ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le TABAC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Le TABAC   Mer 25 Jan 2012, 16:57


Mentir est-il nécessaire pour obliger la population à arrêter de fumer ?


Le tabac est un produit psychoactif manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes de tabac commun (Nicotiana tabacum), une espèce originaire d'Amérique centrale appartenant au genre botanique Nicotiana (famille : Solanaceae).
L'usage du tabac s'est largement répandu dans le monde entier à la suite de la découverte de l'Amérique. Sa commercialisation est souvent un monopole d'État et sa vente généralement soumise à de lourdes taxes.
définition wikipedia


Vendredi 28 janvier 2011
LE SCANDALE DE LA FALSIFICATION DES DONNÉES SUR LES DANGERS DU TABAC
Ces derniers jours ont été publiées de nouvelles statistiques sur le
cancer du poumon en France, reprises dans tous les médias. Sa cause
officielle, la consommation de tabac, est et reste le fléau mondial
qu’il faut éradiquer au plus vite. L’OMS indique même qu’il va faire 1
milliards de morts au XXI ème siècle.

Peut-on en douter quand on lit ce qui est écrit sur un paquet de
cigarettes, quand on lit la presse, les communiqués officiels et quand
on écoute les plus grands professeurs de médecine ? L’unanimité a été
faite autour du constat que le tabac est un poison qui tue énormément.
Il faut donc que le monde entier arrête de fumer pour éviter une mort
certaine.

Les conséquences de la consommation du tabac, affirmées depuis une
trentaine d’année et justifiées par de nombreuses études dites
incontestables, peuvent se résumer ainsi en France :

- Fumer tue avec 66.000 morts par an et diminue l’espérance de vie de 20
ans des fumeurs et d’au moins 2 ans les non-fumeurs (certains rapports
ont ramené la diminution de cette espérance de vie à 5 à 10 ans sans que
l’on comprenne très bien pourquoi).
- Fumer provoque des cancers de toute nature dont la quasi-totalité des
cancers du poumon (95%), des maladies cardiovasculaires, des maladies
respiratoires, des infections ORL, des allergies.
- Les enfants, régulièrement exposés à la fumée, ont des risques
nettement plus élevés de mort subite du nourrisson, de toux, d’asthme,
d’otite, de bronchite, de pneumonie, de maladie cardiaque. Ils ont aussi
une capacité pulmonaire réduite, des résultats moins élevés en
mathématiques, en lecture et en logique et des troubles du comportement.
- Fumer diminue la fertilité, la production lactée de la femme, le
poids, la taille, et les périmètres thoraciques et crânien du nouveau
né, augmente les risques de fausse couche, de grossesses extra-utérine
et d’accouchement prématurés, provoque des malformations foetales.
- Toutes ces conséquences ne dépendent pas de la quantité fumée
quotidiennement, ni du type de cigarettes. Par contre, après 15ans
passés sans fumer, il n’y a plus d’effets nocifs. (Le tabac est le seul
poison dont on ne peut pas dire que c’est la dose qui fait le poison).

Comme ne pas affirmer que le tabac provoque donc l’enfer sur terre ?

Dans la dernière étude réalisée par Catherine Hill, épidémiologiste à
l’Institut Gustave Roussy, pour le compte de l’Institut nationale de
veille sanitaire (INVS) pour la journée mondiale sans tabac et datant du
25/05/2010, on peut trouver des tableaux édifiants :



Ces tableaux ont été repris par tous les médias tant ils sont impressionnants. La correspondance est totale entre l’évolution de la consommation de tabac et la mortalité des cancers du poumon. Il faut savoir que Catherine Hill est depuis 20 ans, l’experte Française dont les études sont systématiquement reprises par tout le corps médical, le gouvernement et les médias.
Ces tableaux ont fait l’objet d’une très large communication, ainsi que son analyse :

« On observe une baisse récente de la mortalité par cancer bronchique dans la population masculine, conséquence de l’importante réduction du tabagisme masculin en France, et un accroissement très important du risque de décès par cancer du poumon chez les femmes qui sont entrées dans le tabagisme beaucoup plus récemment. C’est pour la classe d’âge des 35 à 44 ans que les variations sont les plus spectaculaires : la mortalité chez les hommes a été divisée par deux en 10 ans et la mortalité chez les femmes a été multipliée par quatre en 15 ans. »

Comment douter des effets mortels du tabac et des bienfaits de son interdiction quand on lit cela ?
Pourtant si on étudie un peu ces données, on est en droit de se demander si on nous dit la vérité et si on n’assiste pas depuis 20 ans à la plus formidable entreprise de désinformation au niveau mondial ?
En effet, est-il intellectuellement honnête de faire un tableau montrant l’évolution de la consommation de cigarettes manufacturées pour représenter l’évolution du tabagisme ?
Quand on sait que les cigarettes manufacturées ne représentaient que 50% des cigarettes fumées en 1950, les autres étant roulées par chaque fumeur, l’évolution de la consommation de tabac n’est plus liée à celle du taux de mortalité du cancer du poumon. Ne pas le montrer relève du mensonge, d’autant plus que la courbe d’évolution du taux de mortalité est également mensongère comme nous le constaterons plus loin.
Que penser du sérieux et de la compétence des études de cette « experte » quand on peut lire dans sa publication « Le tabac en France, les vrais chiffres » :

« Il est probable qu’autrefois, dans les années cinquante et soixante, les garçons commençaient à fumer au moment du service militaire, mais nous ne pouvons pas étayer cette affirmation faute d’informations anciennes sur le tabagisme des jeunes. »

Peut-on faire des études sérieuses sur le tabac quand on ne sait pas que pendant près de 50 ans, jusqu’en 1972, l’armée donnait gratuitement à tous ses personnels dont ceux qui faisaient leur service militaire, des cigarettes de troupes ainsi que des paquets de tabac leur permettant ainsi de fumer près de 20 cigarettes par jour ?

Quand on analyse toutes les études publiées sur la nocivité du tabac depuis une dizaine d’années, il apparait qu’elles cherchent toutes à montrer que la consommation de tabac fut maximum entre 1980 et 1990.
Face à ces annonces d’une extrême gravité, quelle est la réalité des faits ?
Le pourcentage de fumeurs a été maximum entre 1930 et 1970 et non entre 1980 et 1990. Il a commencé à décroître régulièrement depuis 1970 sauf pour les fumeuses dont le nombre est resté stable. Ceux qui ont vécu cette période peuvent confirmer que pendant 40 ans, plus de 70% des hommes et 30% des femmes ont fumé de très grandes quantités de tabac, avec des taux impressionnants de goudrons, nicotine et monoxyde de carbone. A titre d’exemple, fumer une gauloise bleue sans filtre des années 50 provoquait 35 mg de goudrons cancérigènes, soit 10 fois plus que les cigarettes actuelles.
Faut-il ajouter que durant ces quarante années, le tabagisme passif qui concernait le reste de la population était total, du lever au coucher où que l’on se trouve, chez soi, au travail, dans les cafés et restaurants, dans les voitures, dans les transports en communs et même dans les hôpitaux ? Il n’existait pas un lieu où l’on ne fumait pas. Les femmes enceintes fumaient sans se poser de question et les enfants vivaient dans la fumée.
Il y a donc eu au moins 40 années d’enfer de 1930 à 1970. Cet enfer couvrait toutes les tranches d’âge et... personne ne se plaignait de quoique ce soit. Tous ceux qui ont vécu cette époque ont constaté que la consommation a sensiblement commencé a baissé à partir de la fin des années 60.

Or fumer est censé provoquer soit un cancer du poumon soit une maladie cardiovasculaire, tous les deux systématiquement mortels il y a encore quelques années.
La première conséquence de ces 40 années de forte consommation de tabac aurait du être une forte augmentation de la mortalité avec pour corollaire une forte dégradation de l’espérance de vie des Français.suite et source

Le tabac : une plante médicinale anti-cancer


Pourquoi ce serait une blague ? Demandez à votre arrière grand-père. Le tabac est une plante qui a plusieurs vertus thérapeutiques, désinfectante, antiparasitaire et anticancéreuse, eh oui ; ce n'est pas d'aujourd'hui. Recherchez dans l'épaisse littérature... Un long extrait à la fin de ce post pour forcer la réflexion (Dr William T. Whitby).

Bien sur que le tabac n'est pas à conseiller comme le jus d'orange, mais rien n'est blanc, rien n'est gris.. comme le café, il a ses bons et mauvais côtés.

Personnellement, je vois dans l'interdit du tabac une gigantesque expérience orwellienne, genre grippe AH1N1.. un test planétaire pour évaluer l'adhésion au politiquement correct ; tester le moutonisme. On le voit bien aujourd'hui que le but est atteint : là, les non-fumeurs, c'est à dire les « normaux » et en face, cette poignée de malades, désaxés.. de là à nazi, ya pas loin. Ce n'était pas le but peut-être, mais le résultat est pourtant là.

« Fumer rend aimable » qu'il disait.. les anciens fumeurs, devenus « anti-fumeurs » sont eux - parmi les plus hargneux, jalousie mal évacuée ? Le communautarisme « anti-fumeur » fait son œuv
re.
voir analyse et commentaires sur Sott


Revoir aussi ce sujet avec des extraits sur le canabis
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le TABAC   Ven 20 Avr 2012, 19:40

Bonsoir à tous,

Dans un article proposé par Myrrdin, j'ai relevé un passage (sur les radiations) qui m'a interloqué et que j'ignorais :

http://antahkarana.forumzen.com/t2534p195-un-autre-regard-sur-la-catastrophe-nucleaire-au-japon#24678

Citation :
(...) Bien que cela puisse être surprenant, la fumée de cigarette représente une source importante de radiations. Le Dr Schechter souligne qu'en inhalant la fumée de cigarette on absorbe deux éléments radioactifs : le polonium-210 et le plomb-210. Ce sont des produits de décomposition du radium-226. Le radium-226 se trouve dans les engrais phosphatés que l'on utilise dans les plantations de tabac. On a aussi trouvé du radium-226 et du potassium-40 radioactifs dans la fumée de cigarette. Dans un article publié dans l'American Scientist intitulé « Tabac, Radioactivité et Cancers du fumeur », le Dr Edward Martell signale que lors de l'inhalation de la fumée, ces éléments radioactifs provoquent une émission de rayonnement alpha qui est des centaines de fois plus élevée que le rayonnement alpha naturel. Il remarque aussi les quantités élevées de polonium et plomb-210 retrouvées dans les poumons et les ganglions lymphatiques des fumeurs victimesde cancers.

(...) Arrêter de fumer est une façon immédiate de réduire son auto-exposition aux radiations. Le Dr Schechter dans son livre Fighting Radiation and Chemical Polluants with Foods, Herbs, and Vitamins, estime qu'un fumeur consommant un paquet de cigarettes par jour s'expose à l'équivalent de 300 radios pulmonaires par an. On peut aussi éviter d'habiter près d'une centrale nucléaire ou de subir des diagnostics aux rayons X non indispensables.

http://www.scribd.com/doc/51364903/Se-Proteger-de-La-Radioactivite
N.B.: Les cigarettes (produits finis) sont donc des outils de propagation de radiations. L'addiction à ce produit non-naturel n'est donc pas fortuite !


Suite à cette lecture, je ne peux m’empêcher de faire un parallèle entre ce qui est dit plus haut et les (pseudos) informations transmises par les Cassiopéens à Laura Knight-Jadczyk et Arkadiusz Jadczyk qui induisent, chez ces derniers, une recherche de demies (parfois fausses) vérités.

En effet, si le (pur) tabac en lui-même n'est pas nocif, ces entités/Cassiopéens d'une part, se gardent bien de préciser les "véritables" dangers que représentent - aujourd'hui - les fumeurs de cigarettes (pour la Terre et pour eux-mêmes). D'autre part, ils mettent tout en oeuvre (spéculation ET contre-spéculation = campagne anti-tabac) pour disperser l'attention de leurs motifs (destructeurs) afin d'atteindre leur objectif d'anéantissement... des Humains.

Mais surtout, ils gardent "précieusement" sous leur joug (en créant des problèmes de santé et douleurs) leurs "agents exécuteurs" [cf. L'état agentique déresponsabilisant de l'expérience de Milgram*], participants "au bon profil génétique" car pouvant être intrusés, infiltrés.

Les Infiltrés (channels ou/et médiums), êtres souvent bien-intentionnés, sont les personnes qui sont attachées génétiquement par leur ADN aux entités (intrusives).

Citation :
**Rappel (sujet déjà abordé sur le forum) :

L'expérience de Milgram est une expérience de psychologie réalisée entre 1960 et 1963 par le psychologue américain Stanley Milgram. Cette expérience cherchait à évaluer le degré d'obéissance d'un individu devant une autorité qu'il juge légitime et à analyser le processus de soumission à l'autorité, notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience au sujet.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram


Citation :
J: ,,, Ok, merci pour votre conférence et j'aimerais savoir ce que vous pensez du tabac et si les Cassiopéens vous ont donné des indications à ce propos ?

L: J'imagine que vous n'avez pas lu les transcriptions...
Vous savez, le truc sur la cigarette a commencé en fait il y a.. c'était quand.. c'était en 1997. Parce que j'avais décidé d'arrêter de fumer parce que, vous savez, je cédais à la propagande et je pensais que je devais arrêter de fumer, donc j'ai arrêté de fumer, J'ai effectivement arrêté de fumer et ,,, je suis alors tombé malade, j'avais des rhumes, je produisais des fluides corporels ? J'avais des maux et douleurs partout dans mon corps. J'avais tellement mal que je pouvais quasiment pas marcher. C'est là que nous avons amené ce sujet sur la table et avons demandé aux Cassiopéens, et ils ont dit que pour de nombreuses personnes qui ont un certain profil génétique, c'était nécessaire, et ,,, que moi ,,, de [continuer?] de fumer. Et je [ne savais vraiment pas quoi faire] ,,, de cette information, il y avait une telle campagne contre le tabac, vous savez si vous fumez vous êtes « un sous-humain, une personne immonde et dégoûtante », qui devrait « aller se planquer dans un coin quelque part ».

Donc du temps s'écoula, et nous avons commencé à faire plus de recherches, et c'est à nouveau revenu dans nos recherches. Les cassiopéens ont donné cette remarque, et nous avons faire des recherches là-dessus, et avons découvert que la campagne anti-tabac était l'un de ces programmes psychopatiques qui sont conçus pour priver les êtres humains d'une des plantes médicinales très utiles de disponible. Bien sûr les compagnies de cigarettes ont bourrées les cigarettes de poison pour qu'elles soient impliquées dans certains processus pathologiques, de sorte que les maladies soient ensuite liées au tabac lui-même.

Mais le truc est que fumer du tabac, s'il n'est pas bourré de toutes sortes de mauvais produits qu'il y a habituellement dans les cigarettes, augmente en fait les récepteurs de l'acétylcholine dans vos neurones. Fumer du tabac est une technique de réduction de la douleur pour les personnes qui ont des maladies auto-immunes, et les personnes qui souffrent d'arthrite rhumatoïde en bénéficient particulièrement. Si vous commencez à avoir mal, vous fumez un peu et la douleur s'en va. Où est-ce que ,,,

(...) Donc oui, nous leurs avons demandé (aux cassiopéens) et nous avons fait des recherches, et oui, [c'est bénéfique pour] de nombreuses personnes, une fois encore c'est au cas par cas – pas tout le monde n'a besoin de fumer. Mais pour de nombreuses personnes cela peut être extrêmement bénéfique et ,,, vous remarquez les pouvoirs en place, qui l'interdisent pour tout le monde, vous savez qu'ils ont annulé l'interdiction de fumer dans le bâtiment du Parlement Européen, ainsi que dans le Congrès des Etats-Unis – ils ont le droit de fumer à ces endroits mais ils nous l'interdisent ailleurs – pensez-y.

http://antahkarana.forumzen.com/t1296p15-cassiopeens-sda-ou-sds

Citation :
vous remarquez les pouvoirs en place, qui l'interdisent pour tout le monde, vous savez qu'ils ont annulé l'interdiction de fumer dans le bâtiment du Parlement Européen, ainsi que dans le Congrès des Etats-Unis – ils ont le droit de fumer à ces endroits mais ils nous l'interdisent ailleurs – pensez-y.
Après réflexion (comme "conseillé ici"), je puis dire que, plus il y a d'interdits, plus il y le "besoin inconscient" de contrer ces interdits... et dans ce cas précis, de pousser à la consommation**.

Ceci est donc un exemple parfait de manipulation totale de la psyché.

**Pousser à la consommation car :

Citation :
Le pourcentage de fumeurs a été maximum entre 1930 et 1970 et non entre 1980 et 1990. Il a commencé à décroître régulièrement depuis 1970 sauf pour les fumeuses dont le nombre est resté stable. Ceux qui ont vécu cette période peuvent confirmer que pendant 40 ans, plus de 70% des hommes et 30% des femmes ont fumé de très grandes quantités de tabac, avec des taux impressionnants de goudrons, nicotine et monoxyde de carbone. A titre d’exemple, fumer une gauloise bleue sans filtre des années 50 provoquait 35 mg de goudrons cancérigènes, soit 10 fois plus que les cigarettes actuelles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le TABAC   Ven 20 Avr 2012, 23:02

Polonium radioactif dans les cigarettes : les mass media savaient

Le 27 août 2008, Le Figaro « découvre » le « secret du polonium-210 », élément hautement radioactif contenu dans les cigarettes ; « les industriels savaient tout et n’ont rien dit »

Le Nouvel Observateur titre : « Du polonium 210 dans les cigarettes : les industriels savaient » en mettant l’information au conditionnel (le Nouvel Observateur ne vérifie donc pas ses informations avant de les rendre publiques).

L’Express, comme Europe 1 et la RTBF assurent, eux aussi, qu’il s’agit d’une « révélation ». Europe 1 déclare que « le secret a été si bien gardé ». 20 Minutes reprend : « Du polonium dans les cigarettes : comment le grand secret des fabricants a été dévoilé ».

Etant co-auteur de l’ouvrage « Le Rideau de fumée – les méthodes secrètes de l’industrie du tabac » avec le professeur Gérard Dubois, je m’étonne que les journalistes aient la mémoire si courte. Publié en 2003, aux éditions du Seuil, « Le Rideau de fumée » annonçait dans la liste des composantes du tabac : « le polonium-210 (élément hautement radioactif) » (p.83). Même en 2003, il ne s’agissait pas d’une révélation de notre livre.

Nous évoquions une réunion de scientifiques de l’industrie du tabac, en janvier 1974, à Floriday Keys, lors de laquelle un chercheur de Philip Morris, William Farone, évoquait les moyens de réduire cette radioactivité. Nous résumions : « Contre la présence de polonium radioactif, il est possible de dépister les métaux lourds dans les récoltes et de rejeter les chargements aux niveaux trop importants. » (p. 129).

La recherche publiée par Monique Smuggli dans l’American Journal of Public Health de septembre 2008 a le mérite d’approfondir la question. Néanmoins, comment expliquer que les journalistes attendent 2008 pour révéler une information disponible dès 2003 et qui n’a jamais été contestée par l’industrie du tabac ?

Comment expliquer la stratégie des mass médias qui a consisté pendant cinq ans à taire cette information ?

Comment expliquer le traitement médiatique qui a été, plus généralement, réservé au « Rideau de fumée », fruit de plus de dix années d’archives personnelles, de deux années d’enquête, contenant plus de 370 pages et 640 sources référencées ? Entre le boycott pur et simple par certains « journaux de référence » et les éloges de façade qui servaient d’alibi à des résumés tronqués, entre d’une part les contrefaçons consistant à recopier l’ouvrage pour en falsifier les informations et en détourner le lectorat et, d’autre part, le sabotage minutieux de son exploitation par notre éditeur, les éditions du Seuil, nous n’avons pas trouvé une seule recension exacte et conséquente de l’ouvrage dans aucun des médias de masse.

Pendant combien de temps encore les journalistes vont-il faire semblant de découvrir des informations déjà disponibles et jamais démenties par l’industrie du tabac ?

A qui profite cette inertie et cette naïveté feinte ?


Charles-Eric Dubois
co-auteur du « Rideau de fumée – les méthodes secrètes de l’industrie du tabac »


http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/polonium-radioactif-dans-les-43831
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le TABAC   Sam 21 Avr 2012, 00:17

Cigarettes atomiques...

Nous l'avions, les premiers sans doute, annoncé il y a bien des années (Science et Vie n° 569, avril 64**): la fumée des cigarettes est radioactive*. Elle contient du polonium 210, dont la combustion produit tout simplement du rayonnement alpha.

**http://www.dissident-media.org/infonucleaire/SV_559_avril1964_tabac.pdf

Le rayonnement alpha est très énergétique - car c'est un rayonnement corpusculaire, à la différence du rayonnement gamma, qui est électro-magnétique - et ses particules sont 7500 fois plus lourdes que celles du rayonnement bêta. Elles sont moins pénétrantes, mais beaucoup plus ionisantes et l'on sait que les organes les plus touchés par le polonium 210 sont la rate, les poumons et le côlon.
Mais d'où vient ce polonium ? Selon les Drs Thomas Winters et Joseph di Franza, de l'université du Massachusetts, il proviendrait d'engrais phosphatés utilisés dans la culture du tabac. Ce fut d'ailleurs l'une des hypothèses les plus sérieuses.

Extrait de Science & Vie n°775, 1982.





- Le niveau du polonium 210 dans le tabac américain a triplé en 25 ans. Ceci a coïncidé avec l'augmentation de l'utilisation des engrais de phosphate par des cultivateurs de tabac (le minerai de phosphate de calcium accumule l'uranium et libère lentement le gaz de radon).

- Le polonium est un radioélément naturel omniprésent dans l'environnement, avec ses précurseurs, le radon 222 et le plomb 210. L'exposition de l'homme au 210Po par ingestion de végétaux (et, localement, de produits de la mer) apparaît significative par rapport à celle induite par l'incorporation d'autres radionucléides naturels ou artificiels. L'importance des sources du 210Po dans l'atmosphère varie avec la localisation géographique et la présence ou l'absence d'activités minières et d'industries des phosphates (IRSN).


Extrait du dossier de la CRIIRAD spécial Polonium, mars 2007, voir le dossier internet.
http://www.dissident-media.org/infonucleaire/dossier_polo_criirad.jpg

Citation :
Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité

Dossier Polonium 210 :
La CRIIRAD dénonce le défaut de transparence des autorités,
demande l'interdiction de la vente libre des sources de polonium 210
et la révision de la réglementation qui la permet.

http://www.criirad.org/actualites/dossiers2006/polonium/sompolonium.html

Tous radioactifs !
(http://nicostop.free.fr/tabac/contenu/quecontientradio.htm)

La fumée de cigarette contient plusieurs isotopes radioactifs dont les deux principaux, le polonium 210 et le plomb 210, viennent en droite ligne de l'uranium 238.


Le graphique ci-dessus vous montre la relation entre l'uranium 238, le plomb 210 et le polonium 210. Le polonium 210 constitue l'un des premiers radioéléments mis à jour à la toute fin du 19 ème siècle, quand Pierre et Marie Curie ont découvert la radioactivité (d'où le nom de polonium, en l'honneur de la Pologne, pays d'origine de Marie).

Marie est morte d'une leucémie, conséquence d'expositions répétées et sans protection aux radiations. Sa fille Irène, elle aussi prix Nobel, est morte d'une "maladie des radiations", pour des raisons similaires. De nombreux chercheurs manipulant et respirant des matières radioactives sans protection ont souffert des maladies qui touchent les fumeurs. Idem pour les premiers radiologues.

L'une des première étude sur le cancer des poumons date de 1913. En autriche, des mineurs exposés au radon et à d'autres produits radioactifs mourraient très souvent avant 45 ans de cancer des poumons. Il existe 4 types de rayonnements "ionisants": alpha, bêta, gamma et X. A courte très courte distance, les rayonnements alpha, les plus énergétiques, causent le plus de dégâts aux cellules. Les rayons alpha ne constituent pas un danger tant que le produit émetteur se trouve en dehors du corps. Malheureusement, en fumant, on introduit du plomb 210, qui donne du polonium 210 directement dans les bronches. A cause de modifications dûes à l'irritation des bronches par la fumée de cigarette, le plomb n'est pas évacué des poumons et se transforme tranquillement en polonium 210. D'après certains chercheurs, le polonium 210 et le plomb 210 contenu dans la fumée de cigarette constitue le principal facteur de déclenchement des cancers des poumons. Comme le polonium circule dans le corps, il irradie de l'intérieur tous les organes, ce qui peut expliquer certains cancers dûs au tabac (reins, leucémie...). En fumant quotidiennement 30 cigarettes par jour, un fumeur expose ses poumons à une irradiation équivalente à 300 radios des poumons par an.


Pourquoi y-a-t'il des produits radioactifs dans le tabac ?

Les feuilles de tabac sont bordées de trycomes [...], de petites glandes collantes. Sur cette colle, les poussières radioactives se concentrent dans le tabac, jusqu'à ce que vous le fumiez.

Les poussières radioactives proviennent des traitements appliquées au tabac par les éleveurs (les phosphates contiennent un peu d'uranium), des retombées d'essais nucléaires ainsi que de poussières naturellement présentes dans le sol et l'atmosphère.

Ces informations proviennent en partie du CDC Atlanta.


* 1 cigarette contient entre 0,3 et 1,3 pci de POLONIUM 210, émetteur alpha. La combustion de 20 cigarettes par jour, cinq jour par semaine, quarante six semaines par an, aboutit à 22 Bq.

http://www.dissident-media.org/infonucleaire/cigarettes.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le virus de la mosaïque du tabac    Sam 27 Oct 2012, 19:17

Le virus de la mosaïque du tabac serait aussi présent dans les cigarettes

publiée le 24 septembre 2012


Selon une étude menée par l'Inserm, le virus de la mosaïque du tabac se retrouverait dans les cigarettes. Il serait également présent dans la salive de certains fumeurs mais on ne sait pas encore s’il a des conséquences sur la santé.

Si on sait depuis longtemps que les cigarettes sont nocives pour la santé avec les 4.800 substances nocives qu’elles comportent, ce qu’on sait moins c’est qu’elles contiennent aussi un virus . Une étude menée par l'Inserm vient en effet de révéler la présence du virus de la mosaïque du tabac dans les cigarettes mais aussi, plus préoccupant, dans la salive de fumeurs. Pour faire cette découverte, Didier Raoult et son équipe (Unité Inserm 1095, Faculté de Médecine de Marseille) ont analysé une cinquantaine de cigarettes de six marques différentes, ainsi qu’une soixantaine d'échantillons de salive collectés auprès de douze fumeurs et de quinze non-fumeurs.

Dans chaque échantillon, ils ont ainsi cherché le virus tant d’un point de vue génétique que d’un point de vue visible (recherche de particules virales vivantes). Les analyses ont alors révélé la présence de matériel génétique viral dans toutes les cigarettes analysées. Dans le lot, 53% des échantillons de tabac testés des virus vivants ont été détectés. Plus sérieux, les échantillons de salive ont permis de retrouver du matériel génétique viral dans 45% de ceux provenant des fumeurs tandis qu’aucune trace de virus n’a pu être mise en évidence dans la salive des non-fumeurs. Cette étude suggère donc que le tabagisme constituerait une porte d’entrée dans le corps humain pour le virus de la mosaïque du tabac.

Toutefois, on ne sait pas encore si cet agent, pathogène pour les plantes, peut se révéler dangereux chez l’humain. Ce ne serait en tout cas pas la première fois qu’un virus de plantes pénétrerait dans des cellules de mammifère, montrant que la chose n’est pas impossible. Les chercheurs de l'Inserm soulignent de plus que le matériel génétique du virus de la mosaïque du tabac peut être traduit en protéines virales dans des cellules humaines et donc que l'agent peut théoriquement se multiplier. Par ailleurs, la présence dans l’organisme humain d’un virus apparenté (en l’occurrence le virus de la marbrure bénigne du poivron) est associée à des symptômes cliniques tels que la fièvre, des douleurs abdominales et des démangeaisons.

Selon les scientifiques, il est donc désormais nécessaire de rechercher quels pourraient être les effets du virus de la mosaïque du tabac sur l’organisme humain. Les cellules pulmonaires pourraient être les premières concernées si ce virus se révélait actif chez l’homme.

http://www.maxisciences.com/cigarette/le-virus-de-la-mosaique-du-tabac-serait-aussi-present-dans-les-cigarettes_art26715.html
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5660
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Roger Guasco: La cigarette est un placébo mental.   Jeu 22 Mai 2014, 15:39

La cigarette est un placébo mental.


La première cigarette que l'adolescent fume est écœurante, elle le rend malade.
Cette réaction lui donne l'information d'une vérité, il sait naturellement que le fait de fumer est mauvais pour sa santé.
S'il était libre, il ne recommencerait sûrement pas, mais tout le monde autour de lui le pousse à dépasser ces premiers déplaisirs, tout le monde lui dit qu'il doit trouver du plaisir à fumer, aussi continuera-t-il jusqu'à ce qu'il en trouve.

En fait, ce qui est attristant dans ce constat, c'est de voir que l'homme peut se conditionner à n'importe quel comportement, même le plus aberrant !
Et si on lui dit qu'il doit y trouver du plaisir, il finira par se convaincre qu'il en trouve.
Ainsi, petit à petit, le plaisir naîtra dans le contentement de l'habitude mais le plaisir n'est alors qu'une invention liée à cette habitude.

La cigarette est une invention de l'homme et il est prouvé que ses effets de drogue sont faibles, pratiquement inexistants et donc purement psychologiques.
La cigarette est un placébo mental.
Ce qui est inquiétant, c'est de voir le nombre de personnes qui ont besoin de ce placébo.

A tous les niveaux sociaux, rappelez-vous le cigare de Churchill, indispensable à son comportement et on se demande même si ce personnage aurait existé sans son cigare. Hériot et sa pipe, etc....

La cigarette finit ainsi par remplacer chez l'adulte la tétine de l'enfant.
Elle libère en lui des mécanismes d'illusion, de plaisir qui vont estomper l'impact du réel.
Qu'il ait un problème à résoudre, une situation angoissante à affronter, il en diminuera le stress par une cigarette ou encore un verre d'alcool ou un euphorisant.
De toute façon, le résultat est le même, ces drogues psychologiques démontrent une faiblesse de l'être humain.
Elles sont là pour empêcher l'homme de s'assumer en totalité, elles le déchargent d'une partie de lui-même, elles lui rendent acceptable une réalité qui ne le serait pas sans elles, mais s'est-on posé la question de savoir si le fait d'être angoissé par une situation, n'était pas un bien ?

Faut-il effacer un signal ?
Cette angoisse est peut-être un signal d'alarme qui avertit l'homme de la limite de ce qu'il ne doit plus accepter dans l'absurdité de la vie moderne sous peine de disparaître.
Qu'il y ait angoisse, puis révolte devant les carcans de paperasses, les carcans de règlements de toutes sortes qui étouffent la vie de tous les jours, c'est peut-être un bien qu'il n'y a pas lieu d'effacer par une cigarette ?
Cette colère sourde est légitime, elle menace peut-être ceux qui instaurent ces carcans, ceux qui notons-le sont plutôt bénéficiaires de la consommation en masse du tabac.
La cigarette comme l'alcool, ou tout autre dérivatif, sont des moyens de fuir le réel et bloquent l'évolution mentale de l'individu.

La peur, l'angoisse sont révélatrices des limites de la conscience d'un être, de ce qu'il peut accepter et de ce qu'il ne peut pas encore comprendre.
S'il veut évoluer, il doit en tenir compte, s'élargir, lâcher un moment ses certitudes rassurantes pour comprendre au-delà.
Il réalisera alors que sa peur n'était qu'une illusion, comme la peur de l'enfant devant quelque chose qu'il ne connaît pas encore.

L'angoisse précède l'inconnu, le problème non encore résolu par une prise de conscience, il n'est pas souhaitable de la faire disparaître systématiquement comme on le fait aujourd'hui.

Que l'on soigne une personne dont l'angoisse est démesurée, maladive, dont l'angoisse est telle qu'elle ne pourra être dépassée par une compréhension, cela se conçoit.
Mais en gommant toutes formes d'angoisses on interdit l'évolution mentale de l'homme. Voilà l'erreur !

Roger Guasco
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
Le TABAC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décret anti-tabac N°2006-1386 du 15.11.2006
» Non respect de la loi anti-tabac
» Le tabac et la disparition du goût
» Danger du tabac sur le cerveau
» Domy: épilepsie et tabac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Santé-Soins holistiques...-
Sauter vers: