ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La perfection

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4301
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: La perfection   Ven 21 Mai 2010, 02:05

La perfection n'intéresse pas le Sage, le Philosophe, l'ami de la Sophia. Seul l'ignorant s'intéresse à la perfection.

Car lorsque la perfection est atteinte, si toutefois elle peut l'être, que reste-t'il comme espoir, comme élan de vie?

Vouloir atteindre la perfection, c'est désirer la posséder.

Elle ne peut alors au final que détruire tout ce qu'elle n'a pas encore dévoré sur le chemin vers elle, si toutefois un quelconque chemin peut mener jusqu'à elle.

La perfection se transforme en prédatrice implaccable pour quiconque a la prétention de ne fût-ce que la rechercher. C'est alors une tueuse d'espoir, une castratrice de vie. Mais ce n'est pas "sa faute". C'est sa nature.

Le Sage laisse la perfection au potentiel de l'Etre. Il renonce consciemment à toute prétention sur elle. Non pas pour éviter de se faire dévorer par elle, mais... pour la vivre!

Car la perfection a ceci de paradoxal, qu'elle épouse spontanément celui qui ne la recherche pas, qui ne s'y intéresse pas. Elle marche à ses côtés, et lui de même. Ils sont ensemble. Et elle le nourrit et le renouvelle inlassablement. Et en quelque sorte, réciproquement.


Le Sage ne s'intéresse pas à la perfection, parce qu'il la vit au quotidien, à chaque instant, dans chaque rencontre qu'il fait, dans chaque chose qu'il perçoit, dans le moindre frémissement de l'air.


Alors, adviendra l'instant où ils seront complètement unis l'un à l'autre, parce qu'ils ne se retiennent pas.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La perfection   Ven 21 Mai 2010, 02:18

Magnifique!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La perfection   Ven 21 Mai 2010, 02:22

Merci Steph.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La perfection   Ven 21 Mai 2010, 06:45

bonjour, complètement vrai..................michèle
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La perfection   Ven 21 Mai 2010, 06:53

suite...........la valeur humaine est peut-etre meme dans l'imperfection et dans l'acceptation de cette imperfection, le potentiel des gens bien souvent se révèlent dans les moments les plus difficiles, les traversées du désert (nuits noires) acceptées permettent de grandir..................
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4301
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La perfection   Ven 21 Mai 2010, 22:06

Je ne crois pas en une quelconque vertu de la difficulté, ni de la souffrance, ni du drame, ni du risque, ni de l'effort.

Renoncer à toute prétention sur la perfection, c'est aussi savoir vivre sans l'illusion du challenge, du risque, de l'épreuve, forcément narcissique.

Personnellement, je considère que grandir ne peut provenir que d'une démystification du phénoménal.

Certes, le Sage rend son ordinaire à l'extraordinnaire, et réciproquement. Mais la valeur de l'extraordinnaire n'est justement pas dans le phénoménal, au contraire.

("V pour Vendetta": "Je fais comme Dieu et évite les risques du hasard").


Savoir vivre la perfection, c'est précisément pour moi savoir vivre sans risque, non pas parce qu'on se protège narcissiquement, mais simplement parce qu'on a démystifié l'illusion de la toute-puissance.

Si je cours le moindre risque, ce n'est pas parce que la vie les engendre, mais parce que je les introduis dans la vie à cause de mon besoin de valorisation narcissique, comparative, et que je ne suis pas capable de vivre véritablement l'extraodinnaire effervescence de la plus complète quiétude, dans la certitude de l'Harmonie.

Rien ne devient plus véritablement Beau en regard d'une quelconque souffrance, d'une quelconque épreuve, et c'est cela, il me semble, que le Sage comprend et applique.

La Beauté EST.


L"'imperfection", c'est la relativité, la faillibilité, la faiblesse intrinsèque et légitime, de la Personne humaine.

Si j'attends des autres qu'ils soient parfaits, je ne les accepte pas tels qu'ils sont, dans leur nature essentielle, et je ne peux pas les Rencontrer véritablement.

De ce fait, je ne peux pas m'accepter non plus, ni me Rencontrer.


Mais par contre, si je peux percevoir profondément que l'Autre est valable, absolument, quelle que soit son "imperfection", sa faiblesse légitime, sa relativité humaine, alors je peux me reconnaître comme étant absolument valable, moi aussi, dans ma propre relativité humaine, "imparfaite", et faible si clivée de la collectivité.

La poursuite de la perfection adultère la signification de la Rencontre, et donc le vécu de la Réalité, en y introduisant les chimères qui auraient du rester dans la pure potentialité.

Et parmi ces chimères narcissiques, il y a l'épreuve, le risque, la compétition et l'effort.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La perfection   Sam 22 Mai 2010, 06:28

bonjour steph, oui, la beauté est......;
l'imperfection est humaine...........
accepter soi et les autres dans leur imperfection, c'est............


je ne pense pas que certaines épreuves soient introduites par besoin de valorisation narcissique...........

certaines épreuves sont

elles demandent de puiser au plus profond de soi, c'est une certaine rencontre avec soi meme(cf nuit de l'ame qui peut durer des années).........ou tu es seul avec toi meme, avec tes imperfections, tes doutes......... je pense que ça fait grandir dans le sens ou tu laisses petit à petit beaucoup de choses qui ont constitué ta vie, tu te vois tel que tu es, et tu n'as plus besoin de prendre des risques, de te mettre à l'épreuve, ni d'etre compétitif..........après ce n'est que mon cheminement ma perception des choses avec ce que je suis d'imperfection amicalement michéle
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4301
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La perfection   Sam 22 Mai 2010, 11:46

Bonjour Michèle,



dans mon approche, la "nuit" de l'Ame n'est pas une épreuve qui nous grandit. C'est plutôt notre confrontation aux chimères que nous avons produites, et que nous devons démystifier et réintégrer, pour nous souvenir que nous sommes déjà Grands et Beaux.

Je prétends donc encore qu'il n'y a pas la moindre vertu dans l'épreuve: c'est une "illusion d'optique" qui peut nous faire croire au contraire.

En effet, si je traverse l'épreuve de la confrontation à mes chimères, je me sentirai grandi. Mais ce n'est PAS parce que l'épreuve m'a grandi, mais parce que la perception de ma Grandeur a été désentravée par la démystification effectuée.

En réalité je n'ai pas du tout grandi. J'étais déjà "grand", mais piégé par mes chimères dans le refoulement de cette "grandeur", je ne la voyais pas.

"L'épreuve est donc ce que nous en faisons", comme me le disais un Frère spirituel. Car l'épreuve est simplement constituée de nos propres chimères qui introduisent leur incohérence dans la réalité de notre vie, avec la souffrance qui en découle.

Penser qu'une épreuve ou une soufffrance puisse nous faire voir la réalité de l'Harmonie est une erreur. Cela ne peut fonctionner comme cela. Car la Réalité EST, et nous avons la capacité fondamentale de la vivre.

Cette capacité de Vie est voilée par nos chimères, qui n'ont donc pas la moindre vertu susceptible de nous offrir cette capacité qui existe déjà.

Il nous suffit de prendre conscience de cette capacité et d'y adhérer en conscience, et ce n'est pas une chimère qui peut nous en faire prendre conscience.

Le refoulement est inévitable, mais il n'a pas de vertu en lui-même. La vertu est ce que le refoulement cache.

Il faut donc comprendre que lorsqu'une épreuve se présente à nous, il y a deux façons de l'aborder: narcissiquement, en pensant la vaincre par toute-puissance personnelle, ou bien sublimatoirement, en abandonnant toute puissance personnelle.

Dans le premier cas, des solutions narcissiques seront utilisées, et conduiront peut-être à une résolution apparente et transitoire de l'épreuve, peut-être accompagnée d'un sentiment (encore narcissique) d'avoir "grandi".

Dans le second cas, la solution de l'épreuve réside uniquement dans l'abandon de la toute-puissance, ce qui est intrinsèquement un refus de reconnaître l'épreuve, car sa nature est dévoilée dans son illusion narcissique.

Ayant démystifié la nature narcissique de l'épreuve, on ne saurait croire en être sorti "grandi", mais on perçoit simplement plus complètement notre "grandeur" effective, au-delà de l'illusion chimérique.


L'épreuve et la souffrance n'ont pas de signification. Elles sont donc insignifiantes, essentiellement narcissiques. Elles n'ont aucune aptitude à grandir l'être humain, car il est déjà Grand, sans preuve nécessaire de cette Grandeur. L'épreuve et la souffrance peuvent seulement le mystifier profondément par rapport à cette Grandeur.

Croire qu'il puisse exister une vertu valorisante dans l'épreuve ou la souffrance, c'est quelque part exprimer l'idée qu'elles pourraient être souhaitables. Or, elles ne sont JAMAIS souhaitables. Ce qui est souhaitable est par contre leur démystification narcissique intégrale.


La morale est une illusion, une stratégie du refoulement. La morale est chevillée à la dualité, à tel point que ces mots sont pour moi synonymes. L'épisode biblique du jardin à l'Est d'Eden relate l'adultération de la Connaissance dialectique du Lien et de la Séparation, en pseudo-connaissance morale, dualiste, du "Bien" et du "Mal", fausses polarités dialectiques mystificatrices, clivantes. Les voilà nos chimères fondamentales, qui engendrent épreuves et souffrances.

Car il existe clairement une morale de l'épreuve et de la souffrance. Et c'est visiblement une stratégie morbide du refoulement, du contrôle narcissique, et rien d'autre.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La perfection   Sam 22 Mai 2010, 12:25

rebonjour................nous sommes tous et toujours grands et beaux du début à la fin..............
si j'utilise "grandir", c'est qu'il a une valeur symbolique pour moi.............
nous avons la capacité fondamentale de vivre ou pas la réalité...............
nous avons la capacité de nous abandonner ou pas à l'épreuve............
après je ne sais pas perfection imperfection sont des mots sous lesquels chacun peu mettre le sens qu'il veut
pour une personne artiste dans l'ame elle y voit l'oeuvre..........
après j'ai peut etre pas utiliser le bon mot........il est parfois difficile de mettre des mots sur le ressenti mais bon c'est ainsi, en tout cas je me suis senti moi ................ amicalement michèle
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4301
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La perfection   Sam 22 Mai 2010, 13:22

Puis-je suggérer que l'Oeuvre ne comporte ni n'implique intrinsèquement aucune épreuve ni aucune souffrance?

Tout cela est ajouté en surplus par l'illusion dualiste

Alors certes, l'Oeuvre s'ouvre sur le libre-arbitre dualiste, mais ce n'est pas Elle qui implique ni engendre les chimères de la moralité, du clivage dualiste.

Ce n'est que l'immaturité de l'Etre nouveau qui en est la source.

Cette immaturité n'est pas un défaut de grandeur, mais seulement un égarement transitoire et naturel de conscience qui n'invalide en rien la Valeur inaltérable de la Personne humaine.

L'Oeuvre trace un chemin de maturation et d'émancipation sûr, sans risques, sans souffrances. Le libre-arbitre permet de s'écarter éventuellement de ce chemin, sans quoi l'intégration de ce chemin ne serait pas authentique.

L'Oeuvre ne pousse cependant nullement quiconque à s'écarter du chemin. Au contraire, elle trace le chemin.

Après, chacun et chacune fait selon son libre-arbitre. Et le problème, c'est qu'à côté du chemin, rôdent les chimères... et leurs funestes conséquences, l'épreuve et la souffrance.

"Lorsque je serai dans la vallée de l'ombre de la mort, je sais que je ne craindrai rien, car Tu seras avec moi."


Le chemin sert à intégrer la tension existentielle au coeur du Couple Sacré. C'est la justification de l'Oeuvre. Lorsqu'on s'écarte (certes légitimement) du chemin, au lieu d'intégrer (actualiser en fait) la tension existentielle, on s'y heurte de plein fouet (on la refoule).

En tant que musicien, je sais bien que la tension des cordes d'un instrument est indispensable à l'émission des sons harmoniques. La Séparation dialectique produite par la tension des cordes, permet d'exprimer le Lien harmonique.

Mais cette tension n'est pas épreuve, ni souffrance (sauf si on éxagère et qu'on se nique le bout des doigts sur les cordes).



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La perfection   Sam 22 Mai 2010, 13:39

...............j'ai fait le lien avec l'oeuvre parce que j'ai parlé avec ma fille de la perfection, elle est plutot artiste de plus fait un mémoire sur l'art therapie........elle n'etait pas d'accord avec moi et pensait plus comme toi...........
estimant avoir "grandi", j'éviterais de vous contredire et méditerais sur vos paroles............!!! à tous les deux

après disons que j'ai entreperçu l'ombre de la mort........et que j'étais en paix.............mais mon histoire n'est que mon histoire, c'est celle qui me permet d'avancer
amicalement michèle
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La perfection   Sam 22 Mai 2010, 15:16

....................;"sourire".............en cherchant un éclaircissement, je suis tombée sur Steiner, que je connaissait par rapport à sa conception pédagogique, et je viens de découvrir une dimension spirituelle........il ne manquerait plus que ce soit pareil pour C.Rogers..........et ce serait le bouquet!!!!
merci à toi michèle
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4301
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La perfection   Jeu 05 Nov 2015, 17:17

EROS et THANATOS

Je me faisais la réflexion suivante:


Le Couple Sacré est véritablement fondé sur le fait d'"être avec" !

Etre avec l'Autre, être avec la différence, être avec la perfection!

Ce qui est naturellement la seule façon d'être en relation avec cette perfection, sans en subir les conséquences morbides!

Ainsi, avoir de la concupiscence pour le corps de la Femme (Corps de la Mère), et se livrer à l'acte sexuel charnel, dans son amalgame physique densifié, implique qu'on ne puisse plus contempler la perfection: on s'y mélange.

Et cela provoque inévitablement des conséquences morbides, ce qui nous amène au rapport intime qui existe en Eros, la sexualité narcissique, et Thanatos, la morbidité!

D'une façon pratique, l'Homme qui se livre à la sexualité charnelle, narcissique, ou encore tantrique, avec des Femmes qui ne sont pas vouées à l'aider de cette façon sur un chemin spirituel, tombera dans un piège karmique qui le conduira inévitablement à une confrontation de type morbide. Car il sera requis pour plusieurs vies, sur un temps relatif assez important (au minimum, plusieurs siècles) par les Femmes avec lesquelles il aura eu ces relations narcissiques.

Dans la sublimation de la conscience du Frère pour sa Sœur éternelle, la concupiscence est dépassée, et finalement totalement dissipée pour ne laisser la place qu'à un respect Sacré, conjugué à une subjugation par la contemplation de la perfection.

Et le miracle, alors, est que par la vertu de la dynamique Sacrée, de vitesse angulaire infinie, la perfection simplement contemplée, deviendra superposée, véritablement AVEC, dans un partage intégratif de conscience!

Le désir de posséder la perfection ne permettra jamais de la posséder réellement, mais confrontera toujours par une morbidité certaine!

Par contre, la sublimation du désir de possession de la perfection, aboutira à une expérience où cette perfection est véritablement AVEC en tout conscience! Grâce à la superposition paradoxale engendrée par la dynamique Sacrée sur les polarités dialectiques, humaines, sexuées.


Je rappelle ici, que ce que nous appelons "corps physiques" dans la densité, sont en fait les ondes personnelles rigidifiées, densifiées, suite au manque de cohérence de l'Esprit de l'Homme, inapte à inséminer l'onde de potentiel, qui entre alors en décohérence!

De ce fait, si l'on considère la structure onde-corpuscule comme étant celle de l'Ame-Esprit, alors le corps physique charnel est le résultat dualiste de la rigidification de l'Ame.

Le véritable Corps physique est le Corps Christique unifié, le disque du Tao. Tant que ce que Corps unifié n'est pas intégré par les polarités humaines, les Ames-ondes se substituent au Corps unifié, dans une dualisation corporelle où l'onde de potentiel conjugal s'effondre (décohérence).  Apparaît alors un potentiel incarnationnel, un vecteur d'incarnation qui balise la voie de l'Esprit vers l'intégration du Corps unifié. C'est ce vecteur d'incarnation que l'on appelle usuellement "Ame".  Mais il n'est en fait que le résultat de la rigidification de l'Ame-onde, par manque d'intégration conjugale du Corps Christique unifié.

La particularité de l'onde rigidifiée dans la dualisation issue de la décohérence, est qu'elle est soutenue par la Matière, le cercle du Tao (et non pas le disque, qui est le Corps). Cela est rendu possible par le soutien, in fine, du Saint-Esprit de la Femme.

On peut donc dire que: le Saint-Esprit soutient l'intervention de la Matière pour rigidifier les ondes personnelles en compensation d'un Esprit masculin trop incohérent. C'est pourquoi la perfection du Saint-Esprit, transparaît à travers les corps physiques charnels, densifiés.  La densification étant le clivage corporel nécessaire pour distinguer des ondes personnelles victimes de la confusion issue de la décohérence "quantique" spirituelle.

C'est pourquoi le désir de possession de la perfection du Saint-Esprit, se focalise sur les corps physiques densifiés!  Le corps dualisé est, je l'ai déjà dit, le fruit narcissique "interdit" de possession de soi!

Paradoxalement, cette possession de soi doit être réalisée par l'exercice narcissique du corps charnel, car on ne peut offrir en sublimation au potentiel conjugal, ce qu'on ne "possède" pas, même si cette possession est illusoire!  L'illusion dualiste est le fondement incontournable de la réalité non-dualiste!

Et donc, la confrontation à l'image corporelle, charnelle, de la perfection du Saint-Esprit, induit naturellement la concupiscence pour cette image de perfection!  Et cette concupiscence permet une confrontation tamisée à la perfection qui transparaît à travers les corps charnels.  Ce qui peut agir comme une vaccination progressive contre la fascination addictive, possessive, à l'égard de la perfection, morbide si convoitée!

Mais le vaccin ne fonctionne pas chez tout le monde! Il y a une part de disposition personnelle relative au choix existentiel.



Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4301
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La perfection   Jeu 05 Nov 2015, 17:26

La subjugation mentale est le résultat d'une fascination addictive finalement sublimée par la conscience fraternelle Sacrée!  Pour ce faire, des doses plus importantes de vaccination par toucher direct, mais modéré, tangentiel, du Saint-Esprit, sont nécessaires!  C'est l'effet "Veram Medicinam" de la Pierre cachée. On peut voir la Rectification nécessaire comme étant l'action sublimatoire, "enzymatique", qui permet de Rencontrer la Personne au-delà des apparences physiques charnelles, et des addictions qui y sont associées.

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La perfection   

Revenir en haut Aller en bas
 
La perfection
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Origène: Maitre de Perfection chrétienne
» La perfection de l'énergie
» La perfection de la sagesse
» La perfection de la contemplation
» Le soutra de la perfection de la sagesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: