ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 absolion...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: absolion...   Mer 29 Avr 2009, 22:33


"Absolion est au-delà de ce qui est, et pourtant, obtient une forme
humaine le temps d'un séjour servant à porter en ces terres les forces immenses
qui régissent l'univers, afin de montrer la matérialité du monde et de son
créateur, qui, s'il est bien plus, est aussi humain.
Tout était ainsi, que le message ne pouvait se sauver sous une forme
habituelle au risque de se perdre, que la nécessité de le transmettre fît qu'une
intégration codée intergénérationnelle, intégrée à des êtres vivants, permettait
de le voir rejaillir régulièrement. Pour celui qui est, il ne pouvait être question
de prendre le risque de voir disparaître la vérité en l'inscrivant dans un
support périssable. En gravant le message en l'homme, en faisant ce qui doit
l’être pour qu'à chacune des générations importantes de l'humanité le message
trouve des supports pour sa diffusion, il était pratiquement certain, qu'un
jour, les choses seraient réalisées comme elles devaient l’être.
Quand l'homme perdait ses dieux, il était alors l'heure que se réveille la voix
de notre Seigneur en des porteurs involontaires qui découvraient soudain leur
intérêt pour la foi, tout en cherchant à renouveler un message devenu plus
humain que divin, ne lui trouvant plus le visage de la vérité présent en leurs
âmes.
Il devenait alors pour ces "marqueurs", urgent d'agir. Sans vraiment saisir la
finalité de leurs actes, ils oeuvraient afin de faire revenir au premier plan
"l'éternel qui est tout", en lieu et place de faux dieux, apparaissant à mesure
que l'ancien message disparaissait progressivement en l'Esprit des hommes.
Car c'est l'éloignement de la source qui rend l'homme agressif, tant sa soif est
grande.
Absolion ne devait laisser place aux mensonges et aux illusions dans le
coeur des hommes. Tous les faux dieux de l'argent, du pouvoir, de l'orgueil,
des religions formatées et de l'ego, laissaient toujours place, à travers le temps,
7
durant une courte période, à l’écriture d'Absolion qui trouvait des formes et
des concepts toujours nouveaux pour réveiller en l'homme sa divinité éternelle.
Ainsi vint en la créature de l’unité, cette idée de Dieu et du sacré.
A chaque nouvelle naissance, était décidé si aux gènes serait rajouté le
"marqueur de réception", afin de nommer ou pas le nouveau venu receveur.
Aucune vanité, aucun orgueil, ne pouvaient être alors en celui qui devenait
marqué, car il agissait toujours sans comprendre que sa mission était un
devoir, comme mû par une action naturelle, une certitude souvent complétée et
renforcée par des signes venus d’un "autre monde".
Ces signes, bien étranges et difficilement compréhensibles parfois, permettaient
de trouver force et courage dans la nouvelle existence que découvrait celui qui
devrait servir sans que jamais le rêve ne le guide, se sachant appartenir à un
Tout proche de celui de quelqu’un dont il ignorait l’essence, et dont jamais
rien de Lui ne lui serait révélé sans en lever les voiles dans la douleur du
cherchant sincère. Souvent, seule la mort se rapprochant à grand pas,
permettait à l’homme de saisir l'instant de toute une vie, lui montrant ainsi
la nécessité de faire pour que l'humanité reçoive ce quelque chose qu’il
approchait comme une grande énigme, dont il savait avec certitude, ne jamais
parvenir à en comprendre la finalité.
Malgré tout, se sentant poussé par une force immense l’incitant à construire, il
se lançait comme on se jette dans le vide, dans l’inconnu, dans le vivant.
Celui que l’Esprit appelait offrait alors le message, non de sa propre création,
qui se situait dans un autre plan, mais de Dieu.
Le message ainsi renouvelé, nécessaire aux constructions futures, pouvait alors
illuminer le monde tel un phénix d’or, évitant ainsi que la race des hommes
n’engendre oeuvres stériles et misère de l'esprit. Ainsi était le cycle.
Que le marqueur travaille à travers les siècles humains ne pourrait jamais
être un problème car, non seulement il ne se souviendrait pas toujours avoir
déjà porté le message, mais en plus, le temps n’existant pas, il ne réalisait pas
forcément la mission que l’homme simple peut imaginer, mais bien une oeuvre
globale pour lui-même au sein de la maison qui était la sienne.
L'Esprit est vivant ; tant que l'homme habite Absolion, rien ne le
détruira. Ceci n’est pas un souhait, mais une vérité. Il en existe beaucoup,
mais de toutes, celle-ci est avant les autres.
8
Au fil du temps, chacun imprima des concepts et forces variables à ce
qu’est le mot foi : des concepts parfois très éloignés du message devant être
perçu. Les hommes ne reçoivent souvent que ce qu'ils peuvent accepter
d'entendre.
Pourtant, l'idée principale, au-delà des cultes, resta toujours la même : la vie
est éternelle et la conception de ce que l'on connaît est l'oeuvre de quelqu'un
que tous nommeront Dieu, non parce que c’est son nom véritable, mais parce
qu’il faut un nom, même à ce qui n’en a pas, afin d’identifier toute chose.
Il est impossible de décrire ce qu’est l’Un ; il est juste acceptable de chercher à
saisir une idée vague de ses desseins. Pourtant, Il nous envoie des messages et
nous devons au moins accepter d’y penser. C’est alors déjà beaucoup, et vous
découvrirez que c’est de penser dont il est question en nos écrits, et non
d’accepter un concept figé. Nous vous disons depuis toujours de vous méfier des
marchands de vérités et, si la science et la foi s’unissent, vous découvrirez que
nous donnions des pistes qui vous mèneront, à votre heure, vers des solutions
qu’il ne tient qu’à l’homme de découvrir. Nous pouvons vous promettre que
c’est l’Esprit qui survivra, non la matière dont vous êtes faits, qui n’est qu’un
peu d’eau et d'éléments, dont vous dominerez un jour le fonctionnement.
Se savoir si peu de choses, est-ce comprendre l’homme et sa véritable
nature ? Dans les rêves et dans l’Esprit en état de veille, se trouve une porte
vers un ailleurs si riche qu’il transcende la nature que vous croyez vôtre.
Vous existez aussi hors de vous, et vous l’expliquer aussi brutalement ne
peut être compris. Au moins l’avons-nous inscrit. Quoi qu’il en soit, ne
prenez jamais nos écrits pour des écrits d’une autre nature que ce qu’ils sont.
Ne vous laissez jamais entraîner vers des quêtes aussi dangereuses pour votre
équilibre que stériles pour l’humanité. Pensez et pensez encore.
Vous découvrirez un trésor bien plus beau que vous ne l’imaginez.
Plus le temps se déplace entre deux messages, plus la lumière s'éloigne et
se consume au fil des dogmes et interprétations humaines, souvent édifiées non
pour la grandeur de Dieu, mais pour la grandeur de certains hommes.
Alors les lieux de culte se vident et les dogmes s'écroulent. Comme à chaque
fois, un nouveau message est offert, une nouvelle histoire commence.
L'humanité suit son destin et Dieu l'accompagne comme un père aimant et
présent.
Peu importe qu'un receveur soit oublié puisque seul le message compte.
9
Peu importe au receveur de mourir dans l'oubli, puisqu'il agit non pour lui,
mais pour tous ; pour répondre, non à une volonté quelconque de sa part,
mais simplement à ce qu'il est, et ne peut nier.
Alors les forces se régénèrent et revient le temps des beautés de la foi.
Plus tard, viendra le temps des premiers dogmes et des outrances humaines
commises au nom du créateur. Puis de nouveau, il faudra faire revivre le
message. Pendant ce temps des sociétés se feront, se déconstruiront, et l'homme,
toujours en évolution, pourra continuer sa route qui n'est pas de terminer en
cette terre, mais de se véhiculer par et hors la matière en de nombreux
systèmes encore à découvrir, avant que le lieu qui l’héberge aujourd’hui, à son
tour, comme les dogmes, ne disparaisse.
Le cycle est ainsi, et, si vous regardez l'histoire des cultes vous
comprendrez combien il est vain de se disputer telle ou telle vérité à ce niveau,
puisque rien ne restera des ces croyances dans plusieurs millénaires ; à peine
quelques souvenirs archéologiques se trouvant en de nombreux musées,
regardés par des enfants ignorants, comme autant de souvenirs historiques et
non comme les traces d'une ferveur religieuse. Alors, restons-en toujours au
message et construisons ce qui fut promis à l'homme : son éternité.
Nous avons donné jadis les signes et nous en donnons encore, sous forme
de symboles dans les écrits qui suivent.
Le "Nous", synonyme du "Je", employé dans ce texte, s’expliquera au fil
d’Absolion.
Nous allons commencer la rédaction d'Absolion qui doit vous montrer une
route qu'il n'appartient qu'aux hommes de foi de suivre. Car, il faudra force
et abnégation pour réaliser l'oeuvre qui précède l’entrée en l’éternité promise,
sans en dénaturer le message, comme cela fut malheureusement le cas depuis
toujours.
Amis, l’Esprit est vivant et vous êtes en l’Esprit.
Amis, Dieu existe et, l’intelligence supérieure de ce qu’Il est vous montre de
quelles beautés Il est capable en la compréhension des équations
mathématiques de la création. Etonnez-vous en étudiant les choses de la
nature qu’il vous offre à explorer. Le système qui organise le tout, organise
aussi la croissance de ce qui vous est proche. Ce que vivent les planètes est ce
que vit votre jardin.
1 0
Etudiez, encore et toujours, car, comme le blé reste graine en hiver,
vous devrez rester graine pendant le grand voyage. Ne pensez jamais que seul
ce qui se voit est.
Il existe bien plus que l’évidence ou la superstition, mais c’est par elles que
tout commence."
Copyright ©2007
P.J. Oune
pour

L’Alliance spirite
et l’Osl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: absolion...   Mer 29 Avr 2009, 22:42


La société des "hommes-lumière"
"C'est un monde, c'est un univers, c’est au-delà des rêves et du visible.
Dans les brumes de l'angoisse qui occupe l'esprit humain tant il se perd à
chercher ce qui se trouve au bord de sa vie, il est un monde que l'on nomme
Absolion et qui lui est propre. Quand les récifs de l'ignorance poussent la race
vers toujours plus de doutes, donc de haine et d'intolérance, il existe un monde
de paix et d'amour qui permet de retrouver l'éternité de chacun en y allant
porter la vie de l'Esprit, et tout ce qui est en quête d'amour et de beau dans le
coeur des enfants de Dieu.
Au commencement, il faut trouver ce que l'Esprit a mis en chacun lors
de sa conception et qui jaillit en lui le jour de sa naissance véritable :
l'Esprit lui-même. C'est de l'Esprit vivant que naît la clé qui ouvre la porte
d'Absolion permettant que se transporte par-delà tout ce qui existe, l'homme
éternel et multiple.
Quand celui qui a suivi le chemin par la réflexion et la pensée libre peut
prétendre entrer en ce monde, il voit que si tout paraissait difficile, il était en
fait d'une grande évidence qu'il se retrouve ici un jour. Tout est fait pour que
l'homme entre en la cité par la porte de l'arbre, quand il sait qu'il est devenu
la racine et la sève, le visible et l'invisible.
L'oiseau n'est pas plus libre que l'homme et aucun n'est puissant, car
aucun n'est en paix sur terre. En Absolion, personne n'est puissant car
personne ne le souhaite ; la paix y règne en une douce ferveur de la foi éveillée
aux vérités éternelles. Tout est différent ici.
Au commencement du voyage il est un Esprit vivant et fidèle aux lois
invisibles.
1 2
Portée par des temps de discorde et de haine en une vie triste et solitaire,
l'humanité cherche comment redevenir ce qu'elle est véritablement, et, parce
que le cycle de la vie le demande, une nouvelle génération de naissants
marqués et courageux, se dirige vers Absolion en quête d'une nation
permettant de vaincre l'égoïste ennemi qui menace toute forme de vie dans le
visible.
Personne ne trouve personne par hasard : ceux qui se reconnaîtront sur
le même chemin sauront qu'ils n'y sont pas venus sans avoir auparavant tous
commencé, un jour, une recherche personnelle et souvent douloureuse.
C'est un appel, une voix sourde et puissante qui fait qu'on ne se trouve
point d'ici sans être d'ailleurs, sans en avoir trouvé les clés, sans avoir ouvert
son coeur au phénix et à l'aigle, pour autant que de tous les voeux, ce soit celui
de Dieu, qui soit l'unique espoir jamais osé.
Or, il est de nombreux dangers qui se profilent à l'horizon et
nombreuses sont les couleurs de la vérité qu'il faudra refuser pour que la seule
vérité d'Absolion puisse entrer en vos coeurs.
Il n'est pas ici question d'enseigner une vérité unique, mais plutôt de
mettre en garde contre la vérité qu'on nous dit. Certains vous diront
qu'Absolion ne peut être construite qu'avec une seule vérité, car il faut un
plan unique pour une si belle cité ; nous vous mettons en garde contre cette
vérité-là, et nous vous dirons aussi, qu’au-delà de la vérité, Absolion est bien
davantage que quelques murs ; bien davantage qu’un monde tout entier.
Si Absolion n'était qu'une cité, si elle n'était qu'un peuple, si elle
n'était qu'une religion ou qu'un continent, elle ne serait rien et serait, demain,
aussi morte que tout ce qui vit dans la déjà longue histoire du visible.
Absolion est ouverte à tous mais n'appartient qu'aux hommes de
Dieu. Tous sont présents depuis la nuit des temps pour surveiller que le seul
endroit sacré de l'univers ne soit jamais entaché des erreurs mentionnées
précédemment.
Absolion est un tout unique et vivant. Alors qu'on peut tout détruire
dans le monde que vous connaissez, les enfants de Dieu qui entreront en
Absolion ne pourront que construire.
On ne croit souvent que ce que l'on voit et, personne ne peut en ce
moment, ici, faute d'avoir été reçu dans l’ordre, penser qu'une telle
1 3
construction existe en des terres humaines ; qu'il ne peut s'agir que d'un rêve
et, pourquoi pas, d'une folie.
Il n'est pas question, en cette heure, de trouver en vos Esprits une
imagination que souvent beaucoup ont renoncé à faire vivre en eux, faute de
savoir comment l'utiliser dans un monde qui demande plus aux hommes de
vivre comme des morts, qu'aux morts de parler aux vivants. Ce n’est pas le
propos de l’Esprit maintenant. Il n’est pas question encore, de vous demander
l’interprétation de vos rêves, car l’autre vous-même qui existe vraiment en
dehors du conscient vous est inconnu, faute d’avoir étudié avec sérieux ce qui
est apparu à tort comme peu intéressant, et qui pourtant, sera une étape
prochaine dans les résultats positifs de la science. Il est d’ailleurs bien temps
de s’interroger sur cette énigme qu’est le rêve, puisque le visible devient si
prévisible, que c’est en cet autre lieu que se trouve certainement une partie de
votre futur bien-être en ces terres humaines. Mais nous sommes en Absolion
bien plus loin encore. Il ne sera pas non plus question, en ces écrits, de vous
donner une force que vous ne pourrez trouver ailleurs, qu'en un chemin
spirituel envisagé avec pureté et espoir. Sans cette démarche sincère, aucune
porte d'Absolion ne pourra s'ouvrir devant vous et l’ordre ne pourra donc
vous accueillir demain.
− Mais de quoi est-il question, que je comprenne dans l'instant ?
Qu'est-ce que cette histoire qui ne semble mener à rien de ce que je connais et
qui pourtant veut me dire quelque chose que je ne saisis pas ?
Est-ce l’oeuvre d'un fou ou d'un illuminé, est-ce l'oeuvre de quelque esprit en
mal de parler et de faire une farce à l'humanité perdue dont je suis un
enfant ?
Que me veut-on à la fin ?
Certes je cherche, mais je ne demande pourtant point la folie ; juste une
réponse à la douloureuse question de la vie et de ses souffrances !
Absolion est toujours une patiente souveraine, un endroit qui ne cherche
que le bonheur des hommes.
Absolion est la cité des hommes-lumière, le jugement de toute l'histoire.
Absolion est l'Esprit qui vit en vous et qui est plus que vous.
Absolion est tout ce que vous ne pouvez imaginer encore, car Absolion existe,
et vous ne savez point ce qui existe.
1 4
Mais, viendra un jour le temps pour tous les fidèles d'en ouvrir les
portes. On entre par un arbre dont les branches mènent à tous les grands
domaines de l'Absolion qui sont 5 pour l’éternité, et sans nombre pour les
variations vibratoires.
Si la porte ne s'ouvre pas en l’instant pour l’impatient, c’est peut-être
parce qu'il ne faut jamais vouloir entrer tant que l'on ne sait pas pourquoi
l'on cherche, que l'on ne sait pas "ne pas savoir", que l’on oublie la sincérité
et la foi en l’Esprit créateur qui lit en chacun mieux que vous ne pourriez le
faire en une analyse compliquée. Car Il est vos passés, présents et avenirs.
L’humilité est en celui qui contemple l’oeuvre de Dieu, car il n’en est qu’une
partie et doit apprendre sans relâche.
Oublier qu'il existe une force invisible et pourtant bien réelle dans ce
monde, une force qui lie tout ce qui existe, offre communication et communion
en Dieu, entre les hommes, c'est oublier de chercher la route qui mène vers
Absolion.
Refuser l'éternité et la connaissance, c'est prendre la route d'Absolion
sans aucune raison et hors de la raison qui n'est pas de penser sans être.
Etre, c'est penser et donc voir ce qui est, tout ce qui est ;
c'est se débarrasser des conditionnements qui ont montré les limites d'une
fausse facilité ayant transformé la vie de ceux qui renoncent en un long couloir
d'attente, en une mort les yeux ouverts.
Ceux qui se disent heureux peuvent ne pas chercher Absolion ;
mais qui l’est ?
Ceux qui cherchent, chercheront un jour Absolion.
C'est un fait que tout est une élévation de l'Esprit et une gnose
universelle.
Parce que l'homme est ainsi et qu'il ne peut en être autrement,
tous chercheront et beaucoup trouveront en Dieu, le chemin d'Absolion."
1 5
LETTRE 1
Le chemin de l’éternel
"C'est une plaine aux couleurs merveilleuses et aux bruits
enfantins. Dans les rires se berce une jeune femme dont on voit
immédiatement que tous sont le fruit de son être véritable,
unifié en Dieu. La paix est en elle, aucun tourment ne la hante car
elle a trouvé le grand secret.
Ma visite en Absolion ne fut pas vaine, pense-t-elle, en
contemplant derrière le visible le merveilleux de la vie quand il est
porteur de sens. Tout est maintenant en ordre pour que je puisse,
à mon tour, montrer le chemin de lumière à mes enfants.
Elle sait qu’elle donna la vie en donnant sa chair mais qu’elle
ferait don d’éternité en montrant la route d’Absolion à ceux
qu’elle aime plus que tout. Elle se pose pourtant la question de la
forme, se rappelle ce que son maître disait : à savoir que chaque
âge étant en Absolion, l’histoire ne serait la même pour tous et les
portes placées en des endroits bien différents, selon les heures de
la vie. Malgré tout, l’Esprit créateur en elle proposa il y a peu de
temps que la liberté s’offre le plus tôt possible aux enfants de
celle qui est aimée de Dieu.
Ce soir, enfin, elle se sent prête.
Nej, c’était son nom, décida de commencer à narrer une
longue histoire, de ces histoires que l'on conte un peu chaque
soir, jusqu'à ce que l'enfant apprenne qu'il est parfois bon
d'attendre avec impatience la suite d'un récit qui sera un jour celui
de sa propre légende.
...
[size=7][size=7]1 6
Si vous désirez acquérir cet ouvrage, veuillez vous
adresser à l’association « Esprit d’Alliance » en
recopiant le lien ci-dessous dans votre navigateur :
http://www.espritdalliance.org
Editeur : Editeur indépendant

Pages : 208
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: absolion...   Mer 29 Avr 2009, 23:04

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: absolion...   

Revenir en haut Aller en bas
 
absolion...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Elargir son Horizon-
Sauter vers: