ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Société

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Mer 17 Nov 2010, 23:16

Bonsoir Nathalie,


il t'appartient de comprendre "ta" tristesse...

Je parle moi de la tristesse de ne pas être compris.

Ceci dit, n'es-tu pas partisane de la démystification du drame humain?


Bisouxxx,


steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Sam 11 Déc 2010, 18:25

Bonjour à toutes et tous,


pour développer encore certains aspects des derniers échanges:


L'Humilité de l'être humain est sa véritable Fierté. Car c'est dans l'affirmation inconditionnelle, pleine et entière, de sa valeur personnelle, qu'il découvre et intègre l'émotion d'équivalence, qui le rend strictement égal à tous (et toutes) les autres.

C'est lorsqu'on devient incomparable de valeur, qu'on devient aussi strictement égal à tous les autres (également incomparables).

La "fierté" de l'être humain relativement à ses "créations" sociales fondées sur le contrôle narcissique, telles que la civilisation, sont forcément des compensations narcissiques, des fausses fiertés, agents immémoriaux de la manipulation du genre humain.

Car comme le suggère le film "Matrix", la civilisation n'est pas une authentique création humaine, mais plutôt le théâtre dans lequel lêtre humain est asservi, la prison qu'on lui a permis de "co-créer" en apparence, pour qu'il s'y sente "comme chez lui", et qu'il soit plus aisé de l'y tenir captif.


Il ne peut guère y avoir de véritable esprit libérateur pouvant passer par un canal manipulatoire essentiel de la nature humaine. Mobiliser la fierté illusoire ne peut que renforcer son pouvoir sur l'être humain, et l'asservir d'avantage dans sa prison d'illusions.


Devenir ce corpuscule universellement équivalent, dans l'Humilité de l'Esprit, ce "puceron" comme l'appelle péjorativement Nietzsche, ne mène pas à une illusion de bonheur tel qu'il le suggère, du genre qui ferait "cligner de l'oeil" en connivence d'un artifice adultère.

C'est plutôt la notion-même du bonheur individuel qui est a investiguer, dans sa très probable illusion.

Au contraire, l'Esprit d'équivalence, le corpuscule humain dans sa complète cohérence circulaire, participe d'une jubilation qui n'est certainement pas artificielle, puisqu'elle résulte d'un partage universel, d'une Rencontre intégrale dans la plénitude, et non d'une compensation individuelle, éphémère et artificielle, de manques narcissiques, qui sont les seuls "bonheurs" pouvant être procurés par les élaborations sociales fondées sur le contrôle, comme la civilisation et la hiérarchie.

Dans l'organisation harmonique associée à l'équivalence corpusculaire, il n'y a plus de ségrégations fondées sur une fonction sociale travestie et adultère. Il n'y a plus besoin de riches et de pauvres, de puissants et de faibles, de savants et d'ignorants. Car il n'y a pas besoin de clivage.

Le clivage est réclamé par le contrôle narcissique, dans sa toute-puissance foetale. L'être humain émancipé, mature, n'est plus le pantin des illusions archaïques auxquelles s'attache le contrôle narcissique.

Ce Zarathoustra-là, qui nous est proposé et mis en scène par Nietzsche, ressemble fort à un "agent de la Matrice", et même, oserais-je le dire, au "grand chef tout-puissant" lui-même, Ahriman, le Patriarche adultère, "extra-terrestre", qui incarne le contrôle narcissique de l'Humanité.


Nietzsche, on le sait, est visiblement très séducteur dans ses écrits. Car c'est vrai qu'il s'adresse à la fierté narcissique, adultère, de ses lecteurs. Il exalte des valeurs en apparence étincelantes, mais en réalité fumeuses, qui vont jusqu'à tenter de dénigrer l'essence-même de la plus légitime et authentique destinée spirituelle humaine.

Rien que dans l'extrait qui nous a été proposé ci-avant, c'est la notion d'Esprit en elle-même qui est manifestement dénigrée.

En ce sens, la pensée de Nietzsche n'est selon moi pas éclairante, mais au contraire égarante, faisant passer subtilement des artifices narcissiques pour des valeurs essentielles.

Cette pensée ne se place pas non plus réellement au-delà du bien et du mal, au-delà de la morale, puisqu'elle ne se réfère pas à une évidence (de la puissance vitale) mais à une volonté (narcissique de toute-puissance). Cette pensée met donc en place une hyper-morale en faisant croire au dépassement de la notion de morale, ce qui est totalement faux.

D'ailleurs, visiblement ici dans l'extrait, il y a promotion de clivages tel que celui de la richesse et de la pauvreté, typiquement dualistes, et relevant donc forcément d'une morale (car morale est dialectiquement un synonyme de clivage, donc de dualité).

L'erreur vient de ce que Nietzsche conduit la Personne humaine à pouvoir s'identifier narcissiquement en tant source légitime et authentique d'une volonté de puissance. Alors qu'elle ne peut être qu'un canal, une personnification, de l'évidence de la puissance vitale universelle.

Seule la référence à une évidence universelle, comme celle de la puissance vitale, associée à une éthique strictement positive, permet de se placer au-delà de l'illusion morale.


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Dim 13 Mar 2011, 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Lun 17 Jan 2011, 16:40


Bonjour à toutes et tous,


la plupart des élaborations sociales humaines a échoué à mettre en place un véritable "pacte social", un réel équilibre social pérenne, tout simplement parce que l'enjeu fondamental d'un tel pacte est de mettre en équilibre l'individualité et la collectivité, et qu'une articulation intermédiaire spécifique est indispensable pour mettre en relation ces deux aspects de l'Etre. Or, les élaborations sociales soit n'ont pas reconnu du tout, soit très insuffisamment, soit de façon tendancieuse et manipulatoire, l'importance de cette articulation sociale intermédiaire.

En l'absence d'une importance suffisante donnée à cette articulation intermédiarie, le pacte social ne peut pas se résoudre autrement que par une inégalité marquée entre les aspects d'individualité et de collectivité, entraînant forcément de ce fait, une emprise dualiste, confusionnelle, de l'une sur l'autre, créant un équilibre forcé qui donc ne dispose pas d'une cohérence ni d'une légitimité véritables.

Soit l'individualisme prime, soit le collectivisme prime, mais ils forment au final deux versions sociales corrélées à partir de la même confusion, et ne se sont montrées antagonistes que parce qu'en réalité elles sont trop banalement similaires dans leur adultération. Dans tous les cas, une minorité de privilégiés finit par tout posséder et diriger, d'une façon différente dans la forme, mais équivalente dans les faits.

Si donc la possibilité est offerte à certains de "dominer" les autres, et d'être les tenants d'un ordre social déséquilibré, et donc maintenu en place par une forme quelconque de coercition (éventuellement très subtile), c'est parce qu'un élément social central ne s'affirme pas assez.

Cet élément intermédaiire nous est donné par la croix dialectique:



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Il s'agit du couple Homme-Femme.

Donc, on peut dire que la désunion, la discorde, des sexes, est la cause première de toute adultération dans l'élaboration sociale.

Et on peut aussi en déduire que favoriser la discorde entre les sexes est le meilleur moyen de perpétuer l'adultération sociale.

En somme, toute structure sociale qui ne donne pas assez d'importance, ou même nie d'une façon ou d'une autre, l'articulation essentielle de la conjugalité humaine fondée sur la sexuation, est incohérente, manque de signification véritable, et est en somme, inhumaine.

Nous vivons de telles structures inhumaines en permanence. Mais il ne sert à rien de vouloir les combattre, car nous leur conférons nous-mêmes leur emprise sur nous-mêmes, sur notre signification humaine, parce que nous nions nous-mêmes cette signification à travers nos rapports sexués conflictuels.

Il va de soi que la seule et unique véritable solution intégrale au problème de l'adultération sociale est le Couple Sacré. Mais sans aller jusque-là, redonner une importance essentielle à la conjugalité humaine sexuée, et promulguer le respect entre les sexes, est fondamental dans l'optique de toute possible cohérence sociale, même encore imparfaite.

Il n'y a donc pas de problèmes sociaux à proprement parler. Il y a seulement un refoulement humain généralisé de l'importance du Couple Sacré.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Dim 30 Jan 2011, 20:50

Bonjour à toutes et tous,


contrairement à ce que prétend l'adage bien connu, c'est la Parole qui est d'Or, et non pas le silence.

Car le Verbe est ce par quoi tout se réalise. Il est l'outil chevillé à la Nature de la conscience, et le Nombre d'Or est au coeur de cet outil. Donc la Parole est d'Or.


En vérité, le principe démocratique ne peut pas se satisfaire du silence, ni de sa "raison" éventuelle, le secret. Car il y a toujours une forme de mensonge dans le secret, et donc aussi dans le silence qui en découle.

En effet, le secret prétend que quelque chose n'existe pas, alors que cela existe. Le silence ne fait que concrétiser cette position refoulante, clivante

Car dès qu'il y a secret, il y a clivage autour du secret, entre ceux qui sont dans le secret, et ceux qui ne le sont pas.


Le secret, et donc le silence, incarnent donc déjà le mensonge (qui se développera éventuellement dans de multiples méandres). Et comme il est dit par la bouche de Merlin dans le film "Excalibur", de John Boorman: " Lorsqu'un homme ment, c'est une part de notre monde qu'il assassine!"

Le silence, le secret, et le mensonge représentent de façon évidente une négation de la réalité, un refoulement de l'autre, un rejet de la vérité humaine. Le secret, le silence et le mensonge participent donc à la psychose généralisée, qui monte les êtres humains les uns contre les autres. Jamais le secret, le silence et le mensonge ne sont de véritables solutions aux problèmes humains.

Il est dès lors normal, et sain d'un point de vue psychique, de parler, de révéler, d'exprimer, y compris ce qui est -volontairement ou non- caché, occulté, passé sous silence. C'est dans une optique théapeutique par rapport à cette psychose du silence, qu'agit quelqu'un comme Julian Assange, en quelque sorte comme "champion de la vertu démocratique".

Car la démocratie ne PEUT PAS reposer sur le secret, le silence, ou le mensonge. La démocratie doit rester strictement dans les limites de ses moyens légitimes, qui ne peuvent pas impliquer le moindre aspect psychotisant, refoulant, clivant.

Cela peut paraître difficile à tenir, trop limitatif, trop "risqué" (ce qui dénote bien la "psychose"), mais c'est pourtant à ce prix qu'une démocratie peut se revendiquer en tant que telle!

Dès qu'il y a secret, silence, mensonge, plusieurs poids et mesures en vertu d'une prétendue "raison d'état", il y a dérive psychotisante, et clivage, et donc, mise en péril du principe démocratique, et en tout cas, adultération dans la mise en oeuvre de ce principe.


Je sais bien qu'on invoquera mille raisons en apparence pertinentes pour justifier la perpétuation du secret, et du silence, mais elles ne relèvent véritablement pas du principe démocratique, et c'est là qu'il faut savoir ce qu'on veut vraiment!

Si on veut la démocratie, alors il ne peut pas y avoir de secret, de silence et de mensonge. En somme, il ne peut pas y avoir de "raison" d'état qui puisse entrer en compétition avec le respect de l'intégrité de tout citoyen, et de toute Personne humaine d'une façon générale, avec d'abord le respect de la vérité, et de la Parole.

Croire que le secret et le silence puissent être de valables méthodes pour protéger la Personne humaine, même dans certains cas bien particuliers, est toujours une erreur.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Société   Dim 13 Mar 2011, 17:38

Steph, je n'en reviens pas encore à quel point, à nouveau, tes propos sonnent juste pour moi! Je suis abasourdis! Je ne sais pas si c'est seulement que nous sommes exactement sur la même longueur d'onde, mais "sacrament" que ça sonnent juste à mes oreilles! Je crois par contre, que tes propos, même à l'aube de notre entré dans l'ère d'Aquarius, seraient très mal prit par la société en générale encore très endormis dans cette confusion, dans cette matrice(très belle manière de représenter de ce que nous vivons en passant). Tu te ferais lapider royalement comme c'est arrivé à Jésus il y a 2000 ans! :)

C'est tellement fascinant à lire, tu me forces à lire malgré moi toutes tes articles... Grrr, j'ai hâte de passer à autre choses! Haha! :)
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Dim 13 Mar 2011, 21:17


Bonsoir Pascal,



Citation :
seraient très mal prit par la société en général

En effet, j'en ai bien conscience. Mais cela n'est vrai que si une couverture mentale n'est pas déployée sur le monde, car une couverture mentale représente un ajustement des limites du libre-arbitre.

En d'autres mots, si un Couple Sacré fusionne, tout peut arriver.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Mar 15 Mar 2011, 14:51


C'est parce qu'elles sont dysharmoniques, non fondées sur l'ordre christique intérieur, que nos structures sociales réclament un arbitrage artificiel, narcissique, des acteurs sociaux.

C'est pour cela qu'il y a des dictatures, ou des pseudo-démocraties par représentation. C'est pour cela, en somme, que le pouvoir narcissique apparent peut s'exercer.

Mais au fond, c'est parce d'une façon générale la Personne humaine convoite du pouvoir dans sa toute-puissance refoulée, que l'ordre harmonique ne s'affirme pas, et que donc, du pouvoir apparent est mis en scène dans la dualité.

Lorsque les acteurs sociaux se combattent, c'est donc toujours dans une reconnaissance implicite de cette convoitise du pouvoir narcissique par toutes les parties prenantes. Patrons et salarisés sont articulés autour du même clivage de pouvoir narcissique, leur conflit étant artificiellement construit autour d'une illusion.


Donc, les chefs politiques, dictateurs ou représentants "démocratiques", sont des éléments de pouvoir narcissique appelés en remplacement artificiel d'un ordre harmonique inexistant. Ces instances sont donc le reflet incarné de la toute-puissance généralisée, et sont liées inévitablement à l'entité intermédiaire confusionnelle. Toutes ces instances découlent et dépendent du contrôle narcissique.

La démocratie politique par représentation est somme toute un système hybride, imparfait, car il fait l'impasse sur la "royauté Christique". Paradoxalement, la démocratie est effective et véritable, lorsque la primauté Christique centrale ("Royauté") est intérieurement reconnue et acceptée. Dans la dualité, royauté et démocratie sont difficiles à concilier, et semblent inconcialiables dans leur natures profondes.

La réalité non-dualiste unifie pourtant ces deux conceptions "politiques", puisque Christ, le "Roi", est la Personne collective.

Paradoxalement, lorsqu'on souhaite se passer d'un vrai Roi intérieur (Christ), on s'en colle plein le dos à l'extérieur, sous des formes diverses et plus ou moins nuancées. Si on accepte la véritable royauté intérieure, alors le pouvoir narcissique apaprent est démystifié, et une véritable démocratie centrale et directe est promulguée (par l'intérieur, et non l'extérieur).


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Dim 20 Mar 2011, 00:11


Une lecture intéressante, à propos des Tziganes:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Ven 15 Avr 2011, 19:34

Bonjour à toutes et tous,


lisant dernièrement des informations à propos du mouvement Hippie, j'ai pu y reconnaître des éléments relatifs à l'organisation harmonique.

Je n'ai pas moi-même connu le mouvement en question, puisqu'il était déjà présent alors que je naissais seulement, et qu'il était pour ainsi dire éteint au moment de mon accès à l'adolescence.

Néanmoins, et justement peut-être parce que je suis né à cette époque, je me sens en affinité particulière avec les tendances nouvelles qui ont baigné ces années-là.

Aspects du mouvement:

- Good Vibrations: un aspect important du mouvement Hippie est lié à l'expérience d'une autre réalité qui, lorsqu'elle n'est pas naturellement possible, en liaison par exemple avec la musique et le graphisme psychédéliques, a été simulée par l'usage de drogues, dont principalement le LSD. L'extase est sciemment recherchée comme mode de vie fondamental, mais n'étant pas à la portée de toutes et tous, est artificiellement remplacée par la prise de substances psychotropes.

- Amour Libre: un autre aspect est la non reconnaissance de l'exclusivité sexuelle narcissique, de la toute-puissance foetale refoulée, par l'expression de l'Amour Libre et, à travers lui, en quelque sorte, une reconnaissance de la Prostitution Sacrée. Je n'ai cependant rien lu qui me permette de penser que l'archétype du Couple Sacré était bien conscientisé par le mouvement Hippie.

- Analyse sociale sans concession: une particularité du mouvement Hippie est d'avoir analysé les travers de la société de compétition, et de s'en être distancié, sans pour autant verser d'une façon générale dans une contestation active, militantiste. Les aspects militantistes et révolutionnaires qui sont apparus à cette époque, comme en Mai 68 par exemple, ne sont pas centraux au mouvement Hippie, et peuvent au plus lui être corrélés de loin.

- Absence d'organisation: le mouvement Hippie, s'il analyse perspicacement les simulacres de la société de compétition, n'a pourtant jamais manifesté une tendance à remplacer l'organisation sociale démystifiée par une autre forme organisationnelle spéculée. Un peu comme si les Hippies estimaient qu'une telle organisation devait être spontanée, intrinsèque, et non pas construite arbitrairement sur des clivages sociaux. Cela semble donc bien renvoyer à une organisation Harmonique, Christique, spontanée, relative au Lien collectif intérieur.


Ecueils:

- Lien intérieur trop faible: en raison d'un Lien intérieur trop peu affirmé, car trop précoce, l'appel de l'extase a, d'une part, souvent dérivé vers la consommation de stupéfiants, et d'autre part, l'organisation Harmonique spontanée, par le contact intérieur, n'a jamais pu se substituer véritablement à l'ordre spéculatif extérieur. La libération des dépendances et assuétudes n'a donc pas pu se produire, et le problème des moyens de subsistance a invalidé, en apparence, la cohérence de la position existentielle Hippie.

- Pas de théorisation: le mouvement Hippie ne s'est jamais théorisé, ce qui peut apparaître comme quelque chose de positif (vivre la vie, sans tenter de la mettre en boîte dans une théorie). Mais c'est oublier que l'on ne vit la Vie que lorsqu'en conscience les Connaissances actives (pratiques) et passives (théoriques) de la Vie se rencontrent.



En synthèse: les problèmes pratiques rencontrés par le mouvement Hippie en vue de sa perpétuation sociale, proviennent probablement d'une trop faible prise de conscience de l'importance du Couple Sacré, comme valeur centrale fédérant toutes les autres composantes de ce mouvement, relatives à la réalité de la Vraie Vie (Harmonique).

Cette trop faible prise de conscience de l'importance du Couple Sacré a donc eu une triple conséquence corrélée:

- faiblesse du Lien intérieur (puisque la FJ est le relais Harmonique fondamental vers le collectif)
- absence d'organisation Harmonique suffisante (vu la faiblesse du Lien intérieur)
- absence de Connaissance théorique à propos de la Nature de l'Etre (vu la reconnaissance insuffisante du modèle néguentropique du Couple Sacré)


La Connaissance théorique corrélée au mouvement Hippie est en fait la Dialectique du Couple Sacré.


Le mouvement Hippie est un mouvement précurseur, et on peut dire précoce, avant l'heure, de l'organisation Harmonique induite spontanément par le Lien collectif intérieur, passant par le canal du Couple Sacré.

Ce mouvement a certainement été engendré par une captation, sur le plan de l'inconscient collectif, des vibrations associées à de grands mouvements de fond produits à l'approche d'une transition majeure de l'Humanité. Un peu comme des secousses annonciatrices d'un futur "séisme" (positif, émancipatoire).

Sa précocité cependant, ne lui a pas permis de résister à la pression des normes sociales prédatrices, mais il a laissé une empreinte sensible jusqu'à aujourd'hui.


Quoiqu'il en soit, j'ai pour ce mouvement et l'empreinte qu'il eut sur le monde, une affinité certaine, et je déplore que, parce qu'il fût trop précoce, ses adhérants sincères n'aient peut-être pas pu accéder complètement à cette autre réalité, pourtant perçue comme profondément véritable.

Beaucoup semblent s'être "rangés" finalement dans des stéréotypes de la société de compétition, et j'ose espérer que cela ne les a pas (trop) déconnectés de leur Feu Sacré intérieur.


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Mar 19 Avr 2011, 01:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Renaissance

avatar

Féminin
Poissons Singe
Nombre de messages : 97
Date de naissance : 20/03/1956
Age : 61
Localisation : France
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: Société   Lun 18 Avr 2011, 22:12

Merci Sphinx pour ton point de vue ...... :654:
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Dim 15 Mai 2011, 18:35


Bonjour à toutes et tous,


j'ai déjà certainement exprimé quelque part dans cette section du Forum que j'étais opposé à toute forme de sectarisme, d'organisation ou d'école spirituelle, et même en fait, je dois le préciser, opposé à toute forme religieuse structurée.

La raison profonde en est très simple, et dialectique bien entendu:

Le "religare", la reliance qui fonde prétendument les religions, est le Lien universel de conscience. Or, ce Lien pour être légitime et authentique, ne peut qu'être spontané, harmoniquement naturel, fondé sur une véritable Séparation interpersonnelle.

Cela signifie que fondamentalement, la seule vraie Religion est intérieure et personnelle.

A ce titre, les organisations constituées par spéculation (donc TOUTES les organisations manifestes de la dualité), et particulièrement celles fondées sur une prétendue convergence de vues spirituelle, qu'elles soient religieuses, sectaires, ésotériques, ou que sais-je encore, sont nanties d'un ego dualiste pour palier à leur défaut de légitimité et d'authenticité fondamental.

Car le Lien se met en Action spontanément, sans ingérence de de la moindre volonté narcissique humaine. Or toute organisation qui n'est pas harmonique, et donc qui n'est pas exclusivement fondée sur le Lien spontané intérieur, émane forcément d'une volonté narcissique humaine, quelque part, que ce soit d'un Gourou, ou d'un "comité fondateur", même si par ailleurs le ralliement se fait sur une oeuvre particulière, dont en plus l'auteur n'a pas forcément souhaité que sa production soit récupérée de cette façon.

L'imposition d'une certaine approche spirituelle, donc dogmatique, même parfois de façon très subtile, dans ces structures prétendument spirituelles, intervient donc en compensation d'un Lie naturel qui n'est pas affirmé.

Puisque le Lien naturel reliant des points de vue bien discriminés les uns des autres n'est pas présent, il s'agit de créer artificiellement un pseudo-lien inauthentique pour compenser le manque d'authenticité d'un amalgame de points de vue personnels mal discriminés les uns des autres.

Le dogme intervient comme artifice de reliance.

Mais on constatera très vite alors deux dérives essentielles corrélées à cet artifice:

- d'une part la pseudo-reliance interne au groupe deviendra exclusive: il s'agit, comme faux Lien dialectique, en fait d'un clivage (entre ceux qui partagent le dogme et ceux qui ne le partagent pas)

- d'autre part, le dogme uniformise, dans le sens de banalise les points de vue personnels au sein du groupe, au lieu de favoriser leur authenticité par une saine discrimination dans la tolérance et l'ouverture d'Esprit.


Lorsque l'organisation prétend relever d'un symbole Vivant, qui Vit effectivement, comme par exemple la Rose+Croix, alors l'organisation humaine elle-même s'interpose, de son ego, entre les "membres" et le symbôle Vivant Lui-même ( = l'unique Maître = l'Oiseau). L'organisation mine la relation intérieure avec le symbole Vivant.

De même, l'organisation s'interpose entre la Personne humaine et ses initiations, bien souvent en prétendant même les organiser, les planifier. Quelle ingérence ! Quel manque de respect des limites interpersonnelles ! Quelle intrusivité symbiotique ! Quelle vanité!


De plus, si un Maître ou Gourour est reconnu comme tuteur du groupe, son ego s'ajoutera à celui du groupe comme écran entre la Personne et l'unique Maître intérieur, Christ, ou l'Oiseau, ou quel que soit le nom que chacun veut lui donner.


Lorsque le dogme, erzats de l'authenticité personnelle, se cristallise de façon exacerbée, on transite de la "simple" religiosité vers le sectarisme.


C'est aussi pour toutes ces raisons que je ne reconnais pas les "maîtres" de la théosophie, car AUCUN NOM particulier, quel qu'il soit, ne peut s'interposer entre une Personne humaine et l'unique Maître, Christ, l'Oiseau, etc.

De plus, même si l'enseignement théosophique n'est pas dénué de tout intérêt, à certains aspects, cela reste un enseignement linéaire, dans lequel donc des prétendus "maîtres" en sont toujours à rechercher au-delà d'eux-mêmes et au-delà de là où ils sont, des possibilités d'évoluer (vers quoi?).

Si on est AVEC l'Oiseau, et qu'on a donc accédé à la Maîtrise parce qu'on a intégré le Soi, et que la boucle est bouclée, chercher d'avantage d'évolution pour soi-même ne peut plus apparaître que comme une vaine tentative de fuite de Soi. La question de l'évolution personnelle ou même conjugale ne se pose plus, puisque l'Etre s'est discriminé du potentiel dans la Maîtrise, justement.

L'évolution dans la Maîtrise est exclusivement une évolution collective, qui ne concerne pas directement la moindre Personne émancipée. Une Personne émancipée n'évolue plus narcissiquement puisqu'elle est intégrée narcissiquement, et c'est cela qui la préserve de la morbidité.

Tout autant dans sa forme que dans certains concepts exposés, l'enseignement théosophique n'est donc pas circulaire, ni donc dialectique, et sa cible n'est donc pas l'intégration du Soi.


Autre chose encore:

Lorsque je me rends dans un Lieu Saint, comme une cathédrale dédiée à l'Archange (Michaël), et que je suis en contact profond avec les énergies de celui-ci, je suis ensuite un peu interloqué de devoir constater que ce Lieu Saint est squatté par une religion et des membres de son organisation qui en contrôlent quelque part l'accès.

Depuis longtemps, les Lieux Saints ont été récupérés, réservés à une certaine formulation tendancieuse, adultère, de leurs énergies essentielles, par l'une ou l'autre religion.

Les Anges sont toujours là, souvent, couvrant l'édifice construit de leur Présence, pour qui peut les sentir et les "voir". C'est l'essentiel.

Mais il faut aller au-delà des formes et de tout ce qui est mis en place par un pouvoir humain religieux illégitime. Dans un Lieu Saint, je peux entrer en intimité profonde avec le plan archangélique, et je n'ai aucun besoin de la moindre interférence, ou interposition religieuse pour cela.

Je peux aussi entrer dans cette intimité sans être dans le Lieu Saint, par évocation de celui-ci et de la Présence angélique Rencontrée.

Je ne suis pas catholique, et pourtant je voudrais pouvoir pénétrer dans un Lieu Saint tel que certaines églises avec la neutralité spirituelle que réclame un tel Lieu.

Certes, cette adultération religieuse n'empêche pas la Rencontre, mais le decorum, les rites, et l'empreinte du dogme religieux que cela véhicule, manquent crucialment de simplicité, et font qu'on a l'impression de n'être pas au bon endroit, ce qui est pourtant contredit par l'afflux énergétique.

Il y a donc au moins tentative de récupération de l'énergie du Lieu Saint pour le détourner et le mettre au service illégitime d'un dogme.

Le squattage des Leux Saints par les religions prend en otage la neutralité essentielle de ceux-ci. Ils ont été donnés à toutes et tous, sans exception, dans un accès totalement ouvert et libre, sans coloration formelle et organisationnelle particulière. Et ce serait bien qu'ils soient rendus à cette simplicité de Partage, dépouillée des rites, des formes, et en fin de compte, des dogmes.


Allons bon, je n'avais pas prévu d'en venir à parler de cet aspect, qui semble assez bien me concerner. Je sais bien que l'Archange n'en est pas lui-même troublé, mais ma Personne humaine appelle à un plus grand Respect des Lieux Saints. Or, le dogme religieux est irrespectueux.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 11:58


bjr Stef,

Les organisations spirituelles ne sont -elles pas obliger de s'ancrer dans
la dualité pour pouvoir exister?souvent elles parlent d'un cercle intérieur
dans leur fonctionnement et qui représente peut-être autre-chose qui est
accessible seulement à une certaine évolution de la conscience et qui est
"invisible" aux profanes?
Tu arrives très bien à expliquer les métamorphoses de l'évolution spirituelle
mais c'est difficile à comprendre car nous avons tous notre chemin qui est différent
pour chacun;l'autre jour il m'est venu à l'esprit que quelqu'un devrait inventer
"des cours de subtilité",pour justement entrer au plus près dans la signification des
mots utilisés dans une phrase et comprendre leur sens profond que l'auteur veut leur
donner...je n'ai pas ce talent!
je suis d'accord avec toi pour les lieux saints:je sens une atmosphère particulière
quand je rentre dans une église en dehors d'une célébration particulière surtout
si il n'y a personne;ça régénère et on baigne dans un silence...assourdissant!
je suis catholique mais non-pratiquante.mais les églises sont souvent fermées
et c'est dommage.

Amicalement
D-C
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 12:20





:Bonbjour:


Dernière édition par pascalle le Mar 17 Mai 2011, 07:08, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 13:01

Bonjour demeter-ceres,


Citation :
Les organisations spirituelles

C'est cette expression qui est au coeur du problème.

En effet, la Nature de l'Esprit, le corpuscule, est l'Harmonie, donc l'organisation associée à la Nature de l'Esprit est l'organisation harmonique.

Or, cette organisation harmonique est forcément spontanée, non spéculée: c'est l'Ordre Christique intérieur, la Religion personnelle.


Citation :
d'un cercle intérieur

Ce qui constitue un clivage intérieur/extérieur, typique d'une organisation spéculée.

La Religion intérieure étant personnelle, elle ne fait pas de clivage: toutes et tous sont reliés à l'intérieur, et discriminés par la juste Séparation interpersonnelle à l'extérieur, et rien n'est clivé.


Citation :
nous avons tous notre chemin qui est différent

D'où l'importance de la Religion personnelle. C'est un artifice clivant que de vouloir organiser spéculativement des religions extérieures, des sectes ou des "écoles" spirituelles. Et j'inclus aussi, bien entendu, des groupes comme la Franc-Maçonnerie.


Par contre, permettre des lieux d'échanges spirituels informels, où la Religion intérieure de chacun est accueillie sans qu'elle ne doive être colorée par une tendance particulière, c'est cohérent, c'est juste.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 14:58

Bonjour Michèle,

Citation :
juste une association d'idées, quand j'ai lu le message


Dernière édition par pascalle le Lun 16 Mai 2011, 13:39, édité 2 fois

Nos associations d'idées ont leur raison d'être.

Avoir le même avis n'est pas "un plus".
Avoir un point de vue différent n'est pas "un moins".

Etre spontanée, n'est-ce pas aussi être authentique ?

Étouffer nos paroles ne nous étouffe-t-il pas aussi ?



P.S.: Si tu me renvois à mes moutons, je comprendrai car je suis consciente d'empiéter dans ton Espace.


Dernière édition par douceur le Lun 16 Mai 2011, 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 15:37





Pour Bashō, le haïku n'est pas dans la lettre mais dans le cœur. Il s'efforce d'exprimer la beauté contenue dans les plus simples choses de la vie :

« Paix du vieil étang.
Une grenouille plonge.
Bruit de l'eau. »


Dernière édition par pascalle le Mar 17 Mai 2011, 07:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 16:35


Bonjour douceur et pascalle,


je suis perplexe: à quoi se réfèrent vos deux derniers échanges et quel est leur rapport avec ce fil de discussion?


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 16:55

« Paix du vieil étang.
Une grenouille plonge.
Bruit de l'eau. »

Pour Bashō, le haïku n'est pas dans la lettre mais dans le cœur. Il s'efforce d'exprimer la beauté contenue dans les plus simples choses de la vie :




Dernière édition par pascalle le Mar 17 Mai 2011, 07:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 17:55


Ce n'est pas mon espace. C'est un espace par rapport auquel j'assume une certaine responsabilité. C'est différent.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 18:47

Bonsoir à vous deux,

Citation :
je suis perplexe: à quoi se réfèrent vos deux derniers échanges et quel est leur rapport avec ce fil de discussion?

Pour éviter ce qu'il vient de se produire, je veillerai la prochaine fois à préciser ma pensée.

Si mon intervention ne fait pas référence directement à tes derniers posts, Sphinx, elle fait pourtant bien partie du sujet de départ abordé sur la première page.

Plus exactement à ceci :

Citation :
Mais on peut comprendre, en allant plus loin dans la compréhension de la Séparation dialectique, qu'elle met en oeuvre l'éthique par droit inaliénable à l'expression des points de vue.

En effet, la différence ne peut pas affirmer la complémentarité sans droit à l'expression de sa différence de point de vue existentiel. Le droit inconditionnel à l'expression des points de vue est donc indissociablement corrélé à l'éthique existentielle d'une part, et démocratique d'autre part.

Et cette implication concerne l'expression de tous les points de vue sans exception, y compris l'expression des points de vue du refoulement existentiel, sans quoi l'authenticité existentielle, et démocratique, n'est pas garantie par l'éthique.


Sous cet angle, les lois anti-négationnistes sabotent inévitablement l'éthique démocratique, et ne sont que le reflet d'une contamination de la démocratie par la toute-puissance nihiliste qui est véhiculée par des expressions telles que le négationnisme.

Je dois affirmer ici que je ne suis pas négationniste pour autant, bien au contraire. Et en fait il s'agit de me protéger ici de la dérive démocratique de ces lois, signe évident que quelque chose ne va pas!

Car ce n'est plus uniquement mon point de vue authentique de reconnaissance de la Shoah qui s'exprime, puisqu' il est amalgamé à une spéculation de justification, provoquée par une répression du droit à l'expression.


Désolée pour les malentendus provoqués de part et d'autre !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Société   Lun 16 Mai 2011, 18:52

PS.: Comme ce fil de discussion n'est plus compréhensible, pour ma part, toutes les dernières interventions peuvent être effacées...
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Dim 22 Mai 2011, 16:30

Bonjour à toutes et tous,


L'Humanité est agitée, depuis son refoulement originel, par la toute-puissance de la conscience archaïque viscéralement attachée à l'illusion de la forme parfaite et du mirage de l'Age d'Or.

Cet aspect archaïque qui investit l'entité intermédiaire s'oppose à la différenciation des polarités sexuées et produit l'attraction du néant qui appelle les polarités en arrière vers l'indifférenciation ( = chant des sirènes).

Cet aspect en tant que diviseur est le "Satan", ou "Ahriman", l'inévitable imposteur qui trône en lieu et place de l'identité collective humaine, descendue en tant que Lucifer pour nourrir l'Humanité par le bas.

Pour confronter l'attraction vers la régression exprimée par le Diviseur agissant au sein de l'entité intermédiaire, les Couples Sacrés immatures doivent s'entraider, car toujours la relation à l'Autre est ce qui Sauve, ce qui permet de faire progresser le véhicule conjugal, en désamorçant la toute-puissance refoulée, et donc l'emprise du Diviseur sur la Conscience.


Mais pour que ce processus tienne la route, il y faut un ancrage collectif, un point d'appui qui permette au relationnel d'être efficace, éventuellement, pour la déconfusion humaine.

Cet ancrage global est relatif au fait que l'Humanité est en tout temps, toujours, un Tout Harmonique, globalement cohérent, même si localement en son sein cette cohérence n'est pas conscientisée ni exprimée.


Donc, on peut se figurer l'Humanité comme étant une sorte de gros ballon très rigide, agité intérieurement par les incohérences du refoulement.

L'idée est que, progressivement, la cohérence collective soit conscientisée et exprimée partout localement, de sorte que le collectif puisse s'émanciper. En effet, tant que la cohérence locale ne soutient pas elle-même la cohérence du Tout, cette dernière doit être imposée extérieurement par les Créateurs. Mais si la cohérence est partout reconnue et promulguée localement, alors le collectif est intrinsèquement cohérent, et on ne doit plus forcer sa cohérence globale.

La fusion d'un seul Couple Sacré permet de garantir la cohérence partout localement, même si elle n'y est pas encore bien exprimée. En effet, le Couple Sacré en question remplace l'imposition extiérieure de la cohérence générale par sa propre induction éthique naturelle venant de l'intérieur.




Toute action narcissique doit donc se comprendre comme étant (re)productrice d'incohérences.

Mais plus encore, le refoulement du refoulement, qui caractérise actuellement une partie de l'Humanité incarnée, exporte la "part de pression refoulée" sur les autres.

Ce refoulement du refoulement caractérise par exemple beaucoup les "tièdes", qui s'étant protégés derrière une carapace morale, se sont déresponsabilisés de leur part de pression refoulée au sein du collectif.

Cette pression refoulée non assumée est alors exportée sur le reste de l'Humanité dont la pression augmente d'autant.

Cette augmentation de la pression refoulée sur une partie de l'Humanité restée ouverte (pas de double refoulement), y occasionne de nombreux problèmes de surpression, et cela peut totalement déraper chez les Personnes les plus faibles.

En outre, une déresponsabilisation collective importante s'est produite au moment de la fracture mentale "atlante", produisant à ce moment un accroissement considérable de la pression refoulée, alors qu'une partie de l'Humanité régressait dans une symbiose totale.


Sachant donc qu'il y a d'une part une importante pression refoulée intérieure, caractérisée par des agitations incohérentes, et que d'autre part l'humanité est globalement verrrouillée par une imposition de cohérence collective, au-delà des illusions créées par les "élastiques" de la causalité indirecte du libre-arbitre, on peut comprendre que toutes les pressions s'exerceront strictement vers l'intérieur.

La pression refoulée s'appliquera donc strictement en interne, en passant logiquement par les voies de moindres résistance: des Personnes fragiles, soit restées ouvertes (qui ne se sont pas barricadées derrière un double refoulement), ou encore les Personnes narcissiquement fracturées.

Par le clivage moral, les Personnes qui s'estiment "normales", parce que protégées par leur double refoulement déresponsabilisant, stigmatisent celles qui "disjonctent" afin de ne pas reconnaître leur implication effective dans ces dérapages humains, en raison de l'exportation de la pression refoulée par ces Personnes "moralement saines".

Il s'agit là des "sépulcres blanchis" dont parlait Jésus le Nazaréen. Car double refoulement = mort du potentiel, et prétention morale = "blanchiement" artificiel et superficiel.

On voit que le clivage moral sert à cliver l'autre par le jugement et la condamnation, ou au mieux par une dévalorisation subtile et paternaliste, en permettant à la Personne doublement refoulée de ne pas prendre conscience de son état schlérosé, et de son implication dans l'accroissement de l'agitation collective.

Le clivage moral permet à la Personne de se croire mieux que les autres, de se croire vierge de certains problèmes, alors que ce n'est qu'un artifice par lequel elle se déleste de sa part refoulée sur les autres.

C'est pourquoi l'Etre humain immature, et surtout le "tiède", est dans l'illusion du jugement moral: de cette façon, il protège sa toute-puissance par un double refoulement, et se soustrait à la vérité qui veut qu'il n'y a pas une Personne meilleure qu'une autre sur Terre, ni dans tout l'univers.


Plus encore, tout comme une pression psychique intense peut finir par se somatiser complètement, la pression interne de l'Humanité influe sur son environnement, sur le monde qui est un reflet de sa Conscience. Et cette somatisation va jusqu'à l'expression de cataclysmes physiques.


La vérité aussi est qu'on ne peut pas maîtriser l'énergie psychique autrement que par lâcher-prise: l'énergie fait ce qu'elle veut, et passera tôt ou tard dès qu'elle le pourra. Elle est comme l'eau, et comme un tsunami parfois.

Or, nos sociétés foetales fonctionnenet uniquement sur et par le contrôle. Et on en rajoute encore et encore, et on se félicite des résultats obtenus. Mais comme on n'envisage pas la réalité humaine de façon holistique, on ne sait pas où passe l'énergie qu'on croit bloquer quelque part par un contrôle.

Or, elle peut passer par un domaine totalement différent. Une chose est sûre: l'énergie passera, tôt ou tard, d'une façon ou d'une autre, malgré tous les contrôles. Et si on la compresse ici, elle jaillira là-bas.

Le contrôle est d'ailleurs une déresponsabilisation implicite de la Personne humaine, puisque le contrôle présuppose qu'elle n'est pas "ok", pas responsable. Or, on ne peut nullement favoriser la responsabilisation par la déresponsabilisation, par la dévalorisation, par la suspicion, par la culpabilisation. Le contrôle projette la déresponsabilisation sur la Personne humaine, qui risque de l'introjecter, si n'est pas assez stable.


Il s'agit donc de passer à l'éthique, à la Protection collective de toutes les Personnes dans tous les cas, de renoncer au jugement moral, et de faire le deuil des illusions de la conscience archaïque, afin que l'Harmonie soit reconnue partout localement et que l'Humanité puisse s'émanciper.

Et il n'est pas indispensable d'attendre une première fusion de Couple Sacré pour mettre en oeuvre l'éthique...


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Lun 23 Mai 2011, 04:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MyrÂme

avatar

Féminin
Lion Serpent
Nombre de messages : 464
Date de naissance : 01/08/1977
Age : 40
Localisation : ...
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Société   Lun 23 Mai 2011, 00:07

Je lis ce message et je me sens véritablement en communion d'esprit avec tout ce qui est dit.


:1111:
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Mar 31 Mai 2011, 16:10

Bonjour à toutes et tous,



Comme le contrôle démotive!

D'ailleurs, c'est le but morbide du contrôle, que de démotiver la Personne humaine.

La participation, l'envie d'apprendre, de comprendre, la responsabilisation collective, sont des aspects naturels et spontanés de la Personne humaine. Mais ces aspects sont mortifiés par le contrôle narcissique.

Y a t-il plus démotivant que l'obligation d'apprendre? Et de plus, y a t'il seulement une véritable Connaissance qu'on puisse apprendre par la force?

Le contrôle narcissique social qui s'opère par l'enseignement coercitif ne fait que promulguer le refoulement, et la démotivation, et la déresponsabilisation collective.



Si l'on vous qualifife de "paresseux", voyez-y sans erreur possible une incitation à ne pas participer, de sorte qu'un clivage moral puisse s'installer afin de conforter le calomniateur dans sa supériorité illusoire.

Si l'on vous qualifie d'impur, de dévergondé, de dépravé, voyez-y sans erreur possible une projection qui tente de faire de vous, illusoirement, ce "dépravé", de sorte que le calomniateur puisse se sentir supérieur dans sa toute-puissance refoulée, bien protégé derrière l'artifice du clivage moral, du contrôle narcissique.

Si l'on vous juge et qu'on vous condamne, quel qu'ait été votre comportement, voyez-y sans erreur possible une approbation implicite de ce comportement, car il permet de perpétuer l'illusion du clivage moral, pour vos juges et vos condamnateurs, et toute la bonne conscience sociale derrière eux.

Si l'on avait réellement réprouvé votre comportement, on ne vous aurait pas jugé et condamné, vous en tant que Personne humaine. On aurait fait ce qu'il faut pour vous protéger de vous-mêmes, au même titre que vos éventuelles victimes.

Le jugement et la condamnation de la Personne humaine sont des adultérations de la Protection des Personnes humaines. Voilà pourquoi la justice, dans nos sociétés, echoue à protéger vraiment les victimes: ce n'est pas la Protection éthique des Personnes qui est ciblée et mise en oeuvre, donc toute protection n'est dans ce cadre, pas complètement authentique.

Et ainsi de suite avec tout ce que la toute-puissance personnelle ou sociale peut projeter comme illusions relevant du clivage moral, du contrôle narcissique, de la toute-puissance foetale refoulée.



Certes, tout au départ, les énergies refoulantes du Père étaient indispensables à la naissance de l'Etre nouveau. Mais ces énergies refoulantes n'étaient en rien dévalorisantes: elles visaient à permettre l'instauration de la Séparation interpersonnelle.

C'est l'immaturité humaine qui les a traduites par de la dévalorisation, du clivage, dans le mythe psychotique de la "chute" du Jardin à l'Est d'Eden.

Depuis, l'incompréhension continue à nous miner parce qu'elle satisfait la toute-puissance archaïque dans son illusion de contrôle. Et ceux qu'elle contamine le plus, sont comme des foyers d'infection, dans une sorte d'épidémie qui consiste en une erreur de signification qui tente de se propager à toutes et tous.

Ce n'est pas l'insémination du Père qui crée la pathologie, c'est une composante qui s'insinue d'elle-même, dans le contexte du choix de la signification existentielle pour l'Etre nouveau. C'est l'inévitabilité de la confusion transitoire, et du libre-arbitre, qui engendre les conditions de cette pathologie.



Mais il ne faut pas introjecter ces erreurs de signification. Il faut savoir profondément que toutes les Personnes humaines sont vertueuses, naturellement ouvertes, disponibles, participatives, au-delà de l'illusion du contrôle, au-delà de cette pathologie psychique qui tente de nous faire croire à une signification existentielle inversée, qui, en somme, travestit la signification de la Séparation interpersonnelle par l'insignifiance du clivage pour le clivage.



Et là, intervient le problème de l'organisation sociale humaine, qui même dans nos relatives démocraties (il ne peut tout-à-fait y avoir en même temps démocratie et argent), se fonde essentiellement sur le contrôle narcissique, la loi du foetus tout-puissant, la démotivation et la déresponsabilisation par le culte de l'obligation.

Mais il est vrai que sans obligation, sans déresponsabilisation, sans démotivation, sans destruction de la signification collective, donc de la signification Christique, la pathologie archaïque ne pourrait pas perdurer.

Le but absolument spéculatif de la pathologie archaïque est d'empêcher l'émancipation humaine. Elle est une adultération fondamentale, inversée, de la signification de la "répulsion" du Père, qui est traduite comme sanction, jugement, alors qu'elle est offrande d'authenticité.

C'est en somme un écho harcelant, mais pourtant purement mécanique, répétitif, déjà mort, comme un virus, de la "perte de la pureté" du potentiel. Pureté illusoire mais gravée comme bien réelle dans le fond de la conscience, malgré l'idéation qui la caractérise et devrait en dénoncer l'illusion.

Cette "perte" illusoire continue à affecter la conscience de l'Humanité parce que le deuil intégratif de son écho n'a pas encore été réalisé, et que par lui, le Passé interfère encore avec le Présent.

Cette conscience archaïque enferme la Vie de Christ, parce qu'Il n'est pas reconnu par l'Humanité qui l'occulte derrière l'illusion de la perfection perdue: la perfection dynamique est occultée et rejetée parce que la conscience humaine reste fascinée par la pureté statique illusoire, et la morbidité qui l'accompagne.

Et nos élaborations sociales s'en ressentent fortement puisqu'elles sont, justement, élaborées, donc spéculées par et pour le contrôle narcissique.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Société   Ven 03 Juin 2011, 11:57


Bonjour à toutes et tous,


je voudrais préciser, au cas où cela ne transparaitrait pas assez clairement dans mes interventions, que mon propos n'est pas de supprimer toute "justice", toute réactivité sociale par rapport aux dérives comportementales.

Le laxisme n'est pas le but. Ce que je propose est une modification de l'esprit de la "Justice", dans le sens de l'éthique, à savoir la protection collective de toutes les Personnes humaines dans tous les cas.

La reconnaissance de la valeur inaliénable de la Personne humaine ne peut conduire qu'à une absence intégrale de jugement de la Personne: seuls les actes peuvent être jugés, non pas moralement, mais uniquement sur le principe éthique de la protection des Personnes, de toutes les Personnes.

Cette reconnaissance de la valeur absolue et inaliénable de la Personne humaine implique donc de devoir considérer comme pathologique tout comportement qui nuit à l'intégrité de la Personne.

Car si une Personne, forcément de valeur, se comporte de façon irrespectueuse d'autrui, et donc aussi forcément d'elle-même, c'est que cette Personne se trouve dans une position qui la place psychiquement en contradiction avec sa propre valeur.

De ce fait, cela ne peut être considéré qu'avec la neutralité morale d'un médecin face à une pathologie, avec comme objectifs la protection et du malade, et de la collectivité si risque de contamination.


Je prétends que tout comportement humain irrespectueux de la Personne est subordonné à l'action d'un "virus" psychique, qui donc ne saurait impliquer le moindre jugement moral.

Plus encore, je prétends que le jugement moral est une des formes, probablement la plus fondamentale, et la plus vicieuse, de cette contamination psychique.

Actuellement donc, la justice humaine consiste en un processus pathologique dans lequel des contaminés sont livrés à des contaminés par un système contaminé.


JAMAIS on ne pourra véritablement protéger les Personnes si on ne reconnaît pas de façon absolue et universelle la valeur de la Personne, dans tous les cas. La justice humaine telle qu'elle s'éxécute actuellement est donc elle-même pathologique, en ce qu'elle met en oeuvre des notions de jugement de valeur et de condamnation de la Personne humaine.

L'énergie étant détournée par l'illusion du contrôle moral, elle n'est plus disponible pour la protection des Personnes, ce qui laisse la place tantôt à du laxisme, tantôt à de l'exagération répressive, et même éventuellement les deux à la fois.


Chacun fait ses choix, et nul ne peut juger les choix d'autrui. Peu importe comment et pourquoi une Personne s'est retrouvée en contradiction avec sa propre valeur personnelle, ce n'est sûrement pas à nous de la juger pour cela, et nos sociétés sont assez perverses pour compter dans la balance.

Donc, ce qui importe est l'éthique, la protection de toutes les Personnes dans tous les cas, de sorte de ne pas pécher ni par laxisme, ni par exagération, ce qui est de la toute-puissance immature dans les deux cas.


Cette éthique de la protection des Personnes peut certainement conduire à prendre des mesures cruciales afin d'endiguer certains comportements, et le risque qu'ils font peser sur le collectif, donc aussi sur leurs "auteurs". Mais ces mesures cruciales ne sauraient menacer l'intégrité, tant physique que psychique, de la Personne.

Ce qui importe est la conscience de la responsabilisation collective, ce qui est malaisé, je le comprend bien, dans un contexte d'exacerbation du sentiment d'individualisme.

Mais il est indispensable de comprendre que de toute façon, dans tous les cas de figure, la responsabilité collective est impliquée, et qu'il ne sert à rien de stigmatiser l'"auteur" le plus apparent de certains faits, sauf à vouloir exorciser précisément la malaise lié à cette responsabilité collective niée, refoulée.

Toute la justice humaine revient alors uniquement à donner bonne conscience à ceux qui se protègent derrière le clivage moral, et qui sont de ce fait, aussi, contaminés et produisent d'autres comportements irrespectueux, fondés sur l'illusion morale.


De plus, si on en vient au problème de la victime, et même si peut-être la condamnation de son agresseur peut transitoirement la satisfaire narcissiquement, aucun jugement ni aucune condamnation ne peuvent véritablement libérer ni l'agresseur, ni la victime.

Seul le pardon, fondé sur la compréhension juste d'une pathologie psychique, est véritablement libérateur.

Et par contre, tout ce qui placera, ou renforcera le clivage entre l'agresseur et la victime, ne fera en réalité que les emprisonner d'avantage dans leur condition symbiotique.

Il s'agit de dédramatiser, de décristalliser, tout en préservant toujours le respect de la Personne.

Car...

Question: comment va-t'on favoriser chez la victime la reconstruction de l'estime personnelle et l'affirmation du respect d'elle-même, si d'un autre côté on juge et on condamne son agresseur au mépris du respect de la Personne?

Soit on est totalement dans le respect de la Personne, et on favorise réellement ce respect dans tous les cas. Ou on n'est pas totalement dans ce respect, et on ne favorise la libération d'aucune Personne.


Si donc le pouvoir collectif assumait véritablement une responsabilisation collective, et non pas une perpétuation du clivage, sous une forme travestie par l'illusion de la légitimité morale, la justice serait une vraie Justice.

Pour que la Vertu de l'Etre s'affirme, il faut que le clivage moral s'efface, laissant libre cours au Lien de la responsabilisation collective, dans le respect de la Séparation interpersonnelle.

Le jugement moral de la Personne est une intrusion, et donc un manqque de respect interpersonnel.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Société   

Revenir en haut Aller en bas
 
Société
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» La société martienne
» La SOBEPS (Société Belge d’Étude des Phénomènes Spatiaux)
» où va notre société?
» société parfaite
» La Culture de la Mort,une caractéristique de notre société

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: