ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La place de l'etre humain et vers ou il va ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Mar 13 Mar 2012, 16:21

Il y maintes interrogations dont les demarches de recherches interieures peuvent combler une part .

Mais quelle validité peut on accorder a des elements s'ils ne sont pas reliés à des faits ?

Dans le domaine de l'etude de l'homme il est tout de meme intéressant de se pencher
sur des travaux d'anthropologies qui semblent montrer non un accroissement des facultés humaines mais le contraire

Notamment avec la reduction de taille du cerveau et on peut penser qu'elle s'accompagne d'une reduction d'intelligence pour la plupart .

Reste evidemment abstraite la definition d'intelligence selon les definitions
qui ne sont pas pertinentes sans tenir compte de categories plus specifiques

Pour donner matiere a reflechir une traduction d'un article


dont voici la premiere partie:

Si les humains modernes sont si intelligents, pourquoi nos cerveaux sont en contraction?

Voici quelques grandes théories sur la raison pour laquelle le cerveau humain a été plus en plus petit depuis l'âge de pierre.
par Kathleen McAuliffe; illustrations de Stuart Bradford Du Septembre 2010, numéro , publié en ligne Janvier 20, 2011






John Hawks
est en train d'expliquer ses recherches sur l'évolution humaine, quand il laisse tomber une bombe. L' exécution d'une liste des changements qui sont survenus dans notre squelette et le crâne depuis l'âge de pierre, l'anthropologue de l'Université du Wisconsin ajoute nonchalamment,
«Et il est également clair que le cerveau a été réduit."
" une Contraction?" Je lui demande.
"J'avais pensé qu'il devenait plus grand"selon l'ascension de l'
ensemble de ce qui est devenu la "chose-homme" .

«Cela était vrai pour 2 millions d'années de notre évolution», dit Hawks. "Mais il ya eu un renversement."

Il secoue dehors quelques chiffres consternants:
Au cours des 20.000
dernières années, le volume moyen du cerveau humain de sexe masculin a diminué, passant de 1.500 centimètres cubes pour 1350 cc, la perte d'un
morceau de la taille d'une balle de tennis. Le cerveau féminin a diminué d'environ la même proportion.

«Je dirais que la réduction est effective selon la durée d'un clignement de paupières mais majeure au cours de l'évolution», dit-il.

"Cela s'est passé en Chine, en Europe, en Afrique, partout où nous

regardons."
Si notre cerveau conserve cette tendance à la baisse à ce taux au cours des
20.000 années à venir, il va commencer à approcher la taille de celle
trouvée chez Homo erectus, un parent qui a vécu un demi-million ans et a eu un volume du cerveau de seulement 1100 cc.

Hawks, un homme aux traits arrondis abaissé et possede une disposition joviale,
il me regarde avec une expression amusée.

"cela vous donne certainement une perspective différente sur l'avantage d'un gros cerveau», dit-il.

Après une rencontre avec Hawks, je fait appel à d'autres experts autour

pour voir si ils sont au courant au sujet de la diminution de la taille notre cerveau
Les généticiens qui étudient l'évolution du génome humain semble aussi
surpris que je suis (réponse typique: «Sans blague» ?
qui me fait me demander si je suis une personne plus crédule du monde.

Mais non, Hawks ne se moque pas .
Comme je'vais bientôt le découvrir, seul un cercle dense de paléontologues
semblent être dans le secret, et même ils semblent un peu confus sur la
question. Leurs théories pour expliquer pourquoi le cerveau humain est en baisse sont tous sur la carte de l'observation.

Certains croient que l'érosion de notre matière grise signifie que les humains modernes sont en effet en voie d' abêtissement .
( voila pour des joyeuses fins de soirée pour les hotesses des animations de television, prenez note- qu'il a du bon matériel comique ici!)



Les autres autorités affirment exactement le contraire:
Comme le cerveau a diminué, son câblage est devenu plus efficace, nous transformant en plus rapides et des penseurs plus agiles .

nldr "plus rentables pour la pieuvre..."

D'autres encore croient que la réduction de la taille du cerveau est la
preuve que nous nous sommes apprivoisés, tout comme nous les moutons
domestiqués, les porcs et les bovins, qui ont tous des plus petits-cerveau
que leurs ancêtres sauvages.

Plus j'en apprends, plus je deviens perplexe
ces nouvelles que notrecerveau rétrécit a été tellement sous-estimé, non seulement dans les médias, mais parmi les scientifiques.

«C'est étrange, je suis d'accord," dit Christopher Stringer , un paléoanthropologue et expert sur ​​les origines de l'homme au Muséum d'Histoire Naturelle à Londres. "Les scientifiques n'ont pas réfléchi à la question et porté l'attention qu'elle mérite. Beaucoup l'ignorent ou la considérer comme un détail insignifiant. "

nldr " c'est deja monde presque parfait de la ferme des animaux http://beq.ebooksgratuits.com/classiques/Orwell_La_ferme_des_animaux.pdf

Mais le contournement de la routine des certitudes n'est pas aussi bizarre que cela semble
à première vue, Stringer suggère, en raison de la question de la mise à
l'échelle.
"En règle générale," dit-il, « plus de viande sur les os, plus le
cerveau dont vous avez besoin pour contrôler les blocages musculaires
sont massifs."

Un cerveau d'éléphant, par exemple, peut peser quatre fois plus que d'un être humain . Mise à l'échelle est également pourquoi personne ne semble trop surpris par les grands cerveaux de l'homme de Néandertal , les hominidés costauds qui sont morts à environ 30.000 ans.
Les Homo sapiens avec des plus grands cerveaux ont vécu 20.000 à 30.000 ans en Europe. Appelé Homme de Cro-Magnon, ils ont eu d'énormes cranes volumineux et, les mâchoires saillantes avec des dents énormes. Par conséquent, leurs gros cerveaux ont souvent été attribuée à du contenu plutôt qu'a de l'eclat .



À l'appui de cette allégation, l'un largement cité étude a révélé que

le rapport du volume du cerveau au corps de masse, communément appelé le
quotient d'encéphalisation
, ou EQ-était le même pour les Cro-Magnons qu' il est pour nous. Sur cette base, Stringer dit, nos ancêtres ont été présumés disposer de le même puissance brute cognitive.


Maintenant de nombreux anthropologues ont à repenser cette équation. Pour une chose, il n'est plus clair que les égaliseurs ont geles au retour a l'âge de pierre. Des études récentes de fossiles humains suggèrent le cerveau a diminué plus rapidement que le corps en quasiment la venue des temps "modernes".

Plus important encore, l'analyse du génome jette un doute sur la notion
que les humains modernes sont tout simplement si mignons, mais des
versions identiques par ailleurs, de nos ancêtres, le droit à la façon
dont nous pensons et ressentons.

Au cours de la période de même que le cerveau a diminué, notre ADN
accumulé de nombreuses mutations adaptatives liés au développement du
cerveau et des systèmes-un neurotransmetteur indication que même si
l'organe est devenu plus petit, ses rouages ont ​​changé.

nldr "il faut bien se rassurer !"

L'impact de ces mutations reste incertaine, mais de nombreux
scientifiques disent qu'il est plausible que notre tempérament ou les
capacités de raisonnement décalé en conséquence.

nldr pauvre truie stupide devant tant d''intelligence moderne -> la téle la console de jeu et le supermarché internouille et maintenant en 5 pardon en 7 D "



De nombreux appels téléphoniques plus tard, il apparait que les plus

éminents experts du monde ne savent pas vraiment pourquoi notre organe de
l'intelligence est en voie de disparaître
.


Mais après une longue periode à ignorer la question, certains d'entre eux ont au

moins tranché la question des faits d'une importance suffisante pour justifier
une enquête formelle. Ils ont même tiré un certain trait bien gras , bien que préliminaires, dont les conclusions semblent s'imposer :

Le nivellement par le bas!


A la recherche d'une explication globale pour la réduction
de notre boîte crânienne, certains scientifiques ont souligné
la tendance au réchauffement du climat de la terre qui a également
commencé il ya 20.000 ans. Puisque les corps encombrants sont mieux concus pour conserver la chaleur, les grands individus peuvent-être mieux sous un climat plus froid. Comme la planète s'est réchauffée, la sélection aurait favorisé des personnes de taille plus faible.
Donc, selon cet argument ,les squelettes et les crânes ont diminué pendant que la température a augmenté et le cerveau est devenu plus petit dans le processus.

nldr " la grenouille qui se laisse cuire dans une marmite rechauffée doucement encretinisée et rassurée par la tiedeur et des bons sentiments a l'eau de rose "

Stringer pense qu'il ya quelque chose à cette idée, mais il doute, il est l'explication entière.
Comme il le souligne, des périodes de réchauffement comparables s'est
produite de nombreuses fois au cours des 2 millions d'années
précédentes, mais le corps et la taille du cerveau augmente
régulièrement.

Une autre théorie populaire attribue la baisse à l'avènement de

l'agriculture, qui, paradoxalement, a eu l'effet initial d'une aggravation de la malnutrition

nldr 'avec la malbouffe ca va aller encore plus vite ...."


Tout simplement, les premiers agriculteurs n'ont pas très bien réussi

à vivoter de la terre, et la lourdeur de leur alimentation derivée du grain était
déficiente en protéines et en vitamines-critique pour alimenter la
croissance du corps et du cerveau.


nldr " vive le retour a la terre et au vegetalisme du NWO ca fera des petits moutons pour le barbek ces -elois comme dans la machine explorer le temps http://fr.wikisource.org/wiki/La_Machine_%C3%A0_explorer_le_temps



En réponse à la malnutrition chronique, notre corps et notre cerveau pourrait avoir rétréci. Beaucoup d'anthropologues sont sceptiques quant à cette explication, cependant. La raison: La révolution agricole n'est pas arrivée en Australie ou
en Afrique australe jusqu'à une époque presque contemporaine, mais la
taille du cerveau a diminué depuis l'âge de pierre dans ces lieux,
aussi.

nldr " pour les preparer a l'a-sang-tZion qui vient ?"

Ce qui nous amène à une possibilité désagréable. "Vous ne pouvez pas avoir envie d'entendre cela», explique l'expert en sciences cognitives David Geary
, de l'Université du Missouri, "mais je pense que la meilleure
explication de la baisse de la taille de notre cerveau est la théorie de l'
Idiocratie." Geary se réfère à la éponyme le film de 2006 par Le juge Mike au sujet d'un gars ordinaire qui devient impliqué dans une expérience d'hibernation à l'aube du 21ème siècle. Quand il se réveille 500 ans plus tard, il est de loin le plus intelligent de la planète de "la basse cour". "Je pense que quelque chose d'un peu comme ce qui s'est passé pour nous», dit Geary. En d'autres termes,

Idiocratie est l'endroit où nous sommes maintenant.


Nldr " ce qui ne veut pas dire que les maitres supposés de ce monde en perdition soient mieux ?"


Dernière édition par myrrdin le Mar 13 Mar 2012, 16:52, édité 4 fois (Raison : Idiocratie abetissement reduction cranienne jivaros)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Jeu 15 Mar 2012, 21:06

Bonsoir Myrrdin,
Bonsoir à tous,

Citation :
Dans le domaine de l'etude de l'homme il est tout de meme intéressant de se pencher
sur des travaux d'anthropologies qui semblent montrer non un accroissement des facultés humaines mais le contraire

Notamment avec la reduction de taille du cerveau et on peut penser qu'elle s'accompagne d'une reduction d'intelligence pour la plupart .
Citation :
Voici quelques grandes théories sur la raison pour laquelle le cerveau humain a été plus en plus petit depuis l'âge de pierre.

La base des théories en anthrophologie est l’ « Evolutionisme » qui

- d’une part, présuppose la seule existence des lois immanentes au détriment des lois de la transcendance et celles de la permanence. Pourtant la Trinité, neutrons (+/-,) électrons (-) et protons (+) sont des faits tant dans l’Univers que dans le corps humain.

- d’autre part, fait descendre les Humains d’Origine, l’Homme Primordial en ligne droite des « hommes préhistoriques » en excluant le fait que cela puisse ne pas être le cas.

Et la théorie sur le cerveau - soit disant humain - qui est développée dans cet article ne tient compte des autres possibilités et/ou de la provenance - hors Terre - des Véritables Humains dont, et il est important de le souligner, la descendance n’est NI reptilienne (cf. Anton Parks ou Zecharia Sitchin) ou hybride (mi-humain, mi-Envahisseurs Intrusifs ; je distingue les Hybrides des hybrides) NI « cultivable par les Lézards » (cf. les messages de Cassiopéens par Laura Knight- Jadzyk).


Ce n’est pas, sans raisons, que des implants éthériques - et pourtant bien réels - sont placés justement - et aussi - dans le cerveau de ces Humains d’Origine et que des abductions « en vue d’étudier ce qui manque aux entités intrusives » ont lieu. Si l’Homme était vraiment cultivable, la présence d’implants « pour endormir ses sens extra-sensoriels », « pour entraver l’emploi de son Coeur Supérieur », pour « empêcher la reconnection de ces Hommes avec la Source/Dieu », etc. ne seraient nécessaires.

Toute spéculation, selon laquelle, ces implants sont en nous, pour nous manipuler « comme des robots et/ou du bétail » est faite en vue de nous « effrayer » et ainsi inhiber toutes recherches de LA Réalité, toutes révélations (apocaliptiques) sur notre Potentiel Inaliénable autrement dit INVIOLABLE.

Toute hypothèse et théorie faisant de nous des êtres que l’on cultive comme nourriture est insensée (= sans sens, dépourvu de tout sens, de toute perception). Si, en toute connaissance de cause, en tant que « Créateurs » de ces implants, nous savons qu’un aliment - en l'occurrence, nous, Humain et il n’existe PAS d’humain sans implants - est radioactif, nocif (par ces implants), en mangerions-nous en toute conscience alors que justement la présence « ici sur Terre, de ces envahisseurs en déperdition, extinction » est dans LE but de « sauver leur Race » ?

Nous ne sommes PAS « à l’Image de ces Reptiliens, Lézards ». Et c’est cette « fausse » connaissance qui nous « met en danger ».

La connaissance protège, l'ignorance expose au péril... est la devise des Cassiopéens.
De quelle connaissance parlent-ils ? Depuis quand, la Connaissance est-elle - pour dire simplement les choses – « à l’extérieur » et délivrée donc par des êtres extérieurs à notre Personne ?

« On » (= Entités) désire nous faire « croire » que nous sommes des « esclaves » - pour justement nous As-servir d’une manière OU d’une autre ! - mais NON nous ne le sommes pas... des serviteurs - plus ou moins noble (= manipulation mentale) - « au service de » ceci ou de celui-là.

En effet, différentes expériences, dont mon Intégration foetale consciente (et la découverte faite en parallèle sur les anomalies chromosomiques entravant la réincarnation « corporelle ») ainsi que des découvertes sémantiques - telle celle qui suit - excluent toute spéculation allant dans le sens de l’esclavagisme de la Race d'Humain d’Origine :

N.B : Je ne sais me prononcer sur les « mélanges de Races extra-terrestre».

Citation :
Citation :
Pour finir cette partie, et au risque de créer une incompréhension/offuscation, je relèverai que la panspermie en tant que telle semble ne pas pouvoir être rejetée car :

Emberiség = Humanité

Ember-is-ég : Ember = Homme + is = aussi + ég = ciel = l’Homme vient aussi du ciel (dans le sens de Voute céleste, d’Etoiles) (?!!)
Citation :
La panspermie proposée dans sa forme moderne par Hermann von Helmholtz en 1878 est une théorie scientifique qui affirme que la Terre aurait été fécondée de l'extérieur, par des moyens extraterrestres. L'on parle d'ailleurs plus précisément delithopanspermie lorsque la vie serait venue sur Terre depuis des corps rocheux comme les comètes. Longtemps délaissée, elle fait un retour sur le devant de la scène avec sir Fred Hoyle et Chandra Wickramasinghe et le pendant qu'ils proposent pour expliquer l'apparition de nouvelles maladies, la pathospermie.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Panspermie

http://antahkarana.forumzen.com/t2464p30-le-temps-des-hybrides#23652

Infomystères dans son livre reprend toutes les théories existantes à l’heure actuelles sur l’origine de l’humanité

Livre d’Infomystères : http://antahkarana.forumzen.com/t2458-livre-origine-de-la-vie?highlight=origine+de+la+vie#18744

Citation :
site www.infomysteres.com

Comment expliquer l'origine de l'humanité ? Sur quelles bases sont fondées la théorie de l'origine des espèces de Darwin, la théorie des créationnistes et celle des interventionnistes (origine extra-terrestre) ?

II) Origine de l’humanité

1) Le transformisme de Lamarck
2) La théorie de l’évolution (ou Darwinisme)
3) La théorie du créationnisme
4) Les organismes ont-ils évolués ou ont-ils été créés ?
5) Lignées de l’homme
- 1. Homme de Toumaï
- 2. Australopithecus
- 3. Lucy
- 4. Homo Habilis
- 5. Homo Ergaster
- 6. Homo Erectus
- 7. Homo Antecessor
- 8. Néandertal
- 9. Homo Sapiens – Homme de Cro Magnon
- 10. Découvertes « impossibles » (1. Empreintes ; 2. Constructions ; 3. Objets modernes « préhistoriques » ; 4. Interventions « impossibles »)

6) Soupe primordiale – Abiogenèse
7) Volonté
8) Controverses sur l’Évolution
9) Exogenèse

II) Origine de l’humanité selon l’ufologie

:aa:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Jeu 15 Mar 2012, 21:59

D’où vient l’intelligence humaine ?


La dialectique auto-organisée de l’individu et de la collectivité, du corps et du cerveau, des émotions et de la pensée, de l’inconscient et du conscient, de la logique et de l’imaginaire, du lent et du rapide

Le fonctionnement du cerveau

Fable et logique, rationalité et irrationalité, conscience et inconscience dans la formation du cerveau


L’intelligence humaine peut être caractérisée par une capacité spécifique à élaborer des comportements sophistiqués dans des circonstances changeantes. Bien entendu, c’est du cerveau humain que cette particularité découle. Le cerveau humain est d’abord et avant tout un organe dynamique extrêmement instable, détruisant sans cesse tous les messages qu’il transmet et d’une capacité de transformation à de nombreuses échelles de temps et d’espace. Pour cela, le cerveau change sans cesse : ses connexions, ses synapses, l’irrigation en oxygène de ses zones sont modifiées par son fonctionnement. Son dynamisme provient de sa capacité, loin de l’équilibre, de produire sans cesse de l’auto-organisation, en se fondant sur des dialogues contradictoires entre ses neurones, entre neurones et corps humain, entre zones cérébrales, entre ses deux hémisphères, dialogues permanents et contradictoires au sens dialectique.

Mais comment notre cerveau fait-il pour faire apparaître des idées, mettre en connexion des faits alors que ces idées et ces connexions n’étaient pas apparentes ? Quelle particularité de l’homme est à l’origine de telles capacités ? Le cerveau ne naît pas seul : il est le produit d’une interaction permanente entre centre nerveux et corps, entre les deux hémisphères, entre diverses zones, entre les neurones de ces zones. Sa naissance est fondée sur les étapes qui ont mené à l’homme depuis un ancêtre simiesque mais aussi sur les étapes de l’évolution depuis l’embryon jusqu’à l’adulte, étapes fondées sur des destructions de stades fugitifs. La destruction, de certaines zones, de certains neurones, de certaines interactions, de messages ou d’idées fausses, est indispensable au fonctionnement du cerveau. La destruction est constructrice.

L’imagination et la pensée inconsciente sont une base essentielle de la pensée consciente, comme l’émotion est indispensable à l’intelligence. L’intelligence n’est pas une addition de connaissances de plus en plus pointues, mais une inhibition des messages d’erreur. Le cerveau n’accède pas à petit à petit des connaissances justes, mais détruit successivement des affirmations suggérées de manière complètement illogique, les confronte aux autres acquis et les remplace sans cesse par d’autres suggestions aussi infondées jusqu’à progresser vers une pensée plus conforme à ce que nous a pensons savoir. Le progrès des connaissances consiste à inhiber des voies fausses. L’inhibition et la destruction sont des moyens essentiels de l’intelligence.

Le dialogue cérébral est fondé à toutes les échelles sur des contradictions dialectiques. Destruction et construction se complètent. Logique et imagination, conscient et inconscient, messages durables et rapides, messages à courte distance et à longue distance, s’opposent, mais ils composent une unité, sans cesse remise en question.

LA PLASTICITE DU CERVEAU

L’immunologue Jean Claude Ameisen dans « La sculpture du vivant ou le suicide cellulaire, une mort créatrice » :

« Durant plusieurs dizaines d’années, une théorie s’était imposée selon laquelle les neurones de notre cerveau, qui deviennent stériles à partir de notre petite enfance, ne peuvent pas être renouvelés. (…) L’incapacité de notre cerveau à produire dès notre enfance de nouveaux neurones a représenté jusqu’à une période très récente un des dogmes centraux de la neurologie. (…) Mais cette idée d’une extraordinaire longévité de nos neurones – qui égalerait celle de nos corps – correspond sans doute à une illusion. La présence dans les cerveaux humains adultes capables d’enfanter des neurones a été identifiée récemment par différentes approches qui laissent peu de place au doute. (…) Une image nouvelle, plus dynamique et plus riche, de notre cerveau commence à se dessiner. Un cerveau capable de se remodeler. Un cerveau qui se construit, comme l’ensemble de notre corps, tout au long de notre existence. Depuis quelques années, il est apparu que certains des signaux qui parcourent normalement notre cerveau ont le pouvoir d’entraîner le suicide de neurones. Parce que l’idée que les neurones du cerveau ne peuvent pas être renouvelés a été une idée persistante, la plupart des médecins et des biologistes considèrent que le suicide des neurones ne peut pas être une des conséquences normales des dialogues cellulaires à l’intérieur du cerveau et ne peut donc survenir qu’au cours de maladies du vieillissement. Mais s’il existe des cellules capables d’enfanter des neurones, le suicide et le renouvellement des neurones pourraient au contraire représenter des phénomènes qui freinent le vieillissement et permettent de maintenir intactes pendant plusieurs dizaines d’années nos capacités d’apprentissage. (…) Le pouvoir de se reconstruire est lié au pouvoir de s’autodétruire. »

Dans le cerveau humain, les connexions continuent de se multiplier au cours de la vie, la souplesse fonctionnelle d’utilisation des connexions et des zones, pouvant être réattribuées à d’autres fonctions se poursuit jusqu’à l’âge adulte. Lors de sa conférence de juillet 2002 pour l’Université de tous les savoirs, Jean-Pierre Changeux note : « Le bébé humain naît avec un contingent de connexions qui est la moitié de celui de l’adulte. (...) Si on compare le génome du chimpanzé et celui de l’homme, il y a 1 ou 2% de différences, ce qui est extrêmement peu. (...) Il n’y a pas beaucoup de gènes de différence, mais ces gènes portent sur le développement des formes critiques. (...) Au cours du développement du fœtus à l’adulte, et notamment chez le nouveau-né, à un stade où se constituent près de 50% des connexions du cerveau de l’homme adulte, les synapses se forment, certaines en nombre supérieur à ce qu’il sera chez l’adulte. L’interaction avec le monde extérieur va contribuer à la sélection de certaines connexions et à l’élimination de certaines autres. » Le processus de fabrication embryonnaire du cerveau est un processus d’auto-organisation de l’agitation au hasard des formations des cellules nerveuses, les neurones, et des interconnexions ou destructions de celles-ci. L’ordre provient de la destruction ou de l’inhibition alors que le désordre est l’initiateur de la construction. L’ordre du cerveau n’est nullement préétabli, pas plus que celui de la cellule, de la particule ou de la société. Il est, comme une ville, comme un bâtiment, en perpétuelle destruction et reconstruction.

C’est cette malléabilité qui a grandit d’un seul coup entre le pré-humain et l’homme. Le neurobiologiste Alain Prochiantz souligne qu’il ne s’agit pas seulement de localisation des zones cérébrales ou de leur augmentation de taille mais d’une propriété particulière des inter-neurones chez l’homme : les GABAergiques, qui permettent au cerveau humain d’être sans cesse en construction, dépassant largement la période de formation cérébrale du jeune singe appelée période critique, les quelques semaines après la période postnatale au delà desquels on ne peut plus modifier les zones neuronales . « Il existe des régions du système nerveux où cette période critique ne se produit jamais ou bien où, une fois la période critique passée, une certaine plasticité demeure. (...) La perte de plasticité qui suit la période critique est due à la maturation morphologique et biochimique des interneurones GABAergiques. En effet, si on empêche la fonction inhibitrice de ces neurones, par exemple en diminuant leur capacité de synthèse du neuromédiateur inhibiteur qu’est le GABA, la période critique peut alors être repoussée (...) On pourra proposer que ce qui distingue les régions à renouvellement GABAergique permanent (...) des régions à non-renouvellement est le maintien d’une plasticité physiologique permettant l’apprentissage, par exemple de nouvelles odeurs, ou la mémorisation de nouvelles données (...) Il faut rappeler que plusieurs gènes de développement restent exprimés pendant toute la durée de la vie. Cette expression continuée, et surtout sa régulation, pourrait constituer une forme de réponse aux stimulations sensorielles externes et internes. En effet, il est logique de penser que la permanence du processus ontogénique de renouvellement des neurones, de modification de forme des prolongements neuronaux et de renouvellement synaptique participe à l’adaptation physiologique du cerveau adulte. » Il s’agit là d’une interprétation de la plus grande plasticité cérébrale chez l’homme et de sa capacité à continuer à apprendre tout au long de son existence. On notera que le caractère plus ou moins dynamique des zones du cerveau est fondé sur l’inhibition de neuromédiateurs inhibiteurs, une négation de la négation.

(...) Est-ce la taille du crâne qui nous différencie le plus des grands singes ?



Ou sa forme ?




Suite : http://www.matierevolution.fr/spip.php?article1510
Revenir en haut Aller en bas
azuréen



Masculin
Scorpion Rat
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 17/11/1960
Age : 56
Localisation : Dans l'Azur
Loisirs : Vibrant pour presque tout
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Jeu 15 Mar 2012, 22:31

Ahh Douceur, j'aime bien lorsque tu décapites les cassiopéens, Anton Parks et compagnie. Tu redonnes beaucoup d'espoir et vient confirmer une bonne partie de mes ressentis.

Tout apparaît logique...

Alors tant qu'a faire, poussons la logique un peu plus loin. Et la question qui suit, bien spéculative à souhait, permettra sans doute de vider les doutes par la réponse qui tu vas y apporter. Elle n'est pas dirigée contre ta personne, c'est seulement par souci de clarté.

Et si tu étais un agent (inconscient) des Lézards ? Un agent auquel ont ferait avoir un tas de sensations, auquel on montrerait beaucoup d'aspects justes afin de mieux le confondre dans sa certitude.

Par ailleurs il fut cité les 7 sens cachés, mais peut-être y en a-t-il 8, ou 9, ou plus encore.

On touche là au point crucial, ou nous situons nous dans la perception, comment être certain de nous situer dans un absolu et non dans un relatif. Par exemple le fait d'expérimenter la gravité comme étant universelle prouve-t-il qu'elle est vraiment universelle, que toutes les planète en serait dotées.

Poussons encore un peu plus cette logique, et spéculons de plus belle. Et si c'était moi-même l'agent infiltré des lézards, histoire de faire obstacle aux possibilités de libération que nous propose Douceur ?

Amitiés



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Jeu 15 Mar 2012, 23:32

Bonsoir azuréen,

Les interférences dans les perceptions sont des faits.

Ces interférences sont reconnaissables car elles s'accompagnent d'une "mutation porteuse de violence".

C'est pour parer à cette indésirable mutation et permettre l'évolution de l’espèce humaine que notre biologie (physique, semi-éthérique et éthérique) a été doté de l'Intuition.

La lutte (sous toutes ses formes) comme la fuite sont les signes d'un développement intuitif insuffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Ven 16 Mar 2012, 00:40

Chine : des fossiles révèlent l'existence d'une espèce humaine inconnue



Les résultats d’analyses menées par une équipe de chercheurs chinois et australiens sur une série de fossiles découverts en Chine semble indiquer la découverte d’une nouvelle espèce humaine jusqu’à présent inconnue.

Comprendre l’évolution de l’Homme est une quête complexe et pleine de rebondissements. Cette semaine, des paléoanthropologues de l'Université australienne de Nouvelles-Galles du Sud et de l'Institut d'archéologie du Yunnan en Chine ont ainsi annoncé avoir identifié des fossiles d’au moins trois individus aux caractéristiques à la fois archaïques et modernes. Or, l’espèce en question, baptisée "peuple du cerf rouge" ne semble s’affilier à aucun des représentants de la grande famille des hominidés, laissant à penser qu’il s’agirait d’un nouvel embranchement.

Les datations effectuées sur les restes fossilisés datent l’existence du "peuple du cerf rouge" à une période allant de 14.500 à 11.500 ans avant J.C. Il s’agit donc de l’espèce la plus récente en dehors d’Homo sapiens découverte sur le continent asiatique. En effet, les restes retrouvés jusqu’à présent dans cette région remonteraient à plus de 100.000 ans. Au vue de son importance, la découverte a d’ores et déjà fait l’objet d'une publication au sein de la revue PloS One.

Selon les experts, la nouvelle espèce aurait en fait évolué à peu près à la même époque que les hommes modernes au tout début de l’agriculture en Chine. "Ces nouveaux fossiles pourraient bien être ceux d'espèces inconnues ayant survécu jusqu'à la fin de l'ère glaciaire il y a environ 11.000 ans" souligne à l’AFP Darren Curnoe, directeur de l’équipe en charge des travaux de recherche. Il ajoute : "Ils pourraient aussi représenter des descendants de peuplades d'humains modernes inconnues qui auraient émigré d'Afrique plus tôt et n'auraient pas contribué génétiquement aux populations actuelles".

Mieux comprendre l’histoire évolutive de l’Homme en Asie

Les fossiles, notamment crânes et dents ont été découverts en 1989 dans la grotte de Maludong (qui signifie cerf rouge), située dans la province du Yunnan au sud de la Chine. Mais il aura fallu attendre jusqu’à 2008 pour que ces restes soient enfin analysés. "En 2009, lorsque je travaillais en Chine avec le co-auteur le Professeur Ji Xueping, il m'a montré le bloc de roche qui contenait le crâne. Après avoir ramassé ma propre mâchoire au sol, nous avons décidé de faire de ces restes une priorité dans nos recherches", se souvient pour LiveScience Darren Curnoe.

"Il est sûrement possible que le peuple du cerf rouge soit né d'un phénomène de métissage entre les humains modernes et d'autres populations telles que les Denisoviens", ajoute encore le scientifique. Aujourd'hui, la nouvelle découverte représente donc une véritable avancée dans la compréhension sur la manière dont les hommes modernes ont évolué en Eurasie. Mais les chercheurs ne comptent pas interrompre leurs travaux en si bon chemin.

Désormais, ceux-ci veulent extraire l'ADN des fossiles et le tester afin de voir à quel point le peuple du cerf rouge est proche des humains modernes ou même des Denisoviens. "Nous avons déjà fait un essai, mais sans succès", regrette Darren Curnoe. Malgré tout, "la découverte de ces nouveaux humains, peuple du cerf rouge, ouvre le prochain chapitre dans l'histoire de notre évolution, celui de l'Asie, et cette histoire n'en est qu'à ses débuts", conclut le co-auteur de l'étude.

Découvrez en images les fossiles et représentations du peuple du cerf rouge sur Maxisciences
http://www.maxisciences.com/humain/chine-des-fossiles-revelent-l-039-existence-d-039-une-espece-humaine-inconnue_art22786.html

Citation :
Alors Sapiens ne serait pas venu il y a 40.000 ans, tout d'un coup, pour massacrer Neandertal. Alors Sapiens existait déjà en Eurasie il y a environ 14.000 ans. Mais il y a encore certains scientifiques pour nous dire que Sapiens est venu d'Afrique, alors qu'il y a de plus en plus de preuves qui s'accumulent pour nous dire que Sapiens a eu sa propre évolution en Eurasie, ces mêmes scientifiques qui nous disaient que Homo érectus était l'évolution d'Homo habilis, étude ADN à l'appuie. On a découvert récemment que ces deux espèces d'homme étaient contemporaines et qu'elles ne pouvaient donc pas descendre l'une de l'autre. Nous allons voir ce que révèleront les nouveaux tests ADN de ces nouveaux fossiles. Il serait plus que temps de revoir le phylum pour le genre Homo, voir accorder une branche réservée à ce genre à côté des primates, les variations entre les hommes sont complexes, 14 espèces d'hommes et cela continu, ce qui n'existe pas dans l'ordre des primates.
Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Ven 16 Mar 2012, 02:35

Chere Douceur

" - d’une part, présuppose la seule
existence des lois immanentes au détriment des lois de la transcendance
et celles de la permanence. Pourtant la Trinité, neutrons (+/-,)
électrons (-) et protons (+) sont des faits tant dans l’Univers que dans
le corps humain. "

ces particules font partie d'une simple theorie qui parait simplissime qui est reduite a des eleves du secondaire et pour les conditionner a accepter sans reflechir des impossibilités si rentables pour le statuquo du systeme notamment de transmutation a basse temperature

et pourtant il a des preuves formelles dans les observations de PLKevran et j'ai moi meme verifié de ladites transmutation a basse temperature et dans le vivant en particulier mais pas seulement ...avec un peu d'electricite et d'ethericité la matiere n'est pas figée

alors la simplification de la theorie atomique ou quantique je n'en suis pas a trouver les failles mais a trouver d'autres modeles qui peuvent aider a comprendre des faits observés ...mais sans s'y attacher

ce n'est toujours que d'autres theories imparfaites en essence a la mesure de cette inperfection de l'etre qui n'est pas seulement ses neurones

Pour en revenir a l'IDEE pour commencer celle ci ne semble aucument liée au cerveau humain qui pretend l'avoir a lui et etre le seul a disposer de cette capacité de s'en servir

vaine pretention !
ceci en ayant prealablement observé longtemps d'autres especes et les formes de la vie et les langages d'autres etres vivants cela n'est pas le cas
et chaque forme de vie le montre dans sa forme et son comportement extrement sophistiqué et meme ou certaines creatures savent compter ..
les nombres ( des corbeaux par exemple et bien d'autres ...)

alors je rejoint a la foi le chamanisme des origines qui parle des oiseaux qui se posent sur la tete du reveur/revé et par ailleurs la these de ruppert sheldrake avec le champ de conscience morphique qui decrit assez bien des faits qui mene a cet asbtrait tres concret pourtant

cela reduit serieusement le role du cerveau a une machine tres efficace mais
qui n'est ni le lieu de la memoire ni celle de l'intelligence

pour la pensée en tant que "folle du logis " et les certitudes fausses des dormes admettons ( j'en ai mal a la tete !)

et cela est recoupé pas des recherches de l'epoque sovietique sur les champs de torsion du meme type que l'activité PK/TK /prescience et dont d'autres especes disposent aussi ...

et meme les plantes comme des liseron qui prevoient ou on va poser une tige dressée ou ils vont pouvoir s'enrouler


pour ce qui est de ces singes anthropoides du genre hominidés
Il faut savoir que l'inquisition et pas seulement chretienne s'est acharnée sur les detenteurs un peu doués visiblement de facultes de ce type autrement dit du "savoir" qui est liberté intrinseque

et cela commence par contempler pas besoin des casselespiedyens

et cela a existé dans tous les empires jivaros pour reserver a une classe qui se pretend elue ou initié pour s'assurer du reste du "troupeau" en tant qu'animaux domestiques...en se parant d'une ascendance supra qui fait que le maitre est aussi un raté et un parasite !

... on en revient au pretention lezardesques qui n'ont au demeurant pas besoin d'etre extraterrestres ca pourrai avoir ete des insectes geants ....ou des pieuvres
ou des amas de protoplasme , n'importe quelle forme de conscience qui tout de meme avec un corps organique qui possede des tas d'avantages ( et d'inconvenients ) pour ce jeu raté ou la vie la seule la vraie la connaissance

qui ne peut etre enseignée puisqu'elle est en essence dans TOUT

quand a l'apparition de la vie pretendue telle !!! la matiere qu'on pretend inerte dispose deja d'hysterisis la premiere forme de memoire elementaire

et l'une des manifestation est la cristallisation
et comme des orages du vent ... ou des formes sociales d'insectes possedent qui une intelligence de groupe tres sophistiquée ...

le neurone n'est qu'une petite machine tres specialisée qui sait se connecter mais toute cellule possede
deja une reactivité une proto intelligence ...memoire ...et surtout conscience


mais le mineral possede deja aussi cette reactivité energetique electrique redecouverte par T Brown ...et interagissante avec les autres donc la conscience Universelle

et on oublie les plantes qui dispose aussi d'une conscience et d'une intelligence ...mais fonctionnant sur un mode et une temporisation differente

alors panspermie ou pas ?
la vie organique serai née de toute facon et meme pas forcement sur une chimie du carbone mais aussi bien du silicium du bore

cela par une notion admise de chaos autorganisateur qui viole allegrement la pretendue entropie ...un peu de musique un peu d'intention un peu de verbe un peu de son la meme chose !


et dans les limites d'un Omnivers qu'on presuppose isotropique et aux lois figées dans toutes galaxies ...encore un postulat bien incertain qui relegue deja la theorie atomiste a un dogme seulement pratiques pour des chimiste pressés d'avoir un resultat satisfaisant sans regarder de trop pres

la litterature mentionne un certain corps composé organique qui ne savait pas cristalliser ....et un beau jour un type a reussi a l'obtenir dans cet etat

alors dans tous les laboratoires tous les echantillons se sont mis sous forme solide cristallisée
c'est cela la conscience et le mystere de la vie

quand on sait que meme le poids n'est meme pas lie a la masse selon les corps
mais a leur niveau d'activation de leur degré d'organisation

il se trouve que pourtant la base carbonée qui produit l'homo qui se declare sapiens et aussi se pretend au plus haut de l'evolution ...ce qui est fort douteux donne neamoins un champ d'expression tres vaste et tres beau

pour quelqu'uns s'il le souhaitent !

parceque la beauté/harmonie est intelligence et vie

alors les humains sont ils bon et beaux ? selon LTF pas plus qu'une autre forme de vie a part un trait qui devrai faire toute la difference

et ce n'est ni l'idée ni l'intelligence ni la memoire ni la force psychique ou physique
ni l'emotion ni la creativité ni la faculté d'abstraction ( les cetaces en disposent !)

alors qu'est que c'est a vos avis pertinents ?

en quoi les hommes sont les hommes et ils se sont elevés vers le ciel pour exalter toute ces facultés qu'ils soient de fils des etoiles ou sortis de la boue elementaire qui s'eveille ....

Dans la faculté de contempler d'apprendre et ensuite de partiper d'abord puis de créer ensuite ...A partir du vide qui n'est pas si vide qu'on croit mais façonné par la faculté superieure la seule la vraie

creer des IDEES qui peuvent prendre forme et racine sur ce plan manifesté ou les autres ...

et les encretinisés ne veulent pas que cela soit ainsi ...comme dans l'histoire du vilain petit canard ou d'une petite abeille qui decide de ne plus etre un ouvriere idem dans tous les mondes ceux qui progressent et aiment

et puis ceux qui se la petent et chutent vers le rien

L'etre humain pourrai devenir ce qu'il veut quasimement disposer de ce pouvoir qu'on decrit comme "divin"

alors pourquoi devient il un raté et un cretin pourquoi regresse t'il en se croyant si malin avec ses petites inventions ses mensonges ses illusions ?


parcequ'il ne sort pas des sentiers battus ...et qu'il se contente d'ingurgiter et regurgiter ce qu'il a lu ou entendu ce qu'on lui distille et sans verifier ni pratiquer et en se contentant des mots et des concepts et theories qui sont bien vide et fallacieuse ....

comme cette ignorance de la truie qui file qui est la seule chose dont elle ne doute pas le moins du monde alors elle essaie de faire un tout petit pas et de le partager quelques unes/uns avec ce grand handicapé de cette humanité qui l'entoure et se cherche mais souvent dans la plus mauvaise voie

parcequ'elle a oublié ce qui fait le plus grand secret qui n'est pas caché pas la propriete d'une creature meme tres avancée ...et donc il n'y a pas grand chose a en attendre que de l'amitie si c'est possible parfois

comme LTF aime les papillons les plantes le ciel et meme certain(e)s de son espece ...

et ailleurs dans des galaxies lointaines comme au fond des oceans d'autres cherchent aussi et toute ces formes vivantes ne disent pas longtemps "je sais tout je suis superieur" alors ces formes la progressent

et ceci tant qu'elle ne tombent pas dans la vanite de l'archonte meme pur un roi des grenouilles ....les autres au contraire qui affirment leur propre faiblesse de refuser d'appartenir au grand Tout et a l'intelligence supreme ...ils sont deja de la poussiere et de l'oubli

ainsi sera l'homme tel qu'il croit se definir par erreur ou bien il cessera d'exister tel qu'il est ou bien il sera homo galacticus simple voyageur et createur par amour

chacun peut choisir et ce n'est pas la forme qui fait l'homme il semble ?
Revenir en haut Aller en bas
azuréen



Masculin
Scorpion Rat
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 17/11/1960
Age : 56
Localisation : Dans l'Azur
Loisirs : Vibrant pour presque tout
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Ven 16 Mar 2012, 03:20

Myrrdin bonsoir,

Votre intervention est intéressante.

Ce n'est sans doute pas aussi simple, pardon compliqué.

Les échecs sentimentaux à répétition, l'absence d'un père, un enfermement dans le système avec une impulsion débordante peuvent amener parfois certaines personnes à chercher, à acquérir beaucoup de connaissances... et pourtant à oublier l'essentiel, c'est à dire à l'Elan continuel qui porte à ouvrir davantage notre conscience dans un amour persistant, en tout et pour tout.

La progression n'est pas dans la compréhension de telle ou telle chose, car nous sommes volontairement limités, avec les possibilités de connaissances que cela induit. Déjà pour expliquer le sens évolutif il conviendrait de ne pas prendre seulement le point de vue à partir de l'expansion de conscience, mais aussi à saisir celui pré-existant à cette expansion.

Pêle-mêle :

- La gnose, comme l'alchimie, induisent trop souvent le reflexe morbide de l'effort.

- L'Homme fait sa forme, et sa mémoire extérieure est intégré dans l'Homme.

-Le carbonne est seulement une étape.

Pour le reste, je suis d'accord avec vous. La création demande sans cesse de la création, et rien n'est figé, car sitôt un concept serait-il figé, qu'automatiquement son dépassement en est induit.

Bonne fin de nuit.



Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Ven 16 Mar 2012, 08:39

"mais aussi à saisir celui pré-existant à cette expansion."

selon LTF

c'est un concept qui parait dualiste a souhait
et son origine parait nettement cabbaliste
du Ensoph/Ain Ensoph séphirotique belle source de confusion categorisation dualité /chute

et on retrouve un postulat proche dans la theorie d'un big bang puisqu'on semble ainsi figer des limites a ce qui n'en a pas pas plus dans une perceptio du temps alors que cette dimension est liée a la conscience-gravité-vie

gravité de l'attirance de la conscience pour son propre reflet

et au sens de l'organique le temps est celui propre a la creature qui crée sa propre horloge comme un torseur particulier des 6 dimensions du monde manifesté selon une physique de l'ether et la 7eme au centre ( je n'aime pas rentrer dans cette reduction puremet abstraite source de tant de confusion !!) et
telle que la creature tant qu'elle n'a pas la mémoire totale et illimité la percoit pour une petite tranche appelée je suis et definit ainsi le " present"
par dualité

de ce quelle se veut faire croire que le futur n'influence pas le passé
pour accepter le determinisme de l'archonte de la chute

c'est precisement un autre aspect mal interpreté de l'evolution ( qui prentendrai dependre d'une source prexistente et exterieure a elle meme ?)
elle parait dans son expression de vie manifestée avoir des finalités retroactive du pourquoi qui participe du "comment"

cela c'est j'ai-ete-je-suis-je-serai le-vide-et-le-plein Creature qui peut etre vent
le soleil qui passe et revient et audela seulement comme Etre-Conscience-Immanence-Amour

le preexistant a l'etre-conscience ? c'est postuler non plus un vide-sans-forme mais bien le néant cela aucune intelligence ne peut le concevoir sans y tomber d'une certaine maniere car c'est nier l'essence du vide en tant que source du tout innefable c'est nier l'etre et la conscience

ainsi il semble que les caballistes autant que les mathematiciens astronomes se sont fait attrapés par le plus grand archonte vers la chute l'abrutissement par une meditation mal dirigée.

pour les priver d'aimer d'abord , de cocréer ensuite , de créer tout court
Revenir en haut Aller en bas
azuréen



Masculin
Scorpion Rat
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 17/11/1960
Age : 56
Localisation : Dans l'Azur
Loisirs : Vibrant pour presque tout
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Ven 16 Mar 2012, 10:42

Il y a un malentendu dont l'explication trop courte dans mon précédent mail en est la cause. Il était fait allusion à l'expansion de conscience dans la phase créatrice précédent la création des humains, et cela sous-entend que l'homme dans sa manifestation matérielle, donc temporelle, est bien un produit. Comprendre les raisons de de processus supprime le clivage plutôt que de l'induire.

Concernant le vide.

Le vide n'existe pas en tant que tel, c'est seulement un concept contrastant avec la matière manifestée. Le vide n'existe pas en tant que tel, car il est le siège même de la création. L'humain avec ses sens communs ne peut le conceptualiser, seulement le pressentir avec des sens élargis. Donc "penser" que Dieu "habite" le néant ne serait-il pas déjà une spéculation induite par la morbidité ?

Le début de mon précédent mail qui mentionnait certaines causes induisant certains effets, mettait l'accent sur cet aspect morbide. La limitation est un choix, qu'on peut toujours critiquer par la suite. D'ailleurs la critique, comme aussi la spéculation du reste, participent à la création. Les mathématiciens ou autres cabbalistes, "attrapés" ou pas dans une chute y participent aussi, même dans leur éventuel état morbide.

Personne n'est donc privé en rien de créer, puisque tous y avons une part active, et choisie, dans notre limitation s'entend.














Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Ven 16 Mar 2012, 20:13

"Personne n'est donc privé en rien de créer, puisque tous y avons une part active, et choisie, dans notre limitation s'entend."

merci on est en plein coeur de cette interrogation

d'ou vient "notre" limitation a votre avis ?

il y en a une& la plus repandue qui consiste a se calquer sur l'avis des plus influents selon un con-sensus qui pretend etablir le lien social de convenance .

mais ce qui est genant dans cette attitude c'est si ces etres qu'on a qualifiés aussi d'Alphas ou dominants sont en fait sous controle d'une certaine image conforme variable selon les epoques et les conditionnements educatifs mais dont la forme primaire est souvent identique pour le fond

et qui ne veut pas dire que ces etres soit sain de corps et d'esprit et dans certain cas bien au contraire qui les montre comme des etres SOUS CONTROLE

quand a l'origine de ce controle il y beaucoup de theses et de recherche notamment sur l'adduction alien , ou des nombreuses drogues ou alimentation modifiée ou les effets du dressage , le controle de pensée a distance par des ondes electromagnetiques , scalaires ou champ de torsion avec transfert psionique appelé aussi "magnetisme"

mais l'une est autrement simple et pathetique qui merite d'etre soulignée car TRES PEU EN PARLENT car c'est si humiliant !

en effet un parasite est repandu a la hauteur de 3 milliards d'etre infectés
et c'est des agents microscopiques qui utilisent l' humain en induisant des comportement complexes specifiques et adaptés au genre male et femelle tout en envoyant des pheromones ... aussi des signaux sublimaux pour convertir les humains inconscients conceptions aussi absurdes soient elles dans le seul but de repandre ces parasites le plus possible .puisque l'acceptation d'une idée n'a RIEN DE LOGIQUE !

c'est une partie de la meso encephale qui si jamais elle est inhibée , personne ne suivrai les opinions de qui que ce soit aussi facilement
ce qui trait similaire au fonctionnement vis a vis d'une addiction a une drogue
http://schwann.free.fr/mecanismes_mol_dependance.html

le lobe du mouton suiveur ...rien que cela suffit pour le troupeau
addictés au fait de la satisfaction automatique avec secretion d'endorphines de plaisir suite au comportement le plus conforme possible ...meme a n'importe quoi !

.pour ces meneurs& menés on connait seulement le role de modification de comportement du a deux ou trois especes parasitaires sur les millions dans la nature et dans leur propres corps .. ou du moins peu osent en parler et car c'est aussi notamment dans des traditions d'afrique et d'asie et pas vraiment sympatiques ..a cote les histoire d'aliens sont pitoyables



avec ces agents bien vivants et hostiles sans avoir l'air et meme le contraire et qui prennent le controle sans que la victime le sache .. sont pourtant consideres comme des maledictions pour qui en est le porteur qui finira pas en mourir apres avoir rempli sa mission ...et le troupeau va attendre un remplacant ...

et c'est plus pratique d'etre au commande de ceux qui commandent le troupeau n'est pas ?

l'interet de cela ( si on peut dire !) c'est que c'est tres tres difficile d'echapper a des petits bestioles auquelles peu ou personne ne prete attention


alors si on commencait par etre certain de ne pas etre parasité ce serai plus facile de reposer les memes excellentes questions sur l'etre humain et apres avoir interdit au manipulateurs manipulés d'exercer l' influence de leur parasite .

et ou devrai aller cet etre humain retrouvant son libre arbitre s'il n'etais pas en regression et dans ce cas chercher a savoir pour qui pour quoi et redresser le cap ...

mais est ce encore possible pour la plupart quand on peut lire autant de choses pour le moins incertaines affirmées comme verités universelles alors qu'on peut meme determiner que c'est un gene ( qui peut etre modifié par un virus par exemple)
qui stimule ou inhibe tel ou tel comportement et donc ipso facto toute opinion
qu'elle soit fondée ou non

et cette autre interrogation est tout a fait d'actualité au moment ou le vivant est en voie de sequestration avec des fins mercantiles manipulatoire dont la portée meme a court terme echappe completement a ceux qui en sont les instigateurs

http://www.snv.jussieu.fr/vie/dossiers/compgene/compgene.htm

et qu'arrive t'il si on met un troupeau de veaux dans la foret sauvage ou l'auroch ou le bison se portaient a merveille ?
Revenir en haut Aller en bas
azuréen



Masculin
Scorpion Rat
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 17/11/1960
Age : 56
Localisation : Dans l'Azur
Loisirs : Vibrant pour presque tout
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Sam 17 Mar 2012, 00:09

Imaginons une perrsonne vivant il ya quelques siècles au coeur de la nature. Quelle sont ses chances de survie face à un virus ? Seraient-elles de beaucoup supérieures à celles d'un humain vivant au coeur d'une citée ?

Pas sûr, car cet homme vivant dans la nature serait peut-être carencé à cause d'une alimentation déséquilibrée comme on l'a constaté dans de nombreuses peuplades isolées, où l'espérance de vie et notoirement réduite, sans parler des conditions de de confort vie (édentés à 30 ans, voire moins).

Il convient déjà de définir un virus. C'est une entité qui a besoin d'un corps pour évoluer.

Comment faut-il s'y prendre pour se débarasser d'un virus ?

En le faisant évoluer. En essayant d'élever la fréquence du virus au niveau de la fréquence de l'hôte, et le virus aura sa part, évoluera et arrêtera sa multiplication.

Durant ma jeunesse j'ai un moment pensé devenir moine. Je m'étais alors posé la bonne question à savoir : quid de mon avancement spirituel en milieu restreint.

Est-ce que la vie sociale n'était pas une voie certes plus risquée mais finalement efficace ? Je ne regrette rien de ce choix.

Alors on peut toujours dire que la société nous fait ingurgiter des poisons, nous stresse au point de ne presque plus penser par nous même ou de mener nos âmes à l'abattoir. La société est très loin d'être parfaite (d'un certain point de vue s'entend), mais à 51 ans, avec toutes mes dents, pardon mes doigts, je pianotte pour échanger des idées avec des personnes extérieures à ma tribus, des personnes qui ne pensent pas comme moi. Et ça, ça vaut bien tous les produits bios et les méditations isolées au milieu des bois.

Amitié








Dernière édition par azuréen le Mar 20 Mar 2012, 09:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Sam 17 Mar 2012, 01:50

Bonsoir Myrrdin,

Les Gardiens des Humains : certains Végétaux (Arbres Gardiens) et Animaux comme les Cétacés, les Félins sont des Gardiens qui jalonnent notre parcours terrestre.

L' « Intelligence » des Insectes Gardiens n'est pas non plus à sous-estimer en effet. Grande fut ma surprise le jour oú une mite – papillon de nuit – (éblouissante à mes yeux au point de m’écrier silencieusement : « Mon Dieu que tu es Belle ! ») ayant, à 1 m de moi, captée ma pensée fit dans les airs, un demi arc de cercle, piquant du « nez » vers mon visage, se posa sur ma lèvre supérieure et déposa ses ailes battantes sur celle-ci. Je n’ai jamais rien senti d’aussi « doux et voluptueux » que les caresses des ailes d’un insecte vivant !

Expérimenter en conscience ne permet ni de sur-évaluer ni de sous-évaluer sa place dans la Création.

C’est la raison pour laquelle je n’adhère aux articles et écrits qui « bêtifient » les Humains et les « réduisent » - en se basant sur des comparaisons, pour moi, impropres - à de simples bêtes de somme sans cervelle descendants « linéairement » d’animaux encore plus primitifs et donc sans Potentiel Créateur.

Citation :
alors pourquoi devient il un raté et un cretin pourquoi regresse t'il en se croyant si malin avec ses petites inventions ses mensonges ses illusions ?
Si je comprends ta colère face à certains comportement régressifs, personnellement, je vois la beauté et l’utilité des inventions soient-elles « pensées fallacieusement être nouvelles » ou pas, à « double tranchant » ou pas, et donc utilisées à bon escient ou pas, etc.

Nous ne sommes pas de simples (morceaux de viande) parasités et nous ne sommes pas dénigrables parce qu’il y a confusion dans nos têtes entre intelligence, Conscience et inhibition du potentiel. Et nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne.

« Sans cerveau », l’individuation « humaine »- et par conséquent l’union - ne sait se faire. Réaliser ce point essentiel n’est PAS prétention de supériorité (d’intelligence ou autre) sur les autres entités vivantes.

Citation :
(...) le travail de reconnexion des hémisphères gauches et droits de notre cerveau ? Chez moi, cela a commencé la première fois lors de la méditation du 15 septembre dernier [2008].

Avant cette date, je vous avais signalé que mes corps physique et éthériques réagissaient comme s'ils étaient branchés non-stop sur une prise de courant donc en effervescence continuelles (c'est comme si mes cellules et molécules réagissaient comme des bulles de champagnes, pétillant, éclatant, fusionnant,... et cela sans répis pour le moment du moins). Depuis que travail est fait sur mon cerveau, ces ressentis sur mes corps sont bien plus fort.

Ce que je constate encore de trés intéressant est que travail sur mon cerveau n'a cessé depuis cette fameuse méditation. Plusieurs jours de suite les chirurgiens éthériques ont travaillé sur le même coté - pour moi cela a commencé par le coté droit, plusieurs jours durant un faisceau de lumière s'est enfoncé de mon crane avec une douleur aigue (quand je sens une perforation se faire dans mon cerveau, il me suffit de fermer les yeux pour voir un faisceau blanc-or d'á peu prêt 5mm de diamètre me rentrer perpendiculairement sur le coté supérieur droit du cerveau) et ce chaque jour au même endroit exactement, au mm prêt en plus ! Quelle précision !! Je n'ai pas fait attention au nombre de fois, oú cela s'est produit mais je pense á 3X. Les jours d'après se fut sur la partie gauche et vous allez rire, exactement au même endroit que sur la partie supérieure droite comme s'ILS avaient un instrument de mesure pouvant calculer avec précision l'endroit oú percer.

Citation :
ces particules font partie d'une simple theorie qui parait simplissime qui est reduite a des eleves du secondaire et pour les conditionner a accepter sans reflechir des impossibilités si rentables pour le statuquo du systeme notamment de transmutation a basse temperature.
Non, ce ne sont pas de théories mais des vécus personnels – qui vallent ce quelles vallent - : le canal Christique central (+/-) dans notre corps délimite, de part et d’autre, le coté magnétique de l’électrique. (cf. Le Lien et la Séparation)

Citation :
En dialectique : - on ne peut unir que ce qui est séparé

Plus on sépare nettement, mieux on peut unir.

Car ce qui confond oppose, et ce qui discrimine (sépare) réunit.

Et oui, a bien lieu dans le corps, une lente transmutation mais à la condition préalable que ces énergies soient en nous réparties dans les proportions adéquates :

- en premier lieu, en biologie basée sur le Carbone et la Silice (ou transmutation semi-éthérique)
- en deuxième lieu, en biologie basée sur la Silice uniquement (ou éthérique)
- en troisième lieu, la matière se transforme en lumière liquide hydroplasmique

Citation :
(...) différents "ajustages" ont été fait sur moi et en moi. D'abord sur mon soleil intérieur, ou haut coeur en fait, puis sur ma chair humaine, sur ma peau : mes pores, les molécules de ma peau ont commencée á GRISAILLER comme sous un effet "électrique" et je me suis rendue compte que ma couche cutanée se mettait á "CRISTALLISER". Sur mes hanches, mes bras, ma colonne vertébrale, mes jambes, etc... la surface de mes corps physique et éthérique se transformait en Cristal dont la face, située à l'intérieure de moi, s'étirait vers mon soleil intérieur. Ce processus, je le sais, n'est pas encore terminé...
Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Sam 17 Mar 2012, 06:46

Bonjour Douceur

Tres belles images intereures que celles que tu transmet et LTF sait voyager avec son imagination mais les reveils sont d'autant plus difficiles si il n'y a pas un parallele entre l'interieur et l'exterieur

la perception et les choses telles que non seulement soi mais d'autre et le monde de la conscience veritable les concoit .

Car tes images tres radieuses a ton propos sont elles celles qu'une autre creature a coté de toi percoit de la même maniere ?

Ce qu'il a de formidable dans l'etre humain c'est la capacité de se leurrer
et helas c'est en le decouvrant que j'ai compris et je te rassure pas qu'un ni en une fois

des tas d'erreurs et de recommencements !

1 ) pourtant il semble qu'il y a bien une voie de progres interieur et je ne pretendrai jamais qu'elle soit identique pour toutes tous mais qu'on peut en constater des effets pour certaines disposition que j'ai verifié et de plus en plus

et dans ce cas c'est IMPOSSIBLE que ce soit une auto-illusion
car les animaux et la nature sauvage ne mentent PAS !

2 ) que beaucoup de methodes d'avancée de training mental des theories scientifques ... et de ont dits qui s'y rapportent
d'interpretations des resultats de ces methodes sont au moins inverifiables d'autres partielles ou partiales
au pires des mensonges manipulatoires et que les gourous ou les doctrinaires autant dans le paradigme actuels de partout sont leurrés eux memes ou au pire controlés ou bien MALADES !

IDem dans ceux qui pretendent CONTROLER CE MONDE et ceux qui les suivent
cet ORDRE qui signifie la faim la soif des DEUX TIERS DES PRESQUE 7 milliards d'HUMAINS et les petits bobos pedants dans leur petit confort et conformisme qui estiment qu'ils sont sages ou qu'ils vont le devenir en continuant leurs divagations ...pendant que leur MONDE est en train d'ETRE DETRUIT presque irreversiblement



car on reconnait un arbre a ses fruits et c'est pas un adepte aussi gourifié de la meme espece qui pourra le dire pas plus qu'un opposant forcené lui meme berné par son materialisme son sectarisme qu'il pretendra "liberté" et dont il se gargarise alors qu'elle provient de la DESTRUCTION du VAMPIRISME
de L ABUS de plus faible et de vie organique sur la terre et de sa DELICATE HARMONIE de ce monde et d'un reseau de forces invisible qui existe mais PAS COMME LA plupart en parlent

parceque ceux qui savent dans les humains sont tres tres rares ...
une sauterelle et un merle le savent mieux qu'un humain selon LTF !


les plus superbes ressentis du meme genre que les tiens seuls c'etait sur une route en hiver a une temperature de -20 la nuit avec ce qui doit etre une petite experience tres proche de la mort

Alors a un moment en quittant a moitie mon corps tremblant malade et glacé j'ai ressenti une extase de bienheureux mais l'instant d'apres j'ai compris ce qui se passait puisque j'etais en train de passer de l'autre coté et que si mes cellules devenaient comme des cristaux c'est que j'etais en train de geler ...
c'etais tres tres merveilleux ...mon esprit etais en train de me tromper pour que le passage ne soit pas trop douloureux

et puis il a une une force venu des profondeurs qui a dit STOP et la douleur est revenue et puis la lutte ... une lutte interieure terriblement douloureuse pour activer la chaleur petit a petit et puis se lever contre la souffrance la faiblesse et l'apesantissement ...
et c'est pour cela que je suis encore la a ecrire ce genre de messages et que je me permet d'emettre certains avis qui vont tellement a l'encontre de la plupart ...

& comme j'ai trouvé des arbres et mangé des fruits sans les planter lors ce passage alors j'ai decidé de planter d'autres arbres pour qui viendrai apres ...

si seulement ceux qui sont encore la ont decidé de les conserver ?

et idem pour les connaissance etranges auquelles j'ai eu acces et qui m'ont mis sur la voie ou plutot celle du deconditionnement a mon sens la vraie la seule
celle du debutant a chaque instant , la voie de la verité qui est toujours simplicité paix mais aussi savoir voir ce qui sale repoussant ou menacant quelque soit les apparences et de RESISTER AU MOINS INTERIEUREMENT
mais AUSSI PAR SES ACTES CONCRETS !

A 13 ans j'ai pratiqué SEUL pranayama intensif selon l'upanishad de la grenouille pour tenter d'obtenir les siddhis ->moins d'une respiration par minute trois heures par jour vegetarisme total -> effectivement la perception du monde est completement differente et assez extatique mais cela ne change rien a part parfois quelques manifestations qui peuvent paraitre extraordinaires vu de l'interieur mais pas forcement vus d'ailleurs et le progres par ailleurs c'etais pas probant ...

et c'est pas ca qui m'a appris a tenir un pinceau une truelle a reparer une machine ou en fabriquer pas plus dans le domaine de la puissance interieure qui peut tres bien se manifester ...mais pas par ce genre de methode qui fait le CONTRAIRE d'apres au moins une autre experience decisive :

A 30 ans et quelques apres un accident de voiture j'ai perdu l'usage d'une main d'une partie
de ma memoire mais j'etais bandé comme une momie sortant de l'hosto contre avis medical et comme j'avais pas la garantie Securite sociale payante j'etais donc obligé de partir en marchand a peine mais ca ou la saisie de mes derniers biens terrestre pour payer cet hopital ... mais tout cela dans l'abandon et la paix bien que sans un sou a la campagne et sans nourriture ni vehicule telephone et heureusement une antique maison et cette terre laissée un peu a ce qu'on appelle 'abandon ' ou je suis en ce moment meme et j'ai agrandi cet etat de retour a la nature si c'est possible ...et qui fait que des animaux sauvages se sont donner rendez vous dans ce "refuge" et que l'impact de LTF fait que ca devient un parc un peu comme l'un de ceux de mes ancetres vendéens avant l'expropriation du dernier domaine ancestral par la commune .

Pour ce que ces 'braves gens et specialistes en tout " en ont fait ... le "vert" un jardin public a la soupe moderne .... mais sans un papillon et si peu d'oiseaux plus une fourmi une araignée un libellule ... ils ont memes bouchés une source d'eau jaillisante pure et potable ...puisque cela concurrence la societé des eaux publique payante ...

alors que cette source alimentais des puits dont les eaux gratuites etais offerte a tous dans cette commune de si braves gens qui ont assassinés mes ancetres femmes et enfants vendéens pour bien les remercier ...

alos presque et a ce moment comme dans ma tendre enfance dans ce parc les animaux sauvages sont venus me voir
les sauterelles ne cessaient pas de striduler sur mon passage , les oiseaux ne 'envolaient plus puisque j'avais cessé d'etre pour une grande part d'etre cette auto definition de jivaros "humaine" et sociale et qui me faisait dans cette meme enfance me faire rouer de coups ou me battre mais jamais a un contre un par 10 gamins acharnés sous l'oeuil complice des surveillants et memes de curés et ceci c'est toute ma vie

ensuite la memoire est revenue avec la "guerison" et cette notion qu'on dit humaine et faite d'autoillusion et de conditionnement ...alors les animaux qu'on dit sauvages se sont ecartés auparavant comme je m'etais ecarte de la paix veritable

ce que LTF dit c'est que si qui que ce soit a le niveau qu'il pretend les animaux sauvages les voient et le sentent immediatement et il est meme possible de faire des choses inhabituelles et je dirai pas miraculeuses car la vie est elle meme le plus grand miracle sur ce monde



et ce qui est troublant que d'autre part c'est que quelque soit la methode qui se disent 'spirituelles ou mystique" que j'ai testées ( je ne doit pas etre tres doué !) par contre j'ai appris dans les autres domaines sur ce plan que je pouvais presque tout faire par moi meme et tout seul de mes mains et avec mon esprit !!! mais que pour le plan qu'on dit superieur et les moyens pretendus pour y acceder on peut trouver des foultitudes de methodes aucune d'entre elles n'a jamais fait que les animaux sauvages ne soient devenus aussi proches que dans cet etat de serenité qui dans ce cas montre des choses aussi incroyables que des merles qui coupent la queue des cerises INTACTES sur un arbre pour les faire tomber pour un etre incapable d'aller les chercher et d'autres choses du meme genre
qui sont bien verifiables ... et toute la difference c'est que ce monde redeviendrai un JARDIN comme celui autour de LTF et que cela durerai ...

le monde tel que je le voit ce qu'on peut faire ...peut etre le plus grand c'est qu'avec une intention pure c'est ce qui ferai qu'on peut meme faire pousser quelques choses et exister a partir de ce vide
et pour commencer on apprend a le faire avec ses petits moyens humbles , on apprend on partage on aide les autres et surtout on ne fait pas de vaines ou fallacieuses
promesses on ne cherche pas a les dominer on ne profite pas on n'abuse pas on ne detruit pas sans raison par mechanceté ou egotisme on se cultive et on cultive ce qui nous entoure comme si c'etais soi meme

cela desolé mais la vie me montre tous les jours que les humains ne savent pas faire


quand a l'avantage du progres pour quelques uns
pour LTF se soigner signifie trouver ses remedes ou les fabriquer les faire pousser
et meme pouvoir les offrir ...gratuitement

ce systeme pour LTF c'est ses dents en moins ( pour repondre a l'azur !) tout en etant un ancien ingenieur de recherche et avoir tellement trimé

et effectivement LTF ne sait pas les faire repousser pas plus que ses cheveux qui deviennent plus clairsemés et grisonnants

LTF peut rever de l'interieur de cet etre qui est toujours eternellement jeune et rayonnannt qui fait que ce qu'il touche reviennent a la vie peu a peu

mais peu importe la sagesse hypothetique de faire tomber la foudre a volonté ou de voir a distance sans instrument dans le passé ou les meandres des bifurcations des possibles


mais pour que tout renaisse en harmonie veritable et visible s' il faut aussi savoir donner mais egalement recevoir beaucoup d'amour avec beaucoup de connaissance a partager

et ce monde redeviendrai comme un vaste jardin et ces petites bestioles qu'on appelle virus sortis souvent des labos ne rendrai pas malade quoi que ce soit mais ferai
seulement leur role de transmission et les autres de transformation .
et l'homme y aurai sa place et aussi pour qui veut aller visiter ou meme vivre dans d'autres mondes dans l'immensite mais jamais plus comme un predateur jamais plus comme un parasite stupide qui parle des choses qu'il voit sous le seul eclairage de son indigence interieure ou artificielle .
Revenir en haut Aller en bas
azuréen



Masculin
Scorpion Rat
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 17/11/1960
Age : 56
Localisation : Dans l'Azur
Loisirs : Vibrant pour presque tout
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Mar 20 Mar 2012, 10:28

A la manière des amis de Job, je pourrais m'assoir en silence. Ce faisant j'aurais l'impression de cautionner un drame qui n'est pas le mien.

Vivre pleinement son drame c'est avoir continuellement une vue sur celui-ci, sinon ce drame ne serait pas vécu dans son essence, et personne ne souhaite priver personne de la pleine expérimentation. Merci Myrrdin de nous faire partager ta vie.

Alors je vais aussi partager la mienne.

A 12 ans j'avais compris l'essentiel, c'est à dire que tout s'examine en sagesse, et non pas en puissance.

A 29 ans que la sagesse est le fruit de la puissance.

A 49 ans que la sagesse devient puissance à son tour.

Alors la projection d'un monde dans la sagesse est avant tout la projection d'une puissance.

Tout ce qui s'exprime en dehors de "Etre" est une "puissance" induisant des dominants et des dominées.






















Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Mer 21 Mar 2012, 16:50

Citation :
le neurone n'est qu'une petite machine tres specialisée qui sait se connecter mais toute cellule possede
deja une reactivité une proto intelligence ...memoire ...et surtout conscience

Les neurones de l'argent
Le concept de monnaie aurait une localisation cérébrale.


Sébastien Bohler

La monnaie est une invention récente, à l'échelle de l'évolution des espèces. Alors que notre cerveau a eu le temps de s'adapter à certains dangers ou prédateurs qui le côtoient depuis des millions d'années (araignées ou serpents), on considère qu'il n'a pas eu le temps de se doter de structures innées spécifiques à la reconnaissance de l'argent.

Et pourtant, Catherine Tallon-Baudry, de l'Institut du cerveau et de la moelle, et ses collègues ont montré que le cerveau présente une activité bien particulière quand on lui présente une pièce de monnaie, et ce indépendamment du fait que cette pièce ait été ou non vue ou utilisée préalablement. Comme si le concept d'argent avait trouvé un ancrage dans certains circuits neuronaux, que l'on nomme la voie visuelle ventrale.

Dans leurs expériences, C. Tallon-Baudry et ses collègues ont présenté à des volontaires des pièces de monnaie connues, ayant ou non une valeur aujourd'hui (euros et francs), et également des pièces inconnues ayant ou non une valeur (dollars canadiens et marks finlandais). Ils ont constaté que le fait de représenter une valeur monétaire, indépendamment de la familiarité de la monnaie, active la voie visuelle ventrale. C'est le cas de l'euro et du dollar canadien. En revanche, une pièce sans valeur actuelle, qu'elle soit familière ou non, ne l'active pas : c'est le cas du franc ou du mark finlandais.

Ces expériences montrent que le cerveau s'est adapté à une donnée culturelle (économique et sociale), la monnaie, en établissant un moyen de catégorisation régulière et identique d'une personne à l'autre de cette donnée culturelle. C'est aussi ce qui s'est passé lors de l'invention de l'écriture : avant l'apparition des premiers symboles écrits, aucune zone du cerveau n'avait évolué en fonction d'une quelconque contrainte de sélection intégrant les symboles écrits. Malgré tout, le cerveau a mobilisé des zones bien précises pour traiter l'écrit, et ces aires cérébrales sont aujourd'hui bien identifiées. D'autres symboles culturels, représentant un concept nouveau et distinct comme ce fut jadis le cas de la monnaie ou de l'écriture, pourraient à l'avenir « recruter » des zones cérébrales qui n'avaient certainement pas été « conçues » à cette fin. Cela pourrait être le cas de l'arobase qui revêt une valeur particulière dans le monde d'Internet, ou du « hashtag », symbole « dièse » sur un clavier d'ordinateur, de plus en plus utilisé sur les pages Twitter pour attribuer une fonction générique à un mot-clé lors d'une recherche. L'effet du hashtag est de transformer un mot en « mot-clic » qui entraîne l'affichage de toutes ses occurrences sur d'autres pages Twitter ou Internet. La valeur conceptuelle d'un mot-clic étant très différente d'un mot simple, il est probable que chez les internautes en faisant un usage régulier, une zone du cerveau prenne en charge ce nouveau concept. Mais il faudrait d'autres expériences pour s'en assurer.

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actualite-les-neurones-de-l-argent-28688.php
Revenir en haut Aller en bas
azuréen



Masculin
Scorpion Rat
Nombre de messages : 82
Date de naissance : 17/11/1960
Age : 56
Localisation : Dans l'Azur
Loisirs : Vibrant pour presque tout
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Mer 21 Mar 2012, 18:05

Merci du renseignement Douceur, je vais épingler un billet de 500 euros sur le mur de ma chambre pour "ouvrir ma vision".


Plus sérieusement, je pense que dans beaucoup de cas l'argent rend les personnes plus intuitives. Plus ouvertes aux autres, c'est une toute autre histoire !

Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Mer 21 Mar 2012, 21:51

l'argent ...et la reponse de l'egregore Mamon
faire semblant d'ignorer la projection inconsciente que cette parodie d'energie fiduciaire recouvre
plaisir addictif d'un instant qui fait que trop nombreux en font cette sorte de divinité a la place d'un crucifix ou bien du trophée de chasse comme de toute autre image de leur projections de tant de desirs que d'autres ont eu a leur place et pour affirmer cette dependance qui depasse meme celui qui en font le relai et affirmer que c'est par grosse impression de grosses coupures qu'il peuvent l'afficher et essayer de tout acquerir au prix de leur neant



merci douceur un autre article sur le meme site pourrai plaire a ces rats qui donneraient des lecons des maitres pour lesquels la truie ne prendra pas la pose .

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actualite-le-rat-plus-genereux-que-l-homme-28698.php
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Jeu 22 Mar 2012, 18:53

Vers oú va l'être humain ? Voici un avis :



Partout, je sens monter l’intolérance
Michela Marzano

Ce que l’on voit d’abord chez elle, c’est le feu. La générosité. En Italie, la philosophe Michela Marzano est connue pour ses interventions passionnées à la télé. Elle est aussi éditorialiste au quotidien La Repubblica. Thèmes clés de son engagement : la résistance contre le « primat de l’économie » qui ne conduit qu’à la violence, et la lutte contre l’injustice qui frappe aussi bien nos sociétés que les rapports Nord-Sud. En France, elle enseigne l’éthique à l’université Paris-Descartes, dont elle dirige le Département des sciences sociales. Elle a publié des livres remarqués sur le corps, la sexualité, la manipulation... Son dernier né est un « Dictionnaire de la violence », où elle a coordonné les contributions de deux cents experts. Elle-même y a rédigé quatre articles sur la confiance, le désir, la peur et les « snuff movies » (et autres vidéos ultra violentes). Michela Marzano ne croit pas à la neutralité du chercheur. Mais elle sait se garder du manichéisme et reconnaître qu’en tout humain bouillonne une pulsion violente, qu’il s’agit de sublimer. C’est tout le travail de l’éducation, qu’elle voit en crise et dont la renaissance constitue pour elle une priorité.

Clés : Pourquoi vous être lancée dans la réalisation d’un dictionnaire sur la violence ?

Michela Marzano : Après m’être intéressée au corps, à la sexualité et aux violences qui peuvent les accompagner, du point de vue de la victime, j’ai voulu comprendre les choses du point de vue du bourreau, appréhender la violence globalement, comme une composante de la nature humaine évoluant au fil de l’histoire. Mais je me suis vite rendu compte que je n’y arriverais pas toute seule. C’était trop compliqué, il fallait croiser les regards des philosophes, des psychanalystes, des historiens, des juristes, des artistes, etc. Le meilleur moyen était un dictionnaire. J’en avais déjà dirigé un sur le corps. C’est une formule intéressante, où le lecteur peut cheminer à son gré. Mais je ne recommencerai pas : faire travailler deux-cents-vingt auteurs pendant quatre ans est une tâche éreintante ! Elle m’a heureusement beaucoup appris.

Vous avait rédigé vous-même quatre articles de ce dictionnaire. Le premier est le mot « Confiance ». Quel rapport entre confiance et violence ?

La confiance constitue la base du lien social. Elle endigue donc les pulsions de violence. Le problème, c’est que si je fais confiance, je m’en remets à une instance extérieure à moi, une personne ou une institution, et cela me met en situation de vulnérabilité : faire confiance, c’est rendre possible un abus de confiance, une trahison, qui est une forme de violence très contemporaine. Aujourd’hui, la confiance fait défaut. On constate sa disparition progressive partout. Depuis la crise financière de 2008, la crédibilité des sociétés occidentales et de l’économie libérale s’effrite de plus en plus. La multiplication des scénarios conspirationnistes en est un signe : on remet en question la parole des experts, des chefs d’entreprises, des journalistes, des politiques.

Mais la confiance ne s’établit-elle pas d’abord entre individus ?

L’idéologie néolibérale a induit une mentalité ultra individualiste. Depuis trente ans, on hyper valorise ceux qui, ayant appris « l’estime de soi », ne font plus confiance aux autres. Du coup, on perd la coopération. Les entrepreneurs le disent : il y a perte de confiance au sein des équipes, parce qu’on a poussé les gens à l’excellence en solo, avec cette issue violente : d’un côté les winners, de l’autre les loosers, incapables d’entreprendre. C’est un modèle social à courte vue : seule la coopération permet de développer des projets communs, donc un vrai développement.
Autre exemple d’extension de la défiance : les rapports entre malades et médecins. C’est un domaine où la relation de confiance est essentielle – on la mesure scientifiquement dans le phénomène du placebo : l’efficacité d’un remède est proportionnelle à la confiance qu’on a en celui qui le prescrit. Or que s’est-il passé ? Ne pouvant plus traiter son patient comme un enfant, le thérapeute a dû prendre en compte son autonomie individuelle et son consentement – à juste titre. Mais progressivement, l’esprit sécuritaire de nos sociétés a fait que ce consentement s’est trouvé pris dans une méfiance croissante et réciproque : le patient est prompt à envisager de porter plainte contre son médecin et ce dernier lui fait signer force formulaires de décharges, pour se protéger d’éventuelles poursuites.
On pourrait prendre aussi l’exemple des contrats de mariage, qui se multiplient, même si nous n’en sommes pas au stade des États-Unis. Là-bas, le jour où l’on se marie, il faut prévoir, dans les moindres détails, tout ce qui se passera le jour où l’on divorcera. Imagine-t-on manque de confiance plus criant ? Le même phénomène atteint peu à peu le rapport entre enfants et parents, ou entre étudiants et enseignants.

Vous parlez de vos étudiants ?

Entre autres. Que les enseignants soient évalués par leurs élèves, cela fait partie du jeu. Mais bientôt, il faudra signer un contrat en début d’année pour garantir un taux de réussite aux examens. Or, la voie contractuelle ne peut pas tout réguler ; son extension excessive signale que la confiance a disparu. Le philosophe Georg Simmel disait que, dans l’acte de confiance, il y avait forcément un moment où la personne devait s’abandonner et sauter dans le vide. On n’est pas obligé d’en arriver à la foi absolue du dévot prêt à mourir pour sa secte, mais la confiance suppose une prise de risque, un pari sur l’autre, sans quoi on fige les relations.
Méfiance et violence vont de paire, parce que la méfiance suppose une certaine peur et qu’il est beaucoup plus facile de devenir violent quand on a peur. Les êtres les plus violents sont les paranoïaques, qui pensent que le monde entier leur en veut. Dans une société globalement paranoïaque comme la nôtre, la violence est latente. Aujourd’hui, la tendance montante est de systématiquement considérer l’autre comme dangereux. Ce n’est pas nouveau, l’histoire de l’humanité est traversée par le refus de l’altérité, de l’autre en tant qu’autre, différent, étranger. Mais aujourd’hui, l’esprit du tout sécuritaire, associé à la crise économique, accentue la diabolisation d’autrui. Et l’idée d’un « risque zéro » pousse à négliger l’éducation et la prévention sociale, qui sont pourtant les seuls instruments capables de faire diminuer la violence à terme.
Bref, nous assistons à une régression. Au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, on pouvait s’imaginer que la Déclaration des droits de l’homme allait vraiment être appliquée et que tous les humains seraient bientôt traités à égalité. Depuis trente ans, c’est l’inverse qui se produit. Traiter nos congénères comme des esclaves reste possible. Cela se produit tous les jours sur cette planète.

Cela dit, dans nos sociétés, la violence physique, les crimes de sang notamment, ont considérablement diminué, ne serait-ce qu’en un siècle. Ne faut-il pas le rappeler pour contrebalancer ce que vous dites ?

Vous n’avez pas tort. D’ailleurs le premier but de notre « Dictionnaire de la violence » était de donner la parole aux sociologues qui montrent que certaines violences sont clairement en train de diminuer. Leurs études expliquent combien les médias nous désinforment, en alimentant les rumeurs de banlieues violentes ou de quartiers infréquentables, ou extrapolent tel fait divers barbare et en rendent potentiellement responsables tous les jeunes issus de l’immigration. Il est nécessaire de déconstruire ces clichés. Mais il ne faut pas pour autant nier que la vie dans certaines zones sensibles est ressentie comme très violente, parce que la situation socio-économique y devient épouvantable. Et qu’il peut effectivement en surgir des explosions d’ultra violence, comme en France en 2005 ou en Angleterre en 2010. Quand tout votre immeuble est au chômage et que vous suivez à la télévision ou sur Internet les péripéties de l’économie mondiale, la crise des subprimes, les bénéfices des banquiers ou des traders, etc., ce n’est plus seulement une violence physique, que vous subissez, c’est une violence sociale et symbolique. La violence symbolique ne passe pas par des gestes, mais par des mots. Et quand on analyse le langage de nos contemporains, on découvre qu’il est de plus en plus violent et injurieux. L’injure est une violence qui efface l’autre, tente de l’empêcher d’exister. Aujourd’hui, la violence symbolique est notamment liée à l’abus du pouvoir politique.

Le langage politique n’était-il pas beaucoup plus injurieux dans les années trente, quand fascistes et communistes se traitaient de tous les noms, chacun appelant au meurtre de l’autre ?

Oui, mais les démocrates ont été très fiers, ensuite, de dire, avec sincérité : « Plus jamais ça ! » Or, même si je suis influencée par ce qui se passe en Italie, mon pays, d’une façon générale, je sens monter un peu partout des discours d’intolérance : contre les étrangers, contre les homosexuels, contre les nomades, contre les marginaux, contre les assistés, contre tous ceux qui ne sont pas « compétitifs ».

Le pouvoir politique n’est-il pas violent par nature, comme dirait Machiavel ?

Une chose est la violence acceptée, liée au fait que chacun doit nécessairement abandonner une partie de sa liberté pour permettre une vie commune ; une autre est un État de droit qui met en place un système légitimant la violence. Quand l’État démocratique des États-Unis décide de justifier officiellement la torture à Abu Ghraïb ou à Guantanamo, on voit des philosophes s’associer à cette dérive, au nom de l’efficacité et du pragmatisme. L’utilitarisme est une idéologie qui peut mener terriblement loin des droits de l’homme.

Est-ce pour cela que, dans l’introduction au « Dictionnaire de la violence », vous trouvez « naïve » l’idée du XVIII° siècle, selon laquelle la raison pourrait suffire à dissoudre en nous la violence ?

Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont tous les travaux de l’école de Francfort, qui ont montré qu’une rationalité implacable était présente derrière les projets d’extermination des juifs. Il faut donc faire très attention de ne pas hyper valoriser la raison. Une raison froide et sans empathie peut planifier l’extermination d’un peuple. Dans un article qui a fait scandale, intitulé Survival Lottery, le philosophe John Harris a tenté d’explorer les justifications dont disposerait une médecine idéale, devenue maîtresse des transplantations, pour disposer du droit de tuer une personne tirée au sort, dont les organes serviraient à en sauver de nombreuses autres. Un tel comportement serait peut-être « rationnel ». Il oublierait juste la compassion, qui est le fait de prendre en compte l’autre comme mon alter égo. La question est de m’identifier à l’autre, et donc de ne pas lui faire subir ce que je ne voudrais pas endurer moi-même.

La nature humaine n’est-elle pas violente en soi ?

Certes. Freud a bien montré – de façon, je pense, définitive – que la pulsion violente des êtres humains ne pouvait être effacée. C’est en quelque sorte notre moteur d’action. Jusqu’où peut aller l’expression de cette pulsion vis à vis des autres ? Il est certain que nous avons besoin de « digues psychiques » pour la canaliser, la sublimer, limiter son pouvoir de cruauté et de destruction. D’où l’importance cruciale de l’éducation, pour enseigner comment endiguer et métamorphoser la pulsion violente – dans le sport, l’art, la recherche, l’exploration, la résistance, l’endurance... L’éducation doit bien sûr utiliser les outils de la raison, mais seule la compassion peut rendre celle-ci humaine. La compassion n’est pas innée, on l’apprend. Or, nous avons un gros problème : notre système éducatif sait de moins en moins transmettre cette capacité. Je le vois quand arrivent mes nouveaux étudiants de première année. L’esprit individualiste a pris une telle ampleur chez eux qu’ils sont immédiatement en négociation contractuelle : « Je te respecte, si tu me respectes. » Mais l’idée que l’on doive respecter l’autre en tant qu’autre leur est à peu près étrangère.

A quoi attribuez-vous cette imperméabilité ?

Entre autres à l’influence de certaines élites qui affichent leur égoïsme exacerbé. Quand Jacques Séguéla a sorti sa fameuse boutade sur le fait qu’on a « raté sa vie si on ne porte pas une Rolex à cinquante ans », il a pu faire rire des gens qui ont grandi avec d’autres valeurs, mais des tas de jeunes, en marge de la société, ont pu prendre ces paroles au premier degré. Et ce critère de la « réussite d’une existence » a pu devenir, dans leur esprit, un objectif, une revendication, un droit, chosifiant leurs raisons de vivre. La course à l’audience des médias joue évidemment un rôle majeur dans cette chute de la compassion et le durcissement des attitudes égoïstes. Je suis frappée, par exemple, par la multiplication des livres écrits par d’anciens criminels, comme cet homme qui avait essayé de tuer Chirac, ou cet autre qui tabassait sa femme, et dont on boit à présent les paroles d’« expert ès-violence ». Voilà les nouveaux héros que l’on nous propose !

C’est qu’ils se sont repentis.

Tant mieux, mais cela ne justifie pas l’hyper-valorisation qu’en font les médias. Le message qu’en tirera un enfant est que l’on peut commettre des actes horribles, et s’en tirer ensuite, en écrivant des livres à succès. Je simplifie, mais il y a de ça. Sans doute, là encore, le fait d’être italienne exacerbe mon indignation. Que l’horreur du crime organisé et des mafias, en pleine progression, soit glorifiée par le cinéma, reste difficile à avaler.

On vous répondra que les films violents servent à « exorciser la violence ». L’impératif « Il est interdit d’interdire » n’oblige-t-il pas votre indignation à demeurer théorique ?

Je pense en effet qu’il ne faut rien interdire et que tout peut être vu. Le problème, c’est avec quelles lunettes on regarde. Si vous confrontez des petits enfants à des images très violentes, ils ne savent pas quoi en faire.

Ne pensez-vous pas que diffuser de telles images est une forme de crime ?

Il ne faut rien exagérer. Le plus grave, c’est que les nouvelles générations, qui voient des images ultra violentes dès le plus jeune âge – et ce d’autant plus qu’ils appartiennent à des catégories sociales défavorisée, en manque de culture –, ne savent plus distinguer la réalité de la fiction. Dans notre dictionnaire, j’ai rédigé l’article sur les « snuff movies », ces vidéos soit disant financées par de riches pervers, désireux de voir filmer de vraies tortures et mises à mort. Toutes les enquêtes ont montré qu’il s’agissait de rumeurs et de fantasmes – que Hollywood a su exploiter en fiction. Par contre, quand les fanatiques islamistes ont fait circuler sur le web des vidéos d’égorgement – la première était celle du journaliste américain Daniel Pearl, en 2002 –, on a vu des milliers d’adolescents discuter dans les forums, pour savoir s’il s’agissait d’une réalité ou d’une fiction. Et c’était troublant, parce que certains protestaient contre la cruauté des bourreaux, quand d’autres critiquaient la qualité de l’image et du cadrage. Ce ne sont pas tant les films violents qui posent problème, que la confusion croissante entre réalité et fiction. Et nous retrouvons ici la question de l’éducation : elle seule peut permettre de faire le tri entre le vrai et le faux. Quant aux images violentes, il nous faut vivre avec : même si on le voulait, on ne pourrait pas les interdire.

Si la raison ne suffit pas, qu’est-ce qui peut servir de bouclier contre la violence ? La morale, les valeurs ?

Je ne vous dirai pas le contraire, mon métier est d’enseigner la philosophie morale. La première de ces valeurs est le respect de l’autre en tant que personne, et ceci quelles que soient sa qualité de présence et ses compétences – ce qui n’est pas évident à une époque où l’individu est réduit à une somme de compétences, en hausse ou en baisse. Or, la valeur d’une personne ne peut pas être calculée : elle est là, c‘est une donnée en soi.

Cela ne rappelle-t-il pas la phrase chrétienne « Ce que vous faites au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous le faites » ?

Je peux être d’accord avec la morale de l’Évangile, certainement pas avec celle de l’Église, qui l’a trop trahie.

Et la morale d’Emmanuel Levinas, le champion de l’altérité ?

L’apport de Levinas est essentiel. On ne peut que le suivre, quand il parle du « visage de l’autre » qui paraît devant nous : ce visage, dit-il, est le fondement même du commandement « Tu ne tueras point ». L’autre, reconnu en tant qu’autre, est le meilleur barrage contre les actes de violence.

Mais n’entrons-nous pas en résonance avec l’autre de façon naturelle – les psy neuro-cognitivistes diraient « grâce à nos neurones miroirs » ? Si une voiture est sur le point de vous écraser, j’aurai le réflexe de vous tirer de là par instinct, pour ne pas souffrir de vous voir souffrir… « Ou alors, explique Boris Cyrulnik, c’est que je suis un pervers. »

Non, je ne pense pas que ce soit un réflexe neuronal. Certains individus ne l’auront pas, sans être pourtant des pervers. Le pervers jouit de voir souffrir. Mais Hannah Arendt a démontré que la « banalité du mal » nous concernent tous : placés dans certaines circonstances, ni vous ni moi ne pouvons affirmer que nous n’obéirions pas à des ordres infâmes – par peur de souffrir, pour protéger les nôtres, par lâcheté. Les pires atrocités peuvent être commises par des gens normaux. Cela nous arrangerait tellement que seuls les pervers soient concernés !

Pourquoi les pervers sont-ils si fréquents au pouvoir ?

Parce que les névrosés admirent les pervers et que ces derniers s’en nourrissent pour aller de l’avant. Les pervers tracent ! C’est particulièrement vrai dans une société comme la nôtre, où il faut toujours foncer pour être quelqu’un. C’est notre problème, à nous, pauvres névrotiques.

Au final, êtes-vous optimiste ou pessimiste quant à l’évolution de la violence au XXIème siècle ?

Je suis devenue optimiste. Pas par raison, mais en observant les jeunes auxquels je suis confrontée tous les jours. En dépit de ce que j’ai dit sur leur ignorance du « respect », je vois combien ils désirent que les choses changent. Combien ils ont soif, à nouveau, des idéaux d’égalité, de justice, de fraternité – à la grande différence de ce qui s’est passé pour ma génération. J’ai 41 ans et j’ai grandi dans les années 80, quand les idéalistes étaient considérés comme des loosers marginaux – on en voit aujourd’hui les résultats. Mais il y a un renouveau, avec un esprit différent qui n’ignore plus ce que veulent dire les mots de « justice » et « justice sociale », et qui ont envie de lutter pour que ces mots soient mis en pratique. La vraie richesse, ce sont nos jeunes. Leur éducation incombe certes d’abord à leurs parents, mais je crois fondamental le rôle de l’école, de l’Éducation nationale, de l’université.

Propos recueillis par Jean-Louis Servan-Schreiber et Patrice van Eersel


Michela Marzano en 6 dates
1970 : naissance à Rome.
1988 : début de ses études de philosophie, parallèlement à Pise et à Rome, qui la mènent vers une réflexion sur la bioéthique.
1998 : soutenance de sa thèse, à l’École normale supérieure de Pise, sur le statut du corps humain.
1999 : arrivée en France.
2000 : intégration au CNRS.
2010 : professeur de philosophie à l’Université Paris Descartes, où son cours de morale porte notamment sur la vulnérabilité du corps et la fragilité de la condition humaine.


À lire de Michela Marzano
« Philosophie du corps », Essai poche PUF, 128 pages, 9 € Les philosophes y voient un fardeau, c’est pourtant par notre corps que nous vivons dans le monde et rencontrons autrui.
« La Fidélité ou l’amour à vif », Buchet Chastel, 2005, 160 pages, 14 € Il y a trois fidélités : l’une relève de l’obligation sociale, l’autre de l’idéal et de la foi, seule la troisième permet la rencontre amoureuse.
« Le contrat de défiance », Grasset, 2010, 320 pages, 19 € Sans confiance entre individus, toute la société s’écroule. Un essai philosophique et historique, de la banqueroute de Law (1720) à la crise financière de 2008.
« Dictionnaire de la violence », sous la direction de Michela Marzano, PUF, 1 552 pp., 39 €
D’« abandon » à « western », 300 articles évoquent la violence dans sa variété (apartheid, viol, terrorisme) comme dans ses interprétations (de la psychanalyse à la théologie).

Cet entretien est paru dans le n°75 de Clés (février-mars 2012).

http://www.cles.com/entretiens/article/partout-je-sens-monter-l?utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter+CLES+-+22-03-2012&utm_source=YMLP&utm_term=artoff2428.jpg
Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Ven 23 Mar 2012, 06:11

oui il a celles /ceux qui pensent et ecrivent

toutes/tous convaincus et c'est peut etre par cette conviction meme que ces individus se retrouvent a participer a diriger le monde

d'autres ont choisis de ne pas le diriger et de ne pas etre dirigés
ce qui ne veut pas dire qu'il n'y ai pas de direction

car celle ci n'est jamais perdue quand c'est la seule Conscience qui guide et sans trop se prendre pour une tete

http://www.dailymotion.com/video/x1qn2l_les-yes-men_fun

http://theyesmen.org/

Ces comiques arrivent a obtenir l'acceptation de la plupart des gens qui sont concernés par leur propre domaine mais apparemment ne voient pas plus loin que le bout de leur nez d'autant plus qu'ils sont "qualifiés" et se prennent au sérieux .

Dans le domaine de la mystification pourtant il a des très grands tartuffes comme lors des eco- tartuferies comme ceux qui ont vendu la mauvaise conscience taxée du réchauffement climatique financés par les plus grand pollueurs planétaires.

http://rimbusblog.blogspot.fr/2009/09/larnaque.html

De meme concerant la violence ou quelques événements tombent a pic pour susciter la demande citoyenne de nouvelle chaines de nouveaux contrôles pires sous prétexte d’être "protégés" tout comme en Sicile avec sa camora
mais la pire ne montre pas son NOM puisque elle a affaire des orifices béants
qui suivront têtes baissées dans les pires panneaux qu'on leur présentent du moment qu'ils sont bien ficelés.

" ils demanderons eux meme des nouvelles chaines pour les asservir et les paieront de leur deniers "







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Mar 03 Avr 2012, 00:26

Vous avez dit "éthique" ?

Citation :
Anna Smajdor ne veut plus voir la femme enfanté dans la douleur .
http://www.annasmajdor.me.uk/index.html

« Les fonds publics devraient servir à la recherche sur l’ectogenèse – la gestation en utérus artificiel – pour mettre fin à la réalité « barbare » de la grossesse et de l’accouchement.

C’est ce que propose une « bioéthicienne » britannique reconnue, Anna Smajdor, pour qui c’est là la seule façon de mettre un terme aux inégalités entre hommes et femmes.
C’est l’idéologie du genre poussée à son paroxysme – mais en même temps il ne s’agit pas d’une proposition considérée comme aberrante ou extrémiste puisqu’elle s’exprime dans une revue universitaire de premier plan, le Cambridge Quarterly of Healthcare Ethics, et qu’elle émane d’un professeur d’éthique à l’université d’East Anglia. Anna Smajdor soutient que la grossesse et l’accouchement sont si douloureux, si risqués et imposent tant de limites aux femmes sur le plan social qu’aucune société libérale ne devrait les tolérer. »

De la fécondation in vitro à l'immortalité: Controverse à l'ère de la technologie de la reproduction




Ce texte est à mettre en rapport avec l'utérus artificiel :
http://antahkarana.forumzen.com/t1142p135-la-guerre-invisible-menee-contre-lhumanite#24598
Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Jeu 19 Avr 2012, 19:08

un riche enseignement pourrai etre retiré de l'histoire si elle etais telle que les livres la racontent

et les découvertes récentes en archéologie montrent que les humains vivaient comparativement mieux au paléolithique que maintenant

ceci est verifie par nos propres observation notamment en matiere agricole avec des cultivars antiques d'une part et d'autre part avec des techniques elementaires qui paraissent la plupart du temps oubliées pour des fallacieux imperatifs de rendement et surtout de profit a court terme

certains et pas que maintenant n'ont cesse de tuer la poule aux oeufs d'or tant celle de la vie que dans le domaine de l'innovation la decouverte et le veritable progres aveuglés qu'ils sont par le lavage de cerveau educatif et faussement culturel et les mensonges

et il faut se dire que ces individus sont tout autant victime de leur aveuglement que celles et ceux qu'ils pretendent asservir

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/04/larch%C3%A9ologie-a-retrouv%C3%A9-lhistoire-de-france.html

mais si ceci c'est pas raconté dans les médias ni dans la plupart des livres c'est parceque cette degradation des conditions de vie terrestre n'est pas le fait du hasard mais d'une serie d'abus qui n'ont rien de nouveau et elle influe semble t'il sur la regression du potentiel humain pour la plupart et de ses réelles facultés

et certains chercheurs vont plus loin en faisant une etude qui semblerai ne montrer aucune concordances des dates historiques avec celles qu'on peut extraire de l'observation de phenomenes impossible a falsifier comme la dendrochronologie notamment

http://initial.bipedalism.pagesperso-orange.fr/25ma.htm

ce qui est important de savoir c'est que le monde que nous pretendons connaitre est a découvrir par sa propre vérification de tous les instants et que seule ce type d'approche peut nous libèrer et nous replacer peu a peu dans le contexte d'une vie et d'une conscience qui nous permet de connaitre le pourquoi et le but de nos existences
sur ce monde et non pas une fuite hypothétique spéculative e tant que nous bénéficions d'une ouverture courte et unique qui nous aura donné accès a la quasi-totalité des informations vraies ou fausses sur ce monde et nous meme

alors la crise terrible nous sommes deja dedans et nous approchons d'une culmination catastrophique qui n'etais en rien ineluctable mais neamoins il faut s'y preparer pour continuer pour ce qui sera notre demain et celui de celles et ceux qui nous suivrons en perpetuant le meilleur de que nous avons pu trouver et garder de cette experience malgre son caractere tragique et regrettable dans l'ensemble et tacher a l'avenir d’éviter tant de terribles erreurs qui proviennent autant de nos illusions sur nous même et ce qui nous entoure que de notre inaction

merci
Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Sam 21 Avr 2012, 11:31

et peut etre que ce post etais mal formulé et aurai ete plus positif en etant pose comme la place de l'homme et vers ou il devrai diriger ses aspirations et ses pas comme etre humain veritable


une tentative de reponse apporté par la démarche Aborigene

La Sagesse des vraies personnes

Par Keith Varnum

«Les aborigènes d'Australie croit que tout ce que existe sur la planète est pour une raison. Tout dans l'Unicité a un but. Il n'y a pas d'erreur, d' inadaptés, d' accidents. Il ya seulement des choses que les êtres humains ne comprennent pas. Il ya des malentendus et des mystères qui ne sont pas encore révélés à l'homme mortel. "

Marlo
Morgan, un anthropologue américain, partage la sagesse indigène des
«vrais gens», les aborigènes en en Australie sauvage dans
son livre captivant "Mutant Message Down Under."


Tout le monde a des dons uniques

Morgan décrit les vies uniques de ses amis indigènes, «Tout le monde est multi-talentueux. Ces
gens passent leur vie à explorer eux-mêmes en tant que musicien,
guérisseur, cuisinier, conteur, etc, et se donner de nouveaux noms et des promotions.
Chaque
être humain est unique et chacun de nous est doté de certaines
caractéristiques qui sont exceptionnellement forte et peut se reveler son
talent dans la vie. "


Chaque
enfant est nommé à la naissance, mais il est entendu que comme une
personne se développe, le nom de naissance sera dépassé, et les individus
choisiront d'eux-mêmes un salut plus approprié.
Espérons
que son nom va changer plusieurs fois dans une vie comme la sagesse, la
créativité et le but aussi plus clairement définie avec le temps.

Notre
groupe était composé du conteur , du fabrica nt d'outils du Gardien de Secrets, du
Maître de couture, du musicien , du porteur du bonheur, de la femme -Guérisseur , de l'homme Medecine, de la femme Esprit, du passeur des songes des animaux grand oiseau reveur et chasseur de la Grande pierre sacrée. "


Les aborigènes n'ont pas choisi des vacances selon notre manière annuelle. Morgan
écrit: «Ils ne vont pas honorer chaque membre de la tribu a une date mais tout au long
de l'année et non sur un anniversaire particulier, mais plutôt pour
reconnaître le talent de la personne, sa contribution à la communauté,
sa croissance spirituelle personnelle.
Tout le monde est reconnu par une partie spéciale, mais il n'a rien à voir avec la date de naissance ou l'âge. C'est en reconnaissance de l'unicité et la contribution à la vie. "

Ils
croient que le but pour le passage du temps est de permettre à une
personne à devenir meilleure, plus sage, pour exprimer de plus en plus de
son être.
Donc
si vous êtes une personne meilleure que l'an dernier, et que vous savez
que, pour certains, alors que vous etes conviés .
Ils ne célèbrent pas le fait de vieillir. Ce qu'ils ne célèbrent, c'est quand quelqu'un est de mieux en mieux. les Hommes veritables disent : «Nous célébrons si nous sommes en devenir d'un monde meilleur, une plus sage personne cette année que l'an dernier. Seulement vous savez, si c'est vous qui dites aux autres quand il est temps pour feter cette realisation permanente mais par etape "

La Télépathie mentale est la meilleure façon de communiquer

Les aborigènes estiment que la télépathie est le façon dont les humains ont été conçus pour communiquer. Lorsque
les gens utilisent en tête-à-tête une conversation,les différentes langues et
divers alphabets écrits sont éliminés comme des obstacles.


Ces
pionniers courageux dans des actions de la conscience, le vrai peuple
peuvent utiliser la télépathie, car avant tout ils n'ont jamais dit un
mensonge, pas la moindre fasification , pas une vérité partielle, ni
aucune déclaration brute irréele.
Ainsi ils n'ont rien à cacher. Ils
sont un groupe de personnes qui n'ont pas peur d'avoir leurs esprits
ouverts à recevoir et sont prêts donner un autre informations et partager tout ce qui est possible . "


les vrais personnes ne pensent pas que la voix a été conçu pour parler. Vous faites cela avec votre coeur / centre de la tête. Si la voix est utilisée pour la parole, on a tendance à entrer en conversation inutile et reduire la spiritualité . La voix est faite pour le chant, pour la célébration, et la guérison. "

Mais les gens ne peuvent utiliser la télépathie avec succès que si leur cœur est clair. Morgan
raconte: «Plus tard, pendant notre voyage quand ils ont travaillé avec
moi pour développer ma communication mentale, j'ai appris aussi
longtemps que je n'avais rien dans mon cœur ou ma tête je me sentais
toujours nécessaire de me cacher, cela ne fonctionnerait pas.
Je
devais venir à la paix avec le Tout, à mettre mon esprit sur ​​une table
comme les vraies personnes savent le faire, et rester autant que mes motifs ont été
exposés et examinés.
J'ai dû apprendre à me pardonner interieurement . Non pour juger mais pour apprendre du passé. Ils
m'ont montré à quel point il était indispensable d'accepter

a être honnête a moi-même
aimant pour que je puisse faire la même chose avec les autres. "


Attraper vos reves eveillés


Les aborigènes d'Australie sont des attrapeurs des attrapeurs de reves ( nldr et non des attrapés pris au piege ) . Ils sentent et participent « de ce Tout du monde rêvant/révé . peu dans le monde se soucie de se rappeler leurs rêves ou d'apprendre a extraire l'information de leur part, mais tout le monde rêve. Les rêves sont l'ombre de la réalité. Tout ce qui existe, ce qui se passe dans la vie, est également disponible dans le travail du rêve. Toutes les réponses sont là !
Des toiles Spéciales des attrapeurs de songe sont utiles lors d'une cérémonie de la chanson et
la danse pour aider en demandant à l'univers l'orientation par un rêve "


La tribu utilise les capteurs de rêves pour demander des conseils dans n'importe quelle situation. S'ils
veulent nous aider à comprendre une relation, une question de santé, ou
le but derrière une certaine expérience, ils croient que la réponse ne
peut être mis en lumière que dans un rêve.
Mutants/degenerés [les Occidentaux modernes] ne connaissent qu'un seul moyen d'entrer dans l'état de rêve. C'est quand ils dorment. Mais les vraies personnes sont au courant de la conscience du rêve éveillé. "

Les populations tribales ne rêve pas la nuit à moins qu'ils font délibérément 'appel à «un rêve. Dormir est pour eux un temps de repos et de récupération importante du corps. Il n'est pas censé être un moment de partage d'énergie entre les projets a venir . Ils
croient que la raison de nos rêve de Mutants degenéres est seulement nocturne c'est parce que dans notre
société nous nous accorde pas le droit de rêver pendant la journée et à
rêver avec les yeux ouverts est totalement incompris. "


Efforcez-vous d'être toujours vivant

Les vrais etres humains parlent du "vivant" et de la "non-vie" du temps. Pour
les aborigènes,selon les notes de Morgan, "Une personne est en etat de non-vie
lorsqu'il est en colère, déprimé, se sentir désolé pour lui-même ou
remplis de crainte.
La respiration ne détermine pas le fait d'être vivant. Il indique simplement d'autres que corps est prêt pour l'inhumation ou pas! ce qui ne veut pas dire que les gens qui respirent sont dans un état ​​de vie.

Il
est normal d'essayer des émotions négatives et voir ce qu'elle sont et produisent , mais il n'est certainement pas la meilleure expression de soi ou il serait à bon
escient utile de se complaire.
Quand une âme est dans une forme humaine que tu peux jouer en quelque sorte . Pour
voir comment on se sent selon le fait d' être heureux ou bien triste, jaloux ou
reconnaissants, etc Mais vous êtes censé apprendre de l'expérience et,
finalement, comprendre ce qui est douloureux et qui vous permet de vous sentir bien. "


les vraies personnes croit que selon la maniere ou vous vous sentez émotionnellement les choses est ce qui en fait la memoire réelle . C'
est enregistré dans chaque cellule du corps, dans le coeur de votre
personnalité, dans votre esprit et dans votre Soi éternel.
C'est le sentiment que vous éprouvez lorsque vous ouvertement et avec amour le fait de donner, qui fera que ce sera ou pas enregistre . "

Donner
de l'eau à une plante ou un animal en train de mourir ou de donner des
encouragements, des gains que beaucoup de lumières pour connaître la vie
et notre Créateur que de trouver une personne assoiffée et en
fournissant la nourriture.
Vous
laisserez ce plan d'existence avec un tableau enregistré, pour
ainsi dire, qui a enregistré à chaque instant comment vous avez maîtrisé
l'émotion pour vous ameliorer comme ce qui vous entoure et qui en est le vivant reflet . "


Nous ne sommes que des visiteurs ici

Selon ces peuples anciens, «tous les êtres humains sont des esprits qui visitent ce monde. Tous les esprits sont «toujours des êtres." Toutes les rencontres avec d'autres personnes sont des expériences et toutes les expériences sont toujours des connexions. les vrais personnes ferment le cercle de chaque expérience. Nous ne laissons pas les extrémités de l'etre acerées et destructrices comme les Mutants le font . Si
vous repartez avec de mauvais sentiments dans votre cœur pour une autre
personne et ce cercle n'est pas fermé, il sera répété plus tard dans
votre prochaine vie.
Vous ne souffrirez pas une fois mais à plusieurs reprises jusqu'à ce que vous appreniez. Il est bon d'observer, d'apprendre et de devenir plus sage de ce qui s'est passé. Il est bon de rendre grâce avec gratitude sur ce qui nous a ete offert et a celles et ceux qui l'ont fait , comme vous le dites, pour bénir, et s'éloignez en paix. "

Pour les aborigènes, le monde est un lieu d'abondance naturelle. le demandeur est pourvu car la conscience veille , "La Tribu réele des personnes ne sont jamais sans nourriture. Toujours, l'univers répond à leur demande par l'esprit. La nourriture quotidienne était une partie très importante de notre soirée de célébration. J'ai appris que l'apparition de la nourriture n'a pas été prise pour acquis. Il
a d'abord été demandé, toujours attendu à comparaître, et a fait
apparaître, mais a été reçue avec reconnaissance et la gratitude
authentique a toujours été donnée. "


Pendant
des siècles, la véritable nation de ces etres a eu la pratique à la naissance
de parler la même phrase premier à tous les nouveau-nés.
Comme Morgan révèle, «Chaque personne entend exactement les mêmes premiers mots de l'homme. «Nous vous aimons et vous soutiendront sur le chemin." A la
célébration finale un aborigène [du passage par la mort], tout le monde s'embrasse entre
eux et répète la phrase encore et encore : «Nous vous aimons et vous soutenir sur
le chemin."
Puis la personne qui quitte s'assied dans le sable et arrête les systèmes de son organisme. En moins de deux minutes, ils sont partis. Il n'est pas de douleur ou de deuil. "

Bio:
Un cinéaste dynamique au collège, à l'âge tendre de 19 ans, Keith
Varnum allé totalement aveugle avant d'avoir pu marcher seul .
Le pronostic des médecins occidentaux que Keith serait aveugle pour le reste de sa vie et une rencontre l'a catapulté dans l'aventure de sa vie! Sur
ce chemin, il a étudié avec les hommes-médecine, chamans, Hawaï et de
l'Est Kahuna maîtres spirituels,il a retrouvé sa vue, et a découvert les
secrets de la guérison, de transformation et de la réussite.
Keith
a testé ces secrets pratiques en 35 ans de carrière en tant
qu'auteur, certifié comme praticien de la Matrice Energétique , conseiller de vie, Vision- guide, acupuncteur, guérisseur par le son, animateur de radio, et
vice-président d'une entreprise de plusieurs millions de dollars.
Quand
il n'est pas à d'explorer la conscience dans les canyons de l'Arizona,
Keith voyage autour du monde aidant les gens à s'ouvrir à la vie, des
merveilles et des surprises dans son atelier de rêveur -revant-revé


traduit par LTF
Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Sam 21 Avr 2012, 21:20

The Lucifer Effect: Ron Paul et l'expérience de la prison de Stanford

14 avril 2012 Soumis par Davi Barker


The Lucifer Effect
par Philip Zimbardo est une étude approfondie de la capacité de
l'humanité pour le mal, en commençant par le traité complet sur
l'expérience de la prison de Stanford, nous emmène à travers de
nombreuses études similaires sur l'obéissance et l'influence corruptrice
de l'autorité, et se terminant avec les atrocités commises par des
soldats américains en Abou Ghraib.
Mais alors que je lisais, je n'arrêtais pas de penser de Ron Paul et la
controverse actuelle entre les libertaires et anarchistes quant à
savoir si l'appui de sa campagne est la bonne chose à faire. Je pense que ce livre a réglé la question pour moi, comme je l'expliquerai que nous continuons. Bien que j'ai commencé avec le livre de poche, je ne peux vraiment pas chanter les louanges du livre audio assez.
Une partie importante est transcriptions réelles de l'expérience, et le
narrateur, Kevin Foley est un acteur de la voix qualifiée qui
transforme le livre en une pièce radiophonique avec des voix différentes
pour chaque personnage.

Au début, j'étais sceptique parce que Zimbardo a été un témoin expert
de la défense de ces soldats, mais sa thèse est rachetée peu en
reconnaissant que ceux qui ont autorité obéir sont entièrement
moralement coupable de leurs actions.
Son intention est de montrer que les forces systémiques, ce qu'il
appelle le «pouvoir de la situation" peut transformer les gens autrement
conscience en sociopathes autoritaires .
Dans la dernière partie du livre, il mène un simulacre de procès, la
poursuite de l'ensemble de la structure de commandement de l'armée
américaine qui a fait le traitement inhumain possible, même prévisible.
La ligne de démarcation entre la culpabilité collective et de la
culpabilité individuelle devient un peu boueux, ce qui rend
l'interprétation à travers une lentille de l'anarchie individualiste un
peu collante, mais extrêmement précieux.
Appliquées de manière cohérente conclusions Zimbardo sur l'influence
corruptrice de l'autorité devrait s'appliquer aussi bien à l'armée
américaine à toute autre hiérarchie coercitive, en particulier l'État.
En 1971, le Stanford Prison Experiment a été conçu pour étudier la psychologie de la relation gardien / détenu. Il est peut-être la plus célèbre étude psychologique sur l'autorité à côté de l'expérience de Milgram.
Par hasard la division d'un groupe de semblables étudiants de premier
cycle, un dépistage pour la santé psychologique, en «gardiens» et
«prisonniers» et de mener une deux semaines de prison de longue
fantaisie dans le sous-sol de Département de psychologie Zimbardo visait
à identifier dans quelle mesure leurs identités et leurs compas moral
pourrait être supplanté par les forces de la situation.
Gardes portaient des uniformes, des verres miroir, et des matraques en bois pour établir le statut. Les prisonniers étaient vêtus de blouses et adressée uniquement par le nombre. Gardes ont reçu l'ordre seulement de maintenir une routine fixe, et de rendre les prisonniers se sentent impuissants.
Après une révolte de prisonniers de la deuxième journée, et une brève
grève de la faim, les gardiens ont commencé à afficher des traitements
cruels, comportement, même sadique.
Un système de punition bientôt suivi, y compris, la pulvérisation
prisonniers rebelles avec des extincteurs, les privant des privilèges
literie ou des toilettes, les forçant à se mettre nu et de les enfermer
dans " l'isolement "dans un placard sombre.
Puis les prisonniers adopté des attitudes de soumission, l'abus
d'accepter, et facilement obéissant aux ordres d'infliger des peines les
uns des autres. Ils ont même engagé dans la discipline horizontale pour se tenir mutuellement en ligne.
Comme expliqué Zimbardo, les deux prisonniers et les gardiens avaient
pleinement intériorisé leurs nouvelles identités, transformés en auteurs
et placaters du mal.

Les niveaux de cruauté témoins dans l'expérience étaient si graves qu'il a été interrompu après seulement six jours.
Zimbardo dit maintenant qu'il aurait dû être arrêtée plus tôt, mais son
propre jugement a été compromise par l'intériorisation de son gardien
de prison d'identité.
L'expérience a trop bien, et Zimbardo a commencé à donner la priorité à
la poursuite de la prison sur l'éthique de l'expérience.
Il écrit de ses propres sentiments de culpabilité, qui l'empêchait de
publier les résultats complets de l'expérience depuis plus de 30 ans.
Depuis lors, des directives éthiques ont été promulguées qui empêchent la répétition de l'expérience.
Mais des expériences similaires ont été menées, le tout avec des
résultats similaires, ce qui va dans Zimbardo en détail dans le livre.
La constatation la plus intéressante, que je n'avais jamais entendu
parler a reconnu devant, était qu'aucune expérience n'a révélé de
différence significative entre le niveau de l'obéissance dans les deux
sexes. Ainsi, l '«obéissance naturelle» qui théocrates attribuent souvent aux femmes n'est pas exprimée lors des essais.
Au lieu de cela, il semble que les hommes et les femmes sont également
prêts à assassiner une innocente victime, si une figure d'autorité leur
dit de.

En 2004, des photographies de la torture a lieu à Abou Ghraib a frappé les médias américains.
Prisonniers nus empilés en pyramides humaines, les prisonniers nus
forcés à simuler un acte sexuel oral, et un homme cagoulé en équilibre
sur une boîte en carton avec des fils électriques attachés aux doigts
qui est devenue l'image emblématique de la torture. Un garde sodomisé un prisonnier de sexe masculin avec une lampe de poche, et un autre a violé une femme détenue. Dans de nombreuses photographies d'un soldat sourit approbateur pour la caméra. Les photos ont été conservés comme des trophées.
Le pays se trouvait dans un état de choc et d'horreur que les détails
ont été révélés et beaucoup pleuré "comment est-ce arrivé?!" Mais
Zimbardo savait déjà, parce qu'il l'avait vu avant.
Il a été témoin de la cruauté à Abou Ghraib qui l'avait convaincu qu'il
était temps de publier les résultats complets de l'expérience prison de
Stanford.

Le refrain instantanée de l'armée était que ces soldats étaient des
quelques brebis galeuses, mais des Zimbardo insiste sur le fait que leur
comportement est le résultat de forces systémiques "un baril de toute
mauvaise." Abou Ghraib avait été utilisé par Saddam Hussein pour les
exécutions publiques, et quand il a été pris en charge que très peu
changé. Le nom est resté le même précisément parce qu'elle a suscité une telle terreur pour le peuple irakien.
La preuve la plus frappante, il présente du mal systémiques dans les
rangs militaires étaient les conclusions du rapport Schlesinger, qui
était un groupe indépendant chargé d'examiner Département des opérations
de détention de la Défense.
Le rapport comprend des discussions documentées de haut rang du
personnel militaire au sujet de la Prison Experiment Stanford et des
études similaires impliquant qu'ils n'ont pas eu à donner des ordres à
la torture parce que la recherche a indiqué que la situation se
produirait la torture.

Les officiers en charge de la prison n'avait aucune expérience
antérieure en cours d'exécution dans une prison, tout comme à Stanford.
Les soldats accusés de «maltraiter les détenus» n'avait pas
d'antécédents de comportement social ou inhumains contre (sauf si vous
comptez l'enrôlement), tout comme à Stanford.
Et même si elles demandé à plusieurs reprises leurs supérieurs pour
obtenir des instructions et des procédures d'exploitation standard,
elles ont eu aucune, et dit seulement pour maintenir les opérations de
routine et d'être créatif ... tout comme à Stanford.

Ce qui est vraiment inquiétant à ce sujet est que la plupart d'entre
nous lisent ces études à la recherche de moyens de s'opposer au mal et
l'empêcher, mais pour ceux au pouvoir de ces études représentent
apparemment des instructions qu'ils peuvent utiliser pour maintenir déni
plausible.

Alors, pourquoi dis-je cela a des répercussions sur la campagne de Ron Paul? J'ai parcouru un long chemin pour une ligne assez incrédule punch. Mais ici il est. Permettez-moi de commencer par dire que j'aime Ron Paul comme une famille. Non, sérieusement. S'il avait besoin de la moelle osseuse et j'étais le seul match que je le lui donner.
Mon dilemme est que même si je n'ai philosophiquement admis que la
démocratie est un système immoral, Ron Paul attire toujours moi dans à
la réflexion sur le vote. Si c'était une simple course entre Obama et Romney ne pas voter serait facile, mais Ron Paul défis mon intégrité.

Qu'est-ce Zimbardo a montré, c'est que chacun d'entre nous, étant donné
les circonstances s'y prêtent, sont capables d'actes monstrueux. Alors, pourquoi voudrais-je mettre un être cher dans ces circonstances? Parfois, les gens appellent l'Amérique «La grande expérience." En réalité c'est une autre expérience prison. La seule différence est que nous élisons notre gardien.
Si la thèse de Zimbardo est correcte, il n'a pas d'importance si les
gardes gardien et la prison sont élus, nommés ou choisis au hasard.
Nous avons souvent pensent à tort que les gens mauvais sont attirés par
le pouvoir, mais ce n'est pas ce que la recherche suggère. Les études montrent que le pouvoir attire le mal du peuple.
Même Zimbardo, professeur de psychologie dont la vie de travail a été
s'opposer au mal, a été pris en charge par lui quand les forces
systémiques appelé pour cela.
Vu sous cet angle, c'est tout à fait possible les promesses ambitieuses
de candidats à la présidentielle sont faits pour de bon, mais leurs
priorités sont modifiées par la fonction qu'ils exercent. Et je vois aucune indication que cela n'arriverait pas à Paul. Il est resté remarquablement bien résisté au mal en tant que membre du Congrès.
Mais des membres du Congrès n'ont pas le pouvoir autant que d'un
sénateur ou un gouverneur, et même Paul joue le jeu avec des factures de
dépenses réserver. Ce n'est pas une condamnation de Paul. Il s'agit d'une condamnation de l'office. C'est une condamnation de la puissance.

En fond de mon cœur je voudrais voir Ron Paul démissionner de la
politique et de commencer une campagne de nous dire toute la saleté
qu'il a vu, mais c'était trop d'un Etat à exposer. Je voudrais voir comment son message change pas retenu par la politique électorale. En, bref, je voudrais voir les gants de se détacher.

Ce qui est clair pour moi à partir de ces expériences est que la nature
humaine n'est pas bon ou mauvais, mais essentiellement adaptative.
Si vous prenez une personne sinon bon et d'inventer pour eux une
situation mal qu'ils vont s'adapter à leur nouvelle situation, qui a été
peut-être mieux exprimées dans un passage souvent négligé de la
Déclaration d'Indépendance:
<blockquote>
"Tous les temps a montré l'expérience, que les hommes sont plus
disposés à tolérer des maux supportables qu'à se faire justice eux-mêmes
en abolissant les formes auxquelles ils sont habitués."
</blockquote> Je ne veux pas un homme bon à courir de la prison. Je veux d'abolir le système carcéral.
Revenir en haut Aller en bas
myrrdin



Masculin
Bélier Rat
Nombre de messages : 175
Date de naissance : 05/04/1960
Age : 57
Localisation : burgondy
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: La place de l'etre humain et vers ou il va ?    Dim 22 Avr 2012, 18:34

et helas ces constats experiementaux ne s'arretent pas là car quand la societe s'est pseudo-organisée sous pretexte de realiser un changement quelqu'il soit de grande ampleur
des systemes qui se disent civilisée demon-cratiques ont commis bien des populicides et l'un d'entre eux de franchouillecouardise popularde n'est meme pas admis par ses historiens dans ce pays qui parait si paisible et detenteur d'une culture qui s'est presque pretendue comme bien d'autres selon les epoque s'imposer comme references universelles


une page si abominable comme rappel audela de l'etre humain ceci en en jour du premier tour de ses elections 2012 et apres plus de 200 ans d'un memoricide et aussi presage de la causalité ineluctable
http://www.youtube.com/watch?v=h3orJeql_LA

pour eviter cela demain pour oser demain comprenons mieux les lecons d'hier et selon la connaissance d'aujourd'hui

devoir de comprehension
devoir de memoire
devoir d'acceptation
devoir de pardon devant la plus haute conscience et nous memes d'abord ensuite devoir de partage

sinon que peuvent devenir ici ou ailleurs beaucoup de celles et ceux qui se pretendent "humains" ?
si elles/ils n'ont pas compris la signification de leur place dans l'univers pour leur devenir meilleurs de part leur prise de conscience personnelle mais aussi de refus de tout ce qui peut conduire a la negation de cette condition humaine .

car tout ceci est en peril en realité , par n'importe quelle idée ou action progressive et meme abstraction qui peut y conduire . Car toute conviction excessive est connue pour ses mefaits comme toute fuite et meme dans une pseudo spiritualité puisqu'on sait que dans la demarche hypothetique d'un Homme nouveau d'un monde meilleur d'ue religion d'un science d'un histoire, d'une pratique materielle autant que la mise en place d'un ordre quelquonque realisé par des hommes on est arrive et l'histoire le mentionne mais moins des crimes cachés bien plus tranquilles mais repandus et maintenant a commettre les memes erreurs et meme parfois les pires horreurs au nom de celles ci ;

ainsi c'est peut etre la seule condition pour prevenir
ces formes de demences le plus abominables au nom de d'ideologies berceaux la peur de la haine de la betise qui conduit aux pires violence sans cela ou est t'elle vraiment et quel est sa place de cet etre humain ou va t'il vraiment ?

le plus grand courage c'est dans bien des cas de dire resolument NON et de la meriter cette place , cette dignité qui passe d'abord par l'humilité avant mems d'acquerir la connaissance qui libere au nom d'un amour inconditionnel d'une compassion sans limite pour tout ce qui vit et d'un respect profond pour ce qui nous entoure.
Revenir en haut Aller en bas
 
La place de l'etre humain et vers ou il va ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» disparition du mot "race" pour designer un etre humain
» SUMMUM DE L HORREUR ET DE LA POURRITURE DE L ETRE HUMAIN
» Psychologie/Etre heureux: Plaidoyer pour plus d'altruisme par Matthieu Ricard
» les neufs aspects de l'être humain dans la tradition nordique
» Votre quête intérieure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Elargir son Horizon-
Sauter vers: