ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  La Lune est elle un satellite naturel de la Terre ?

Aller en bas 
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5577
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: La Lune est elle un satellite naturel de la Terre ?   Jeu 14 Fév 2013, 21:40

Citation :
Citation de Douceur pour ouvrir ce post:


Cette planète n’est pas un corps organique stellaire qui fait partie de notre système. Elle y a été « mise ». Elle remplit un sinistre « rôle ». Non seulement elle contrôle le mouvement des marées, mais aussi le flux dans nos corps en provoquant une conversion d’hydrolase* (en lien direct avec l’eau interne) ou régurgitation continue des flux. Ce processus « affecte » ainsi bien le sang que nos systèmes hormonaux en général (tout sexe confondu).

Citation :
Citation d'Ambre
Selon Mikhaïl Vasine et Alexander Chtcherbakov, tous deux de l'Académie soviétique des sciences, la Lune est creuse !

Les deux savants ajoutaient que : « la Lune n'est pas un satellite naturel de la Terre, mais un énorme planétoïde creux, construit par quelque civilisation hautement avancée et sophistiquée technologiquement, aménagé artificiellement à l'intérieur et qu'ils ont placé en orbite autour de la Terre i1 y a des milliards d'années ».

La Lune est elle un satellite naturel de la Terre ?
Le débat est ouvert avec cette première lecture sur le blog de Merlin


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

un petit tour chez mon ami Fred , site que je considère comme référent depuis des années:

La Lune, artefact extraterrestre?


Si, quelque part dans notre Galaxie, il existe une civilisation extraterrestre plus évoluée que la nôtre, les modèles mathématiques montrent que cette civilisation aurait dû coloniser la Galaxie rapidement. Dans ce cas, cette civilisation aurait vraisemblablement atteint notre Système solaire il y a des millions d’années. Y aurait-elle laissé des traces?

En 1948, l'écrivain britannique Arthur C. Clarke imagine dans sa nouvelle La sentinelle que des extraterrestres avaient placé sur la Lune une balise qui se déclencherait dès qu’elle serait découverte, signalant à ses constructeurs que l'homme avait atteint l'âge de l'astronautique. L'idée de ces balises bien proches est reprise et étendue, en 1968, dans 2001, l'Odyssée de l'espace : enterré sur la Lune, un monolithe parallélépipédique noir émet un signal en direction de Jupiter.

Entre temps, l'idée d'une présence extraterrestre sur la Lune avait été exploitée par différents auteurs, notamment par les Français Alfred Nahon et Jean Sendy qui proposaient d'interpréter dans ce sens les émissions lumineuses énigmatiques, repérées par les astronomes et connues sous le nom de phénomènes lunaires transitoires.....

Considérons le problème soulevé voici quelques années par l'astrophysicien américain Gregory Benford : quelle est la probabilité que, sur un astre abritant la vie, la taille apparente de son satellite «naturel» coïncide exactement avec la taille apparente de l'astre solaire? Très faible, et il est manifeste que la Terre est le seul lieu du Système solaire d’où l'on peut contempler des éclipses totales de Soleil. D'où l’idée d’arrêter la recherche d’artefacts ou de signaux extraterrestres et de tester l'hypothèse selon laquelle la Lune est elle-même un artefact extraterrestre. Il n’est même pas nécessaire d'imaginer que la Lune soit artificielle. Ce qui est artificiel, c'est qu’elle soit placée exactement là où elle se trouve.

 Cette idée, absurde au premier abord, se révèle pourtant d'une logique implacable. Pour plusieurs raisons. La première, et la plus évidente, est bien entendu l’existence des éclipses de Soleil. Ces spectacles impressionnants ont joué un rôle majeur dans les religions antiques, et leur compréhension a nécessité des siècles de recherche en mathématiques et en astronomie tant théorique qu’observationnelle. Les éclipses de Soleil ont donc indéniablement été un facteur important d’évolution culturelle.

  Ensuite, on a reconnu ces dernières années que plusieurs circonstances, négligées jusqu’alors, avaient joué un rôle clé dans l'apparition de la vie sur Terre. L’un de ces événements «miraculeux» concerne justement la Lune. Dotée d’une masse relativement importante par rapport à celle de la Terre, elle a stabilisé la position de l'axe de rotation terrestre grâce aux forces de marées, ce que Galilée analysa comme l’«effet des forces liantes de marées». En empêchant la Terre de danser la gigue sur son axe, la présence de la Lune évite les catastrophes climatiques que ces déplacements chaotiques répétés auraient entraînées. En effet, la variation saisonnière de la durée des nuits et des jours est due à l’inclinaison de l'axe de rotation de la Terre par rapport au plan de son orbite autour du Soleil. Si cet axe se couchait dans le plan orbital, les saisons seraient terriblement contrastées : une moitié du Globe serait plongée dans une nuit d’environ six mois, tandis que l'autre serait, pendant la même période, soumise au rayonnement solaire. Certains scientifiques pensent que ce scénario catastrophe a privé Mars de son atmosphère initiale, y interdisant à jamais le développement de la vie. La Lune ayant stabilisé l'axe de rotation terrestre, les saisons seraient restées relativement stables sur Terre, assurant la clémence des conditions climatiques et permettant l'émergence de la vie. Y aurait-il, quelque part dans la Lune, des réacteurs qui serviraient à modifier son orbite et qui l’aurait amené à sa position actuelle?

suite et sou
rce
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par AMBRE le Mar 07 Jan 2014, 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5577
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Lune est elle un satellite naturel de la Terre ?   Jeu 14 Fév 2013, 21:53

L'origine de la Lune est l'un des plus grands problèmes du cosmos intéressant directement la Terre.

Trois hypothèses principales s'affrontent :

-Première Hypothèse : La Lune faisait partie de la Terre dont elle s'est détachée. Mais comme on n'a pas trouvé l'énorme emplacement, sur notre Terre, où elle aurait pu s'extraire à la suite d'un choc avec une planète grosse comme Mars, on devrait ne plus penser à cette hypothèse.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Théorie de la collision gigantesque de la Terre avec un corps céleste
de la taille de Mars qui va projeter en oebite des débris
qui par accrétion donneront par la suite naissance à la Lune.
(Voir n° 203 de "Pour la Science" de Sept 94.)

-Deuxième hypothèse : La Lune est issue du même nuage de poussière et de gaz que la Terre, et est immédiatement devenue le satellite naturel de la Terre.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Théorie de formation simultanée de la Terre et de la Lune
par agrégation de grains de poussière.

Mais comment expliquer alors la différence de composition des roches et de densité de 3,33g par cm3 pour la Lune et de 5,5g par cm3 pour la Terre et aussi nous le verrons ci-dessous, l'ancienneté incroyable de certaines roches lunaires.

-Troisième hypothèse : La Lune a une autre origine loin de la Terre, et comme une comète, elle s'en s'est approchée. Et par un effet complexe des forces de gravité de la Terre, elle s'est trouvé prise à l'intérieur d'une orbite géocentrique presque circulaire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Théorie de la capture de la Lune venue d'ailleurs
par la gravité terrestre.

extrait de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: The Zelator : Nous sommes de la nourriture pour la « Lune ».   Mer 13 Mar 2013, 19:55

Je viens de retrouver ce texte, lu en 2010, sur l'ancien blog de JSF.


Mark Hedsel – The Zelator : Nous sommes de la nourriture pour la « Lune »

(Source : The Zelator, Mark Hedsel / David Ovason, pp.240-243, trad. jsf)

Nous étions fascinés par la nature de la Lune, et l’autre planète féminine, Vénus. C’était comme si notre attention avait été attirée par le côté féminin de l’Obscurité et de la Lumière, représenté par la face du purgatoire de la Lune, et la lumière brûlante de Vénus.

Nos questions ont amené notre Maitre à des observations fascinantes et inattendues sur la place de la Lune dans les anciennes traditions ésotériques, et il ne fut pas surprenant que les quelques questions que nous avons posé à notre Maitre à ce moment-là concernaient ces planètes.
‘Savez-vous ce qu’est le porcelet du troisième jour ?’ a-t-il demandé en réponse à la questions que nous lui avions posé sur la Lune.


Bien que notre Maitre nous regardait directement, tout le monde secoua la tête, comme s’il avait posé la question à chacun d’entre nous personnellement. Peut-être que la question était rhétorique, car il continua presque immédiatement.

‘Le porcelet du troisième-jour est une expression relative aux Anciens Mystères. Avant l’initiation qui se tenait durant les Grands Mystères de Boedromion à Eleusis, en Grèce, il y avait ce que les grecs appelaient le Halade Mystai. Tôt dans la matinée, les candidats à l’initiation allaient jusqu’à la mer, portant de jeunes porcs, qu’ils lavaient et sacrifiaient.

L’explication habituelle – nous dirions exotérique – de ce sacrifice est qu’ils considéraient le sang de porc comme particulièrement pur, et très apprécié des dieux de l’Enfer. Ils enterraient profondément ces porcs tués dans la Terre, après que le sang et les corps abattus eussent été dédiés aux dieux infernaux.

Comme le sacrifice se tenait le troisième jour des Grands Mystères, une telle créature était appelée porcelet du troisième-jour.’

Il leva ses sourcils, et sourit.

‘Maintenant, comme avec tous les Mystères de l’initiation, ce terme n’est pas tout à fait correct – il est destiné à cacher quelque chose. Ce n’était pas un porcelet du troisième-jour, mais un porcelet du deuxième-jour-et-demi, puisque les sacrifices se déroulaient toujours le matin. Le fait que les rites se tenaient près de la mer devrait apporter un indice à ce symbolisme secret, car la période de deux-jours-et-demi est une période lunaire.

En deux-jours-et-demi, la Lune traverse complètement un signe du zodiaque : la période, cosmiquement parlant, constitue un douzième du mois. Maintenant, peut-être, commencez-vous à voir quelque chose d’une importance plus profonde à ce porcelet du troisième-jour ?’

Peut-être qu’une fois encore la question était rhétorique. En tout cas, le cercle restait silencieux.

‘Dans un sens, le porcelet du troisième-jour est l’humanité – la sueur liquide de la Terre. L’humanité est en proie à la Lune – l’humanité est sujette au rythme de deux-jours-et-demi, et à toutes les autres périodicités lunaires. Dans un autre sens, le porcelet du troisième-jour est l’animal de Set, le côté du rebut sombre de l’Humanité – ce côté lucifuge, qui ne recherche pas la lumière.

‘Cette vérité est reconnue tant dans le symbolisme évident du sacrifice du porcelet, que dans ses plus profondes implications secrètes. Les centres initiatiques ont toujours reconnu que l’humanité est en proie à la Lune – que les hommes et femmes ordinaires dorment sous les influences des pouvoirs lunaires. [...]

Ce qui arrive à notre principe supérieur au moment de la fission du sacrifice porcin est directement reflété dans le sacrifice du porcelet du troisième-jour. Exactement comme dans un sacrifice impliquant une offrande brulée, où les flammes vont vers le haut, et les restes carbonisés vers le bas, le sacrifice du porcelet du troisième-jour est une fission de séparation. Notez ce mot, fission. On ne peut pas aller loin dans les études hermétiques sans s’être fait une bonne idée de ce qu’implique la fission Spirituelle.

‘Sur un niveau, donc, le porcelet est un symbole de la nature inférieure, qui doit être enterrée – ou plus exactement, placée dans les mains des hordes infernales, auxquelles à juste titre elle appartient. Pendant ce temps, l’Esprit initié s’élève sur les échelles de la perfection. Comme vous le savez, seuls les initiés sacrifient aux Helade Mystai, nous pouvons donc supposer qu’à la mort symbolique, c’est uniquement la partie inférieure du « porcelet » – le corps et le sang – qui est rendue au monde inférieur. Le monde supérieur porte l’Esprit vers une réalité supérieure, durant le miracle de l’initiation. Vous voyez, le porcelet du troisième-jour est un symbole de la partie rejetée, de la partie sombre repoussée vers le bas à la séparation qui est la conséquence immédiate de l’initiation.’ [...]

‘Revenons une nouvelle fois sur le symbolisme de ce fameux porcelet du troisième-jour. Nous sommes le porcelet, nous attendons le sacrifice. Nous sommes en proie à la Lune : nous sommes tous des Endymions endormis, qui devons rendre à la Lune ce qui porte l’empreinte de la Lune. Supposons que le sacrifice du porcelet du troisième-jour symbolise les trois jours.’ – il accentua ces mots pour montrer qu’ils ont une signification bien plus profonde qu’on pourrait le penser -’… que nous passons dans la sphère de la Lune après notre mort. Comme vous le savez, dans le Christianisme traditionnel, cette période est appelée le Purgatoire. En ésotérisme, elle porte d’autres noms, que vous saurez tous. Ce porcelet du troisième-jour est un symbole’ – il accentua ce mot – ‘de cette période que nous passons au Purgatoire.

‘Si vous y réfléchissez, vous verrez que ce n’est pas un symbolisme farfelu. Le porcelet, au travers de son association avec Set, est une créature de la Lune, et la période au Purgatoire est un “sacrifice du sang” dans le sens où durant cette expérience les péchés du sang – certains diraient la sueur de nos péchés du sang – sont lavés. Au Purgatoire, à grands frais pour nous-mêmes, nous sacrifions nos péchés. Ces entités – nos péchés – sont dévorés par les démons dans ce qu’on pourrait appeler une soif de sang. Nous nous sommes accrochés à nos péchés toute notre vie, et s’en départir n’est pas chose facile : ils doivent être arrachés.

‘Le Purgatoire est une sorte de chambre de compensation cosmique [NdT : clearing house] – même un lieu d’apprentissage forcé – où les entités et inclinations nées du péché trouvent leur accomplissement et régénération. Sans l’existence d’une telle chambre de compensation, l’atmosphère Spirituelle de la Terre aurait été complètement empoisonnée depuis longtemps.

‘Le visage crânien de la Lune, étincelant le monde sous ses yeux de cratères, est un mémorial perpétuel aux conséquences inexorables du péché de l’homme. Il serait possible de se référer à de vastes sources documentaires relatives à la croyance que la Lune est le centre cosmique du purgatoire – c’est en effet encapsulé dans de très nombreux symboles de la doctrine Chrétienne et du symbolisme. Sur ce qui pourrait être le niveau le plus évident, l’idée même que les démons ont des cornes est probablement un retour à l’idée du croissant de la Lune, leur patrie naturelle : ils sont, pour ainsi dire, marqués par le C du croissant.

‘Tu avais plutôt raison, Mark .’ – à notre grand désarroi, il s’est tourné vers nous, rendant public des conversations privées que nous avions eu ensemble – ‘… de relier la Lune aux agressions démoniaques, et au monde obscur des séances de spiritisme et de la clairvoyance atavique [héréditaire, génétique]. Les êtres démoniaques adorent l’obscurité. Bien qu’il soit vrai que les séances de spiritisme se passent dans le noir pour permettre aux prestidigitateurs amateurs de ne pas être découverts, il est également vrai que ces êtres Spirituels qui agissent pour le mal durant de tels séances adorent le noir. Ils sont lucifuges. De même qu’ils ne peuvent comprendre le besoin de lumière, de même ils ne peuvent comprendre l’amour humain.

‘Les anciens utilisaient l’obscurité, non pas pour contacter les démons, mais pour contacter les Êtres Supérieurs. Une des raisons pour lesquelles les soit-disant puits de ventilation de la Grande Pyramide sont dirigées vers des étoiles spécifiques est de permettre ces influences stellaires de percer l’obscurité du lieu où se déroulent les initiations. ‘Les anciens construisaient leurs cercles de pierre pour leur permettre d’utiliser l’obscurité à des fins spécifiques. Ils savaient que pendant une éclipse, lorsque la Lune est jetée dans les ténèbres, l’effet de la Lune est, d’une certaine manière, affaibli.
En de telles circonstances, certaines influences diaboliques et mauvaises qui se sont accumulées dans l’aura de la Terre peuvent s’échapper. C’est comme si une soupape de sécurité s’était ouverte dans le ciel, se versant dans le cosmos par le tunnel obscur de la Lune Noire, qui se tient dans l’ombre de la Terre. Cette Lune Noire – la Lune d’Hécate infestée de serpents dans la mythologie ancienne – est très différente de la Lune Éclairée. Dans certains anciens centres on donnait même à cette Lune Noire un nom différent.

‘La Lune Éclairée est, dans une certaine mesure, Spirituellement réchauffée par le Soleil. On doit être sensible aux réalités cosmiques pour sentir la différence entre la Lune Noire [NdT : nouvelle lune] et la Pleine Lune. Lorsque le Soleil est éclipsé par la Lune Noire, il n’est pas inhabituel d’observer les oiseaux tomber du ciel de crainte. Une grande sagesse est démontrée dans une telle crainte. Essayez de faire l’expérience d’une éclipse – solaire ou lunaire – pour percevoir le sentiment de cette réalité cosmique. Il y a un frisson dans l’air, tout à fait différent de tout ce que l’on peut sentir en des circonstances habituelles.

La terreur primitive de La Lune parmi les anciens n’était pas totalement irréaliste : en ces temps, il y existait un état de conscience différent qui permettait aux hommes de percevoir les réalités cosmiques qui nous sont maintenant dissimulées. Vous ne comprendrez jamais pourquoi les anciens cercles de pierre étaient construits si vous n’êtes pas familiarisé avec la Lune Noire.’ [...]

Dans cette rencontre, avant sa mort, notre Maître a tenu sa promesse de parler des secrets de la Lune. Normalement, il attendait que quelqu’un parmi nous pose une question.
Cette fois, il se mit à parler sans préambule.

(...)

Maintenant nous devons aborder le lien entre la Lune et la clairvoyance. Nous devons le faire parce que l’un des membres de notre groupe s’est – à bon ou à mauvais escient – impliqué dans des groupes médiumniques.

‘Il importe de fixer très clairement les dangers inhérents à ouvrir l’âme à ces activités. Ce n’est pas à moi d’interdire de telles activités. Je n’ai aucun pouvoir d’interdire, et me réjouit de ne pas avoir de tel pouvoir. De même, je tiens à vous protéger, mais je ne le peux pas. Le mieux que je puisse faire est de vous montrer clairement les dangers. Après cela, vos croyances et votre conduite restes les vôtres.’

Il regarda nos visages, comme s’il voulait indiquer qu’il arrivait au point le plus important de la soirée.

Nous devons maintenant parler d’une vérité ésotérique qui touche à l’extrême limite de ce qui est permissible. Ce que j’ai à dire sera très troublant pour beaucoup de gens des temps modernes. Cela dérangera, parce qu’il est généralement tenu pour acquis que la clairvoyance, la médiumnité spirite et les activités spirituelles sont en quelque sorte liées au développement Spirituel, et bénéficient en conséquence à l’humanité. Malheureusement, ceci est loin de la vérité. Une grande quantité de notre littérature moderne soit-disant « Spiritualiste » à trait au channeling et à la clairvoyance, ce qui est loin d’être bénéfique au développement de l’humanité. En effet, pour ne pas mâcher mes mots, je dois dire que c’est particulièrement nocif.

‘Je dois maintenant faire une déclaration qui vous fera découvrir un concept qui a été, jusqu’à une date relativement récente, l’un des secrets les plus profonds des écoles ésotériques : À certains égards, la Lune est le plus grand problème des connaissances traditionnelles ésotériques. La Lune n’est pas du tout ce qu’elle paraît être.

‘A la fin du siècle dernier une révélation stupéfiante fut faite, à la suite de dissensions entre des membres des Écoles secrètes. L’information, jusque là jalousement gardée par les Ordres intérieurs les plus fermés, fut rendue publique. Les secrets divulgués ont trait à un niveau de connaissance bien plus profond que ce qui avait été jusqu’à présent rendu exotérique par les Écoles – même en cet âge éclairé.’

Sa trace de cynisme sembla passer inaperçu.

‘Notre but ici n’est pas de documenter comment une idée ésotérique si profonde fut rendue public – ou même d’évaluer s’il était judicieux pour cette idée d’être mise au dehors. Tout cela a été traité dans la littérature – et si vous voulez poursuivre, je vous donnerai quelques titres plus tard.

En résumé, ce qui a été rendu public lors de ce conflit dans les Écoles était la vérité que notre Lune est une sorte de contrepoids à une autre sphère, qui reste invisible à la vision ordinaire. Cette sphère de contrepoids est appelé dans les cercles ésotériques la Huitième Sphère.

‘Nous devons être prudents avec ces mots, car, en dépit de ce que je viens de dire, cette région n’est pas en soi une sphère, ni davantage une lune. Même le fait de la situer derrière la Lune physique n’est pas correct, car dans les réalités Spirituelles les espaces et distances sont différentes. La vérité est que cette Huitième Sphère ne se rapporte à rien que nous connaissons sur le plan physique, mais nous devons utiliser des mots de notre propre vocabulaire à chaque fois que nous voulons désigner son existence. Si nous voulions utiliser un mot qui corresponde le mieux à cette Sphère, alors nous devrions vraiment l’appeler un vide. « Vide » est certainement un terme plus approprié que sphère, car la Huitième Sphère suce les choses dans son obscure propre existence.

‘Cette Sphère est à un niveau plus bas dans l’échelle des êtres que la Septième Sphère (qui est la Terre). Elle agit comme une sorte de conduit démoniaque qui suce dans sa gueule certaines formes Spirituelles dégénérées de la Terre. C’est une Sphère de l’ombre, contrôlée par des êtres de l’ombre. Cependant, le fait que ce soient des êtres de l’ombre ne doit pas nous conduire à rabaisser ou sous-estimer leurs capacités et leur intelligence. À bien des égards ils sont plus intelligents que l’Homme, car ils ne sont pas limités par le pouvoir de l’amour, comme l’est l’Humanité.

‘Le fonctionnement de cette Huitième Sphère est complexe. Ses habitants – ces êtres de l’ombre qui y vivent – souhaite peupler leur Sphère avec l’humanité, ou (plus exactement) avec les âmes humaines. À cette fin, ce que nous pourrions appelé des terminaux ont été érigé sur Terre : ces terminaux sont des conduits-d’âme , qui sucent dans cette Sphère inférieure une certaine forme d’énergie Spirituelle matérialisée qui est engendrée sur le plan Terrestre. Les circonstances les plus habituelles où cette matérialisation ou engendrement a lieu se déroule durant les séances, et en d’autres endroits où les êtres humains tentent de se mêler – contre la loi cosmique – aux plans Ethériques inférieurs.’

Philippe éprouvait des difficultés avec ce curieux récit des pouvoirs lunaire, et demanda :

‘Vous dites que l’activité Spiritualiste est elle-même victime de la Huitième Sphère ?’

‘Oui, Philippe. Une certaine activité Spiritualiste est colorée par la croyance erronée que le monde des morts est accessible aux vivants. En vérité, l’activité médiumnique ne peut pas pénétrer dans le vrai royaume des morts : elle s’occupe donc uniquement d’ombres. Faisant cela, elle produit le fourrage de la nourriture de la Huitième Sphère. Cette succion de certaines formes de la matière-âme humaine dans la Huitième Sphère n’est, en aucune sorte, destinée au bénéfice de l’humanité. Le but des habitants de ce monde est de renforcer et de peupler un monde qui peut véritablement être décrit comme le royaume des damnés. Les efforts de ces habitants, ou démons, est contraire au développement évolutif qui a été prévu pour le monde. En vérité, l’être humain n’a pas été conçu pour devenir un être de l’ombre, captif dans une sphère démoniaque : il a été conçu pour devenir un dieu.

‘Il y a moins de cent ans que cette connaissance de la Huitième Sphère a été rendue public. Au début il y eut un tollé devant cette brèche de connaissance initiatique, mais maintenant nous pouvons voir que c’est une sorte de bienfait que la menace démoniaque soit portée dans le dehors. À certains égards, il est plus facile de faire face à un ennemi visible. Ceux qui jouent avec les supposées communications avec les morts, et avec cette contrée spirituelle qu’ils imaginent affectueusement derrière le voile, sont prévenus.

(...)________________________________________


Jsf : À mettre encore en parallèle avec le symbole du Lapin blanc chez Lewis Carroll ainsi que dans le film Matrix, qui on le sait, mène à la connaissance par Néo d’un monde, le monde réel et obscur, dans lequel les hommes nourrissent les « machines ». Pour bien montrer qu’il s’agit d’une réalité différente, Néo passe au travers d’un miroir. Le Lapin, on le sait aussi, est associé à la lune dans diverses traditions. Dans le même ordre d’idées, nous pourrions ajouter ces quelques extraits du livre de Mircea Eliade – Une nouvelle philosophie de la lune :

Un médecin et biologiste italien, V. Capparelli, a publié deux épais volumes (…) sur la lune et les rythmes lunaires, sur les cycles hebdomadaires dans le monde organique et dans la pathologie humaine. Il a rassemblé un nombre considérable de données tirées de la botanique, la zoologie, l’embryologie et la pathologie et qui convergent toutes vers un rythme lunaire hebdomadaire régissant le monde organique. La croissance des tissus végétaux et animaux, les cycles physiologiques dans la vie humaine, le retour cyclique des processus morbides (la « crise » hippocratique ; l’importance de certains jours dans l’évolution des maladies : trois jours et demi après l’atteinte, sept jours, quatorze jours….), tout est contrôlé par un rythme cosmique, par la périodicité lunaire. Notre insignifiant astre mort aurait donc une influence primordiale sur l’ensemble de la vie organique terrestre. (…)

De même que les premières intuitions cosmiques sur la femme et que la fécondité et l’eau sont liées à la lune, les premières conceptions de la mort se rattachent également à cet astre « vivant ». La lune meurt, reste trois jours dans les ténèbres, puis renaît. Les graines sont enterrées, demeurent quelque temps sous terre (nuit, obscurité, entrailles), puis une plante nouvelle apparaît. L’homme meurt, il est enterré, son âme s’envole parfois dans la lune, mais il renaîtra, évoquant en cela la « renaissance » de la lune et de la végétation. Dans des rituels primitifs d’initiation étudiés par Peter Schmidt, le néophyte ressort de la tombe de la même manière que la lune réapparait après s’être cachée durant trois nuits. [p.12-13]

http://newsoftomorrow.org/abductions/visions/mark-hedsel-the-zelator-nous-sommes-de-la-nourriture-pour-la-lune
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Imposture de la Lune. Documentaire choc   Sam 30 Mar 2013, 19:07

Imposture de la Lune. Documentaire

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mysterium lunea - l'Eglise et LUNA   Sam 30 Mar 2013, 19:27

Bonsoir à tous,

Pâques est à notre porte et la date de cette fête chrétienne est fixée par la « Lune ».

Citation :
La définition actuelle de la date de Pâques est celle définie en 325 lors du concile de Nicée.
"Pâques est le dimanche qui suit le quatorzième jour de la Lune qui atteint cet âge au 21 mars ou immédiatement après". Le quatorzième jour de la Lune étant le jour de la pleine Lune et le 21 mars correspondant à la date de l'équinoxe de printemps, cette définition est souvent traduite de la manière suivante : Pâques est le premier dimanche qui suit la première pleine Lune de Printemps.

Cette seconde définition est trompeuse car elle laisse entendre que la date de Pâques est le résultat d'un calcul astronomique basé sur la détermination de l'équinoxe de printemps et de la première pleine Lune suivant cet équinoxe.

En réalité il n'en est rien, le calcul de la date de Pâques se fait à l'aide d'un calendrier perpétuel lunaire utilisant une Lune moyenne fictive (Lune ecclésiastique dite Lune du comput ou encore Lune de Méton). Cette méthode de calcul porte le nom de comput ecclésiastique.

On distingue deux computs ecclésiastiques : le comput julien en usage jusqu'en 1582 et le comput grégorien en usage depuis 1583. Le comput grégorien corrige certaines imperfections du comput julien. Le comput julien comporte deux éléments : la lettre dominicale et le nombre d'or. Le comput grégorien comporte également deux éléments : la lettre dominicale et l'épacte [Note : nombre qui exprime l'âge de la Lune, à la même période, l'année précédente]. Parfois on donne également pour le comput julien une épacte (l'épacte julienne) qui est directement liée au nombre d'or.

Par extension on appelle Pâques juliennne la date de Pâques calculée à l'aide du comput julien et Pâques grégorienne la date de Pâques calculée à l'aide du comput grégorien.


Les gens en majorité l'ignorent, mais à la « Lune » est associée « l’ Eglise » pour laquelle d’ailleurs, le « mysterium lunea » (le mystère de la lune) est « primordial ».

Mais que cache donc ce « mysterium lunea », symbolisme patristique des Pères de l’Eglise qui a exercé la plus grande influence sur le langage allégorique de l’alchimie ?

Et comment comprendre les paroles du nouveau Pape, François 1er, sur cette question lunaire ?

Citation :
Intervention du cardinal Jorge Mario Bergoglio [futur Pape Francois 1er] lors des congrégations générales précédant le conclave

Lors des congrégations générales qui ont précédé le conclave qui l’a élu pape, le cardinal Jorge Mario Bergoglio a fait une intervention remarquée devant ses confrères cardinaux. Il en a ensuite remis le manuscrit au cardinal cubain Jaime Ortega archevêque de La Havane, qui, avec son autorisation, l’a rendu public sur le site de l'Eglise catholique cubaine iglesiacubana.org (traduction AFP).

1. Evangéliser suppose le zèle apostolique. Evangéliser suppose pour l'Eglise l'audace de sortir d'elle-même. L'Eglise est appelée à sortir d'elle-même pour aller vers les périphéries, non seulement géographiques, mais aussi les périphéries existentielles: celles du mystère du péché, celles de la douleur, celles de l'injustice, celles de l'ignorance et de l'absence religieuse, celles de la pensée, celles de toute misère.

2. Quand l'Eglise ne sort pas d'elle-même pour évangéliser, elle devient "auto-référente" et alors tombe malade. Les maux qui, au fil du temps, ont touché les institutions religieuses ont leurs racines dans l'auto-référence, une sorte de narcissisme théologique.

Dans l'Apocalypse, Jésus dit qu'il est à la porte et appelle. Evidemment, le texte se réfère à ce qu'il appelle de l'extérieur pour entrer... Mais je pense à toutes les fois où Jésus frappe depuis l'intérieur pour que nous le laissions sortir. L'Eglise auto-référente porte Jésus Christ à l'intérieur et ne le laisse pas sortir.

3. L'Eglise, quand elle est auto-référente, sans s'en rendre compte, croit tenir sa propre lumière. Elle cesse d'être "mysterium lunae" et donne naissance à ce mal si grave qu'est la mondanité spirituelle (selon de Lubac - Henri de Lubac, cardinal jésuite français 1896-1991, NDLR - le pire mal qui puisse arriver à l'Eglise). C'est vivre pour s'apporter la gloire les uns aux autres.

Pour simplifier, il y a deux images de l'Eglise: l'Eglise évangélisatrice qui sort d'elle-même, la "Dei verbum religiose audiens et fidenter proclamans", ou l'Eglise mondaine qui vit en elle-même, d'elle-même et pour elle-même.

Ceci doit apporter la lumière pour les changements et réformes possibles qu'il faut réaliser pour le salut des âmes.

4. (A propos du prochain pape:) un homme qui, depuis la contemplation de Jésus Christ et l'adoration de Jésus Christ aide l'Eglise à sortir d'elle-même vers les périphéries existentielles, qui l'aide à être la féconde mère qui vit de "la douce et réconfortante joie de l'évangélisation".

http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/03/27/discours-integral-futur-pape-francois-avant-le-conclave_n_2964907.html

Citation :
le Cardinal Joseph Ratzinger [Benoît XVI] a dit une fois une comparaison très profonde : « l’Eglise est comme la lune : terre, rochers et déserts, mais vue de la terre, c’est un magnifique corps céleste qui nous illumine dans la nuit même si sa lumière ne soit la sienne.» En effet, l’Église est terre, rochers et désert. Mais c’est aussi un corps céleste d’une beauté incomparable qui illumine nos nuits avec la lumière de la foi.

Citation :
Rome, 28 mars 2013 (Zenit.org) Antonio Gaspari, P. Pietro Messa

Pourquoi le jésuite Jorge Mario Bergoglio a-t-il choisi le nom de François ? Quels sont les traits spirituels de saint François que le pape veut retrouver ? En quoi les manières franciscaines du pape changeront-elles l’Église ? Où émerge sa formation de jésuite ? Pour répondre à ces questions et à bien d’autres, Zenit a rencontré le P. Pietro Messa, président de l’École supérieure des Études médiévales et franciscaines de l’Université pontificale de Saint Antoine, l’Antonianum, à Rome.

Zenit – De quelle façon saint François a-t-il répondu à l’appel du Seigneur à réparer l’Eglise ?

P. Pietro Messa - Les hagiographes racontent que, un jour où François était dans l’église Saint Damien, qui s’effondrait, la représentation de Jésus crucifié l’appela à réparer l’Église qui tombait en ruines. Cependant, si nous lisons ses écrits, nulle part n’apparaît le thème de la réforme de l’Église. En revanche, ce qui est central, c’est la vie selon l’Evangile, en suivant les pas du Seigneur Jésus, par une observance spirituelle littérale de l’Écriture. Ce fut son choix, et celui des frères mineurs ; on peut dire, peut-être un peu sommairement, que ce mode de vie qu’ils choisirent eut pour effet collatéral la réforme de l’Église. Benoît XVI parlait d’un besoin d’ « essentialiser », c’est-à-dire d’aller à l’essence et il a explicité cela dans ses trois livres sur Jésus ; il disait qu’une Église qui parle toujours d’elle-même n’intéresse personne. Le pape François reprend une image chère à son prédécesseur aussi, celle du mystère de l’Église, qu’il compare à la lune : de même que la lune fait briller dans la nuit le reflet de la lumière du soleil, ainsi l’Église est appelée à faire refléter dans l’histoire la lumière du Christ.

Suite : http://www.zenit.org/fr/articles/l-eglise-doit-etre-comme-la-lune-qui-reflete-le-soleil
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Commodien, poète latin chrétien    Sam 30 Mar 2013, 19:42

COMMODIEN

LES INSTRUCTIONS


VIII. DU SOLEIL ET DE LA LUNE

Sur le soleil et sur la lune, bien que ces astres soient présents à vos yeux,
vous vous trompez : comme moi-même jadis, vous pensez qu'il les faut prier.
Ils sont, en vérité, parmi les astres, mais ils ne courent pas d'eux-mêmes :
le Tout-Puissant, quand il fondait toutes choses, au commencement,
les a placés là-même avec les étoiles, le quatrième jour. 5
Votre erreur l'ancien...
Et à la vérité, il a ordonné dans la Loi que nul ne les adore.
Vous priez des dieux innombrables qui ne promettent rien de la vie,
dont la Loi n'est pas sur la terre et qui ne furent pas annoncés;
quelques mauvais prêtres vous trompent,... 10
disant que ces divinités sont de quelque secours a qui doit mourir.
Approchez-vous de la Loi et maintenant confessez le vrai.

http://remacle.org/bloodwolf/eglise/commodien/instructions.htm

Citation :
Commodien (en latin : Commodianus) est un poète latin chrétien dont la datation est incertaine et a longtemps été controversée (entre le IIIe et le Ve siècle), tout comme son origine (Arles ou év. la partie orientale de l'Empire romain). Cependant, une série d'études récentes a permis au moins d'établir indiscutablement la datation au milieu du IIIe siècle

http://fr.wikipedia.org/wiki/Commodien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Film MOON, la Face cachée   Mar 16 Avr 2013, 01:55

Film MOON, la Face cachée




CINEMA - Le film de science-fiction de Duncan Jones, déjà salué par la critique, sort uniquement en DVD en France. Trop confidentiel?...

Pourquoi un film déjà salué par la critique, par les internautes et par une salve de prix dans des festivals ne sort pas en salles? A priori, c’est le sort réservé aux nanars, oeuvres de seconde zone, ou ayant connu un échec commercial dès leur sortie dans les premiers pays. Mais cela se généralise: de plus en plus de long-metrages ne connaissent pas de carrière en salles, mais sortent directement en DVD. Bien moins glamour, a priori...

C’est pourtant le sort qu’a connu Moon, sorti directement – et très discrètement – en DVD ce mercredi (1), sans passer par la case cinéma. Réalisé par Duncan Jones, issu de la pub (et fils de David Bowie pour la petite histoire), Moon est un film de science-fiction déjà mythique, primé dans plusieurs festivals.

Le pitch: dans une époque indéterminée, Sam Bell vit depuis plus de trois ans dans la station lunaire de Selene, où il gère l’extraction de l’hélium 32, seule solution à la pénurie d’énergie sur Terre. Implanté dans sa «ferme lunaire», ce fermier du futur souffre en silence de son isolement et de la distance le séparant de sa femme, avec laquelle il communique par web-conférences. Il a pour seul compagnon un robot futé et (trop) protecteur, lointain cousin de Hal 9000 de 2001: L’Odyssée de l’espace... Jusqu’à ce que, à quelques semaines de l’échéance de son contrat, il se découvre un clone.

«Film de science-fiction d’auteur»

En creux derrière Moon, une réflexion sur la dualité, l’évolution technologique, les clones, et une attaque en règle contre les multinationales en recherche de profit – ici, Lunar Industries, qui fait signer des CDD très particuliers à ses «fermiers».

Un véritable film de SF intello, donc, plus proche de 2001 de Kubrick que de Iron Man 2 (dont l’acteur principal, Sam Rockwell, est issu) ou d’un nouvel Avatar. C’est peut-être le problème.

Le film a pourtant connu un succès honnête: «Il a eu près de 200.000 entrées en Grande-Bretagne, et est sorti en salles en Allemagne, en Espagne, et dans quelques salles outre-Atlantique», résume Didier Costet, patron de Swift Production, distributeur de Moon en France.

Seulement voilà: il appartient à un genre cinématographique peu défini, le «film de science-fiction d’auteur. Le public, surtout les ados, sont sortis dubitatifs des salles. Moon est entre-deux: la SF est un genre grand public, mais ce film ne l’est pas», admet Didier Costet.

«Pas une sanction» pour le film

Qui a donc décidé de ne pas le sortir en salles. «Il y a beaucoup trop de films qui sortent en France, il serait noyé dans la masse. Mais il ne faut pas y voir un aveu d’échec», justifie le distributeur.

Il met aussi en avant la difficulté de faire de la pub pour une oeuvre de ce type. Il en a longtemps été question, mais les films n’ont pas droit à des campagnes de pub en télé, «ce qui permettrait pourtant de mieux toucher le grand public. Les long-métrages sortant au cinéma sont essentiellement promus par les articles de presse», insiste-t-il.

Alors que là, la sortie en DVD de Moon s’accompagne dès ce week-end d’une campagne de pub en presse écrite et en TV - ce qui n’aurait pas tété possible si le film était sorti en salles. Du coup, le distributeur prend moins de risques, et rationalise davantage ses coûts. Au risque que les fans de SF ne se sentent lésés du spectacle que leur aurait offert un tel film sur grand écran.

(1) Moon, la face cachée, réal. Duncan Jones, France Télévisions Distribution

http://www.20minutes.fr/culture/579365-film-moon-zappe-sortie-salles
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Moon   Mar 16 Avr 2013, 01:59

Citation :
Moon est un film de science-fiction britannique écrit et réalisé par Duncan Jones, sorti en 2009.

Ce film est présenté pour la première fois au Festival du film de Sundance, le 23 janvier 2009.

En France, Moon n'a jamais fait l'objet d'une sortie cinéma en bonne et due forme. Il a néanmoins été projeté dans les salles lors de plusieurs festivals, dont le Festival international du film fantastique de Gérardmer le 29 janvier 2009, le festival du film anglais et irlandais d'Ajaccio « Under My Screen » (4 au 12 décembre 2010), et le Festival européen du film fantastique de Strasbourg, où il reçoit le premier prix.

Synopsis

Sam Bell (Sam Rockwell) est un employé de la société Lunar, entreprise d'extraction d'hélium 3. Cette ressource-clé répond à la crise énergétique grandissante sur Terre tout en fournissant une énergie propre. L'hélium 3 n'est récupérable que dans la régolithe (poussière lunaire), ce qui a imposé à Lunar de bâtir une station spatiale lunaire très automatisée dont un employé a la surveillance. Sam y est en poste avec pour seul compagnon Gerty, un ordinateur mobile doté de la parole. Arrivant à la fin de son contrat de trois ans, il s'apprête à achever sa longue mission en solitaire et à retrouver sa famille mais, petit à petit, il est pris d'hallucinations.

Lors d'une sortie hors de la base en rover, déconcentré par une des ses hallucinations, Sam percute une moissonneuse. Blessé, il tombe inconscient. Il se retrouve ensuite à l'infirmerie, sous la surveillance de Gerty, qui lui apprend qu'il a eu un accident. Sam surprend une communication entre le robot et l'entreprise Lunar, alors que les messages directs ne sont plus censés fonctionner depuis un étrange incident technique sur une antenne. Suspicieux vis-à-vis du robot, Sam apprend qu'il a interdiction de sortir de la base avant l'arrivée d'une équipe de réparation envoyée pour la moissonneuse. Sam sabote une conduite de gaz pour faire croire à un impact de météorite sur la base et donc, obliger le robot à le laisser sortir vérifier l'intégrité de la coque de son habitat lunaire. Au lieu d'inspecter la base, Sam se rend sur le lieu de l'accident et fouille le rover endommagé. Il y découvre un corps encore en vie : le sien ! Il ramène ce deuxième Sam à la base et comprend peu à peu qu'ils sont des clones, créé à partir d'un Sam original dont il utilise les souvenirs. Le deuxième ayant été réveillé pour remplacer le premier, et l'interdiction de sortie étant faite pour éviter une rencontre entre les deux.

Comprenant que les clones ne peuvent provenir que du site lunaire où il travaille, en fouillant la base, les deux Sam découvrent une réserve à clone avec des centaines de corps prêts à être mis en service. L'état du Sam accidenté continue de se dégrader et il comprend que cela est en fait lié à sa durée de vie : 3 ans, comme la durée officielle de son contrat. Des enregistrements lui permettent de constater que de nombreux autres clones arrivés en fin de contrat dégénèrent et que leur corps est incinéré dans un simulacre de capsule de retour sur Terre et ce, pour laisser place au prochain clone. En même temps, le deuxième Sam comprend que le problème de communication est en fait volontairement simulé afin que les clones en postes ne puissent pas contacter la Terre directement. Les deux Sam découvrent des brouilleurs éloignés de la base et le premier Sam décide, grâce à un vidéophone portable, de sortir du périmètre brouillé et d’appeler chez lui. Il entre en contact avec une jeune adolescente — sa propre fille — bien plus âgée qu'il ne le croyait; il apprend la mort de sa femme, celle qu'il espérait rejoindre à son retour, ainsi que la présence du « vrai » Sam demeuré sur Terre. Le deuxième Sam, en regardant l'appel enregistré mis-en-mémoire, comprend lui aussi la vérité.

L'équipe de réparation est aussi une équipe chargée de s'assurer qu'un seul clone à la fois ne soit éveillé. Ils vont donc chercher à faire disparaître l'ancien corps. Le deuxième Sam, considérant que le premier est plus méritant, lui propose d'échanger leur place, de l'envoyer sur Terre et de réveiller un autre clone. Mais, voyant sa santé se dégrader, le premier Sam refuse et lui demande de retourner au rover endommagé afin d'y mourir. Le deuxième Sam pourra ainsi tenter de revenir sur Terre, par l’intermédiaire de la capsule d'envois périodiques d'Hélium 3 sur Terre.

Afin que l'équipe de " réparation " ne soit pas informée de l'évasion, l'ordinateur Gerty indique au deuxième Sam comment le redémarrer et vider ainsi sa mémoire qui pourrait le trahir. Le deuxième Sam réveille un autre clone pour que l'équipe de réparation en trouve un dans la base, programme in extremis une moissonneuse qui va entrer en collision avec un des brouilleurs afin de permettre les communications en direct, et il s'enfuit dans la capsule. Le premier Sam, retourné dans la moissonneuse accidentée afin d'y mourir, voit d'un hublot la capsule décoller vers la Terre et peut ainsi mourir en paix. Alors que la capsule est en route pour la Terre avec le deuxième Sam à bord, le film se termine peu de temps après sur différents commentaires de reporters télévisés signalant la chute du cours de l'action Lunar, l'accusation pour crime contre l'humanité de l'entreprise et, un dernier contre-commentaire de talk-show dénonçant le clone comme un immigrant illégal et demandant sa détention.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Moon_(film)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: NUTATION ou mouvement d’oscillation de la Terre !   Mar 16 Avr 2013, 23:52

Le saviez-vous ?

Citation :
En raison de la gravité lunaire, l’axe de la Terre effectue un léger mouvement d’oscillation (ou nutation) qui forme un « tracé en boucles » sur la trajectoire de précession ; chaque oscillation est d’une période de 19 ans.

Le "mouvement circulaire" de la Terre, tracé par l'axe de rotation, est appelé "précession".

La Terre met environ 26 000 ans pour effectuer un cercle complet.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Phénomènes lunaires : un pas vers leur explication ?   Mar 23 Avr 2013, 17:32

Les phénomènes lunaires transitoires : un petit pas vers leur explication ?

La British Astronomical Association vient de publier les résultats d'une enquête particulièrement détaillée concernant les phénomènes lunaires transitoires (LTP). Ces curieuses et éphémères modifications à la surface de notre satellite naturel divisent les chercheurs depuis des décennies.

Rares sont les sujets d'études concernant la Lune qui font autant débat. Bien qu'on en dénombre plus de 2.800 au cours de ces trois derniers siècles, les phénomènes lunaires transitoires sont toujours autant controversés qu'inexpliqués. C'est en 1968 que l'astronome sir Patrick Moore créa le terme de LTP (Lunar Transient Phenomena) pour englober d'étranges phénomènes rapportés par des observateurs. Brève augmentation de brillance, point lumineux, assombrissement, coloration ou effet de brouillard sont des exemples typiques de LTP remarqués sur des zones lunaires de quelques kilomètres. La British Astronomical Association (BAA) a présenté, au mois de mars dernier, les résultats d'une minutieuse enquête sur le sujet.

Historiquement le premier LTP fut observé le 18 juin 1178, par cinq moines de la cathédrale anglaise de Canterbury qui admirèrent à l'œil nu un flash lumineux sur le bord du croissant de Lune. Ils venaient d'assister en direct à la chute d'une météorite qui donna naissance à un jeune cratère de 22 kilomètres de diamètre, nommé Giordano Bruno.

Depuis cette date les rapports d'observation se succèdent. Bien entendu, beaucoup de ces signalements sont sujets à caution. Très souvent rapportés par des individus isolés sur la base d'une observation visuelle limitée par les possibilités de l'instrument optique utilisé, ils sont sans aucun doute à mettre sur le compte d'effets atmosphériques ou d'optique. À ce sujet, les statistiques réalisées par la BAA sont éloquentes : seuls 2 % des rapports d'observation (53 sur 2.806) rédigés entre les années 1700 et 2010 font état de véritables LTP.

53 phénomènes lunaires transitoires, c'est à la fois peu et beaucoup. Ceux qui ne croient pas aux LTP font judicieusement remarquer que le développement de l'imagerie numérique ces dernières années n'a pour le moment permis d'enregistrer aucun de ces phénomènes avec certitude. Leurs opposants rappellent l'observation de Nikolai Aleksandrovich Kozyrev en novembre 1958. Cet astronome russe, qui travaillait avec un télescope de 1,25 m de diamètre à l'observatoire d’astrophysique de Crimée, étudia pendant 30 minutes une coloration rougeâtre dans le cratère Alphonse. Le spectre photographique qu'il réalisa révéla une émission de vapeur de carbone. Même à la Nasa les avis sont encore partagés.

En juillet 1969 on demanda à Neil Armstrong d'observer en détail le cratère Aristarque (souvent cité par les observateurs de LTP) au cours d'un des survols d'Apollo 11. L'astronaute américain signala une zone beaucoup plus lumineuse que les alentours, qui semblait avoir une légère fluorescence.

Bien qu'elle ne permette pas de trancher le long débat autour des LTP, l'étude de la BAA révèle, par contre, que la fréquence de ces phénomènes n'est pas liée à l'activité solaire. Une idée largement répandue dans la communauté astronomique, depuis la formulation de cette hypothèse en 1945 par Hugh Percy Wilkins, un astronome amateur gallois.

Si les LTP se produisent sur la Lune, leur origine sera sans doute à rechercher du côté du dégazage de cette dernière. La distribution de ces phénomènes à la surface de la Lune révèle en effet une forte concentration sur le bord des fausses mers, là où la croûte lunaire est la plus fragile. La remontée ponctuelle de gaz par des fissures lunaires pourrait alors expliquer les effets de brouillard observés au cours de certains LTP. On peut également imaginer la formation de décharges électriques au sein de ces gaz (par effet triboélectrique) à l'origine de phénomènes lunaires lumineux.

C'est peut-être la sonde Ladee (Lunar Atmosphere and Dust Environment Explorer) de la prochaine mission d'exploration de notre satellite naturel, qui permettra de mieux comprendre les LTP. Elle devrait être mise en orbite lunaire cette année, avec comme objectif l'étude de la fine atmosphère et de la poussière de la Lune. On en saura alors peut-être un peu plus sur ces étranges phénomènes lunaires transitoires...

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/les-phenomenes-lunaires-transitoires-un-petit-pas-vers-leur-explication_45956/
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5577
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Lune est elle un satellite naturel de la Terre ?   Mar 07 Jan 2014, 23:38

Un Entretien téléphonique avec un acteur important du gouvernement, qui révèle la raison sur le récent arrêt du gouvernement américain (début octobre 2013) et de tous ses projets liés à l'espace. La source en question, le Dr. Eric Norton (un nom d'emprunt), a contacté l'équipe de Secureteam10 pour lui livrer son témoignage. Cet homme a pris de gros risques en relâchant cette information, en dépit du fait qu'il savait aussi pertinemment que beaucoup de téléspectateurs rejetteraient cette dite information quelle que soit la preuve présentée. Des fuites comme celle-ci ne viennent pas toujours enveloppées de preuves vérifiables et de sources authentifiables. SECURETEAM10 ajoute à ce propos :

« Il y a un processus de découverte de la vérité, laquelle vient souvent après beaucoup d'attente et de façon progressive pour finir par se révéler. Je demande à l'ensemble de nos téléspectateurs d'être patients, et de suspendre toute réserve qu'ils pourraient avoir au sujet de cet entretien, et je puis vous assurer que les pouvoirs en place (The Powers That Be, PTB) comptent sur vous pour ne pas le faire. »

Source de la vidéo : Secureteam10 :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voir la présentation du dernier David Icke [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La Lune et le mythe de "Castor et Pollux"   Mar 07 Oct 2014, 20:02

Douceur a écrit:
Pour démystifier, la tromperie de l’homme/soleil et de la femme/lune zoomons sur la lune justement. En proto-hongrois, le terme hód nomme cet astre. Et hód désigne le castor, ce fameux constructeur de « barrages ». Mais hód délivre d’autres secrets encore. Il a donné naissance à deux verbes très révélateurs. Le premier est hódit (hód- +it suffixe), assujettir, soumettre, subjuguer, asservir; mais aussi conquérir, faire des prosélytes, se propager qui engendra le second verbe hódol, se soumettre à q ; s’asservir, s’inféoder à quelque chose provenant lui-même de hódul, se courber, baisser la tête et hódolat (hódol- +at suffixe), hommage, respect, idolâtrie. C’est donc à juste titre que le castor est devenu le symbole du travailleur courbant l’échine.

Aujourd’hui, si la lune a perdu sa connotation au castor, la mythologique grecque de « Castor et Pollux » conserve encore les informations. Ces deux demi-frères, les Dioscures ayant respectivement leur propre sœur jumelle sont comme leur nom les désigne, des frères jumeaux dont l’un est diurne et l’autre nocturne. Autrement dit, nous avons affaire à un être mortel polarisé, Castor et à un être immortel polarisé, Pollux mais en aucun cas, à une femme seule présidant l’astre de la nuit et à un homme seul régissant l’astre du jour ! Que ce soit du côté de la Lumière ou du côté de la Ténèbre, ces couples sont toujours unis dans les mêmes luminaires !

Et en y regardant de plus près, l’Attitude de Pollux, lors de la mort de son frère Castor, laisse sous-entendre que la scission des frères fut anomale. Effectivement, Pollux inconsolable voulut partager avec Castor son immortalité. C’est pourquoi Zeus leur aurait permis de passer alternativement six mois ou douze heures par jour sur la terre au soleil et six mois, douze heures aux enfers, dans la nuit.

Il est écrit qu’au quatrième jour, « Dieu établit les luminaires dans le firmament du ciel pour illuminer la terre, pour présider au jour et à la nuit et séparer la lumière de la ténèbre [au singulier à l’origine]. Dieu vit que cela était bon. Il y eu un soir, il y eu un matin : quatrième jour » (Gn 1.17-19). Dans les bibles annotées, nous apprenons que « que cela était bon » répond au but que Dieu s'était proposé en vue de l'homme. Pourtant, cette déité anthropomorphe qui parle en insistant en prime sur le côté positif d’une situation instaurée artificiellement professe un pur mensonge relayé par des prêtres corrompus. La Genèse 1 serait un document sacerdotal répertorié sous la dénomination « source P pour prêtre » selon les spécialistes de la discipline de la critique textuelle.

Alors, l’oiseau solaire par excellence, celui capable de fixer le soleil dans les yeux, est l’Aigle Royal. En réalité, cet aigle, SAS écrit à l’aide d’un double chevron, trône assis sur la cime du carré divin. En tant que Maître du monde Diurne, il prend l’apparence d’un volatile de couleur roux flamboyant et en tant qu’effigie de l’Âme, il se pare de plumes bleues. Cet aigle bleu n’est pas assimilable au volatile qui règne sur le monde d’en bas car ce noble être se pose la nuit. Tout comme Jésus n'est pas assimilable à Jean.

Le volatile du monde inférieur s’érige parfois les ailes déployées en [V], parfois à double tête pour également configurer un semblant de [V]. Ce rovás inversé prenant l’aspect d’un [V] inscrit, en réalité, le mot (A)Ás qui se traduit par creuse. La Lune aussi se creuse une fois à droite, une fois à gauche. Il est intéressant de voir comment l’Aigle Royal tue le serpent kígyó en le saisissant près de la tête pour ensuite lui broyer le crâne avec ses serres et son bec. Puis, comment il l’avale encore vivant tout en faisant une salutation au soleil.


http://antahkarana.forumzen.com/t393p120-cles-donnant-acces-au-mystere-christique?highlight=La+lune+et+++++Castor+et+Pollux#27765
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5577
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Lune est elle un satellite naturel de la Terre ?   Mar 07 Oct 2014, 20:19


Pour rappel
:
Ambre a écrit:


Jacques Halbronn nous invite à repenser notre représentation du soleil et de la lune à commencer par le réseau des correspondances associées à cette double matrice. D’où son interrogation, les hommes “viennent”-ils de la lune ou du soleil? Pour répondre à cette question, l’auteur nous invite à réfléchir sur l’origine du Zodiaque, sur les rapports entre les dieux et les déesses et le cycle saisonnier.
“Apprendre à penser “soleil-lune” signifie décrypter grâce à cette grille de lecture révisée le monde qui nous entoure à commencer par les manifestations du masculin et du féminin qu’il propose de relier directement à la symbolique soli-lunaire. Homme Lune et Femme soleil, la Lune étant le soleil en acte.
Pour Jacques Halbronn, le monde est entrainé dans une alternance et une alternative de solarité et de lunarité, dans un flux lunaire et un reflux solaire. La grille proposée par Jacques Halbronn nous permet tant individuellement que collectivement de mieux appréhender le monde où nous sommes et dont nous sommes, tant au niveau de la crise du couple que des affrontements sociaux et ethniques.



extrait :
Dans le rapport soleil -lune, la lune est le facteur le plus rapide et le soleil a une position relativement statique, comparativement, l’on a bien là une dialectique entre l’espace solaire et le temps lunaire. Car si la lune occuppe un faible espace, elle se ratrappe par la richesse de sa cyclicité. La Lune apporte une forte valeur ajoutée à l’énergie qui lui vient de la nature tout comme l’Humanité a appris à transmuter les matières premières en de nouveaux produits. L’ Humanité peut beaucoup mieux s’identifier à la Lune qu’au Soleil.
Mais qui ne voit que le croissant de lune a une dimension phallique et d’ailleurs que la lune correspond à un processus d’érection alors que le soleil, en tant qu’anneau – mot qui a donné année – représenterait bien plutôt le vagin? Dialectique du croissant- crochet et de l’anneau : . la pleine lune correspondrait au coït, lorsque la lune-phallus parvient à occuper tout le vagin. . Quant à Saturne, l’opposé du soleil, avec lequel la Lune est en rapport, porte une faux qui n’est autre qu’un croissant? D’ailleurs, l’histoire d’Isis et d’Osiris, avec la perte du phallus d’Osiris, est en rapport avec la nouvelle lune mensuelle , puisque la lune disparait alors et qu’il faut la retrouver, grâce à l’ingéniosité d’Isis.. Le croissant de la lune est à rapprocher de l’arc que l’on bande et qui décoche des fléches, le soleil étant la cible, on emploie en anglais pour dire que l’on a tapé dans le mille, l’expression “bull’s eye”, l’oeil du taureau[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5577
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Lune est elle un satellite naturel de la Terre ?   Ven 17 Oct 2014, 10:44

Quand ARTivision revient, sur une affaire de concision lexicale ancestrale dramatique .

"La Lune clé de la Bible"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les Gouvernants, cachent donc au monde entier, le fait que la Lune est habitée, depuis des lustres, et cela nous est absolument caché, par ceux-la mêmes, (astronomes astrophysisiens, et consorts journalistes dont le metier est de dire ce qui sautent aux yeux sur la Lune) et cela nous l'avons déjà dits pour de vulgaires questions de stratégies militaires et d'hégémonie politique et économique .

   
Ainsi donc, le fait de savoir que des êtres intelligents (qui pourraient êtres des descendants des fameux Elohim comme le croit l'ésotériste Jean Sendy ) occcupent la Lune, a été camouflé purement et simplement pour satisfaire les désirs de puissance des nations, alors que la connaissance de cet événement porte en lui même, la raison majeure d'unir l'Humanité, et d'en finir une fois pour toutes, avec ces guerres dérisoires qui la déchirent depuis des siècles. Mais, on le sait bien, la devise de ceux qui nous dirigent, est assurément : "Diviser pour régner" .

    Il faudrait vraiment être de mauvaise foi, pour affirmer que les images qui vont suivre, sont toutes naturelles, et qu'il ne s'agit encore que, d'une illusion d'optique.

suite & source chez Fred Idylle
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

à VOIR OU à REVOIR >>

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les Mystères de la Lune.
ici
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Lune est elle un satellite naturel de la Terre ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Lune est elle un satellite naturel de la Terre ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Satellite naturel par wikipedia.
» LA TERRE TOURNE-T-ELLE AUTOUR DE LA LUNE?
» Comment est apparue la lune?
» objet lumineux apparu sur une photo prise de nuit
» L'homme a-t-il vraiment marché sur la lune ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: ...dans l'air du temps... :: Les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés, les NDE initiation et conscience, La route du Temps, La Merkabah ...-
Sauter vers: