ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le jeûne & l'inédie ?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grok



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 207
Date de naissance : 31/12/1975
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Le jeûne & l'inédie ?...   Mer 04 Jan 2012, 17:24

...






La chose que l'on peut constater dans cette vidéo, c'est que les médecins ne sont pas forcément sceptiques en Inde, à propos de l'inédie.

...
Revenir en haut Aller en bas
Grok



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 207
Date de naissance : 31/12/1975
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   Mer 04 Jan 2012, 18:00

...


Que nous dit la revue "Sciences et Avenir", à ce sujet ?...
http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20101215.OBS4742/et-la-lumiere-ne-fut-pas.html



Victor Rodgère pour Sciences et Avenir.fr a écrit:

Et la Lumière… ne fut pas !

Créé le 15-12-2010 à 10h52 - Mis à jour à 16h28      26 réactions

Mots-clés : lumière, respirianisme, prana, Santé


Peut-on vivre sans manger ni boire ? Voilà la question centrale du documentaire Lumière, sorti au cinéma le 15 décembre


Dans le film documentaire Lumière, le réalisateur autrichien P. A. Straubinger tente de nous faire « avaler » le mythe Respirianiste, ce mouvement new age sectaire, d’inspiration orientale, dont les membres prétendent vivre sans eau et sans nourriture.

Le Prana, une énergie vitale ?


Une fable qui pourrait faire sourire, si ce mouvement n’avait pas déjà causé la mort de plusieurs adeptes. En 1999, dans les montagnes écossaises, Verity Linn, une australienne de 49 ans, avait ainsi été retrouvée morte, affamée, alors qu’elle suivait le processus respirianiste de 21 jours préconisé par Ellen Greve, alias Jasmuheen, pulpeuse gourou australienne.

Ce processus est une sorte de rituel initiatique, un jeûne extrême et dangereux devant être pratiqué dans l’isolement total (pas de visites, pas d’informations, pas de téléphone, pas de travail, ni lecture ou tout autre élément pouvant perturber cette retraite). Son but : accéder à « un état supérieur » permettant de pouvoir vivre de Lumière. Cette Lumière, appelée aussi Prana ou encore Chi, serait une sorte d’énergie vitale omniprésente qu’il suffirait d’apprendre à capter pour se débarrasser de toute contingence alimentaire.

Des expériences sujettes à caution


Un Gloubi-boulga ésotérique que prétend démontrer scientifiquement  P. A. Straubinger dans son documentaire. Il s’appuie en particulier sur une pseudo-expérience menée en Inde en avril 2010 sur le yogi Prahlad Jani, qui jure n’avoir rien avalé depuis plus de 60 ans. Une équipe de médecins du Sterling Hospital d’Ahmedabad, dirigée par le docteur Sudhir V. Shah, a donc proposé d’étudier le vieil homme en l’isolant dans une chambre, sous le regard continu d’une caméra de surveillance et bien sûr, sans eau ni nourriture.

Prahlad Jani aurait ainsi tenu dix jours, à la grande surprise de l’équipe médicale. Mais l’examen des enregistrements vidéo montrent qu’à plusieurs reprises, le yogi avait quitté sa chambre, soi-disant pour aller se nourrir de Prana à l’extérieur. Il avait aussi droit de se gargariser avec de l’eau. Il a donc très certainement profité de ces moments pour s’alimenter. Très vite, l’association rationaliste indienne a crié au canular. Ses représentants n’avaient pas été autorisés à assister à l’expérience. Et on peut le comprendre. En 1999, ces infatigables sceptiques avaient déjà démonté le cas similaire de Kumari Neerja qui prétendait être la réincarnation de la déesse hindou Saraswati. Elle aussi disait n’avoir rien avalé depuis des lustres. Mais avec l’aide de la police indienne, de jeunes enquêteurs de l’association rationaliste avaient pulvérisé dans sa chambre, un gaz inoffensif provoquant des vomissements. La déesse régurgita alors des restes de patates et de chapati, le fameux pain indien.

Un médecin adepte du Jaïnisme


Autre élément suspect, le docteur Sudhir V. Shah, qui a dirigé l’expérience sur le yogi, est loin d’être neutre dans cette affaire. C’est un adepte zélé du Jaïnisme, une religion importante en Inde dans laquelle le Prana est une notion centrale. Sur son site internet, il fait du prosélytisme pour sa croyance, expliquant notamment que toute la connaissance scientifique et médicale moderne est déjà inscrite dans les textes jaïnistes vieux de plusieurs milliers d’années (www.sudhirneuro.org/jain.php). Il est par ailleurs membre de la Fédération des docteurs jaïn (www.jaindoctorsfederation.org), dont l’une des vocations est de « promouvoir la recherche scientifique et l’éduction médicale selon les principes du Jaïnisme. » Enfin, le protocole et les résultats de son expérience sur Prahlad Jani, n’ont jamais été publiés dans une revue scientifique.

Même Jasmuheen, la bimbo emblématique du respirianisme, avait participé à une expérience similaire pour l’émission australienne 60 Minutes. Mais au bout de quatre jours, le tournage avait été interrompu car son état de santé avait été jugé inquiétant par le médecin qui la suivait.

Contrairement à de nombreuses croyances, le jeûne ne présente aucune vertu, en particulier purificatrice. « Il n’est absolument pas recommandé et peut s’avérer dangereux. Il provoque des troubles de la glycémie, des convulsions, de l’hypertension, des problèmes cardio-vasculaires, un affaiblissement du système immunitaire, mais aussi un affaiblissement général et dans certains cas un coma. Un jeûne prolongé avec une perte de poids importante conduit à une mort certaine.» explique Véronique Coxam, directrice de recherche à l’INRA de Clermont-Ferrand et spécialiste de nutrition humaine. Un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) dénonçait en novembre dernier les risques des régimes amaigrissants. Alors promouvoir la nourriture pranique est non seulement absurde, mais criminel.






...
Revenir en haut Aller en bas
Grok



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 207
Date de naissance : 31/12/1975
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   Mer 04 Jan 2012, 18:09

...


Bon... qu'est-ce que ce film cité par Victor Rodgère de Sciences et Avenir, "Lumière" de Straubinger ?...

Youtube est pratique... Voici un extrait :






...
Revenir en haut Aller en bas
Grok



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 207
Date de naissance : 31/12/1975
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   Mer 04 Jan 2012, 18:31

...En continuant les recherches, j'apprend par la page http://www.zone-ufo.com/9828/ ("Prahlad Jani, Le Yogi Qui Défie Les Lois De La Nature Sans Boire Ni Manger") que l'inédie désigne la non consommation de solide tandis que l'isétie désigne la non consommation de liquide.


Une page en anglais qui regroupe des articles en anglais sur le cas Prahlad Jani :
http://irregulartimes.com/index.php/archives/tag/prahlad-jani/
Revenir en haut Aller en bas
Grok



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 207
Date de naissance : 31/12/1975
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   Jeu 05 Jan 2012, 20:28

...


Le film "Lumière" de Straubinger est très intéressant, en ce qu'il fait un tour rapide mais large de la question ("est-il possible de se nourrir sans manger solide ni liquide, quelles sont les dits et expériences à ce sujet dans diverses sociétés?").

On peut constater que le sujet n'est pas récent, et qu'il a aussi une certaine actualité. On peut voir qu'il y a d'une part une acceptation par beaucoup de personnes de la réalité de cette possibilité, et d'autre part une incrédulité qui peut prendre des formes de moqueries, dénigrements, rejets plutôt violents ("Alors promouvoir la nourriture pranique est non seulement absurde, mais criminel.", Victor Rodgère cité plus haut).

Toutes les personnes qui affirment se passer de nourriture solide, voire liquide, dans le film de Straubinger, sont-elles forcément des mythomanes qui promeuvent une idée criminelle pour des buts égocentriques ?...

Du point de vue où je suis, connaissant directement des personnes qui ont tenté sans encombres l'expérience de se nourrir "hors de la matière", sans aller jusqu'au durées impressionantes en décennies qui sont parfois mentionnées, connaissant des personnes qui connaissent des personnes qui ne se nourriraient plus dans la matière selon ce qu'elles affirment tout en ne cherchant ni à prouver ni à créer des écoles et semblerait-il sans perte de vitalité, regardant ce qui est disponible dans une partie des "Écrits Sacrés", chrétiens ou autres, j'ai tendance à estimer qu'il y a là un sujet qu'il faudra que j'aborde un jour en pratique, ne serait-ce que pour tenter un accord éthique avec moi même (l'idée qu'il serait nécessaire de tuer pour exister, que ce soit des animaux ou bien des végétaux consommés comme nourriture, n'est pas des plus plaisantes ; elle se rapproche d'un "vampirisme", il m'en reste une forme de malaise et de culpabilité qu'il faut pouvoir assumer).


La clé semblant se trouver avec l'idée de se nourrir (différemment, hors de la matière) plutôt qu'avec l'idée de "ne rien manger" !... Avec le respect de la vie, à commencer par celle qui nous anime bien sûr.


...
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   Ven 10 Fév 2012, 17:04

Pour faire suite aux interrogations de grok, avec discernement:


Documentaire autrichien de P.A. Straubinger en version française (2010)
le film Publié par InterObjectif ici

Peut-on survivre sans prendre de nourriture pendant des semaines, des années voire des décennies ?
La plupart des gens, scientifiques ou spécialistes répondront spontanément : c’est impossible !

Mais comment réagiront ces mêmes scientifiques et spécialistes lorsqu’ils seront confrontés aux preuves, rapports certifiés, interviews et expériences en laboratoire à l’appui, constatant que ce phénomène, parfois aussi désigné par « Respirianisme », existe ?

Le film est une enquête passionnante et intrigante autour du monde. Il explore non seulement la connaissance issue des traditions spirituelles asiatiques, mais dévoile aussi les derniers modèles d’explications tirés de la physique quantique.

Sans promouvoir le « Respirianisme », ce documentaire propose une vision alternative de nos besoins, bousculant la philosophie mécaniste-matérialiste dominante. Serait-il alors possible de vivre autrement ?


Avec en bonus du DVD le passionnant documentaire « Propos sur la conscience », où le Dr. Amit Goswadi, physicien quantique, prétend que la conscience humaine ne provient pas du cerveau. A voir et revoir d’urgence en version française !



[b]Attention
: Non le respirianisme n’est pas à pratiquer par tout le monde, ni évidemment la solution à la faim dans le monde !
Serait-il alors possible de vivre autrement ? Oui, pour quelques uns…
Un excellent sujet qui démontre que le monde scientifique actuel marche globalement à côté de ses pompes… et que de nouvelles perspectives s’offrent à la destinée humaine.


Citation :
« Si cette enquête remet en question nos conceptions et ouvre une porte sur une alternative, elle n’en reste pas moins honnête, rigoureuse, et ne fait aucune propagande. » (Les Fiches du Cinéma)

« P.A. Straubinger permet à chacun de se faire une opinion à travers une enquête solide, s’appuyant sur des études scientifiques. Lumière débute avec de nombreux plans aériens, une invitation à considérer les thèmes évoqués dans le documentaire avec un oeil neuf, à bonne distance. » (Excessif)

« Voilà, avouons-le honnêtement, qui a de quoi troubler les esprits rationnels, et justifie la tentation du réalisateur de remettre plus largement en cause les dogmes de la science positiviste. » (Le Monde)

« Même si le scepticisme reste de mise, ce film peut laisser croire selon quelques spécialistes à la véritable influence de l’esprit sur la matière. Il laisse aussi planer l’hypothèse que d’autres formes d’énergie pourraient exister se substituant à celles auxquelles on a l’habitude de recourir. En tout cas il a le mérite de laisser penser que l’homme a des capacités infinies en lui… » (Suite101.fr)

« Sans trop s’encombrer d’idéologies fumeuses ou hors d’atteinte des non-convaincus, l’enquête s’attaque à l’énigme biologique et médicale, explore et élargit le débat jusqu’à la valeur des sciences et de nos certitudes. C’est habile, très intrigant, avec une pointe d’humour pour faire passer le plus ahurissant. » (L’avis des femmes)

« On est plus frappé par le mépris de la communauté scientifique, qui en se fermant à toute étude apporte de l’eau au moulin des plus illuminés. Reste un sujet fascinant qui fait réfléchir… » (L’avis des hommes)

« Une chose est sûre, ce film n’est pas une incitation au jeûne mais invite, au contraire, le spectateur à repousser les limites de l’entendement pour approcher progressivement une autre réalité surprenante ! » (L’Officiel des Spectacles)

« Un beau message d’espoir donc, qui tombe à pic car avec bientôt 7 milliards d’êtres humains la lumière risque d’être notre plat principal. » (Le Canard Enchaîné)

revoir ce sujet Plaidoyer pour un certain végétarisme!où nous avons déjà ouvert un débat...
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   Lun 13 Fév 2012, 09:43

Citation :


Le jeûne, nouvelle arme de lutte contre le cancer ?

De courtes périodes de jeûne sont dans certains cas aussi efficaces que la chimiothérapie pour lutter contre certains cancers chez les souris, selon une étude publiée mercredi 8 février aux Etats-Unis, qui montre que combiner les deux méthodes prolonge leur durée de vie.DES TAUX DE GUÉRISON DE 20 % À 40 %
Le jeûne seul permet de traiter efficacement une majorité de cancers chez des animaux de laboratoire, y compris les tumeurs cancéreuses provenant de cellules humaines, soulignent les auteurs de cette étude parue dans la revue Science Translational Medicine datée du 8 février. Selon eux, sur huit types de cancer observés chez des souris de laboratoire, cinq ont réagi aussi bien au jeûne qu'à la chimiothérapie.
Le fait de réduire la quantité de nourriture consommée ralentit la croissance et la propagation du cancer, expliquent ces médecins. Et, chaque fois, "la combinaison de cycles courts de jeûne avec la chimiothérapie est soit plus efficace, soit nettement plus efficace que la chimiothérapie seule", précise Valter Longo, professeur de gérontologie et de biologie à l'université de Californie du Sud, principal auteur de cette étude.
Ainsi, de multiples périodes de jeûne combinées à la chimiothérapie guérissent 20 % de certains cancers très agressifs chez les souris de laboratoire. Le taux de guérison grimpe à 40 % pour les souris atteintes de ces mêmes cancers mais moins étendus, tandis qu'aucune souris n'a survécu traitée uniquement avec la chimiothérapie.
Seul un essai clinique d'une durée de plusieurs années permettrait de savoir si ce traitement pourrait avoir des effets similaires chez l'homme, souligne le Dr Longo. Les résultats d'un essai clinique de phase 1 portant sur un tel traitement sur des patientes souffrant d'un cancer du sein, du canal urinaire et de l'ovaire, mené par deux cancérologues du USC Norris Comprehensive Cancer Center, ont été soumis pour une présentation à la prochaine conférence annuelle de la Société américaine de cancérologie (ASCO).
MOINS D'EFFETS SECONDAIRES
Mais cette première phase clinique vise seulement à tester la sûreté de cette thérapie, et surtout à déterminer si des patients peuvent supporter de jeûnerpendant deux jours avant une chimiothérapie et un jour après. "Nous ne savons pas si le jeûne est efficace chez l'homme" contre le cancer, souligne le Dr Longo, selon qui de telles privations de nourriture pourraient être risquées chez certains individus. Un jeûne peut notamment provoquer une chute de la tension artérielle et des maux de tête.
Selon une étude fondée sur des données fournies par des malades et publiée dans la revue américaine Aging en 2010, dix patients atteints d'un cancer qui ont essayé de suivre des cycles de jeûne ont dit ressentir moins d'effets secondaires provoqués par la chimiothérapie qu'ils subissaient.
Chez les souris, l'étude publiée mercredi a montré que des cycles de jeûne sans chimiothérapie pouvaient ralentir un développement du cancer du sein, du mélanome et d'une tumeur du cerveau. Dans certains cas, le jeûne est aussi efficace que la chimiothérapie.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Nourrir son Âme : Le caractère Sacré de l’alimentation   Dim 29 Juin 2014, 17:30


Nourrir son Âme :
Le caractère Sacré de l’alimentation


A l’heure où la grande majorité des gens n’ont comme seule et unique préoccupation que de remplir leur ventre et point nourrir leur âme, arrêtons-nous donc un instant sur le caractère Sacré de l’alimentation. Le corps reproduit analogiquement à son niveau et nécessairement, ce processus d’unification qui est la raison d’être de l’âme: identification par la Connaissance (non des choses extérieures, mais des réalités intérieures, «archétypales» ou «essentielles» dont les multiples phénomènes extérieurs ne sont que les projections concrètes, c’est la Connaissance en-soi).

L’absorption d’un aliment a toujours été un acte rituel, un acte symbolique en soi (le rite étant un symbole «agi»), pouvant et devant servir de support à la Contemplation; donc un acte hautement qualitatif. Ceci, encore une fois, est unanime à toutes les religions et traditions de l’humanité. Ce rite est sacré parce que son «modèle» qui est la nourriture de l’âme, l’assimilation de la Sagesse contemplative, l’est. En nourrissant son corps, ce n’est pas principalement lui qui est «nourrit» mais son âme, par l’acte symbolique lui-même, support de contemplation. La nutrition est assimilation, l’homme réduit la nourriture en la mâchant puis en la digérant, il la «néantise» en la transformant, il brise la forme; d’une certaine façon il rend «immatériel» le «matériel», «incrée» le «crée». Par cette opération il libère la «vertu» de l’aliment, sa «puissance», son «être» propre qui a donné «forme et vie» à ce dernier; ainsi il se l’unit à lui de façon plus essentielle. C’est exactement, à son niveau encore une fois, c’est à dire à un degré inférieur en ce qui concerne le corps, analogiquement la vocation de l’âme: réaliser, par l’intériorité connaissante unitive ou l’«intuitio intellectualis», la «non-réalité» des choses extérieures.

Le rituel de la restauration, et puisqu’il en est un, comporte la prononciation de paroles à l’égard de la nourriture (action de grâces et bénédiction par exemple mais le sens est universel, que l’on songe aux mantras de la tradition hindoue), dont la signification est ici: il s’agit de rendre pur ce qui est «impur», rendre «vrai», «réel» ce qui ne l’est pas en soi, seul l’Esprit l’est et donc c’est Lui qui prête vie et «réalité». La parole est souffle dont le rythme est donné par le coeur, on inspire (retour à l’Esprit, au Non-Manifesté) et lorsqu’on inspire on ne peut parler; la parole est manifestée, prononcée, lors de l’expiration qui porte les mots en rythme; l’Esprit se manifeste par la parole (le verbe) lors de son «expir» et insuffle donc la vie. C’est le Verbe qui est Vérité et Vie qui rend ainsi «vraies» les différentes vérités relatives, car créées, symbolisées ici par les aliments, et ainsi qui les unit à Lui. «Le Verbe fait chair».
SUITE ET SOURCE DE CE TRES BON TEXTE >>>ICI
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   Lun 26 Jan 2015, 20:28

Jeûner devrait être recommandé 
par les Autorités de Santé Publique 



3 repas par jour, plus des goûters, est anormale d’un point de vue évolutionniste

Voici l’essence de la toute récente publication du National Institute of Aging à Baltimore aux Etats-Unis.
Cette étude a été publiée dans l’un des journaux scientifiques les plus prestigieux, le PNAS pour Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States, classée 3ème derrière Nature et Science dans la catégorie « multidisciplinaire ».
Egalement un point fort de ce papier paru novembre de l’année dernière : elle ne présente aucun conflit d’intérêt. Les auteurs sont même connus pour être des spécialistes de la restriction calorique et du jeûne intermittent en relation avec les maladies dites de civilisation (diabète, obésité, maladies cardiovasculaires, etc.)
Dans cette étude, les auteurs mettent en relation l’évolution de la fréquence (1, 2, 3 repas ou plus) et du rythme (quand mange-t-on ? Le matin, le soir ?) de nos prises alimentaires avec l’évolution des grandes épidémies sanitaires modernes, l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires.
Le premier graphique de ce papier, que je vous ai représenté pour l’illustration de cet article, nous indique une forte association entre la prise calorique par jour, l’obésité et des facteurs de sédentarisation (les voitures et les foyers munis d’ordinateur).
Une association qui n’implique pas forcément une relation de cause à effet. Nous sommes d’accord.
Il n’empêche que ces courbes sont parlantes, même très parlantes. Quelque part, le manque d’activité physique à cause d’une course à l’automobile et d’un confort de vie pervers, couplé avec une augmentation impressionnante de nos apports caloriques ne pourraient nous conduire que vers la dégradation de notre état de santé.
C’est bien ce que les auteurs constatent, comme tout le monde d’ailleurs.
Fortement mis en cause par cette équipe de scientifiques, les aliments à haute densité calorique (comme les céréales raffinées, le sucre blanc, les huiles de cuissons ou le sirop de maïs riche en fructose) auraient permis, selon les auteurs, d’instaurer les fameux 3 repas par jour.

Mais quelle était la norme avant ces repas ?

D’après les auteurs, « pendant des millions d’années en absence de lumière artificielle, l’horloge circadienne ou journalière […] a imposé des rythmes diurnes avec notamment […] les cycles alimentation/jeûne ».
Pour la plupart de nos ancêtres, « la nourriture était probablement peu abondante et principalement consommée durant les heures de la journée » avance les auteurs. Ils rajoutent que ce rythme « laissait de longue heures de jeûne pendant la nuit ».
Malheureusement, le développement des techniques et du langage aurait permis une meilleure acquisition de la nourriture, et un approvisionnement tout au long de l’année.
Selon les auteurs de l’étude, « nos ancêtres agriculteurs ont adopté ce schéma alimentaire de 3 repas par jour car il devait probablement apporter des bénéfices sociaux et pratiques pour le travail journalier et les horaires des milieux scolaires. »
C’est exactement ce que je mentionnais dans mon article sur le jeûne intermittent, où j’y expliquais mon rythme actuel d’un jeûne de 24h toutes les semaines. La société avait besoin d’horaires bien déterminés et il fallait donc y associer des repas pour homogénéiser ou standardiser cette organisation.
Il apparait clairement que notre système de prise alimentaire, basé sur des prises multiples de jour comme de nuit, n’est pas l’idéal pour le fonctionnement de notre organisme.
Cette phrase est largement discutée dans cette étude publiée en Novembre 2014. Les auteurs listent les bénéfices d’un jeûne intermittent/restriction calorique sous 4 points :
[list="margin-right: 0px; margin-left: 0px; padding-right: 0px; padding-left: 0px;"]
[*]Les réponses adaptatives de l’organisme faces au stress
[*]La bioénergétique, avec l’effet de de la prise calorique sur de nombreuses maladies
[*]Sur l’inflammation
[*]L’amélioration de la réparation ou de l’élimination des organites ou des molécules endommagées.
[/list]
Sans rentrer aussi bien dans les détails que les auteurs (mais libre à vous de lire l’article en détail en PDF ici), ils rapportent l’ensemble des bénéfices sur la santé que l’on peut attendre, sur la base de modèle animaux (souris, chimpanzés) et humains.

  • De nombreuses études ont montré qu’une restriction calorique intermittente protégeait les neurones contre les stress oxydatifs, métaboliques et protéotoxiques.
  • Chez les modèles animaux, en cas d’infarctus du myocarde, la restriction calorique intermittente protège le cœur contre les dégâts ischémiques.
  • Chez la souris et chez l’Homme, le jeûne en jour alterné stimule la production de différentes protéines neuro-protectrices et peut fortement augmenter la sensibilité à l’insuline.
  • Les modèles animaux montrent de manière constante que la restriction calorique intermittente inhibe et même inverse la croissance de certaines tumeurs, comme les cancers des ovaires, du sein et les neuroblastomes.
  • Plusieurs études ont montré que le jeûne peut diminuer les symptômes chez les patients atteints d’arthrite rhumatoïdes.
  • La restriction calorique intermittente peut également contrer les effets des maladies auto-immunes, comme les scléroses multiples, les lupus érythémateux et le diabète de type 1.
  • Finalement, une restriction énergétique chez le rat aurait montré une diminution de l’accumulation de protéines qui endommagent les organites et les cellules, ainsi qu’une augmentation de l’autophagie dans les parties périphériques, entraînant un « nettoyage » plus performant de l’organisme.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais montre bien, autant chez l’Homme que chez les modèles animaux, que la restriction calorique intermittente et le jeûne sont des moyens intéressants pour améliorer son état de santé.

Alors, recommander le jeûne est-il possible ?

C’est bien évidemment la question que posent les auteurs :
Arrivera-t-il un jour où les autorités sanitaire, les gouvernements et les professionnels de la santé recommanderont des formes de restriction calorique et de jeûne ?
L’équipe de Baltimore nous répond que cela pourrait arriver : si les preuves scientifiques favorables s’accumulent et si les forces en action (aussi législative que commerciale) jouent plutôt en faveur qu’en défaveur de telles recommandations.
Ainsi les auteurs identifient les 3 forces qui auront un rôle clé dans la validation de ces modifications des prises alimentaires.
[list="margin-right: 0px; margin-left: 0px; padding-right: 0px; padding-left: 0px;"]
[*]Le point le plus important selon les auteurs demeure la « tradition culturelle ». Durant les 50 dernières années, la norme alimentaire est devenue le fameux 3 repas par jour plus des snacks.
[*]La deuxième force avec un rôle majeur est bien évidemment l’industrie agroalimentaire. Les auteurs incluent l’agriculture, les grossistes, les restaurateurs et toutes les sociétés qui ont des intérêts financiers à ce que l’on mange toujours plus. Ces acteurs pourraient fortement freiner une évolution des recommandations vers le jeûne et la restriction calorique.
[*]Finalement, ce sont bien les autorités sanitaires et les systèmes de santé qui devront, selon les auteurs, montrer leur « bonne volonté et capacité » à encourager l’amélioration des moyens et des techniques de prévention.
[/list]
On se rend bien compte que ces recommandations, si elles devaient un jour exister, seraient très mal perçues par les industriels en lien avec la consommation.
Souvenez-vous du lobbying monstrueux de l’industrie agroalimentaire, soupçonné à plus d’un milliard d’€, pour ne pas faire voter l’étiquetage des feux tricolores dans les supermarchés.
Nous savons également que les commissions sanitaires, et certaines institutions publiques d’expertise en santé publique sont en partie « infiltrées » par l’industrie, tissant des liens moraux ou financiers avec les experts.

Patience, patience…

Au final, ce genre de publication de très haute qualité et sans conflit d’intérêt est très encourageante pour la suite et pour donner aux idées alternatives des bases scientifiques solides pour argumenter et défendre leurs positions.
Quoi qu’il en soit, les comportements évoluent.
Je ne peux que constater le nombre grandissant de nouveaux jeûneurs dans mon entourage ou non. Certains d’entre eux étaient pourtant très dubitatifs sur ce mode particulier de prise alimentaire.
Je profite de cet article pour vous inviter à découvrir l’ensemble de mes écrits sur le jeûne. Vous pourrez y lire des témoignages, des récits d’expériences, trouver des références scientifiques, des bienfaits pour la santé, etc., etc.


Références
- See more at: http://www.dur-a-avaler.com/jeuner-intermittent-recommande-autorites-sante-publique-obesite-restriction-calorique/#sthash.d39Uxx5p.dpuf

Source Dur à avaler!
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   Mar 28 Avr 2015, 13:46


Le jeûne, une nouvelle thérapie ARTE


Le jeûne, une nouvelle thérapie? Thierry de Lestrade, son livre.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   Ven 28 Oct 2016, 12:21

Une vidéo pour répondre à 2 questions :
Y a t-il un lien entre « être pranique» et « être spirituel » ?
Que signifie « être pranique » ?


Claudette Vidal - Y a t-il un lien entre être pranique et être spirituel ?

La nourriture pranique est un mode d’alimentation par la lumière qui se répand de plus en plus. Dans cette vidéo, je témoigne de ma récente expérience et offre quelques informations sur ce vaste sujet dont de nombreux aspects restent encore à explorer.


Claudette Vidal - Se nourrir de lumière

Son Blog Eveil Spirituel
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Le jeûne peut vous aider à vivre plus longtemps   Jeu 19 Jan 2017, 18:32

Le jeûne peut vous aider à vivre plus longtemps
16 Janvier 2017

Dr. Mercola a écrit:
Le type et la qualité des aliments que vous consommez n’influencent pas seulement votre poids. L’alimentation a un effet sur votre métabolisme, sur la production d'insuline, sur la libération de leptine et sur une quantité d'autres hormones et d’équilibres chimiques.

Les scientifiques examinent également la façon dont le jeûne affecte la fonction cellulaire et mitochondriale, ainsi que la longévité.

Ils ont découvert que les cellules de votre corps réagissent au jeûne de façon très similaire à la façon dont elles réagissent au sport. En d'autres termes, lorsqu’elles sont soumises à un stress - qu'il soit dû au sport ou au jeûne - la réaction crée des changements au niveau cellulaire, qui aident à prolonger votre espérance de vie.

Pour commencer, le jeûne entraîne votre corps à utiliser les graisses plutôt que le glucose comme principale source de carburant, et brûler les graisses efficacement profite à votre santé au-delà de la perte de poids.

Bien que la recherche porte principalement sur le jeûne ou sur le jeûne intermittent, le nouveau terme parfois employé est le ‘Time Restricted Feeding’ (TRF - temps d'alimentation restreint) qui préconise de limiter la plage horaire dans laquelle nous prenons nos repas, généralement à 6 à 8 heures.

Une combustion efficace des graisses favorise la santé

Les graisses sont un carburant bien plus propre que les glucides et génèrent beaucoup moins de radicaux libres.

Le glucose est par nature un carburant « sale » car il génère bien plus d’espèces réactives de l’oxygène (ERO) que les graisses. Mais pour brûler des graisses, vos cellules doivent être saines et normales. Les cellules cancéreuses, par exemple, ne peuvent pas brûler de graisses et c’est pourquoi un régime riche en bonnes graisses est une stratégie anti-cancer si efficace.

On commence à réaliser aujourd'hui que les troubles mitochondriaux sont à la base de pratiquement toutes les maladies, et l'intervention en nutrition - pas seulement ce que vous mangez, mais également à quelle heure, et à quelle fréquence - est d'une importance capitale.

En résumé, pour favoriser la santé mitochondriale, il faut une alimentation à base de vrais aliments, éviter de manger au moins 3 heures avant de vous coucher, et pratiquer le jeûne intermittent.

Que se passe-t-il lorsque vous jeûnez ?

Le jeûne est un stress biologique aux nombreux et incroyables bienfaits pour la santé, il normalise notamment la sensibilité à l’insuline et à la leptine, favorise la production d’hormone de croissance (hGH), réduit le stress oxydatif et diminue le taux de triglycérides.

Aujourd'hui, une équipe de chercheurs de l’université de Californie du sud pense qu’ils ont découvert un autre bienfait. La régénération des cellules souches.

Au cours des premières 14 à 16 heures de jeûne, votre corps brûle presque toutes les réserves de glucides (le glycogène) de vos muscles et de votre foie. Une fois ces réserves de glycogène vidées, votre organisme se tourne vers les réserves de graisses. Le jeûne intermittent apprend à votre corps à brûler efficacement les graisses comme carburant.

Le jeûne intermittent peut aider à régénérer entièrement votre système immunitaire

Chez un adulte, les cellules souches indifférenciées présentes dans les tissus et les organes sont utilisées par le corps pour se régénérer. Le rôle principal de ces cellules est d’entretenir et de réparer les tissus.

Un autre effet du jeûne est l’autophagie. Lorsque ce processus vital a lieu au niveau des mitochondries, on l’appelle la mitophagie. C’est le processus par lequel votre corps ‘se mange lui-même’ de façon ordonnée, de façon à éliminer ses parties endommagées.

Bien que cela puisse sembler être un processus que l’on aimerait éviter, il est en fait très sain et aide votre corps à « faire le ménage ». D'après le Dr. Colin Champ, oncologue radiothérapeute reconnu du centre médical de l’université de Pittsburgh :

« Voyez cela comme le programme de recyclage naturel de notre corps. L'autophagie fait de nous des machines capables de se débarrasser des pièces défectueuses, de stopper la croissance cancéreuse, et certains troubles métaboliques tels que l’obésité et le diabète. »

La mitophagie se produit au niveau cellulaire, lorsque les membranes se détériorent et que votre corps recycle ce qui est sain et utilise le reste comme sources d’énergie ou pour fabriquer de nouvelles pièces. Ce processus peut également jouer un rôle dans le contrôle de l’inflammation dans votre organisme.

Lorsque des scientifiques ont conçu des rats incapables d'autophagie, ceux-ci se sont révélés plus somnolents et plus gros, avec un taux plus élevé de cholestérol et des cerveaux déficients.

Trois méthodes qui favorisent la mitophagie et la régénération cellulaire

Il existe trois façons d'augmenter la capacité de votre corps à détruire les cellules endommagées et à en fabriquer de nouvelles. La première est l'activité physique, qui fait subir un stress à votre organisme, endommage les muscles et aide votre corps à fabriquer de nouveaux tissus.

Le jeûne intermittent est une façon très efficace de stimuler la mitophagie. Certaines études suggèrent même que le jeûne intermittent peut améliorer la fonction cognitive, la structure du cerveau et faciliter l’apprentissage. Ces études ont été complétées sur des rats et il n'a pas été clairement établi que les avantages provenaient spécifiquement de l’autophagie.

Ceci dit, une autre façon de simuler la mitophagie est d'adopter une alimentation riche en graisses, constituée principalement de graisses saines d’excellente qualité, d’une quantité modérée de protéines de haute qualité et d’un minimum de glucides non fibreux, dans les proportions présentées dans le tableau ci-dessous. L’idée est de réduire vos apports de glucides à un niveau tel que votre corps n'a pas d'autre choix que de brûler des graisses comme carburant.

La recherche montre que ce régime aide le corps à combattre le cancer, à diminuer les risques de diabète, à combattre certains troubles du cerveau et peut réduire les crises d’épilepsie d'au moins 50% pour la moitié des enfants qui le suivent.

Souvenez-vous qu’il est tout aussi important de contrôler vos apports de protéines que de réduire les glucides d’origine non végétale. Si vous mangez plus de protéines que ce dont votre corps a besoin, vous empêcherez l'activation des voies associées aux cellules souches et la régénération du système immunitaire. Cela inclut les voies de signalisation mTOR, PKA et IGF.

Planifier vos repas correctement peut réduire les dommages des radicaux libres

Il existe des preuves irréfutables qui indiquent que lorsque l'on fournit du carburant aux cellules alors qu’elles n’en ont pas besoin, les cellules perdent des électrons qui réagissent avec l’oxygène, produisant des radicaux libres. Les radicaux libres provoquent des dommages à vos cellules et à votre ADN, et sont associés à un risque accru de contracter des maladies.

La meilleure façon de réduire les dommages des radicaux libres n’est pas de prendre des antioxydants mais de veiller à brûler un carburant propre comme les graisses, plutôt que des glucides. Toutefois, lorsque votre apport calorique est plus important que nécessaire, et en particulier lorsqu’il intervient à un moment où vos besoins en énergie sont faibles, comme lorsque vous dormez, la production de radicaux libres s’en trouve augmentée.

Des études ont démontré le lien entre les radicaux libres et les dommages à l’ADN mitochondrial, qui provoquent des dommages nucléaires pouvant eux-mêmes entraîner un cancer. Au cours d'une étude française, les chercheurs ont démontré que le jeûne intermittent, imposé à des souris atteintes de lymphomes, réduit la quantité de radicaux libres, augmente leur espérance de vie et réduit le taux de mortalité.

C’est également pour cette raison que je conseille de ne pas manger au moins au cours des 3 heures qui précèdent le coucher. C’est pendant votre sommeil que votre corps utilise le moins de calories, vous n'avez donc vraiment pas besoin d'un excès de carburant pendant cette période, car cela génèrerait un excès de radicaux libres qui peuvent endommager les tissus, accélérer le vieillissement et contribuer à des maladies chroniques.

J'arrête personnellement de manger vers 16h ou 17h, mais cela varie en fonction de mon taux de glycémie. Mon objectif est d'avoir une glycémie à jeun inférieure à 60, et en tous cas inférieure à 70.
Je réprouve personnellement tout à fait les jeûnes de plus de 18 heures car cela pousse en général à brûler de la masse musculaire comme carburant. C’est pourquoi je recommande de jeûner 16 à 18 heures par jour et de consommer toutes vos calories au cours des six à huit heures restantes.

Cela réduit la dépendance quotidienne de votre corps aux glucides et au glycogène. La recherche a démontré une diminution du risque de cancer et une meilleure gestion du poids chez l’homme comme chez l’animal.

Comment supporter le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent est sain pour la plupart des gens. Toutefois, si vous souffrez de diabète, d’hypoglycémie, de fatigue chronique ou d’un dérèglement de votre taux de cortisol, vous devez prendre des précautions spécifiques et travailler avec votre médecin et votre diététicien pour préserver un bon équilibre entre nutrition et jeûne. Les femmes enceinte ou qui allaitent ne doivent pas pratiquer le jeûne car leur bébé a besoin d’être alimenté pour grandir et se développer correctement.

Ajouter ce type de jeûne à votre programme de santé peut représenter un défi mais les récompenses sont à la hauteur. Commencez par établir un programme de jeûne que vous pensez pouvoir tenir. Ne vous découragez pas si vous mangez plus que ce que vous aviez prévu les jours de jeûne. Buvez de l’eau et du thé en quantité dans la journée, pour vous aider à vous sentir rassasié.

Faites-vous aider par des proches. En commençant un programme avec une autre personne, en particulier si elle habite sous le même toit, vous aurez un partenaire à qui rendre des comptes et avec qui partager des astuces. Lorsqu’on sait que quelqu'un d'autre compte sur nous pour l'accompagner dans l’aventure, on est moins enclin à manger plus que ce que l’on avait prévu.

En conclusion, le jeûne intermittent améliore le fonctionnement de votre système immunitaire et de vos mitochondries, réduit le processus inflammatoire et la quantité de radicaux libres dans votre corps. Il aide également à ralentir le processus de vieillissement de façon radicale, en particulier si vous consommez des macronutriments.

En d'autres termes, vous priver de nourriture de temps à autres ne vous tuera pas - bien au contraire, cela pourrait être l’une des clés pour vivre plus longtemps et en bonne santé.

http://french.mercola.com/sites/articles/archive/2017/01/16/bienfaits-sante-jeuner.aspx
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le jeûne & l'inédie ?...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le jeûne & l'inédie ?...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Santé-Soins holistiques...-
Sauter vers: