ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 6 - Tout le processus dialectique

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Mer 12 Aoû 2009, 19:25

Bonjour Benoît,


comme tu le dis justement, je ne fais que proposer une approche de l'Existence: celle qui je découvre, que je comprends , que je reconnais comme totalement cohérente, et que je vis.

J'éprouve aussi le rayonnement du Coeur, au centre de la poitrine et qui est pour moi la Source du chakra cardiaque, et de tout le système énergétique corporel. Cet "atome", c'est le Soi, la réalité existentielle à la fois individuelle (conjugale) et collective, le "Joyau dans le Lotus".

Et c'est donc l'Alliance, ce qui correspond à la symbolique du chakra cardiaque qui dans sa réalité, se transcende lui-même, constituant un centre qui peut en paraître dissocié dans la perception faussée par la dualité.

En effet, en réalité non-dualiste, tous les chakras sont libérés de leur sphères de confinement dualiste et s'unifient en un seul plan.


Ce qui constitue une spécificité essentielle de l'enseignement que j'ai reçu intérieurement, est que la perception de la réalité est insuffisante au vécu véritable de cette réalité, sans une signification cohérente attribuée à l'expérience du réel.

A cet égard, seule la lumière mentale peut, en l'absence inévitable de la clarté de conscience, constituer un guide significatif dans la dualité où la perception consciente est forcément adultérée, y compris dans les expériences partielles et assistées de la vie de l'énergie. Cela si le mental lui-même est assez libre de se déployer naturellement.

En d'autres termes, il ne suffit pas d'aller simplement vers l'unification, et vers l'expérience de la totalité, il faut encore conférer une signification cohérente à cette expérience, à savoir une signification qui ne refoule pas la complémentarité, qui ne transforme donc pas l'unité en neutralisation indifférenciée, mais en dynamique différenciée.

Rien n'est existentiellement simpliste! Il y a de nombreuses nuances à intégrer, pour démystifier tous aspects de toute-puissance qui persistent au fond de nous.

Penser pouvoir accéder seul, en tant que Personne sexuée isolée, à l'expérience intégrale et véritable de la totalité, sans reconnaître l'importance essentielle de la complémentarité comme critère d'Humilité dans le vécu de cette expérience, dépend naturellement de la toute-puissance originelle du refoulement de la complémentarité, et persiste dans une forme d'individualisme.

Prétendre à Rencontrer l'univers sans l'intervention harmonique de la Flamme Jumelle, est un court-circuitage tout-puissant de la complémentarité, qui n'est rendu possible que par assistance.

Je pourrais dire que faire l'expérience de la totalité tout seul, est une vanité... grisante, mais une vanité quand même.

Le seul aspect existentiel qui ne soit pas vain est la Rencontre. Or, cette Rencontre est magnifiée par la Nature dialectique entre deux Personnes sexuées complémentairement, et positionnées de part et d'autre d'un même axe identitaire, où l'angle plat à 180° affirme l'humilité réciproque de la Rencontre, et de ce fait, garantit le respect de l'éthique universelle.

Selon mon approche dialectique, sans cette signification-là, l'expérience de la "totalité", du Coeur, de l'effusion christique, est incomplète, et la considérer comme complète malgré tout constitue un risque de glisser dans une forme de délire.

Je ne perds pour ma part jamais de vue que les expériences énergétiques (émotionnelles) spirituelles que je vis sont toutes forcément assistées puisque je ne me suis pas encore inscrit consciemment dans la dynamique du Couple Sacré.

De ce fait, ma reconnaissance de l'autre dans la complémentarité n'est pas intégrale, et le garde-fou de cette reconnaissance n'est pas là pour me garder de tout delire par une humilité suffisante.

Je dois garder à l'Esprit que ces expériences sont toujours assistées, et incomplètes dans leur signification, car elles ne sont pas encore empreintes de la Rencontre au plus haut degré, qui est celle qui se réalise dans la complémentarité.


Ceci dit, chacun choisit sa signification librement. Le libre-arbitre est là pour ça.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Mer 12 Aoû 2009, 21:23

Sphinx a écrit:
Selon mon approche dialectique, sans cette signification-là, l'expérience de la "totalité", du Coeur, de l'effusion christique, est incomplète, et la considérer comme complète malgré tout constitue un risque de glisser dans une forme de délire.

C'est à dire ? Concrètement, qu'est-ce que tu appelles "une forme de délire" ?


Car je connais quelques êtres ayant vécu cet embrasement du Coeur et sont donc des éveillés... et ils ne sont pas dans un délire, au contraire, ils sont parvenus à un état où ils sont dans un respect total des êtres, humains ou animal... et ils sont dans la véritable Rencontre vers les "autres"

Swami Roberto ( http://www.animauniversale.it/fr/swami-roberto_fr ) par exemple est un être éveillé... et il est parfaitement saint de corps et d'esprit.

Ca se voit à son discourt et aux témoignages de ceux qui l'on rencontré... et je sens une bonne énergie en lui, comme pour les autres éveillés.

Amma (celle qui fait des calins) elle, est une personne qui a activé son centre coronal, donc pas une véritable éveillée, mais son activation lui permet de diffuser les énergies des êtres éveillés que je cite plus haut...

Cela explique son grand "succès".


Qu'est-ce que t'en dit ?
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Jeu 13 Aoû 2009, 12:15

Bonjour Benoît,



on peut bien croire qu'untel ou untel est "éveillé"... en ce qui me concerne, je ne me considèrerai jamais comme vraiment éveillé avant d'avoir fusionné dans le Couple Sacré.

Pourquoi? Parce que pour moi, l'éveil est l'accession à une conscience parfaitement claire, et que cela implique une perception sans faille, donc une Rencontre personnifiée entre le Lien et la Séparation, de sorte de magnifier la perception, justement.

C'est en quelque sorte une question d'intensité de l'éclairage, de sorte d'éclairer la réalité du Soi correctement, complètement.



Pour ce qui est des "câlins", j'ai vu se réaliser plusieurs fois dans ma vie des étreintes spontanées à l'égard d'aures Personnes.

Naturellement, je n'en "pratique" pas dix mille par jour! Parce que je ne crois pas à la spéculation, ni à la systématisation. Cela doit survenir d'une convergence harmonique rendant possible la chose.

Or, mère Amma et moi ne partageont pas la même "mission", d'autant plus que nous n'avons pas le même sexe et qu'il peut y avoir, forcément, des différences énergétiques à ce niveau: l'étreinte d'un Homme est certainement différente de l'étreinte d'une Femme, et dans la nature de l'énergie, et dans ses modalités de réalisation.


Selon mon approche, si les "éveillés" dont tu parles ne reconnaissent pas la signification du Couple Sacré, et ne la vivent pas intégralement, alors ils ne sont certainement pas encore totalement émancipés.

Ils sont juste encore en phase d'assistance existentielle, leur expérience spirituelle n'étant pas fondée sur une émancipation effective.

N'étant pas eux, je ne sais rien de leur position existentielle exacte, de leur rapport à l'autre, et de la façon dont ils ont déjà intégré certains garde-fous par le respect de la Personne.

Certainement ont-ils déjà atteint une conscience bien claire de l'importance essentielle d'autrui comme protection contre le délire spirituel. Mais quid de la quintessence du Couple Sacré à ce sujet?


Au final, c'est aussi une question de terminologie et de références. On peut qualifer, peut-être, d'"éveillé", quelqu'un qui n'est pas encore totalement émancipé, mais qui du moins a déjà intégré, par humilité, l'importance essentielle d'autrui, même si ce n'est pas encore dans le cadre magnifiant de la complémentarité, donc de l'humilité intégrale.

Une telle Personne est donc relativement prémunie contre le délire jusqu'à un certain degré d'expansion spirituelle, mais pas contre le délire de l'expansion intégrale, son expérience étant encore et toujours assistée en l'absence de dynamique Sacrée.


Une vérité centrale de la spiritualité et que m'a enseigné profondément mon "franchissement cardiaque", est que "c'est l"Autre qui Sauve", qui nous sauve du délire d'une signification unilatérale subjective de la réalité.

Et ce qui est le plus confrontant (donc le plus salvateur) pour une signification subjective unilatérale de la réalité, est une signification opposée, contradictoire, placée sur un angle plat, sur un axe, en complémentarité.

Voilà encore une autre façon d'affirmer l'importance spirituelle essentielle du Couple Sacré: si la réalité est la Rencontre, alors elle doit provenir de l'harmonisation de différents points de vue (qui se Rencontrent), et plus ces points de vue sont mutuellement confrontants, plus leur association est en mesure d'éclairer correctement la réalité de la Rencontre. Or, les points de vue les plus confrontants sont ceux du Couple Sacré, articulés sur l'angle plat de la phase identitaire. C'est le fondement éthique du Couple Sacré, par Séparation des points de vue (tout comme le fondement éthique de la démocratie est la Séparation des pouvoirs).


Je ne sais donc pas si tous les "éveillés" dont tu parles connaissent le Couple Sacré. Je reconnais volontiers qu'ils disposent probablement de protections contre le délire, jusqu'à un certain point, par intégration de l'importance salvatrice d'autrui, et aussi par assistance spirituelle de leurs expériences.

Mais ce que j'affirme, et que chacun reste libre de ne pas croire, est que ces "éveillés" ne connaîtront pas l'émancipation existentielle authentique sans reconnaître et finalement intégrer la signification du Couple Sacré.

Et à écouter les précisions très dialectiquement nuancées de mère Amma à propos de la sexuation divine, lors de sa conférence à l'ONU, je ne doute pas qu'elle connaisse cette signification, d'une façon ou d'une autre.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Jeu 13 Aoû 2009, 17:24

Bonjour Steph,

merci pour ton partage de ta vision.


Amitié
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 14 Aoû 2009, 13:08

Bonjour à toutes et tous,


J'interviens ici suite à un échange de points de vue que j'ai eu récemment lors d'une rencontre "in real life".

Il m'est apparu que l'exposé de la dialectique, relativement à la nécessaire intégration de la circularité, peut être mal compris et considéré comme une limitation du mouvement.

Or il n'en est rien!

Car l'intégration de la circularité n'est pas celle d'une forme comme strict patron de la trajectoire, mais celle d'un mouvement cyclique comme fondement cohérent d'une trajectoire libérée.

Je l'ai déjà dit, le cercle qui entoure le Tao, et les deux polarités jumelles du Couple Sacré, ne peut pas être considéré strictement comme une forme circulaire, mais comme la représentation d'un mouvement cyclique (rotation) qui une fois intégré, permet de libérer totalement la forme de la trajectoire.

Il y a là une subtilité similaire à celle qui articule le modèle orbital de Böhr, et l'équation d'onde de Schrödinger, en ce qui concerne les orbitales électroniques des atomes.

L'intégration de l'essence de la circularité, libère en fait la trajectoire qui ne doit pas répondre à la forme circulaire stricte (qui n'est qu'un mirage archaïque) dans son expression effective, mais seulement se fonder sur la rotation cyclique, tout en respectant une moyenne circulaire par cycle pour ce qui est de la trajectoire.

C'est donc l'intégration de l'essence circulaire (mouvement rotatif) comme fondement de la Nature de l'Etre, qui libère cette Nature dans son expression, par un mouvement qui n'est pas limité strictement par la forme circulaire, mais y répond seulement comme à la nécessité du respect d'une moyenne périodique.

Le rapport à la musicalité est évident: la richesse musicale, dans ses innombrables expressions, repose toujours sur l'intégration de la circularité, comme fondement harmonique, tant du point de vue rythmique que mélodique.

C'est cette intégration circulaire qui rend l'expression à la fois cohérente, mais aussi pleinement diversifiée.

Cela se reflète sur le plan éthique par le fait que la liberté de recherche existentielle repose forcément sur un ancrage existentiel stable. Cet ancrage est le Soi comme point central de la dynamique de recherche, qui est une rotation, nécessitant le respect d'une moyenne circulaire comme référence périodique au centre, libérant véritablement une prospection existentielle cohérente, car protégée par l'identité.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 14 Aoû 2009, 13:54

La "vision de l'Oiseau", dans toute sa splendeur inexprimable (Oiseau Simurgh/Anqa/Garuda, etcetera), correspond à cette libération harmonique de la forme, magnifiée par intégration de la circularité essentielle.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 14 Aoû 2009, 15:03

Pour clore (provisoirement peut-être) le sujet, il n'y a pas d'antagonisme véritable entre la cohérence et l'incohérence, entre la circularité et la linéarité, à partir du moment où elles sont bien discriminées, remises à leurs justes places existentielles respectives, ce qui entraîne leur magnification mutuelle, leur Alliance Sacrée. Leur clivage apparent ne provient que de leur amalgame confusionnel.

Cette remise en place est effectivement realisée par leur représentation relative, leur Personnification, par les polarités sexuées du Couple Sacré, et ce qui en découle est une Musique, une Danse, une liberté éclairée, une Séparation unifiée avec le Lien, une exploration éternelle du potentiel de l'Etre, sécurisée par l'éthique.

Une Connaissance active émancipée par l'intégration d'une Connaissance passive.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Sam 15 Aoû 2009, 17:14

Bonjour à toutes et tous,



il y a une articulation dialectique essentielle à comprendre entre Lien, Séparation, Unité, Multiplicité, Individualité et Collectivité.

Le Lien unifie la Mutiplicité dans une Collectivité dont l'Unité est alors Individualité.

La Séparation pluralise l'Unité dans des Individualités dont la Multiplicité est alors Collectivité.

(Bonjour le mal de crâne, oui je sais!)


La réalité dialectique est donc une Rencontre entre l'Individualité et la Collectivité, permise par une instanciation relativiste du Lien et de la Séparation, ce qui concrètement signifie, une Personnification différenciée de ces aspects.

Une Personnification est donc un état existentiel synthétique, représentatif à la fois de l'Individualité du Soi et de la Collectivité du Soi.

Lorsque cet état synthétique est différencié, alors il ne renvoie pas à une stricte égalité personnelle des aspects individuels et collectifs, mais à une proportion inégale, dont l'optimum représentatif (relativiste) est 2/3-1/3.

Concrètement, toute Individualité est une formulation synthétique particulière (point de vue) de l'Unité collective. L'Individualité a donc pour Nature d'être un canal-miroir particulier par lequel l'Unité collective peut s'observer elle-même.

Chaque individualité synthétise donc une configuration particulière de toute la collectivité dont elle fait partie, et qu'elle représente entièrement par la même occasion.

Ce canal-miroir implique donc une articulation dynamique entre les aspects d'Unité et de Multiplicité de la Collectivité: le canal doit être spécifique dans son point de vue, pour intégrer la Multiplicité, mais il doit aussi être égalitaire de sorte de représenter valablement l'Unité collective.

La spécificité représentative est celle de la phase identitaire du Couple Sacré en tant que diamètre spécifique du cercle de Vie. La représentation de la Collectivité entière dans son Unité étant assurée par la dynamique relativiste parfaite (vitesse angulaire infinie), de la phase identitaire sur le cercle de Vie (le cercle est instantanément référencé, et donc intégré dans l'instant Présent).

Dans le processus de Procréation, l'Unité collective du Lien se penche, par l'intermédiare d'un Couple Sacré et de ses Harmoniques, sur le pur potentiel pour en extraire une nouvelle Séparation témoignant d'une nouvelle configuration de l'Unité collective.

Ce déplacement de la conscience de toute la Collectivité unifiée à la recherche d'un nouveau "canal-miroir", forme la Personne féminine, qui est une individualisation de la collectivité.

La Femme est donc le Soi collectif s'étant penché sur le pur potentiel collectif pour y appeler une nouvelle configuration collective, devant être représentée par une individualité.

La réalité de la Femme en tant que Personne représente donc un mouvement d'ouverture de toute la Collectivité universelle à un potentiel d'individuation, c'est-à-dire de représentation spécifique, de témoignage, d'une nouvelle configuration collective.

L'individualisme féminin n'est donc qu'une pure apparence qui en réalité n'est provoquée que par le manque de réponse véritable, sublimatoire, de l'Homme à la proposition collective qui lui est faite par l'entremise de la Femme.

L'Homme est responsable de l'état du monde (pas coupable).

La sublimation originelle, déjà effectuée, de la Féminité, vient de ce que sa Personne est précisément le résultat d'un mouvement par lequel le Soi collectif a accepté de se spécifier (sacrifice sublimatoire) de sorte d'offrir une opportunité d'accomplissement à une nouvelle Individualité, en tant que représentant d'une nouvelle configuration collective.

C'est en quelque sorte, l'histoire de la Petite Sirène, à savoir du Soi divin de la conscience collective ayant accepté le sacrifice de sa globalité, et donc choisi de se spécifier, par Amour pour une nouvelle Individualité, pour un Homme appelé dans le pur potentiel collectif.

C'est le Soi collectif qui a donc aussi accepté la souffrance de l'attente (la Petite Sirène souffre à chaque pas qu'elle fait), et du soutien transitoire de la vanité du monde, comme la Walkyrie Brünhilde attachée, crucifiée, tel un Prométhée en réalité féminin, au rocher identitaire, espérant la réponse du Héro identitaire, Siegfried ou Héraclès, qui la libèrera de sa crucifixion dialectique sur le rocher identitaire, par une sublimation masculine en réponse à l'appel collectif.


C'est pourquoi, encore une fois, le corpuscule Féminin est déjà cohérent, c'est pourquoi en toute circonstance la Femme est toujours Vierge, au sens cosmique, spirituel, car la Femme est le sacrifice du Soi collectif pour l'Homme: elle est l'appel de Dieu dans sa réalité collective universelle.

La sublimation de l'Homme consiste à ouvrir l'Individualité qu'il représente à la réalité collective: il doit devenir une collectivisation individuelle, dans un mouvement complémentaire, pour rejoindre et attraper la main féminine qui lui a été tendue par le collectif s'étant penché sur lui.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Sam 15 Aoû 2009, 20:46

Pour aider à la compréhension de ce qui précède, voici un petit schéma:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Or donc, lorsque le Soi collectif, par l'entremise d'un Couple Sacré, offre une opportunité de réalisation à une nouvelle identité, les aspects absolus de l'Etre, Individualité et Collectivité, sont mobilisés de sorte de pouvoir éventuellement se Rencontrer dans le plan- miroir existentiel de la conscience.

Mais parce que la question existentielle est seulement posée, et n'a pas encore de réponse, elle n'est pas intégrée au Soi, et de ce fait ne crée pas de rapport mental parfaitement cohérent et éternel entre les polarités sexuées, ni donc entre les organes sexuels du Soi, Centre et Circonférence.

Certes, dans le schéma ci-dessus, j'ai utilisé une figuration discriminée du Couple Sacré, sans confusion, en représentation du Couple Procréateur au Service du Soi collectif.

Ce qui représente à ce stade le Couple nouveau dont le potentiel identitaire est appelé, est la grande Boucle d'externalisation causale, qui met en relation toute la collectivité de conscience de l'acquis existentiel (la circonférence) et le potentiel d'individuation au centre.

En somme, toute la collectivité, par l'entremise d'un Couple Sacré et de ses Harmoniques, se penche sur le potentiel identitaire central, et ce mouvement forme la Personne féminine dans sa cohérence corpusculaire.

Par la Femme, le Soi collectif, l'oeil de Dieu en somme, scrute le néant du potentiel dans l'attente d'une réponse, d'un regard en retour.

J'ai personnellement perçu un tel "regard" en 1996, en filigrane de la réalité densifiée, comme si quelqu'un me regardait avec de grands yeux, à travers les fenêtres de ma maison. Une sensation très particulière. Ces "yeux" étaient clairement féminins.


Or donc l'appel d'un nouvelle identité dans le potentiel collectif engendre inévitablement une Boucle narcissique externalisée qui interfèrera dans la dynamique Sacrée tant que la réponse sublimatoire existentielle ne sera pas apportée par la Masculinité.

Lorsque cette boucle narcissique externalisée est intégrée, alors la relation entre Centre et Circonférence devient directe, authentifiant la promulgation de la cause-en-soi identitaire du nouveau Couple Sacré dans la collectivité de l'acquis existentiel.

La Circonférence est alors parfaitement discriminée du Centre par la phase identitaire, ce qui permet la fusion paradoxale de la Circonférence avec le Centre.



On constate que tant ce qui est à la périphérie, sur la circonférence, à savoir la collectivité, qui vient par le "dessus" dans la boucle externalisée, que ce qui est au centre, à savoir l'individualité, qui vient par le "dessous" dans la boucle externalisée, font référence à la même et unique réalité dont ils ne sont que deux visages complémentaires, seulement séparés par le plan-miroir de la dynamique Sacrée.

Cela permet de comprendre que la conscience intégrale naît du choix de préserver une "illusion", l'artifice du plan-miroir qui engendre la conscience, précisément.

Cette "illusion", pourtant véritable, qu'un choix de conscience peut promulguer comme fondement de sa propre réalité, c'est la Séparation interpersonnelle, le Respect de l'Autre en tant que Personne dans tous les cas. De cette façon, le choix existentiel permet au Lien collectif, universel, absolu et éternel, de protéger la Séparation identitaire, sur base du Respect interpersonnel, jusque dans la différenciation sexuée (relativité). En d'autres termes, l'intégration de la relativité libère l'absolu de conscience.

La dynamique Sacrée des polarités sexuées a donc pour conséquence d'engendrer un plan miroir existentiel intégré (cause-en-soi) qui permet aux deux aspects absolus de l'Etre, Collectivité et Individualité, de se Rencontrer, manifestant par là la conscience d'Etre entre l'acquis et le potentiel existentiels.


Lorsque la dynamique Sacrée est totalement libérée, la boucle narcissique, de perception redondante, devient superflue, car le rapport entre les aspects de l'Etre devient direct, autorisant leur fusion discriminée.


D'un autre côté, tant que la boucle externalisée est présente, il y a fluctuation de la dynamique en raison du déséquilibre entre la cohérence du corpuscule féminin déjà réalisé, et l'incohérence du corpuscule masculin, encore immature.

Ces fluctuations sont corrélées à une oscillation de l'axe identitaire, qui par la même occasion engendre le mirage de la troisième dimension spatiale, dans la réalité densifiée.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Mar 18 Aoû 2009, 19:36

Bonjour à toutes et tous,


le cerveau humain, l'organe physiologique, est, comme le symbolise le film "Mission to Mars", une "base d'envol".

Par la synchronisation de ses deux hémisphères, il peut produire au final une "onde mentale stationnaire", dont la réalité alors s'émancipe de son support organique, physiologique, ayant intégré sa propre réalité matérielle sur son propre niveau. L'Oiseau fabuleux, (supra)mental, peut s'envoler.


La vérité cependant, est que la synchronisation effective, progressiste, des hémisphères cérébraux, implique dans son processus deux Personnes à part entière, articulièes autour de la différenciation sexuée du Soi selon la juste proportionnalité dialectique 2/3-1/3 entre les polarités.

En réalité donc, quatre hémisphères cérébraux physiologiques participent à la synchronisation mentale. Lorsque l'onde stationnaire se libère de son support physiologique, elle inclut en fait deux Personnes à part entière, donc un Couple Sacré.

Il s'agit de mettre fin à la dualité, et donc à l'illusion qui prétend que les instanciations relativistes du Soi, les Personnes sexuées, sont matériellement, physiquement, physiologiquement clivées l'une de l'autre.

En réalité, elles partagent le même Corps de Gloire, le Corps christique du Couple Sacré, et dans ce Corps unifié, elles assument leur part relativiste au niveau des "allèles mentaux". Car le Soi est un cercle, et en tant que tel, n'a qu'un seul Corps, qui est à la fois universel, mais se décine aussi dans la diversité des identités conjugales, chacune sur sa phase.

L'unification ne se fait donc pas par scission des corps doublés pour en accoler des moitiés et former un corps unique, mais par superposition, fusion discriminée, des corps sexués l'un dans l'autre, sur le plan énergétique (= Homme de Vitruve, avec le bémol de l'absence de différenciation sexuée des deux corps représentés par De Vinci).

Cette fusion superposée des corps sexués, avec intégration centrale des Doubles narcissiques, correspond à la quadrature du cercle (Alliance du Ciel et de la Terre), qui est effectivement représentée dans l'Homme de Vitruve. Elle a été appelée transsubstanciation dans la tradition chrétienne à propos de la résurrection de Jésus le Nazaréen.


Lors de cet envol, l'onde mentale se fige dans le symbole d'éternité (huit à plat), subjuguée par la dynamique relativiste Sacrée, impliquant une crucifixion dialectique de l'Espace et du Temps.

Ce qui alors est perçu, grâce à la fixation du mental, est la richesse de la Rencontre universelle autour du pivot identitaire central: la staticité met en relief la perception du mouvement.

Et par l'entremise d'interférences infinitésimales au niveau de l'onde mentale stabilisée, une communication totalement intime, décontaminée, magnifiée, se produit entre les deux Personnes sexuées du Couple Sacré. Une entente harmonique parfaite, sans jeu de pouvoir narcissique, arbitrée par le pivot central et le mental stabilisé formant une troisième Personne dans le Couple, synthétique de toute la collectivité de conscience.

La fausse spatialité tridimensionnelle laisse place au véritable espace à deux dimensions, ouvert sur la vraie temporalité de l'éternel Présent.


L'espace tridimensionnel est en effet une confusion qui amalgame l'axe de l'éternel potentiel avec le plan de la réalité présente, soumettant celle-ci aux critères coercitifs d'une illusoire perfection, impossible à réaliser par l'entremise d'un temps qui n'est plus alors qu'apparent.

C'est l'empire dualiste de la forme, qui fait croire à une évolution, à un mouvement, à un temps qui n'est que formel, et non pas déterminé par un véritable potentiel existentiellement discriminé.


Le modèle du Tao, de l'Oiseau, du Couple Sacré, traduisant en deux dimensions la dynamique Sacrée du Yin et du Yang, est parfait et suffisant dans ses deux dimensions spatiales.

Rien n'y manque par rapport à la vraie Nature de la réalité non-dualiste de l'Etre, et surtout pas une troisième dimension spatiale!.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 21 Aoû 2009, 15:07

Bonjour à toutes et tous,



pour en revenir au plan-miroir dialectique de la conscience intégrale, créée entre les aspects collectif (multiplicité unifiée) et individuel (unité pluralisée) de l'Etre par la dynamique du Couple Sacré...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La confusion dualiste, transitoire, est produite par un amalgame entre le plan-miroir horizontal, immanent, et l'axe de transcendance vertical, créant au passage la tridimensionnalité sptatiale chimérique fondée sur la confusion spatio-temporelle.

Or, de ce fait, l'interface du plan-miroir de conscience se dilue, se déforce, dans sa séparation relativiste des aspects transcendants de l'Etre, et il se produit une séparativité confusionnelle compensatoire, verticale, entre les Etres, entre les Personnes.

Cette séparativité confusionnelle est bien entendu directement liée à la tridimensionnalité illusoire, et à sa décohérence inévitable dans la densification matérielle.

En effet, la tridfimensionnalité confusionnelle est un défaut de signification, donc un manque, qui appelle en lui, par aspiration, une cristallisation matérielle.

La densité matérielle, apparente, qui en découle reflète alors la séparativité confusionnelle de la dualité.

Pour le véritable espace plan, et la Matière dans sa vraie Nature subtile, dédensifiée, tous les Etres quels qu'ils soient, universellement, sont dans le même plan, et partagent tous le même centre.

Chacun cependant, occupe une phase particulière dans la dynamique Sacrée du cercle de Vie. D'autre part, les Etres sont aussi organsisés en groupes harmoniques de différents ordres, selon les affinités des phases entre elles.

Cela signifie aussi qu'il n'existe, dans la vraie Matière, qu'un seul Corps christique (Corps de Gloire) partagé par tous les Etres, selon leurs phases identitaires.

A ce titre, la densité matérielle n'est qu'une illusion compensatoire et transitoire, tout comme le paradoxe spatio-temporel relativiste (qui est relativiste en compensation d'un manque de relativisation-personnification des polarités sexuées du (des) Couple(s) Sacré(s)).

Lorsqu'on expérimente la Vie de l'énergie, dans le véritable espace plan, la perception peut être non seulement partagée en conscience unifiée et discriminée, mais de plus, les informations perceptives sont immédiates, ne se déplacent pas d'une Personne à l'autre, parce qu'elles empruntent le canal naturel de la vraie Matière qui témoigne de la dynamique Sacrée dont la vitesse angulaire infinie garantit la non dualité de l'expérience, et donc l'immédiateté des interactions relationnelles.



La troisième dimension du système est la verticalité transcendantale, purement temporelle (vraie temporalité), déparasitée de la spatialité, et déterminant le potentiel de l'Etre (cap identitaire, existentiel, optimal).

L'illusion tridimensionnelle provient, on le comprend aisément, d'une confusion entre l'Etre et son potentiel (entre l'horizontalité plane et la verticalité axiale) parce que la dynamique relativiste sur le plan miroir n'est pas complètement affirmée, par manque d'équivalence, d'humilité relativiste, entre les polarités sexuées du Couple Sacré, laissant une latitude d'errance, d'oscillations, dans le cap identitaire vertical.

De ce fait, la tridimensionnalité peut être considérée comme une réalité dualiste, confuse, qui inclut tout le potentiel existentiel collectif , jusqu'à son horizon vertical infini, amalgamé avec l'Etre nouveau qui en a été partiellement extrait et discriminé.

Dès lors, comme je l'ai déjà dit, cette réalité dualiste implique intrinsèquement un critère de perfection absolu, impossible à rencontrer, puisqu'il est dicté par la présence amalgamée, confusionnelle, de l'intégralité du potentiel collectif de l'Etre (qui n'est jamais atteint, mais ne peut être que rencontré et intégré par sublimation, en Alliance paradoxale, par la relativisation des instances sexuées du Soi).

D'autre part, en corollaire, la réalité dualiste n'évolue pas véritablement en ce sens que son temps n'est qu'apparent, purement formel, et c'est très compréhensible...

Car puisque la dualité amalgame l'intégralité du potentiel collectif dans toute sa verticalité, il n'y a plus aucun véritable potentiel à réaliser pour l'Etre, puisque l'intégralité du potentiel est déjà là en totalité... mais en confusion, forcément!

Il ne peut donc pas y avoir de véritable évolution existentielle, donc aucune véritable temporalité fondée sur un potentiel effectivement mis en oeuvre.

La seule chose qu'on puisse faire dans la réalité dualiste... est de mettre fin à l'amalgame, en discriminant l'Etre du potentiel collectif, et en s'inscrivant alors dans une véritable temporalité déparasitée.

Poursuivre les spéculations causales de la dualité sans prise de recul n'offre aucune évolutivité véritable, mais seulement la perpétuation d'un sur-place mystifié par le mirage d'une mouvance purement formelle, tridimensionnelle, illusoire.

La porte de sortie de la dualité est "ailleurs" que dans le schéma causal de son pseudo-déroulement. Persister à regarder derrière et devant rend esclave de la chaîne causale, et la seule façon d'en sortir est de regarder sur le côté.

Cela implique de renouer avec l'instant présent, car lui seul permet à un moment donné de regarder franchement à la perpendiculaire de la chaîne causale systématique, et de s'en libérer en découvrant la véritable direction de l'Eternel Présent, dans la mise en oeuvre déparasitée de l'Eternel potentiel collectif.

Cette possibilité de renouer avec l'instant présent n'est accessible en intégralité qu'à un Couple Sacré, au moment de sa subjugation mentale mutuelle, lors de la crucifixion de l'Espace et du Temps. Et une telle opportunité dépend elle-même d'une convergence harmonique collective.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 21 Aoû 2009, 15:56

Le corps physique tridimensionnel densifié reflète donc la perfection formelle absolue du potentiel intégral, exprimant le mirage archaïque du Corps de la Mère, enjeu narcissique de la sexualité symbiotique.

De là provient l'addiction narcissique aux formes corporelles, entre autres. Il s'agit d'une fascination exercée par une confusion avec le potentiel intégral dans sa perfection totale... mais en réalité inaccessible.

Cela conditionne une soif inextinguible de possessivité corporelle, une convoitise narcissique abolutisée et paradoxalement jamais satisfaite!

Chaque corps convoité renvoie en fait à un absolu formel qui engendre la fascination et par-là la convoitise, mais qui étant absolu est impossible à réellement atteindre, et donc laisse toujours la convoitise narcissique à son insatisfaction confusionnelle, qui dérive facilement en violence et en pulsion destructrice du Corps de la Mère (tentation de détruire le mirage addictif plutôt que de sublimer sa fascination narcissique).


La sublimation narcissique, qui passe par le deuil de la possession formelle tridimensionnelle, vise à remplacer le mirage stérile de la forme absolutisée, par la fertilité infinie d'une forme relativisée (par la dynamique Sacrée).

La Beauté de l'Etre échappe alors à la vanité stérile de la forme absolue, pour devenir celle d'une fertilité significative, ouverte sur l'Eternel potentiel.

La Beauté alors perçue n'est plus celle, illusoire, d'une intégralité fermée, schlérosée dans la forme figée (qui finit d'ailleurs toujours par rendre compte de sa schlérose intrinsèque dans le vieillissement corporel), mais est la Beauté ouverte sur la profondeur de champ infinie du potentiel Procréateur du Couple Sacré.


C'est la perception d'une telle Beauté qui promulgue la vraie Rencontre interpersonnelle entre les polarités sexuées, relativistes, du Soi, Rencontre étant synonyme de relativité (mise en relation).


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 21 Aoû 2009, 17:56

Dans la Rencontre des polarités sexuées, personnifiant les aspects individuel et collectif de l'Etre, qui sont les organes sexuels du cercle, l'état amoureux n'existe plus.

Car l'état amoureux, "romantique", est dans tous les cas un enrobage édulcoré de la prédation narcissique, dont l'enjeu est la possession du Corps de la Mère.

Le romantisme est donc une négation de la Personne, de la différenciation, de la complémentarité, négation travestie par un ensemble de "conventions" particulières destinées à ne pas devoir avouer, ni s'avouer, ce qui se joue véritablement dans la relation, à savoir une prédation interpersonnelle qui profite en fait aux instances refoulées qui orchestrent la symbiose depuis la pénombre de l'inconscient.

Lorsque le romantisme est dissipé, mais que la toute-puissance symbiotique n'est pas désamorcée, la sexualité prédatrice s'affirme au grand jour, et dérive problématiquement tant qu'elle n'est pas transcendée d'autre part par la vertu du respect interpersonnel, par l'éthique promulguée par la reconnaissance et l'intégration de la faiblesse personnelle.

La relation véritable du Couple Sacré autour de la complémentarité différenciée ne se fonde pas sur l'illusion du manque narcissique fomenté par la toute-puissance archaïque, mais sur la reconnaissance conjugale d'un potentiel existentiel optimal, illimité, définitivement protégé par la pure Rencontre relativiste (pléonasme).

L'évidence perceptive, intrinsèque, en conscience partagée, de l'existence de l'Autre dans la complémentarité différenciée, déparasitée de l'attachement aux organes sexuels, est une plénitude réelle qui remplace l'illusion du manque narcissique lié à la forme absolutisée.

La discrimination dialectique conduit donc à aborder de façon différente sexuation et organes sexuels. La sexuation est la relativisation-personnification des organes sexuels, ces derniers étant les aspects structurels absolus de l'Etre, du Soi, du Cercle, individualité et collectivité, Centre et Circonférence.

Dans leur relativisation intégrale, les Personnes sexuées ne sont plus attachées narcissiquement, ni donc corporellement, à l'organe en affinité, qu'elles assument alors pleinement, n'étant plus en confusion avec cet organe sexuel.

L'identité sexuée de la Personne s'affirme donc dans le détachement narcissique d'avec l'organe spécifique. De ce fait, ce qui était un attachement confusionnel artificiel, se transforme en affinité véritable, non plus cristallisée, mais souple, ce qui permet la dynamique relativiste intégrale.

La discrimination entre la sexuation (personnification sexuelle) et les organes sexuels, correspond aussi à la discrimination entre l'Etre et le Potentiel collectif.

En effet, l'attachement narcissique cristallisé à l'organe sexuel, représenté par la sexuation figée du corps physique densifié, est un emprisonnement individualiste du potentiel collectif.

On pourrait dire en fait que les organes sexuels véritables appartiennent forcément au Corps christique universel unifié, et chaque Couple Sacré dans sa Rencontre interpersonnelle spécifique ne fait qu'assumer la représentation des ces organes collectifs sur sa propre phase identitaire de la dynamique Sacrée.


Ce qui est donc Rencontré en l'autre dans le Couple Sacré n'est pas l'organe, donc pas la fonction, mais l'identité sexuée. Et la Rencontre identitaire protège alors l'émancipation totale de la fonction sexuelle.

La Rencontre du Couple Sacré ne se fait donc pas non plus entre deux Personnes dont l'équivalence aurait gommé toute différence, bien au contraire! Equivalence et différence se mettent mutuelement en relief dans la perception partagée.

L'Homme et la Femme en tant qu'instances relativistes du Soi, sont clairement différenciés dans leur essence énergétique, même si la stucture qui supporte chez chacun d'eux cette différenciation, est identique.

L'équivalence structurelle renvoie à l'équivalence interpersonnelle, et la différenciation à la complémentarité interpersonnelle.

C'est dans la conjugaison de cette équivalence et de cette complémentarité que la conscience (supra)mentale totalement claire du Couple Sacré s'affirme, par une perception relationnelle intégralement magnifiée. La prédation est rendue à l'exclusivité légitime du Superprédateur Sacré, en tant que Fils, Potentiel central collectif et éternel (Tao).


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Ven 21 Aoû 2009, 18:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 21 Aoû 2009, 17:59

Citation :



Le corps physique tridimensionnel densifié reflète donc la perfection formelle absolue du potentiel intégral, exprimant le mirage archaïque du Corps de la Mère, enjeu narcissique de la sexualité symbiotique.

De là provient l'addiction narcissique aux formes corporelles, entre autres. Il s'agit d'une fascination exercée par une confusion avec le potentiel intégral dans sa perfection totale... mais en réalité inaccessible.

Cela conditionne une soif inextinguible de possessivité corporelle, une convoitise narcissique abolutisée et paradoxalement jamais satisfaite!

Chaque corps convoité renvoie en fait à un absolu formel qui engendre la fascination et par-là la convoitise, mais qui étant absolu est impossible à réellement atteindre, et donc laisse toujours la convoitise narcissique à son insatisfaction confusionnelle, qui dérive facilement en violence et en pulsion destructrice du Corps de la Mère (tentation de détruire le mirage addictif plutôt que de sublimer sa fascination narcissique).
Merci steph
richel
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Lun 31 Aoû 2009, 18:35

Bonjour à toutes et tous,



or donc la Femme représente le Soi dans son ambiguité existentielle originelle, d'affirmation de sa naissance d'une part (corpuscule Yang parfait), contredite par sublimation amnésique d'autre part, jusque dans la négation apparente de cette affirmation, qui se voit alors relativisée en tant que question.

La Femme étant déjà sublimée dans le Soi, possède donc une force identitaire intérieure inviolable, mais inconsciente, travestie par une faiblesse narcissique apparente, superficielle.

Le Soi est donc, à travers la Femme, en situation inévitable, mais transitoire, de stratagème existentiel: elle sait inconsciemment qu'elle ne peut pas, comme gardiennne de l'authenticité de la phase, offrir à n'importe qui la référence identitaire corpusculaire qu'elle personnifie au fond d'elle-même: cela est réservé à sa polarité jumelle dans le Couple Sacré, même si elle ne reconnaît pas consciemment l'existence d'une telle polarité.

C'est pourquoi la Femme est toujours spirituellement vierge.

D'un autre côté, dans l'illusion dualiste, la Femme soutient le monde (acceptation sublimatoire oubliée), et offre le levier narcissique permettant aux Couple Sacrés de régler leurs confusions respectives par une entraidre karmique naturelle.

C'est par l'entremise de Rencontres entre Ames Soeurs (harmoniques) que ce levier est supposé fonctionner, mais il a largement été supplanté par l'illusion du karma spéculé conduisant à la constitution de couples croisés, narcissiques, tous azimuths.

La Femme sachant qu'elle ne peut mettre en jeu l'identité essentielle qu'elle protège au fond d'elle-même, va utiliser un subterfge pour mystifier, par la forme féminine, les Hommes qui se présentent narcissiquement à elle, conduits par leur immaturité foetale, en dépit de toute considération harmonique.

Ce subterfuge est l'apparence féminine formelle, densifiée, qui est celle qui renvoie le plus à la perfection statique illusoire du "Corps de la Mère".

En somme il s'agit d'une protection du Soi, une déviation des pulsions narcissiques régressives vers un "contenant" apparent, ou la vanité de ces pulsions sera transitoirement stockée.

Plus la forme apparente corporelle s'approche de la perfection illusoire du "Corps de la Mère", plus elle produira une attraction sur l'immaturité foetale masculine qui cherche le contenant le plus parfait pour y projeter la vanité de son incohérence identitaire.

Cependant, puisqu'il ne s'agit que d'un subterfuge, dans tous les cas la soif narcissique, tant du côté de l'Homme, que de la Femme, reste insatisfaite, n'étant "adoucie" que pour un bref instant qui correspond par exemple à la "passion" amoureuse et sa rapide combustion intégrale.

Jamais un seul corps féminin physique, formel, densifié, ne sera suffisant pour combler le narcissisme d'un Homme... jamais!


Donc l'Homme qui s'avance narcissiquement vers une Femme, le fait par immaturité foetale, par prédation identitaire, parce que son corpuscule est incohérent, et qu'il cherche à s'approprier symbiotiquement celui d'une Femme, sans égard pour la Personne qu'elle constitue, sans égard pour la phase identitaire qu'elle protège, conditionné par la possessivité toute-puissante exclusive de l'état foetal vis-à-vis du Corps de la Mère.

La Femme en retour, protège l'identité essentielle de son Couple Sacré en fournissant un subterfuge sur lequel l'Homme immature projètera forcément sa prédation: un contenant formel représentatif de la perfection illusoire du Corps de la Mère, dans une possible absence de reconnaissance interpersonnelle.

Dès lors, dans sa prédation narcissique, l'Homme se fait prédater en retour, se fait phagocyter, plus par la vanité du contenant illusoire qu'il convoite, que par la Femme elle-même, qui dans tous les cas, ne fait que légitimement protéger la phase identitaire, même dans l'inconscience de cette protection.

Non pas que la Femme soit à l'abri du narcissisme interférant, ni donc des jeux de pouvoir (séduction), mais puisque la Femme est déjà sublimée dans le Soi, même dans l'oubli sublimatoire, elle commet tout cela légitimement dans la défense de l'identité essentielle d'une part, et dans la juste confrontation des Hommes dans leur immaturité d'autre part, ce qui fait partie de l'entraide karmique entre les Couples Sacrés: on ne peut pas travailler à détacher sans avoir d'abord attaché, et le subterfuge formel corporel participe à l'attachement narcissique.


En conclusion, la séduction féminine est un stratagème légitime du Soi qui confronte le narcissisme masculin dans sa réponse existentielle à la question de la naissance du Soi.

A ce titre, le narcissisme féminin n'est lui-même qu'une apparence protégeant le libre-arbitre humain. Et tout cela ne comporte en réalité pas le moindre cynisme, ni la moindre désinvolture: la Féminité à accepté de souffrir l'oubli narcissique pour offrir une chance existentielle à la Masculinité, et cela passe forcément par un stratagème du Soi, légitime par rapport à l'éthique de la Nature de l'Etre.

L'Homme et la Femme sont donc tous deux pourvus d'un narcissisme interférant, mais la signification n'en est pas la même, la Femme étant déjà sublimée dans le Soi, et l'Homme pas.

La complémentarité apparente de ces narcissismes interférants protège le libre-arbitre de la réponse à la question de la naissance du Soi, en permettant la possible négation de la Personne féminine, pourtant déjà divinisée par sublimation...

Par la Femme, le Soi peut rencontrer l'Homme incognito dans le monde, et lui poser sans qu'il le sache, la question de sa propre naissance. Si l'Homme renie la Personne féminine, il renie le Soi, et donc son propre potentiel existentiel.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Mer 02 Sep 2009, 18:06

Bonjour à toutes et tous,



(suite)

Dans un tel cadre, la sexualité narcissique apparaît comme une prise en charge transitoire, une dérivation sécurisante, de la tendance narcissique à la régression indifférenciée.

Car en l'absence du garde-fou de la complète différenciation et de sa dynamique parfaite, l'être humain possède toujours narcissiquement une latence à la régression, car il n'est (imparfaitement) stabilisé qu'à 50% de différenciation sexuée.

Le mirage du corps physique densifié sur lequel s'appuie la sexualité narcissique permet donc de dériver, de temporiser, les décharges régressives confusionnelles que sont en fait les pulsions sexuelles.

Mais cela n'empêche pas maglré tout le processus de la sexualité narcissique d'être effectivement une prédation, mutuelle d'abord en première approche, mais qui profite en fait à l'entité confusionnelle intermédiaire, et à travers elle, l'égrégore régressif planétaire.

L'entité intermédiaire donc, plus que simplement survivre des ponctions de la sexualité narcissique et en stocker les excédents, alimente tout un pan existentiel régressif, vampirique, de l'Humanité planétaire qui a trouvé ce moyen "naturel" pour subvenir à sa symbiose intégrale.

Ceci dit, cet aspect de prédation peut être désactivé par une conscience suffisante des jeux de pouvoir, et un désamorçage prononcé de la toute-puissance archaïque, comme dans le cadre de la "Prostitution Sacrée". Parce qu'alors il y a ouverture suffisante à la vraie Rencontre au moins d'un côté, et souvent une forme de réponse à cette Rencontre de l'autre côté.


Cependant, des voies de contournement de la protection-dérivation sexuelle ont été explorées. Cela a conduit au Tantrisme qui vise à expérimenter la sexualité Sacrée entre deux Personnes sexuées n'appartenant pas au même Couple Sacré.

L'expérience sexuelle alors, se place -aussi- sur le plan énergétique.

Puisque le Femme est la gardienne de l'authenticité de la phase, c'est aussi elle qui décide de tout dans le vrai Tantrisme authentique: elle forme l'Homme pendant des années, jusqu'à une première et dernière relation. Une seule relation en tout et pour tout parce que l'absence de garde-fou à la fois sur le plan physique (puisque l'énergie est impliquée) et sur le plan identitaire (puisque l'identité n'est pas corrélée par le Couple Sacré), crée un risque de collision identitaire.

La tentation de transgresser les limites qu'ont fixées l'entraînement tantrique authentique risque d'être trop forte dès la seconde relation. Car l'entraînement tantrique vise à relativiser le danger qui réside dans la pulsion régressive confusionnelle toujours présente en tout Homme non émancipé sur le plan spirituel

Et si les limites tantriques sont dépassées, il ne reste plus aucune protection contre la collision identiaire.


Le problème est que le piratage de la Féminité apparaît, malgré son illusion, comme une option très addictive chez les êtres régressifs, qui s'évertuent à tenter de détourner des phases identitaires, ayant eux-mêmes fait avorter la leur, et d'en spolier les polarités légitimes afin de prendre leur place.

On trouve même dans le passé du Taoïsme ce qui apparaît comme une voie complètement régressive, et qui incitait les moines à progresser spirituellement par la vampirisation énergétique sexuelle de jeunes filles encore vierges !!!

Comment peut-on croire pouvoir vraiment progresser spirituellement d'une telle façon?




Entre Ames Soeurs, le danger tantrique est moindre, tout simplement parce que les liens harmoniques constituent déjà une certaine protection, mais qui n'est pas complète. C'est pourquoi les rencontres avec les Ames Soeurs harmoniques ne se produisent malgré tout que pour des Hommes déjà assez fiables sur le plan narcissique, même s'ils ne le sont pas encore complètement.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Athena

avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 192
Date de naissance : 26/01/1973
Age : 45
Localisation : Rhône-alpes
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Jeu 03 Sep 2009, 20:50

Sphinx a écrit:

L'entité intermédiaire donc, plus que simplement survivre des ponctions de la sexualité narcissique et en stocker les excédents, alimente tout un pan existentiel régressif, vampirique, de l'Humanité planétaire qui a trouvé ce moyen "naturel" pour subvenir à sa symbiose intégrale.

Ceci dit, cet aspect de prédation peut être désactivé par une conscience suffisante des jeux de pouvoir, et un désamorçage prononcé de la toute-puissance archaïque, comme dans le cadre de la "Prostitution Sacrée". Parce qu'alors il y a ouverture suffisante à la vraie Rencontre au moins d'un côté, et souvent une forme de réponse à cette Rencontre de l'autre côté.


J'ai l'impression que cette prise de conscience de l'alimentation de ces plans, est le plus souvent réalisée par la femme...selon les témoignages que je connais et ma propre expérience...
Revenir en haut Aller en bas
http://espritderencontrer-a.forumactif.com/index.htm
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 04 Sep 2009, 12:13

Bonjour Athena,


Citation :
J'ai l'impression que cette prise de conscience de l'alimentation de ces plans, est le plus souvent réalisée par la femme...selon les témoignages que je connais et ma propre expérience...

En effet. Et une pré-conscience en existe aussi très souvent.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 09 Oct 2009, 14:12

En guise de conclusion (provisoire),



Toute initiation est conférée à l'Homme par la Femme. Il n'existe aucun autre moyen pour un Homme, d'accéder à une initiation véritable, que de se voir reconnu spontanément, harmoniquement, sans spéculation, par la Féminité, et recevoir alors l'appui d'énergies féminines initiatrices spontanées qui sont les seules à être déterminantes sur le plan de l'évolution de conscience.

Car la Femme étant déjà sublimées dans le Soi, elle en garde légitimement le chemin, et l'appât de la concupiscence et des ambitions narcissiques fait partie des pièges naturels tendus par la Féminité sur ce chemin de la reconnaissance du Soi. Des pièges destinés à confronter la toute-puissance de l'immaturité foetale.


La Femme est redoutable, c'est vrai, car elle n'est pas là, présente au Monde et aux Hommes, qu'elle supporte, pour faire "joujou", contrairement à d'éventuelles apparences. Sa puissance identitaire est, en l'absence de maturité masculine, inégalable.

Elle n'est pas là juger, mais pour présenter le choix auto-déterminant, le miroir narcissique validant ou invalidant, aux Hommes qui détiennent, c"est vrai, le libre*arbitre de réponse à la question de la naissance du Soi... avec toutes les implications existentielles que cela suppose, cependant.

Etre ou ne pas Etre est une question essentielle, intégrale, dont la réponse n'est pas anodine, on le comprend bien, et c'est la Femme qui la pose, en représentation sublimatoire du Soi, dans l'oubli du Soi.

L'Homme peut tout-à-fait se perdre dans le miroir narcissique créé par la sublimation originelle de la Femme. Mais sa perdition dans ce miroir ne pourra JAMAIS être reproché à la Femme qui occupe légitimement cette position par rapport au Soi. L'Homme peut se noyer dans sa propre image, et c'est SA responsabilité.

Et cette peur masculine de la noyade narcissique, face à la puissance identitaire, sublimée, de la Femme, est ce qui a produit la volonté toute-puissante de lui voiler la face, en certains endroits du Monde.


La position du Soi par rapport au Monde, les conséquences du tranchant éthique de l'Epée qu'il brandit, sur le destin des Hommes, ses causes qu'il a appelées, dépendent exclusivement de la reconnaissance et du Respect de la Personne féminine, qui représente déjà et toujours le Soi lui-même.

Je l'ai déjà répété plusieurs fois, mais c'est fondamental.

Le Monde matériel densifié est une excroissance des Femmes, et l'état de ce Monde dépend directement et exclusivement de la reconnaissande de la Femme, et donc de la sublimation narcissique de l'Homme.

L'Epée dialectique ne fera jamais que mettre en oeuvre la sentence éthique que chaque Homme s'est choisie pour lui-même dans le miroir narcissique de la Femme...

Celui qui a dépassé le miroir pour Rencontrer la Personne de la Femme au-delà, reçoit l'initiation, et finalement l'émancipation, comme sentence éthique de son choix existentiel.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: nr   Ven 09 Oct 2009, 17:12

Je l'ai déjà dit, la Femme est véritablement, concrètement, le Soi divin par lui-même offert à l'Homme dans le Monde, qui peut accepter cette offrande (par reconnaissance interpersonnelle) ou la rejeter (par régression symbiotique toute puissante, négation de la reconnaissance interpersonnelle).

La reconnaissance de ce sacrifice fondamental de la Femme réclame de l'Homme sa propre sublimation narcissique par laquelle il pourra "voir et Rencontrer" Dieu par et dans la Femme.

Car la Femme est la Sophia, le Saint Esprit, l'essence de la dynamique immanente, relativiste, des polarités, et paradoxalement, elle est donc l'instance relativiste absolue de la dynamique Sacrée, où elle incarne, elle personnifie, le Soi divin lui-même.

Alors que l'Homme est l'instance relativiste relative de la dynamique Sacrée, où il personnifie le témoignage humain en face du Soi divin.

Et pourtant, dans la dynamique Sacrée, l'humain, l'Homme en fait, et le divin, la Femme en fait, s'égalisent complètement et s'harmonisent, et c'est le miracle, le merveilleux, de la Réalité sublimatoire, de la Rencontre interpersonnelle


Bien des Femmes ne seront peut-être pas d'accord avec ces propos, mais cela n'est pas important, puisque la remémoration du sacrifice originel du Soi divin pour l'Homme se fera en son temps.

Tout ce que l'Homme commet, en Respect ou en irrespect, vis-à-vis de la Femme, est su et connu partout dans l'inconscient collectif, comme une vague inexorable qui se propage à travers toute la Féminité, même ce qui est perpétré dans la plus apparente confidentialité.

Car la Femme est une individualisation du collectif, et reste en tout temps représentative du Lien collectif de conscience, même dans l'oubli sublimatoire de sa propre Nature. Et dans l'ombre Oeuvre la Féminité planétaire, et universelle, qui sait tout à propos de chaque Homme.

La Femme est déjà authentiquement une Personne affirmée dans le Soi, et son oubli n'est qu'une illusion transitoire. Elle n'a plus de chemin à parcourir vers l'individuation. Pour elle, tout consiste narcissiquement à se souvenir que ce chemin est déjà fait, et à l'accepter.

Cette remémoration n'est possible que lorsque l'Homme, de son côté, atteind un point de sublimation où il peut reconnaître le sacrifice intégral de la Féminité, et désirer en toute ardeur véritable y répondre, pour témoigner à son tour de la Beauté sacrificielle du Soi, et ne pas laisser la sublimation et les souffrances féminines se perdre dans la vanité de la toute-puissance symbiotique.

Alors l'Homme qui est une collectivisation de l'individualité, s'ouvre à la réalité collective divine de la Femme, qui se souvient de sa Nature d'individualisation du collectif, et constate et entérine sa fixation sur l'individualité masculine, humaine, pour laquelle elle s'est originellement sacrifiée, déjà.

En fait, il n'y a que dans le cadre de l'Humanité, que les sexes sont différenciés dans leur Nature essentielle: spirituellement, les Hommes et les Femmes ne sont pas de la même espèce, si on veut, ce qui complique leurs relations, et leur intégration d'une équivalence interpersonnelle: il faut égaliser une réalité humaine avec une réalité divine, et ce n'est pas juste une façon de voir choses.

La Femme est dialectiquement inscrite en permanence dans la dynamique Sacrée, car elle en est la gardienne relativiste: sa position relativiste est donc absolue, dans le sens de permanente, continue. C'est aussi ce qui engendre son affinité avec l'expansion de la spatialité. Sa Personne représente donc le divin au sein de l'immanence.

L'Homme s'inscrit répétitivement dans la dynamique Sacrée, car il en est le témoin perpétuel: son incscription dans la dynamique Sacrée est donc perpétuellement renouvelée, et non pas inscrite une fois pour toutes. Il est l'instance relativiste relative de la dynamique Sacrée. Sa Personne représente donc l'humain au sein de l'immanence.

En tant que pilote de l'Oiseau, l'Homme doit reconnaître qu'il ne peut éviter le crash existentiel sans navigateur divin à ses côtés: la Femme.



Vouloir vivre! Vouloir exister par et à travers sa propre mort narcissique, non pas pour perpétuer la vanité de l'attachement à soi, mais pour répondre Présent au sacrifice du Soi, au sacrifice de la Femme, et adhérer à la Beauté de la Vie, et de la Procréation.

En vérité, s'attacher narcissiquement à la Vie, c'est morbide, parce que la mort y est refoulée, parce que la séparation interpersonnelle est rejetée pour une perdition dans la symbiose régressive.


La Vie est en la Femme, et la Mort doit être intégrée, et désamorcée, domestiquée par l'Homme, pour en préserver la Femme, et fonder le potentiel du Soi par la même occasion (ce qui est le message de "Meet Joe Black").


Je ne sais pas si ces mots seront clairs pour toutes et tous, mais ce qui est clair pour moi aujourd'hui, est que tout ce que j'ai écrit dans ce forum, toute cette Connaissance, appartient au Soi, appartient donc à la Femme d'abord, et que je la reconnais libre d'en user comme elle l'entend, car je n'en suis qu'un récipiendaire.

J'espère n'avoir pas commis d'erreur en dévoilant son secret en ces jours, mais son accompagnement, son enseignement, son attention à mon égard, me suggèrent que c'était le bon moment, l'heure juste. La confidentialité relative de cette "publication" me rassure en outre sur le fait qu'elle atteindra prioritairement ceux et celles à qui elle s'adresse en première instance, bien que son message soit ouvert à toutes et tous, selon leur possibilité de le reconnaître en eux-mêmes.



Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Ven 09 Oct 2009, 17:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 09 Oct 2009, 17:21

Pour un Homme, Procréer consiste forcément à Mourir, narcissiquement, dans le sens de n'être plus en confusion ni en compétition avec son propre potentiel collectif... avec sa progéniture.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Ven 09 Oct 2009, 19:17

Quand un Homme pourra dire véritablement à une Femme "Lorsque je te regardes, c'est Dieu que je vois", cet Homme aura compris tout ce qui est à comprendre.

Le Couple Sacré intègre le "tout Autre", la réalité dévaïque du Soi, comme troisième Personne synthétique du collectif, parce que ce qui sépare interpersonnellement les instances relativistes du Couple Sacré est déjà en soi une séparation essentielle, témoignant de toutes autres Natures, complètement différenciées, bien que de ce fait paradoxalement similaires en structure, reposant sur la réalité de l'unique corpuscule.

Ce tout Autre est ce qui Sépare et Réunit les Natures humaine et divine, individuelle et collective, potentielle et acquise, Natures personnifiées respectivement par l'Homme et la Femme.

Le corps physique densifié n'est là que pour permettre la Rencontre entre le divin et l'humain personnifiés sur un terrain artificiel commun, avant que cette égalité ne soit intégrée par sublimation masculine dans le Couple Sacré, chaque Nature étant alors promulguée et restituée dans sa propre réalité essentielle au sein du Corps christique unifié.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Athena

avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 192
Date de naissance : 26/01/1973
Age : 45
Localisation : Rhône-alpes
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Sam 10 Oct 2009, 00:01

Sphinx a écrit:
Quand un Homme pourra dire véritablement à une Femme "Lorsque je te regardes, c'est Dieu que je vois", cet Homme aura compris tout ce qui est à comprendre.

Et la Femme, où voit-elle Dieu, dans l'Homme aussi ? dans tout ce qui EST...le tout n'étant pas seulement de le dire...
Revenir en haut Aller en bas
http://espritderencontrer-a.forumactif.com/index.htm
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Sam 10 Oct 2009, 11:00

Bonjour Athena,


l'illusion dualiste nous donne une fausse notion de l'égalité sexuelle, fondée sur l'intellect et la personnalité apparente, à partir d'une logique neutralisante. Dans un tel cadre, établir une distinction humaine-divine entre les sexes apparaît comme possiblement vexatoire, inégalitaire, narcissiquement, dans un sens ou un autre, pour une polarité ou l'autre. Mais cela provient d'une perception faussée, car confusionnelle, des aspects de l'Etre. Alors les Personnes sexuées, mal affirmées dans leur relativisation représentative, échouent à personnifier intégralement les aspects existentiels qui leur sont respectivement associés, et perçoivent erronément des distinctions de valeur là où il n'y en a pas.

Le divin n'a pas plus de valeur que l'humain et réciproquement. Chaque polarité doit simplement pouvoir reconnaître la valeur sur laquelle elle s'articule. Rien de plus. La Rencontre des polarités sexuées échoue parce qu'elles croient devoir témoigner d'un aspect existentiel de nature identique, ce qui, loin de les égaliser, ne fait que les banaliser, et les inégaliser. L'égalité naît de la plus complète différenciation.


Au niveau du Couple Sacré, la dynamique des polarités sexuées est strictement dialectique, et l'équivalence des Personnes sexuées s'inscrit dans une articulation précise de ces polarités, dont les rapports sont donc dialectiquement conditionnés.

Deux réalités relationnelles s'entremêlent paradoxalement:

- d'une part il y a la relation des Personnes sexuées (principes immanents) entre elles
- d'autre part il y a la relation des aspects transcendants entre eux, le Fils et la Fille


L'Homme, dans sa position immanente relativisée, peut cibler le collectif, et donc dans l'équivalence avec la Femme, perçoit le divin collectif à travers cette équivalence. Mais si on y regarde bien, le divin est de l'"humain absolutisé" (collectif).

La Femme, dans sa position immanente relativisée, peut cibler l'individualité, et donc dans l'équivalence avec l'Homme, perçoit l'humain individuel à travers cette équivalence. Mais si on y regarde bien, l'humain est du "divin relativisé" (individualité).


L'erreur de la dualité est donc de considérer que l'humain et le divin sont d'une valeur ou d'une importance différente, éventuellement d'une Nature qui les rendrait inconciliables. Dans le Couple Sacré, l'Homme partage la divinité de la Femme, et réciproquement, la Femme partage l'humanité de l'Homme.

C'est un point délicat à bien comprendre dans le Couple Sacré: le paradoxe représentatif. La personnification (relativisation) des aspects de l'Etre, qui sont aussi les aspects humain et divin, est croisée.

C'est une Rencontre entre deux Principes dont l'un est "monté" vers l'autre et l'aute "descendu" vers l'autre, de sorte de s'harmoniser dans l'équivalence représentative. Mais au sein de cette équivalence représentative, qui est l'immanence, il y a une polarité représentative de l'immanence elle-même d'une part, et une autre polarité représentative de la transcendance d'autre part.

Or l'immanence est humaine, et la transcendance divine. Mais toujours paradoxalement, pour assumer l'humanité de l'immanence, la polarité considérée doit être positionnée dans le divin, et pour assumer la divinité de la transcendance, la polarité considérée doit être positionnée dans l'humain.

On peut synthériser en disant que la Femme assume naturellement l'horizontalité immanente, parce que la Nature de sa polarité représentative est verticale (donc "divine" car transcendantale), bien qu'inscrite dans l'horizontalité. Et donc l'Homme assume naturellement la verticalité transcendantale, parce que la Nature de sa polarité représentative est horizontale (donc "humaine" car immanente), bien qu'inscrite dans la verticalité.


Dans le Couple Sacré, ce sont les Personnes qui sont équivalentes, et éprouvent cette égalité. Mais une Personne est une relativisation représentative d'un aspect essentiel de l'Etre. Et une qualité particulière que l'on peut reconnaître dans les aspects de l'Etre s'énonce par le rapport de l'humain au divin et réciproquement.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   Sam 10 Oct 2009, 13:21

Pour offrir d'autres formulations:

L'Homme et la Femme sont deux Personnes humaines, mais parmi elles, l'une rend compte du divin, tout en assumant la gestion de l'Humanité, et l'autre rend compte de l'humain, tout en assumant la gestion de la Divinité.

La distribution différenciée, sous forme de Personnes sexuées, est la seule façon de permettre la Rencontre des aspects humain et divin de l'Etre.

Dans cette différenciation, chaque aspect se voit relativisé partiellement par l'autre, lui offrant d'une part une conscience particulière (personnelle) mais qui est insuffisante pour connaître intégralement sa propre Nature représentative.

L'éthique, intégrée à la dialectique, implique donc qu'aucun des deux aspects de l'Etre ne peut percevoir lui-même sa propre Nature, que c'est la finalité de la différenciation de séparer complémentairement la connaissance du connaissant, et un connaissant ne peut donc connaître de façon directe que la Nature de l'autre.

Chaque aspect ne peut donc connaître sa propre Nature qu'indirectement, dans la restitution perceptive qu'en fait l'autre aspect relativisé; en conscience partagée. C'est la séparation éthique des pouvoirs existentiels.

L'Homme ne peut connaître l'Humanité qu'il représente qu'indirectement, par l'entremise de la Femme, et cette dernière ne peut connaître la Divinité qu'elle représente qu'indirectement, par l'entremise de l'Homme.

L'articulation dialectique des polarités entre elles implique que la reconnaissance de la Nature divine à travers la Femme par l'Homme doit précéder la reconnaissance de la Nature humaine à travers l'Homme par la Femme.


C'est une quadrature entre l'Humain, le Divin, l'Homme et la Femme. Une combinaison représentative croisée entre l'immanence et la transcendance.


C'est la croix dialectique:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Tout cela peut sembler un casse-tête pour l'intellect linéaire. Mais pour un mental circulaire, la vision est simple, même si l'expression ne l'est pas forcément.

Ce qu'il faut retenir, c'est que la Personne de la Femme incarne le sacrifice du Soi divin, et que l'Homme doit pouvoir le reconnaître au-delà des apparences narcissiques dualistes.


On pourrait dire aussi: parce que je te reconnais comme Personne humaine, totalement équivalente avec moi, je peux te reconnaître dans ce que tu représentes, dans ce que tu personnifies véritablement. Et je peux alors savoir indirectement, ce que je personnifies moi-même.

L'Humanité est l'étalon de la Divinité. Et la Divinité est la consécration de l'Humanité. L'une sans l'autre, elles n'existent pas.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 6 - Tout le processus dialectique   

Revenir en haut Aller en bas
 
6 - Tout le processus dialectique
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tout sur les moralistes
» Saint Marcellin Joseph Benoît Champagnat et commentaire du jour "Elle a tout donné"
» il bouge tout le temps...
» Tout ce qu'il faut savoir sur le kilt.
» Tout les cailloux !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: