ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES SECRETS DE L’EGYPTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: LES SECRETS DE L’EGYPTE    Jeu 09 Juin 2011, 00:06

LES SECRETS DE L’EGYPTE
(EGYIPTOM TITKAI)

Pyramides, pharaons, étrangers ?
Piramisok, fáraók, idegenek?


Traduction


p.34 (...) Nous avons connaissance d’une expérience au cours de laquelle une femme fit une hypnose régressive (le nom de cette personne, comme celui du psychologue ayant mené l'hypnose et ceux des témoins sont connus, l’expérience eu lieu au environ du 6 mai 2001). Ceci est pour nous intéressant parce que selon les propres dires de cette personne (n’oublions pas qu’une personne sous hypnose n’a pas de propre volonté, ne peut pas mentir), elle se trouvait sur les lieux de la construction (de la Grande Pyramide) et donc fit un « compte rendu direct » de ce qu'elle voyait. Elle put observer l'ensemble du processus, parce qu'elle vivait à côté du grand prêtre conducteur du chantier de construction.

Cette personne a affirmé que le pharaon n'a pas été enterré dans la pyramide de Khéops, mais quelque part à côté de celle-ci. Elle parla de passages souterrains, comme de tunnels aussi. Ce qui peut être un inconvénient pour nous (si nous acceptons cela comme une preuve) : selon elle, c’est au temps de Khéops, c’est-à-dire il y a environ quatre mille ans et demi que fut construite la Grande Pyramide, et non avant le déluge, comme nous le prétendions dans les chapitres précédents.

En outre, d’étranges choses ont, en effet, été découverte. Des choses qui auraient plus leur place dans le domaine des OVNI ou d'autres revues paramachin. Selon ce témoin, pendant tout le temps de la construction de la pyramide, des « étrangers », ceux qui dirigeaient, étaient là présents, à donner des conseils. Ces sujets sont appelés les « nouveaux arrivants » par le témoin. Ces inconnus conduisaient les voitures volantes qui ont acheminé les blocs de pierre de la pyramide vers le site.

Parce que bon la personne hypnotisée a affirmé que maintenant elle est là et voit ce qu'elle voit. Et elle dit : des gens très beaux et sympathiques conduisent les voitures volantes qui apportent avec grande facilité les grandes pierres. De plus, ces dernières ne sont pas attachées avec des cordes aux véhicules, mais avec de « la lumière ». Des sortes de rayons visibles portent les pierres, et quand ils les déposent le faisceau-lumière s’éteind. Est-ce que ce sont de personnes de la terre ou des êtres qui ressemblent aux terriens, cela n’est pas directement dévoilé – selon le témoin, les étrangers portent un revêtement sur tout leur corps, leur tête étant recouverte d’un casque. Ils connaissent la langue locale, et la parle avec le peuple. Ils sont très sympathiques, qui plus est, ils demandent qu’on les appelent « amis ».

Soit dit en passant, ces étrangers viennent d’« une autre Terre ». Cette autre terre est idéale, propre, belle, oú tout est bon. La pyramide est censée devoir être construite pour que cette Terre devienne identique à l’autre - mais l'explication semble tout à fait illogique et incomplète. Peut-être est-ce du au fait que le psychologue qui mena l’expérience ne plonge pas dans les détails et pose des tas d’autres questions.

Il apparaîtra plus tard que les « Frères Blancs » - le nom des nouveaux arrivants – de temps à autre transmettent les nouveaux et nouveaux détails au pharaon et au grand prêtre qui à cette fin, doivent se rendre dans la tente des Frères Blancs.

Les blocs de pierre sont polis jusqu'à consistance lisse à l’aide de la lumière en provenance des aéronefs. De toute évidence, il s’agit de laser. Plus tard, il sera question de l’enterrement du pharaon et aussi des nouveaux arrivants qui ne sont pas des locaux, mais sont arrivés d'une autre planète, qui se nomme « Ashun ». En outre, la pyramide est le « récepteur » d’une connexion magnétique, dont l'autre partie se trouve sur la planète en question. Si quelqu'un pouvait passer de la salle de sépulture du pharaon - au milieu de la pyramide – à la pièce adjacente vide, il y trouverait un appareil spécial, qui peut être une sorte de « talki-walki » ou « push to talk ». Il est également apparu que ces étrangers ne pouvaient entrer en contact avec la terre, avec l’environnement de la terre parce que cela était très dangereux, polué, de manière évidente, cela était contagieux pour eux. C’est la raison pour laquelle, la seule pièce oú ils pouvaient enlever leur casque, était une pièce spécialement construite avec un système d’écluse et un « nettoyant-homme ».

Le « porte-parole » explique également que, non seulement ces prédécesseurs (ces étrangers) existaient mais qu’ils existent encore aujourd’hui. Selon ce témoignage, les « Atlantes », cette civilisation ancestrale ne s’est perdue - peut-être même qu’aucun Atlante ne fut détruit par le grand cataclysme tous ayant été sauvé - et se sont éparpillés sur la Terre. Nombreux sont ceux qui se sont retrouvés en Egypte.

Bien entendu, que personne n’attende de nous que nous placions cette expérience d’hypnose régressive dans la catégorie des preuves scientifiques. Pour la raison que cette expérience ne répond en rien aux critères scientifiques. Pourtant nous l’avons placé, ici, afin que le lecteur voit que de nombreux moyens sont utilisés afin que la vérité éclate.

Nemeres István
Editeur Puedlo

Responsable de la délivrance du Puedlo Ltd; chef de couverture: mariage Design

Editeur de site web: www.konyvdiszkont.hu
E-mail: puedlo@t-onine.hu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES SECRETS DE L’EGYPTE    Ven 17 Juin 2011, 13:34

ANCIENNE EGYPTE : Les dossiers secrets du KGB

L'ancienne Egypte a toujours attisé la curiosité des chercheurs. Les nombreuses fouilles menées dans ce pays ont souvent eu pour but de comprendre l'avancée extraordinaire de ce peuple, qui émergea du désert, non pas en 2500 ans avant JC comme il est généralement prétendu, mais en 10500 avant JC.

Ce peuple ingénieux dans diverses sciences telles que les mathématiques, l'astronomie, la géométrie. Détenteur de connaissances éblouissantes, de nombreuses questions furent soulevées. Leur savoir pourrait-il être une sorte d'héritage légué par un peuple oublié?

Une légende égyptienne raconte qu'une chambre nommée « Magbarat Alzoar », signifiant la tombe du visiteur, détiendrait la Sagesse du Dieu venu des étoiles.

Selon le docteur Ivanovich, ancien membre du Kremlin, les scientifiques russes auraient prit ce mythe très au sérieux, certains artefacts prouveraient un contact entre ce peuple et des créatures venues d'une autre planète...

En pleine guerre froide, l'Union Soviétique désirant concurrencer les Etats-Unis cherche des moyens peu coûteux afin de mener à bien sa quête de domination.

Le projet ISIS fut l'une des missions secrètes lancées par le KGB, en 1950. Le but prioritaire étant de découvrir des connaissances avancées à des fins militaires.

Discrètement, des études furent menées sur les ovni afin de comprendre leur système de propulsion. Trouver de la technologie extraterrestre permettrait d'en équiper les avions soviétiques.

Si les propos du docteur Ivanovich sont exacts, en 1961, un groupe de chercheurs aurait bien trouvé le cadavre d'un extraterrestre mort en Egypte aux environ de 10 000 ans avant JC. De plus, une pièce placée sous le tombeau aurait été qualifiée par certains archéologues comme la chambre secrète des connaissances.

Mystérieusement, le Kremlin décida d'arrêter les fouilles et de sceller la tombe. Tout document ayant un lien avec cette affaire fut détruit et rien ne fut révélé. Le projet Isis prit fin en 1981.

Comment expliquer la réaction des autorités soviétiques face à cette incroyable découverte ?

Le KGB a-t-il trouvé des preuves qui remettraient en cause l'Histoire de l'humanité ?

Film explicatif visible ici : http://www.mystere-tv.com/les-dossiers-secrets-du-kgb-v588.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES SECRETS DE L’EGYPTE    Lun 19 Sep 2011, 13:55


« J’ai découvert les secrets des pyramides ; j’ai découvert comment les Egyptiens et les constructeurs antiques au Pérou, au yucatan et en Asie, avec seulement des outils primitifs, ont soulevé et placé des blocs de pierre pesant un nombre considérable de tonnes. » Edward Leedskalnin


Le Château de Corail
d’Edward Leedskalnin.






I Introduction

Si vous avez été sensible comme moi à l’univers étrange et merveilleux du cinéaste Tim BURTON, qui réalisa entre autres « Edward aux mains d’argent », alors l’histoire du Château de Corail risque fort de vous intéresser, non seulement pour son côté artistique mais également pour le mystère lié à son élaboration.

A propos du film « Edward aux mains d’argent », j’ai longtemps cru que son réalisateur s’était inspiré d’une nouvelle d’Alphonse DAUDET " L’Homme à la Cervelle d’Or " extraite de son ouvrage le plus célèbre « Les Lettres de mon Moulin ». En effet, aussi bien dans le récit de DAUDET que dans le film de BURTON, les deux protagonistes étaient victimes de leur générosité et de la cupidité de leur entourage.

Je me demande maintenant si une histoire vraie n’est pas venue en fait titiller l’imagination du réalisateur : celle d’un autre Edward - Edward LEEDSKALNIN – qui allait consacrer une bonne partie de sa vie à construire de ses seules mains un château de corail, dans le but, paraît-il, d’accueillir une famille, qui n’allait finalement exister que dans ses rêves. D’autant plus que l’esthétique du Château de Corail, de par ses formes insolites et poétiques, n’est pas sans rappeler la vision artistique de Tim Burton.


Edward Leedskalnin

« J’ai découvert les secrets des pyramides ; j’ai découvert comment les Egyptiens et les constructeurs antiques au Pérou, au yucatan et en Asie, avec seulement des outils primitifs, ont soulevé et placé des blocs de pierre pesant un nombre considérable de tonnes. »

Voici ce que déclara Edward Leedskalnin pour expliquer la construction de son incroyable parc de roche. Avait-il en effet redécouvert le secret de la lévitation pour déplacer les blocs de corail ? Telle est la question intrigante qu’ont pu se poser tous ceux qui avaient visité le Château de Corail.

Même si je n’ai pas eu l’occasion de visiter physiquement ce site et de ressentir par moi-même la magie qui imprégne ces lieux, l’outil Internet m’a permis de combler en partie ce manque grâce aux nombreux articles que lui ont déjà consacré de nombreux sites WEB américains. A ma connaissance, l’histoire du Château de Corail n’a fait l’objet jusqu’à maintenant d’aucun récit en langue française. Une lacune qui sera comblée avec l’article que vous allez maintenant découvrir.


II La genèse.

Edward LEEDSKALNIN ( 1886 – 1951 ), originaire de Lettonie, était un célibataire venu aux Etats-Unis en 1920 après avoir été rejeté par sa fiancée la veille de son mariage. « Trop vieux, trop pauvre » aurait-elle prétexté. La Rock Star Billy IDOL a d’ailleurs écrit une chanson « The Bonbon Seize » pour évoquer cet amour perdu.

Cet échec sentimental allait devenir la hantise de sa vie et afin, sans doute, de ne pas l’oublier, Leedskalnin entreprit ces constructions dans la roche de corail, qui allaient lui prendre environ 20 ans, de 1920 à 1940. C’est du moins ce que les guides du Château racontent actuellement aux nombreux visiteurs.

Mais avant de commencer son œuvre fantastique, Leedskalnin travailla d’abord, semble-t-il en tant que charpentier au Canada puis comme rassembleur de bétail en Californie et au Texas. Touché par la tuberculose, il rechercha un climat plus chaud et s’installa en Floride juste après la première guerre mondiale dans la ville de Florida City où il acheta un terrain. Il se mit alors en tête de tailler un château de corail qu’il voulut dédicacer à Agnès SKUVST, son ex-fiancée affectueusement surnommée « Bonbon Seize » ( ? en français ).

Après avoir extrait de gros blocs dans la roche de corail qui se trouvait dans la propriété d’un voisin sous une mince couche de terre végétale, il commença par sculpter une chaise puis une table et enfin un château entier. Son plan consistait, pour certains, à devenir si célèbre par l’intermédiaire de son château, qu’Agnès Skuvst, entendrait parler de lui et reviendrait à lui. Ce qui ne fut pas le cas, au moins pour le retour de son ex-fiancée.

Beaucoup d’hommes ont construit de leurs mains leur propre maison mais, chez Leedskalnin, le choix des matériaux de construction est justement ce qui rendit son entreprise si incroyable. A l’aide d’outils fabriqués généralement à partir de pièces automobiles, il a découpé et déplacé des blocs énormes de roche de corail, pesant parfois jusqu’à 30 tonnes et pouvait les mettre en place avec une exactitude étonnante sans l’aide de la moindre machine conventionnelle. Et c’est là où réside le mystère comparable à celui des statues de l’île de Pâques ou d’autres constructions cyclopéennes réparties dans les quatre coins du monde. Comment un homme seul travaillant le plus souvent la nuit , à l’abri des regards, mesurant 1m 60 et pesant à peine 50 kg a-t-il pu s’y prendre ?

On estime que 1000 tonnes de roche de corail ont été utilisées dans la construction des murs et des tours. Ajoutez à cela 100 tonnes supplémentaires qui ont été découpées pour des meubles et divers objets absolument remarquables :




· Un obélisque de 28 tonnes.




· Une porte oscillante de 9 tonnes tellement bien équilibrée qu’il suffit d’un très léger contact du doigt pour la faire pivoter. Cette porte n’est maintenue que par une simple tige de fer reposant sur un mécanisme automobile de récupération.




· Autour du parc, des murs de corail hauts d’environ 3 mètres construits en 1940 pour assurer un peu plus d’intimité.

· Un cadran solaire remarquable de précision indiquant le déroulement idéal pour toute personne d’une journée de travail. Elle commençait au matin à 9 heures et se terminait à 16 heures.




· Une tour, qui était la seule structure fermée du parc, contenant son logement, un atelier, dont Leedskalnin ne permettait pas l’accès. Le logement était constitué d’une chambre à coucher avec deux lits jumeaux pour des enfants qu’il avait espéré avoir, un berceau basculant, un culbuteur, une cuisine extérieure et la salle de bains., le tout en roche de corail. Il n’y avait aucune tuyauterie et encore moins de branchements électriques. Bref, Leedskalnin menait une vie des plus austères, se nourrissant de sardines, de biscuits, d’œufs, de lait et de fruits et légumes qu’il produisait lui-même dans un petit jardin.




· Parmi les meubles dans la Tour, on retient surtout les lits jumeaux ainsi que la table reprenant la forme de l’Etat de la Floride. Cette même table inclut un lavabo épousant les contours du Lac Okeechobee. Un détail qui aura peut-être ultérieurement son importance : à l’intérieur de la chambre se trouvait une place d’avion munie de sa ceinture de sécurité suspendue au plafond par une chaîne. Avouez que ce n’est pas vraiment commun.




· Un escalier en pierre en forme de spirale permettait d’accéder à une structure souterraine qui, on le suppose, devait faire office de réfrigérateur.

· Un coin de repentance avec une ouverture pour poser la tête de l’enfant puni. Une telle conception pourra peut-être surprendre les jeunes lecteurs mais il faut signaler que l’éducation des enfants au début du 20ème siècle ne rimait pas vraiment avec laxisme. Par ailleurs, cela ne veut pas dire automatiquement que Leedskalnin avait une âme de tortionnaire et voulait réellement en faire usage. Ceux qui ont connu comme moi il y a 30 ans l’épouvantail du martinet ( sans qu’il ne soit utilisé, heureusement ! ) me comprendront certainement.

· Plusieurs chaises : la première pour Leedskalnin lui-même, la deuxième pour Agnès ( The Bonbon Seize ), la troisième pour l’enfant qu’ils auraient eu et enfin la dernière ( jugée paraît-il par les visiteurs comme très inconfortable ) pour la belle-mère. Fait curieux : pas une marque simple d’outil n’a été trouvée sur aucune de ces chaises, qui sont maintenant souvent utilisées pour des mariages. Rappelons au passage que le fameux crâne de cristal de Mitchell-Hedges comportait également cette même absence de marques. Des ingénieurs de Hewlett-Packard, malgré une analyse très fine, n’avaient en effet pu relever la moindre marque d’outils pour tailler le cristal.





· Une cour de jeu basée sur le thème de Boucle d’Or et les trois ours, à moins qu’il ne s’agisse des chaises précédentes. Cette information reste à vérifier.

· Un télescope de 30 tonnes de plus de 8 mètres de haut et parfaitement aligné sur l’étoile du Nord.




· Une suite de cercles concentriques toujours en roche de corail censée représenter le système solaire illustrent parfaitement les préoccupations astronomiques et mystiques de Leedskalnin.




· De grands croissants en pierre perchés à plus de 6 mètres de hauteur et symbolisant sans doute la lune. D’autres sculptures ont été construites en référence, paraît-il, à certaines planètes telles Mars et Saturne. Certaines d’entre elles ( je ne sais exactement lesquelles ) se trouveraient ainsi alignées avec la lune, le soleil et l’étoile Polaire.




En 1936, prétextant des constructions jouxtant sa propriété qui allaient menacer son intimité, Keedskalnin décide de s’installer 16 km plus loin à Homestead. Toutefois, pour certains chercheurs, la raison serait toute autre. Leedskalnin aurait en effet réalisé qu’il avait commis une erreur mathématique dans le positionnement initial de son château qui ne lui permettait pas de tirer profit de la force tellurique de cette zone. Mais nous reviendrons ultérieurement dans la partie Théories sur ce point. Il va alors réussir le tour de force inouï de transporter en moins d’un mois son château morceau par morceau, ne laissant qu’une tour derrière. Beaucoup de témoins ont assuré avoir vu les blocs de corail transporté sur un camion emprunté mais personne ne semble avoir vu Leedskalnin charger ou décharger le véhicule. Le propriétaire du camion se contentait de lui apporter le véhicule au soir et de revenir au petit matin pour le conduire, chargé des blocs, à sa nouvelle destination pour le laisser à nouveau jusqu’au lendemain. A chaque fois, Leedskalnin effectuait seul ce travail, au milieu de la nuit, dans une totale discrétion.

En décembre 1951, Leedskalnin, qui assurait la visite de son parc depuis 1923, tomba malade, souffrant vraisemblablement des reins. Il mit sur la porte un panneau indiquant qu’il partait à l’hôpital. Il prit un autobus qui le mena à l’hôpital de Miami. Trois jours plus tard, il mourut dans son sommeil, emportant avec lui ses secrets dans la tombe. Il avait 64 ans. 3500 $ qu’il avait économisés au cours de sa vie furent trouvés dans la Tour.

Après sa mort, un neveu vivant au Michigan hérita du château. En 1953, ce dernier fut vendu à une famille de Chicago qui continua l’exploitation touristique du site. En 1983, un homme d’affaires, toujours de Chicago, Irving Barr, l’acheta en guise de cadeau de noces pour sa jeune épouse, Irène Nemec, de Miami. En 1984, le Château de Corail fut placé sur le registre national des endroits historiques. Encore ouvert actuellement aux touristes, il continue d’attirer chaque année aux alentours de 65 000 visiteurs. Ultime anecdote : en 1991, l’ouragan Andrews, qui avait ravagé une bonne partie des USA, avait été particulièrement destructeur en Floride mais bizarrement laissa le Château de Corail absolument intact alors que tout autour du site avait été dévasté.

Joël Baran
Pour tout contact au sujet de cet article : joel.baran@tele2.fr


Pour réduire le chargement de cet article, il a été coupé en deux et la suite qui fait état des théories pouvant expliquer comment Edward Leedskalnin a pu ériger, tout seul, une telle œuvre se trouve à l'adresse: http://perso.wanadoo.fr/artivision/docs/chateaucorail2.html


Article mis en page par Fred IDYLLE le 14/01/02 et revu le 25/01/03 puis le 12/10/03 puis le 20/04/05.

http://artivision.pagesperso-orange.fr/docs/chateaucorail1.html

Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Corail
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES SECRETS DE L’EGYPTE    Lun 19 Sep 2011, 14:16

Une porte de neuf tonnes

La Porte de neuf tonnes est vraiment un monument au génie d’Ed. La porte, à l’origine utilisé comme un tourniquet, est parfaitement montée et équilibrée afin qu’un enfant puisse l’ouvrir en la touchant d’un doigt, un exploit remarquable compte tenu de sa taille et de son poids. La porte mesure environ 2 mètre de large et 2.30 mètre de haut et elle a 53 centimètre d’épaisseur. Le portail s’inscrit dans un quart de pouce des murs des deux côtés. Le mystère de la Porte de neuf tonnes a été documenté à la télévision «In Search or’, » It’s lncredible » et « PM Magazine » et des revues allant du Reader’ s Digest au National Enquirer ont envoyé des journalistes au château et de nombreux scientifiques et ingénieurs ont essayé de chercher la réponse à cette prouesse apparemment impossible. Personne n’a pu découvrir comment le créateur de petite taille a trouvé le centre de gravité parfait permettant à la porte d’être ouverte par la simple pression d’un doigt.


La Porte de neuf tonnes au Château de Corail
Source: http://www.coralcastle.com/9tonbig.htm

Puis, en 1986, la porte a arrêté de s’ouvrir. Une équipe d’ingénieurs a été consultée. Afin d’enlever la porte, six hommes et une grue de 50 tonnes ont été utilisées. Une fois la porte enlevée. On a découvert qu’Ed avait centré et équilibré la pièce de neuf tonnes de roche sur un palier de vieux camion. Il avait percé un trou presque parfaitement rond de haut en bas dans la porte de huit pieds de hauteur sans outil électrique. Aujourd’hui, une perceuse laser à haute vitesse contrôlée serait utilisée pour faire le même travail.

La Porte de neuf tonnes, avec des roulements neufs, un arbre remplacé, relubrifiée et un recollage des morceaux de pierre avec un adhésif, a été levé et remise en place le 23 Juillet, 1986.

Source : http://www.world-mysteries.com/mpl_coralcastle1.htm


http://www.toutelaverite.net/histoire/le-chateau-de-corail/#more-3270
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES SECRETS DE L’EGYPTE    Mer 05 Oct 2011, 07:46

Les pyramides sous-marines de Tahiti emettent des spirales energétiques








Le satelite météo de NOAA à détecté que les pyramides sous marines de Tahiti emettent des spirales énergétiques.


Tous les endroits sacrés de la terre, à peu d’exception près, ont été
planifiés dans la quatrième dimension par la conscience universelle. Et
de nos jours, la plupart de ces endroits ont une contrepartie dans la
troisième dimension, c’est à dire des bâtiments construits en certains
endroits et visible à l’œil nu. Il y a cependant quelques lieux très
important qui n’ont que des structures dans la quatrième dimension. Ces
pyramides dans la quatrième dimensions représentent l’énergie neutre ou
l’enfant sur le treillis énergétique . Celui-ci entoure la Terre et
comporte trois aspects – le père, la mère et l’enfant.isis osiris et
horus en égypte. Le père est en Egypte, la mère est au Pérou – Yucatan –
Pacifique-Sud, et l’enfant est au Tibet.


Le plateau de Gizeh d’où partent les spirales, communique avec un
autre lieu qui est une petite île de Moorea, dans le pacifique, au
niveau des îles Tahitiennes. Si vous traversiez la Terre de part en part
depuis Moorea, vous ressortiriez en Egypte. Le pôle de Moorea est
négatif ou féminin et le pôle égyptien est positif ou masculin. Tous les
emplacements sacrés sont rattachés au pôle égyptien et ils sont tous
reliés les uns aux autres grâce à l’axe central qui passe par Moorea.


Spirale d’énergie dans le Yucatan

L’Amérique du sud, le Pérou, l’Amérique centrale et certaines parties
du Mexique devinrent des composante féminine sur le treillis. A Uxmal,
se trouvent sept temples situés sur une spirale, probablement une
spirale Fibonacci ; et ce sont les sept temples principaux de la
composante féminine du treillis. Ces centres sont des chakras comme le
sont ceux situés au bord du Nil. Ces centres féminins commencent à UXMAL
, passe par LABNA , KABAH, CHICHEN ITZA , TULUM près de l’océan,
BELISE, KOHUNLICH et enfin PALENQUE. Ces sept endroits ont créé la
spirale principale de l’aspect féminin du treillis.

A partir de Palenque, l’aspect féminin du treillis se sépare en deux, au nord et au sud .

Au sud, elle saute jusqu’à TIKAL, au Guatemala, ce qui constitue le
début d’une nouvelle octave, un peu comme dans la musique, se dirige
vers le MACHU PICCHU et SACSAHUAMAN, près de Cuzco, au Pérou. Une des
spirales principales se termine dans un endroit qu’on appelle CHAVIN de
HUANTAR, au Pérou, et qui était jadis le centre religieux principal de
l’Empire inca.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES SECRETS DE L’EGYPTE    Mer 05 Oct 2011, 21:02

Voici la suite et fin de l'article proposé par Marie :


(...) Les sites sacrés Après avoir superposé le nouveau treillis au précédent qui n'était plus actif et après avoir élevé une pyramide dont le sommet était aligné sur la spirale, Thot, Râ et Araragat notèrent les endroits où les deux courbes d'énergie se croisaient l'une l'autre, soit 83 000 endroits différents sur toute la surface de la Terre. Dans la quatrième dimension, soit une dimension de plus que celle dans laquelle nous vivons actuellement, ils établirent un réseau de bâtiments et de structures sur toute la planète, les installant sur les noeuds énergétiques de ce treillis. Toutes ces structures furent créées dans les proportions et sur les spirales du nombre d'or ou de la progression de Fibonacci et on peut toutes les rapporter mathématiquement à un seul point en Egypte, que de nos jours nous appelons la croix solaire.

L'emplacement des sites sacrés du monde n'est pas accidentel. Une seule conscience a créé chacun d'eux - du Machu Picchu à Stonehenge et à Zaghouan - et d'autres sites sacrés sur la planète. Presque tous (à très peu d'exceptions près) ont été créés par une seule conscience. Nous nous en apercevons de plus en plus de nos jours. Le travail accompli par Richard Hoagland souligne ce
fait, bien qu'il n'ait pas été le premier à le dire. On peut démontrer comment un emplacement sacré est extrapolé d'un autre, qui est lui-même extrapolé d'un autre, etc. Ces sites sont en dehors du temps, semble-t-il. Ils furent érigés à différentes époques mais ils restent au-delà de toute culture et de toute situation géographique. Il est évident qu'ils ont tous été construits par une seule conscience ayant coordonné le tout.

http://aliensx.over-blog.com/article-les-pyramides-sous-marines-de-tahiti-emettent-des-spirales-73935678.html

Citation :
les photos prises par le satellite sont impressionnantes de netteté, toutefois elles montrent des ondes concentriques et non des spirales. Ces ondes se retrouvent également en d'autres endroits, sans lien avec quoique ce soit d'identifiable. Elles ont également été attribuées à HAARP et l'on a même dit qu'elles pouvaient être à l'origine du crash de l'avion d'Air France au-dessus de l'Atlantique.

http://electra2zeiss.tonempire.net/t6352-les-pyramides-sous-marine-de-tahiti-emettend-des-spirales
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES SECRETS DE L’EGYPTE    Mer 19 Déc 2012, 22:15

Citation :

Nouvelles archéologiques d’Égypte(Dimanche 20 février 2011)

Tout ceci à prendre avec prudence, comme il se doit :

“Le Directeur Général des sites archéologiques au Ministère de la Culture, le Dr Noureddine Abdel Samad, vient d’accuser avec des centaines de preuves et de documents accumulées depuis 2004, l’implication de Zahi Hawass et Farouk Hosni (ancien Ministre de la Culture) dans la disparition de centaines de pièces archéologiques partout en Egypte dans les stocks, pour plus d’1 milliard et demi de dollars de pertes. Chaque fois que des égyptiens déposaient plaintes contre les vols, Hawass faisait disparaître les rapports et limogeait les policiers en charge. Le procès est retardé depuis 7 ans par Hawass et Hosni, et selon le Dr Noureddine, Mme Mubarak aurait pris des millions de dollars et un doctorat en échange d’une aide pour aider des étrangers à falsifier l’histoire de l’Egypte. Selon lui, elle et Hawass auraient été payés des millions de dollars pour donner des faux résultats sur l’ADN des momies royales et pour dater les pyramides…. En tout, 144 télévisions ont payé chacune 5 millions de dollars pour obtenir ces fausses infos… Le Dr en charge de l’étude des momies royales à Kasr el Aïni a démissionné dès qu’il a compris ce complot…. Le cas est maintenant soumis à la Haute cour de la République… Noureddine dit aussi que Hawass est impliqué dans le vol des 8 derniers objets du Musée du Caire et de 14 à Alexandrie. Chaque fois que l’armée demandait à Hawass si tout allait bien sur les sites, Hawass répondait positivement, de façon à ce qu’elle ne viennent pas pour protéger les sites et voir ce qui s’y passe. Le Dr Noureddine a demandé au Général Tantawy de gérer ces faits pour le bien de la Nation dès maintenant”
source EIWAFD TV ; la tv la plus importante du parti légal d’Egypte ; interview du 17 février 2011



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Pyramides au Soudan, ancienne Nubie    Sam 09 Fév 2013, 21:22

Bonsoir à tous,

J'ai choisi de poster l'article qui suit dans cette rubrique tout simplement parce que l'histoire du Soudan, ancienne Nubie, étroitement liée à l'histoire égyptienne, contient des secrets semble-t-il égypto-nubiens.

Citation :
Le Soudan est situé dans le nord de l'Afrique, en bordure de la mer Rouge, entre l'Égypte et l'Érythrée. Il est traversé de part en part par le Nil.

Citation :
(...) la première [civilisation du groupe C] à unifier les régions autour d'elle fut celle du royaume de Kerma - royaume qui tient son nom de la cité de Kerma, que l'on suppose avoir été sa capitale. Par-delà la première cataracte, la Nubie, pays de l'or, a tôt attisé les convoitises des pharaons, qui y multiplièrent les expéditions militaires et commerciales. Après le réveil de l'Égypte sous le Nouvel Empire, les troupes égyptiennes se sont étendues au sud. Sous le règne de Thoutmôsis Ier, vers -1520, toute la Nubie du nord était annexée. Elle prendra une revanche avec l'épisode des pharaons noirs.

Le royaume de Koush

Au cours de la Troisième période intermédiaire (-1085 / -750), la Nubie recouvrait son indépendance. Se constitua alors dans le bassin du Nil moyen un « empire koushite » qui allait perdurer durant quelque mille ans. Cette période est traditionnellement divisée en deux époques : celle de Napata, qui a duré de -750 à -300, et celle de Méroé, qui a duré de -300 à 340.

Époque napatéenne

Le royaume de Koush reprit beaucoup de pratiques traditionnelles égyptiennes, notamment leur religion, et les pyramides. Le royaume survit plus longtemps que celui d'Égypte, envahissant même ce dernier durant la XXVe dynastie au viiie siècle avant notre ère.
Vers -660, les pharaons koushites sont repoussés vers leur région d'origine, la Nubie, et forment à Napata un royaume original, synthèse des influences nubiennes et égyptiennes.

Vers -591, suite à l'expédition de Psammétique II contre Koush, la capitale quitte Napata pour Méroé. À ce fait s'était ajouté le durcissement des conditions climatiques ; ce qui reléguait le Nord à des fonctions secondaires.

Époque méroïtique


Cimetière sud de Méroé

À partir des années -315 / -295, s'accentue la rupture (jamais achevée) d'avec le modèle égyptien.

En effet, sous Nastasen (-335 à -315), Méroé ravissait à Napata les dernières grandes fonctions qui lui restaient. C'était celles de lieu de couronnement et d'inhumation des souverains.

C'est dans ce contexte qu'a eu lieu l'avènement des Candaces, des reines exerçant effectivement le pouvoir politique suprême. L'effectivité de leurs statut et fonctions impériaux est traduite par les titres royaux qu'elles portent et qui sont empruntés au protocole pharaonique. Ce sont Sa-Rê, Neb-tawy et n-swt-bity. Elle est traduite par le geste auguste de massacrer les ennemis qui, depuis Narmer, exprime le triomphe du souverain régnant. Elle trouve aussi un écho dans la Bible.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nubie

Citation :
Une candace est une reine chez les Koushites, comme pharaon signifie roi chez les Égyptiens. En effet, il s'agit d'un titre qui se déduit probablement du méroitique « la mère du roi », k(n)dke.

Il y eut plusieurs reines en Nubie. Les Actes des Apôtres, Actes 8;27-39, mentionnent une d'entre elles, dont un ministre fut converti et baptisé par saint Philippe le diacre. Selon Pline l'Ancien, il rapporte qu'une femme appelée « Candace » régnant dans l'île de Méroé de la terre des Éthiopiens envoya son officier auprès de Saint Philippe en Samarie. Celui-ci revint en Éthiopie avec le témoignage de la connaissance du Dieu de l'univers.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Candace


35 petites pyramides retrouvées sur une nécropole au Soudan


Zone excavée en 2010, comprenant 15 bases de pyramides.

Au moins 35 petites pyramides, ainsi que des tombes ont été découvertes très regroupés sur un site appelé Sedeinga au Soudan.

Depuis 2009, une équipe d’archéologues français, effectue des fouilles sur la nécropole du site Sedeinga, situé au Soudan, sur la rive gauche du Nil. Leurs travaux de terrain, déployés durant ces dernières années, les ont amenés à mettre en évidence la présence de 35 petites pyramides dont 13 particulièrement concentrées sur une surface de près de 500 mètres carrés.

Les vestiges datent d’il y a environ 2.000 ans, à l’époque du royaume de koush, établi lors de l’ancien Empire égyptien. La structure des pyramides de la nécropole et les tombes associées ont surement été influencées par l’architecture funéraire égyptienne. Vincent Francigny, directeur adjoint de la mission explique à LiveScience : "La densité de pyramides dans cette zone est énorme. Parce que cela durait des centaines d'années, ils ont construit de plus en plus de pyramides et après des siècles, ils ont commencé à remplir les espaces qui étaient encore disponibles dans la nécropole".

Les dimensions de ces structures varient de l’une à l’autre. Les plus grosses peuvent atteindre des largeurs de 7 mètres à la base, tandis que les plus petites sont seulement de 75 centimètres. Les sommets n'ont malheureusement pas tenu face aux aléas du temps mais les spécialistes affirment qu’ils étaient ornés de pierres gravées de motifs représentant un oiseau ou une fleur de lotus.


Cette pierre ornait le sommet des pyramides au Soudan.
Elle est gravée d'un motif représentant une fleur de lotus.

Des objets retrouvés malgré les pillages

L’équipe, dirigée par Claude Rilly et Vincent Francigny intervient dans le cadre de la Sedeinga Archaeological Unit (SEDAU), une mission française financée par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes et l’Université de Paris IV-Sorbonne. Le détail des structures et objets mis en évidence au sein de la nécropole en 2011 a récemment fait l’objet d’une publication parue dans la revue Sudan and Nubia.

Parmi les découvertes les plus singulières, les chercheurs ont été marqués par la présence de pyramides comportant une architecture interne en "jardin à la française". Cette architecture se compose d’une coupole vide et de renforts latéraux sur les diagonales des monuments. A l’heure actuelle, ce genre de structure n’a été observé que sur un seul vestige de monument en dehors de Sedeinga.


Les découvertes les plus singulières, les chercheurs ont été marqués par la présence de pyramides
comportant une architecture interne en "jardin à la française".

Les tombes associées aux pyramides sont pour la plupart vidées à cause des nombreux pillages répétés au cours de l’histoire. Toutefois, les archéologues réussissent parfois à découvrir quelques objets comme des céramiques ou une stèle sur laquelle un texte a été gravé en langue méroïtique et dédiée à une femme appelée "Aba-la", peut être un surnom pour désignée la "grand-mère".


Stèle sur laquelle un texte a été gravé en langue méroitique et dédié à une femme nommée
"Aba-la", peut-être un surnom pour désigner la grand-mère.


(Crédit photo : Vincent Francigny/SEDAU) 

Autres photos :



Amulette en faïence représentant le dieu Bès, dieu du foyer,
souvent associé aux enfants et aux femmes enceintes.





Enfant enterré avec un collier aux perles bleues.




Table d'offrande représentant le dieu à tête de chacal Anubis et la déesse Isis.




Logographes "en forme de papillon" groupant plusieurs róvás : les lettres Ú, (Ty) et Zs.







http://www.maxisciences.com/pyramide/35-petites-pyramides-retrouvees-sur-une-necropole-au-soudan_art28554.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le tombeau d'un "prêtre de la magie" découvert en Égypte    Dim 02 Fév 2014, 19:20

Citation :
Lundi 14 juillet 2008
 
Coucou à tous,

Pour la première fois, je sens devoir faire ma méditation couchée... ce que j'ai bien sur fait. Et non ! je ne me suis pas endormie... 

Premier ressenti-perception:

...couchée, mes avant bras ont été croisés sur ma poitrine et ainsi, une succession d'images sur les pyramides, le désert, etc. défilent à grande vitesse devant moi pour enfin, s'arrêter « net ». Je me sens alors distinctement couchée dans une sorte de « boîte » dont les montants enserrent mon corps. Je réalise soudain que je suis dans un sarcophage (?!!) et qu’un dieu à tête non humaine (?) se penche dessus !



Le tombeau d'un "prêtre de la magie" découvert en Égypte 
Publié par Morgane Henry, le 28 octobre 2013

Des archéologues viennent de découvrir la tombe d'un "prêtre magicien" dans le cimetière archéologique d'Abusir, à Gizeh. Ils pensent que la sépulture appartenait au physicien en chef de la Haute et Basse Égypte, il y a 4.500 ans. L'Égypte avait-elle ses propres magiciens ? Des archéologues ont retrouvé un immense tombeau qui semble appartenir à un important physicien égyptien, considéré alors comme un "Prêtre de la Magie". C'est au sein du Cimetière archéologique d'Abusir de Gizeh que le lieu de repos éternel de Shepseskaf'ankh, inviolé depuis 4.500 ans, a été mis au jour.




L'Égypte avait-elle ses propres magiciens ? Des archéologues ont retrouvé un immense tombeau qui semble appartenir à un important physicien égyptien, considéré alors comme un "Prêtre de la Magie". C'est au sein du Cimetière archéologique d'Abusir de Gizeh que le lieu de repos éternel de Shepseskaf'ankh, inviolé depuis 4.500 ans, a été mis au jour.

Un personnage important

Avec 21 mètres de long sur 13 de large et 3 mètres de hauteur, les proportions du tombeau sont assez généreuses. Cela indique bien l'importance de médecin, qui portait le titre de Physicien en chef de la Haute et Basse Égypte sous la Cinquième Dynastie de l'Ancien Royaume. Selon Ali Alasfar, vice-président du département Égypte Ancienne, l'entrée de la tombe était fermée par une large porte couverte de hiéroglyphes révélant que son occupant était le "Prêtre de Khnum" ou "Prêtre de la Magie".

Une fausse porte, situé dans la chapelle où la tombe a été découverte, est gravée du nom, du titre et de dessins de son occupants, rapporte le DailyMail. Quant à l'ouverture située à l'est de la tombe, celle-ci précise que le médecin était l'un des plus importants physiciens royaux, à l'époque.

Des médecins-prêtres

Les médecins de l'Égypte Ancienne utilisaient de nombreuses méthodes de guérison. Toutefois, une grand nombre d'entre elles étaient basées sur des croyances religieuses. En effet, la plupart des physiciens étaient également des prêtres du culte égyptien. Il était même assez commun que les prêtres se spécialisent dans une discipline médicale.

Cela se déterminait souvent par rapport à leurs croyances en différents dieux, qui contrôlaient différentes parties du corps humain. La plupart des connaissances sur les prêtres et les médecins de l'Égypte Ancienne proviennent d'anciens papyrus révélant les remèdes qu'ils utilisaient.

Ces textes écrits recensaient également les opérations chirurgicales qu'ils effectuaient ainsi que les instruments qu'ils utilisaient pour retirer des kystes ou des tumeurs, par exemple.

Une nécropole pour l'élite de l'Égypte Ancienne

Cette tombe est la troisième abritant un physicien et découverte au cimetière d'Abusir. Ce dernier est une immense nécropole, proche du Caire. Il était surtout utilisé pour inhumer l'élite de l'Égypte Ancienne. C'était alors le cimetière de Memphis, capitale de l'époque.

"Cette découverte est très importante car c'est la tombe de l'un des plus grands docteurs contemporain de la construction des pyramides et l'un des médecins les plus proches du roi", explique Ibrahim Ali, ministre des Antiquités.

La nécropole est située au sein de la vaste zone des pyramides qui s'étend du nord de Gizeh jusqu'à Saqqarah. Elle a été aménagée comme un cimetière de supplément à celui de Gizeh, déjà rempli des monuments funéraires des pharaons de la 5ème Dynastie.

(crédits photo : Archive of the Czech Institute of Egyptology)



En savoir plus: http://www.maxisciences.com/tombeau/le-tombeau-d-039-un-pretre-de-la-magie-decouvert-en-gypte_art31187.html
Copyright © Gentside Découverte
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES SECRETS DE L’EGYPTE    Mer 01 Juin 2016, 19:56

La dague de Toutankhamon a bien été forgée dans une météorite métallique

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Depuis des lustres, les guides du musée du Caire racontent que sa lame est d'origine céleste. Une récente étude vient de le confirmer.


PAR [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Publié le 01/06/2016 à 15:47 | Le Point.fr



Quand, en 1925, Howard Carter découvre la momie de Toutankhamon dans son ultime sarcophage, il découvre deux dagues, dont une plaquée contre sa cuisse. C'est une magnifique arme d'apparat longue de 34,2 cm. Elle est constituée d'un manche en or ouvragé, surmonté d'un pommeau de cristal de roche. Mais ce qui stupéfie l'archéologue et tous ceux qui l'accompagnent, c'est la lame ! Une lame en fer, absolument pas rouillée – hormis quelques rares endroits – malgré un âge de 3 300 ans. Bigre ! Incroyable ! Stupéfiant ! D'autant plus que les Égyptiens de cette époque ne maîtrisaient absolument pas le fer. Ils se contentaient depuis le IVe millénaire avant notre ère de façonner le bronze, le cuivre et l'or, plus malléables. Les premières mines de fer dans la vallée du Nil n'ont pas été exploitées avant le premier millénaire avant notre ère.
Howard Carter rappela alors que les prêtres égyptiens prétendaient que le fer utilisé était d'origine céleste pour permettre au jeune roi de rejoindre le royaume des cieux. Il fallait prendre ces déclarations sacerdotales au pied de la lettre. Un document diplomatique pharaonique mentionne, justement, un cadeau royal en fer reçu par le grand-père de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de la part du roi de Mitanni. Du reste, les anciens Égyptiens attribuaient davantage de valeur au fer qu'à l'or ! Par ailleurs, les historiens de la métallurgie ont fourni depuis longtemps la preuve que les premiers objets en fer trouvés en [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et au Proche-Orient ont une origine météoritique. Le plus ancien date même de 5 200 ans. Pour le savoir, il suffit d'analyser la composition du fer. Celui qui tombe du ciel possède bien plus de nickel que celui extrait du sol. Aucun objet en fer façonné avant le XIXe siècle ne contient plus de 4 % de nickel, alors que les météorites en fer en contiennent entre 5 % et 35 %.

Spectrométrie de fluorescence des rayons X

Daniela Comelli (École polytechnique de Milan), Massimo d'Orazio (université de Pise) et Mahmud el-Galwagy (musée du Caire) ont donc fait analyser la lame de la dague de « Tut » avec un nouveau procédé non destructeur de matière, appelé la spectrométrie de fluorescence des rayons X*. Bingo ! Celle-ci contient 10,8 % de nickel, ce qui est très élevé, mais aussi 0,58 % de cobalt. Ce qui leur permet d'affirmer avec une grande confiance que la lame a effectivement été taillée dans une météorite.
On n'a plus qu'à prier qu'un fou ne se mette pas en tête de prétendre qu'elle a été taillée par des extraterrestres ! En égyptologie, on a tout vu.
*[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (Meteoritic & Planetary Science
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES SECRETS DE L’EGYPTE    

Revenir en haut Aller en bas
 
LES SECRETS DE L’EGYPTE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enquêtes et révélations - Rites secrets et pouvoirs occultes
» Egypte : l’Eglise copte condamnée parce qu’elle ne reconnaît pas le divorce
» Les secrets enfouis de la Bible
» Marie-Madeleine, La Reine Oubliée
» Oiseau d'Egypte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: ...dans l air du temps... :: Forum sur "2012" Apocalypse, réalité ou illusion-
Sauter vers: