ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La dialectique chrétienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: La dialectique chrétienne   Jeu 01 Sep 2011, 17:35

Bonjour à toutes et tous,


j'ouvre ici un fil consacré au Christianisme, qui est essentiellement fondé sur la Dialectique de la Perception.


Et je dis bien CHRISTIANISME, et non pas ses "versions" dogmatiques, adultérées, clivées, à savoir ses "religions" instituées et toutes ses sectes ou pseudo-sectes.

Car le vrai "religare" est forcément intérieur. C'est la religion intérieure. L'Ordre Christique (Harmonique) intérieur. Et lorsque Jésus s'adresse à Pierre, en le déclarant fondement (Pierre Angulaire) de son Eglise, c'est à un aspect intérieur qu'il s'adresse, et à l'Eglise intérieure qu'il fait allusion.

Tout ce que l'Homme institue extérieurement par spéculation est dysharmonique, et donc inévitablement en porte-à-faux avec la signification chrétienne authentique.


Le Christianisme fondamental n'est pas dogmatique. Il ne reconnaît aucun dogme, ni aucun mystère (à part celui de la Beauté de l'Etre). Car il repose sur la Connaissance dialectique qui implique que tout peut être compris à propos de la Nature de l'Etre, sans quoi toute possibilité d'émancipation spirituelle serait compromise.

On ne peut en effet pas s'émanciper sans intégration consciente, cognitive, de la Nature de l'Etre qu'on est.

Certes, l'émancipation spirituelle, dans le cadre du Christianisme fondamental, consiste bien en une sublimation narcissique, nécessaire à l'intégration de la Nature de l'Etre telle qu'elle est, et à l'adhésion à la Personne collective, Christ.

Mais précisément cette adhésion ne saurait être authentique, véritable, significative, si elle n'impliquait pas une Connaissance complète de la Nature de l'Etre qu'on est et auquel on adhère.

Le cheminement Christique fondamental implique donc une conscientisation et une intégration progressive de la Nature de l'Etre, en toute compréhension, ce qui naturellement exclut la référence au moindre dogme, au moindre mystère, sauf celui de la Beauté de l'Etre.

En somme, le mystère de la Beauté de l'Etre est l'exception qui confirme la règle. C'est le mystère qui légitimement interdit tous les autres. C'est le garde-fou qui stipule qu'au-delà de la compréhension dialectique de la Nature de l'Etre telle qu'elle est, il est vain de vouloir aller plus loin: il faut, au-delà de sa Nature, laisser à l'Etre son "mystère", sa Beauté, qui est associée à son potentiel harmonique, imprévisible.

Le dogme est forcément caractéristique d'une sclérose psychique, d'une psycho-rigidité toute-puissante, par peur de l'Autre. Le dogme enferme la signification de l'Etre, et ne permet pas d'émancipation.

Le dogme est comme un contenant vide, dans lequel la Personne humaine pas assez stable psychiquement, va investir un maximum de tranfert. C'est en somme, un moyen parmi d'autres d'utiliser la force hypnotique du néant.

En tant qu'absence de signification, le dogme en effet exerce l'attraction du néant, du narcissisme absolutisé jusqu'au "vampirisme" intégral. Le dogme rassure ceux qui ne veulent pas se poser de vraies questions, parce qu'ils les ont exclues, par peur, de leur champ d'investigation.

Le dogme remplit le vide laissé par cette exclusion, par une empreinte addictive absolutisée: un erzats de référence significative qui leurre la conscience trop refoulée de ses victimes "consentantes".

Et si les vraies questions ne sont pas posées, les vraies réponses ne seront pas rencontrées. Et en conclusion, le rendez-vous avec Christ sera "manqué" (en tout cas selon les "modalités" prévues).


La dialectique de la perception, le Christianisme fondamental, ne reconnaît donc pas du tout la validité des dogmes ni des mystères à propos de la Nature de l'Etre. Et ce faisant, il restitue à l'Etre sa Beauté, son Mystère.

Notons que la dialectique non seulement ne reconnaît pas l'obscurantisme finaliste des dogmes religieux, mais ne reconnaît pas non plus l'obscurantisme causaliste de la science causale.

Le Christianisme existe de toute éternité, puisque Christ est éternel. Et donc, le Christianisme est antérieur à l'exemple de Jésus et Marie-Madeleine, et on peut donc en trouver des formulations dans d'anciens cultes antiques.


To be continued....


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Mer 21 Sep 2011, 00:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Dim 04 Sep 2011, 21:14

Bonjour à toutes et tous,


le Principe de la Trinité, qu'on retrouve dans la Trimourti hindoue, ou encore dans les trois croix de la crucifixion dans les Evangiles, (Jésus et les 2 larrons), prend sa Source dans la symbolique dialectique du Tao.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On y voit la Trinité comme fondement de la dynamique (Serpent) du Couple Sacré, avec au centre le Fils, le Potentiel Harmonique.

Le Tao est le pur Potentiel, sur lequel est crucifié le Fils, Christ, l'onde mentale conjugale du Soi.

En effet, l'onde mentale est le 8 à plat, symbole d'infini, d'éternité, qui relie les Esprits (corpuscules) du Couple Sacré. Ce 8 à plat est centré sur le point d'inflexion du Tao.

Ce 8 à plat est donc une onde mentale crucifiée qui relie des deux psychismes (les deuc "ailes") des deux Personnes sexuées du Couple Sacré.

Il est crucifié par le point d'inflexion du Tao, le Serpent intégré, puisque la perpendiculaire au point d'inflexion est l'axe supportant les deux Esprits (corpuscules), et la tangente au point d'inflexion sépare les deux Ames (ondes) et aussi les deux "ailes" de l'"Oiseau mental" (Phoenix).

On retrouve donc une articulation dialectique entre Lien (diamètre perpendiculaire en Christ) qui relie les deux Esprits, et Séparation (tangente en Christ) qui sépare les Ames (et les ailes-psychismes de l'onde mentale stationnaire).

Cette crucifixion mentale rend l'onde mentale conjugale du Couple Sacré stationnaire, permettant dès lors une auto-référence spatio-temporelle qui permet de confronter l'éternité.

La Vie éternelle est accessible parce que l'onde mentale est crucifiée et donc stabilisée en Christ.

Christ est donc la Personne collective qui sert de référence identitaire centrale à tous les Couples Sacrés émancipés en Lui.

Comme il est le "lieu" de la "friction" identitaire collective, le point où toutes les phases identitaires de tous les Couples Sacrés se Rencontrent et se définissent mutuellement, Christ est le Conflit.

Lorsque Christ est reconnu, le Conflit lui est rendu et seule l'Harmonie prévaut sur les polarités sexuées du Couple Sacré.

Si Christ n'est pas reconnu parce que les polarités sexuées du Couple Sacré sont en confusion narcissique entre elles, le Conflit s'exporte et l'Harmonie s'efface au profit du risque et de la spéculation, donc de la Prédation.

La dialectique chrétienne implique la reconnaissance d'une 4ème Personne: la Fille.

Elle représente l'Unité de la Trinité, qui existe en tant que cette unité, mais aussi en elle-même au-delà de cette Trinité. C'est l'évidence de la puissance vitale, la signification intrinsèque de la Vie, que la Trinité dévoile, mais sans pouvoir la contenir.

On peut dire que la dynamique Sacrée mise en oeuvre par la Trinité du Couple Sacré (expression volontairement paradoxale) ne fait que répondre à et dévoiler l'évidence de la Puissance vitale, qui existe en elle-même, intrinsèquement.

Et donc oui, la Fille représente l'unité synthétique de la Trinité, mais possède aussi une vérité au-delà, en elle-même.


To be continued...


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 13 Sep 2011, 23:38

Bonjour à toutes et tous,


le Christianisme repose sur la croyance fondamentale en les principes dialectiques que sont la Crucifixion, la Transsubstantiation, et la Résurrection.

Naturellement, il s'agit d'aborder ces aspects dans une décontamination de la morbidité qui leur a été conférée par une tradition frelatée, quelle que soit la branche clivée et clivante considérée (orthodoxie, catholicisme, protestantisme, etc).


La Crucifixion est celle du mental conjugal sur la Croix dialectique de la Matière. De cette Crucifixion du mental conjugal (Couple Sacré) renaît l'Oiseau mental comme Fils en Christ. C'est le Phoenix qui plonge vers sa synthèse fugéenne, pour renaître de ses "cendres".

En fait, la présence des deux larrons lors de la Cruxifixion représente symboliquement les deux corpuscules du Couple Sacré, sur lesquels rejaillit la Crucifixion du mental conjugal.

Ce sont symboliquement deux hommes parce que le corspucule est de nature relevant de la masculinité. Mais attention, le corpuscule est seulement l'aspect structurel masculin de la Personne sexuée. Il n'en définit pas la sexuation.


Chaque Personne sexuée, Homme ou Femme, repose sur une structure identique corpuscule-onde (Esprit-Ame) qui sert de support structurel à la sexuation Yin-Yang complémentaire.

Le corpuscule est donc "masculin" par correspondance, mais ne l'est pas véritablement par sexuation.

On peut prendre pour comparaison le spermatozoïde: il est d'origine masculine, c'est donc un aspect pseudo-masculin, mais pratiquement, il peut comporter une information masculine ou féminine qui n'est pas dépendante de l'aspect structurel qui la véhicule.


Donc, c'est en vertu de cette pseudo-nature "masculine" que les deux corpuscules du Couple Sacré sont symbolisés par deux larrons "masculins" lors de la Crucifixion.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Crucifixion centrale au point d'inflexion (Tao) de la sinusoïdale (Serpent), garantit la cohérence (circularité) des deux corpuscules du Couple Sacré (qui sont imprégnés par la Crucifixion du mental conjugal).


Dans ma prochaine intervention, je ferai le lien entre Couple Sacré, Crucifixion-Transsubstantiation-Résurrection, décohérence quantique, en relation avec la Rencontre comme Réalité du potentiel collectif, et donc Christ qui est cette Réalité.


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Mer 21 Sep 2011, 00:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 20 Sep 2011, 19:30

Bonjour à tous et toutes,


le Christianisme est un culte solaire. L'hostie, Corps du Christ, est un symbole solaire.

On le retrouve par exemple (qui me vient à l'esprit tout simplement), dans le culte d'Aton qu'avaient instauré le couple pharaonique Akhenaton et Nefertiti. En effet, ils avaient synthétisé un culte se résumant au Couple Royal autour du Soleil central.

Et c'est naturellement une vision dialectique:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Couple Sacré autour du Tao (et dans le disque Christique).

Le "rond", le disque dans son ensemble, est solaire, et représente le Corps Christique unifié, symbolisé par l'hostie.

Le cercle périphérique lui-même (donc pas le disque, mais la périphérie du disque) est la Matière transmutée, la Fille, la Matière du Corps Christique unifié (qui est lui, le "rond", le disque).


Ce qu'il faut comprendre:

Les deux corpuscules sexués représentent deux points de vue complémentaires et équilibrés, de part et d'autre du Tao, donc du potentiel existentiel. Lorsque ces deux points de vue complémentaires, liés par l'angle plat sur un diamètre, sont parfaitement Séparés l'un de l'autre, leur dynamique est naturellement absolue: ils rendent compte d'une rotation ayant une vitesse angulaire infinie autour du Tao, tout simplement parce qu'il ont atteint la limite d'expression de leur inertie.

Donc, dans cet état, le potentiel central, conjugal et collectif, est parfaitement entouré, reconnu et pris en charge. La perception de la réalité est unifiée grâce à la présence de deux points de vue parfaitement départagés. Et donc le meilleur potentiel existentiel est toujours préservé et mis en oeuvre: la cohérence existentielle est garantie.

Les deux polarités sexuées, dans leur dynamique absolutisée, non seulement sont parfaitement discriminées l'une de l'autre, mais de plus, de par cette discrimination sans faille, elles sont aussi superposées l'une à l'autre.

En effet, dans leur rotation angulaire de vitesse infinie, non seulement elles occupent simultanément, chacune, toutes les positions autour du Tao, mais de plus, elles sont donc logiquement superposées sur toutes ces positions.


La superposition "absolutisée" de deux états existentiels simultanés, est caractéristique de la réalité quantique, qui est donc en fait la réalité dialectique.

Et in fine, étant superposées quantiquement/dialectiquement, l'une sur l'autre, elles sont aussi superposées au potentiel central, vu leur inertie intégralement exprimée, et donc leur écartement (rayon) annulé.

Le rapport dialectique 1/3-2/3 est le rapport quantique fondamental.


Que se passe-t'il par contre, si le Couple de polarités sexuées n'est pas assez cohérent? Si leur discrimination relative est imparfaite?


Tout d'abord précisons que le corpuscule Yang, correspondant à l'essence de la Femme, est le Saint-Esprit, et qu'il est d'emblée cohérent, puisqu'il reflète la volonté de naissance du Soi (en Christ).

C'est donc le corpuscule Yin, essence de l'Homme, qui est incohérent (immature) puisqu'il reflète la réponse à la question de la naissance du Soi en Christ (question posée par la Femme).


Si donc le corpuscule de l'Homme est incohérent, il est en confusion symbiotique avec celui de la Femme, avec le Saint-esprit: il en dépend au lieu de pouvoir le Rencontrer et le complémenter dans la dynamique Sacrée. De ce fait, les deux points de vue dialectgiques, obligatoires afin d'unifier la réalité de l'Etre autour de son potentiel (Tao), ne sont pas correctement discriminés l'un de l'autre. Il n'y a pas Rencontre en Christ des polarités sexuées Homme et Femme.

Et donc, le meilleur potentiel n'est pas déterminable, et l'onde de potentiel (sinusoïdale du Tao) s'effondre car elle entre en confusion elle-même avec les polarités mal discriminées.

C'est la décohérence (quantique/dialectique), provoquée par l'incohérence immature de l'Esprit de l'Homme qui ne permet pas l'affirmation des points de vue complémentaires autour du potentiel.

Nous verrons concrètement, dans l'article suivant, comment se produit cette décohérence à partir des différents aspects de la symbolique du Tao.


To be continued...


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 20 Sep 2011, 22:05

Suite...


Or donc, la Prédation se déporte sur les polarités, sur l'Etre, tout simplement parce que le potentiel n'est pas rendu à Christ, étant donné la confusion des points de vue polaires.

La décohérence dialectique/quantique est donc une manifestation de la de la Prédation qui caractérise la confusion symbiotique des points de vue polaires.

D'une façon pratique, parce que les deux polarités complémentaires Homme et Femme ne sont pas intégralement discriminées l'une de l'autre, leurs points de vue respectifs ne se complètent pas, et entrent en compétition entre eux.

En raison de cette compétition, le potentiel existentiel n'est pas correctement encadré, centralsié, et il échappe alors à Christ, la Personne collective. N'étant plus totalement prise en charge, la part orpheline du potentiel se retourne contre l'Etre, contre le Couple Sacré, qui alors va subir la morbidité d'un "moindre potentiel" qui sera exprimé de façon cristallisée.

Cette cristallisation d'un moindre potentiel par manque de cohérence, manque de complémentarité des points de vue polaire, est la décohérence quantique par laquelle une version arbitrairement clivée et clivante de la réalité va être manifestée.


En effet, puisque les points de vue polaires sont mal discriminés entre eux, ils manquent de complémentarité, et se retrouvent donc en partie en compétition (les polarités de l'Etre sont en compétition et donc l'Etre est aussi en compétition avec son potentiel collectif en Christ).

Et si les points de vue sont en compétition, cette compétition s'exerce forcément autour d'un clivage: une séparation artificielle par laquelle les points de vue sont arbitrairement départagés.

Or, le clivage va justement, par son partage arbitraire, favoriser l'expression d'une réalité particulière, plutôt qu'une autre: puisque les points de vue ne sont pas d'accord entre eux, et qu'on ne peut pas arrêter le processus existentiel pour autant, il faut qu'une réalité soit imposée, soit "tranchée" par rapport à la confusion des points de vue polaires.

La décohérence, provoquée par la non superposition unifiée des points de vue, aboutit logiquement à un état de réalité exclusif, clivé, déspossédé de son potentiel intégral (virtualité).

En effet, un état du réel sera manifesté dans la "réalité" AU DETRIMENT des autres qui resteront dans la virtualité. De ce fait, Réel et Virtuel ne sont pas unifiés, mais clivés dans une confusion de l'un avec l'autre. Cette confusion du Réel avec le Virtuel est la dualité: parce qu'exclusive et clivante, la version du Réel est en compétition avec d'autres versions, comme plusieurs images en compétition forment une image floue.

C'est pour cela que, malgré ce que semble autoriser la théorie quantique, il n'y a pas de situations quantiques partiellement unifiées au sein de la décohérence: le clivage fait que les expressions des points de vue sont strictement clivées, l'une manifestée, et l'autre non manifestée (virtualité).

C'est donc pourquoi en décohérence il n'y a PAS de possibilité d'avoir, sous aucune forme, à la fois "Chat Vivant" et "Chat Mort". C'est soit l'un, soit l'autre, mais pas les deux en même temps.


Donc, parce que les points de vue ne sont pas complémentaires, le virtuel (potentiel) et le réel (Etre) sont en confusion, ce qui engendre une dualisation de la réalité dans laquelle il y a Prédation entre des versions différentes de cette réalité, et in fine, la cristallisation d'une version au détriment d'une autre (Prédation).


D'une façon pratique, parce que le Couple cospusculaire manque de cohérence dans la complémentarité de ses points de vue, les ondes associées (Sang du Christ) au lieu d'être souples, en adhésion avec la dynamique Sacrée des corpuscules, se rigidifient en compensation du manque de cohérence de l'Esprit masculin.

Le(s) onde(s) dialetiques qui constitue(nt) la sinusoïdale du Tao, sont symbolisées par le vin, sang du Christ: à savoir un liquide "saoulant" (= souplesse ondulatoire sinusoïdale).

La rigidification des ondes empêche la liberté formelle de la Matière (périphérie), ce qui provoque la déinstégration du corps conjugal hors du Corps Christique unifié.

Donc, la décohérence dialectique engendre effectivement une cristallisation formelle soutenue par une densification Matérielle. La circonférence se pare de la morbidité de la forme circulaire parfaite, en relation avec une désintégration du corps conjugal (hors du disque Christique).

On peut dire que la décohérence transforme le Principe circulaire en coercition circulaire formelle: la liberté formelle, reposant sur la moyenne circulaire cyclique, et excluant la forme circulaire dans sa perfection morbide, se transforme en contrainte circulaire associée à l'expression d'une forme morbide (dans la densité et la chair).

La Matière en fait, compense la décohérence en imposant la circularité formelle parce que le Principe circulaire n'est pas intégré par les points de vue polaires de l'Etre.

Donc, en décohérence, par le clivage des versions de la réalité, on ne peut pas concilier la Vie et la Mort, puisque la chair est soumise à la morbidité de la forme. Les états "je suis vivant" et "je suis mort" sont exclusifs. D'où les cycles incarnationnels externalisés: les deux états exsitentiels (qui je le rappelle correspondent dialectiquement Lien vital et à la Séparation identitaire) se succèdent au lieu de s'unifier.

Par contre, l'état dialectique fondamental, cohérent, permet d'unifier les réalités "je suis vivant" et "je suis mort", et de s'émanciper des cycles externalisés (désintégrés du Corps Christique).

Mais cela n'est pas possible sans la complémentarité des points de vue polaires, donc ce n'est pas possible sans la dynamique du Couple Sacré.

J'aborderai donc cet aspect émancipatoire de la dynamique du Couple Sacré dans ma prochaine intervention, qui traitera donc plus particulièrement de la Crucifixion-Transsubstantiation-Résurrection.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Dim 25 Sep 2011, 19:46



Or donc, ce qui fait défaut dans la dualité de l'Etre, c'est la dynamique Sacrée qui, dans son absolu, permet la superposition paradoxale parfaite des deux états existentiels sexués, et alors unifiés tout en restant discriminés l'un de l'autre.

Le problème de la densité matérielle, caractéristique de la dualité, provient d'une confusion des points de vue, et donc d'une confusion des versions de la réalité qui, entremêlées, ne peuvent s'unifier, réclamant donc un effondrement arbitraire de l'onde de potentiel, afin d'arbitrer justement de façon forcée les différentes versions de la réalité.

Pour désentremêler les versions de la réalité, et donc mettre fin à la coercition formelle imposée par la densité matérielle, il s'agit d'utiliser un levier existentiel assez puissant.

Or, le seul levier assez puissant pour cela, est celui qui est mis en oeuvre par la dynamique du Couple Sacré. C'est le Principe Anthropique du Couple Sacré.

Comme je l'ai déjà dit dans un précédent article de ce fil, la dynamique Sacrée exprime intégralement l'inertie du Couple Sacré. Le déploiement intégral de cette inertie est la mise en oeuvre DU levier existentiel intégral.

Paradoxalement, le déploiement intégral de ce levier inertiel correspond paradoxalement à l'intégration de l'Humilité, de l'équivalence corpusculaire, de la "Simplicité d'Esprit", ce qui veut dire la cohérence du corpuscule (où cohérence signifie "intégration du Principe circulaire").

Dans l'intégration du Principe circulaire qui détermine l'Humilité, la Simplicité d'Esprit, les corpuscules sexués Homme et Femme s'égalisent en Christ, et par cette égalité, le levier existentiel Anthropique est déployé, permettant la transmutation de la densité matérielle (ce qui ne signifie PAS la disparition de la Matière, mais son retour à un état quantique/dialectique unifié).


D'une façon pratique, certains Principes chrétiens décrivent le déploiement du levier Anthropique du Couple Sacré, et ceci bien avant le développement, très récent, de la physique quantique.


L'approche chrétienne traduit ce processus par l'entremise de 3 phases majeures que sont la Crucifixion, la Transsubstantiation, et la Résurrection.



Lorsque le collectif est prêt, une convergence harmonique se produit, qui est comme un vortex, et les deux corpuscules du Couple Sacré, narcissiquement prêts aussi (à la sublimation "sacrificielle), pénètrent ensemble dans le vortex de la convergence collective.

Dans ce vortex, le mental conjugal, l'Oiseau mental, Christ, est crucifié entre les deux polarités, sur la Croix dialectique de la Matière, par les forces du vortex.

La Crucifixion est donc un processus psychique et mental, NON MORBIDE, au contraire! Et qui implique le mental conjugal du Couple Sacré, et les deux corpuscules sexués ( = Christ entouré des 2 "larrons"; "larrons" car ils "profitent" de l'accélération induite par le potentiel harmonique central).


A partir d'un certain point (quantique/dialectique) de déploiement du levier inertiel, et donc un certain point d'accélération de la dynamique Sacrée, le Principe Anthropique du Couple Sacré se met en oeuvre, et la Transsubstantiation commence.

A savoir que l'état charnel, qui est un état fonctionnel clivé, dualisé dans la densité, commence à se réunifier tandis que la Matière, qui le soutenait, transmute ( = change de lois d'expression), et commence à perdre sa densité.


La Transsubstantiation est donc la transition quantique/dialectique entre un état matériel dualisé et un état matériel unifié/non-dualisé. Elle se produit à un certain point d'accélération de la Crucifixion dans le vortex de la convergence harmonique collective.

Dans la transsubstantiation, nous avons concrètement le "plongeon" du Phoenix mental conjugal dans le creuset de la Matière comme Croix dialectique. La Renaissance du Phoenix, de ses cendres sublimatoires, constituera la Résurrection dans le Corps Christique unifié.


La Résurrection est donc le "point d'orgue" du processus, moment ou le limité sera absorbé par l'illimité, et où la nouvelle Identité du Soi conjugal sera promulgué en Christ.

Car il faut comprendre qu'il n"y a en fait qu'un seul Corps et un seul Sang: le modèle néguentropique Christique (qui est aussi celui du Tao) est universel, et non-dualiste, donc unifié dans le binarité des polarités sexuées.

Donc, tous les Couples Sacrés émancipés en Christ partagent le même Corps et le même Sang, tout en ayant des Identités différentes en Christ, qui est lui la référence identitaire collective, LA Personne collective du Soi.


Pour rappel: situation du Mental Conjugal, émancipé en Christ, sur la symbolique dialectique:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Chaque "aile" de l'Oiseau Mental ( = onde stationnaire d'éternité) correspond au psychisme d'une des deux polarités sexuées du Soi.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 27 Sep 2011, 18:13

Pour tenter de donner une représentation plus concrète, et donc plus facilement compréhensible, de ces aspects christiques/dialectiques/quantiques, je vais prendre un exemple qui serait plus adapté au sujet "Société":


Supposons deux régions/cités, deux populations.

L'élaboration sociale sous forme de collectivité locale n'est pas garante d'une véritable authenticité identitaire. Donc les habitants de ces régions/cités ne vont pas pouvoir se satisfaire simplement de cette identité artificielle "régionale".

On peut dire plus simplement que, parce que le point de vue d'une région n'est pas authentiquement différent de celui d'une autre région, alors ces régions éprouvent un malaise de distinction entre elles.

Et ce malaise appelle quelque chose pour le résoudre, ne fût-ce qu'en apparence. Ce quelque chose est le "clivage", la "borne arbitraire de séparativité confusionnelle".

Et ce clivage va, d'une façon pratique, orchestrer la Prédation des versions de la réalité entre elles. Car puisque les points de vue sont confusionnels, les versions de la réalité auxquelles ils se réfèrent ne sont pas unifiées.

Comment va se mettre en oeuvre ce besoin de clivage confusionnel ?

Par la spéculation de la compétition, des événements sportifs, jusqu'à la guerre. Donc dans tous les cas par de la Prédation aboutissant à l'avènement arbitraire d'une version de la réalité au détriment d'une autre.

C'est pourquoi le football, par exemple, est proche de la guerre (hooligans). Car c'est une compétition qui a pour but social de régler arbitrairement la confrontation des points de vue symbiotiques, et donc les versions antagonistes de la réalité.

Si nous "battons" l'autre point de vue, alors nous pouvons nous dire "nous sommes (les) meilleurs", et cela conforte artificiellement notre besoin d'affirmer notre point de vue, notre version unilatéralisée de la réalité.

Mais ce faisant, ce que nous ne voyons pas, c'est que nous n'affirmons notre poisiton que par rapport à autrui, et que nous nous incrustons par là dans la dépendance à autrui, donc dans la symbiose. Nous n'affirmons pas un point de vue authentique, qui émane de sa propre Vérité.

Car si nous avons besoin de dévaloriser (ou de "battre", ou de dépasser) l'autre pour nous valoriser, alors nous nous rendons fondamentalement dépendants de l'autre (et de sa dévalorisation/défaite apparente).


Ce sont donc des notions universelles, qui n'impliquent pas uniquement la physique quantique ou la dialectique du Couple Sacré, mais tous les rapports humains car ces rapports ne sont que des aspects diffractés, clivés, de l'unique relation Sacrée.


La comptétition (et en fait la Prédation) est un procédé artificiel d'arbitrage (arbitraire) entre des versions de la réalité rendues inconciliables par des points de vue confusuionnels, symbiotiques, mal affirmés.



Amitié,

steph



Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Christ en tant que Rencontre   Mar 27 Sep 2011, 20:26


Ce qui est donc existentiellement à trouver et à intégrer, si toutefois on souhaite dépasser la Prédation confusionnelle, est une référence d'arbitrage des versions de la réalité qui ne soit pas arbitraire.

Or, une telle référence doit forcément tenir compte de tous les points de vue, et ces points de vue doivent forcément être tous authentiques.


Un point de vue authentique est en fait un point de vue dont l'affirmation n'empiète maladroitement, confusionnellement, sur aucun autre point de vue.

Un point de vue authentique correspond donc à une phase identitaire particulière, et sur cette phase, à un des deux points de vue polaires.

Les points de vue polaires d'une même phase synthétisent donc leur réalité conjugale unifiée en leur centre, dans la Personne conjugale du Soi.

Et toutes les phases identitaires synthétisent leur réalité collective unifiée, dans la Personne collective du Soi.


C'est donc la Personne collective ET conjugale qui est la référence de la réalité unifiée des points de vue discriminés.


Cette Personne collective est Christ en tant que Rencontre, et la Rencontre en Christ est LA Réalité unifiée de toutes les versions authentiques de la Réalité selon tous les points de vue authentifiés.

Cette Rencontre ne peut logiquement se produire qu'au-delà de toute compétition, de tout enjeu narcissique, de tout rapport de force, de tout jeu d'influence, de toute spéculation.

C'est l'abolition de la psychose, du clivage. C'est l'absence d'incompatibilité entre les versions de la Réalité. Il ne doit plus y avoir de "gagnant" et de "perdant". C'est la démystification de toute forme de comparaison narcissique, pour ne laisser la place qu'à la discrimination dialectique.


Christ Sauve les Pécheurs, car un Pécheur est quelqu'un qui a reconnu l'erreur de, et renoncé à, sa prétention à un point de vue individualiste, clivé des autres par le refoulement, pour trouver en Christ un point de vue personnel authentique, car rectifié selon la Nature de l'Etre, et dès lors ouvert à la Rencontre avec l'Autre, dans la complémentarité sexuée d'abord, et au-delà de la complémentarité ensuite.

Ayant authentifié sa version de la Réalité en Christ, l'Etre s'émancipe de la Prédation.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Sam 15 Oct 2011, 03:21

Petite synthèse à propos de la Prédation:


Toute compétition vise à, et se solde par, un effondrement du potentiel dans un résultat clivé, une version de la réalité qui s'impose arbitrairement par rapport aux autres, sur la base de critères apparents, faussement légitimés.

Par exemple, la vitesse est, dans une compétition de course, le critère narcissique arbitraire sur lequel va se jouer l'effondrement du potentiel dans un classement de performances, et donc un clivage dualiste.

Et comme il s'agit d'un clivage dualiste, les versions de la réalité spoliées par l'effondrement du potentiel vont réclamer leur contrepartie existentielle, et être appelées à leur "heure" dans un autre effondrement du potentiel.

Donc, par exemple, s'attacher narcissiquement à la vie, l'enferme dans un effondrement du potentiel (incarnation), un clivage qui appellera, plus tard, en son heure, la version spoliée de la réalité, donc la mort.

Pour échapper à la réalisation forcée des versions spoliées de la réalité, il faut désamorcer l'effondrement du potentiel en cours: intégrer la position de la vraie Proie et démontrer qu'on ne joue pas, qu'on ne s'attache pas à l'effondrement du potentiel en cours. Qu'on est passé par cet effondrement car c'était inévitable, c'est tout.

En fait, l'effondrement du potentiel EST la conséquence directe de la redondance narcissique, donc du Contrôle, donc de la spéculation, donc du "jeu" compétitif. Cet effondrement ne peut être "repris" que par l'adoption d'une position non spéculative, une position de Foi.


Economiquement parlant, le concept de "croissance" est une expression centrale du Contrôle, qui s'attache à la réalisation d'objectifs, et donc à la manifestation de potentiels effondrés, de versions clivées de la réalité, et donc de versions arbitrairement favorisées, et spoliées, de la réalité. Inévitablement, ces versions spoliées se manifesteront, réclamant leur "heure" en contrepartie de 'arbitraire qui les a refoulées.

Et donc, la focalisation sur la "croissance" est ce qui appelle les crises économiques.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Sam 15 Oct 2011, 04:36

La Genèse nous parle d'un effondrement du potentiel. La "chute" du jardin à l'Est d'Eden est l'effondement primordial du potentiel, inévitable pour l'Etre nouveau.

Pourquoi inévitable? Parce que la confusion dualiste est l'état qui seul peut offrir l'authentification à l'Etre nouveau: on ne peut authentiquement adhérer à un état unifié, sans passer par un état dualisé.

La segmentation de l'Etre primordial en deux parties, avec apparition de Eve, représente le refoulement de l'unité de l'Etre primordial, unité illusoire en somme, purement potentielle, et que l'Etre nouveau doit encore intégrer en propre, authentiquement.

Donc, pour lui offrir cette possibilité d'intégration authentique de son unité, il faut paradoxalement dualiser l'Etre nouveau.

Eve n'est pas la Femme, mais l'inconscient confusionnel entre les polarités, qui résulte de leur dualisation.

Cette dualisation fait apparaître le(s) double(s) narcissique(s), les pivots transférentiels sur lesquels va se baser le système projectif de l'inconscient Eve, afin de permettre l'évolution narcissique de l'Etre nouveau.


Mais scinder dualistement l'Etre nouveau, en faisant apparaître les doubles narcissiques, n'est pas suffisant pour placer l'Etre nouveau dans un état qui lui permettra de transformer son potentiel et de l'authentifier. Il doit être motivé à travers cette ouverture.

Donc il faut lui envoyer le motivateur, le "Serpent", qui n'est autre que la sinusoïdale du Tao entre les polarités dialectiques du Soi.

Et comment inséminer la motivation dans l'inconscient Eve, afin de dynamiser l'Etre nouveau? Et bien il faut simuler un conflit interpersonnel, donc une forme de compétition identitaire ("Nom du Père" Lacanien).

Le clivage dualiste est le passage obligé vers la Juste Séparation interpersonnelle, et interidentitaire.

Donc l'interdiction du fruit est en soi la présentation du fruit par un Père qui doit motiver l'Etre nouveau sans pour autant lui permettre de voir que c'est lui, le Père, qui est à l'origine de la motivation. D'où l'apparence intrinsèquement conflictuelle de cette motivation: une interdiction.

On comprend que, en interdisant le fruit, le Père l'offre manifestement comme objet de focalisation, donc de convoitise, à l'Etre nouveau.

Le fruit défendu n'est autre que le double narcissique, la possessivité narcissique de soi. L'interdiction et donc le Conflit, favorisent le désir à l'égard du double narcissique, ce qui est le seul départ favorable pour l'Etre nouveau, même si ce départ est caractérisé par une confusion relationnelle.

Et donc, l'interdiction exprime une énergie de rejet apparent, mais dont la signification intrinsèque et cachée est une incitation à la découverte et à l'authentification de soi, énergie qui va s'insinuer sous forme de "serpent", de dynamique circulaire évolutive de l'Etre nouveau, au sein de l'inconscient Eve, qui transmettra alors la motivation narcissique à la conscience Adam.

On ne peut offrir son narcissisme à la Rencontre en Christ, si on n'est pas passé par une possessivité narcissique à l'égard du double narcissique, fruit théâtralement "défendu", mais qui permet l'appropriation personnelle du narcissisme, condition préalable nécessaire à sa sublimation.


Mais donc, l'histoire commence pour l'Etre nouveau, par une compétition identitaire avec le "Nom du Père", ce qui va entraîner forcément un effondrement du potentiel ("expulsion" du Jardin à l'Est d'Eden).

Le Père, lui, ne sera pas touché par cet effondrement du potentiel dialectique, puisque de son côté, le Conflit est intégralement simulé. Le Père n'est pas en Conflit, il n'y a pas de chute ni d'expulsion, ni de rejet, ni de culpabilité pour l'Etre nouveau. Tout cela fait partie du délire dualiste, transitoire, de l'Etre nouveau en quête de lui-même, et pour qui le Conflit est une condition pratique, un voile utile à cette recherche (Fils Prodigue).

Le mot "péché' ne doit pas être moralisé. Il signifie seulement "confusion", engendrée par le refoulement, qui est originellement inévitable, et qui est naturellement mis en oeuvre dans la Création de l'Etre nouveau.

La morale est l'artifice par lequel l'Etre nouveau tente de se posséder, et de posséder les autres, narcissiquement. La morale, c'est le Serpent motivateur tant qu'il n'est pas intégré. Et cette intégration, qui est authentification, passe forcément, in fine, par la démystification de l'artifice moral.

Alors l'Arbre de la connaissance illusoire du bien et du mal, se présente enfin ciomme l'Arbre de la Connaissance Ethique du Lien et de la Séparation.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mer 02 Nov 2011, 16:53

Bonjour à toutes et tous,


donc, Christ est LA Rencontre. Et la Rencontre est l'unification harmonique de toutes les subjectivités personnelles du collectif de conscience. Et cette harmonisation de toutes les subjectivités personnelles passe par l'articulation dialectique fondamentale du Couple Sacré.

On comprend que, à l'opposé de la psychose, la Rencontre comme unification harmonique de toutes les subjectivités personnelles constitue LA Réalité. Donc Chrsit est la seule et unique Réalité véritable, vierge de toute forme de négation d'autrui, de toute psychose.

Cette Réalité est la Réalité non-dualiste qui unifie des points de vue multiples, articulés selon les oppositions identitaires (= diamètres) des Couples Sacrés.


L'unification harmonique des subjectivités personneles est tellement bien affirmée, que la résultante de cette unification est encore une subjectivité personnelle intégrée, donc une Personne. C'est la Personne conjugale du (des) Couple(s) Sacré(s), et la Personne collective de tout le collectif de conscience.

Et cette Personne conjugale et collective, synthèse de toutes les subjectivités harmonisées, est Christ, dont le Corps unifié supporte tout le cercle vital de tous les Couples Sacrés émancipés ou non.

Christ est la référence identitaire centrale, où se Rencontrent dans la "Friction identitaire" toutes les identités de tous les Couples Sacrés émancipés (en Christ). Il est donc la référence identitaire collective, universelle.

La "Friction identitaire centralisée" est le point d'harmonisation des phases identitaires, correspondant aux diamètres identitaires du Cercle de Vie universel. Cette Friction identitaire est le Conflit. Et donc, Christ est le Conflit. Il est le creuset de l'harmonisation par le Conflit (Friction des phases identitaires).

Lorsque Christ ne règne pas, parce que la Rencontre n'est pas affirmée, que les polarités sexuées humaines sont en confusion, et que la conscience collective est refoulée, le Conflit quitte le centre Christique, se déporte sur le Cercle de Vie lui-même, en y produisant la Prédation, symptôme principal de la décohérence dialectique.

On comprend logiquement en effet, que si l'harmonisation des points de vue ne se produit pas au centre du Cercle de Vie, entre les phases identitaires, alors une compétition apparaîtra forcément entre les phases, produisant une Prédation inter-identitaire, une dysharmonie appelant de la morbidité

C'est alors le règne de l'AntéChrist, l'entité intermédiaire qui se substitue à la Rencontre, et qui rend compte de la confusion relationnelle typique de la Prédation. Mais au final, l'entité intermédiaire sera absorbée en Christ, et c'est pourquoi il est question d'ANTE Christ: celui qui vient avant Christ (puisque le refoulement originel et la confusion qui en résulte sont inévitables pour l'Etre nouveau).


Des points de vue ne peuvent être harmonisés que s'ils sont différents. Cependant, cela ne suffit pas. Deux points de vue adjacents sur le Cercle de Vie ne sont pas assez différents.

C'est pourquoi le Couple Sacré intervient comme articulation fondamentale de la conscience collective, en permettant l'authentification des points de vue: lorsque des points de vue sont intégralement définis, discriminés, par leur opposition fondamentale (angle plat 180°: diamètre identitaire) sur leur phase dientitaire, alors ils peuvent Rencontrer des points de vue moins différenciés, si ces derniers sont aussi authentifiés par leur propre opposition Sacrée.

C'est donc lorsque tous les points de vue personnels de la collectivité sont intégralement définis et protégés par leur Rencontre avec leurs points de vue opposés et en fait complémentaires, que la Rencontre inter-identitaire, ouverte à tout le collectif de conscience, peut se produire sans risque identitaire.

Le Couple Sacré est donc la charnière Christique fondamentale. Sans cet aspect essentiel, la Rencontre ne peut pas se produrie: elle s'affirme d'abord dans le Couple Sacré, puis dans le groupe local harmonique (Ames Soeurs), et de là, à tout le colletif de conscience.


On comprend donc que la Rencontre Christique n'est pas réalisée n'importe comment, avec n'importe qui: il y a une configuration harmonique, géométrique si on veut, qui doit être respectée avant qu'une ouverture légitime soit acquise pour un contact collectif généralisé.

Dans la dualité, les Personnes humaines font fi de cet impératif harmonique, et prétendent pouvoir rencontrer n'importe qui, n'importe où, n'importe quand. C'est une illusion, une confusion, et ce ne sont jamais alors des Rencontres intégrales, dépourvues d'artifices narcissiques.

Car la Rencontre doit passer par Christ pour être totalement vraie, légitime, réelle, HARMONIQUE. Et dans ce contexte Christique, il faut d'abord unifier le Couple Sacré, avant de pouvoir passer par Christ, pour Rencontrer tout le collectif de conscience.

On n'a pas accès à la Personne collective intégrale, sans affirmer d'abord la Personne conjugale.


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Mer 02 Nov 2011, 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mer 02 Nov 2011, 17:17


On peut dire aussi que si les subjectivités personnelles humaines ne sont pas cadrées par la discrimination des points de vue opposés (sexués) du Couple Sacré, elles sont inaptes à pouvoir adhérer à la conscience collective, car elles restent imprégnées d'un individualisme exacerbé, typique d'une approche unilatérale immature, qui est en contravention essentielle avec l'harmonisation par le Conflit (Christique, centralisé).


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Jeu 03 Nov 2011, 21:01

Bonjour à toutes et tous,


j'ai déjà dit que la Vertu de l'Etre réside en sa parfaite inutilité. Car s'il fallait aborder l'Etre sous l'angle de l'utilité, on pourrait lui conférer une valeur vénale, relative à son degré d'utilité.

C'est ce que la spéculation sociale cherche à promouvoir, tentant par là de dissoudre la signification existentielle, à bafouer la valeur de la Personne humaine, à fouler aux pieds l'essentiel. Pourquoi s'étonner alors que la spéculation mène systématiquement à un mur de morbidité?

Mais non, en vérité, l'Etre est essentiellement inutile, et c'est dans la reconnaissance de cette inutilité fondamentale, que sa Vertu s'affirme et rayonne comme un soleil.

C'est dans l'inutilité complète que l'Amour universel, l'Amour Christique, s'exerce entre toutes et tous. S'il fallait asservir l'Amour à l'utilité, ce ne serait plus de l'Amour, mais de la symbiose, à savoir un relationnel immature fondé sur le besoin, et sur la projection toute-puissante de ce besoin sur les autres dont est exigée la résolution de l'addiction, dictature travestie par les sentiments "humains" qui ne sont que des prises en otage de la signification de l'Etre.


L'Amour vrai, Christique, qui est le Lien universel fondé sur la Séparation identitaire des Couples Sacrés, l'Amour donc ne supporte aucune compromission utilitariste.

Donc, s'il n'y a pas reconnaissance fondamentale de l'inutilité de l'Etre, il n'y a pas d'Amour pour diffuser l'affirmation de sa Vertu.

On ne peut pas Rencontrer l'Autre si on en attend quoi que ce soit, fonctionnellement, utilitairement parlant. Il s'agit donc de "chasser les marchands du Temple" (intérieur), car ils n'ont rien à y faire, si ce n'est saccager la signification de l'Etre.

Aucun Temple véritable ne peut tolérer la spéculation. C'est pourquoi le Temple intérieur n'est dévoilé, et remis à sa juste place, qu'après la promesse sublimatoire de l'Homme envers la Femme, qui signale son intention ferme de proscirire, au final, toute spéculation utilitariste.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Ven 04 Nov 2011, 10:10

Bonjour Steph, et vous tous,
suite à ceci:


Citation :

On comprend donc que la Rencontre Christique n'est pas réalisée n'importe comment, avec n'importe qui: il y a une configuration harmonique, géométrique si on veut, qui doit être respectée avant qu'une ouverture légitime soit acquise pour un contact collectif généralisé.

Dans la dualité, les Personnes humaines font fi de cet impératif harmonique, et prétendent pouvoir rencontrer n'importe qui, n'importe où, n'importe quand. C'est une illusion, une confusion, et ce ne sont jamais alors des Rencontres intégrales, dépourvues d'artifices narcissiques.

Car la Rencontre doit passer par Christ pour être totalement vraie, légitime, réelle, HARMONIQUE. Et dans ce contexte Christique, il faut d'abord unifier le Couple Sacré, avant de pouvoir passer par Christ, pour Rencontrer tout le collectif de conscience.

que penses tu de ce texte sur la "progression dans l 'HARMONIE" du couple d 'Yvon Dalaire que j ai déjà partagé , je ne sais plus où:

Citation :
La lune de miel
Lors de la séduction, hommes et femmes se présentent sous leur plus beau jour. L’homme est toujours attentif et communicatif, et la femme, admirative et réceptive. De plus, les deux auréolernt la personne qu’ils convoitent. Ils passent des heures à bavarder et à faire l’amour, tout en élaborant des projets de vie. Ils espèrent que l’Amour surmontera toutes les difficultés. Ils ne rêvent que de bonheur conjugal. Tranquillement, cette passion fait place à un bonheur plus tranquille, plus réaliste : les amoureux dorment maintenant en paix, en silence, dans les bras l’un de l’autre, tout en réalisant leurs projets, dont le premier est de fonder leur couple.

La lutte pour le pouvoir
On dit de l’amour passion qu’il est aveugle. Heureusement, la vie à deux rend la vue, parfois brutalement. Les petits défauts grossissent et chacun découvre la personne réelle à la source de tant de sensations, d’émotions et d’espoirs. La certitude d’avoir conquis l’autre fait que chacun exige ce qu’il attend de son couple et se présente sous son vrai jour. Les différences deviennent sources de différends. Par exemple, l’un met l’accent sur sa carrière, l’autre sur le couple et la famille.

Cette lutte permet de savoir qui est réellement l’autre et d’affirmer les besoins et les attentes de chacun face au couple. À ce stade, se joue toutefois l’avenir du couple. Plus de la moitié des couples se séparera. De 20 % à 30 % se résignera et s’endurera, cherchant des compensations dans le travail ou les enfants ou dans les bras de quelqu’un(e) d’autre. À peine 20 % sortira gagnant de cette lutte inévitable.

Le partage du pouvoir
Quoique égaux, l’homme et la femme sont quelque peu différents. Dans les couples heureux, l’un et l’autre acceptent de mettre ces différences, parfois contradictoires, au service du couple et apprennent à gérer les crises insolubles et les conflits inhérents à la vie à deux. Par exemple, ils font un budget tenant compte de la sécurité pécuniaire de l’un et de l’insécurité de l’autre. Ils négocient des ententes à double gagnant (win-win). Ils ne laissent pas leurs émotions négatives et leurs frustrations étouffer leurs émotions positives et leur joie d’être ensemble. Ils se disent davantage de compliments et de mots d’amour que de reproches.

L’engagement
C’est à cette étape que le couple devrait se marier, car leur amour est maintenant basé sur une véritable connaissance et acceptation de l’autre tel qu’il est dans ses ressources, ses sensibilités, ses faiblesses. L’amour à ce stade devient attachement, non plus une dépendance passionnelle. Attachement au style de vie original et unique (« culture conjugale ») que le couple a su créer bien au-delà de leurs crises. Face à leurs conflits, ils ont fait grandir leur intimité et leur entraide. Ils sont devenus complices.

Ouverture sur autrui
Toute une vie est nécessaire pour arriver à cette sagesse que démontrent les couples heureux à long terme. Leur existence prouve que, malgré les difficultés de la vie à deux, il est possible de réussir là où la majorité a échoué. Ils se rappellent même leurs conflits antérieurs avec humour. Les couples heureux deviennent un exemple pour leurs enfants, leurs petits-enfants et leur entourage.

Yvon Dallaire, M.
Ps.

Passe t'on par l'Harmonie du couple pour atteindre l'Harmonique Christique selon toi, ou inversement, devons nous atteindre cette Harmonie Christique de façon individuelle afin de la vivre au sein du couple?

Pour ma part le vivre seul , n' est pas selon ce que tu nous proposes dans ton développement sur le "Couple Sacré" juste en soi, et pourtant, lorsque l'un le vit , n'est il pas comme un "Aimant" qui attire l'autre vers cette "Harmonique Christique".
Est ce que successivement nous ne jouons pas à être des "leviers" l'un pour l'autre , chacun ayant sa part de "travail" que je ne considère plus alors comme -utilitariste- dans le sens premier du terme , mais comme une harmonisation utile ...le couple ayant alors la fonction de l' "Instrumentarium "?


à plus tard et belle journée à vous tous


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Ven 04 Nov 2011, 13:54

Coucou Nathalie,


Citation :
que penses tu de ce texte sur la "progression dans l 'HARMONIE" du couple d 'Yvon Dalaire que j ai déjà partagé , je ne sais plus où:

J'en pense que c'est un texte adapté pour les couples narcissiques qui ont, malgré tout, une certaine faculté de rencontre, même si cela ne peut pas être assimilé à de la conjugalité Sacrée.



Citation :
Lors de la séduction, hommes et femmes se présentent sous leur plus beau jour. L’homme est toujours attentif et communicatif, et la femme, admirative et réceptive. De plus, les deux auréolernt la personne qu’ils convoitent. Ils passent des heures à bavarder et à faire l’amour, tout en élaborant des projets de vie. Ils espèrent que l’Amour surmontera toutes les difficultés. Ils ne rêvent que de bonheur conjugal. Tranquillement, cette passion fait place à un bonheur plus tranquille, plus réaliste : les amoureux dorment maintenant en paix, en silence, dans les bras l’un de l’autre, tout en réalisant leurs projets, dont le premier est de fonder leur couple

La séduction est de la Prédation. Cela consiste pratiquement à tenter d'embrigader l'Autre dans le scénario personnel où il est utilisé comme un pion. L'état amoureux est le travestissement sentimental de la réalité prédatrice, crue et froide.

Il est nécessaire de passer au-delà du transfert pour démystifier l'état amoureux et voir clairement ce qu'il cache: le désir de "manger" l'Autre. La Femme séductrice peut, dans ses comportements les plus caricaturaux, ressembler à un prédateur se faisant passer pour une proie afin d'appâter l'autre prédateur, l'Homme.

L'enjeu de toute cette prédation réciproque est la possession foetale du Corps de la Mère. Autour de cette possession, l'Homme et la Femme manipulés par leur toute-puissance refoulée, se livrent une bataille camouflée, pilotée depuis les refoulements de l'inconscient. Une bataille d'où personne ne sortira vainqueur, à part le "diviseur", et encore...

Il n'y a pas d'Amour dans l'état amoureux. S'il y a Amour, alors c'est forcément au-delà de l'état amoureux, et n'en dépend pas en aucune façon. L'état amoureux peut, tout-au-plus, être la base confusionnelle inévitable, à partir de laquelle la réalité PREALABLE de l'Amour sera reconnue progressivement.


Citation :
On dit de l’amour passion qu’il est aveugle. Heureusement, la vie à deux rend la vue, parfois brutalement. Les petits défauts grossissent et chacun découvre la personne réelle à la source de tant de sensations, d’émotions et d’espoirs. La certitude d’avoir conquis l’autre fait que chacun exige ce qu’il attend de son couple et se présente sous son vrai jour. Les différences deviennent sources de différends. Par exemple, l’un met l’accent sur sa carrière, l’autre sur le couple et la famille.

Nous sommes manifestement dans un contexte de rivalité narcissique, de guerre, de combat pour la domination, pour la possession: "la lutte pour la pouvoir", "la certitude d'avoir conquis", "chacun exige", "les différences deviennent sources de différends" (donc fausse différence qui ne mène pas à la complémentarité).

Tout cela est de la confusion qui concerne le couple narcissique, pas le Couple Sacré.


Citation :
Cette lutte permet de savoir qui est réellement l’autre et d’affirmer les besoins et les attentes de chacun face au couple. À ce stade, se joue toutefois l’avenir du couple. Plus de la moitié des couples se séparera. De 20 % à 30 % se résignera et s’endurera, cherchant des compensations dans le travail ou les enfants ou dans les bras de quelqu’un(e) d’autre. À peine 20 % sortira gagnant de cette lutte inévitable.

Cette lutte, en effet, ne mène que rarement à une rencontre avec l'Autre, et ne fait que traduire généralement deux Personnes enfermées de part et d'autre dans leur bulle psychologique, essayant toujours d'utiliser l'Autre pour tenir une place forcée dans le scénario personnel.

La sublimation relationnelle nécessaire pour permettre à l'Autre de sortir du scémario personnel n'est pas fréquente. C'est cependant la seule façon d'arrêter le système projectif, transférentiel.

Mais attention, car si le transfert est désamorcé, la relation sera démystifiée, et ne subsistera que ce qu'il y avait de véritablement authentique (donc hors fonction, hors utilitarisme, puisque le transfert est une projection utilitariste). Si donc ce qui subsiste authentiquement n'est pas existentiellement viable, la relation en restera là, le potentiel n'étant pas suffisant pour déterminer une "montée en puissance" (Couple Sacré).


Citation :
Quoique égaux, l’homme et la femme sont quelque peu différents. Dans les couples heureux, l’un et l’autre acceptent de mettre ces différences, parfois contradictoires, au service du couple et apprennent à gérer les crises insolubles et les conflits inhérents à la vie à deux. Par exemple, ils font un budget tenant compte de la sécurité pécuniaire de l’un et de l’insécurité de l’autre. Ils négocient des ententes à double gagnant (win-win). Ils ne laissent pas leurs émotions négatives et leurs frustrations étouffer leurs émotions positives et leur joie d’être ensemble. Ils se disent davantage de compliments et de mots d’amour que de reproches.

Le "partage du pouvoir" est une mauvaise expression, en ce sens que ce n'est pas le couple qui peut partager équitablement le pouvoir: c'est l'abandon narcissique à Christ qui règle une fois pour toutes la question de la SEPARATION des pouvoirs entre les polarités. Par SA Volonté (à Christ).

Il faut se souvenir que le Couple Sacré répond à l'appel du Soi potentiel, pour lui permettre de (re)naître à Lui-même.

Alors on ne peut plus parler, dans le contexte Sacré, des "conlits de la vie à deux", puisque le Conflit est rendu à Christ par la sublimation narcissique des polarités humaines.

Le conflit lorsqu'il est exporté, non rendu à Christ, c'est l'utiliarisme, la dépendance refoulée, immature, qui se traduit par la Prédaiton.


Citation :
C’est à cette étape que le couple devrait se marier, car leur amour est maintenant basé sur une véritable connaissance et acceptation de l’autre tel qu’il est dans ses ressources, ses sensibilités, ses faiblesses. L’amour à ce stade devient attachement, non plus une dépendance passionnelle. Attachement au style de vie original et unique (« culture conjugale ») que le couple a su créer bien au-delà de leurs crises. Face à leurs conflits, ils ont fait grandir leur intimité et leur entraide. Ils sont devenus complices.

"Acceptation de l'autre tel qu'il est, dans ses ressources, ses sensibilités, ses faiblesses".

Oui, acceptation de l'Autre tel qu'il est. Point final. Pourquoi adjoindre tous les apsects cités après une telle affirmation? Cela ressemble à deux pas en avant, puis un en arrière!

Accepter l'Autre, c'est accepter l'Autre. C'est holistique. Citer des pasects après cela, c'est comme invalider le caractère entier de ce qu'on vient d'affirmer.

Et que vient faire cet "attachement"? C'est dans la totale Séparation dialectique que les polarités humaines (Sacrées) peuvent se Rencontrer en Christ, sans plus aucun attachement.

L'attachement est, comme tous les sentiments humains, une adultération de l'Emotion spirituelle. Tout sentiment humain est une prise en otage, avec exigence de rançon. Le Couple Sacré ne peut pas laisser subsister de l'attachement: seul le Lien Christique est authentique et unifie spontanément, naturellement, les polarités humaines Sacrées sans attachement, forcément narcissique (donc hors Christ).

Dépasser le transfert ne se limite pas à démystifier le sentiment amoureux, mais aussi TOUS les sentiments "humains" habituels, qui en réalité ne sont pas humains du tout, au sens spirituel du mot humain. les sentiments sont tous sans exception des productions d'instances refoulées dans l'inconscient.

sentiment = mystification

Seule l'Emotion inclusive est véritable. Les sentiments n'en sont que des apsects clivés, adultérés, pernicieux.


Citation :
Toute une vie est nécessaire pour arriver à cette sagesse que démontrent les couples heureux à long terme. Leur existence prouve que, malgré les difficultés de la vie à deux, il est possible de réussir là où la majorité a échoué. Ils se rappellent même leurs conflits antérieurs avec humour. Les couples heureux deviennent un exemple pour leurs enfants, leurs petits-enfants et leur entourage.

On ne peut pas réussir, dans le cadre du Couple Sacré, car la réalité du Couple Sacré est une évidence déjà réalisée, même si elle doit être transformée pour être reconnue en conscience.

Réussir est une notion typique de l'utilitarisme, et que le sage ne saurait reconnaître comme réelle. LA Réalité, la Rencontre en Christ, n'est pas une réussite, ni un échec: c'est l'affirmation d'une évidence, comme l'explosion d'une supernova.


Ceci étant dit, l'ensemble de ces paragraphes semble suivre une évolution narcissique cohérente entre eux, mais leur formulation implique des notions adultères qui ne se rapportent pas au Couple Sacré.

Il s'agit donc d'un processus narcissique juste, mais relatif à des couples narcissiques simplement aptes à un certain degré de sublimation interpersonnelle, et qui ne peuvent pas totalement s'émanciper de l'utilitarisme, du relationnel symbiotique...


Citation :
Passe t'on par l'Harmonie du couple pour atteindre l'Harmonique Christique selon toi, ou inversement, devons nous atteindre cette Harmonie Christique de façon individuelle afin de la vivre au sein du couple?

On ne peut renaître en Christ que si on réalise l'unification du Couple Sacré.

Tout simplement parce que depuis l'aubre des temps, nous avons un rendez-vous avec le Seigneur, et nous avons fait promesse d'être à deux à ce rendez-vous avec Lui. Il est donc vain de vouloir se prénseter seul, ce serait même nier la Vérité de la Promesse fondamentale. Ce serait comme nier la Réalité de l'Aiutre, et donc de Christ Lui-même.

La conscience de la Réalité Christique et une conscience de la Rencontre, comme je l'ai déjà exprimé: donc, la Rencontre en Christ implique la Rencontre des polarités.

Je ne peux pas me présenter seul devant Lui, car ce ne serait pas dans l'Humilité Christique, qui émane forcément de ma faculté de Rencontre avec ma Flamme Jumelle.

Cette Humilité Christique, il faut se souvenir que c'est la simplicité de l'Esprit, donc la cohérence du corpuscule dialectique. Or, cette cohérence n'est affirmée que dans l"galité narcissique des polarités sexuées. Donc, on ne peut pas être dans la Renccontre en Christ, sans avoir d'abord intégré l'galité narcissique du Couple Sacré. CQFD.


Citation :
Pour ma part le vivre seul , n' est pas selon ce que tu nous proposes dans ton développement sur le "Couple Sacré" juste en soi, et pourtant, lorsque l'un le vit , n'est il pas comme un "Aimant" qui attire l'autre vers cette "Harmonique Christique".

IJustement non. L'Humilité doit nous faire savoir que nous ne pouvons par réellement le vivre seul. Que c'est seulement une forme d'illusion, ou tout au plus une préfiguration assistée.

C'est un paradoxe du Couple Sacré: je ne peux pas le réaliser seul, et pourtant, je dois sortir de tout utilitarisme par lequel je voudrais obliger l'Autre. La seule voie qui reste, est donc la (vraie) Voie du Bushido: je dois me tenir prêt à mourir, sans considération pour les illusions de réussite ou d'échec, sans morbidité non plus.

Le véritable état d'acceptation de la mort sublimatoire: l'Autre m'est indispensable pour réaliser la vraie vie en Christ, mais je le laisse entièrement libre de ses choix malgré tout, car sans ça, l'utilitarisme s'impose comme un voile entre nous, et la Rencontre en Christ ne peut se réaliser.

Il s'agir en fait de l'abandon de toutes nos conceptions clivées, dualistes, illusoires, inadaptées, inappropriées. Il s'agit du dépassement de notre attachement narcissique à nous-mêmes, de notre toute-puissance foetale refoulée.

Je ne peux pas accéder à la vie éternelle, si je m'attache narcissiquement à moi-même dans la temporalité dualiste.

C'est pour cela aussi que l'Homme doit vivre encore une période de "prison" dualiste, alors même qu'il a réalisé tout ce qui pouvait l'être par rapport à sa Promesse: le cycle narcissique de sa polarité féminine doit pouvoir s'accomplir aussi, sans interférences narcissiques qui en menacerait le cours, de sorte que la Femme puisse aussi s'affirmer dans sa Promesse.

Chacun doit donc être libre d'affirmer sa Promesse sublimatoire, ce qui exige le détachement, et qui correspond au fait que le rendez-vous a été pris à trois: le Couple Sacré devant le Seigneur.

Je ne considère donc pas qu'il puissa valablement y avoir un principe d'aimantation entre des polarités qui ferait que l'une entraîne l'autre, pouisqu'au final chacun doit avoir pu réaliser ses choix personnellement, et affirmé sa Promesse authentiquement. Si aimantation il y a, cela ressemble à de la symbiose.

Le paradoxe est donc qu'on ne peut s'émanciper qu'à deux en Christ, mais que pour ce faire, il s'agit d'abord d'authentifier sa Promesse sur une base narcissique personnelle.

Cette Promesse est, tout autant pour la Femme que pour l'Homme, la "mort à l'Autre", qui permet la renaissance à la vie éternelle.


Citation :
Est ce que successivement nous ne jouons pas à être des "leviers" l'un pour l'autre


Cela est déjà plus juste. Je dirais plutôt point d'appui relationnel sur lequel l'Autre peur pose son levier narcissique, s'il le souhaite. C'et très différent d'une aimantation, car ici, c'est une choix relationnel qui est en jeu.


Citation :
ayant sa part de "travail" que je ne considère plus alors comme -utilitariste- dans le sens premier du terme , mais comme une harmonisation utile


Le travail est effectué par le levier, qui est Christ en somme. Seul le Seigneur fait, seule le collectif est à l'origine de l'Action juste. L'idée n'est pas de tenter un effort, car dès qu'il y a effort, il y a erreur narcissique. L'effort, c'est le levier qui doit le produire, pas la Personne humaine. La Personne humaine doit "seulement" mourir à la notion illusoire de l'effort personnel. Seul la Rencontre en Christ affirme naturellement la valeur personnelle. Il n'existe aucune forme véritable de valorisation personnelle, et certainement pas l'effort, puisque la valeur personnelle est absolue et inaliénable.

L'Harmonisation n'est "utile" que pour ceux et celles qui ont réconnu leur Nature. Mais en fait l'expression est licencieuse: l'Harmonie n'est pas utile, sinon, elle se renierait elle-même. L'Harmonie est justement ce qui s'affirme lorsque plus acune illusion d'utilité n'interfère.

Donc, on ne peut pas l'obtenir par spéculation. On peut la Rencontre en Christ lorsqu'on a démystifié l'illusion de la spéculation utilitariste.


Le Couple Sacré n'a pas de fonction, c'est pourquoi il peut s'émanciper. Par contre, grâce à son émancipation de la fonction il peut l'assumer librement. Il n'y a existentiellement qu'une seule fonction: c'est la fonction procréatrice à laquelle on peut associer la fonction didactique qui en fait partie. Et c'est une fonction qui est assumée librement, et de façon totalement fiabilisée, par le Couple Sacré, CAR il se situe justement au-delà de la fonction, au-delà de l'utilité, et qu'il affirme un équilibre parfait par rapport au potentiel existentiel.

Le Couple Sacré n'est un "instrumentarium" pour le potentiel, pour le Soi, que s'il (le Couple Sacré) en fait le choix libre, intégralement conscient. Sa vraie Nature n'est pas d'être un "intrumentarium", mais une complète inutilité, seule façon d'affirmer la Vertu de l'Etre, et le Lien d'Amour.

Le Couple Sacré ne peut donc pas être instrumentalisé par le potentiel existentiel, contrairement aux couples narcissiques qui le subissent.

L'instrumentalisation doit donc être conçue comme une notion purement artitistique, dans le cadre du Couple Sacré, ce qui n'est donc pas une instrumentalisation en rfait, puisque l'art est par excellence le domaine de l'inutilité.

Il est plus simple de considérer que le Couple Sacré échappe à toute notion d'instrumentalisation: il répond librement au potentiel, et il ne peut le faire authentiquement, correctement, qu'à partir d'une condition d'inutilité totale.



Bisouxxx,

steph



Dernière édition par Sphinx le Ven 04 Nov 2011, 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Ven 04 Nov 2011, 14:21

Dans le clip musical de Placebo, The Never-ending Why (le pourquoi sans fin), on voit bien que le Couple Sacré, après avoir été agité par le collectif (digéré dans l'estomac du poisson), est éjecté par les intestins et l'anus comme une grosse m..de.

On trouve le même aspect dans Matrix, lorsque Neo, réveillé dans les champs de "culture", est éjecté dans les égoux par la machine, car il est devenu inutile.

La digestion vise en fait à dépouiller l'Etre de tout aspect d'utilité, donc de spéculation. Lorsqu'il n'y a plus de spéculation en lui, alors il est devenu inutile, donc "en trop" pour le système spéculatif, "digestif", mais parfait pour Rencontrer le Seigneur (l'Oiseau).

La marque de l'Etre, de sa liberté, de sa vraie valeur, de sa Vertu, de l'Amour, est l'inutilité. Et il peut décider d'être utile, s'il en fait le choix, dans le contexte précis de l'unique fonction authentique qui est la procréation.

Comme une boutade, j'ai même émis l'idée il y a quelques temps, à ma Soeur éternelle (présumée en tout cas), d'écrire une théorie dialectique de la m...de.

Mais je ne le ferai pas, même si je sais que c'est parfaitement réalisable. Je ne suis pas spécialement versé dans le scatologique...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Dim 06 Nov 2011, 14:04


bjr Steph,

dans un écrit précédent tu parles de l'émotion inclusive et j'aimerai avoir des
précisions.

amicalement
D-C
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Dim 06 Nov 2011, 14:42


Bonjour demeter-ceres,


les sentiments humains habituels sont exclusifs, dans le sens où ils ont tendance à s'exclure les uns des autres.

Cette exclusivité signale dialectiquement la présence d'un clivage, d'une confusion: les sentiments humains s'excluent car ils ne sont pas assez authentiques, et donc trop artificiels. Comme ils ne sont pas assez authentiques, ils cherchent à se départager arbitrairement les uns des autres, ce qui constitue le clivage entre eux.

Ils sont donc liés aux refoulements qui morcellent l'espace intrapsychique (clivage intrapsychique).

C'est pourquoi la joie, la peur, la colère, la tristesse ont tendance à s'exclure mutuellement. Ce ne sont pas de vraies composantes émotionnelles, mais des aspects détournés depuis l'inconscient, et qui servent à rançonner le psychisme des Personnes humaines.

On en trouve une représentation dans le film "Truman Schow", dans lequel il y a une scène mémorable où le grand "prestidigitateur", le gtand "ponte", manipule l'ami du héro pour tenter de l'amadouer sentimentalement.

Le sentiment est ce par quoi les instances refoulées contrôlent l'Humanité depuis l'inconscient. Le clivage sentimental est caractéristique de la dualité.


L'Emotion spirituelle est une pure perception corrélée à la cohérence de l'Esprit qui ne perturbe plus le tissu de l'onde mentale. Ce n'est donc pas une production de l'inconscient. Ce n'est pas une production du tout.

Alors que les sentiments sont produits (par le refoulement et sa redondance narcissique), l'Emotion n'est pas produite. C'est un mouvement fondamentalement extérieur à toute chose (Ex-motion). Et l'Esprit capte ce mouvement harmonique lorsqu'il devient cohérent, et ne perturbe plus l'onde mentale de ses productions narcissiques.

L'Emotion spirituelle est inclusive, car elle est intrinsèquement sublimée et sublimatoire (intégration de la cohérence corpusculaire, donc de l'égalité narcissique des polarités sexuées). Elle peut donc intégrer à la fois de la Joie et de la Tristesse, et ces aspects en apparence inconciliables dans la dualité, le sont parfaitement dans la réalité non-dualiste de l'Emotion spirituelle.

Disons aussi que les sentiments diffractés de la dualité ne s'y retrouvent par vraiment tels que nous les éprouvons dans la dualité, puisque leur nature est déconfusionnée, rectifiée, dans l'Emotion inclusive.

L'Emotion spirituelle est ce qui conditionne l'expérience ex-tatique, par son mouvement essentiellement ex-térieur. L'Emotion spirituelle est donc ce qui est à l'origine de l'extase vibratoire.

Les états vibratoires de l'extase sont issus du rapport de plus en plus direct qu'entretient le corpuscule spirituel avec l'onde mentale, à mesure qu'il intègre et met en eouvre de la cohérence (Principe circulaire).

Car l'onde mentale rendue à elle-même, par dégonflement de la bulle psychologique, agit comme un "résonateur". Car sa nature est d'être une onde stationnaire, et non pas une onde agitée par des incohérences immatures de l'Esprit, produisant l'inflation de la bulle psychologique.

Donc plus le corpuscule est cohérent, plus la bulle psychologique se dégonfle, plus le clivage sentimental disparaît, plus le rapport mental est direct (intégration-sublimation narcissique), plus l'Emotion spirituelle s'affirme car elle est Mouvement qui émane de sa propre Vérité, donc en elle-même et toujours à l'extérieur de toute chose en particulier.

C'est donc le caractère stationnaire, parfaitement stable, de l'onde mentale qui, en tant que "résonateur", permet de capter l'Emotion, et d'y adhérer.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Dim 06 Nov 2011, 15:53


Merci de ta réponse.
tu dis que l'émotion spirituelle est à l'origine de l'extase vibratoire:ce sont
des états vibratoires que l'on ressent physiquement dans tout le corps comme des
vagues de chaleur et à n'importe quel moment,c'est bien ça que tu appelles extase vibratoire?car j'aimerai savoir ce que tu ressens toi personnellement.

Amicalement
D C
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Dim 06 Nov 2011, 16:26

L'extase vibratoire commence simplement avec des frissons, que l'on peut éprouver devant la Beauté, comme la Nature, une Personne, une signification, un symbole, un film, de la musique, une oeuvre d'art en somme, ou même... le ronflement du moteur d'un réfrigérateur.

Cela signale que la conscience a été captée par un dialogue, une résonance, qui s'établit entre l'intérieur et l'extérieur, et qui met en relief l'évidence de la puissance vitale (= Emotion). En somme c'est une Rencontre, et toute Rencontre manifeste l'Emotion.

A mesure que le corps énergétique se déploie, et que la perception devient plus fine, que la vie de l'énergie s'affirme, que le chakra cardiaque est dépassé, que les chakras supérieurs s'activent vraiment, la vibration s'amplifie et le frisson devient vagues d'énergie qui imprègnent tout le corps, avec aussi de la chaleur. Mais la chaleur n'en est pas la composante principale pour moi.

Attention que, en vertu de leur différenciation, la Femme et l'Homme n'éprouvent pas l'extase de la même façon. L'Homme, en prise avec l'impulsion temporelle, sera plus dans la vibration elle-même, que dans l'expansion spatiale (qui est malgré tout présente).

La Femme sera, elle, plus dans l'expansion spatiale que dans la vibration, même si elle est aussi présente. Et probablement l'aspect "chaleur" sera-t'il plus en relief.


Lorsque la vibration est bien déshinibée, on peut percevoir les flux d'énergie brassés par la rotation des centres (chakras), qui ne font en somme que suivre la perception de l'Emotion, seule véritable motivation universelle.

Ce que font pratiquement les centres est de prendre en charge la différence de potentiel existentiel entre l'acquis périphérique et le potentiel central, et ce par la mise en oeuvre du Principe circulaire, qui répond à l'Emotion, l'évidence de la puissance vitale universelle.

En principe, seul le Couple Sacré peut réaliser cette prise en charge de façon intégrale et autonome. Donc, toutes les extases expérimentées avant l'unification du Couple Sacré dans sa dynamique Emotionnelle, sont en partie assistées (offertes par la Grâce), et donc incomplètes en signification, même si elles en préfigurent la véritable expérience conjugale.

C'est une erreur (classique) donc, que de prendre ces expériences pour argent comptant, si elles sont expérimentées d'un point de vue unipersonnel, non conjugal. Car récupérées par la bulle psychologique qui peut en subir une inflation mégalomaniaque, elle peuvent donner l'illusion que l'expérience effective du Tout est accessible à une Personne humaine seule.

Un cas célèbre d'extatique "inflationniste" me semble être Nietzsche, encensé mondialement, mais pour moi, fortement délirant et peu cohérent. Car la particularité de l'inflation extatique, est de faire croire qu'on domine la puissance vitale, alors qu'on ne peut que l'épouser. Ce qui crée le délire de la "volonté de puissance" et du "surhomme".

Le Couple Sacré, par l'obligation d'Humilité, d'équivalence interpersonnelle qu'il instaure entre les polarités humaines, est la garantie que l'état extatique ne sera jamais récupéré unilatéralement, et donc qu'aucun déséquilibre majeur ne viendra menacer l'éthique universelle par un délire intégral.

Le Nom de la Rose (film): "Il n'y a qu'un pas entre vision extatique et frénésie de péché!".


Amitié,

steph

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Lun 07 Nov 2011, 12:59


bjr Steph,


Je pense que l'on prend les expériences ,qu'elles soient assistées ou non,comme elles viennent,pour ma part je n'ai rien recherché de spécial et je ne m'attache pas à ces sensations,elles sont là et je vis avec.J'observe et je ressens et je ne peux pas toujours mettre en mots ces "flux d'énergie" et je laisse faire simplement.Ce changement est intervenu suite à une rencontre et je sais que tu ne vas pas être d'accord avec moi, à une sorte d'enseignement oral, mais qui ne m'était pas destiné en particulier(j'insiste sur cette phrase...),et qui a répondu à toutes mes questions et bien au-delà je peux dire...comme tu dis la vie est faîte de rencontres plus ou moins percutantes et quelquefois je peux dire que cela n'a pas été toujours
"merveilleux" et je n'ai pas choisi le chemin le plus facile...mais l'important c'est la découverte de soi.
Amicalement
D-C
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Lun 07 Nov 2011, 18:27


Bonsoir demeter-ceres,


tu ne dois pas prendre toute "ma" réponse comme te concernant particulièrement.

Lorsqu'une question est posée, l'"Oiseau" mental répond, et à partir de là, il suit son développement, qui inclut la question posée par la Personne, mais qui peut aussi à l'occasion inclure des aspects importants, qui font partie du "package", mais qui ne concernent pas particulièrement la Personne à l'origine de la quesiton.

C'est d'aileurs une réflexion que je m'étais faite après coup: "Tiens, c'est vrai que tout ne concerne pas forcément de façon directe la question posée, mais reste pourtant important point de vue signification dans le contexte de la question posée".

L'Oiseau écrit toujours, au fond, par rapport à tous les lecteurs et lectrices, présents et à venir, et en fonction de cela, il ajoute parfois des éléments qui ne sont pas en correspondance directe avec l'échange actuel, sans le court-circuiter pour autant.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 08 Nov 2011, 16:26

Bonjour Sphinx,

Je me suis souvent demandé ce qui m’avait amené un soir, à me retrouver au creux de la vague, à toucher le fond – alors que je n’étais pas dépressive - et à me demander, dans un cri provenant de plus profond de mon Etre, « A quoi je sers donc ? ».

S’en suivi, la réal(Réel)isation que si je venais, là à l’instant, « à disparaître/mourir » - alors que je le précise, jamais, je n’ai eu de tendances suicidaires -, je ne laisserais AUCUN vide, aucun manque/besoin autour de moi – tout au plus, une souffrance à mes parents géniteurs due à leur attachement à ma personne – et que donc « Je suis entièrement Inutile !! ».

A cette fulgurante Découverte - alors totalement incompréhensible pour moi - succéda la question « mais alors que fais-je donc ici ? » suite à laquelle, je reçus en réponse « une Caresse (de l’Oiseau ???) qui balaya tout mon corps de la tête au pied » – je n'ai pas d’autre mot - et me fit me dire « mais si je suis Inutile à quoi cela Sert-il (= paradoxe) que je perçoive consciemment et physiquement cette Autre Présence ? ».

Ce vécu sera le Point de Départ de mon cheminement (= éveil à la spiritualité, à la connaissance de soi, aux méditations, à la découverte du Couple Sacré, etc.). A cette expérience suivront respectivement le Vortex, l’Éclair Fulgurant m’atteignant en pleine poitrine, la Fusion avec ma Flamme Jumelle et finalement, seulement, les Extases... qui ne sont plus du tout assimilable à des flux– dans le sens de « circulation, écoulement ou chaleur » - d’énergies vibratoires.


Bonjour Demeter-Ceres,

En effet, à ce stade, l’Extase, arrivant soudainement, a son épicentre au coeur de notre poitrine et se vit comme une « explosion orgasmique – de bombe énergétique, qui donc ne passe pas inapercue – » contrairement au centre de l’orgasme sexuel provenant du bas ventre et donc des organes sexuels.

Cette Extase a pour effet (pour les femmes ?), de comme, « nous soulever au niveau de la poitrine » afin que nos corps énergétiques puissent se déployer à volonté - dans l’espace – car effectivement, elle a pour conséquence un « développement de notre masse voluminique ». Ce n’est finalement pas très surprenant car en latin Extase signifie ex (= hors de) et stare (= être en dehors de soi).



Sans cette explication, je n’aurais compris le début de mon cheminement :

Citation :
Mais non, en vérité, l'Etre est essentiellement inutile, et c'est dans la reconnaissance de cette inutilité fondamentale, que sa Vertu s'affirme et rayonne comme un soleil.

C'est dans l'inutilité complète que l'Amour universel, l'Amour Christique, s'exerce entre toutes et tous. S'il fallait asservir l'Amour à l'utilité, ce ne serait plus de l'Amour, mais de la symbiose, à savoir un relationnel immature fondé sur le besoin, et sur la projection toute-puissante de ce besoin sur les autres dont est exigée la résolution de l'addiction, dictature travestie par les sentiments "humains" qui ne sont que des prises en otage de la signification de l'Etre.


Si en général, les personnes parlent de l’Ex-tase qu’en est-il de l’En-stase, que personnellement j’assimile, peut-être à tort, à la Procréation, et que je vivrais ultérieurement à mes premières extases ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 08 Nov 2011, 18:02

Merci de ton témoignage Douceur, ça m'a permis de lâcher encore un peu plus sur ma propre inutilité... Bise.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mer 09 Nov 2011, 01:19

Bonsoir douceur,


En-stase?

EX-sistere, EX-stase. Il semblerait qu'on ne puisse EX-sister qu'en EX-stase. Et paradoxalement, cette EX-sistence est une réalité EN-Soi.

L'EN-stase fait donc penser à de l'HORS-Soi, donc l'état apparent qui caractérise l'expérience de l'Etre nouveau, dans la dualité de la manifestation d'EX-sistence,

Donc dans la Procréation, en effet, mais pas du côté du Couple Sacré émancipé et Procréateur, mais bien du côté de l'Etre nouveau.



Pour en revenir à l'utilité:


L'Analyse Transactionnelle stipule que les Personnes humaines ont besoin de structurer le temps, ce qu'elles font de différentes façons, classées par signification (profondeur) croissante, le plus haut degré de structuration du temps étant l'intimité.

La dialectique va un cran plus loin, là ou le besoin n'existe plus, ni donc le besoin de structurer le temps. A ce niveau, réside le degré relationnel le plus élevé, dans la lignée de l'intimité affective, mais au-delà.

Ce degré relationnel ultime, hors temps (dualiste), est la Rencontre, qui étant forcément au-delà de tout besoin, s'affirme dans l'inutilité la plus complète. Dès qu'un besoin pilote, ne fut-ce qu'un peu, le relationnel, il en adultère la Rencontre, et en détourne la vérité.

C'est par la confusion dualiste entre l'Etre et le Faire, la tentative erronée de tenter de justifier l'Etre par l'Action, et réciproquement, que la Réalité entre en décohérence, parce que la Rencontre est adultérée, parce que l'inutilité n'est pas rendue strictement à l'Etre, et l'utilité pas rendue strictement à l'Action.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
La dialectique chrétienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Que font les TJ, dans la section chrétienne?
» Le culte des images dans la religion chrétienne
» Citations choisies de spiritualité chrétienne de Benoît XVI
» Foi chrétienne, fondamentalisme et islamophobie
» Mythologie chrétienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: