ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz   Mer 19 Fév 2014, 17:11

La maladie n’est pas une fatalité,
mais une rencontre avec la vérité de notre âme
.


Pour cesser de confondre guérison et rémission, il convient de se pencher sur les enjeux de la maladie et en déceler les tenants et les aboutissants. Le chemin vers la guérison durable implique un certain nombre de prises de conscience sur la nature exacte de la maladie. Si on entend parler de lutte contre la maladie et même de préventions, rares sont les discours sur la nature de la maladie. Qu’est-ce que la maladie ? De cette réponse va se dégager un chemin vers la guérison durable.
Première porte / conscientisation des causes
Dans la notion de « maladie » il y a un piège.  On la présente et donc on la perçoit, comme extérieure à l’individu. Si la maladie pouvait être comparée à un incendie, le médecin serait le pompier, mais alors qui serait le pyromane ? La notion de pyromane débouche sur la recherche de l’élément déclencheur de « l’incendie-maladie ». Qu’est-ce qui fait que la maladie se déclare chez une personne et pas chez une autre ? Savoir que quelque chose déclenche la maladie de manière spécifique permet de franchir la première porte, celle de la conscience d’une cause individuelle et non d’une fatalité.
Deuxième porte / recherches des causes
Ce que l’on appelle « maladie » peut apparaitre comme une réaction corporelle spécifique à l’individu, mais à qui ou à quoi ? Elle arrive généralement dans un contexte de vie perturbé, ce qui donne une piste. La fixation excessive sur une problématique particulière, entre en résonance avec un ou plusieurs organes. Lorsqu’ils sont passablement surmenés et épuisés, ils se mettent à clamer leur désaccord. Comment ?  Par les symptômes ! Le symptôme est le langage du corps. Il est le premier que nous ayons appris à « parler » en exprimant par nos rougeurs et nos diarrhées, nos incompatibilités avec l’environnement.
Troisième porte / localisation des causes
L’étude de l’éco-médecine, permet de localiser l’origine des symptômes. Elles peuvent être extérieures, c’est-à-dire environnementales, ou bien intérieures, d’ordre psycho-affectif. La pratique du « check-up psycho bioénergétique au pendule » (un livre aux éditions Servranx porte ce titre), permet de déterminer en quelques minutes la nature de la ou des causes ayant déclenché « l’incendie ».
Causes extérieures
Si les causes sont extérieures, il suffira généralement de les neutraliser. La plupart du temps, il s’agit de pollutions d’ordre géobiologique ou bien électromagnétique. Un bon éco-géobiologue sera d’un secours efficace.
Causes intérieures
Si les causes sont d’ordre psychologiques, l’aide d’un thérapeute permettra à la personne souffrante de modifier son regard sur la vie et d’arrêter « de se faire du mauvais sang ». Cette expression populaire traduit l’apparition d’attitudes auto agressives. Dans l’incapacité de faire face à une situation difficile, la personne retourne contre elle-même la réaction qu’elle devrait diriger vers autrui ou bien se considère comme victime et se met à jouer ce rôle.


Quatrième porte / conscience de notre responsabilité
Il est beaucoup plus facile d’accuser l’autre que de se responsabiliser (nous avons commencé très tôt à réagir de la sorte : « c’est pas moi m’sieur, c’est l’autre »), mais devenus adultes nous voici face à la loi des causes à effet. Toute action, toute pensée, génère des réactions. La sagesse orientale du Tao, recommande d’être dans le non désir, le non savoir, le non faire, le non lutter, le non être. Face à une difficulté, au lieu de s’agiter et de ruer dans les brancards, il est intéressant de s’interroger sur le pourquoi de l’événement. Qu’est-ce qui fait que cela m’arrive ? De cette question vont découler des réponses instructives conduisant immanquablement à notre responsabilité. Face à la maladie, il s’agira d’arrêter de la rendre coupable, mais de la comprendre comme un cri d’alarme destiné à dénoncer nos comportements disharmonieux. Ce que l’on appelle « maladie » est un messager chargé de nous avertir que quelque chose ne tourne pas rond dans notre vie. Il est donc essentiel d’accepter l’idée du changement. Cette acceptation ouvre la porte au changement-guérison, dont la finalité de ce fait n’est pas de guérir, mais de grandir. Toutes les mères ont constaté qu’à la sortie d’une maladie, dite enfantine, leur enfant a poussé de quelques centimètres.
Cinquième porte / conscience créatrice
L’étape suivante consiste à prendre conscience que tous les problèmes que nous pouvons rencontrer dans notre vie, proviennent d’une seule et unique origine : nous-mêmes. Nous créons notre univers par notre conscience. Au sein des milliers de possibilités qui s’offrent à nous, la physique quantique nous apprend que nous « collapsons » une réalité en fonction de notre état d’être. Tout se passe comme si d’un jeu de cartes qui contient toutes les possibilités, nous tirions une carte, qu’en fait nous attirons.
Sixième porte / conscience individuelle.
Pour réussir à nous maintenir dans cette prise de conscience de notre responsabilité, il sera nécessaire de nous libérer du carcan de la conscience collective au sein de laquelle tout est organisé pour nous prendre en charge et par conséquent nous dé responsabiliser. Il suffit de dire : je prends la décision de sortir des limitations de la conscience collective et j’accueille les capacités de régénération de mon organisme présentes dans les structures de mon âme.
Septième porte / harmonisation avec l’univers.

Parvenu à ce stade, nous entrons en communication avec notre essence. Nous prêtons l’oreille à « cette petite voix » qui nous dit par moment: « ne fait à cela, ce n’est pas bon pour toi ». Si nous savons l’écouter, elle veillera constamment sur nous, comme le faisait notre mère, lorsque nous étions tout petit. Le contact constant avec l’âme, assure une route harmonieuse et généreuse en pleine santé du corps et de l’esprit.

Grabovoï dit souvent : « si vous voulez vous guérir, pensez d’abord à guérir les autres », ce qui implique de modifier notre rapport aux autres en leur accordant autant de considération qu’à nous-mêmes. Il y a 2000 ans, un autre précurseur, avait recommandé : « aimez vous les uns les autres ».



SERGE FITZ , "Chercheur dans l'âme"

Auteur de nombreux ouvrages sur la géobiothérapie et la santé, Serge Fitz prône l’épanouissement de l’Etre par la conscientisation des entraves à la réalisation de soi-même (et non par l’acquisition de nouveaux savoirs ou de nouvelles techniques).  Créant le concept de l’éco-médecine, il se livre à une véritable écologie de la santé. La particularité de sa démarche réside dans l’utilisation de la radiesthésie appliquée. Cet outil permet en quelques minutes de dresser un check up complet mettant en évidence les freins à la libre circulation des énergies. Cette approche rend perceptible à tout moment le filigrane « fractal » des obstacles en cause : biologiques, psychologiques, géobiologiques, karmiques, spirituelles et environnementales, au niveau des corps subtils et physique. Elle place à tout moment l’individu au centre d’un enjeu : s’épanouir et se réaliser par la levée des obstacles et non par l’apport de forces extérieures, ce qui équivaudrait à accélérer, alors que le frein (inconscient) est toujours serré ! Mis en pratique dans les ateliers de Terre et Ciel, ce concept donne à tout un chacun, la possibilité de découvrir son propre potentiel.

S’ouvre alors, pour les thérapeutes et soignants, la faculté d’être « homme médecine », celui qui  accompagne vers la transformation-guérison. Le public averti, quant à lui, découvre par le check up une « radiographie » de l’âme lui permettant de se connaître, de s’accepter et donc de grandir en pleine connaissance de son fonctionnement énergétique.
Serge Fitz par lui-même....


©Serge Fitz février 2013  SON BLOG EST ICI
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Renaissance

avatar

Féminin
Poissons Singe
Nombre de messages : 99
Date de naissance : 20/03/1956
Age : 61
Localisation : France
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz   Sam 29 Mar 2014, 00:40

Bonsoir,
A un moment donné la maladie ne devient-elle pas une fatalité quand elle est dite irréversible?
Que fait-on, que devenons-nous?
Quel est cette avancées, cet avenir?
Si je comprend bien, je suis peut-être fautive de tout ce qui est! au jour d'aujourd'hui, alors que faire?
Ah! il y a peut-être des procédés miracles, je suis toute ouïes.

Amitiés
ps: j'aurais peut-être dû mettre ce message dans "abandon"
Je vous en laisse juge
Revenir en haut Aller en bas
Didieu

avatar

Masculin
Cancer Serpent
Nombre de messages : 22
Date de naissance : 24/06/1977
Age : 40
Localisation : Sud France
Date d'inscription : 17/12/2012

MessageSujet: Re: La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz   Mar 01 Avr 2014, 15:07

Bonjour.

Juste une simple contribution :

Maladie = mal  à Dieu et aux Lois du Vivant…

Lorsque l’être et le corps se reconnectent au Vivant, la loi naturelle d’homéostasie se met en place.
Homéostasie : tout corps, tout système laissé à lui-même  sans perturbateurs, parasites revient de lui-même naturellement à l’état de pleine santé. (Respiration_Alimentation_Sommeil_Elimination)

Le problème est que dans ce paradigme d’inversion, tout est fait pour entretenir de manière déguisée la maladie et non la santé… Le Collectif est nourri, de manière générale, d’aliments morts, cuits, artificiels, non vivants, dévitalisés, déminéralisés… Un monde à l’envers qui vit sous perfusion avec des solutions à l’envers… Des médecines de maladie, de vaccinations…


Ceci dit, j’ai entendu des témoignages de personnes gravement malades qui sont revenues à la santé en se reconnectant naturellement aux Lois du Vivant.
Je pense que toutes les maladies sont guérissables mais peut-être pas tous les malades…
Revenir en haut Aller en bas
Renaissance

avatar

Féminin
Poissons Singe
Nombre de messages : 99
Date de naissance : 20/03/1956
Age : 61
Localisation : France
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz   Mer 02 Avr 2014, 05:43

Bonjour Didieu,

Merci pour ton intervention.
En effet! je dois dire que (respiration_sommeil) me sont  devenu un peu étranger depuis un moment.
Je pense que mon état est dû aussi à certains événements qui m'ont épuisés et fragilisée tout au long parcours de vie
.
A force, je ne vivais plus dans la loi du vivant en (apparences), mais le faît est là! et je vois l'importance du vivant.

Si tout les malades ne sont pas guérissable,  certaines maladies le sont encore moins,

Un ex: On me surnomme la guerrière, le petit soldat qui assume tout , résiste et fait face ! un peu trop peut-être!.

Tu sais quand on est( jeune)physiquement on croit à beaucoup de choses vraie ou fausse!
Beaucoup de questions et de remise en questions apparaissent en avançant dans la vie, on se croit immortelle et le fait de croire s'estompe petit à petit; quand on est jeune (encore et toujours) la vision des choses sont différentes car l'on a tout essayer en guérissant notre Âme, notre corps, etc...

Je me suis aperçue que la vie et expériences sont bien différentes de la (réalité) et des écrits, les connaissances que l'on croit savoir.
Mais la vie est différente quand on se trouve devant des faits accomplis comme l' espérance de vie et tout ce que cela comporte.

Je ne sais pas si mes réponses sont adéquates à ce que tu voulais me dire lors de ton message.
Mais Merci à toi, à ton attention

Ps: c'est une année de 4 et en refaisant le parcours de mes vécus, le 4 n'a jamais été bénéfique bien au contraire . Les 4 font parties de mes problèmes tout au long de mon parcours.
J'ignore ce que ce chiffre peut signifier dans toutes mes déboires de la vie et (une vie est longue)
Désolée si vous avez l'impression que mes écrits ne sont pas en concordances avec les sujets , les écrits du forum.
En tout cas, Merci de m'avoir lue et merci de votre présence, votre écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Didieu

avatar

Masculin
Cancer Serpent
Nombre de messages : 22
Date de naissance : 24/06/1977
Age : 40
Localisation : Sud France
Date d'inscription : 17/12/2012

MessageSujet: Re: La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz   Mer 02 Avr 2014, 23:02

Bonsoir Renaissance.

Merci pour votre sincérité. Pour rebondir encore un peu dans le respect et la non complaisance :

Je dirai que le vécu n’est pas + ou – important que la signification que nous lui donnons… Une seule vie riche de Sens et de Conscience "vaut" sans doute + que 100 inconscientes…

J’essaie aussi de ne pas fantasmer sur l’immortalité ou à l’inverse me morfondre dans la morbidité, quel que soit mon âge… Je me reconnecte à des évidences, apparaissant inaccessibles dans ce paradigme mystificateur…
Qui vivra, verra…
Je me désolidarise aussi de ce funeste amalgame, de cette fatalité mystificatrice… Consistant à corréler systématiquement vieillesse et dégénérescence ! Pourquoi serait-il + normal d’être malade à 80 ans qu’à 10 ans ? A partir du moment, où le Vivant est respecté... L’être peut reminéraliser son corps à tout âge !! Certes avec l’âge, le capital minéral baisse mais l’expérience devrait lui permettre de le recharger à tout moment. (Il est certain que si l’être reste dans l’ignorance de la physiologie, du Vivant comme c’est le cas dans notre paradigme ; vieillesse et dégénérescence resteront amalgamées longuement…Il n’est pas aisé de recouvrer la santé après des années d’aberrations physiologiques, qui + est dans notre environnement actuel…)
Je ne sais pas si mon exemple est adéquat, mais aujourd’hui des fœtus font des AVC dans le ventre de leur mère tellement le milieu est acide, dégénéré et des personnes très âgées débordent d’énergie et de fraîcheur car elles respectent consciemment ou inconsciemment les lois du Vivant…

Pour ce qui est de l’habit du guerrier, celui-ci ne me paraît plus indispensable lorsque l’on est connecté au Vivant et à la puissance/imprévisibilité qui en découle… Aller se battre contre des illusions ne fera que nourrir souffrance, dualité… ??

Voilà, voilà pour quelques approfondissements…
Chaleureusement…
Revenir en haut Aller en bas
Renaissance

avatar

Féminin
Poissons Singe
Nombre de messages : 99
Date de naissance : 20/03/1956
Age : 61
Localisation : France
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz   Ven 04 Avr 2014, 05:07

Bonjour Didieu et Merci,

Quand je parlais de l'âge et expériences de vie, c'était dans le fait que nos mentalités changeaient, évoluaient et que nos croyances, nos certitudes changeaient également.

J'avoue que mes croyances et autres sont en suspend même si des sujets m'interpellent encore.

Une autre grande page se tourne et quelle grande page.

Quand on t'annonce une nouvelle alarmiste, ta vie bascule, tu te retourne et tu te dis ! mais que me reste t-il, quel est l'avenir, que me restent-ils  comme ambitions....tout cela reste en stand-bail en attendant de reprendre les rênes et d'avancer à nouveau, la question est vers quoi, vers qui...

Le début du parcours de vie et le après peuvent avoir des incidences sur la santé plus tard sur le corps et sur notre conscience.
certaines situations de vie nous fragilisent (sans pour cela avoir 80 ou 100 ans) cette débordante d'énergie et de fraîcheur se meurent un temps, l'énergie reste en suspend.

Mais ! on ne peux faire qu'avec ce que l'on a, ce qu'il nous reste...et chercher le comment afin de l'utilisé au mieux.

La guerrière n'a pas dit son dernier mot!!!

et les changements s'opèrent petit à petit malgré certaines fatalités! on change, on évolue...
Tant qu'il y a de la vie physique.....le plus difficile c'est la vie "spirituelle" tout meurt en même temps dans ces moments là! d'où certainement ce vide intérieur.

Tu vois si j'avais une baguette, j'irais vivre dans ce monde qui illustre si bien ton avatar et tout ce qu'il représente , l'arbre de vie, toute cette beauté, ses habitants , etc... (dans le film). sunny 

En tout cas encore un immense merci pour ton humanisme, ta présence et ta disponibilité, ton non-jugement.

Je sais que les gens se retiennent et n"osent dire les choses qu'ils ressentent, mais je te dis "je t'aime" pour tout ce que tu es.

Que cette journée t'inonde de sa lumière.

 
Revenir en haut Aller en bas
Didieu

avatar

Masculin
Cancer Serpent
Nombre de messages : 22
Date de naissance : 24/06/1977
Age : 40
Localisation : Sud France
Date d'inscription : 17/12/2012

MessageSujet: Re: La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz   Ven 04 Avr 2014, 17:46

Merci Renaissance pour cet humble partage et cette ouverture naturelle à l’Autre…
Revenir en haut Aller en bas
Renaissance

avatar

Féminin
Poissons Singe
Nombre de messages : 99
Date de naissance : 20/03/1956
Age : 61
Localisation : France
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz   Sam 05 Avr 2014, 03:52

Je suis heureuse d'avoir pû découvrir ce blog de Serge Fitz et de le parcourir.
ça fait du bien de retrouver ce que l'on avait oublié ou enfui.

Merci Mr Fitz, Merci Ambre .
Revenir en haut Aller en bas
 
La maladie n’est pas une fatalité par Serge Fitz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la maladie génétique de ma fille !
» Maladie Méconnue : Déficit ALPHA1 ANTITRYPSINE
» 3 formes de remède pratiqué par le Prophète pour la maladie
» Mal et maladie
» La foi une maladie mentale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Santé-Soins holistiques...-
Sauter vers: