ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arbre de lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Arbre de lumière   Mar 12 Juin 2007, 10:06

Arbre de lumière





« Aussi bien, dans l'"Alphabet des arbres", le calendrier sacré des Celtes, est-ce le bouleau qui préside au premier mois de l'année solaire (du 24 décembre au 21 janvier). Le bouleau est donc en rapport avec la renaissance du soleil. Bien que généralement consacré à la lune, sa peau délicate évoquant l'éclat argenté de la pleine lune, il l'est parfois au soleil et à la lune, mais, dans ce cas, il est double, mâle et femelle. Lors de la fête qui célèbre la remontée de la lumière, notre Chandeleur, le bouleau est particulièrement à l'honneur, en la personne de sainte Brigitte, dont le nom, Birgit, vient de la racine indo-européenne Bhirg, le bouleau, qui a donné birch en anglais et die Birke en allemand. Sainte Brigitte de Kildare, née dans la seconde moitié du Ve siècle, donnée par ses hagiographe comme la fille d'un chef de clan païen devenue l'une des patronnes de l'Irlande, était à l'origine une ancienne divinité celtique de la renaissance du feu et de la végétation, la propre fille de Dagda, le dieu suprême vénéré par les druides irlandais. [...] En Angleterre, on entretenait un feu perpétuel dans le temple d'une déess que les Romains identifiaient à Minerve, mais qui était en fait Birgit, à la fois guérisseuse et patronne des bardes -- lesquels peuvent être, à certains égards, comparés aux chamans -- et des forgerons. [...]
La sainte Brigitte ouvrait le mois de février qui, de toute antiquité, était celui des purifications. En latin, februare signifie "purifier, faire des expiations religieuses".[...]
Dans la mythologie germanique, le bouleau était l'arbre de Donar-Thor, dieu de la foudre et de la guerre, considéré comme la divinité suprême, plus puissante qu'Odin lui-même, dans les pays du nord, particulièrement en Norvège. On sait que dans le folklore russe, le bouleau joue un rôle important. Chez les Germano-Scandinaves ou les populations altaïques, comme chez les Celtes ou les Slaves du Nord, les croyances concernant ses propriétés sont à peu près identiques. Selon les proverbes russes recuillis par Dal, le bouleau fait bien quatre choses : il donne la lumière au monde, il étouffe les cris, il guérit les maladies, enfin il nettoie, ce qui correspond à ses quatre principales utilisations : de ses branches, on fait des torches, car elles donnent de grandes flammes claires, aisin que des balais et les verges dont on se fustige le corps dans les saunas scandinaves comme dans les bains de vapeur russes. Du bois de bouleau, on tire le goudron qui empêche les roues des chariots de grincer. Enfin, sa sève, le "sang de bouleau", est très utilisée dans la thérapeutique populaire et aujourd'hui en phytothérapie ».

Arbre cosmique


Dans sa Mythologie des arbres (ch2, « L'échelle mystique »), on lit que l'arbre cosmique en Asie du Nord est traditionnellement un sapin, mais que pour les chamans sibériens, c'est un bouleau qui remplit ce rôle. Pour les Bouriates, les bouleaux abritent l'âme des ancêtres, et lors de la cérémonie d'initiation du chaman, 9 bouleaux sont coupés. Le plus grand est fiché en terre dans la yourte, et est nommé « Gardien de la porte », car c'est lui qui ouvre au chaman l'entrée du ciel. Le bouleau est fortement associé au chiffre 9 ― toujours chez les Bouriates ― puisque 9 bouleaux sont coupés, et le chaman intronisé doit faire 9 entailles au sommet de chaque bouleau.

Le bouleau est donc l'échelle pour grimper au ciel.

« Pourquoi le bouleau joue-t-il un tel rôle, plutôt que le sapin, par exemple, souvent considéré par les peuples du Nord de l'Asie comme l'Arbre cosmique ? Il est en effet loin d'avoir sa haute taille, Betula verrucosa Ehrh. ne dépasse pas 25 mètres, Betula pubescens est un peu plus petit, 15-20 mètres. Si leur croissance est rapide, ils ne vivent pas plus d'une centaine d'années, alors que le sapin peut atteuindre au moins 700 ans. Seulement, outre sa légèreté, son élégance, la beauté de son écorce d'un blanc argenté, de plus en plus pur vers la cime, le bouleau possède des qualités que lui reconnaissent toutes les traditions. C'est essentiellement un arbre de lumière. »


Jacques Brosse, Mythologie des arbres



Betula sp. gemmae


Le bouleau est l’arbre féminin par excellence, lorsqu’on observe les mouvements de ses branches, on comprend mieux qu’il est aussi l’arbre de la souplesse. Son association avec la sève stimule l’élimination des déchets accumulés dans l’organisme.

Sève de Bouleau

Récoltée exclusivement au printemps, la sève de bouleau nettoie l’organisme des déchets et toxines accumulés depuis longtemps. Par son passage dans l’arbre, la sève de bouleau est dynamisée et se charge en minéraux. Elle constitue une eau biologique vivante qui va régénérer l’organisme.


http://www.herbalgem.com/FR/remedies/produit_details.php?produit=34
je me soigne uniquement avec la gemmothéraphie depuis 4 ans...j ai toujours du cassis( élixir de vie !),de l aubépine(Un bienfait pour votre coeur) et du figuier(Arbre sacré dans l’antiquité, le figuier combine une action équilibrante au niveau de l’estomac, des nerfs et du psychisme. Par cette action, il s’avère particulièrement efficace dans les problèmes de stress et procure un repos nocturne naturel et sain.)...c est fabuleux! je vous les conseille...
voir aussi:
http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/HerbierMedicinal/Plante.aspx?doc=bouleau_hm
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Mar 12 Juin 2007, 10:08


Le symbole de l’orme



Avant d’affronter les épreuves du pays de Galvoie, Gauvain rencontre l’orgueilleuse de Logres, son initiatrice. Cette rencontre, comme bien d’autres au pays de Galvoie, à lieu au pied d’un arbre. Evidemment, il s’agit d’une rencontre intérieure. La dame représente une force très particulière, un pouvoir de l’âme nouvelle que le candidat libère dans sa conscience et son être tout entier. L’arbre, l’axe cérébro-spinal [1] nous donne la signature de l’état de conscience au moment de la rencontre.


Messire Gauvain passe un pont et entre au château, arrivé en haut, au point le plus fort de la place, il aperçoit en un pré sous un orme une pucelle qui mirait son visage, d’une blancheur de neige. Un étroit cercle d’or couronnait ses cheveux. Messire Gauvain met son cheval à l’amble et l’éperonne.
- Doucement, sire, lui crie-t-elle. Un peu de mesure !

l’orme est le bois le plus résistant et le plus étanche pour toutes les parties du bateau touchant l’eau, utilisé pour les outils des tonneaux, les charpentes, les joints de roues, vis de pressoir, arbres de roues de moulins, conduites d’eau.

Arbre de vie à la ténacité généreuse, à la capacité de reverdie spontanée, on lui attribue le pouvoir de soigner les plaies. Pour Ovide, du miel coule dans son tronc.

Mais en raison de son genre hermaphrodite, l’orme est aussi le symbole de l’hybride, du croisement. Arbre des carrefours, protecteur des frontières, il est l’arbre à la croisée du monde infernal et du monde terrestre, à la croisée du passé, du présent et du futur.

La place de l’orme à la fourche de la vie et de la mort, du bien et du mal, de la Vérité et du mensonge est capitale, plante intermédiaire, plante duelle, l’orme puise la force de son symbole comme arbre de la vie mais de son tronc naquit Hypnos et dans son feuillage nichent les songes.

L’orme veille éternellement à la croisée des temps, en attente permanente : est-ce la raison pour laquelle, en plaisantant, on dit à quelqu’un « attendez-moi sous l’orme », pour ainsi dire que l’on ne viendra pas au rendez-vous ?

Cet arbre est en tout cas bien assorti à l’orgueilleuse de Logres : la force qui attend depuis une éternité, source de la vie et de la régénération qui invite le candidat à passer la frontière du monde de l’illusion pour entrer dans le nouveau champs de vie.
http://www.graal-initiation.org/Le-symbole-de-l-orme.html#forum36
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Mar 12 Juin 2007, 10:08

LE CHÊNE






Le chêne est, dans de nombreuses traditions, l’arbre sacré par excellence. Symbole de la force et de la sagesse, il est investi des privilèges de la divinité et est souvent associé à une communication entre le ciel et la terre.











Dans la Bible, les vrais enfants de Dieu sont littéralement appelés les chênes du Seigneur, à cause de la force extraordinaire, de la puissance et de la longévité de cet arbre. Mais nous possédons tous l’arbre qui doit croître jusqu’à devenir un « chêne du Seigneur » : Le système cérébro-spinal, le feu du serpent des ésotéristes est appelé "l’arbre de vie". Ainsi, l’homme est l’arbre de vie avec ses trois canaux, le septuple système des chakras qui s’y rapporte si étroitement et représente les fruits de l’arbre, le vaste système nerveux dodécuple, qui sont les branches et les feuilles, et l’éther nerveux, ou archeüs, qui est la sève vitale de cet arbre sacré : On ne peut trouver analogie plus claire.

Nous comprenons donc ce que représentent ces rencontres au pied du chêne dans les aventures de Gauvain : La rencontre avec les "chênes du Seigneur", les initiés de la Chaîne universelle [2]. Le commerce avec les initiés de la Fraternité universelle, le commerce donc avec les « chênes du Seigneur », n’a pas lieu, par exemple, sous forme de rencontres avec d’honorables messieurs ou dames. Non, le contact vivant consiste en une vie intérieure, une rencontre intérieure grâce aux deux pouvoirs d’immortalité développés par le candidat et symbolisés par les objets suspendus à l’arbre [3]. Chacun de ces arrêts au pied du chêne marque une nouvelle étape dans la reconstruction intérieure entreprise par le candidat.

suite sur http://www.graal-initiation.org/Le-chene.html
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Mar 12 Juin 2007, 16:57

Quel est votre arbre protecteur ?

[center]

Il y a un arbre protecteur qui se lie à chaque personne selon sa date de naissance. Cet arbre permet de mieux connaître certaines facettes de notre personnalité. Si on s’approche de notre arbre protecteur, il y a certains aspects de nous qui feront surface. Notre arbre protecteur est là pour nous offrir son aide et sa protection divine. Chaque personne peut se réfugier sous son arbre de naissance afin de puiser l’énergie de la source.

Voici les treize arbres protecteurs selon votre date de naissance. Vous pourrez ainsi connaître certains aspects de votre personnalité (tirés du site Providence21):

Si vous êtes né entre le 24 décembre et le 21 janvier, votre arbre protecteur est le BOULEAU :
Le Bouleau ne laisse pas de place aux mensonges. Direct, il va droit au but sans prendre de pincettes pour asséner ses quatre vérités. Avec un avis sur tout et des idées claires, le Bouleau donne souvent de bons conseils. On fait volontiers appel à lui pour sa franchise et sa spontanéité. Généreux, il prête toujours une oreille attentive à ses proches et n’hésite pas à faire le pitre pour distraire son auditoire. Son écorce fragile le rend un rien susceptible. Piqué au vif, il se referme sur lui-même. Mais il reste rarement à ruminer dans son coin et préfère regagner le devant de la scène. * En compagnie d’un Bouleau, on retrouve vite confiance en soi, car on sait qu’avec lui on signe un pacte de fidélité sans faille. L’honnêteté avant tout...

Si vous êtes né entre le 22 janvier et le 18 février, votre arbre protecteur est le SORBIER :
De la fantaisie à gogo… Le Sorbier est une boule d’énergie qui disperse sa bonne humeur comme on offre des bonbons. Son cerveau est en perpétuelle effervescence. Il bouillonne d’imagination et régale ses amis de ses inventions du moment. Habile de ses mains, le Sorbier l’est également dans les conversations où il brille par sa joie de vivre contagieuse. Mais, sous ses dehors de gai luron, il n’en est pas moins rigoureux et travailleur. Impossible de déraciner une idée quand il l’a bien en tête. Fonceur sans limites, quand le Sorbier veut quelque chose, il finit toujours pas l’obtenir. * En compagnie d’un Sorbier, on regagne des forces en se régénérant à la source de son dynamisme inépuisable. Le meilleur remède contre la déprime.

Si vous êtes né entre le 19 février et le 17 mars, votre arbre protecteur est le FRÊNE :
Glace en surface sur cœur de braise… Malgré des apparences de frêle timidité, le Frêne cache en fait sous ses feuilles un tempérament de feu qui ne demande qu’à s’enflammer. On le croit réservé aux premiers abords, voire un peu hautain, à cause de son attitude distante, mais quand on parvient à rentrer dans son intimité, on s’aperçoit vite qu’un petit grain de folie s’agite dans sa tête. Personnalité double, le Frêne étonne par sa tendance à jouer au Docteur Jeckill et à Mister Hyde. On le croit lunatique alors qu’il a tout simplement besoin de se sentir en confiance pour dévoiler ses sentiments et son petit côté excentrique. * En compagnie d’un Frêne, on a la certitude de ne pas s’ennuyer une seule minute. Imprévisible et pétillant, il saura sans cesse surprendre ceux qui l’entourent.

Si vous êtes né entre le 18 mars et le 14 avril, votre arbre protecteur est l’AULNE :
Une main de fer dans un gant de velours ! Quand il s’agit de diriger, l’Aulne tient fermement la barre et contrôle la situation comme un capitaine de navire garde le cap. Dynamique et perspicace, il n’hésite pas à brusquer son entourage, s’il le faut. Pas le temps de rêvasser, l’Aulne prône l’efficacité et analyse la situation au premier coup d’œil pour trouver la meilleure solution. Impatient, il déteste attendre et joue volontiers les autoritaires pour accélérer le mouvement. Il est gestionnaire dans l’âme, et on peut lui faire confiance pour régler les problèmes quotidiens. * En compagnie de l’Aulne, on a l’assurance de se laisser guider les yeux fermés. On peut se reposer sur une épaule solide et prête à tout assumer.

Si vous êtes né entre le 15 avril et le 12 mai, votre arbre protecteur est le SAULE :
Fin limier, le Saule a le flair pour trouver de bonnes affaires et faire fructifier son capital de départ. Il aime marchander pour défendre ses intérêts et ceux de ses proches. Toujours prêt à se rendre service, le Saule n’hésite pas à partager ce qu’il a. Doté d’un appétit de vivre insatiable et d’une soif de rencontres inépuisable, il apprécie les atmosphères de grandes tablées où tout le monde se réunit autour d’un repas convivial. C’est un bon vivant. Il se moque des radins qui économisent leur vie. Lui, il voit les choses en grand et fait toujours preuve de largesse… Un grand seigneur. * En compagnie d’un Saule, on goûte à tous les plaisirs de la vie. Bonne chère et petits bonheurs quotidiens sont au programme.

Si vous êtes né entre le 13 mai et le 9 juin, votre arbre protecteur est l’AUBÉPINE :
Fleur bleue à souhait, l’Aubépine vit en permanence dans une bulle de rêveries éveillées. Elle s’est constitué un cocon douillet où elle mène une existence sereine. Elle n’a jamais véritablement coupé les liens avec son enfance et continue de croire aux contes de fées sans se soucier de la réalité. Douce et discrète, l’Aubépine a une tendance maternante qui rassure et réconforte. On se sent en sécurité avec elle. Elle apaise toutes les colères pour redonner l’envie de voir à nouveau le monde en rose bonbon. La vie est un long fleuve tranquille à ses côtés… On se laisse aller au fil de l’eau, tout simplement. * En compagnie d’une Aubépine, la vie est une page d’amour sur fond de tendresse. Romantique, elle prendra soin de vous comme d’un bijou précieux.

Si vous êtes né entre le 10 juin et le 7 juillet, votre arbre protecteur est le CHÊNE :
Calme et posé, le Chêne inspire confiance par son sérieux et sa rigueur constante. Loin des paillettes, des projecteurs et des folles ambiances, il aime avant tout la simplicité. Il apprécie en sage la routine du quotidien qui enracine profondément son attachement aux choses authentiques. Il sait prendre le temps de vivre et profiter de chaque instant sans se poser de questions existentielles. Il aime rajouter sa pierre à l’édifice quand il s’agit d’entreprendre un projet commun. On l’écoute toujours avec attention, car on sait que ses choix sont réfléchis et son expérience enrichissante. * En compagnie du Chêne, les plus anxieux se sentent stabilisés. Équilibré et tranquille, il sait faire partager sa sérénité et son art de vivre.

Si vous êtes né entre le 8 juillet et le 4 août, votre arbre protecteur est le HOUX :
Un brin sauvage, le Houx préfère garder ses distances avec les personnes qu’il ne connaît pas. D’un naturel méfiant, il reste en retrait avant de lier connaissance pour de bon. Il n’hésite pas à tester ceux à qui il offre son estime pour voir s’ils méritent véritablement son amitié. Virtuose de la repartie qui fait mouche, le Houx esquive les gêneurs qui cherchent à le faire sortir de sa réserve en les piquant de remarques cinglantes. Mais quand les défenses tombent et qu’il se sent en confiance, il se transforme en joyeux boute-en-train prêt à cueillir la lune pour faire plaisir à ses proches. * En compagnie d’un Houx, on tombe sous le charme. Sous des apparences un brin bourrues, il révèle sa vraie nature et réserve mille surprises.

Si vous êtes né entre le 5 août et le 1er septembre, votre arbre protecteur est le NOISETIER :
Le Noisetier, lui, ne s’embarrasse pas avec les contraintes du quotidien. Il papillonne au gré du vent, en prenant le temps de faire de nouvelles rencontres et de découvrir d’autres horizons. C’est loin d’être un bourreau de travail. Il se contente d’assurer un minimum pour avoir un maximum de moments à consacrer à ses proches. Peu matérialiste, il préfère la chaleur humaine à celle du cachemire. Intuitif, il possède un sixième sens développé qui lui permet d’éviter les galères et d’aider ses amis à faire les bons choix. Une sensibilité à fleur de peau qui n’a pas peur d’exprimer ses émotions. * En compagnie d’un Noisetier, on apprend à aimer l’aventure. Désinvolte et créatif, ce magicien du réel saura étonner par sa clairvoyance.

Si vous êtes né entre le 2 septembre et le 29 septembre, votre arbre protecteur est le PRUNIER :
Le Prunier s’emballe pour la bonne cause comme un cheval au galop. Il ne peut supporter de voir quelqu’un souffrir sans rien faire. Bon samaritain, il propose toujours son aide et distribue le fruit de ses efforts comme le père Noël et ses cadeaux. La générosité est son cheval de bataille. Il n’économise pas son temps ni son enthousiasme pour faire le bonheur autour de lui. Roi des BA, il donne sans réfléchir, mais ne sait pas toujours recevoir. Rouge de confusion quand on le remercie de ses bienfaits, il oublie souvent que ce que l’on sème. * En compagnie d’un Prunier, on prend la vie du bon côté. Avec lui, on apprend à être positif en toute occasion et à apprécier le moment présent.

Si vous êtes né entre le 30 septembre et le 27 octobre, votre arbre protecteur est le LIERRE :
Le lierre est attiré comme un aimant vers tout ce qui peut sortir de l’ordinaire. Équilibré et réaliste, il a pourtant les pieds bien sur terre, mais laisse volontiers une porte ouverte pour la magie et les univers féeriques. Quelques grammes de fantaisie dans un emploi du temps bien réglé. Il aime croire au surnaturel sans excès qui pimente son quotidien d’une pointe d’originalité. Roi de l’énigme, son imagination sans borne le pousse à trouver des interprétations farfelues qui font le plus grand bonheur des enfants et des amis qui se demandent vraiment où il va chercher tout ça. * En compagnie du Lierre, on retrouve les plaisirs des jeux d’enfant. Vif et spontané, il vous envoûtera par sa propension à réinventer la réalité.

Si vous êtes né entre le 28 octobre et le 24 novembre, votre arbre protecteur est l’IF :
Solitaire jusqu’au bout des branches, l’If se plaît dans le silence et la tranquillité d’un intérieur feutré. Pour ne pas être dérangé dans ses petites habitudes, il préfère brosser les gens dans le sens du poil et paraître toujours d’accord pour ne pas risquer les discussions trop longues et les contrariétés inutiles. Aux conversations à bâtons rompus en grand comité. Il privilégie les tête-à-tête paisibles. Il avoue rarement ses opinions pour ne pas froisser et sert souvent de pacificateur lors de disputes. Il arrive alors à mettre tout le monde d’accord avant de retourner à ses méditations. * En compagnie d’un If, on s’épanouit en toute complicité. Discret et attentionné, il vous entourera de toute son affection.

Si vous êtes né entre le 25 novembre et le 23 décembre, votre arbre protecteur est le SUREAU :
La larme à l’œil en permanence, le Sureau est un grand sentimental. Un rien fait fondre son cœur d’or qui ne demande qu’à se laisser toucher. Impulsif, il suit souvent sa première impression sans réfléchir. Il succombe avec délice à ses nombreux coups de foudre et peu importe les déceptions, car on n’aime jamais en pure perte. Émotif au dernier degré, il ne ménage pas ses nerfs qu’il met à rude épreuve. C’est un sensitif avant tout. Il s’exalte devant un beau paysage, il s’enflamme pour un visage et se désespère face à un chagrin d’amour… Avec lui, les sensations fortes sont au rendez-vous ! * En compagnie d’un Sureau, on ne risque pas de rester le cœur sec. Passionnément émouvant, il communique son amour avec le talent d’un poète.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Sam 07 Juil 2007, 10:24

Une Liste des Bois et Arbres Sacrés

Par Doreen Valiente & Evan John Jones ©, traduction Lune


Extrait de Witchcraft: A Tradition Renewed


A propos des "Neuf Bois du Feu de Beltane" ; frêne, bouleau, if, noisetier, sorbier, saule, pin, aubépine et tout autre bois mentionné comme étant traditionnellement sacré peut être utilisé, à l'exception du chêne, qui est le roi des bois. Les bois disponibles différeront bien sûr, de région en région. La tradition veut simplement que le feu se compose de neuf bois, à l'exception du chêne.


AUBEPINE - Elle est également connue comme l'épine blanche et l'arbre de mai, en raison de son association ancestrale au Jour de Mai. Parce que c'était un arbre sacré, on pensait qu'apporter branches ou fleurs à l'intérieur de la maison portait malheur. Cependant, si employée comme une décoration extérieure le Jour de Mai, elle apportait la bonne fortune.

BOULEAU - C'est l'un des arbres qui est traditionnellement associé aux célébrations de la Veille de Mai, lorsque les gens avaient l'habitude de sortir dans les bois la nuit dans les bois et de rapporter à la maison des branches vertes pour décorer leur maison le Jour de Mai. C'est l'arbre de bonne fortune et de purification, et, en tant que tel, il était utilisé pour fabriquer le balai. Il est perçu comme étant féminin.

CHENE - Le chêne est le roi de la forêt, en particulier s'il porte du gui. Les chênes anciens marquaient fréquemment un point de rendez-vous ou une frontière. Cela est suggéré par le nombre de noms de lieu, tels que "Gospel Oak" (Chêne de l'Evangile), qui souvent survivent sur la carte même si l'arbre d'origine n'est plus là. Le chêne est l'un des sept "Arbres des Chefs de Clan" cités dans la vieille loi irlandaise, dont l’abattage était illégal et qui était considéré comme un grave crime. Les six autres étaient le noisetier, le pommier, l'if, le houx, le frêne et le pin.

FAGOT DE FRENE - Composé de brindilles de frêne. Il devrait être brûlé à Yule pour assurer la bonne fortune. Il est à l'origine de "la bûche de Yule". Une miniature de celui-ci peut être gardée à la maison pour la bonne fortune.

FRENE - Ce bois est utilisé pour le stang, (ndlt : grand bâton fourchu) et de cette façon il représente le Dieu-Roi Cornu. Paré de guirlandes et de flèches croisées, le stang est utilisé comme un autel. Dans la vieille mythologie nordique, l'Arbre du monde était un frêne, Yggdrasil, l'Axe Cosmique.

IF - C'est l'arbre de mort et de résurrection. Certains des plus vieux ifs se trouvent dans les cimetières, à cause de cette symbolique. C'est un arbre qui vit très longtemps, et pour cette raison et son feuillage toujours vert, il a été considéré comme un symbole d'immortalité.

NOISETIER - Un saint arbre lié au feu, à la fertilité, le savoir, la divination et la poésie. Le bois favori pour un bâton de sourcier. C'est l'un des neuf bois du feu de Beltane.

POMME - C'est l'un des arbres sacrés possédant des pouvoirs magiques. Son fruit, lorsque coupé dans le sens de largeur, présente le signe du pentagramme (l'étoile à cinq branches). Avalon, l'ancien nom de
Glastonbury, l'un des centres sacrés, signifie "le site des pommiers". A Hallowe'en, une grosse pomme, appelée la pomme d'Allen ou d'Hallowe'en, est mangée pour la bonne fortune.

PRUNELIER - EPINE NOIRE - C'est un arbre maléfique. Le bâton de prunellier est parfois utilisé comme un autel-stang lorsqu'une malédiction est lancée sur un tiers. L'arbre a de formidables épines et est associé "au Prunellier d'Hiver", un retour de froid au printemps est associé à l'apparition de la fleur de prunellier.

SAULE - C'était autrefois un arbre de deuil et il est souvent mentionné comme tel dans les vieilles chansons et ballades. Cependant, ses chatons cueillis le Premier Mai pourraient être porteurs de chance. C'est un arbre qui aime l'eau et en cela il est associé à l'influence de la lune.

SORBIER - Egalement connu comme le sorbier d’Amérique. On pense que les brindilles de cet arbre apportent la bonne fortune et protéger du mauvais œil. Une vieille salutation celtique provient de cela, "Que la Paix soit ici et l'arbre de sorbe".

SUREAU - Cet arbre passe pour être néfaste à cause son association traditionnelle avec la Sorcellerie. Dans certaines régions de Grande-Bretagne, c'est un arbre féminin. Dans les jours anciens, le jugement était parfois rendu sous cet arbre. De là, le manche de l'épée de jugement du clan est parfois en bois de sureau.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Lun 01 Oct 2007, 10:56

La symbolique des arbres


[/

Texte de Pierre-Émile Rocray, ingénieur forestier et responsable de la Maison de l'arbre du Jardin botanique de Montréal

Communication présentée en février 1997 dans le cadre des déjeuners-causeries de la Société de l'arbre du Québec

L'Homme accorde souvent à ses rêves ainsi qu'aux phénomènes, objets ou faits qu'il observe autour de lui, ne serait-ce que par leur forme ou par leur nature, des associations d'idées spontanées ou des correspondances analogiques avec quelque chose d'abstrait ou d'absent.

Ce sont ces correspondances ou ces associations qu'on appelle "symbole". Il s'agit souvent d'objets ou d'images qui évoquent parfois, dans notre imaginaire, des valeurs magiques, mystiques, divinatoires et surnaturelles. Lorsque l'analogie est naturelle avec l'objet auquel elle se rapporte, le symbole est habituellement plus facile à saisir.

L'Arbre n'a pas échappé aux règles du sens et de la signification car il renferme à lui seul des thèmes symboliques parmi les plus riches et les plus répandus. On peut distinguer chez lui plusieurs interprétations symboliques qui gravitent à peu près toutes autour de l'idée du Cosmos vivant, autour de notre planète en perpétuelle régénérescence. En effet, sa nature cyclique (p. ex. mort et régénération des organes, des individus, d'un peuplement ou d'une forêt entière; changements dans le feuillage au fil des saisons) en fait un symbole par excellence de la vie en pleine évolution. De plus, sa verticalité aérienne et souterraine ne symbolise-t-elle pas l'ascension vers le ciel et la descente aux enfers?

Notre perception visuelle ou imaginaire de l'Arbre répond peut-être à celle de son mystère en nous. Parce qu'il participe entre le visible et l'invisible, que ce soit physiquement ou par abstraction, l'Arbre impose un questionnement éternel. Sa puissance ou sa fragilité sont la nôtre. Être comme un arbre, n'est-ce pas être fort et solide comme un chêne. Juste le fait de penser que l'on puisse épouser son tronc et ses feuilles, constitue autant d'invitations à épouser notre corps, notre énergie intérieure et nos pensées.

L'Arbre représente donc notre destin soudé dans une seule vie, et pourtant divergent en mille branches. Nous ne pouvons échapper à l'Arbre pas plus qu'à nous-mêmes. Si l'Arbre est notre reflet, c'est qu'il nous ressemble dans sa diversité la plus extrême. À cet égard, la façon dont nous entretenons les arbres et les forêts ne correspond-t-elle pas à l'image que nous avons de nous-mêmes comme société? À l'image que nous offrons aussi aux étrangers qui viennent nous visiter?

Notre attachement à l'Arbre, c'est l'attachement et le désir qui nous nouent littéralement à cette planète: comme si notre destin ou notre présence sur la Terre consistait précisément à comprendre ce qu'il y a d'étrange et d'inexprimable dans nos enracinements. C'est-à-dire être capables de vibrer sous le vent, de nous courber dans la tempête et de résister sans briser, d'entendre ou sentir la vibration entre le Ciel et la Terre et de percevoir l'énergie formidable qui monte et descend entre les racines et la cime de l'Arbre.

L'Arbre met en relation les trois niveaux du cosmos que sont le souterrain, la surface et le milieu atmosphérique. Ses racines fouillent effectivement les profondeurs cachées du sol dans lequel elles se développent. Près de la surface, on retrouve son tronc et ses branches maîtresses et, enfin, dans les hauteurs cosmiques ou atmosphériques se balancent ses branches et ses ramures. L'Arbre réunit donc à lui seul tous les éléments, à savoir l'eau circulant dans sa sève, la terre envahie par ses racines, l'air pénétrant par ses feuilles et le feu jaillissant de son bois.

En Chine, on considère d'ailleurs le bois comme un cinquième élément en soi.
L'arbre de vie

L'Arbre est universellement considéré comme un symbole des rapports qui s'établissent entre le ciel et la terre. En ce sens, il possède un caractère central au point de faire de l'Arbre du monde un synonyme de l'Axe du monde: un ferme soutien de l'univers, un lien entre toutes les choses et un support de la terre habitée.

Ainsi en est-il en Chine de l'Arbre Kien-Mou dont les Dieux, les esprits et les âmes empruntent le chemin dressé au centre du monde, puisqu'il possède neuf branches et neuf racines avec lesquelles il touche aux neuf cieux, c'est-à-dire aux neuf sources de vie. C'est par lui que montent et descendent les souverains: ces médiateurs entre le Ciel et la Terre. L'Arbre central qui, du cosmos jusqu'à l'Homme, couvre tout le champ de la pensée par sa puissance et sa présence, c'est l'Arbre de vie puisqu'il est chargé de forces sacrées dû au fait qu'il est vertical et qu'il se régénère, meurt et renaît d'innombrables fois.

La Bible mentionne que les arbres sont créés au troisième jour, c'est-à-dire avant la vie animale qui apparaît au cinquième jour et la vie humaine, au sixième jour. Il paraît que l'Arbre de vie qui se trouvait au centre du Paradis terrestre, possédait douze fruits: un chiffre symbolique qui est signe d'un renouvellement cyclique. Cet Arbre de la Connaissance ou de la Science du Bien et du Mal, était l'instrument de la chute d'Ève et d'Adam; comme l'Arbre de vie sera plus tard celui de leur rédemption par le biais de la crucifixion de Jésus.

À propos des aïeuls du genre humain, il est intéressant de constater que c'est par l'entremise de l'Arbre qu'ils ont pris conscience de leur vulnérabilité face à Dieu, et que c'est avec les feuilles d'un arbre qu'ils cachèrent leur nudité pour la première fois. Ces organes auraient-ils donc servi de premier vêtement pour la race humaine, bien avant la fourrure et d'autres fibres végétales?

Le parallèle entre l'Arbre de vie et l'évolution biologique fait de l'Arbre un symbole de fertilité dont on peut encore observer des témoignages de nos jours. En effet, les jeunes femmes de certaines tribus iraniennes s'ornent parfois le corps d'un arbre tatoué dont les racines partent de leurs sexes et dont les frondaisons aboutissent aux seins. Une très ancienne coutume du bassin Méditerranéen et de l'Inde, fait en sorte qu'il est possible d'apercevoir, isolés dans la campagne près d'une source, des arbres couverts d'une floraison de mouchoirs rouges, que des femmes stériles ont posé à leurs branches pour conjurer leur sort.

Mais le symbolisme de l'Arbre est ambivalent en ce qui a trait au sexe. Au plan du monde phénoménal, le tronc dressé vers le ciel, symbole de force et de puissance solaire, serait le Phallus ou l'image archétypale du père. C'est particulièrement le cas des arbres au port fastigié qu'il est inutile de nommer. De son côté, l'arbre creux ou celui au feuillage dense et enveloppant dans lequel nichent les oiseaux, et qui se couvre périodiquement de fruits, évoque l'image archétypale et lunaire de la mère fertile. D'ailleurs, dans les légendes des peuples, l'abondance des arbres-pères et des arbres-mères conduit à l'arbre ancêtre dont l'image, dépouillée peu à peu de son enveloppe mythique, représente aujourd'hui l'arbre généalogique. L'Arbre est presque toujours associé à la naissance, à la généalogie ou à des cycles antérieurs de vie des individus et des communautés. C'est peut-être ce qui explique qu'on le plante aujourd'hui pour commémorer la naissance et la mort d'un être cher.

L'Arbre de la Boddhi sous lequel, paraît-il, Bouddha atteignit l'illumination, est aussi un Arbre de vie. Une inscription sur l'un des nombreux temples d'Angkor, mentionne que ses racines sont Brahmâ, ses branches Vishnu et son tronc Shiva. Or, Brahmâ est une des principales divinités hindou. Il a été le premier dieu créé et il est le créateur de toute chose. Vishnu représente le principe même de la création du monde et Shiva, le dieu de la destruction. Nous revenons donc à la représentation de l'Arbre de vie chez l'hindou. L'association de l'Arbre de vie avec le divin se retrouve évidemment dans les traditions chrétiennes, ne serait-ce que par l'Arbre de la première ou de la nouvelle Alliance, par l'Arbre de vie de la Genèse ou par l'Arbre de la croix. Le symbole de la Croix érigée sur une montagne, au centre du monde, ramène entièrement l'image antique de l'Arbre cosmique.

En Orient comme en Occident, l'Arbre de vie est souvent renversé. Cette conception serait attribuable au rôle du soleil et de la lumière dans la croissance des êtres, puisque le haut est source de vie et le bas l'endroit où l'Homme s'efforce de la faire pénétrer. La vie vient du ciel et pénètre dans la terre. Il est à remarquer que cette conception signifie que ses racines sont le principe même de la manifestation et ses b ranches, la manifestation qui s'épanouit.Le culte des arbres

L'Arbre cosmique est fréquemment représenté sous la forme d'une essence particulièrement majestueuse telle le Chêne celtique, le Tilleul germanique, le Frêne scandinave, l'Olivier de l'orient, le Mélèze et le Bouleau de l'hémisphère nord... Ce sont souvent des arbres réputés pour leur longévité, leur dimension ou leur blancheur lumineuse.
suite
http://rosamystica.oldiblog.com/?page=articles&rub=326089
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
maelysande

avatar

Féminin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 69
Date de naissance : 23/12/1963
Age : 53
Localisation : Sud du Massif Central
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Histoire d'arbre   Mer 26 Déc 2007, 20:27









Un petit cadeau pour ceux et celles nés en ces temps....


Il y a un arbre protecteur qui se lie à chaque personne
selon sa date de naissance. Cet arbre permet de mieux connaître certaines
facettes de notre personnalité. Si on s’approche de notre arbre protecteur, il
y a certains aspects de nous qui feront surface. Notre arbre protecteur est là
pour nous offrir son aide et sa protection divine. Chaque personne peut se
réfugier sous son arbre de naissance afin de puiser l’énergie de la source.

Il existe treize arbres protecteurs selon votre date de naissance. Vous pourrez
ainsi connaître certains aspects de votre personnalité (tirés du site Providence21)




Si vous êtes né entre le 24 décembre et le 21 janvier, votre arbre
protecteur est le BOULEAU :
Le Bouleau ne laisse pas de place aux
mensonges. Direct, il va droit au but sans prendre de pincettes pour asséner
ses quatre vérités. Avec un avis sur tout et des idées claires, le Bouleau
donne souvent de bons conseils. On fait volontiers appel à lui pour sa
franchise et sa spontanéité. Généreux, il prête toujours une oreille attentive
à ses proches et n’hésite pas à faire le pitre pour distraire son auditoire.
Son écorce fragile le rend un rien susceptible. Piqué au vif, il se referme sur
lui-même. Mais il reste rarement à ruminer dans son coin et préfère regagner le
devant de la scène. * En compagnie d’un Bouleau, on retrouve vite confiance
en soi, car on sait qu’avec lui on signe un pacte de fidélité sans faille.
L’honnêteté avant tout...

:a16:

NB d Ambre:sujet regroupé ,bien à toi!
144000
Revenir en haut Aller en bas
maelysande

avatar

Féminin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 69
Date de naissance : 23/12/1963
Age : 53
Localisation : Sud du Massif Central
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Mer 26 Déc 2007, 20:53

... Mais aussi, un petit passage que j'affectionne particulièrement (j'ai testé!)...

Citation :
Pétrus m'a ordonné alors de retirer ma chemise et d'adosser ma colonne vertébrale à un arbre qui se trouvait tout près... Il m'a expliqué que les végétaux, principalement les vieux arbres, sont capables de transmettre l'harmonie à quiconque adosse au tronc son centre nerveux

Extrait de Paul Coelho "Le Pèlerin de Compostelle"

Merveilleuse nature... n'oublions jamais de la fréquenter quotidiennement, elle est là pour nous rappeler ce que nous sommes....

:898: Maelysande
Revenir en haut Aller en bas
maelysande

avatar

Féminin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 69
Date de naissance : 23/12/1963
Age : 53
Localisation : Sud du Massif Central
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Sam 19 Jan 2008, 11:38

Je reprends ma petite info: "Quel est votre arbre protecteur?"
Et j'en profite au passage pour souhaiter un heureux anniversaire à tous ceux qui sont concernés...
:59:


Citation :
Si vous êtes né entre le 22 janvier et le 18 février, votre arbre protecteur est le SORBIER : De la fantaisie à gogo… Le Sorbier est une boule d’énergie qui disperse sa bonne humeur comme on offre des bonbons. Son cerveau est en perpétuelle effervescence. Il bouillonne d’imagination et régale ses amis de ses inventions du moment. Habile de ses mains, le Sorbier l’est également dans les conversations où il brille par sa joie de vivre contagieuse. Mais, sous ses dehors de gai luron, il n’en est pas moins rigoureux et travailleur. Impossible de déraciner une idée quand il l’a bien en tête. Fonceur sans limites, quand le Sorbier veut quelque chose, il finit toujours pas l’obtenir. * En compagnie d’un Sorbier, on regagne des forces en se régénérant à la source de son dynamisme inépuisable. Le meilleur remède contre la déprime.


:359: Amitiés. Maelysande
Revenir en haut Aller en bas
Myriam

avatar

Féminin
Balance Singe
Nombre de messages : 174
Date de naissance : 13/10/1968
Age : 48
Localisation : alès, au pied des cévennes
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Sam 19 Jan 2008, 14:23

vous n'auriez rien sur l'acacia ?

144000
Revenir en haut Aller en bas
http://inter-connection.blogspot.com/
maelysande

avatar

Féminin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 69
Date de naissance : 23/12/1963
Age : 53
Localisation : Sud du Massif Central
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Sam 19 Jan 2008, 22:29

... Désolée, chère Mimiss... la suite concernera: bouleau, sorbier, frêne, aulne, saule, aubépine, chêne, houx, noisetier, prunier, lierre, if, sureau...

Tu vois je pensais, façon feuilleton télévisé, poster un petit renseignement tous les mois... c'est pour le suspense... et l'humour!!!!

:62: Très cordialement. Maelysande
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Sam 19 Jan 2008, 23:57

L'accacia n'est pas originaire de nos contrées, comme tous les arbres et arbustes de cette série réactualisant le cycle de l'année celtique.

Belle nuit à vous Maelysande et Mimiss :p3:
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Dim 20 Jan 2008, 09:30

Bonjour à vous toutes,
Mimiss , l acacia est en effet un arbre très inrerressant à découvrir et que j aime particulièrement...
je te partage un fichier de l an passé qui est une belle synthèse de ce que j ai lu il y a quelques années :


"Ses fleurs odorantes sont à la source de l'un des miels de printemps les plus réputés -le miel d'acacia- un miel liquide à la belle couleur d'ambre clair."
http://zebulon1er.free.fr/acacia.htm


Citation :
L’Acacia est l’archétype du symbole porteur de Savoir, particulièrement des Connaissances liées aux Grands Mystères et liées à l’entendement des Maîtres. Tout ceux qui se sont rendus en Terre Sainte savent combien l’Acacia y est abondant. Sa floraison au cœur de la saison des pluies assurent l’éclat lumineux des collines de Galilée et sont la lumière du désert du Néguev où les rares parcelles de gazon lui font rapidement place. Aliant l’eau au feu, il est la lumière du printemps après le souffle du vent « Sharav » comme le sont les « fleurs de Marie ».

Il est dit qu’Abraham en planta un bosquet ('e-shel ) à Beer-Sheba ( Gen. 21 ; 33 ) et, à cette époque, il devait déjà avoir une grande signification car il est dit qu’en le plaçant à cet endroit, il invoqua le Nom de Dieu. Celui qui porte les branches de cet arbre est le porteur de la Lumière. Dans le Mythe d’Hiram, celui qui ôte la branche marquant l’emplacement du corps prononcera les mots indiquant que la moelle est dans l’os. Il sera celui qui assurera le lien entre la Connaissance et le Monde des Hommes par la « relèvation d’Hiram », c’est à dire à la permanence de la vie que l’on traduit généralement par « mort renaissance » et que le mythe transforme en « mot substitué ». Un mot est substitué à un autre, ainsi le Roi ne meurt pas…

La Bible aussi bien le Coran mentionnent ces arbres qui symbolisent l’éternité et sont associés à l’état paradisiaque. Un exemple est l’arbre de la vie de la Bible, qui est mentionné dans le jardin d’Eden ainsi que dans la vie éternelle de l’au-delà.

Dans le Coran:
« Les gens de la droite, mais que sont les gens de la droite? seront parmi des jujubiers sans épines et des acacias alignés, sous d’amples ombrages, près d’une eau vive, avec une abondance de fruits, non encore cueillis mais non défendus. »
Sourate 56:27-33

Une légende Rabinique précise que lorsque Jacob se rendit en Egypte, il porta avec lui des plans d’acacias, les mêmes types d’arbre que ceux qu’Abraham avaient planté à Beer-Sheba. Durant l’Exode, les enfants d’Israël transportèrent encore ces plants durant leur errance dans le désert. C’est du bois de ces arbres, Shittim, que fut construite l’Arche d’Alliance. Ainsi qu’il est dit :
« Exo 35:24 Tous ceux qui présentèrent par élévation une offrande d'argent et d'airain apportèrent l'offrande à l'Éternel. Tous ceux qui avaient du bois d'acacia pour les ouvrages destinés au service, l'apportèrent. »

Et ce bois revêt une importance particulière, si particulière qu’il est mentionné 28 ( 8 + 2 = 10 ) fois dans l’Exode. On l’utilisa pour construire le Tabernacle, qui devient ainsi le « beth hash-shit-taw' » ( la maison de l'Acacia ) et on lui confia les tables de la Loi ( Exo. 26 ; 15 ), on utilisera le même bois pour construire les barreaux nécessaires à le porter tout autant que les colonnes de l’entrée qui tendent le rideau de protection. Ces planches sont à l’identique des Hommes, elles sont debout et dressent un rempart de protection autour de l’Arche. « Tu feras des planches pour le tabernacle; elles seront de bois d'acacia, placées debout. Exo 26:15 »…

Le mot hébreux utilisé ici revêt à la fois la signification de construire, mais aussi d’apprêter. On peut y voir une prédisposition des formes de construction utilisées par Hiram pour le Temple dans la mesure où l’assemblage du bois permet de ne pas entendre un seul bruit métallique durant la construction. C’est aussi une image très forte du Nouveau Testament que de relier le Christ à cette forme de construction par le fait que Joseph soit charpentier ( au fait, tant que j'y pense, Marie n'était-elle pas Veuve au moment de la Passion ? ).

Ainsi, pour l'Eglise, il fait aussi référence à la couronne du Christ, celui-ci étant ressuscité le troisième jour. On comprend facilement le lien entre sa couronne, c’est à dire le signe de la royauté fait en bois immortel, et son immortalité.

Dans un certain sens, le message Biblique peut se condenser dans le symbolisme de quatre arbres. Le premier était l’arbre de la vie dans le paradis du jardin d’Eden (Genèse 3:22-24). Cet arbre devint l’arbre de la connaissance du bien et du mal (le deuxième arbre) dont Adam et Eve mangèrent le fruit, causant la chute ( Genèse 3:4-6, 17-18 ).

L'acacia est un symbole d'initiation solaire manifestant la continuité des cycles de mort et de renaissance. La franc-maçonnerie n’en ignore pas les secrets, à tel point que pour William Hutchinson (1732-1814), le nom « Acacians » signifie Franc-maçon.

Celui qui tient un rameau d'acacia annonce soit le but qu'il poursuit, soit le niveau de conscience auquel il est parvenu.

Au delà de la forme spécifique de sa feuille qui ressemble à la positions des FF et SS en Loge, le long des colonnes et dont les travaux sont gouvernés par le Vénérable Maître, l’Acacia reste depuis la plus haute antiquité, un symbole solaire et, par voie de conséquences, d’immortalité. Cela s’explique par son bois dur et presque imputrescible, mais aussi de ses fleurs immaculées pour sa variété européenne et jaune lumineux pour celle du proche orient .

Très présent dans la tradition judéo-chrétienne depuis les versets du pentateuque. C’est le bois d’Acacia recouvert d’or qui sert à construire l’Arche d’Alliance ( il faut néanmoins être prudent sur l’analogie entre l’arche d’alliance et le tombeau d’Hiram car cela ne relève pas du grade de Maître ) et que l’on retrouve dans la construction de la Tente du Tabernacle.

Bien que le Tabernacle soit l’un des symboles étudiés au delà des trois premiers grades, on peut se pencher utilement sur l’ Exode Chapitres 25 – 26 – 27 – 30 – 37 à différents versets. Ces derniers sont manifestement de sources sacerdotales. Les chapitres 25 à 31 regroupent assurément des éléments plus anciens qui se trouvaient dans la tradition des bergers nomades déjà présents sur la terre d’Israël avant l’Exode.

Parmi ces éléments sont l’arche et sa tente, remontent sûrement à cette période du syncrétisme attribué à Moïse. D’autres éléments provenant naturellement des cultes solaires dont certaines formes ont été conservées au cours de l’histoire d’Israël. En rapportant le tout à des directive données par l’Eternel, l’Exode affirme le caractère divin de ces pratique et les inscrit dans la continuité naturelle des institutions. De fait, ce sont les matériaux de la Tente et du tabernacle qui resteront ceux du futur Temple.
« Dis aux Israélites de prélever pour moi une contribution. Vous prendrez la contribution de tous ceux que leur cœur incite ( Ex. 25 ; 2 )…. des peaux de Tahach teintes en rouge, du cuir fin et du bois d'acacia ( Ex 25 ; 5) ».

Le nouveau testament insiste sur cette qualité initiation de résurrection par le fait que la couronne d’épines du Christ aurait été tressée de branches d’acacia, redondance symbolique de la divinité messianique qui indique que celui qui est désigné à mourir est aussi destiné à être « relevé »".

La croix de Jésus, appelée « bois » est liée, quant à elle, au verset du Deutéronome 21:22-23: « Si l’on fait mourir un homme qui a commis un crime digne de mort, et que tu l’aies pendu à un bois, son cadavre ne passera point la nuit sur ce bois; mais tu l’enterreras le jour même; car celui qui est pendu est un objet de malédiction auprès de Dieu. « ‘Ets ». Un arbre dans son essence, des morceaux de bois ».

Dans la doctrine chrétienne du salut, en assumant la malédiction, Jésus l’élimine de l’arbre du bien et du mal . Il ouvre la voie vers le dernier arbre : « l’arbre de la vie dans le paradis de Dieu »… dont les feuilles servaient à la guérison des nations. Il n’y aura plus d’anathèmes." ( Apocalypse 22: 1-3 ).

Cet arbre est aussi associé à la légende du bâtisseur de Jérusalem dans la symbolique maçonnique avec une identité de signification. C’est l’emplacement de la branche qui indique la position du corps à relever.
Dans la Chine ancienne, l'acacia est l'arbre du nord et de l'hiver. En Inde, la louche sacrificielle attribuée à Brahmâ est faite à base de mimosa ( le mimosa est l’acacia véritable, celui que l’on utilise en France est le robinier ou faux acacia ). Enfin, en maçonnerie occidentale, l'acacia est un arbre de résurrection et d'immortalité.

Le mimosa fleurit en hiver notre Acacia est signe de printemps... dans les deux cas il s'agit de vivre ou de revivre...

A l'origine des anciennes Loges, ce symbole était étranger à la Franc-Maçonnerie; il est difficile de dire aujourd'hui comment il y fut introduit. On peut néanmoins supposer, sans trop de risque d’erreur, qu’il apparut avec le Grade de Maître autour de 1730.

Il semble cependant certain que la dénomination primitive était "cassia" - vulgairement appelé acacia de Farnèse ( variété de mimosa ) ou " casse ".

Ce n'est que plus tard que ce mot se transforma pour devenir acacia.



« Etes-vous Maître Franc-Maçon?
Je le suis; l'acacia m'est connu. »

Déjà le Compagnon affirmait déjà avec assurance sa qualité de Maçon; le Maître fait preuve, dans sa réponse, d'une très grande confiance en lui-même.

Il pense que seuls les Frères du même grade sont qualifiés pour le juger; et comme il a obtenu le grade suprême, la fermeté de sa réponse se trouve justifiée... Il oublie simplement que la reconnaissance de la qualité de franc-maçon ne s'exerce rituellement qu'au premier degré du rite.

Frère Second Surveillant, êtes vous franc-maçon ?
Mes Frères me reconnaissent pour tel Vénérable Maître..."

Mais afin de se distinguer de ses Frères Compagnons et Apprentis, le Maître donne d'emblée une preuve de ses connaissances plus étendues en affirmant que l'acacia lui est connu. Seuls les Maîtres en connaissent le symbolisme et par conséquent, sont initiés à la légende d'Hiram.

Sans doute, celui qui donne correctement cette réponse se fera-t-il reconnaître Maître Franc-Maçon, du moins au point de vue formel; mais cela ne signifie pas que celui qui s'est justifié de la sorte soit effectivement un Maître de l'Art Royal.

Or, au point de vue moral, c'est cela qui importe avant tout. Il ne suffit pas qu'un Maître possède les signes, paroles et attouchements et les autres moyens de se faire reconnaître; il faut que son esprit, que ses actes le fassent apparaître comme un Maître aux yeux des Apprentis, des Compagnons et des autres Maîtres; et grâce à ses connaissances et à son activité maçonnique, il gagnera leur estime et leur amour fraternel. Il doit se donner en exemple à tous par la haute notion qu'il a du devoir, afin que tous aussi puis dire de lui: En vérité, voici un Maître.

Aucun ouvrage ancien de maçonnerie ne donne d'explication sur le choix de ce symbole. L'Acacia est pourtant un arbre intéressant puisqu'il ne peut devenir adulte qu'à condition d'être habité par des fourmis dont l’entretien permet sa croissance. Cette particularité de l’Arbre n’en demeure pas moins mystérieuse et peut-être justifie-t-elle aussi son emploi dans la symbolique de l’éternité, emploi dont le mystère n’est connu que des « Maîtres ». C'est le myrte des anciens initiés, le rameau d'or, le fragment d'éternité que les maçons croient découvrir au troisième degré dans la branche d'acacia. Mais une question demeure, les maçons affirment qu'ils connaissent l'acacia, mais ils ne savent pas qu'ils sont les fourmis de l'histoire ?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Dim 20 Jan 2008, 20:10

Bonjour !!

Merci Ambre pour les informations concernant l'acacia !!!


(petit clin d'oeil pour Mimiss)
Pour le côté croquant des fleurs de l'acacia :
sunny

http://www.univers-nature.com/activites/beignet-acacia.html


Bonne soirée de dimanche

:76:
Revenir en haut Aller en bas
Myriam

avatar

Féminin
Balance Singe
Nombre de messages : 174
Date de naissance : 13/10/1968
Age : 48
Localisation : alès, au pied des cévennes
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Lun 21 Jan 2008, 09:14

en fait l'acacia est mon arbre, je le sais car depuis gamine, je rève de lui bien souvent. C'est par le biais de mes rèves que j'aie appris tout cela.

Il n'y a pas longtemps, j'ai fait un rève étrange, un de ces rèves qui vous marquent à vie je crois. Mon rève avait des couleurs bizarres, dehors c'était la guerre, la misère, ma maison tombait en ruines, je me souviens avoir cette graine dans la main et la planter. Comme dans Jack et le haricot magique, un arbre à soudainement poussé ... Un acacia ... immense grand comme une maison de quatre étages, à l'extérieur des gens sont arrivés, car cette arbre était un vrai trésor. Dans le tronc on pouvait y vivre, une table en bois avec des mets "fabuleux", une lumière douce et dorée. Un havre de paix,plus fort que la cabane dans les arbres, la maison dans l'arbre. Je me souviens aussi de la violence que j'aie ressenti, quand des gens se sont approchés de mon arbre, pour me piller, violer mon intérieur. J'étais effrayée pas pour moi, mais pour mes enfants, et là les branches de l'arbre m'ont défendu et blessé avec leurs piquants (meme transpercé) ceux qui s'approchaient de trop prés de mon refuge. L'acacia éloignait de moi ceux qui me faisaient du mal, mon conjoint a également été blessé, ne restait plus que moi, mes enfants et cet arbre divin protecteur dans un monde en effondrement.

bises, merci pour toutes ces infos pour l'acacia. Que l'on retrouve beaucoup chez nous (le sud de la france) J'aime aussi les figuiers, et les oliviers ...
Revenir en haut Aller en bas
http://inter-connection.blogspot.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: le pouvoir purificateur des plantes   Mer 29 Oct 2008, 23:15

Le pouvoir purificateur des plantes d’intérieur


Les plantes améliorent la qualité de l'air en absorbant les polluants chimiques
Des plantes dans la maison, outre le côté esthétique, cela permet de "dépolluer" l’air de nos habitats, de façon naturelle. Car nos habitations sont loin d’être saines ! Les matériaux employés dégagent des gaz toxiques pour le nez, les yeux et la gorge (on en détecte d’ailleurs facilement l’odeur dans les habitations neuves).

Le pouvoir purificateur des plantes d’intérieur.
Les plantes améliorent la qualité de l'air en absorbant les polluants chimiques
Des plantes dans la maison, outre le côté esthétique, cela permet de "dépolluer" l’air de nos habitats, de façon naturelle. Car nos habitations sont loin d’être saines ! Les matériaux employés dégagent des gaz toxiques pour le nez, les yeux et la gorge (on en détecte d’ailleurs facilement l’odeur dans les habitations neuves).
En 1980, les premières études menées par le Dr Bill Wolverton de la NASA, portaient sur le recyclage de l’air dans les navettes spatiales. Elles ont permis de découvrir que les plantes ont la capacité de dépolluer l’air de façon significative. Depuis, différentes études ont confirmé ces résultats.
En France, le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et la faculté de pharmacie de Lille mènent des essais dans le cadre du projet Phyt’Air, notamment sur les capacités du chlorophytum à résorber le toluène (solvant) dans l’air.
En fait, les plantes absorbent les particules au cours de leur respiration, les acheminent jusqu’à leurs racines où elles sont détruites par les micro-organismes présents dans le terreau.
De plus, leur action dépolluante est durable et rapide, déjà mesurable dès les premiers jours après leur installation
Conserver le terreau de la plante toujours humide : plus une plante consomme d’eau, plus elle génère d’humidité et plus elle est à même d’éliminer des polluants. Cependant, un excès d’humidité serait néfaste : le terreau ne doit pas rester détrempé, ni l’eau stagner dans les soucoupes.
Eliminez régulièrement la poussière qui se dépose sur les feuilles, en vaporisant de l’eau pure sur les deux faces, ou en nettoyant les plus larges à l’aide d’une éponge humide.
Chaque plante ayant des capacités différentes à filtrer les éléments polluants, n’hésitez pas à les associer pour obtenir de meilleurs résultats.

  • Aglaonéma (A. communtatum)

Très facile à vivre, elle atteint facilement 50 cm de hauteur. Ses larges feuilles sont joliment panachées. Cette plante apprécie d’être bassinée de temps en temps, à l’eau tiède. Cette plante se satisfait d’une lumière tamisée, supporte le chauffage et la climatisation.
Effet dépolluant : benzène et toluène.

  • Azalée d’intérieur (Azalée indica)

Elle fleurit entre septembre et mai dans divers tons de rose, et pousse lentement jusqu’à 80 cm de hauteur. Elle apprécie d’être arrosée régulièrement à l’eau non calcaire tiède (mais surtout pas d’eau stagnante dans la soucoupe !), la vaporisation quotidienne de ses feuilles à l’eau douce tiède, et de vivre sous une lumière indirecte à 18° C maximum durant la floraison. Supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure.
Effet dépolluant : elle absorbe les vapeurs d’ammoniac des détergents pour sols.

  • Chlorophytum

Quasiment increvable, c’est une plante prolifique qui porte ses bébés à bout de tiges. Les nouvelles pousses ne demandent qu’à s’enraciner si on les met dans du terreau. Disposez-les un peu partout dans la maison, dans des suspensions.
Effet dépolluant : idéal pour le monoxyde de carbone et les solvants des peintures et des colles (toluène comme formaldéhyde).

  • Dracaena (Dracaena fragrans)

Poussant tout en hauteur, le dracaena est volumineux sans être trop encombrant. Le placer dans un angle bien éclairé, sans soleil direct, et loin du radiateur, en évitant de trop l’arroser.
Effet dépolluant : il absorbe le formaldéhyde et le benzène, notamment celui dégagé par la fumée de cigarettes.

  • Lierre

C’est plutôt une plante d’extérieur, mais elle s’adapte à un intérieur frais et peu lumineux. Lorsque le lierre est cultivé en suspension, les tiges s’allongent assez vite.
Plus décoratives, les variétés panachées demandent plus de lumière.
Effet dépolluant : il filtre les solvants des peintures et le monoxyde de carbone dégagé par les appareils de chauffage.

  • Philodendron (Monstera déliciosa)

Bien nourri et arrosé, ce végétal devient assez vite imposant, développant de larges feuilles brillantes très faciles à nettoyer. Le mieux est de lui positionner un gros tuteur recouvert de mousse. Ainsi il pourra s’y accrocher et grimper vers le haut. Cette plante, épiphyte et grimpante aime la lumière, mais de soleil direct.
Effet dépolluant : élimine le formaldéhyde et surtout le PCP, nocif, longtemps émis par les produits classiques de traitement du bois.

  • Pothos (Epipremnum pinnatum)

Pour obtenir de larges feuilles plus efficaces, palissez les tiges grimpantes du pothos sur un tuteur recouvert de mousse (à conserver humide). Les racines vont s’y fixer et puiser l’eau. Les variétés panachées apprécient la lumière sans soleil direct.
Effet dépolluant : il absorbe surtout le monoxyde de carbone.

  • Spathiphyllum (Fleur-de-lune)

Les variétés les plus imposantes atteignent 2m de hauteur, mais il y en a de plus petites. Ses fleurs blanc pur s’épanouissent presque toute l’année. La plante demande juste un peu de lumière, mais sans soleil direct.
Effet dépolluant : résorbe aussi bien le benzène, le trichloréthylène que le formaldéhyde. Ses performances sont dues à un taux d’évaporation élevé.

  • Syngonium (Syngonium podophyllum)

C’est une liane tropicale, dont les tiges s’étalent sur 2m en pot. Il faut donc le palisser sur un treillis, ou placer la potée en suspension, à la lumière vive, mais indirecte. Vaporisez les feuilles quand il faut plus de 20°C.
Effet dépolluant : lui aussi lutte contre le formaldéhyde.

  • Fougère de Boston (Nephrolepis exaltata Bostonienis)

Les frondes retombantes, découpées et ondulées, de cette fougère s’étalent sur un bon mètre de largeur. Placez le pot dans une pièce fraîche en lumière tamisée, sur une sellette ou en suspension. Arrosez et pulvérisez de l’eau sur les feuilles.
Effet dépolluant : elle boit et rejette beaucoup d’eau, ce qui augmente le taux d’humidité et favorise l’action dépolluante des autres plantes.
Bonheur/Lila www.rhiyourh-lila.com
par bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Serena

avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 287
Date de naissance : 06/02/1961
Age : 56
Localisation : France
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Sam 01 Nov 2008, 21:24

MERCI MARIE POUR CES PRECIEUSES INFORMATIONS

SERENA


Revenir en haut Aller en bas
http://serenagaia.blogspot.com/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Arbre de lumière   Dim 09 Déc 2012, 20:25

Le déclin de l'empire des grands arbres centenaires...


Le chêne de Tronjoly, à Bulat-Pestivien en France, est âgé d'environ 1.700 ans ! © Michel Lefranq, Wikipédia, cc by-sa-3.0
Citation :


Étrange phénomène : les plus vieux arbres du monde disparaissent ou sont en déclin partout dans le monde, selon une étude qui vient d'être publiée. Cette raréfaction de très grands organismes a de graves conséquences sur les écosystèmes et la biodiversité.

Les arbres les plus vieux ont un rôle écologique majeur. Leurs cavités peuvent servir de nids ou d'abris, pour parfois plus de 30 % des oiseaux et animaux de l'écosystème. Par leur taille, ils stockent d'énormes quantités de carbone et recyclent les éléments nutritifs du sol grâce auxquels prospère un grand nombre d'espèces. Ces arbres fournissent une abondance de nourriture pour beaucoup d'animaux sous forme de feuillage, de fleurs ou de fruits. Même dans les paysages agricoles, les vieux grands arbres peuvent restaurer la végétation.

Par analogie aux espèces animales, on s'attend à ce que le taux de mortalité des vieux arbres soit supérieur à celui des plus jeunes. Toutefois, dans un rapport publié dans Science, des écologistes pointent du doigt une alarmante accélération du taux au cours du siècle dernier. L'augmentation du taux de mortalité chez les arbres de 100 à 300 ans s'observe partout dans le monde : dans les savanes, les forêts, les zones agricoles et même dans les villes.

« C'est un problème mondial et il concerne la plupart des types de forêts »

Le professeur David Lindenmayer, premier auteur du rapport, a commencé à noter ce déclin dans les forêts suédoises en examinant les dossiers des années 1860. Une étude de 30 ans sur les Eucalyptus regnans en Australie a ensuite confirmé que non seulement les vieux arbres mouraient en masse dans les feux de forêt mais qu'en plus le taux de mortalité moyen était 10 fois plus important que ce qu'il devrait être dans les années sans feux. Ces observations s'étendent au monde entier et par exemple dans le parc national de Yosemite en Californie, les savanes africaines, les forêts tropicales du Brésil, les forêts tempérées européennes et les forêts boréales.

Ce déclin, on le doit à une série de facteurs bien souvent humains. Le défrichage, les pratiques agricoles, les feux de forêt, l'exploitation forestière, l'utilisation du bois, les attaques d'insectes et de changements climatiques rapides, tous ces paramètres influent sur la survie des arbres. « Par exemple, les populations de grands pins centenaires dans les forêts sèches de l'ouest de l'Amérique du nord a diminué de façon spectaculaire au cours du siècle dernier en raison de coupes sélectives, les incendies inhabituellement sévères, et d'autres causes. » Les vieux arbres sont en outre beaucoup plus sensibles à la sécheresse et à l'élévation de température.

« C'est une tendance très inquiétante. Nous parlons de la perte des plus grands organismes vivants sur la planète, des plus grandes usines de fleurs sur la planète, des organismes qui jouent un rôle clé dans la régulation et l'enrichissement de notre monde » insiste David Lindenmayer. L'appel est lancé par la communauté scientifique, il y a urgence dans le monde entier. Il faut enquêter pour évaluer l'ampleur de la perte des grands arbres, et identifier les domaines où ils ont une meilleure chance de survie.

Liens externes
Résumé du rapport paru dans Science
Page d'informations sur le professeur David Lindenmayer
source
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
Arbre de lumière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 7 Lampes de la Ménorah, qui représentent-elles ?
» Cette lumière qui descent du ciel!
» Enseignements bouddhistes qui illuminent tous les êtres comme la lumière du soleil et de la lune
» L’Épée Flamboyante et le Sentier du Serpent dans l’Arbre de Vie
» L’Arbre kabbalistique : les Séphiroth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Santé-Soins holistiques...-
Sauter vers: