ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Grok



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 200
Date de naissance : 31/12/1975
Age : 42
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mar 28 Juin 2011, 00:28

Quelques éléments divers qui apparaitraient à la date d'aujourd'hui (je peux avoir du retard sur tout cela et rater des choses, mais chacun s'informera comme il le souhaitera, et éventuellement partagera). Les infos sont plus scandaleuses les unes que les autres, "c'est pas facile" (exemple entre autres : le Japon s'apprêterait à refourguer les aliments irradiés à des pays en voie de développement [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

________________________________________________________________________
________________________________________________________________________

Il semblerait, "raisonnablement", que TEPCO et le gouvernement japonais étaient au courant dès le premier jour de la fusion des cœurs de réacteurs. Selon toutes probabilité, l'idée de construire une seconde dalle de béton sous les réacteurs, afin d'éviter les fuites par en dessous et la contamination de l'océan et/ou des nappes phréatiques, comme cela fût fait à Tchernobyl, cet idée a dû être envisagée dès le premier jour. Ce 24 juin TEPCO a publiquement dit, trois mois après le début de la catastrophe, pourquoi il ne voulait pas construire cette dalle souterraine protectrice : parceque cela lui coûterait trop cher et ferait baisser son action en bourse. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (cliquer si désiré, traduction ci dessous)

Naturalnews.com le 24/06/2011 a écrit:
TEPCO : empêcher la contamination de la nappe phréatique par le corium coûtera trop cher, et nuira à sa cotation en bourse.


(NaturalNews) TEPCO, propriétaire de la centrale de Fukushima Daiichi frappée du fort séisme et tsunami le 11 mars, a largement donné la preuve que la protection des gens et de l'environnement contre les retombées radioactives de ses trois massifs réacteurs en fusion traversante, n'est pas sa priorité.


Selon un récent rapport du Mainichi Daily News, les responsables de TEPCO déclarent que l'installation d'enceintes de contention correctes pour empêcher le combustible fondu de s'échapper dans la nappe phréatique coûtera beaucoup trop cher et nuira à leur cotation en bourse et ils se battent de ce fait contre les appels du gouvernement japonais pour installer une barrière de contention en béton sous les réacteurs endommagés.

Après tout ce qui est arrivé depuis ce jour fatal de mars, comme la révélation que TEPCO a menti effrontément sur les réelles et terribles conditions de la centrale pendant des mois, la compagnie a l'audace de mettre ouvertement ses profits avant la sécurité du public en niant les seules propositions logiques à appliquer pour circonscrire la radioactivité mortelle dans sa contamination ultérieure de l'environnement.

Quand les journalistes ont interrogé la compagnie sur le pourquoi d'une absence de démarrage de la construction de telles barrières souterraines, les responsables de TEPCO ont osé répondre en déclarant que « l'eau souterraine s'écoule à la vitesse de 5 à 10 cm environ par jour, ce qui lui fera atteindre le rivage dans plus d'un an. » En d'autres mots, TEPCO pense qu'il n'y a pas besoin de faire quoi que ce soit parce que les particules chaudes radioactives bougent lentement et peuvent mettre des années pour atteindre l'océan.

Un tel manque de considération flagrant pour la vie humaine est stupéfiante à la lumière des retombées à venir et de la dévastation provenant de Fukushima, dont l'étendu pourrait prendre des mois ou des années pour pleinement se matérialiser. Et si TEPCO rejette en fin de compte les demandes pour la construction de fortifications de contention correctes à Fukushima pour une histoire de sous, la compagnie sera volontairement coupable de destruction indicible et de mort à cause de sa cupidité.

_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

Des nouvelles de Alex


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

Des explosions nucléaires auraient eu lieu dans les centrales de Fukushima le 14 juin 2011 et le 26 juin 2011



(information à prendre avec des pincettes, même si ce n'est pas impossible ; ce sont les déductions d'un internaute à partir des prises de vidéo des centrales, où l'on voit bien, effectivement, des dégagements qui peuvent être qualifiés "d'anormaux" - bien qu'il s'agisse de phénomènes physiques parfaitement normaux -, qui peuvent être qualifiés d'inquiétants... etc... Si ce sont vraiment des explosions nucléaires, eh bien, je ne sais pas quoi dire. De toute façon, explosions nucléaires ou pas, la situation est complètement critique et pas maitrisée ; les moyens proportionnels ne sont pas mis en œuvre, les contaminations sont d'une proportion gigantesque, et les conséquences naturelles à terme aussi)


Voici les deux vidéos, la première concerne le 14 juin et la deuxième le 26 juin :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

...

Pour une raison technique que je ne comprends pas pour l'instant, la deuxième vidéo ne s'affiche pas sur la page de forum, mais voilà le lien direct sur Youtube :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mar 28 Juin 2011, 02:23

Citation :
Citation :
sursis a écrit:
(...)
Et cela renvoie à ce que dit Grok (ah, j'ai vraiment du mal avec ton pseudo, il me gratte sans cesse le 5éme chakra, halala j'ai pas intérêt à l'écrire après un bon repas lol, et sinon a modifier ton pseudo, pense peut-être à mettre une date de naissance un peu plus réaliste quand même).
(...)

...Non, mais !?!?!!!!!!!!!!!...
Ke ?...

Schocking

... je ne sais pourquoi, mais je viens d’être, à l'instant, "inspiré/poussé" à rechercher la signification du mot "Grok".

Je me permets donc cette "petite parenthèse", qui malgré les apparences n'est pas "hors sujet", afin de partager une "nouvelle" connaissance.

Citation :
Définition du mot GROK

Verbe anglais signifiant "analyser afin d'en découvrir le sens".

Citation :
Argot: Pour comprendre profondément par l'intuition ou l'empathie.
Revenir en haut Aller en bas
Grok



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 200
Date de naissance : 31/12/1975
Age : 42
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mar 28 Juin 2011, 05:22

Embarassed Merci Douceur !... C'est sous ce pseudo que j'avais lié connaissance avec le groupe de L. Knight (c'est un vieux pseudo, que j'ai utilisé bien avant ça). Depuis, il a existé quelques frictions passagères puis une forme de réconciliation à distance avec le groupe (comme vous avez peut-être pu voir, je n'hésite généralement pas à la contradiction qui peut parfois être "limite" dans la forme et reçue comme de la conflictualité, c'est ce qui s'était passé dans le forum francophone des cassiopéens qui n'existe plus et dont je fûs "viré", et ce fût apparemment réparé d'une certaine façon dans le forum anglophone que je ne fréquente plus trop depuis un assez long moment, bien qu'il m'y reste quelques petits apports à y compléter, ce que je ferais sans doute un jour au moment juste - c'est "important" !... :) )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mar 28 Juin 2011, 09:37


Vu qu'on fait un pataquès sur un pseudo au milieu d'un sujet jugé brûlant... alors allons y gaiement.

Une personne qui utilise un pseudo n'a pas à le justifier.

Ce site est en langue française.

Un membre de ce site (moi) exprime une incompréhension humoristique sur la prononciation d'un pseudo, et propose tout aussi humoristique au titulaire d'en changer.

La personne titulaire de ce speudo ne donne toujours pas la véritable signification de son pseudo (c'est sa liberté).

Une autre personne vient sur le site pour enfin donner la définition du pseudo en question.

Jusque là, rien de bien illogique.

Mais ensuite la personne titulaire du pseudo vient remercier la personne qui a donné la signification du pseudo.

Si le titulaire du pseudo souhaitai garder sa signification cachée, alors pourquoi donc aller remercier la personne qui la révèle ?

Et si on le titulaire souhaitait que la signification de son pseudo soit étalée, il avait tout loisir de le faire, surtout suite ma reflexion humoristique.

L'interrogation apparait suffisante pour éclairer, et il n'apparaît pas nécessaire de rajouter les explications psychologiques, dont les mécanismes de l'entretien du "mystère" apparaissent détaillés dans le sujet consacré au narcissisme.

Enfin, on remarquera que la personne qui a révélé la signification du pseudo n'a pas mis un seul post en réponse sur le fond du sujet qu'elle a elle même introduit en y rajoutant je le rappelle un exaspérant "sans commentaire" (sic)... contradiction qui fut relevée par la personne qui s'est permis, de façon humoristique je le rappelle, de plaisanté sur le pseudo... dont le titulaire est le plus fervent defenseur du sujet introduit !

Du coup, il devient fondé de s'interroger sur ce qui a pu réellement motiver la fameuse "inspiration" permettant "la révélation" du "mystère"de la signification de Grok.

Finalement, le narcissisme semble revetir les formes les plus variées, et quitte à être narcissique pervers, autant en avoir aussi toutes les qualités, c'est à dire aussi celle permettant de ce sortir des situations délicates.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mar 28 Juin 2011, 16:12

Bonjour Sursis,

Citation :
Du coup, il devient fondé de s'interroger sur ce qui a pu réellement motiver la fameuse "inspiration" permettant "la révélation" du "mystère"de la signification de Grok.
Mon Chemin est de transmettre toutes les Connaissance acquises.

Et le mot « Grok », symboliquement, est une Connaissance digne d’intérêt.

J’ai pu constater que lorsque je suis « utilisée » comme le « Pion du destin » par le Collectif (= Christ) et soutenue par ma Flamme Jumelle, la transmission de ses Connaissances se fait « soudainement, sans réflexions préalables et projections postérieures ».

De plus, sous cette Contrainte Supérieure, les Informations sont, semble-t-il, toujours Communiquées avec Force car, dans tous les cas, « elles secouent » par une « confrontation directe » à la Conscience des personnes sourdes, aveugles, réticentes et inconscients, ceux que Jésus nommait les « élèves-pourceaux ».

Citation :
Mais ensuite la personne titulaire du pseudo vient remercier la personne qui a donné la signification du pseudo.
Toute Attitude spontanné et authentique attire une Attitude spontannée et authentique.

Citation :
Et si le titulaire souhaitait que la signification de son pseudo soit étalée, il avait tout loisir de le faire, surtout suite ma reflexion humoristique.
« Comme » cela ne s'est produit, n’est-ce pas le signe, tout simplement, qu’aucun besoin narcissique n’était présent á ce niveau-lá ?

Citation :
L'interrogation apparait suffisante pour éclairer, et il n'apparaît pas nécessaire de rajouter les explications psychologiques, dont les mécanismes de l'entretien du "mystère" apparaissent détaillés dans le sujet consacré au narcissisme.
Personnellement, il m’apparaît pertinent de le faire et ce, toujours dans le cadre de mon Chemin car :
Citation :
La relation d’emprise dans la perversion est essentiellement spéculaire, duelle. Elle se développe essentiellement dans l’imaginaire. L’autre est aliéné, rendu étranger à lui-même. Il faut le paralyser, l’empêcher de penser afin qu’il ne prenne pas conscience du processus. Cet assujettissement permet d’éviter d’entrer en relation avec cet autre dont la différence terrifie.
http://www.sophia-analyse.fr/page/index.php?rub=20&art=29
Citation :
Enfin, on remarquera que la personne qui a révélé la signification du pseudo n'a pas mis un seul post en réponse sur le fond du sujet qu'elle a elle même introduit en y rajoutant je le rappelle un exaspérant "sans commentaire" (sic)... contradiction qui fut relevée par la personne qui s'est permis, de façon humoristique je le rappelle, de plaisanté sur le pseudo... dont le titulaire est le plus fervent defenseur du sujet introduit !
ni le mot « colère », ni la phrase « sans commentaires » ne m’appartiennent mais sont ceux d’une des personnes ayant placée cette vidéo sur youtube/dailymotion.

Si j’avais placé cette vidéo d’Alex dans le post « les vidéos parlantes », http://antahkarana.forumzen.com/t2481-videos-parlantes ces mots ne m’auraient jamais été attribués.

Mais « spontannément », je l’ai pourtant mise en évidence dans la rubrique « notre quotidien dans toute sa dimension » qui m’apparaissait soudain « plus appropriée ».

Citation :
La perception sensible est à associer à la Connaissance active.
Le langage explicite (humain) est à associer à la Connaisance passive.
Le langage symbolique est la synthèse entre les deux, et correspond au centre christique, le Soi conjugal du Couple Sacré.

Donc, comme toujours en dialectique, il ne s'agit pas de rejeter, d'arrêter, mais d'intégrer. Arrêter de parler n'est pas l'idée. Il s'agit d'ajouter des plans de communication, pas d'en retirer. Si alors les anciens plans se mettent éventuellement en retrait, transitoirement, c'est naturel et donc cohérent.

http://antahkarana.forumzen.com/t2462-dialectique-de-l-organisation#21389
Citation :
Finalement, le narcissisme semble revetir les formes les plus variées, et quitte à être narcissique pervers, autant en avoir aussi toutes les qualités, c'est à dire aussi celle permettant de ce sortir des situations délicates.
Il n’ y a aucun « bourreau » et donc aucune « victime ».
Revenir en haut Aller en bas
alskida

avatar

Masculin
Cancer Rat
Nombre de messages : 85
Date de naissance : 27/06/1972
Age : 46
Localisation : Liège-Belgique
Date d'inscription : 28/02/2008

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mar 28 Juin 2011, 16:58

salut,

je prends ce sujet en cours de route...
wow, par moment y en a certain(je pense à sursis,kernoa) qui aiment bien se couper les cheveux en 4, voir en 8 ou en 16 lol !
le narcissisme n'est pas un problème en soi , mais s'attacher à la bulle psychologique qui tourne autour entraine dans d'étranges méandres

surprenant le pseudo Grok, sa signification était facile d'accès à tous, merci à douceur de nous avoir éclairé
je croyais aussi que c'était juste un pseudo farfelu comme ceux que je t'ai déjà vu afficher par ailleur Grok!

Pour en venir au sujet, déjà je lus que la colère était mauvaise conseillère mais qu'est-ce qui peut définir qu'un mauvais conseil ne provoquera pas une bonne réaction ? un point de vue unilatéral peut-être?
Sinon il ne faut pas oublier qu'il y a "la colère du juste", celle qui n'est pas dirigée vers autrui.
Un homme en souffrance ne peut-il exprimer sa colère sur une situation?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mar 28 Juin 2011, 17:32

Merci Douceur de ton intervention

Amitié sincère.



Alksida,

Au sujet des cheveux, j'aimerais bien mieux avoir à les coiffer de temps en temps.


Dernière édition par sursis le Mer 29 Juin 2011, 00:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 460
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 70
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mar 28 Juin 2011, 23:44

Salut à tous

Douceur a écrit
Citation :
Il n’ y a aucun « bourreau » et donc aucune « victime ».

Il n'y a peut-être pas de "bourreau", mais on déplore deux victimes.

1 - Le message d'Alex qui est détourné au profit d'échanges futiles.
2 - Le débat de fond sur le nucléaire.

Et on aimerait bien connaître la position de Douceur sur ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mer 29 Juin 2011, 00:26

kernoa,

Prendre conscience de ce qui nous pousse agir prévaut même sur l'accidentologie nucléaire en ce moement.

Ceci-dit, j'ai moi-même poussé au delà des limites de la descence, et je modifie donc mon précédent post.

Merci de ton intervention.
Revenir en haut Aller en bas
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 460
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 70
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mer 29 Juin 2011, 10:05

Bonjour Sursis

En fait c'est moi qui présente à tous des excuses. J'ai écrit mon message trop rapidement.
Il faut changer l'adjectif futile par hors sujet.

Car le dialogue qui vient d'avoir lieu est bien loin d'être futile. Mais devrait faire l'objet d'un autre débat qui aurait pour sujet le militantisme.

Et c'est bien ce dont il s'agit à l'égard de Douceur et de Grok et c'est pourquoi j'ai rompu le dialogue.

Le militantisme, qui est la phase modérée du fanatisme, s'articule essentiellement autour d' un narcissisme exacerbé. L' Égo trouve dans le militantisme une occasion inespérée de s'épanouir en épousant arbitrairement une cause, ou une croyance ou une idéologie qui lui servira de levier pour manifester sa supériorité au monde puisqu'il est persuadé de détenir la vérité.
Le militantisme figure parmi les fléaux de notre monde (bien après le phénomène de surpopulation qui est le premier de tous). Parce qu'il s'écarte du rationalisme, parce qu'il rejette violemment (on l'a vu avec l'attitude de Grok) tous les arguments observables qui contredisent sa "vérité", le militant agit toujours à contrario de ses objectifs et se fait souvent rejeter des fora de discussion comme l'a avoué, dans un accès de sincérité, Grok.

Douceur a initié ce débat par militantisme, tout comme Axel a réalisé sa vidéo. Mais Douceur a eu l'intelligence de rester discrète, alors que Grok a foncé dans le tas obtenant, il faut le répéter, le contraire de ses objectifs.

L'humanité a toujours été victime du fanatisme, forme extrême de militantisme, dans tous les domaines. Les croyances religieuses ont toujours été un énorme frein à l'évolution des esprits, à l'éclosion du libre arbitre.
Le fanatisme continue encore de sévir de nos jours. On l'observe essentiellement dans une religion comme l'Islam, mais malheureusement dans des partis politiques( surtout en France) comme les écologistes et les socialistes qui voient leurs credo idéologiques contredits par les faits et les évènements.

Ceci étant, vous avez tous participé sans le vouloir à une séance de psychanalyse qui n'a rien, elle, de futile.

Bonne journée à toi, Sursis dont les interventions sont toujours équilibrées.
Et amitiés à tous.

PS

A propos du libre arbitre je te propose d'aller voir un film américain avec Matt Damon qui s'intitule " The adjustment Bureau". Voilà un film qui arrive à point nommé, qui donne une vision moderne de la cosmogonie ésotérique. Plus fort que "Matrix".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Mer 29 Juin 2011, 14:36

J'hadère à ta vision sur le fanatisme Kernoa.

Je vais matter dès que possible le film avec Matt Damon

Concernant les partis politiques, il conviendrait cependant de ne pas les limiter.

Tout cela semble s'inscrire dans le contexte global de l'évolution humaine.

Je ne pense pas que Grok refuse le dialogue constructif, mais plutôt que ses connaissances induisent une inertie. Et puis je dois avouer que je me reconnais beaucoup en lui dans mes idées d'il y a juste quelques années... et il est beaucoup plus jeune que moi !

Il y a aussi une explication vérifiable numérologique à cela... les pseudos utilisés ne sont pas le fruit du hazard.

Quant à Douceur j'ai plus de mal à suivre. La base de ses écritures est bien étayée, mais l'orientation qu'elle en donne semble parfois contradictoire. C'est le liens entre cette multitude d'information qui ne m'apparaît pas parfois cohérent dans son analyse. Mais peut-être est-ce tout simplement moi qui suis incohérent sans le savoir.

Cependant, pour avoir étalonné mon niveau de compréhension par rapports à une multitudes d'autres personnes (et pas des moindres), je pense que mon niveau de compréhension est adapté à une explication correcte.

Alors, si je ne comprends pas ce qui m'apparaît parfois contradictoire chez Douceur, c'est peut-être que son discours n'est pas approprié pour la bonne compréhension par une personne au mental moyen. Il y a aussi le fait que ses réponses, lesquelles expliquent un point de vue en général et pas en particulier, semblent venir buter parfois contre la logique des faits. Il y a beaucoup d'aspects à approfondir avec elle.

Qui sait, peut-être qu'en dehors de certains points de vue, vais-je me reconnaître en partie en Douceur dans le futur... et peut-être aussi l'inverse !

En tout cas la confrontation d'idées doit demeurer, et il convient de saluer les efforts de tous les intervenants sur le forum.


Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5577
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Ven 01 Juil 2011, 09:25


Bonjour,
suite à la mise en page du forum et la news d hier, ceci de Dominique Guillet reçu à l instaA Los Alamos, des déchets radioactifs hors-zone de sécurité?‏




- 1er juillet 2011: Le Palmarès des Freak Brothers du Nucléaire. Le premier semestre nucléaire de l’année 2011 étant clos, s’il fallait attribuer une Palme des Freak Brothers du Nucléaire (Palme des Fabulous Furry Freak Brothers du Nucléaire), quel serait le lauréat: AREVA, le grand propagateur du plutonium civil (par toutes voies possibles) ou TEPCO, l’opérateur de Fukushima-Daiichi ou bien le Laboratoire Atomique de Los Alamos, le grand propagateur du plutonium militaire, ou bien encore General Electrics, le concepteur de certains réacteurs de Fukuhsima, ou bien encore l’OPPD (Omaha Public Power District), l’opérateur des centrales nuclaires de Fort Calhoun et de Cooper totalement inondées? Lequel obtiendrait la Palme en termes de capacité à nuire le plus? Peut-être, d’ailleurs, qu’à ce niveau d’empoisonnement planétaire, cela ne vaut même plus la peine de raisonner en termes de plus ou de moins. Il va falloir oeuvrer à neutraliser la furie nucléaire radioactive qui impacte, présentement, la totalité de la biosphère. Assurément.

- 1er juillet 2011: A Los Alamos, des déchets radioactifs hors-zone de sécurité? Alors que l’incendie fait rage près de Los Alamos évacué de ces 12 000 résidents, c’est ce qu’évoque, en personne, le Directeur du Laboratoire Atomique, Charles McMillan, en précisant qu’ils ne savent pas – pas du tout en fait – ce qui a été déposé (temporairement) en termes de déchets radioactifs, pendant des décennies, lorsque « les standards de sécurité étaient beaucoup moins drastiques »!! En toussotant ou sans toussoter? Cela n’a pas l’air rassurant du tout, en plus d’être surchauffé, comme zone.

(Cette nouvelle ne va pas faire la Une de la presse globaliste car, par une méga-surprise du 1er juillet, pour ne pas dire un méga-remue-ménage, il s’avèrerait probable que l’accusatrice du directeur du FMI ait menti et qu’elle serait en relation avec un distributeur de substances non permises – entendons par là du cannabis, pas du plutonium, pas encore du plutonium, du moins. Faut-il vous l’envelopper?).

(Et pour la petite histoire, le Fonds Monétaire International fut créé lors des Accords de Bretton Woods, le 22 juillet 1944, [url=http://books.google.com/books?id=lgkAAAAAMBAJ&pg=PA288&lpg=PA288&dq=atomic+bomb+july+1944&source=bl&ots=1CuUNwnYQc&sig=Cfms-sfFe48wcoU8de1dYO_mJIU&hl=en&ei=NVkNTtHECa7RiAKuwMHRDQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=4&ved=0CDAQ6AEwAw#v=onepage&q=atomic bomb july 1944&f=false]une semaine après que le Docteur Zay Jeffries eût officiellement lancé la fabrication de la bombe atomique. [/url]Et il ne faut pas oublier que [url=http://books.google.com/books?id=oy3KGo-Zq_IC&pg=PA173&lpg=PA173&dq=Zay+Jeffries+atomic+bomb+General+Electric&source=bl&ots=DieVGTJ0J1&sig=RbYILW_yA0HsHSIkbl8Ih6EdA20&hl=en&ei=FVsNTsmbJ_PWiAL-peXfDQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=5&ved=0CDkQ6AEwBA#v=onepage&q=Zay Jeffries atomic bomb General Electric&f=false]ce monsieur Jeffries était, en temps de paix, l’un des directeurs de General Electric[/url] (une compagnie quelque peu impliquée dans les réacteurs de Fukushima, entre autres centrales nucléaires, et qui possède une belle panoplie de media globalistes aux USA.)

Le Laboratoire Atomique prétend qu’à ce jour il n’y pas eu d’émission de radioactivité. C’est pourtant ce dont doutent certains groupes de veille (voir en bas de page des commentaires) qui mesurent la radioactivité dans certaines zones du Texas et du Colorado. Et la lecture d’un document évoquant le mythe de l’imperméabilité du sous-sol, mythe perpétué par le Laboratoire Atomique pour éviter toute suspicion de contamination de la nappe phréatique, ne convie pas non plus à la sérénité). Tout cela est d’autant plus alarmant lorsque les media locaux n’hésitent pas à rapporter que « Fire officials said it’s looking increasingly likely that the Las Conchas fire will not reach the Los Alamos laboratory, but there are still concerns about the areas around the facility which authorities said could be filled with decades-old waste. » Traduction: « Les porte-paroles des Pompiers ont dit qu’il paraissait de plus en plus probable que le Feu de Las Conchas n’atteigne pas le laboratoire de Los Alamos mais qu’il existe encore des soucis quant aux aires entourant le Laboratoire: les autorités locales ont affirmé que ces aires pouvaient être pleines de décennies d’anciens déchets ». (Par « déchets », il faut entendre déchets extrêmement radioactifs. C’est une farce immonde que de parler de basse radioactivité pour des déchets de plutonium ou d’uranium ou, d’ailleurs, pour tout autre déchet ou non-déchet radioactif. Très sincèrement, quelle est la différence entre un déchet radioactif et un-non déchet radioactif, par exemple, une barre de combustible actif, sur le plan de leur capacité à nuire? Aucune, ce sont tous les produits de cerveaux malades, déments et inhumains. Et cela a assez duré.)

Malheureusement pour l’humanité, il n’existe pas de concept d’ancienneté (et la mafia nucléocrate en est fort consciente, elle qui met en place un lavage de cerveau permanent) en ce qui concerne le plutonium ou certains isotopes d’uranium et en ce qui concerne leur capacité de nuire, à savoir de cancériser un organisme humain, par exemple, à partir d’une seule particule. Au regard de centaines de millions d’années, quelques décennies ne sont que broutilles si tant est que la science, qui se prétend telle, a raison de conceptualiser en termes de demie-vies fixées de désintégration radioactive, ce que certains événements semblent intensément invalider.

Voir également ce lien et puis aussi ce lien. Cette invalidation semble ainsi correcte et fondée.

Est-ce donc l’aube d’une nouvelle alliance entre la Terre et le Soleil afin de tenter de remédier à la radioactivité, d’émanation humaine, qui est présentement en train d’empoisonner l’humanité et la totalité de la biosphère?Dans la catégorie: mal à l’âme de Los Alamos ou dans la catégorie: rêves éveillés, co-évolution Gaïenne et espoirs qui font vivre! C’est au choix: il est toujours plaisant de bénéficier d’alternatives!
Revenir en haut Aller en bas
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 460
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 70
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Ven 01 Juil 2011, 10:57

Bonjour Ambre.
J'avais justement prévu une dernière intervention personnelle sur ce débat à la fois pour une fois de plus dénoncer l'esprit partisan des antinucléaire et leur manque de hauteur de vue et mettre un dernier point sur l'utilité des centrale nucléaires dans la recherche scientifique de pointe dont les spéculations mathématiques donnent un nouvel éclairage aux enseignements ésotérique de la grande Tradition.

Dans le texte que tu présentes ci-dessus, l'auteur ne fourni aucune preuve, articule son article sur de prétendues manipulations des lobbies nucléaires comme ce passage très significatif d'une pensée que partage Alex, Grok et Douceur:
Citation :
Malheureusement pour l’humanité, il n’existe pas de concept d’ancienneté (et la mafia nucléocrate en est fort consciente, elle qui met en place un lavage de cerveau permanent) en ce qui concerne le plutonium ou certains isotopes d’uranium et en ce qui concerne leur capacité de nuire, à savoir de cancériser un organisme humain, par exemple, à partir d’une seule particule. Au regard de centaines de millions d’années, quelques décennies ne sont que broutilles si tant est que la science, qui se prétend telle, a raison de conceptualiser en termes de demie-vies fixées de désintégration radioactive, ce que certains événements semblent intensément invalider.

Mais où se situe le lavage de cerveau? Chez les pro ou anti nucléaires?

Et voici le contenu de ma dernière participation à ce débat:

La recherche scientifique, notamment dans la physique quantique, débouche actuellement sur des spéculations philosophico-mathématiques d'un niveau de connaissance jamais atteint par l'humanité. Les scientifiques savent désormais que notre monde de particules est soutenu par un autre monde appelé autrefois éther dans lequel les lois et propriétés sont inversées. La liaison entre notre univers et l'éther s'effectue par les électrons qui s'avèrent être éternels. La recherche dans la physique quantique n'est pas encore aboutie et les scientifiques cherchent des preuves à leur développements mathématiques et inventent des instruments bénéficiant des derniers découvertes technologiques pour visualiser les preuves formelles qu'ils cherchent.
Or ces instruments, comme le LHC (Large hadron Collisionner) a besoin d'une quantité phénoménale d'énergie électrique que seules peuvent fournir les centrales nucléaires.

Dans un article récent de la revue Science & Vie, les chercheurs sont sur le point d'inventer une machine qui permettrait de visualiser les mouvements des électrons. Tu te rends compte? Visualiser les mouvement des électrons qui appartiennent à l'éther, qui sont immortels et qui rassemblent la totalité de la mémoire du monde depuis sa création? Des électrons dont on soupçonne qu'ils sont la base des corps éthériques immortels, en fait les matrices de tout ce qui est matière dans ce monde.
L'humanité parviendra-t-elle à entrer en contact avec les corps éthériques de nos chers disparus, de les visionner et peut-être de communiquer avec eux?
Voilà l'enjeu actuel de la recherche scientifique.
Les humains vont bientôt pouvoir franchir une nouvelle étape vibratoire extraordinaire et ceci grâce aux puissantes centrales nucléaires qui produisent l'énergie électrique indispensable.

Le lavage de cerveau n'est pas donc là ou tu le crois, mais dans des mouvements obscurs qui sous prétexte de vouloir sauver l'environnement, veulent ôter toute chance aux humains de percer scientifiquement les mystères , ce qui nuirait grandement aux pouvoirs des religions et autres sectes occultes basées sur des croyances divines sur les âmes faibles.

S'il y a un Dieu créateur, il n'intervient plus dans les parcours des âmes et parce que nous somme immortels, le destin final pour tout ce qui existe est de devenir des "maîtres".

Nous ne devons pas participer à ce mouvement obscur qui se prétend écologique et en même temps devons prendre en grande considération leurs arguments basés sur des faits.
L'énergie nucléaire est en effet très polluante et très dangereuse. Il faut donc prendre des mesures urgentes pour prévenir les dangers de la radioactivité.

Le séisme du japon a mis en lumière les défaillances de sécurité sur les centrales nucléaires. Les humains devront rapidement y remédier. Mais pas n'importe comment, pas à n'importe quel prix.
L'alerte de l'accident de Fukushima doit servir à une réflexion de fond sur les gestions des centrales nucléaires qui doivent sortir impérativement du giron des entreprises privées soucieuses de leurs profit pour entrer définitivement dans celui des États.

Pour conclure, à partir de
Citation :
Est-ce donc l’aube d’une nouvelle alliance entre la Terre et le Soleil afin de tenter de remédier à la radioactivité, d’émanation humaine, qui est présentement en train d’empoisonner l’humanité et la totalité de la biosphère?
je poserai la question suivante:
  • Est-ce donc l'aube d'une nouvelle alliance entre le phylum humain et la Connaissance?


C'est là ma conviction, Ambre, mon intuition. Peut-être y vois-je là une mission de l'exposer et de la diffuser.
Et je te remercie de pouvoir le faire sur ton forum.
Bonne journée à toi
et Amitiés à toutes et tous
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Ven 01 Juil 2011, 15:48

Dans le cadre de l'évolution humaine, l'écologie à toute sa place, comme les centrales nucléaires.

Dans un monde aussi parfait pour l'évolution de l'homme, c'est à dire un monde très imparfait, la consommation à outrance n'a pas que des défauts, car elle permet à une multitude d'âmes d'évoluer à grande vitesse, juste avant certaines échéances cosmiques.

Bien sûr, on peut toujours avancer que si on consommait moins, que si on donnait la priorité aux énergies non polluantes, que si les hommes étaient moins égoïstes... bref si ma tante elle en avait... on ne serait pas actuellement sur terre !

En l'état, du point de vue des partisans acquis à la cause destructrice de 2012, ou 13, qu'elle importance peut donc bien avoir Fukushima. Si un géocroiseur (ou autre) provoque d'énormes tremblements de terre ou autres mégas tsunamis sur la planète, une centrale de plus ou de moins qui explose ne changera pas grand chose. Donc, soutenir aujourd'hui la thèse écologiste tout en se persuadant de destructions massives très prochainement n'a pas de sens.

Ce qui amène une fois de plus au jugement moral. Tout le monde ce souvient de cette fameuse publicité pour une bouteille de lait qui montrait une petite fille demandant à son papa comment on fait les bébés, et le papa qui jugeait sa fille bien trop jeune répondait à coté. Si la petite fille ressentait que son père ne disait pas la vérité, cela ne doit pas pour autant valider les élucubrations que les bébés naissent dans les choux.

Alors, les dirigeants à Fukushima ou ailleurs, mentent certainement. Seulement on ne sait pas exactement pour quelles raisons ils mentent, car nous n'avons pas toutes les informations. Mettre toujours en avant l'argument de la corruption financière, est un jugement subjectif. Il est fort possible que ce soit généralement le cas, mais rien ne le prouve.

Après tout, les illuminatis ou autres groupes jugés obscurs sans cesse décriés, peut-être font-ils simplement tout leur possible pour nous aider, et cela peut-être par des actions jugées horribles d'un point de vue extérieur. Attention, je ne cautionne pas, je tente juste d'expliquer qu'il est impossible de juger équitablement sans avoir tous les éléments le permettant.

En référence au livre de l'apocalypse, il est dit en substance que "la bête tentera de rallier même les élus", lesquels sont jugés précédemment en substance "parfaitement en accord avec le Christ". Croyez vous qu'une personne parfaitement en accord Christique, c'est à dire parfaitement centrée et hors de l'emprise des sentiments, puisse se laisser berner par un aspect extérieur à elle ? "La bête" séduit avant tout par l'intérieur, en se positionnant collée le plus possible à notre ressenti intime, et en le déviant subtilement.

Il est écrit que l'affaire DSK rebondissait actuellement pour focaliser l'attention, afin de ne plus se soucier des centrales. Très bien, alors regardons plus loin. Et si la centrale de Fukushima était actuellement une focalisation pour nous empêcher de penser à autre chose ?


La seule chose qui est sûre actuellement, c'est qu'une centrale nucléaire accidentée pollue, et que donc ce système de production énergétique comporte des risques de pollution non résorbable en l'état de nos connaissances actuelles. Après, le bien fondé de construire ou non de nouvelles centrales nucléaires, on peut bien en débattre, mais en connaissance de cause, de toutes causes. En l'absence de ces connaissances, d'un point de vue limité à notre condition humaine, on est forcément porté à exprimer un refus catégorique à cette forme de production d'énergie, non pas à cause des risques limités d'accidents, mais à cause des conséquences horribles s'ils surviennent. Mais ce jugement demeure subjectif, et moral. Il se peut très bien qu'à la lumière de connaissances plus étendue il soit faux, et provienne de la manipulation.

Alors que faire, car la connaissance totale nous ne l'avons pas. Et bien il semblerait qu'il faille faire en sorte que dans une société rien ne puisse rester caché. Pour cela commencer à révéler le peu qu'on sait, prendre par aux débats même avec des connaissances relatives, est un bon début, mais à condition de garder son discernement, c'est à dire de ne pas adhérer à un système de croyances, généralement bi-polaire est issue de la manipulation généralisée.

Aujourd'hui, prendre position en son âme et conscience pour défendre ce que nous identifions comme étant "le bien", même si la position est erronée, fait grandir l'âme.

Pour le reste, d'une manière ou d'une autre, en essence, nous arriverons bien tous ensembles à l'arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
xzat

avatar

Masculin
Vierge Serpent
Nombre de messages : 69
Date de naissance : 20/09/1989
Age : 29
Localisation : lens
Date d'inscription : 07/03/2010

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Ven 01 Juil 2011, 22:04

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 460
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 70
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Sam 02 Juil 2011, 12:43

Voilà un témoignage bien émouvant que la prestation du pauvre Alex. Cet homme, malgré son immense douleur tente de combattre son émotion pour laisser échapper un peu de cognition.
Pour autant, est-il raisonnable d'espérer trouver une seul japonais ou résident étranger au Japon qui puisse se déclarer ouvertement pour les centrales nucléaires?
Non, bien sûr, tout comme les habitants d'un village ravagé par la rupture d'un barrage hydraulique. Plus jamais ils n'auront confiance dans la solidité des barrages.

Il ne s'agit pas pour les défenseurs du nucléaire comme moi de minimiser les immenses dangers que fait encourir aux habitant la radioactivité des déchets comme à Tchernobyl où Fukushima, mais en même temps, dans notre raisonnement, tant que les ingénieurs n'auront pas mis au point une technologie de remplacement pour produire ne quantité suffisante et en continu l'électricité dont nos sociétés hautement technologiques, il conviendrait mieux de concentrer nos énergies et nos colères pour obliger les dirigeants de nos pays à renforcer la sécurité dans les centrales nucléaires.

Il est clair que si le système de refroidissement des réacteurs de Fukushima a cessé de fonctionner après un séisme de magnitude 6, alors il faut rechercher la cause du désastre avant tout dans l'exploitation qui en a été faite par TEPCO dont le souci est de gagner de l'argent et non pas de renforcer les systèmes de sécurité fort chers et peu productifs.

Quand aux effets durable de la radioactivité il convient de relativiser. Il faut prendre en exemple la ville japonaise d'Iroshima, rasée en 1945


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

et resplendissante 65 ans après.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il y a donc de l'espoir. La ville s'est reconstruite à l'endroit de l'explosion sans apparemment souffrir de la radioactivité des résidus nucléaires provenant de la bombe.

Bon week end à tous
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 460
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 70
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Lun 04 Juil 2011, 12:49

Bien plus grave que les dangers des centrale nucléaires.

voici un article du Figaro
Citation :

Des sardines mortes flottent au large de la Californie. Photo prise le 9 mars dans le reflet d'un bateau des garde-côtes américains. Crédits photo : DAVID MCNEW/AFP
Réchauffement global des eaux, acidification, appauvrissement des milieux marins en oxygène, ces trois symptômes caractéristiques des grandes phases d'extinction massive sur Terre sont à nouveau réunis.

Les océans vont mal. Très mal. Réunis mi-mai en congrès à l'université d'Oxford, 27 des plus grands spécialistes de la biodiversité marine de six pays ont même été choqués par l'accumulation de signaux alarmants. En mettant bout à bout leurs observations et leurs analyses, une vérité effrayante a émergé: la vie marine est en péril. Leurs conclusions et recommandations font l'objet d'un rapport de synthèse publié lundi.

L'examen des couches sédimentaires montre tout d'abord que les cinq dernières grandes phases d'extinction sur Terre ont toutes coïncidé avec une acidification des océans, un réchauffement de la température des eaux et un appauvrissement des milieux marins en oxygène (hypoxie). Autant de symptômes d'une perturbation du cycle du carbone que l'on observe une nouvelle fois aujourd'hui avec le réchauffement climatique. Les niveaux de carbone absorbé par les océans «sont déjà bien plus élevés aujourd'hui qu'à l'époque de la dernière extinction de masse d'espèces marines, il y a environ 55 millions d'années, lorsque près de 50% de certains groupes d'animaux d'eau profonde furent exterminés», écrivent ainsi les rapporteurs.
Des résultats «choquants»

A cet inquiétant constat, les chercheurs ont mis en regard leurs observations. «Les résultats sont choquants», résume Alex Rogers, directeur scientifique du Programme international sur l'Etat des Océans (Ipso) qui organisait le congrès. «En considérant l'effet cumulatif de ce que l'humanité fait subir aux océans, nous nous sommes aperçus que les conséquences sont bien plus graves que ce dont chacun de nous s'était rendu compte de son côté», poursuit-il.

Tous les indicateurs se dégradent en effet suivant les pires des scénarios envisagés. La fonte des glaces polaires s'accélère, le niveau des mers continue de monter, les dégagements de méthane piégés dans les sols s'accentuent. Ces facteurs ont une influence complexe et néfaste sur la répartition des espèces marines et leurs abondances respectives. Les algues nocives se multiplient, les disparitions massives de poissons à longue durée de vie (comme le thon) bouleversent l'équilibre des chaînes alimentaires, les espèces invasives (comme certaines méduses) détruisent des écosystèmes entiers.
Une prise de conscience mondiale est nécessaire

Certaines activités humaines viennent encore noircir le tableau: la surpêche, la destruction d'habitats entiers ou encore la pollution durable des eaux par des substances chimiques toxiques et des milliards de micro-déchets en plastique. Pris dans leurs ensembles, ces facteurs de stress s'amplifient les uns les autres au lieu de se compenser.

Peut-on encore changer les choses? Les experts ne veulent pas baisser les bras. La réduction des émissions de gaz à effet de serre, la lutte contre la surpêche et la protection des habitats menacés peuvent encore limiter les dégâts. Les scientifiques appellent également à «l'adoption en urgence d'un meilleur système de gouvernance des eaux internationales, encore très peu protégées mais qui représentent la majeure partie des océans du monde entier». Et de rappeler que toute action politique coordonnée nécessite une prise de conscience mondiale. Il semblerait que nous en soyons encore là.

C'est bizarre qu'il n'y ait pas de vidéo sur ce sujet. Tant il est vrai que personne n'étant directement concerné, il n'y aura pas de père en colère.
Bonnes vacances.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 460
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 70
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Lun 04 Juil 2011, 12:54

Pardon, voici le lien
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
xzat

avatar

Masculin
Vierge Serpent
Nombre de messages : 69
Date de naissance : 20/09/1989
Age : 29
Localisation : lens
Date d'inscription : 07/03/2010

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Lun 04 Juil 2011, 12:56

kernoa a écrit:
Voilà un témoignage bien émouvant que la prestation du pauvre Alex. Cet homme, malgré son immense douleur tente de combattre son émotion pour laisser échapper un peu de cognition.
Pour autant, est-il raisonnable d'espérer trouver une seul japonais ou résident étranger au Japon qui puisse se déclarer ouvertement pour les centrales nucléaires?
Non, bien sûr, tout comme les habitants d'un village ravagé par la rupture d'un barrage hydraulique. Plus jamais ils n'auront confiance dans la solidité des barrages.

Il ne s'agit pas pour les défenseurs du nucléaire comme moi de minimiser les immenses dangers que fait encourir aux habitant la radioactivité des déchets comme à Tchernobyl où Fukushima, mais en même temps, dans notre raisonnement, tant que les ingénieurs n'auront pas mis au point une technologie de remplacement pour produire ne quantité suffisante et en continu l'électricité dont nos sociétés hautement technologiques, il conviendrait mieux de concentrer nos énergies et nos colères pour obliger les dirigeants de nos pays à renforcer la sécurité dans les centrales nucléaires.

Il est clair que si le système de refroidissement des réacteurs de Fukushima a cessé de fonctionner après un séisme de magnitude 6, alors il faut rechercher la cause du désastre avant tout dans l'exploitation qui en a été faite par TEPCO dont le souci est de gagner de l'argent et non pas de renforcer les systèmes de sécurité fort chers et peu productifs.

Quand aux effets durable de la radioactivité il convient de relativiser. Il faut prendre en exemple la ville japonaise d'Iroshima, rasée en 1945


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

et resplendissante 65 ans après.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il y a donc de l'espoir. La ville s'est reconstruite à l'endroit de l'explosion sans apparemment souffrir de la radioactivité des résidus nucléaires provenant de la bombe.

Bon week end à tous

Relativisé ?
Oserais-tu poser la question à un polynésien à 7 doigt / main ? Oserais-tu la poser à tous les cancéreux ? N'aurais-tu aucune honte face à celle qui te nourrit ? Le traumatisme doit être encore bien vivant pour les habitants d'hiroshima.

Nous ne devons pas accepter une tel chose, encore moins sous prétexte que 65 ans après "c'est resplendissant". Trois arbres entourés de béton, c'est moche.

Le bombe d'hiroshima a été lancer car les dirigeants US n'était pas d'accord avec les dirigeants Asiatique. C'était le seul moyen d'éviter qu'il continue à se battre contre les US (au vue de l'échec de la guerre du Vietnam). Bien entendu, les victimes était les citoyens. Tout est expliqué dans le livre jaune n°6.


Revenir en haut Aller en bas
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 460
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 70
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Lun 04 Juil 2011, 14:23

Salut xzat
tu écris
Citation :

Relativisé ?
Oserais-tu poser la question à un polynésien à 7 doigt / main ? Oserais-tu la poser à tous les cancéreux ? N'aurais-tu aucune honte face à celle qui te nourrit ? Le traumatisme doit être encore bien vivant pour les habitants d'hiroshima.

Encore une fois je n'ai jamais dit que le nucléaire n'est pas sans danger. Oui je poserai la question à un polynésien qui a 7 doigts, en lui exprimant mes regrets. Mais encore une fois, je lui dirai les techniciens et ingénieurs et les militaires français ont su tirer des enseignements de leurs erreurs.
Actuellement il existe de par le monde une vaste campagne contre le nucléaire, mais quand on évoque le problème de la surpopulation, on se fait insulter, on vous soupçonne d'appartenir à une secte.
Or les faits sont précis et gravissimes:
Citation :
Certaines activités humaines viennent encore noircir le tableau: la surpêche, la destruction d'habitats entiers ou encore la pollution durable des eaux par des substances chimiques toxiques et des milliards de micro-déchets en plastique. Pris dans leurs ensembles, ces facteurs de stress s'amplifient les uns les autres au lieu de se compenser.

Voilà les effets de la surpopulation. Si tu dois t'indigner c'est en PREMIER à propos de la surexploitation des ressources de la planète, et ENSUITE sur les dangers de la radioactivité des centrales nucléaires. Lesquelles centrales fournissent pourtant, pour le plus grand bien-être des humains, assez d'énergie pour faire tourner les hôpitaux et tous les instruments de soins gourmands en électricité, de faire tourner les stations d'épuration des eaux usées, de dessaler l'eau de mer en eau douce parce que les nappes phréatiques s'épuisent, d'éclairer les villes et dans un futur proche, permettre de recharger les batteries des voitures électriques qualifiées un peu vite d'écologiques. Ces centrales fonctionnent par tous les temps, jour et nuit, sans relâcher dans l'atmosphère ce fameux gaz à effet de serre qu'on appelle du CO².

Oui il y a de quoi s'indigner. Encore faudrait-il exprimer sa colère dans des considérations cohérentes et se poser cette question : si on stoppe les centrales nucléaires on les remplace par quoi?

Actuellement, les océans se comblent de déchets en matière plastique, les habitats naturels des océans sont détruits pour faire face à la consommation induite par la pression démographique humaine et parceque les humains défrichent ces espaces naturels pour s'y établir.
Les films documentaires se suivent et se ressemblent. Récemment, sur France 5, tu auras pu voir qu'en Inde, du fait de l'arrosage des cultures, les niveaux des nappes phréatiques sont si bas, que l'eau est jaune, chargée en arsenic. Et les femmes et les enfants se lavent avec ce poison. Que vas-tu raconter, alors, à cet enfant indien qui se tord de son mal au ventre?
Que tout va bien. Que ça va s'arranger? Que l'eau va redevenir normale et potable?
Peut-être pourras-tu lui proposer de l'adopter pour lui donner une chance de vivre?
Moi aussi, si je veux, je peux faire dans le sentimental!

Non il faut rester calme et donner un classement à ses indignations, par ordre d'importance.
Il y a les catastrophes subies par les humains, comme les tremblements de terres et les accidents qu'ils causent dans les centrales nucléaires, et les catastrophes induites par les humains eux-mêmes, bien plus graves et bien plus durables, bien plus mortelles aussi, à long terme, dont la cause est la surexploitation des ressources naturelles pour faire face à la pression démographique.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Lun 04 Juil 2011, 14:50

Une amie m'en envoyé cet article, comme je suis dans un coin avec vue sur une centrale..........je fais suivre


En lien , sur Politis  :

"accident nucléaire : une certitude statistique"    
( Benjamin Dessus et Bernard Laponche  )
http://www.politis.fr/Accident-nucleaire-une-certitude,14422.html

> et en clair sur Télérama :

Bernard Laponche : “Il y a une forte probabilité d'un accident nucléaire majeur en Europe”
LE MONDE BOUGE - Physicien nucléaire, polytechnicien, Bernard Laponche est formel : la France est dans l'erreur. Avec le nucléaire, elle s'obstine à privilégier une énergie non seulement dangereuse mais obsolète. Alors que d'autres solutions existent, grâce auxquelles les Allemands ont déjà commencé leur transition énergétique.
Il est des leurs. Enfin, il était des leurs. Polytechnicien, physicien nucléaire, Bernard Laponche a participé, dans les années 1960, au sein du Commissariat à l'énergie atomique, à l'élaboration des premières centrales françaises. La découverte des conditions de travail des salariés de la Hague sera pour lui un choc : il prend conscience du danger de l'atome, qu'il juge moralement inacceptable. Dès les années 1980, Bernard Laponche, désormais militant au sein de la CFDT, prône la maîtrise de la consommation énergétique et le développement des énergies renouvelables. Les décennies suivantes lui ont donné raison.. Mais la France, seul pays au monde à avoir choisi l'option du tout-nucléaire, s'obstine dans l'erreur, déplore-t-il, et s'aveugle : énergie du passé, sans innovation possible, le nucléaire ne représente pas seulement une menace terrifiante, pour nous et pour les générations qui suivront ; il condamne notre pays à rater le train de l'indispensable révolution énergétique.
>  On présente toujours l'énergie nucléaire comme une technologie très sophistiquée. Vous dites qu'il s'agit juste du « moyen le plus dangereux de faire bouillir de l'eau chaude » (1) . C'est provocateur, non ?
> Pas vraiment... Un réacteur nucléaire n'est qu'une chaudière : il produit de la chaleur. Mais au lieu que la chaleur, comme dans les centrales thermiques, provienne de la combustion du charbon ou du gaz, elle est le résultat de la fission de l'uranium. Cette chaleur, sous forme de vapeur d'eau, entraîne une turbine qui produit de l'électricité. L'énergie nucléaire n'est donc pas ce truc miraculeux qui verrait l'électricité « sortir » du réacteur, comme s'il y avait une production presque spontanée...
> Pourquoi cette image s'est-elle imposée ?
> Les promoteurs du nucléaire ne tiennent pas à mettre en avant la matière première, l'uranium. C'est lié au fait qu'à l'origine le nucléaire était militaire, donc stratégique. Et puis en laissant penser que l'électricité est produite directement, ils lui donnent un côté magique, ainsi qu'une puissance trois fois plus élevée, car c'est la chaleur produite que l'on évalue, pas l'électricité.. Or les deux tiers de la chaleur sont perdus, ils réchauffent l'eau des fleuves ou de la mer qui sert à refroidir les réacteurs.
> Parlons donc du combustible...
> Ce sont des crayons d'uranium, de l'uranium légèrement enrichi en isotope 235, pour les réacteurs français. La fission est une découverte récente (1938) : un neutron tape un noyau d'uranium qui explose, produit des fragments, donc de l'énergie, et des neutrons, qui vont taper d'autres noyaux – c'est la réaction en chaîne. La multiplication des fissions produit de la chaleur. Or les fragments de la fission sont de nouveaux produits radioactifs, qui émettent des rayons alpha, bêta, gamma.... A l'intérieur des réacteurs, vous produisez donc de la chaleur, c'est le côté positif, mais aussi des produits radioactifs, notamment du plutonium, le corps le plus dangereux qu'on puisse imaginer, qui n'existe qu'à l'état de trace dans la nature. On aurait dû s'interroger dès l'origine : ce moyen de produire de l'eau chaude est-il acceptable ?
> Cette réaction en chaîne, on peut tout de même l'arrêter à chaque instant, non ?
> Dans un fonctionnement normal, on abaisse les barres de contrôle dans le cœur du réacteur : elles sont constituées de matériaux qui absorbent les neutrons, ce qui arrête la réaction en chaîne. Mais il faut continuer de refroidir les réacteurs une fois arrêtés, car les produits radioactifs continuent de produire de la chaleur. La nature même de la technique est donc source de risques multiples : s'il y a une panne dans les barres de contrôle, il y a un emballement de la réaction en chaîne, ce qui peut provoquer une explosion nucléaire ; s'il y a une fissure dans le circuit d'eau, il y a perte de refroidissement, la chaleur extrême détruit les gaines du combustible, certains produits radioactifs s'échappent, on assiste à la formation d'hydrogène, cet hydrogène entraîne des matières radioactives et peut exploser.
> Mais on multiplie les systèmes de protection...
> Vous avez beau les multiplier, il y a toujours des situations dans lesquelles ces protections ne tiennent pas. A Tchernobyl, on a invoqué, à juste titre, un défaut du réacteur et une erreur d'expérimentation ; à Fukushima, l'inondation causée par le tsunami. Au Blayais, en Gironde, où la centrale a été inondée et où on a frôlé un accident majeur, on n'avait pas prévu la tempête de 1999. Mais on a vu des accidents sans tsunami ni inondation, comme à Three Mile Island, aux Etats-Unis, en 1979. On peut aussi imaginer, dans de nombreux pays, un conflit armé, un sabotage... Puisque le point de départ, c'est la création de produits radioactifs en grande quantité, la catastrophe est intrinsèque à la technique. Le réacteur fabrique les moyens de sa propre destruction.
> Y a-t-il eu des innovations en matière nucléaire ?
> Aucun progrès technologique majeur dans le nucléaire depuis sa naissance, dans les années 1940 et 1950. Les réacteurs actuels en France sont les moteurs des sous-marins atomiques américains des années 1950. En plus gros. Les réacteurs, l'enrichissement de l'uranium et le retraitement, sont des technologies héritées de la Seconde Guerre mondiale. On a juste augmenté la puissance et ajouté des protections. Mais parce que le système est de plus en plus compliqué, on s'aperçoit que ces protections ne renforcent pas toujours la sûreté.
> On a du mal à croire qu'il n'y ait eu aucune innovation majeure...
> Si, le surgénérateur ! Avec Superphénix, on changeait de modèle de réacteur. Et heureusement qu'on l'a arrêté en 1998, car il était basé sur l'utilisation du plutonium. Le plutonium est un million de fois plus radioactif que l'uranium. Comment a-t-on pu imaginer faire d'un matériau aussi dangereux le combustible d'une filière de réacteurs exportable dans le monde entier ?
> Nicolas Sarkozy affirme que si l'on refuse le nucléaire, on doit accepter de s'éclairer à la bougie. Qu'en pensez-vous ?
> Il est lassant d'entendre des dirigeants qui n'y connaissent rien continuer à dire n'importe quoi. Nicolas Sarkozy ne croit pas si bien dire ; un jour, et pourquoi pas dès cet été, les Français s'éclaireront à la bougie : comme nous sommes le seul pays au monde à avoir choisi de produire 80 % de notre électricité avec une seule source, le nucléaire, et une seule technique, le réacteur à eau pressurisée, si nous sommes contraints d'arrêter nos réacteurs, nous retournerons à la bougie ! Pas besoin d'une catastrophe, juste un gros pépin générique, ou une sécheresse et une canicule exceptionnelles. Car on ne peut pas faire bouillir l'eau des rivières. En revanche, si l'on décidait de sortir du nucléaire en vingt ans, on pourrait démultiplier notre inventivité énergétique pour justement éviter la bougie.
> Les défenseurs du nucléaire disent qu'en France, avec notre nouveau réacteur, l'EPR, que l'on construit à Flamanville, on arrive à un risque quasi nul...
> Chaque pays assure que ses réacteurs sont mieux que les autres. Avant Fukushima, le discours des Japonais était le même que celui des Français. On en est déjà à cinq réacteurs détruits (Three Mile Island, Tchernobyl, et trois réacteurs à Fukushima) sur quatre cent cinquante réacteurs dans le monde, des centaines de kilomètres carrés inhabitables. La probabilité théorique, selon les experts de la sûreté nucléaire, devait être de un pour cent mille « années-réacteur » [une année-réacteur, c'est un réacteur fonctionnant pendant un an, NDLR], voire un million d'années-réacteur pour un accident majeur, type Tchernobyl ! La réalité de ce qui a été constaté est trois cents fois supérieure à ces savants calculs. Il y a donc une forte probabilité d'un accident nucléaire majeur en Europe.
> Une innovation majeure pourrait-elle vous conduire à revoir votre jugement ?
> Je ne vois pas de solution dans l'état actuel, non pas de l'ingénierie, mais de la connaissance scientifique. Je ne dis pas qu'un jour un savant ne trouvera pas un moyen d'utiliser l'énergie de liaison des noyaux de façon astucieuse, qui ne crée pas ces montagnes de produits radioactifs. Mais pour le moment, il n'y a pas !
> Pourquoi vous opposez-vous à Iter, expérience sur la fusion menée à Cadarache, sous l'égide de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ?
> La fusion, c'est l'inverse de la fission. On soude deux petits noyaux, deux isotopes de l'hydrogène, le deutérium (un proton et un neutron) et le tritium (un proton et deux neutrons), et cette soudure dégage de l'énergie. Mais il faut arriver à les souder, ces noyaux ! Dans le Soleil, ils se soudent du fait de la gravitation. Sur Terre, on peut utiliser une bombe atomique, ça marche très bien. L'explosion provoque la fusion des deux noyaux, qui provoque une seconde explosion beaucoup plus forte : c'est la bombe à hydrogène, la bombe H. Pour une fusion sans bombe, il faut créer des champs magnétiques colossaux afin d'atteindre des températures de cent millions de degrés. Iter, à l'origine un projet soviétique, est une expérience de laboratoire à une échelle pharaonique, des neutrons extrêmement puissants bombardent les parois en acier du réacteur, ces matériaux deviennent radioactifs et doivent d'ailleurs être remplacés très souvent. Je ne suis pas spécialiste de la fusion, mais je me souviens que nos deux derniers Prix Nobel français de physique, Pierre-Gilles de Gennes et Georges Charpak, avaient dit qu'Iter n'était pas une bonne idée. Ils prônaient les recherches fondamentales avant de construire cet énorme bazar. Personne n'a tenu compte de leur avis, et nos politiques se sont précipités, sur des arguments de pure communication – on refait l'énergie du Soleil – pour qu'Iter se fasse en France.
> Pourquoi ?
> Parce que les Français veulent être les champions du nucléaire dans le monde. Les Japonais voulaient Iter, mais leur Prix Nobel de physique Masatoshi Koshiba a dit « pas question », à cause du risque sismique. Je pense que ce projet va s'arrêter parce que son prix augmente de façon exponentielle. Et personne ne s'est posé la question : si jamais ça marchait ? Que serait un réacteur à fusion ? Comme disent les gens de l'association négaWatt, pourquoi vouloir recréer sur Terre l'énergie du Soleil puisqu'elle nous arrive en grande quantité ?
> Que répondez-vous à ceux qui pensent que l'impératif du réchauffement climatique, donc la nécessaire réduction des émissions de CO2, nous impose d'en passer par le nucléaire ?
> Tout d'abord, on ne peut pas faire des émissions de CO2 le seul critère de choix entre les techniques de production d'électricité. Faut-il accepter qu'au nom du climat, tous les cinq ou dix ans, un accident de type Fukushima se produise quelque part dans le monde ? Ensuite, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a montré que si l'on voulait tenir nos objectifs de réduction des émissions de CO2, la moitié de l'effort devait porter sur les économies d'énergie. Pour l'autre moitié, le recours aux énergies renouvelables est essentiel, la part du nucléaire n'en représentant que 6 %. Il faut donc relativiser l'avantage du nucléaire.
> Vous avez commencé votre carrière au CEA et avez été un artisan de cette énergie. Que s'est-il passé ?
> J'ai même fait une thèse sur le plutonium, et je ne me posais aucune question. Tout est très compartimenté au CEA, je faisais mes calculs sur la centrale EDF 3 de Chinon, n'avais aucune idée des risques d'accident ni du problème des déchets. Je travaillais avec des gens brillants. Et puis j'ai commencé à militer à la CFDT, après 68, et on s'est intéressé aux conditions de travail des travailleurs de la Hague. Je me suis aperçu que, moi, ingénieur dans mon bureau, je ne connaissais rien de leurs conditions de travail, et que les gens de la Hague ne savaient pas ce qu'était un réacteur nucléaire. On a donc écrit, en 1975, un bouquin collectif qui a été un best-seller, L'Electronucléaire en France. Le patron du CEA de l'époque a d'ailleurs reconnu la qualité de ce travail. Pour cela, j'ai travaillé pendant six mois à partir de documents américains, parce qu'en France il n'y avait rien. La CFDT a alors pris position contre le programme nucléaire. J'ai commencé à travailler sur les alternatives au nucléaire et, en 1982, je suis entré à l'Agence française pour la maîtrise de l'énergie.
> Cela fait trente ans... Que prôniez-vous à l'époque ?
> Mais la même chose qu'aujourd'hui : économies d'énergie et énergies renouvelables ! Les principes de l'électricité photovoltaïque, donc des panneaux solaires, étaient déjà connus. Aujourd'hui, on ne parle que de l'électricité, mais ce qu'il faudrait d'abord installer partout, c'est des chauffe-eau solaires ! Rien de plus simple : un fluide caloporteur circule dans un tube sous un panneau vitré, et permet d'obtenir de l'eau à 60 degrés. L'Allemagne, pays moins ensoleillé que la France, a dix fois plus de chauffe-eau solaires. Dans le Midi, il n'y en a pas, ou si peu !
> Cela ne demande pas beaucoup d'innovation...
> L'innovation permet avant tout de réduire les coûts. L'éolien, sa compétitivité face au nucléaire est acquise. En ce qui concerne le photovoltaïque, les Allemands anticipent des coûts en baisse de 5 % chaque année. Il y a beaucoup de recherches à faire sur les énergies marines, les courants, l'énergie des vagues, la chaleur de la terre avec la géothermie. Les énergies renouvelables, sous un mot collectif, sont très différentes, et peuvent couvrir à peu près tous les besoins énergétiques. Les Allemands estiment qu'elles couvriront 80 % des leurs d'ici à 2050. C'est plus que crédible, à condition de toujours rechercher les économies d'énergie.
>
> Le fait qu'on ait produit de l'électricité à partir du nucléaire à un coût modique, ne prenant pas en compte les coûts du démantèlement et de la gestion à long terme des déchets radioactifs, a-t-il pénalisé les énergies renouvelables ?
> Oui, et comme on a fait trop de centrales nucléaires, il y a toujours eu pression pour la consommation d'électricité, et en particulier pour son usage le plus imbécile, le chauffage électrique, pour lequel la France est championne d'Europe. On construit des logements médiocres, l'installation de convecteurs ne coûte rien, cela crée du coup un problème de puissance électrique globale : en Europe, la différence entre la consommation moyenne et la pointe hivernale est due pour moitié à la France ! Résultat, l'hiver, nous devons acheter de l'électricité à l'Allemagne, qui produit cette électricité avec du charbon… Hors chauffage, les Français consomment encore 25 % de plus d'électricité par habitant que les Allemands. Qui n'ont pas seulement des maisons mieux isolées, mais aussi des appareils électroménagers plus efficaces, et qui font plus attention, car l'électricité est un peu plus chère chez eux.
> Quelles sont les grandes innovations à venir en matière d'énergie ?
> Les « smart grids », les réseaux intelligents ! Grâce à l'informatique, on peut optimiser la production et la distribution d'électricité. A l'échelle d'un village, d'une ville ou d'un département, vous pilotez la consommation, vous pouvez faire en sorte, par exemple, que tous les réfrigérateurs ne démarrent pas en même temps. Les défenseurs du nucléaire mettent toujours en avant le fait que les énergies renouvelables sont fluctuantes – le vent ne souffle pas toujours, il n'y a pas toujours du soleil – pour asséner que si l'on supprime le nucléaire, il faudra tant de millions d'éoliennes... Mais tout change si l'on raisonne en termes de combinaisons ! Les Allemands étudient des réseaux qui combinent biomasse, hydraulique, éolien, photovoltaïque. Et ils travaillent sur la demande : la demande la nuit est plus faible, donc avec l'éolien, la nuit, on pompe l'eau qui va réalimenter un barrage qui fonctionnera pour la pointe de jour... C'est cela, la grande innovation de la transition énergétique, et elle est totalement opposée à un gros système centralisé comme le nucléaire. Le système du futur ? Un territoire, avec des compteurs intelligents, qui font la jonction parfaite entre consommation et production locale. Small is beautiful. Les Allemands réussissent en ce moment cette transition énergétique. Parce qu'ils l'ont décidée. C'est cela, le principal : il faut prendre la décision. Cela suppose une vraie prise de conscience.
> Comment expliquez-vous l'inconscience française ?
> Par l'arrogance du Corps des ingénieurs des Mines, d'une part, et la servilité des politiques, de l'autre. Une petite caste techno-bureaucratique a gouverné les questions énergétiques depuis toujours, puisque ce sont eux qui tenaient les Charbonnages, puis le pétrole, et ensuite le nucléaire. Ils ont toujours poussé jusqu'à l'extrême, et imposé aux politiques, la manie mono-énergétique.
> Cela vient de notre pouvoir centralisé ?
> Complètement ! Dans les années 1970, un chercheur suédois a écrit une étude sur le fait que le nucléaire marche dans certains pays et pas dans d'autres. Et il en a conclu qu'une structure politico-administrative autoritaire et centralisée avait permis qu'il se développe dans deux pays : l'URSS et la France. Pour de fausses raisons – indépendance énergétique, puissance de la France –, on maintient le lien entre le nucléaire civil et militaire – le CEA a une branche applications militaires, Areva fournit du plutonium à l'armée. Ce complexe militaro-étatico-industriel fait qu'ici on considère madame Merkel comme une folle. Au lieu de se dire que si les Allemands font autrement, on pourrait peut-être regarder… Non, on décide que les Allemands sont des cons. Nos responsables claironnent qu'on a les réacteurs les plus sûrs, que le nucléaire c'est l'avenir, et qu'on va en vendre partout. C'est l'argument qu'on utilise depuis toujours, et on a vendu péniblement neuf réacteurs en cinquante ans, plus les deux qui sont en construction en Chine. Ce n'est pas ce qui était prévu… En dix ans, les Allemands, eux, ont créé près de 400 000 emplois dans les énergies renouvelables.
> En dehors des écologistes, personne, y compris à gauche, ne remet en cause le nucléaire...
> Les choses évoluent vite. Fukushima ébranle les pro-nucléaire honnêtes. Je pense que la décision allemande aura une influence, pas sur nos dirigeants actuels, mais sur nos industriels et aussi sur les financiers. Ils doivent se dire : vais-je continuer à mettre mes billes dans un truc comme ça ? Il y avait jadis l'alliance Areva-Siemens pour proposer des réacteurs EPR, mais Siemens en est sorti depuis des années. On peut toujours se rassurer en pensant que les Allemands se trompent, mais on peut difficilement soutenir qu'ils aient fait ces dernières décennies de mauvais choix et que leur industrie soit faiblarde...
> Les écologistes peuvent-ils peser sur les socialistes ?
> Bien sûr. Déjà, en 2000, tout était prêt pour l'EPR, mais Dominique Voynet, ministre de l'Environnement, a dit à Lionel Jospin : « Si tu fais l'EPR, je démissionne. » C'est la seule fois où elle a mis sa démission dans la balance et l'EPR ne s'est pas fait à l'époque. Je travaillais auprès d'elle comme conseiller sur ces questions, j'ai pondu trois cent cinquante notes. Il y avait une bagarre quotidienne entre le ministère de l'Environnement et le ministère de l'Industrie, qui se moquait complètement de la sécurité. Malheureusement, l'EPR est reparti avec Chirac en 2002. Et il va nous coûter très cher. En un demi-siècle, on a gaspillé l'énergie, on a fait n'importe quoi. Il est urgent de choisir une civilisation énergétique qui ne menace pas la vie.
Propos recueillis par Vincent Remy            Télérama n° 3205
Revenir en haut Aller en bas
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 460
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 70
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Lun 04 Juil 2011, 20:52

Citation :
En revanche, si l'on décidait de sortir du nucléaire en vingt ans, on pourrait démultiplier notre inventivité énergétique pour justement éviter la bougie.
Au conditionnel on peut tout faire, effectivement. Il faut être résolument optimiste pour espérer trouver une énergie abondante en remplacement du nucléaire.
Il n'y a pas si longtemps, je me rendais en famille à un enterrement en Basse Normandie. Nous sommes passés devant un parc d'éoliennes dont les pales ne tournaient pas. Ben oui il n'y avait pas de vent. Je n'ai pas pu m'empêcher de lancer à la cantonade "heureusement à ce moment là qu'il n'y a d' hôpital de brancher dessus, car alors pour les soins, cela n'aurait pas été commode."
Toute la voiturée a rit.


Citation :
Oui, et comme on a fait trop de centrales nucléaires, il y a toujours eu pression pour la consommation d'électricité, et en particulier pour son usage le plus imbécile, le chauffage électrique, pour lequel la France est championne d'Europe.

Effectivement, au début, le chauffage électrique était indispensable pour faire tourner les centrales nucléaires à plein régime.
Mais demain, la consommation imbécile va changer de camp. Il faudra alimenter les chargeurs de batteries des millions d'automobiles électriques qui vont débouler sur le marché demain en remplacement des véhicules à carburants fossiles.
Il est possible de réduire la consommation en électricité en développant le courant à basse tension. Mais ce courant est difficilement distribuable sur de longues distances. Il faudra donc ôter à l'État le monopole de production d'électricité pour autoriser les particuliers à produire. Mais alors, se posera un problème d'égalité des citoyens sur la distribution des énergies.




Citation :
En dix ans, les Allemands, eux, ont créé près de 400 000 emplois dans les énergies renouvelables.



Ok pour les emplois, mais les allemands sont -ils contraints d'importer de l'électricité pour satisfaire leur besoin? Peut-on répondre à cette question?

Citation :
Les Allemands étudient des réseaux qui combinent biomasse, hydraulique, éolien, photovoltaïque. Et ils travaillent sur la demande : la demande la nuit est plus faible, donc avec l'éolien, la nuit, on pompe l'eau qui va réalimenter un barrage qui fonctionnera pour la pointe de jour... C'est cela, la grande innovation de la transition énergétique, et elle est totalement opposée à un gros système centralisé comme le nucléaire. Le système du futur ?

Un État centralisé est une garantie d'égalité des citoyens dans les distribution d'électricité, de gaz et d'eau potable.
Toute décentralisation introduit immanquablement des disparités énormes entre les riches et les pauvres.
Aujourd'hui il est possible de développer des générateurs personnels à moteur Stirling très économes, ou des piles à combustibles qui peuvent alimenter des foyers, des résidences privées. Mais comment alimenter des zones urbaine de 10 millions d'habitants?
Et d'ailleurs, pourquoi l'Allemagne construit-elle en toute hâte des centrales au charbon?

Citation :
Bien sûr. Déjà, en 2000, tout était prêt pour l'EPR, mais Dominique Voynet, ministre de l'Environnement, a dit à Lionel Jospin : « Si tu fais l'EPR, je démissionne. » C'est la seule fois où elle a mis sa démission dans la balance et l'EPR ne s'est pas fait à l'époque.
N'a-t-on pas perdu 20 ans de recherche dans la mise au point d'une filière nucléaire plus sûre?


Citation :
Fukushima ébranle les pro-nucléaire honnêtes.

C'est quoi ce procès d'intention? N'y aurait-il que des antinucléairespour être honnêtes, et seulement un petit peu de pro nucléaires?
Alors que pour moi, ce sont surtout les antinucléaires qui sont malhonnêtes.

Bien sûr que Fukushima ébranle les partisans d u nucléaire! Mais pour le moment le minimum d'honnêteté c'est de dire qu'il n'y a pas de solution de rechange crédible sauf à prévenir les consommateurs qu'ils devront changer d'habitude et accepter les coupures de courants par temps calme, ou la nuit.

A au fait, pour les techniciens. Dans les circuits monohydriques modernes à haute ou très haute pression, que la chaleur soit fournie par des réacteurs nucléaires ou des chaudières conventionnelles au fuel ou au charbon, le rendement thermique ne dépasse pas les 35%. C'est à dire qu'on rejette dans l'atmosphère 65% de la chaleur produite. Il me parait assez malhonnête de n'attribuer ce faible rendement qu'à la seule filière nucléaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Lun 04 Juil 2011, 21:45

Merci pour le lien Pascalle, et merci à ton amie que je salue.

Les réactions anti-nulcléaires sont relayées préférentiellement par les personnes retranchées inconsciemment dans la peur et qui trouvent un éxutoire sur ce forum. En relayant, ces informations, parfois de manière un peu bornée , elles obligent à relever le débat.

Au final (enfin espérons que tout ira au mieux à Fukushima), les anti-nucléaires se complaisent surtout en se prouver qu'ils ont raison, et les pragmatiques ne voient pas leurs positions beaucoup évoluer.

Nous sommes sur un site à vocation spirituelle, c'est à dire où chaque personne aspire à ouvrir sa conscience dans la dialectique comme dans le ressenti de l'âme.

C'est la tête et le coeur. Et ici c'est trop souvent l'un ou l'autre, car expliquer le coeur est impossible. Mais est-ce vraiment le coeur qui parle ? Rappellons-nous que vérifier des ressenti avec un peu de tête saine ne fait pas du tout de tort au coeur... et vice versa.

Le temps est venu de nous alligner sur le nouveau, en accord avec la nature, et même un peu plus encore, car la nature est la projection parfaite de la création elle-même en évolution elle aussi.

Commençons donc à vivre selon le nouveau qui nous attend. Projetons dans nos consciences qu'il n'y aura plus de catastrophe nucléaire, c'est à dire soyons en harmonie avec une planête saine, et cela sera au moins pour nous, avec ou sans les centrales nucléaires.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Lun 04 Juil 2011, 22:03

bonsoir Kernoa


Au conditionnel on peut tout faire, effectivement. Il faut être résolument optimiste pour espérer trouver une énergie abondante en remplacement du nucléaire.
Il n'y a pas si longtemps, je me rendais en famille à un enterrement en Basse Normandie. Nous sommes passés devant un parc d'éoliennes dont les pales ne tournaient pas. Ben oui il n'y avait pas de vent. Je n'ai pas pu m'empêcher de lancer à la cantonade "heureusement à ce moment là qu'il n'y a d' hôpital de brancher dessus, car alors pour les soins, cela n'aurait pas été commode."
Toute la voiturée a rit.



Ici, il n'y a pas de souci, le mistral souffle régulièrement et fait tourner les pales sans problème, après, il y a des mouvements anti-éolienne, car ça fait du bruit et gâche le paysage............difficile de satisfaire tout le monde
En attendant : 3 juillet 2011
Incendie à la centrale nucléaire de Tricastin
Un incendie, provoqué par une explosion, est survenu samedi à la centrale nucléaire EDF de Tricastin, située à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme. Il ne s'agit pas du premier incident dans la centrale.

citation :
Samedi, une explosion est survenue à la centrale nucléaire de Tricastin
Une explosion serait survenue samedi vers 15 heures dans la centrale nucléaire de Tricastin entraînant un incendie à l'intérieur du bâtiment. Un panache noire s'est alors dégagé au-dessus de la centrale. C'est le transformateur de la tranche 1 qui aurait explosé. Il est donc aujourd'hui à l'arrêt. Et l'installation serait située hors zone nucléaire.

L'explosion n'a fait aucun blessé. Le feu a été maîtrisé vers 16 heures. Un grand nombre de pompiers ont été dépêchés sur place. Les gendarmes ont aussi convergé vers le lieu.

Les causes de l'explosion restent à déterminer

Selon un communiqué de l'exploitant, EDF, il n'y aurait eu aucune atteinte à l'environnement. « L'incendie s'est déroulé dans la partie non nucléaire des installations et n'a aucune conséquence radiologique sur l'environnement et la population », a donc déclaré EDF, en précisant que l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait été prévenue. L'exploitant a encore ajouté ne pas connaître l'origine de cette explosion.

Il ne s’agit pas du premier incident à toucher cette centrale EDF de Tricastin. En 2008, des rejets trop importants de carbone 14 gazeux avaient alerté les autorités. Et en 2009, le bâtiment du réacteur n°2 avait été fermé suite à un incident survenu lors du déchargement d’une partie des barres d’uranium.





citation :
Le Tricastin est le plus important site nucléaire français, et on va en parler beaucoup...

Quand j'écrivais cette phrase en février 2007, je ne savais pas que les accidents de l'été 2008 allait faire couler tant d'encres...

Siué en basse vallée du Rhône autour de Pierrelatte, Le Tricastin a pour vocation l'enrichissement du combustible nucléaire, l’uranium, pour l'ensemble des réacteurs d'EDF et d'autres réacteurs Européens. On y traite aussi le combustible usé, pour pouvoir le stocker en vue d'un éventuel recyclage, très improbable ! Cela représente pas moins de 8 installations qui rejettent leurs déchets radioactifs et chimiques dans le mistral et dans le Rhône !

Jean-Pierre MORICHAUD et quelques autres vivent à peu de choses près la même situation que « nous » les riverains du CSA de Soulaines.

Ils se sont inquiétés aussi depuis des années, d’une recrudescence de cancers chez les riverains de ce site industriel nucléaire peut être le plus grand en activités, en surface, en employés, en pollution ?
Ils viennent d’obtenir ce qu’ils exigent depuis des années : une enquête épidémiologique
27 mars 2008
Le Tricastin : l'impossible enquête.
Areva est entrain de réussir à empêcher le démarrage de l'enquête épidémiologique autour du site.

7 juillet 2008
Scandale au Tricastin.
La CRIIRAD découvre que plus de 770 tonnes de déchets radioactifs ont été enfouis depuis plus de 30 ans à même le sol, en toute illégalité.

8 juillet 2008
30 m3 d'eau radioactive débordent d'une cuve.
360 kg d'uranium dans la nature ! Pas de danger immédiat ! Mais ne buvez pas, n'irriguez pas, ne vous baignez pas ! La CRIIRAD suit l'affaire de près.

15 juillet 2008
Présence d'uranium dans la nappe phréatique.
Selon l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, l'IRSN, les valeurs mesurées ne peuvent être expliquées par le rejet accidentel du 8 juillet. L'affaire prend de l'ampleur : elle fait la une des journaux France2.

17 juillet 2008
Conséquence inattendue :
Jean-Louis BORLOO réclame qu’une étude soit menée sur l’état des nappes phréatiques situées près de chaque centrale nucléaire française. Par ailleurs, Jean-Pierre MORICHAUD (FRAPNA) confirme devant la caméra de france3 qu'une enquête épidémiologique autour du site du Tricastin, demandée depuis 2001, et "empêchée" par AREVA, va enfin être lancée.

19 juillet 2008
Qui est crédible ?
L'ACRO fait un rapport de 6 pages pour expliquer l'accident et ses conséquences, notamment sur la non décroisance de la radioactivité dans le temps. Eléments de compréhension sur l'accident.

Le site next-up.org dresse un tableau complet sur l'affaire du Tricastin, ainsi que celle de Romans-sur-Isère.

23 juillet 2008
Les producteurs de Coteaux du Tricastin veulent changer de nom
Tant qu'il n'y avait pas d'accident à la centrale, il n'y avait pas de problème. Aujourd'hui, il est inutile qu'un producteur essaie de vendre une bouteille de Coteaux du Tricastin. On va lui rire au nez.

24 juillet 2008
Loi des séries : nouvelle contamination d'une centaine de salariés par des particules radioactives.
Les travailleurs ont reçu le quarantième de la dose qu'ils ont le droit de recevoir en un an. Et lelendemain l'usine du Ticastin est perquisitionnée ! Quelques observateurs se demandent si tout ce bruit ne serait pas orchestré, non pas pour obtenir la transparence de l'information, mais pour aboutir à la démission d'Anne LAUVERGEON. Pour l'heure, AREVA est bien éclaboussée !

27 juillet 2008
Le Réseau "Sortir du nucléaire" conteste le classement officiel des incidents du Tricastin
Il s'agit au moins d'un incident grave, niveau 3 (Rejet Très faible avec exposition du public en deçà des limites prescrites), ou même d'un accident de niveau 4 (Rejet mineur, avec exposition du public de l'ordre des limites prescrites)

5 août 2008
Loi des séries : fuite de carbone 14.
L'ASN suspend les activités de la SOCATRI génératrices de carbone 14. Selon la CRIIRAD « la violation des limites de rejets radioactifs dans l’atmosphère devient une habitude à la SOCATRI. Les limites annuelles de rejets ont été pulvérisées.

2 septembre 2008
Le parlement crée une commission d'enquête.

8 septembre 2008
Nouvel accident au Tricastin: deux barres d'uranium bloquées.

L'affaire du Tricastin a pris en effet de l'ampleur. L'immobilier et le tourisme se sont effondrés dans la région. Les habitants en ont ras-le-bol.

On se souviendra de l'été 2008 pour son actualité très nucléaire, avec les incidents du Tricastin, de Romans-sur-Isére, de Fleurus en Belgique, (avec un rejet d'iode 131, qui a rappelé les heures sombres de Tchernobyl), ainsi que l'incident de tritium de Cadarache, qui ont été largement médiatisés.

L'ASN communique au jour le jour les derniers avis d'incidents déclarés par les industriels.

19 septembre 2008
Pas de contamination radioactive des vignobles.

Le moût ne contient que 0,2 microgramme d'uranium par litre. Le seuil d'alerte pour l'eau est de 15 microgrammes.

27 septembre 2008
Depuis le 8 septembre, deux tubes d'uranium toujours suspendues dans le réacteur n°2.

...................................

a voir aussi

Irradiathon mondial : on est sur la bonne voie de tous devenir fluo
Publié par Marc Lafontan | Libellés : En direct sur Gaia
Résumé pour Los Alamos, Cahloun et Fukushima ... mot clé ? ça craint ...


http://au-bout-de-la-route.blogspot.com/2011/06/irradiathon-mondial-on-est-sur-la-bonne.html



Dernière édition par pascalle le Mar 05 Juil 2011, 00:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   Lun 04 Juil 2011, 22:08

Xzat,

Les "livres jaunes" présentent des informations qui imposent de prendre un certain recul.

Beaucoup de ces informations semblent justes, mais d'autres ne sont pas corroborées, et sont même infirmées par d'autres sources de sérieux au moins comparable.

Il s'agit ici d'une technique manipulatoire, consciente ou non, consistant à révéler des informations justes pour tenter de convaincre le lecteur à adhérer à une position subjective qui ne peut être prouvée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fukushima "un autre regard" sur la catastrophe nucléaire ...
Revenir en haut 
Page 4 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» autre utilisation du nucléaire
» Vidéo : un autre regard sur les vaccinations
» Une tête de mort apparaît dans la fumée de l'accident nucléaire de Fukushima !
» Fusion nucléaire - ARTE
» Batterie nucléaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: La Vérité qui fâche-
Sauter vers: