ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES BAINS DERIVATIFS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: LES BAINS DERIVATIFS   Ven 10 Aoû 2007, 11:21

LES BAINS DERIVATIFS


Introduction

Personne n’ignore que nous avons tous dans le corps ce que nous nommons ici des surcharges, des surplus, des éléments en trop qui n’ont rien à faire là. Ce sont principalement les aliments que nous ingérons en trop et qui se déposent en graisses, les fumées et gaz provenant d’usines, des automobiles, de la cigarette, des aérosols contenant des déodorants, produits ménagers, laques, pesticides… qu’il est difficile d’éviter d’inhaler. Tout cela se dépose dans notre corps, nous ne savons pas très bien où, pour combien de temps. Nous ne savons pas trop non plus quels dommages ces dépôts inutiles peuvent entraîner.


Ces surcharges alourdissent parfois notre silhouette, mais la maigreur ne l’exclut pas, elles sont là.


Nous savons déjà par exemple que la présence de surcharges comme les goudrons, crée un terrain favorable au développement des cancers. On pourrait être tenté de dire que les goudrons du tabac « donnent » le cancer. Les expériences pratiqués sur des rats badigeonnés de goudron portent à le croire. Mais toutes les personnes qui fument ne meurent pas obligatoirement du cancer :elles présentent seulement plus de risques. Et les rats dont on parle ne mènent pas une vie de rats sauvages et libres, ils vivent un stress de captivité.


Nous savons peu de chose sur ce que la présence d’excédents « alimentaires » plus ou moins harmonieusement répartis peut engendrer dans les parties de notre corps où elles se trouvent nécessairement.


Des récentes recherches américaines sur la maladie d’Alzheimer ont mis en évidence la présence de surcharges en protéines des neurones.


Même s’il ne s’agit là, pour le moment que d’une simple constatation et que l’on croit savoir déjà que les causes de cette maladie peuvent être multiples, cette découverte devrait éveiller notre intérêt et nous obliger à nous interroger. La surcharge alimentaire en protéines, « aliments » considérés par la majorité des consommateurs comme les plus « nobles », est-elle anodine ? Dans nos pays où abondent les régimes minceurs à base de protéines, où la consommation de viandes, laitages, fromages supplante pour bon nombre des plus favorisés celle des légumes, fruits et céréales, que pouvons-nous « entendre » dans l’expression « surcharges en protéines » ? Qu’en est-il des autres « aliments » excédentaires ?


En l’absence d’études systématiques sur les effets des surcharges alimentaires et en essayant d’observer aussi objectivement que possible depuis vingt ans sur de nombreuses personnes les effets des « accumulations » et des « disparitions » de ces excédents, les deux questions posées ici sont :

Comment se déplacent ces surcharges venues du tube digestif, autrement dit, comment se répartissent-elles ?

Existe-t-il un moyen de les faire revenir au tube digestif afin d’y être éliminés par la voie naturelle ?

En supposant que l’on puisse répondre de manière affirmative à la seconde question, et si la présence de surcharges dans le corps peut sembler parfois préjudiciable, on entrevoit là une approche globale du fonctionnement de l’homme qui donnerait une orientation nouvelle à la recherche.


Or il existe bel et bien - pour y répondre - chez l’homme comme chez l’animal une compétence archaïque qui, si elle est courante chez l’animal, est en passe de disparaître chez l’homme. Ici et là de par le monde, y compris dans les pays industrialisés, elle est utilisée avec des résultats qui devraient pour le moins attirer l’attention du chercheur. Nous la nommerons le Bain dérivatif.

Tel est l’objet des pages qui vont suivre.


A la découverte du Bain dérivatif


Une compétence archaïque perdue


Dernière édition par AMBRE le Ven 20 Mar 2015, 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES BAINS DERIVATIFS   Jeu 19 Mar 2015, 18:11

SITE OFFICIEL

« Bienvenue sur le site officiel de la Méthode France Guillain.



Le succès de la méthode et des bains dérivatifs à travers le monde a donné lieu à la création de nombreux sites et blogs sur le sujet, et je remercie les personnes qui contribuent à faire connaître ces précieux savoirs. Toutefois, si vous souhaitez pratiquer la méthode originale, informez-vous à la source, car je ne réponds pas de la validité des réponses données en dehors de ce site officiel. Merci! » – F.G.

LA MÉTHODE FRANCE GUILLAIN
Sur ce site, nous ne parlons que de moyens naturels et accessibles à tous pour se maintenir en forme avec de la FRAÎCHEUR (Bain dérivatif et Poche spéciale Yokool), une bonne ALIMENTATION (Miam-Ô-Fruit, Miam-Ô-5) , de l’ARGILE et du SOLEIL DOUX.

Nous sommes sept milliards d’humains sur la planète. La bonne forme est-elle réservée au milliard le plus aisé? Certes non. J’ai pu le vérifier au cours de mes nombreux voyages autour du monde, en observant que la nature nous offre les moyens gratuits de vivre longtemps en bonne forme.

Découvrons les principes de base qui, combinés ensemble, nous permettent d’offrir le meilleur à notre corps.



Depuis des années, on nous répète que nous devons consommer cinq fruits et légumes par jour. Mais on ne nous dit ni pourquoi ni comment. C’est à ces deux questions que répond exactement Le Miam-Ô-Fruit. Vous ne le connaissez pas ? Cherchez sur le web, il est partout. Car c’est lui qui permet le mieux de manger ce qu’il nous faut en fruit. On le sait, les deux grandes causes de vieillissement prématuré et de maladies dégénératives sont l’oxydation et l’inflammation. Le Miam-Ô-Fruit est un giga anti-oxydation tout en restant un repas délicieux et très économique. Il ne provoque pas d’échauffement du corps, il chasse le mauvais gras. C’est le petit déjeuner de très grands sportifs et de bien des artistes, le régal des très jeunes enfants. Tant de gens de tous âges le pratiquent aujourd’hui un peu partout dans le monde qu’un « guide du Miammeur » était devenu indispensable : le voici entre vos mains!
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Et si demain nous n'avions plus d'eau pour nous laver ?   Ven 07 Oct 2016, 10:30

Comment des commerçants malins ont vendu aux américains l'idée de « propreté »


Ce n'est qu'au début du 20ème siècle, lorsque la publicité s'est développée, ce qui n'est pas une coïncidence, que les américains ont commencé à s'intéresser de près à l'hygiène corporelle. L'industrie publicitaire a créé un « besoin » pour des produits nouveaux comme le « savon de toilette » ou le « bain de bouche » qui n'existaient pas jusqu'alors. Aujourd'hui la plupart des gens ont pris l'habitude de se laver les cheveux et la peau avec du savon et du shampoing, qui éliminent les matières grasses naturelles, puis de remplacer ces matières grasses par des hydratants et après-shampoings synthétiques.

Sott a écrit:
Commentaire :Arrêtons (presque) de nous laver !

Il y a le "politiquement correct", qui façonne le langage politique et populaire pour asseoir une forme de contrôle social. Parlera-t-on d'un "proprement correct", pour évoquer les nouveaux standards de l'hygiène corporelle transformés, dorénavant, en un diktat de la propreté aseptisée ? Ne pas prendre sa douche quotidienne parait aujourd'hui impensable. S'abstenir de le faire, s'en ouvrir aux autres, c'est s'exposer à l'œil torve et suspicieux de celui que les publicitaires et les industriels ont savamment su rallier à leur cause : le microbe est l'ennemi, il faut se désinfecter ; l'odeur du corps, socialement inacceptable, il faut l'éliminer ; les imperfections physiques, insupportables, il faut les camoufler. Remontons pourtant deux ou trois générations en arrière : nous pouvons avoir le souvenir d'une époque ou il n'était pas honteux de prendre une douche une ou deux fois par semaine. Faudrait-il comprendre qu'en ce temps-là, la population évoluait en permanence dans un remugle pestilentiel, causant suffocation et maladies, parce que, pauvre d'elle, elle était ignorante des "bienfaits" d'une douche prise une fois par jour ?

Il ne s'agit pas, évidemment, de ne plus se laver, de porter sa crasse comme un étendard, de revendiquer sa puanteur, en imposant tout ceci à son entourage. Comme en toute chose, il y a certainement un juste milieu, des façons de faire plus appropriées, quelques croyances à laisser derrière soi, un peu de bon sens, le tout en accord avec les quelques connaissances objectives que la science sait toujours nous apporter. C'est ce que l'on peut constater dans l'article ci-dessous.


Existe-t-il des risques à se laver trop souvent ?

Il existe des risques à plusieurs niveaux, en commençant par la perturbation de votre équilibre microbien. Les répercussions à long terme de ce déséquilibre sont encore à l'étude, mais éliminer les bonnes bactéries de votre peau pourrait empirer certains problèmes de peau comme l'eczéma. De nombreux membres du mouvement « no-poo » (un groupe de personnes qui n'utilisent pas de shampoing pour se laver les cheveux) soutiennent que le fait de ne pas utiliser de shampoing rend leurs cheveux plus sains, plus brillants et plus lisses.
Il y a également le problème des gels douches et shampoings chargés de substances chimiques. En réduisant votre nombre de douches, vous remettez en question le besoin de ces produits et de leurs ingrédients souvent toxiques. Il y a également des questions d'ordre environnemental, en particulier en ce qui concerne la consommation d'eau.
Une douche de sept minutes consomme plus d'eau qu'un bain, et on estime que la consommation d'eau pour les douches sera multipliée par cinq d'ici 2021. Sans parler du fait que si vous vivez en ville et que votre eau n'est pas filtrée, votre douche vous expose de façon majeure à des sous-produits cancérigènes de la chloration tels que des trihalométhanes (THM). Les THM sont associés au cancer de la vessie et à des problèmes gestationnels et de développement. Le simple fait de vous doucher dans une eau traitée, que vous absorbez tant par votre peau que par vos poumons, peut représenter un risque important pour votre santé - et pour celle de votre bébé à venir si vous êtes enceinte.

De nombreuses études ont montré que la douche et le bain sont des voies d'exposition importantes et qu'elles peuvent même représenter une proportion plus importante de votre exposition totale que l'eau que vous buvez. À cet égard, réduire la durée de votre douche est important pour contribuer à limiter votre exposition. Le plus important, toutefois, est que la plupart des gens n'ont pas besoin de se frotter le corps de la tête aux pieds chaque matin ou soir. C'est inutile et cela perturbe la communauté microbienne délicate et bienfaisante qui vit sur votre peau.

voir cet article avec de nombreuses références et liens

https://fr.sott.net/article/29093-Arretons-presque-de-nous-laver
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES BAINS DERIVATIFS   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES BAINS DERIVATIFS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les bains dérivatifs
» Les bains dérivatifs
» Bains dérivatifs
» Les Bains dérivatifs : Un Moyen de santé simple, efficace et gratuit
» Bains dérivatifs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Santé-Soins holistiques...-
Sauter vers: