ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RAP conscient : APOCALYPSE Nwo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 16 Jan 2011, 07:02

Abd al Malik, de son vrai nom Régis Fayette-Mikano, est un rappeur, slameur et compositeur français d'origine congolaise, né dans le 14e arrondissement de Paris le 14 mars 1975.



Biographie

Abd al Malik est né à Paris d'un père haut fonctionnaire congolais. Entre 1977 et 1981, il vit avec sa famille à Brazzaville. À son retour en France, il grandit dans une cité HLM du quartier du Neuhof à Strasbourg. Après le divorce de ses parents, c'est sa mère seule qui l'élève avec ses six frères et sœurs. Il est entrainé très jeune dans la délinquance (vol à la tire et vente de drogue)[1].

Grâce notamment à une enseignante qui l'oriente vers le collège privé Sainte-Anne à Strasbourg, il poursuit ses études. Il est admis au lycée Notre-Dame des Mineurs, puis intègre l'Université Marc Bloch dans un double cursus philosophie et lettres classiques.

Il fonde à cette époque avec son grand frère Bilal et son cousin Aissa le groupe de rap N.A.P.. Abd al Malik choisit son nom de scène en référence à son propre nom de naissance. En effet, son prénom « Régis », qui signifie « roi » en latin, se dit « Malik » en arabe.

Il se marie en 1998 avec la chanteuse Wallen, avec laquelle il a un garçon en 2001. Il devient en 1999 disciple du maître spirituel marocain Sidi Hamza al Qâdiri Boutchichi.
Œuvre musicale

Son œuvre s'inspire de l'islam soufi auquel il s'est converti au cours de son adolescence. Abd al Malik milite depuis pour la paix et pour un « vivre ensemble » [2].

Son style musical mélange rap, jazz et slam[3] au ton volontiers « sérieux ». Il n'hésite pas à faire référence à d'autres chanteurs de langue française, comme Jacques Brel dont il reprend la chanson Ces gens-là. Ses chansons cherchent à mettre en valeur un texte fort de sens et d'émotion, chanté ou récité, accompagné d'une musique qui doit appuyer l'intensité des paroles.

La ligne de conduite esthétique pour la création de son second album Gibraltar était « déconstruire dans la forme la notion même de rap tout en restant hip hop »[4]. Il se met à penser que, dans le slam comme dans l'islam, il avait une posture de paraitre et non d'être parce que trop inquiet de la réaction du public, préoccupé par les opinions des gens. « Il m'a fallu déconstruire pour reconstruire. Mais rien de bon ne peut sortir hors de l'amour et hors de l'acceptation de l'autre » résume-t-il en évoquant son cheminement, « même si cela n'est pas toujours facile »[5].

En novembre 2007, il présente un nouveau projet, le collectif Béni-Snassen composé de New African Poets (NAP), Wallen, Bil'in, Hamcho, Matteo Falkone et lui-même, engagé contre l'illettrisme[6]. En 2008, le collectif sort un album intitulé Spleen et Idéal.

Le 27 janvier 2008, il est décoré chevalier dans l'ordre des Arts et Lettres par la ministre de la Culture Christine Albanel[7], lors du Marché international de l'édition musicale (MIDEM)[8].

Apprécié par une partie de la presse[9], Abd Al Malik est aussi critiqué. Dans un article intitulé « Rap domestiqué, rap révolté » et publié dans Le Monde diplomatique[10] en septembre 2008, le journaliste Jacques Denis considère que l'œuvre d'Abd Al Malik est trop consensuelle et facilement récupérable politiquement par la droite ou la gauche (par opposition à des rappeurs plus radicaux) : « l'extrême prévisibilité du verbe d'Abd Al Malik ne saurait faire taire l'orage qui menace au delà du périphérique » et « il ne constitue en fait que la face audible de minorités devenues visibles par une belle opération de communication »

SOURCE

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abd_al_Malik_%28chanteur%29






SOLDAT DE PLOMB








L'ALCHIMISTE





LETTRE A MON PERE















Dernière édition par pascalle le Mer 25 Mai 2011, 04:13, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 16 Jan 2011, 07:10




http://www.streetartutopia.com/?p=674


Dernière édition par pascalle le Dim 16 Jan 2011, 08:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 16 Jan 2011, 07:53

OXMO PUCCINO "365 JOURS" album "L'ARME DE PAIX"

"La vie est courte et la mort a tout le temps,
Né le matin, majeur à midi, vieux dès vingt heures"



http://www.youtube.com/watch?v=8NJggCGNeI8



Oxmo Puccino de son vrai nom Abdoulaye Diarra (né en 1974 à Ségou, Mali), est un rappeur français d'origine malienne. La principale singularité d'Oxmo Puccino réside dans son écriture, basée sur les métaphores et les phrases chocs. Ce lien à la chanson française lui a valu le surnom de « Black Jacques Brel »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Oxmo_Puccino




Il arrive à Paris en 1979, et ses parents s'installent dans le 19e arrondissement quand il a l'âge de cinq ans. Il habitera pendant de nombreuses années dans le quartier Danube, à côté de la Place des fêtes. Touché par la violence de son quartier, plus tard, il préfèrera toujours mettre en avant la poésie sauvage et le théâtre tragique et comique de son quotidien et les relations qu'il a pu tisser au cours de ses épopées, qui n'ont pas toujours été innocentes.

Oxmo Puccino commence à rapper vers l'âge de treize ans et ses premières apparitions sur disque datent de 1995, époque où il se mêle d'abord aux rappeurs de son quartier, puis participe à de nombreux projets musicaux. Avec un autre rappeur du 19e arrondissement, Pit Baccardi, il intègre le collectif Time Bomb, qui lui permet de collaborer avec les X-Men, Lunatic (Booba et Ali), Hifi, et d'autres. Considérés comme les plus prometteurs de la nouvelle école du rap français dans la fin des années 1990, grâce à leurs flow novateurs et à une écriture technique, les rappeurs de l'écurie Time Bomb se feront surtout un « nom » dans l'underground grâce à leurs nombreuses réunions pour des freestyles, aujourd'hui encore très réputés, sur la radio Générations dans l'émission Original Bombattak.

En 1997 paraît L 432, une compilation dans laquelle se trouve le morceau Pucc fiction, réalisé en collaboration avec Booba. Ce titre rencontre vite un grand succès d'estime dans le milieu underground et est considéré aujourd'hui comme un des morceaux les plus forts du rap français. C'est en 1998 que Oxmo Puccino se fait connaître du grand public grâce au titre Mama Lova, sorti sur la compilation Sad Hill du marseillais Kheops, DJ du groupe IAM. C'est le premier morceau du rappeur qui a eu droit à un vidéoclip.
Oxmo Puccino

Alors que le collectif Time Bomb originel se sépare, il signe un contrat avec la maison de disque Virgin et sort, en 1998, son premier album studio, Opéra Puccino, qui mettra 8 ans pour décrocher sa certification disque d'or[2]. À la demande du réalisateur Jacques Doillon, il participe ensuite à la musique du film Petits Frères, sorti en 1999. Après la réalisation d'une mixtape (Bâtiment B) et de nombreuses collaborations avec différents rappeurs sur divers projets, il sort son deuxième album solo, L'amour est mort en 2001, qui connaîtra un véritable échec commercial. En 2004, il participe au doublage français du film américain Belly et retrouve à nouveau le succès avec son troisième album Cactus de Sibérie. Il part ensuite à la rencontre de son public grâce à une grande tournée de concerts dans toute la France (un album live sortira en 2005, le Black Tour Desperado).

En 2006, il sort chez Blue Note, célèbre label de jazz, un concept-album en collaboration avec le groupe The Jazzbastards, appelé Lipopette Bar. L'album, jazzy est très inspiré des films noirs, narre l'histoire du Lipopette Bar, de son équipe et de ses habitués : une diva, Billie, qui disparaît avant son grand spectacle ; Tito, gangster depuis toujours et voulant se ranger ; Kali, apprentie chanteuse ; ou le videur Black Popaye. Pour ce disque, Oxmo Puccino s'est en fait inspiré de la vie de la chanteuse de jazz Billie Holiday, souhaitant ainsi lui rendre hommage [3].

En 2007, Oxmo Puccino réalise avec DJ Cream La réconciliation, une mixtape comportant plusieurs inédits, des reprises en live et des remix.

Après avoir écrit le texte d'une chanson interprétée par Florent Pagny (Vivons la Paix sur l'album de ce dernier Abracadabra, sorti en 2006), il continue ses collaborations en tant qu'auteur et participe à deux titres de l'album d'Alizée Psychédélices sorti en 2007 (Décollage et Par les Paupières).

Au mois d'octobre de la même année, il part à Bogotá (Colombie) en compagnie de DJ Cream, pour réaliser une résidence artistique avec le groupe colombien Choc Quib Town. De cette collaboration, véritable dialogue des cultures, est né un CD 4 titres, Paris-Bogota.

Son dernier album, L'Arme De Paix, est sorti le 23 mars 2009. Si Oxmo a retrouvé les musiciens de la formation Les Jazzbastards pour les compositions et l'enregistrement des morceaux, d'autres collaborations accompagnent ce disque : Sly the Mic Buddah du groupe Saian Supa Crew sur deux titres, le rappeur et chanteur K'Naan, l'artiste soul et reggae Ben et enfin la chanteuse Olivia Ruiz. Simultanément au disque est sortie un recueil intitulé Mine de cristal regroupant les meilleurs textes d'Oxmo Puccino.

Au début de l'année 2010, il gagne une Victoire de la musique, pour son dernier disque L'arme de Paix : le prix du meilleur album de musique urbaine. Il apparaît également dans Conte de la frustration, le conte musical d'Akhenaton et Didier Daarwin.

L'AMOUR EST MORT

"Ne regrettez pas ( pas ) d'avoir été amis
De s'être aimer un peu
D'avoir connu l'unité, même si c'est fini
C'qui tient debout c'est tout ces souvenirs
Y'a que les souvenirs qui tiennent debout "


http://www.youtube.com/watch?v=xVi2NcVvWN8

"Arrive sur Terre"

http://www.youtube.com/watch?v=-x8ykcvHs2g

"J'TE CONNAISSAIS PAS"


Dernière édition par pascalle le Dim 16 Jan 2011, 08:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 16 Jan 2011, 08:00





http://www.streetartutopia.com/?p=80
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 16 Jan 2011, 09:53

MC Solaar, de son vrai nom Claude M'Barali, est un rappeur français d'origine sénégalo-tchadienne.

Mc Solaar est l'un des premiers à avoir réussi à populariser le rap en France en le faisant découvrir au grand public, notamment grâce à ses textes élaborés et nettement moins violents que ceux de ses confrères. Il est reconnu comme faisant partie des piliers du rap français des années 1990 avec des groupes comme Assassin, IAM, et Suprême NTM. Mais son succès et la qualité littéraire de ses textes dans ses albums, Prose combat (1994), Paradisiaque (1997) et Cinquième as (2001), montrent à l’évidence que le chanteur tire plus ses références de Serge Gainsbourg (auquel il rend hommage en samplant Bonnie and Clyde sur Nouveau Western), que de la culture des ghettos noirs américains. Il est également le meilleur vendeur de disques dans la catégorie rap français (plus de 5 millions vendus à ce jour)



Jeunesse et début du succès

Claude M'Barali est né à Dakar (Sénégal) le 5 mars 1969 de parents tchadiens. Il a deux frères et une sœur. La situation politique troublée du Tchad pousse sa famille à quitter ce pays alors qu'il a six mois, et ils s'installent en région parisienne, à Saint Denis puis à Maisons-Alfort et Villeneuve-Saint-Georges (comme dit dans Bouge de là, « Tout a commencé là bas dans la ville qu'on appelle Maisons-Alfort ») ou encore comme on peut l'apercevoir dans le début du clip Victime de la mode ou dans la chanson Quartier nord où il rappe : « je viens du sud de la capitale qu'on appelle Villeneuve-Saint-Georges, quartier nord... Hardcore ».

Il étudie au lycée français du Caire pendant neuf mois à l'âge de douze ans, puis passe son bac en France en 1988, et teste ses premiers textes dans l'émission de Dee Nasty sur Radio Nova (où il rap : « Claude MC tel est mon nom, Solaar est mon tag il aura du renom » Solaar est au départ son tag), tout en étudiant les langues à l'université de Jussieu. Après des études de philosophie et plusieurs clips réalisés par RapLine et diffusés dans l'émission (Bouge de là et Quartier Nord) il sort son premier single en 1990, alors que le rap est encore assez méconnu du grand public en France : Bouge de là (avec un nouveau clip), extrait de son premier album, connait un franc succès dès sa sortie (disque de platine). Ce single est basé sur un sample de The Message du groupe Cymande en 1973. Sa première télévision live sera dans l'émission de Christophe Dechavanne : Ciel, mon mardi !.
1991-1997 : percée avec l'album Prose Combat

Après le succès de Bouge de là, il collabore avec le groupe américain De La Soul lorsqu'ils sont ensemble sur la scène de l'Olympia en septembre 1991. À la fin de l'année 1991, Solaar sort son premier album Qui sème le vent récolte le tempo qui atteint les 400 000 exemplaires. Avec le succès de son premier album, il entame une longue tournée en Pologne et en Russie. En décembre 1992, il continue sa tournée dans 12 pays de l'Afrique de l'Ouest où son flow en français est très apprécié de ses fans africains. MC Solaar s'est engagé pour faire libérer le prisonnier politique sud-coréen Kim Song Man, en participant avec Costa-Gavras au court-métrage Pour Kim Song-Man en 1991 avec le groupe Saï Saï[2].

En 1993, il collabore avec le rappeur américain Guru du groupe Gang Starr avec Le bien, le mal sur l'album Jazzmatazz Vol. 1, signe de la notoriété acquise par Solaar, notamment aux États-Unis. Il est sur la compilation Rap Les Cools Sessions dirigé par son ami Jimmy Jay avec le titre Et Dieu créa l'homme, il fait aussi toutes les intros des autres titres.

MC Solaar retourne en studio en 1994 pour enregistrer Prose combat. L'album se vend à 10 000 exemplaires dès la première semaine de sa sortie en France. Il devient aussi une des meilleures ventes dans vingt autres pays.

En 1995 il participe au disque La Haine, musiques inspirées du film, son titre Comme dans un film ne sera plus présent dans les réeditions du disque en raison de mésentente entres labels.

Beaucoup de ses clips sont traités avec attention et originalité. L'un des plus marquants de MC Solaar est Le Nouveau Western réalisé au Texas, à New York et à Paris par le réalisateur français Stéphane Sednaoui. Cette chanson s'appuie sur un sample de Bonnie and Clyde de Serge Gainsbourg. En 1995 ses efforts sont récompensés par l'obtention de la Victoire de la Musique de l'artiste interprète masculin de l'année.

En raison de la qualité littéraire de ses textes, en raison aussi, très certainement, de son succès, il se retrouve rapidement pris entre deux feux : adopté par l’intelligentsia et les milieux cultivés en général, il se voit accusé de compromission avec le « système » par d’autres rappeurs. MC Solaar, qui ne figure pas dans les compilations de rap français (Rapattitude I et II), poursuit ainsi son chemin en solitaire. Reconnu à l’étranger pour sa collaboration avec Guru pour Le bien, le mal, il est devenu en France le rappeur que l’on oppose à d’autres, comme NTM, plus radicaux, plus provocateurs.

En 1997, Solaar retourne en studio avec son ami producteur et collaborateur de longue date, Jimmy Jay, pour enregistrer son troisième album Paradisiaque. L'album est encore un succès. Ce qui l'entraine sur une longue tournée européenne qui commence le 9 janvier au Zénith à Paris. Au début de sa carrière, Solaar était un fervent soutien de la cause des noirs, de leurs difficultés à s'intégrer et à faire une vie en France.
1997-présent[modifier]

Il change progressivement de style au cours de ses huit albums, se dirigeant du rap vers un hip-hop plus « variété », tout en conservant les textes poétiques et originaux qui singularisent son œuvre, notamment de la fin des années 1990 jusqu'au début du millénaire. En 2001, Solaar sort Cinquième As qui est acclamé par la critique. Des chansons comme RMI, La Belle et le bad Boy, Hasta la vista ou Solaar pleure, et leurs clips, ont connu le succès. Sa carrière est également marquée par une collaboration avec le photographe Philippe Bordas, avec qui il a beaucoup voyagé. En septembre 2006 est ainsi sorti un livre de photos légendées par MC Solaar lui-même.



http://fr.wikipedia.org/wiki/MC_Solaar

SAUVEZ LE MONDE






"JUMELLES"



Dernière édition par pascalle le Mer 25 Mai 2011, 04:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 16 Jan 2011, 09:59



http://www.streetartutopia.com/?p=713
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 16 Jan 2011, 13:43

Texte d'une jeune adulte datant de quelques années


LE RAP


Le succès du rap est total
Le HIP HOP international
De RIO à Caracas,
De Lomé à Las Vegas,
De Pékin à Damas
Le HIP HOP a sa place.
Véritable engagement social,
Armé d'une philosophie radicale,
Le rap joue à des joutes verbales,
Equipé de balles vocales,
Le mic est devenu une tenue de combat.
Description sans fioriture,
De l'environnement délabré,
Les chansons sont engagées
Haut-parleur des opprimés,
Des laissés pour compte de la société.
Chacun à sa place,
La rage nous mine et nous assassine
Science de la rime,
Que l'on sous-estime
les textes sont évocateurs,
Et parfois censurés,
du ministère amer
A la mafia tressé,
Les rappeurs héritiers des poètes
Témoin chantant du passé, et du présent
ça fait 20 ans que l'on chante la banlieue,
20 ans que l'on décrit les écrits en haut lieux
20 ans que l'on étouffe les cris,
Sur les conditions de vie.

Le Hip Hop est caméléon
En perpétuelle évolution
Du break au cruming
Du smurf au clooning
Du rap au slam
Dans toutes les langues il se déclame
de l'aymara à l'ewe,
du brésilien à l'anglais..........

Mais, souvent réputé sexiste et misogyne,
Le Hip Hop représente un univers viril et masculin,
Où les femmes sont marginalisées,
Et sous représentées
servant de faire-valoir à leur prochain
Cantonnée au refrain chantée,
mimétisme mollasson, Pataugeoire de clichés,
scandant des marques au fil de leur chanson,
et jouant de leur sexualité,
Heureusement, certaines font prévaloir :
Leur aptitude lyrique,
Leur aptitude scénique,
Plus que leur physique,
Afin de prouver,
Qu'elles ne sont pas juste bonnes à se trémousser,
Qu'elles ne sont pas que des potiches sexy qui ne font que glousser,
Le rap ne rime pas toujours avec fuck
ou bien suck,
même si avec le fric,
On trouve toujours quelqu'un,
pour baisser son froc.

Le Hip Hop n'est que le reflet de la société
Où la femme se bat pour évoluer.
Dès les années 80,
Les femmes rappent,
A travers le monde entier,
Traitant de divers "sujets"
Comme le viol,
la violence conjugale,
les mariages forcés,
l'excision,
Pour que par million,
les gens soient touchés
Pour que l'on n'entende plus jamais
Ces "faits" au JT
Pas de parité,
Les femmes sont discriminées,
Amazone de la rime,
Ecoutons leur hymne,
Peu importe le milieu, le pays ou la religion,
Femme à l'aube de l'an 2000
Les marques de l'histoire laissent des traces indélébiles,
quelles que soient la décennies on les veut toujours sous le même profil
Toujours plus belle, toujours plus servile
Mais toujours prêtent à jeter sur le ring
Les rimes de la dignité
N'oublions pas que depuis peu elles ont une âme,
Que depuis peu, elles peuvent VOTER,
Et encore, ce n'est pas une généralité,
Plus qu'un problème lié au Hip Hop
C'est un phénomène de société,
Plus qu'une lutte pour la femme,
C'est une lutte pour les minorités,
Entre Hip Hop de charme,
Et Hip Hop engagé
Hip HOP commercial
Et Hip Hop enragé,
Le succès est total
Le Hip Hop international
Le Hip Hop à sa place.
















Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 16 Jan 2011, 13:47





http://www.streetartutopia.com/?p=645
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Lun 17 Jan 2011, 20:16

HIP HOP



http://www.youtube.com/watch?v=f9XG-W0xvgg
Revenir en haut Aller en bas
Mauvius

avatar

Masculin
Cancer Singe
Nombre de messages : 11
Date de naissance : 30/06/1980
Age : 36
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Mer 19 Jan 2011, 09:35

Bonjour,

Concernant le sujet premier de ce message, je tenais à signaler l'excellent forum tenu par l'auteur (a2zeiss) de la chanson citée en tout premier.

http://www.planete-revelations.com/forum

Allez y faire un tour. Il y a énormément de sujet, très bien documentés. Beaucoup de lien musicaux (dans espace libre/musique). Et beaucoup d'autres choses à découvrir.
En bref, il y a énormément de recherche derrière ce morceau "qui nous parle", et vous verrez que ce n'est pas un cas isolé.


Cordialement.

___________________________________
Vous souriez, et le monde change.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Mer 19 Jan 2011, 18:10

Bonsoir,

Il y a aussi des vidéos intéressantes

http://www.dailymotion.com/user/a2zeiss/1



Amicalement P/M
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 23 Jan 2011, 14:41

http://jabamiah-antinouvelordremondial.blogspot.com/2010/11/apocalypse-nwo-rap.html



http://jabamiah-antinouvelordremondial.blogspot.com/2010/06/musique-anti-nom_12.html


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Lun 24 Jan 2011, 08:49



http://www.streetartutopia.com/?p=972
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Sam 29 Jan 2011, 08:00

http://www.wat.tv/video/marcio-in-the-air-1li3c_2i8p7_.html


Marcio's In the Air
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Sam 29 Jan 2011, 08:05




STREET ART UTOPIA ‎- www.streetartutopia.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Sam 29 Jan 2011, 08:33

partage d'une amie


Le vieux Corse et l'informatique

Un vieux Corse vit depuis plus de 50 ans dans la montagne.
Il aimerait bien planter des pommes de terre dans son jardin,
mais il est tout seul, vieux et faible.

Il a eu la chance de participer à des séances d'initiation à l'informatique.
Il envoie alors un mail à son fils qui étudie à Paris pour lui faire part de son problème.


Cher Doumé,

Je suis très triste car je ne peux pas planter des pommes de terre dans mon jardin.
Je suis sûr que si tu étais ici avec moi, tu aurais pu m'aider à retourner la terre.
Ton père qui t'aime

Le lendemain, le vieil homme reçoit cette réponse :

Cher Père,
S'il te plaît, ne touche surtout pas au jardin!
J'y ai caché ce que tu sais.
Moi aussi je t'aime.
Ton fils Doumé


À 4 heures du matin arrivent chez le vieillard :

- la Brigade Antiterroriste ,
- le GIGN,
- les RG,
- la CIA et le FBI
- et même la presse écrite, TF1 France 2 et France 3

Ils fouillent tout le jardin, millimètre par millimètre, et repartent bredouilles.

Quelques heures plus tard, le vieil homme reçoit un nouveau mail de son fils :


Cher Père,

Je suis certain que la terre de tout le jardin est désormais retournée et que tu peux planter tes pommes de terre.
Je ne pouvais pas faire mieux.
Ton fils qui t'aime,
Doumé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Sam 29 Jan 2011, 08:58



STREET ART UTOPIA ‎- www.streetartutopia.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Sam 29 Jan 2011, 14:38

C215


Agé de 37 ans, Christian Guémy alias C215 est un artiste du pochoir qui a œuvré dans les rues du monde entier, et qui investit également son talent de peintre dans les rues de sa ville Vitry-sur-Seine, ou il s'est installé en 2009.

Très actif dans le milieu des arts urbains depuis 2005, de par l'organisation de nombreuses expositions collectives, son parcours personnel de pochoiriste lui fit acquérir très rapidement une reconnaissance internationale, notamment depuis son invitation par Banksy au Cans festival, à Londres, en 2008.

Représenté en galerie à Paris, Londres, New York, Sao Paulo, Amsterdam ou Milan, C215 ne cesse jamais de peindre dans les rues partout où il se trouve, et ce sans autorisation.

Pourtant c'est à visage découvert et sous son patronyme civil que C215 nous présente son parcours original, certaines de ses œuvres ainsi que sa vision théorique du street art. "Le street art, comme une "poésie urbaine", est formée par l'addition de traces individuelles sur les murs, et qui pourrait être le vecteur d'une nouvelle Renaissance, laquelle replacerait l'homme dans la ville, cette nouvelle Nature".




http://canalstreet.canalplus.fr/arts/reportages/arts-de-rue-portrait-de-c215




Stencil works : www.myspace.com/c215 & www.flickr.com/c215

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Sam 29 Jan 2011, 14:42

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Sam 29 Jan 2011, 15:48

DUELS DE TCHATCHE


"En brisant les frontières entre le hip-hop, la musique des troubadours et les riddims de Jamaïque, les Fabulous Trobadors jetaient les passerelles entre les genres, les accents, les mondes, les âges et les continents. Provisoirement baptisé " rapatois ""


Drôles de troubadours que ces deux-là. De l’amour courtois d’antan, éclos à Toulouse, ils font un amour citoyen, sorti de la Cour pour danser sur les places ; et rendent son pouvoir partageur à la musique populaire. Les chansons des trouvères et des grand-mères boivent à la source de jouvence du hip-hop, inspirent les nouveaux refrains de Claude Sicre et les alchimies sonores d’Ange B. Brésil, New York ou Londres, la sono mondiale a rendez-vous dans la ville rose pour enfiévrer les fabuleux duels de tchatche des Trobadors d’aujourd’hui.




Rappel des faits. En 1992, lorsque les Fabulous Trobadors ont lancé leur premier album " Era pas de faire ", dans la mare musicale française, la surprise fût totale. Jamais un groupe n’avait proposé un tel profil. En brisant les frontières entre le hip-hop, la musique des troubadours et les riddims de Jamaïque, les Fabulous Trobadors jetaient les passerelles entre les genres, les accents, les mondes, les âges et les continents. Provisoirement baptisé " rapatois ", leur concept bouleversait tous les a-priori et cassait en mille morceaux à la fois l’imagerie du rap et les clichés régionalistes en vigueur sur les musiques traditionnelles de France. Derrière cet alliage précieux et inédit, c’est aussi un curieux duo qui se proposait aux regards.

D’un côté Claude Sicre, qui a définitivement arrêté de jouer du rock lorsqu’il a découvert le blues rural américain. Depuis ce jour, il s’est mis en quête de son blues à lui, en fouillant le patrimoine des musiques populaires d’Occitanie. Ces chansons ancestrales qui ont traversé les siècles de bouche-à-oreille depuis le Moyen-ge, d’abord par les troubadours puis par les grands-mères. Ces chansons jouées le plus souvent a cappella ou sans grande instrumentation (tambourin, vielle…), des chansons universelles nourries et réinventées sans cesse au contact des époques, des langues et des rythmes. L’Occitanie, il va la trouver dans son creuset natal mais aussi dans une cassette d’Embaladores, ces riddims venus du Nordeste du Brésil, dont il va rapidement adapter les chaloupes dans son répertoire écrit en langue d’Oc.

De l’autre, Jean-Marc Enjalbert alias Ange B., passionné de sons qui a mis tous ses disques de hard-rock au placard le jour où le rap est entré dans sa vie. Un chercheur en sons qui, faute d’instruments électroniques, a passé son temps à imiter tous les sons du hip-hop (et même plus…) en acoustique buccale. Véritable human beatbox, Ange B. sculpte le beat électronique à la lèvre et met le scratch en bouche. Il ravive presque sans le savoir l’esprit des joutes vocales africaines, le grain de folie des jeux des musiciens noirs américains dans le jazz vocal primitif.

Avec leurs vingt ans d’écart, Claude Sicre (à la barre des compositions, paroles et musiques) et Ange B. (en performer et acrobate du son et des effets spéciaux) ont tissé le lien entre deux visions de l’Amérique, deux manières de vivre le quotidien et deux envies de cultiver leurs racines musicales. Ensemble, ils mettent le hip hop dans les campagnes et exportent les chansons des troubadours dans les sound systems de Kingston, les rues de Rio ou les quartiers de New York. Côté texte, l’improvisation et le discours sont les maîtres mots. Vivace, engagée, parfois enragée mais toujours courtoise, la langue des Fabulous Trobadors pèse ses mots sur la démocratie, les contre-pouvoirs civiques et culturels, la décentralisation et la pluralité culturelle. Référencée, la musique des Fabulous Trobadors invite au débat, attire l’attention sur la richesse de la pluralité et argumente avec des chansons phares mais non fanfaronnes : Cachou Lajaunie, Come on every Baudis, Felix Castan …

C’est sur cette matrice minimaliste et doucement radicale que les Fabulous Trobadors vont échafauder leurs deux albums suivants, Ma ville est le plus beau park (1995) et On the linha Imaginot. (1998) en remplissant progressivement l’espace sonore de petites bizarreries électroniques et d’arrangements venus de New York ou de Londres. De plus en plus fourni et enrichi de modernité, ce rapatois va peu à peu traverser les frontières et chatouiller les oreilles du monde, notamment grâce à trois tubes en puissance : L’accent, Fais de la politique et l’Omelette au pastis. Avec les Fabulous Trobadors, le hip-hop de France est devenu fier de ses folklores, de son héritage médiéval et de sa littérature.

2003. Voilà cinq ans que les Fabulous Trobadors n’ont pas donné signe de vie discographique. Cinq ans, il fallait bien ça au duo pour se régénérer, remettre le hip-hop sur l’établi occitan et revigorer son inspiration au contact de la rue, dans des jeux d’improvisations menés avec le public. Pour ce quatrième album, Duels de tchatche et autres trucs du folklore toulousain …, les Fabulous sont revenus aux sources de leur art. Affûtés comme aux premiers jours, ils ont renoué avec une instrumentation légère, essentiellement acoustique —tambourin, beats et voix autour desquels gravitent " flûtes pyrénéennes ", accordéons et autres instruments traditionnels— et ils ont confié l’ensemble de la réalisation musicale à Sodi (Manu Chao, Fela, IAM).

Et d’emblée, c’est le son qui surprend. Un son sec et compact, soucieux du relief et du grain : un son “à l’africaine” qui conjugue nervosité et rondeur. Emballées de la sorte, les chansons des Fabulous Trobadors ont une sacrée allure. Pétillantes de malice et d’efficacité, elles invitent et à entrer dans la danse, au débat, à la joute verbale et à la dérision. Dans Duels de tchatche et autres trucs du folklore toulousain…, chacun trouvera le Fabulous Trobadors qui lui convient : celui qui vit au rythme des tropiques et des mouvements de bassins en fredonnant des chansons populaires (Bonne nuit, Demain, Y’a des garçons, L’anniversaire), celui qui rêve syndicaliste (Il nous ment), celui qui campe au milieu de la place pour une conversation musicale de quartier (Ça c’est oui) etc… Quelque soit le thème, les décors et les personnages de leurs chansons, les Fabulous Trobadors interpellent, incitent à la prise de parole et convient à partager une vision d’un monde empreint de valeurs démocratiques, de convivialité, de respect pour la chose publique.

Si les chansons des Fabulous Trobadors donnent matière à écouter et réfléchir, elles fonctionnent aussi comme de fabuleuses machines à improviser, à participer, à apporter son grain de sel quand elles se transforment en match de tennis de tchatche. Par trois fois sur ce disque, Ami, Sans pareil et Su tu te fais, c’est l’envie de prendre le micro qui l’emporte sur l’écoute et la sensation de redécouvrir les vertus cachées de la musique dans cette sorte de jeu de société à mi-chemin entre l’art du hip hop primitif et le jeu de rhétorique. Enfin, au carrefour des genres explorés par les Fabulous Trobadors sur ce nouvel album —chansons de circonstance, chansons de danse et duels de tchatche — il y a l’ineffable Toulousain, véritable chanson synthèse de la philosophie Fabulous, aux faux-airs d’hymne régionaliste qui détourne toute en second degré la tradition des chansons guerrières des stades pour se transformer en manifeste du civisme, en plaidoirie à tendance libertaire, anti-nationaliste et anti-chauvine. Un point d’orgue qu’on rêve déjà d’entendre chanté dans les gradins de France.

http://www.youtube.com/watch?v=P9LYIcNLVNY



http://www.totoutard.com/artistes/artistes.php?idartiste=74

















Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5646
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 30 Jan 2011, 11:42

Et bien , quelle découverte que tout celà!
Merci Pascalle encore une fois!
j ai beaucoup aimé
STREET ART UTOPIA ‎- www.streetartutopia.com, il y avait un post sur celà, mais comme tous les liens photos avaient sauté , je l ai supprimé et ai replacé ce qui restait dans d autres sections.
Si quelques "uns/unes" ont envie de nous partager leur impression et commentaires , ils sont les bienvenus!

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Dim 30 Jan 2011, 12:32

Bonjour Ambre,

J'ai essayé d'exprimer mon ressenti







www.streetartutopia.com


Dernière édition par pascalle le Ven 27 Mai 2011, 18:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Lun 31 Jan 2011, 08:43

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.uic.edu%2Forgs%2Fkbc%2Fhiphop%2Fmc.htm

Kool Herc (né le 16 avril 1955), de son vrai nom Clive Campbell, est un DJ new-yorkais d'origine jamaïcaine. Il est véritablement le père fondateur de la culture Hip-Hop et est officiellement considéré par les spécialistes comme le premier DJ de l'histoire du Hip-Hop Il contribue à la naissance de la culture Hip-Hop dans le West Bronx (1520, Sedgwick Avenue) au début des années 1970. Il développe et popularise la technique du breakbeat[réf. , ce qui donnera le sample qui sera un des éléments fondateurs du rap. Les jeunes adoptent très rapidement ce nouveau style musical, qui deviendra une véritable manière de vivre dans les quartiers défavorisés des États-Unis. Une nouvelle dance apparait : le breakdance.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Lun 31 Jan 2011, 08:48



http://keusta.net/blog/images/graffiti/ivry/eyegasm/graphic_eye_stack_extrabig.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Didiera

avatar

Masculin
Poissons Serpent
Nombre de messages : 421
Date de naissance : 08/03/1965
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: RAP conscient : APOCALYPSE Nwo   Lun 31 Jan 2011, 10:57

Si vous voulez rapper devant votre ordi, voilà un karaoké de KOXIE :

http://www.dailymotion.com/video/x7rd98_clip-koxie-garcon-karaoke_music
Revenir en haut Aller en bas
 
RAP conscient : APOCALYPSE Nwo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» L`Apocalypse de Jean est un texte difficile a décoder!
» Qu'est-ce que cette seconde mort dont parle l'Apocalypse ?
» Apocalypse pour 2012????
» Notre Dame de l'Apocalypse et le 3e secret de Fatima
» je suis spécial(e),il faut que j'en soi conscient(e)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Elargir son Horizon-
Sauter vers: