ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Savoir de quoi on parle !!!

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Mer 24 Sep 2008, 19:37

Les alertes causées par les ouragans, les aléas de la campagne pour la Maison Blanche, la chute annoncée de quelques grands instituts bancaires, les nouvelles alliances conclues par la Russie, et la perspective d’une guerre avec l’Iran… monopolisent l’attention des medias américains.
Ils accordent d’autant moins d’intérêt aux récits de manifestations d’Ovnis. Les sujets évoqués par les participants des forums ufologiques reflètent ces préoccupations. La rentrée de septembre apparait pleine d’incertitudes.
La fin du mois, qui marque le terme de l’année fiscale aux Etats-Unis, pourrait exposer assez crument les faiblesses du système monétaire et constater la faillite de plusieurs autres grandes banques.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C’est alors que le site web du Projet Camelot de Bill Ryan et Kerry Cassidy présente une nouvelle interview de 35 minutes de leur informateur George Green : “Il aborde les questions économiques, l’attitude des militaires Russes, la probabilité d’une guerre avec l’Iran… George évoque la nécessité pour l’Equipe de terrain (The Ground Crew), de s’organiser et se préparer pour des temps difficiles. La situation évolue rapidement, et il nous a proposé de le recontacter d’ici quelques jours, le temps pour lui de reprendre contact avec ses propres sources à Washington et ailleurs; il compte nous indiquer quelques solutions alternatives. En attendant, il affirme que les extraterrestres sont actuellement nombreux à observer la situation sur Terre, préoccupés d’une éventuelle nucléarisation de l’hémisphère nord.







Le Projet Camelot avait diffusé en avril dernier son interview video de George Green : “Après son service militaire dans l’Air Force (où il voit une soucoupe dans un hangar de la base Edwards), il a évolué dans les milieux financiers à un niveau élevé de responsabilités.


Il évoque le travail particulier qu’il accomplit avec les ‘Pléïadiens’ et autres intelligences bienveillantes, pour éveiller les gens en préparation des temps qui viennent. Peu de nos contacts ont un éventail d’expériences personnelles aussi vaste.
Il lui est arrivé, selon son expression, “de jouer dans la cour des grands”. Il lui fut demandé de construire un camp de prisonniers, dans les environs Las Vegas. Il refusa. Ensuite, on lui proposa de présider le pôle financier de l’administration Carter.
Il refusa également, après qu’il eut compris que la plupart de ses possibles partenaires n’avaient pas une conduite éthique. A la suite de ce refus, on lui coupa tous ses crédits; il perdit des millions de dollars lorsqu’on supprima le financement de dizaines de ses projets de construction. Sans se laisser décourager, George est reparti de zéro.



Il consacre sa vie à faire prendre conscience que la réalité est bien différente des apparences. Son ”[/size]Manuel Pour Le Nouveau Paradigme, diffusé gratuitement sur le web, a été lu par des millions d’internautes.


George est un être amical et plein d’humour qui s’exprime avec une grande décontraction. Son message doit être pris très au sérieux; il consiste à dire qu’il reste très peu de temps pour se préparer. Ses sources l’informent qu’il est pratiquement trop tard pour ceux qui tardent à s’éveiller.
Personnellement, il a choisi d’aller s’installer en Equateur dès qu’il aura rempli ses engagements pour assurer encore deux conférences publiques. Selon lui, de nombreux initiés ont acheté des propriétés dans ce pays, et ont déjà quitté les USA.



Bill et Kerry ajoutent : Nous lui avons demandé quand ces changements surviendront. En réponse, il a regardé sa montre :
C’est à l’instant ou nous frapperons l’Iran qu’il vaudra mieux ne plus se trouver sur le sol américain… Bientôt, on se réveillera un lundi matin pour constater que le monde a totalement changé.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 241
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 51
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: La véritable cause de la crise financière   Mer 08 Oct 2008, 17:44

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mondialisation : la tour de Babel de la finance et son inéluctable effondrement.


Ce qui ne sera pas indiqué comme la cause première de la crise financière actuelle, et probablement l'effondrement inéluctable de cette vaniteuse et immorale tour de Babel des profits sans limites, est en réalité la mondialisation aux règles si perverses qu'elles constituent le coeur d'une ontologie aux effets dévastateurs.

Cette mondialisation est à l'image de l'industrie pharmaceutique moderne, qui propose des médicaments qui soulagent temporairement, mais ne guérissent pas. Pendant que le remède apporte un soulagement aux maux du malade, ce dernier a le sentiment que son médecin est un bon thérapeute, et que les laboratoires pharmaceutiques sont, par leurs recherches, les joyaux de la modernité d'une civilisation hautement développée. Le problème c'est qu'en réalité tout le processus repose sur une énorme supercherie celui qui a pour base morale plus que douteuse les profits maximums. Quelle officine commerciale serait assez stupide de proposer des solutions à ses clients qui auraient pour conséquence de lui faire perdre ce client qu'elle vient de servir ... Alors soulager oui, mais guérir ce serait se condamner à une mort certaine et la perte des lourds investissements qui ont été nécessaires à la mise au point d'un remède, source de considérables profits espérés.

Ce médicament proposé aux malades sera donc efficace surtout dans l'illusion qu'il apporte et l'addiction qu'il provoquera chez le patient, au point que ce dernier aura l'impression qu'il ne peut pas vivre normalement sans lui. Le soulagement apporté ne durera qu'un temps limité, mais inéluctablement d'une part, l'effet d'accoutumance aidant il deviendra de moins en moins efficace, malgré l'augmentation profitable (pour la finance) des doses ; et d'autre part, l'accumulation dans l'organisme des molécules de synthèse finira par se révéler autrement plus nocive et destructrice que les maux qu'elles étaient sensées soulager... Le mécanisme de fonctionnement de ce processus peut se résumer de la façon suivante : espérance, illusion, effondrement et désillusion.

La mondialisation a été présentée comme l'espérance d'un partage des richesses entre les pays pauvres et les pays riches, remède à la misère endémique d'une partie de l'humanité, avec pour conséquence bénéfique l'élargissement des marchés offrant une plus grande possibilité d'enrichissement pour les pays riches (illusion de gains sans pertes pour qui que ce soit)... Pendant la mise en place de la thérapie, l'effet placébo aidant, nous avons pu avoir l'illusion que le remède apportait un véritable soulagement à l'humanité, notamment dans un abaissement des famines et du nombre de pauvres. Mais pendant cette période de soulagement, l'organisme de la mondialisation accumulait des molécules de synthèses parfaitement diaboliques et dont le poison insidieux s'est propagé dans tout ce corps donnant pourtant l'apparence d'une bonne santé, alors qu'il n'était que sous dopage de substances terriblement destructrices, administrées par les Dr. Mabuse de la finance et de la banque, vampires à la voracité sans limites.

Sous le faux masque de la libéralisation des marchés, se cachait en réalité le spectre destructeur de la loi du plus fort. Le vice sait pertinemment que pour prendre et occuper durablement le pouvoir, il doit obligatoirement singer la vertu. Le romantisme d'une généreuse répartition des richesses, n'était qu'un alibi (fausse barbe) permettant à la plus insondable cupidité de faire avancer sa gloutonnerie au-delà des limites dans lesquelles les règles contraignantes l'obligeaient à pondérer son appétit. Ici le libéralisme s'est révélé comme une molécule de synthèse se substituant à la molécule naturelle qu'est la liberté. S'il n'y a pas de liberté sans lois justes et appliquées, le libéralisme qui ne peut se satisfaire de ces lois contraignantes pour tous, y compris pour lui-même, y a substitué la loi du plus fort qui est en vérité l'absence de loi et de contrainte.

Après le drame de 1929, la catastrophe économique, — déjà issue d'une tentative de mondialisation, qui a été purgée par ce que Bille Bonner a qualifié de : plus grand programme de travaux publics de tous les temps : La Seconde guerre mondiale — , les règles que s'étaient imposées les nations se sont rapidement révélées insupportables pour l'appétit et le manque de civisme des prédateurs internationaux. Le 15 août 1971 Le président R. Nixon faisait sauter l'une des plus importantes celle de la convertibilité du dollar en or. Probablement que l'Histoire finira par admettre que celui qui a allumé la mèche de la prochaine déflagration économique est ce président des États-Unis.... Lorsque le président Carter, sous la pression d'économistes libéraux, organise en 1971 la libéralisation du transport aérien avec l'Air Deregulation Act, il a poursuivi dans la même voie de suppression des règles de son prédécesseur. Cette suppression des règles entamée par ces présidents va très rapidement s'étendre à l'ensemble du secteur de l'industrie et des services tant aux États-Unis qu'en Europe et dans le reste du monde.

La finance mondiale profite alors à plein de ce capitalisme en état de dopage intensif par un
dollar papier, fausse monnaie
devenue monnaie internationale. La prospérité (soulagement temporaire) qui se répand dans l'économie mondiale est à dose homéopathique pour les classes inférieures ou moyennes, mais à dose intensive pour les classes supérieures et ce secteur privilégié qu'est celui de la finance. Cette croissance non vertueuse de l'activité économique s'est faite en dépit et au mépris des règles environnementales, sociales et culturelles. L'absence de morale et d'éthique a ouvert la boîte de Pandore à la réduction des pouvoirs des états au profit des marchés financiers utilisant, pour s'affranchir totalement de toutes contraintes, les paradis fiscaux et les secrets bancaires. Ils ont été suivi de près par les mafias et les groupes terroristes qui se sont abondamment servi de ces nouvelles possibilités pour parvenir aux attentats du 11 septembre 2001, qui n'auraient probablement pu se faire si les règles antérieures avaient été maintenues, même largement modifiées pour s'adapter aux naturelles évolutions de la civilisation.

Le dernier acte de cette dérégulation est certainement le Gramm-Leach-Billey Act, qui en 1999 a remplacé la loi Glass-Steagall ; cette dernière interdisait aux banques de proposer des services d'investissements et d'assurances, et d'effectuer des regroupements entre banques commerciales et banques d'investissement.

Les Dr. Mabuse de la finance, cantonnés dans les hedge funds, ce sont depuis répandus dans toutes les structures financières (banques, assurances, institutions gérantes des fonds de pensions et de retraites etc.) avec leurs pilules empoisonnées aux noms de subprimes, CDO, RBS, CDS et bien d'autres bestioles de nature destructrices dont le grand public finira par entendre parler, mais uniquement lorsqu'il sera pour lui trop tard.

Le mal que manifeste la mondialisation, malade qu'elle est de ses fameux remèdes miracles, est analogiquement semblable à celui d'un patient qui s'est drogué pendant des années avec un médicament soulageant passagèrement ses troubles, et qui découvre que ce fameux remède a engendré un mal autrement plus grave que celui qu'il avait, car celui-là, à l'inverse de l'autre, est mortel !

Comme diraient les médecins face à une telle situation, le cas de ce patient est grave, il ne lui reste que quelques semaines, tout au plus quelques mois à vivre, durant cette période il donnera parfois l'impression qu'il est en phase de rémission, mais ce sera pour mieux replonger dans sa dégradation, avant de mourir dans la douleur.

Aujourd'hui, le problème de la santé financière internationale est tel, que les remèdes proposés sont en vérité que des palliatifs qui se révéleront à l'usage comme étant une aggravation du mal, masquée par un soulagement transitoire.

La solution à cette dramatique situation est semblable à l'un des travaux d'Hercule celui qui consistait au nettoyage des écuries d'Augias... Mais encore faut-il avoir les capacités, les talents et les facultés d'Hercule pour faire ce travail...

Dans la tradition Hermétique, lorsque le vice parvient à s'affranchir totalement des servitudes de la vertu, c'est pour sombrer dans l'involution et la régression la plus complète, écraser par l'effondrement des édifices vaniteux ayant voulu défier les puissances et les forces supérieures qui habituellement régulent sagement le cours des choses.

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme disait Rabelais, et lorsque la vertu n'est plus au coeur de l'ontologie d'une civilisation, d'un état, d'une religion, d'un système économique, culturel ou social, cela les condamne inexorablement à leur perte, c'est le sens qu'il convient de donner à la parabole de la Tour de Babel, et la mondialisation n'est pas autre chose qu'une Tour de Babel.


Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Ven 10 Oct 2008, 09:23

par Gérard Lemarquis

Un pays en faillite potentielle mendiant à l'étranger un financement à court terme, deux des trois grandes banques nationalisées en catastrophe, une inflation de 15 % et une monnaie, la couronne islandaise, qui, en un an, a perdu 60 % de sa valeur : telle est la situation actuelle de l'Islande. Comment a-t-on pu en arriver là ? C'est la question que se pose l'Islandais moyen en ayant le sentiment de n'avoir participé en rien à cette piteuse équipée.
Cette crise qui terrasse l'Islande n'est pas franchement visible. Les grandes artères de Reykjavik sont embouteillées des mêmes somptueux 4×4 matin et soir. La forêt de grues est toujours là, surplombant des chantiers en panne. Là ou devaient se construire un palais de la musique, un "World Trade Center", un hôtel de luxe de 400 chambres et le nouveau siège de la banque Landsbanki - en cessation de paiement et nationalisée depuis mardi 7 octobre au matin -, seule la salle de concert verra le jour. Mais Reykjavik reste à la fois calme et industrieuse avec ses ciels de pluie fulgurants et son chômage inexistant.

Oui, comment en est-on arrivé là ? L'Islande n'est pas un pays en voie de développement, c'est une société très moderne de 330 000 habitants, la plus riche des nations nordiques après la Norvège, qui caracole en tête de tous les palmarès internationaux. C'est un Etat de droit dont les institutions sont analogues à celles des pays scandinaves. Et pourtant, on en est arrivé là.

Il y a d'abord un problème intérieur qui n'est pas nouveau : les Islandais, depuis plusieurs générations, vivent à crédit, au-dessus de leurs moyens. Plusieurs générations l'ont fait depuis la guerre, c'est leur culture, et ils ont toujours payé leurs dettes au prix d'un deuxième, voire d'un troisième boulot. On a ici le sentiment de vivre quand on a de l'argent, c'est-à-dire quand on n'en a plus le temps. Mais ce n'est pas cela qui a ruiné l'Islande, même si les banques, caressant les Islandais dans le sens du poil, leur proposaient encore récemment de payer leur logement sur quarante ans sans apport personnel. Les jeunes couples qui ont été tentés le paient aujourd'hui chèrement : leur dette dépasse la valeur de leur bien immobilier. Les générations précédentes s'en sortent un peu mieux. Leurs retraites seront amputées, le premier ministre, Geir Haarde, l'a annoncé sans ambages lundi, car les fonds de pension possèdent un important portefeuille d'actions dans les banques en déroute.

Mais, si le problème n'était qu'intérieur, la petite société islandaise aurait tôt fait de s'en remettre, tant les cycles de récession et d'expansion se mettent rapidement en marche dans une société aussi réduite. Le problème est, en fait, la taille démesurée des banques islandaises par rapport au pays et l'imprévoyance et les erreurs de la banque d'émission islandaise. Le premier ministre a révélé que les dettes des banques représentaient douze fois le PNB de l'Islande. Il était temps que les Islandais, surpris, l'apprennent.

La troisième banque du pays, Glitnir, fut la première à ne pas pouvoir se refinancer. La nouvelle de sa nationalisation a ébranlé la confiance dans les filiales de la seconde banque, Landsbanki. Ses clients ont récupéré leurs avoirs en Grande-Bretagne dans un mouvement de panique, mettant la banque Landsbanki à genoux. En cessation de paiement, elle a été placée sous le contrôle des autorités financières. Et qui, pendant la crise, a donné l'impression de ne pas mesurer la situation ? Qui, depuis des années, a évité de signaler l'excessif endettement des banques ? Le directeur de la banque d'émission, M. David Oddsson, ancien premier ministre et président du parti conservateur et qui continue en sous-main de tirer les ficelles de son parti, oubliant parfois qu'il n'est plus premier ministre.

Les banques islandaises sont récentes et leur histoire est une saga édifiante. Jadis toutes les banques d'Etat, très nombreuses dans un aussi petit pays, ont fusionné. Il n'en est plus resté que trois, privatisées dans les années 1990. Le schéma est jusqu'ici classique. Mais à qui confier le noyau dur de ces banques ? Cruel dilemme et conflit d'intérêt : les riches repreneurs se sont avérés être des entrepreneurs qui, une fois devenus banquiers, se sont accordé des crédits avec une coupable libéralité.

Les deux banques, aujourd'hui nationalisées, ont des profils qui se ressemblent. Notons, pour les freudiens, que les entrepreneurs islandais sont soit des frères, soit une association père-fils.

L'homme d'affaires Björgólfur Gudmundsson, qui vient de perdre des dizaines de milliards de couronnes en trois jours, avait tenté d'ouvrir à la concurrence le transport de fret maritime en Islande. Acculé à la faillite, il émigra en Angleterre. Alcoolique repenti mais confiant dans l'avenir de la consommation d'alcool en Russie, il y créa une brasserie et introduisit à Saint-Pétersbourg la consommation des mélanges "breezers" vodka-soda. Bien gérée, l'entreprise prospéra et fut revendue à Heineken. "Gudmundsson Monte-Cristo", de retour en Islande, avait les moyens d'acquérir la Landsbanki avec l'argent russe. Mais le père et le fils se lancèrent dans la pharmacie et le téléphone en Europe de l'Est, puis dans une grande variété d'investissements pas toujours heureux en Grande-Bretagne. Le père, tel un oligarque russe, s'offrit un club de foot de première division britannique, West Ham, un rêve de gosse.

Johannes et Jón Ásgeir Jóhannesson, qui possédaient 31 % de la banque Glitnir, la première à être nationalisée, c'est aussi l'histoire d'un père et de son fils. Le père, épicier, lança une chaîne de supérettes "discount". Le fils a épousé l'héritière de la plus grande chaîne de supermarchés. Là aussi, une grande ambition glissa lentement vers la démesure. Au Danemark, leur société, après avoir investi massivement dans l'immobilier, lança un quotidien gratuit aujourd'hui disparu.

Leur situation financière en Grande-Bretagne là encore n'est guère plus brillante : seuls les petits pois congelés Iceland font des bénéfices. Toutes les enseignes prestigieuses achetées au prix fort dans la mode, la joaillerie ou les jouets ne sont plus vendables. Bien qu'appauvri le fils vole toujours en jet privé entre l'Islande et New York où il réside.

Mardi matin, la banque d'émission a doté la couronne d'un taux fixe (130 couronnes pour un euro), et les Russes ont promis un prêt de 4 milliards d'euros. Ce retour des Russes fait sourire ceux qui se souviennent de la guerre froide. Les Américains avaient alors une base de 4 000 soldats qu'ils ont désertée depuis pour des destinations plus chaudes, l'Islande étant un maillon essentiel de repérage des sous-marins soviétiques. Les Russes, à l'époque, courtisaient les Islandais, et troquaient du pétrole contre des vêtements de laine et du hareng. L'Islande a perdu de son importance géopolitique, mais pourrait redevenir intéressante si la fonte des glaces polaires devait transformer le nord des côtes de la Sibérie en autoroute maritime.

Source :
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Mar 14 Oct 2008, 20:56

Entretien avec un dissident français contraint à l’exil
Thierry Meyssan : « Si j’avais plié, je n’aurais pas eu à partir » La fermeture des bureaux français du Réseau Voltaire et l’exil de son président suscitent bien des interrogations. Certains commentateurs y ont vu la fin d’une aventure ; d’autres au contraire, observant que ces décisions n’ont pas diminué la combativité du Réseau, ont essayé de savoir ce qui les avait motivées. Thierry Meyssan s’en explique ici. Il décrit une France, placée sous le contrôle des services états-uniens, où une opinion publique anesthésiée n’a pas conscience du contrôle politique. À ses yeux, il y avait péril en la demeure et la menace qui l’a contraint à partir ne tardera pas à s’exercer sur d’autres.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
13 octobre 2008

Depuis
Beyrouth (Liban)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Vous avez quitté la France il y a un an, en septembre 2007. Vous n’êtes pas n’importe quel expatrié : vous êtes connu dans le monde entier comme l’initiateur du mouvement de contestation de la version gouvernementale des attentats du 11 septembre, le leader d’un mouvement anti-impérialiste, et dans certains pays vous êtes présenté comme le principal dissident occidental. Pourquoi avez-vous été contraint à l’exil ?
suite
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Mer 22 Oct 2008, 11:33

Citation :


Au contact de W., Condoleezza s’est écartée du « réalisme » politique de sa jeunesse. Elle partage désormais les crises de mysticisme du président. Si George W. Bush revendique devant ses interlocuteurs ébahis prendre ses décisions sous inspiration divine directe, Condi quant à elle est persuadée d’accomplir les prophéties bibliques. Elle participe aux conventions baptistes et dans des discours enflammés résume sa nouvelle politique « Le message de l’Amérique ne peut être plus clair : les gouvernements n’ont aucun droit de s’interposer entre les individus et le Tout-Puissant ». Lorsqu’à l’été 2006, les avions israéliens déversent un tapis de bombes états-uniennes pour raser le sud du Liban, Condoleezza récuse toute interruption diplomatique des opérations et déclare extatique : « Je ne vois pas l’intérêt de la diplomatie si c’est pour revenir au status quo ante entre Israël et le Liban. Je pense que ce serait une erreur. Ce que nous voyons ici, d’une certaine manière, c’est le commencement, les contractions de la naissance d’un nouveau Moyen-Orient et quoique nous fassions, nous devons être certains que nous poussons vers le nouveau Moyen-Orient et que nous ne retournons pas à l’ancien ». Les mots sont choisis, ils font référence à L’Évangile selon Saint Mathieu (chapitre 24) : la destruction du Liban serait un signe annonciateur du retour glorieux du Christ.

L’enfoncement de Washington dans l’irrationnel suscite des réactions aux États-Unis. Le magazine National Enquirer révèle que Condi et Randy ne sont pas deux « vieilles filles » partageant leur maison par souci d’économie, mais ont une liaison depuis 25 ans. À la Knesset, un député irrité évoque publiquement une relation entre la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, et son homologue états-unienne. Le lesbiannisme de la secrétaire d’État fait un peu désordre dans le milieu puritain, mais il est trop tard pour protéger un jardin resté si longtemps secret.

Le mandat de George W. Bush touche à sa fin. Le moment est venu pour Condi de se trouver un nouveau mentor, un nouveau domaine où elle puisse « être deux fois meilleure que les autres ». La presse US évoque son possible rôle de candidate à la vice-présidence dans un ticket avec John McCain. Elle dément : « Je n’ai pas le temps, j’ai trop de choses en main ». Pourtant, elle commande des sondages sur sa popularité.
Thierry Meyssan


Samedi 18 Octobre 2008

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Jeu 18 Déc 2008, 20:42

partage de deniz
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Crise systémique globale : Nouveau point d’inflexion en Mars 2009 ’Quand le monde prend conscience que cette crise est pire que celle des années 1930’

- Communiqué public GEAB N°30 (16 décembre 2008) -
16/12/2008

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



LEAP/E2020 estime que la crise systémique globale connaîtra en Mars 2009 un nouveau point d’inflexion d’une importance analogue à celui de Septembre 2008. Notre équipe considère en effet que cette période de l’année 2009 va être caractérisée par une prise de conscience générale de l’existence de trois processus déstabilisateurs majeurs de l’économie mondiale, à savoir :
1. la prise de conscience de la longue durée de la crise
2. l’explosion du chômage dans le monde entier
3. le risque d’effondrement brutal de l’ensemble des systèmes de pension par capitalisation
Ce point d’inflexion sera ainsi caractérisé par un ensemble de facteurs psychologiques, à savoir la perception générale par les opinions publiques en Europe, en Amérique et en Asie que la crise en cours a échappé au contrôle de toute autorité publique, nationale ou internationale, qu’elle affecte sévèrement toutes les régions du monde même si certaines sont plus affectées que d’autres (voir GEAB N°28), qu’elle touche directement des centaines de millions de personnes dans le monde ’développé’ et qu’elle ne fait qu’empirer au fur et à mesure où les conséquences se font sentir dans l’économie réelle. Les gouvernements nationaux et les institutions internationales n’ont plus qu’un trimestre pour se préparer à cette situation qui est potentiellement porteuse d’un risque majeur de chaos social. Les pays les moins bien équipés pour gérer socialement la montée rapide du chômage et le risque croissant sur les retraites seront les plus déstabilisés par cette prise de conscience des opinions publiques.
Dans ce GEAB N°30, l’équipe de LEAP/E2020 détaille ces trois processus déstabilisateurs (dont deux sont présentés dans ce communiqué public) et présente ses recommandations pour faire face à cette montée des risques. Par ailleurs, ce numéro est aussi comme chaque année l’occasion d’une évaluation objective de la fiabilité des anticipations de LEAP/E2020, qui permet de préciser également certains aspects méthodologiques du processus d’analyse que nous mettons en œuvre. En 2008, le taux de réussite de LEAP/E2020 est de 80%, avec une pointe à 86% pour les anticipations strictement socio-économiques. Pour une année de bouleversements majeurs, c’est un résultat dont nous sommes fiers.
La crise durera au moins jusqu’à la fin 2010
Comme nous l’avons détaillé dans le GEAB N°28, la crise affectera de manière diversifiée les différentes régions du monde. Cependant, et LEAP/E2020 souhaite être très clair sur ce point, contrairement aux discours actuels des mêmes experts qui niaient l’existence d’une crise en gestation il y a trois ans, qui niaient qu’elle soit globale il y a 2 ans et qui niaient il y a seulement six mois qu’elle soit systémique, nous anticipons une durée minimale de trois ans pour cette phase de décantation de la crise [1]. Elle ne sera ni terminée au printemps 2009, ni à l’été 2009, ni au début 2010. C’est seulement vers la fin 2010 que la situation commencera à se stabiliser et s’améliorer un peu dans certaines régions du monde, à savoir l’Asie et la zone Euro, ainsi que pour les pays producteurs de matières premières énergétiques, minérales ou alimentaires [2]. Ailleurs, elle continuera. En particulier aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, et dans les pays les plus liés à ces économies, où elle s’inscrit dans une logique décennale. C’est seulement vers 2018 que ces pays peuvent envisager un retour réel de la croissance.
Par ailleurs, il ne faut pas imaginer que l’amélioration de la fin 2010 marquera un retour à une croissance forte. La convalescence sera longue ; par exemple, les bourses mettront également une décennie à revenir aux niveaux de l’année 2007, si elles y reviennent un jour. Il faut se souvenir que Wall Street mit 20 ans à revenir à ses niveaux de la fin des années 1920. Or, selon LEAP/E2020 cette crise est plus profonde et durable que celle des années 1930. Cette prise de conscience de la longue durée de la crise va progressivement se faire jour dans les opinions publiques au cours du trimestre à venir. Et elle déclenchera immédiatement deux phénomènes porteurs d’instabilité socio-économique : la peur panique du lendemain et la critique renforcée des dirigeants du pays.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Evolution de la base monétaire des Etats-Unis et indication des crises majeures corrélées (1910 – 2008) - Source : Federal Reserve Bank of Saint Louis / Mish’s Global Economic Trends Analysis

Le risque d’effondrement brutal de l’ensemble des systèmes de pension par capitalisation
Enfin, dans le cadre des conséquences de la crise qui affecteront directement des dizaines de millions de personne aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, au Japon, aux Pays-Bas et au Danemark en particulier [3], il faut intégrer le fait qu’à partir de cette fin d’année 2008 vont se multiplier les nouvelles concernant les pertes massives des organismes gérant les actifs censés financer ces retraites. L’OCDE estime à 4.000 milliards USD les pertes des fonds de pension pour la seule année 2008 [4]. Aux Pays-Bas [5] comme au Royaume-Uni [6], les organes de surveillance des fonds de pension viennent de lancer des cris d’alarme demandant en urgence un accroissement des cotisations obligatoires et une intervention de l’Etat. Aux Etats-Unis, ce sont des annonces multiples d’augmentation des contributions et de diminution des versements qui sont émises à un rythme croissant [7]. Et c’est seulement dans les semaines à venir que nombre de fonds vont pouvoir faire réellement le décompte de ce qu’ils ont perdu [8]. Beaucoup s’illusionnent encore sur leur capacité à reconstituer leur capital à l’occasion d’une prochaine sortie de crise. En Mars 2009, quand gestionnaires de fonds de pension, retraités et gouvernements vont simultanément prendre conscience que la crise va durer, qu’elle va coïncider avec l’arrivée massive des « babyboomers » à la retraite et que les bourses ont peu de chance de retrouver avant de longues années leurs niveaux de 2007 [9], le chaos va s’installer dans ce secteur et les gouvernements vont se rapprocher de plus en plus de l’obligation d’intervenir pour nationaliser tous ces fonds. L’Argentine, qui a pris cette décision il y a quelques mois apparaîtra alors comme un précurseur.
Ces tendances sont toutes déjà en cours. Leur conjonction et la prise de conscience par les opinions publiques des conséquences qu’elles entraînent constituera le grand choc psychologique mondial du printemps 2009, à savoir que nous sommes tous plongés dans une crise pire que celle de 1929 ; et qu’il n’y a pas de sortie de crise possible à court terme. Cette évolution aura un impact décisif sur la mentalité collective mondiale des peuples et des décideurs et modifiera donc considérablement le processus de déroulement de la crise dans la période qui suivra. Avec plus de désillusions et moins de certitudes, l’instabilité socio-politique globale va s’accroître considérablement.
Enfin, ce GEAB N°30 présente également une série de 13 questions/réponses afin d’aider de manière quasi-interactive les épargnants/investisseurs/décideurs à mieux comprendre et anticiper les développements à venir de la crise systémique globale :
1. Cette crise est-elle différente des crises ayant précédemment affecté le capitalisme ?
2. Cette crise est-elle différente de la crise des années 1930 ?
3. La crise est-elle aussi grave en Europe et en Asie qu’aux Etats-Unis ?
4. Les mesures entreprises actuellement par les Etats du monde entier sont-elles suffisantes pour juguler la crise ?
5. Quels risques majeurs pèsent toujours sur le système financière international ? Et toutes les épargnes sont-elles égales face à la crise ?
6. La zone Euro constitue-t-elle une vraie protection contre les pires aspects de la crise et que pourrait-elle faire pour améliorer ce statut ?
7. Le système de Bretton Woods (sous sa dernière version des années 1970) est-il en train de s’effondrer ? L’Euro doit-il remplacer le Dollar ?
8. Que peut-on espérer du prochain G20 de Londres ?
9. Pensez-vous que la déflation soit actuellement la plus grande menace planant sur les économies mondiales ?
10. Pensez-vous que le gouvernement Obama sera en mesure d’empêcher les Etats Unis de sombrer dans ce que vous avez appelé la “Très Grande Dépression Américaine” ?
11. En termes de monnaies, au-delà de votre anticipation concernant la reprise de la chute du Dollar US dans les tout prochains mois, pensez-vous que la Livre Sterling et le Franc Suisse soient toujours des monnaies de statut international ?
12. Pensez-vous que le marché des CDS soit sur le point d’imploser ? Et quelles seraient les conséquences d’un tel phénomène ?
13. La “bulle des Bons de Trésor US » est-elle sur le point d’exploser ?




[1] Il est utile de lire au sujet de cette crise une très intéressante contribution de Robert Guttmann publiée au 2° semestre 2008 sur le site Revues.org, soutenu par la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord.

[2] D’ailleurs ce sont les matières premières qui commencent à déjà relancer le marché du transport maritime international. Source : Financial Times, 14/12/2008

[3] Puisque ce sont les pays qui ont le plus développé les systèmes de retraite par capitalisation. Voir GEAB N°23. Mais c’est aussi le cas de l’Irlande. Source : Independent, 30/11/2008

[4] Source : OCDE, 12/11/2008

[5] Source : NU.NL, 15/12/2008

[6] Source : BBC, 09/12/2008

[7] Sources : WallStreetJournal, 17/11/2008 ; Phillyburbs, 25/11/2008 ; RockyMountainNews, 19/11/2008

[8] Source : CNBC, 05/12/2008

[9] Et nous ne mentionnons même pas l’influence de l’explosion de la bulle des Bons du Trésor US qui affectera également brutalement les fonds de pension. Voir Q&A, GEAB N°30.
Revenir en haut Aller en bas
joseph2



Masculin
Scorpion Singe
Nombre de messages : 36
Date de naissance : 12/11/1968
Age : 49
Localisation : france
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Jeu 18 Déc 2008, 23:16

Bonsoir,

Début 2007, les plus grands financiers de la planète ont massivement vendu tous leurs placements (entre autre leurs placements sur les subprimes), qu'ils ont mis sur les matières premières dont l'or et le pétrole.
A la fin du printemps 2007, le marché action s'est retourné, pas uniformémént, d'abord les plus volatiles, puis les valeurs défensives.
En août 2007, les autorités politiques ont fait leur travail de communication en disant:"tout va bien, c'est une légère correction des marchés", alors que les plus grandes fortunes mondiales étaient déjà dans les abris anti-atomiques depuis plusieurs mois.
Jusqu'en septembre 2008, les banques ont pris conscience des pertes colossales dues au fait qu'elles avaient investi sur du vent.
En septembre 2008, la banque d'affaire américaine Lehman Brothers est mise en faillite. C'est un séisme, car elle est dans le capital des grandes entreprises du monde entier. La vente du captital qu'elle détient dans toutes les entreprises fait couler le marché. Mais il y a un détail que l'on n'a pas dit très fort: Lehman Brothers a emprunté beaucoup d'argent à des fonds spéculatifs. Cet argent est adossé à des contrats d'assurance souscrits auprès d'AIG, la première compagnie d'assurance du monde, qui se retrouve dans l'impossibilité d'honorer les contrats d'assurance.
On rentre alors dans une spirale de vente, notamment des hedge funds pour qui souvera sa peau. Car dans ce monde de la finance, la règle est simple: vivre ou mourir.
La crise financière du mois d'octobre 2008 est liée à tout autre chose: Les banques du monde entier ont vendu à des millions et millions de client des produits à capitaux garantis: sicav, assurances vies, (pensions de retraites ? Je ne sais pas). Ce que je sais, c'est que le cours de bourse ayant chuté de 50% en moyenne, voire 80% (dans l'automobile), les banques doivent potentiellement immensément d'argent à leurs clients. C'est pourquoi, les politiques se sont pressés de trouver de l'argent pour les banques.
Curieusement, les valeurs ont perdu 25% pendant la fameuse semaine noire d'octobre 2008. Or cette baisse, conséquence de ventes massives, le mot est faible, n'a pas d'influence sur l'or et les matières premières. Cela signifie que pendant cette semaine noire, il n'y a pas eu de ventes réelles sur les marchés financiers.
Pourquoi? Parce que de façon odieuse et concerté entre les banques centrales et les banques institutionnelles, cette vente massive, au demeurant interdite, était une vente virtuelle que l'on appelle de la vente à découvert. C'est pour cela que cette immense masse monétaire ne s'est pas vue sur les matières premières.
Résultats des courses: les grandes banques avec la bénédiction des banques centrales ont regarni leurs fonds propres de 10 à 20%, sans créer d'inflation, sur le dos des petits porteurs ou des fonds de pensions.
Pendant les mois d'octobre et novembre 2008, les banques institutionnes ont spéculé à la hausse et à la baisse, en prenant des risques considérables pour regarnir leurs fonds propres.
Conséquences: il n'y a plus d'argent pour l'investissement des entreprises.
Les marchés financiers sont un miroir de l'humanité. La responsabilité est collective.
On ne peut pas dépenser plus d'argent que l'on a. Et c'est comme avec le karma, il faut payer ses dettes.

José
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: jeu de cartes de STEVE JACKSON illuminati   Ven 25 Sep 2009, 09:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le jeux prophetique sur les illuminati de Steve Jackson


Steve Jackson Games (SJG) est une entreprise de création et d'édition américaine de jeux de rôles, de société et de cartes à collectionner fondée en 1980 par Steve Jackson, à ne pas confondre avec son homonyme britannique écrivain de livre dont vous êtes le héros.

Le 1er mars 1990, les bureaux de Steve Jackson Games situé à Austin au Texas ont été perquisitionnés par le United States Secret Service. Le manuscrit et les documents relatifs au supplément Gurps Cyberpunk furent saisis dans le cadre de l'Opération Sundevil, une opération d'envergure nationale contre la délinquance informatique. Les règles de jeu proposées par le supplément GURPS étaient soupçonnées de constituer un véritable manuel de piratage informatique. Trois ans plus tard, une cour de justice fédérale reconnaissait cette action comme bâclée, illégale et complètement injustifiée et accorda 300 000 dollars de dédommagement à Steve Jackson Games. Bruce Sterling aborde cette affaire dans son livre The Hacker Crackdown: Law and Disorder on the Electronic Frontier et la constitution de l'Electronic Frontier Foundation fut également en partie motivée par ces évènements.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Merci à Sébastien qui m a envoyé ce sujet!
Pour plus d infos:

jeu de cartes de STEVE JACKSON illuminati
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Mer 30 Sep 2009, 21:42

Mustapha Farhat Mercredi 30 Septembre 2009
par Mustapha Farhat *

Alors qu’en France le journaliste Frédéric Taddeï vient d’ouvrir un débat sur la possibilité éventuelle de débattre des attentats du 11-Septembre, Thierry Meyssan répond aux questions du quotidien algérien à grand tirage Echorouk.

Echorouk : Huit ans après le fameux 11 septembre, les experts deviennent de plus en plus septiques vis-à-vis de la thèse états-unienne officielle des attentats. Vous étiez l’un des pionniers à dénoncer cette version et plaider pour une enquête indépendante pour clarifier les faits et demander vérité et justice. Vous étiez auparavant comme une voix hors diapason mais beaucoup d’experts soutiennent votre thèse actuellement. Qu’est ce qui a changé pour que la version officielle américaine n’inspire plus confiance aujourd’hui ?
Thierry Meyssan : En premier lieu, la parole du gouvernement des États-Unis, qui était respectée en 2001, a perdu sa crédibilité. Après le scandale de Colin Powell mentant effrontément devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, puis celui de George W. Bush inventant les armes de destructions massive irakienne, l’opinion publique s’interroge logiquement sur ce que ces personnages ont pu raconter sur d’autres sujets.
Deuxièmement, au lendemain des attentats, chaque agence US a donné des bribes d’informations sur les attentats. J’ai souligné que tout ces éléments de discours étaient contradictoires entre eux, mais j’étais le seul à les confronter. En 2004, le président Bush a nommé sous la pression des familles de victimes une commission d’enquête. Celle-ci, bien sûr, s’est attachée à donner raison au président. Mais elle a été obligée de rédiger une version unique des attentats. Ne pouvant les résoudre les contradictions officielles, elle a éludé tout ce qui faisait problème. Ce sont les insuffisances criantes de ce rapport qui ont soulevé la colère des familles de victimes et suscité la création de nombreuses associations pour la vérité.
Enfin, le choc émotionnel s’est dissipé avec le temps. Il est plus facile aujourd’hui de débattre sereinement de ce sujet, donc de douter.
Echorouk : D’après vos enquêtes et le cumul d’études d’experts, qu’est-il vraiment arrivé le mardi 11 septembre ?
suite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Sam 03 Oct 2009, 22:18

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Dim 04 Oct 2009, 10:08

Le réseau Echelon


Le réseau Echelon est un système automatisé d'écoute des communications, quel que soit leur support: téléphone, fax, eMail, satellites.

Le réseau Echelon a été mis en place depuis 20 ans et dans le plus grand secret par 5 pays anglo-saxons: les Etats Unis, la Grande Bretagne, le Canada, l'Australie, et la Nouvelle Zelande. Le réseau Echelon est principalement gérée par la NSA, l'agence de renseignement électronique américaine.

L'idée géniale d'Echelon est d'utiliser les technologies de reconnaissance vocale pour repérer automatiquement des mots-clés dans les conversations écoutées. Les mots-clés à repérer sont choisis par les officiers d'Echelon en fonction de l'actualité et des objectifs du moment.

La technique d'écoute étant automatisée, un très grand nombre de communications dans le monde peuvent être enregistrées et traitées chaque jour. Seules les communications contenant les mots-clé sont sélectionnées pour une écoute humaine.

Echelon peut ainsi analyser 2 millions de conversations par minute. Chaque jour, Echelon intercepte 4,3 milliards de communications, soit presque la moitié des 10 milliards de communications échangées quotidiennement dans le monde.

L'existence de ce réseau n'a été révélée par les médias qu'en 1998, à l'occasion d'un rapport du Parlement Européen, qui reprochait à Echellon de violer "le caractère privé des communications de non-Américains, dont des gouvernements, des sociétés et des citoyens européens".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: coup d'état   Sam 24 Oct 2009, 09:50

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Lun 23 Nov 2009, 17:00

Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Lun 23 Nov 2009, 17:21

lundi 23 novembre 2009 par dguimond

(Source : Laitman.com)

Chers dirigeants du G20,

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je m’appelle Michaël Laitman, je suis professeur d’ontologie, docteur en philosophie et en Kabbale, et maître es sciences en biocybernétique médicale.

Je suis le fondateur et le président de Bnei Baruch, une organisation internationale basée en Israël avec des branches dans toute l’Amérique du Nord et le Canada, l’Amérique centrale et du sud, et l’Europe. Sur mon site Internet, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], j’enseigne quotidiennement la Kabbale et la spiritualité à une audience d’environ deux millions de personnes à travers le monde. Cet enseignement, d’accès libre et gratuit, est diffusé en direct et traduit en 7 langues : anglais, espagnol, hébreu, russe, français, turc et allemand. Je suis également propriétaire de la chaîne 66 du fournisseur satellite israélien YES.

Je vous écris en me sentant sincèrement concerné par l’avenir du monde. La raison pour laquelle je m’adresse à vous est ma conviction que vous êtres les seuls qui puissent nous conduire vers un le monde plus sur où tous les hommes, quelque soit leur religion, leur race, leur sexe, ou nationalité puissent mener une vie de paix, de santé et de suffisance.

Je voudrais commencer en exprimant mon plus profond respect et mon admiration pour les initiatives que vous mettez en œuvre à un niveau national et international pour résoudre la crise multidimensionnelle qui nous touche aujourd’hui. Comme vous en avez souvent fait mention dans vos discours respectifs, la particularité de cette crise réside dans sa globalité. Par conséquent, une solution globale doit être envisagée. Pourtant, avant de présenter mes suggestions pour une solution, je voudrais expliquer brièvement ce qui cause la crise.

La racine de la crise - L’égoïsme global

Si nous analysons l’histoire humaine, il est évident que l’humanité a progressé par le pouvoir du désir égoïste qui a grandi en nous à travers les âges. Au fur et à mesure que ces désirs ont grandi, nous avons développé des moyens de plus en plus sophistiqués pour les satisfaire.

Cependant, au 21ème siècle les règles du jeu ont changé. Nous avons évolué d’un système de développement personnel vers un système intégré, dans lequel toutes les parties sont interdépendantes. L’égoïsme, qui a été notre force motrice, est devenu un ego global, nous enfermant tous dans un cercle vicieux… A partir du moment où le système est devenu global et intégral, comme n’importe quel système clos présent dans la nature, notre force et notre pérennité relève désormais de la responsabilité de chacun les membres de l’humanité.

Un problème a surgi : alors que nos relations se sont globalisées, nous sommes encore en train d’essayer de nous conduire de façon individualiste, malgré la crise.

La solution - l’éducation

La civilisation, en devenant un système clos, nous oblige à reconnaître l’importance de la participation consciente de tous les citoyens du monde… Notre interdépendance nécessite que nous comprenions tous ce système et que nous nous comportions en prenant les autres en considération.

Ainsi, la solution à la crise implique une prise de conscience de chaque habitant de ce monde. Chacun doit reconnaître que dans le système intégré de notre village global, notre destinée dépend de notre attitude envers les autres.

De la même façon que nous avons établi un système éducatif qui prépare nos enfants à la vie, nous devons maintenant établir un système global qui explique comment les gens devraient conduire leur vie dans ce nouveau monde global- en adhérent au principe « aime ton prochain comme toi-même », partagé par toutes les religions. Lorsque nous commencerons à établir un tel système, nous sentirons immédiatement que le processus de guérison de la société a commencé, puisque le respect des lois du nouveau monde rendra les gens dépendant les uns des autres d’une manière tout à fait nouvelle - celle de l’attention aux autres.

Nous n’avons pas besoin de refaire les systèmes économiques et politiques, car ces systèmes s’ajusteront d’eux mêmes selon la perception que nous aurons de notre interconnexion. Nous sommes confrontés à une crise globale aux multiples facettes. Alors, nous avons besoin d’une éducation globale, pour répondre à la mesure de la complexité de cette crise. Le plan de travail

Puisque les gens sont fortement affectés par l’opinion publique, pour les sensibiliser au changement vers un état d’esprit constructif, nous devons utiliser le pouvoir qu’a la société à construire un nouveau système de valeurs.

Basé sur cela, je propose les étapes décrites ci-dessous :

* Etablir un centre d’éducation international et apolitique qui rassemblera les scientifiques du monde entier, renommés dans les sciences dures et politiques du monde. Ces experts développerons une variété de contenu explicatif sur la nouvelle phase dans laquelle se trouve notre monde, et collaboreront avec les medias pour diffuser leurs points de vue. * Construire une équipe de travail pour promouvoir des plans en vue de renforcer la conscience sociale à l’ère de la mondialisation. * Déterminer comme principe que chaque média doit produire des programmes pour informer les gens de notre inter-connectivité, au moins 30 minutes par jour en prime time. * Mettre en garde chaque gros annonceur que si ses produits commerciaux ont un effet négatif sur la société, ils ne seront pas diffusés sur les télévisions publiques ni à la radio. * De plus, nous devrions commencer une campagne soutenue par le gouvernement pour fournir des informations qui ouvrent les yeux des gens sur la complexité du réseau de liens qui nous unis. * Obliger chaque école à inclure dans son programme des références aux nouvelles règles découvertes dans la société humaine. A côté de cela, il devrait y avoir une heure par jour pour que les étudiants discutent des relations humaines qui devraient prévaloir dans l’ère mondiale. * Accorder des subventions et autres avantages financiers pour des travaux en littérature, art, théâtre, cinéma et journalisme, seulement en fonction du montant de l’avantage qu’ils apportent à la société.

Vous êtes les leaders des plus grand pays, et vous avez la possibilité de mettre en place ce système éducatif global dont le monde a besoin si désespérément aujourd’hui. En agissant ainsi, vous ne démontrerez pas seulement votre attention envers l’humanité, mais vous faites également aller celle-ci en avant.

Sincères salutations, 2 Avril 2009

Michaël Laitman - Blog personnel
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Sam 28 Nov 2009, 15:22

samedi 28 novembre 2009 par Archétype

(Source : Alterinfo)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Marc Faber, gestionnaire de fonds Suisse et rédacteur à Gloom Boom & Doom , a indiqué qu’il y aura par la suite une énorme banqueroute de l’économie et alors l’expansion du crédit dans son ensemble arrivera à sa fin. Avant que cela n’arrive, les gouvernements continueront à imprimer de l’argent, qui en temps donné conduira à un taux d’inflation très élevée, et l’économie ne répondra plus à aucun stimulus.

Parlant lors d’une conférence Mercredi à Singapour, Faber a dit : « La crise n’a rien résolu. Au contraire il y a moins de transparence aujourd’hui qu’il n’y en avait avant. La facture du gouvernement augmente, et les abus qui ont mené à l’unique cause de la crise continuent ».

« Je pense que par la suite il y aura une grande débâcle économique et alors l’expansion du crédit dans son ensemble touchera à sa fin, » a ajouté Faber.

« Avant que cela n’arrive, les gouvernements continueront à imprimer de l’argent qui en temps donné conduira à un taux d’inflation très élevée, et l’économie ne répondra plus à aucun stimulus ».

Dans une de ses prévisions les plus sombres, Faber, surnommé Dr. Doom, a dit que « la famille moyenne sera frappée par cela, et par conséquent afin de détourner l’attention des gens, les gouvernements iront à la guerre ».

« Les gens me demandent contre qui ? Hé bien, ils inventeront un ennemi, » a indiqué Faber.

« À un certain moment, quelque part dans l’avenir, nous aurons une guerre – à laquelle vous devez vous préparez. Et en temps de guerre, le [prix] des produits courants montent fortement, » a déclaré Faber.

« Si vous voulez vous protéger contre la guerre, ce n’est pas en possédant des dérivés chez UBS ou AIG, mais vous devez posséder des biens physiques, comme des terres cultivables et des produits agricoles. Voila quelque chose que vous pouvez considérer pour vous comme une sécurité et une barrière personnelle. Vous devez posséder des produits, » a-t-il ajouté.

Dans une interview avec Bloomberg Television à Singapour Mercredi, Faber a indiqué que « ce qui continuera à se produire c’est que le S&P 500 et le Dow Jones chuteront par rapport à l’or. »

« Je pense que l’or montera encore plus, » a-t-il ajouté.

« Atteindra-t-il les $2,000, $200,000 ou $2 billiards ? Je ne sais pas, » a indiqué Faber. « Mais si on continue avec l’argent papier dans le monde, alors les prix grimperont avec le temps. Les prix monteront plus pour les choses dont on ne pourra pas augmenter l’approvisionnement, et l’approvisionnement en métaux précieux est très limité. »

“Will it go US$2,000, US$200,000 or US$2 trillion ? I don’t know,” Faber said. “But if you have money printing in the world, then the price will over time rise. It will go up more for things that you just can’t increase the supply, and the supply of precious metals is very limited.”

Faber s’attend à ce que le gouvernement des USA augmente sa dépense de stimulus si l’index Standard & Poor 500 chute à 900. Le déficit budgétaire des USA sous l’administration du Président Barack Obama a atteint un niveau record de 1400 milliards de dollars juste pour l’exercice 2009. La dette s’élève à 9,9% de l’économie nationale, ayant triplé par rapport au déficit de 2008.

« Je ne pense pas que le S&P chutera en-dessous des 800 ou des 900, et augmentera par la suite nominalement parlant, mais pas nécessairement en valeur réelle, » a-t-il dit, prévoyant une correction de la mesure « dans un futur proche ».

Faber a averti d’un effondrement du système capitaliste « tel qu’on le connait aujourd’hui », d’énormes défauts de paiements des dettes des gouvernements et l’appauvrissement de grands segments de la société occidentale.

Dans une interview en Mai avec CNBC, il a dit que les banques centrales continueront à imprimer de l’argent à grande vitesse, mais à long terme cette stratégie mènera à une chute dans le pouvoir d’achat et dans les niveaux de vie, particulièrement dans les pays développés.

Les années 2006 et 2007 ont été « le pic de prospérité » et l’économie mondiale n’est pas prête de revenir de sitôt à ce niveau, a-t-il ajouté.

À moins que le système soit nettoyé de ses déchets, « de la même manière que le communisme s’est effondré, le capitalisme s’effondrera, » selon Faber. « La meilleure manière de traiter n’importe quel problème économique est de laisser le marché faire les choses. »

« Je répète ce que j’ai dit dans le passé, » a déclaré Faber. « Aucun citoyen décent ne devrait faire confiance à la Federal Reserve, pas même une seconde. Il est très important d’avoir de l’or car le gouvernement rendra le dollar (à long terme) inutile. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?id=42214&t=1&c=35&cg=4&mset=1011
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Dim 29 Nov 2009, 10:40

Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Jeu 03 Déc 2009, 14:34

jeudi 3 décembre 2009 par Archétype
(Source : Alterinfo)

Les Illuminatis se servent de ’Magie’ contre nous

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]






Nous entendons souvent parler des pratiques occultes des élites, Illuminatis, Kabalistes, Franc-Maçon, Satanistes,... Mais il est rare que l’allusion à leurs pratiques aillent plus loin. Du coup, rares sont ceux qui font vraiment le lien entre ces pratiques occultes et leurs impacts concrets sur notre monde bien réel.

Nul ne peut nier que les symboles de ces élites existent partout dans le monde, absolument partout, ils sont d’ailleurs devenus les signes ostentatoires du pouvoir ou de la réussite : obélisques, pentagrammes, All Seen Eye, Baphomet, les 2 colonnes, les pyramides, ......, le papillon, dernier symbole en date mis en avant, soyez attentif à cela à la télévision, vous verrez beaucoup de "people" porter des pin’s ou des broches en forme de papillon, symbolisant pour les élites le processus de programmation mentale et pour les victimes (les people), que la programmation a bien fonctionné sur eux.

Si vous cherchez sur n’importe quel site dédié, voire même wikipedia, vous n’aurez aucun mal à confirmer que ces symboles ont tous des origines occultes sataniques.

Cet article que je n’ai pas écrit et dont je remercie l’auteur, explique excellemment, les règles de bases de ces pratiques occultes et surtout le rôle qu’elles peuvent bien jouer. En y réfléchissant un minimum, personne ne peut croire que des gens censés être les plus calculateurs et matérialistes du monde, puissent être assez stupides pour croire en des foutaises de paranormal maléfique, sans que ces pratiques n’aient prouvé pour eux leurs effets bel et bien réel sur notre monde matériel. Cet article montre parfaitement en quoi ces pratiques occupent la première place dans leur système et en quoi elles influent sur notre monde.

Un conseil toutefois pour ne pas tomber dans les travers de cette science dangereuse des pratiques occultes, que j’espère vous prendrez vraiment au sérieux. Je m’explique.

Bien qu’il soit très important d’être conscient soit même de ces pratiques afin de ne pas en être victime par ignorance, mettre son nez dedans et chercher à en connaître les détails vous rendra obligatoirement vulnérables vis à vis de ces pouvoirs occultes. Donc, il serait plus sage d’en être conscient sans pour autant ouvrir la boite de pandore du mal absolu. Car le retour à la vie normal est par la suite difficile, si ce n’est impossible, dépassé un certain degré.

D’autre part je tiens à souligner que ces pouvoirs occultes n’ont aucune efficacité sans la volonté de Dieu. Ils ne peuvent fonctionner que si Dieu l’autorise, et ceci parce la victime se serait certainement mise dans une situation répréhensible, celui qui entre dans l’antre du Diable ne doit pas s’étonner d’en subir les conséquences.

Pour celui qui croit en Dieu et en sa toute puissance, celui la sera protégé contre n’importe quel sort, aussi puissant soit-il, à moins que Dieu en décide autrement. Cela juste pour dire que le diable ne peut rien contre nous, les illuminatis ne peuvent rien contre nous, du moment qu’on place notre totale confiance en notre Dieu l’unique et le Tout-Puissant.

Je pense que cette mise au point a été nécessaire, car ne pas l’avoir faite reviendrait à donner une bombe entre les mains d’une personne ne sachant pas s’en servir.

Pour ma part, le lecture de cet article m’a suffi à ne pas creuser plus loin, pour ceux qui en sont pas du même avis, à vos risques et périls.



Les Illuminatis et leurs grouillots prennent avantage de la connaissance que non seulement le Royaume Spirituel existe, mais qu’à tout moment il interpénètre notre monde matériel ; ils savent aussi comment manipuler les éléments de ces Dimensions Spirituelles pour provoquer les choses en temps et en lieu précis, selon leurs souhaits.

A notre niveau terrestre et matériel, ils savent comment, par la manipulation de mots, de sonorités et de symboles, changer les gens et le déroulement des événements du monde dans lequel nous vivons tous.

Si la magie peut être définie comme « l’Art et la Science de faire se produire des changements (dans notre monde) conformément à une volonté précise », alors les Illuminatis, qui savent avec certitude que le Royaume Spirituel existe comme faisant parti intégrante de notre réalité sensorielle « ordinaire », ont aussi appris comment soumettre, modeler et manipuler cette réalité et les gens qui l’habitent, pour provoquer des changements qui leur bénéficient.

Ils peuvent le faire par des rituels complexes, ou en imposant simplement leur volonté à d’autres par la force de la pensée. Cependant, il est souvent souhaitable, et parfois même nécessaire, d’acquérir les excrétions physiques réelles de la personne qu’elles souhaitent contrôler. Par conséquent, des mèches de cheveux, des coupures d’ongle ou un échantillon de sang fourniront « le lien physique-spirituel » entre celui qu’ils souhaitent influencer, et le contrôleur.

Dans le cas du défunt Philip John Jones, les Illuminatis ont bien pu avoir envoyé un agent ou des agents pour recueillir les excrétions physiques dont ils avaient besoin. De façon aussi sûre qu’un fil électrique isolé conduira le courant à celui qui est attaché à l’autre extrémité, le lien physique direct du sujet de leur manipulation et leurs attaques, fournira le chemin le plus direct pour exercer leur influence.

Averti de ses faiblesses, ils ont utilisé une « demoiselle en détresse » pour accéder à son espace personnel, et à ses défroques personnelles (cheveux, ongles, etc. trouvés dans sa salle de bain) afin de directement interagir sur sa santé. Et plus probablement, pour s’assurer de leur succès, un mélange maison de « vitamines » composées par son Inamorata du moment a été ajouté pour sceller son destin.

Pendant que nous marchons dans nos vies quotidiennes, la majorité d’entre nous pensent rarement à la façon dont le monde spirituel interpénètre TOUJOURS le notre. Nous nous interrogeons rarement sur ce qui peut se passer dans le Monde de la Manifestation, le Monde Spirituel, où ce qui est sur le point de devenir vrai commence à se former et à prendre forme avant qu’il apparaisse réellement dans notre Monde Phénoménal de la Réalité Physique.

Nous pensons que le temps est linéaire ; nous pensons aux personnes et aux événements comme étant isolés, mais la théorie du quantum a montré que toute chose, toute personne, tout événement, sont interconnectés ensemble. Cette interconnexion perpétuelle de toutes les personnes et des événements dans le continuum du temps, fournit aux Illuminatis la certitude que les événements futurs peuvent être orientés par la manipulation de signes, de symboles, de mots, de musique, de rituel et de charmes. Voila ce qu’est la Magie.

Dans le Royaume Spirituel, le royaume dans lequel le « bien » et le « mal » coexistent aussi aisément que le font nos 5 sens dans notre sphère typique du monde, ceux qui détiennent la maitrise de telles choses, savent que rien ne se produit accidentellement, rien se produit au hasard, et qu’il y a une conception et un but à tout, et ceci que notre intellect puisse le percevoir ou non ; et que toutes les choses sont interconnectées ensemble, à la fois l’espace et le temps, à la fois le passé, le présent et le futur.

Et c’est ce Monde en Devenir, futur, modelable, flexible, le Monde de la Manifestation se condensant dans la réalité de l’expérience sensorielle directe, qui peut être changé, soumis et modelé par ceux qui maîtrisent l’usage des symboles vivants de ces arts mystérieux pour trifouiller le destin de l’Homme, des hommes, et de l’humanité, selon leurs souhaits.

Aucune des manipulations des Illuminatis n’est censée être couronnées de succès ; elles ne réussissent seulement que parce qu’aucune forte résistance avertie de notre monde n’est la pour s’opposer à leurs opérations sur le plan de notre réalité physique.

Ce n’est pas simplement l’ignorance des Lois du Monde des Esprits — ce qui n’a rien à voir avec le « bien » ou le « mal » puisque tous deux résident dans le Royaume Spirituel aussi facilement qu’ils le font dans notre monde sensoriel — qui nous empêche de challenger les Illuminatis à leur propre jeu ; c’est le fait que notre esprit faible et rationnel, (qui supporte aussi mal le spectre complet de la réalité de notre monde que notre misérable ego peut supporter le pouvoir et la capacité réelle et totale de notre esprit), ne peut pas supporter d’admettre qu’il n’a pas toutes les réponses, ou toute la connaissance de toutes les choses présentes dans les Cieux et la Terre.

Et c’est de cette arrogance de notre égo rationnel que les Illuminatis continuent d’avoir la capacité de manipuler ceux qui refusent de comprendre et d’admettre que leur (les illuminatis) connaissance et usage des Lois du Royaume des Esprits continuent de leur fournir un avantage incontestable --- jusqu’à ce que, nous aussi, ajustions nos perceptions spirituelles et apprenions à nous défendre et à renverser les forces qu’ils ont libérées contre nous, pour leur causer les dommages qu’ils souhaitent infliger à notre monde.

Jusqu’à ce que ce moment arrive, quand nous apprendrons à devenir des guerriers spirituels pour la Vérité, et que nous apprendrons les Lois Opérationnelles du Monde Spirituel ; jusqu’à ce que nous admettions que le Monde Spirituel est une partie éternelle de notre réalité « normale » éveillée, nous continuerons à être aveuglés par les pouvoirs et les capacités que les Illuminatis utilisent contre une populace ignorante, séparée de son héritage de Spiritualité et de Pouvoirs Divinatoires.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
milena



Féminin
Vierge Chat
Nombre de messages : 7
Date de naissance : 08/09/1951
Age : 67
Localisation : ariège
Date d'inscription : 03/12/2009

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Jeu 03 Déc 2009, 15:40

Zut alors !!!

j'ai choisi le papillon pour mon forum, je ne savais pas !

Mais le divin me protège.... ne paniquons pas.
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Sam 05 Déc 2009, 17:06

vendredi 4 décembre 2009 par Archétype

(Source : Clap36)

Thierry Meyssan : Géopolitique de l’Empire


Initiateur de l’enquête sur les véritables auteurs des attentats du 11 septembre 2001, le journaliste et écrivain Thierry Meyssan, expatrié depuis l’arrivée au pouvoir de Sarkozy, nous donne une lecture des tensions internationales actuelles et une explication inédite des origines du sionisme. Cet entretien s’inscrit dans nos mises en ligne d’inédits de personnalités censurées par les médias officiels. Voir à ce sujet aussi nos documentaires :

« Etat de guerre » et « Après l’hégémonie : propositions pour un monde multipolaire ».
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Jeu 10 Déc 2009, 13:18

Les grandes Compagnies Pétrolières derrière l’arnaque sur le climat de Copenhague

mardi 8 décembre 2009 par Archétype

(Source : Alterinfo)


La grande hypocrisie des principaux globalistes arrivant à Copenhague dans leur luxurieux jets privés et leurs longues limousines n’est pas simplement le fait que leur propre comportement contredit complètement leurs hyperboles suffisantes concernant les émissions de CO2, mais aussi que leur propagande est énergiquement soutenue par les mêmes grandes compagnies pétrolières dont ils accusent les sceptiques du réchauffement climatique d’être à la solde.

Sans doute l’un des exemples les plus flagrants de copinage dans le milieu du climat ayant émergé du scandale du « Climategate » sont les emails dans lesquels les scientifiques du CRU - le corps qui fournit la plus grande partie des données de base concernant le réchauffement global pour l’IPCC de l’ONU
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] discutent sur la manière dont ils ont mené des réunions avec Shell Oil afin de les lister en tant que « partenaire stratégique » en contrepartie de leur financement dans la recherche sur le réchauffement global induit par l’homme..

Les emails révèlent aussi que le CRU tentaient également d’obtenir de l’argent des géants pétroliers British Petroleum et Exxon-Mobil, alors appelé Esso.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

« Alors maintenant c’est qui les compères des compagnies pétrolière ? » demande Anthony Watts. « La prochaine fois que quelqu’un évoque cet argument ridicule au sujet des sceptiques, montrez leur ceci. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La semaine dernière, en avant du Sommet, un « Communiqué pour Copenhague » a été diffusé par les PDGs de plus de 500 sociétés globales pour appeler à des mesures draconiennes au nom des pays développés pour « dé-carboniser leurs économies » - un mouvement qui dévasterait complètement les niveaux de vie et mènerait à des niveaux gargantuesques du chômage.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le communiqué exige également qu’un impôt global sur le Carbone soit mis en application par l’intermédiaire d’une Bourse du Carbone. Ayez bien à l’esprit que c’est exactement les mêmes personnes qui appellent à un tel système qui seront bénéficiaires de ces milliards, comme nous le verront plus tard.

Les déclarations appellent à, « des mesure pour fournir un marché global robuste pour les émissions de gaz à effet de serre afin d’atteindre les réductions d’émissions les plus effectives, les plus efficaces et les plus équitables. Elles seraient composées d’une série croissante de Bourses du Carbone nationales ou régionales, toutes interconnectées, dans lesquels les capitalisations sont traduites en conformité avec les objectifs qui ont été adoptés pour la réduction des émissions. »

Le document déclare également que les émissions de CO2 devront subir une baisse drastique de 50 à 85% d’ici à 2050, un processus qui renverrait l’humanité à un niveau de développement proche de celui de l’âge de pierre.

Et qui sont les radicaux appelant à des mesures aussi sévères au nom du combat contre le « mauvais [mode de] vie » dégageant le gaz que les humains exhalent et que les plantes respirent ? Greenpeace ? Al Gore ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les voici– James Smith, Président du Britannique Shell Oil, Tony Hayward, Cadre supérieur chez British Petroleum, à leurs côtés des centaines d’autres géants des corporations globales, dont beaucoup sont directement liés aux compagnies pétrolières, et les banques centrales qui, loin de financer les sceptiques du changement climatique, sont directement investies dans l’escroquerie du réchauffement global induit par l’homme.

L’accusation portée en commun contre les sceptiques du réchauffement global est qu’ils sont payés par les compagnies transnationales, quand en réalité c’est tout le contraire, les compagnies pétrolières sont parmi les plus grands instigateurs de la propagande du changement climatique, mis en avant récemment par l’appel d’Exxon Mobil pour un impôt global sur le Carbone.

Selon le cadre supérieur d’Exxon Mobil Rex Tillerson, le chapeau et le cauchemar du commerce s’amorçant pour le passage dans le sénat ne va pas assez loin - Tillerson veut un impôt sur des émissions d’anhydride carbonique, essentiellement un impôt sur respirer puisque nous tous exhalons ce gaz vivifiant. According to Exxon Mobil chief executive Rex Tillerson, the cap and trade nightmare being primed for passage in the Senate doesn’t go far enough – Tillerson wants a direct tax on carbon dioxide emissions, essentially a tax on breathing since we all exhale this life-giving gas.

Dans un discours prononcé plus tôt cette année, Tillerson a exigé, sans aucune pudeur, la mis en place d’une Bourse du Carbone, une façon masqué d’imposer une taxe sur le Carbone camouflé par une rhétorique trompeuse.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

« Il est plus facile et plus politiquement correcte de soutenir l’approche d’une Bourse du Carbone, car le public ne trouvera jamais comment cela va les affecter, » a indiqué Tillerson. « Ils sauront juste qu’ils auront mal quelque part au niveau de leur portefeuille, » a-t-il ajouté, précisant qu’il était en désaccord avec cette méthode compliquée d’introduire un impôt sur le carbone, arguant à la place qu’il serait plus judicieux de proposer ouvertement un impôt direct sur le carbone.

Tillerson a fermement exprimé le soutien d’Exxon aux alarmistes du changement climatique en déclarant, « je crois fermement qu’il n’est pas trop tard pour le Congrès de considérer [l’imposition] d’un impôt sur le carbone comme étant la meilleure approche politique pour aborder les risques du changement climatique. »

La poussée d’Exxon pour un impôt sur le Carbone a été réaffirmée plus tard par son Vice-Président pour les affaires publiques, Ken Cohen, qui a indiqué dans une conférence téléphonique, qu’il voulait une politique sur le climat qui crée une « certitude et une prévisibilité, c’est pourquoi nous préconisons un impôt sur le Carbone. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Exxon Mobil et leurs gars ne craignent par que la taxe carbone grappille leurs bénéfices car ils savent qu’ils n’auront pas à la payer – la facture se répercutera sur le contribuable dans la pompe à essence avec des prix gonflés, si quelque chose n’est pas fait pour stopper les cartels transnationaux pétroliers, le coût n’en sera que plus grand.

Idéologiquement, Al Gore et Exxon Mobil sont exactement sur la même ligne - le seul différent entre les alarmistes du réchauffement climatique et les compagnies pétrolières est la querelle qui les oppose sur celui qui obtiendra le droit planter ses dents dans le contribuable et récolter les dividendes de l’escroquerie sur le changement climatique .

A l’image de parasites comme Al Gore et Maurice Strong, les personnes qui possèdent les systèmes de commerce du Carbone, prétextant qu’ils veulent sauver la terre des émissions de CO2, veulent s’enrichir à coup de milliards sous couvert d’une Bourse du Carbone ou ils pourront prélever un pourcentage sur chaque transaction, les compagnies pétrolières veulent totalement contourner ceci en imposant simplement un impôt direct sur le CO2. Peu importe le scénario, la conséquence pour le contribuable sera exactement identique, et les bénéfices, sous les deux schémas, iraient remplir les coffres du gouvernement global qui imposera l’escroquerie tout entière.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Insistant encore sur le fait que les compagnies pétrolières sont fermement derrière l’idée d’un changement climatique induit par l’homme et pour l’introduction d’un impôt sur le CO2, en 2007 la Commission Trilatérale, l’un des trois piliers du Nouvel Ordre Mondial, en partenariat avec les Bilderberg et le CFR, se sont rencontrés quasiment en secret pour formuler la politique sur la façon dont ils pourraient le mieux exploiter la peur suscité par le réchauffement global pour faire augmenter les impôts et leur contrôle sur la façon dont les occidentaux devront vivre leurs vies.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Durant leur « causette », le Président Européen de la Commission Trilatérale, les Bilderberger et le Président de British Petroleum, Peter Sutherland, ont prononcé un discours auprès d’une cohorte d’élitistes au cours duquel il a statué qu’un « cri de guerre universel a surgi à travers le monde pour adresser d’une seule voix [le problème] du « réchauffement global » . »

Faisant écho à ce discours, le Général Lord Guthrie, directeur de N.M. Rothschild & Sons, membre de la Chambre des Lords et ancien chef d’Etat-major de la défense à Londres, a invité les puissants courtiers de la Commission Trilatérale « à aborder la crise globale du climat d’une seule voix, et à imposer des règles qui s’appliquent au monde entier. » Des règles qui, sans aucun doute, bénéficieront à l’empire familial des Rothschild, du fait qu’ils possèdent personnellement une énorme part du marché du commerce du Carbone.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les accusations que les sceptiques du réchauffement global induit par l’homme, jouent d’une façon ou d’une autre le jeu des élites sont ridicules face au fait que les employés de Rothschild et le Président en personne de British Petroleum sont ceux qui orchestrent le plan élitiste pour exploiter la crainte du réchauffement global afin d’atteindre des objectifs politiques.

Pendant la réunion de 2007, les élitistes soutenus par leur pièce maîtresse que sont les compagnies pétrolières ont appelés à l’imposition de $1 dollar de taxe par gallon à la pompe à essence, sous prétexte de lutter contre la pollution et le changement climatique.

Les globalistes adorent le réchauffement global. Les Industries pétrolières, les Bilderbergers et les valets des Rothschild ont mis tout leur poids dans ce projet. Ceci est une fraude organisée, consolidée et promulguée par l’élite, et aussi pour châtier les individus qui remettent simplement en cause les motifs derrière les peurs suscitées par le changement climatique, en les accusant d’être des petites mains pour l’Establishment, ce qui est exactement à l’opposé de la vérité.

Les accusations faites par les alarmistes du changement climatique que les « dénégateurs » sont tous financés par les compagnies pétrolières est une fois de plus un autre gag savamment conçu. En réalité, les compagnies pétrolières sont les partisans qui font le plus entendre leurs voix sur le changement climatique induit par l’homme et sont les plus agressives dans la poussée visant à taxer les émissions de CO2.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Traduction Alter Info
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Sam 19 Déc 2009, 20:52

LA DICTATURE SCANDALEUSE DE COPENHAGUE


FUITE SCANDALEUSE D'UN TEXTE CONFIDENTIEL

Article traduit par Mondex avec Google traduction.



Les négociations sur le climat de Copenhague de l'ONU sont aujourd'hui en plein désarroi après que les pays en développement ont réagi avec fureur pour la divulgation de documents qui seront présentés aux dirigeants mondiaux la semaine prochaine afin de signer un accord qui donnera plus de pouvoir aux pays riches et mettant en marge le rôle de l'ONU dans toutes les négociations futures relatives aux changements climatiques.


Le document est également interprété par les pays en développement comme la fixation de limites inégales sur les émissions de carbone par habitant pour les pays développés et pays en développement en 2050, ce qui signifie que les habitants des pays riches seraient autorisés à émettre près de deux fois plus sous les propositions.


Le texte danois, un projet d'accord secret travaillé par un groupe d'individus connus comme «le cercle d'engagement" (the circle of commitment) - comprennant le Royaume-Uni, les États-Unis et le Danemark - n'a été montré qu’à une poignée de pays depuis qu'il a été finalisé cette semaine.


(…)


Une analyse du texte confidentiel par le Guardian démontre un profond malaise sur les détails pour les pays en développement. En particulier, il est entendu de:


• forcer les pays en développement d'accepter des réductions d'émissions spécifiques et des mesures qui ne faisaient pas partie de l'accord de l'ONU d'origine;


• Diviser les pays pauvres en créant une nouvelle catégorie de pays en développement appelé «les plus vulnérables»;


• Le rôle d’affaiblir l'ONU dans la gestion des finances du climat;


• permettent pas aux pays pauvres d'émettre plus de 1,44 tonnes de carbone par personne en 2050, tout en permettant aux pays riches d'émettre 2,67 tonnes.
Les pays en développement qui ont vu le texte promue par les pays riches à leur insu et sans discussion dans les négociations ont de quoi être furieux.


«Cela se prépare en secret. L'intention est d'obtenir que [Barack] Obama et les dirigeants des autres pays riches le signe quand ils arrivent la semaine prochaine. C'est effectivement la fin du processus des Nations unies», a déclaré un diplomate, qui a souhaité rester anonyme.


Antonio Hill, conseiller politique du climat pour Oxfam International, a déclaré: "Ce n'est qu'un projet, mais il met en lumière le risque que, lorsque les grands pays se réunissent, c’est au détriment des pays en voie de dévellopement. (…) Cela permet trop d'échappatoires et ne propose pas quelque chose comme les 40% de réductions nécessaire que la science demande. " (

note de Mondex : n’oubliez pas de lire: Climategate).


Hill a poursuivi: «Ils proposent un fond « vert » qui sera dirigée par un conseil, mais le risque est que cela sera géré par la Banque mondiale et du Global Environment Facility [un partenariat de 10 organismes, dont la Banque mondiale et le Programme des Nations Unies pour l'environnement] et pas l'ONU. Ce serait un pas en arrière, et ils essaient de mettre des contraintes sur les pays en développement qui n’ont pas été invité à négocier dans les précédents débats sur le climat de l'ONU. "


Lire l’article original ICI en anglais.




CE N’EST PAS TOUT !


Dans Mondialisation.ca on peut lire cet article :


(…)
Le point central de la Conférence porte sur des questions strictement environnementales. On ne mentionne pas la « guerre » mondiale – c’est-à-dire la guerre menée par les États-Unis et l’OTAN et ses conséquences environnementales désastreuses.


On ne mentionne pas l’usage préemptif d’armes nucléaires comme instrument d’« établissement de la paix ».


On n’en mentionne pas, à titre d’élément d’un débat environnemental, les retombées radioactives résultant des bombes nucléaires humanitaires du Pentagone. Les armes nucléaires tactiques, selon l’opinion scientifique commandée par le Pentagone sont « sécuritaires pour les populations environnantes »


On ne mentionne pas la « guerre météorologique » ou les « techniques de modification de l’environnement » (CNMOD), ni la guerre climatique.


Dans le débat sur les changements climatiques, on ne fait aucune mention du projet 2025 de l’Armée de l’air étatsunienne intitulé « Owning the Weather » (Posséder la météo), à des fins militaires. (Voir FAS, AF2025 v3c15-1 | Weather as a Force Multiplier: Owning... | (Ch 1) et SPACE.com -- U.S. Military Wants to Own the Weather)



Malgré un vaste corpus de connaissances scientifiques, la question de manipulations climatiques délibérées à des fins militaires ne fait plus partie du programme de l’ONU sur le changement climatique. Elle était cependant à l’ordre du jour au Sommet de Rio en 1992. (Voir Michel Chossudovsky, Environmental Warfare and Climate Change, Global Research, 27 novembre 2005 et, du même auteur, Weather Warfare: Beware the US military’s experiments with climatic warfare, The Ecologist, décembre 2007)


Le CO2 est le logo qui décrit la crise mondiale. Aucune autre variable n’est examinée.


Par ailleurs, aucune politique antipollution atmosphérique significative visant les émissions de CO2 ne peut être formulée comme objectif à part entière, puisque la réduction des émissions de CO2 est subordonnée au consensus du réchauffement planétaire.
Lire la suite ICI.


Bien entendu, manifester à Copenhague est devenu illégal, lire cet article de 20 minutes :


LA POLICE DANOISE SE DOTE DE SUPER-POUVOIRS


Il y a quelques jours, le parlement danois a validé une nouvelle législation qui donne à la police des pouvoirs généralisés afin d’opérer des arrestations préventives et étendre les peines de prisons pour des actes de désobéissance civile.


Cette loi a été validée 2 semaines à peine avant le début du sommet sur le climat, alors que 30 000 personnes sont attendues dans la capitale danoise (selon la police) et que la sécurité est l’une des préoccupations principales des organisateurs de la COP 15.


Avec la nouvelle loi, les policiers peuvent vous garder en détention pendant 12 heures (au lieu de 6 avant) sous prétexte que vous pourriez rompre la loi dans un futur proche. Les manifestants entravant le travail de la police pourront être emprisonnés pendant 40 jours (alors qu’ils ne recevaient auparavant qu’une amende). Mais vous pourriez aussi avoir à payer une amende de 5000 couronnes (671 euros) si vous semez le désordre et restez sur les lieux d’une manifestation interrompue par la police.
QUAND L’ACTIVISME FROLE LE TERRORISME… ?
Pour Tannie Nyboe, porte-parole de la campagne Climate Justice Action au Danemark, cité dans cet article du Guardian, "ces lois constituent une restriction majeure à la liberté d’expression, elles vont accroître la répression policière pour tous ceux venant à Copenhague pour militer ou protester. Avec cette loi, le Danemark ne peut plus défendre sa réputation de pays ouvert et démocratique. Cela insinue même que chaque citoyen concerné par la question climatique peut être qualifié de criminel!"


Comme l’explique Ronack Monabay, du réseau IPAM, dans un article paru sur Bastamag, "nombreux sont ceux qui pensent que le climat politique général danois est propice à faire adopter une loi liberticide à la hâte afin d’entériner une criminalisation des mouvements sociaux". Lire la suite ICI.


On est pas sorti de l'auberge...




:




Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Ven 29 Jan 2010, 11:38

avec discernement!
Polémique
Les Etats Unis ont-ils provoqué le tremblement de terre à Haiti ?


Les notes ont été ajoutées par le Réseau Voltaire.
Sur le même sujet, lire : « Haïti et l’arme sismique », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 25 janvier 2010.

La polémique ouverte par la publication sur notre site d’un article évoquant la possible origine artificielle du tremblement de terre à Haïti requiert quelques précisions. Oui, l’arme sismique existe et les Etats-Unis, entre autres, la possèdent. Oui, les forces états-uniennes étaient pré-positionnées pour se déployer sur l’île. C’est insuffisant pour conclure, mais cela mérite réflexion.


En publiant « Les Etats-Unis ont-ils provoqué le tremblement de terre à Haïti ? », notre objectif était de relayer une question qui agite les milieux militaires et médiatiques dans plusieurs pays, mais était ignorée dans d’autres [1]. Cela ne vaut pas prise de position. Simplement, fidèles à notre méthode, même si elle est souvent mal comprise, nous considérons qu’on ne peut comprendre les relations internationales qu’en étudiant ce que pensent les dirigeants de la planète. Le conformisme ambiant conduit à ce que lorsque nous rendons compte des débats à Washington, personne ne s’en offusque, mais quand nous relayons les débats des pays non-alignés, nous assistons à une levée de boucliers en Europe. Tout se passe comme si les Européens jugent a priori que seules les problématiques « occidentales » sont pertinentes et que les autres sont déraisonnables.
Un de nos collaborateurs a tenté de retracer l’origine de l’imputation selon laquelle le tremblement de terre à Haïti pourrait être artificiel. Il s’est inquiété qu’il puisse s’agir d’une pure intoxication introduite par un certain David Booth (alias Sorcha Faal) qui se serait propagée dans des milieux gouvernementaux dans le monde. En définitive, nous ne savons pas avec certitude qui est la source initiale, mais nous savons que cette question est débattue au plus niveau dans plusieurs Etats en Amérique latine, en Europe orientale et en Asie.
En tant que responsable de publication du Réseau Voltaire, j’ai fait le choix de rechercher et de traduire la dépêche de ViveTV, qui avait été éditée sous forme de communiqué sur le site web du ministère de l’Information du Venezuela, et de la publier avec le sujet vidéo de Russia Today, en les assortissant d’un remarque préliminaire : « Etrangement, la télévision vénézuélienne source ses imputations en désignant l’armée russe, tandis que la télévision russe source les mêmes imputations en désignant le président Chavez. »
Si ces éléments ont été repris avec fidélité par de nombreux journaux, notamment au Proche-Orient, ils ont été déformés par la presse atlantiste en s’appuyant sur l’article de Sorcha Faal. Celui-ci a extrait des passages du texte de ViveTV, et les a placés entre guillemets dans la bouche du président Chavez. Ce qui était une hypothèse de travail devenait alors une position gouvernementale. Certains de ces journaux sont allés plus loin encore en inventant de toutes pièces le contexte dans lequel le président vénézuélien se serait exprimé, de manière à conclure que le le président et son auditoire sont atteints de délire anti-américain aigu, et que le Réseau Voltaire participe de la même pathologie.
Ne nous laissons pas intimider par cette manipulation et approfondissons cette hypothèse.
Que savons nous de l’arme sismique aujourd’hui ?


Durant la Seconde Guerre mondiale des chercheurs néo-zélandais ont tenté d’élaborer une machine à provoquer des tsunamis qui puisse être utilisée contre le Japon. Les travaux furent dirigés par l’Australien Thomas Leech de l’université d’Auckland, sous le nom de code « Projet Seal ». Plusieurs expériences à petite échelle furent réalisées, en 1944-1945, à Whangaparaoa. Elles furent couronnées de succès.
Les Etats-Unis considéraient ce programme comme aussi prometteur que le « projet Manhattan » de fabrication d’une bombe atomique. Ils désignèrent le docteur Karl T. Compton pour faire la liaison entre les deux unités de recherche. Compton était le président du MIT. Il avait déjà recruté de nombreux savants pour l’effort de guerre et il était l’une des huit personnes chargées de conseiller de président Truman sur l’usage de la bombe atomique. Il pensait que celle-ci pouvait fournir l’énergie nécessaire à l’équipe de Leech pour provoquer de plus vastes tsunamis.
Les travaux de Thomas Leech furent poursuivis durant la Guerre froide. En 1947, George VI éleva le savant à la dignité de Chevalier de l’Empire britannique pour le récompenser d’avoir élaboré une arme nouvelle. Le Projet Seal étant toujours un secret militaire, il ne fut pas révélé à l’époque qu’il était honoré pour la bombe à tsunami. Par la suite, les services US se sont appliqués à faire croire que ces recherches n’avaient jamais existé et que tout cela n’était qu’un leurre pour impressionner les Soviétiques. Cependant, l’authenticité des essais de Leech a été établie, en 1999, lorsque une partie de la documentation a été déclassifiée par le ministère néo-zélandais des Affaires étrangères. Officiellement les études ont repris aujourd’hui à l’université de Waikato. [2]
On ignore si les recherches anglo-saxonnes ont été poursuivies durant les années 60, mais elles ont repris par la force des choses lorsqu’il fut décidé de procéder à l’abandon des tests nucléaires dans l’atmosphère au profit de tests sous-marins. Les Etats-Unis craignaient de provoquer involontairement des tremblements de terre et des tsunamis. Ils voulaient donc savoir le faire volontairement.
Officiellement, à la fin de la guerre du Vietnam, les Etats-Unis et l’Union soviétique ont renoncé aux guerres environnementales (tremblements de terre, tsunamis, bouleversement de l’équilibre écologique d’une région, modifications des conditions atmosphériques -nuages, précipitations, cyclones et tornades-, modification des conditions climatiques, des courants océaniques, de l’état de la couche d’ozone ou de l’ionosphère) en signant la « Convention sur l’interdiction d’utiliser des techniques de modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles » (1976).
Toutefois, à partir de 1975, l’URSS a ouvert de nouvelles recherches de Magnétohydrodynamique (MHD). Il s’agissait d’étudier la croute terrestre et de prévoir les séismes. Les Soviétiques étudièrent la possibilité de provoquer de petits séismes pour en éviter un grand. Ces recherches furent bientôt militarisées. Elles aboutirent à la construction de Pamir, la machine à tremblement de terre.
Lors du démantèlement de l’URSS, des responsables de ce programme décidèrent par appât du gain de passer aux Etats-Unis, mais leur recherche étant inachevée le Pentagone refusa de payer. En 1995, alors que la Russie était gouvernée par Boris Eltsine et l’oligarque Viktor Tchernomyrdine, l’US Air Force recruta les chercheurs et leur laboratoire à Nijni Novgorod. Ils y construisirent une machine beaucoup plus puissante, Pamir 3, qui fut testée avec succès. Le Pentagone achèta alors les hommes et le matériel et les transporta aux USA, où ils furent intégrés au programme HAARP.

suite
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]






[1] Voir « Les armes sismiques » par Jean-Pierre Petit, 1er mars 2006.
[2] Officiellement, les forces US étaient prépositionnées autour d’Haïti dans le cadre d’un exercice militaire simulant… une intervention humanitaire en Haïti. Cf. « Defense launches online system to coordinate Haiti relief efforts », par Bob Brewin, Govexec.com, 15 janvier 2010.
[3] Le Programme HAARP : science ou désastre ?, par Luc Mampaey, Groupe de recherches et d’information sur la paix et la sécurité (Bruxelles, 1998).
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Mar 02 Mar 2010, 11:03

Par Sylvain Timsit

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Quel est le qualificatif adapté pour un pays où tous les médias importants sont détenus par une poignée de personnes proches du pouvoir, où chaque citoyen est sous surveillance électronique, où les communications sont interceptées et archivées par l'état, où une personne peut être emprisonnée sans jugement pour une durée indéterminée, et où les élections peuvent être facilement truquées grâce aux machines à voter...?

"America from freedom to fascism" est un documentaire du cinéaste Aaron Russo. La première moitié (avec quelques longueurs) est consacrée à la FED et à l'asservissement du citoyen américain par un impôt sur le revenu qui n'a pas de base légale aux Etats-Unis. La deuxième moitié (3è partie de la vidéo) est consacrée à la disparition progressive des libertés aux Etats-Unis et la dérive vers un régime policier orwellien qu'il faut bien qualifier de fasciste.

voir le film

..."dire la vérité est un acte révolutionnaire!" (G.Orwell)
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 56
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Jeu 25 Mar 2010, 20:12

A lire , par JSF que je remercie!


Dans les entrailles du monde réel




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Je voulais faire des liens vers des sujets déjà abordés ici, mais la synthèse au travers de ce texte est très bien faite et je vous propose de la lire sur NOT afin de ne pas sortir du contexte des extraits :

22 mars 2010 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


24 mars 2010 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   Jeu 25 Mar 2010, 22:41

... Les liens ne fonctionnent plus :-(

Merci pour tes recherches Ambre !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Savoir de quoi on parle !!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Savoir de quoi on parle !!!
Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les évaluations données par PISA : histoire de savoir de quoi on parle...
» Prélèvement non autorisé... mais prélevé quand même !
» montant du salaire inhabituellement élevé , comment savoir à quoi cela correspond?
» Savoir à quoi correspond un problème chromosomique rare
» Ecole et numérique, de quoi parle-t-on ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: La Vérité qui fâche-
Sauter vers: