ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ádam Genisiš

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Adam Genesis par Anton Parks   Mar 29 Mai 2007, 17:20

Livre :
Adam Genesis par Anton Parks



PARUTION LE 15 MAI 2007

Vous vous demandez par quel tortueux chemin un singe est devenu un homme, et où pourrait bien se situer ce« chaînon manquant » ? Vous restez perplexe devant les diverses exégèses, officielles ou non, que l’on vous propose concernant l’Ancien Testament ? Alors ce tome II des Chroniques du Gírkù vous donnera des réponses bien plus extraordinaires que tout ce que vous avez jamais imaginé ! Anton Parks, est allé ainsi fouiller du côté de Sumer et de l’Égypte voire bien plus avant dans le passé. Il nous dévoile : - le réel projet des Élohim de la Bible et comment naquirent véritablement, entre autres, l’Homo sapiens et l’Homo neanderthalensis ; - que l’Éden n’a pas été le paradis qu’on en a fait, notamment pour l’espèce humaine ; - la portée exacte de l’Arbre de la Connaissance du jardin des « dieux » et de la « faute » biblique ; - la signification et le rôle de Satan dans la mythologie sumérienne ; - le véritable usage de la Grande pyramide et l’origine du réseau souterrain du plateau de Gizeh ; - la signification commune de l’énigmatique Neberu mésopotamien et du Neb-Heru égyptien ; - l’explication de biens d’autres mythes, légendes et énigmes que personne, pas même les plus perspicaces, n’avait été en mesure de percer jusqu’à aujourd’hui. C’est avec un plaisir non dissimulé que nous suivons à nouveau notre auteur, qui nous guide d’un pas assuré dans le dédale que l’ignorance a fait de nos origines – avec l’éclatante érudition qui caractérise ceux dont le regard s’est éclairé de l’intérieur. Le travail de réappropriation de notre Histoire qui est accompli ici, émaillé de références qui impressionneront les plus exigeants, est proprement renversant ! « […] Il nous est seulement possible d’imaginer comment tout cela s’est passé. C’est pourtant parce que tout cela s’est effectivement produit un jour que nous ne sommes aujourd’hui plus contraints d’affronter notre futur en aveugles, sans même la certitude d’une identité pour assumer notre destin. Nous découvrons ici que notre passé, pour avoir été tragique, n’en est pas moins empreint de noblesse – face aux ennemis les plus impitoyables qui soient, autrefois bien proches, et toujours bien proches de nos jours, de nous priver de notre héritage comme de notre destinée. Mais rien n’est encore joué », Gerry Zeitlin, Open SETI Initiative (www.openseti.org).
PARUTION LE 15 MAI 2007
Du même auteur, lire Le Secret des étoiles sombres (Ed. Nenki), voir boutique : histoire et archéologie






Citation:
ADAM GENISIS

ADAM GENISIS - artwork © 2005 PARKS/RUTTER/SASANGIR/CASSEGRAIN

Le 12-12-06

Chers amis lecteurs,

Vous êtes nombreux à nous demander sur ce site des nouvelles de ÁDAM GENISIŠ.
Je vous remercie du fond du cœur de votre intérêt pour cet ouvrage.

Voici donc quelques nouvelles qui, je l'espère, vous rassureront :
Comme vous le savez, la rédaction a pris du retard en raison des problèmes que j'ai rencontrés avec mon précédent éditeur. En ce début décembre 2006, la rédaction de ÁDAM GENISIŠ est pratiquement achevée. Le deuxième tome des Chroniques a largement dépassé le volume de l'ouvrage précédent. Il devrait faire à peu près entre 480 et 500 pages (sans compter la préface du scientifique Gerry Zeitlin), tout dépend aussi du format qui sera décidé par l'éditeur.
C'est un énorme travail qui m'a demandé beaucoup de temps. Il ne me reste à ce jour qu'à rédiger les deux derniers chapitres et à finaliser la toute dernière partie du récit qui a déjà été écrite en partie. Le travail devrait être définitivement achevé en janvier 2007, sans doute vers la première quinzaine.

J'ai sollicité récemment Gerry Zeitlin pour que nous réalisions un dernier schéma ensemble, il s'agit des deux lignées adamiques d'Abel et Caïn. Un travail important pour ce livre.

J'ai été contacté par différents éditeurs et j'ai reçu plusieurs propositions.
Actuellement, je n'ai pas encore pris de décision, me réservant le début d'année 2007 pour le faire, à savoir lorsque la rédaction sera totalement achevée.

Il y a peu, on m'a fait part d'absurdités qui auraient été rédigées sur des forums au sujet du retard d'ÁDAM GENISIŠ : comme quoi je serais sous l'influence de personnes qui feraient partie de la CIA où je ne sais quoi encore… Sans doute est-ce la rançon du succès qui crée ce genre de rumeur ? Bien entendu, ceci est totalement faux et je suis fort heureusement sous l'influence de personne et totalement libre de mes pensées et de mes mouvements.

Je vous souhaite tous par avance une très bonne fin d'année et de joyeuses fêtes et vous donne rendez-vous assurément en 2007.

Merci à vous.
Anton Parks



Les impatients trouveront ci-dessous la table des matières de ÁDAM GENISIŠ :

Note de l'auteur
Préface du scientifique Gerry Zeitlin
Tables des matières

Première partie - Les maîtres d'Uraš :

1. Échanges avec les Namlú'u
2. La métamorphose des Nungal
3. Les Kingú-Babbar
4. Les archives de Nammu à Kankala
5. Contact avec les Ušumgal et les Anunna
6. Un destin tourmenté
7. La fondation de Kharsag
8. Le signe et la prophétie

Deuxième partie - L'argile et les Étoiles :

1. Urmah et désillusions
2. A la recherche de Sé'et
3. L'insurrection des Nungal
4. Siensišár et rémission
5. Lève-toi et marche !
6. Travaille et tais-toi !
7. Le crépuscule des temps héroïques
8. L'épreuve du feu de Peš

Troisième partie - Le chemin de la rédemption :

1. La codification des langages
2. Le réveil de la Reine du Trône
3. Dernière entrée de Ašár
4. Epilogue de Asé'et

Annexes :

Neb-heru

1. Les innombrables planètes X
2. A la recherche du véritable perturbateur céleste
3. Osiris, Enki, le Nommo et le Christ
4. Les origines de Neb-Heru
5. Chaos et résurrection
6. Epilogue Neb-Heru

Enki au Pays des Morts

1. Quelques précisions sur la notion du KUR sumérien
2. Le début de la 12ème tablette de l'Epopée de Gilgameš
3. Le sanctuaire antédiluvien du plateau de Gizeh
4. Ereškigal et le rituel de "la Porte de la Mort"
5. Trois symboles égyptiens de la résurrection de l'âme
6. L'arbre royal d'Enki-Osiris et le pays des pyramides
7. Le mot de la fin

Lexique
Bibliographie


Pour votre information, Adam Genisis est en vente sur internet au moins sur les 3 sites suivants :

http://www.fnac.com

http://www.amazon.fr

http://www.alapage.com



le site pour ceux qui ne connaissent pas : http://www.anunna.net/antonparks/index1.htm
le forum : http://www.anunna.net/antonparks//forum/index.php
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Mar 29 Mai 2007, 17:20

Présentation interview pour le magazine Nexus (mai-juin 2007) par Karmaone


C'est une bonne nouvelle, une avant première et en même temps, une jolie exclusivité : les lecteurs d'Anton Parks et de sa saga " les Chroniques du Girku " pourront prendre connaissance d'une interview que l'auteur nous au moment où celui-ci termine son livre qui ne devrait pas tarder à garnir les rayons des libraires. Pour ceux qui ne connaissent pas le travail d'Anton Parks, sachez que ce second tome éclaire de manière totalement originale l'histoire de l'humanité d'avant le déluge et explique aussi comment nous avons hérité de structures sociales et religieuses telles que nous les connaissons. Aussi étonnant que cela puisse paraître à première vue, cette histoire serait le fruit d'une longue interaction avec des entités extraterrestres que nous avons pris pour des Dieux, une thèse de plus en plus partagée par un nombre croissant d'auteurs. Cette intervention étrangère explique au mieux le doping et la diversification de la création, de la manifestation d'entités biologiques complexes et de l'intelligence sur la planète terre.

Pour expliquer le monde et les sociétés dans lesquelles nous vivons, nous avons recours à deux types de réponses : les unes émanent de la Science et des sciences humaines, les autres des mythes et des légendes sur la création du monde, et en ce qui nous concerne, les textes bibliques. Malheureusement, à l'usage, nous sommes contraints de reconnaître, pour de multiple raisons que les réponses aux questions fondamentales que nous nous posons provenant tant des champs des sciences exactes, des sciences humaines, des mythes et textes religieux sont largement insatisfaisantes.
La théorie de l'évolution des espèces de Darwin prise stricto sensu est incapable de répondre à des points fondamentaux concernant l'émergence brutale de l'intelligence, de certaines espèces animales et végétales ainsi qu'un paquet d'anomalies temporelles, à savoir des artefacts ; des objets et des créatures que l'on retrouve dans des périodes de l'histoire de la terre infiniment trop anciennes et qui ne sont pas supposés s'y retrouver.
Les récits bibliques imposent tout et n'expliquent rien. Ils ne font que nous informer sur l'existence d'un lien de soumission éternel et indéfectible entre un créateur, " Dieu " et ses créatures, les hommes, tous coupables d'une faute assez obscure concernant le fruit d'un arbre que les humains n'ont même pas volés mais ont eu la curiosité de manger parce qu'une vilaine créature reptilienne le leur proposait.
La surprise peut alors surgir lorsqu'une œuvre qui prend les allures de la fiction mais qui ne pourrait pas en être permet de jeter des ponts entre ces trois domaines : les sciences exactes, les sciences humaines et les mythes et légendes fondateurs de nos civilisations.
L'œuvre d'Anton Parks demeure totalement originale, à part, étonnante, plongeant le lecteur dans un ballet incessant de questions et de réponses, jouant avec les racines de nos mythes les plus fondamentaux, les décodages des langues anciennes et modernes dans le cadre d'une saga épique. Fiction, réalité ? Le lecteur choisira. Cela n'a pas une grande importance car ce qui compte est le sens que l'on trouvera à tous les flashs que l'auteur a perçu pour raconter cette histoire antédiluvienne des " Dieux " qui auraient créé les hommes et dont on retrouve la trace dans les étranges chroniques sumériennes découvertes sur des tablettes d'argile séché dans les entrailles de la Mésopotamie.
Adam Genisis est donc le second opus des chroniques du Girku, l'œuvre en plusieurs volumes d'Anton Parks, qui retrace, arguments textuels à l'appui, l'histoire de la planète terre et les raisons pour lesquelles, à un moment précis et assez soudain, a émergé de la réserve écologique terrienne, la lignée des hominidés. Ce deuxième tome réjouira les lecteurs du premier car il reprend l'histoire là où l'auteur nous avait abandonné, moment crucial où le personnage de Sa'am/Enki du panthéon des " Dieux sumériens " rejoint la terre et marque de son empreinte une suite complexe et inexorable d'événements qui aboutiront à l'émergence de l'humanité d'abord primordiale, ensuite telle que nous la connaissons. Le projet "humanité ", car il s'agit bien d'un projet, aurait du être une merveilleuse aventure du vivant et de la manifestation créée de l'intelligence. Malheureusement, cette aventure, comme le laisse sous entendre les chroniques sumériennes et textes bibliques qui en sont l'émanation expurgée et détournée, sera marquée par l'aliénation, la soumission, la souffrance, bref par cet éternel lien " bourreau/victime " ; " abuseurs/tourmenteurs " qui semble être une marque de fabrique de nos sociétés humaines. La Bible, en un retournement d'arguments très machiavélique, en a imputé la faute aux hommes. Le livre d'Anton Parks montre grâce à son récit de ce qui est arrivé aux " Dieux " extraterrestres vénérés par la suite par les Sumériens à quel point il s'agit d'un mensonge. Notre " péché originel " n'est pas nôtre. Nous pourrions dire que nous n'avons rien à voir avec cette histoire puisque nous avons fait les frais d'une guerre entre " Dieux " et plus largement, entre civilisations extraterrestres.
Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi ? Quelles sont les raisons qui ont présidées à l'émergence de cultes monothéistes marqués par la faute originelle, la notion de punition, de soumission, aux concepts de purs et d'impurs ? A cet égard, le second tome répond très bien à ces questions. Il éclaire de façon limpide certains passages de la Bible qui demeurent, pour le pire ou le meilleur des mythes fondateurs de nos sociétés modernes de type essentiellement patriarcale.

" Tu enfanteras dans la douleur et tes désirs se porteront vers ton mari mais il dominera sur toi " (Genèse 3.16). Ces paroles chargées de malédictions sont supposées être celle du Dieu unique créateur de toute chose, Dieu d'amour et de compassion ? La Genèse, texte curieux et cruel contient, selon les croyants et partisans de la Bible toutes les clés pour comprendre comment l'homme est arrivé sur terre et pourquoi il a connu une destinée damnée. Le Dieu biblique a châtié l'humanité et sa postérité pour l'éternité pour un simple " péché " de curiosité intellectuelle, celui d'avoir mangé des " fruits " de l'arbre de la connaissance. Le croyant d'obédiance judéo-chrétienne s'est contenté pendant des millénaires de cette explication du monde. Le livre et l'interview nous offre des perspectives fascinantes à cet égard.
Maintenant, comme nous l'avions déjà mentionné pour le tome 1 se pose le problème de la façon dont l'auteur a collecté ces informations et les a retranscrites. Depuis l'âge de 14 ans et pendant une durée de 10 ans, Anton Parks a été assailli par des visions qu'il ne pouvait contrôler, ordonner, dater. Il pensait au départ recueillir des impressions visuelles sur un avenir improbable. Il lui faudra des années pour mettre de l'ordre dans ce déluge d'informations et surtout leur donner un sens. Lorsqu'il est en contact avec l'écriture et les textes sumérien, tout prend alors tournure et ses visions finissent par acquérir une réelle cohérence. On peut rester totalement sceptique ou hermétique à ce type d'événement. Il reste le texte, les rapports totalement pertinents que l'auteur établit entre ses visions et des passages assez hermétiques des chroniques anciennes, des écrits bibliques ou des textes apocryphes. Le lecteur ne pourra pas non plus échapper au décodage de la langue grâce au syllabaire sumérien. Enfin, Anton Parks nous décrit le fonctionnement des rapports de force entre les soit disant " Dieux " du panthéon sumérien et égyptien en élargissant le tableau vers un colossale bestiaire galactique, un combat extrêmement complexe et fascinant entre de multiples civilisations extraterrestres dont l'identité est codée grâce au syllabaire " Gina-abul sumérien ".
http://www.anunna.net/antonparks/adam.php
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Ádam Genisiš   Lun 25 Juin 2007, 09:25

Ádam Genisiš





Au moment où Anton Parks termine le second tome de sa trilogie, l’auteur nous livre une interview qui narre de manière totalement originale l’histoire de l’humanité d’avant le déluge et explique aussi comment nous avons hérité de structures sociales et religieuses telles que nous les connaissons : des structures hiérarchiques aliénantes dans lesquelles l’homme est un loup pour son prochain. Aussi étonnant que cela puisse paraître à première vue, cette histoire serait le fruit d’une longue interaction avec des entités extraterrestres que nous avons pris pour des dieux, une thèse de plus en plus partagée par un nombre croissant d’auteurs. Cette intervention étrangère explique au mieux la diversification de la création, la manifestation d’entités biologiques complexes et de l’intelligence sur la planète terre.
Ádam Genisiš et les Seigneurs de guerre. On pourrait même parler de « saigneurs » de guerre, tant les entités extraterrestres, la fameuse caste des « dieux » Anunna des tablettes sumériennes, ont exigé leur lot de sang pour asseoir leur pouvoir sur la planète « terre » (Uras- pour les races reptiliennes). Le sang des hommes mais aussi le sang des « dieux » extraterrestres qui se livrent à une guerre raciale, économique, idéologique mais aussi un conflit entre sexes (extraterrestres à polarité masculine contre extraterrestres à polarité féminine) dont l’enjeu est le mode de gouvernement de certaines régions de l’univers. Notre astre est devenu en ces temps si lointain une réserve écologique, une sorte de banque génétique du vivant , enjeu d’un conflit gigantesque entre les divers races extraterrestres –le bestiaire sumérien- qui se déchirent dans le cadre d’une massive guerre intergalactique. La création du projet « Adam », à savoir les divers prototypes d’humains dans un tel contexte ne pouvait aboutir qu’à un mélodrame. C’est ce que nous raconte le second tome des Chroniques du Girku, l’œuvre en plusieurs tomes d’Anton Parks.
L’intéressé nous a accordé une interview qui expose certains des thèmes abordés dans ce livre : la création de l’humain, son assujettissement aux religions dogmatiques mais également ce qui se cache derrière ces étranges notions que sont l’éternel féminin mais aussi la sexualité sacrée. En effet, lorsque certains « dieux » reptiliens ont accordé à l’humanité la possibilité de se reproduire, il s’agissait de conférer aux hommes la possibilité d’être indépendant, autonome et de ne plus avoir besoin du clonage pour se « multiplier ». Certains prototypes de projet « humain » s’émancipaient et pouvaient à terme échapper au contrôle absolu d’Enlil et ses Anunna. Il y a également une autre dimension à ce « don » de la procréation : celle de la sexualité, qui dans certaines conditions peut devenir sacrée et offrir l’accès à la connaissance, à une élévation de l’âme, à une véritable transcendance. Les gnostiques avaient saisi l’enjeu qui se cachait derrière ces notions tout comme les adeptes du tantrisme. Les religions judéo-chrétiennes y ont vu un danger mortel et un poison pour l’âme, raison pour laquelle la sexualité a toujours été auréolée d’un tabou. L’interview d’Anton Parks nous livre de fascinantes perspectives sur ce sujet.

Pour expliquer le monde et les sociétés dans lesquelles nous vivons, nous avons recours à deux types de réponses : les unes émanent de la Science et des sciences humaines, les autres des mythes et des légendes sur la création du monde, et en ce qui nous concerne, les textes bibliques. Malheureusement, à l’usage, nous sommes contraints de reconnaître, pour de multiple raisons que les réponses aux questions fondamentales que nous nous posons provenant tant des champs des sciences exactes, des sciences humaines, des mythes et textes religieux sont largement insatisfaisantes.
La théorie de l’évolution des espèces de Darwin prise stricto sensu est incapable de répondre à des points fondamentaux concernant l’émergence brutale de l’intelligence, de certaines espèces animales et végétales ainsi qu’un paquet d’anomalies temporelles, à savoir des artefacts ; des objets et des créatures que l’on retrouve dans des périodes de l’histoire de la terre infiniment trop anciennes et qui ne sont pas supposés s’y retrouver.
Les récits bibliques imposent tout et n’expliquent rien. Ils ne font que nous informer sur l’existence d’un lien de soumission éternel et indéfectible entre un créateur, « Dieu » et ses créatures, les hommes, tous coupables d’une faute assez obscure concernant le fruit d’un arbre que les humains n’ont même pas volés mais ont eu la curiosité de manger parce qu’une vilaine créature reptilienne le leur proposait.
La surprise peut alors surgir lorsqu’une œuvre qui prend les allures de la fiction mais qui ne pourrait pas en être permet de jeter des ponts entre ces trois domaines : les sciences exactes, les sciences humaines et les mythes et légendes fondateurs de nos civilisations.
L’œuvre d’Anton Parks demeure totalement originale, à part, étonnante, plongeant le lecteur dans un ballet incessant de questions et de réponses, jouant avec les racines de nos mythes les plus fondamentaux, les décodages des langues anciennes et modernes dans le cadre d’une saga épique. Fiction, réalité ? Le lecteur choisira. Cela n’a pas une grande importance car ce qui compte est le sens que l’on trouvera à tous les flashs que l’auteur a perçu pour raconter cette histoire antédiluvienne des « Dieux » qui auraient créé les hommes et dont on retrouve la trace dans les étranges chroniques sumériennes découvertes sur des tablettes d’argile séché dans les entrailles de la Mésopotamie.
Ce lien que l’auteur établit entre ses flashs, sa passion pour la codification du syllabaire akkado-sumérien et les textes anciens lui permet de mettre en évidence une toute autre histoire de l’humanité. Un exemple : la Bible nous affirme que Dieu, pour nous punir de notre orgueil lors de l’édification de la tour de Babel a semé la discorde et a fait en sorte que les hommes ne se comprennent plus entre eux en nous faisant parler différentes langues. A l’aide d’exemples et d’indices présents dans les textes anciens et sur base de ses connaissances propres, Parks met en évidence un autre scénario : c’est Enki qui a fait en sorte d’enseigner diverses langues à des groupes humains afin qu’Enlil (ou Yahvé) et sa cohorte de Dieux guerriers –les Anunna- ne puissent pas diriger un groupe uniforme. Une manière subtile d’empêcher une sorte de gouvernement central.

Ce deuxième tome réjouira les lecteurs du premier car il reprend l’histoire là où l’auteur nous avait abandonné, moment crucial où le personnage de Sa’am/Enki du panthéon des « Dieux sumériens » rejoint la terre et marque de son empreinte une suite complexe et inexorable d’événements qui aboutiront à l’émergence de l’humanité d’abord primordiale, ensuite telle que nous la connaissons. Le projet «humanité », car il s’agit bien d’un projet, aurait du être une merveilleuse aventure du vivant et de la manifestation créée de l’intelligence. Malheureusement, cette aventure, comme le laisse sous entendre les chroniques sumériennes et textes bibliques qui en sont l’émanation expurgée et détournée, sera marquée par l’aliénation, la soumission, la souffrance, bref par cet éternel lien « bourreau/victime » ; « abuseurs/tourmenteurs » qui semble être une marque de fabrique de nos sociétés humaines. La Bible, en un retournement d’arguments très machiavélique, en a imputé la faute aux hommes. Le livre d’Anton Parks montre grâce à son récit de ce qui est arrivé aux « Dieux » extraterrestres vénérés par la suite par les Sumériens à quel point il s’agit d’un mensonge. Notre « péché originel « n’est pas nôtre. Nous pourrions dire que nous n’avons rien à voir avec cette histoire puisque nous avons fait les frais d’une guerre entre « Dieux » et plus largement, entre civilisations extraterrestres.
Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi ? Quelles sont les raisons qui ont présidées à l’émergence de cultes monothéistes marqués par la faute originelle, la notion de punition, de soumission, aux concepts de purs et d’impurs ? A cet égard, le second tome répond très bien à ces questions. Il éclaire de façon limpide certains passages de la Bible qui demeurent, pour le pire ou le meilleur des mythes fondateurs de nos sociétés modernes de type essentiellement patriarcale.


Dernière édition par le Mer 10 Oct 2007, 18:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Lun 25 Juin 2007, 09:25

Maintenant, comme nous l’avions déjà mentionné pour le tome 1 se pose le problème de la façon dont l’auteur a collecté ces informations et les a retranscrites. Depuis l’âge de 14 ans et pendant une durée de 10 ans, Anton Parks a été assailli par des visions qu’il ne pouvait contrôler, ordonner, dater. Il pensait au départ recueillir des impressions visuelles sur un avenir improbable. Il lui faudra des années pour mettre de l’ordre dans ce déluge d’informations et surtout leur donner un sens. Lorsqu’il est en contact avec l’écriture et les textes sumérien, tout prend alors tournure et ses visions finissent par acquérir une réelle cohérence. On peut rester totalement sceptique ou hermétique à ce type d’événement. Il reste le texte, les rapports totalement pertinents que l’auteur établit entre ses visions et des passages assez hermétiques des chroniques anciennes, des écrits bibliques ou des textes apocryphes. Le lecteur ne pourra pas non plus échapper au décodage de la langue grâce au syllabaire sumérien. Enfin, Anton Parks nous décrit le fonctionnement des rapports de force entre les soi-disant « Dieux » du panthéon sumérien et égyptien en élargissant le tableau vers un colossale bestiaire galactique, un combat extrêmement complexe et fascinant entre de multiples civilisations extraterrestres dont l’identité est codée grâce au syllabaire « Gina-abul sumérien ». Levons maintenant le rideau sur l’interview et dévoilons les premières visions, les premières réponses contenues dans Ádam Genisiš.

Dans votre premier ouvrage "Le Secret des Etoiles Sombres" vous présentiez une codification des anciens langages de la Terre au moyen du syllabaire suméro-akkadien des anciens "dieux". Vos démonstrations étaient frappantes. Dans "Ádam Genisiš", vous prolongez votre raisonnement et vous expliquez que cette codification a eu pour objectif de déstabiliser le monde des "dieux" et non celui des humains comme indiqué dans la Bible (avec le mythe de la tour de Babel).
Anton Parks : Les langages sumériens et akkadiens sont à la base de tous les idiomes et langues terrestres et je pense que les multiples échantillons qu'il m'a été possible de placer dans mes deux premiers ouvrages le démontrent très bien. Pour ainsi dire, tous les termes usuels des anciens langages ont été codifiés grâce au sumérien ou au suméro-akkadien. La raison de cette codification est la guerre qui sépare en deux le monde des "dieux" que l'on retrouve sur les tablettes d'argile qui composent la mythologie mésopotamienne. Avant même la dernière vague d'arrivée de ces "dieux", il existait déjà deux langages distincts qui étaient d'une part, l'Emešà ("langage matrice"), celui des femmes qui englobait toutes les particules que l'on retrouve à la fois dans le sumérien et l'akkadien et d'autre part l'Emenita ("langage mâle"), celui des mâles. Pour des mobiles liés à un ancien conflit entre mâles et femelles Gina'abul (les "divinités" de type lézard), les prêtresses utilisaient déjà une sorte de langue cachée de façon à communiquer entre elles secrètement. Cette même agencement linguistique se retrouve sur Terre en tant que Emešà ("langage matrice") et l'Emesal ("langage raffiné") que parlaient les "déesses" et les prêtresses terrestres de l'époque plus récente, alors que les mâles humains utilisaient l'Emegir ("langage princier"), également dénommé Emean (langage du ciel"), c'est-à-dire le sumérien qui dérive de son ancêtre l'Emenita.
Malgré les nombreuses tentatives de rapprocher le sumérien avec d'autres langues, le langage sumérien reste totalement à part et n'appartient à aucune des familles linguistiques connues. Seul l'akkadien semble faire partie des langues sémitiques. Toutefois, l'affinité du langage akkadien avec le sumérien se reconnaît par l'utilisation de la forme verbale à la fin de chaque phrase, particularité qui ne se retrouve dans aucun langage dit sémitique. Certains linguistes diront qu'il s'agit d'une influence sumérienne parce que l'akkadien apparaîtrait officiellement après le sumérien et que la population akkadienne aurait adapté leur écriture aux Sumériens. Je ne suis pas en accord avec cette opinion, car l'écriture akkadienne a surgi dès la naissance de l'écriture cunéiforme sumérienne (vers 2 500 av. J.C) et que les Sémites porteurs de l'akkadien étaient présents au moins vers 2 600 av. J.C. Les dernières recherches le démontrent distinctement… De plus, l'akkadien apparaît formé dès le début, "comme descendu du ciel", ce qui fait de ce langage le plus ancien de la branche sémitique (avec l'éblaïte). En ce qui concerne l'écriture cunéiforme qui est à ce jour le témoignage le plus "parlant" de l'existence d'une histoire complexe et structurée au Proche-Orient ancien, je rappelle aux lecteurs qu'il s'agit d'une graphie purement terrestre, inventée par les Hommes et non par les "dieux". J'ajouterai que les récits épiques des tablettes mésopotamiennes retracent en partie des événements historiques qui, très souvent, n'étaient pas contemporains des rédacteurs (humains) de l'époque.
Pour revenir au dialecte des Assyriens et Babyloniens, il est bien clair dans ma tête que l'akkadien provient du "langage matrice" que possédaient les prêtresses Diğir ("divinités") du panthéon mésopotamien. La partie mâle (les Anunna) étant en conflit avec ces dernières. De plus, je démontre dans mes deux premiers ouvrages que Sa'am-Enki était plutôt du côté des femelles Nindiğir ou Amašutum que du côté de son créateur An et son bras droit Enlíl. Or, Enki est bien celui qui a mélangé le langage des Hommes selon les propos des tablettes, c'est bien lui qui a codifié les langages de façon à casser la domination d'Enlíl sur le genre humain qui ne parlait originellement qu'un seul et même langage :

"Autrefois, il fut un temps où le pays de Šubur, de Hamazi, de Kalam (Sumer) où se parlent tant de langues, le pays et principauté aux divines lois, Uri, le pays pourvu de tout le nécessaire, le pays de Martu qui reposait dans la sécurité, l'univers tout entier et les peuples tous ensemble, rendaient hommage à Enlíl avec une seule langue. Cependant, le Père-Seigneur, le Père-Prince, le Père-Roi, Enki, […] le Père-Seigneur courroucé… ".
"[…] Enki, le Seigneur de l'abondance, dont les commandements sont sûrs, le Seigneur de la Sagesse qui scrute la Terre, le chef des dieux, le Seigneur d'Eridu, doté de Sagesse, changea les mots de leurs bouche, y mit de la discorde, dans la langue de l'Homme, qui avait été d'abord unique".
Emmerkar et le Seigneur d'Aratta + extrait d’une tablette de l'Ashmolean Museum d'Oxford

J'explique dès le premier ouvrage que la codification organisée secrètement par Enki et les siens, les Nungal, c'est-à-dire les "anges veilleurs" ou Bené Elohim (fils des Elohim), a été possible en employant l'intégralité du dialecte originel (Emešà = "langage matrice") des prêtresses. La création de nouveaux dialectes à partir du syllabaire complet suméro-akkadien n'a pas seulement été possible grâce à l'utilisation répétée des particules dites akkadiennes – originellement inconnues des "dieux" mâles – mais également par l'inventif emploi croisé et embrouillé des trois éléments principaux qui forment une phrase, à savoir : le sujet de l'action, l'objet et la forme verbale. Comme cela sera indiqué dans le volume trois de cette série, l'apparition du langage akkadien est une des dernières manœuvres du clan rebelle pour contrarier la domination Ušumgal-Anunna (Yahvé) sur le pays mésopotamien où était principalement implantée la monarchie des "dieux".
Enki est parfois dénommé MUŠDA en sumérien. Cette épithète le définit comme étant le "grand architecte" ou encore le "maçon" du monde, mais la décomposition de ce terme en MUŠ-DA nous donne "puissant reptile". Ce reptile rusé, responsable du clonage de l'humanité et de la codification des langages de la Terre n'est autre que le serpent biblique, celui qui déjoue le plan de Yahvé en Eden, alors que ce serpent est pourtant sous les ordres de ce même Yahvé. Enki, "le reptile", rappelle en tout point la définition du terme sumérien EME-ŠID ("lézard"), dont la définition stricte EME (langage, parole, langue) + ŠID (mémoriser, réciter à haute voix, dénombrer) nous restitue "celui qui dénombre le(s) langage(s)" ou "celui qui récite la parole" !!! Comme je le démontre dans mes deux premiers ouvrages, l'Ancien Testament est une médiocre contrefaçon qui utilise à outrance des traditions mésopotamiennes et égyptiennes beaucoup plus anciennes…
Je suis absolument convaincu que des lecteurs ou des chercheurs indépendants prétendront que les différentes possibilités qu'offre le jeu de l'homophonie suméro-akkadienne expliquent pourquoi il sera toujours possible de décoder un terme étranger… Je préciserais qu'ils ont parfaitement raison de le penser et préciserait que c'est bien pour cela que le code a été difficile à casser par le passé, même par des Gina'abul qui parlaient pourtant à la perfection l'Emenita ou l'Emegir (le sumérien)… De même, les voyelles étant différentes selon les régions du globe et particulièrement en Orient, certains ne comprendront pas le choix phonétique que j'empreinte pour décoder différents termes. Je souhaite préciser que toute possibilité phonétique est possible, même en changeant parfois les voyelles, que nous savons justement inexistantes dans certains langages. Prenons par exemple le nom égyptien de Isis qui est Aset ou Iset, selon les interprétations. Nous obtenons : A-SÉ-ET "source du présage de vie" ou I-SÉ-ET "lamentations du présage de vie". Ces deux compositions apportent une parfaite définition de la personne d'Isis en tant que source, c'est-à-dire "mère ou pleureuse (d'Osiris) responsable du présage de vie (Horus)".

Le scientifique Gerry Zeitlin et moi avons réalisé un schéma à partir de la compréhension que j'ai pu tirer de cette histoire de langage matrice. Le travail de Gerry est remarquable dans la mesure où il me permet de matérialiser et d'authentifier certaines données que j'aurai eu quelques difficultés à diffuser seul. Notre collaboration est très importante. Gerry Zeitlin a réalisé plusieurs schémas pour Ádam Genisiš ainsi que sur son site où il analyse méticuleusement mon travail.

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Lun 25 Juin 2007, 09:26

La société mise en place par la lignée de la noblesse Ušumgal, celle des "dieux" extraterrestres An et Enlíl, est une société totalement patriarcale, ennemie des Amašutum (groupes extraterrestres à polarité féminine). Est-ce la raison pour laquelle la société judéo-chrétienne régie par les Lois de Yahvé a perpétué un ordre patriarcal ? Ce conflit ancien entre les deux sexes semble se refléter aujourd'hui encore. Lorsqu'il est question de Yahvé, en tant que dieu – selon vos informations –responsable de la (re)création de l'espèce humaine, la notion de glaise, d'argile et de terre est employée dans la Bible. Pouvez vous nous expliquer ces notions et le décodage que le syllabaire sumérien nous apprend à ce propos ?

Anton Parks : Oui, tout à fait. L'existence sur Terre de divinités à polarité féminine est antérieure à la présence du dieu mâle telle que nous la rapporte la religion judéo-chrétienne et qui n'apparaît qu'en Genèse 2.7, c'est-à-dire lors de la seconde création répertoriée dans la Bible. Une grande majorité des légendes de la Terre témoignent de la présence de divinités à polarité féminine. La Genèse l'a fait également, il suffit de lire attentivement le texte de la création. En Genèse 1.26, les Elohim ("les divinités"), terme pluriel féminin, créent l'Homme "à leur image"… Pourquoi ce terme, pourtant féminin pluriel, est-il traduit le plus souvent en "Dieu" ? J'explique dans mes ouvrages que le terme Elohim se décompose en suméro-akkadien en EL-Ú-HI-IM "les puissants élevés qui ont mélangé l'argile (ou l’argileux : l’Homme). Ces Elohim forment une association multiethnique et culturelle planificatrice qui travaille pour la Source de toute chose qui figure plutôt une énergie féminine, celle de la Déesse-Mère. Les êtres féminins dont il a été question plus haut et qui sont en conflit avec l'autorité mâle des textes sumériens, font partie du groupe des Elohim que je nomme Kadištu dans mes écrits.





Une Déesse-Mère sous forme d'arbre nourrit l'humanité, selon le Codex mexicain
Fejervary-Mayer, planche 28. L'arbre est le grand symbole des divinités féminines et figure en Mésopotamie une "Etoile Sombre".




En Genèse 1.26, lorsque les Elohim souhaitent créer l'Homme primordial, il est dit : "faisons l’homme à notre Tsélem (image)". Pourtant le mot hébreu Tsélem ne semble pas être convenablement traduit, car il est formé du vocable Tsél qui veut dire "ombre" et du Mem final qui symbolise de façon hermétique l’eau, l’élément vital, c'est-à-dire la semence. Lorsqu’il est stipulé qu’Elohim va former l’homme primordial à partir de son Tsélem, cela veut traduire qu’il va le former à partir de ses gènes, de son "ombre-liquide", c’est-à-dire de la semence d’Elohim !

"[…] Ils (les créateurs) façonnèrent une créature en associant leurs pouvoirs les uns des autres, ceux dont ils avaient été gratifiés. Chaque puissance fournit une qualité conforme à l'image qu'elle s'en était faite psychologiquement. Ainsi créèrent-elles un être en tant que Homme primordial parfait…".
Manuscrit de Nag-Hammadi, "Le Livre Secret de Jean", Codex NH2-1 ; 28

Il est tout à fait intéressant de noter que le terme hébreu Tsélem (traduit en image?!) décomposé en suméro-akkadien donne TÉŠ ("sexualité", "force vitale") ; EL ou ÍL ("élevé", "être haut") ; EM ou IM ("argile", "boue"), soit TÉŠ-EL-EM "la force vitale élevée de l’argile" ou "la haute force vitale élevée de l'argile". L'argile biblique représentant généralement le sang ou encore les gènes, nous pouvons donc traduire le passage en question en "faisons l’homme à notre (avec) notre haute force vitale élevée ou tirée de l'argile (c'est-à-dire avec notre sang ou nos gènes)"… Cette traduction est parfaitement en accord avec le texte apocryphe de Jean mentionné juste au-dessus. Que le lecteur qui va bientôt se réveiller comprenne d'une façon définitive pourquoi les textes apocryphes (du grec apokruphos "tenu secret") n'ont volontairement pas été incorporés dans la Bible, le plus grand best-seller au monde. Deux des plus importants conspirateurs sont, sans doute, l'empereur Constantin, qui, en 312, a fait détruire les oeuvres "païennes" et "hérétiques" et qui a commanditer auprès des gardiens du dogme, la révision et la fabrication de nouveaux exemplaires de la Bible. Le second est l'évêque Athanase d'Alexandrie qui a dressé en 367 la liste des titres destinés à former le Nouveau Testament parmi plus de 70 évangiles existants… et rejetés !
Le culte de la Déesse-Mère et celui des femmes en général a toujours terrifié le monde politico-religieux patriarcal. Faut-il rappeler que la très Sainte Eglise a considéré la femme jusqu'au Moyen Age comme une souillure qui pouvait être battue, torturée, violée et mis en esclavage. Ah, oui, j'oubliais, la femme n'avait pas d'âme (sic). L'ancienne religion, celle de la Déesse-Mère, n'a cessée d'être persécuté au fil des âges. Au Moyen Age justement, la religion de la Déesse était une concurrente menaçante pour le dogme judéo-chrétien plus récent. En 1484, le pape Innocent VIII chargea l'inquisition de lancer la chasse à l'ancienne religion matriarcale. La publication en 1486, du Maleus Malificarum "le Marteau des Sorcières", ouvrage des dominicains Heinrich Kramer et Johann Sprenger, établit les bases d'un règne de terreur qui dura plus de deux siècles dans toute l'Europe jusqu'en Amérique du Nord. On estime à 9 millions le nombre d'"hérétiques" qui furent exécutés, dont 80 % de femmes, d'enfants ou de jeunes filles dont l'Eglise pensait qu'elles avaient hérité du "mal" de leurs mères ! La misogynie devint un élément capital de l'Eglise Catholique médiévale ; la femme et sa sexualité étant "le mal incarné". La femme accusée de sorcellerie était arrêtée brutalement, sans avertissement, déclarée coupable et brûlée… c'était il y a plus de 500 ans seulement, Alléluia !

Les deux premiers tomes des "Chroniques du Ğírkù" font souvent référence au cycle menstruel, à son importance, à son pouvoir de guérison et d’entendement puisque les menstrues des Amašutum, des entités féminines du récit, sont employées dans le cadre de rituels sacrés. On retrouve très étrangement cette coutume dans les anciens rituels gnostiques qui vouaient un culte particulier à l’éternel féminin. Par contre, dans certaines autres traditions rituelles ou religieuses et plus particulièrement les religions du Livre, comme l’Islam, la femme est considérée comme impure pendant cette période de sa vie et son cycle menstruel est frappé d’un tabou, d’un interdit très puissant. A cet égard, vous mettez en évidence un texte extrait du Manuscrit de la Mer Morte 4Q266 Frag9 Col2 : "Quiconque cohabitera sexuellement avec une femme durant son flux sanguin contractera la souillure causée par la menstruation ; et si un écoulement survient à nouveau en dehors des règles normales, elle sera impure durant 7 jours". Pourquoi ce tabou sur les femmes au point de les comparer souvent à des sorcières ?


Dernière édition par le Lun 25 Juin 2007, 09:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Lun 25 Juin 2007, 09:28

Citation :
Anton Parks : La femme est au cœur d'un complot universel depuis la nuit des temps. Son pouvoir a effrayé les "dieux" des différentes mythologies et il effraie l'Eglise, car il pourrait libérer l'être humain et ce dernier n'aurait plus besoin du clergé pour se rassurer et se sentir "assisté". Les menstrues des femmes terrestres ont, elles aussi, fait l'objet de rituels sacrés et très hermétiques pour les raisons que l'on imagine bien.
Puisque nous sommes dans les grandes vérités, examinons le sens exact du mot « sorcière » dans la langue des "dieux". Nous allons y trouver comme par enchantement un thème fondamental que la religion judéo-chrétienne s'est évertuée à masquer au regard du peuple. Le terme sumérien utilisé pour exprimer une sorcière est Míuš'zu. Sa véritable traduction, et les divers interprétations que l'on va pouvoir en faire grâce aux homophones dont les Sumériens étaient tellement friands vont nous mettre sur la voie d'un sens astucieusement dissimulé. La simple décomposition de MÍ-UŠ12-ZU donne "la femme à la sécrétion-sagesse" ou encore "la femme au venin-connaissance"…


"Pendant 130 ans, Adam resta séparé de sa femme […] à cause du venin qu'il venait d'absorber. Quand le venin vint à s'épuiser, il revint [à Eve]".
Le Zohar, Berechit 3, 55a (texte rabbinique)


Le jeu de l'homophonie sumérienne va encore nous apporter quelques précisions complémentaires sans dénaturer le sens originel du terme. Si nous remplaçons le UŠ12 par ÚŠ, nous obtenons : MÍ-ÚŠ-ZU, soit "la femme au sang sagesse", et avec UŠ, MÍ-UŠ-ZU, soit "la femme qui élève la connaissance (ou la sagesse)"… Avant que le christianisme n'intervienne, les sorcières étaient considérées comme des personnes possédant l’énergie de la Déesse. Les diverses possibilités de traduction jouant sur l'homophonie du langage des "dieux" nous assurent que nous sommes en présence d’une substance particulière dont les femmes sont les seules à posséder le secret. Un autre élément doit intervenir pour accomplir l'acte sacré, nous sommes très proche de la tradition alchimique. Si vous avez une confiance absolue en votre partenaire et que vous l'aimez infiniment, que vous partagez tout avec cette personne, alors sachez que tout est possible, comme partager ses menstrues et son sperme:

"Et l'arbre de la connaissance du bien et du mal : pourquoi est-il ainsi désigné ? […] C'est que cet arbre se nourrit de deux côtés opposés et il les reconnaît comme quelqu'un qui mange en même temps du doux et de l'amer. Tirant sa substance de deux directions contraires, il est appelé "bien et mal"".
Le Zohar, Berechit, 35a et 35b

Les rabbins qui entreprirent la compilation les textes du Zohar savaient très bien de quoi ils parlaient. Bien entendu, l'allusion faite ci-dessus est en rapport avec le sperme et les menstrues, le sperme représentant "le bien", et les menstrues "le mal" ! L'interdit par Yahvé d'approcher une femme et un homme dont les écoulements impurs ne doivent surtout pas se mélanger se trouve également dans la Bible :

"Lorsqu'un homme a un écoulement sortant de son corps, cet écoulement est impur. […] Tout lit où couchera cet homme sera impur et tout meuble où il siègera sera impur. […] Lorsqu'un homme aura un épanchement séminal, il devra se laver à l'eau tout le corps et il sera impur jusqu'au soir. Tout vêtement et tout cuir qu'aura atteint l'épanchement séminal devra être nettoyé à l'eau et sera impur jusqu'au soir. […] Lorsqu'une femme a un écoulement de sang et que du sang s'écoule de son corps, elle restera pendant sept jours dans la souillure de ses règles. Qui la touchera sera impur jusqu'au soir. Toute couche sur laquelle elle s'étendra ainsi souillée, sera imure ; tout meuble sur lequel elle siègera sera impur".
La Bible, Le Lévétique, "les impuretés sexuelles", 15

Il faut savoir que dans les sécrétions sexuelles, on retrouve des éléments chimiques particuliers : le sperme, par exemple, contient des quantités importantes de l'oligo-élément « zinc », qui intervient dans plus de 80 processus biochimiques dans l'organisme. Nous sommes au cœur de l'alchimie mystique…
Toutes ces révélations peuvent vous sembler étranges, j'en conviens, mais vous ne devez pas oublier que la société dans laquelle nous vivons est totalement déconnectée du sacré et de certaines réalités. Le sexe a été volontairement banalisé et se vend aujourd'hui au coin des rues comme une vulgaire marchandise prête à la prompte consommation. Le "génie" de l'homme n'a jamais cessé sa quête des moyens les plus raffinés et pervers en vue d'exploiter la femme pour son plaisir immédiat et l'argent qu'il peut en tirer. Il possède même la capacité de jouir de la souffrance de son double féminin, il est sans nul doute le seul animal (Á-DAM en sumérien) capable de torturer et tuer son prochain pour son bon plaisir. En déformant de la sorte certaines réalités, l'être humain a su se confiner dans un monde formaté, totalement à l'image de l'univers pervers des "mauvais archontes" reptiliens décrits dans les textes gnostiques et qui se sont fait passer pour les véritables divinités de notre univers. Une honte existentielle accompagne le sens du sacré, car le sexe est le centre de la culpabilité infligée par ces mauvais "dieux". Si les "dieux" sumériens, transformés en un dieu unique et universel dans une grande majorité de religions, ont posé un interdit sur le sacré au point qu'aujourd'hui ce sacré soit devenu une véritable foire, c'est uniquement pour détourner l'humanité de la véritable réalité qui lui permettrait de s'élever. Une grande majorité d'entre vous n'a aucune idée du merveilleux qui nous entoure. Vous, qui lisez ces lignes, si vous avez la joie de partager votre vie avec une personne que vous aimez profondément, vous devez comprendre que le sexe n'a rien avoir avec une performance telle qu'elle vous est présentée par les médias. Le sexe est une connexion du cœur, une fusion dans l'amour véritable…

Selon la Bible et les écrits rabbiniques, c'est Samaël "l'ange déchu", dit le "serpent", qui initia l'humanité au fruit de l'arbre de la connaissance. Vous appuyez cette doctrine en précisant qu'il s'agit de Sa'am, alias Enki, le chef généticien Gina'abul qui clona les humains -ouvriers sexués- et qui enseigna la sexualité à cette nouvelle humanité. Il semble également responsable de la pratique sexuelle qui concède l'élévation. Pouvez-vous préciser cette pensée et son fonctionnement ?
Anton Parks : C'est un vaste sujet que j'aborde dans mon premier ouvrage "Le Secret des Etoiles Sombres" et que je précise dans Ádam Genisiš. La pratique qui permet l'élévation spirituelle se prénomme Tantrisme en Inde. Cette action, combinée avec la pratique des mélanges des fluides, apporte une transformation importante de l'individu. La seule condition étant de réaliser cet acte avec respect et uniquement avec la personne que l'on aime profondément. Je préfère le préciser, car il s'agit d'un procédé "magique", qui peut être détourné s'il n'est pas réalisé dans l'Amour Inconditionnel !



Codex maya de Madrid, planche 30.
Représentation de Ixchel, divinité de la fertilité féminine, de la médecine et de la lune. Le texte qui accompagne cette illustration témoigne du mystère des mystères : "l'étoile relâche de l'eau, la sève des profondeurs de la mère éclatante élève le fil tordu (c'est-à-dire la Kundalinî)".




Je vais détailler ici les propos que j'expose dans mes ouvrages en précisant la démarche à suivre. Le Tantrisme est un dialogue religieux entre l'homme et la femme en vue de la réalisation de l'unité. Dans le Tantrisme, chaque femme est une prêtresse dans laquelle est incarnée la Déesse-Mère ; véritable voie d'accès vers l'absolu. Plus l'acte est long, plus la sexualité est intégrée dans un cadre spirituel qui est proche de la relaxation et du yoga. Le yoga tantrique assimile, tel une alchimie interne, les principes masculins et féminins dans le corps humain. La relation sexuelle tantrique est tout le contraire d'un acte sexuel "usuel" où l'homme cherche à atteindre sa jouissance personnelle et son orgasme égoïste, imposant une relation bien souvent expéditive et inassouvie pour la femme que nous savons pourtant multi-orgasmique. Grâce à la pratique du Tantrisme, il appartient à l'homme de se mettre au niveau vibratoire de la femme et de pouvoir la faire vibrer en faisant travailler les sept chakras principaux, et ainsi créer une impulsion que sa partenaire lui renverra. La femme détient le rythme et la fréquence divine, celle de la sagesse ; il incombe à l'homme de pouvoir se caler sur elle afin de "sacrifier ses pulsions primaires" en vue de se synchroniser sur la "Déesse". Le Tantrisme permet d'échapper à la condition humaine et de s'évader de la bestialité qui nous anime. Ceci, simplement à travers un orgasme sexuel prolongé, si possible, sans émission séminale. Cet acte sacré a pour seul but de nous rapprocher du divin, les gnostiques qui prônaient un savoir intérieur, indépendamment de tout dogme religieux, le savaient bien :

"Si tu souhaites discerner la réalité de ce mystère, alors tu devras percevoir la notation merveilleuse des rapports qui ont lieu entre le mâle et la femelle. […] le mystère des rapports est exécuté dans le plus grand secret, de façon que les deux sexes ne puissent être déshonorés devant ceux qui n'éprouvent pas cette réalité. Pour eux, les sexes contribuent uniquement à procréer. Si l'acte se produisait en présence de ceux qui ne comprennent pas cette réalité, ceci paraîtrait totalement risible et incroyable…".
Manuscrit de Nag-Hammadi, "le Codice Asclepius" (21-29), 6,8

Cette pratique millénaire correspond à la sexualité sacrée exercée dans les anciens temps par les prêtresses "Etoiles Sombres", et par la suite dans les temples sacrés où les prêtresses humaines de l'antiquité se livraient à la sexualité rituelle de la Déesse-Mère. Que cette pratique ait été accomplie dans des sanctuaires et que des prêtresses s'y soient accouplées avec des inconnus importe peu ici. C'était en d'autres temps et les mœurs n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui, nous n'avons aucun jugement à porter à cela. Qu'il y eut également des débordements comme des orgies ou autres pratiques détournées, telles que la recherche d'un contact avec le surnaturel grâce à des extases provoquées à grand renfort de magie noire, ne nous élèvera pas davantage. Comme je l'ai indiqué, c'est un acte qui peut devenir dangereux s'il est exécuté dans un esprit de suggestion et de tromperie. Ce qu'il faut savoir aujourd'hui, c'est que le véritable Tantrisme, exercé à deux dans l'Amour Véritable, avec la personne que vous aimez infiniment ne comporte aucun risque, il procure, au contraire, infiniment de choses. J'insiste bien, cette sexualité doit se pratiquer à deux, entre deux personnes consentantes et aimantes, c'est une union sacrée dont le but suprême est de réveiller le divin en chacun de nous et de percevoir la réalité ultime au-delà des perceptions ordinaires. Nous pouvons également ajouter qu'il s'agit aussi d'une façon de recréer l'unité perdue, celle de l'androgynie qui relève de chacun de nous une fois l'incarnation achevée. C'est pourquoi la plus part d'entre nous est à la recherche de son double, en quelque sorte de son âme-sœur, pour accomplir consciemment ou inconsciemment l'acte extatique et revenir en quelque sorte "chez soi"… Vous comprenez ? Les transformations sont telles qu'elles peuvent également causer un déblocage important chez les plus personnes les plus "frigides". Ce n'est pas à moi d'énumérer les bienfaits de ces gestes millénaires que les anciens connaissaient parfaitement et qui furent finalement réservés à quelques rares initiés. L'expérience est en chacun de nous et propre à chacun. Les textes tantriques de l'Inde ne sont pas les seuls à exprimer le besoin qu'éprouvent la femme et l'homme à s'unir à nouveau pour reformer le couple divin androgyne qui pourra reproduire l'unité et créer une ouverture spirituelle ; couple qui, selon la doctrine tantrique, entreprend lors de l'union sacrée d'interchanger les rôles, la femme devenant l'homme et inversement :

"Lorsqu'Eve était en Adam, la mort n'existait pas. Quand elle se fut séparée de lui, la mort survint. Si à nouveau elle rentre en lui et s'il la prend en lui-même, la mort n'existera plus".
Manuscrit de Nag-Hammadi, "l'Evangile selon Saint Philippe", NH2, 3 68

En sumérien le terme Ğìš-dù veut dire "avoir des rapports sexuels" et son homophone Ğiš-dù se traduit en "offrir un sacrifice". L'analogie est remarquable, car en Inde les textes initiatiques tantriques comparent souvent l'union sexuelle à un sacrifice, où, comme je l'ai évoqué, l'homme doit "sacrifier ses pulsions pour faire vibrer la Déesse"...

je vous encourage à lire la suite de l interview sur le fabuleux site de Karmapolis :
http://www.karmapolis.be/pipeline/anton_parks2.htm

ainsi que le site et forum d Anton Parks
http://www.anunna.net/antonparks/index1.htm


Dernière édition par le Mer 10 Oct 2007, 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Lun 16 Juil 2007, 10:54

tres bon sujet sur

http://www.anunna.net/antonparks//forum/viewtopic.php?p=1326#1326

extrait 1
" Que pensez-vous du sens du mot Adami-Kudmon dans ce cas de figure, en partant du principe que l'Emesa dérive de l'anuhazi, en sachant que l'anuhazi se compose de 144 lettres et qu'à partir de ces 144 lettres, on peut construire un beau syllabaire ? "

Anton Parks dit dans ces interviews qu'il ne connait pas tout, qu'il n'a pas toutes les réponses. Il utilise le syllabaire de l'Emesa. L'Anuhasi peut désigner quelque chose de très différent. Ashayana Deane décrit la création des Teraneusiams à partir de la connaissances des Kadistus de Sirius. Tout ce qu' Anton Parks dit des Namlu'u de la terre, c'est qu'ils ont disparus à l'arrivée des Anunas !

L'Adami Kudmon ou Adam Kadmon, on ne sait toujours pas qui il était. Après sa disparition, vous avez la création des Ama'argis, les différentes races animales du Néandhertal. Elles mêmes sont abandonnées par la création de l'homo par Sa'am et Nammitu. Puis vient la création de Se'et et les deux lignées dont celle de Caïn.

Il faut prendre l'oeuvre d'Anton Parks comme des fondations propres aux autres théories et les mesurer à celle-ci. Combien d'écrivains, de Van Elsing à David Icke quand il parle des lignées reptiliennes décrivent cela ? Icke fait référence chez les Reptiliens à un père symbolique qui serait Tubal Caïn. Une allusion à la lignée de Caïn. Même chez les illuminatis, cette histoire est mythique et symbolique. On commence à peine a soulever le voile avec Anton Parks.

A propos du "Maitre conseil des Eyani du cloître de Melchisedech", les Kadistus de Sirius, on trouve sur internet des lettres dites "écrites par des extra-terrestres", envoyées par Val Valerian et Khyla de Procyon. Ils décrivent me semble t'il, comment la guerre entre Anunas et Kingu se déroule toujours et comment, elle a aboutie, il y a mille ans à la destruction d'une planète habitée par une grande civilisation humaine près de Rigel. Quelques survivants ont pu quitter cet enfer anuna et rejoindre Procyon. Je sais, cela fait très Star Wars. Mais ces courriers semblent très sérieux.

Le fait que la création génétique des Anunas produit des races ayant leurs propres défaut se confirme dans l'univers. Les "lettres ummites" par exemple, sont pleine de références à des mondes ou des civilisations auraient détruit toute vie par leur propre violence guerrière et des armes de destruction bien plus dangereuses que les notres. Les émissaires d'Ummo décrivent comment nous avons a peine, nous même, échappé à cela.

Le caractère guerrier des anunas s'est transmis dans leur création. C'est ce qu'Enki essayait de modifier avec Nammitu, il me semble sans succès. Pour les Kingus, pour les Urmahs, comment l'humanité est elle "alignée" ?

Les bloggeurs posent des questions sur les dimensions, souvent sans faire référence au fait qu'elles désignent de "l'astral", ou du "bas astral", sur la nature du Ki. Sur le fait qu'il y aurait une revanche d'Enki. Si l'on met toute l'oeuvre d'Anton Parks comme base à la compréhension des autres témoignages comme ceux de contactés, on commence à déjà bien mieux comprendre à quoi ils font référence et surtout au fait que nous n'avons encore aucune preuve que la guerre entre les anunas et les kingus soit terminée dans l'univers. Le fait que la terre soit visitée par de nombreux extra-terrestres depuis assez longtemps, que de nombreux contactés nous le démontre pose un côté rassurant. Si on devait finir comme Mulge, ce serait fait depuis longtemps ! Or ils semblent chercher une solution pour ce monde. Laquelle ? On peut toujours spéculer.

L'homme originel, le Namlu'u, l'Adam kadmon était fils de la lumière, de la source divine. Il est un technicien, un aide des Kadistus. Les conflits stellaires ne le concernent pas. Il n'a pas comme l'A-Dam terrestre hérité des caractères fanatiques, intégristes et guerrier des Kingus ou des Amashutums. Cela n'a rien à voir.
oliver98
extrait 2:transcription de cristobal:
Enfin, last but not least, dernier passage mais non le moindre, quelques mots sur les Pyramides :

"Les pyramides sont des récepteurs-transmetteurs de lumière éthérée. Lorsque les vaisseaux stellaires dirigent des rayons de lumière sur une pyramide tridimensionnelle (la pyramide de Gizeh par exemple), la lumière est instantanément transformée en information. Bien que non observable du point de vue physique, les données ainsi déposées sont emmagasinées dans les chambres cristallines situées dans les profondeurs de la pyramide où les non illuminés ne peuvent altérer ou détruire les enregistrements précieux mais où ceux qui sont en éveil peuvent retirer des réponses.

Il vaut mieux cependant voir les pyramides comme des marqueurs conceptuels utilisés pour recevoir et transmettre de la pensée par télépathie. Le sommet de la pyramide est le point de convergence. S'élevant gentiment de sa base massive, le point culminant de la pyramide se tient comme une sentinelle d'observation. Dans son état le plus favorable, le sommet est propice de manière optimale aux messages finement accordés de lumières colorées qui vont et viennent constamment d'appareils d'enregistrement cristallins maintenus "informatisés", et vibrant perpétuellement, dans les vaisseaux stellaires.

Dans les temps anciens, les voyageurs stellaires érigèrent beaucoup de formes pyramidales sur la Terre. Bien que beaucoup de ces pyramides soient évidemment construites sur terre, les pyramides de la quatrième dimension (qui sont aussi des entrepôts) sont enterrées dans les mers, au sein de certaines chaînes de montagnes, et au-dessous d'édifices importants.

(.... exemple des pyramides cristallines placées sous les pictogrammes géants des plaines de "Nazca" au Pérou...)

Les couronnes des pyramides ensevelies sont gardées dans un alignement parfait avec la vibration primordiale du système stellaire qui correspond le plus exactement à l'information que la pyramide contient. La silhouette de chaque forme gargantuesque (il s'agit ici des dessins "Nazca", c'est moi qui précise...), dessinée comme dans les temps anciens, venait d'un effort coopératif entre les indigènes et les représentants des conseils stellaires."

(toujours tome I, pages 159 et 160)
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Mer 10 Oct 2007, 18:09

Chers Internautes,

Vous trouverez ci-dessous une intervention faite par Mike dans la partie « commentaires des lecteurs ». Comme cet espace est réservé uniquement aux impressions et critiques concernant la série et non aux questions, nous déplaçons sur le forum l’intervention de Mike et allons tenter exceptionnellement d’y répondre :

Mike - 2007/08/22

Bonjour Anton,

J'ai découvert vos oeuvres voilà deux ans maintenant. J'y ai effectivement trouvé certaines pistes très intéressantes en rapport avec des interrogations personnelles.
Néanmoins, et justement relativement à ma quête, j'aurais souhaité que vous soyez plus explicite sur quelques points fondamentaux :

- Tout d'abord, j'ai travaillé sur l'organisation originelle des planètes de notre système, avec Vénus comme satellite de Mulge.
Comme vous n'êtes pas sans l'ignorer, l'agencement des planètes par rapport à leur étoile se fait suivant la loi de Fibonacci.
Or, je bute mathématiquement sur cette organisation dont vous parlez, à savoir : Mercure, Terre, Mars, Mulge.
Même en considérant que la Terre était alors plus proche du Soleil, la suite de Fibonacci n'arrive pas à être appliquée.

- Selon la science actuelle, l'addition des astéroïdes de l'actuelle ceinture constituerait un corps plus petit encore que la lune.
Or, vous parlez de Mulge comme d'une planète géante.
Etant donné qu'elle aurait été habitée par les Kadistus, entités supérieures, donc ethériques, faut-il considérer que Mulge était une gazeuse comme Jupiter ou Saturne, et que les astéroïdes actuels ne sont que les vestiges de son noyau ?

- Enfin, vous si précis d'habitude, je vous trouve très évasif quand à la localisation de l'Atlantide !
Peut-on faire le rapprochement entre votre théorie et l'énigme du Triangle des Bermudes, de la mer des Sargasses, et d'une supposée pyramide géante immergée au large de Cuba, dans la péninsule de Guanahacabibès ?

Vous remerciant pour votre complément d'information, utile pour tous vos lecteurs, et vous souhaitant bon courage pour la réalisation du Tome 3, que nous attendons impatiemment,
salutations sincères.



Merci Mike de votre intérêt,

Avant toute chose, nous ne cessons sur ce site d’indiquer qu’Anton Parks ne répond plus directement aux questions, non pas parce qu’il n’en a pas envie - il l’a déjà fait sur ce forum il y maintenant un moment - mais parce qu’il travaille sur la rédaction de ses ouvrages. Si l’auteur répondait aux nombreux messages que nous recevons chaque jour, le tome 3 prévu pour fin 2008 serait reporté à 2010.

Citation:
- Comme vous n'êtes pas sans l'ignorer, l'agencement des planètes par rapport à leur étoile se fait suivant la loi de Fibonacci.
Or, je bute mathématiquement sur cette organisation dont vous parlez, à savoir : Mercure, Terre, Mars, Mulge.


Anton Parks et nous même ne sommes pas mathématiciens. Si vous avez des questions de cet ordre, n’hésitez pas à contacter le scientifique Gerry Zeitlin gerry@zeitlin.net qui cautionne le travail de l’auteur. Le point que vous soulevez ne semble pas avoir dérangé M. Zeitlin qui est licencié en physique, astronomie et astrophysique à Berkeley (Californie). M. Zeiltin a exécuté deux schémas pour le tome 2 (p 422 et 425) où il est question de l’explosion de Mulge et de la chute de Mulge-Tab (la future Vénus). Le schéma en p 425 montre que lors d’un de ses passages, Mulge-Tab (Vénus) a décalé les planètes (de Mercure à Jupiter) vers l’extérieur du système solaire.

Citation:
- Selon la science actuelle, l'addition des astéroïdes de l'actuelle ceinture constituerait un corps plus petite encore que la lune.
Or, vous parlez de Mulge comme d'une planète géante.


Anton Parks répond à votre question en page 394 de Adam Genisis, lorsqu’il dit :
« Selon notre hypothèse, aux personnes qui auraient du mal à concevoir que Mulge (l'astre aujourd'hui éclaté) possédait un volume un peu plus important que Saturne, nous rappelons que toutes les planètes sont creuses. Evaluer la grosseur de Mulge simplement à partir des débris qui composent la ceinture d'astéroïdes n'est donc pas un bon calcul ».

Citation:
- Enfin, vous si précis d'habitude, je vous trouve très évasif quand à la localisation de l'Atlantide !
Peut-on faire le rapprochement entre votre théorie et l'énigme du Triangle des Bermudes, de la mer des Sargasses, et d'une supposée pyramide géante immergée au large de Cuba, dans la péninsule de Guanahacabibès ?


Comme nous aimons à le dire sur ce site, Anton Parks ne prétend pas donner une réponse à tout. L’auteur n’a pas fini de parler de l’Atlantide et il en sera encore question dans le prochain tome. Peut-être y aura t-il une carte ? En tout cas, d’autres informations, c’est certain. Patience !

Chers amis lectrices et lecteurs, Nous avons lu ici les 50 premières pages de tome 3 « Le Réveil du Phénix ». Nous sommes enchantés du contenu, et nous pouvons vous dire que cet ouvrage apportera de très nombreuses réponses à des questions laissées en suspens dans les deux premiers tomes.
Nous tenons également à vous rappeler que le scientifique Gerry Zeitlin travaille activement sur un site parallèle aux chroniques www.chronicles-of-the-girku.com , où il épluche les écrits d’Anton Parks. Nous nous félicitons de cette merveilleuse association ! Nous n’hésitons pas à la mettre en valeur parce que nous nous disons que si un scientifique diplômé comme M. Zeitlin, qui a collaboré avec la Nasa, qui a travaillé pour le projet Seti (recherche extra-terrestre) et qui a travaillé pour les services de renseignements américains (ce n’est pas un scoop et c’est indiqué dans sa bibliographie http://openseti.org/Docs/bio1.html ), donc, si une telle personne s’intéresse aux thèses de l’auteur et passe autant de temps à travailler sur les chroniques, c’est qu’il a de bonnes raisons de le faire. M. Zeitlin doit obligatoirement avoir une compréhension dont nous n’avons pas tous accès. Il est bienvenu que des scientifiques puisent trouver matière à réflexion dans l’histoire de l’humanité telle qu’elle nous l’est relatée dans les écrits d’Anton Parks!

A chacun de se faire sa propre idée sur tout cela.
Nous n’avons pas pour objectif de justifier le travail d’Anton Parks, mais il est bien quelques fois de rappeler certaines évidences. Nous laissons aux internautes le soin de discuter de tous ces sujets.

Amicalement Caroline et les administrateurs du site antonparks.com

http://www.anunna.net/antonparks//forum/viewtopic.php?t=507
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Ven 09 Nov 2007, 12:40

"Les Dieux de la Création"

Citation :

L'interview annoncée ci-dessus est disponble depuis peu dans le magazine trimestriel "Les Grands Mystères des Sciences Sacrées" de Novembre 2007. Le titre de ce N° 20 spécial sur les origines reptiliennes de l'humanité est : "Les Dieux de la Création".
Magnifique numéro dont pas loin des trois-quarts sont consacrés à Anton Parks.
A lire absolument !
Caroline


Extrait de la présentation de l'auteur :

Anton PARKS, l’homme du mystère

Au cours de ce numéro très spécial, nous vous demanderons de vous ouvrir à une nouvelle hypothèse de travail sur les origines de l’homme et sur la nature des dieux créateurs. La théorie exposée est déstabilisante, infiniment dérangeante et surtout beaucoup moins valorisante pour notre race que celle imposée par les trois religions monothéistes. Celle développée par l’auteur Anton Parks est particulièrement troublante. […] L’expérience de cet auteur est unique. Ses révélations sont ahurissantes.
Son travaille n’est pas scientifique et il n’est d’ailleurs pas présenté comme tel, bien qu’il fasse constamment référence à de nombreuses pièces archéologiques connues. L’histoire narrée par ce chercheur est-elle moins crédible que la Bible ? […]

Face à un public souvent incrédule, Parks fait partie de ces auteurs courageux qui basent leurs recherches sur le décryptage des anciens mythes et légendes, notamment sur les tablettes découvertes dans les ruines des anciennes civilisations akkadiennes, sumériennes et assyriennes. […] Alors que le patrimoine concernant la genèse de l’humanité a été saccagé, détruit ou pillé, alors que les trois religions monothéistes et la Science se sont érigées en dogmes puissants, le témoignage d’Anton Parks nous parait essentiel, même si d’un point de vue strictement rationnel, il reste irrecevable pour l’ensemble des sceptiques conditionnés à un seul mode de pensée.

Si Parks a pris le parti de réaliser des ouvrages ressemblant davantage à de la littérature de science-fiction qu’à un traité historique ou scientifique, ce fut un choix judicieux. […] Parks a fait le bon choix. Il a opté pour la fiction mais a ajouté à son récit des précisions et des éléments fort intéressants, indiscutables sur le plan intellectuel. […] Même si la thèse développée par Parks semble s’apparenter davantage à de la science-fiction et peut faire sourire les sceptiques, il n’en reste pas moins que les nouvelles découvertes tant archéologiques que scientifiques nous offrent chaque jour leur lot de surprises et obligent les savants à réviser leurs dogmes. […]

Anton Parks a été confronté a une quantité d’informations cohérentes à propos d’une civilisation que bon nombre d’historiens et de chercheurs qualifient, à juste titre, de "berceau de l’humanité". D’où lui sont venues ses visions si pénétrantes de l’histoire et de la langue de cette prodigieuse civilisation surgie du néant, comme si elle avait réalisé un prodigieux bond technologique inexplicable ? Nous l’ignorons. Mais l’auteur est honnête et sage. Son expérience est troublante et nous espérons que ce dossier vous donnera envie de pousser plus avant vos investigations…

Citation :
Deux petits extraits
http://www.anunna.net/antonparks/forum/viewtopic.php?t=521 :

Question : Vous évoquez une « Source » originelle (Dieu) dont les Kadištu seraient les émissaires mais vous n’en dites rien. Selon vous, pourrait-on la définir comme une sorte de « matrice » de clonage contenant l’ensemble des Adn possibles et pouvant les combiner à l’infini pour créer la vie ? Elle semble en tout cas plus féminine que masculine puisqu’elle soutient le culte de la Déesse-Mère…
A. Parks : Ce que vous me demandez est un peu de développer la notion de « Dieu » créateur, source de toute vie… c’est impossible. Je pressens effectivement « la Source » dont il est question dans ma série comme celle de toute chose. Les planificateurs Kadištu travaillent en son nom. Mais, comme vous l’avez sans doute remarqué, cette « Source », aussi illustre soit-elle, n’empêche pas le malheur de s’abattre sur le système solaire. Elle n’empêche pas non plus les différents conflits de persister au-delà de notre système solaire. Vous avez sans doute raison de la comparer à une « matrice » céleste. C’est sans doute ce qu’elle est : une sorte de machine à faire des « équations ». Elle ne cesse de combiner différentes formules selon les régions de l’univers et les espèces qui les occupent. Cela ressemble un peu à un dispositif céleste qui multiplie les combinaisons en vue de créer une sorte d’équilibre impartial entre les différentes espèces de l’univers. Cela peu paraître beau et effrayant à la fois et ça l’est pour ma part. Les planificateurs Kadištu symbolisent donc une sorte « d’unité de mesure » qui a pour objectif d’infléchir la balance céleste d’une manière cartésienne et objective pour le bon fonctionnement de notre univers et de cette « Source » à qui nous appartenons tous. Vous comprenez ?

Question : A propos de clonage, les Gina’abul semblent être passé maître dans cet art de la génétique. Comment se fait-il selon vous qu’un être cloné puisse posséder une âme alors que la Source n’intervient pas dans ce processus de création ?
A. Parks : Chaque individu de l’univers doit normalement être maître de son destin et donc des choix qui vont diriger ses différentes vies. L’immortalité n’est, pour ma part, pas synonyme de développement personnel. Les « dieux » dont je relate les aventures se sont un peu perdus dans cette vision limitée de la vie. Pourquoi ? Parce que la plupart d’entre eux évoluent en KI (3ème dimension) et que cette dimension est celle de l’action et non des « vacances prolongées ». Ainsi donc, posséder l’art du clonage n’est pas une fin en soi et encore moins un remède contre la mort (la renaissance devrait-on dire). Nous sommes tous des « dieux » potentiels et nous possédons tous une âme immortelle. L’âme se souvient toujours. Elle accumule les expériences et n’a normalement qu’un seul objectif, celui de progresser. Les « méchants » d’aujourd’hui deviendront sans doute les « bons » de demain… ça aussi c’est de l’équation. Nous sommes finalement tous de grands mathématiciens, comme la « Source » dont nous sommes issus.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Lun 10 Déc 2007, 19:42

Citation :

Chers lectrices et lecteurs.

Le temps est venu de vous annoncer la réédition du « Secret des Etoiles Sombres » chez les Editions Nouvelle Terre.
Le livre sort tout juste de chez l’imprimeur. Il doit être en vente auprès de l’éditeur dès à présent et dans le commerce d’ici mi-décembre. Il s’agit d’une édition exceptionnelle dans la mesure où l’ouvrage complet a fait l’objet de corrections et ajouts de la part de l’auteur, du scientifique Gerry Zeitlin, du journaliste Karmaone et de son nouvel éditeur.
Récapitulons les diverses éditions du premier ouvrage de la série :

- Une première édition française a été mise en vente en avril 2005 aux Editions Nenki. Cette version comporte 400 pages. Elle n’avait pas fait l’objet d’une relecture de la part de l’auteur et il manquait 7 illustrations. De nombreux caractères spéciaux ne passaient pas. Une copie de cette édition a été mise sur le marché canadien pratiquement en même temps. On la reconnaît grâce à sa couverture pâlichonne et aux illustrations de mauvaise qualité d’impression. Il est indiqué à la fin de l’ouvrage qu’il a été imprimé au Canada. Ces deux versions (française et canadienne) sont à éviter. Quelques copies sont encore en vente. Nenki la vend toujours à notre connaissance sur son site.

- Une seconde impression française a été réalisée aux Editions Nenki en novembre 2005. Cette version a été relue par l’auteur. Elle fait 407 pages et contient les 7 illustrations manquantes. C’est la version courante que l’on trouve sur le marché depuis près d’un an et demi. Cette version est très bien et ceux qui la possèdent peuvent en être satisfait.

- La troisième édition du « Secret des Etoiles Sombres » qui sort tout juste de presse aujourd’hui (décembre 2007) enchantera les fans de la série. Cette ultime version publiée par les Editions Nouvelle Terre a été entièrement revue par l’auteur. Elle fait 478 pages (sans compter les 4 pages centrales). Anton Parks et Nouvelle Terre ont souhaité mettre en page cette version de la même manière que « Adam Genisis ».
1. La couverture est légèrement différente. L’image du haut n’est plus bleu foncé, mais turquoise. L’ensemble de la couverture arrière a totalement changé (texte de présentation + visuel). L’épine du livre (le dos) n’est plus du tout la même.
2. Cette version définitive possède un avant-propos de l’Editeur Nouvelle Terre.
3. Quelques précisions dans le récit ajoutées par l’auteur.
4. Trois images en couleur (généalogie + 2 vaisseaux Gina’abul) réalisées par les soins du scientifique Gerry Zeitlin.
5. Deux illustrations dessinées par Anton Parks. Il s’agit de Nammu et Sa’am. Ceux qui attendaient ça ne seront pas déçus !
6. Une quatrième partie apparaît à la fin du livre : « Archives et décodages » qui comprend un dossier sur le thème de l’arbre dans les mythologies ainsi que la première interview de l’auteur réalisée par Karmapolis et éditée par le magazine Nexus en été 2006. Cette interview est introduite par un texte inédit du journaliste Karmaone.

Pour finir, nous rappelons aux nombreux lecteurs de cette série que le tome 3 est en cours de rédaction et que sa sortie est toujours prévue pour fin 2008.
Voilà tout est dit !

Caro
Administratrice
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
songoku10



Masculin
Capricorne Serpent
Nombre de messages : 13
Date de naissance : 10/01/1978
Age : 39
Localisation : france-Paris
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: ADAM GENESIS d'ANTON PARKS   Jeu 17 Jan 2008, 22:53

Je viens de finir de lire le livre ADAM GENESIS et je me pose énormément de questions sur la création de l'homme.

Est ce que ses sources sont véridiques à 100%???

Quelqu'un pourrait m'aider un peu plus sur les REPTILIENS?

Son premier livre "le secret de l'étoile sombre" était très bien malgré très complexe,et le deuxième, OUHLALALA!!!!

Toutes les entités extraterrestres dont il parle, c'est impressionnant la première fois mais est ce que cela joue un rôle pour notre propre évolution qui nous prend déja beaucoup d'énergies pour notre grand nettoyage spirituel.
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Ven 18 Jan 2008, 09:13

Bonjour Songoku,
je ne sais si tu connais le forum d Anton pour tes questions!
Il y a de très bons intervenants et qui sont sur ce forum aussi ,mais il me semble plus opportun de dévellopper ce sujet là:

http://www.anunna.net/antonparks//forum/index.php

bien à toi
richel
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
songoku10



Masculin
Capricorne Serpent
Nombre de messages : 13
Date de naissance : 10/01/1978
Age : 39
Localisation : france-Paris
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Ven 18 Jan 2008, 14:37

Bonjour Ambre,

Je te remercie pour le lien!je vais jeter un coup d'oeil après!!!

Bonne journée!!A plus.sunny
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Mer 08 Avr 2009, 20:31

Citation :


Bonjour à tous,

Comme certains lecteurs ont pu le constater dans la presse, Anton Parks vient d'annoncer son troisième ouvrage qui n'est pas "Le Réveil du Phénix".

Ashim en a expliqué les raisons sur le topic ci-nommé :
http://www.anunna.net/antonparks/forum/viewtopic.php?t=857&sid=11ed52e8b8fff7be249df4fec5878c72



Ce troisième livre est entièrement finalisé. Mais il ne sera pas en librairie la semaine prochaine! L'editeur le lit et le met en page actuellement, ensuite vient l'limprimeur, puis la distribution... Toutes ces phases de travail prennent un peu de temps (de un à trois mois selon la disponibilité et le travail de chacun). Ce qui est certain, c'est que ce livre sera dispo pour les vacances de juillet!

Quant au "Le Réveil du Phénix", il comprendra quasiment que la partie narative de l'histoire. En ce qui concerne les délais, Anton se refuse à l'évaluer et à avancer des dates pour sa sortie. Donc, patience.....

Mais vous aurez de quoi faire avec "Le Testament de la Vierge". Plus d'infos d'ici peu.

Caro

ps

découverte cette semaine en librairie



avec un chapitre entier sur les Wingmakers et une synthèse assez réussie!
en sus des exclusivités puissées (apparemment) sur le site karmapolis concernant Kyle griffith et sur son livre
War in Heaven !
A lire!
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Mar 07 Juin 2011, 08:32


Bonjour,
à lire ou à relire!!!

- Interview d'Anton Parks
-



© janvier 2011

illustrations de René Bickel
(avec son aimable autorisation)Questions posées par ses lecteurs pour le site antonparks.com
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Lun 07 Jan 2013, 10:23


Citation :


Le forum officiel consacré à l'écrivain Anton Parks est désormais fermé. Les raisons sont diverses mais découlent toutes des différents problèmes que le forum a connus dans le passé et pour lesquels l'intégrité d' Anton Parks et de son équipe à été remise en cause.

Un membre du forum s'est toute fois proposé de le reprendre et de continuer à le faire vivre. L'intégralité de la base de données lui a été fournie et le forum a été migré à cet emplacement : http://www.nas2406.com/antonparksforum

Ayez néanmoins à l'esprit que le forum n'est à présent plus reconnu par Anton Parks et perd de ce fait son statut officiel. Il sera donc inutile de nous contacter à son sujet.

Citation :
Bonjour,
Certains savent que je n’ai jamais été pour un forum associé à notre site et une page Facebook. Les personnes pleines de bonnes volontés qui se sont chargées de ces pages ont été régulièrement attaquées ; nous pouvons parler de véritable préjudice.

Nous avons sans doute voulu en faire de trop. Donner de trop de bon cœur, c’est prendre le risque de donner de mauvaises habitudes et d’être finalement dépouillé et piétiné. C’est ce qu’il s’est passé et certains en ont fait les frais. Il faut savoir dire stop. Tout le monde sait également que trop d’information, tue l’information.

Désormais, les lecteurs trouveront régulièrement les informations qu’elles souhaitent sur les pages du site qui sont très visitées. Caroline postera sans doute sur ce forum deux à trois fois par an pour donner des nouvelles de la progression des différentes rédactions et publications à venir (infos qui seront sur notre site).

Pour ce qui est du reste, ce forum est livré à lui-même. Ne vous alarmez pas, c’est une bonne chose et aussi une belle expérience dont vous êtes les acteurs. Vous êtes nombreux à revendiquer le libre arbitre, donc la voie est libre. Chacun est libre de poster ce qu’il veut, c’est le but de ce nouveau forum. Vous en êtes tous les acteurs, mais aussi les responsables. Nous comptons sur vous. Vous n’avez pas besoin d’être chapeautés pour communiquer entre vous sur mes ouvrages ou sur des sujets parallèles.

Bonne continuation à tous.
Anton Parks
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Sam 09 Fév 2013, 10:34


Un débat est ouvert ici PAR DOUCEUR avec cette Remarque :
Citation :

Laura Knight et Anton Parks se partagent le même avis au sujet de Moïse (le « psychopathe »). Leurs recherches convergent et ce en plus, au même moment, en ce début d’année 2013 ! Intéressant, très intéressant, plus que cela, interpellant surtout qu’ils suggèrent que « le temps presse ».

Oui, mais pour QUI (quelles entités) donc exactement (les Cassiopéens ?) le temps est-il devenu si important ?
Le Temps, et par voies de conséquences les évènements (passés-présents-futurs), ne sont-ils pas « Simultanés » ?

Et pourquoi ces écrivains s’empressent-ils d’ « interpréter » l’Histoire, ne démontrent pas l’origine des êtres humains, ne font que des suppositions qui n’offrent que des conjectures et tout cela, à partir de données/d’informations incomplètes (voir plus bas, le développement sur les Hyksos) induisant ainsi leurs lecteurs en erreur ?

Si ces informations, à première lecture, « paraissent » extrêmement « vastes, complètes, bien maîtrisées par l’écrivain », elles sont surtout « touffues » et centrées, con-centrées sur le thème « perpétuel et quasi exclusif » chez Laura Knight, de la psychopathologie.

A cause de cette « focalisation » sur cette question, à nouveau, qu’ un seul son de cloche n’est « transmis » au travers de ces nouveaux livres :

dangers (à la survie), peurs, craintes, contrôles, préjugements (en particuliers sur les personnes politiques dont toutes les valeurs personnelles sont ignorées – tous les politiciens ne sont pas corrompus, tous ne sont pas des psychopathes ! - , sur les races, etc.), instabilités, cataclysmes, destructions, violations, stigmatisations des hommes (en reprenant des exemples d’autres auteurs exclusivement péjoratifs et discriminants : hommes vicieux, enfants mauvais, etc.). http://antahkarana.forumzen.com/t1296p30-cassiopeens-sda-ou-sds#26045
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5653
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Ádam Genisiš   Mer 25 Fév 2015, 13:26



Le Centre Lauviah organise la venue de Mr Anton Parks sur Toulouse


Une soirée exceptionnelle avec l'Auteur des Chroniques du Girku sera donnée au Restaurant le Canard sur le toit à Colomiers.
Uniquement sur réservation.
Programme de la soirée : Conférence - Débat, Dédicace, Repas en présence d'Anton, Soirée Musicale. Vous aurez le privilège dans un cadre intimiste de côtoyer votre auteur.

Plus d'informations ici : www.centrelauviah.com
http://www.antonparks.com/main.php?page=news
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
Ádam Genisiš
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Elargir son Horizon-
Sauter vers: