ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Christ: Sauveur des pécheurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Christ: Sauveur des pécheurs   Dim 03 Mai 2009, 15:24

Bonjour à toutes et tous,


Christ est dialectiquement la référence identitaire collective, l'"oint", l'identité collective qui occupe la position du Fils éternel, le Superprédateur Sacré témoignant de l'ineffable Beauté du potentiel collectif.

C'est le point central du Tao, dans son aspect de pivot des phases identitaires, d'axe central de la dynamique des polarités sexuées.

En tant que référence identitaire, c'est donc le point d'appui sur lequel repose forcément toute possibilité de discrimination identitaire, de déconfusion dualiste.

Le péché est tout simplement la confusion symbiotique, le mélange identitaire, issu de l'immaturité inévitable de l'origine. Le péché originel n'est "que" cela: la confusion symbiotique inévitable entre l'être humain et son Créateur.

Mais il n'y a pas de symbiose inverse entre le (Couple) Créateur et l'être humain, et de ce fait, la gestion de la symbiose humaine doit se faire en "interne", et c'est pourquoi l'être humain est entré en confusion avec lui-même, avec ses semblables.

Nous portons donc, par notre nature "adultère" pour reprencre une expression consacrée, l'écho de la confusion originelle à travers notre confusion relationnelle actuelle.

Et donc pour nous décontaminer de cette confusion, nous devons actualiser le péché originel, qu'on pourrait appeler le refoulement originel (de la complémentarité, l'Arbre de la Connaissance de la complémentarité ayant été travesti en Arbre de la pseudo-Connaissance du clivage Bien-Mal).

Notre nature de pécheur est donc adultère parce que nous vivons dans la confusion des identités, par absence de responsabilisation collective, par méconnaissance de l'interpénétration universelle, et donc par confusion identitaire entre soi et autrui.

Mais celui qui se reconnaît pécheur, qui s'avoue à lui-même sa contamination, par sa faiblesse personnelle (car la Personne est faible sans l'intégration collectiviste intérieure), pose un acte intérieur fondamentalement authentifiant, véridique: il accepte de voir sa faiblesse personnelle incontrounable, et alors Christ, la référence identitaire collective et universelle, pourra être reconnu intérieurement, et apportera l'intégration de la puissance collectiviste en réponse à la reconnaissance de la faiblesse personnelle.


En vérité, la plupart des êtres humains vivent dans le refoulement permanent de leur faiblesse personnelle, jusqu'à ce qu'ils soient rappelés à eux-mêmes par une dépression sévère, mais peut-être salvatrice s'ils l'abordent avec ouverture et conscience, ou bien s'ils refusent et s'"encoquent" complètement, jusqu'à ce qu'ils dérivent vers la négation intégrale d'eux-mêmes et des autres.

L'ensemble des refoulements de la responsabilisation collective engendre une pression collectiviste, formée par la totalité des forces refoulées vers l'intérieur, vers l'inconscient. Et puisque l'intégralité des êtres humains incarnés ne réalise qu'un équilibre transitoire instable des polarités internes et externes, il y a chez tous les êtres humains une latence à se faire emporter par la pression de la déresponsabilisation collective.

C'est pourquoi de façon récurrente, les gens "pètent un câble", même ceux qui semblaient "normaux". En réalité, nul n'est à l'abri de quoi que ce soit, sans intégration de l'éthique christique, qui passe par la reconnaissance et l'acceptation de la faiblesse personnelle: Christ, l'Autre, Sauve celles et ceux qui sont assez humbles pour se reconnaître personnellement faibles sans la signification du potentiel collectif.

Christ est en Lui-même cette signification, et on peut dès lors comprendre facilement le chemin dialectique qui mène de la reconnaissance de la faiblesse personnelle, à la reconnaissance de la signification du potentiel collectif, et enfin à la mise en oeuvre salvatrice de ce dernier.


Néanmoins, la grande majorité des personnes incarnées vivent dans le rejet systématique de la responsabilisation collective, et se protègent tant bien que mal de la pression collective refoulée en se barricadant, en construisant autant de protections illusoires qu'elles sont exacerbées.

Ainsi, le jugement moral et la condamnation, de justice et de la foule, n'est qu'un processus par lequel un être ayant chûté par faiblesse, est utilisé comme bouc émissaire par la masse et le système afin de tenter d'exorciser la précarité de tout un chacun dans sa propre faiblesse non reconnue, non acceptée.

Car tout le monde ici SAIT, même s'il ne se l'avoue pas, protégé par ses procédés stratagémiques de refoulement, que nul n'est hors de portée de la pression collective refoulée, que nul n'est fort en tant que Personne, que n'importe qui peut dérailler s'il n'est soutenu par la signification collective, christique.

Alors le problème est que celui qui déraille fait peur, parce qu'il montre ce que tout le monde sait, mais que personne ne veut voir. Alors celui qui déraille est récupéré par les procédés de refoulement, qui l'intègrent dans le refoulement, par l'entremise d'un clivage moral et d'une condamnation exorcisante, pour un temps...

Mais jamais la culpabilisation, ni le jugement, ni la condamnation, ne permettent le Salut christique, et au contraire, maintiennent la confusion par clivage, et donc la symbiose, le péché, en interdisant la reconnaissance de la faiblesse personnelle. La justice et la morale humaines ne sont guère avec Christ...


Dans la confusion de justice, on investit plus d'énergie dans la cristallisation du passé, que dans l'actualisation du présent et la sécurisation du futur. N'est-il pas flagrant que nos systèmes de justice n'ont jamais été justes, et que, simple exemple, la sécurité des victimes est toujours caduque? N'est-il pas évident qu'à côté d'un système culpabilisant, moralisateur, condamnateur dans sa formulation, il s'agit aussi d'un système, soit terriblement laxiste, soit extrémiste, dans sa mise en oeuvre?


Tout simplement parce que la justice humaine n'est pas fondée sur l'éthique, mais sur une doctrine morale, ne s'appuie par sur le respect de la Personne dans tous les cas, sur la Vertu de la reconnaissance de la faiblaisse personnelle et de la responsabilisation collective, mais sur le clivage illusoirement exorcisant de la condamnation des boucs émissaires de la pression collective refoulée. De ce fait, elle manque de cohérence et témoigne de nombreuses contradictions.


En Vérité, à chaque fois que la justice humaine condamne, elle "tue" Christ une fois de plus.


Inévitablement, pour chaque événement dramatique dans le monde, chacun d'entre nous peut être pris en flagrant délit la main dans l'engrenage, dans notre petite participation respective par déresponsabilisation.

La déresponsabilisation rend responsable (pas coupable) à titre personnel, alors que la (vraie) responsabilisation (christique, collective), décharge de la responsabilité personnelle.

Etre dans la reconnaissance de notre faiblesse, personnelle, et donc hors de tout jugement ou condamnation d'autrui, permet d'être avec Christ, Sauvé par la responsabilisation collective, et donc de ne plus être co-reponsables des drames du monde, mais d'être effectivement actif dans l'actualisation harmonique du monde, par responsabilisation collective.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
 
Christ: Sauveur des pécheurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La tunique de Notre Bien-Aimé Seigneur Jésus Christ Sauveur
» Mois de juillet : mois consacré au Précieux Sang de Jésus.
» Une icône du Christ Sauveur a exsudé une huile parfumée à Karataou, au Kazakhstan, le 15 janvier 2017
» Une vraie lettre de notre Sauveur Jésus-Christ
» Le mystère des 30 ans de vie cachée du Christ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: