ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les 144 000 élus   Mer 01 Oct 2014, 12:37

Bonjour Julien,

A différents endroits du forum, je me suis évertuée (indirectement parfois) à attirer l’attention sur les incohérences liées aux écrits de la bible. Le fond du problème provient d’une incompréhension de la langue et du langage usités (paraboles, symboles, nombres, etc.) puisqu'aussi bien dans l’ancien, que dans le nouveau testament, il faut « interpréter » les écrits. Et interpréter n’est pas « traduire ».

Je déduis de ta question (de mémoire : la croix est-elle négative ou positive, visible ou pas*) que tu fais allusion à l’apocalypse et autan « au signe de la bête » qu’aux « 144 000 élus ». Au sujet de ce dernier point, une réponse a été fournie plus haut sur cette page.

En une phrase de résumé, il peut être écrit que la mention « les 144 000 élus » ne fait pas référence à la quantité mentionnée ou à un nombre précis de personnes. Le nombre 144 (000) figure simplement, l’état d’une personne ayant atteint l’ « état christique ».

Citation :
Je rappelle que la spirale Kristique met en lumière la Quintessence de la Création en X au travers de ses multiples par huit : 2x8 = 16 ; 2x16 = 32 [5]*; 2x32 = 64 ; 2x64 = 128 ; 2x128 = 256. Arrêtons-nous un moment sur le nombre 256, obtenu en multipliant les cinq nombres de la première diagonale [↘] du carré, et regardons le résultat de la seconde diagonale []. Cette dernière cache en son antre la valeur de 144. Ce nombre hautement symbolique faisant partie intégrante du carré est, en prime, conforme à la description de la Jérusalem Céleste [Ursa] ou [Vrsa/Várás] de l’Apocalypse : « Celui qui me parlait tenait une mesure, un roseau d’or, pour mesurer la cité, ses portes et ses remparts. La cité était carrée : sa longueur égalait sa largeur. Il l’a mesura au roseau, elle comptait douze mille stades : la longueur, la largeur et la hauteur en étaient égales. Il mesura les remparts, ils comptaient cent quarante-quatre coudées, mesure humaine que l’ange utilisait. » (Ap 21.16). En plongeant plus en avant, nous constatons que 144 [/] additionné de 256 [\] donne 400 ou 4, le(s) référant(s) de la Source. Dans la kabbale, ce Nombre 400 est associé à la croix de Tau [Tav], la dernière lettre hébraïque.




*Pendant que je te répondais, ta question a été supprimé, j’arrête donc ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mer 01 Oct 2014, 12:44

144 ou 1+4+4 = 9, nombre tenu pour parfait chez les pythagoriciens...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mer 01 Oct 2014, 12:57


:-)

Qu'est-ce donc que ce "symbole" ?

Un début de piste a été donné lors de l'analyse du sceau de Nicolas Poussin :

http://antahkarana.forumzen.com/search?mode=searchbox&search_keywords=Nicolas+Poussin+-+son+sceau+++&show_results=posts

Et se poursuivra avec l'analyse des tableaux "Et IN Arcadia Ego", affaire à suivre donc...

A propos,

Citation :

Chez les Celtes, cet animal [l'ours] connotait la royauté et le Mercure gallo-romain était parfois appelé Artaius, terme construit sur le celtique arth «ours». […] Dans la mythologie grecque, Artémis, la sœur d'Apollon, alors appelée Callisto, a eu un fils de Zeus ou d'Apollon. Cet enfant s'appelait Arkas, nom dérivé du grec arktos «ours» ; il a été un roi et il a donné son nom aux Arcadiens.

Serge Papillon, Mythologie sino-européenne, p.108 : http://www.sino-platonic.org/complete/spp154_mythologie_sino_europeenne.pdf



************************
Revenir en haut Aller en bas
Julien

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 32
Date de naissance : 06/05/1971
Age : 46
Localisation : prés de Lille
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mer 01 Oct 2014, 14:14

Merci douceur pour les textes (je n'ai pas encore lu tous les textes ), car c'est trés long ..mais je lis en allant.

"Je déduis de ta question (de mémoire : la cr"""

je comprend pas a qui tu répond a moi ou autre personne ?..

je comprend pas trop aussi : *Pendant que je te répondais, ta question a été supprimé, j’arrête donc ici.

Il me semble qu'il y a confusion je sais pas ?

""la croix est-elle négative ou positive, visible ou pas*""



La croix pour moi , cela nous représente nos état de consciences qui évolue sans fin , les axes + ,
la souffrance et la libération ,

je pense que dans les axes ont peux tout associer

un axe vertical et un axe horizontale

( l'esprit , l'intellect , l'âme et le corps et le monde visible )


Dernière édition par Julien le Mer 01 Oct 2014, 15:23, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mer 01 Oct 2014, 14:49

Julien a écrit:
>>douceur: je comprend pas trop aussi : *Pendant que je te répondais, ta question a été supprimé, j’arrête donc ici ?

J 'ai cru aussi Julien que tu avais retiré/édité ta question?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Julien

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 32
Date de naissance : 06/05/1971
Age : 46
Localisation : prés de Lille
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mer 01 Oct 2014, 15:33

oui oui je reflechissais si j'allais poser cette question ..aprés reflexion j'ai supprimer desoler

La question etait ; es ce que le sceau au front peut être une marque physique ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mer 01 Oct 2014, 18:24

Bonsoir Julien,

L'état Kristique Réalisé ne provoque aucune cicatrice (ni extérieure, ni intérieure).

Si il y a marquage qui plus est "visible", cela provient d'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Julien

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 32
Date de naissance : 06/05/1971
Age : 46
Localisation : prés de Lille
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mer 01 Oct 2014, 19:23

Merci pour ta reponse douceur


Dernière édition par Julien le Jeu 02 Oct 2014, 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mer 01 Oct 2014, 21:22

Bonsoir Julien,

Prendre le « train en marche » est assurément difficile.

Pour comprendre les développements et dessins proposés dans cette partie du forum, je te propose d’entamer leurs lectures de manière continue (car tous les articles se suivent et ne fournissent qu’une partie seulement des informations) et ce, depuis le moment où il est question du « carré Rotas de Conimbriga, Portugal ».

Cette partie débute exactement ici : http://antahkarana.forumzen.com/t393p60-cles-donnant-acces-au-mystere-christique?highlight=Rotas+Conimbriga+++Portugal#26788

Tu devrais y trouver un début de réponse. La suite des exposés (ceux que je vais poster) fourniront les informations complémentaires à ta question.
Revenir en haut Aller en bas
Julien

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 32
Date de naissance : 06/05/1971
Age : 46
Localisation : prés de Lille
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Jeu 02 Oct 2014, 10:40

Pour un début de réponse waouf.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: De La Klé à la Matrice de l’Âme.    Jeu 02 Oct 2014, 14:24

Bonjour à tous,

Lorsque le mot klé orthographié avec un [k] s’imposa en mon être au début du mois d’avril 2014, j’étais loin de me douter que le signifié intrinsèque de cette parole intérieure rendrait désuet la symbolique de la clé. Sur un plan purement ésotérique, la clé est dite être possédée par l'initié dont elle est une marque distinctive. Pourquoi ces vocables, κλείς, kleis, klaïs en grec ancien, kai, kei en anglo-frison à l’origine du key des anglo-saxons ou kilittu en dravidien, s’écrivent-ils sans exception aucune à l’aide du [k] tout comme le hongrois kulcs, du proto-hongrois kólcs ? Est-ce à dire que cette lettre, à elle seule, est d’une importance vitale ?

Un soir couchée dans mon lit, alors qu’aucune de mes pensées ne se tournaient vers les rovás, les runes antiques szeklers ou runes sicules, véritables passe-partout pour moi, les lettres de Klé, enroulées dans ma tête à l’image d’un rouleau de papyrus, se déroulèrent comme au ralenti devant mes yeux fermés. Lettre après lettre, je découvris alors stupéfaite que sa lecture spéculaire clamait en hongrois Élek ! ou Je Vis ! Ma surprise fut d’autant plus grande que je ne m’attendais absolument pas à ce que CE mot révèle une phrase affirmative aussi capitale. Que la sève de l’affirmation Élek (Je Vis) fasse huit [é=9 + l=19 + e=7 + k=18 = 53 = 5+3 = 8], sera la cerise sur le gâteau puisque ce nombre met en exergue l’existence du 8ème chakra. Par conséquent, il n’y a rien de surprenant au fait que huit, associé à l’harmonie chez les pythagoriciens, symbolisait « la réceptivité de la spiritualité ».

Comme nous pouvons le constater, l’étude de la phonétique des mots usitée par les anciens alchimistes et kabbalistes en tant que principale clé de leur enseignement n’est pas le fruit du hasard. Mais si au travers de la langue des oiseaux, lumière est faite sur le sens de klé, la compréhension de la provenance exacte de cette profonde inspiration me vint au moment où l’article indéfini « la » fut adjoint au vocable klé, afin qu’advienne La Klé. Qu’est-ce à dire ?

La nomenclature musicale hongroise, au même titre que les gammes allemande et anglo-saxonne utilisaient la notation alphabétique A (la) B (si) C (ut/do) D (ré) E (mi) F (fa) G (sol) A (La), l’ancêtre du solfège, la solmisation, apparaissant plus tardivement. Cet ajout de la 6e note musicale, le La, l’étalon, révéla que La Klé, en miroir « al élek » c’est-à-dire A Lélek, signifie L’Âme. Selon Plotin, en cette Âme immortelle « se trouve cachée toute réponse positive » et « répandue toute entière dans le corps, elle n'y est pourtant pas comme du vin dans une amphore. Ni comme un pilote dans un navire. Elle est plutôt comme le musicien, dont le corps serait l'instrument car le musicien peut être un artiste, un créateur, sans nécessairement se servir de son instrument. »

Et bien que « l’Âme Respire » puisque « a Lélek Lélekzik » (lélek + -zik, suffixe de verbe respirer), l’Âme vivante (la Psyché, Lélek) doit être distinguée du Souffle divin (le Pneuma). Car ce n’est que lorsque l’Âme et le Souffle, traduit dans la Genèse, chapitre 2.7, par « l’haleine de vie », sont réunis qu’ils forment la Matrice de l’Âme surplombée elle-même par la Matrice de la Sur-Âme à valeur sémantique de neuf, nombre parfait selon les philosophes grecs Plotin et Porphyre.

L’idée maîtresse de La Klé me fut donc soufflée, c’est le moins que l’on puisse dire, au travers de ma sur-âme, elle-même reliée à un groupe d’âmes. Est-ce à dire comme l’écrit si bien le mystique tchèque Karel Weinfurter que la parole ou idée intérieure est « une expression du moi divin qui devient un guide infaillible et incapable d’erreur » ? En tout état de cause, en cas d’erreur, les portes restent closes créant à son seuil un foisonnement d’extrapolations, terme étant définit comme « l’action de tirer des conclusions à partir de données partielles ».

Ces extrapolations engendrent soit des interprétations simplistes car elles oublient de prendre en compte un certain nombre d’éléments, soit des surinterprétations absconses, inintelligibles, complexifiées à outrance alors que l’Enseignement Primordial est Simple c’est-à-dire Egyszerű composé de egy (un) +szerű (pareil(le) à). Ecrit clairement, tel que dans la Fama Fraternitas, « la Vérité est unique, succincte, toujours pareille à elle-même parce que, s’accordant à Jésus » et par conséquent, aux Enseignements d’Origine. Et pourtant, « Comme la Vérité, l’Erreur a ses amants ; Un ami de la sagesse [définition du Sage, du philosophe selon Pythagore] approuve, ou blâme avec prudence ; Et si l’Erreur triomphe, il s’éloigne ; il attend » (Vers dorés, 13).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le carré Rotas-Sator et la Tétraktys dite pythagoricienne   Jeu 02 Oct 2014, 14:35

Le carré Rotas-Sator et la Tétraktys dite pythagoricienne

Après cette explication liminaire, découvrons les consonnes maîtresses [L], [L] et [K] constitutives du mot Âme (Lélek) et ce, au travers des runes antiques szeklers. Le [L], 19e rovás associable et associé au système de numération décimal puisque 1+9=10 et qui se prononce simplement éL signifiant Vivant, se calligraphie identiquement à la tétraktys.

La sainte tétraktys est cette décade comptabilisant « dix petits cailloux noirs disposés en triangle » telle que mathématiquement enseigné et soutenue être « pythagoricienne » à défaut d’en connaître l’origine exacte. Car alors comment expliquer que le graphe runique [L] à valeur précisément de dix s’obtienne en traçant quatre (tetra-) lignes ou rayons (-aktys), la définition exacte du mot tétraktys pourtant postérieure au rovás ? En outre, ces quatre lignes font clairement apparaître trois triangles emboîtées les uns dans les autres qui sont respectivement délimités par trois, six et neuf « cailloux » des multiples de trois. Il est bon de savoir que les trois points placés en triangle devinrent un signe de reconnaissance utilisé dans certains ordres initiatiques comme nous le verrons plus loin.


Dessin du [L] et de la Tétraktys
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: 19ème lettre – Koph – la vrai connaissance – la communauté   Jeu 02 Oct 2014, 14:57

Voici ce que les kabbalistes enseignent au sujet de la 19e lettre hébraïque :

Citation :
Kabbale : lettre 19 – koph [ou Kof]; dix-neuvième arcane du Tarot: le Soleil

19ème lettre – Koph – la vrai connaissance – la communauté – amour de la vie

Koph représente la destruction des illusions par la vraie connaissance qui agit comme une arme tranchante qui accorde à l'homme le pouvoir de séparer le réel de l'illusoire. Koph symbolise la spontanéité, l'amour de la vie, la communauté.

Le nombre 100 associé à Koph indique l'accomplissement d’un cycle, la reconnaissance de l’autre, la réalisation de l’œuvre, la clarté avec soi, l’action après le repos, le mouvement permanent de la vie, la nouvelle direction (la résurrection).


http://antahkarana.forumzen.com/t883p30-les-textes-de-la-kabbale
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Heptade et décade dans la tétraktys   Jeu 02 Oct 2014, 15:08

L’incomplétude de la tétraktys grecque fut cependant occultée aux profanes, postulants et néophytes, c’est-à-dire à l’ensemble des novices de l’école pythagoricienne. Mais les initiés grecs eurent-ils vent de ces carences ? Car primo, ces quatre lignes composent également une heptade, un groupe de sept points. Secundo, ce n’est QUE dans le cas où deux heptades sont unies, selon le principe des polarités symétriques, qu’elles totalisent dix points formant l’authentique décade Unitaire (10=1+0=1) !


Dessin de l'heptade et de la décade
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La Matrice de l’Âme Kristique et les ailes   Jeu 02 Oct 2014, 15:58

Bien entendu, qui dit décade, dit l’existence d’une pentade, du latin pentas, pentadis, c’est-à-dire un groupe de cinq unités. Et il faut bien se rendre à l’évidence, cette décade unitaire se trouve parfaitement incorporée dans le carré Rotas à cinq cases. Lorsque l’heptade dupliquée est effective, la Matrice de l’Âme Kristique se crée permettant alors le contact direct et subtil avec sa propre « Âme K », la Nature Supérieure de nous-même.


Dessin de la Matrice de l’Âme

Ici, à ce niveau de RE-connexion à notre Être Intérieur, les maîtres extérieurs à nous, si tant soit peu qu’ils aient pu susciter un quelconque attrait ou semblé produire des (r)enseignements d’un certain intérêt, perdent tous pouvoirs d’influer sur notre Personne ou de nous manipuler selon des desseins qui leurs sont propres. Saviez-vous que le mot aile, c'est-à-dire le [L] de la langue des oiseaux (!), débute également en hébreu par la consonne [K] ? Mais que ce soit pour Kanaph, aile ou Koph, la 19e lettre hébraïque, les concordances ne sont pas innocentes. Tout comme ne sont pas anodins les détails intégrés dans les armes de Johann Valentin Andreae. Avez-vous remarquez, ses doubles [L] sur le cimier de ses armoiries ? Ces deux ailes aux neuf plumes chacune contrairement aux apparences ne figurent PAS les anges des écrits. Elles symbolisent en tout premier lieu l’Âme [L+L] de l’Humain Angélique que nous RE-devenons lors de notre renouement avec notre Nature Supérieure, celle de laquelle nous fûmes coupées. Chez Johann Valentin Andreae, un turban bariolé de trois lignes marque cette coupure nette et franche entre nous et notre propre âme.


Les ‘ailes’ de Johann Valentin Andreae
Revenir en haut Aller en bas
Julien

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 32
Date de naissance : 06/05/1971
Age : 46
Localisation : prés de Lille
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Jeu 02 Oct 2014, 17:49

Merci douceur pour le complément d'informations
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [K], le premier SON de la Création   Ven 03 Oct 2014, 18:57

Tertio, l’heptade triangulaire ainsi polarisée fait apparaître trois Carrés délimités respectivement par quatre, huit et douze points. Ces carrés sont des répliques exactes du Patron Divin de la Création, ou K-◊ primordial, le premier SON de la Création. Dès lors, les [K]+[K], ces duplicatas du modèle originel, font résonner le SonKéK’ engendrant une Lumière Bleue bien précise.

Mais silence absolu fut fait sur cette couleur au point que le mot « bleu » n’exista ni en grec ancien période s’étendant du IXe au IVe siècle avant Jésus-Christ, ni en latin ! L’histoire témoigne qu’en l’absence de terme désignant cette couleur bleue, un consensus, débutant seulement au 12e siècle de notre ère, adopta la dénomination « Azur » dite provenir du Moyen-Orient. Pourtant curieusement, ce synonyme de la couleur bleue renvoie précisément au Créateur, étant donné qu’ « Az Úr » désigne précisément Le Seigneur-Dieu. Notons cependant que le son primordial doublé [K+K] associé au bleu céleste refera surface chez les Köktürks  ou « Turcs Bleus », un peuple d’Asie centrale vivant au VIe siècle.

Si KéK signifie Bleu et renvoie au Carré de Dieu, le son de la création ‘éK’ en indique les coins (en forme de coins, cunéiforme), puisque telle est la première de ses traductions. Le second signifiant de ‘éK' en établit la préciosité donc la valeur étant donné qu’il réfère le bijou, la parure, l’ornement. Autrement dit, quatre coins :: ornent le Carré :: de Dieu comprenant quatre angles droits.

Ainsi, ce K-◊ primordial à la base du tétragone des grecs (tétra, quatre ; -gônos, coins, angles) fait surgir la formule du quatre par quatre ou « Carré de Quatre », une équation par laquelle les élèves de Pythagore prêtaient serment. Paradoxalement, ce carré :: de quatre figure la « Trinité originelle »  comprenant les charges négatives, neutres et positives : (-), le Féminin électrique ; (+/-), l’Union ; (+), le Masculin magnétique. Résultat, le schéma de la Polarisation prend la forme d’un Carré Tripartite et non pas d’un simple triangle avec les charges électriques de la polarité féminine (sis à droite) enfermant dans son antre, les charges magnétiques de la polarité masculine (sis à gauche).


Dessin de la Trinité Originelle
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Kék, la couleur bleue versus 'eke', le chariot   Ven 03 Oct 2014, 19:15

Des coins ‘ék’ descendent les accents ou ékezet (ék+ -ezet, suffixe). Dans les abjads, les alphabets consonantiques tels ceux de l’hébreu et de l’arabe, les accents ou diacritiques se placent directement sur les consonnes. Vu l’absence de voyelles, ces langues sémitiques se heurtèrent à de nombreuses difficultés lors des traductions de textes sacrés. Ces entraves entraînèrent la disparition pure et simple de mots-clés comme elles permirent la falsification de l’Enseignement Primordial.

Le mot Úr, Dieu qui n’est pas l’équivalent de Űr, le Vide écrit à l’aide d’un accent doublé illustre parfaitement le problème rencontré par les scribes et les massorètes. Mais la consonne [K] dont le « Son sonne avec » (con-, avec) la voyelle qui s’y joint, fournit l’exemple le plus probant. En effet, ék, kék ne sont pas identiques aux mots eke (charrue) ou ekék (les charrues). Les premiers utilisent le [é], 9e rovás, les seconds, le [e], 7e rovás, des glyphes différenciés dans l’alphabet runique et pour cause, puisqu’ils produisent deux sons distincts. En un tour de magie, le Joyau Bleu, Kék Ék, disparaît de l’enseignement Kristique au profit de la charrue de labour, Eke tel que dans le carré tronqué sator-Arepo (charrue). Cette ruse introduit une antinomie sémantique ou contre-loi (anti-, contre et nomos, loi ou règle) rendant possible l’occultation de l’existence d’une parure comparable à une rose bleue, l’équivalent du lotus bleu en Egypte, effigie aussi bien de la Santé et de la Vie, car ayant des vertus régénératrices, que de l’Amour et de la Sexualité Sacrée. Dans l’antiquité, ce lotus était presque toujours représenté sous l’aspect d’un cône triangulaire

K    
KéK (bleu)
KéKéK (coin bleu)
KéKéKeK (bijoux bleus)
KékékekéK (bijoux d’angles bleus)






Dernière édition par douceur le Sam 04 Oct 2014, 00:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: BLEU, Histoire d'une couleur de M. Pastoureau   Ven 03 Oct 2014, 23:47

Douceur a écrit:
Mais silence absolu fut fait sur cette couleur au point que le mot « bleu » n’exista ni en grec ancien période s’étendant du IXe au IVe siècle avant Jésus-Christ, ni en latin ! L’histoire témoigne qu’en l’absence de terme désignant cette couleur bleue, un consensus, débutant seulement au 12e siècle de notre ère, adopta la dénomination « Azur » dite provenir du Moyen-Orient. Pourtant curieusement, ce synonyme de la couleur bleue renvoie précisément au Créateur, étant donné qu’ « Az Úr » désigne précisément Le Seigneur-Dieu. Notons cependant que le son primordial doublé [K+K] associé au bleu céleste refera surface chez les Köktürks  ou « Turcs Bleus », un peuple d’Asie centrale vivant au VIe siècle.

Le livre BLEU, Histoire d'une couleur, de Michel Pastoureau, révèle qu’à l’époque grecque, les mots qualifiant le bleu sont « Glaukos » et « Kyaneos ». Mais ces adjectifs ne proviennent pas de racines grecques. De plus, leur sens respectif est resté flou étant donné qu’ils englobent un large spectre de tons aux luminosités diverses telles que décrites par Homère : du noir au vert tirant vers le bleu, en passant par le jaune, le brun, le violet et les nuances du bleu clair au bleu sombre pour le terme kyaneos.

Développement sur l'historique du la couleur bleue ici : http://antahkarana.forumzen.com/t2910-les-couleurs-de-la-femme-et-de-l-homme#27720
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le CARRE de DIEU - KR :: ou RC ::   Sam 04 Oct 2014, 13:15

Au total, trente-six points configurent le Carré :: de Dieu. Ce nombre se réduit à neuf (36=3+6=9). Ainsi une allusion aux trois, six et neuf galets à la base des chevrons de la tétraktys, renvoyait-elle à la quadrature sacrée. Neuf correspond à la fois à la valeur numérique de la véritable Quadrature Sator qu’à la portée du mot kék. Il est par conséquent logique que le Son Créateur [K-◊] soit le 18ème rovás qui revient à neuf (1+8=9) tenu pour parfait, grâce ou malgré - selon les points de vues -  sa propriété de réfléchir en miroir les chiffres auxquels il est associé. Comme il est tout à fait normal que quatre éK c’est-à-dire 4:: fois 9◊ fasse trente-six. Rien d’étonnant après cela, si les pythagoriciens associèrent, au nombre trente-six, l’Univers ainsi que Plutarque nous l’apprend. Ou que pour appréhender l’univers, fût gravée, sur le fronton triangulaire du temple de Delphes, l’inscription « Gnỗthi seautόn » ou Connais-toi toi-même de Thalès de Milet, l’un des Sept Sages de la Grèce antique, maxime qui sera complétée au cours de l’histoire en « Connais-toi toi-même - et tu connaîtras l’Univers et les Dieux ».

En revanche, il est insolite que le son ‘éK’ débutant également les mots équerre et équarrir soit lié aux activités des « bâtisseurs » car ces frères maçons coupèrent le carré en deux alors que le latin quadrare dont sont issus ces vocables, signifie pourtant rendre carré. Ces frères s’approprièrent d’ailleurs le surnom des « Frères Trois points ». Autrement dit, ils privilégièrent le triangle au détriment du carré. Il est bizarre également que phonétiquement, carré s’écrive ‘KaRé’. Car ce ‘KaRé’ divin, abrégeable en « KR :: » coïncident aux acronymes latinisés de Rosenkreutz à savoir « RC :: ». Hormis cette latinisation, « KR :: et RC :: » concordent spéculairement (!). Et que penser de l’initiation du 18ème degré Franc-maçon faisant de l’adepte franc-maçon un « Chevalier Rose+Croix » invité « à dissiper les ténèbres et retrouver la Parole perdue » ? Les coïncidences n’existent pas.

Avant de poursuivre, soulignons encore que le quadrilatère divin symbolisant le système de polarisation, puisque diagonalement divisé en deux parties égales, ne sait jamais former de cubes (!!) mais seulement des doubles pyramides ou Octaèdres Kristiques : .


Dessin du Carré de Dieu aux 36 points
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Macrocosme et microcosme   Mar 07 Oct 2014, 17:53

Bref récapitulatif :

[K], ék (joyau), kék (bleu), lélek (âme), le carré divin, tous séparément et sans exception aucune finalisent neuf mais en plus, de manière exponentielle.

En effet, par ordre de croissance, avec [K] comme point de départ, la valeur sémantique des mots donnent 18/9 ; 27/9 ; 45/9 ; 72/9 et enfin le Karré qui totalisent le nombre 648/18/9.

Et 648 s’avère être le résultat de 36x18, autrement dit trente-six, l’Univers ou macrocosme se retrouve bien dans [K], le « Joyau de la Création » ou microcosme.

Neuf est le nombre Réflecteur par excellence. La propriété de réflexion du nombre neuf se comprend comme suit : 1+9=10=1 ; 2+9=11=2 ; 3+9=12=3 ; etc.

Si donc, « l’infiniment grand et l’infiniment petit » sont constitués de et par ce Nombre Réflecteur Neuf, il est temps de tourner la tête dans une autre direction, d’Ouvrir les Yeux, de porter un Regard Neuf sur « Dieu qui se trouve dans les Détails » comme dirait l’architecte Mies Van der Rohe.

Cet architecte de la Transparence comme je le dénomme est célèbre pour ses « Less is More » [Moins est Plus] et « Gott steckt im Detail (God is in the details) », Mies essaye de créer des espaces neutres, contemplatifs grâce à une architecture basée sur l'honnêteté des matériaux et l'intégrité structurale ».  



Autrement dit, la question qui l’on doit se poser est : « Que voyons-nous d’AUTRE que le neuf dans le Karré ? ».

Poursuivons…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: " Qu'il y ait un Midi pour toi " de Pythagore   Mar 07 Oct 2014, 18:22

Quarto, ces tétraktys polarisées [V+V inversé] se subdivisent en un triangle supérieur à six points, une base commune et un second triangle inférieur à six points. Et, si entre les cailloux, les espaces laissés vacants sont remplis par les [R] restés cachés pendant des millénaires, et valant 29 donc 2+9=11=2, nous obtenons la somme exacte de six, l’équivalent des six galets périphériques ! A cela, si nous ajoutons la valeur six de la tétraktys spéculaire, le nombre douze surgit.

Que [R] fasse deux s’explique d’une part, par le fait, que cette consonne représente le deuxième SON produit par la Source-Dieu à la suite du son primordial [K-◊]. D’autre part, par la synergie existant entre deux chakras. Autrement dit, à un seul [R] correspond toujours deux chakras.

Dès lors que dans les entrailles de la tétraktys, Douze représente LE nombre occulté, la proclamation « Qu'il y ait un Midi pour toi » de Pythagore devient claire comme de l’eau de source. Car le moment où le soleil trône au zénith était pour ce philosophe le Point d'Initiation ou « Douze Supérieur » situé au pôle opposé du « Douze Inférieur » ou la matière.

La Nature Solaire des « êtres érigés » ne concerne donc pas uniquement l’homme tel que l’alchimie falsifiée le proclame mais devient aussi la prérogative de la femme et donc du Couple ! Ce n’est pas le fruit du hasard que chez les Hittites, peuple de l’Asie mineure, le couple Fuxi et Nüwa synchronisent le dieu Soleil du Ciel et la déesse Soleil de la Terre. Autrement dit, la femme vivant une vie Droite qualifiée de Verticale devient solaire lorsque son Arbre de Vie [R] parcouru d’éR ou Veine, dressé à la verticale, prend racine à la Source et irrigue ces douze chakras au complet.


Dessin du Point d’Initiation ou Midi ; SIX points (2x3)
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mar 07 Oct 2014, 18:46

Bonsoir Douceur,
il est très impressionnant que tu répondes à des questions que je ne t'ai pas posé ces derniers jours et qui pourtant m 'effleurent l 'esprit de façon tout a fait spontanées et je dirais volatiles ??

Le livre bleu, la couleur bleue, le Sator, le nombre 9 et maintenant ceci:


Douceur a écrit:
En revanche, il est insolite que le son ‘éK’ débutant également les mots équerre et équarrir soit lié aux activités des « bâtisseurs » car ces frères maçons coupèrent le carré en deux alors que le latin quadrare dont sont issus ces vocables, signifie pourtant rendre carré. Ces frères s’approprièrent d’ailleurs le surnom des « Frères Trois points ». Autrement dit, ils privilégièrent le triangle au détriment du carré. Il est bizarre également que phonétiquement, carré s’écrive ‘KaRé’. Car ce ‘KaRé’ divin, abrégeable en « KR :: » coïncident aux acronymes latinisés de Rosenkreutz à savoir « RC :: ». Hormis cette latinisation, « KR :: et RC :: » concordent spéculairement (!). Et que penser de l’initiation du 18ème degré Franc-maçon faisant de l’adepte franc-maçon un « Chevalier Rose+Croix » invité « à dissiper les ténèbres et retrouver la Parole perdue » ? Les coïncidences n’existent pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La lune et "Castor et Pollux"   Mar 07 Oct 2014, 19:45

Pour démystifier, la tromperie de l’homme/soleil et de la femme/lune zoomons sur la lune justement. En proto-hongrois, le terme hód nomme cet astre. Et hód désigne le castor, ce fameux constructeur de « barrages ». Mais hód délivre d’autres secrets encore. Il a donné naissance à deux verbes très révélateurs. Le premier est hódit (hód- +it suffixe), assujettir, soumettre, subjuguer, asservir; mais aussi conquérir, faire des prosélytes, se propager qui engendra le second verbe hódol, se soumettre à q ; s’asservir, s’inféoder à quelque chose provenant lui-même de hódul, se courber, baisser la tête et hódolat (hódol- +at suffixe), hommage, respect, idolâtrie. C’est donc à juste titre que le castor est devenu le symbole du travailleur courbant l’échine.

Aujourd’hui, si la lune a perdu sa connotation au castor, la mythologique grecque de « Castor et Pollux » conserve encore les informations. Ces deux demi-frères, les Dioscures ayant respectivement leur propre sœur jumelle sont comme leur nom les désigne, des frères jumeaux dont l’un est diurne et l’autre nocturne. Autrement dit, nous avons affaire à un être mortel polarisé, Castor et à un être immortel polarisé, Pollux mais en aucun cas, à une femme seule présidant l’astre de la nuit et à un homme seul régissant l’astre du jour ! Que ce soit du côté de la Lumière ou du côté de la Ténèbre, ces couples sont toujours unis dans les mêmes luminaires !

Et en y regardant de plus près, l’Attitude de Pollux, lors de la mort de son frère Castor, laisse sous-entendre que la scission des frères fut anomale. Effectivement, Pollux inconsolable voulut partager avec Castor son immortalité. C’est pourquoi Zeus leur aurait permis de passer alternativement six mois ou douze heures par jour sur la terre au soleil et six mois, douze heures aux enfers, dans la nuit.

Il est écrit qu’au quatrième jour, « Dieu établit les luminaires dans le firmament du ciel pour illuminer la terre, pour présider au jour et à la nuit et séparer la lumière de la ténèbre [au singulier à l’origine]. Dieu vit que cela était bon. Il y eu un soir, il y eu un matin : quatrième jour » (Gn 1.17-19). Dans les bibles annotées, nous apprenons que « que cela était bon » répond au but que Dieu s'était proposé en vue de l'homme. Pourtant, cette déité anthropomorphe qui parle en insistant en prime sur le côté positif d’une situation instaurée artificiellement professe un pur mensonge relayé par des prêtres corrompus. La Genèse 1 serait un document sacerdotal répertorié sous la dénomination « source P pour prêtre » selon les spécialistes de la discipline de la critique textuelle.

Alors, l’oiseau solaire par excellence, celui capable de fixer le soleil dans les yeux, est l’Aigle Royal. En réalité, cet aigle, SAS écrit à l’aide d’un double chevron, trône assis sur la cime du carré divin. En tant que Maître du monde Diurne, il prend l’apparence d’un volatile de couleur roux flamboyant et en tant qu’effigie de l’Âme, il se pare de plumes bleues. Cet aigle bleu n’est pas assimilable au volatile qui règne sur le monde d’en bas car ce noble être se pose la nuit. Tout comme Jésus n'est pas assimilable à Jean.

Le volatile du monde inférieur s’érige parfois les ailes déployées en [V], parfois à double tête pour également configurer un semblant de [V]. Ce rovás inversé prenant l’aspect d’un [V] inscrit, en réalité, le mot (A)Ás qui se traduit par creuser; bêcher. Et l’on se met au bêchage au moment où le soleil se fait absent, à la fin de l'automne ou au début de l'hiver. La Lune aussi se creuse une fois à droite, une fois à gauche. Il est intéressant de voir comment l’Aigle Royal tue le serpent kígyó en le saisissant près de la tête pour ensuite lui broyer le crâne avec ses serres et son bec. Puis, comment il l’avale encore vivant tout en faisant une salutation au soleil.



Dessin de l’Aigle et de la Lune



Dernière édition par douceur le Mer 15 Oct 2014, 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE   Mar 07 Oct 2014, 19:57

...on continue:

Douceur a écrit:
prend l’apparence d’un volatile de couleur roux flamboyant et en tant qu’effigie de l’Âme, il se pare de plumes bleues. (outremer)
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
CLÉS DONNANT ACCÈS AU MYSTÈRE CHRISTIQUE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» quel est le lieux qui vous parais le plus mystérieux ?
» Mystérieux phénomène lumineux qui apparaît dans le ciel nocturne norvégien
» 2010: Le 15/10 - Des lumières mystérieuses à East El Paso, (même forme triangulaire qu'à Londres et Manhattan)
» Jérusalem : Découverte d'une inscription mystérieuse...
» texte mystérieux de mitxo (info de philippe)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: ...dans l air du temps... :: l'éveil de la Kundalini: l’axe dressé au centre de l’Univers et de la Personne-
Sauter vers: