ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la lumière du concept de négation

Aller en bas 
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: A la lumière du concept de négation   Mar 21 Fév 2012, 19:18

Voici un texte que j'avais écrit il y a quelques années, alors qu'une amie poursuivait des études psychiatriques, que je suivais de près.

Cet essai pourrait être d'un certain intérêt pour la compréhension de certains processus. Il faut bien comprendre qu'il n'y a aucun jugement, ni aucun aspect d'ordre moral dans ce qui suit. Le refoulement est une composante inévitable chez l'être nouveau.


Amitié,

steph




A la lumière du concept de négation, on pourrait réaliser une analogie entre les accords mineurs et majeurs en musique, et les symbolisations négatives (pathologiques) et positives (sublimatoires).

En effet, la différence musicale entre accord majeur et mineur ne tient qu'à la position relative, inversée, de deux intervalles musicaux particuliers, l'un de quatre demi-tons, l'autre de 3 demi-tons.

Et les symbolisations pathologiques et sublimatoires semblent n'être séparées que par l'inversion des deux négations spécifiques: la "négation de substitution" (=symbolisation-encapsulation) et la "négation de refoulement" (=oubli-intégration).

En considérant que toute pulsion fait forcément partie du sens intrinsèque d'une personne, deux cas peuvent être envisagés: soit la pulsion n'est pas prise en charge, auquel cas elle est refoulée à l'encontre du sens personnel. Soit elle est prise en charge, auquel cas il lui est permis de participer naturellement au sens personnel.

Lorsque la pulsion est refusée, elle subit donc la négation de refoulement en premier lieu. L'énergie refoulée à contre-sens va provoquer en retour une substitution "d'office" qui apparaîtra donc en tant que symptôme de refoulement. Un exemple simple en sera par exemple la névrose phobique où le refoulement est compensé par une symbolisation pathologique évidente. Mais tout symptôme psychopathologique est en fait une symbolisation d'office, une substitution subie.

Dès lors, lorsque la double négation se présente dans l'ordre refoulement-substitution, elle est pathologique et va nuire au sens personnel, ce qui est normal puisque la conscience a refusé (ou "échoué") de prendre en charge la pulsion et de l'inclure dans sa signification. Cette nuisance se produira en puisant dans les réserves d'énergie de la personne afin de nourrir la boucle de double négation à contre-courant. C'est le "virus". La personne se "déconstruit" par "non-choix".

Par contre, si la pulsion est acceptée et prise en charge au départ, la négation de substitution intervient en premier lieu, et n'est pas donc pas subie comme symptôme, mais issue d'un choix (prise en charge active) de la part de la personne. Dans ce cas, le refoulement est un produit de la substitution qui intègre celle-ci de façon naturelle dans le sens de la personne. C'est le processus sublimatoire: la symbolisation peut-être intégrée. Dans ce cas, la boucle de double négation se construit en épousant le sens de la personne, et loin de lui nuire, participe en tant que "nourriture". La personne se construit par choix.

On peut constater que tant la boucle inversée que la boucle à l'endroit sont des "encapsulations de la réalité pulsionnelle", et ceci rejoint l'idée selon laquelle toute symbolisation est une "objectivation du psychisme", donc une objectivation de la subjectivité. Le symbole est une subjectivité qui acquiert une réalité en encapsulant une énergie pulsionnelle.

Mais cette objectivation peut se faire soit en cohérence avec le sens de la personne si le processus est sublimatoire, soit en incohérence si le processus est "viral". Lorsque l'incohérence devient trop importante et la "fracture" interne trop forte, une "cancérisation" peut se produire.

Il faut garder à l'esprit que la symbolisation est le principal procédé d'inclusion du pulsionnel et que, si il est pathologique par refus de choix, refus de prise en charge de soi en conscience (par immaturité ou régression), l'encapsulation du réel se fera selon une substitution abérante. L'inclusion n'est pas vérittable: elle est "virale".


Revenir en haut Aller en bas
POLA



Féminin
Vierge Buffle
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 22/09/1973
Age : 44
Localisation : pau
Date d'inscription : 23/11/2013

MessageSujet: Re: A la lumière du concept de négation   Jeu 03 Mai 2018, 09:07

Je me suis intéressée ces derniers jours, à différents modes d’alimentation comme le veganisme, végétarisme, respirianisme. Et en parcourant tous ces témoignages et articles il m’est venu à l’esprit à plusieurs reprises cette phrase : « A la lumière du concept de négation »

Je me suis souvenue que j’avais déjà lu ça quelque part et... Voilà ! C’etait ici :)



Dans les témoignages que j’ai pu écouter, notamment sur la nourriture prannique, la notion de prise en charge des pulsions par conscientisation est souvent mentionnée, notamment, comme étant la clé de la libération des pulsions.




Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: A la lumière du concept de négation   Dim 06 Mai 2018, 04:57

La prise en charge intégrale, par la conscience, des pulsions, est la clé de tout. Mais seul un Couple Sacré unifié peut y arriver.

Au départ, l'être est trop immature pour prendre en charge l'aspiration du pur potentiel et utiliser cette aspiration infiniment puissante comme source d'énergie pour le véhicule conjugal. Il n'a pas la capacité de la signifier.

Inévitablement, une grande partie de cette pulsion primordiale sera transformée en refoulements, avec descente dans la dualité, pour évoluer, si tout va bien, vers une capacité de prise en charge intégrale de l'aspiration, dans et par la dynamique conjugale Sacrée qui la transforme en mouvement rotatif absolutisé (relativité absolutisée par une vitesse angulaire infinie).

En somme, pour mettre en œuvre le potentiel central, il s'agit d'intégrer cette pulsion essentielle en conscience afin de lui conférer une signification de fécondité et non de morbidité.

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la lumière du concept de négation   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la lumière du concept de négation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lumière: confusions à éviter
» Peintre de lumière fabuleux... Mario Duguay....
» Flashes de lumière
» 2010: Le 07/03 vers 10h30 - Qui a vu comme moi une énorme lumière ds le ciel à Bxl ? (Belgique)
» Paradoxe EPR(Einstein Podolsky Rosen): des signaux plus rapide que la lumière?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: