ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Tampon et le cancer du col de l'utérus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Le Tampon et le cancer du col de l'utérus   Mer 23 Nov 2011, 19:16

Le Tampon et le cancer du col de l'utérus



En 1931, le Docteur Earl Hass a l’idée d’utiliser des compresses chirurgicales comme protections périodiques. Il crée le Tampax (contraction de Pack et de Tampon). Le 19 novembre 1931, l’idée est brevetée. En 1933, c’est Gertrude Tenderich qui rachète la licence. Mais le puritanisme, la gêne de montrer ce produit, empêche sa diffusion par une publicité. De plus son mode d’utilisation rebute plusieurs femmes, notamment en Amérique.



Les initiatives, telles que la protection de doigt, l’applicateur, ont permis au tampon de faire son apparition dans de nombreuses salles de bains. Il faut attendre 1936, pour le voir en France.

En 1931, les coupes menstruelles sont également créées. Mais contrairement au Tampax, elles ne font pas preuve de beaucoup d’intérêts de la part des scientifiques, des publicitaires et donc des femmes. C’est grâce à l’actrice, chanteuse américaine, Léona Chalmers, que l’on doit les tests scientifiques et la commercialisation de la Tassette, en 1937. Mais cette coupelle menstruelle était fabriquée en caoutchouc, et la Seconde Guerre mondiale causa une pénurie de caoutchouc. La tassette tomba alors dans l’oubli jusqu’à la fin du XXème siècle. Le caoutchouc donna des irritations chez certaines femmes, donc un nouveau modèle de coupelle en silicone a fait son apparition.



A l’heure actuelle, la publicité pour les protections périodiques nous vantent le pouvoir de « déjouer dame nature », en portant un tampon plus longtemps sans risque de perte sans odeur ni fuite. Cette idée correspond à la tendance de supprimer ses règles avec la méthode de la pilule contraceptive. Mais « déjouer dame nature » a des conséquences que notre santé, sur notre corps, sur la nature elle-mê
me.


Un médecin ose parler : Le dangereux vaccin Gardasil est complètement inutile pour prévenir le cancer du col de l'utérus'


Citation :

L'énorme controverse sur l'épouvantable décret de 2007 du gouverneur du Texas, Rick Perry, exigeant que toute jeune fille de son État se fasse vacciner au Gardasil de Merck & Co. avant l'entrée à l'école, a ramené le problème de l'innocuité et de l'efficacité du vaccin, ou de sa carence en cela, sur le devant du débat national. Et un médecin européen a maintenant osé dénoncer ouvertement le Gardasil. Il affirme qu'il est à la fois dangereux et totalement inefficace pour prévenir le cancer du col de l'utérus.

Dans un article récent du WorldNetDaily (WND), le Dr Christian Fiala, médecin généraliste à Vienne, en Autriche, a déclaré que le Gardasil de Merck ne marche pas vraiment pour prévenir le cancer du col de l'utérus, et n'est pas sans danger. Selon le Dr Fiala, « il n'existe aucune preuve d'une relation causale entre le HPV (papillomavirus humain) et le cancer du col de l'utérus, et aucune preuve ne montre que le vaccin contre le VPH réduit globalement le nombre de (cas de) cancer du col de l'utérus. »

Même en supposant un instant que le vaccin Gardasil aide réellement à éviter le VPH, le Dr Fiala soutient que ce virus n'est pas lui-même responsable de provoquer le cancer du col de l'utérus, ce qui rend le vaccin complètement inefficace à remplir le rôle réel pour lequel il est commercialisé. Et, comme nous l'avions déjà signalé, depuis au moins 2003, la Food and Drug Administration (FDA) sait elle aussi que le VPH n'est pas associé à la cause du cancer du col de l'utérus.

Mais rien de tout ça n'a arrêté Merck et ses frères maçons
[*] dans les gouvernements et les médias. Ils continuent à appuyer la « machine à faire du fric avec nul bénéfice pour les patientes, » comme l'appelle le Dr Fiala. Et cela a été rendu très clair quand les grands médias se sont déchaînés contre la député Michele Bachmann, après ses derniers commentaires sur les dangers du Gardasil, lors des débats présidentiels des Républicains.
[*]

Le Dr Fiala se bat contre le Gardasil depuis des années en Autriche, surtout après que plusieurs jeunes filles de son pays, par ailleurs saines et dynamiques, soient mortes quelques jours après la vaccination Gardasil. Et, bien que le Gardasil soit toujours autorisé en Autriche, le Dr Fiala dit qu'il est « rarement utilisé, » grâce au sentiment largement répandu de sa capacité à nuire gravement et à tuer celles qui l'acceptent.

Tom Fitton, le président du groupe de surveillance de Washington, Judicial Watch a déclaré à WND : « C'est un bel euphémisme de dire que le Gardasil a une fiche de sécurité suspecte. » En 2008, son groupe a découvert des documents révélant que la FDA savait depuis un certain temps que le Gardasil est responsable de : choc anaphylactique, bouche écumante (foaming at the mouth), convulsions de grand-mal, coma et paralysie, entre autres joyeusetés.

« Ces rapports sont troublants et montrent qu'il se pourrait bien que la FDA et les autres responsables de santé publique roupillent au volant. »

Ethan A. Huff - Natural News - mer., 26 oct. 2011 13:47 CDT


Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

Partagé par http://fr.sott.net/ - 26/10/2011

[*]

Une femme normalement menstruée utilise environ 15 000 tampons ou serviettes hygiéniques jetables durant sa vie. Plusieurs groupes féministes accusent ces protections périodiques industrielles de mille maux et proposent des alternatives «plus saines, plus économiques et plus écologiques». Incursion en zone rouge.

«Une soudaine poussée de ½èvre, le vomissement, la diarrhée, l’évanouissement ou le vertige, les étourdissements ou une éruption qui fait penser à un coup de soleil».Tels sont les premiers symptômes du syndrome de choc toxique (SCT), une affection rare mais éventuellement mortelle associée à l’utilisation des tampons hygiéniques.

Pour certains groupes de femmes, particulièrement actifs en Amérique du Nord, les problèmes sanitaires liés à l’utilisation des protections périodiques industrielles ne se limitent pas au SCT. À Montréal, par exemple, le réseau Zone Rouge/Blood Sisters estime que les industriels de l’hygiène féminine utilisent des procédés de blanchiment au chlore qui laissent des traces de dioxine potentiellement cancérigène dans les tampons et les serviettes. Pour Zone Rouge, les produits sanitaires jetables sont associés à une augmentation du risque de cancer du col de l’utérus, de l’endométriose, d’un affaiblissement du système immunitaire ou d’infections vaginales chroniques.

Les accusations des groupes comme Zone Rouge ont incité les géants mondiaux de l’hygiène féminine (essentiellement Procter&Gamble et Johnson and Johnson) à insérer des informations rassurantes dans les pages de leurs sites Internet destinées aux consommatrices. La Food and Drug Administration (FDA) – l’équivalente américaine de Santé Canada – a également consacré plusieurs pages de son site Internet aux tampons. Elle y rappelle que si le SCT a clairement été associé à l’utilisation de tampons, il peut également frapper des enfants, des hommes ou des femmes non menstruées. Elle insiste sur le fait que le SCT est une affection très rare qui n’a causé que cinq décès aux USA en 1997. Elle rappelle, en outre, que le pic de SCT observé en 1980 (814 cas dont 38 mortels) était probablement lié à l’introduction d’une marque nouvelle de tampons (RELY) qui a depuis été retirée du marché. Pour le Dr Louise Lapensée, gynécologue et obstétricienne au Centre Hospitalier de l’Université de Montréal, le SCT est une affection extrêmement rare – elle n’a observé aucun cas en 13 années de pratique – qui ne discrédite absolument pas les tampons.

Au sujet des traces de dioxine, la FDA admet que «l’on peut éventuellement en déceler dans les protections périodiques mais dans des proportions à peine détectables et certainement pas toxiques». Concernant l’augmentation de cancers liés à l’utilisation de protections périodiques, le Dr Lapensée affirme que «rien dans la littérature scientifique n’étaye cette accusation». On comprend cependant des propos du Dr Lapensée qu’aucune étude n’a démontré de lien entre le cancer du col de l’utérus et l’utilisation des tampons parce qu’aucune étude n’a jamais été engagée pour tester ce lien! Pourtant, en l’absence d’étude scientifique sérieuse, il lui semble «très prématuré de vouloir alerter les femmes sur la dangerosité éventuelle des protections périodiques jetables».

«Tampon Safety and Research Act»

Les médecins gynécologues, la FDA et les industriels de l’hygiène féminine ne semblent pas accorder beaucoup de crédit aux arguments des femmes de Zone Rouge/Blood Sisters. En revanche, Carolyn Maloney, représentante démocrate au Congrès américain a présenté un projet de loi devant le Congrès américain visant à «engager une recherche pour déterminer de façon indépendante dans quelle mesure les ½bres synthétiques et les additifs compris dans les tampons et produits équivalents utilisés par les femmes posent des problèmes de cancers, d’endométriose, de stérilité, de déficience immunitaire ou d’inflammation vaginale». Dans son Tampon Safety and Research Act» présenté au Congrès en 1997 et 1999, Carolyn Maloney avance que la FDA,qui se fie aux données fournies par l’industrie, n’a pas suffisamment examiné les dangers éventuellement liés à l’usage des tampons. Elle affirme que son objectif est de fournir aux femmes l’information précise et indépendante dont elles ont besoin pour prendre les décisions éclairées les concernant. Mais, pour l’heure, il ne semble pas que cette information soit encore disponible.

En attendant, les femmes de Zone Rouge qui ont des convictions –à défaut de pouvoir avancer des certitudes scientifiques– proposent aux femmes d’adopter des méthodes alternatives qu’elles estiment plus saines, plus économiques et plus écologiques.

Coton et éponge végétale

Parmi ces méthodes, on trouve les serviettes en tissu de coton réutilisables, les tampons en éponge végétale naturelle ou encore le «keeper» sorte de petit réceptacle interne en caoutchouc naturel.

Ce sont essentiellement les arguments économiques et écologiques qui ont décidé Élise et Marie, deux jeunes femmes montréalaises, à abandonner les protections jetables pour adopter une combinaison keeper/serviettes en coton réutilisables.

Le keeper coûte 45$ et a une durée de vie moyenne de 10 années. Les serviettes en coton réutilisables coûtent environ 7$ l’unité, mais on peut aussi les confectionner soi-même. En moyenne, l’investissement initial pour s’équiper se trouve amorti en moins d’une année.

Le meilleur engrais naturel!

Mais au-delà de l’aspect économique, les deux jeunes femmes semblent surtout très satisfaites de leur action écologique. De manière individuelle, elles contribuent indéniablement à diminuer les volumes de déchets non recyclables et non biodégradables. De plus, elles affirment ne pas ressentir l’entretien de leurs serviettes réutilisables comme une contrainte pesante mais au contraire comme un moyen de se procurer un excellent engrais pour leurs plantations !

Au plan ergonomique, leur appréciation diverge toutefois un peu. Certes, elles affirment que le keeper et les serviettes réutilisables sont aussi confortables que totalement inodores. Toutefois, pour Elise, la pose et le retrait du keeper demeurent toujours délicats et désagréables au bout de huit mois d’utilisation.

Mais, toutes les deux af½rment qu’elles ne reviendront pas aux protections industrielles conventionnelles. La raison en est simple: grâce aux protections périodiques alternatives, elles disent avoir éprouvé le sentiment de se réapproprier leur corps et de se réconcilier avec lui. Cette sensation ressentie alors qu’elles ne l’avaient absolument pas prévue les a convaincues de la pertinence de leur choix.


Zone Rouge/Blood Sisters


Dernière édition par AMBRE le Mer 13 Mai 2015, 10:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le Tampon et le cancer du col de l'utérus   Mer 23 Nov 2011, 19:45

suite:

Les produits chimiques:

Les tampons et les serviettes synthétiques que nous imposons à notre corps chaque mois contiennent de la dioxine, un produit hautement toxique pour l'être humain et les autres formes de vie. La paroi vaginale étant très absorbante, les produits chimiques qui composent les tampons n'ont alors aucune difficulté à pénétrer notre organisme. Le problème est que notre corps ne sait pas s'en débarrasser et il accumule de plus en plus ces toxines, augmentant ainsi les risques de cancer du col de l'utérus, d'affaiblissement du système immunitaire, d'infections vaginales, de maux de tête et de malformations congénitales. Les serviettes hygiéniques jetables sont aussi la cause de ces nombreux troubles de santé.
Le syndrome du choc toxique (SCT), maladie extrêmement rare (en moyenne 3 femmes sur 100 000 qui utiliseraient des serviettes et des tampons hygiéniques, et en France, 4 cas ont été répertoriés durant les années 2002-2003 et aiguë, serait chez certaines femmes et certaines adolescentes dû au développement de toxine de staphylocoque favorisé par des produits chimiques (polyester et carboxyméthylcellulose) destinés à rendre les tampons hyper-absorbants. C'est pour cette raison que les produits Rely ont été retirés du marché dans les années 1980.
Les substances utilisées à la fabrication ne sont pas indiquées sur la boîte, car il n'y a aucune loi qui oblige les compagnies à nous informer sur ce sujet.
source


voir:Choc toxique

NB:Il existe une marque de tampons et de serviettes biologiques "Natracare" qui propose des produits totalement naturels et composés à 100 % de coton biologique non blanchi au chlore, sans plastique, sans parfum.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Tampon et le cancer du col de l'utérus   Jeu 24 Nov 2011, 10:18

mes filles et mes petites filles sont concernées. Etant déjà hostile à toute vaccination, je les ai mises en garde contre le Gardasil et l'autre dont je n'ai pas le nom en tête ! par contre, je n'avais jamais pensé à ces tampons.... Décidément... rien n'est anodin !!!! En tout cas, merci pour ces infos
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Tampon et le cancer du col de l'utérus   Ven 25 Nov 2011, 00:34

Les propagandes continuent...

Citation :
Malgré la remise en cause de l'efficacité des vaccins HPV, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande de poursuivre la campagne de vaccination contre le cancer du col de l'utérus.

Depuis le début de leur commercialisation, les vaccins prescrits contre le cancer du col de l'utérus (Gardasil, de Sanofi Pasteur MSD et Cervarix, de GlaxoSmithKline) ont fait l'objet de nombreuses notifications auprès des autorités sanitaires. Mais ces derniers mois, l'affaire a pris de l'ampleur avec notamment deux jeunes femmes qui ont saisi en juillet dernier la Commission régionale de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux (CRCI) de Lyon pour dénoncer les lourds effets secondaires que peuvent avoir les injections. Ajouté à cela, de sérieux doutes ont été prononcés par des médecins sur l'efficacité de cette vaccination.

Face à tant d'inquiétude, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a été appelé à donner son avis sur la question de la vaccination. Un verdict qu'il a rendu le 21 octobre dernier et qui vient tout juste d'être mis en ligne. Dans celui-ci, le HCSP considère "qu'il n'existe aucune donnée actuelle susceptible de remettre en cause l'efficacité de ces vaccins". Il révèle également, cité par l'AFP, que "le suivi des effets secondaires notifiés dans les suites d'une vaccination HPV n'a révélé à ce jour aucun signal de pharmacovigilance".

Poursuivre et étendre la vaccination

"Il n'existe actuellement aucune donnée suggérant un caractère potentiellement délétère du vaccin dans certaines catégories de la population, en particulier de risque de survenue de cancer chez des femmes préalablement infectées", ajoute-t-il encore. Au vu de ces résultats, le HCSP recommande donc de poursuivre la vaccination chez les jeunes filles âgées de 14 à 23 ans et même "d'améliorer la couverture vaccinale". Il conseille ainsi la mise en oeuvre de "tout moyen qui permette d'atteindre les populations chez lesquelles le dépistage risque d'être le moins réalisé, même si la vaccination ne saurait en aucun cas remplacer ce dépistage" dont il souhaite par ailleurs la généralisation.

Au 31 décembre 2010, le taux de couverture vaccinale était estimé pour les jeunes filles nées en 1993 (17 ans), 1994 (16 ans) et 1995 (15 ans) respectivement à 52,6%, 50,0% et 38,7% pour une dose de vaccin et à 36,0%, 33,4% et 20,3% pour trois doses (schéma recommandé).

http://www.maxisciences.com/cancer-du-col-de-l-ut%e9rus/il-faut-poursuivre-la-vaccination-contre-le-cancer-du-col-selon-le-hcsp_art18956.html

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Tampon et le cancer du col de l'utérus   Ven 25 Nov 2011, 09:24

Je suis effrayée, atterrée par le nombre de jeunes filles qui ont été vaccinées... Je n'imaginais pas à quel point la publicité (insistante et réunissant une jolie maman et une fraîche et belle adolescente) était efficace !!!
Qui sait combien de "scléroses en plaques" sont dûes au vaccin contre l'hépatite B et de jeunes bébés l'ont reçu ! (ma première petite fille avait à peine trois mois... mais ce fut la seule heureusement)
Y aurait-il un dessein inavoué un peu freiné après le fiasco du H1N1 ?
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le Tampon et le cancer du col de l'utérus   Ven 25 Nov 2011, 11:02

Bonjour ,

Y aurait-il un dessein inavoué un peu freiné après le fiasco du H1N1 ?

regarde ici ce post Nicoleo
...

mysterieux virus
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Tampon et le cancer du col de l'utérus   Sam 26 Nov 2011, 09:29

Je posais la question, mais j'avais déjà la réponse. Merci Ambre pour ces nouvelles infos que j'ai lues avec beaucoup d'attention. C'est édifiant ! nous avons beaucoup de travail à faire .... mais tout n'est pas perdu, et tout comme en Afrique du Sud, l'apartheid a été supprimé, dans le monde entier le Nouvel Ordre Mondial n'a pas encore gagné même si les forces de l'argent nous montrent en ce moment toute leur puissance
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le Tampon et le cancer du col de l'utérus   Mar 03 Jan 2012, 19:51

Citation :

Le vaccin contre le cancer du col de l'utérus mis en cause
Une étude canadienne conteste l'efficacité des vaccins contre le cancer du col de l'utérus, et pointe du doigt le risque d'effets secondaires graves, affirme mardi le quotidien "Le Soir". Le journal rappelle que 26.000 jeunes filles inscrites en deuxième année du secondaire en Wallonie et à Bruxelles se sont vu proposer la vaccination contre certaines souches du virus HPV responsable de 70% des cancers du col de l'utérus.

D'après "Le Soir", deux chercheurs canadiens de l'université de Colombie britannique, à Vancouver s'étonnent du postulat d'innocuité des vaccins délivrés par les agences gouvernementales.

Ils constatent, sur base d'une centaine d'études que "la liste des effets secondaires graves liés à la vaccination anti-HPV, dans le monde, inclut des décès, des convulsions, des paresthésies, des paralysies, des syndromes de Guillain-baré, des myélites transverses, des paralysies faciales, ...et des cancers du col de l'utérus.

Plutôt qu'une vaccination de masse, ils suggèrent de cibler les femmes exposées aux facteurs de risque de ce type de cancer (tabagisme, usage de contraceptifs oraux, les inflammations chroniques, et d'intensifier le dépistage par frottis. (belga)

Source:
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1518/Sante/article/detail/1371954/2012/01/03/Le-vaccin-contre-le-cancer-du-col-de-l-uterus-mis-en-cause.dhtml
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Tampon et le cancer du col de l'utérus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Tampon et le cancer du col de l'utérus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saignement tampon relais :!!
» créer un tampon avec son nom
» Tampon sur factures
» tampon avec signature de l'AC
» tampon pour correction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Santé-Soins holistiques...-
Sauter vers: