ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fiction romanesque et réalités spirituelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mer 13 Oct 2010, 19:26


pour les fans
--- Avatar Extended Edition (vidéo) ---

Le 16 novembre paraîtra une version longue du film "Avatar" (+ 16 minutes), ainsi que moults bonus.

La vidéo, ici : (descendre dans la page)

http://www.thinkhero.com/2010/10/06/avatar-extended-edition-trailer-and-cover-video-pics/

Ou ici, sur le site d' "ecranlarge.com", qui titre "Show me the Money" : indeed..... (HD)

http://www.ecranlarge.com/movie_video-view-3365-5923.php

Nunti-Sunya,
Et,
Bonjour chez vous.

Cristobal
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Morgane

avatar

Féminin
Nombre de messages : 142
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Ven 15 Oct 2010, 13:52

Didiera a écrit:
Très intéressant!

Personnellement j'aime bien faire une sieste dans l'après-midi, et je dors 6-7 heures la nuit.
Avant je me réveillai 2 ou 3 fois dans la nuit en fin de cycle de sommeil, pour noter mes rêves. Ce qui fractionnait un peu mon sommeil. Mais pas autant que nos ancêtres pré-électricité qui avaient, d'après le texte ci-dessus, une période de veille dans la nuit.

Le fractionnement du repas me semble moins évident. D'un point de vue des améliorations possibles de la conscience.

En effet ! Je suis persuadée que le rythme que l'on nous impose par le monde du travail contrarie le rythme naturel qui nous conviendrait le mieux. En vacances, je me couche spontanément vers minuit et je me lève vers 9 heures. Quand il faut être au boulot à 8h, c'est nécessaire de se coucher plus tôt pour avoir ses heures de sommeil, mais on ne s'endort pas forcément sur commande ... d'où les "insomnies", la fatigue, la mauvaise concentration.

Tout le monde n'est pas égal non plus devant les heures de sommeil nécessaires : certains organismes se contentent de 4 ou 5 heures tandis que d'autres ont besoin de 10 heures comme les enfants ... ce qui est impossible dans la vie actuelle, et cela donne des gens perpétuellement fatigués, se croyant malades alors qu'ils sont tout simplement contrariés dans leurs besoins. Je fais partie de ces malchanceux et c'est mon médecin (très branchée médecines naturelles et spiritualité) qui m'a expliqué tout cela ! En précisant que c'est une loterie physiologique et qu'il ne faut pas culpabiliser devant les fêtards / stakhanovistes du boulot qui vous traitent de grosse feignasse !!

Concernant l'alimentation, cela reste un mystère. J'aime fractionner les repas pour le confort digestif mais quant à savoir s'il existe un lien avec l'évolution de conscience ... (?)
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mer 03 Nov 2010, 18:56


La Belle au bois dormant!


La belle au bois dormant - Editions du Toucan .
Adolie Day
crédit image



Il était une fois. un Roi et une Reine qui voulurent avoir un enfant sans pour autant y parvenir. Après avoir tout essayé, dont voux et pèlerinages, la Reine donna enfin naissance à une fille.

Ils la nommèrent. comment est-ce déjà ? Etrange. Elle n'a pas de nom.
Pour un écrivain, le cas est particulier, oublier de nommer ses personnages ? Pourquoi ?
Peut-être simplement ne le sait-il pas. Il l'appelle "la Princesse" durant tout le récit. Un personnage central anonyme ne peut que susciter la curiosité des lecteurs attentifs.
Il semble que cette princesse soit le masque d'une catégorie d'êtres à qui on ne peut donner de nom par la multiplicité des individualités.
Elle est une "PERSONNE", c'est à dire à la fois "QUELQU'UN" et "PERSONNE" en particulier. Son ascendance royal, de par sa naissance, lui donne le titre de Princesse, de "Princepia", la première, le principe initial. Le Roi et la Reine sont la partie masculine et féminine de Dieu, les régents, régisseurs du "royaume". (Racine étymologique Reg). Leurs enfants sont la descendance divine, les "premiers", qui n'ont de ce titre qu'une possibilité à atteindre, un potentiel d'accomplissement. Nous assistons donc à la création d'êtres, au pluriel, que nous nommerons pour une meilleure compréhension "anges". Leur parcours avant leur chute reste obscur, mais avançons dans le conte...





http://www.matiere-esprit-science.com/pages/breves/belle.htm





Conclusion

Le conte de la belle au bois dormant est notre destin à tous. Nous avons à trouver notre âme-sour pour compléter notre graal, notre coupe de sang que devrait être notre quête particulière. Le prince n'a pas dans le conte original d'épreuves éprouvantes à passer. Dans la reprise de Walt Disney, il doit combattre un dragon, transformation de la méchante fée. Il faut comprendre cela dans la transformation, à l'intérieur de nous, de nos émotions avec différents dragons à combattre, identiquement à Hercule qui combat ses démons intérieurs. Le combat se fait avec l'épée du Verbe et le bouclier des principes (La cuirasse du Christ), sinon les flammes du dragon brûlent en de subtiles souffrances notre "peau" qui se sent mal à l'aise dans nos mauvais choix. C'est le "connais-toi toi-même" d'Aristote, c'est à dire en cabale, "Nais de toi-même" en mourant à ton ancienne condition. Le combat est suscité divinement en nos consciences pour donner l'occasion aux humains de se forger une énergie personnelle en confrontation.

Le thème de la piqûre et du sommeil resteront le grand symbole de la séparation, la coupure de l'ange d'avec sa mémoire, et de la léthargie de son corps en attente du retour du principe initial. Le conte de Blanche Neige est identique dans ses conclusions. Un Royaume nous attend quelque part, un Père-Mère impatient regarde les progrès et les chutes de leur enfants. Il est temps de mettre en pratique les contes. car les jours sont. contés !
Bruno, le 1-10-2000


et par
Marc Alain Descamps

PSYCHANALYSE DES CONTES DE FEES


Bruno Bettelheim a écrit un livre sur ce sujet, mais selon l’inconscient anglo-saxon et au premier niveau de l’Œdipe. Ici nous analysons les 11 Contes de Perrault qui sont dans l’inconscient culturel des Français, hérité de Notre Mère l’Oye. Chaque conte correspond à la psychanalyse d’un enfant jusque dans l’inconscient archaïque atteint par le Rêve-éveillé, avec cette particularité remarquable que tout est traité du point de vue féminin et avec plus de profondeur.

A. LES CONTES



Les contes ne sont pas des enfantillages ni des histoires de nourrices justes bonnes à amuser les enfants. On commence seulement à comprendre qu’ils sont riches d’enseigne ments. Ils sont d’abord un irremplaçable ré pertoire d’expériences sous formes de symbo les : les Evangiles du peuple.
Les contes traduisent l’incons cient collectif de la communauté qui les a sécrétés. Ils contiennent des images-forces d’une puissance considérable. En tant que messages de l’in conscient, ils relèvent de la psychanalyse.

Les contes sont des oeuvres de sagesse ; produits par l’inconscient collec tif, ils ne sont inventés par personne. Ce sont des histoires que l’on se transmet ora lement. Par conséquent, ils sont constamment réactualisés. Un conte est vivant, car il est le miroir de l’âme d’un peuple. Chaque conteur brode sur le thème originaire. Ecrire un conte, c’est le figer et le tuer. Les contes écrits sont morts, leur évolution est arrêtée. Aussi ne peut-on plus les racon ter. On se contente de les lire. Et par conséquent, leur public change.
Les contes ne sont pas des histoires à dormir debout. Ce ne sont pas des divertisse ments pour analphabètes, ni des histoires pour faire peur aux enfants. La preuve c’est qu’au trefois ils étaient racontés aux adultes. Le conte n’est pas récité par n’importe qui, n’im porte quand, ni n’importe comment. Le con teur est une personne inspirée, reconnue par sa communauté, et qui a commencé à voir apparaître ses premiers cheveux blancs. La place du conte est, lors des veillées, devant le feu.



Le conte se différencie de la fable, qui a une conclusion moralisante, de la parabole, qui est une métaphore développée, des légendes, qui ont un fondement historique déformé et des mythes, qui racontent une histoire unique et originaire, un événement prodigieux, terrifiant, au début du temps.
Au contraire le conte arrive à n’importe qui, vous et moi. Les personnages n’ont pas de nom (la Belle et la Bête, le Chat Botté, le roi, le prince, un pauvre bûcheron...) ou un nom simplement descriptif (la cendre donne Cendrillon ou Cucendron ; le bonnet, le petit chaperon rouge...). L’histoire est un mélange d’événements ordinaires et de faits merveil leux. La conclusion est heureuse, les contes sont optimistes. Les leçons sont très diverses et peuvent être différentes pour chaque enfant. En général, chaque enfant a un conte préféré qu’il faut sans cesse lui raconter jusqu’à ce qu’il en ait saisi le sens profond et que le problème correspondant ait été dépassé par lui. Mais actuellement les grand parents doivent de toute urgence raconter tous ces contes de fées, à la période favorable avant la concurrence de la T.V. des dessins animés, des bandes dessinées et des livres pour enfants.

Le mythe pose le fondement des choses alors que le conte en maintient le déroulement. Les mythes représentent souvent les exigences ir réalisables du surmoi alors que les contes dépeignent, sous une forme initiatique, l’inté gration du moi.

Le temps du conte est indéterminé, dans une période indatable, mais non originaire. In illo tempore, en ce temps là... Il était une fois... Du temps que les bêtes parlaient... Il y avait autrefois... Dans l’ancien temps... Il y a de cela mille ans...» Mais cela se situe dans le temps et non au début des temps comme le mythe. Ce n’est pas le temps du début, mais le temps d’après.
Au-delà, ce sont aussi des histoires d’enseignements, des essais déguisés pour dé crire l’indescriptible. Ils présentent la muta tion de la conscience, indispensable pour atteindre l’Eveil. Ils nous transportent au royaume du merveilleux et nous parlent d’un mode ancien de commu nication : l’enchantement de la nature. Ils nous révèlent les pouvoirs profonds de l’hom me. Ce sont de plus des charmes et des opérations magiques. Et ces histoires irréelles sont donc très vraies.
suite

et ceci pour terminer de Jean-Louis Bernard


Ce conte relate, en langage symbolique, en rébus, l’incarnation d’une femme prédestinée. Des fées, certes invisibles, se penchent sur son berceau pour lui transmettre des dons. Mais l’une, plutôt hostile, ne paraît pas : la sorcière (1) du conte. A la vérité, quoique jouant ce rôle, l’entité en question n’est pas une sorcière : elle n’a pas de « prise de terre » (l’accès au tellurisme, énergie qu’exploite la sorcellerie), car elle vit ou végète entre ciel et terre, dans une tour. C’est donc une ombre morte, non décomposée, en état de vie larvaire – celle même de la princesse, c’est-à-dire le reflet négatif de son existence précédente. Son rôle ? Retarder les métamorphoses de la princesse en mutation ou les contrarier.


Le drame de l’initié réside justement dans sa lutte passive contre un « autre lui-même », négatif, qui tient les clés de son destin passé ; c’est par réaction qu’il retrouvera la pleine possession de sa puissance antérieure.


Adolescente, la princesse se perse la main en touchant au fuseau de l’ombre. Tous les poisons de la mort viennent alors l’intoxiquer ; elle sombre dans l’état cataleptique – comme Blanche-Neige. Et son entourage, contaminé, sombre dans le même état de fausse mort. Comme pour Blanche-Neige encore, c’est le prince charmant (doté d’un charme dans la voix) qui mettra fin au sortilège.


Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Ven 05 Nov 2010, 09:25


Ce film se déroule dans le contexte d'une société contrôlée par le "nouvel ordre mondial" (gouvernement mondial fasciste), La "marque de la bête", un implant inséré sur la main droite ou sur le front, est imposée à la population mondiale ("la Communauté"). Ceux qui acceptent la marque font partie de la "Communauté", ceux qui la refuse sont emprisonnés et ensuite, décapités...

Un film bien au-delà de simples prétentions conspirationnistes, qui ne lui laisse personne indifférent. Un récit qui vous amène dans les profondeurs de l'angoisse, où la notion de choix a une portée d'éternité et où le courage et la foi sont les seules issues....

Là où il vaut mieux mourir debout que de vivre à genoux...

http://video.google.com/videoplay?docid=7724896226092261076#docid=185987024559941426

En anglais. Si vous trouvez un lien avec des sous-titres en français, veuillez l'afficher dans les commentaires.
par Isabelle
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Dim 19 Déc 2010, 19:07


Deux très bons sujets ici Au Lapin Blanc

L'Histoire telle qu'elle nous est contée est-elle une fiction?

et

La programmation prophétisée


Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mer 04 Mai 2011, 08:55

AU SUJET DE MATRIX SUITE/


Spéculations dans la Matrice ...

Avant cela Matrix il existait aussi un film qui s’intitulant “Matrix of Power” créé par le grand Jordan Maxwell (1989), où il explique que nous sommes contrôlé par un organisme secret qui s’appelle la Franc-Maçonnerie depuis des millénaires. Il y a aussi eut beaucoup de livres sur le sujet, où certains auteurs n’hésitent pas à employer le mot et le concept de la Matrix plus d’une fois.
Un examen attentif de la Trilogie Matrix nous fait découvrir de troublantes analogies avec la symbolique Maçonnique et l’on est en droit de se poser certaines questions… De même qu’il existe une maçonnerie dite “spéculative” tout ce que vous allez lire est purement “spéculatif”, je dirais même purement “virtuel” et donc ne correspond pas forcément à la réalité…
Le monde n’est pas tel que nous le voyons. qu’est ce qui est Virtuel / réel ? Matériel / Spirituel, visible / invisible ? Profane / sacré ? C’est finalement avec une rhétorique bien rodée utilisée par les mouvements religieux modernes que nous sommes progressivement déstabilisés pour nous “initier”.

Progressivement Morpheus, va tel un maitre avec son applomb et son assurance, commencer à “initier” Neo aux secrets de la Matrice. Jugez en plutot …

http://webrunner.kazeo.com/


Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mer 04 Mai 2011, 16:20

Comme l'intégration de groupe, la révolte peut effectivement être la conséquence d'une programmation.

Comment pourrait-on se situer dans notre environnement, dans notre évolution ?

L'acceptation de ce qui nous entoure est déjà une révolution, car accepter c'est sentir intimement "qu'il faut", et que le vrai n' Est pas encore perçu.

Utiliser la puissance du mental serait insuffisante, car nous somme limités dans le temps.

Mettre le mental en quarantaine ne serait guère plus efficace, car cela ouvrirait le portail à "des programmes" justement prévus pour intervenir en remplissant ce vide.

Nous sommes dans un piège, car notre perception des mots, des idées, des concepts est figée, et nous allons de barrières en barrières, et les sentiments dégagés par les tensions qui en résultent nourrissent le mécanisme pour créer de nouvelles barrières.

Le clef ne serait-elle pas dans l'élan entres ces barrières, l'anomalie se serait-elle pas justement ce sentiment profond qui nous pousse à nous trouver ?

Ce sentiment est trop souvent le résultat d'un manque, car nous sommes poussés constamment à l'identification extérieure, pervertion du désir. Ce sentiment est donc induit, encombré, dirigé sinon emprunté.

Toutes représentations graphiques de ce sentiment, de ce Ressentiment Existenciel est un moyen de le visser à la matière, de le rendre corruptible. Cela n'en demeure pas moins aussi un moyen d'y réchapper, si on le considère pour ce qu'il est, un symbole matriciel.

Comment retrouver la base de ce ressentiment indéfinissable, seule réalité, pour le laisser s'immiscer en nous dans sa plus grande pureté ? Devrions-nous vraiment aller au bout de nous même, dans le lâcher prise total, dans l'espace entre les temps, entre les créations, dans l'abîme même, dans cette mort dont parlent les grands mystiques ? Sans doute si l'on souhaite vivre éternellement dans cette perception de nous diriger nous même.

Et puis, ainsi nous ne serions même plus une anomalie, car nous puisons à la Source du système pour devenir partenaire de l'Architecte. D'ailleurs sans doute, l'Architecte lui-même ne peut se définir, car par définition son émanation lui échappe.

Une autre option existerait. La vie à outrance ne permettrait-elle pas aussi de vider les désirs et de faire surgir Dieu en nous ? Ce tantrisme serait une alternative, toutefois très délicate, car aussi être épuiser de désirs c'est surtout... être épuisé.

N'oublions pas non plus que nous sommes poussières (de Dieu) et que nous retournerons poussières (dans l'unité).

Alors, dans la création en marche, la Matrice dans ses causes et ses effets comme dans ses aléas, saurait bien qu'en elle se trouve la Source, et donc des moyens de se parfaire (tout est parfait en absolu) de l'intérieur, même si ce nouveau plan ne serait pas conforme à celui de l'Architecte. C'est là que se trouverait toute la dimension de l'expression "libre-arbitre". Dieu, Soi, Moi, Vous... Est par définition le Libre-Arbitre.
Revenir en haut Aller en bas
Le Mat



Masculin
Vierge Serpent
Nombre de messages : 89
Date de naissance : 04/09/1965
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Notre unique choix   Mer 01 Juin 2011, 21:37


Notre unique choix

Revenir en haut Aller en bas
Le Mat



Masculin
Vierge Serpent
Nombre de messages : 89
Date de naissance : 04/09/1965
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: "Black Swan", un conte pervertissant?...   Lun 18 Juil 2011, 14:48

"Black Swan",
un conte pervertissant?...

"La perfection, ce n'est pas juste le contrôle, c'est aussi savoir lâcher-prise"

A travers Black Swan, Darren Aronofsky dévoile un autre visage des danseuses étoiles, délaissant la blancheur candide au profit de la noirceur vénéneuse.

Nina est obsédée par la perfection. Trop sage et trop appliquée, elle incarne le cygne blanc idéal. Pour représenter le cygne noir, elle doit accepter de perdre le contrôle pour ainsi laisser s'exprimer sa part d'ombre sombre et érotique. Le réalisateur nous embarque dans la tête de son héroïne et bientôt c'est celle du spectateur qui tourne et qui se perd. On plonge en eau trouble dans les névroses de Nina. Plus elle se dévoue corps et âme à son obsession artistique, plus elle frise la folie, pour en devenir sa véritable esclave.

Angoisse, fragilité, désirs, refoulements, paranoïa, schizophrénie, démence, manipulation, pression, rythment ce film avec éclat. une réflexion sur la perfection et toute son illusion.

Gracieux, esthétique, audacieux

Natalie Portman excelle dans ce rôle de ballerine belle et fragile, aux prises d'une mère vampirique et d'une passion dévorante. Elle y est époustouflante et transpirante de sensualité. Une performance remarquable, dans laquelle la dualité est au cœur du film : sagesse/folie, candeur/perversion, perfection/abandon.

D'un point de vue visuel, le réalisateur joue d'une très belle esthétique, enchainant des rotations lascives et des jeux de lumières et de miroirs aussi renversants que les mouvements de corps.

Une immersion psychologique et inquiétante dans l'intériorité d'une ballerine qui n'a qu'un vœu : être parfaite. Poignant, absorbant, ensorcelant, on sort de la salle sur la pointe des pieds, avec le fracas du silence intérieur et on retient l'abandon de la dernière sentence : "It was perfect".


Un des grands axes de Black Swan de Darren Aronofsky est le passage brutal et violent d'une danseuse mal dans sa peau, de l'âge virginal à la femme fatale.

Le cygne blanc ou la jeune fille pure et introvertie

La frêle et timide héroïne, Nina Sayers, ne vit que pour la danse, sa seule passion. Travailleuse et volontaire, son existence est sous l’emprise totale de sa mère qui l’instrumentalise en objet pour réaliser à travers sa fille chérie ses rêves de danseuse râtée. Sa vie n’est rythmée que par les cours de danse et les moments passés en huis-clos en compagnie de cette mère tyrannique et coach à ses heures. Nina ne connaît pas le monde ni les plaisirs auxquels s’adonnent la plupart des filles de son âge. Elle vit dans un univers hermétique, un cocon d’apparence confortable que lui a fabriqué sa mère et qui l’entretien dans une jouissance narcissique.

Le cygne noir, lâcher prise pour devenir la femme séductrice et sexuelle

Lorsque Nina est nommée par le chorégraphe du Lac des Cygnes pour incarner le cygne blanc et le cygne noir, sa vie va prendre une tournure sombre. Ses démons vont remonter à la surface de son être pour faire éclore la créativité enfouie au plus profond d’elle-même, non sans souffrance. Le directeur de ballet, mégalomane et pervers la dit vierge et frigide. Pour incarner le cygne noir, il va la pousser à la débauche, aidé d’une ballerine concurrente. Nina va alors devoir puiser au fond d’elle-même la partie sombre qui sommeille en elle et qui fera d’elle non seulement une artiste accomplie mais aussi une femme.

Le passage du cygne blanc au cygne noir, la métamorphose psychologique

Les provocations que lui inflige le chorégraphe vont mener Nina à découvrir de façon violente des faces cachées de sa personnalité. Emergent alors, à sa surprise, des troubles enfouis auxquels sa vie faite d’interdits faisait écran. Mal à l’aise parmi les autres, étouffée par sa mère, la danseuse perfectionniste et académique, se voit souffrir de symptômes de paranoïa. A la moindre occasion elle imagine l’autre comploter contre elle et interprète chaque réaction de l’autre pour la retourner contre elle-même. A cela s’accompagne de crises de schizophrénie aigues et répétées où elle vit dans sa tête seulement, des scènes trash, violentes, sexuelles et sanguinaires qui lui paraissent réelles.

La scène finale voit mourir Nina incarnée en cygne blanc. Rêve ou réalité, tout le film repose sur cette dualité psychologique. La mort du cygne blanc est une mort symbolique. C’est avant tout la mort de la pureté, l’émergence du plaisir, la créativité au service de l’art. C’est la mort de la petite fille et la naissance de la femme vivante, assumant la part de désir et de fantasmes qui sont en elle.

http://www.suite101.fr/content/black-swan-une-analyse-axee-sur-la-dualite-psychologique-a25203

http://www.lesinrocks.com/cine/cinema-article/t/58975/date/2011-02-11/article/avec-black-swan-aronofsky-pervertir-les-regles-du-conte/

http://www.suite101.fr/content/black-swan-de-darren-aronofsky--quand-lanimal-fait-la-legende-a24159
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mar 06 Sep 2011, 22:04




Le Crépuscule des Dieux par Rafik Djoumi
Difficile d'évoquer la narration de Matrix sans prendre le temps de s'attarder sur les très nombreuses références philosophiques qui émaillent le récit. Nous n'en avons sélectionné qu'une petite partie, celles qui nous semblent le plus à même de préparer le terrain à la conclusion de la saga, tout du moins à la conclusion du récit. La conclusion globale sera traitée dans le chapitre suivant.


Ragnarök

" Le jour viendra où de grandes confrontations entre les hommes auront lieu et durant trois années se dérouleront d'importantes batailles inaugurant l'époque des haches et des épées. L'ordre disparaîtra et nul ne pourra se fier à quiconque, fût-ce à ses proches. En proie à la cupidité et à l'envie, les frères s'entre-tueront. (.) "

Ainsi débute le Ragnarök, légende cosmogonique des anciennes peuplades scandinaves.
De prime abord, cette légende s'inscrit dans une mythologie universelle de l'Apocalypse, celle que l'on retrouve à travers toutes les cultures (la Révélation de la Bible par exemple). Mais la particularité du Ragnarök est sa façon tout à fait explicite d'annoncer la disparition des divinités au profit d'une transcendance.
Pour des raisons d'ordre littéraire, " Ragna-rok " fut longtemps traduit par " Le Crépuscule des Dieux " mais une traduction plus juste en serait plutôt " La destinée des puissances organisatrices ", ce qui devrait permettre à un esprit du XXIème siècle de mieux saisir l'essence symbolique et universelle du texte ; l'idée étant que ce " crépuscule " annoncé est avant tout le crépuscule des forces qui définissent notre univers humain (la société et sa façon de percevoir le monde, par exemple).
Ainsi, Le Crépuscule des Dieux est à l'origine d'une mythologie tout à fait unique selon laquelle les Dieux, les puissances organisatrices, peuvent et doivent mourir, et que ce destin est inéluctable. Il n'y a là ni fatalisme ni résignation (le texte montre que les Dieux se battent même s'ils se savent condamnés) mais au contraire la nécessité de tout mettre en oeuvre, de lutter jusqu'à l'extrême limite, pour accomplir cette destinée, ce but plus élevé (en anglais " higher purpose ").
Le Ragnarök a durablement marqué les peuplades scandinaves et a partiellement défini la philosophie germanique.
Au XIXème siècle, le compositeur Richard Wagner allait en donner une illustration grandiose à travers son Opéra Le Crépuscule des Dieux (Götterdämmerung) 1 , tandis qu'un de ses amis les plus proches, Friedrich Nietzsche, exploiterait le sens de ce mythe dans son livre Le Crépuscule des Idoles (Götzen Dämmerung).

source


Dans la mythologie nordique, le Ragnarök est une fin du monde prophétique comprenant une série d'événements dont trois hivers sans soleil (Fimbulvetr) qui se succèderont, suivis d'une grande bataille sur la plaine de Vigrid. La majorité des divinités comme Odin, Thor, Freyr, Heimdall et Loki, mais aussi les géants et la quasi-totalité des hommes y mourront, une série de désastres naturels verront ensuite le monde submergé par les flots et détruit par les flammes. Une renaissance suivra, où les dieux restants, dont Baldr, Hödr, et Vidar, rencontreront le seul couple humain survivant, qui repeuplera le monde. Le Ragnarök est un thème important dans la mythologie nordique. Il est principalement relaté dans l’Edda poétique, en section de la Völuspá, probablement écrite par un clerc islandais après l’an milI 1, mais aussi dans l’Edda de Snorri, rédigée au xiiie siècle par Snorri Sturluson, qui s’est lui-même inspiré de l’Edda poétique.
Le Ragnarök est le sujet de nombreuses études et controverses visant à déterminer l'origine réelle du récit rédigé tardivement, après la christianisation du monde nordique. De nombreux spécialistes soutiennent que les textes faisant référence à la fin du monde prophétique sont inspirés des récits bibliquesS 1,C 1 du jugement dernierY 1, notamment l'Apocalypse et la fin du monde millénariste2,I 2, et de l’EcclésiasteC 2,3,4. Certains y trouvent également des comparaisons avec des récits d'autres mythologies indo-européennes, qui pourraient indiquer une origine commune du mythe ou des influences païennes extérieures. Pour de nombreux érudits, ces influences empruntées aux autres cultures et réécrites par des clercs chrétiens sont attribuées à tort à la mythologie viking, et ont déformé la connaissance que nous avons de la foi scandinave5,Y 1. Ce texte pourrait également puiser ses sources dans l'observation de catastrophes naturelles en Islande.
Richard Wagner a beaucoup popularisé le thème du Ragnarök avec son opéra Der Ring des Nibelungen, dont la dernière partie a pour titre Götterdämmerung, le crépuscule des Dieux.
Ragnarök

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mer 07 Sep 2011, 13:04

Bonjour
Je m'insère dans ce sujet assez tardivement. Mais en parcourant les différents messages, je ne peux m'empêcher de réagir.
Ma première réaction, c'est de vous remercier de m'indiquer un certain nombre de films que je n'ai jamais visionnés.
ma deuxième réaction concerne une affirmation de l'invité
Citation :
L'acceptation de ce qui nous entoure est déjà une révolution, car accepter c'est sentir intimement "qu'il faut", et que le vrai n' Est pas encore perçu.
L'acceptation est le contraire d'une révolution. C'est purement et simplement de la résignation.
Le processus de rebéllion procède non pas d'une programmation mais bien au résulte de la naissance du discernement. La Conscience guide alors l'intellect et l'esprit refuse de prendre pour argent comptant les doctrines et pseudo vérités propagées. L'esprit analytique se développe pour mettre en concordance les perceptions sensorielles, les aspirations du coeur et juguler la peur de l'inconnu.


ma troisième réaction c'est de commenter mes deux premières réactions.

Ce qui résulte de l'analyse des scénarii d'où sont issus ces nombreux films comme Matrix, Six, c'est qu'ils sont tous basés sur des paramètres communs:

  • un pouvoir centralisé dictatorial, aux pouvoirs immenses qui contrôle tout. Sorte de Big Brother
  • une paix sociale imposée par la terreur.
  • une économie complètement étatisée qui garantit un niveau de vie à tous les citoyens
  • Un peuple majoritairement résigné, sorte de victime consentante qui troque sa tranquillité existentielle et sa sécurité matérielle contre sa liberté de pensée, à l'instar de la fable de la Fontaine, "le Chien et le Loup". de ce fait le processus d'Évolution est stoppé.
  • un héros qui justement n'accepte pas l'ordre établi. Dans un premier temps il devient dissident, puis se révolte, entrainant avec lui une poignée de révoltés.


Dans ces scénarii, l'histoire se termine toujours sur une note d'espoir en ce sens que le héros devient vainqueur, anéantit le pouvoir central et pense libérer les citoyens de tout joug.
Mais dans la réalité, il est loisible de l'observer en ce moment où les démocraties occidentales ne portent plus que le nom tant elles sont complètement phagocytées par un pouvoir oligarchique centralisé et international et occulte (ou plutôt secret), il est impossible d'envisager un happy end. Car, dans ce monde de la dualité dialectique du bien et du mal la libéralisation des peuples entraîne toujours des effets secondaires nuisibles et souvent fatals.
A ce propos, je me permets de vous citer, si ce n'est déjà fait, et que vous connaissez peut-être un ouvrage classé dans la catégorie Science Fiction paru en 1970 intitulé:"Un bonheur insoutenable". Son auteur s'appelle Ira Levin, de nationalité américaine, né en 1929 à New York, décédé en 2007.

Selon moi, il s'agit d'une oeuvre majeure dont la portée va bien au delà de tout ce qui peut être publié en ce moment.
C'est dans ce contexte que je peux résister à vous en copier le résumé de la quatrième page de couverture.
Citation :
Dans un futur qui n'est peut-être pas très éloigné, toutes les nations sont désormais gouvernées par un ordinateur géant, enfoui sous la chaîne des Alpes.
Les humains sont programmés dès leur naissance - du moins ceux qui ont été autorisés à naître - et sont régulièrement traités par des médicaments qui les immunisent contre les maladies, mais aussi contre l'initiative et la curiosité.
Il y a cependant des révoltés. L'un d'eux, surnommé Copeau, va redécouvrir les sentiments interdits et d'abord l'amour. Il s'engage alors dans une lutte désespérée, contre ce monde trop parfait, inhumain, qui accorde certes le bonheur à tous, mais un bonheur devenu insoutenable parce qu'imposé.

En fait, le développement philosophique va beaucoup plus loin. Car opposé au bonheur ordonné et imposé, figure le chaos désordonné dans des zones libres. L'auteur n'hésite à plonger le lecteur dans une profondeur philosophique en lui suggérant une question induite: Que vaut-il mieux, un ordre mondial géré par un ordinateur qui régule les naissances, évite le saccage écologique de la planète, préserve les ressources naturelles alimentaires et minérales par l'application d'une politique maltusienne ? Ou le chaos organisé par la croissance économique libérale sans contrôle conduisant au gaspillage désordonné des ressources, à la destruction écologique de la planète par une surpopulation non contrôlée?
Cette question est d'actualité. Elles devient même plus brûlante que tous les autres problèmes existentiels.
le refus par l'ensemble des gouvernements et des dirigeants politiques de se poser cette problématique cruciale conduit l'humanité vers de très graves crises. Probablement à sa perte.




Ce livre est disponible sur Amazon.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mer 07 Sep 2011, 13:39

Je vous propose cet extrait très significatif du ton de l'ouvrage.
Page 152. Le héros, Copeau découvre qu'il existe des îles cachées par les cartes officielles d'Uni. Il va donc voir un de ses amis, résistant comme lui, surnommé Roi.
Citation :

"Roi se renfonça sous les couvertures, remonta le col de son pyjama et s'allongea sur le ventre.
Copeau resta assis sur sa chaise et attendit.
Au bout de quelques minutes,, Roi se mit sur le dos et se redressa, rejeta les couvertures et s'assit, posant ses pieds nus sur le sol. Il se gratta les cuisses des deux mains.
- Americanueva, dit-il, pas Flakland. Ils viennent sur le continent pour faire du commerce. Des créatures au visage poilus, vétues de tissus et de cuirs. (Il regarda copeau dans les yeux) Des sauvages dégoûtants et pourris de maladies; quand ils parlent on comprend à peine ce qu'ils disent.
- Ils existent. Ils ont survécus.
-Oui, mais c'est la tout ce qu'ils ont fait. leurs mains sont dures comme du bois à force de travail. Ils ont faim. ils se volent entre eux.
- Mais ils ne sont pas revenus dans le sein de la famille
- Ils seraient moins malheureux s'ils le faisaient. Ils ont toujours une religion, et boivent de l'alcool.
- Jusqu'à quel âge vivent-ils?
Roi ne répondit pas.
- Au delà de soixante deux ans?
Les yeux de Roi se firent petits et froids.
- La vie est-elle si merveilleuse qu'elle mérite d'être prolongée indéfiniment ? Que ce soit ici où là-bas, est-elle donc si extraordinaire que soixante deux ans ne soient pas assez au lieu d'être déjà bien trop? Oui, ils vivent plus veiux que soixante deux ans. l'un d'eux affirmait en avoir quatre-vingts. Mais ils meurent aussi plus jeunes
à trente ans ou même à vingt.- à force de travail et de misère, ou pour défendre leur "argent".
- Ce n'est qu'un groupe d'îles. Il y en sept autres.
- c'est surement partout pareil, dit Roi? Partout pareil.
- Comment le sais-tu?
- Comment pourrait-il en être autrement. Christ et Wei! Si j'avais pensé qu'une vie à demi-humaine était possible quelque part, j'en aurais parlé!
- Tu aurais dû le faire de toute façon. Il y a des îles tout près d'ici dans la Baie de la
Stabilité. Léopard et Chut auraient pu y aller. Ils seraient encore en vie.
- Ils seraient morts.
- Alors tu aurais pu les laisser choisir leur façon de mourir. Tu n'es pas UNI.
....


C'est cette peur biologique de la mort qui paralyse l'ensemble des esprits. Les humains sont prêts à toutes les résignations pour juguler cette peur et la rendre supportable.
C'est pour cela que le gouvernements totalitaires fleuriront toujours.
Les mensonges sont rassurants. Ils permettent de repousser l'échéance finale de la vie. La vérité revêt toujours un caractère apocalyptique.
Les religions agissent comme des sortes de gouvernements de la pensée. Elle propagent des doctrines mensongères qui rassurent les fidèles. C'est pour cela que ce religions doivent disparaître à l'aube de cette nouvelle ère afin de libérer les consciences. Devrait-on dire malgré elles, dans la douleur?.
Il semble que oui!


Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
franc-soi

avatar

Masculin
Sagittaire Cochon
Nombre de messages : 7
Date de naissance : 27/11/1959
Age : 57
Localisation : Champagne (hips!)
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mer 07 Sep 2011, 21:41

"La conviction que vous allez mourir un jour est le plus grave des obstacles."
Nisargadatta Maharaj.
:o)
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Lun 26 Sep 2011, 22:36

MERCI à David/V pour le partage de ce film!
L’Agence / The Adjustment Bureau est un film réalisé par George Nolfi avec Matt Damon etEmily Blunt. Ce film est l’adaptation de la nouvelle nouvelle Adjustment Team de Philip K. Dick, écrivain de génie dans la science-fiction.

Découvrez dans la suite la bande-annonce, les affiches et toutes les photos du film L’Agence !


Synopsis :

Sommes-nous maîtres de notre destin ? Ou sommes-nous manipulés par des forces invisibles ? David Norris entrevoit l’avenir que le Sort lui réserve et se rend compte qu’il aspire à une autre vie que celle qui lui a été tracée. Pour y parvenir, il va devoir poursuivre la femme dont il est tombé follement amoureux, à travers les rues de New York et ses réseaux souterrains.

David Norris est un homme politique ambitieux qui s’apprête à siéger au Sénat quand il fait la connaissance d’une éblouissante danseuse étoile, Elise Sellas. C’est le coup de foudre, mais David s’aperçoit rapidement que de mystérieux hommes conspirent à le séparer de l’objet de son affection.

Il prend conscience que ses adversaires ne sont autres que les agents du Sort lui-même – les hommes de L’Agence – qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher son union avec Elise. Face à une adversité écrasante, David doit choisir entre perdre l’être aimé et accepter le destin qui lui est dicté ou tout risquer pour défier le Sort et conquérir Elise.



Bande-annonce internationale du film L’Agence:





Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Sam 01 Oct 2011, 11:48

Citation :
"La conviction que vous allez mourir un jour est le plus grave des obstacles."
Nisargadatta Maharaj.

Ce n'est pas une conviction, c'est une certitude. La plus grave erreur à commettre est de croire que l'on peut échapper à la mort.....biologique.
Il est important de se préparer à l'inéluctable non pas dans la déprime et la tristesse, mais dans la joie.
Il y a une partie immortelle en nous, que la science moderne commence seulement à découvrir. Cependant le niveau de conscience ordinaire n'est pas encore au rendez-vous pour saisir l'immensité de ce que nous prépare ce qu'il faut bien appeler le nouveau savoir.

Ambre, merci de nous proposer ce film "L' Agence " qui peut bouleverser beaucoup de consciences positivement.
Un film que j'avais proposé sur ce forum.

Bon week end à tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Dim 09 Oct 2011, 21:03


Tintin un Parfait Cathare




Suite au livre du mois, absolument fascinant, présenté sur le portail,



"Le démon inconnu d'Hergé ou le génie de Georges Remi"

dont voici un très fidèle résumé:

L’auteur du Monde inconnu d’Hergé (Dervy, 2002), revient donc, comme il l’avait promis avec un second tome de facture identique au premier (annonçant au passage un troisième opus). Le père de Tintin aurait en effet bâti son oeuvre autour des enseignements de la Kabbale et des symboles du tarot, usant des signes comme autant de marqueurs d’une voie réservée aux seuls initiés.

Cette voie, Portevin l’évoque en ces termes : « Au-delà de l’esthétique ou de la lisibilité du propos, cette ligne claire fut le véhicule d’une pensée de la même veine. Outre la griffe d’Hergé, cette lumineuse façon, ce trait noir et blanc fut LA VOIE qui le guida, celle qui lui permit de cheminer entre le bien et le mal, le juste milieu des taoïstes, et de faire souche pour les futurs humanistes que nous sommes devenus sans peine en le lisant. ». Et plus loin : « Les aventures de Tintin et Milou sont une ligne claire, un fil conducteur des âmes et des destins tendus vers l’équilibre », c’est-à-dire vers cette individuation chère à Hergé. Le ton est donné, la direction tracée, et le style tout en verve nous entraîne dans une démonstration haletante. Guidés par l’admiration sans borne de l’auteur pour Hergé, nous voici en train de rechercher derrière la ligne claire les enseignements que le maître aurait laissés sur le dur chemin du sens caché.

On pourrait sourire devant ce projet, mais rapidement s’impose au lecteur qui accepte de jouer le jeu, l’incroyable et vertigineuse culture ésotérique de l’auteur. Sa connaissance des symboles a de quoi émerveiller, qui lui sert à retrouver d’improbables correspondances là où le lecteur ordinaire ne voit rien d’autre qu’un choix purement artistique. Recherchant les analogies, sa méthode consiste à débusquer les allusions derrière le moindre objet, les couleurs ou les noms. Mythologies antiques, textes des philosophes, tradition juive, symbolisme des alchimistes ou initiation rosicrucienne, Portevin fait flèche de tout bois et preuve de toute interprétation ; il n’est jusqu’aux symboles chimiques de la classification périodique des éléments de Mendeleïev qui ne fournissent des arguments supplémentaires à son astucieuse dissection analogique. On regrettera simplement que l’auteur n’ait pu reproduire les dessins auxquels se réfère sa démonstration. Pour le reste, l’accumulation des corrélations a de quoi émerveiller.

La présence finalement incongrue de tel ou tel signe (voir par exemple la subtile lecture des 7 boules de cristal à l’aune de la symbolique angélique, pp. 69 à 71) ou d’erreurs apparentes de dessin (répertoriées et ... réinterprétées p 76) dans l’oeuvre d’Hergé finissent par emporter l’intérêt du lecteur, mûr désormais pour se prêter aux montages virtuoses du décrypteur, qui éveillerait le doute dans l’esprit du critique le plus rationnel. Au demeurant, la méthode toute en transparence explicite, n’a rien du délire. Tout au plus pourrait-on rétorquer, qu’à celui qui cherche, les pistes s’ouvrent multiples au travers du simple jeu des coïncidences, spécialement dans cet univers à sens multiples des correspondances ésotériques multiformes. Mais Portevin déjà rétorque : « L’hermétisme utilise toutes les voies pour se transmettre, et le lecteur avisé peut retirer de la substance princière là où le profane ne verra que délire, ou, au mieux, fantaisie ». Ou encore : « Ne craignez pas l’exagération, vous seriez encore en dessous de la réalité ». Pour lui, aucun doute : Haddock c’est Dionysos, Tournesol c’est Hermès, Tintin un Parfait cathare, et ainsi de suite.
L’auteur nous guide, avec énergie mais minutie, sur les pas de ses propres doutes, de ses joies et de ses étourdissements, ne nous cachant aucun arcane, n’omettant aucune précision, n’écartant aucune des difficultés qu’il a dû surmonter : « Si vous avez le tournis, cela se comprend, je suis passé par là aussi », nous confie-t-il. Certes. Mais on se surprend également plus qu’à son tour à s’interroger sur le but ultime de cette accumulation érudite. Hergé nous livrerait-il donc les clefs de la compréhension et de l’acceptation de soi ? Portevin le croit et nous convie à une démonstration extraordinaire. Et qu’importe si cet ouvrage reflète d’abord la maestria de l’exégète, il nous donne l’occasion de regarder Tintin d’un autre oeil, et de se convaincre que c’est le propre des chefs-d’oeuvre que de s’offrir ainsi à une multitude de lectures croisées et savantes.

Joël DUBOS
je vous propose en

Avant-première exclusive « Les aventures de Tintin et le Secret de la Licorne »

Tintin au pays de Steven Spielberg


Le film "Les aventures de Tintin: le secret de la Licorne" produit par Peter Jackson (le réalisateur de la trilogie Le seigneur des anneaux) et par Steven Spielberg (le réalisateur de E.T.) et réalisé par ce dernier sortira au cinéma le 26 octobre prochain en France et le 23 décembre au Canada et aux États-Unis. Ce film est le premier d’une trilogie qui sera consacrée à Tintin, héros de la bande-dessinée créée par Hergé en 1929.

Entièrement réalisé en motion-capture (captation de mouvements), Les aventures de Tintin: le secret de la Licorne sera également présenté en 3D et promet d’être le film événement des fêtes.

Pour ceux et celles qui se demandent ce qu'est la technique de captation de mouvements, en voici une explication. Un petit génie nommé Vince Pace a mis au point une caméra virtuelle baptisée Fusion 3D. Elle se présente sous la forme d'un écran qui intègre directement l'image du comédien, revêtu d'une combinaison à capteurs, dans l'univers du film - décor, costumes qui ont été créés au préalable sur ordinateur. Chez Spielberg, les acteurs sont ainsi transformés en Tintin, Haddock ou les Dupond et Dupont auxquels ils transmettent leurs gestes, leurs mimiques et leurs émotions.

Le tournage a donc nécessité des acteurs. On retrouve dans le rôle de Tintin, Jamie Bell et Andy Serkis (Gollum dans Le Seigneur des anneaux) dans le rôle du capitaine Haddock. Simon Pegg et Nick Frost incarnent les Dupont et Dupond; Toby Jones, le professeur Tournesol ; Daniel Craig interprète le pirate Rackham le Rouge et... le Français Gad Elmaleh jouera Omar Ben Salaad, le méchant trafiquant d'opium du «Crabe aux pinces d'or».
Synopsis :
Tintin, notre intrépide reporter, son fidèle compagnon Milou et son inséparable ami le Capitaine Haddock partent à la recherche d’un trésor enfoui avec l’épave d’un bateau “la Licorne”, commandé autrefois par un ancêtre du Capitaine Haddock.


Source: http://blog.lefigaro.fr/bd/2010/11/les-premieres-images-du-tintin.html
http://lebuzz.info/2011/05/58000/tintin-de-steven-spielberg-deux-affiches-et-une-bande-annonce/
Voici les bandes-annonces version française et anglaise. Veuillez noter que les 2 versions sont complètement différentes.
Voici la bande-annonce en français.



source

Qui était Hergé:


« La vie secrète d’Hergé » d’Olivier Reibel – Aux Editions Dervy



Résumé :

Les nombreuses biographies et études consacrées au créateur de Tintin font presque toutes référence, à un moment ou à un autre, à l’intérêt qu’Hergé portait à la franc-maçonnerie, aux sciences occultes, à la théosophie…
mais aucune n’avait été aussi loin dans ses investigations pour comprendre qui était Georges Remi. Ami d’Edgar P Jacobs et de Jacques Van Melkebeke qui l’ont beaucoup influencé, Hergé, personnage secret et indéchiffrable, connaissait parfaitement ces milieux, peut-être même faisait-il partie de certains, mais qui était-il vraiment ? Quel message voulait-il transmettre ? Pour le savoir, Olivier Reibel, en tintinophile averti, a donc décrypté les albums de Tintin, les uns après les autres, pour y dénicher la moindre référence, le moindre indice.
À l’aide d’extraits, il montre qu’Hergé nous fait continuellement des clins d’oeil à l’aide de dessins, mais aussi d’expressions, d’onomatopées… Truffée d’éléments inédits et très documentée, cette enquête passionnante démontre que l’ésotérisme est bien omniprésent au coeur de l’oeuvre et de la vie d’Hergé, et nous dévoile les nombreux symboles ésotériques occultés, illustrant chaque album de Tintin.


Dernière édition par AMBRE le Dim 17 Fév 2013, 10:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mer 30 Nov 2011, 17:49

Une autre version suite au sujet l'histoire de Pinocchio EN PAGE 1


Citation :
En conclusion
Vue à travers les yeux d'un initié, l'histoire de Pinocchio, au lieu d'une série d'aventures hasardeuses, devient une allégorie spirituelle profondément symbolique. Des détails du film qui paraissent sans signification révèlent soudain une vérité ésotérique. S'inspirant de classiques de la métaphysique comme les Métamorphoses et Jonas et la baleine, l'auteur de l'histoire, Carlo Collodi, a écrit un conte initiatique moderne, qui est le plus important aspect de la vie maçonnique. Quoique l'allégeance de Disney à la franc-maçonnerie a toujours été discutée, le choix de cette histoire comme le deuxième dessin animé créé par les studios est très parlant. De nombreux détails symboliques ajoutés dans le film manifestent une grande connaissance de la signification occulte sous-jacente du livre de Collodi. En voyant les nombreuses rééditions de Pinocchio et son succès mondial on peut dire que le monde entier a été témoin de son chemin d'illumination, mais très peu l'ont vraiment compris.
Comparée à d'autres articles de ce site, qui se révèlent d'une plutôt sinistre signification, l'histoire de Pinocchio est un exemple du plus noble côté des enseignements occultes. S'efforcer d'atteindre un plus haut niveau de spiritualité par auto-amélioration est un thème universel qu'on trouve dans la plupart des religions. Pinocchio reste malgré tout typiquement maçonnique et révèle le contexte philosophique de ceux aux commandes des médias de masse.
Traduit par Hélios

par Hélios
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Mer 30 Nov 2011, 19:15

Bonsoir Ambre


Citation :
Vue à travers les yeux d'un initié, l'histoire de Pinocchio, au lieu d'une série d'aventures hasardeuses, devient une allégorie spirituelle profondément symbolique.

Même au travers des yeux d'un non-initié, il devient évident que l'histoire de Pinocchio décrit le destin idéal de l'humanité.
Nées comme des marionnettes animées par des fils invisibles les âmes incarnées progressent et subissent toutes les tentations d'un Pinocchio, jusqu'à devenir en fin de parcours, des âmes libérées par mutation intérieure.
Et pour cela, il faut deux conditions qui s'enchaînent car elles dépendent l'une de l'autre. D'une part entrer en connexion avec sa Conscience supérieure, ce qui entraîne l'aide indispensable d'une Fée ou d'une entité spirituelle pour que la mutation ou la migration, ou l'ascension se produise.

Là encore, le livre de Carlo Collodi peut traverser les âges sans déchaîner les passions malveillantes parce qu'il possède plusieurs niveaux de lecture et que de toute façon il ne s'adresse pas au cortex mais à la conscience des lecteurs. De ce fait le dessin animé de Walt Disney n'a pu en altérer le message initial.

Donc, c'est le moment pour foncer dans la ou les chambres des enfants et de leur piquer la cassette ou le DVD de Pinocchio pour le revisionner avec des yeux neufs.

Bonne soirée
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Ven 09 Déc 2011, 10:09

Bonjour Ambre

Tu viens juste d'envoyer ce message. Hasard ou coïncidence?
Cela fait plusieurs jours que je m'interroge sur un sentiment prégnant: d'où viens cette certitude que j'ai déjà lu ce dernier roman de l'écrivain américain Douglas Kennedy intitulé " cet instant là"?
Mon cerveau bouillonne. J'en parle à Annick. Elle m'écoute, en silence. Je la sens dépassée par mes paroles tout en m'accordant la sincérité dans mes propos.
Je n'arrive pas à me débarrasser de ce sentiment que je ne maîtrise pas. Car il ne fait aucun doute que ce roman vient d'être édité pour la première fois. Je ne PEUX pas avoir lu ce roman dans le passé puisqu'il n'existait pas.
Alors une intuition a germé dans mon esprit et me hante depuis. Il ne peut y avoir qu'une seule explication logique: que nous ayons plusieurs vies simultanées dans des univers parallèles aux temps décalés. Il se serait donc produit une connexion ponctuelle pour le passage d'une information partagée simultanément sur deux plans parallèles dans lesquels ma Vie se déroule sur un tempo différent?
Je risque d'être pris pour un "allumé", un fou. Tant pis! Je te fais part d'un sentiment très fort, une certitude intérieure qu'aucune objection ne pourra contrarier et détruire.

Donc merci de me donner une occasion d'exprimer ce questionnement
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Ven 09 Déc 2011, 10:23

Bonjour Kernoa,
je viens de rajouter la légende de la photo plus haut, et tu comprendra donc ,à la lecture de la digresion que j 'ai faite dans le post "Le temps des hybrides" , que NON je ne te prend pas pour un fou!

J ai toujours cru, su que nous vivons dans différentes dimensions simultanément!
Je le vis depuis toujours...le rêve de Thalia n est pas une illusion, j 'écrivais en 2007 dans \"légende personnelle\" :



"c est l histoire d une petite fille qui se nomme Thalia!
Elle parcours les galaxies depuis l age de 4 ans;
elle nage dans la terre,
marche dans l eau,
vole dans le feu des entrailles de Gaia
et se déplace dans l univers à dos d oiseaux gigantesques.
Son corps lui fait mal quand elle revient de ces voyages fantastiques!
Et pourtant toutes les nuits depuis 40 ans on l appelle!
Elle a vu la planète aux deux lunes,elle a vu le chaos de la terre,elle a vu les cratères cracher le souffre,elle a vu l onde qui détruit et s evertue toutes les nuits dans les bruits sourds de son lit à transmuter l Ombre en Ambre de vie"



je t' Ambrasse avec un A

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Ven 09 Déc 2011, 10:50

Citation :
je t' Ambrasse avec un A

Dommage!
Merci pour ta réponse.
Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Ven 27 Jan 2012, 10:04


L'incroyable générique du Millenium de David Fincher (+ Making-of)


Si le nouveau film de David Fincher, Millenium, s'apprête à secouer les foules en 2012, c'est en partie grâce à son magnifique générique qui, dès les premières minutes, plonge le spectateur dans un monde de violence et d'infection. Quelques explications et le générique en question, pour les plus impatients d'entre vous...


Dans cette introduction cauchemardesque, Lisbeth Salander (Rooney Mara) est approchée et brutalisée numériquement. Des mains s'agrippent à son visage, une substance noire coule et s'infiltre partout, prenant violemment forme avant de s'effondrer et de se reformer. Cette riche interview de Tim Miller, co-fondateur de Blur et réalisateur de cette séquence, nous révèle que ce générique devait « représenter les moments clés de la vie de Lisbeth dans le film. Cela devait prendre l'apparence d'un cauchemar ». Pour s'intéresser à son univers mental, Miller a donc décidé d'utiliser des éléments liés au hacking, notamment le clavier d'ordinateur, des touches géantes qui étaient censées représenter une cartographie du film, et un liquide noir qui s'y infiltre. Partant de cette idée de départ, Miller et Fincher ont mis en place le modèle d'une Lisbeth cyberpunk et romantique, dont les rêveries seraient hantées par les souvenirs de son père, la brutalité des hommes autour d'elle, la peur du contact.

Nous découvrons dans cet article beaucoup de références visuelles utilisées pour la création de cette séquence d'ouverture, notamment les fleurs, le phénix, tel le cycle de la vie et de la mort, des influences très littérales et tirées de la trilogie de romans Millenium. Un générique qui parlera aux adeptes de l'oeuvre de Stieg Larsson, ou à ceux qui ont déjà eu la chance de voir le film en avant-première, tant les références imagées aux rebondissements de l'histoire sont importantes. La musique de Trent Reznor et Atticus Ross (chantée par Karen O) matraque ce modelage et remodelage continuel avec force, et établit une ambiance fidèle à la noirceur et au pessimisme du fi
lm.


source


Encore un magnifique sujet pour une exégèse par Sphinx!

Vidéo de la bande annonce :
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Ven 27 Jan 2012, 12:12

Bonjour Ambre
et merci pour ce message.
Je suis un adepte de Stieg Larsson et je conseille vivement la lecture des trois volumes de Millénium.
Par contre je n'ai pas le talent de Sphinx pour faire des exégèses pertinentes sur des films, toutefois ce spot m'inspire un sentiment de plus en plus partagé par un grand nombre d'humains sans qu'ils osent se l'avouer que nous sommes entrés dans un véritable cauchemar.
Et cela ne fait que commencer.
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Ven 02 Mar 2012, 19:47

Que sait-on vraiment de la réalité !? What the bleep do we know !?


Que sait-on vraiment de la réalité!? est un nouveau type de film. Il est en partie documentaire, en partie fiction, et fait appel à des animations visuelles raffinées et inspirantes. Le rôle principal, joué par l’actrice Marlee Matlin, est celui d’Amanda, qui se retrouve dans une sorte d’Alice au pays des merveilles fantastique quand sa vie quotidienne et banale commence littéralement à basculer, révélant le monde incertain du champ du quantum caché derrière ce que nous considérons comme notre normalité, réveillant la "réalité".

Amanda se voit littéralement plongée dans un tourbillon d’accidents chaotiques, alors que les personnages qu'elle rencontre dans cette odyssée lui révèlent la connaissance la plus profonde et secrète qu’elle recherchait sans en être même consciente. Comme tout héros, Amanda est jetée en pleine crise, remettant en cause les fondements de sa vie et la réalité à laquelle elle a cru. Comment sont les hommes? Comment les rapports avec les autres devraient être et comment ses émotions affectent son travail?

A mesure qu’Amanda apprend à se reposer sur l'expérience, elle finit par dominer ses craintes, gagne en sagesse, et découvre les clefs des grands secrets ancestraux, tout cela dans le plus grand divertissement. Elle n'est alors plus la victime des circonstances, et se trouve au contraire en voie de devenir la force créatrice de sa vie. Et sa vie ne sera plus jamais la même.

Les quatorze scientifiques et théologiens interviewés dans le documentaire font office d’une sorte de chœur grec moderne. Dans une danse filmique astucieuse, leurs idées se tissent et illustrent l’enchevêtrement de l’histoire. Les pensées et les propos d'un membre du chœur font écho dans ceux du suivant, ajoutant ainsi davantage d'emphase au concept fondamental du film: l'inter-connexité de toutes les choses.

Ils y exposent également les grandes questions soulevées par la science et la religion, lesquelles apparaissent dans le film sous la forme de différents actes. Au cours du film, la distinction entre la science et la religion se brouille peu à peu, puisque nous nous rendons compte qu’essentiellement, la science et la religion décrivent les mêmes phénomènes.

Le film utilise l'animation pour rendre compte de la connaissance radicale que la science a apportée ces dernières années. Ces animations explorent le fonctionnement intérieur du cerveau humain et elles nous présentent la plus petite forme de conscience dans le corps: la cellule. Faites avec humour, précision, et irrévérence, ces scènes sont seulement une partie de ce qui rend ce film unique dans l'histoire du cinéma et en fait un véritable succès commercial.

Que sait-on vraiment du cerveau ?
Le cerveau ne fait pas la différence entre ce qu’il voit et ce dont il se souvient.

Il existe des centaines de suppositions qui ne sont pas vraies. Si nous nous laissons guider par l’histoire, bien des choses qui paraissent évidentes, s’avèrent inexactes.

Le cerveau traite 400 milliards de bits d’informations par seconde, bien que nous n’en ayons conscience que de deux mille. Ces deux mille bits d’informations font seulement référence à l’environnement, à notre corps et au temps. Nous ne voyons que la pointe de l’iceberg du monde dans lequel nous vivons.

Des expériences scientifiques ont permis de constater que si l’on examine le cerveau d’une personne grâce aux techniques informatisées et qu’on lui demande de regarder un objet, certaines parties du cerveau s’illuminent. Si on lui demande ensuite d’imaginer le même objet, les yeux fermés, les mêmes parties du cerveau s’illuminent, comme s’il le regardait. Les chercheurs se demandent : voyons nous avec nos yeux ou avec notre cerveau ? Qu’est-ce que la réalité ?

Que sait-on vraiment de la mémoire ?
Le cerveau agit de telle sorte qu’on ne voit que ce qui nous paraît possible. Une histoire raconte : quand la flottille de Christophe Colomb arriva aux Caraïbes, les indiens d’Amérique ne voyaient pas les bateaux parce que leur cerveau ignorait l’existence de ces caravelles. Cependant, un chaman remarqua que des ondes se formaient dans la mer, mais il ne voyait aucun bateau. Il observa l’horizon tous les jours et finalement les aperçut. Les autres lui faisant confiance et le croyant, réussirent également à voir les caravelles.

Nous voyons toujours une chose après son reflet dans le miroir de la mémoire. Le reste de la réalité pénètre notre cerveau mais nous ne l’intégrons pas.

Que sait-on vraiment de la physique quantique ?
De tout l’espace que contiennent les atomes et les molécules, les particules représentent une infime partie du volume de cet atome ou de cette molécule. Ce sont les particules fondamentales, le reste n’est que vide.

Les scientifiques ont toujours considéré la matière comme la plus haute expression de ce qui est statique et prévisible. Il faut cependant reconnaître que même le monde matériel qui nous entoure, les chaises, les tables, les chambres, les tapis…, ne sont que des mouvements possibles de la conscience. La physique quantique le dit très clairement.

Selon Heisenberg, codécouvreur de la physique quantique, les atomes ne sont pas des choses ; ce sont seulement des tendances. La physique quantique calcule seulement des possibilités. Mais si nous acceptons cela, nous nous demandons immédiatement : qui ou quoi choisit, parmi toutes ces possibilités, celle qui sera l’expérience en soi ?

Que sait-on vraiment de nos émotions ?
Les émotions servent à stocker quelque chose de chimique dans la mémoire à long terme. Il y a une substance chimique pour chaque émotion que nous éprouvons.

Dès que nous éprouvons cette émotion dans notre corps ou notre cerveau, nous réunissons les peptides et nous les déversons dans le sang. Chaque cellule de notre corps est dotée de récepteurs situés à l'extérieur. Quand un peptide atteint une cellule, c'est comme un verrou qui n'a qu'une clé. Il s'agrippe à la surface du récepteur. Il fait bouger le récepteur, comme s'il sonnait à la porte. Il envoie un signal à la cellule. Que la fête commence !

Qui régit la façon dont nous maîtrisons nos émotions et nos réactions ? Si on répète souvent le même exercice, les neurones créent une relation durable. Si on est en colère tous les jours, ou qu'on se sent frustré, si on souffre tous les jours, ou qu'on se sent brimé au quotidien, on alimente quotidiennement ce réseau neuronal. Ce réseau a alors une relation durable avec toutes les cellules nerveuses qui déterminent notre personnalité.

Si on ne réagit pas par automatisme, si on observe ce qui se passe, nous ne sommes plus un être émotif qui réagit machinalement à son environnement. Les émotions sont-elles mauvaises ? Non, elles sont vivantes. Elles avivent nos expériences. Le problème, c'est notre dépendance. La plupart des gens n'ont pas conscience que leur dépendance aux émotions n'est pas uniquement psychique, mais aussi biochimique.

Si on ne peut pas maîtriser ses émotions, on en est dépendant. Nous sommes des émotions et vice versa. Chaque groupe de cellules qui vient se nourrir et repart pour guérir ou réparer quelque chose, est sous l'influence des émotions. On peut devenir accro à chaque neuropeptide et à chaque émotion.

Notre esprit crée littéralement notre corps. Tout commence dans la cellule. C'est une machine à fabriquer des protéines. Mais l'impulsion provient du cerveau.

Notre seul moyen, pour être un jour satisfaits de nous ne sera pas d'agir sur notre corps, mais sur notre esprit. Donc, si nous façonnons consciemment notre destin et si nous sommes spirituellement conscients que nos pensées peuvent affecter notre réalité et notre vie, car c'est la même chose, nous sommes alors outillés pour donner forme à notre journée.

Eh bien, le moment est venu de changer de cap sur la route de notre aventure!

http://www.humanitysteam.fr/shop/Que-sait-on-vraiment-de-la-realite-What-the-bleep-do-we-know_p5.html
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Fiction romanesque et réalités spirituelles   Ven 06 Avr 2012, 10:23

L'Avatar, Aang...Mangas initiatiques...


Avatar ou Avatar, le dernier maître de l'air (Avatar: The Last Airbender) est une série télévisée d'animation américaine créée par Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko et diffusée pour la première fois depuis le 21 février 2005 et la dernière fois le 19 juillet 2008 sur le réseau Nickelodeon. En France, la série a été diffusée à partir du 27 août 2005 sur TF1 dans l'émission TF! Jeunesse, à partir du 16 septembre 2006 sur Nickelodeon et depuis janvier 2007 sur Game One. Au Québec, la série a été diffusée sur VRAK.TV. Se déroulant dans un monde d'arts martiaux et de magie élémentaire aux accents asiatiques, la série suit les aventures du successeur d'une longue lignée d'Avatars, Aang, et de ses amis dans leur quête pour sauver le monde de l'impitoyable Nation du Feu. La série a été écrite à la manière d'une collection livresque, chacun des épisodes représente un « chapitre » et chacune des saisons, un « livre ». C'est un des rares dessins animés évolutifs. En effet, les personnages changent énormément au fil des épisodes, mais comprenant également une riche variété culturelle ainsi qu'une forme de démarche initiatique simplifiée.
Initialement prévue pour novembre 2004, Avatar: The Last Airbender débuta à la télévision le 21 février 2005. L'émission a reçu un accueil favorable à la fois du public et de la critique1, attirant 4,4 millions lors de son record d'audience2.
Le succès de la série a incité Nickelodeon à commander une seconde saison3 et une troisième a été annoncée en 20074. L'ensemble des produits dérivés comprend six boîtiers de DVD, des figurines (15,34 cm), un jeu de cartes à collectionner, des jeux vidéo, des peluches distribuées par Paramount Parks, et deux boîtes de Lego5.

Aang est le héros de la série animée Avatar, le dernier maître de l'air de Nickelodeon.
Aang est un moine de la tribu nomade de l'air et la dernière réincarnation de l'Avatar.
Il est aussi le dernier maître de l'air encore en vie. En tant qu'Avatar, Aang représente la passerelle entre le monde spirituel et celui des humains.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Avatar,_le_dernier_ma%C3%AEtre_de_l'air
http://fr.wikipedia.org/wiki/Avatar,_le_dernier_ma%C3%AEtre_de_l'air


Transcript du 2x19 d'Avatar par JSF:

- Pour réussir à maîtriser l'état d'avatar, tu dois ouvrir tous tes chakras. Aang, dis-moi tout ce que tu sais sur les chakras ?
- Les chakras ? qu'est-ce que c'est ?
- Je vois oui... nous allons donc devoir commencer au tout début. L'eau circule dans ce cours d'eau comme l'énergie circule à l'intérieur de notre corps. Comme tu le vois, l'eau tourbillonne dans plusieurs sortes de bassins avant de descendre. Ces bassins ressemblent en tous points à nos chakras.
- Nos chakras sont des sortes de tourbillons d'énergie dans notre corps.
- Exactement. Si rien ne le contrariait, ce cours d'eau s'écoulerait, clair et pur. Mais en fait, la vie est difficile et des tas de choses tombent dans notre cours d'eau. Et qu'est-ce qui arrive ensuite ?
- Le cours d'eau ne s'écoule plus.
- Exact, mais si l'on ouvre le chemin entre les différents bassins...
- L'énergie circule !




- Il y a sept chakras le long de notre colonne vertébrale. Chacun de ces bassins d'énergie a sa raison d'être et peut être bloqué par les résidus d'émotions négatives particulières... Mais attention, ouvrir ses chakras est une expérience d'une extrême intensité. Et lorsque le processus a commencé, on ne peut plus l'arrêter tant que les sept chakras ne sont pas ouverts. Tu es prêt ?
- Je ferais tout pour y arriver.
- Nous devons d'abord ouvrir notre chakra de la terre, situé à la base de la colonne vertébrale. C'est le siège de la survie et c'est la peur qui le bloque. De quoi as-tu le plus peur ? Laisse toutes tes peurs faire surface... Aang, ce que tu vois n'est pas la réalité. Tu es préoccupée par ta survie, mais tu dois abandonner toutes ces peurs. Laisse ces peurs s'écouler dans l'eau du cours d'eau... ça y est ! tu as ouvert ton chakra de la terre.
Ensuite, il y a le chakra de l'eau. Ce chakra est le siège du plaisir, et c'est la culpabilité qui le bloque. Maintenant, regarde toute cette culpabilité qui te pèse tant... qu'est-ce que tu te reproches ?
- Je me suis enfuis... j'ai fait souffrir beaucoup de personnes...
- Accepte la réalité. Accepte que ces choses là soient arrivées... mais ne les laisse surtout pas polluer ni empoisonner ton énergie. Si tu dois avoir une énergie positive sur le monde, tu dois avant toute chose te pardonner.
Le troisième, c'est le chakra du feu. Il est situé dans l'estomac...
Ce chakra est le siège de la volonté, et c'est la honte qui le bloque. De quoi as-tu honte ? Quelles sont les choses qui t'ont le plus déçues chez toi ?
- Je n'essaierai plus jamais de maîtriser le feu, c'est impossible.
- Tu n'atteindras jamais l'équilibre si tu renies cette partie de toi-même (...)
Le quatrième chakra est situé dans le coeur. C'est le siège de l'amour, et c'est le chagrin qui le bloque. Visualise tout ce qui a pu te faire de la peine.
Tu as effectivement vécu une terrible perte... mais l'amour est une forme d'énergie qui tourbillonne tout autour de nous. L'amour que t'a porté les nomades de l'air n'a pas quitté ce monde, il vibre encore au fond de ton coeur, et il renaîtra sous la forme d'un nouvel amour. Laisse ta douleur s'en aller... très bien Aang...
Le cinquième de la série c'est le chakra du son. Il est situé dans la gorge. C'est le siège de la vérité, et il est bloqué par les mensonges qu'on se fait à soi-même. Tu ne peux pas te mentir à ta véritable nature. (...)
C'est très bien, tu viens d'ouvrir ton chakra de la vérité.
Le sixième bassin d'énergie, c'est le chakra de la lumière. Il est situé entre les deux sourcils. C'est le siège de l'intériorité et il est bloqué par l'illusion... La pus grande illusion de ce monde c'est l'illusion de la séparation. Les choses qui te semblent différentes et séparées sont en fait une seule et même chose (...)
- Nous sommes tous reliés, tout est en relation sur la terre.
- Très juste Aang, même la séparation des quatre éléments est une illusion. Si tu ouvres ton esprit, tu verras que les quatre éléments ne font en réalité qu'un. Ce sont les quatre parties d'une seule et même chose. Même le métal n'est jamais qu'un morceau de terre qui a été purifié et raffiné. (...)
- Le dernier chakra...
- Une fois que tu l'auras ouvert, tu pourras entrer et sortir de l'état d'avatar quand tu le voudras. Et lorsque tu seras dans cet état, tu pourras rester parfaitement conscient et contrôler tout ce que tu fais.
- Je suis prêt allons-y.
- Le chakra de l'esprit est situé sur le sommeil de la tête. C'est le siège de l'énergie cosmique pure, et ce sont les attachements terrestres qui le bloque. Médite sur tout ce qui t'attache à cette terre...
Maintenant... laisse tous ces attachements s'en aller, laisse les descendre le long de la rivière...
- Quoi ? pourquoi devrais-je oublier Katara ? Katara c'est quelqu'un que j'aime...
- Apprends à la laisser s'en aller, ou bien tu ne pourras jamais aider l'énergie pure à se déverser dans l'univers.
- Pourquoi je choisirais l'énergie cosmique plutôt que Katara ? Pourquoi ce serait mal de ressentir de l'attachement pour elle ? A quelques chakras de là c'était plutôt bien...
- Tu dois apprendre à t'en détacher.




Avatar se distingue par ses multiples emprunts aux mythes et aux arts asiatiques pour créer tout un univers fictif. Mis à part la conception graphique de ses personnages qui est très inspirée par le dessin animé japonais, Avatar est aussi un mélange de philosophie chinoise, japonaise, mongole, coréenne, indienne, et tibétaine, de religions, de langues, de vêtements, d'arts martiaux, et de cultures asiatiques. En outre, la tribu de l'eau de la série est fortement influencée par la culture Inuit. Parmi les influences explicites il y a l'histoire chinoise et l'art chinois, l’anime japonais, l'hindouisme, le taoisme, le bouddhisme14, et le yoga. L'équipe de production emploie Edwin Zane, en tant que consultant culturel pour vérifier les scripts15.[
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
Fiction romanesque et réalités spirituelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le meilleur des mondes : De la fiction à la réalité
» Le meilleur des mondes : De la fiction à la réalité
» Le meilleur des mondes : De la fiction à la réalité
» DECOUVERTE D'UNE PLANETE HABITABLE : fiction ou réalité ?
» TSW : quand fiction et réalité sont très proche ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Elargir son Horizon-
Sauter vers: