ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'attachement formel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: L'attachement formel   Sam 28 Juil 2007, 03:32

L'attachement formel

Bonjour à toutes et tous,

à l'origine, la seule façon de pouvoir se séparer fut pour l'être humain d'ête mélangé aux autres. Impossible en effet de se séparer sans être d'abord mélangés.

Or, cette séparation est indispensable pour vivre le lien d'Amour en tant qu'être authentique, en tant que Personne. Donc il fallait que les êtres humains soient mélangés entre eux. Ce mélange est le karma, la confusion des identités.

En fait, les êtres humains étaient essentiellement mélangés par paires, par couples sacrés! Le mélange était celui des essences jumelles!

Et cela était un problème car il est impossible à deux Flammes Jumelles de se restituer mutuellement des aspects karmiques! Car deux Flammes Jumelles représentent un même Soi, et il est impossible au Soi d'échanger du karma avec Soi !

Dès lors, même si le karma est intrinsèquement un aspect exclusivement associé aux Flammes Jumelles, sa résolution doit forcément passer par des autres Soi, des tierces personnes. Chaque aspect de division karmique entre deux Flammes Jumelles est forcément pris en charge par une personne intermédiaire.

Et c'est normal, car la problématique des FJ est d'intégrer une cause en soi qui sera mise au service du finalisme collectif. Que la collectivité soit de ce fait l'arbitre de réunification des FJ semble dès lors naturel.

On comprend donc que toute personne présente, même éventuellement comme obstacle, entre deux Flammes Jumelles, y a été invitée par le couple sacré lui-même, de par une division karmique entre les FJ.

Donc, à l'origine, même si le mélange concernait fondamentalement les Flammes Jumelles entre elles, concrètement, il y eut un mélange karmique d'un grand nombre de couples sacrés entre eux, afin qu'ils puissent s'aider dans la résolution de leurs karmas respectifs.

Techniquement, il fallait que la dispersion des chakras inférieurs, conséquence de la division des FJ, puisse être compensée par des fixations sur des cibles externes multiples afin de procéder à des restitutions karmiques.

Le problème, naturellement, est qu'un chakra qui fonctionne à l'envers, noue des liens par manque, au lieu de créer des contacts par plein. Il provoque donc des attachements symbiotiques au lieu de synergies respectueuses.

Dès lors, au moment de la restitution karmique, le plus souvent, l'être en proie à l'attachement symbiotique confond le porteur ou la porteuse du paquet cadeau karmique, avec le paquet cadeau karmique lui-même !

Et réciproquement, puisque la plupart du temps, les restitutions karmiques sont prévues sous forme d'échanges.

Donc, au lieu de simplement s'échanger leurs présents karmiques, les deux messagers vont s'identifier l'un et l'autre comme les présents karmiques eux-mêmes. Ils vont alors se piéger mutuellement dans des relations symbiotiques qui ne pourront correctement se terminer que par sublimation, discrimination, et échange véritable des cadeaux karmiques avec libération des messagers l'un par rapport à l'autre.

Le seul cas où le porteur et la porteuse du cadeau sont effectivement eux-mêmes les cadeaux, est celui de la rencontre des Flammes Jumelles. Mais alors, ce n'est plus un échange karmique...

Revenons à nos chakras inférieurs défocalisés. Ils sont dysfonctionnants car leur nature est d'être réservés à la relation univoque des Flammes Jumelles. Or, en dispersion, ils s'ouvrent à des relations possiblement multiples, qui de plus sont des relations attachantes et symbiotiques.

Techniquement, on pourrait dire que l'absence de réalisation identitaire due au mélange collectif empêche les êtres de reconnaître leurs Flammes Jumelles et de ce fait, leur capacité sensorielle étant altérée, ils se livrent à des relations faussées qui les amèneront à vivre, si possible, des relations d'échanges karmiques harmonieusement vécues de façon à progresser vers la rencontre jumelle.

Cette diminution de l'acuité sensorielle se traduit par une diminution de la perception identitaire au profit de la perception fonctionnelle. L'autre est rencontré d'abord pour la fonction, avant d'être rencontré pour l'identité. L'autre est fonctionnalisé, ce qui est typique des relations symbiotiques.

Concrètement, cette prépondérance perceptive donnée à la fonction va accroïtre l'importance des formes, et diminuer l'importance de l'essence identitaire. Les êtres vont se rencontrer et s'unir en fonction d'affinités formelles ou fonctionnelles, et non plus en fonction d'affinités identitaires profondes. De ce fait, la spéculation va prendre de l'ampleur dans les relations humaines puisque la fonction est ce qui vient au premier plan.

Les hommes et les femmes fonctionnent un peu différemment au niveau de l'illusion de l'attachement formel, puisque les hommes ont une tendance projective et les femmes une tendance introjective. De ce fait, l'homme cherche des formes pures, courbes, proches de la circularité de l'énergie, et reflétant l'ouverture matricielle, des formes où au final il n'y a pas trop d'affirmation identitaire, donc des formes introjectives qui suggèrent facilement la projection. Et la femme fonctionne inversement.

Pratiquement, tout désir sexuel ou toute projection amoureuse vécue en dehors de l'essence jumelle ( qui de toute façon rectifie ces deux aspects par "plein" ) sont des attachements formels éprouvés par absence de l'essence jumelle, et donc par manque d'authenticité identitaire. Les relations profondes vécues à travers ce manque seront de bonnes occasions de le réparer si elles sont sublimées et détachées.

Ce qui est donc important dans une relation est sa profondeur. Une relation vécue dans la superficialité ne permet par de restitutions karmiques. De ce fait, en tant que simple exemple, la multiplication effrenée des partenaires sexuels superficiels n'aide nullement à la restitution karmique et au contraire embrouille le karma collectif.

Par contre, la profondeur d'une relation et la qualité de la restitution karmique ne peuvent pas se juger sur la durée d'une relation, mais uniquement sur la rencontre fusionnelle qui est vécue de part et d'autre, et le détachement de cette fusion par sublimation, dans le respect mutuel des personnes.

Ainsi, deux personnes échangeant un seul regard dans le métro peuvent parfois effectuer une restitution karmique plus complète qu'un couple vivant ensemble depuis 20 ans... cela est probablement exceptionnel, mais pas impossible.

Il y aura d'ailleurs parfois des restitutions "spéciales" prévues de cette façon: un regard, un geste, un bref entretien, etc. Suite à cela, on sait que quelque chose s'est produit. Parfois même on a conscience d'avoir "reçu" quelque chose, un cadeau, un truc, sans pouvoir exprimer exactement quoi. Des contacts fugaces, mais profonds, porteurs d'un sens nouveau.


Mais comment se libérer de l'attachement formel ? Car tant que la synchronisation jumelle n'a pas eu lieu, les chakras inférieurs ne sont pas fixés! Donc cela semble un problème insoluble! Il faut fixer les chakras inférieurs pour échapper à l'attachement formel, mais il faut échapper à l'attachement formel pour favoriser la fixation des chakras inférieurs !!!

La clé est dans la sublimation du respect de la Personne, de l'Amour inconditionnel.


Cela ne va pas totalement libérer de l'attachement formel, mais du moins cela conduira à des relations profondes et respectueuses qui favoriseront des restitutions karmiques de plus en plus fluides.

Pour devenir une vraie Personne, il faut tendre vers le respect des Personnes, car c'est par vérité qu'on devient véritable.


En pratique, sublimer une relation symbiotique consiste au moment de la séparation ou de la rupture, à reconnaître l'autre comme une Personne authentique, libre, et qu'on aime authentiquement. Cette position permet de ne faire porter à autrui aucune charge dénaturée de la relation, aucun poids, aucun grief, de façon à mettre en relief le véritable sens de la relation: la restitution karmique.

Aimer l'autre au moment de la rupture, c'est discriminer parfaitement le sens de ce qui se produit! C'est savoir que la relation était Amour dès le départ car elle portait en elle la restitution de cadeaux de vie, et que la rupture est ce qui permet cette restitution. C'est la seule façon d'avérer ce qui était prévu au niveau des âmes.

En vérité, toute relation qui se finit mal est une relation qui ne se finit pas, et dont la restitution karmique reste bloquée. Cependant, si un respect unilatéral, un pardon et un Amour inconditionnel sont présents chez l'un, alors la restitution karmique sera réalisée pour celui-là.

Concrètement, la sublimation d'une rupture consiste à faire son deuil de l'attachement symbiotique à la "fonction absente" qui était recherchée dans cette relation.

C'est de cette façon que, progressivement, sublimant la fonction pour le respect de l'identité, la Personne complète son "deuil du sexe opposé" qui le conduira à vivre pleinement la relation jumelle.

En effet, tant qu'un homme est séduit formellement par les femmes, c'est que son deuil de la féminité n'est pas encore terminé. Il n'est donc pas encore un homme véritable puisqu'il se confond encore symbiotiquement avec les femmes.

Un homme véritable est donc un homme qui n'a plus besoin des femmes, non parce qu'il a rejeté sa sexualité, mais parce qu'il s'est totalement affirmé en tant que masculin, prêt à s'unir à sa Flamme Jumelle, tout en étant capable d'attendre sans sourciller. La réciproque est vraie pour les femmes.

Intégrer l'imperfection de la dynamique sexuée, c'est transformer un manque en plein, un besoin en envie, une erreur en vérité... une instabilité en fertilité.

Lorsque les formes sont transcendées, l'égalité identitaire de l'homme et de la femme est avérée dans le couple sacré. Alors seulement la fonction sexuée est entièrement libérée de toute contingence...




Amitié,

Sphinx/Steph Tous droits réservés. © Stéphane Née 2006-2007
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 30 Juil 2007, 23:26

Merci sphinx


tu as ce don de relier le ciel et la terre entre profondeur et legereté ....féminin et masculin en équilibre sur ce fil tendu juste ce qu'il faut ...

tout au long de cette lecture j'ai été aspirée vers le haut ...

En vérité, toute relation qui se finit mal est une relation qui ne se finit pas, et dont la restitution karmique reste bloquée. Cependant, si un respect unilatéral, un pardon et un Amour inconditionnel sont présents chez l'un, alors la restitution karmique sera réalisée pour celui-là.

c'est trés exactement ce que je vis actuellement .. des retrouvailles puissantes d'une relation qui débuté il y a 35 ans maintenant ... et qui nous réclame du fond de nos ames cette paix ....

cet amour dont nous seuls pouvons nous offrir la "clé" d'une libération qui ressemble à la fois à un début et une fin ... nous porte cette consécration des corps dans sa dimension sacrée ... aucun autre ne peux répondre pleinement à cette dimension .. et rien ne peut l'arréter ...

Lorsque les formes sont transcendées, l'égalité identitaire de l'homme et de la femme est avérée dans le couple sacré. Alors seulement la fonction sexuée est entièrement libérée de toute contingence...


quand l'ame agit ... :50:



belle pleine lune
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Sam 11 Aoû 2007, 16:27

Merci à toi Marie:

Citation :
tout au long de cette lecture j'ai été aspirée vers le haut ...


Je ne pouvais espérer meilleur validation.



Technique du détachement formel :


En complément de mon article précédent, afin de proposer une possible "méthode" pratique de détachement formel, et de répondre à certaines questions qui m'ont été posées:


Lors de la confrontation à un "appel" d'attachement formel (= appel symbiotique), la première réaction de celui qui a "compris" le phénomène et qui souhaite s'en libérer sera probablement de tenter de rejeter cet appel purement et simplement.

Autant le dire, ce n'est pas la bonne méthode.

En effet, la dialectique de Vie procède toujours par intégration, et jamais par exclusion. Tout ce qui est exclu par volonté de puissance, même tournée sur soi, devient inévitablement tyranique à l'égard de celui qui rejette de la sorte une part de lui-même, et ce même si cette part se présente comme "manquante".

Car la vérité est qu'il n'y a pas de parties manquantes! La vérité du mélange identitaire, karmique, est d'être en somme une pure illusion: les êtres sont entiers dès le début!

Mais afin de leur permettre de conscientiser leur adhésion au lien universel, ils doivent commencer par conscientiser leur séparation personnelle. Et donc, à priori, ils doivent être confrontés à une illusion dialectique qui témoigne d'une confusion identitaire.

Cette confusion se présente donc comme un mélange, mais en réalité ne l'est pas par nature.

Les "parties manquantes" sont en réalité des parties "montées à l'envers".

Le but des "échanges karmiques" est pratiquement de mettre en relief les "inversions de montage" et à partir de là, de les réintégrer à l'endroit.

On comprend alors que refuser, par volonté de puissance, l'appel d'attachement formel est une erreur!

Cela a conduit à des dérives diverses, parfois culturelles.

En effet, le refus de reconnaître la "faiblesse" personnelle à l'égard de l'appel symbiotique, et l'idée erronée de l'impossibilité d'une prise en charge cohérente de cet appel, a conduit dans certains cas à un rejet total de toute possiblité d'appel symbiotique.

Une méthode en est, par exemple, l'occultation formelle complète des femmes. Dans ce cas, la négation de la capacité masculine à se confronter à l'appel symbiotique (qui est donc une peur) est transformée en négation de la Femme, qui se voit contrainte de porter seule l'indigeance psychologique de la masculinité.

Il est inutile de préciser qu'un tel système, outre le manque de respect des Personnes qu'il véhicule, bloque de façon générale de nombreuses possibilités de restitutions karmiques et dès lors freine l'évolution identitaire.


La solution:


La solution toujours réside dans le lâcher prise et la sublimation.

Lorsqu'un appel d'attachement surgit, il faut l'accueillir, tout en prenant une "position meta". C'est-à-dire qu'il faut le laisser jaillir, l'accepter, et le vivre, mais au lieu de simplement le subir, il faut le contempler, le conscientiser au maximum, et le ressentir le plus totalement possible.

A partir de là, il devient possible de s'interroger sur l'aspect "manquant" que le ressenti suggère, et en discriminer l'essence précise en soi.

Déjà, à ce stade, on verra qu'il ne s'agira plus vraiment d'un appel extérieur, ni d'un aspect "manquant", puisque cette nuance de ressenti à été précisée... en soi.

L'étape suivante est de se confronter identitairement à cette essence précisée. Il s'agit en fait de soutenir intérieurement, émotionnellement, la tension engendrée par la perception de cette essence, ressentie manquante, mais pourtant reconnue, localisée, et précisée en soi.

Alors, il devient possible de remercier intérieurement l'Autre pour le cadeau qu'il nous a fait en nous permettant de reconnaître une partie de soi.

Et si le travail a été correctement fait, avec son "deuil" (sublimation), et que l'on a restitué à autrui sa qualité de Personne, au-delà de l'apparence fonctionnelle, alors une partie de soi aura été réintégrée.


Au final, l'objectif est de devenir une Personne intégrée.


Naturellement, il arrivera souvent que l'appel d'attachement soit réciproque... auquel cas chacun est respectivement responsable de son propre travail intérieur. Mais ce cas de figure est plus délicat à aborder, car la résonance réciproque de l'appel renforce l'énergie qui s'engouffre à l'intérieur. Et il arrivera qu'une relation symbiotique de couple se crée effectivement afin de donner du temps à la restitution, si elle n'a pas pu être sublimée dès le départ.

Clairement, je l'ai déjà dit, il est vain, et même préjudiciable, avant d'avoir rencontré sa Flamme Jumelle, de se refuser à d'autres relations sous prétexte qu'il ne s'agit pas de la Relation Jumelle!

Car on progresse vers la Flamme Jumelle par la sublimation positive des relations symbiotiques préalables!



Il faut aussi élargir la notion d'appel symbiotique à de nombreux aspects de la vie humaine incarnée. Par exemple, deux personnes attirées l'une vers l'autre pour un combat, un échange psychologique ou physique violent, sont aussi dans un appel symbiotique, mais d'un autre type formel.

On peut d'ailleurs faire un lien de façon très directe entre la sexualité confuse et la guerre, ou toute autre forme de conflit par ailleurs, y compris les échanges économiques.

Deux personnes, quels que soient leurs sexes respectifs, liées entre elles par une relation symbiotique, quelle que soit sa forme (état amoureux, attirance sexuelle, conflit, compétition, lien fonctionnel commercial ou économique, hiérarchique, et bien d'autres encore) sont en réalité en relation sexuée.

Tous ces aspects sont des types formels différents, mais liés entre eux, issus de la même confusion identitaire. Seuls les échanges des chakras inférieurs (uniquement) entre deux Flammes Jumelles (uniquement) rendent compte d'échanges fonctionnels cohérents!

De ce fait, toute la civilisation humaine fonctionnelle depuis des millénaires est un symptôme de confusion sexuelle.


L'ultime consécration relationnelle, avant les Flammes Jumelles, consiste à vivre une relation amoureuse profonde de couple symbiotique qui ne dérive pas, au moins pour soi, en conflit d'une façon ou d'une autre.

Car cela témoigne d'une réelle capacité de sublimation, de respect et d'Amour pour la Personne d'autrui.



Amitié,

steph


Dernière édition par le Sam 11 Aoû 2007, 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Sam 11 Aoû 2007, 18:10

La reconnaissance sexuée:


Si on considère le Soi, il est au départ une virtualité statique et neutre. Ensuite, la staticité neutre est scindée en deux polarités sexuées, articulées dynamiquement.

Ce qu'on peut déduire à partir de là est que l'expérience complète du Soi est celle des deux sexualités masculine et féminine.

On sait aussi qu'initialement, une phase inévitable de confusion entre les deux polarités va être traversée, ce qui va dissocier l'expérience des deux polarités l'une de l'autre, puisque la confusion divise (dans le sens de mettre en conflit).

Au sein de cette confusion, les deux personnes vont donc faire l'expérience d'une sexualité morcelée: il manquera toujours la perception réelle de ce qu'éprouve l'autre polarité sexuée.

Cette absence de la perception de l'autre sexualité se traduira par un désir d'attacher, en substitution à l'expérience, une forme de ladite sexualité absente.

En réalité, un homme (masculin) est, selon l'expérience totale du Soi, un être qui désire faire l'expérience de la sexualité féminine. Et une femme est un être qui désire faire l'expérience de la sexualité masculine.

Mais ce désir se transforme en besoin parce que ces expériences sont respectivement absentes.

L'un et l'autre traduiront cette absence par un attachement symbiotique transféré sur la forme qui représente la sexualité complémentaire.

Dans les cas de plus grande confusion, l'être pourra même désirer réellement incarner l'autre sexe.


Lorsque la rencontre jumelle a eu lieu, et que le détachement formel est bien avancé, une prise de conscience intervient:

l'être se rend compte que sa Flamme Jumelle est en réalité la Personne dont il a toujours désiré percevoir la sexualité. Que c'est à cette Personne de sexe complémentaire qu'il s'identifiait dans son manque.

Cette prise de conscience, en se renforçant, va induire progressivement une identification à l'Autre: l'Autre est Soi et Soi est l'Autre! Ceci sans confusion identitaire entre les Personnes ni entre les sexes!

Plus clairement, le croisement d'identification consiste à être focalisé prioritairement sur la perception de l'autre sexualité.

C'est par l'entremise de cette identification croisée que les deux Flammes Jumelles deviendront réciproquement référentes, d'un point de vue causal, et formeront alors une unité, un Soi causalement auto-référent: une cause en soi.

Par définition, un homme est donc un être par nature focalisé (au niveau des chakras inférieurs) sur la perception et la mise en oeuvre du plaisir et de l'extase de sa complémentaire féminine.

Et inversément, une femme est un être par nature focalisé (au niveau des chakras inférieurs) sur la perception et la mise en oeuvre du plaisir et de l'extase de son complémentaire masculin.

Lorsque ces focalisations naturelles sont compromises par confusion, elles se transforment en attachements de subsitution formelle.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'attachement formel   Dim 12 Aoû 2007, 17:38

Citation :
En réalité, un homme (masculin) est, selon l'expérience totale du Soi, un être qui désire faire l'expérience de la sexualité féminine. Et une femme est un être qui désire faire l'expérience de la sexualité masculine.


quand on ne sait plus qui touche l'autre.... qui.. donne et qui.. reçoit ... ce "mélange" qui rend et reconnait l'essence de l'autre dans et à travers la sienne ...
un vertige jusqu'à la peur mais le désir est si profond qu'il nous la fait dépasser .... :55:

Citation :
C'est par l'entremise de cette identification croisée que les deux Flammes Jumelles deviendront réciproquement référentes, d'un point de vue causal, et formeront alors une unité, un Soi causalement auto-référent: une cause en soi.

y at-il une limite à cette rencontre là ??? très sincerement j'éspère que non ....et je crois que si une la rencontre (la limite) l'autre lui pousse la porte et l'invite naturellemnt à y entrer ... tant la référence et la confiance sont quasi parfaite ... même et presque surtout s'il demeure une relation croisée ... !! alors .. ou alors
[quote]
Citation :
Clairement, je l'ai déjà dit, il est vain, et même préjudiciable, avant d'avoir rencontré sa Flamme Jumelle, de se refuser à d'autres relations sous prétexte qu'il ne s'agit pas de la Relation Jumelle!

Car on progresse vers la Flamme Jumelle par la sublimation positive des relations symbiotiques préalables!
[/quote




alors cher sphinx y a t il un cas de figure où une seule et même personne peut faire office de toutes les relations symbiotiques préalables dont tu parles ??? parce que quelquechoses me gene un tout petit peu quand même ..

c'est à dire que j'ai un de femme "de base" et je me vois mal faire plusieurs experiences de ce type sans y laisser des plumes même si l' accés à la sublimation est relativement simple pour moi ... et retrospectivement je m'aperçois que j'ai toujours fonctionner de la sorte ... donc je me suis remise des alèas "amoureux" ... :753:

parce que... vois tu... l'histoire que je vis actuellement me "souleve " tellement partout et me fais tellement avancer ... j'ai même l'habitude de dire ..

"à chaque pas que je fais vers lui c'est un pas que je fais vers moi" ...
ou
"j'aime bien les poupées russes surtout quand c'est lui qui les ouvre" ..

alors stp continue de nourrir ceux que tu me fais faire autrement pour transcender ... sublimer encore et encore ...!!!

en éspérant avoir bien tout compris .....!!!!

beau dimanche :652:

Marie
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Dim 12 Aoû 2007, 17:58

Bonjour Marie,


Citation :
alors cher sphinx y a t il un cas de figure où une seule et même personne peut faire office de toutes les relations symbiotiques préalables dont tu parles ??? parce que quelquechoses me gene un tout petit peu quand même ..

Oui, pourquoi pas?

En réalité, la vie d'une Personne, homme ou femme, dont l'incarnation prévoit à l'origine une rencontre avec la Flamme Jumelle, est une vie dans laquelle le nombre de partenaires sera très probablerment fort réduit, et pourra en général se compter sur les doigts d'une seule main! Ceci dans le but de réduire l'agitation karmique due aux rapports sexuels externes.

Dans certains cas, l'éparpillement karmique peut même être réduit jusqu'à un ou deux partenaires sexuels au maximum, avant la rencontre Jumelle. Et ils seront alors très particuliers, en tant qu'Ames Soeurs très proches, de façon à ne provoquer aucune agitation particulière en réalité.

De telles relations particulières pourront se terminer par exemple en "Mariage Sacré", par sublimation totale et réciproque de la rupture.

Mais rien de de ce qui précède ne doit être tenu pour une règle stricte!

Amitié à toi,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'attachement formel   Dim 12 Aoû 2007, 19:30

merci pour cette réponse rapide ... !!


Citation :
Mais rien de de ce qui précède ne doit être tenu pour une règle stricte!

bien evidement ...!!! il s'agit ben de ton vécu personnel et je ne m'y trompe pas ... !! n'en reste pas moins que ta façon d'aborder ces choses "révolutionne" profondement et qu'elle éclaire bon nombre d'entre nous quand même ...

et en plus tu laisses le libre arbitre quand même ...

bon je crois que c'est assez pour les compliments ..!!

à bientot ...

Marie
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 15 Déc 2008, 18:52

La forme:



Parler de la forme est difficile, car cela met en jeu des nuanciations dialectiques qui, si elles ne sont pas très complexes, sont cependant malaisées à traduire et à partager.

La forme est trompeuse, car la forme est une rémanence interférente créée dans la réalité sous l'influence de la toute-puissance de la conscience archaïque conditionnée par le mirage de l'éternité précédent le premier mouvement.

La rémanence formelle est donc un écho direct de l'illusion inertielle qui caractérise l'éternité apparente qui semble précéder le premier mouvement.

En d'autres termes, lorsque par Procréation cosmique, des êtres nouveaux sont appelés, ils sont en quelque sorte tirés de l'inertie absolue et d'une "profondeur éternelle" qui caractérise le pur potentiel.

Ils sont Procréés "ex nihilo", et c'est cela qui produit le mirage originel. Car juste au moment où l'énergie Procréatrice se libère, la conscience qui en surgit est marquée par une perception faussée de son origine, à savoir la staticité, alors que c'est véritablement le mouvement qui engendre.

Cette confusion fondamentale vient d'une perception inévitablement confuse à l'origine, entre staticité et dynamique, au point où la dynamique est libérée, mais pas encore opérationnelle. Au point où la flèche Procréatrice est lachée, mais n'a pas encore bougé.


La rémanence formelle qui crée notre univers densifié et rassurant, n'est donc qu'une interférence du mirage originel avec notre réalité existentielle, et la perpétuation de l'effet de ce mirage dépend de notre capacité à le démystifier et à désamorcer la toute-puissance archaïque en nous.


Par exemple, aborder le Principe circulaire par l'entremise de la forme circulaire est une caricaturisation de ce Principe.

Car le cercle, en tant que forme rémanente, n'existe pas réellement. Ce n'est qu'un mirage produit dans la réalité par l'influence de la conscience archaïque.


C'est à un constat similaire, toutes proportions gardées, que la science quantique est arrivée, par exemple en ce qui concerne les orbitales atomiques, dont on s'est rendu compte que la représentation schématique, sous une forme circulaire ou elliptique, ne correspondait en fait pas à la réalité matérielle effective.

Et il a donc fallu redéfinir la notion d'orbitale atomique par une approche beaucoup plus nuancée, et donc moins formelle, comme zone diffuse de plus grande probabilité de rencontrer l'électrion.


Ce qui est abordé ici par la physique quantique, est encore plus crucial et subtil si on considère la dynamique réellement circulaire à laquelle l'électron ne peut prétendre, car c'est la dynamique sacrée des polarités dialectiques.

Car dans ce cas plus que dans tout autre, nous avons véritablement affaire à la réalité du Principe circulaire, dont la Nature est essentiellement dynamique, et dont la forme circulaire n'est qu'une caricature qui, sans être fausse, et permettant aussi de comprendre plus facilement le Principe, ne peut représenter intégralement ce Principe car la rémanence de sa forme est une source d'illusion.

Plus simplement, la perfection formelle, rémanente, statique, du cercle telle qu'on le dessine ou qu'on le conçoit, est une totale illusion, car une telle perfection n'existe pas, tout simplement.

Ce qui existe, par contre, est la perfection dynamique, qu'on peut représenter par une forme circulaire, mais en tenant compte de l'illusion que la rémanence de cette forme induit forcément. Car la perfection dynamique est au-delà des formes.

La relativisation des aspects circulaires selon deux polarités personnelles différenciées, sert précisément à réaliser la perfection circulaire qui ne peut être que dynamique, cyclique, et non pas statique, rémanente.

On pourrait dire que la relativisation narcissique qui caractérise une vraie Personne, permet de décentrer la conscience par rapport aux aspects centre et circonférence du Principe circulaire, ce qui permet en retour d'absolutiser dynamiquement la perfection circulaire, dont la signification devient indépendante de ses aspects, de sorte que cette signification est restituée au cercle lui-même.

Une forme circulaire est un Principe circulaire dépossédé de sa signification intrinsèque. Le Principe circulaire ne peut réellement pas se passer de la dynamique des polarités qui est essentielle à ce Principe.

On comprendra alors que toute forme, dans sa rémanence, est en fait une adultération fonctionnelle de la spécificité identitaire.

Et l'addiction aux formes est un aspect du refoulement archaïque de l'identité du Soi, ce qui mène à la possessivité à l'égard du Soi, par la possessivité à l'égard du corps densifié et doublé, le nôtre, et celui des autres.

Car puisque le Soi est la spécificité identitaire, "axiale", engendrée par la dynamique parfaite de la complémentarité sexuée, alors forcément lorsque cette complémentarité est archaïquement refoulée et sa dynamique invalidée, c'est qu'il y confusion entre l'identité verticale et l'immanence horizontale, confusion qui conduit à la rémanence formelle (= densification).

Car la spécificité identitaire qui est la stabilité séparatrice transcendante qui fonde le lien dynamique immanent, se mélange alors avec la dynamique elle-même en y suscitant une "stabilité" interférente, qui est la rémanence formelle.

C'est ce que la science quantique appelle "décohérence", à savoir ce que la dialectique comprend comme une critallisation de la réalité en raison d'une confusion originelle.

La perfection de la dynamique des polarités n'est pas caractérisée par une permanence formelle, mais par une impermanence formelle qui permet de conserver un équilibre impeccable au sein de la réalité collective, et donc ce qui caractérise vraiment le Principe circulaire est l'adaptabilité finaliste, collectiviste, harmonique.

Lorsque cette adaptabilité est réalisée par la relativisation des polarités personnelles, la signification identitaire est alors affirmée dans la pérennité, car le fruit d'une parfaite adaptabilité, d'une parfaite impermanence de la forme, est une parfaite permanence de l'essence, de l'identité, de la "phase du Soi" au sein du cycle.



Tout le chemin consiste donc à restituer leurs natures décontaminées aux aspects existentiels, à savoir la rigidité pour la transcendance, et la souplesse pour l'immanence.


Amitié

steph


Dernière édition par Sphinx le Lun 22 Déc 2008, 05:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Jeu 18 Déc 2008, 11:42

Bonjour à toutes et tous,


Le symbolisme du Tao nous met donc en garde, d'une certaine façon, en nous indiquant que tracer un cercle en tant que forme rémanente, circonférence fondée sur un centre, est insuffisant à l'expression du véritable Principe circulaire, qui est dynamique.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Il faut aussi garder à l'esprit que l'expression schématique de cette dynamique est également à considérer sous un angle relativisé par rapport à la forme, car la dynamique sacrée est absolue dans son mouvement, ce qui crée un paradoxe infiniment plus subtil encore que celui des orbitales atomiques en physique quantique.


Cela ne veut pas dire que le modèle n'est pas juste et exact, et cela ne veut pas dire que les proportions dialectiques sont incorrectes.

Cela veut dire que puisque le Principe circulaire concerne l'harmonisation des individualités conjugales dans la réalité collective du flux éternel de l'instant Présent, les critères du Principe circulaire sont collectifs: ils peuvent fluctuer largement dans l'instantanéité pour conserver l'adéquation avec l'harmonie collective.

J'ai déjà dit que le "papillon-merkabah" du Couple Sacré avait une "voilure à géométrie variable", pour en faire un véritable véhicule spatio-temporel autonome, capable de prendre en charge le flux de l'instant Présent (cf l'article "Chakras et Merkabah").

C'est ce que cela veut dire.

La relativisation personnelle des apects du Principe circulaire, permet d'un côté leur ancrage ferme dans la réalité personnelle, ce qui libère d'un autre côté la souplesse de leur articulation dialectique.

Et c'est cette souplesse d'articulation entre les aspects du Principe circulaire, qui détermine l'adaptabilité à la réalité collective dans l'instant Présent.

Cela signifie concrètement que les critères dialectiques du Principe circulaire, sont à la fois totalement respectés en permanence, et à la fois transgressés à tout moment.

Ces critères consistent, je le rappelle, dans les proportions de la différenciation dialectique, et dans les positions occupées par les instances polarisées.

Le "modèle du Tao" est donc une réalité à la fois respectée en permanence, et pourtant outrepassée à tout moment.

Ceci provient du fait que la dynamique est absolutisée dans son mouvement, d'une vitesse angulaire infinie, et que dès lors naît un paradoxe intrinsèque qui autorise toutes les "imperfections" au sein même d'une perfection permanente (identité).

Mais en vérité, il n'y a point d'"imperfections", mais la rencontre spontanée, souple, et dynamique, du grand mouvement de la vie collective.

L'identité est donc la fermeté de la référence transcendantale, qui autorise la souplesse adapatative parfaite de la dynamique immanente.

Cela veut aussi dire que tous les états relativistes, y compris celui de la plus totale confusion, sont intégrés à l'identité conjugale du Soi, et accessibles par les polarités, qui restent discriminées malgré la confusion de la position, protégées par l'identité.

C'est cette possibilité d'occuper consciemment et volontairement la position de confusion, dans la protection du Soi, car dans le respect de l'Harmonie collective, qui constitue la faculté de Procréation du Couple Sacré.

Il s'agit de la véritable sexualité sacrée qui est une simulation superficielle du Conflit des polarités:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fuxi et Nuwa, la Procréation du Couple Sacré par simulation du Conflit des polarités.

Dans la véritable confusion non conscientisée, refoulée, la sexualité se pare d'un Conflit non simulé, ce qui entraîne tous les problèmes de la sexualité narcissique, et de la dualité du monde.


On voit donc qu'un cercle ne suffit pas au Principe circulaire, il faut le "meubler", il faut conscientiser le néant de sa forme si elle n'est pas "habitée" par des polarités relativistes, lui donnant vie.

Car le Principe circulaire est le modèle néguentropique universel, et concerne donc essentiellement la vie, et donc le mouvement.


Une forme non-habitée est néant, pur potentiel. L'Etre est ce qui est capable de conférer une signification au néant de la forme, en l'investissant d'une dynamique de vie, d'un Sens de rotation cyclique, le vrai Principe circulaire, Sens de rotation qui sous-tend la signification de la vie, et permet la transmission de cette signification à travers la Procréation à partir du néant.

La Procréation est la quintessence de la capacité de l'Etre à signifier le néant, au-delà de l'aptitude à simplement résister à son appel hypnotique formel à l'indifférenciation.

Et en effet, la clé de la dynamique de vie est la différenciation sexuée, à savoir la relativisation des aspects formels du cercle selon des personnes séparées mais complémentaires.

Et cette différenciation polaire est donc la véritable clé du Principe circulaire. C'est ce que cherche à nous indiquer le symbolisme du Tao.


La rémanence de la forme est un néant, un mirage, car elle provient toujours d'une confusion entre le centre et la circonférence: le centre prête confusionnellement sa rigidité fondamentale à la forme qui, en retour, lui prête dans la même confusion sa souplesse.

Lorsque la confusion est complète, la forme est parfaitement... statique, et n'existe donc pas du tout. C'est un néant.


C'est l'essence de l'Etre qui doit être éternellement rémanente, et sa forme qui doit être à tout moment fluctuante.



Et cela ne peut provenir que d'une dynamique adaptative parfaite, en dehors de toute résistance, en dehors de toute forme de toute-puissance, dans un lacher-prise du contrôle, mais dans une adhésion participative consciente à l'harmonisation collective, et la Félicité qui en naît.

Car la rémanence de la forme est un effet de la toute-puissance.


Rencontrer la Matière:


L'Etre humain en confusion, dont l'espace intrapsychique est morcelé, et qui est donc contaminé par des refoulements et les peurs qui y sont attachées, vit conditionné par la spéculation.

Il y perd la faculté spontanée d'intimité, à tel point que lorsqu'il rencontre une autre personne, et tant que des rassurances conventionnelles n'ont pas été échangées (et encore...!), il se demande "ce qu'il doit faire avec "ça"?".

L'Etre conditionné par le refoulement n'est pas capable de rencontrer simplement autrui (et donc lui-même!) car il cherche à se rassurer par une fonctionnalisation de la Personne, une objectivisation, une mise en boîte de la réalité personnelle, de sorte de s'en protéger à travers des carapaces de conventions (sociales par exemple).


Simplement reconnaître et accepter la réalité de la présence physique d'autrui dans notre champ perceptif, comme la chose la plus naturelle et évidente du monde, ne réclamant aucune action particulière, aucune convention spécifique, aucune protection, aucune mise en oeuvre d'aucune fonction, nous est particulièrement difficile.

Nous y arrivons plus ou moins, en apparence, lorsque nous avons élaboré une fausse intimité confusionnelle, symbiotique, avec certaines personnes spécifiques, vis-à-vis desquelles des protections plus grandes encore ont pu être mises en place, comme la symbiose fonctionnelle, sexuellement narcissique, d'un couple "croisé".

Dans ce cas, l'aspect naturel de la présence d'autrui ne provient pas d'une réelle reconnaissance interpersonnelle, mais d'une confusion symbiotique qui masque la présence d'autrui en la confondant avec la nôtre...


Il faut arriver à voir ce piège de la confusion, nous donnant l'illusion d'une réelle intimité, alors même que le fondement de cette intimité, qui est la Rencontre, est compromis par confusion interpersonnelle.

Perdus dans le labyrinthe de cette fausse intimité confusionnelle, les couples "croisés" finissent souvent par se déchirer interminablement, soudés par des faux liens, car rencontrés sur de fausses séparations.



Pour vivre une vraie intimité, il faut aborder autrui sans attente, sans besoin, sans question, sans spéculation, comme une chose naturelle en soi, n'impliquant aucune convention particulière, aucune nécessité spécifique.

Cela est Rencontrer. Et la Rencontre est le prérequis à toute éventualité d'action juste, c'est-à-dire harmonique.

Ainsi, la Procréation du Couple Sacré est une action harmonique.


La Matière, qui en réalité dans sa nature désensifiée, transmutée, constitue le Corps christique unifié, est le terrain de la Rencontre harmonique universelle.

L'Etre est en quelque sorte prisonnier de la Matière, tant qu'il est inapte à Rencontrer réellement.

Et cela permet de comprendre que Rencontrer consiste aussi à pouvoir Rencontrer la Matière, au-delà de son apparence fonctionnelle, qui nous assiste dans notre immaturité, mais qui ne constitue pas sa vérité essentielle.

Car la Matière ne soutient que transitoirement et superficiellement le mirage de la rémanence formelle du monde, par la densité.

Autrement dit, pour transsubstancier, pour voir la Matière transmuter pour Soi, il faut d'abord pouvoir la Rencontrer, ce qui réclame la plus grande Humilité.

Et cette plus grande Humilité est justement celle qui prévaut à l'union des polarités du Couple Sacré, se prouvant mutuellement leur Humilité, par leur aptitude à Rencontrer l'Autre dans l'égalité différenciée, ce qui affirme la complémentarité.


Rencontrer, au fond, c'est restituer la signification à l'Etre, dans tous ses apects. Rencontrer la Matière, c'est donc lui reconnaître sa Signification au-delà de ses apparences.

Car on ne peut Rencontrer si on exporte la Signification par spéculation, quel que soit l'aspect considéré.


Ainsi, comme je l'ai déjà dit, un rituel, un mantram, une psalmodie, un symbole n'ont de réalité spirituelle que si on les Rencontre, que si on leur reconnaît une signification intrinsèque, parce qu'on ne spécule pas, parce qu'on n'attend rien, qu'on n'exporte pas leur signification dans un objectif qui leur est extérieur, mais qu'on est seulement ouvert à la Rencontre.


Lorsqu'on est devenu capable de reconnaître la Signification intrinsèque de la Matière, qui est l'Harmonie universelle, synthétisée par la Croix dialectique, alors seulement on peut la Rencontrer.



Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Ven 19 Déc 2008, 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Jeu 18 Déc 2008, 14:11

La relativité du mouvement est donc ce qui confère sa réalité à la forme, mais en lui réclamant en retour une souplesse adaptative complète.


Lorsque nous abordons une Personne de l'autre sexe à travers le filtre des aspects formels liés aux aspects sexuels dont entre autres les organes sexuels manifestes, et attachés aux corps narcissiques doublés et densifiés, nous ne la Rencontrons pas véritablement, puisque la Signification de la Personne ne lui est pas entièrement reconnue, étant en partie exportée vers les enjeux narcissiques de la sexualité non sublimée.

Et cette dérive de la signification se produit inévitablement tant qu'il subsiste la moindre toute-puissance en nous, même si nous la conscientisons, même si nous percevons nettement la réalité de cette dérive narcissique sexuelle, qui nous "échappe" comme un anguille sortant de notre Personne sans que nous puissions la retenir.


Aborder une autre Personne en mélangeant à la rencontre, par compulsion, des enjeux narcissiques sexuels, empêche la vraie Rencontre car la Signification de la Personne est récupérée et adultérée par le besoin narcissique.

En raison du refoulement originel de la complémentarité, créant le manque narcissique fondamental, et la confusion symbiotique totale caractéristique de l'état foetal, notre narcissisme non sublimé nous pousse à tenter de posséder la réalité sexuelle de l'autre, par l'entremise de l'organe sexuel manquant (ou "contre-manquant" en cas d'inversion du pivot narcissique = homosexualité).

Cette pulsion narcissique de possessivité à l'égard de l'organe sexuel d'autrui crée l'addiction formelle à la réalité sexuelle d'autrui (et de soi car tout est lié).

Pour Rencontrer véritablement une Personne (y compris soi-même en quelque sorte), il faut renoncer à l'attacher à sa réalité sexuelle, pour la reconnaître dans sa réalité de relativisation intégrale des aspects sexués, et libérer alors totalement le potentiel sexuel. Car le potentiel peut alors éventuellement naître de la plénitude harmonique de la Rencontre, et non plus compulsivement des manques narcissiques clivants.


Les deux polarités du Couple Sacré doivent donc se rencontrer dans la protection identitaire, au delà de tout enjeu narcissique par rapport aux organes sexuels, aux formes sexuelles, de façon à libérer le véritable et le meilleur potentiel sexuel, dans le respect et la reconnaissance des Personne qui sont des relativisations sexuées.


Et ce n'est qu'en reconnaissant les Personnes dans leur relativisation sexuée (elles sont sexuées, mais ne sont pas que des aspects sexués: leur essence structurelle est existentiellement identique) qu'on rend aussi leur signification aux organes sexuels.

Car puisqu'on n'attache plus narcissiquement ces organes, on leur reconnaît pleinement leur fonction, qui est la Procréation.

Ainsi la Personne immature attache compulsivement à lui les formes et organes formels d'autrui dans une tentative archaïque de reconstituer narcissiquement la complétude illusoire de l'état foetal.

De ce fait, sa sexualité n'est pas une véritable expression des organes sexuels, puisque la signification de ces organes est au moins partiellement détournée vers la satisfaction de son propre narcissisme interférant.

Alors que la Personne émancipée, dont le narcissisme est sublimé, n'attache plus les organes et les formes sexuées d'autrui, et sa sexualité exprime de ce fait authentiquement la réalité de ces organes, puisque leur signification leur est reconnue intrinsèquement, et donc mise intégralement au Service de la Procréation, qui devient "cosmique".

Les organes sexuels servent à Procréer, pas à rassurer la toute-puissance narcissique confusionnelle.

Mais pour bien intégrer à quoi sert la fonction, il faut d'abord reconnaître la réalité personnelle au-delà de la fonction qui lui est conférée par relativisation (des aspects centre et circonférence du cercle qui sont, on s'en souvient, les organes sexuels eux-mêmes).

Une Personne est une polarité sexuée, à savoir une relativisation d'un aspect du cercle, qui devient alors un organe sexuel.

Dans la confusion de la densité, les organes sexuels apparaissent manifestement et attachés à la Personne dans son physique artificiellement doublé, afin de compenser la dissipation de la signification des organes dans leur véritable nature.

La confusion est un manque de relativisation sexuée.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Jeu 18 Déc 2008, 14:52

On peut dire que, d'une façon très subtile, Rencontrer une Personne dans sa relativisation, sans importance narcissique donnée à l'organe sexuel qui lui est attribué, permet de clairement reconnaître et Rencontrer son sexe, sa qualité sexuée qui est constituée par sa composition dialectique différenciée Yin-Yang.

Ce qui est rencontré alors est sa réalité énergétique signée (identité) et polarisée (sexuée).

Ne pas se focaliser sur la sexualité permet donc de nettement percevoir la sexuation des Personnes, et une telle clarté perceptive de la la sexuation (= relativisation sexuelle) est indispensable à la mise en oeuvre de la sexualité authentique, par la reconnaissance de la correspondance identitaire, et de la complémentarité polaire.

La relativisation est donc une différenciation complémentaire fondée sur des structures similaires. La similarité de structure crée l'égalité et met en relief la complémentarité de la différenciation. Séparation (différenciation) et Lien (similarité) sont donc associés de façon à représenter relativement les aspects circulaires absolus Lien (circonférence) et Séparation (centre) qui deviennent alors des organes sexuels de par leur représentation relative.

L'effectivité authentique des organes sexuels par rapport à leur fonction Procréatrice dépend de la qualité de la différenciation sexuée.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'attachement formel   Ven 19 Déc 2008, 08:04

Bonjour Sphinx,

Comme ton Pseudo semble le laisser présager, tu dois encore cacher beaucoup de connaissances sous tes pattes de Lion : )
Je suis bluffée par tes explications, depuis hier, où j'ai lu ton Post, j'ai pu compléter et parfaire mes connaissances sur le sujet des âmes jumelles.

Tu m'as vraiment éclairée sur la question et je t'en remercie grandement, un peu comme si tu étais la réincarnation de Platon, revenu pour finaliser sa théorie émise au travers de son fameux "Banquet" : )

Tu donnes un fil d'Ariane à envisager concernant les rencontres d'âmes dites "proches", la problématique étant de déméler "l'essence ciel" de ses différentes imbrications autant en amitié qu'en amour ...

Un grand merci pour cela,

Helinata
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Ven 19 Déc 2008, 13:31

Et pourtant je n'ai presque pas lu Platon, ni les autres dialecticiens reconnus comme tels.

Je suis heureux en tout cas, Helinata, que la tansmission que je fais de la dialectique qui m'est enseignée intérieurement fasse écho en toi et puisse te Servir, par ta réappropriation personnelle de ces développements.


Le Pseudo Sphinx cache probablement encore beaucoup de choses dont je n'ai même pas encore conscience, et c'est parce que Sphinx n'est pas uniquement steph, mais il est aussi l'Oiseau, qui est mon "co-pilote", qui m'apprend à voler avec Lui, et qui parle avec moi, ou l'inverse... bref, nous parlons ensemble, même si ce n'est pas encore parfait.


Amitié à toi,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Ven 19 Déc 2008, 14:02

Je vourrais encore ajouter que restituer aux organes sexuels la signification de leur fonction, en conscientisant totalement la complémentarité sexuée par relativisation différenciée des polarités personnelles, permet de se libérer évidemment de l'addiction à la sexualité.

Libérer narcissiquement les organes sexuels de soi, libère soi de l'addiction à la sexualité. Et c'est ce qui autorise une pleine conscience et une totale responsabilisation de l'acte de Procréation car il n'est alors plus du tout compulsif, même partiellement.

En d'autres termes, pour qu'une action soit véritablement responsable, caractéristique d'un être émancipé, elle doit être fondée sur la plénitude harmonique de la Rencontre uniquement, protégée par l'identité du Couple Sacré.

Ce qui signifie que la sexualité du Couple Sacré est réellement libérée, qu'elle ne comporte pas la moindre addiction, pas la moindre pulsion, pas la moindre passion illusoire fomentée par le mirage hypnotique de la forme, le nihilisme de la conscience archaïque, l'ensorcellement de l'indifférenciation.

On verra que le sens donné ici à la libération sexuelle est très éloigné de celui qui lui est conféré habituellement dans ce monde dualiste.

Mais on sait que l'appropriation et la consommation narcissiques sont des phases incontournables, d'intégration du non-sens, pour pouvoir éventuellement accéder ensuite à la signification de la sublimation sexuelle, qui est sa véritable libération, son authentification cosmique.

Tout ce qui est dit ici ne comporte donc pas le moindre jugement moral, puisque la construction narcissique passe forcément par l'accès à l'exercice du non-sens, au travers du libre-arbitre personnel procuré par le véhicule narcissique du corps doublé et densifié.

La liberté narcissique ne peut s'envoler que de l'aire d'envol du libre-arbitre narcissique ayant conduit par choix à sa propre sublimation. Or le choix réclame l'intégration de ses options contradictoires. Le choix du sens ne peut donc pas être réalisé sans accès à une option du non-sens narcissiquement bien intégrée.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 22 Déc 2008, 04:40

Bonjour à toutes et tous,


le corps physique densifié est donc un miroir narcissique, une rémanence formelle créant, par réflexion narcissique, le mirage d'une complétude sexuelle qui rassure la toute-puissance archaïque en comblant illusoirement le manque engendré par le refoulement originel de la complémentarité.

Comme je l'ai déjà exprimé dans le sujet "La mystification physique" (si je me souviens bien! La matière de cette section devient conséquente, même pour moi), le corps physique dense masculin est une "yinisation" de l'identité masculine, et le corps physique dense féminin est une "yanguisation" de l'identité féminine.

Et cela dans une proportion confusionnelle "intermédiaire", transitoirement et instablement équilibrée à 50% de différenciation, ce qui est la position de libre-arbitre, permettant le choix existentiel entre la progression et la régression de la différenciation.


La densité corporelle crée la rémanence formelle, qui agit donc comme miroir narcissique, à travers l'illusion de la possession formelle, qui conduit alors au mirage tout-puissant d'une possibilité de réalisation unilatérale, personnelle, narcissique, de la complétude sexuelle du Soi.

En s'adonnant à l'illusion de la possession corporelle, entre autres du corps densifié d'autrui, la Personne en confusion croit pouvoir réaliser seule le rêve archaïque tout-puissant de la complétude du Soi.

La rémanence formelle du corps densifié est donc bien un miroir narcissique "engloutissant", hypnotique, engendré par le néant de la forme inerte. Un miroir déformant faisant croire à la Personne qu'elle peut seule incarner le Soi, sans complémentarité dynamique.

La sensibilité à ce miroir dépend donc directement du refoulement originel de la complémentarité, et émane de ce fait de l'instance archaïque du Soi.

Seule une complète discrimination de cette instance archaïque en soi, permettant son actualisation à travers la conscientisation intégrale de la complémentarité, et donc le désamorçage complet de sa toute-puissance, libère de l'addiction au miroir narcissique de la rémanence formelle, du corps densifié et sexué.

Le corps du Soi est en réalité androgyne, car c'est le Corps christique universel et unifié que partagent toutes les Personnes, quelle que soit leur sexuation.

Ce Corps christique unifié est constitué par les organes sexuels, qui sont simplement les aspects fondamentaux du cercle (du Soi), Centre et Circonférence.

La véritable sexuation, qui est une relativisation différenciée de ces aspects, discrimine les deux instances essentielles du Soi, les deux Personnes complémentaires qui réalisent le Soi.

Un Couple Sacré de deux Personnes occupe un axe identitaire du Soi, à savoir un diamètre spécifique du cercle de vie, et par la rotation des polarités de ce diamètre, intègre les organes du Soi que sont la Circonférence (par rotation instantanée) et le Centre (comme pivot de la rotation). Un Couple Sacré réalisé est donc une "phase" du Soi collectif, une individualisation du Soi.

Les organes sexuels du Corps unifié, que sont le Centre et la Circonférence, sont en fait les troisième et quatrième Principes, à savoir le Fils en tant que Centre (Christ), et la Fille en tant que Circonférence (Matière transmutée, forme actualisée, sublimation du "corps de la Mère", intégration de l'instance archaïque).

Les premier et deuxième Principes étant les polarités sexuées Père et Mère elles-mêmes, naturellement.


Dans la confusion, le corps physique est sexuellement clivé de par l'attachement narcissique aux organes sexuels par les polarités sexuées qui sont à moitié différenciées seulement. Le corps dense clivé, sexué, représente donc la confusion entre une polarité sexuée, et l'organe sexuel qu'elle est supposée assumer.

Cette confusion entre la Personne et l'organe sexuel est à l'origine de la confusion entre l'identité et la fonction.

Une identité sexuée est une relativisation de la fonction organique. L'Identité du Soi, du Couple Sacré, n'existe pas sans les identités sexuées des Personnes qui le constituent, tout comme un axe identitaire n'existe pas sans ses deux directions polarisées. Le Couple Sacré constitue le Soi par alliance de la linéarité axiale avec la circularité cyclique.

Il s'agit en fait de l'Alliance d'une linéarité en rotation sur elle-même (pivot transcendental = circularité linéarisée) avec une circularité en progresson linéaire (rotation immanente = linéarité circularisée).



L'affirmation différenciée des polarités sexuées unifie les fonctions organiques dans un même corps libéré de la rémanence formelle, alors que la confusion des polarités sexuées par insuffisance d'affirmation de la différenciation (de l'identité sexuée), engendre un clivage (fausse séparation; illusion narcissique) corporel sur base des fonctions organiques, sexuelles.


Seule la position d'ouverture, permettant le "rabotage collectif" du corpuscule spirituel ("polissage de la Pierre"), permet de désamorcer la toute-puissance en soi, et de discriminer alors l'instance archaïque, ce qui conduit à la libération du mirage narcissique de l'attachement formel.

Il faut aussi noter que pratiquement, la densification physique est un effet de la perturbation produite sur le mental dialectique par l'incohérence de l'Esprit immature.

La "décohérence de l'onde mentale" par manque de circularité du corpuscule spirituel engendre le phénomène compensatoire de l'incarnation densifiée.

Cela permet aux Esprits des deux polarités sexuées de vivre chacun de son côté l'illusion narcissique d'une identification personnelle confusionnelle avec le mental, illusoirement clivé selon deux corps distincts. La pensée personnelle basée sur l'activité cérébrale est le produit de cette illusion.

Le mental est en réalité toujours un facteur unique entre les deux polarités sexuées, et seules les peturbations de l'illusion narcissique sur ce mental unique donne l'illusion qu'il est clivé et peut appartenir séparément aux Personnes.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 22 Déc 2008, 17:44

De tout ceci on peut comprendre que la "beauté originelle" est un mirage nihiliste dont le danger est d'inciter à la régression indifférenciée.

La Beauté n'est réelle que lorsqu'elle est actualisée par la dynamique de Vie.

La "beauté" du "Corps de la Mère" doit être démystifiée pour laisser place à la vraie Beauté de la Fille, le Couple Sacré. C'est ce que permet la sublimation narcissique qui affirme la relativisation (le décentrage) des polarités sexuées.

La caractéristique principale de la toute-puissance archaïque est de refuser la possibilité que la Beauté puisse émerger du mouvement de la vie, et de là une obstination à vouloir associer la Beauté à l'inertie originelle indifférenciée, car cela procure l'illusion qu'on peut la posséder narcissiquement.

Car accepter de voir que la Beauté nait du mouvement, c'est aussi comprendre et accepter qu'on ne peut pas la posséder pour pouvoir la vivre. Et la toute-puissance immature ne le tolère pas.


Je mets donc en garde les lecteurs et lectrices vis-à-vis de toute référence à une prétendue "Beauté originelle", qui n'existe en fait pas du tout, sauf comme mirage créé par l'empreinte de l'impulsion Créatrice au sein de la conscience archaïque, juste avant que le premier mouvement n'y apparaisse.


Le problème se complique du fait que la neutralité globale de l'Etre, au niveau collectif, masque sa différenciation polaire intrinsèque au niveau de chaque Couple Sacré (comme la neutralité de l'eau pure masque sa polarisation moléculaire), et que la conscience archaïque dans son immaturité ne fait pas la différence entre la neutralité de l'indifférenciation, et la neutralité de la différenciation.

La Beauté harmonique est donc erronément associée à une neutralité indifférenciée, sans dynamique, sans mouvement, sans intégration du potentiel au coeur d'une tension équilibrée, alors que la Beauté harmonique ne peut qu'être dynamique, mouvement, interactions polaires respectant la neutralité collective, mais intégrant le potentiel Procréatif d'une façon maîtrisée.

Réellement, ce mirage tout-puissant, archaïque, immature, foetal, est le "Chant des Sirènes" qui essaie de ramener le voyageur en arrière, pour l'empêher d'accomplir son odyssée narcissique, son cycle de différenciation, qui lui permettra d'actualiser la Beauté par la dynamique de Vie, au moment où il fermera son cercle narcissique.

Tout autant celui qui fait marche arrière que celui qui avance jusqu'au bout aboutissent au même point, mais pas par le même côté, et pas dans la même position narcissique, pas avec la même intégration ni authenticité.

Car celui qui fait marche arrière ne pourra pas actualiser la Beauté dans la dynamique de vie, et ne trouvera qu'un néant. Alors que celui qui ferme son cercle narcissique l'ayant accompli jusqu'au bout, en avançant toujours dans le même sens, signifie le néant par la synthétisation d'un nouveau centre, et actualise la Beauté harmonique par la dynamique des polarités.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 29 Déc 2008, 16:30

Bonjour à toutes et tous,



si la rémanence formelle produite par la densification matérielle, la décohérence quantique, est une illusion en tant que telle, cela ne veut pas dire qu'il est impossible de vivre une persistance de la perfection formelle.

Là est le paradoxe de la dialectique!

En fait, l'être humain peut effectivement vivre la réalité de ce qu'il a toujours profondément espéré, mais seulement s'il libère de lui-même la réalité de ces espoirs!

L'être est privé de ce qu'il attache, simplement parce qu'il l'attache. Etant en confusion avec ce qu'il attache, il ne peut pas le percevoir clairement, ni donc le vivre authentiquement. Jamais l'être ne fut condamné, mais il vit sa propre prison narcissique, et cela est normal lorsqu'il est immature.

La perfection formelle persistante existe donc bel et bien si on libère l'attachement à cette perfection formelle, dont la rémanence densifiée n'est qu'un pâle reflet insipide.

Car la réalité de la persistance de la perfection formelle ne peut provenir que de sa Rencontre avec le collectif. La réalité est toujours la Rencontre.

De ce fait, la perfection formelle ne provient pas de la rémanence formelle, mais de la mutabilité adaptative de la forme afin de Rencontrer le collectif en permanence.



Vivre la Beauté réclame qu'on ne l'attache plus, ce qui ne veut pas dire nier la Beauté des formes, même rémanentes, mais intégrer cette Beauté dans une signification sublimée, et donc rendue à elle-même.


Car lorsque la Beauté est convoitée, et donc l'objet de spéculation, de concupiscence, alors sa signification est déportée, externalisée, et il n'en reste que la vanité de la forme.


Car la forme contient toutes les fonctions essentielles. Ainsi, le cercle dans son vrai Principe, permet une stabilisation dynamique parfaite de l'Etre.

Mais seulement si cette fonction n'est pas convoitée et spéculée par manque. Il faut donc d'abord rendre la signification de la forme à la forme, sans spéculation, pour que la forme voie ses fonctions libérées et se mettre spontanément en action, sans efforts.

Mais si on spécule par manque symbiotique, narcissique, sur les fonctions formelles, comme par exemple la fonction maternante du "corps de la Mère", alors ces fonctions sont emprisonnées, et n'agissent plus spontanément. Et en retour, la forme se vide de signification, et devient addictive par l'entremise du néant installé par la vanité.

C'est à cela que les êtres sont enchaînés dans ce monde dualiste: à la vanité de la Beauté dépossédée de sa signification.


Dans le film American Beauty, un des personnages-clés cherche la Beauté en toute chose, car elle y est forcément, si on lui restitue sa signification.

On comprendra que ce monde dualiste est déjà la réalité, et que la Beauté l'imprègne certainement, car l'illusion ne vient que du rapport que nous entretenons avec la réalité, et non de la réalité elle-même.


Nous échouons à vivre l'instant présent parce que nous n'arrivons pas à lui restituer sa signification intrinsèque. Alors, poursuivant une signification décalée par spéculation, nous dépassons l'instant présent encore et toujours, sans voir que nous poussons nous-mêmes toujours un peu plus la balle que nous poursuivons, et que cette poursuite narcissique nous empêche de nous poser dans l'instant présent.

Car puisqu'il est présent, nous avons beau le dépasser systématiquement, nous ne pouvons pas le semer.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Uglabald

avatar

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 70
Date de naissance : 11/02/1966
Age : 51
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 29 Déc 2008, 17:02

Cher Sphinx,
J'aimerais illustrer ton propos par un exemple simple afin que chacun capte bien l'idée derrière ton verbe.
L'exemple que je propose est sous forme d'une question.
Dormez-vous avec la barbe au-dessus ou en-dessous des draps?
Si j'étais cruel, je vous laisserais errer pendant des siècles de nuits blanches entre ces deux possibilités. Pendant des années vous vous couchiez sans la moindre allusion à cette idée de barbe, tout simplement parce que réjouis à l'idée de passer une délicieuse nuit vous étiez tout simplement dans l'instant présent. Naturellement ici et maintenant.
Mais voilà que ce farfadet blagueur d'Uglabald vient secouer votre fourmillière à idées!
Mais où est le problème ?
Et bien comme tu le dis, Sphinx, dans la spéculation par manque symbiotique.
It is so simple!
Merci
Uglabald
Revenir en haut Aller en bas
https://pierreduray.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 29 Déc 2008, 21:50

Merci Uglabald,


j'ai envie d'ajouter une simple petite expérience que chacun peut faire facilement.

Simplement se poser confortablement, et "percevoir la vibration du temps apparent".

Calme, et posé, on peut alors se représenter le temps qui passe comme une série de pulsations émanant d'un centre unique, des pulsations qui ne se "succèdent pas", mais qui sont des impulsions de la même réalité qui n'avance pas, comme si un Etre se débattait en lui-même, produisant des impulsions autour de lui, mais sans pouvoir bouger.

Cela prépare et amène la conscience à commencer à admettre que le temps apparent n'est qu'une illusion, et qu'en fait il n'avance pas!

L'Etre doit se libérer de son propre enfermement narcissique pour bouger, pour avancer.

Ce temps apparent n'est que la gangue originelle du mirage de la rémanence formelle, agitée par les gesticulations de l'Etre qui s'y est emprisonné. La libération ne peut provenir que de la fin des gesticulations, par polarisation de la dynamique.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Jeu 01 Jan 2009, 05:42

Bonjour à toutes et tous,


toute addiction est une fascination hypnotique exercée par le néant.

Une addiction est la conséquence du refoulement d'un aspect de la dynamique de vie, aspect qui refoulé exerce alors une pression compensatoire.

Cette pression compensatoire est une attraction engendrée par le néant issu du refoulement, attraction hypnotique vers la régression, vers l'indifférenciation, vers l'anéantissement.

En effet, tout aspect cyclique vital refoulé déforce la prise en charge de la différence de potentiel entre le Centre et la Circonférence, et de ce fait, la tension d'effondrement est plus crucialement perçue, c'est logique.


Concrètement, le refoulement transforme un cycle vertueux conscient, une instance de Soi, en cercle vicieux inconscient. Une partie de la conscience est transformée en virus, en parasite de son propre être, en forme inerte qui doit trouver sa subsistance en piratant l'énergie de l'Etre.

Etant donné que le refoulement relègue le cycle vertueux dans l'inconscient où il constitue un cercle vicieux, tout refoulement engendre une pression sur le mental à partir du cercle vicieux, traduisant la confrontation à la tension de la différence de potentiel entre Centre et Circonférence, et qui pousse vers l'effondrement indifférencié de la structure.

Cette pression, par laquelle la forme refoulée se nourrit, se traduit par une angoisse.

Cela tend en fait à linéariser le fonctionnement mental, et a déphaser les polarités complémentaires. La linéarité mentale est bien entendu inapte à gérer la tension existentielle, et tente de s'en sortir symbiotiquement, par toute-puissance, par l'entremise de la spéculation comme négation de l'Etre, fonctionnalisation de celui-ci, jusqu'à la vampirisation.

Le cercle vicieux a donc une tendance intrinsèque à se renforcer. La linéarité mentale appelle la linéarité mentale.

Cette linéarisation se produit toutefois principalement chez les Personnes englouties par leurs refoulements, et totalement sédatées par la pression régressive.

Chez les Personnes, même fortement et précocement traumatisées, qui ne se sont malgré tout pas laissées sédater par la pression inconsciente, le fonctionnement circulaire du mental restera accessible.

Souvent ces Personnes présenteront des instabilités psychologiques provenant de leur combat intérieur, et de leur position d'ouverture conservée "malgré tout". Mais on comprend qu'elles sont en réalité, dans de nombreux cas, moins pathologiques que la grande majorité des Personnes sédatées sur lesquelles s'appuie l'illusion de la morale sociale.


L'addiction est donc une dépendance issue d'une négation existentielle, d'un rejet d'autrui, et donc de soi.

Toute addiction comporte donc un caractère insidieusement ou manifestement destructeur. On a peur de ce dont on est dépendant, et la dépendance à autrui s'accompagne toujours d'une latence à la destruction d'autrui et/ou de soi, sauf s'il y a volonté d'ouverture et de sublimation.

Par exemple, l'attirance sexuelle fondée sur la possessivité addictive au corps physique de soi et d'autrui comporte inévitablement une latence destructrice des corps.

L'accouplement ne se produit pas dans un but Procréateur, mais dans le but inavoué d'une annihiliation narcissique des corps, de sorte de (re)trouver le mirage archaïque de l'âge d'or indifférencié. Et donc il arrive que la négation destructrice des corps sorte peu ou prou de sa latence, et devienne effective.

La sexuation est supposée dériver l'attraction du néant formel, mais elle ne peut le prendre en charge intégralement que si la dynamique sexuée est sacrée, narcissiquement sublimée, décontaminée de la toute-puissance. Alors seulement l'identité protège la sexualité de toute dérive nihiliste.

Dans le cas contraire, le nihilisme violent et destructeur est toujours présent dans la sexualité narcissique, au moins en latence, et cela peut dériver à tout moment vers la destruction corporelle (cf "Eden Log").

Ainsi, le meurtre ou encore la guerre sont des dérives confusionnelles de la sexuation, mais aussi toute forme de négation d'autrui comme le commerce ou la finance, etc, qui ne sont que des guérillas nihilistes fondées sur la possessivité formelle, la fascination hypnotique de la vanité de la forme, mais des guérillas pudiquement camouflées et validées par une morale sociale forcément arbitraire, en contravention de l'éthique.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
delz

avatar

Masculin
Lion Tigre
Nombre de messages : 55
Date de naissance : 08/08/1986
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Sam 03 Jan 2009, 12:51

Citation :
Dans le film American Beauty, un des
personnages-clés cherche la Beauté en toute chose, car elle y est
forcément, si on lui restitue sa signification.

Je ne peux m'empêcher d'ailleurs de montrer ce passage clé, magnifique vraiment et qui pour moi, entre vraiment en résonnace avec ce que Sphinx aborde souvent, nottament au niveau de la spéculation.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Un film magnifique et même inititatique à mon sens, à voir sans modération :)

Bonne journée à tous.
Revenir en haut Aller en bas
gebo

avatar

Féminin
Taureau Tigre
Nombre de messages : 57
Date de naissance : 19/05/1950
Age : 67
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 05 Jan 2009, 15:27

Bonjour Sphinx,

Le thème de l'addiction me parle.


Citation :
L'addiction est donc une dépendance issue d'une négation existentielle, d'un rejet d'autrui, et donc de soi.

Toute addiction comporte donc un caractère insidieusement ou manifestement destructeur. On a peur de ce dont on est dépendant, et la dépendance à autrui s'accompagne toujours d'une latence à la destruction d'autrui et/ou de soi, sauf s'il y a volonté d'ouverture et de sublimation.

Tu dis par ailleurs que même dans le cas de traumatismes précoces, une possibilité d'ouverture et sublimation peut exister.

Ce qui m'intéresse est de savoir comment précisément et concrètement, réaliser l'ouverture et la sublimation, quand justement la volonté y est, mais que par le passé maintes et maintes fois l'on est retombé dans son propre piège.

Qui/quoi/quelle force/instance peut donner l'impulsion pour "s'arracher" à l'attraction du néant qui hypnotise, et j'aime le terme, car c'est une fascination.......hélas.

S.t.p. si tu peux atuant que possible répondre simplement, car sinon ça me passe au-dessus de la tête....


Merci !
Revenir en haut Aller en bas
gebo

avatar

Féminin
Taureau Tigre
Nombre de messages : 57
Date de naissance : 19/05/1950
Age : 67
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 05 Jan 2009, 15:30

Merci Delz !
Petit clin d'oeil à toi
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Lun 05 Jan 2009, 16:32

Bonjour Gebo,


Citation :
Qui/quoi/quelle force/instance peut donner
l'impulsion pour "s'arracher" à l'attraction du néant qui hypnotise, et
j'aime le terme, car c'est une fascination.......hélas.

Le "Feu Sacré" intérieur. La fidélité à soi-même.

On peut bien succomber transitoirement à la fascination du néant, du moment qu'on ne s'y abandonne pas. On peut bien être dans l'erreur, et s'illusionner un temps, si l'on est sincère dans cette erreur et dans l'illusion qui en naît.

Si malgré l'inévitable sensibilité originelle à la fascination du néant, si malgré toutes les atteintes et les dérives, la sincérité a été préservée au fond de soi, si l'on est resté simplement dans l'erreur immature du refoulement, sans en profiter pour choisir de se mentir à soi-même par spéculation (ce qui transforme l'erreur en faute contre soi-même), alors au bout d'un temps, cette fidélité, cette sincérité est validée en soi par soi, et va s'affirmer d'elle-même de plus en plus.

Et c'est la solidité, la cohérence centrale qui alors va pouvoir nous arracher de l'hypnose nihiliste.

Autant dire qu'encore une fois, c'est l'éthique, le Respect de la Personne, dans toute sa faiblesse, qui permet d'affirmer la cohérence centrale, malgré nos chutes et rechutes. Viendra le temps où ces rechutes deviendront de plus en plus espacées et superficielles, démontrant le travail effectué en soi par la fidélité à soi, travail effectué de ce fait sans toute-puissance ascétique.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: L'attachement formel   Sam 08 Aoû 2009, 16:13

La mystification du Corps de la Mère:


La beauté corporelle féminine est une représentation du mirage du Corps de la Mère, enjeu de possessivité sur lequel reposent les relations sexuelles classiques, confusionnelles, dans la dualité des couples "croisés".

Il convient à ce sujet de réaliser une démystification de ce mirage, par la vérification des paradoxes dialectiques suivants:

Le Corps de la Mère traduit une toute-puissance archaïque, immature, par laquelle l'être nouveau, à peine extrait du pur potentiel, revendique symbiotiquement la possession de toutes les phases identitaires (diamètres) du cercle de Vie, intégralité des phases qui donc renvoie au cercle dans sa complétude (intégralité de la circonférence) formelle statique (qui n'est qu'un mirage originel).

La beauté du corps féminin densifié (et dans une moindre mesure, mais de façon similaire, la beauté du corps masculin densifié) reflète d'une façon formelle persistante, cette complétude illusoire de la forme circulaire statique.

Or, nous savons que même dans la densité, le corps densifié n'est pas fait pour durer, et que sa forme persistante n'est simulée que pour un temps, par la dynamique incessante de la vie, depuis les particules subatomiques jusqu'aux organes vitaux.

Mais paradoxalement, cette illusion de complétude fondée sur une cristallisation, débouche sur une limitation spécifique de la Beauté. C'est ce qui fait qu'aucun corps féminin densifié ne pourra jamais combler définitivement le narcissisme masculin... parce qu'aucune beauté densifiée n'est intégrale.

Il y a donc dialectiquement un rapport inverse entre spécificité (libératrice) de l'essence et spécificité (limitative) de la Beauté.

Pour simplifier, plus la forme tend à être illusoirement stabilisée, cristallisée, sur une image (mirage) praticulière de la complétude circulaire, plus la Beauté est cristallisée pour être possédée, plus est elle spécifique dans un sens limitatif, et donc moins elle est véritable et moins elle peut effectivement combler la relation sexuée.

On peut le comprendre de la façon suivante: pour réaliser une simulation de la forme statique du cercle, il est nécessaire de limiter le nombre de points pris en compte dans la circularité.

En effet, simuler véritablement la staticité de tout le cercle dans la continuité de sa forme périphérique n'est tout simplement pas possible puisque cette intégralité continue est la réalité et qu'on ne peut donc pas la réduire, la simuler, sans la limiter et la dénaturer.

Concrètement, lorsqu'un Couple Sacré n'a pas intégré sa dynamique de perfection, il se déplace à une vitesse angulaire finie, limitée, sur un cercle de Vie dont la forme persistante procure un support symbiotique stable, mais n'est qu'une illusion du cercle de Vie en ce que cette forme persistante est forcément discontinue, et donc spécifiquement limitative de la réalité circulaire.

Notre faux temps confusionnel, issu de l'amalgame spatio-temporel, est le résultat de cette limitation discontinue de la réalité circulaire, limitation qui produit la densification existentielle (décohérence quantique); et donc effectivement le mirage de la forme persistante.

Dans la dualité, il y a donc dérive de la spécificité depuis l'essence de la phase identitaire vers la Beauté: parce que la phase n'est pas parfaitement intégrée dans sa spécificité ce qui engendrerait une vitesse angulaire infinie, cette vitesse angulaire est alors finie, limitée, ce qui donne lieu à un déplacement de la spécificité vers la Beauté du cercle, qui s'appauvrit, car cela implique forcément une sélection discontinue de références circulaires, qui ne peuvent pas rendre compte de compte véritablement de la continuité circulaire, ce qui correspond à l'attachement symbiotique au mirage archaïque du Corps de la Mère.

On peut se le représenter en considérant que si le diamètre de la phase identitaire n'est pas strictement défini, il ne s'agit plus d'une droite dont l'épaisseur nulle peut référencer et intégrer la continuité de la circonférence, mais d'une aire diffuse, dont l'épaisseur non nulle ne peut plus témoigner que d'une circonférence discontinue, limitée à un ensemble de références spécifiques dont le nombre est fini, et qui caractérise donc une illusion de circularité. En fait, la spécificité du diamètre se dilue, et s'exporte dans une limitation de l'intégration de la circonférence.


En résumé, parce que la spécificité identitaire, légitimement limitative à la phase authentique (axe identitaire spécifique), n'est pas intégrée, elle dérive vers une spécificité limitative, inauthentique, de la Beauté circulaire, qui paradoxalement simule l'intégralité du cercle tout en n'en offrant qu'un aspect réduit, adultéré, incapable d'offrir une réelle complétude.


D'un autre côté, lorsque par sublimation narcissique, l'attachement archaïque au Corps de la Mère est dépassé, et que la spécificité de la phase identitaire est intégrée en tant qu'axe particulier définitivement campé sur le cercle de Vie par un Couple Sacré, alors la dynamique Sacrée est libérée, et la vitesse angulaire est infinie.

De ce fait, paradoxalement, tout le cercle de Vie est aussi intégré, puisqu'une vitesse angulaire infinie permet d'être partout sur le cercle en même temps, dans la continuité de sa circonférence (la réduction du diamètre identitaire à une droite d'épaisseur nulle est en rapport avec une vitesse de rotation infinie de ce diamètre).

Et donc le miracle se produit: le Beauté corporelle apparaît comme totale, véritablement complète, sans qu'il n'y manque rien. Mais il s'agit de la Beauté du corps de Gloire, qui est énergétique.


Ces articulations dialectiques en rapport avec la continuité/discontinuité, et donc avec la dynamique Sacrée et son "mouvement absolu", ne sont certes peut-être pas faciles à aborder pour tout le monde, mais permettent de véritablement comprendre les rouages qui lient la spécificité identitaire à la qualité de la Beauté "corporelle".

Cela permet de comprendre que seul le corps de gloire est véritablement Beau, sans compromis, et que l'addiction à la Beauté ne peut survenir que par rapport à une Beauté limitée, incomplète, qui relève donc du mirage archaïque du Corps de la Mère, et ne peut concerner que le narcissisme interférant.

EDIT:


Toute beauté addictive est donc forcément limitative, et au fond l'addiction est une conséquence symbiotique de cette limitation. La véritable Beauté, nécessairement intégrale, n'autorise aucune forme de possessivité illusoire, puisque la perfection de son intégralité circulaire n'offre aucune accroche narcissique particulière, mais accompagne naturellement la promulgation de la spécificité identitaire.

La véritable Beauté est absolument dynamique, donc insaisissable, et même si par ailleurs elle peut simuler toutes les formes qu'il lui plaît, et ce instantanément, elle ne peut pas être rencontrée véritablement par une approche limitée à une, ni même à plusieurs formes en particulier.


Amitié,

Steph
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'attachement formel   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'attachement formel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Réflexion sur l'attachement
» HÉRÉTIQUE MATÉRIEL, HÉRÉTIQUE FORMEL.
» Contraintes sémantiques et dérivation en é- : attachement habituel, naturalité et dissociation intentionnelle
» L'Attachement à Dieu.
» Le non-attachement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: