ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La dialectique chrétienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 30 Oct 2012, 00:25

Bonjour à toutes et tous,


dans la continuité des rapports établis entre la dialectique chrétienne et l'approche "quantique" de la réalité:


Ainsi que je l'avais déjà exprimé... quelque part!... sur base des schémas suivants:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

... l'Arc cosmique de Procéréation produit l'acquisition d'un choix comme une flèche est tirée, choix qui doit cependant encore être transformé comme la flèche doit "atteindre sa cible", qui est en fait "elle-même"!

Par l'effet de l'accélération de la flèche et des vibrations liées à ses instabilités intrinsèques, il va y avoir segmentation de sa réalité, spatio-temporellement.

En d'autres termes, LE Soi, porté par son choix, sera clivé selon une multiplication temporelle (générations successives apparentes) et spatiale (multiplicité de l'Humanité incarnée).

Cela ne veut pas dire que ces aspects clivés n'existent pas en tant que tels, mais qu'ils sont, par l'instabilité actuelle de la flèche, en confusion les uns aves les autres, en opposition transitoire et apparente avec l'unité identitaire du Soi.

En d'autres termes, nous sommes toutes et tous, "présents" et "passés", Hommes et Femmes, des versions transitoirement clivées de la réalité du Soi. Et donc, nous nous retrouvons forcément quelque part en conflit les un(e)s avec les autres, par le simple fait de la prédation naturelle des versions clivées de la réalité entre elles.


Cela ne veut pas dire que, en tant qu'être humains, nous n'avons pas de réalité authentique au sein de l'unité du Soi, mais que cette réalité authentique n'y est pas encore affirmée, parce que d'une façon individuelle, et générale, le choix existentiel n'est pas encore transformé.

Notre réalité personnelle n'est donc pas conçue pour se dissoudre dans le Soi, mais pour y authentifier un axe identitaire, par l'entremise de l'union du (des) Couple(s) Sacré(s).

Tant que nous sommes clivés les uns des autres, parce que fondamentalement les polarités sexuées humaines sont en confusion et donc en conflit entre elles, nous relevons de la segmentation clivante du Soi, de sa désintégration identitaire liée à ses instabilités immatures au regard du choix.


Nous sommes donc toutes et tous, en tant que Personnes humaines, sexuées, une seule Personne en Soi, sans que cet aspect ne menace notre réalité de Personne humaine identitairement séparée des autres, par la phase identitaire Sacrée.

Mais la réalisation de cette réalité personnelle à la fois individuelle, conjugale et colllective, réclame la transformation du choix existentiel, par l'émancipation et l'avènement du Couple Sacré, la conjugalité étant la clé de l'équilibre entre l'individualité et la collectivité.


Pour que cet avènement survienne, il faut qu'un Homme né en cohérence de phase fasse transiter intégralement la Personne du Soi à travers la Matière.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 30 Oct 2012, 12:04


On peut dire que, par immaturité existentielle, et donc par individualisme, nous ne parvenons pas à tomber d'accord sur une vision commune de la réalité.

Parce que la subjectivité humaine est manifestement clivée dans son interprétation de la réalité, la Rencontre Christique ne peut pas se produire, et la Matière se densifie spontanément parce que le potentiel collectif entre en décohérence.

Donc, le clivage de la subjectivité humaine implique un effet compensatoire de la Matière, sous forme d'une densification comme lien artificiel compensant à l'extérieur la faiblesse du Lien Christique intérieur, et la décohérence du potentiel Christique qui en découle.

Ce qui fait défaut, en somme, est un élément véritablement fédérateur de la subjectivité humaine plurielle. Or, cet élément manquant est la transformation du choix, qui de purement subjectif au départ, doit être transformé en réalisation.

Un Homme né en cohérence de phase identitaire, parce qu'il possède le potentiel de faire transiter l'intégralité du Soi à travers la Matière, peut apporter cet élément fédérateur. On retrouvera cet aspect dans de nombreuses oeuvres, mais je songe ici particulièrement à "Avatar", où il est bien mis en avant.

Pour chevaucher l'ultime Ombre, le Toruk, il est impératif d'être né en réprésentation intégrale du Soi, donc en cohérence de phase. C'est la seule façon de pouvoir s'allier avec le refoulement du Soi, et avec les forces sombres de ce refoulement.

C'est cette capacité à représenter tout autant la Lumière du Soi que son Ombre, qui permet de faire transiter intégralement le Soi à travers la Matière, en y affirmant un choix transformé comme point de convergence fédérateur (de toutes les tribus Na'vi, entre autres).

Si celui qui est né en cohérence de phase peut incarner cette transformation du choix, et faire transiter l'intégralité du Soi à travers la Matière, alors il devient un miroir parfait au sein duquel chacun et chacune peut reconnaître sa propre vérité en Soi, qu'elle témoigne de l'émancipation ou pas.

C'est l'aspect "étincelle de conscience collective" dont j'ai déjà parlé: le premier Homme à passer, et donc le premier Couple Sacré à s'unifier, détermine aussi la première érincelle de conscience collective, où l'individualité devient le reflet de la collectivité et réciproquement.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Ven 02 Nov 2012, 17:53


Bonjour à toutes et tous,


Au fond, la sexuation, depuis le début de la Création et de l'évolution qu'on peut y discerner, vise à progressivement relativiser la compétition des versions clivées de la réalité, et donc leur prédation mutuelle, confusionnelle. Cette relativisation est une personnification qui conduit à l'humanisation.

La prédation est progressivement transmutée en perception, forcément sexuée puisque la sexuation, en tant que différenciation, est le critère fondamental de la discrimination perceptive (cf "Synthèse dialectique").

La sexualité narcissique humaine conserve des aspects de prédation psychologique, en ce qu'elle cherche encore à exercer une puissance sur autrui par la mise en oeuvre de stimuli sexuels narcissiques, et qu'autrui semble éventuellement d'accord avec ce processus et y prendre part activement ne change rien à son caractère prédateur, donc symbiotique, confusionnel.

La sexualité Sacrée (du Couple Sacré donc) transcende totalement la prédation pour en faire une perception pure intégralement issue de la Présence de soi à l'autre et réciproquement, et non pas de la moindre volonté narcissique d'exercice d'un pouvoir d'induction sur l'autre, même le moindre.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Lun 11 Nov 2013, 08:19

Bonjour à toutes et tous,


on peut dire que le problème de l'Etre immature est d'être en confusion avec son propre potentiel, d'où la morbidité qui naît de cette compétition intrinsèque.

On peut en somme dire que le Fils et le Père sont en confusion et, en un certain sens, ils ont échangé leurs positions.  Le Saint-Esprit reste, Lui, immuable, mais la Femme qui est Sa Personne, est perturbée par la confusion qui se joue de l'autre côté polaire.

J'ai déjà parlé de cette confusion entre Père et Fils dans un autre langage ailleurs dans cette section.


Dans cette confusion de substitution, des effets problématiques se produisent, car le Père a tendance à être empreint des aspirations du Fils, et réciproquement.

Le Fils a fondamentalement une subjugation pour l'Alliance parfaite, fermée, androgyne, de l'Etre.  Il est empreint de l'illusion de la forme parfaite originelle, et c'est normal.  Mais lorsqu'il se substitue au Père, en partie au moins, au niveau de la polarité masculine de l'Etre, cette aspiration naturelle se présente en tant que refoulement, de façon régressive, mélancolique, comme l'écho d'un paradis perdu en grande partie teintée de conjugalité primitive, symbiotique. De plus, il mélange ces aspects avec ceux de la conjugalité, apanage du Père.

Le Père a fondamentalement une aspiration à la conjugalité égalitaire, mais en confusion avec le Fils, il va avoir tendance à se prendre pour la conjugalité toute entière et à se poser en tant que phallocrate, sous l'effet du refoulement, toujours. En fait, il mélange ses prérogatives existentielles avec celles du Fils.

Il s'agit donc que chaque aspect Père-Fils reprenne sa juste place de sorte que le refoulement prenne fin, ainsi donc que la compétition intrinsèque, immature, de l'Etre avec son potentiel.  Lorsque les instances Christiques reprennent leur juste position relative, tout est rectifié, redressé, et la Femme est libérée des perturbations immatures de l'Etre, et son centre le Saint-Esprit peut enfin s'affirmer comme il se doit dans la conjugalité Sacrée.



Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 12 Nov 2013, 11:42

Je ne sais si je l'ai déjà dit, mais Christ, l'"Oint", est ainsi nommé car il est la Personne du potentiel collectif central, éternellement ointe par la rotation des ondes (eaux) polarisées du Couple Sacré autour de Lui.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 12 Nov 2013, 15:24


Une synthèse, partielle, mais profonde, a donx eu lieu entre ma personnalité humaine et mon "instance pure", de sorte que je puis maintenant me focaliser beaucoup plus fermement sur la conscience du Frère (de sa Sœur éternelle). C'est un acquis. Cela perduerera. Mais la synthèse n'est pas encore complète.


Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Jeu 27 Fév 2014, 18:38


Bonjour à toutes et tous,


le Christianisme proclame la fin de toute morbidité, la suppression de toute douleur, l'éradication de toute souffrance!

Car la souffrance est insignifiante: elle n'a pas de signification et si on cherche à la signifier, alors c'est forcément, narcissiquement, morbide, et contraire au message chrétien fondamental.

Il y a dans le fait de promulguer la signification de la souffrance une adultération narcissique majeure, d'autant plus qu'elle s'attache à une validation de la souffrance d'autrui!

Mais non, la souffrance n'a pas et ne peut pas avoir de signification autrement que dans une manipulation narcissique visant à vampiriser de l'énergie psychique à l'Humanité par l'entremise d'une propagande insidieusement morbide!

Et le pire, c'est qu'une telle propagande morbide a réussi à s'infiltrer au sein du message christique, en le détournant morbidement, narcissiquement, de sa signification première, qui est la Rencontre collective, en l'absence de toute morbidité, de toute souffrance!

Y a t'il pire déviance narcissique que celle qui consiste à promulguer la souffrance, pour soi, et pour les autres?

La souffrance existe dans ce monde, de par les chaos de la dualité. Elle n'est pas voulue à l'origine, mais on sait seulement qu'il y en aura certainement. Elle est par contre fomentée, spéculée, par des instances régressives au sein de l'inconscient collectif, qui l'utilisent pour manipuler l'Humanité terrestre, entre autres par le biais de la spéculation karmique. Bref, la souffrance humaine constitue une partie des drains vampiriques posés sur l'Humanité.

La souffrance, a contrario de ce qu'un message faussement christique, pervers, cherche à répandre, exige une totale Humilité, justement parce qu'elle est insignifiante! Humilité face à la souffrance, et face à ceux qui souffrent! Nul ne peut se substituer à leurs choix existentiels, car la souffrance exige une Humilité intégrale qui implique qu'on ne puisse extrapoler ses propres considérations existentielles pour autrui, d'autant plus qu'elles sont en général narcissiquement morbides! Vouloir par exemple signifier la vie en cherchant à "souffrir pour autrui" est de façon très évidente narcissiquement perverse, et existentiellement erronée.

La vie implique le respect de la qualité de la vie. Sinon, c'est que l'on est addicté à la vie d'une façon narcissiquement morbide, telle qu'on finit par chercher à régenter la vie des autres, à la redéfinir selon nos considérations narcissiques, morbides, de drogués à la (pseudo) vie!


Non, la souffrance n'a pas de signification, et à cet égard, exige la plus grande Humilité, face à notre propre souffrance, et face à celle des autres. En dehors de cela, il n'y a que prétention, vanité, morbidité!

Le Christianisme est absolument Vivant! Il ne peut être morbide en aucune façon! Mais on a particulièrement bien trafiqué son message fondamental!


Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Ven 10 Oct 2014, 09:24

Bonjour à toutes et tous,


je me faisais la réflexion suivante:

Dans mon schéma dialectique en relation avec le Christianisme, j'avais corrélé le 4ème Principe, la Fille, avec l'"Etat de l'Etre" :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Or, il se fait que, dans le signe de la croix, le quatrième aspect est bel et bien une invocation de l'Etat de l'Etre: "Ainsi soit-il !"

Il y a donc bien allusion à la Trinité plus l'Etat unitaire de la Trinité!


Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La dialectique chrétienne   Mar 02 Mai 2017, 04:00

or donc, j'ai envie de revisiter certains aspects aujourd'hui...

D'une façon générale, l'aspect religieux connu comme étant le péché, est à rapprocher du concept plus moderne de refoulement psychologique.

Certes, d'une part, le péché fait référence aux comportements pathologiques, vains, qui apparaissent en compensation des refoulements, suscités par la pression récurrente que ces derniers exercent sur le psychisme.

Mais de plus, j'estime que le péché revoie à l'acte de refouler lui-même. Ainsi, selon moi, le péché originel n'est autre que le refoulement originel de la complémentarité sexuée.
On le sait, refouler est inévitable pour l'Etre nouveau, et de ce fait, aucun jugement ni moral, ni même éthique ne peut être asséné sur le fait d'avoir refoulé! Le jugement moral n'est de toute façon qu'ube stratégie du refoulement lui-même, une forme de drogue narcissique qui passe par exemple par la culpabilisation, et qui s'oppose à la responsabilisation!

Mais même d'un point de vue éthique, on ne peut incriminer le refoulement puisqu'il est inévitable dans un contexte de Procréation.

Alors, pourquoi Christ ne peut-il Sauver que les pécheurs?

D'abord, parce que nous sommes tous pécheurs, dans la dualité. Ensuite parce que pour être Sauvé, il faut reconnaitre qu'on a refoulé. Ainsi que je l'ai déjà dit plusieurs fois, la Personne qui s'identifie au refoulement, est, pour ainsi dire, perdue, dans le sens d'une émancipation spirituelle. Car une telle Personne a refoulé le refoulement, et ne peut plus s'en sortir même avec une aide Christique! Leur délivrance viendra d'une réintégration en Christ, en tant que pur potentiel.

La fait que Christ ne puisse Sauver véritablement que les pécheurs qui ont l'Humilité de reconnaître qu'ils ont refoulé, n'est pas une condamnation morale, mais une sentence éthique vis-à-vis d'"une configuration existentielle irrécupérable selon un processus constructif. Comme souvent, en spiritualité dialectique, éthique rime avec technique.

Vu la confusion narcissique occasionnée par le refoulement du refoulement, il n'est plus possible techniquement de fournir une aide adéquate.

Tout ceci doit être modulé entre les Hommes et les Femmes qui ne sont pas égaux devant cette problématique dualiste. Il s'agit de se souvenir que la Femme est centrée sur le Saint-Esprit et est déjà sublimée dans le Soi, simplement entraînée par l'immaturité masculine au sein de la dualité.

Concrètement, une Femme peut, aussi bien qu'un Homme, être dans le sur-refoulement en incarnation, mais la conséquence n'en sera pas forcément une sanction éthique.


_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
 
La dialectique chrétienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Que font les TJ, dans la section chrétienne?
» Le culte des images dans la religion chrétienne
» Citations choisies de spiritualité chrétienne de Benoît XVI
» Foi chrétienne, fondamentalisme et islamophobie
» Mythologie chrétienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: