arbre de vie personnel (victimisations, maladies, peurs, rejets, etc.) ont maintenant la possibilité de se rendre dans un véritable Hôtel Vert, les Humains n’étant que les Hôtes de cette Terre et « l’Autel étant la Terre »**. Est-ce un hasard si chaque temple antique possédait un sanctuaire de guérison où l'on enseignait aux malades comment projeter leur conscience dans la Mémoire de la Nature d’où il recevait la force de guérison ?
J’utilise l’adverbe « maintenant » car contrairement aux informations et énergies des personnes « se connectant » (à je ne sais pas quoi) et qui circulaient, le passage vers nous des Energies Kristiques avait été totalement entravé au cours de ces dernières années !!! Pour se rendre compte des effets que cela produisit, il suffit de regarder autour de soi. J’ai pu vivre « in LiVe et in LoVe  » une expérience - NON indépendante de celle décrite plus haut - où j’ai assisté à la RE-ouverture de ce passage kristique bloqué. Et présentement, après reconnexion entière de la 11e branche à la 12e kristique est venu le temps du déploiement de la 10e branche se reconnectant, elle aussi, directement à la 12e et ainsi à la Source !

http://antahkarana.forumzen.com/t200p15-arbre-de-vie?highlight=Autel+est+Terre#27310


The Quest of A-Rhi’-Yah
Theme Song for the Krystal River Host Mission

New Inspiring Words to
Nouveaux Mots Inspirés pour
The Impossible Dream” Song Classic

New Lyrics © E’Asha Ashayana ARhAyas
http://www.elaisafreedomforum.com/

To Dream … the NOW Possible Dream …
Rêver ... Le Rêve MAINTENANT Possible ...
We fought … the now Healable Foe …
Nous nous sommes battus ... l'Ennemi maintenant Curable...
We bared … with Now bearable sorrow …
Nous nous mettons à nu ... avec la douleur Maintenant supportable ...
We STAND … where the brave dared not go …
Nous RESTONS ... où le courageux n'osait pas aller ...
To right … a Now Rightable Wrong …
Réparer … une Injustice Maintenant Réparable …
We LOVE … pure & chaste where we ARE …
Nous AIMONS ... pur et chaste où nous SOMMES ...
We DO …& we’re no longer weary …
Nous FAISONS ... et nous ne sommes plus fatigués ...
To Reach … the NOW Reachable Star (A-Rhi’-Yah)
Atteindre … l’Etoile MAINTENANT Accessible (A-Rhi’-Yah)

This is Our Quest … to follow that Star …
C'est Notre Quête … de suivre cette Etoile ...
It’s No Longer hopeless … it’s No Longer Far …
Il ne s'agit Plus d’être désespéré ... Ce n'est Plus très loin ...
To Stand for the Right, without question or pause …
Se Présenter à la Droite, sans question ou pause ...
We were willing to walk into Hell for this Heavenly Cause!
Nous étions prêts à entrer en Enfer pour cette Cause Céleste !

And I know, I will always be true to this Glorious Quest,
Et je sais, que je serai toujours fidèle à cette Quête Glorieuse,
That my Heart will be peaceful and calm
Que mon Cœur sera paisible et calme
As I STAND with the rest …
Alors JE RESTE avec les autres ...

And the world will be much better for this …
Et le monde sera beaucoup mieux pour cette ...
That One Dream, pure and shining like stars,
C'est Un Rêve, pur et brillant comme les étoiles,
Still Lives … with Unlimited Courage …
Vit toujours … avec Courage Illimité …
To Reach … the NOW Reachable STAR !!!
Atteindre … l’ETOILE MAINTENANT Accessible !!!!




Douceur a écrit:
Rêve éveillé : Pleine lune du 11 novembre 2011 (plus exactement, dans le nuit du 11 au 12 novembre) :

Je suis sur un trottoir de gauche, en vieux pavés carrés, à me promener quand surgit de nulle part sur ma droite et sans aucun bruits de sabots - car comme volant à 10 cm au-dessus du sol -, une harde de chevaux « sauvages » blancs et noirs [= Les Gardiens de la 9e dimension]. Cette harde venu, sans aucun doute possible, à ma rencontre s’arrêtera net devant moi, me transportera sur le trottoir d’en face et se mettra en branle.

Je me retrouve en position couchée, les pieds nus en avant, comme sur un traineau qu’un lien invisible rattache à tous ces chevaux sans exception et tirée à grande vitesse par ceux-ci. Mes talons touchant presque le sol, le réflexe de vouloir stopper cet attelage afin d’éviter que ceux-ci brûlent sous les frottements me prend (= l’effet du rêve éveillé est celui d’avoir la possibilité d’agir sur les événements qui s’y déroule). Mais un Insuffle me fait comprendre que je ne risque rien. Je me laisse donc aller à cette course folle en toute Confiance.

Cet attelage courant à toute vitesse s’arrêtera pourtant brusquement me propulsant ainsi vers le haut, les bras en croix. Mais étrangement, à la place de tomber, je suis « happée » par une spirale au cœur de laquelle je commence, toujours les bras en croix, à tournoyer à toute allure et dans le sens des aiguilles d’une montre. A nouveau, réalisant que ce tournoiement pourrait m’étourdir, la pensée me traverse qu’il serait bien de « ralentir » quand dans mon Intérieur, je réalise que je ne dois « strictement rien faire sinon me laisser aller ». Et effectivement, je n’aurais pas la tête qui tourne et resterais totalement consciente de ce qu’il se produit ensuite avec moi.

Ejectée, après plusieurs tours, en apesanteur, au Centre de cette spirale, je me retrouve, à ma grande surprise, comme dans l’Espace (!) filant comme une fusée mais sans « machine » .

M’apparaîtra dans un premier temps, venant à ma rencontre un signe spiralé : le nombre 9 mais avec trois bras/ trois embranchements s’en extrayant (?!). Je continue ma route dimensionnelle et m’approche d’une « grosse » planète de couleur bleue foncée cintrée d’un anneau noir. En dépassant celle-ci, j’aperçois une autre planète, qui « ressemble » à cause de sa brillance à une lune pleine mais qui est d’un gris scintillant argent. Tout en « fusant » vers cette planète, je verrai s’en approcher pour finalement s’y accoler une seconde planète, d’un blanc lumineux celle-ci.

Je suis Éblouie par une telle Beauté et ce Spectacle de Rencontre de deux planètes !

Au moment où ces deux magnifiques planètes se rejoignent et en viennent à se toucher/fusionner sous mon regard, j’entre spontanément en Extase.


Après cette extase, je me retrouve sur la route du « retour » mais fait étrange, tandis que je descends en chute libre, le bras droit en avant - comme superman ...lol -, je me dis que si je ne stoppe cette descente libre, je m’écraserai à coup sûr. Au moment où cette pensée se forme dans mon esprit, un bâton d’aspect fragile - genre fine branche d’arbre – mais de couleur bleue (?!) se présente à moi juste au niveau de la main. Je n’ai donc qu’à la saisir, ce que je fis.

C’est ce bâton bleu qui me fera « attérir » tout en douceur : il s’arrêtera - et arrêtera par conséquent aussi ma course – à environ 10 cm du sol me permettant ainsi de déposer les pieds au sol sans encombre.

De retour de ce voyage, en sortant de ce rêve éveillé, je Sais avoir tenu en main le Bâton - un des Outils avec la Canne - de l’Arche d’Alliance (??!!).


http://antahkarana.forumzen.com/t746p120-legende-personnelle?highlight=R%EAve+-11+11+2011+-+Chevaux+++%2B+Union+des+11e+et+12e+Etoiles#23909
Revenir en haut Aller en bas
Julien

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 32
Date de naissance : 06/05/1971
Age : 46
Localisation : prés de Lille
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: Arbre de Vie   Dim 05 Oct 2014, 13:54

" />



cherche bien l'aimant d'or si tu le trouvais tu serais libérée de tes soucis ..
L'aimant d'or est le U





7
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Arbre de Vie des Rose+Croix ou rosicruciens   Dim 05 Oct 2014, 21:27

Bonsoir Julien,

C'est drôle mais personnellement, je n'aurais pas mis ces images dans la rubrique "Arbre de Vie". Je ne vois pas leurs liens avec le thème ici abordé.
Tu désires peut-être faire une comparaison entre l'Arbre de Vie et les reproductions que tu as posté ?

Il semblerait que ce soit des images du "Geheime Figuren der Rosenkreuzer".
Est-ce cela ? Pourquoi ne cites-tu pas tes sources ?
Les textes et images, sans partager la source, ne permettent pas aux lecteurs de pouvoir prospecter et se faire leur propre opinion.


As-tu déjà pris connaissance de cette page ? : "Démasqué , Le livre caché de Jan van Rijckenborgh" :
http://antahkarana.forumzen.com/t2766-demasque-le-livre-cache-de-jan-van-rijckenborgh?highlight=Jan+van+Rijckenborgh

Jan van Rijckenborgh est le fondateur de l'Ecole internationale de la Rose-Croix d'Or :
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_la_Rose-Croix_d'Or



Voici une représentation de l'Arbre de Vie rosicrucien :


Douceur a écrit:
Je me retrouve donc au pied d’un Arbre qui étrangement à ma vue, baisse jusqu’au sol, à ma Rencontre, l’une de ses branches basses, devenue soudain flexible. Avant même que je ne comprenne ce qu’il se produit, cette branche me propulsera à ses étages.


Douceur a écrit:
Dans le descriptif, il est fait mention d’une branche basse m’éjectant vers le haut. Séjournant au pied de l’arbre (= dimension/D1 et D2), cette branche (située à la droite* de l’arbre = D3) me sert de tremplin pour atterrir sur son côté opposé gauche*, au-dessus de la 4D sans quoi il n’y aurait pas eu de « propulsion ». Par conséquent, un mouvement ascendant sur un axe diagonal a bien lieu.

[...] Il est bon de savoir que la partie gauche de notre corps est celle où fut insérée justement dans nos chakras 4 et 7 plusieurs implants et que le 10e chakra était déconnecté de la Source Dieu, états ne permettant pas l’utilisation de potentiel de guérison entre autre. Je précise également que pour avoir accès aux dimensions supérieures, il convient de récupérer et de reconnecter les adn (et leurs sous-brins) correspondant à ces dimensions (ex. : 6 adn complètement activés permettent le parfait fonctionnement du 6e chacra et donnent accès à la 6e dimension).




************************
Revenir en haut Aller en bas
Julien

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 32
Date de naissance : 06/05/1971
Age : 46
Localisation : prés de Lille
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: Arbre de Vie   Dim 05 Oct 2014, 22:08

/>bonsoir douceur

Les images je les est pris au début dans le sujets içi page 1 poster par Namaste


Je me suis arrêter un peux dessus , car cela me parler un peux .

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Thot - Hermes Trimégiste et les « Tables d’Emeraude »   Mar 07 Oct 2014, 22:34

Voilà ce qui arrive quand on n'y regarde pas à deux fois... surtout en période de pleine lune dont les effets se font sentir 3-4 jours avant et 3-4 jours après. Merci Julien !



Attention, dans les Hermetica le diable (et non pas la Source-Dieu) se cache dans les détails.


Par exemple, « Son père est le soleil, sa mère est la lune » (Pater ejus est Sol, mater ejus Luna, en latin) n’est pas la traduction d’origine. Le mot « lune » est une distorsion, une invention pure et simple à laquelle, en plus, un sens fut donné ! Pour être plus précise, c’est la phrase dans son entièreté qui a été interprétée (à dessein comme nous le verrons).

Je m’arrête ici pour ne pas altérer la compréhension de cette section.

Encore un dernier mot au sujet de Thot-Hermes Trismégiste. Il s'est approprié la partie des enseignements qu'il était chargé de traduire, les a dénaturés et occultés avec l'aide de prêtres corrompus alors qu'ils étaient le Droit de Naissance de tous les êtres Humains.

Citation :
[…] Les traductions des disques CDT ont été les premiers fondements de TOUS les enseignements spirituels légitimes parmi TOUTES les races sur Terre, avant que ces traductions d’origine du contenu des disques CDT soient changées, détruites ou faussées et dénaturées au point de devenir «  des dogmes de contrôle religieux » aux mains d’une élite humaine corrompue qui était alors au pouvoir et de ses factions, ainsi qu’aux mains de groupes de visiteurs d’origine extraterrestre, eux aussi à compter parmi les légions d’anges déchus. Chaque fois que les Azurites offrent de nous redonner la bonne traduction du contenu des disques CDT, trois Speakers spécialement préparés pour s’occuper du contenu de ces disques s’incarnent […] Mais tous les trois Speaker sont toujours contemporains et travaillent en coopération étroite l’un avec l’autre, présentant collectivement à la terre et ses habitants les traductions du contenu des disques CDT pour lesquelles ils sont commissionnés pendant une période de 12 ans.

[…] du temps de l’Atlantide, le troisième Speaker du contenu des disques CDT et le plus connu, fut un Nibirien-Annunaki-Atlantéen du nom de Thot. En l’an 22 340 av. J.-C., les membres de l’Ordre d’Emeraude du Cloître Melchizedek et des races Azurites confièrent à Thot la tâche de transmettre à des segments précis de la culture atlante une traduction orale d’une partie seulement d’un des disques CDT. Au cours de sa commission, Thot déserta de l’Accord Emeraude et se mit à œuvrer en faveur d’agendas de domination typiquement Nibiriens-Anunnakis, traduisant des portions du contenu d’un des disques CDT et les consignant par écrit, un texte qui devint connu plus tard sous le nom de « Tables d’Emeraude de Thot l’Atlantéen ». Thot présenta donc les « Tables d’Emeraude » aux Anu-Melchizedek, les prêtres corrompus de l’Atlantide, dont la connaissance appliquée finit par détruire complètement les îles atlantidéennes en l’an 9558 av. J.C., ce qui provoqua un chaos complet dans l’évolution humaine depuis sa colonisation par la culture Sumérienne.

(VoyageursLe rapt des endormis, Tome 1, p. lxxi-lxxvi)

Citation :
Il est à remarquer qui si le texte est censé être d'origine grecque, jamais la version originale n'a été retrouvée. On la chercherait vainement au sein du fameux Corpus Hermeticum, recueil de textes grecs attribués à Hermès Trismégiste et rédigés, selon les historiens, entre le Ier et le IIIème siècle ap-jc. La version la plus ancienne du texte connue actuellement est en arabe, elle se trouve à la fin du Livre des secrets de la création, attribué à Balînûs (arabisation présumée de Apollonios de Tyane), qui daterait du VIème siècle ap-jc. Pour davantage de détails, voyez la préface de Didier Kahn au recueil La Table d'émeraude.

[…] Il y a peu de chances pour que la Table d'émeraude ait été effectivement découverte par Alexandre le Grand, dans la tombe d'Hermès Trismégiste... Elle est depuis l'origine un texte ésotérique – au sens par conséquent voilé –, qui a ensuite traversé les âges en étant recopié, interprété, traduit et retraduit maintes et maintes fois. Elle a donc forcément été altérée, puis sans doute reconstituée, avec assez de bonheur, par certains érudits.

http://www.la-rose-bleue.org/Etudes/Table_Emeraude_introduction.html
Revenir en haut Aller en bas
Julien

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 32
Date de naissance : 06/05/1971
Age : 46
Localisation : prés de Lille
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: Arbre de Vie   Mer 08 Oct 2014, 12:08

Si on veux la vie , la continuation de la vie et du cycle terrestre , il faut ne rien apprendre .
Si on veux la "mort" la fin du cycle terrestre il faut le Savoir . (la "seconde mort").

L'évolution au fure des incar-nation entraine la mort qui n'est pas une mort c'est un départ sans retour au cycle celeste


Dans leurs écris , les anciens précisent que c'est une potion , un grand poison .
D'autre l'appelle serpent , monstre .
Ce qui est commun a tous les hommes , a travers le monde , au riche et au aussi au pauvre .


Hermés tri mégiste = triple maitre ou maitre des trois état de conscience

http://i39.servimg.com/u/f39/18/86/73/11/13138413.jpg




Ceux qui cherchent "une porte ", ce n'est pas pour la continuité du cycle terrestre

Etre ou ne pas être : telle est la question."
William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le Trois fois Grand   Mer 08 Oct 2014, 18:29

Citation :
Hermés tri mégiste = triple maitre ou maitre des trois état de conscience

Ce nom reflète surtout la marque du choix de Thot-Hermes Trismégiste.
Le "Trois fois Grand" s'est bien coupé de la Source "Quatre".


Trois état de conscience ?? Ha bon ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le Figuier maudit   Mer 08 Oct 2014, 18:44



Le Figuier maudit


Au vu du développement soutenu de ce site d'exploration des connaissances spirituelles de base en matière d'occultisme "christo-païen" (si l'on peut dire) deux voies s'ouvrent aussitôt : celle de ne s'en tenir qu'aux généralités d'un "christianisme" banalisé, vulgarisé à outrance jusque dans ses fondements – ou d'en approfondir sérieusement les données les plus incomprises, voire déformées jusqu'à l'aberration sans même que le lecteur en ait conscience. Il en est ainsi de l'exemple ci-dessous, choisi parmi bien d'autres, tant les commentaires des évangiles sont aujourd'hui truffés d'inepties du fait du matérialisme abyssal et de l'ignorance crasse de ceux qui ont reçu mission de les interpréter. La corruption et la désaffection des églises en est aujourd'hui la conséquence directe. Voici donc l'exemple en question tiré de Marc (XI, 12-14) ; il est consternant :

« Le lendemain, comme ils sortaient de Béthanie, il eut faim. Et voyant de loin un figuier qui portait des feuilles, il alla voir s'il y trouverait quelque chose ; et, s'en étant approché, il n'y trouva que des feuilles, car ce n'était pas le temps des figues. Prenant alors la parole, il lui dit : Que plus jamais personne ne mange de toi aucun fruit ! Et ses disciples l'entendirent. »

Voici donc un homme habité de Dieu qui s'en va chercher des figues alors que ce n'est précisément pas le temps des figues, n'en trouve évidemment pas, et n'en maudit pas moins l'arbre à cause de cela ! Est-ce bien là le fait d'un homme dans son bon sens, ou bien n'est-ce pas là plutôt une des innombrables preuves de l'absurdité des Évangiles ?

On devine ici le genre d'explications tordues auxquelles les clercs eurent à se livrer pour éclaircir un tel passage en chaire devant leurs ouailles hébétées !… Et des passages de ce genre il y en a des dizaines au fil des quatre évangiles, autrement dit dans ce qui constitue la base même du christianisme. Comment dès lors ne pas comprendre la décadence et la stérilité d'une telle religion desséchée, vidée de toute intelligence et incapable d'enseigner la sève de sa propre foi ?


Ardjouna devant Krishna

Comme sous-entendu dans l'intitulé de ce blog, c'est d'abord vers la lumière de la sagesse païenne que vous devrez vous tourner pour comprendre à quel enseignement le Christ entend mener ses disciples avec ces énigmatiques paroles : un secret que Krishna lui-même, trois mille ans donc avant notre ère, confie à Ardjouna dans l'immortelle Bhagavad-Gîtâ lorsqu'il lui révèle la vraie nature du Figuier des sages, en lui expliquant que cet Arbre insigne pousse les racines en l'air et les branches vers le bas, et dont les feuilles portent le contenu même des Védas, c'est-à-dire la plus haute sagesse de l'homme en regard de la Trinité sainte (1) :

« Je me prosterne devant le Figuier saint :
Devant Brahma dans sa racine,
— Vishnou dans son tronc,
Et Shiva dans sa frondaison !
»
(Ashvattha stottra, 16)

Il est dit dans la Katha Upanishad : « Racines vers le haut, feuillage vers le bas, voilà le Figuier éternel. C’est lui le Pur, le Brahman ; lui qu’on appelle la Non-Mort. Tous les mondes prennent appui sur lui. » Et la Maitri Upanishad précise : « Ses branches sont l'éther, l'air, le feu, l'eau, la terre... », c’est à dire les cinq éléments, lesquels manifestent ce « Brahman dont le nom est Ashvatta ». Celui-là donc, l'Arbre Bodhi, sous lequel se tint le Bouddha lorsqu'il atteignit l'illumination suprême, autrement dit, du point de vue de l'initiation, la descente dans sa propre entité spirituelle intérieure, selon ce que nous décrivions dans notre tout premier article comme la voie d'En-bas, celle de la recherche du Moi réel au-delà de la mémoire. C'est cela que l'ancienne connaissance atteignait autrefois par le biais, non plus des facultés physiques du corps, mais par celles du corps éthérique lui-même :

« Représentez-vous d’une façon vivante ce que signifie connaître par le corps éthérique, connaître par le Serpent (2). Il y a quelque chose qui n’existe pas pour l’homme d’aujourd’hui. Celui-ci perçoit beaucoup de choses dans son entourage lorsqu’il se comporte d’une façon normale ; mais il y en a une qu’il ne perçoit pas : c’est son cerveau. Aucun être humain ne peut observer son propre cerveau, pas plus qu’il ne peut voir sa propre moelle épinière. Or cette impossibilité cesse dès qu’on observe au moyen de son corps éthérique. Alors apparaît ce qu’on ne voit pas sans cela : on perçoit son propre système nerveux. On ne le perçoit certes pas comme le voit l'anatomiste d’aujourd’hui. Il ne ressemble pas à ce que connaît celui-ci ; son aspect est tel qu’on a le sentiment de voir sa propre nature éthérique. Puis, levant les yeux, on voit tous les nerfs qui vont vers les différents organes se rassembler dans le cerveau. On a l’impression qu’il y a là un arbre dont les racines s’élèvent et dont les branches descendent dans les différents membres. Mais on n’a pas l’impression d’une chose aussi réduite que l’est un homme dans sa peau ; cela fait l’effet d’un arbre immense dont les racines s’étendent très très loin dans l’espace et dont les branches sont tombantes. On se voit donc soi-même sous l’aspect d’un serpent et son propre système nerveux est comme objectivé sous la forme de l’Arbre en question. » (R. Steiner, La Bhagavad Gîtâ, Paris, 1976, pp. 71-72)

Et si vous vous reportez à ce que nous avons dit naguère, sur l'ase germanique Wotan, vous comprendrez sans peine qu'entre l'Ashvatta saint et le grand Yggdrasil des scaldes, il n'y a que la méthode qui diffère : celle de l'ancienne clairvoyance liée à l'irruption des forces lunaires dans la nature humaine à laquelle le Christ fait allusion lors de sa rencontre avec Nathanaël auquel il se révèle comme le Maître omniscient de toute initiation (3) :

« D’où me connais-tu ?
— Avant que Philippe ne t’appelât
Je t’avais vu sous le Figuier.
»
(Jean. I, 48)

Croyez-vous toujours qu'il ne s'agit là que d'un vulgaire figuier de jardin sous lequel on fait la sieste ?!

Ce qu'exprimait le Christ en maudissant le Figuier c'était que le temps de l'initiation par le "Figuier", par le biais des forces ancestrales lunaires, était révolu, que c'était désormais par le biais des forces solaires de la Foi, autrement dit par ce dont le Christ est Lui-même le porteur, que pourrait désormais éclore la nouvelle clairvoyance dont la clarté est appelée à éclipser l'ancienne initiation décadente et sous-consciente des anciens mystagogues païens (4). Quand se lève le soleil, la lune pâlit. (5) Les mystères anciens s'éteignent et sombrent dans la décadence ou la superstition, dans le même temps où les puissances ahrimaniennes sataniques se déchaînent sur la nouvelle Église dont une partie s'adultère et finit par se vendre et se draper dans les oripeaux de l'ancienne Rome (6), tandis que l'autre se replie dans la tradition initiatique de la disciplina arcani, celle du christianisme johannique originel que l'Église de Rome n'aura de cesse désormais de combattre par le fer et par le feu de son Inquisition.

C'est cette immense bataille du christianisme ésotérique libre et spirituel, en face des forces exotériques temporelles dont Rome est le centre qui se trouve finalement exposé dans ce blog, en lieu et place d'un enseignement chrétien de plus en plus matérialiste et stérile à l'heure où c'est même déjà le pape noir de l'ordre jésuite qui trône aujourd'hui au Vatican (7).

Qu'attendre, en définitive, d'un tel christianisme exsangue en face notamment de la montée obscurantiste et fanatique de l'Islam un peu partout dans le monde, cet Islam dont le drapeau noir se trouve désormais brandi jusque au cœur des villes d'Europe ? Quelle dérision que de voir les foules chrétiennes fuir en pleine panique leurs terres ancestrales des Proche et Moyen Orient devant ces forcenés sanguinaires qui ne sont pourtant rien d'autre que la résultante directe des préceptes originaux méconnus du Coran (Que cela plaise ou non). Qu'opposer, en effet, à cette superstition démente, lunaire et nocturne, essentiellement émotionnelle et sans lien spirituel autre qu'une plate soumission perinde ac cadaver (8) à l'inertie d'une pure entité abstraite ? Fruit indirect, comme nous l'avons vu, du matérialisme ahrimanien de l’école de Gundishapur en récurrence de l'abstraction monothéiste propre au judaïsme ancien, l'Islam ne pouvait que s'ouvrir aux impulsions lucifériennes les plus violemment anti-chrétiennes, quelles que soient les dérisoires tentatives actuelles pour imposer le mythe d'une absurde équivalence religieuse. L'Islam ne supportant aucune concurrence et n'en tolérant aucune – sauf imposée sous la loi d'airain d'une laïcité reconnue. Il ne sert à rien de s'illusionner là-dessus.

Le karma de cette soumission aux forces anachroniques lunaires, et pour tout dire nocturnes du judaïsme, et partant de l'Islam, c'est ce que dévoilait la malédiction du Christ sur le Figuier stérile et sans nul fruit qui sème tant de confusion aujourd'hui. Malédiction de s'en tenir aux forces rétrogrades du passé mort faute de s'ouvrir à la nouvelle Lumière intérieure, solaire et tournée vers l'Esprit vivant. WH.


http://spfc441.blogspot.hu/2014/10/le-figuier-maudit.html?view=magazine



1. La Trimourti védique.
2. La Kundalini indienne et l'Uræus initiatique égyptien toujours représenté comme un cobra dressé sur la couronne du pharaon en étaient les signes visibles aux profanes.
3. Tout comme le fut autrefois Krishna, avatar du dieu Vishnou, le Verbe hindouiste.
4. Sous-consciente parce que, comme nous l'avions expliqué, toute l'initiation païenne, aussi bien selon la voie d'En-haut vers le macrocosme, que selon celle d'En-bas vers le microcosme, ne pouvait se réaliser que par la participation effective de 12 initiateurs.
5. La scène se tient, en effet, le lundi de la semaine sainte, jour de la lune et plus précisément à Bethphagé, la "maison des figues" où se tenait, à l'époque, un antique lieu d'initiation lunaire.
6. Sylvestre, pontife de Jupiter élu pape enferme le christianisme dans les formes de l'empire romain, convertit l'aristocratie latine et donne ainsi naissance à l'Église catholique.
7. En tant que membre de la "Compagnie de Jésus" le pape actuel dépend en effet du Praepositus Generalis, "Pape noir" d'un ordre qui fut toujours perçu comme une Eglise dans l’Église, à tel point que Blaise Pascal put dire que « Les jésuites ont répandu dans l’Eglise les ténèbres les plus épaisses qui soient jamais sorties du puits de l’abîme. », et Rudolf Steiner que « Les jésuites constituent la seule organisation occidentale disposant de pouvoirs occultes, à côté de laquelle les sociétés secrètes ne sont que des boy-scouts ». On sait que les Illuminés de Bavière, ceux que l’on nomme Illuminati, ont été fondés par le jésuite Adam Weishaupt, et l'on rappellera également la vive critique que Steiner fit à plusieurs reprises des fameux Exercices spirituels d'Ignace de Loyola qu'il va même jusqu'à décrire comme à l'opposé de l'Anthroposophie : « Le courant culturel qui s'est donné pour tâche d'étouffer toute compréhension du Christ, d'enterrer complètement la compréhension du Christ, c'est le jésuitisme. Le jésuitisme aspire à éradiquer progressivement toute possibilité d'une compréhension du Christ. » (R. Steiner, L'avenir de l'Âme, Genève, 2000, p. 69)
8. « Comme un cadavre »...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arbre de Vie   Ven 07 Nov 2014, 15:57

Douceur a écrit:
Aucun élément ne doit donc être mis en exergue au détriment des autres informations sans quoi l’analyse se voit faussée par réduction, caricature et amplification, sans quoi nous tombons dans la pure spéculation, comportement diviseur sans cesse décrié dans la section dialectique.

J’ai toujours été disposée à éclaircir mes propos et/ou à répondre aux questions quand il y en a
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Témoignage   Ven 07 Nov 2014, 16:08

Citation :
Témoignage :

Apres avoir vêtue blouse, chaussons et stérilisée mains et avant-bras, en compagnie de la compagne de mon oncle, je me dirige vers la chambre où quatre hommes comateux, dont mon parrain, reposent. Je n’ai pas le temps de franchir le seuil de porte que sur ma joue droite, de l’oreille jusqu’au menton, une caresse nettement perceptible se fait sentir. Sous l’effet de la surprise, sans vraiment comprendre ce qu’il se passait, seuls les mots « Merci de me faire savoir que tu es là ! » me traversent.

Alors que je pensais rester debout, l’infirmière, malgré mon refus de m’asseoir, apporte un tabouret. En m’asseyant, soudain la nécessité d’être en « contact physique » avec le corps de mon parrain me prend. (?) Je décide donc d’accoler mon avant-bras, de la main jusqu’au coude au sien et ce, malgré les consignes médicales. Et au rythme de la respiration artificielle faisant bouger son corps inerte, les yeux fermés, je me laisserai bercer par ces mouvements et les cliquetis, tintements bruyant des nombreux appareils.

A l’écoute, j’entends sa compagne entrer en supplications à voix haute : « Tu ne peux pas m’abandonner; Tu dois rester avec moi; Tu es « mon... » etc. quand soudain, elle déclare « Je n’en peux plus, il faut que je sorte ! ». Ne réagissant pas, elle répètera cela a trois différentes reprises mais ne bougeant toujours pas, ni n’ouvrant les yeux, ni n’hochant la tête en signe d’entendement, elle comprendra finalement que je ne quitterai pas les lieux avec elle et s’en va.

Me retrouvant seule, préoccupée par la présence de mon parrain hors de son corps, j’entame un discours silencieux : « J’avoue humblement que je ne sais pas ce que je dois faire ». « Je ne sais même pas si je dois faire quoique ce soit ! » dis-je et poursuivant, j’en viens à déclarer « mais si je puis Servir à quelque chose, alors Je Suis là, présente, au service de la Source ! ». Au moment où ces mots sortent, à ma droite, en flash sur fond noir, un [V] blanc tout lumineux, tout fluorescent surgit devant mes yeux fermés. « C’est drôle, on dirait le symbole de la Source-Dieu ? » A peine cette pensée me traverse-t-elle que je vois un corps éthérique flotter devant moi mais avec son arborescence vasculaire sortant (déjà) par la tête : des pieds jusqu’aux genoux, le corps ne contient plus ni artères, ni veines. Mais pas le temps de méditer sur cet état de fait car je me vois, l’instant d’après, au pied d’un Grand Arbre, debout dans une sorte d’étang, l’eau m’arrivant jusqu’aux genoux, à maintenir la tête de mon parrain hors de l’eau. Je lève spontanément mon regard vers l’Arbre en demandant s’il n’y avait pas moyen de faire monter le corps sur ses branches. L’Arbre que je sais être l’Arbre de Vie me signifie que la place du corps n’est plus ici en me confirmant que le corps ne guérira pas. Mais que faire alors (?) car je perçois clairement au fond de mon être que si je lâche la tête, mon parrain à coup sûr « étouffera » et à cette asphyxie, ce n’est PAS mort physique qui suivra mais bien anéantissement pur et simple ?!!!

Dans mon impuissance, pourtant me parviendra l’Insuffle que je dois construire un carré autour du lit d’hôpital. Sans bouger, à l’aide de mon corps éthérique, je commence à tracer les lignes mais il m’est presqu’impossible de placer la quatrième barre du carré car une contre-force extrêmement puissante m’en empêche. Je pousse donc de toutes mes forces et ferme à grande peine le carré. Oh ce n’est pas suffisant, je le sens parfaitement ! Je suis poussée, en effet, à en placer un deuxième. Ce qui se fait avec cependant toujours les mêmes difficultés pour fermer le quadrangle. Mais surprise, dès que le second carré est posé, à partir des carrés, en un éclair, une pyramide s’érige qui d’un seul coup aspire sous ses pans toute l’arborescence vasculaire du corps, d’apparence déjà blafarde - ayant perdu son éclat rouge - ! Je distingue parfaitement, que toutes les veines et artères, réunies exclusivement sous le pyramidion, y subissent comme une réactivation car s’étant mis frénétiquement à vibrer et à pétiller (je n’ai pas vraiment d’autres mots).

Alors que j’observe ce phénomène, je me fais l’effet de me transformer en une très haute montagne, quand soudain, une Force en moi s’Active pour ensuite du centre de mon dos, s’écouler sous la forme d’une Cascade d’Eau de Vie (?!). Assise sur mon tabouret (pas de hasard qu’il n’y ait pas de dossier au siège !), je vois « un homme et plus un demi [homme] » boire, à grandes gorgées, l’Eau qui sort par mon dos et remplit leurs mains. Je constate que mon parrain ne se trouve pas parmi ces deux hommes. Petit à petit, lentement cette force vitale cesse de s’épandre et je comprends que de ceux qui ont bu, l’un se réveillera complètement, l’autre,  le « un demi », celui « au visage, au profil trop transparent » gardera des séquelles corporelles, physiologiques et biologiques de ce traumatisme tandis que les deux autres ne sortiront pas du tout du coma.

En quittant la chambre, j’apprendrai par ma maman restée dehors que selon les chirurgiens, mon parrain ne passerait pas la nuit, les signes de vie s’étant trop affaiblis. Après ce que je venais de vivre, je savais qu’il n’en serait rien. Et de fait, les jours qui suivirent furent suffisants pour que ma cousine vivant en Belgique puisse se rendre sur place et que son amie puisse faire toutes les démarches administratives permettant d’être reconnue comme compagne légitime.

Ce sera le jour de l’enterrement que nous apprendrons par une lettre laissée par mon parrain qu’en lieu et place de faire soigner son insuffisance rénale (dont il avait connaissance depuis de longues années), il avait fait le choix de ne pas préserver sa vie, de ne pas se faire soigner. Cette attitude est énergétiquement comparable au suicide... un choix régressif qui effectivement anéantit entièrement l’âme car celle-ci est aspirée vers l’endroit qui dans l’Univers correspond au lieu dénommé Trou Noirl’âme se désagrège en « poussières d’étoile », et non PAS en « graine d’étoiles » assurant les renaissances.

Il apparaît donc qu’à la suite de la prise de conscience de son choix dévolutif, fut offert à mon parrain la possibilité de corriger ce choix et ainsi (se) permettre un prochain retour... car je Sais que son âme ne s’est pas désintégrée : elle n’a pu être aspirée dans le Trou Noir.




En conclusion, s’il m’a été montré, et ce, déjà de différentes manières que cette période de notre histoire permet la correction des régressions et donc la guérison, ce vécu confirme que les choix ne sont plus irréversibles !

Par conséquent, nous pouvons, si telle est la Demande de notre Âme, corriger le tir. Ainsi, j’affirme, expérience à l’appui que la phrase ci-dessus tirée du film Matrix est aujourd’hui dépassée. Quiconque prétendra le contraire, professera un mensonge. Si je suis aussi catégorique, c’est bien parce que j’ai été témoin par le passé d’appels d’âmes pour lesquelles, à ce moment, aucune issue il n’y avait contrairement à aujourd’hui – car ces âmes ont effectivement été harponnées -.


Film 'Matrix' a écrit:
"Le choix n'est rien qu'une illusion créée pour séparer ceux qui ont le pouvoir,
de ceux qui ne l'ont pas" Le Mérovingien


Il est bon de savoir que la régression ne fut pas toujours la conséquence d’un choix personnel, oublié ou pas. Des milliers d’âmes furent fragmentées sans le savoir et donc sans avoir posées elles-mêmes de choix régressifs ! C’est la raison pour laquelle correction est rendue possible en ces temps.


Dernière édition par douceur le Ven 07 Nov 2014, 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le mythe d'Ophélie ou le "culte de l'invalidité"   Ven 07 Nov 2014, 16:40

Remarques :

1) Ne comprenant pas pourquoi, il fallait « maintenir la tête hors de l’eau » et ce, coûte que coûte, des recherches ultérieures m’ont mise sur la piste du mythe d’Ophélie ou le « culte de l’invalidité ».


Citation :
Ophélie est un des personnages de Hamlet, « revenge tragedy » de Shakespeare publiée vers 1601. Fille de Polonius et soeur de Laërte, elle va sombrer dans la folie lorsque Hamlet (son amant qui l’a délaissée) assassine son père. Sa mort est relatée par la reine dans la scène 7 de l’acte IV. Accident ou suicide, le mystère reste entier.


Citation :
> Dans son essai intitulé Refashioning Cordelia, Ophelia, and Juliet: The Strength of Julia Margaret Cameron’s Suffering Women, numérisé en PDF par le Marietta College d’Ohio, Melissa Parlin, docteur en littérature et maître de conférence à l’Université d’Ohio, s’intéresse aux représentations d’Ophelia de la photographe anglaise Julia Margaret Cameron que certains qualifient de préraphaélite.

Melissa Parlin explique que, de 1867 à 1874, Julia Margaret Cameron a produit des photographies issues de textes de Shakespeare. Elle s’intéresse particulièrement à Cordelia du Roi Lear, à Juliette de Roméo et Juliette et enfin à Ophelia de Hamlet. Melissa Parlin dit que Cameron recréée la souffrance des femmes qui deviennent des exemples de l’endurance féminine. Elle remodèle l’image de la femme de l’époque, qui était habituellement un être faible et passif, en soulignant la force des femmes, à travers les personnages de Juliette, Cordelia et Ophelia.

Contrairement à bons nombres d’artistes de l’époque victorienne, Cameron ne représente pas Ophelia morte, elle est soit en contemplation, soit en action. Cameron change la représentation d’Ophelia en accordant du pouvoir à ce personnage. Elle ne la représente pas comme une folle suicidaire mais comme une femme forte qui souffre. Cameron habille Ophelia d’une robe noire et de quelques fleurs dans ses cheveux détaché.

A travers ces représentations d’Ophelia, Cameron donne une nouvelle image de la  femme qui n’est plus une victime mais un être fort.

(…)

> Kaara Peterson –  Professeur de littérature à l’Université de Miami – dans son essai « Framing Ophelia: Representation and the Pictorial Tradition » numérisé par le site Enotes et extrait de Mosaic : A Journal for the Interdisciplinary Study of Literature, 31.3 (1998) p. 1-24, explique comment est né le mythe d’Ophelia. Elle tend à montrer qu’au-delà d’un mythe littéraire, c’est surtout un cliché pictural auquel nous sommes confrontés.

Effectivement, la mort d’Ophelia n’est qu’indirectement racontée par Shakespeare puisque c’est son personnage Gertrude qui le conte, et elle-même n’a pas été témoin de la scène.

De plus, elle explique que le mythe d’Ophelia naît véritablement au XIXe siècle, bien que les représentations d’Ophelia existent depuis le XVIIIe siècle, ce n’est qu’au XIXe, que le caractère d’Ophelia prend son indépendance vis-à-vis du reste des personnages d’Hamlet.
Auparavant, elle était seulement représentée dans le groupe des personnages.  A partir du XIXe, Ophelia devient le point de mire de la représentation. Elle devient alors un mythe. Le plus souvent cette représentation concerne la mort d’Ophelia, ou plus précisément ses derniers instants de vie. Cet intérêt semble relever de l’ambiguïté de sa fin. On ne sait pas si sa noyade relève du suicide ou bien d’un simple accident, causant ainsi une fascination morbide.
D’autant plus que Gertrude – qui comme nous l’avons dit n’est pas un témoin direct – ne peut servir d’autorité concernant la mort d’Ophelia. Elle permet seulement la transition de la dernière présence d’Ophelia sur scène à la scène de ses funérailles.

Cette obsession pour la mort d’Ophelia semble éclipser le personnage dans son intégralité, nous dit Kaara Paterson, Ophelia n’existe plus que pour sa noyade.  Ainsi, le personnage d’Ophelia est devenue une représentation « officielle » de la morte noyée, et elle fait preuve d’un véritable engouement populaire. Ce personnage est alors complètement séparé de son contexte littéraire et narratif. Il se réduit presque au scénario de la noyade. C’est cette séparation de l’oeuvre Shakespearienne qui produit le cliché visuel.


http://waterhouseophelia.wordpress.com/category/mythe-et-representations-dophelia/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: L’orgone de Wilhelm Reich   Ven 07 Nov 2014, 16:56

2) La pyramide qui surgit autour du lit est comparable à l’orgone de Wilhelm Reich :

http://antahkarana.forumzen.com/t1126-l-ether-dieu-et-le-diable-de-wilhelm-reich


Orgone

L'orgone est un terme inventé par le Docteur Wilhelm Reich pour désigner une forme hypothétique d'« énergie » dont il affirmait avoir établi l’existence. Ses résultats ne furent jamais reproduits et la théorie de l'orgone est considérée comme non scientifique.

(...) L’orgone est ainsi décrite comme une énergie cosmique fondamentalement nouvelle, obéissant à des lois fonctionnelles et non mécaniques, omniprésente… . Conscient que ses déclarations sont de nature à éveiller la méfiance d’un chercheur sérieux, W. Reich avoue qu’il lui a fallu de longues années avant de trouver le courage d’admettre et de présenter l’abondance des faits et connexions qu’il avait mis en évidence. Il a donc soigneusement préparé l’exposé des processus ayant jalonné et permis ses recherches afin de rester comme il le souhaitait sur le terrain de la rationalité et de la discussion scientifique.


L’orgone biologique

Ce sont des observations dans le domaine de la biologie, dont il situe un point important vers 1933, qui ont amené W. Reich à définir le concept d’orgone. En particulier, la mesure des changements du potentiel électrique qui accompagne selon lui les sensations de plaisir et d’angoisse lui ont suggéré l’idée de l’existence d’une énergie biologique présente dans les organismes vivants. Postulant que les sensations d’organe sont l’expression de cette énergie en mouvement, l’analyse comparée des effets du courant électrique sur les muscles (in vivo et in vitro) et des effets (réactions ou absences de réaction) ressentis par l’intermédiaire des sens à proximité de générateurs de radiations de nature électromagnétique l'ont amené à penser qu’il ne s’agirait pas d’un courant électrique. Suite à des investigations diverses et précises, il se serait trouvé face à un ensemble impressionnant de faits contradictoires… impossibles à expliquer dans le strict cadre des formes d’énergie connues, mais connus depuis longtemps dans le domaine de la biologie et de la philosophie naturaliste.

Passant en revue les théories du biologiste Hans Driesch (Entéléchie), du philosophe Henri Bergson (élan vital), et trouvant que les expériences de Louis Pasteur ne se suffisent pas à elles-mêmes pour expliquer l'origine de la vie, il ne se déclare satisfait par aucune. Considérant l'hypothèse de Paul Kammerer comme correcte, il annonce avec conviction que le travail de tout organisme biologique [met] en évidence l’existence d’énergies gigantesques commandant toutes les manifestations de la matière vivante et dénonce l'absence de prise en compte par la communauté scientifique de ce qu'il pense être un fait. Il lui paraît alors évident que les énergies qui accomplissent ce travail (à l’échelle de la planète) ne peuvent tirer leur origine que de la matière inanimée.

Il met au point une série d’expériences constituées par l’observation au microscope des phénomènes qui selon lui se déroulent aux frontières de la matière vivante et de la matière inanimée. Un document intitulé « Die Bione, zur Entstehung des vegetativen Lebens », édité à Oslo en 1938 par la Sexpol-Verlag, expose en deux parties (l’exposé des faits, puis son interprétation), les résultats des travaux expérimentaux sur « l’origine de la vie végétative » menés par W. Reich à Oslo à cette époque. La combinaison des deux fonctions physiques (tension-charge, décharge-détente) que W.R. estimait caractéristique du phénomène vital y est recherchée au niveau des fonctions biologiques les plus primitives, dans le but affiché de mesurer l’ampleur et la pertinence de cette interprétation de ce qui est présenté comme des faits de laboratoire reproductibles. W.R. estime alors avoir mis en évidence de façon expérimentale l’existence de stades de développement de l’inerte et de l’inanimé au vivant, et que dans la nature, le processus du devenir vivant à partir de l’inorganique se déroule heure par heure, minute par minute.

Il en déduit l’existence d’un phénomène général de biogénèse à partir de tissus en décomposition en milieu aqueux, analogue dit-il à celui de l'apparition des globules blancs et rouges à partir de la moelle osseuse, ou bien des ovules et spermatozoïdes à partir des épithéliums des glandes germinatives.

(...) Il estime alors qu’à l’instar de l’énergie solaire, l’« énergie » qui semblait émaner de ses cultures [de Bions - attraction du système le moins chargé par le plus chargé -] recharge « biologiquement » les substances d’origine organique. Dans la mesure où le fil rouge de ses travaux a débuté, plusieurs années auparavant, à partir de l’observation des phénomènes électriques mesurables sur la peau pendant la phase d’orgasme, il conjugue alors « orgasme » et « organique » pour former le mot « orgone » afin de nommer cette « énergie ».

(...) Il en déduit aussi que le globe terrestre n’est pas seulement entouré d’une atmosphère d’une certaine composition chimique, il est doté en outre d’une enveloppe d’énergie d’orgone. Dès l’été 1947, il dit observer une réaction significative du compteur Geiger-Müller ayant absorbé de l’énergie d’orgone par un séjour prolongé de plusieurs semaines dans une atmosphère d’orgone hautement concentrée, et que l’énergie d’orgone est capable de développer une force motrice. L’obtention de la luminescence d’un gaz rare sans autre contact direct, dans une expérimentation dont il donne le détail, lui paraît établir que la lumination orgonotique est le résultat du contact entre deux champs d’énergie d’orgone. Dans la direction ouverte par cette hypothèse, il déclare alors être en mesure d’élucider de quelle façon l’homme est enraciné dans la nature, à partir de l’examen des fonctions qui, fondamentalement, gouvernent la nature non vivante et la nature vivante. Il s’emploie donc à mettre en évidence les propriétés de l’orgone cosmique.


L'orgone cosmique

W. Reich, à partir des observations dont il fait état, établit un lien entre le microcosme et le macrocosme. Dans le premier domaine, les unités luminescentes qu’il déclare observer dans un cabinet noir garni à l’intérieur de feuilles métalliques lui paraissent décrire dans l’espace une cycloïde allongée (spinning wave). Il émet alors l’hypothèse qu’un processus de superposition de deux unités cycloïdales, dépourvues de masse, d’orgone fortement excitée, s’accompagne d’une perte d’énergie cinétique ; que le rythme du mouvement cycloïdal diminue considérablement ; que l’orientation du mouvement s’infléchit d’une façon prononcée, que le mouvement cycloïdal allongé se transforme progressivement en une rotation sur place. Et c’est pour lui précisément pendant cette phase du processus que la masse inerte émerge du mouvement ralenti de deux ou plusieurs unités d’orgone superposées. Appliquant aux corps célestes son hypothèse de relation fonctionnelle entre les mouvements d’énergie d’orgone primordiale et la matière, il estime qu’elle est de nature à expliquer de manière plausible pourquoi ceux-ci progressent dans un mouvement de spirale, pourquoi le soleil et les planètes se déplacent dans le même plan, dans la même direction, réunis dans l’espace en un groupe cohérent de corps tournoyants.


Suite : http://fr.wikipedia.org/wiki/Orgone


Dernière édition par douceur le Ven 07 Nov 2014, 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Kalama Sutta   Ven 07 Nov 2014, 17:16

Kalama Sutta a écrit:

Le Bouddha dit: « C'est pourquoi, Kalamas, comme nous l’avons dit : il est normal que vous ayez des doutes et que vous soyez dans la perplexité, car le doute est né chez vous avec raison.

« Kalamas, ne vous laissez pas guider par ce que vous avez entendu dire, ni par les traditions religieuses. Ne vous laissez par guider par l'autorité des textes religieux, ni par la simple logique ou les allégations, ni par les apparences, ni par la spéculation sur des opinions, ni par des vraisemblances probables,  ni par la pensée : ‘Ce religieux est notre maître spirituel’.

« Cependant, Kalamas, lorsque vous savez par vous-mêmes que certaines choses ne sont pas justes, qu’elles sont blâmables, condamnées par les sages et que, lorsqu'on les met en pratique, elles conduisent au mal et au malheur, abandonnez-les ! »

Ensuite, le Bienheureux s'adressa à nouveau aux Kalamas et dit: « Kalamas, ne vous laissez pas guider par ce que vous avez entendu dire, ni par les traditions religieuses. Ne vous laissez par guider par l'autorité des textes religieux, ni par la simple logique ou les allégations, ni par les apparences, ni par la spéculation sur des opinions, ni par des vraisemblances probables, ni par la pensée : ‘ce religieux est notre maître spirituel’.

« Cependant, Kalamas, lorsque vous savez par vous-mêmes que certaines choses sont justes, qu’elles sont irréprochables, louées par les sages et que, lorsqu'on les met en pratique, elles conduisent au bien et au bonheur, pénétrez-vous de telles choses et pratiquez-les !



[…] « Kalamas, le disciple des nobles êtres éveillés, qui s'est ainsi libéré de l'avidité, de la haine et de la compréhension erronée, fait rayonner une conscience pleine de bienveillance dans la première direction (l’est), et de même dans la deuxième, dans la troisième, dans la quatrième, au-dessus, au-dessous, au travers, et partout dans l'univers ; il demeure faisant rayonner une conscience pleine de bienveillance, large, profonde, sans limites, libre de toute haine et de toute malveillance.

« Egalement, le disciple des nobles êtres éveillés demeure, faisant rayonner une conscience pleine de compassion dans la première direction et de même dans la deuxième, dans la troisième, dans la quatrième, au-dessus, au-dessous, au travers, partout dans l'univers ; il demeure faisant rayonner une conscience pleine de compassion, large, profonde, sans limites, libre de toute haine et de toute malveillance.

« Egalement, le disciple des nobles êtres éveillés demeure, faisant rayonner une conscience pleine de joie altruiste dans la première direction et de même dans la deuxième, dans la troisième, dans la quatrième, au-dessus, au-dessous, au travers, partout dans l'univers ; il demeure faisant rayonner une conscience pleine de joie altruiste, large profonde, sans limites, libre de toute haine et de toute malveillance.

« Egalement, le disciple des nobles êtres éveillés demeure, faisant rayonner une conscience pleine d'équanimité dans la première direction et de même dans la deuxième, dans la troisième, dans la  quatrième, au-dessus, au-dessous, au travers, partout dans l'univers ; il demeure faisant rayonner une conscience pleine d'équanimité, large, profonde, sans limites, libre de toute haine et de toute malveillance.


http://www.dhammadelaforet.org/sommaire/sutta_tipaka/txt/kalama.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Arbre de Vie à 12 branches + un nid où un Pélican Bleu siège   Jeu 19 Fév 2015, 13:10

Bonjour à tous,

L'Année dernière, au mois de juillet, j'ai découvert ici en Hongrie, une représentation de l'Arbre de Vie à douze branches couronné d'un nid où un Pélican Bleu nourrit trois de ses petits de son propre sang.


Il est intéressant de noter :

- Que l'Arbre semble s'érige sur des Vagues d'Eau (cf. La Source-Dieu).
- Que deux Oignons (ou Grenades pour certains) se positionnent de part et d'autre de l'Arbre de Vie aux six-six branches.
- Que la Kundaray (vulgarisé en "Kundalini") s'élève en serpentant dans l'antre du tronc.
- Qu'une BARQUE couronne cet Arbre.
- Que le Pélican nourrissant ses trois petits possède un plumage Bleu



Musée d'Eger, Hongrie. La fresque originale se trouvait à Noszvaj.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Arbre de Vie avec Poires   Jeu 19 Fév 2015, 18:01

Ces Arbres de Vies datant de la seconde moitié du XVIe siècle ont été peints sur le plafond à caissons d’une église réformée à Noszvaj, en Hongrie.

Cette église romane à l’origine fut mentionnée dans des écrits dès 1332. Les boiseries, visibles ici, ont été enlevé de l’église en 1928 et, après restauration, exposées au musée du Château d’Eger, le musée « Dobó István », en mémoire du capitaine du château.



Revenir en haut Aller en bas
 
Arbre de Vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Ambre résine d'arbre fossilisée
» [arbre des séphiroths] subdivisions:
» Arbre abattu sans raison
» St Valentin....... L'arbre des amoureux
» la "méditation de l'arbre"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Elargir son Horizon-
Sauter vers: