ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mar 29 Mai 2007, 13:06

LES ENFANTS INDIGOS


par Marc-Alain DESCAMPS

En 1992 nous avons publié les conclusions de nos recherches, groupes, congrès sur l’Enfant d’En-Haut et l’Enfant Transpersonnel, mais depuis peu on ne parle partout que des enfants indigos. Ce seraient les enfants de l’ère du Verseau, les sauveurs du Troisième Millénaire. Ils seraient autonomes, centrés, non-frustrés, heureux, apaisés, dans l’amour de la vie et l’esprit de coopération, l’entraide et la fraternité. Ils n’auraient pas perdu la conscience du monde d’où ils viennent et resteraient en communication avec ceux qui les ont envoyés. Ils auraient un sens moral exigeant, une sensibilité éthique, l’amour de la vie, de la communauté avec toutes les espèces vivantes et le sens de la Terre. Ils resteraient centrés sur les valeurs d’Amour et de Paix. Exceptionnellement sages, ils seraient équilibrants pour tous (enfants, parents et adultes). Ils auraient perdus les trois peurs fondamentales : celle des autres, d’eux-mêmes et de la mort. Ils pourraient parler avec les morts, les esprits désincarnés, les esprits de la nature et les anges. Ils seraient eux-mêmes semblables à des anges incarnés. Ce seraient des Clairvoyants, qui auraient gardé le souvenir de leurs précédentes incarnations. Ils se reconnaîtraient, selon les voyants, à la couleur de leur aura, indigo ou bleu-sombre, proche du violet, qui a toujours passé pour la couleur de la plus haute réalisation de l’âme. D’où leur nom, selon Nancy Ann Tappe, qui les décrit dans son livre de 1982.
A leur sujet les descriptions se font volontiers dithyrambiques : ce seraient des êtres spirituels venus en nombre s’incarner à notre époque pour provoquer soudain une véritable mutation de l’humanité. Ils auraient ce supplément d’âme, demandé par Bergson, pour faire face au progrès technologique et à l’accroissement de responsabilité qu’il provoque. Désorientés et déboussolés par le monde moderne, la menace atomique, l’horreur économique, la généralisation de la violence, nous ne pourrions désormais affronter les menaces futures qu’avec un supplément de sagesse. Ils seraient libérés de leur karma et du poids de leur hérédité et pourraient ainsi nous rendre sensible l’importance de la connexion spirituelle. Le temps des Eveillés serait venu. Des Etres de Sagesse viendraient s’incarner sur la Terre pour la sauver du désastre, comme des Etoiles dans la nuit obscure. Une conjonction des astres aussi favorables serait semblable à celle de la Renaissance. Ces enfants spéciaux seraient des vieilles âmes descendues sur la terre pour changer la face de la terre et préparer la mutation, comme des hologrammes. La connexion avec le surmental et le supramental dont parlait Aurobindo serait possible, maintenant ! Ils prouveraient que le temps de la Métanoïa et du saut dans l’autre dimension de conscience est venu. Nos petits anges seraient donc nos guides et nos éducateurs. Ils seraient nés pour nous sauver et nous libérer. Ils nous tendraient la main avec un regard d’amour et de sagesse pour éveiller en nous l’intelligence du cœur. Des milliers de Petits Princes seraient déjà là, au milieu de nous pour transformer le monde futur. Ils nous auraient choisis pour vivre le saut quantique, la mutation dans l’autre dimension pour pouvoir créer le monde nouveau de la mondialisation.
D’autres pour varier, parlent " d’enfants arc-en-ciel " venus d’autres mondes avec des missions bien spécifiques. Ces enfants seraient déjà des mutants. Ils percevraient le futur et communiqueraient par télépathie ; ils auraient des pouvoirs secrets qu’ils cacheraient soigneusement. Ils parleraient avec les animaux, les arbres, les plantes et la nature.
Face à ce tableau idyllique, deux objections fusent : ce n’est pas nouveau et ce n’est pas uniforme. Bien entendu ce n’est pas nouveau, il y a toujours eu des enfants merveilleux. Certains l’ont tellement été que leur souvenir s’est perpétué du Bouddha Gautama et des 24 sages des Jaïns jusqu’à Sainte Thérèse de Lisieux, etc. Le premier de tous les enfants indigos est indubitablement Krishna qui naquit aux Indes à Brindavan 2000 ans avant notre ère ; il avait, lui, cette couleur bleu-indigo sur tout son corps et tous les artistes par la suite l’ont toujours représenté ainsi. Des enfants sages, doux et compatissants, il y en a eu partout dans toutes les générations.
De plus ce n’est pas uniforme, cette sagesse se paye par des enfants exceptionnellement et précocement méchants. De sorte que l’on peut affirmer exactement le contraire : la violence n’a jamais été aussi précoce, on n’avait jamais vu des assassins délibérés de 6 à 7 ans, on n’avait jamais vu autant de violences, de viols, de crimes et de meurtres dans les écoles par les enfants eux-mêmes. Des banlieues devenues des zones de non-droit sont livrées à des bandes de délinquants de plus en plus jeunes. Et la dernière mode de ces enfants est d’aller tagger les monuments aux morts et de profaner les cimetières, les tombeaux et les cadavres. Sexe, haine, drogue, rébellion, racket, harcèlement, refus de toute éducation et de toute autorité, précocité de toutes les perversions sont le lot de ces enfants.
Or certains livres semblent confondre les enfants indigos avec tous les enfants asociaux, délinquants, hyperkynésiques, instables. Que ce développement spirituel précoce puisse engendrer des difficultés familiales et scolaires, c'est compréhensible, mais ils restent des enfants doux, sages et éveillés. Et ce n'est pas parce qu'on est un enfant révolté, haineux, ou simplement un enfant insolent mal-élevé, que l'on doit se dire "enfant indigo".
Donc la vérité est maintenant dans une question de proportion et de pourcentage. Il y aurait soudain une plus grande proportion d’enfants doux et éveillés (et peut-être aussi d’enfants violents et méchants). Mais comment en faire une mesure et apporter la preuve qu’il y en a plus qu’autrefois ? Hubert Montagner dans les années 70 avait filmé pendant 10.000 heures derrière des glaces sans tain le comportement des enfants de trois ans à la maternelle. Et il en avait tiré des styles de communication : les Socialisateurs, les Agressifs, les Craintifs et les Isolés. Les Socialisateurs correspondent à nos Enfants Indigos : ce sont des leaders nés, consolateurs, protecteurs, constructeurs, échangeurs, avec des conduites d’apaisement. Ils ont une longue résistance à la frustration. Mais ils n’y en avait que deux ou trois par classe. Les Agressifs étaient bien plus nombreux, instables et inattentifs, ils cassaient, démolissaient, frappaient durement sans raison et sans prévenir. Et ce comportement agressif était installé durablement dès 14 mois. Bien entendu ces découvertes avaient rendu fous de rages les instituteurs partisans de " l’égalité des chances au départ ". De même qu’ils ont tout fait pour nier la réalité des enfants surdoués et les empêcher de progresser à leur rythme.
Mais nous parlons maintenant d’enfants éveillés spirituellement de façon précoce et cela est encore moins facile à observer et à mesurer scientifiquement. Car ces enfants ne sont pas des adultes et restent toujours des enfants. Ils aiment jouer, rire, s’amuser, plaisanter et parfois chahuter. Ils ne savent pas tout et ont aussi besoin " de faire l’idiot ". Comme parfois ils peuvent s’isoler, faire silence, se relier à ce qu’ils ont de meilleur en eux, méditer, entrer en extase, communier avec la nature et l’Absolu. Et parfois, lorsqu’ils sont en confiance, ils peuvent nous le dire et nous aider. Tout est là, dans cette dimension partagée. Ils ne s’ouvrent que dans l’acceptation et l’amour. Lorsqu’on ne saisit pas leur niveau, la fleur se referme, leur lumière s’éteint et ils peuvent se montrer désagréables. Comme les enfants surdoués ils peuvent aussi avoir des difficultés lorsqu’on les traite en bébé ou qu’on veut leur apprendre ce qu’ils savent déjà. On peut d’ailleurs se demander si certains enfants à problèmes (autistes, psychotiques, anorexiques …) ne sont pas des enfants exceptionnels qui n’ont pas été reconnus et ont été opprimés.
On ne saisit bien la nature de ces enfants qu’en fréquentant un Tulkou (réincarnation volontaire d’un Lama, comme le Dalaï-Lama, le Karmapa, Kalou …). Eux aussi offrent le contraste de période de grande sagesse et de stupéfiant éveil dans un corps d’enfant, puis de périodes d’espièglerie et de jeu, avec cependant une incroyable facilité pour réapprendre.
D’ailleurs une hypothèse est que la théorie des Enfants Indigos ne soit que l’extension à l’Occident de la pratique des Tulkous tibétains et de la doctrine des Boddhisatvas qui se réincarnent volontairement pour sauver l’humanité. Pourquoi ne pourrions-nous pas aussi profiter de ce qui autrefois était réservé au Tibet ?
Une dernière objection-hypothèse est que tout ceci provient de l’éducation. Tout vient en effet de la conception que l’on se fait de l’enfant. (Voir L’Education transpersonnelle, pages 5 à 9). Pendant des siècles, on a considéré que les enfants étaient de petits sauvages qu’il fallait civiliser et les châtiments corporels étaient de règle à l’école comme dans la famille (gifles, fessée et martinets). La conception positive de l’enfant commence avec Rousseau pour lequel " l’enfant naît bon, c’est la société qui le pervertit ". Depuis 1968, se développent la reconnaissance des droits de l’enfant et la fin des enfants-martyrs, des abus sexuels, des réseaux pédophiles, du travail précoce et des enfants-esclaves. Une éducation libérale, permissive, non-violente, respectueuse de l’enfant et de sa créativité est en train de s’installer progressivement. De nouvelles écoles apparaissent avec Montessori, Decroly, Ferrière, Freinet, Neil, Dolto, Oury, Steiner, Krishnamurti et toutes les écoles parallèles ou alternatives. Donc les enfants spiritualistes ou indigos deviendraient visibles, car ils sont désormais respectés, écoutés et reconnus, alors qu’autrefois ils étaient découragés ou opprimés avec tous les Mozarts assassinés.
On doit donc conclure que l'éducation libérale permet de mieux favorise la perpétuation de ces enfants spirituels, mais elle ne les crée pas. Par contre l'éducation matérialiste, publique et obligatoire, les écrase. Mais tous les enfants insolents et mal élevés, à la mode américaine, ne sont pas des enfants indigos pour autant.
Les témoignages se multiplient de partout, à notre grande stupéfaction. Ainsi en 1981 est né en Argentine Flavio, qui à l’âge de trois ans a commencé à dire Je viens du Soleil (spirituel) et à parler sur la relation avec Dieu, la réincarnation, le karma, le temps, l’espace, l’amour, etc. A l’âge de huit ans, un livre a été écrit, traduit dans toutes les langues, où il annonce : " Des enfants d’un nouveau type sont en train de naître. Ce sont des humains différents, bien que rien ne le laisse supposer. Je suis seulement l’un d’eux, un des premiers. L’humanité est en train de changer. La connexion avec le monde spirituel est plus ouverte. Tous les enfants peuvent à présent se maintenir unis à cette source spirituelle, à leur essence ". Notre devoir est donc de les protéger et de leur permettre de rester unis à leur source spirituelle le plus longtemps possible, malgré la scolarisation et la socialisation.

Références.

Lee Carroll et Jane Tober, Les enfants indigos, éd. Ariane, 1995
Flavio M. Cabobianco, Je viens du Soleil, éd. St Michel, 1994, éd. Auréas, 1999
Jacques de Coulon, M-A. Descamps, L’Education transpersonnelle, éd. Trismégiste, 1993 J-C.
L. Burns, Développez les facultés psychiques de votre enfant, éd. Tchou, 1990
J-J. Crêvecoeur, Les enfants de l’autonomie, éd. Jouvence, 1996
A. Fauchère, L’enfant de lumière, éd. Stakine, 1998
Peace, L’enfant magique, éd. Retz, 1977
S. Wolinsky, Ni ange ni démon, éd. Le Jour, 1995


http://www.europsy.org/marc-alain/
http://www.europsy.org/aft/index.html


Dernière édition par AMBRE le Sam 25 Oct 2014, 19:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mar 29 Mai 2007, 13:16

Éduquer les nouveaux Enfants
Votre Contrat avec Votre Enfant Archange Michel à travers Celia Fenn.


Les informations que nous désirons vous apportez ce mois-ci sont la continuation du sujet dont nous avons parlé le mois dernier. Dans ce Channel, nous vous avions montré comment votre énergie et celle de vos enfants étaient liées ensemble dans les modèles de transition et de changement au sein de la famille. Cette fois-ci, nous désirons discuter avec vous la nature du contrat que chaque enfant de la famille signe avec les parents au niveau spirituel, avant qu'il ou elle incarne sur Terre, et dans cette famille en particuliers.

Le Contrat entre Parent et Enfant

Avant qu'une âme incarne sur Terre, elle choisit un endroit et une famille qui subviendront à ces besoins spirituels de développement et d'évolution. Vous pouvez être sûr que votre enfant vous a choisi pour une raison qui contribue à son développement ainsi qu'au vôtre, car ces contrats de l´âme sont toujours mutuels.
Le parent s'engage à élever l'âme nouvelle dans son jeune corps, à le protéger et à lui enseigner ce qu'il doit savoir pour survivre sur le plan matériel. Le parent s'engage également à aider au développement de toute habileté ou talent qui fasse partie de la mission spirituelle de l'enfant sur la planète.

L'enfant, à son tour, s'engage à aider ses parents à élever leur conscience en vivant avec une âme à la vibration supérieure et à la sagesse profonde. C'est le chemin naturel de l'évolution, où l'âme de l'enfant est toujours dans une spirale supérieure d'évolution et où il peut aider les parents à évoluer aussi. Mais les parents ont besoin d'être conscients de ce cadeau. Il existe tellement de parents "endormis" qui voient leurs enfants comme des êtres vulnérables qui ont besoin d'être contrôlés et dressés, et ils sont incapables de voir la sagesse et le don qui vient avec chaque enfant.

Dans la future Nouvelle Terre, chaque enfant né sera reconnu par sa sagesse, en tant qu'âme. Et les parents seront conscients du contrat de leur âme avec l'enfant, et chercheront à le réaliser ensemble par leurs obligations matérielles liées au bien-être physique de leur enfant.


Les enfants Indigos

Les parents qui acceptent d'aider et d'élever un enfant de vibration Indigo ont accepté le contrat d'être les gardiens d'une âme qui apporte une nouvelle forme d'énergie sur la planète. Les enfants Indigos sont des âmes pionnières et leurs parents ont fait le contrat de se joindre à eux pour être les pionniers des nouvelles familles et des nouvelles vies communautaires.
La mission de l'âme de l'enfant est de questionner et de défier tous les vieux modèles de pensées et de créer des chemins afin que de nouvelles formes de pensées se manifestent. Un enfant Indigo est également sensible, aimant, doué et intuitif. Les parents s'engagent à trouver les moyens d'élever cette énergie belle et sensible, et à aider à développer de leur mieux les dons et les talents de l'enfant.

L'enfant, à son tour, s'engage à être le professeur des nouveaux modèles. Mais pour y réussir, il doit défier et détruire les vieux modèles. L'enfant Indigo fait cela de deux façons. Tout d'abord, il ou elle questionnera et défiera tous les systèmes de croyances et toutes les " règles " que vous ou qui que soit d'autre essaiera de lui imposer. Dans ce sens, ils vous montreront ce qui marche pour eux et ce qui ne marche pas, et c'est aux parents d'écouter et d'apprendre et de ne pas essayer d'imposer leur volonté.

La deuxième méthode d'enseignement consiste à ce que l'enfant agisse comme un " miroir " pour ses parents. L'enfant adoptera les modèles erronés que les parents suivent dans leur vie. Ces modèles ont généralement à voir avec une faible auto estime et une non acceptation de soi-même. C'est pourquoi énormément d'Indigos s'engagent dans des tendances auto destructives comme l'usage abusif de drogues et la promiscuité sexuelle. Ils renvoient à leur famille et aux communautés les tendances auto destructives qu'ils ont appris.

C'est également pour cela que de nombreux parents d'Indigos luttent contre l'apparente tendance de comportements destructifs des adolescents Indigos. Les parents doivent comprendre qu'ils ont besoin d'examiner leurs propres tendances destructives et de commencer à vivre en accord avec des tendances plus aimantes et plus affectueuses qui les assistent, eux et leurs enfants. Combien de parents se remplissent le corps et la tête de pensées et de substances toxiques, et passent leur temps dans un travail qu'ils n'aiment pas, cachant leurs véritables sentiments ? Votre enfant Indigo vous fera prendre conscience de cela et vous guidera afin que vous abandonniez ces anciennes façons d'être, héritées ou apprises. Ils vous aideront à vous réveiller et à comprendre qui vous êtes réellement et ce dont vous êtes capables quand vous êtes réellement vous.


Les enfants Cristal

L'enfant à la vibration Cristal apporte une différente sorte de contrat avec le parent. On pourrait dire qu'alors que les Indigos sont l'équipe de démolition, les Cristal sont l'équipe de reconstruction. C'est pourquoi les Indigos et les Cristal incarnent si souvent dans la même famille. Cela permet aux vieilles structures d'être détruites et aux nouvelles d'être construites.
Mais un enfant Cristal est un être de très haute vibration et sa mission consiste entre autre à travailler sur les réseaux Cristallins planétaires et à retenir l'énergie pour faciliter le changement global. Donc le contrat avec l'enfant Cristal est encore plus provocateur pour les parents qui ont besoin de comprendre que ce petit enfant est également une âme éclairée et forte dont le travail dépasse de beaucoup le périmètre étroit de la cellule familiale.

C'est pourquoi les enfants Cristal sont souvent stressés et avec un surplus d'énergie. Ils travaillent avec les énergies de ceux qui les entourent, non seulement au niveau de la famille mais également au niveau plus large de la communauté. Le défi pour les parents est de comprendre la nature du travail de l'enfant Cristal, comme être et comme âme, et d'essayer de les épauler en conséquence.

En retour, l'enfant Cristal soutiendra l'évolution spirituelle de ses parents. L'enfant Cristal est capable " d'attirer " les personnes nécessaires à l'évolution de ses parents dans la vie de ceux-ci. Cela est dû au fait que la conscience de l'enfant Cristal s'étend largement et qu'elle peut localiser et attirer les êtres qui sont le plus bénéfiques à la famille à un moment donné. Ainsi, les parents d'enfants Cristal se trouvent souvent sur le chemin accéléré de la croissance et de l'évolution, qui est le cadeau de leur enfant.

La croissance spirituelle aidera surtout à créer un niveau supérieur de conscience au sein même de la famille, ainsi qu'à créer de nouvelles formes d'interaction et de respect. L'enseignement le plus puissant est ici celui de " l'égalité de l'être ". L'enfant Cristal fait don à sa famille d'énergies aimantes, fortes et créatives. Il est " l'égal " de ses parents et doit être traité avec le même amour, respect et honneur.

Dans le futur, les enfants seront considérés comme des égaux avec les même droits que le reste de la famille, et non plus des dépendants. On consultera les enfants sur les questions familiales qui les concernent et ils auront droit de choisir. C'est leur enseignement et leur contrat avec vous, en tant que parents ; honneur, respect, soutient et amour mutuels et mutuellement bénéfiques.


voir aussi ce site

Texte d'Ischaïa
Les Enfants et le Nouvel Âge d’Or
http://reiki-plus.net/ischaia.shtml


Dernière édition par le Ven 17 Aoû 2007, 09:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mar 29 Mai 2007, 13:21

‘‘ De plus en plus d’enfants naissent avec des facultés paranormales ’’



Carolina Hehenkamp est l’une des premières à avoir effectué des recherches sur le phénomène des enfants Indigo, ces êtres hautement évolués qui s’incarnent massivement à notre époque transitoire. Ses interventions l’ont amenée à rencontrer des milliers de personnes en difficultés. Voici quelques conseils pour mieux vivre au quotidien avec ces enfants pas comme les autres…

Dans mon cabinet, au téléphone et dans les séminaires, j’entends souvent les gens commencer leur phrase en disant : «je suis concerné», ou bien encore «je fais partie des personnes concernées». Ce n’est qu’ensuite que j’entends : «j’ai un enfant indigo !» Il me vient souvent à l’esprit la réaction consistant à dire : «Je vous félicite, c’est magnifique, vous avez reçu un immense cadeau dans votre famille ! Et vous n’êtes pas la seule ! Protégez votre enfant, aimez-le, nourrissez-le, et il se développera comme une magnifique plante dont l’odeur se répandra sur l’humanité pour lui apporter amour et paix». Mais finalement je ne l’exprime pas, car je vois bien que la plupart des gens considèrent cette position comme un problème. Et cela en dépit du fait qu’ils semblent heureux d’apprendre ce qui leur arrive. Ils ressentent souvent cette situation comme extrêmement difficile, ne se sentent pas acceptés par la société, ou carrément exclus. Si la tension familiale s’amenuise, les parents peuvent alors apprendre à remplacer leurs convictions négatives telles que «je suis concerné», «mon enfant n’est pas normal», par «je suis une mère heureuse» et «mon enfant va bien». Le principal problème que je rencontre partout est que les parents n’ont plus l’habitude de soutenir leurs enfants inconditionnellement. Or c’est une démarche vitale pour l’enfant indigo qui ne pourra jamais comprendre qu’il ne bénéficie pas d’un soutien inconditionnel. Les parents parlent en effet éventuellement avec l’enseignant, le médecin ou un accompagnateur, sans toutefois impliquer l’enfant dans leur démarche. C’est terrible pour l’enfant. Une fois que, à l’issue de discussions tenues dans son dos, l’enfant s’est fait à l’idée qu’il souffre de troubles déficitaires, il aura de plus en plus de mal au fil des ans à se développer sur le plan émotionnel et à devenir un être humain digne appartenant pleinement à ce monde. L’éducation d’un enfant indigo place les parents dans une situation radicalement nouvelle. Dieu soit loué, il y a de plus en plus «d’enfants du nouvel âge», de sorte que ces parents peuvent facilement trouver dans leur environnement d’autres parents qui sont dans la même situation. Mais ils vont néanmoins rencontrer des difficultés dans leur entourage, car souvent on ne comprend pas leur méthode d’éducation et leur comportement. Certaines personnes pensent que les parents exagèrent complètement lorsqu’ils décrivent leur enfant, ce qui induit peut-être des tensions entre amis ou dans la famille. La mère éprouve parfois de terribles sentiments de culpabilité, et souvent, quelle que soit la personne à laquelle elle s’adresse, cette culpabilité ne fait que croître. Dans la mesure où la mère est en général celle qui est la plus proche de l’enfant, c’est aussi elle qui porte l’essentiel des responsabilités. Le père n’est là en général que le soir et doit souvent écouter ce qui s’est passé alors qu’il est fatigué et essaie de se détendre. Beaucoup de pères préfèrent déléguer leur mission éducative, et ce d’autant que la prise en charge de l’éducation des enfants indigo s’avère particulièrement lourde. Dans les dernières années, j’ai parlé à des centaines de mères et j’ai reçu des milliers de lettres et de courriels. La plupart des mères ont l’impression d’être dans une situation assez désespérée. Voilà ce qui résulte de l’ensemble des expériences qui m’ont été racontées : La mère éprouve de la culpabilité, car tout le monde pense que son enfant n’est pas normal, et qu’elle ne vient pas à bout de cette situation. Le premier interlocuteur de la mère est son mari, le père de l’enfant. II dit souvent : «c’est ton enfant (c’est souvent ce que disent les pères dans des situations difficiles ou tendues !), donc débrouille-toi pour trouver une solution !» La plupart du temps, les parents de la mère s’immiscent, et ensuite, très souvent, les beaux-parents aussi : «ma chérie, à notre époque, quand on t’a élevée, on savait ce qu’il fallait faire avec les enfants». Les sentiments de culpabilité s’accumulent. A présent, c’est au tour du maître d’école ou de la maîtresse d’y aller de son petit commentaire : «Votre enfant ne cesse de troubler mes cours, il faut que vous fassiez quelque chose». La culpabilité continue à augmenter. La mère appelle intérieurement au secours et s’adresse à son médecin qui lui dit : «Votre enfant souffre de troubles déficitaires. II y a quelque chose qui ne va pas, mais on pourrait faire quelque chose par une thérapie, une psychothérapie ou des médicaments». La pauvre mère est alors submergée de culpabilité, mais préfère quand même s’en remettre à un thérapeute qui puisse prendre la situation en main. Mais ce dernier s’avère n’être guère plus instructif et la situation ne s’améliore pas vraiment. Elle fait alors passer à son enfant un test d’intelligence pour être sûre qu’il n’est pas idiot, ou ne souffre pas d’un trouble mental handicapant son intelligence. C’est mieux que d’accumuler encore plus de culpabilité. Ô surprise ! L’enfant a un QI élevé, il est supérieurement intelligent. Elle se décide maintenant à se laisser prescrire des médicaments pour son enfant. Ce qui suscite à nouveau de la culpabilité. Pour la mère, ce n’est vraiment pas facile.

Copyright Editions Exergue / Carolina Hehenkamp
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
luminalle

avatar

Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 17
Date de naissance : 30/12/1962
Age : 54
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Ven 17 Aoû 2007, 10:41

Un grand merci Ambre pour ces textes ou je me suis reconnue moi même dans la description de "la crise" mais aussi pour mes propres enfants et surtout ma dernière.
Heureusement que je ne rentre dans pas dans les schémas d'éducation que j'ai reçu ou même mon entourage... combien de fois ais je entendu que j'étais trop cool avec mes enfants, que je les laissais trop s'exprimer, vivre, rire même etc .. ma dernière j'ai droit en prime aux réflexions des instit qui me disent constament que son comportement n'est pas normal, j'ai fini également chez des psy différents mais j'arrête depuis quelques temps car ma propre fille leur renvoie leurs problemes et elle n'a que 8 ans !!!
Elle me tient des propos incroyable pour une petite fille de son âge et moi même j'en suis "baba"...
Elle voit et entends au delà du voile comme on dit et le probleme c'est qu'elle en parle librement, résultat : on la prends pour une dingue. Alors de termps en temps la colère monte en moi (normal je suis la mère) et j'en rajoutte une couche à ces gens qui ont jugés sans savoir, comme par exemple ma fille voit les décédés et parle avec , c'est tellement naturel pour elle... chaque fois on me dit qu'elle rêve, qu'elle est débile...alors moi même j'en remets une couche parce que je les vois aussi.
Ce qui m'inquiete c'est qu'elle lâche de plus en plus l'humain pour aller vers les animaux , elle vient souvent avec moi se ressourcer en forêt, elle me pose des questions incroyable sur la réincarnation et ça depuis qu'elle à 3ans, par contre de savoir combien ca fait 3 x 9 elle s'en fout, ces priorités sont ailleurs.

Bref un grand merci pour ces textes, parce que c'est vrai que des fois j'ai des doutes et je culpabilise à mort aussi grâce à ceux qui m'entourent et qui n'ont rien compris.

Je me dis maintenant que apparement pas mal de genre "rame' avec ça mais au moins on est pas dingues.

Merci encore.

:69:
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Ven 17 Aoû 2007, 10:48


La Pharmacie du Bon Dieu ?


Commentaires d'un article paru sur le forum d'Amessi logo ci-contre : l'APA (Association psychiatrique américaine) votent à main levée la naissance du TDAH (Troubles déficitaire de l'attention/hyperactivité) ainsi est né une nouvelle maladie psychiatrique mais qui a la particularité de n'être clairement définie dans aucun manuel. Mais le pire reste à venir, un an plus tard 1/2 million d'enfants américains sont traitées à la Ritaline et aujourd'hui 18 plus tard ils sont six millions. Or la Ritaline censée favoriser l'attention et la concentration est une drogue qui entraîne les mêmes effets secondaires que la cocaïne ou les amphétamines, à savoir confusion mentale, perte des notions morales etc... mais de plus elle agit négativement sur le système nerveux central, l'appareil gastro-intestinal et cardio-vasculaire ainsi qu'endocrinien. Plusieurs milliers d'enfants seraient décédés en 10 ans de la prise de cette drogue bien qu'à peine 10 % soit officiellement reconnu. Mais il semblerait que le laboratoire qui fabrique la Ritaline soit le même que celui qui fabrique le Prozac. Aux Etats-Unis les hospitalisation pour overdose de Ritaline dépassent celles de Cocaïne et la Ritaline est dealé dans les cours d'école. Des milliers d'enfants dans notre pays sont ainsi drogué simplement parce que l'on est incapable d'identifier correctement un syndrome qui dans beaucoup de cas est simplement celui de l'enfant indigo dont on connait les difficultés dans notre société. D'après le professeur BREGGIN le TDAH a été mis en place pour justifier la distribution de drogues modificatrice du comportement des enfants en classe et souvent des plus intelligents soit ceux qui gènent le plus nos malheureux enseignants. Aucune preuve scientifique d'amélioration n'existe mais les preuves de dérapages, elles sont bien présentes. Mais il vaut mieux nourrir le dragon pharmaceutique plutôt que suivre le constat du Dr L.M. PELSER qui estime qu'un changement d'alimentation suffit à transformer le comportement de plus de 60 % d'enfants difficile en à peine trois semaines. Actuellement en France plusieurs milliers d'enfants sont sous Ritaline puisque les psychiatres estiment que 5 % des enfants sont atteints du TDAH. Il est d'ailleurs bizarre de constater que c'est effectivement à peu près la proportion d'enfants indigos actuellement pré-adolescent, mais dans dix ans il seront 20 à 25 % d'où l'intéret pour le fabricant de maintenir son produit. Enfin, autre constat qui explique peut-être en partie le silence des pouvoirs publics sur le sujet, les enfants classés hyperactifs sont également souvent d'une intelligence supérieure (QI supérieur à 130 voire à 140) et il est bien connu que réfléchir c'est commencé à désobéir même dans la patrie de la Liberté.

Jean-Claude Thimoléon
Bio-thérapeut- Naturothérapeute - Formateur
http://www.i-services.net/membres/forum/messages.php?user=67118&idsalon=141668&idsujet=524738

Voici une compilation de plusieurs données recueillies dans des rapports officiels et dans différents écrits sur le sujet. Le ton utilisé tout au long du texte traduit l’opinion de son auteur. Cet écrit comporte un certain nombre de facteurs qui entourent la ¨problématique¨ du THADA, mais la recherche reste globale. Plusieurs éléments n’ont pas été exposés, comme l’alimentation par exemple. Le but est de poser un questionnement réel sur le déficit de l’attention et de l’hyperactivité chez nos enfants. De plus, il est essentiel de connaitre toutes les implications de la médication (Ritalin) pour s’assurer que nos enfants reçoivent un traitement adéquat pour leur santé corporelle et mentale. Sommes-nous pleinement conscients des implications actuelles des diagnostics et de la médication?

Le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (THADA) est caractérisé par des anomalies dans le comportement de l’enfant: troubles de l’attention, distraction, instabilité émotionnelle, impulsivité et hyperactivité. Dans certains cas, il peut y avoir des difficultés d’apprentissage.

Selon différentes sources, 25-35% des enfants d’âge scolaire détiennent présentement le diagnostic du THADA. Depuis 1990, c’est une augmentation fulgurante au Canada puisque près de 1 million d’enfants sont médicamentés suite au diagnostic des médecins. Pourtant, selon la communauté scientifique aucune pathologie n’est décrite dans les ouvrages scientifiques. Ce trouble n’est aucunement validé comme étant une maladie d’ordre physique ou chimique. La conférence du Concensus sur le THADA du National Institut of Health aux États-Unis déclarait sans équivoque: ¨Il n’y a aucune donnée qui indique que le THADA est causé par un dysfonctionnement du cerveau.¨ De plus, il n’existe aucun test objectif permettant de distinguer les enfants présumément atteints de ce problème, les critères de diagnostic officiels du THADA étant strictement comportementaux.

Malgré ces conclusions, près de 1 million d’enfants canadiens sont traités au Ritalin ou avec d’autres drogues pour contrôler ces comportements auxquels aucune cause médicale n’a jamais pu être associée. Et la tendance s’accentue...

Selon un rapport de Santé Canada, les médecins de famille qui portent le diagnostic sont très peu informés sur le trouble de l’hyperactivité et du déficit de l’attention. Ils sont tous unanimes en déclarant qu’aucun outil objectif scientifique leur permet de diagnostiquer le THADA. Ils sont témoins d’une pression exerçée par l’école auprès des parents afin que ces derniers consultent avec leur enfant. Dans plusieurs cas, cette pression devient telle qu’on oblige le parent à prendre des mesures médicales, sous la menace d’expulsion de l’enfant. Le parent s’en remet invariablement à un médecin sans même considérer d’autres alternatives à la médication. Souvent, l’urgence d’agir renvoie tristement l’enfant vers un diagnostic faussement établi et une médication inutilement dangereuse.

LE RITALIN

Le methylphenidate, dont le Ritalin est la marque commerciale la plus vendue, n’est pas un médicament anodin. Le Ritalin est classifié avec les amphétamines et la cocaïne dans la quatrième édition du ¨Diagnostic ans Statistics Manual¨ (DSM) de l’Association Psychiatrique Américaine. Encore une fois, il n’existe pas de données établissant clairement le mécanisme par lequel le methylphenidate exerce ses effets sur le psychisme et le comportement chez l’enfant. On ne possède pas non plus de preuves concluantes des effets à long terme de la consommation de Ritalin ou autres drogues psychotropes utilisées dans le traitement du THADA.

Le Ritalin est prescrit, comme d’autres psychostimulants, pour améliorer la concentration et l’effort tout en minimisant l’impulsivité et augmentant la docilité. L’efficacité est toutefois de courte durée, 7-18 semaines, forçant ainsi le médecin à réviser la posologie. Il n’existe pas de dose scientifiquement testée chez la clientèle enfant. Le médecin prescrit donc cette drogue sans aucun barème établi.

Les psychotropes ne sont pas sans danger ou effets secondaires. L’abus chronique du médicament (utilisation à long terme) peut entraîner une accoutumance prononçée et une dépendance psychique accompagnée d’anomalies du comportement.

Les effets indésirables sont:

- diminution de l’appétit;
- difficulté à s’endormir;
- effets néfastes sur la cognition (créativité et spontanéité diminuées);
- image de soi pauvre;
- nervosité;
- instabilité émotive;
- tics moteurs;
- etc.

La privation ou le sevrage peut s’avérer particulièrement difficile. Une surveillance accrue s’impose puisque l’arrêt du médicament peut amener une dépression ou des épisodes psychotiques. L’état émotif de l’enfant peut être durement atteint jusqu’à provoquer des idées suicidaires. Des cas de suicide chez les enfants sont trop souvent associés à un sevrage de drogues psychotropes. Des états de violence extrême ont aussi été observés poussant même l’enfant à vouloir tuer. Des cas de tuerie par des enfants (Colombine, Springfield, Arkansas) ont démontré que ceux-ci consommaient ou avaient consommé des drogues tel le Ritalin, le Xanax, la Thorazine et l’Halcion.

L’armée refuse les candidats ayant des antécédents de Ritalin...

Le phénomène de la violence infantile connait une ascension dramatiquement importante. Le débat sur les causes de cette violence, parfois extrême, met généralement la faute sur la télévision. Effectivement, les films peuvent influencer les comportements des enfants, mais une analyse approfondie permet d’observer que les causes sont multiples. Les enfants, dès le bas âge, sont façonnés pour atteindre des résultats performants. Ils sont souvent sur-stimulés pour correspondre aux attentes des parents, du milieu, de la société. Si l’enfant ne réponds pas adéquatement à ces critères pré-établis, on le qualifie comme ayant des troubles du comportement ou d’apprentissage. Ce fait implique de briser et d’invalider les valeurs de l’enfant. Il se retrouve, trop souvent, réduit à un diagnostic et une médication injustifiée. Serait-ce une des causes importantes du décrochage scolaire, de la surconsommation de drogues, de la montée des comportements de délinquance et de la triste réalité du suicide chez les jeunes? À quoi peuvent-ils bien s’accrocher?

À travers des campagnes massives de promotion et de marketing, les drogues psychiatriques sont de plus en plus présentées comme la panaçée à tous les problèmes de la vie elle-même. Sommes-nous en train de droguer une société en mal de vivre dans laquelle nos enfants sont le plus grand symptôme? Avons-nous réellement créé une race d’enfants génétiquement déficiente ou sommes-nous témoins d’un phénomène de conscience où les futurs artisans de demain nous obligent à réviser activement les bases et valeurs de notre société? Ne sommes-nous pas obligé de constater que nous avons exposé nos enfants, et les générations passées, à la robotisation de l’être humain parfait et à l’inconscience du sens véritable d’être en vie?

Les faits démontrent que nous trahissons nos enfants par notre propre irresponsabilité à voir les choses en face. Nous avons laissé tombé à un moment où les enfants ont le plus besoin de nous. Notre inconscience est en train de droguer l’esprit de l’enfance pour qu’on ne puisse jamais y voir jaillir sa beauté, son innocence, sa créativité et surtout, sa grande sagesse.

Il est à noter que l’auteur ne porte absolument aucun jugement sur les parents. Au contraire, ce texte vise à aider les parents à réfléchir sur les alternatives possibles et sur une autre façon de concevoir le THADA. Pour plus d’informations, contactez le webmaster: webmaster@consciencedupeuple.com
http://www.consciencedupeuple.com/html/le_ritalin.html
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Ven 17 Aoû 2007, 10:56

Le drame de l'enfant doué et hyperactif
Dominique Jeanneret


«Quand j'étais petite, je n'étais pas grande.» chantions-nous à l'école ! Pourtant, déjà toute petite, j'étais grande mais je ne le savais pas.

Je me suis toujours sentie différente, à part, pas comme tout le monde. Toujours première de classe au primaire, en plus d'être la plus grande (en taille !) de ma classe. Les amies de maman disaient que j'étais un «petit génie». Ah bon ?! Personne de ma famille ne me le disait pourtant. Sans être un bouc-émissaire, je n'avais pourtant pas d'ami(e)s au primaire. Ma tante m'a dit dernièrement que, déjà jeune, je ne participais pas aux jeux avec mes cousins/cousines dans les réunions familiales. Je ne m'y sentais pas à ma place.

Arrivée au secondaire, je me suis fait une amie avec qui j'ai partagé mes rires et mes jeux pendant 2 ans. Pas mes peines, je ne les montrais pas. Mes notes ont chuté pour me faire atterrir dans les derniers de classe, un des symptômes de l'enfant doué. Puis j'ai eu un grave accident qui m'a fait passer six mois de convalescence à la maison. J'avais 14 ans.



Changement d'école, de classe, de matières. Mes nouvelles «amies» étaient des jumelles qui avaient besoin de moi pour leurs devoirs. Je me suis découvert un rôle qui durera près de 20 ans, et qui dure toujours (sauf que j'ai appris à aider sans m'oublier maintenant !) : aider les autres à être heureux. Enfin, je me sentais utile. L'aide psychologique et spirituelle que j'apportais à mes copines de classe m'a valu le titre de «psy de la classe» au Cégep. Je ne faisais rien de spécial, ça venait tout seul et ça me rendait heureuse de savoir que je pouvais aider quelqu'un à être plus heureux.

Mon poste dans les dernières de classe a duré jusqu'à mon DEC. J'ai toujours eu l'impression que les profs m'ont «donné» ce diplôme pour se débarrasser de moi ! Je m'en fichais, je voulais avoir ce papier pour ma famille et je ne suis même pas allée à la remise des diplômes !

Je réussissais tout ce que j'entreprenais, du plus petit bricolage à l'organisation de camps de vacances. Je me sentais pourtant toujours seule, différente, incapable de me faire de vrais amis. Je lisais beaucoup, je travaillais et étudiais (pour moi) la psychiatrie et la psychologie, la spiritualité, mon rêve était de devenir infirmière et thérapeute pour pouvoir aider les gens. J'ai voyagé à travers le monde, à la recherche de «quelque chose» que j'ai finalement trouvé au Québec : Moi !

En dernière année de secondaire, je jouais de la guitare au lieu de faire mes devoirs, mes notes s'en trouvaient améliorées, ma mère se faisant naturellement beaucoup de soucis de me voir si studieuse. sur ma guitare ! Au Cégep, je suivais les cours de littérature en tricotant plutôt que de prendre des notes, j'avais remarqué que je réussissais mieux aux examens en agissant ainsi, au grand dam du professeur qui n'avait jamais dû voir ça de
toute sa longue carrière !

En mathématiques, j'excellais en géométrie et en algèbre mais étais «pourrie» dans les courbes et la physique. J'ai même mis en doute, devant toute la classe, certains dogmes mathématiques que le prof, qui prenait sa retraite en même temps que je recevrais mon diplôme, devait aller vérifier tellement ma logique avait l'air implacable. et parfois, il n'arrivait pas à me convaincre même après vérification.

Enfant douée, je m'en suis rendue compte beaucoup plus tard. En fait, dans quelques examens d'école, j'avais réussi à trouver la solution à des problèmes que je trouvais enfantins, sur lesquels mes collègues de classe planchaient des heures sans trouver la réponse. Au test psychométrique de secondaire, je dois avoir fait un QI de 130. Au test d'orientation scolaire pour savoir ce que je voulais faire dans la vie, j'ai répondu exactement ce qu'il fallait pour qu'on me dise que je voulais devenir infirmière, ce que
je voulais profondément. C'est une psychologue que j'ai consultée à l'âge de 26 ans qui m'a dit que je devrais m'inscrire à MENSA, l'association internationale des gens surdoués. «Pour faire quoi, aller jouer aux échecs avec des «bollés» ? Je ne vois pas ce que j'y ferais» lui ai-je répondu.

Quand arriva le temps de commencer mon cours d'infirmière, mes parents me répétaient «Tu es bien trop intelligente pour faire SEULEMENT infirmière !». Y'a pas de sot métier pourtant. J'étais préposée aux bénéficiaires depuis l'âge de 15 ans durant toutes mes vacances scolaires, je rêvais d'être infirmière pour aller travailler dans le Tiers Monde. J'ai finalement abdiqué et suis entrée en faculté de médecine. J'ai réussi à faire trois fois la première année avant d'aller en psychologie. que j'ai laissé tomber après une session, je trouvais les théories qu'on y enseignait bien trop désuètes en rapport avec toute l'aide que je savais déjà apporter aux gens.

J'étais une enfant renfermée, solitaire, tout le temps en train de lire, j'avais une soif inextinguible d'apprendre, de créer toutes sortes de choses, de faire de la musique dans ma chambre ou d'aller me promener dans la nature, découvrant les fleurs, les arbres, les animaux, etc. J'étais une enfant qui posait tout le temps des questions, vive d'esprit, très curieuse, hyperactive mais, à cette époque-là (dans les années '70), on ne parlait pas
d'hyperactivité, qui est un des symptômes des enfants surdoués. J'avais aussi toujours le dernier mot ! Un autre symptôme .

Je m'entendais toujours mieux avec des personnes plus âgées que moi, plus matures, je pouvais discuter avec des adultes de sujets d'adultes alors que je n'avais que 8 ou 10 ans.

Au-delà de tout ça, un autre symptôme de l'enfant doué est l'hypersensibilité. Un rien me touche, l'équilibre est difficile à atteindre et, surtout, à garder. La dépression est une épée de Damoclès en permanence sur ma tête, n'arrivant pas à vivre «comme tout le monde», ayant des aspirations «dingues», des projets de vie «débiles». «Sky is the limit» pour moi et rien ne pourra jamais m'arrêter. mais à quel prix !

Être un enfant doué, ce n'est pas évident quand ni les parents, ni les éducateurs scolaires ne le remarquent. et qu'ils préfèrent peut-être même envoyer l'enfant chez le médecin qui lui prescrit des médicaments pour calmer son hyperactivité.

Un enfant doué a besoin de plus d'attention qu'un enfant «normal», il demande beaucoup, il doit satisfaire sa soif d'apprendre, de découvrir et pose souvent des questions qui peuvent paraître incongrues mais auxquelles il est bon de répondre de façon adulte et non en renvoyant l'enfant à ses billes. Un autre symptôme est que l'enfant est souvent, et restera toujours, un «leader».

L'enfant doué est aussi souvent hypersensible et fragile émotionnellement, sa capacité «d'en prendre» est parfois très grande mais, surtout, proportionnelle à ce qu'il va ressentir profondément.

Ne pas être reconnu et encouragé dans sa douance, l'enfant pourra prendre de «mauvais chemins» de vie, sombrant parfois dans la drogue, l'alcool et la dépression, la psychose ou la schizophrénie même, découragé de ne pas pouvoir vivre «comme tout le monde».

Reconnu et encouragé, l'enfant doué pourra devenir quelqu'un de grand qui aura du succès dans sa vie et connaîtra le bonheur d'être soi-même, mais il se sentira toujours différent...



Liens d'intérêt

Site d'intérêt pour en savoir plus sur les enfants surdoués (Québec) :
Québec Infos Surdoués vous donne toute une liste de liens utiles.

Le site d'une famille de surdoués, les symptômes, comment reconnaître la douance, comment éduquer les enfants, etc...

Enfants indigo ou enfants nouveaux
Un site interactif pour les parents et les enseignants

Comment reconnaître un enfant indigo ?

Les élixirs floraux (Fleurs de Bach) et les enfants Indigo
Un nombre croissant d’enfants aux Etats- Unis et en Europe sont diagnostiqués comme souffrant de TDA (trouble de déficit de l’attention) ou de TDAH (trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité). De nombreuses théories existent quant à la cause de l’augmentation de ce trouble. (...) les élixirs floraux sont un moyen merveilleux et sans danger d’aider les enfants Indigo à recevoir l’amour et le soutien dont ils ont besoin pour atteindre leur plein potentiel.

Regroupement des associations de parents PANDA du Québec : Ces sites s'adressent aux parents d'enfant(s) ayant un Trouble du Déficit de l'Attention, avec ou sans Hyperactivité (TDA/H), aux intervenant(e)s scolaires et du mileu de la santé...




© 2005, Dominique Jeanneret, Tous droits réservés
Dominique Jeanneret
http://www.dominiquejeanneret.com/th/
voir ici pour les liens http://www.dominiquejeanneret.com/th/enfant-doue.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mer 29 Aoû 2007, 17:41

Surdoué : en quoi ?...



Quand on dit surdoué, aujourd'hui, on entend en réalité "surdoué intellectuel". N'existe-t-il que ce type-là ?

Dans un précédent édito (cf. "Tiers-monde, toi même !", sous la rubrique "Relationnel" vhttp://www.olivierclerc.com/dossiers/dossiers.php?id_dossier=17 ), je soulignais qu'il existe non pas un mais des Tiers-mondes, selon le point de vue où l'on se place, lequel n'est malheureusement pas précisé, tant il paraît évident que le seul Tiers-monde qui soit est économique, alors qu'il en existe d'autres : relationnel, émotionnel, etc.

Le même raisonnement s'applique - en ces temps de rentrée scolaire - à la notion de "surdoué". Aujourd'hui, quand on dit d'un enfant qu'il est surdoué, on sous-entend surdoué intellectuel, ce qui n'est jamais précisé, tant cela semble aller de soi. Un surdoué, c'est un enfant qui lit et écrit plus tôt que les autres, qui calcule mieux et plus vite, qui assimile le savoir scolaire avec plus de vitesse que les autres. Mais l'intellect est-il la seule chose dont l'être humain soit doué ?…

A l'évidence, non. Seulement le système éducatif et scolaire en vigueur en France met tellement l'accent sur les seules facultés intellectuelles que les autres sont passées sous silence, non prises en compte, non cultivées. Or, certains enfants sont des "surdoués artistiques", avec des prédispositions remarquables dans le domaine de l'art : musique, peinture, dessin. D'autres sont des "surdoués relationnels" : ils ont une incroyable faculté à se faire des amis, à nouer des contacts, à gérer les relations avec leurs petits camarades (voire les adultes aussi). Ce sont eux à côté de qui l'on mettra un nouvel élève, pour l'intégrer à la classe, par exemple. Il y a également des "surdoués physiques", que ce soit des enfants très doués pour les sports ou d'une adresse manuelle peu commune.

Que fait-on de ces surdoués-là ?... Quels avantages, mais aussi quels inconvénients, leur apporte ce don qui est le leur ? Comment le vivent leurs professeurs et/ou leurs camarades ?

Mon propos n'est pas de suggérer la création d'écoles de surdoués de diverses catégories, comme on le fait aujourd'hui pour les surdoués intellectuels. L'exemple de ces derniers montre en effet qu'on peut-être surdoué intellectuellement et gravement handicapé au plan émotionnel, relationnel et/ou physique. Et que, dans ce cas, mettre tout l'accent sur les points déjà forts de l'enfant, en ne s'occupant pas de ses points sous-développés, est souvent le préparer à un futur difficile, quand il s'agira d'interagir avec autrui et pas seulement d'utiliser ses neurones seul dans son coin.

Mon propos est plutôt de souligner l'importance d'une éducation qui prenne en compte la globalité de l'être humain plutôt que ses seules méninges. La question n'est pas de choisir entre une "tête bien pleine" ou une "tête bien faite", mais de prendre conscience des trois pôles qui nous constituent - la tête, le coeur et le corps - et de faire en sorte qu'ils se développent tous les trois harmonieusement, plutôt que de favoriser ou d'hyper-stimuler un seul des trois, quel qu'il soit.

Le relationnel et l'émotionnel commencent à faire timidement leur entrée dans certaines écoles, par la force des choses, en raison des violences auxquelles il est de plus en plus courant d'assister en milieu scolaire. Mais il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine, sans que ce soit au détriment des activités physiques, également indispensables au plein épanouissement de l'individu.

En attendant, prendre l'habitude de préciser à quel type de surdoué l'on a affaire (intellectuel, artistique, relationnel…) - pour autant que cette précision soit utile, d'ailleurs - contribuera à rappeler qu'un être humain n'est pas seulement une tête vissée sur une mécanique ambulante, mais un être qui réfléchit, qui est animé de sentiments et désirs, qui bouge, crée et agit. Et qu'un équilibre dynamique entre ces trois composantes principales de sa personnalité est un facteur d'épanouissement personnel, de réussite et de bonne intégration sociale.

Olivier Clerc
http://www.olivierclerc.com/dossiers/dossiers.php?id_dossier=120
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Surdoués et créatifs   Dim 23 Sep 2007, 10:03

Surdoués et créatifs

Citation :


Cet article de Rémy Chauvin (voir Wikipedia) met en lumière la tendance permanente, inhérente aux hauts/très haut QI, à rechercher l'objectivité. Ce qui m'a, bien sûr, paru du plus grand intérêt. Originellement publié dans la collection Les pouvoirs inconnus de l'homme, Tchou-Laffont, 1977.

Il y a quelques erreurs, qu'il faut comprendre sous le contexte de l'époque. Par exemple, le concept de "dyssynchronie" entre âge mental et âge réel initié par Jean-Charles Terrassier...

J'ai compressé les photos pour réduire au maximum le temps de chargement.

Surdoués et créatifs

Les problèmes rencontrés par les enfants prodiges ou surdoués sont à la mesure de leurs talents.
Une des sources principales de ces problèmes est que leurs dons innés n'apparaissent généralement pas de façon immédiate aux yeux de leur entourage.
Cette différence est perçue d'abord comme embarrassante ou négative, même pour les surdoués. L'ajustement social ne se fait pas toujours, et il arrive que le surdoué contribue lui-même à l'extinction de ces dons.
Ce rejet de ce qui est autre relève en fait d'une habitude mentale qui frappe de la même manière les phénomènes paranormaux, pourtant les mieux établis, comme la prémonition ou la clairvoyance.
Peut-être est-ce même une probable dimension paranormale en certains surdoués ou créateurs qui est inconsciemment rejetée à travers eux.
Une connaissance meilleure de la nature des forces psi et de la relation qui pourrait exister avec les mécanismes créateurs devrait, hors de tout préjugé ou superstition, contribuer à une insertion sociale plus fructueuse des surdoués.
La situation de ceux-ci a fait l'objet d'études psychologiques qui sont un signe de l'intérêt nouveau porté à ce problème.

voir le dossier
http://www.newsoftomorrow.org/forum/viewtopic.php?p=8333#8333
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Enfants soldats!   Mar 23 Oct 2007, 10:31

Enfants soldats!


Lors d'une cérémonie de démobilisation, dans le sud du Soudan, des adolescents en civil s'éloignent des armes qu'ils portaient quand ils étaient enfants soldats.
© UNICEF/HQ01-0093/STEVIE MANN
Je voudrais vous dire ceci : s’il vous plaît, faites tout ce que vous pouvez afin que le monde sache ce qui nous arrive à nous, les enfants. Pour que d’autres enfants n’aient pas à subir toute cette violence.
Une jeune fille de quinze ans qui a réussi à échapper à la Lord's Resistance Army (LRA, Armée de résistance du Seigneur), en Ouganda.


Les nouvelles armes, qui sont légères et simples à utiliser, permettent d’armer plus facilement les enfants avec un entraînement réduit au minimum. De par le monde, dans plus de 85 pays, plus d’un demi-million d’enfants âgés de moins de dix-huit ans sont actuellement incorporés dans les forces armées gouvernementales, dans des forces paramilitaires, dans des milices civiles ou dans un grand nombre de groupes armés non gouvernementaux. À chaque instant, plus de 3 millions de ces enfants enrôlés dans les forces armées nationales ou dans des groupes politiques armés participent directement à des combats en tant que soldats.

Ils ont généralement été recrutés ou enlevés pour servir dans ces forces armées et nombre d’entre eux – certains n’ont même pas dix ans – ont assisté ou participé à des actes d’une violence extrême souvent commis contre des membres de leur propre famille ou des habitants de leur localité. Ces enfants sont exposés aux pires dangers et subissent les pires souffrances, tant psychologiques que physiques. Qui plus est, ils sont faciles à manipuler et ainsi encouragés à commettre des actes terribles dont ils sont souvent incapables de comprendre la gravité. Un grand nombre des filles doivent non seulement combattre en tant que soldats mais aussi se soumettre à des actes sexuels.

Les enfants soldats: un problème mondial
http://web.amnesty.org/pages/childsoldiers-index-fra

les enfants soldats, les enfants et la guerre

http://www.photo-mege.com/enfants.html
http://www.enfants-soldats.com/
Les enfants face
à la guerre


http://www.droitsenfant.com/guerre.htm

«... Souvent drogués, les enfants sont battus ou menacés de mort à moins de combattre et de commettre des atrocités, comme tuer les habitants de leur propre village. »
http://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Direct/Dir0014-DangerEnfantsSoldats.html
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
damejane

avatar

Féminin
Gémeaux Chat
Nombre de messages : 293
Date de naissance : 01/06/1951
Age : 66
Localisation : sans port d'attache
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Sam 28 Juin 2008, 15:14


Oui, merci Marie !

Je trouve que c'est une exellente idée

de l'avoir mis sur ce site.

Je l'ai fait dernièrement sur le mien.




traduction en sous titrage français
.


En voici le texte intégral de la traduction mis en ligne sur "youtube",
avec quelques légers correctifs.





Salut, je suis Séverine Susuki et représente l' E.C.O. : l'organisation des enfants de l'environnement.

Nous sommes un groupe d'enfants canadiens, de 12 à 13 ans essayant de faire des efforts.
Vanessa Sutties, Morgan Geisler, Michelle Quigg et moi, nous avons réuni tout l'argent pour faire 500 miles afin de vous montrer que vous devez changer votre façon de faire.
En venant ici aujourd'hui, je n'ai pas besoin de déguiser mon objectif. Je me bats pour mon futur.
Perdre mon futur n'est pas pareil que perdre des élections...quelques points de la bourse. Je suis ici pour parler au nom de toutes les générations à venir. Je suis ici pour parler au nom des enfants affamés, de partout dans le monde, dont les cris ne sont pas entendus. Je suis ici pour parler au nom des innombrables animaux qui meurent parce qu'ils n'ont pas d'autres endroits ou aller.

J'ai peur d'aller au soleil dehors maintenant, à cause du trou dans la couche d'ozone. J'ai peur de respirer l'air car je ne sais pas quelle substance chimique il contient. J’avais l'habitude de pêcher à Vancouver, mon lieu de naissance, avec mon père, il y a juste quelques années en arrière, jusqu’à ce qu'on trouve un poisson atteint du cancer. Et désormais nous entendons parler d'animaux et de plantes qui s'éteignent tous les jours, perdus à jamais.
Dans ma vie, j'ai rêvé de grand troupeaux sauvages, de jungles, des forêts tropicales pleines d'oiseaux et de papillons. Mais aujourd'hui, je me demande si ces forêts existeront toujours pour que mes enfants puissent les voir.

Vous préoccupiez-vous de ces choses lorsque vous aviez mon âge? Toutes ces choses se passent devant nos yeux et pourtant nous continuons à agir comme si nous avions tout le temps souhaité et toutes les solutions. Je suis seulement une enfant et je n'ai pas toutes les solutions, mais j'aimerais que vous réalisiez que vous non plus ! Vous ne savez pas comment réparer la couche d'ozone. Vous ne savez pas comment ramener le saumon dans les eaux polluées. Vous ne savez pas ramener à la vie les animaux désormais éteints et vous ne pouvez pas ramener les arbres des zones qui sont maintenant des déserts.

Si vous ne savez pas comment réparer tout çà, s'il vous plait, arrêtez la casse! Ici, il y a des délégués des gouvernements, des businessmen, des PDG, des journalistes et des politiciens, mais réellement vous êtes pères et mères, frères et sœurs, oncles et tantes et vous TOUS étiez certainement des enfants.
Je suis seulement une enfant, pourtant je sais que nous faisons partie d'une famille forte de 5 milliards de personnes, en fait 30 millions d'espèces...et les gouvernement ne changeront jamais cela. Je ne suis qu'un enfant, et pourtant je sais que le problème nous concerne tous, et que nous devrions comme un seul monde vers un seul but.

Malgré ma colère, je ne suis pas aveugle. Et malgré ma peur, je n'ai pas peur de changer le monde comme je le sens. Dans mon pays, nous faisons tant de gaspillage, achetant et jetant, achetant et jetant et pourtant les pays du Nord ne partagent pas, même quand nous avons plus que suffisamment, nous avons peur de partager, nous avons peur de perdre un petit peu de notre richesse.

Au Canada, nous menons une vie privilégiée, avec de la nourriture, de l'eau et un abri. Nous avons des montres, des vélos, des ordinateurs et des télés. Il y a deux jours, ici au Brésil, nous avons été choqués en passant du temps avec les enfants qui habitent dans la rue. Voici ce qu'un de ces enfants nous a dit : J'aimerais être riche et si je l'étais, je donnerai à tous ces enfants de la nourriture, des vêtements, des médicaments, un abri, de l'amour et de l'affection.
Si un enfant dans la rue qui n'a rien est partant pour partager, pourquoi, nous qui avons tout, sommes si avares?
Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'il est un enfant de mon âge, qu'il est un enfant de mon âge et que cela fait une immense différence où on naît, que je pourrai être un de ces enfants vivant dans les favelas de Rio. Je pourrai être un enfant mourant de faim en Somalie ou victime de la guerre au Moyen-Orient ou un mendiant en Inde.

Je suis seulement un enfant, pourtant je sais... que si tout l'argent dépensé en guerres était utilisé pour trouver des réponses aux problèmes d'environnement, à en finir avec la pauvreté, quel endroit merveilleux cette terre serait !
A l'école, même dans un jardin d'enfant, on apprend à comprendre à nous comporter dans le monde.
Vous enseignez à ne pas nous battre entre nous, de travailler dur, à respecter les autres, à faire son lit, à ne pas blesser d'autres créatures, à partager sans avarice.
Alors pourquoi sortez-vous et faites-vous les choses que vous nous dites ne pas faire?
N’oubliez-pas pourquoi vous assistez à ces conférences, n’oubliez-pas pour qui vous le faites, nous sommes vos propres enfants. Vous décidez dans quel genre de monde nous allons grandir.

Les parents doivent être capable de consoler leurs enfants en disant : Tout ira bien. "Ce n'est pas la fin du monde et nous faisons du mieux que nous pouvons". Mais je ne pense pas que vous pouvez encore nous dire ça.
Sommes-nous seulement dans vos listes de priorités ? Mon père disait : "Tu es ce que tu fais, pas ce que tu dis". Bien, ce que vous faites me fais pleurer la nuit. Vous continuez à nous dire que vous nous aimez, mais je vous mets au défi s'il vous plaît.
Faites que vos actions reflètent vos mots.
Merci.





Bien à vous : damejane

.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.shanti-om.net/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Dim 29 Juin 2008, 00:36

Espérons que cette jeune voix se fasse entendre
Citation :


la voix du coeur et du bon sens ........... !!
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT!   Jeu 21 Aoû 2008, 09:02


NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT!




A voir absolument et à faire connaitre!


sur: www.nosenfantsnousaccuseront-lefilm.com

C’est la première fois, sans doute depuis Le Monde du silence de Jacques Yves Cousteau (palme d’or du Festival de Cannes 1956), que le cinéma français s’intéresse à un sujet sur l’environnement. Si la préservation de l’univers marin était déjà une cause précieuse, celle de l’alimentation de nos enfants l’est bien plus encore. Pour ne pas dire urgente. Après avoir parcouru les paysages sensoriels français avec sa série des « Quatre Saisons pour... », Jean-Paul Jaud fixe l’objectif de sa caméra sur une tragédie environnementale : l’empoisonnement de nos campagnes par la chimie agricole et les dégâts occasionnés sur la santé publique, notamment celle de nos enfants. Le film « Nos enfants nous accuseront » raconte la courageuse initiative d’une municipalité du Gard, Barjac, qui décide de faire passer la cantine scolaire au bio, en finançant le surcoût sur le budget de la commune. Conscient du danger sanitaire qui menace une jeune génération exposée aux 76 000 tonnes de pesticides déversées chaque année sur notre pays, un maire décide de prendre le taureau par les cornes en donnant un exemple d’une portée politique sans comparaison. Alerter l’opinion et les pouvoirs publics sur les dérives scandaleuses d’un système économique qui fait passer ses profits et ses intérêts avant la santé de la population. Les différents intervenants du film, enfants, parents, enseignants, soignants, journalistes, paysans, élus, scientifiques, chercheurs, livrent leurs sensations, leurs analyses, leurs angoisses, leur colère, le fruit de leurs travaux à la caméra. Chacun raconte son expérience, dénonce les abus, pose les problèmes, mais tous proposent des solutions, à condition que les différents organes de décision prennent leurs responsabilités. Des témoignages édifiants et bouleversants sur une réalité qu’il est urgent de maîtriser. Combien de maladies, de tumeurs, d’infirmités, de tragédies humaines sont-elle entrain de proliférer sans que l’on ne fasse rien, ou si peu ? Le film commence à l’Unesco, lors d’un colloque réunissant des sommités mondiales de la médecine, signataires de l’Appel de Paris. Un seul mot d’ordre : Non pas se contenter de constater les ravages, mais trouver tout de suite les moyens d’agir, pour que, demain, nos enfants ne nous accusent pas de les avoir abandonnés.
Un film au service d’une vérité qui blesse.




Nos enfants nous accuseront


En 1992, Severn Cullis-Suzuki avait 13 ans.
http://www.youtube.com/watch?v=5JvVf1piHXg&eurl=http://cybersolidaires.typepad.com/ameriques/2008/08/nos-enfants-nou.html
Avec ses camarades de classe, elle réunissait des fonds pour assister au Sommet de la Terre à Rio De Janeiro. Lors de celui-ci, elle fut ovationnée à la suite d'un discours au cours duquel elle disait son inquiétude quant à l'avenir de la planète. Elle souhaitait faire comprendre aux adultes qu'il était temps qu'ils agissent en pensant aux enfants. Le monde n'a pas beaucoup évolué depuis.


16 ans plus tard, Nos enfants nous accuseront, un film de Jean-Paul Jaud, propose de nombreux témoignages et apporte un regard pointu sur l’environnement et les effets sur notre santé des produits chimiques tels que les pesticides. Ce documentaire dénonce les ravages de l’industrie agroalimentaire. Il montre aussi que l’on peut produire autrement des denrées alimentaires de haute qualité sanitaire en quantité suffisante, avec des performances économiques bien supérieures aux méthodes industrielles.
• Chaque année en Europe, 100 000 enfants meurent de maladies causées par l’environnement.
• 70% des cancers sont liés à l’environnement dont 30% à la pollution et 40% à l’alimentation.
• Chaque année en France, on constate une augmentation de 1,1% des cancers chez les enfants.
• En France, l’incidence du cancer a augmenté de 93% en 25 ans.
Pages reliées :
Le cancer et l’environnement
Menacés d'extinction
voir aussi


Codex Alimentarius

Conférence de Rima E Laibow
sur le Codex Alimentarius
Médecin
Neurologue



http://antahkarana.forumzen.com/la-verite-qui-fache-f17/codex-t1749.htm#11891


Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
damejane

avatar

Féminin
Gémeaux Chat
Nombre de messages : 293
Date de naissance : 01/06/1951
Age : 66
Localisation : sans port d'attache
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Lun 25 Aoû 2008, 22:59

.

Effectivement, si individuellement et collectivement nous ne faisons rien pour améliorer la situation globale sur la planète, à tout les niveaux, alors nous ne laisseront en héritage à nos enfants que la désolation.

Oui, nos enfants nous accuseront de n'avoir rien fait, d'ailleurs certains réagissent et le font déjà.

bien à vous :damejane.

.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.shanti-om.net/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mer 10 Déc 2008, 18:02

Sujet remonté suite au livre que je vous ai partagé fin novembre et qui suscite certaines questions sur les adultes dits "indigos":

Citation :
Je lis en ce moment un livre boulversant pour essayer de comprendre :
"Trop intelligent pour être heureux ? : L'adulte surdoué "de

Jeanne Siaud-Facchin
voir des extraits

http://www.douance.be/douance-hp-jeanne-siaud-facchin.htm

Et si l'extrême intelligence créait une sensibilité exacerbée ? Et si elle pouvait aussi fragiliser et parfois faire souffrir ?. Être surdoué est une richesse. Mais c'est aussi une différence qui peut susciter un sentiment de décalage, une impression de ne jamais être vraiment à sa place. Comment savoir si on est surdoué ? Comment alors mieux réussir sa vie ? Comment aller au bout de ses ressources ?. Ce livre permet de mieux comprendre et de réapprivoiser sa personnalité. Pour se sentir mieux avec soi et avec les autres, pour se réaliser enfin !

Jeanne Siaud-Facchin (JSF) : "Il y a beaucoup, beaucoup de choses à dire; le QI, pas quantifiable, bien sûr, c'est vrai, on ne mesure pas l'intelligence; les tests de QI ne visent pas à mesurer l'intelligence, mais à évaluer le fonctionnement intellectuel d'un enfant, simplement pour pouvoir le comparer et avoir un indice diagnostique. Un QI ne "fait" pas un diagnostic : on parle d'abord d'un enfant et il me paraît incontournable d'avoir une approche globale de l'enfant et de bien comprendre quel est le sens, et la place, de cette particularité intellectuelle dans la dynamique globale de l'individu.

Mais c'est vrai que d'avoir un QI élevé, c'est, d'abord et surtout, pas tellement être quantitativement plus intelligent que les autres, mais surtout, je crois, avoir un fonctionnement qualitativement très différent au niveau intellectuel, càd avoir une forme d'intelligence différente, un système de pensée qui est très différent, qui décale beaucoup par rapport à l'école et qui explique d'ailleurs les difficultés scolaires que rencontrent beaucoup de ces enfants à l'école.
Mais c'est aussi et surtout une hypersensibilité, une hyperaffectivité extrêmement envahissantes, et qui marquent considérablement la personnalité :
- ils voient ce que d'autres ne voient pas,
- ils perçoivent ce que d'autres ne perçoivent pas,
- ils ressentent avec une force inouïe les émotions environnantes
et ça leur donne une forme de lucidité exacerbée sur le monde, qui peut être extrêmement douloureuse ..."



Surdoués? Les adultes aussi


Par Valérie Hoffmeyer




On ne les appelle plus surdoués mais personnes HP, pour haut potentiel. Qui sont ces adultes qui se découvrent une intelligence hors norme sur le tard? Un livre tente de brosser le portrait de ces drôles de zèbres, qui représentent 5% de la population. Mais à quoi bon se savoir autrement intelligent que les autres, une fois adulte?
Intelligente, moi? Pensez donc


On peut se découvrir HP sur le tard. Par hasard, ou par ses enfants. «Lorsqu’on leur annonce que leur petit est surdoué, certains parents disent: «Ah oui, je me souviens, moi aussi j’étais comme ça à son âge», souligne Nathalie Addor Gailland, psychologue spécialisée à Martigny. Comme si cette intelligence si particulière était une maladie d’enfance, qui se résorbait avec le temps. Eh bien, non, on naît HP, on le reste et même on le transmet. «Selon une étude récente de Franz E. Weinert (2000), rapporte Doris Perrodin Carlen, personne ressource pour les familles d’enfants surdoués à La Tour-de-Peilz, l’intelligence dépend à 50% de dispositions génétiques, à 25% de facteurs environnementaux et à 25% de facteurs liés à la personnalité. Il y a donc une forte probabilité qu’un ou les deux parents soient HP aussi si leur enfant l’est.» Ce sont d’ailleurs souvent les pères qui osent questionner. Les mères, elles, ont plus de peine à se projeter dans cette idée, et cherchent l’origine de la surdouance plutôt chez le père.
Parce que enfants, au contraire de beaucoup de garçons (82% des enfants précoces dépistés dans le canton de Vaud), les filles n’ont pas manifesté de difficultés ou de signes particuliers. «Appliquées» (on dira moins «intelligentes»), créatives, sociables, «elles ont mis beaucoup d’énergie à dissimuler leur différence, de peur de mettre en danger leurs relations. Elles se sont suradaptées, ont fait pile ce que l’on attendait d’elles. Une mise en sourdine de leur potentiel, qui se poursuit à l’âge adulte, jusqu’à ce que, parfois, tout explose, aux abords de la quarantaine», ajoute Doris Perrodin Carlen, auteure du livre Et si elle était surdouée? (Ed. SZH/CSPS, Lucerne).
HP: un cerveau qui fonctionne autrement


L’intelligence reste un tabou. «Prétendre» être plus, ou plutôt autrement intelligent que la moyenne, passe au pire pour de la vantardise, au mieux pour une chance dont il serait malvenu de se plaindre. Alors qu’en réalité les caractéristiques du cerveau HP ne s’arrêtent pas à un QI supérieur à 130. Tête «trop» remplie, un perpétuel sentiment de décalage, des émotions démultipliées, l’impossibilité de déconnecter, des difficultés de sommeil. Autant de facteurs qui, s’ils ne sont pas pathologiques en soi, mènent parfois dans l’impasse. D’autres troubles, plus graves ceux-là, accompagnent en outre la surdouance chez certains enfants: hyperactivité, troubles de l’apprentissage… A l’échec scolaire, assez fréquent chez les HP, succèdent alors déprimes et dépendances à l’âge adulte.
«On est loin de l’image du gosse à lunettes qui sait tout et agace un peu tant il est brillant pour son âge, ou de l’adulte qui réussit tout ce qu’il entreprend», témoigne Geneviève LB Robert, HP tardivement dépistée et mère d’un jeune homme HP, cofondatrice du Collectif HP-IM (pour haut potentiel-intelligence multiple) et thérapeute dans le canton de Neuchâtel. «Au-delà de leurs capacités intellectuelles élevées, parfois difficiles à détecter tant elles ont été étouffées des années durant, les HP sont de vraies éponges, qui absorbent tout, tout le temps, très fortement, y compris les émotions des autres. Disons pour résumer que, au lieu de voir en dix couleurs, ils voient en cent, et qu’à chacune de ces couleurs est associée une odeur, une émotion, et surtout une, deux, cinquante questions, qui en appellent sans cesse d’autres. Pour vivre avec ça sans le subir et tomber dans la victimisation – réaction fréquente chez les HP, il faut apprendre à dompter ce flux, à le canaliser pour bien l’exploiter. Cela exige un effort important, mot honni entre tous par les HP! Mais on y arrive, à force de bon sens et de connaissance de soi.»
Vous reconnaissez-vous?


Un adulte HP…
… pense et ressent comme les autres, mais de façon beaucoup plus intense et plus rapide.
… réfléchit en images, en odeurs, en goûts…
… ne sait pas toujours aller à l’essentiel, a le don de «se perdre en route».
… a horreur de l’effort et est capable d’immenses efforts pour éviter un effort.
… est hypersensible, surtout à l’injustice.
… ressent les émotions des autres et se sent tenu de les aider (empathie).
… se met parfois dans des situations extrêmes, mais dispose de moyens à la hauteur pour s’en sortir.
… semble avoir une force de travail illimitée.
… a parfois le cerveau qui «déconnecte» pour cause de surcharge (absences).
… sollicite plus que la moyenne son cerveau droit, celui de l’intuition.
N. B.: Cette liste n’est pas exhaustive: on peut se reconnaître dans tous ces points et ne pas être HP, ou dans aucun et l’être! Seul un bilan complet permet un diagnostic.

http://www.femina.ch/psycho-famille/surdou%C3%A9s-les-adultes-aussi.html

Le commentaire de Psychologies
Contrairement à ce que l’on peut croire, la vie des surdoués n’a rien de facile. Dotés d’une intelligence différente, montrant des capacités de compréhension peu communes, ils sont également des êtres à la psychologie fragile, hypersensibles et débordants d’émotions.

L’ouvrage de Jeanne Siaud-Facchin, psychologue praticienne et experte reconnue des surdoués, nous ouvre les pensées et le fonctionnement intime de ces cerveaux, sujets aux épisodes dépressifs, aux colères, aux déconvenues et souffrant de se sentir incompris. « Car ce qui est vrai pour tous est encore plus vrai pour lui », rappelle la spécialiste. Tel est bien le paradoxe de l’enfant précoce et de l’adulte surdoué. Fondamentalement avides de nourritures affectives, leurs peurs, leurs besoins ­restent les mêmes que les nôtres. Avec au cœur, toujours, le défi de l’estime de soi et de l’accomplissement personnel. ­Le désir naturel de donner le meilleur.

richel
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
poussières d'étoiles



Féminin
Balance Singe
Nombre de messages : 190
Date de naissance : 29/09/1968
Age : 48
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 20/10/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Jeu 11 Déc 2008, 15:30

L’ouvrage de Jeanne Siaud-Facchin, psychologue praticienne et experte reconnue des surdoués, nous ouvre les pensées et le fonctionnement intime de ces cerveaux, sujets aux épisodes dépressifs, aux colères, aux déconvenues et souffrant de se sentir incompris. « Car ce qui est vrai pour tous est encore plus vrai pour lui », rappelle la spécialiste. Tel est bien le paradoxe de l’enfant précoce et de l’adulte surdoué. Fondamentalement avides de nourritures affectives, leurs peurs, leurs besoins ­restent les mêmes que les nôtres. Avec au cœur, toujours, le défi de l’estime de soi et de l’accomplissement personnel. ­Le désir naturel de donner le meilleur.

Je vis tout ca avec mon fils depuis qu'il est né. Il est maintenant a l'adolescence et c'est encore plus exacerbé...

Ouf, c'est très intense.
Le pire c'est que j'ai été comme ca moi aussi toute ma vie, et même si je me sens maintenant en équilibre, la connection si grande et intense que j'ai avec mon fils fait que parfois ce n'est pas facile de me détacher de son propre cheminement car moi, je connait son magnifique potentiel intérieur mais lui, il ne le voit plus, il est sur le point de rupture en ce moment, tentant désespérément de trouver l'équilibre mais constamment remis en question dans le milieu scolaire, où pour la majorité des adultes il ne correspond pas a leur vision de l'enfant qui écoute et obéit et ne dérange surtout pas.

Je vais très certainement lire ce livre qui me parait un petit bijoux, mais il me semble que tant de gens auraient besoin de le lire aussi.

Mais en tout cas, je fais le parallele entre ce texte et l'autre texte qui me confirmait a quel point je suis là pour soutenir les autres dans leur propre cheminement et ne plus faire à leur place.

Toute cette souffrance intérieure nécéssaire à l'éclosion de ce magnifique potentiel, quel beau défi a mon coeur qui voudrait offrir la paix et la joie à tous.

J'ai eu un épisode très intense avec mon fils hier soir et ce matin je lis ce texte qui me nourris de plus de certitude en mon intuition intérieure et ma confiance en la vie

un beau :358:
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Sam 13 Déc 2008, 10:10



Bonjour Poussières d Etoiles,

ceci aussi d Alice Miller qui a exercé la psychanalyse jusqu'en 1980 avant de se consacrer entièrement à ses recherches sur l'enfance. Traduite dans le monde entier, elle a publié treize livres sur les causes et les conséquences des mauvais traitements infligés aux enfants, dont : Le Drame de l'enfant doué (PUF, 1983), C'est pour ton bien (Aubier, 1984), La Connaissance interdite (Aubier, 1990), La Souffrance muette de l'enfant (Aubier, 1990), Abattre le mur du silence (Aubier, 1991), Libres de savoir (Flammarion, 2001), Chemins de vie (Aubier, 2001, revu et mis à jour en 2008) et Notre corps ne ment jamais (Flammarion, 2004).


Le drame de l'enfant doué - Présentation de l'éditeur
Le drame de l'enfant doué, de l'enfant sensible et éveillé, mais pas forcément surdoué, consiste dans le fait qu'il ressent très tôt le besoin et les troubles de ses parents et s'y adapte. Il apprend alors à dissimuler ses sentiments les plus intenses, que ses parents supportent mal. Quoique ces sentiments, comme par exemple la colère, l'indignation, le désespoir, la jalousie ou la peur, puissent resurgir au cours de la vie future, ils ne seront pas intégrés à la personnalité. C'est ainsi que la partie la plus vitale de l'individu, la source du vrai Soi, ne sera pas vécue. Cette répression des sentiments mène, même chez des personnes très intelligentes et pleines de talent, à une insécurité sur le plan émotionnel s'exprimant soit dans la dépression (perte du Soi), soit dans la grandiosité - qui est en fait une défense contre la dépression.
Les exemples décrit par l'auteur sensibilisent le lecteur à la souffrance inarticulée de ceux qui, comme enfant, n'ont pas eu la chance d'apprendre à vivre et à exprimer leurs vrais sentiments.et

L'avenir du drame de l'enfant doué - Présentation de l'éditeur
Si je devais aujourd'hui me chercher un thérapeute, je me demanderais en premier lieu : avec qui vais-je conserver mon autonomie ? Qui me donnera des informations vérifiables ?... Qui répond sincèrement, et de façon satisfaisante, à mes questions, noue avec moi une relation de travail loyale et transparente, accepte les critiques, est prêt à se confronter avec les faits ? Contrairement au petit enfant, l'adulte a des options. II peut se fonder sur ses expériences, dispose de la faculté de raisonner ainsi que du libre accès aux informations. Tout cela, il peut l'utiliser, s'il n'est pas bloqué dans le schéma de son enfance qui n'était auparavant qu'une stratégie de survie. Mais en détectant ce schéma nous pouvons en sortir et profiter des options que nous offre la vie.

C'est pour ton bien - Présentation de l'éditeur
"L'opinion publique est loin d'avoir pris conscience que ce qui arrivait à l'enfant dans les premières années de sa vie se répercutait inévitablement sur l'ensemble de la société, et que la psychose, la drogue et la criminalité étaient des expressions codées des expériences de la petite enfance...Ma tâche est de sensibiliser cette opinion aux souffrances de la petite enfance, en m'efforçant d'atteindre chez le lecteur adulte l'enfant qu'il a été." - Alice Miller
Ce livre dénonce les méfaits de l'éducation traditionnelle - qui a pour but de briser la volonté de l'enfant pour en faire un être docile et obéissant - et montre comment, fatalement, les enfants battus battront à leur tour, les menacés menaceront, les humiliés humilieront ; comment, surtout, à l'origine de la pure violence, celle que l'on inflige à soi-même ou celle que l'on fait subir à autrui, on trouve toujours le meurtre de l'âme enfantine. Cette "pédagogie noire", selon l'expression de l'auteur, est illustrée par des textes des 18e et 19e siècle, stupéfiants ou tragiques, reflétant les méthodes selon lesquelles ont été élevés nos parents et nos grands-parents, et par trois portraits d'enfances massacrées : celle de Christiane F., droguée, prostituée, d'un jeune infanticide allemand - et d'Adolf Hitler, que l'on découvrira ici sous un jour tout à fait inattendu.
un extrait : http://www.alice-miller.com/livres_fr.php?page=2a
Ces ouvrages sont chez Amazon


richel
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 38
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: le sytème de refoulement s'effondre sans enfants?   Mer 06 Mai 2009, 14:03

J'ai constaté que les enfants étaient très souvent en phase avec la Grâce, mais que le sytème d'éducation et d'apprentissage visait à les faire sortir de cette phase, pour les amener à perpétuer le sytème de "mort-vieillesse-naissance".

Comme ces enfants devenus "mûrs" produisent de moins en moins d'énergie avec le temps, vu qu'ils sont "consommés" par le système et sortent de leur source naturelle d'énergie, ils ressentent un moment l'appel à créer un nouveau pool énergétique qui pourra réalimenter la machine(faire des enfants), d'où la pression sociale exercée sur ceux qui n'ont pas d'enfants.

Je crois que sans enfants le système arriverait en bout de course et serait inévitablement confronté à sa propre nature.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mer 06 Mai 2009, 15:52

Bonjour Credo,


en effet, ce que tu dis est juste. D'un autre côté, sans enfantement physiologique, dans le système tel qu'il est, nul ne pourrait s'incarner non plus...

... mais d'un autre côté, dans un système rectifié, l'incarnation serait possible autrement, selon un mode différent de celui de la procréation physiologique narcissique telle que nous l'éprouvons pour le moment.

Un tel mode, de plus, n'impliquerait plus un tel clivage de conscience lors de l'incarnation, et du trépas, et les phases de "vie"-"mort" seraient donc expérimentées dans une certaine continuité perceptive, sans rupture, avec un degré d'"oubli" moindre.


Il faut aussi constater que dans le système symbiotique dualiste, la problématique démographique est ambigüe et contradictoire, et tout autant le fait d'avoir des enfants que le fait de ne pas en avoir (crise, limitation des ressources, surpopulation) fait partie de l'étau de vampirisation psychique.

Tout simplement parce que dans tous les cas intervient une composante narcissique personnelle dans le fait d'enfanter dans la dualité, que l'enfant soit attendu, inattendu, "chéri" ou "rejeté", qui ne sont que deux formes différentes, opposées, et équivalentes, de la même dérive symbiotique.

Pour confronter le système, cependant, il faut l'incarnation d'une conscience inclusive, capable d'accepter la "mort" narcissique, ayant le potentiel de phase permettant d'aboutir à une telle sublimation. Et l'incarnation d'une telle conscience ne peut à priori se faire que par l'entremise du mode incarnationnel actuel, aussi adultéré qu'il soit.

Je ne crois pas à la possibilité d'une réaction collective telle que tu la décris, permettant de confronter le système, sans l'avènement préalable d'un catalyseur intérieur, opérant par l'erntremise de l'inconscient collectif, et ayant donc fait Alliance avec la conscience collective, par sa promesse de "mort" narcissique.

Alors oui, l'affirmation d'une première phase identitaire sera intrinsèquement fédératrice d'un positionnement collectif qui confrontera inéluctablement le système oppressif. Mais cela impliquera un recalibrage fondamental des limites du libre-arbitre humain dans ce paradigme, et il faut se préparer à franchir la marche.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 38
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mer 06 Mai 2009, 17:26

merci pour cette réponse.

Dans quelle sens vois-tu ce recalibrage des limites du libre-arbitre humain?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mer 06 Mai 2009, 18:11

Et bien,

l'avènement d'une première phase identitaire est une première Rencontre collective: une individualité se voit dans le collectif, et le collectif se voit en cette individualité parfaitement discriminée de lui, et donc intégrée à lui.

Et puisque le collectif se voit soudain dans le miroir d'une individualité affirmée (un Couple Sacré), alors le collectif prend soudain conscience de lui-même, et d'inconscient collectif, il devient conscience collective.

De ce fait, il reprend contact avec sa vraie Nature existentielle, et la latitude de dérive, d'adultération, par rapport à cette Nature, latitude qui constitue le libre-arbitre personnel, se réduit forcément, spontanément.

Ce ne sont donc pas de nouvelles limites imposées unilatéralement par l'individualité qui s'affirme, car elle sert de miroir, et non pas de référence souveraine au sens commun du terme.

Les nouvelles limites seront naturellement reconnues et imposées par le collectif de conscience lui-même, en conséquence de la prise de conscience collective par le miroir de l'individualité, ce qui est une nuance essentielle.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mer 06 Mai 2009, 18:57

Merci Credo pour ce sujet!

Lu hier soir et en continuité suite à mes interrogations sur la non "procréation" chez les Cathares,extrait pour rappel déjà parttagé en partie ici "la gnose":

Dimension éthique du problème : Dieu et la question du bien et du mal
Dans ce monde où nous vivons, il n'est pas rare de voir des hommes s'entretuer au nom du seul Dieu bon qu'ils honorent et prient dans divers lieux saints. Ainsi, " Dieu avec nous ", " Got mit uns ", " God save the Queen ", " God bless America "... est-il déclaré aux soldats des belligérants ; au moment de partir semer la mort, les armées sont bénies par les prêtres au nom des certitudes théologiques de chaque pays,. Les aumoniers militaires, les représentants de dieu sur terre, n'assurent-ils pas la victoire toute proche ?

Ainsi, la plus grande confusion règne-t-elle entre les notions de bien et de mal. Le bien ne serait en fait que le résultat des intérêts régissant le plus grand nombre mais non pas la vérité. Le nombre, parfois la puissance, semblent bien avoir force de loi. Répétons les paroles d'Hermès Trismégiste :

" Quant à l'homme, il arrive à des normes de bonté par comparaison au mal. Car ce qui n'est pas trop mauvais ici-bas vaut comme bon, et ce qui est jugé bon est un moindre mal. Il est donc impossible que le bien ici-bas ne soit pas entaché de mal.

Le bien ici-bas est toujours touché par le mal et cesse donc d'être le bien. C'est ainsi que le bien dégénère en mal. "

Et Jan Van Rijckenborgh, gnostique transfiguriste moderne, a t-il pu écrire dans ses commentaires de l'évangile gnostique de la Pistis Sophia, en successeur des enseignements d'Hermès :

" Toute la force-lumière que l'homme a reçue depuis sa naissance et s'efforce d'utiliser lui est volée par les éons de la nature. Et ils émettent cette force en retour sur l'humanité par leurs propres radiations. Ainsi est née une grande confusion : l'homme est égaré, il prend la lumière pour son ennemi, et son ennemi pour la lumière. "

Jan Van Rijckenborgh, Les Mystères gnostiques de la Pistis Sophia, commentaires du Livre I, chap. 45. *

Or l'erreur répétée ne saurait devenir vérité. Le mal qu'elle contient reste le mal même si une erreur est l'apanage de la grande majorité. Tout le problème réside dans le fait que l'humanité s'est perdue dans le dédale des erreurs car elle manque du discernement pour lire la Vérité dans les hiéroglyphes de la nature : comment pourrait-il, d'ailleurs, en être autrement puisque, produit de la nature, l'humanité avance à l'aveuglette, guidée par ses sens et un empirisme biaisés par cette même nature qui n'est pas régie par le Dieu de Lumière mais par un ange révolté, un démiurge inférieur qui l'éclaire de sa lumière luciférienne.

C'est pourquoi, descendraient périodiquement dans notre monde faussé des Envoyés de la vraie Lumière : Zoroastre, Lao-tseu, Hermès, Platon, Jésus Christ, Bouddha, Mani, Jacob Boehme ... Ils ramèneraient du domaine de la Stabilité éternelle l'enseignement de la Transfiguration.

Dans un premier temps, leur message, toujours le même, a pour but de nous déciller, de nous arracher à notre hypnose collective : celle de la secte de l'humanité terrienne, de six milliards d'individus qui se violentent mutuellement… Au sens gnostique, toute l'humanité constituerait bel et bien une secte, l'étymologie de ce mot venant du latin " secare ", s'être coupé du monde divin.

Les humains qui sont prêts à écouter les envoyés de la Fraternité de la Vie véritable comprennent alors dans quels circuits de pensée ils sont prisonniers, comment ils sont manipulés et quel est le remède pour sortir de ces narcoses. Petit à petit, ils réalisent qu'il ne s'agit plus de mener la politique de l'autruche car bien et mal relatifs de cette nature sont démasqués, le bien de ce monde n'étant finalement qu'un moindre mal… Il ne serait plus question de fuir la réalité des enjeux d'une vie, de se montrer irresponsable ou de vouloir faire le vide : toutes tentations du néant qui ouvrent tout grand une porte sur la folie humaine en symbiose avec la sphère réflectrice qu'elle alimente.

L'adepte du christocentrisme, celui qui place le Christ au centre de sa vie, à nouveau nourri par la force christique du domaine de la surnature, a enfin compris qu'un combat doit être livré en lui-même. Il sait en effet qu'il est un résumé du monde qui l'entoure, qu'il ne peut pas se couper du mal et se gausser d'une supériorité d'initié : il sait que le mal le traverse de part en part et qu'il l'alimente ; que le mal extérieur n'est qu'un reflet de son comportement erroné, de ses mauvaises pensées, des jugements orgueilleux et des critiques qui émanent de lui comme du commun des mortels. Il sait qu'une guerre qui éclate est le résultat d'un karma plus ou moins lointain ou, la condensation sous forme de nuage électromagnétique orageux d'une multitude de tensions haineuses qui se matérialisent finalement et éclatent violemment. Il a reconnu qu'il est illusoire de vouloir changer les autres et ne perd plus son temps à chercher à retirer la paille dans l'œil du voisin alors que son propre regard est obscurci par les énormes poutres de son éducation, de son propre karma, de son hérédité et de ses préjugés. Il aurait pris conscience qu'il doit se vaincre lui même et aurait fait siennes les paroles de Lao Tseu qui déclare dans le Tao Te King :

" Grand est celui dont l'armée réussit à vaincre une ville. Mais plus grand encore celui qui se vainc lui-même. "

Le gnostique chrétien, l'adepte du christianisme originel, engagerait tout son être pour une renaissance d'Eau et d'Esprit car, comme l'assurait Jésus : " On ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres. Si vous ne renaissez d'Eau et d'Esprit, vous n'entrerez pas dans le Royaume. " Il se sait ainsi co-responsable du destin de toute l'humanité et choisit dans la joie de la possibilité de son sauvetage, le sacrifice de sa personnalité terrestre pour la dispensation de l'amour divin à travers son être car : " Il faut qu'il croisse et que je diminue ; le Seigneur en moi doit croître et je dois diminuer."

Les douze commandements intégrés, sans vouloir abolir un iota de la loi mais pour l'accomplir sur la base du Sermon sur la Montagne, le but du gnostique chrétien est de rétablir la liaison avec le champ magnétique divin. Elle offrirait ainsi au candidat l'Eau vive et le vin nouveau de l'Esprit.

En lui conférant un nouveau prana, elle nourrit sa semence christique, sa Rose du cœur avec les éthers du domaine originel. Elle amène progressivement à une purification totale de ses pensées et à un tout nouveau comportement pour une transmutation de son corps physique. Pour que le plomb se transforme en or alchimique ; que l'homme matière devienne un homme lumière. Puis, en se reliant de son vivant au Royaume du Père, de plus en plus consciemment et durablement, le gnostique chrétien passerait de la transmutation à la transfiguration : il s'arracherait au champ magnétique terrestre pour incarner ici-bas les possibilités salvatrices pour toute l'humanité ; les rayonnements du champ magnétique du Royaume originel. Ce candidat, ou cette candidate, deviendrait ainsi en conscience un homme Christ, une femme Christ.

Il quitterait de son vivant son statut naturel d'homme du mélange et deviendrait un parfait : un homme de Lumière, une tour de l'Olympe. Le gnostique chrétien serait alors dans ce monde mais ne serait plus de ce monde pour avoir laissé Christ se déployer et pour l'avoir aidée à rompre toutes les attaches magnétiques qui en faisaient un esclave du monde de la chute. Dans la société du pays dans lequel il vit et qu'il sert de son mieux, dans sa profession et son foyer, dans sa vie de tous les jours, cet ancien homme matière est devenu le porteur conscient de l'Homme Lumière : sans le combattre, ce qui ne ferait que l'alimenter, il laisse le mal mourir de sa belle mort. Alors il incarnerait et dispenserait pour tous les forces de l'unique Bien.


Jan Van Rijckenborgh, Les Mystères gnostiques de la Pistis Sophia, commentaires du Livre I, chap. 45, éditions du Septénaire.*

Sources et texte en entier: Cercle Ernest Renan
[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Mer 06 Mai 2009, 20:16

Merci Ambre,

j'apprécie beucoup ces extraits. Néanmoins, certaines expressions me choquent:

Citation :
ses sens et un empirisme biaisés par cette même nature qui n'est pas régie par le Dieu de Lumière mais par un ange révolté, un démiurge inférieur qui l'éclaire de sa lumière luciférienne.

La Nature est partout semblable à Elle-même. Elle se conforme au degré de conscience de ce qui l'aborde.

La Nature n'est pas régie par qui que ce soit d'autre qu'Elle-même.

L'Humanité est éblouie par la Lumière luciférienne, mais ce n'est pas Lucifer qui manipule et vampirise l'Humanité.

Lucifer est l'identité collective "descendue" pour se mettre au Service du développement des identités individuelles qui, dans un premier temps, sont devenues inévitablement éblouies par l'aspect identitaire.

Une partie de l'Humanité a sombré suite à cet éblouissement narcissique inévitable, et c'est cette partie qui, clivée dans le passé, non actualisée, auto-avortée dans une fracture mentale, continue à manipuler et prédater la partie restante.

L'Humanité se prédate Elle-même et si tel n'était pas le cas, où pourrait-on reconnaître sa vérité, comment pourrait-elle s'émanciper?

La Nature, Elle, confrontée à la confusion identitaire collective, adopte simplement un niveau de cristallisation matérielle adapté, permettant une certaine latitude de libre-arbitre appropriée.

Les éons de la Nature doivent en somme inévitablement composer avec la réalité fracturée de l'Humanité telle qu'elle se présente: finalement, l'Oeuvre est localement, dans ce paradigme, prise en otage, rançonnée, par la légitimité de la position nihiliste des régressifs.

Tant que l'égrégore régressif n'aura pas été actualisé par effusion christique, cardiaque, à l'intérieur-même du paradigme, donc par un "Fils d'Effusion" incarné, nul éon ne pourra valablement, christiquement, "intervenir" dans la signification humaine (en réalité la mission de tous les éons est de remettre leurs fonctions à des êtres humains incarnés, à partir du moment où la responsabilisation collective indispensable à ce transfert est effective, ce tranfert des fonctions archétypales déterminant véritablement l'émancipation du collectif humain).


Citation :
que l'homme matière devienne un homme lumière.

Un Homme Lumière est un Homme Matière, et un Homme qui ne témoigne pas de la Lumière n'est pas avec la Matière, n'a pas Rencontré et intégré la Matière: il est en confusion avec la Matière.

Alors si et seulement si un Homme matière est un Homme en confusion avec la Matière qu'il n'a pas Reconnue et Rencontrée, je suis d'accord.

La Matière ne recèle rien de négatif, et est indispensable à l'émancipation: personne n'ira nulle part sans l'intégrer.



Pour terminer, il manque une allusion claire au Couple Sacré dans cette gnose.



En conclusion, il se glisse dans la gnose proposée une manipulation subtile par laquelle un faux ennemi est constitué (Lucifer, les éons de la Nature), alors que d'un autre côté il est bien précisé que le seul "ennemi" est toujours Soi...

C'est donc une propagande de l'égrégore régressif clivé de l'Humanité Elle-même, pour fausser la perception réelle de la vampirisation collective: il y a une auto-prédation humaine, et les éons n'ont pas la possibilité éthique d'y remédier, n'y d'en extraire leurs fonctions, par respect du libre-arbitre humain.

La solution ne peut venir que de l'Humanité incarnée. C'est une question d'authenticité.

On pourrait dire que la conscience archaïque, dans son refus immature de la Vie, accuse tout ce qui a assisté sa naissance, du crime intolérable de l'avoir appelée.

Cette accusation humaine immature des éons, de la Nature, des instances d'encadrement de l'Oeuvre, est typique d'une toute-puissance foetale rageuse, d'une tendance d'une partie de l'Humanité à crier un grand NON à la Vie qui lui a été proposée, et à rejeter toute responsabilisation de sa propre existence dans une culpabilisation d'autrui. C'est un choix légitime, mais il ne pourra éviter la confrontation avec son inauthenticité.



Bisouxxx,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 38
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Ven 08 Mai 2009, 13:09

Je rebondis sur une autre observation que j'ai faite récemment, puisqu'on parle de Nature, d'incarnation dans la matière.

Quand je me place dans les rayons du soleil et que je me mets à l'écoute entièrement, sa vibration me remplit entièrement et déconnecte automatiquement mon champ corporel des spéculations présentes en moi ou autour de moi.

Après avoir fait cette connexion, le fait de s'ouvrir au champ magnétique terrestre asseoit la Grâce à un niveau plus "terrestre".

Peu après, j'ai trouvé cet article: http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=4438
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Lun 28 Sep 2009, 20:05

*"NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT" ENFIN EN DVD.
SUR WWW.JPLUSB.FR à partir du 26 octobre.*

et dans les magasins Biocoop et Nature et Découvertes.

Vous avez été 267 000 spectateurs à vous rendre en salle.
*MERCI A VOUS ET AUX EXPLOITANTS*

Vous avez été plus de 2 millions à vous rendre sur le site www.nosenfantsnousaccuseront-lefilm.com pour nous soutenir.
*BRAVO*

Impossible de compter les débats citoyens provoqués par ce film.
*MERCI INFINIMENT POUR NOS ENFANTS*

Si vous voulez continuer à informer, partager et être des acteurs pour nos enfants, nous vous invitons à faire passer ce message comme vous l'avez déjà fait.

*Si vous souhaitez préacheter le DVD (frais de port offerts avant le 26/10) Rendez-vous tout de suite sur www.jplusb.fr *

Jean-Paul Jaud

Réalisateur
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...   Ven 16 Avr 2010, 15:50

Homo toxicus.



Une expérience planétaire est en cours et nous en sommes les cobayes

Chaque jour, des tonnes de substances toxiques sont libérées dans l'environnement sans que nous en connaissions les effets à long terme pour les êtres vivants. Certaines d'entre elles s'infiltrent à notre insu dans nos corps et dans celui de nos enfants. En même temps que notre patrimoine génétique, nous transmettons aujourd'hui à nos enfants notre patrimoine toxique.
Dans une enquête inédite, menée avec rigueur et humour à partir de ses propres analyses de sang, la réalisatrice explore les liens entre ces substances toxiques et l'augmentation de certains problèmes de santé comme les cancers, les problèmes de fertilité et l'hyperactivité. Les conclusions sont troublantes...


Scénario et réalisation: Carole Poliquin
Producteurs: Carole Poliquin et Isaac Isitan

Les productions ISCA inc.
6103 Jeanne-Mance
Montréal, Québec,
H2V 4K9




Peut-on trouver meilleur cobaye que soi-même? Pour les fins de son dernier documentaire, Homo toxicus, la cinéaste Carole Poliquin (Turbulences, Le Bien commun) a voulu se livrer à un jeu à la fois simple et angoissant: l'analyse détaillée de son propre sang. Tout ce qu'elle a découvert pourrait foudroyer le moins paranoïaque des hypocondriaques: du mercure, des dioxines, des pesticides, du plomb, bref, plus de 100 substances chimiques qui, même en quantités infimes, suscitent des craintes légitimes.

Liste (impressionnante) sous le bras, Carole Poliquin a interrogé de nombreux scientifiques qui, comme elle, s'inquiètent de la présence grandissante de tous ces produits -- même ceux bannis depuis plus de 30 ans, comme le DDT... -- et, surtout, de leurs effets pernicieux sur le développement humain. Elle n'a d'ailleurs pas besoin de se rendre à Bhopal, en Inde, ou aux abords de Tchernobyl, en Ukraine, pour constater les effets de toutes ces substance répandues dans l'air, vidées dans les rivières ou atterrissant dans notre assiette.

Car, voyez-vous, l'ennemi est partout et ses conquêtes sont de plus en plus visibles. Il suffit de voir la montée en flèche des cancers, des allergies, des troubles de concentration chez les enfants et des difficultés de fertilité chez les hommes pour comprendre que l'heure est grave même si tous n'ont pas ajusté leur montre. En effet, Carole Poliquin tire la sonnette d'alarme sur un phénomène préoccupant mais pointe aussi la négligence de nos gouvernements, plus ou moins soumis aux diktats des grandes compagnies, jouant trop souvent les apprentis sorciers avec des produits dont on ignore le potentiel destructeur. Car celui-ci peut éclater dans deux ou trois générations...

À ce chapitre, le Nunavik et Sarnia, en Ontario, semblent présenter de troublants microcosmes sur ce qui attend les sociétés occidentales si la valse des molécules chimiques se poursuit au même rythme endiablé. Affligés de problèmes graves de surdité, plusieurs jeunes Inuits ne comprennent leur enseignante que si celle-ci parle à travers un micro dans leur petite classe... Et dans une communauté autochtone à l'ombre des usines de la vallée chimique ontarienne, des femmes ont dressé la carte des maladies qui affligent leurs concitoyens, un portrait qui pourrait bien devenir un dangereux cliché...

La situation est grave, mais le ton de Carole Poliquin n'est pas désespéré. À l'aide de diverses techniques d'animation, elle décortique avec humour certains mécanismes physiologiques permettant de mieux saisir la nature et l'ampleur du problème. Évidemment, soucieuse, comme dans ses films précédents, de susciter une mobilisation citoyenne, elle ne cherche pas à réconforter le spectateur à tout prix: statistiques désolantes, témoignages troublants, photographies éloquentes (dont certaines de malformations génitales à la naissance), rien pour rassurer le bon peuple. Il ne semble y avoir que le porte-parole de l'Association des fabricants de produits chimiques et ceux de... Santé Canada pour verser dans le jovialisme. C'est sans aucun doute ce qui est le plus inquiétant dans Homo toxicus.



suite

http://www.homotoxicus.com/presse.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
LES ENFANTS INDIGOS...une autre approche...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» les enfants indigo
» Une autre approche d'Internet pour éduquer
» L'enfant Indigo, qui est t-il ?
» une autre approche de l'islam.
» refus d'aller au lit, jumeaux 2ans et demi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: La Vérité qui fâche-
Sauter vers: