ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Jeu 05 Mar 2009, 20:36

Nouvelles :
1) Cela semble bien marcher, on commence à voir des publicités pour l’Energybox dans d’autres pays de l’UE. L’Allemagne et la Hollande en seront bientôt équipées.
2) LOIS est maintenant opérationnel et quelques soi-disant catastrophes naturelles de ces derniers temps sont en relation directe avec ce nouveau « super-système »
3) Une nouvelle loi suédoise promulguée par le gouvernement suédois dispose qu’on peut maintenant retirer aux gens des « choses vitales » (sic) comme la TV, le téléphone, la radio etc.
C’est pourquoi on commence dans le pays à démonter les réseaux des téléphones fixes. En remplacement chacun doit acquérir une installation mobile individuelle (un mât sur la maison et une base sous le lit.
Si vous n’en voulez pas, vous n’avez tout simplement plus de téléphone. Beaucoup de personnes âgées n’ont déjà plus de téléphone, tout simplement parce qu’elles ne comprennent pas le fonctionnement du portable et ne peuvent en cas d’urgence pas appeler une ambulance. Ca ne ressemble pas fondamentalement à un meurtre ?
D’abord une irradiation forcée puis aucun téléphone en cas d’urgence.) Malheureusement la femme politique auprès de qui on pourrait se plaindre ou demander de l’aide n’est autre que la plus grande actionnaire de l’entreprise qui fabrique ces installations mobiles. LA SUEDE EST UN PAYS FANTASTIQUE !!!
4) Il est maintenant interdit d’analyser l’Energybox et on ne parle plus du système PLC.
5) La loi sur la FRA est passée et à partir du 1er janvier 2009 officiellement TOUT peut être écouté. Les 12 points qui doivent protéger le citoyen doivent, dit-on, être votés plus tard ( ?) Hitler disait déjà la même chose.
6) Le compteur digital augmente la facture d’environ 10%.
7) Environ deux semaines avant le tremblement de terre, dans le sud de la Suède il y a eu une grosse détonation qui fit vaciller les maisons. On nous dit que c’était un éclair particulièrement puissant qu’un pilote aurait pu voir depuis la Norvège.
Quelques jours avant le tremblement de terre, le nord de la Suède connut la plus grande coupure de courant électrique (ainsi que le téléphone) que l’on ait connue. Elle dura une semaine. Cette coupure n’avait pas à voir directement avec LOIS mais seulement indirectement (Box et logs sont interconnectés).
On venait de mettre en route sur le nord de la Suède la nouvelle électricité PLC. Cette nouvelle électricité pose beaucoup de problèmes aux transformateurs qui ne la laissent pas bien passer. Durant la nuit précédant le tremblement de terre, des avions sont passés de nuit et ont procédé à des épandages (chemtrails).
En temps normal, dans le nord de la Suède il n’y a pas d’épandage de nuit mais uniquement pour contrôler la météo. Puis est survenu le tremblement de terre. Ce tremblement de terre et l’éclair étaient dus à une baisse d’énergie (ou réaction ?) initiée par le système LOIS. Nous avons eu beaucoup de chances, on aurait pu avoir la même catastrophe qu’à Tchernobyl et on aurait eu un « rayonnant Noël ».
La Suède possède maintenant la plus puissante, la plus forte et terrible arme au monde et les expériences ont vraiment commencé cet été.
Ce n’est pas le premier ni dernier tremblement de terre car avec LOIS on a la possibilité maintenant de contrôler l’ensemble du champ électromagnétique terrestre.
Et bien sûr on va l’essayer, c’est comme écrit plus haut, un élément qui va jouer un très grand rôle dans l’avenir de l’humanité… en l’occurrence un « non –avenir ».
D’après Nostradamus, un des rares qui ait su quelque chose à propos de LOIS, ces systèmes et les expériences associées vont dérégler le champ électromagnétique terrestre. Et après – Bonne Nuit !
8) Depuis la grande coupure, on note des changements dans le réseau électrique . Tout est sur une autre fréquence et on remarque cela avec beaucoup d’appareils.
News de Logan
fantastiquephoenix.free.fr

*************************
EUROPES LARGE SCALE MIND CONTROL EXPERIMENT STARTS IN SWEDEN and FINLAND
SOURCE: eldib.wordpress.com
Written by eldib
October 5, 2008
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Jeu 05 Mar 2009, 20:38

EUROPES LARGE SCALE MIND CONTROL EXPERIMENT STARTS IN SWEDEN and FINLAND
SOURCE: eldib.wordpress.com
Written by eldib
October 5, 2008
TRADUCTION PAR POUPEEPAT:
Le compteur électrique numérique nommé Eshelon Meter a été produit par une SA intégrée à la Televent Communication afin d'être installé dans toutes les maisons suédoises et finlandaises sous prétexte de rendre le calcul de la consommation électrique plus facile en le connectant directement à internet.
Du moins c'est de cette manière que ce « meter box » est proposé aux Européens bien naïfs de ne pas chercher à questionner tout ça.
La Suède, la Finlande et d'autres pays nordiques ont toujours été les lieux privilégiés des expérimentations du NWO avant son application effective à plus grande échelle.
Ce post explique comment les Européens sont en train d'être transformés en moutons de Panurge avec leur propre coopération.
Tout le monde l'a mais personne n'est capable de dire à quoi ça sert: l'Energybox. On vit avec sans s'en soucier, sans comprendre pourquoi c'est là, sans avoir eu le bon sens de poser des questions, demandant des explications, ne serait-ce que par curiosité.
L'Energybox est un transmetteur dont les fréquences GSM et 3G internet sont combinées, ce qui le rend bien puissant pour une simple transmission de comptage électrique. Cette Ebox propage des radiations 3G qui sont plus que néfastes et à l'origine utilisées uniquement à des fins militaires. En fait tout le courant électrique de la maison devient un système de communication vers internet, le système électrique est aussi un système de communication internet. Pourquoi une telle installation?
C'est simple: le 3G est un système militaire très efficace, dont l'aspect téléphonie n'est qu'une option, et la question du problème de l'abondance gênante des pylônes et autres antennes a été un bon prétexte pour installer ces petites boites. Celles-ci font que les maisons non seulement émettent des ondes de très hautes fréquences mais en plus sont connectées intégralement à internet. Nous avons ainsi les premières cybermaisons du monde!
Si vous ne l'installez pas, celle de la maison des voisins se chargeront bien de la vôtre. Ceci dit, il est toujours possible de la refuser car la loi que les autorités utilisent n'existe pas et on ne peut pas soumettre qui que ce soit à des radiations forcées. A présent l'électricité est soumise à une autre loi, celle de la communication totale, donc du contrôle total. Cette loi donne le droit à la FRA, un système d'espionnage, de tout contrôler en effectuant leur activité d'espionnage: lire les mails, écouter au téléphone. Ils ont même eu un super ordinateur de la part du gouvernement pour centraliser toutes leurs informations.
Ceux qui connaissent les micro ondes et les techniques de fréquences savent bien que le but de tout ça est le contrôle global via un méta internet qui ne connaît ni antivirus ni pare-feu.
Comme cette Ebox utilise les ELF, les fréquences ultra basses, analogues à celles émises par le cerveau, il est alors facile d'avoir une image en 3d de chaque pièce de la maison qui l'héberge. Nous sommes pris dans une expérimentation à l'échelle de la population qui peut en arriver au contrôle même du cerveau.
Puisque la Suède et la Finlande sont les terrains d'expérimentations privilégiés sur les micro ondes, ils sont aussi les 1ers à bénéficier de leurs applications directes, testées avant d'être étendues au reste du monde. Certains pays ont même déjà les spots de campagne de promotion de ce compteur. Nous devons donc absolument refuser ces compteurs et convaincre nos voisins de les refuser aussi.
Il faut faire connaître les réelles finalités d'un tel programme afin d'enrayer sa propagation. Il est utile de préciser qu'un tel système repose sur la technologie HAARP, dont l'équivalent suédois s'appelle LOIS. La Suède s'est louée à l'OTAN comme terrain d'expérimentations de toutes les technologies d'armes non létales, comme les chemtrails, la nanotechnologie militaire.
fraktali.travity.de
lois-space.net
Ces petites box font partie de la loi patriotique américaine, les "Patriot Act" 1&2, appliqués en Suède via l'OTAN.
Certaines armes ne peuvent être testées qu'en live sur la population, et cette année n'est qu'une partie des plans d'expérimentations LOIS. Lorsque qu'une finalisation sera possible, alors on l'appliquera au reste du monde. LOIS couvre la Suède et le 3G des Ebox, tout comme le système LOFAR en Europe centrale et EISCAT en Scandinavie.
Essayez de comprendre ce que nous avons dans nos maisons, et quelle responsabilité nous avons envers le reste du monde. Qui arrêtera ce système si nous ne le faisons pas?
Recherchez plus d'infos, cogitez le truc et n'oubliez pas: IL S'AGIT D'UNE EXPERIMENTATION DE CONTROLE DU CERVEAU A ECHELLE MONDIALE!
supahumandignity.blogspot.com
source: fantastiquephoenix.free.fr

Publié par wazaaaa
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Jeu 27 Aoû 2009, 22:43

A voir!

Documentaire diffusé le 24 septembre 2007 sur Arte

Durée 48min


documentaire Arte Dans l'ombre du ciel CHEMTRAILS 1

et

Chemtrails-Scoop-MINISTRE-italien Di Pietro REPOND !!!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Lun 19 Oct 2009, 21:05

vendredi 16 octobre 2009 par Archétype

(Source : Techdo.com)

La plus petite puce RFID a été lancée cette année par Hitachi. Aboutissement de la miniaturisation, ces puces RFID (Radio Frequency IDentification) mesurent seulement 0,05 x 0,05 millimètres. Le record précédent, la « mu-chip » d’Hitachi, était de seulement 0,4 x 0,4 millimètres. Regardez bien la taille de la « mu-chip », posée sur le bout d’un doigt :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Maintenant, comparez avec les nouvelles puces RFID. De type "poudre", les puces sont soixante fois plus petites.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les nouvelles puces RFID ont une ROM (mémoire) de 128 bits pour stocker un nombre unique de 38 chiffres, comme leurs prédécesseurs. Hitachi utilise la technologie de la miniaturisation des semi-conducteurs et des faisceaux d’électrons, pour écrire des données sur les substrats de la puce, afin d’atteindre cette nouvelle taille. Les micro-puces « Mu », de Hitachi, sont déjà en production, elles ont été utilisées pour empêcher la réalisation de faux billets, l’année dernière, à l’exposition internationale technologique d’Aichi. Les puces RFID en poudre, sont tellement petites, qu’elles peuvent s’intégrer facilement dans l’épaisseur d’une mince feuille de papier, comme celles utilisées dans les billets de banque et les documents certifiés.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mais Kodak a franchi un pas de plus, et a récemment breveté une micro-puce digestible, qui est inoffensive et soluble. Ces puces seraient recouvertes avec de la gélatine, qui se dissoudrait progressivement dans l’estomac. Après avoir avalé la puce, le patient doit s’asseoir à côté d’un récepteur radio. Elles se disolvent ensuite, lorsqu’elles sont exposées à l’acide gastrique, ce , pendant une période de temps précise, fournissant un moyen subtil de contrôler l’appareil digestif d’un patient. Kodak affirme que des puces radio similaires pourraient aussi être incorporées à un genou artificiel, à une articulation de hanche, de telle façon, qu’elles se désintègrent à un moment donné, en fonction de l’usure. Cela enverrait une alerte, quand à la nécessité d’une nouvelle chirurgie.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Lun 26 Oct 2009, 11:44

Citation :
J'ai une autre info intéressante sur ce vaccin:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
venant du site du docteur Hamer ( je ne savais pas qu'il s'intéressait au problème)

Et j'ai cherché et trouvé le texte de demande de brevet déposé par le FAYRER-HOSKEN, Richard, déposé en 1999 !!!!!
sur: "
FERTILITY IMPAIRING VACCINE AND METHOD OF USE" 'comment réduire la fertilité par un vaccin'
Dans ce document , il explique la procédure de fabrication, il faut un dérivé enzimatique de porc, étrange! et du squalène ....re-étrange!
2 composants officiel de l'actuel vaccin ( le squalène fait aussi terriblement chuter le système immunitaire, donc idéal pour tomber malade et en crever)

Par contre cette Immuno-Stérilisation chez l'homme me parait intéressante ( elle ne fonctionne bien que sur les carnivores apparament.... :-)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Cela permet très facilement de contrôler la population mondiale

Quant à la puce injectée en même temps, j'ai encore des doutes, mais peut être pas pour longtemps......


Le texte du brevet est en fichier attaché ( en anglais ) et j'ai placé en rouge les passages intéressants


V.
texte précité:

Mercredi 26 août 2009


La puce CHIP est dans la seringue

Hamer : nos pires craintes ont été dépassées en quelques jours par une réalité encore plus horrible.

Pilhar : Geerd, tu fais référence à l’amende de 1000 dollars et aux 30 jours d’arrêt pour opposition à la vaccination aux Etats-Unis ?
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]).

Hamer : oui, les opposants à cette vaccination, (s’opposer à l’implantation de puces est un crime d’Etat) ne sont pas incarcérés dans une prison normale mais, dans des camps de concentration (il y en a des centaines dans tout le pays), spécialement préparés à cet effet. ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] und einsatzbereit.html)
De ces camps les personnes pourront en sortir à condition d’accepter l’implantation de la puce. Elles deviendront alors un gibier grâce à la puce létale et elles mouront « comme des mouches », après leur libération.

Pilhar : tu veux dire que le grand nettoyage par les meurtres de masse a commencé ?

Hamer : cela ne peut avoir que cette signification. Je ne peux pas comprendre qu’on mette en route un tel dispositif militaire et policier avec à la clef des sanctions aussi draconiennes, s’il ne s’agissait que de faire participer les gens à une vaccination contre une ridicule grippe estivale. Cela n’aurait pas de sens, abstraction faite qu’une telle vaccination ne peut pas se faire. Vacciner en octobre pour se protéger d’une grippe qui arriverait l’été suivant c'est à mourir de rire. Avec le Tamiflu on peut stopper pendant 2 à 3 semaines les symptômes d’une phase de réparation, mais cela du point de vue de la GNM est une idiotie totale.

Pilhar : il est à remarquer qu’aux USA, environ 100.000 cercueils en plastique sont stockés. ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 76).
Dans quel but ? De plus la population a été systématiquement désarmée et privée de ses chiens de combat.

Hamer : nous avons un meilleur éclairage en vu du but final qui est totalement passé sous silence. Nous pouvons discuter des heures à propos du Tamiflu, mais personne n’ose dire un seul mot sur l’implantation des puces. C’est tout à fait remarquable. Il est évident que c’est l’implantation des puces qui est en jeu avec la violence de la mise en œuvre des mesures gouvernementales. Que la puce de Hitachi puisse être combinée avec la puce létale, nous en avons déjà parlé dans notre dernière interview.

Nous constatons la même chose avec la GNM. Depuis 28 ans. Nous pouvons gloser des heures sur la « persona non grata » Hamer, mais pas sur la question de savoir si la GNM peut être reconnue, au sens scientifique du terme, comme reproductible dans n’importe quel cas (malgré 30 vérifications officielles). Il en va de même avec le Tamiflu ! Nous pouvons en discuter des heures durant mais, pas un mot sur l’implantation des puces. Il est évident que le Tamiflu est dommageable, c’est un poison. Il est très dangereux dans une phase de réparation ou au cours de la partie vagotonique de la grossesse (2 derniers 1/3). Mais la puce léale représente maintenant une tout autre dimension. Comme on a utilisé la chimio et la morphine sans scrupule avec une mortalité de 98% alors que 98% auraient pu survivre avec la GNM, on s’apprête à utiliser sans scrupule la puce létale.
Tous les cancérologues savent très bien que la GNM est scientifiquement juste mais, ils n’en éprouvent aucun état d’âme.
Pilhar : il est très étrange aussi que les USA promulguent ces lois d’exception qui permettent de se débarrasser de ceux qui osent critiquer et ce par millier, voire par million. Et une fois « pucé », vous ne pouvez plus vous échapper.

Hamer : cela fait des années que l’on prépare cette bataille du « puçage ». La grippe porcine, bête, qui n’existe pas, n’est qu’un instrument inapproprié : trois malheureux porcs crevés et un enfant mort de n’importe quelle maladie et voilà de quoi bâtir ce mensonge de pandémie mondiale. Cela est le produit d’une presse de propagande parfaitement organisée devient maintenant visible : d’une mouche elle peut faire un éléphant.

Pilhar : tout a commencé par le mensonge du Sida, puis est venu le mensonge de l’ESB, ensuite le mensonge du 11 septembre, et ce fut le tour de l’Anthrax. Puis le mensonge de la grippe aviaire. Maintenant le mensonge de la grippe porcine. L’année prochaine ce sera le mensonge de la grippe des souris. Tout est en train de marcher vers une ‘‘solution finale’’. Quand toute la population sera « pucée » alors ce sera l’esclavage total, manipulable à souhait et les « manipulateurs » pourront tuer quand bon leur semblera.

Hamer : on s’occupe actuellement des femmes enceintes et des bébés. Ce sont les premiers à être traités au Tamiflu et pucés. Beaucoup de femmes enceintes qui sont aux 2/3 de leur grossesse risquent de perdre leur bébé parce que le Tamiflu est un vrai poison. Les femmes elles-mêmes peuvent perdre la vie car, aux 2/3 de leur grossesse, elles sont en pleine vagotonie. Il est connu qu’en pleine vagotonie, une seule piqûre de morphine ou de Tamiflu peut faire mourir la personne.

Il semblerait qu’aux USA il y ait eu un mouvement de panique. Les gens se demandent où pourraient-ils fuirent pour ne pas être pucé de force, car ils savent qu’une fois pucé ils ne pourront plus vivre une seule heure en paix face à leurs ennemis.

Il faut pour une fois penser à cette sensation de porter en soi cette puce mortelle et se dire que chaque jour peut être le dernier parce que d’une centrale située à Tel Aviv par exemple, quelqu’un peut décider de vous ‘‘éteindre’’. On se retrouve totalement à la merci de ce quel- qu’un. Il ne servira à rien alors, de se lamenter ! Ah, si j’avais su… C’est la raison pour laquelle les responsables n’en parlent pas, afin que personne n’en ait la connaissance avant.
Et quand les esclaves seront tous pucés, il sera toujours assez tôt qu’ils l’apprennent. Ils seront alors dressés comme des chiots. Plus personne n’osera lever la voix. Cela se passera comme dans les confréries des loges. Chacun sait qu’au premier mot contraire il aura sa dose de poison versée dans son café par le chef de la loge, toujours un juif, et qu’il ne survivra pas à la prochaine nuit. Toute la terre sera alors devenu un immense camp de concentration pour esclaves à l’exception des coreligionnaires d’une certaine communauté religieuse. Se laisser implanter la puce signifie alors qu’on donne les pleins pouvoirs jusqu’au meurtre décidé à n’importe quel jour.
Quelle naïveté que d’exiger d’abord que l’on « mette sur la table les actes du Mossad »,
lorsque le Mossad et la CIA montrent clairement ce qu’ils ont en vue. (La souris ne veut jamais croire que le chat arrive).

Dans une entreprise de plusieurs centaines d’employés qui fabriquent les seringues et le Tamiflu, il suffit de quelques personnes ‘‘sûres’’ qui en fin de processus placent la puce dans l’embout. Alors tous les autres employés de l’entreprise peuvent dire à bon droit qu’ils ne savaient pas. Cela s’appelle ‘‘contrôle final’’ ou ‘‘livraison finale’’ et cela paraît tout à fait normal.
Le fait est que chaque piqûre de Tamiflu et puce soit équipée d’un numéro de code, qui est alors affecté au numéro de code personnalisé. Pourquoi donc ces piqûres destinées à combattre une chétive grippe estivale doivent-elles porter un numéro propre et pourquoi doit-on présenter son passeport lors de cette vaccination ? Pourquoi aux Etats-Unis ne veut-on plus laisser sortir du territoire quelqu’un qui n’est pas pucé ?

Pilhar : dans les années 1970 le Club de Rome avait, dans un avis sensé paru dans son « Bulletin sur la situation de l’humanité » déclaré qu’il fallait soit abaisser le taux des naissances soit augmenter le taux de décès. L’Institut Max Planck pense qu’il faut réduire la population mondiale à 2 milliards de personnes. En Amérique il y a un soi disant
‘‘ Stonehenge Américain’’ ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), où dans un bloc de granite d’environ 100 tonnes est gravé ce message : « la population mondiale doit être réduite à 500 millions de personnes pour retrouver un âge de raison ».

Quand on regarde de près la soi disant ‘‘surpopulation’’ on constate que le seul état du Texas suffit à nourrir les 6 milliards de personnes. Si on veut placer ces 6 milliards de personnes, avec disons 80 kg de poids en moyenne, c'est-à-dire avec un volume d’environ 80 litres dans un cube, ce cube aurait un côté de 800 m de long. On peut facilement cacher un tel cube dans n’importe quelle vallée d’Autriche.

Je ne crois pas à cette ‘‘surpopulation’’ ! Je suppose plutôt que ces fanatiques de la globalisation n’ont pas besoin de 6 milliards d’esclaves à leur service, c’est pourquoi ils veulent réduire l’humanité de 1/10.

Hamer : Helmut, tu avait raison de dire dans notre dernière interview du 13.08.2009 que si nos adversaires arrivent à faire cela ils seront arrivés à leurs fins. C’est pourquoi la Germanique doit être réduite au silence car contre une Germanique connue de tous ils n’auraient pas pu arriver à leurs fins. Lewwer duad üs Slaav ! Plutôt mort qu’esclave ! (Extrait de ‘‘Pidder Lüng’’ de Detler von Liliencron).

Que vive la Médecine Nouvelle Germanique, la Médecine Nouvelle Biologique et mon souhait vous accompagne d’une vision de liberté et de vérité sur le monde et pour tous !

Dr Ryke Geerd Hamer

Ingénieur Helmut Pilhar

NB d Ambre;voir ici pour le textye en anglais.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Sam 14 Nov 2009, 21:11

reçu par mail:

Citation :
Bonjour,

En pj l'intérieur de l'avion qui diffuse des petites choses en Ukraine ces
jours ci.


cordialement

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Sam 12 Déc 2009, 16:42

PARTAGE D ISABELLE

Serge Monsat, le dévoilement du projet de puçage de l'humanité



Serge Monast, Journaliste d'investigation avait révélé dès 1993, le projet secret des Illuminati-Reptiliens de pucer le monde.


Comme tous les gens qui disent la vérité, il a été assassiné !

Cela vous étonne-t-il que ce soit un Belge qui ait été nommé Président de l'Europe, à Huit Clos sous la houlette du Group de Bildengerg ?


Dévoilement du complot relatif au plan de marquage de l'humanité
A télécharger :
Serge Monast, le dévoilement du projet de puçage de l'humanité.pdf
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Sam 12 Déc 2009, 21:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Dim 13 Déc 2009, 01:30

Déclarations de 1993 du journaliste indépendant Canadien, Serge Monast (1945-1996) mises en confrontation avec le réel et l'avenir proche.

Un des facteurs essentiels pour assimiler ici les faits, est certainement d'avoir une croyance religieuse ou dans le divin, au minimum, le doute et l'ouverture d'esprit (comme dans le même genre l'ont, des reporters de la même trempe comme Michael C.Ruppert ou Alex Jones). Quelqu'un de farouchement athée et obtus, se gargarisant de son modernisme comme d'une valeur sine qua non de progrès intellectuel, aura donc de la peine à assimiler, voir admettre les choses et raillera ici ce qu'il pourrait juger comme une analyse complotisto-illuminée comme aiment à qualifier les chiens de gardes de la pensée unique dominante, dans l'espoir de lever le drapeau du hors jeu dans la tête du curieux soucieux de faire partie de la caste des pseudos gens sérieux à l'intellectualité formatée et respectable.

Néanmoins, même sans cela, il faudrait être de bien mauvaise foi et d'une rationalisation en dépit du bon sens, pour ne pas acquiescer qu'il avait vue juste et que ses sources étaient fondées.

Soit, il y en peut être à prendre et à laisser, tout comme il y a des éléments qui auront un peu mutés dans leur application ou dont la compréhension se révèlera métaphorique (comme souvent dans l'appréhension des textes religieux, comme ici en référence à la Bible, Monast étant Chrétien) mais ça n'est certainement pas, par exemple (on y revient toujours) aux médias, ces armes de conditionnement massif sous la tutelle de l'élite dirigeante apatride et responsable de la mise en place de tout cela, de venir nous dire quoi penser et comment, quand les faits sont là devant nos yeux, ou qu'on les voit nettement poindre à l'horizon.

Dans un monde occidental en déconstruction morale, ou l'humain est réduis à n'être plus qu'un vulgaire consommateur jouisseur égoïste (les valeurs morales, la famille et la fraternité étant des freins à la décadence et à la toute puissance du capital, ils les ont fait sauter petit à petit) l'homme a ainsi été rendu apathique et lâche face aux injustices, indifférent au réel, grisé et réfugié dans la drogue de ses 1001 loisirs, et abruti par la télévision, le cinéma, la musique, les médias, la pub... La laïcité, les lumières et la franc maçonnerie dévoyée, ont eu pour effet larvaire, de nous transformer en robot hédoniste à mémoire morte.

Serons nous réagir face au tsunami qui s'en vient ou resterons nous figé dans notre confort temporaire en feignant de ne pas voir ?

Comme le dis l'ami Rouge le Renard, tant que le caddie se rempli et que la carte bleu fonctionne, la majorité n'en aura rien à foutre et ne bougera pas son cul du canapé.

A vous, d'après vos clefs, de juger ses prophétiques affirmations, qui s'emboitent vous le verrez, bien étrangement dans les faits, 17 ans après...



Serge Monast écrivait donc en 1993 (morceaux choisis) :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

et

ces dossiers pour rappel
Post-it:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Aller à la page: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]]

Post-it:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Aller à la page: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ... , [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]]


Dernière édition par AMBRE le Ven 06 Jan 2012, 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Nanotechnologies : tous cobayes de la nano-bouffe ?   Jeu 14 Jan 2010, 20:11

Nanotechnologies : tous cobayes de la nano-bouffe ?



jeudi 14 janvier 2010 par Archétype

(Source : Alterinfo)

Après les OGM, les nanotechnologies s’invitent dans notre assiette : les nano-aliments, traités avec des nano-pesticides et contenus dans des nano-emballages, se multiplient. A la clé : de faramineux profits financiers pour les industriels et des risques environnementaux et sanitaires aujourd’hui impossibles à évaluer. Le tout dans une totale - et incroyable - absence de règles et de contrôles.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Des aliments intelligents qui s’adaptent aux goûts du consommateur, des vêtements qui repoussent l’eau, des matériaux qui s’auto-réparent, de la « poussière intelligente » qui enregistre discrètement les conversations... Bienvenue dans le nano-monde ! Un univers où la science bricole des particules invisibles au microscope et empile des atomes à l’échelle du nanomètre, c’est-à-dire un milliardième de mètre [1]. Les nanotechnologies seront à la base d’une troisième révolution industrielle au cours du 21e siècle, nous promet-on. Une révolution qui passe aussi par nos assiettes. Car ces nanoparticules sont déjà présentes dans les aliments industriels, les pesticides agricoles, les emballages alimentaires, les récipients de stockage... sans contrôle ni étiquetage. Des particules qui, du fait de leur minuscule taille, traversent les barrières biologiques et peuvent circuler dans tout l’organisme : la peau, les tissus, le cerveau... Alors, prêts pour une nourriture « atomiquement modifiée », aux effets encore inconnus ?

Au moins 106 nano-aliments déjà commercialisés

Difficile de recenser les nano-aliments existants. Les fabricants ont bien compris que les incertitudes qui entourent aujourd’hui les nano-particules peuvent effrayer les consommateurs. Ils ne communiquent pas clairement sur leur utilisation. Selon l’ONG les Amis de la Terre, c’est toute la chaîne alimentaire qui est aujourd’hui « contaminée ». Son rapport intitulé « Du Laboratoire à nos assiettes : les nanotechnologies dans l’alimentation et l’agriculture » dresse la liste de 106 produits alimentaires, du jus de fruit « fortifié » aux compléments alimentaires vitaminés en passant par un « nano-thé ». L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) dénombre tous secteurs confondus 2 000 nanoparticules manufacturées déjà commercialisées, et plus de 600 produits de consommation concernés. Si ces chiffres sont difficilement vérifiables du fait de l’absence de traçabilité, des estimations situent le marché des nano-aliments à plus de 5 milliards de dollars en 2005, avec des prévisions de 20 milliards de dollars pour 2010. Le groupe de consultants Helmut Kaiser prévoit que le recours aux nanotechnologies concernera, d’ici 2015, 40% des aliments industriels.

« Une technologie de confort pour les pays riches »

Du silicate d’aluminium pour empêcher l’agglutination des aliments en poudre, du ketchup épaissi avec du dioxyde de silicium, des vinaigrettes blanchies au dioxyde de titane... Les nano-aliments nous apporteraient, selon leurs partisans, des avancées culinaires majeures : du chocolat ou des glaces sans lipides et sans sucre, qui conservent le même goût que l’original, une huile (Shemen Industries) qui inhibe l’entrée du cholestérol dans le sang, un substitut alimentaire (Nanotrim de Nanonutra) qui brûle les graisses. Ou la possibilité de modifier le goût d’un aliment selon nos désirs. Des industriels comme Nestlé cherchent à concevoir les « nano-aliments du futur ».

Le géant agroalimentaire Kraft Foods (Etats-Unis) fait partie de ces pionniers. En 2000, il a financé un consortium de 15 universités et laboratoires de recherche, Nanotek, pour concevoir de la nourriture « intelligente » et personnalisée, tels des aliments qui contiennent des centaines de nano-capsules, remplies de saveurs, de nutriments, de couleurs différentes. Un four à micro-ondes pourrait déclencher, selon la fréquence des ondes, telle ou telle capsule, selon les désirs du consommateur. Une nourriture interactive en quelque sorte, qui peut même se transformer elle-même si une personne est allergique à un composant, ou libérer une dose de supplément nutritif si elle détecte des carences. Kraft Foods, le concepteur de ce projet, est propriétaire des marques de chocolat Milka, Côte d’Or, Toblerone, Suchard, et de café Carte Noir, Grand’Mère, Jacques Vabre ou Maxell. Imaginez demain votre café de couleur rose et au goût banane qui vous délivre votre dose quotidienne de vitamines C... Ou du chocolat qui libère des arômes de carotte tout en soignant votre gueule de bois. Formidable, non ?

Des nanos au goût d’OGM

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pourquoi ce déploiement de technologies ? « Sur le plan alimentaire, on ne comprend pas à quoi ça sert, explique Rose Frayssinet, de l’ONG Les amis de la Terre. « C’est comme les usages dans le textile : à quoi servent des chaussettes « sans odeur » avec du nano-argent ? Les nano-particules vont partir dans l’eau au bout de quatre lavages, et vont aller bouffer les microbes jusque dans les stations d’épuration. Au vu de ce que ça coûte, quelle est l’utilité sociale de tout ça ? Ce sont des technologies pour le confort des plus riches ». Certains voient les nano-aliments comme une « aubaine » pour les paysans du Sud. Leur credo ? Des nanos qui augmenteraient la productivité agricole et permettraient de lutter contre la faim. Une promesse qui rappelle celles des lobbys biotechnologiques et leurs OGM. La comparaison ne s’arrête pas là : risques sanitaires et environnementaux, privatisation du vivant ou de combinaisons d’atomes par des brevets industriels, mise sur le marché de produits dont l’innocuité n’est pas prouvée... Des nanocides (pesticides utilisant les nano-technologies) intelligents qui nécessiteraient un dosage moins important que les pesticides actuels, et ne causeraient aucun mal aux insectes ? Le fait que ce soit des firmes comme Monsanto, Bayer ou Syngenta qui les développent ne peut qu’inviter à rester très prudent sur le sujet...

Vers un nouveau scandale sanitaire ?

« Dans le cas des OGM, nous avons obligé Monsanto à rendre publiques des études partielles de toxicité dissimulées au public. Des études semblables n’existent pas sur la nocivité des nanoparticules, souligne la Fondation Sciences citoyennes. Et les lanceurs d’alerte sont actuellement dissuadés par tous les moyens (poursuites en justice...) de briser la propagande officielle ». Pour Rose Frayssinet, nous sommes face à un risque encore plus grand que les OGM. « Les OGM, c’est un secteur, alors que les nanotechnologies concernent tous les secteurs. Les risques sont d’autant plus difficiles à analyser. On ne peut pas avoir une vision globale des implications ».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Difficile en effet de contrôler le comportement de nano-particules. Elles ne répondent pas aux lois de la physique classique, mais à celles de la mécanique quantique. Construire des particules, atome par atome, manipuler la matière au niveau des molécules, c’est entrer dans un monde d’incertitude radicale. Les propriétés des particules, comme leur toxicité ou leur persistance biologique, varient selon leur taille. De fait, les connaissances actuelles sur les effets toxiques des nano-particules manufacturées sont très limitées.

« Les données disponibles indiquent que certaines nanoparticules insolubles peuvent franchir les différentes barrières de protection, se distribuer dans le corps et s’accumuler dans plusieurs organes, essentiellement à partir d’une exposition respiratoire ou digestive », prévient une étude de l’Afsset, en 2006. Les nano-particules se diffusent dans les alvéoles pulmonaires, le sang, la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau, ou le placenta. Fin 2008, un nouveau rapport de l’Agence juge que la nano-toxicologie fournit « des résultats encore peu nombreux, disparates et parfois contradictoires » et qu’il « n’est cependant pas possible d’exclure à cette date l’existence d’effets néfastes pour l’homme et l’environnement ». Quant à l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), après avoir rappelé que des études extérieures montrent de possibles altérations de l’ADN par les nano-particules [2], elle confesse « l’impossibilité d’évaluer l’exposition du consommateur et les risques sanitaires liés à l’ingestion de nanoparticules. » Très rassurant...

Nano-particules : l’amiante du 21ème siècle ?

Une étude britannique démontre l’existence d’un effet indirect des nanoparticules qui endommageraient « à distance » l’ADN [3]. Marie-Claude Jaurand, directeur de recherche à l’INSERM, pointe du doigt les nano-tubes de carbone, matériau ultra-résistant utilisé dans l’industrie, pour leurs effets « similaires à ceux de l’amiante », concernant la production de lésions de l’ADN et la formation d’aberrations chromosomiques. Face à ces risques, que font les instances compétentes ? Pas grand chose. Les instruments règlementaires sont inadaptés. Ministères et agences sanitaires sont complètement dépassés (les documents les plus récents publiés sur le site du ministère de la Santé datent de 2007). L’évaluation des risques doit être totalement repensée.

Les systèmes d’autorisation de mise sur le marché reposent sur la composition chimique des produits. Pour les nanoparticules, cela ne suffit pas, car les effets dépendent aussi de l’organisation spatiale des éléments atomiques et de leur taille. Un élément non toxique peut le devenir à l’échelon nanométrique. « Le dioxyde de titane et les dioxydes d’argent n’ont pas les mêmes propriétés au niveau nanométrique et au niveau macroscopique, explique Rose Frayssinet. Ils n’ont pas les mêmes propriétés selon qu’ils mesurent 20 nano ou 60 nano. Pour étudier les risques, il faudrait donc mener des études pour toutes les échelles ». Mais cela coûte cher. Et les outils manquent. « D’après les textes européens, dès qu’on modifie un aliment, une étude d’innocuité est obligatoire. Mais personne ne sait le faire. Il y a encore un an, il n’y avait aucun filtre vraiment sûr pour récupérer les nano-particules. Sans compter que les délais d’études étant très longs, les résultats arriveront après la mise sur le marché. On demande aux fabricants de travailler dans des salles blanches, avec des scaphandres. Et juste derrière, on met les produits sur le marché. C’est aberrant ! ».

Concernant la production et la mise sur le marché, les industriels se réfèrent à la directive européenne REACH. Celle-ci est pourtant insuffisante. Seules les substances chimiques produites en quantité supérieure à une tonne par an y sont soumises. Vu la taille des nano-particules, cette quantité de production n’est pas toujours atteinte. Et pour le moment, aucune obligation d’étiquetage n’existe, même si le Parlement européen commence à se saisir de cette question.

L’État finance sans s’inquiéter des conséquences

« No data no market » (pas de données, pas de marché). Telle est la position défendue par de nombreuses associations écologistes, qui espèrent être rejointes par les syndicats de salariés. Elles demandent un moratoire sur les nano-produits. Et des procédures d’évaluation des risques adaptées. Les ONG souhaitent aussi débattre de l’utilité sociale des nanotechnologies, en particulier dans le secteur alimentaire. Le gouvernement français a lancé en 2009 le plan Nano-Innov, qui vise à placer la France parmi les pays les plus en pointe sur les nanosciences, en encourageant la recherche fondamentale à travailler « avec les entreprises pour mettre au point des technologies, déposer des brevets, créer des produits ». 70 millions d’euros ont été consacrés l’an dernier à ce projet. En parallèle, aucun fonds n’est dédié aux études toxicologiques et aux impacts sanitaires et environnementaux.

Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, a souligné à l’occasion du lancement de ce plan l’excellence de la recherche nationale sur les nanotechnologies (5ème rang mondial [4]) mais se désole que seulement 290 brevets aient été déposés en 2005, ce qui représente moins de 2% des brevets mondiaux. Car le secteur peut rapporter gros. La National Science Foundation (NSF) américaine évalue le marché des nanotechnologies à mille milliards de dollars en 2015. Selon la Fondation Sciences citoyennes, les investissements en recherche et développement ont été quasiment multipliés par dix entre 1997 et 2003 (3,5 milliards d’euros), avec une prévision de croissance de 40 % par an. « Les chercheurs nous disent souvent : il suffit qu’on parle de ’nanotechnologies’ dans nos projets pour avoir de l’argent pour mener des recherches », commente Rose Frayssinet.

Les multinationales de la pharmacie et de l’agrochimie sont sur les rangs pour fabriquer davantage de nano-aliments. A l’opposé de systèmes alimentaires organisés localement et écologiquement soutenables, se prépare une nouvelle révolution alimentaire, basée sur l’accaparement par quelques firmes privées des éléments constitutifs de la matière et de notre alimentation. Après la malbouffe, nous voici transformés en cobayes de la nano-bouffe, avec le silence complice de l’État.

Agnès Rousseaux

Publicité de la chaîne de supermarché PriceChopper pour les nanotechnologies sur des boîtes de céréales [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Publicité pour le revêtement antibactérien « Silver Nano » à l’intérieur des réfrigérateurs SAMSUNG [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Notes :

[1] Taille de l’atome : 1 dixième de nanomètre, ADN : 10 nanomètres, protéines : 20 nanomètres.

[2] « Certaines nanoparticules peuvent traverser et/ou altérer les membranes plasmiques, nucléaires et mitochondriales, induire une peroxydation lipidique et la génération d’espèces réactives de l’oxygène elle-même à l’origine d’un stress oxydatif pouvant altérer des protéines et l’ADN ( Hong 200657 ; Xia 200658 ; Beck-Speier 200559 ; Lewinski et al. 200860 ; Stone 200761 ; Hussain et al., 200562) ». Source : Nanotechnologies et nanoparticules dans l’alimentation humaine et animale - AFSSA

[3] « Nanoparticles can cause DNA damage across a cellular barrier » Gevdeep Bhabra et al., Nature Nanotechnology (en ligne le 5 novembre 2009)

[4] avec 3 526 publications en 2006, soit 5,6% des publications mondiales

[url=http://www.bastamag.net/spip.php?article838 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?article838 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?article838[/url]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Lun 10 Mai 2010, 22:33

ESPIONNAGE GENERALISE DE LA PLANETE :
LA « SMART DUST » (« POUSSIERE INTELLIGENTE »)
EST PRETE A « TOUT SURVEILLER » !!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




ENGLISH : 'Smart dust' aims to monitor everything
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Chers amis,

L’ARTICLE REPUGNANT DES MASS MEDIAS PROSTITUES ET MENSONGERS (CNN) CI-DESSOUS NOUS PRESENTE LA POUSSIERE INTELLIGENTE (SMART DUST) ET NOUS SIGNALE QU’UNE MULTINATIONALE PUTRIDE (HEWLETT PACKARD) ET DES SCIENTI-FLICS FOUS ONT DEJA PREVU DE REPANDRE DES MILLIONS, DES MILLIARDS ET MEME DES BILLIONS (MILLIERS DE MILLIARDS) DE CAPTEURS MINUSCULES AFIN DE « TOUT SURVEILLER », ET CE SUR « TOUTE LA PLANETE » !!!

CET ARTICLE NOUS MENT EFFRONTEMENT LORSQU’IL PRETEND QUE LES CAPTEURS ACTUELS LES PLUS PETITS SONT « DE LA TAILLE D’UNE BOITE D’UNE TAILLE D’ALLUMETTES », ET LORSQU’IL NOUS FAIT CROIRE QUE LE NOM DE POUSSIERE INTELLIGENTE EST USURPE : NOUS NOUS SOUVENONS EN EFFET TOUS DE LA µ-CHIP (MU-CHIP) D’HITACHI, QUI POSSEDE LA TAILLE D’UN GRAIN DE POUSSIERE !

Ce n’est hélas pas le seul mensonge et la seule manipulation que l’on trouve dans ce ramassis de désinformation… On tente ainsi de nous faire croire à toute une série d’applications soi-disant « positives », alors que les applications les plus orwelliennes ont d’ores et déjà été prévues, comme nous avons pu le constater dans de nombreux autres articles !

Par exemple, en parlant des capteurs smart dust qui seraient répandus sur les places de parking, on a « omis » l’application la plus évidentes : que ces capteurs invisibles signalent à la police toute infraction, et permettent de distribuer des contredanses aux conducteurs en infraction.

CEPENDANT, EN LISANT BIEN L’ARTICLE, IL EST BIEN SIGNALE QUE CES CAPTEURS INFIMES ET SANS FIL SERVIRONT AUSSI A SURVEILLER LES GENS, ET QUE LES DEFENSEURS DE LIBERTES SONT FORT INQUIETS FACE AUX POSSIBILITES LIBERTICIDES DE CES DISPOSITIFS ODIEUX ET PRESQU'INVISIBLES A L'OEIL NU !

DE PLUS, LES RESEAUX DE CES CAPTEURS PEUVENT ETRE CONNECTES ET RELIES, CREANT AINSI D’IMMENSES BASES DE DONNEES QUI PEUVENT SE RECOUPER, AUGMENTANT ENCORE LE DANGER DE DICTATURE ! INUTILE D’ALLER PLUS LOIN POUR IMAGINER LES RISQUES IMMENSES QUE CETTE TECHNOLOGIE TOTALITAIRE EST CAPABLE DE FAIRE COURIR AUX LIBERTES ET A LA DEMOCRATIE !

Des milliers de capteurs minuscules ont DEJA été disséminés dans certaines grandes villes américaines (et européennes ?), ainsi que pour des expériences spécifiques. LE RISQUE N’EST DONC PLUS A METTRE AU FUTUR OU AU CONDITIONNEL, MAIS BIEN AU PRESENT !

L’article fourbe et sournois de CNN prend même le PRETEXTE PSEUDO-ECOLOGIQUE afin de justifier la mise en application de cette technologie malfaisante ! AINSI, ON UTILISE DES EXCUSES FAUSSEMENT BIENFAISANTES AFIN D’AMENER UNE TECHNOLOGIE EXCESSIVEMENT DANGEREUSE ET MALVEILLANTE. ON POUSSE MEME LE MENSONGE JUSQU'A L'IMMONDE, EN PRETENDANT QUE CETTE TECHNOLOGIE D'ESPIONNAGE PERMANENT NOUS AMENERA UN "FUTUR BRILLANT". ET ON POUSSE LE VICE JUSQU'A PRESENTER LES SALAUDS QUI METTENT CE GENRE DE TECHNOLOGIE NOCIVE EN APPLICATION COMME LES "SAUVEURS DU MONDE" ! . Abject !

JE LE REPETE ENCORE UNE FOIS : SI RIEN N’EST FAIT AU NIVEAU CITOYEN ET POPULAIRE POUR RENDRE CE GENRE DE TECHNOLOGIE INTERDIT ET ILLEGAL, NOUS ALLONS MORFLER… TRES BIENTOT !

L’article crapuleux, traduit pour vous en français, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Source Vic.


LA « SMART DUST » (« POUSSIERE INTELLIGENTE ») VISE A TOUT SURVEILLER

Par John D. Sutter, CNN
Le 3 mai 2010 - Mise à jour à 12:27 GMT (20:27 HKT)

Palo Alto, Californie (AP) - Dans les années 1990, un chercheur nommé Kris Pister imagina un AVENIR FANTASQUE OU LES GENS ARROSAIENT LA TERRE AVEC UN NOMBRE INCALCULABLE DE CAPTEURS MINUSCULES, PAS PLUS GRAND QUE DES GRAINS DE RIZ.

Ces particules de « SMART DUST » (« POUSSIERE INTELLIGENTE »), comme il les appelait, surveilleraient tout, agissant comme des terminaisons nerveuses électroniques pour la planète. Equipée d'une puissance de calcul, d’un équipement de détection, de radios sans fil et d’une batterie longue durée, LA POUSSIERE INTELLIGENTE EFFECTUERAIT DES OBSERVATIONS ET RELAIERAIT DES MONTAGNES DE DONNEES EN TEMPS REEL SUR LES GENS, LES VILLES ET LE MILIEU NATUREL.

A présent, une version de l’imaginaire de Pister concernant la poussière intelligente est en train de devenir réalité.

"C'est excitant. Cela a mis longtemps à venir", a déclaré Pister, professeur d’informatique à l'Université de Californie, à Berkeley (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ).

« J'ai inventé l'expression il y a 14 ans. Doc, la Smart Dust a pris un certain temps, mais elle est enfin là ».

Peut-être pas exactement comment il l’envisageait. Mais il y a eu des progrès.

LA DERNIERE NOUVELLE D’ACTUALITE PROVIENT DE LA SOCIETE INFORMATIQUE ET D'IMPRESSION HEWLETT-PACKARD, QUI A RECEMMENT ANNONCE QU'ELLE EST EN TRAIN DE TRAVAILLER SUR UN PROJET QU'ELLE APPELLE LE "CENTRAL NERVOUS SYSTEM FOR THE EARTH" ("SYSTEME NERVEUX CENTRAL POUR LA TERRE") (cf.http://www.hpl.hp.com/news/2009/oct-dec/cense.html ). DANS LES ANNEES QUI VIENNENT, LA SOCIETE PREVOIT DE DEPLOYER UN BILLION DE CAPTEURS SUR TOUTE LA PLANETE.

Ces dispositifs sans fil vérifieraient si les écosystèmes sont en bonne santé, détecteraient les tremblements de terre plus rapidement, prédiraient les tendances du trafic et surveilleraient la consommation d'énergie. L'idée est que des accidents pourraient être évités et que de l'énergie pourrait être sauvée si les gens savaient davantage de choses sur le monde en temps réel, au lieu de lorsque les travailleurs vérifient ces questions à l'occasion seulement.

HP FERA SON PREMIER PAS VERS CET OBJECTIF DANS DEUX ANS ENVIRON, a déclaré Pete Hartwell, un chercheur principal à au Laboratoires de Hewlett Packard, à Palo Alto. La société a élaboré DES PROJETS AVEC ROYAL DUTCH SHELL AFIN D'INSTALLER 1 MILLION DE CAPTEURS DE LA TAILLE D’UNE BOITE D'ALLUMETTES POUR AIDER L'EXPLORATION PETROLIERE en mesurant les vibrations de la roche et le mouvement, a-t-il dit. Ces capteurs, qui ont déjà été développés, couvriront une superficie de 6 miles carrés.

Ce sera le plus grand déploiement de poussière intelligente à ce jour, a-t-il dit.

« Nous pensons tout simplement qu’à présent, la technologie a atteint un point où il est tout à fait logique pour nous... de FAIRE SORTIR CELA (NDT : LA SMART DUST) DU LABORATOIRE ET DE LA FAIRE ENTRER DANS LA REALITE », a déclaré Hartwell.


De la poussière intelligente (moins la « poussière »)

Malgré le récent enthousiasme, il y a encore beaucoup de confusion dans l'industrie informatique concernant ce qu’est exactement la poussière intelligente.

Pour commencer, LES CAPTEURS QUI SONT EN TRAIN D’ETRE DEPLOYES ET MIS AU POINT AUJOURD'HUI SONT BEAUCOUP PLUS GRANDS ET ENCOMBRANTS QUE DES PARTICULES DE POUSSIERE. Les capteurs de chez HP – des accéléromètres comme ceux de l'iPhone et du Droid phone, mais environ 1.000 fois plus puissants - ont la TAILLE DE BOITES D'ALLUMETTES. Quand ils sont enfermés dans une boîte métallique pour leur protection, ils ont environ la taille d'une cassette VHS.

Alors, qu’est-ce qui rend un capteur smart dust différent d'une station météo ou d’un moniteur de trafic ?

La taille est un facteur. Les capteurs smart dust doivent être relativement petits et portables. Mais LA TECHNOLOGIE N'A PAS SUFFISAMMENT AVANCEE QUE POUR FABRIQUER DES CAPTEURS A L'ECHELLE DU MILLIMETRE POUR UNE UTILISATION COMMERCIALE (bien que les chercheurs de Berkeley essayent d’en faire un qui fasse un millimètre cube)(cf.http://robotics.eecs.berkeley.edu/%7Epister/SmartDust/ ).

Les CONNEXIONS SANS FIL constituent un grand élément qui fait la différence, également. Le thermostat d'un bâtiment est le plus probablement câblé. UN CAPTEUR SMART DUST POURRAIT MESURER LA TEMPERATURE, MAIS IL SERAIT ALIMENTE PAR PILES ET COMMUNIQUERAIT SANS FIL AVEC L'INTERNET ET AVEC D'AUTRES CAPTEURS.

LE NOMBRE DE CAPTEURS QUE L’ON TROUVE DANS LE RESEAU EST CE QUI REND VRAIMENT DIFFERENT UN PROJET DE POUSSIERE INTELLIGENTE COMPARE A D’AUTRES EFFORTS VISANT A ENREGISTRER LES DONNEES SUR LE MONDE, a déclaré Deborah Estrin (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ), un professeur d'informatique à l'Université de Californie de Los Angeles, qui travaille dans le secteur.

LES CHERCHEURS SUR LA SMART DUST (POUSSIERE INTELLIGENTE) ONT TENDANCE A PARLER EN TERMES DE MILLIONS, DE MILLIARDS ET DE BILLIONS.

Certains disent que la réalité s'est écartée si loin de la notion de poussière intelligente qu'il est temps de laisser tomber ce terme en faveur de quelque chose de moins sexy. "Réseaux de capteurs sans fil" (« Wireless sensor networks ») ou "mailles" (« meshes ») sont des termes qui trouvent une plus grande acceptation chez certains chercheurs.

Estrin a déclaré qu'il est important d'abandonner l'idée selon laquelle les capteurs de poussière intelligente seraient jetables.

Les capteurs doivent être CONÇUS A DES FINS SPECIFIQUES et se répandre sur les terres DE FAÇON INTENTIONNELLE - pas dispersés dans le vent, comme l’idée de la smart dust avait d'abord été lancée, dit-elle.


« La toile du monde réel »

Malgré ces différences, les chercheurs disent que la THEORIE DE LA POUSSIERE INTELLIGENTE SELON LAQUELLE SURVEILLER TOUT BENEFICIE A L'HUMANITE reste essentiellement inchangée.

Et il y a un certain nombre de projets du monde réel qui, d'une manière ou d'une autre, cherchent à utiliser des capteurs sans fil afin de prendre les signes vitaux de la Terre.

DES CAPTEURS SANS FIL SURVEILLENT ACTUELLEMENT DES EXPLOITATIONS AGRICOLES, DES USINES, DES CENTRES DE DONNEES ET DES PONTS afin de promouvoir l'efficacité et la compréhension concernant la façon dont ces systèmes fonctionnent, ont dit les chercheurs au cours d’interviews.

DANS TOUS CES CAS, LES RESEAUX DE CAPTEURS SONT DEPLOYES DANS UN BUT PRECIS.

Par exemple, UNE SOCIETE APPELEE STREETLINE (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ) A INSTALLE 12.000 CAPTEURS SUR DES PLACES DE PARKING ET DES AUTOROUTES DE SAN FRANCISCO. LES CAPTEURS NE SAVENT PAS TOUT CE QUI SE PASSE SUR CES PLACES DE PARKING. Ils sont équipés de magnétomètres afin de capter si oui ou non un énorme objet en métal - une voiture, on espère – se trouve sur la place de parking.

Ces données seront bientôt disponibles pour les gens, qui pourront les utiliser pour savoir où se garer, a déclaré Tod Dykstra, chef de la direction de Streetline.

Cela indiquera également à la ville si les compteurs sont arrivés à expiration.

D'autres capteurs sont équipés pour mesurer les vibrations DANS LES USINES et les raffineries de pétrole afin de repérer les problèmes et les inefficacités des machines avant que ceux-ci ne causent des ennuis. D'AUTRES ENCORE POURRAIENT RECOLTER DES DONNEES SUR LA TEMPERATURE, LA COMPOSITION CHIMIQUE OU LES SONS. DE MINUSCULES CAMERAS OU RADARS PEUVENT AUSSI ETRE COLLES AU RESEAU DE COLLECTE DES DONNEES POUR DETECTER LA PRESENCE DE PERSONNES OU DE VEHICULES.

LA PUISSANCE DE CES RESEAUX EST QU'ILS PEUVENT EVENTUELLEMENT ETRE RELIES, a déclaré David Culler (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ), professeur de sciences informatiques à l'Université de Californie de Berkeley.

Culler dit que LE DEVELOPPEMENT DE CES RESEAUX DE CAPTEURS SANS FIL EST ANALOGUE A LA CREATION DU WORLD WIDE WEB. CE QUI EST CREE AVEC L'IDEE DE LA SMART DUST EST UNE « TOILE MONDIALE REELLE », a-t-il dit.

Mais il dit que nous ne sommes encore qu’au début de cette progression.

« Le Netscape [pour les] réseaux de capteurs sans fil n'est pas encore tout à fait arrivé », a-t-il dit.


L’effet Big Brother

Même lorsqu'ils sont déployés pour la science ou pour le public, CERTAINES PERSONNES CONTINUENT DE RESSENTIR UNE IMPRESSION BIG BROTHER - LA SENSATION INCONFORTABLE D'ETRE SOUS UNE SURVEILLANCE CONSTANTE ET SECRETE - A L'IDEE DE PLACER DES MILLIARDS DE MOUCHARDS DANS LE MONDE ENTIER.

« C'EST UNE INVASION POTENTIELLE DE LA VIE PRIVEE TRES, TRES, TRES IMPORTANTE PARCE QUE NOUS PARLONS DE TRES, TRES PETITS CAPTEURS QUI PEUVENT ETRE INDETECTABLES, ET CE DE MANIERE EFFICACE », a déclaré Lee Tien (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ), avocat à l'Electronic Frontier Foundation, et défenseur de la vie privée.

"ILS SONT LA EN SI GRAND NOMBRE QUE VOUS NE POUVEZ PAS VRAIMENT FAIRE QUOI QUE CE SOIT A LEUR SUJET EN TERMES DE CONTRE-MESURES FACILES".

Cela ne signifie pas que les chercheurs devraient cesser de travailler sur la poussière intelligente. Mais ils devraient FAIRE ATTENTION A LA VIE PRIVEE à mesure que le travail progresse, a-t-il dit.

Pister a dit que les fréquences sans fil que les capteurs de poussière intelligentes utilisent pour communiquer – et QUI FONCTIONNENT UN PEU COMME LE WI-FI - ont une sécurité qui leur est intégrée. Donc, les données ne sont publiques que si la personne ou l'entreprise qui a installé le capteur veut qu'elles le soient, a-t-il dit.

« DE TOUTE EVIDENCE, IL Y A DES PROBLEMES DE SECURITE ET DE VIE PRIVEE (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ) », a-t-il dit, « et la bonne nouvelle, c'est que lorsque la technologie radio était en train d’être mise au point pour ce truc, c’était peu de temps après toutes les grandes préoccupations sur la sécurité du Wi-Fi… Nous avons tous les outils de sécurité dont nous avons besoin là-dessous afin de rendre cette information privée ».

D'AUTRES PROBLEMES DE VIE PRIVEE PEUVENT SURVENIR SI UNE AUTRE VISION DE LA POUSSIERE INTELLIGENTE DEVIENT REELLE. CERTAINS CHERCHEURS CHERCHENT A TRANSFORMER LES TELEPHONES MOBILES EN CAPTEURS.

Dans ce scénario, les milliards de personnes (cf. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ) qui errent sur la Terre avec des téléphones portables deviennent la « poussière intelligente ».


Un avenir brillant

Les chercheurs sur la poussière intelligente disent que leur théorie de SURVEILLER LE MONDE – peu importe comment elle est réalisée - bénéficiera aux personnes et à l'environnement.

Davantage d'information est une meilleure information, a dit Pister.

« Avoir plus de capteurs améliore l'efficacité d'un système, réduit la demande et réduit les déchets », dit-il. « Donc, tout cela est simplement de la bonté directe ».

Hartwell, le chercheur de chez HP, dit que le seul moyen dont les gens peuvent lutter contre d'énormes problèmes tels que le changement climatique et la perte de biodiversité est d'avoir plus d'informations sur ce qui se passe.

« Franchement, je pense que nous devons le faire, à partir d'un point de vue environnemental et de durabilité », a-t-il dit.

Bien que la première application du projet de HP du "système nerveux central pour la Terre" sera commerciale, Hartwell dit que les motivations qui se trouvent derrière la smart dust sont altruistes.

« Les gens me demandent en quoi consiste mon travail, et je leur dis eh bien, je vais sauver le monde », a-t-il dit.


revoir ce post

Post-it:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Aller à la page: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Sam 02 Oct 2010, 14:24

Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Lun 04 Oct 2010, 22:04

Citation :





(Paris) Que diriez-vous si vos enfants étaient surveillés au service de garde ou à l'école par l'entremise de puces électroniques intégrées à leurs vêtements ou leurs cartables?
En France, l'idée passe très mal, comme vient de le constater à ses dépens une firme de haute technologie de la région toulousaine, Lyberta, qui a suscité une levée de boucliers en annonçant un projet-pilote de ce type.

Le quotidien Le Parisien a révélé il y a quelques semaines que l'entreprise entendait lancer en 2011 dans un service de garde non identifié de la région parisienne une «expérimentation» avec un système incorporant des puces pour assurer la sécurité des enfants.

Ces puces, dites de type RFID, permettent de sto-cker quelques informations de base et peuvent être lues à distance. De plus en plus répandues, elles sont utilisées notamment pour la gestion de stocks, mais aussi pour le contrôle du bétail et l'identification des animaux domestiques.

Le PDG de Lyberta, Patrick Givanovitch, a expliqué que le projet prévoyait l'installation de sondes «un peu partout» dans le service de garde pour établir une cartographie complète du bâtiment. «Grâce à la puce portée par chaque enfant, il sera possible de savoir instantanément si l'un d'eux quitte (les lieux)», a-t-il précisé.

La Ville de Paris a rapidement publié un communiqué pour dénoncer le projet en relevant qu'il ne devait pas se tenir dans un des établissements financés par ses services.

L'administration juge l'initiative à la fois «inefficace, inutile, anxiogène et contraire aux valeurs éthiques et professionnelles».

Christophe Nadjovski, adjoint de la Ville chargé de la petite enfance, affirme qu'il y voit «une dérive inquiétante, celle d'une société de surveillance et de contrôle».

Parents inquiets

Une porte-parole de la Ville a expliqué hier que les autorités s'étaient senties tenues de réagir pour rassurer la population. «Nous avons eu beaucoup d'appels de parents inquiets», a dit Krystel Lessard.

Plusieurs spécialistes sont montés au front, dont Dominique Ratia-Armengol, qui chapeaute l'Association nationale des psychologues de la petite enfance. L'introduction d'une «cage virtuelle» est effrayante et risquerait de mener à un appauvrissement des liens humains et du soutien auquel les enfants ont droit, dit-elle.

Les réserves exprimées ont secoué Lyberta, qui a annoncé cette semaine à La Presse son intention de faire une croix sur l'expérience projetée dans le service de garde.

«Je ne veux pas aller dans un combat éthique, je travaille sur le plan pratique», a expliqué le PDG de l'entreprise, qui accuse les médias d'avoir dramatisé la portée de l'affaire.

L'objectif n'était pas de suivre les enfants à la trace, mais simplement de s'assurer qu'ils se trouvent toujours dans un périmètre de sécurité établi, souligne M. Givanovitch, qui parle de «détection» et récuse le terme «surveillance».

Rien à voir, dit-il, avec l'expérience menée depuis la rentrée par une école maternelle de Richmond, en Californie, qui dote chaque matin les enfants d'un dossard comportant une puce.

Les déplacements des enfants peuvent être suivis sur un écran, et des codes de couleur permettent d'alerter les responsables si le nombre d'enseignants est insuffisant ou si l'un des enfants s'approche d'une sortie ou quitte les lieux.

Dans les aéroports

L'entreprise Lyberta n'est pas la seule à songer à utiliser la technologie à des fins de ce type sur le continent. Même la Commission européenne, qui a émis des balises à ce sujet, contribue au financement d'un projet, baptisé Optag, visant à éviter les retards dans les aéroports. Les passagers seraient munis de cartes d'embarquement intégrant des puces RFID de manière à pouvoir être retracés rapidement s'ils omettent de se présenter à temps à la porte prévue.

L'initiative a fait bondir la Commission nationale de l'informatique et des libertés, qui évalue en France les atteintes à la vie privée pouvant découler de l'introduction de nouvelles technologies.

Son président, Alex Türk, juge le projet Optag «extrêmement inquiétant». «On assiste à un changement de nature profond de la société, qui fait qu'on peut de moins en moins se retrouver seul et incognito», a-t-il déclaré à la revue VSD.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Sam 09 Oct 2010, 18:07

Les Chemtrails et la Guerre BiologiqueDes millions dépensés dans les tests de guerre bactériologiqueLa plus grande partie de la Grande-Bretagne a été exposée aux bactéries répandues pendant des tests secrets.Antony Barnett, rédacteur d’affaires publiques
Le Ministère de la Défense a transformé de grandes parties du pays en un laboratoire géant pour conduire une série de tests secrets de guerre bactériologique sur le public.Un rapport gouvernemental récemment déclassé fournit pour la première fois une histoire officielle complète des tests d’armes biologiques de la Grande-Bretagne entre 1940 et 1979.
Beaucoup de ces tests consistaient à répandre des produits chimiques potentiellement dangereux et des micro-organismes sur de vastes pans de la population sans que le public en soit averti.Tandis que les détails de certains tests secrets ont été révélés ces dernières années, le rapport gouvernemental de 60 pages dévoile, lui, de nouvelles informations sur plus de 100 expériences classées secrètes.
Ce rapport révèle que le personnel militaire était formé pour dire à tout « enquêteur curieux » que les tests faisaient partie de projets de recherche sur le climat et la pollution de l’air.
Les tests, réalisées par les scientifiques gouvernementaux à Porton Down, ont été conçus pour aider le Ministère de la Défense à évaluer la vulnérabilité de la Grande-Bretagne si les Russes répandaient des nuages bactériologiques mortels sur le pays.Dans la plupart des cas, les tests n’ont pas utilisé d’armes biologiques mais des alternatives dont les scientifiques pensaient qu’elles simuleraient une guerre bactériologique et que le Ministère de la Défense considéraient comme inoffensives. Mais dans certaines régions du pays, des familles ayant des enfants avec les anomalies congénitales demandent une investigation publique.Un chapitre du rapport – « Les tests de Particules Fluorescentes » – révèle comment, entre 1955 et 1963, des avions volèrent du Nord-Est de l’Angleterre jusqu’au bout des Cornouailles le long des côtes Sud et Ouest, en répandant d’énormes quantités de Sulfure double de Cadmium et de Zinc sur la population. Le produit chimique a dérivé des miles à l’intérieur des terres, sa fluorescence permettant à l’épandage d’être localisé. Dans un autre test avec du Sulfure double de Cadmium et de Zinc, un générateur a été remorqué le long d’une route près de Frome dans le Somerset où il a déversé le produit chimique pendant une heure.
Alors que le Gouvernement a insisté sur le fait que le produit chimique était sans danger, le Cadmium est reconnu comme une cause de cancer du poumon et pendant la Deuxième Guerre Mondiale, il fut considéré par les Alliés comme une arme chimique.Dans un autre chapitre – « Les Grands Tests d’épandage de Région » – le Ministère de la Défense décrit comment, entre 1961 et 1968, plus d’un million de personnes le long de la côte sud de l’Angleterre, de Torquay jusqu’à New Forest, ont été exposées aux bactéries incluant l’e.coli et le bacillus globigii qui imite l’Anthrax. Ces épandages venaient d’un navire militaire – l’Icewhale – ancré vers la côte de Dorset, qui a répandu les micro-organismes dans un rayon de 8 à 16 Km.
Le rapport révèle aussi des détails sur les tests de DICE dans le sud de Dors entre 1971 et 1975. Des scientifiques militaires du Royaume-Uni et des Etats-Unis sont impliqués dans l’épandage de quantités massives de bactéries serratia marcescens par voies aériennes, avec un substitut de l’Anthrax et du Phénol.Des bactéries semblables ont été répandues dans « les Tests de Sabotage » entre 1952 et 1964. Ceux-ci étaient des tests pour déterminer la vulnérabilité de grands bâtiments gouvernementaux et de transport public en cas d’attaque. En 1956, les bactéries ont été répandues dans le Métro de Londres à l’heure du déjeuner le long de la Ligne du Nord entre Colliers Wood et Tooting Broadway. Les résultats montrent que les bactéries ont été dispersées sur environ 16 Km. Des tests semblables ont été conduits dans les tunnels passant sous les bâtiments gouvernementaux dans le Whitehall.Les expériences conduites entre 1964 et 1973 ont consisté à répandre des bactéries sur des fils de toiles d’araignées placées dans des boîtes, pour évaluer comment les germes survivraient dans différents environnements. Ces tests ont été réalisés dans une douzaine d’endroits à travers le pays, incluant l’extrême Ouest de Londres, Southampton et Swindon. Le rapport donne aussi des détails de plus d’une douzaine de petits essais sur le terrain entre 1968 et 1977.Ces dernières années, le Ministère de la Défense a chargé deux scientifiques de reconsidérer la sécurité de ces tests. Tous les deux ont déclaré qu’il n’y avait aucun risque pour la santé publique, bien que l’un ait suggéré que les personnes âgées ou des personnes souffrant de maladies respiratoires pouvaient avoir été sérieusement touchées si elles avaient inhalé des quantités importantes de bactéries.
Cependant, certaines familles dans les régions qui ont porté le poids de ces tests secrets, sont convaincues que les expériences sont responsables des maladies congénitales, des handicaps physiques et des difficultés d’apprentissage de leurs enfants.David Orman, un officier militaire de Bournemouth, demande une enquête publique. Sa femme, Janette, est née dans l’Est de Lulworth à Dorset, près des lieux où beaucoup de tests furent pratiqués. Elle a fait une fausse couche et a donné naissance ensuite à un fils avec une infirmité motrice cérébrale. Les trois soeurs de Janette, nées elles aussi dans le village pendant que les tests étaient réalisés, ont également donné naissance à des enfants avec des problèmes de santé inexpliqués, tout comme un certain nombre de leurs voisins.L’autorité de santé locale a dénié le fait qu’il y ait une corrélation, mais Orman pense autrement. Il dit : « Je suis convaincu que quelque chose de terrible est arrivé. Le village était une communauté étroitement unie et avoir tant d’anomalies congénitales sur un laps de temps si court doit être plus qu’une simple coïncidence. »Les gouvernements successifs ont essayé de maintenir le secret sur les détails des tests de guerre bactériologique. Pendant que les rapports d’un certain nombre de tests ont émergé au cours des années du Bureau des Dossiers Publics, ce dernier document du Ministère de la Défense – qui a été publié par le député démocrate libéral Norman Baker – donne la version officielle la plus complète à ce jour des tests de guerre biologique.Baker a déclaré : « Je félicite le fait que le Gouvernement ait finalement publié ces renseignements, mais je me demande pourquoi il a pris autant de temps. Il est inacceptable que l’on ait traité les gens comme des cobayes sans qu’ils en aient connaissance et je veux être sûr de la véracité des affirmations du Ministère de la Défense comme quoi ces produits chimiques et bactéries utilisés étaient sans danger. »Le rapport du Ministère de la Défense retrace l’historique de la recherche du Royaume-Uni dans la guerre bactériologique comme remontant à la Deuxième Guerre Mondiale quand Porton Down a produit 5 millions de doses d’alimentations bovines remplies des spores mortelles d’Anthrax qui auraient été envoyées en Allemagne pour tuer leur bétail. Il donne aussi des détails des infâmes expériences d’Anthrax à Gruinard sur la côte écossaise dont l’île fut si contaminé qu’on ne pouvait plus y habiter jusqu’à la fin des années 1980.Le rapport confirme aussi l’utilisation d’Anthrax et d’autres bactéries mortelles sur des tests à bord de navires dans les Caraïbes et la côte écossaise pendant les années 1950. Les documents décrivent : « l’approbation tacite pour les tests de simulation où le public devait être exposé, était fortement sous l’influence des considérations du Ministère de la Défense visant évidemment à restreindre la connaissance public. Une des raisons évoquées était le besoin d’éviter l’affolement et l’inquiétude du public au sujet de la vulnérabilité de la population civile face à une guerre biologique ».Sue Ellison, le porte-parole de Porton Down (Porton Down est un parc scientifique militaire) a déclaré : « Des rapports indépendants de scientifiques éminents ont montré qu’il n’y avait aucun danger pour la santé publique concernant ces tests et épandages qui ont été réalisés, au contraire, pour protéger le public. »
Elle a aussi ajouté : « Les résultats de ces tests sauveront des vies, au cas où le pays ou nos forces feraient face à une attaque avec des armes chimiques et des armes biologiques. »
A la question de savoir si de tels tests étaient encore effectués, elle a répondu : « Ce n’est pas notre politique de discuter des recherches en cours. »antony.barnett@observer.co.ukSource : article original du guardian
guardian.co.uk

Utilisez votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le!
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: L’industrie pharmaceutique va commencer à insérer des micro-   Mer 24 Nov 2010, 12:11


L’industrie pharmaceutique va commencer à insérer





des micro-puces dans des médicaments


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




mardi 23 novembre 2010 par NewsOfTomorrow

(Source : Naturalnews via Noxmail de Jonathan, Par Mike Adams. Traduction : la-matrice pour Conspipedia)

Les "labos" veulent entrer au domicile des patients

Kodak qui a inventé la micropuce à avaler. Les laboratoires pharmaceutiques revendiquent le droit d’entrer au domicile des patients pour surveiller la prise de leurs "traitements", et le nouveau projet de loi sur la psychiatrie en France prévoit un suivi contraignant des personnes qu’on aura décidé de placer sous médication, même en ambulatoire :

C’est dans ce genre de cadre que le médicament à puce électromagnétique sera un outil précieux pour la dictature !!!



L’industrie pharmaceutique va commencer à insérer des micro-puces dans des médicaments

L’ère du micro-puçage pharmaceutique est maintenant devant nous. Novartis AG, l’une des plus importantes sociétés pharmaceutiques dans le monde, a dévoilé un projet afin de commencer à implanter des micro-puces dans des médicaments dans le but de créer une technologie de « pilule intelligente ».

La technologie de micro-puçage est brevetée par Proteus Biomedical à Redwood City, Californie. Une fois activée par l’acide de l’estomac, la micro-puce intégrée commence à détecter son environnement et à émettre des données à un récepteur utilisé par le patient. Ce récepteur est également un émetteur qui peut envoyer les données par Internet à un médecin.

L’idée derrière tout cela est de créer des « pilules intelligentes » qui peuvent détecter ce qu’il se passe dans le corps et délivrer cette information au médecin du patient. Novartis prévoit de commencer à micro-pucer ses médicaments anti rejet de transplantation d’organe et puis potentiellement étendre le micro-puçage à d’autres produits de sa gamme pharmaceutique. Cette même technologie pourrait également bientôt se retrouver dans des pilules fabriquées par d’autres sociétés pharmaceutiques.

Les meilleurs programmes mis en avant…

En surface, tout cela paraît bien, mais les lecteurs de NaturalNews (site original de l’article) ont certainement tout un tas de questions sceptiques à propos de cette technologie. Pour commencer, Novartis ne prévoit apparemment pas de réaliser des essais cliniques qui pourraient prendre en compte les problèmes de sécurité liés à l’ingestion de micro-puces. « Novartis ne s’attend pas à devoir conduire des essais cliniques approfondis afin de prouver que les nouveaux produits fonctionnent », rapporte Reuters. « A la place, son but est de réaliser de soi-disant tests de bio-équivalence afin de montrer que ce sont les mêmes que les originaux. » (reuters)

Mais j’ai une question : quels produits chimiques ou quels métaux lourds sont-ils présents dans la micro-puce elle-même ? Une micro-puce qui transmet des données doit évidemment posséder une source d’énergie, ce qui signifie qu’elle doit avoir une très petite batterie ou un genre de condensateur. Les matériaux utilisés dans les condensateurs et les batteries, à ma connaissance, sont toxiques pour le corps humain et ne devraient jamais être avalés.

Les micro-puces ne sont pas de la nourriture et le fait de les avaler semble dangereux pour votre santé, particulièrement si vous ingérez plusieurs micro-puces par jour.

La confidentialité des données

Un autre problème important soulevé par les micro-puces qui transmettent des données concerne leur confidentialité. Si ces micro-puces émettent de l’information, alors cette information peut évidemment être collecté par tout ce qui se trouve à proximité, y compris éventuellement par des individus peu scrupuleux ou des organisations qui pourraient en faire une mauvaise utilisation.

Par exemple, supposons qu’une pharmacie locale installe un détecteur de signal de micro-puce dans leur porte d’entrée principale dans le but de suivre les gens qui émettent des données de « médication ». Ils pourraient alors théoriquement décoder cette donnée et l’utiliser afin de déterminer quelle maladie affecte le client, et puis vendre des produits pharmaceutiques génériques faisant office de substitution.

Des agents gouvernementaux pourraient être équipés de « scanners à micro-puce pharmaceutique » qui déterminent quelles pilules vous prenez en ce moment. Ceci pourrait être utilisé afin de violer votre vie privée en partageant cette information avec d’autres agences gouvernementales ou même en la vendant à un tiers, comme des sociétés de marketing.

Je doute clairement du fait que les données transmises par ces micro-puces dans ces pilules seront codées car le cryptage nécessite une véritable puissance de traitement, et dans ces toutes petites micro-puces, il n’y a pas vraiment de place pour une unité de traitement ou une source d’énergie. Très probablement, elles vont transmettre des signaux bruts, non traités, qui peuvent être détectés et décodés plutôt facilement.

Souvenez-vous de prendre vos médicaments

Mais la partie la plus effrayante à propos de ces micro-puces médicales est le fait que cette technologie sera utilisée afin de s’assurer que les gens prennent bien leur traitement. Les compagnies pharamaceutiques perdent des milliards de dollars par an (d’après elles) à cause des patients qui oublient de prendre leurs pilules. Bien entendu, l’une des raisons pour lesquelles ils oublient de prendre leurs pilules est qu’une grande partie des produits pharmaceutiques provoquent des dégâts aux fonctions cognitives, mais cela est ici hors-sujet.

Cette technologie de pilule micro-puce intelligente va donc probablement être utilisée pour traquer les pilules que les patients auront prises afin qu’il leur soit « gentiment rappelé » de prendre les éventuelles pilules qu’ils auraient oubliés de prendre. Dans le domaine du marketing, cela s’appelle un « programme de continuité ». C’est un moyen destiné à s’assurer que des ventes répétitives se produisent de façon régulière. Dans ce contexte, le micro-puçage des pilules profite aux compagnies pharmaceutiques, mais pas nécessairement aux patients. C’est particulièrement vrai lorsque l’on considère ces produits pharmaceutiques qui sont nocifs pour la santé humaine – et nous savons tous que le marché pharmaceutique est rempli de pilules dont on a plus tard découvert qu’elles étaient extrêmement dangereuses voire mortelles (quelqu’un se rappelle-t-il du Vioxx ?).

Le futur : les scanners à médicaments de la police et les scanners à médicaments des employeurs

Maintenant, il y a peut-être un effet secondaire intéressant à propos de tout cela : les employeurs qui réalisent des entretiens pour des candidats à un travail potentiel pourraient être capable d’acheter (ou de fabriquer) un simple scanner à médicaments qui détecte la présence d’un signal de transmission d’une micro-puce pharmaceutique.

Ceci pourrait être très utile pour des employeurs qui ne souhaitent pas engager des personnes sous traitement. Ils vous invitent pour un entretien et scannent discrètement à la recherche de données de transmission médicales. Une lumière rouge les prévient lorsque vous émettez des données médicales, et ils vous disent calmement que l’entretien est terminé et « nous vous recontacterons ».

Les employeurs sont en ce moment dépassés par les coûts de l’assurance maladie. Cela pourrait fournir une méthode simple et facile pour les entreprises afin qu’elles évitent de recruter quelqu’un susceptible d’être un fardeau pour leurs programmes d’assurance maladie (d’après leurs opinions). Je ne suis pas nécessairement d’accord avec cette utilisation de cette technologie ; Je dis juste que c’est une méthode qui sera probablement utilisée par les employeurs afin d’acarter les employés qui sont sous traitement.

Les policiers pourraient également utiliser un scanner similaire afin de déterminer si un conducteur sur une scène d’accident pourrait être affecté par des médicaments. Voilà une utilisation que je cautionne. Les routes d’aujourd’hui sont remplies de conducteurs affaiblis mentalement qui sont littéralement drogués aux médicaments. A propos, le problème est en fait bien plus grave que des conducteurs ivres, et pourtant jusqu’à présent rien n’est fait afin de combattre ce problème de « conducteurs sous médicaments » (la plupart des personnes ne savent même pas que ce problème existe).

Si les personnes qui prennent des médicaments émettent ces informations par l’intermédiaire de toutes les micro-puces qu’elles avalent, dans ce cas, analyser la présence de médicaments est simple. C’est même encore plus simple qu’un alcootest car cela ne nécessite aucune action de la part du sujet test. Le policier appuie simplement sur un bouton, patiente deux secondes, et peut alors déterminer si vous émettez des données médicales. Jusque là, vous pourriez être arrêté en étant suspecté de « conduite sous traitement ».

Une autre raison de ne pas prendre de médicaments

Il y a bien évidemment une tonne de questions sans réponses et même des risques potentiels quant à l’ingestion de produits pharmaceutiques à micro-puces. Pour certaines personnes, les problèmes de vie privée sont les plus importants de tous, car évidemment, qui souhaite émettre des données sur le fait qu’il prend des médicaments ?

Je ne prends pas de produits pharmaceutiques, évidemment, et la plupart des lecteurs de NaturalNews les évitent également. Le fait que les médicaments seront bientôt micro-pucés est encore une fois une bonne raison de trouver une façon plus holistique de prendre soin de notre santé. Ne misez pas votre vie (et votre vie privée) sur les pilules de l’industrie pharmaceutique. Optez pour un mode de vie holistique et sain basé sur des aliments biologiques, nutritifs, de l’exercice régulier et le refus de tous les produits chimiques (synthétiques) d’origine humaine, et vous n’aurez probablement jamais besoin de produits pharmaceutiques durant votre vie entière.

L’ère du micro-puçage des peuples et du micro-puçage des médicaments se trouve devant nous. Etant donné ce que fait l’agence nationale Américaine de sécurité dans les transports (TSA) avec les scanners corporels (naturalnews), vous pouvez clairement imaginer ce que Big Brother fera avec vos données médicales que vous pourriez émettre depuis l’intérieur de votre corps.

En fait, l’idée même d’avoir une micro-puce qui émet des données depuis l’intérieur de votre corps pourrait vous faire signaler comme terroriste potentiel par la TSA, qui pourra alors procéder à une fouille des parties génitales et à une pression de la poitrine dans le cadre de leur nouvelle technique incertaine de « fouille approfondie » (naturalnews).

La meilleure façon d’éviter tout cela est de simplement manger vos légumes et boire vos nutraceutiques (superfood). Ne devenez pas un sujet traçable et micro-pucé de l’industrie médicale qui souhaite transformer votre corps en un centre de profit par produits chimiques.

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Mer 24 Nov 2010, 14:07

j oubliais :
VOTRE CARTE D’IDENTITE COMME MOYEN DE PAYEMENT

Rédaction en ligne

Mercredi 27 octobre 2010, 15:35

LA CARTE D’IDENTITE ELECTRONIQUE PEUT DESORMAIS SERVIR DE MOYEN DE PAIEMENT. Les sociétés Loyaltek et Proxyclick ont présenté cette nouvelle application, qualifiée de « PREMIERE MONDIALE ».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Belga

La présentation de cette nouvelle application a eu lieu en compagnie du ministre fédéral POUR L’ENTREPRISE Vincent Van Quickenborne et du ministre bruxellois DE L’ECONOMIE Benoît Cerexhe. Le premier s’est félicité de cette nouvelle application pour l’eID tandis que le second a souligné le dynamisme de la région bruxelloise.

Actuellement, le système de paiement ne peut être utilisé qu’en deux endroits, dont la société Yara. Le directeur de la société bruxelloise Loyaltek -qui met au point des terminaux électroniques et les programmes qui les accompagnent- Robert Masse, estime cependant qu’il existe une grande demande. Des discussions ont également lieu avec Atos Worldline, l’entreprise qui gère les paiements électroniques en Belgique. « Mais a priori, nous voulons proposer les terminaux et systèmes de paiement dans des environnements bien déterminés », a expliqué Robert Masse.

CONCRETEMENT, LA CARTE D’IDENTITE ELECTRONIQUE EST RELIEE A UN COMPTE DE PROXYCLICK, SOCIETE OFFRANT DES REPAS EN LIGNE. LE TRAVAILLEUR PRESENT DANS LE REFECTOIRE ENCODE, POUR PAYER, LE CODE PIN DE SA CARTE D’IDENTITE DANS LE TERMINAL DE PAIEMENT. LEQUEL ASSURE LA LIAISON ENTRE LA CARTE D’IDENTITE ET LE COMPTE A DEBITER.

EN PRATIQUE, LE CONSOMMATEUR POURRA LIER SA CARTE D’IDENTITE A DIFFERENTS MOYENS DE PAIEMENT BANCAIRES OU NON-BANCAIRES.
CE SYSTEME POURRAIT S’APPLIQUER A L’AVENIR DANS D’AUTRES CONTEXTES, COMME LES ECOLES OU LES HOPITAUX.

(Belga)
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Dim 28 Nov 2010, 16:02

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Mar 11 Jan 2011, 22:08

Big Pharma va implanter des micro-puces dans les médicaments!
Mondialisation.ca, Le 19 novembre 2010
Natural News Go to the original: http://www.naturalnews.com/030341_microchips_drugs.html




par Mike Adams, directeur de publication


L’ère du micro-puçage pharmaceutique est maintenant devant nous. Novartis AG, l’une des plus importantes sociétés pharmaceutiques dans le monde, a dévoilé un projet afin de commencer à implanter des micro-puces dans des médicaments dans le but de créer une technologie de « pilule intelligente ».

La technologie de micro-puçage est brevetée par Proteus Biomedical à Redwood City, Californie. Une fois activée par l’acide de l’estomac, la micro-puce intégrée commence à détecter son environnement et à émettre des données à un récepteur utilisé par le patient. Ce récepteur est également un émetteur qui peut envoyer les données par Internet à un médecin.

L’idée derrière tout cela est de créer des « pilules intelligentes » qui peuvent détecter ce qu’il se passe dans le corps et délivrer cette information au médecin du patient. Novartis prévoit de commencer à micro-pucer ses médicaments anti rejet de transplantation d’organe et puis potentiellement étendre le micro-puçage à d’autres produits de sa gamme pharmaceutique. Cette même technologie pourrait également bientôt se retrouver dans des pilules fabriquées par d’autres sociétés pharmaceutiques.

Les meilleurs programmes mis en avant…

En surface, tout cela paraît bien, mais les lecteurs de NaturalNews (site original de l’article) ont certainement tout un tas de questions sceptiques à propos de cette technologie. Pour commencer, Novartis ne prévoit apparemment pas de réaliser des essais cliniques qui pourraient prendre en compte les problèmes de sécurité liés à l’ingestion de micro-puces. « Novartis ne s’attend pas à devoir conduire des essais cliniques approfondis afin de prouver que les nouveaux produits fonctionnent », rapporte Reuters. « A la place, son but est de réaliser de soi-disant tests de bio-équivalence afin de montrer que ce sont les mêmes que les originaux. » (http://www.reuters.com/article/idUSTRE6A754720101108)

Mais j’ai une question : quels produits chimiques ou quels métaux lourds sont-ils présents dans la micro-puce elle-même ? Une micro-puce qui transmet des données doit évidemment posséder une source d’énergie, ce qui signifie qu’elle doit avoir une très petite batterie ou un genre de condensateur. Les matériaux utilisés dans les condensateurs et les batteries, à ma connaissance, sont toxiques pour le corps humain et ne devraient jamais être avalés.

Les micro-puces ne sont pas de la nourriture et le fait de les avaler semble dangereux pour votre santé, particulièrement si vous ingérez plusieurs micro-puces par jour.

La confidentialité des données

Un autre problème important soulevé par les micro-puces qui transmettent des données concerne leur confidentialité. Si ces micro-puces émettent de l’information, alors cette information peut évidemment être collecté par tout ce qui se trouve à proximité, y compris éventuellement par des individus peu scrupuleux ou des organisations qui pourraient en faire une mauvaise utilisation.

Par exemple, supposons qu’une pharmacie locale installe un détecteur de signal de micro-puce dans leur porte d’entrée principale dans le but de suivre les gens qui émettent des données de « médication ». Ils pourraient alors théoriquement décoder cette donnée et l’utiliser afin de déterminer quelle maladie affecte le client, et puis vendre des produits pharmaceutiques génériques faisant office de substitution.

Des agents gouvernementaux pourraient être équipés de « scanners à micro-puce pharmaceutique » qui déterminent quelles pilules vous prenez en ce moment. Ceci pourrait être utilisé afin de violer votre vie privée en partageant cette information avec d’autres agences gouvernementales ou même en la vendant à un tiers, comme des sociétés de marketing.

Je doute clairement du fait que les données transmises par ces micro-puces dans ces pilules seront codées car le cryptage nécessite une véritable puissance de traitement, et dans ces toutes petites micro-puces, il n’y a pas vraiment de place pour une unité de traitement ou une source d’énergie. Très probablement, elles vont transmettre des signaux bruts, non traités, qui peuvent être détectés et décodés plutôt facilement.

Souvenez-vous de prendre vos médicaments

Mais la partie la plus effrayante à propos de ces micro-puces médicales est le fait que cette technologie sera utilisée afin de s’assurer que les gens prennent bien leur traitement. Les compagnies pharamaceutiques perdent des milliards de dollars par an (d’après elles) à cause des patients qui oublient de prendre leurs pilules. Bien entendu, l’une des raisons pour lesquelles ils oublient de prendre leurs pilules est qu’une grande partie des produits pharmaceutiques provoquent des dégâts aux fonctions cognitives, mais cela est ici hors-sujet.

Cette technologie de pilule micro-puce intelligente va donc probablement être utilisée pour traquer les pilules que les patients auront prises afin qu’il leur soit « gentiment rappelé » de prendre les éventuelles pilules qu’ils auraient oubliés de prendre. Dans le domaine du marketing, cela s’appelle un « programme de continuité ». C’est un moyen destiné à s’assurer que des ventes répétitives se produisent de façon régulière.

Dans ce contexte, le micro-puçage des pilules profite aux compagnies pharmaceutiques, mais pas nécessairement aux patients. C’est particulièrement vrai lorsque l’on considère ces produits pharmaceutiques qui sont nocifs pour la santé humaine – et nous savons tous que le marché pharmaceutique est rempli de pilules dont on a plus tard découvert qu’elles étaient extrêmement dangereuses voire mortelles (quelqu’un se rappelle-t-il du Vioxx ?).

Le futur : les scanners à médicaments de la police et les scanners à médicaments des employeurs

Maintenant, il y a peut-être un effet secondaire intéressant à propos de tout cela : les employeurs qui réalisent des entretiens pour des candidats à un travail potentiel pourraient être capable d’acheter (ou de fabriquer) un simple scanner à médicaments qui détecte la présence d’un signal de transmission d’une micro-puce pharmaceutique.

Ceci pourrait être très utile pour des employeurs qui ne souhaitent pas engager des personnes sous traitement. Ils vous invitent pour un entretien et scannent discrètement à la recherche de données de transmission médicales. Une lumière rouge les prévient lorsque vous émettez des données médicales, et ils vous disent calmement que l’entretien est terminé et « nous vous recontacterons ».

Les employeurs sont en ce moment dépassés par les coûts de l’assurance maladie. Cela pourrait fournir une méthode simple et facile pour les entreprises afin qu’elles évitent de recruter quelqu’un susceptible d’être un fardeau pour leurs programmes d’assurance maladie (d’après leurs opinions). Je ne suis pas nécessairement d’accord avec cette utilisation de cette technologie; Je dis juste que c’est une méthode qui sera probablement utilisée par les employeurs afin d’acarter les employés qui sont sous traitement.

Les policiers pourraient également utiliser un scanner similaire afin de déterminer si un conducteur sur une scène d’accident pourrait être affecté par des médicaments. Voilà une utilisation que je cautionne. Les routes d’aujourd’hui sont remplies de conducteurs affaiblis mentalement qui sont littéralement drogués aux médicaments. A propos, le problème est en fait bien plus grave que des conducteurs ivres, et pourtant jusqu’à présent rien n’est fait afin de combattre ce problème de « conducteurs sous médicaments » (la plupart des personnes ne savent même pas que ce problème existe).

Si les personnes qui prennent des médicaments émettent ces informations par l’intermédiaire de toutes les micro-puces qu’elles avalent, dans ce cas, analyser la présence de médicaments est simple. C’est même encore plus simple qu’un alcootest car cela ne nécessite aucune action de la part du sujet test. Le policier appuie simplement sur un bouton, patiente deux secondes, et peut alors déterminer si vous émettez des données médicales. Jusque là, vous pourriez être arrêté en étant suspecté de « conduite sous traitement ».

Une autre raison de ne pas prendre de médicaments

Il y a bien évidemment une tonne de questions sans réponses et même des risques potentiels quant à l’ingestion de produits pharmaceutiques à micro-puces. Pour certaines personnes, les problèmes de vie privée sont les plus importants de tous, car évidemment, qui souhaite émettre des données sur le fait qu’il prend des médicaments ?

Je ne prends pas de produits pharmaceutiques, évidemment, et la plupart des lecteurs de NaturalNews les évitent également. Le fait que les médicaments seront bientôt micro-pucés est encore une fois une bonne raison de trouver une façon plus holistique de prendre soin de notre santé. Ne misez pas votre vie (et votre vie privée) sur les pilules de l’industrie pharmaceutique. Optez pour un mode de vie holistique et sain basé sur des aliments biologiques, nutritifs, de l’exercice régulier et le refus de tous les produits chimiques (synthétiques) d’origine humaine, et vous n’aurez probablement jamais besoin de produits pharmaceutiques durant votre vie entière.

L’ère du micro-puçage des peuples et du micro-puçage des médicaments se trouve devant nous. Etant donné ce que fait l’agence nationale Américaine de sécurité dans les transports (TSA) avec les scanners corporels (http://www.naturalnews.com/030100_naked_body_scanners_airport.html), vous pouvez clairement imaginer ce que Big Brother fera avec vos données médicales que vous pourriez émettre depuis l’intérieur de votre corps.

En fait, l’idée même d’avoir une micro-puce qui émet des données depuis l’intérieur de votre corps pourrait vous faire signaler comme terroriste potentiel par la TSA, qui pourra alors procéder à une fouille des parties génitales et à une pression de la poitrine dans le cadre de leur nouvelle technique incertaine de « fouille approfondie »

(http://www.naturalnews.com/030302_TSA_naked_body_scanners.html).

La meilleure façon d’éviter tout cela est de simplement manger vos légumes et boire vos nutraceutiques (superfood). Ne devenez pas un sujet traçable et micro-pucé de l’industrie médicale qui souhaite transformer votre corps en un centre de profit par produits chimiques.

Texte original en anglais : http://www.naturalnews.com/030341_microchips_drugs.html

Titre original en français:L’industrie pharmaceutique va commencer à insérer des micro-puces dans des médicaments

Traduction : la-matrice pour Conspipedia, http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=13218

Pour aller plus loin :

Les "labos" veulent entrer au domicile des patients. C'est Kodak qui a inventé la micropuce à avaler http://micro.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-kodak-invente-la-puce-rfid-a-avaler-433.html

Les laboratoires pharmaceutiques revendiquent le droit d'entrer au domicile des patients pour surveiller la prise de leurs "traitements" http://www.lemonde.fr/old-societe/article/2006/12/25/les-labos-veulent-entrer-au-domicile-des-patients_849190_3226.html#ens_id=824239

et le nouveau projet de loi sur la psychiatrie en France prévoit un suivi contraignant des personnes qu'on aura décidé d placer sous médication, même en ambulatoire : http://www.jerpel.fr/spip.php?article306



Source: http://www.mondialisation.ca



Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article-des-micro-puces-dans-les-medicaments--61610969.html


Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Mar 25 Jan 2011, 09:46



Contrails (sillages d’avions) vus de l’espace : le fait que les contrails persistent si longtemps est en soi un signe que quelque chose cloche, mais ça ne prouve pas qu’il s’agit de « chemtrails »[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
par Laura Knight-Jadczyk


Quelques points à considérer lorsque l'on parle des prétendus « chemtrails » :

1) Manifestement, il y a bien des épandages qui se produisent, et ce n'est pas au bénéfice de l'humanité. J'ai entendu plusieurs récits à propos d'avions volant à basse altitude et dispersant des trucs qui atterrissent partout ou rendent les gens malades. Et quand je dis basse altitude, c'est BASSE altitude.

2) L'épandage qui affecte une zone désignée sous le diffuseur (l'avion en question) doit se faire à une altitude assez basse, sans quoi, ce qui est répandu ne descendra pas sur la zone se trouvant sous l'épandage. Cela est dû au fait que notre atmosphère est constituée d'un certain nombre de couches, et que chaque couche a sa propre température, vitesse de vent et direction de vent ; très souvent, les éléments d'une couche prennent très longtemps, et sur une grande distance, pour se mélanger à d'autres couches - SI elles se mélangent, d'ailleurs. Habituellement, les vitesses de vent dans les couches supérieures sont telles que tout ce qui y est déposé ne pourrait pénétrer les couches inférieures qu'après avoir voyagé pendant de nombreux kilomètres. C'est une situation totalement non linéaire et hautement imprévisible, voire impossible à prédire.

3) Donc, si vous parlez d'épandage de produits chimiques que vous pouvez voir dans le ciel et qui tombent ensuite sur la zone qui se trouve en dessous, vous parlez obligatoirement d'épandage à basse altitude.

4) En conséquence, les traînées qui sont très haut dans le ciel, ne pouvant interagir avec le sol en dessous, ne peuvent être appelées « chemtrails » sauf, peut-être, si on parle d'un produit chimique censé affecter la météo (ce qui se fait aussi à relativement basse altitude, de toute façon). L'ensemencement des nuages se fait par dispersion d'éléments tels que des cristaux de glace secs ou de l'iodure d'argent dans l'atmosphère, avec un avion ou même depuis des stations au sol. On pense que l'ensemencement des nuages favorise la condensation de gouttelettes d'eau, donc la pluie.
5) L'ensemencement des nuages est habituellement pratiqué SUR les nuages - il ne les crée pas. En plus, il doit se faire à assez basse altitude pour que les effets affectent la zone qui se trouve en dessous de l'activité. Autrement, les vitesses de vent plus élevées dans les couches supérieures emporteront l'iodure d'argent au loin, le disperseront et l'effet désiré ne sera pas obtenu. Voir ce site sur l'ensemencement des nuages : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

6) Les petits avions privés volent à 12 000 pieds (env. 3600 m) maximum. Les avions de ligne volent entre 25 000 et 45 000 pieds (env. 7600 à 13700 m) d'altitude. Le Concorde supersonique volait en croisière à Mach 2 à 57 000 pieds (env. 17 400 m). Les chasseurs militaires montent à 80 000 pieds (24 400 m) ; certains avions spéciaux comme l'avion espion U2 et le SR-71 montent, pense t'on, aussi haut que 120 000 pieds (36 500 m). Le X-15 a un plafond de 354 000 pieds (108 000 m).

7) D'après Wikipedia :
Le cirrus est un genre de nuage présent dans la couche supérieure de la troposphère (entre 6000 et 15000 mètres d'altitude, dépendant de la latitude et de la saison), formé de cristaux de glace. Ces nuages ont l'apparence de filaments blancs et ne génèrent pas de précipitations. On les compare souvent à des cheveux d'ange.[1]

Parfois, ces nuages sont si étendus qu'ils sont virtuellement indiscernables les uns des autres, formant une couche de cirrus appelée cirrostratus. Parfois, la convection à hautes altitudes produit une autre forme de cirrus appelé cirrocumulus, un ensemble de petites touffes nuageuses qui incluent des gouttelettes d'eau gelée. Le terme est aussi utilisé pour certains nuages interstellaires composés de grains de poussière d'une taille inférieure au micron. [2]

Beaucoup de cirrus produisent des filaments semblables à des cheveux constitués de cristaux de glace plus lourds qui se condensent. Ces « traînées tombantes », une forme de « virga », indiquent souvent la différence dans le mouvement de l'air (cisaillement du vent) entre la partie supérieure du cirrus et l'air en dessous. Parfois, le sommet du cirrus se déplace rapidement au-dessus d'une couche d'air plus lente, ou bien la traînée tombe dans une couche inférieure plus rapide. Les directions de ces vents peuvent aussi varier.

Les cirrus sont formés quand la vapeur d'eau gèle sous forme de cristaux de glace à des altitudes supérieures à 8000 mètres. [3] À cause de l'humidité clairsemée à haute altitude, ils sont souvent très minces.[1] À cette altitude, les avions laissent des traînées de condensation (contrails) qui peuvent se transformer en cirrus.[4] Cela se produit lorsqu'un échappement chaud, essentiellement de l'eau, gèle et laisse une traînée visible. Les traînées peuvent sembler droites lorsqu'il n'y a pas de cisaillement du vent, donnant aux nuages l'apparence d'une virgule (cirrus uncinus) ou d'un enchevêtrement - un signe de turbulence de haut niveau. Les cristaux de glace qui tombent s'évaporent avant d'atteindre le sol Les cirrus couvrent jusqu'à 30% de la Terre et ont un net effet réchauffant. Les cirrus absorbent efficacement le rayonnement infrarouge (chaleur) qui émane en dessous d'eux (effet de serre), tout en réfléchissant marginalement la lumière solaire (albedo). [5]

Un grand nombre de cirrus peut indiquer un système frontal en approche ou une perturbation plus haute. Cela signale habituellement un changement de temps dans l'avenir proche, avec habituellement un temps de plus en plus orageux.[6] Les cirrus peuvent aussi être les restes d'un orage. Une couche étendue de cirrus et de cirrostratus accompagne typiquement la sortie à haute altitude d'ouragans ou de typhons. Il a été observé que les cirrus se développaient également après la formation persistante de contrails d'un avion. L'augmentation du trafic aérien est une cause possible de l'augmentation de cirrus.[7]

8) Maintenant, qu'est-ce qui ne colle pas dans l'explication présentée ci-dessus ?

Réponse : l'altitude des cirrus par rapport à l'altitude des nombreux avions de ligne qui quadrillent le ciel de traînées manifestement bien plus basses que l'altitude désignée pour les cirrus.

POURTANT, les traînées laissées par ces avions se COMPORTENT comme des cirrus, qui normalement apparaissent à des altitudes bien plus élevées.
Conclusion la plus logique (et la plus inquiétante) : la couche froide de l'atmosphère supérieure a descendu et est probablement plus épaisse ; par conséquent, davantage d'avions volant à des altitudes inférieures forment des contrails dans cet air glacé qui auparavant se trouvait être le domaine bien plus élevé des cirrus.

Parce que, à nouveau, si l'on a une compréhension des couches de l'atmosphère, des températures, des vents, etc., alors on se rend compte que l'on n'a PAS affaire à de l'épandage sur la population humaine, ni même à une manipulation intentionnelle du climat, mais à la PREUVE que notre atmosphère planétaire a changé dramatiquement au cours des dix dernières années ; plutôt des vingt dernières années, d'ailleurs, période à laquelle j'ai commencé à remarquer des changements dans la formation des nuages.

9) Notez aussi que les traînées laissées par les avions à bien PLUS BASSES altitudes se dissipent généralement rapidement. La mauvaise nouvelle étant qu'ils ne devraient PAS laisser de traînées à ces altitudes ! (et maintenant que vous savez comment se comportent les couches qui forment les cirrus, vous comprendrez aisément que ces avions ne pulvérisent rien sur le sol en dessous). Certes, il PEUT y avoir formation naturelle de cirrus via les gaz d'échappement d'avions ou le largage de carburant ET l'épandage concomitant de « trucs » à basse altitude. Mais je suggérerais que ces cas sont une « couverture », de la même manière que les innombrables « enlèvements par des gris » sont une couverture pour les VÉRITABLES activités des aliens sur cette planète.
suite , source et commentaires
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Mer 23 Fév 2011, 17:23

L’homme jetable


zazzle.fr

Du bas nylon à l’imprimante d’ordinateur, on sait maintenant que les marchands du temple de la finance ont savamment programmé la durée de vie d’un objet.

Il s’agit de faire de nous d’éternels consommateurs.

Pourtant, des citoyens réagissent.

Cette société dite de consommation que des mauvais esprits qualifieront de gaspillage pourrait connaitre de mauvais jours dans les temps à venir. Certains petits malins, à la recherche de produits durables, ont découvert des parades possibles afin de prolonger la vie de nos produits de consommation. C’est ce que racontait le 15 février 2011 le film de Cosima Dannoritzer, « Prêt à jeter » sur ARTE. Prenant l’exemple d’une imprimante d’ordinateur, ils ont découvert qu’une puce y avait été installée, afin de provoquer une panne à partir de 18 000 feuilles imprimées. Le calcul est simple : il s’agit de pousser le consommateur à acheter une nouvelle imprimante, alors que la sienne marche très bien, et d’en faire un consommateur victime, aux ordres du marché. De plus les arguments ne manquent pas : la réparation coutera une centaine d’euros, alors qu’une nouvelle imprimante plus performante n’en coute que 30. Pourquoi hésiter ? Cette pratique à un nom : l’obsolescence programmée : il s’agit de mettre au point des techniques pour réduire la durée de vie d’un produit, l’argument « choc » étant : s’il n’y a plus de consommation, il n’y a plus de croissance.

Un magasine écrivait déjà en 1928: « Un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires». Mais ou est l’éthique quand on conçoit délibérément un produit pour qu’il tombe en panne au bout d’un certain temps? D’autant que l’obsolescence programmée contribue à l’épuisement des réserves, et remet en cause la politique de gestion des déchets.

lien : http://www.amisdelaterre.org/Nouveau-rapport-L-obsolescence.html

Alors, refusant d’être considéré comme une vache à lait, un ingénieux informaticien, Marco Lopez, à la recherche de la puce fautive, et l’ayant détectée, l’a tout simplement enlevée, relançant la vie de son imprimante pour quelques années de plus. L’obsolescence programmée s’est invitée dès 1938 lorsque Wallace H. Carothers de chez Du Pont a mis au point le nylon, afin de remplacer la soie pour la fabrication des bas.

lien : http://amateurbasnylon.free.fr/histoire%20du%20nylon.htm

Ce fil synthétique était si résistant que les bas nylons produits à l’époque étaient quasiment inusables. lien Les fabricants ont perçu çà comme un danger pour l’économie, et se sont empressés de fragiliser ce fil nylon, afin de permettre de vendre régulièrement des bas nylons. Selon le professeur et chimiste, spécialiste de la chimie verte, Michael Braungart : « afin d’y arriver, ils ont modifié la texture du nylon en y mettant moins d’additifs, ou plus d’additifs du tout, en les rendant plus sensibles aux rayonnements ultra-violet du soleil ou a l’oxygène présent dans l’air ».

lien : http://www.deformat.org/post/2007/07/21/Chimie-verte-changer-une-industrie

La même mésaventure est arrivée à la lampe à incandescence.



Le 22 octobre 1879 Thomas Edison met au point la première ampoule qui va bruler pendant 40 heures.

lien : http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=18791022

Mais à Shelby, dans l’Ohio, en 1895 Adolphe Chaillet, met au point des lampes qui ont une vie quasi illimitée : il en reste au moins une, et elle se trouve à Livermore en Californie. lien Elle est suspendue au plafond de la caserne des pompiers et elle a une particularité : celle d’avoir brillé sans discontinuer depuis le 18 juin1901.

lien : http://www.centennialbulb.org/

L’inventeur à malheureusement emmené son secret dans sa tombe. Çà fait donc plus de 109 ans qu’elle éclaire le plafond de la caserne des pompiers sans la moindre défaillance, et pour son centenaire, 900 amis de la lampe sont venues fêter la vie interminable de la courageuse petite ampoule, en lui chantant : « happy birthday to you ». Il y a même un site web qui montre cette ampoule, filmée en continu par une caméra.

lien : http://www.centennialbulb.org/photos.htm

Hélas, en 1924, plusieurs hommes se sont réunis dans le plus grand des secrets, afin de créer un cartel appelé Phébus, (compagnie industrielle pour le développement de l’éclairage, à Genève) afin de contrôler la durée de vie des ampoules et de se partager « le gâteau ».

lien : http://www.worldlingo.com/ma/enwiki/fr/Phoebus_cartel

Le cartel de Phébus décida donc de promouvoir l’idée de limiter par des moyens techniques cette durée de vie à 1000 heures. Si les fabricants n’obéissaient pas aux consignes du cartel, ils devaient payer des amendes. Lorsque l’existence du cartel fut découverte, un procès fut lancé, lequel dura 11 ans et qui condamna le cartel à lever leur prescription sur la durée de vie des ampoules : c’était en 1954. Mais ce jugement n’a jamais été appliqué, et les ampoules continuent à être programmées pour ne vivre que 1000 heures~. Dans les années suivantes des chercheurs ont mis au point des ampoules dont la durée de vie pouvait atteindre 100 000 heures, mais aucune d’elle n’est parvenue sur le marché.

Le même phénomène s’est produit en Allemagne de l’Est, ou avant la chute du mur, l’entreprise Narva avait mis au point une ampoule avec une durée de vie exceptionnelle. A la chute du mur, l’entreprise a fermé, et aujourd’hui on ne trouve plus cette ampoule que dans un musée, ou chez des collectionneurs. Que dire de ce fabricant de vélo qui faisait une entaille sur le pédalier afin qu’il casse plus facilement ?

Un autre exemple de cette stratégie est illustré par Ford, l’inventeur de la célèbre Ford T, laquelle était conçue pour durer, et être bon marché. Ford la voulait aussi universelle et comme il le disait « tout le monde peut avoir une Ford T de couleur, à condition que ce soit le noir ».

lien : http://www.caradisiac.com/Ford-T-1908-1927-La-dame-en-noir-51161.htm

Il en vendra plus de 16 millions en 19 ans. Pour battre Ford, Alfred P. Sloan patron de Général Motors, choisi alors une stratégie opposée : privilégiant la forme au fond, proposant des modèles de couleurs et de formes différentes, il va encourager le consommateur à changer de voiture tous les 3 ans et sera le premier à développer le concept de l’obsolescence planifiée. lien Le consommateur a été séduit, les ventes de Ford se sont écroulées, et il n’a eu d’autres choix que de reprendre à son compte la stratégie de Général Motors en proposant de nouveaux modèles Ford chaque année.

C’est aussi l’histoire du « Blue Jean » inventé en 1853 par Oscar Levi Strauss, fabriqué dans une toile de bâche quasi inusable, qui venait de Nîmes, et qu’il teintait en « bleu de Gênes» d’où son nom. Hélas, ceux que l’on nous propose aujourd’hui ont une vie bien plus courte, et sont même parfois vendus avec des déchirures. lien C’est la grande crise de 1929, qui a déclaré l’obsolescence obligatoire, allant jusqu’à menacer les commerçants d’amendes s’ils ne mettaient pas de dates limites de consommation à leurs produits, tout çà au nom de la relance de la croissance. La société du gaspillage et de l’obsolescence programmée s’était généralisée.

Comme le dit Serge Latouche « il ne s’agit plus de croitre pour satisfaire les besoins, mais de croitre pour croitre (…) celui qui croit qu’une croissance infinie est compatible avec une planète finie est soit un fou, soit un économiste, le drame c’est qu’au fond, nous sommes tous des économistes maintenant».

Vouloir la croissance à tout prix, dans un monde qui a une limite est donc une folie : nous sommes lancés à grande vitesse sur l’autoroute du progrès et devant nous, il y a un mur, mais personne ne veut freiner. vidéo La guerre entre le jetable et l’inusable est donc lancée.

D’ailleurs on trouve sur le marché de nombreux produits quasi inusables, comme ce couteau, ces boules de lavage, ces outils, cette future batterie, ce moulinet de pêche ou cette clé USB fait d’un alliage métallique de zinc, aluminium, magnésium et cuivre quasi indestructible. lien L’orichalque, cher aux Atlantes, et dont certains supposent qu’il s’agissait d’aluminium, n’était-il pas, d’après Platon, indestructible ?

lien : http://atlantides.free.fr/orichalque.htm

Au moment où le travail se fait de plus en plus rare, et où 6 millions de Français gagnent moins de 750€ par mois, pourquoi ne pas se tourner résolument vers des produits durables, voire inusables ? N’y-a-t-il pas quelques chose de désuet dans ce qu’on appelle la mode, qui consiste à se débarrasser d’un vêtement en bon état, qui ne « se porte plus », pour l’unique raison qu’il n’est « plus à la mode » ? Comment ne pas se réjouir d’avoir un véhicule qui ne connait pas le garage, à part une vidange de temps en temps, équipé de pneus inusables, et qui ne rouille pas ? Comment nos compagnes ne se réjouiraient-elles pas de porter des collants, ou des bas, inusables ? Comment ne pas souhaiter d’avoir des ampoules inépuisables pour éclairer nos vies ? et d’avoir des imprimantes qui ne tombent jamais en panne ? Quant aux fabricants, après tout, lorsqu’ils nous auront équipés de matériel robuste, ils auront rempli leurs caisses, et pourront profiter de jolies vacances.

Car comme dit mon vieil ami africain : « L’eau du fleuve ne retourne jamais à sa source ».

http://www.centpapiers.com/lhomme-jetable-2/61880

:aa:
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Lun 27 Juin 2011, 09:54

2013 est l'année où le marquage obligatoire devrait commencer.



Washington rend obligatoire l'implantation d'une puce RFID pour tous les américains.

Objectif : créer un registre national d'identification pour permettre un « meilleur suivi des patients en ayant toutes les informations relatives à leur santé ».

Le nouveau projet de Loi relatif aux soins de santé ( référencé HR 3200 ), qui a dernièrement été adopté par le congrès, contient (à la page 1001 du projet) l'exigence selon laquelle tous les citoyens qui en dépendent (du système de santé) devront être « identifié » par l'implantation d'une puce sous-cutanée.

En fait, cela était prévu depuis fin 2004, comme le prouve un document officiel de la FDA. Ce document de la FDA (Food and Drug Administration), daté du 10 décembre 2004 est intitulé Class II Special Guidance Document : Implantable Radiofrequency Transponder System for Patient identification and Health information ( Document d'orientation spéciale de classe II : Système de Transpondeur implantable à Radiofréquence pour l'identification des Patients et les informations Relatives à la santé) (1).

Dès 2004, l'implantation d'une puce pour les « patients » contenants des « informations relatives à la santé » était donc déjà à l'étude. Dans le Projet de Loi intitulé America's Affordable Health Choices Act of 2009 (Loi de 2009 concernant les choix de santé financièrement abordables de l'Amérique), on peut lire dans le paragraphe Subtitle C – National Medical Device Registre ( Sous-titre C – Registre nationale des Dispositifs Médicaux) qu'un fichier de toute personne ayant ou ayant eu un dispositif implanté dans le corps est prévu : « Le " Secretary " établira un " registre national des dispositifs médicaux " (appelé dans le présent paragraphe un "registre") afin de faciliter l'analyse de la sécurité (des dispositifs) après la commercialisation et les résultats des données de chaque appareil qui...est ou a été utilisé dans ou sur un patient... ».

Donc toutes les personnes ayant reçu la micro-puce seront répertoriées dans un nouveau fichier qui sera mis en place exprès puisqu'il n'existait pas auparavant.

Sous prétexte de mieux assurer les soins médicaux et de préserver la santé des individus, la population sera concrètement marquée avec une puce électronique et fichée. Un marquage obligatoire est prévu pour tous les Américains à partir de 2013.

A la page 1006 du projet, figure une précision sur la date d'entrée en vigueur du dispositif : « ENTREE EN VIGUEUR. - Le Ministre de la santé et des Services Sociaux mettra en place et commencera la mise en œuvre du registre en vertu de l'article 519(g) de la Loi fédérale sur la nourriture, les médicaments et les produits cosmétiques, comme cela a été ajouté à partir du paragraphe, pas plus tard que 36 mois après le date de promulgation de la présente Loi, sans égard au fait que les réglementations définitives pour établir et exploiter le Registre aient été promulguées ou non à partir de cette date ».

Par conséquent, trente-six mois à compter de la date de mise en place de la Loi ! Cela nous donne trois ans. Donc 2013 est l'année où le marquage obligatoire devrait commencer. On notera que cela entrera en vigueur même si aucune réglementation sur son usage n'a été adoptée. Qu'il y est eu ou non un encadrement défini au préalable sur l'utilisation du « registre ».

Obama n'est pas le messie rêvé par les Américains qui l'ont introduit, mais un pantin docile, une marionnette obéissante qui œuvre pour assurer la mise en place d'un Nouvel Ordre Mondial. Si ce dispositif se réalise, la population fera l'objet d'une surveillance absolue.

- Source : les Brèves de LIESI – Avril/Mai 2011
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Dim 24 Juil 2011, 14:14

Un fichier de 45M de « gens honnêtes »
MaJ : la proposition de loi a donc été adoptée, en première lecture, en présence de 7 députés de la majorité, et de 4 députés de l'opposition; comme le titre PCInpact, 11 députés votent le fichage de 45 millions d'honnêtes gens...

L'Assemblée nationale va débattre, ce jeudi 7 juillet, une proposition de loi sur la protection de l'identité, dans un hémicycle fort de 11 députés . Objectifs : ajouter à la future carte d'identité une puce électronique régalienne, pour être identifié auprès des services de sécurité, une deuxième puce facultative pour les services et le commerce électronique, mais aussi et surtout créer une base de données centralisée des empreintes digitales et photographies de leurs titulaires.

Le rapporteur de la proposition de loi a ainsi qualifié de “fichier des gens honnêtes” (sic) cette base de données qui répertoriera les noms, prénoms, sexe, dates et lieux de naissance, adresses, tailles et couleurs des yeux, empreintes digitales et photographies de 45 millions de Français voire, à terme, de l’ensemble de la population.

Dans le même temps, le gouvernement britannique a décidé, lui, d'abandonner son projet de carte d'identité, parce qu'attentatoire aux libertés, et le gouvernement néerlandais vient d'annoncer qu'il allait cesser de rendre obligatoires la prise d'empreintes digitales de ceux qui réclament une carte d'identité, et de détruire, à terme, la base de données, au vu du nombre trop élevé d'erreurs rencontrées…

Ce sera le premier « fichier des gens honnêtes »
Le nombre de fichiers policiers a augmenté de 169% depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, en 2002 : plus de la moitié des 70 fichiers recensés ont été créés sous son autorité. Dans le même temps, le Parlement a voté pas moins de 42 lois sécuritaires. On aurait pu penser qu'à ce train-là, le problème de l'insécurité devrait avoir été au moins partiellement réglé.

Mais tel n'est pas l'avis de la Cour des Comptes, qui vient de publier un rapport particulièrement sévère sur les tripatouillages statistiques du ministère de l'Intérieur. Mais tel n'est pas non plus l'avis du gouvernement, qui continue à vouloir sévir dans le sécuritaire.

Prenez, par exemple, l'usurpation d'identité. Le code de la route, le code de procédure pénale et le code des transports comprenaient d'ores et déjà différentes mesures réprimant les infractions ayant trait à la fourniture d'identités imaginaires ou à l'usurpation d'identité. Et la LOPPSI II a, précisément, en mars dernier, créé un délit d'usurpation d'identité... mais ça n'était pas encore assez.

Officiellement, la proposition de loi sur la protection de l'identité, adoptée en première lecture au Sénat et à l'Assemblée, vise à lutter contre l'usurpation d'identité, un phénomène croissant mais qui, d'après la police, ne représenterait pas plus de 15 000 faits constatés par année (voir Vers un fichage généralisé des "honnêtes gens", mon enquête à ce sujet sur OWNI). Comme l'a rappelé François Pillet, rapporteur de la loi au Sénat, "pour atteindre l’objectif du texte, il faut une base centralisant les données" :

Ce sera le premier « fichier des gens honnêtes ».

Ce fichier n’a pas d’équivalent. Toutes les personnes auditionnées ont mis en garde, plus ou moins expressément, contre son usage à d’autres fins que la lutte contre l’usurpation d’identité, ce qui présenterait des risques pour les libertés publiques.

De fait, le Conseil d'État, la CNIL et la Cour européenne des droits de l'homme se sont d'ores et déjà prononcés contre ce type de fichage biométrique généralisé de personnes innocentes de tout crime ou délit, pour la simple et bonne raison qu'il s'agit là d'une violation manifeste de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, de la convention sur la protection des données du Conseil de l’Europe, et de la loi informatique et libertés.

C'est même précisément ce pour quoi, estime l'opposition, le gouvernement n'a pas rédigé de projet de loi à ce sujet, afin d'éviter d'avoir à saisir le Conseil d'État et la CNIL, et préféré demander à un sénateur de rédiger cette proposition de loi.

Au Sénat, François Pillet avait tenté d'empêcher tout détournement de finalité de la base de donnée, afin d'exclure, notamment, son utilisation en matière de police judiciaire, et faire de sorte qu'il soit techniquement impossible de s'en servir pour identifier un individu à partir de ses empreintes digitales ou de sa photographie :

Nous ne voulons pas laisser derrière nous une bombe : c’est pourquoi nous créons un fichier qui ne peut être modifié.

Mais le gouvernement, tout comme Philippe Goujon, le rapporteur de la proposition de loi à l'Assemblée, s'y sont fermement opposés, arguant du fait qu'il serait dommage de ne pas profiter de l'occasion pour permettre à la police, sur réquisition judiciaire, de se servir de la base de données en matière de recherche criminelle…

Pour Delphine Batho, la députée PS spécialiste des fichiers policiers, "le véritable objectif de ce texte" n'est donc pas la lutte contre l'usurpation d'identité, mais "le fichage biométrique de la totalité de la population à des fins de lutte contre la délinquance" :

Il existe un fichier permettant d’identifier les fraudeurs : le fichier automatisé des empreintes digitales (FAED), qui recense 3 millions d’individus, soit 5 % de la population, et qui a permis de détecter 61 273 usurpations d’identité. Cet outil me semble suffisant.

Les auteurs de cette proposition de loi estiment, pour résumer, que pour détecter un fraudeur, il faut ficher tout le monde.

De la convivialité des technologies de contrôle
L'autre véritable objectif de la loi, c'est de soutenir les industriels de l'identification biométrique, dont les leaders sont français, comme l'a reconnu Jean-René Lecerf, l'auteur de la proposition de loi, en déclarant sobrement que "les entreprises françaises sont en pointe mais elles ne vendent rien en France, ce qui les pénalise à l’exportation par rapport aux concurrents américains" (voir Fichons bien, fichons français, deuxième partie de mon enquête).

Philippe Goujon a été encore plus clair, ne cherchant même pas à cacher qu'il s'agit là d'une opération de patriotisme économique résultant d'une campagne de lobbying :

Comme les industriels du secteur, regroupés au sein du groupement professionnel des industries de composants et de systèmes électroniques (GIXEL), l’ont souligné au cours de leur audition, l’industrie française est particulièrement performante en la matière : les principales entreprises mondiales du secteur sont françaises, dont 3 des 5 leaders mondiaux des technologies de la carte à puce, emploient plusieurs dizaines de milliers de salariés très qualifiés et réalisent 90 % de leur chiffre d’affaires à l’exportation.

Dans ce contexte, le choix de la France d’une carte nationale d’identité électronique serait un signal fort en faveur de notre industrie.

MaJ : l'AFP indique que les versions adoptées par le Sénat et l'Assemblée n'étant pas analogues, il faudra que soit désignée une commission mixte paritaire (CMP) pour établir un texte de compromis. Celle-ci ne sera probablement désignée qu'au cours de la prochaine session parlementaire, à la rentrée.

Quand le GIXEL proposait de ficher les enfants dès l'école maternelle pour leur "faire accepter les technologies de surveillance et de contrôle"
Le GIXEL s'était déjà fait connaître, en 2004, pour avoir proposé de "faire accepter la biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles", hélas "souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte aux libertés individuelles" par des opérations soutenues par les pouvoirs publics et accompagnées d'"un effort de convivialité d'une reconnaissance de la personne et de l’apport de fonctionnalités attrayantes" :

- Éducation dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine, et les parents ou leurs représentants s’identifieront pour aller chercher les enfants.
- Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des jeux : téléphone portable, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo
- Développer les services « cardless » à la banque, au supermarché, dans les transports, pour l’accès Internet, ...

La même approche ne peut pas être prise pour faire accepter les technologies de surveillance et de contrôle, il faudra probablement recourir à la persuasion et à la réglementation en démontrant l’apport de ces technologies à la sérénité des populations et en minimisant la gène occasionnée. Là encore, l’électronique et l’informatique peuvent contribuer largement à cette tâche".

Un tel "effort de convivialité" avait alors valu au GIXEL de remporter un prix Novlang aux Big Brother Awards.

GB: le ministère de l'immigration fait un autodafé des cartes d'identité
A contrario, et afin de "démontrer l'engagement du gouvernement à restaurer les libertés civiles", Damian Green, le ministre de l'immigration britannique, a de son côté officiellement enterré le projet de doter les Britanniques d'une carte d'identité :

"Il est important que le peuple aie confiance dans la façon qu'a l'État de détenir et d'utiliser des données à caractère personnel, et il est important que le gouvernement fasse confiance au bon sens et au sens des responsabilités du peuple.

Et ce n'est que le premier pas du processus que nous entamons afin de restaurer et maintenir nos libertés."

Et pour être sûr d'être bien entendu, le ministère de l'immigration a détruit, le 10 février dernier, quelques 500 disques durs et 100 bandes de sauvegarde contenant les données personnelles des 15 000 personnes ayant accepté de se porter volontaires pour être dotées de cartes d'identité, avant d'en publier les photos sur Flickr, et la vidéo sur YouTube :


Pour son tout premier discours, en mai 2010, Nick Clegg, Vice-Premier ministre libéral-démocrate du gouvernement conservateur britannique, avait en effet annoncé un "big bang" politique, visant "la liberté du plus grand nombre, et non pas le privilège de quelques-uns", afin de "rendre le pouvoir au peuple". Objectif : enterrer la société de surveillance et enrayer le "Database State" (l'État-base de données), incarné par les dérives sécuritaires du précédent gouvernement labour (de "gauche") :

"Il est scandaleux que les gens respectueux des lois soient régulièrement traitées comme si elles avaient quelque chose à cacher."

Résultat : du projet avorté de carte d'identité britannique, il ne reste plus que ça :



La Hollande, l'autre pays du contre-fichage
Le gouvernement néerlandais, lui, avait annoncé, en avril dernier, qu'il allait effacer toutes les empreintes digitales des 6 millions de détenteurs de passeports biométriques, et il vient d'annoncer qu'à compter de ce mois de juillet, les empreintes digitales ne seront plus stockées, et qu'il donnait aux responsables jusqu'à la fin août pour trouver une solution afin de détruire la base de données de 6 millions d'empreintes digitales.

Une étude avait en effet démontré le peu de fiabilité de la biométrie tel que déployée, aux Pays-Bas (par la société Morpho, celle qui, en France, a aussi emporté le marché du passeport biométrique -voir Morpho, n°1 mondial de l'empreinte digitale, troisième partie de mon enquête) : sur les 448 demandes de passeports biométriques étudiées, 55 personnes n'avaient pu faire reconnaître qu'une seule des deux empreintes de doigts qu'ils devaient entrer dans la base de donnée, et 42 personnes aucune de leurs empreintes... Autrement dit : 21% des personnes ne pouvaient pas être reconnues par leurs empreintes digitales…

Le problème ne vient pas forcément des algorithmes de Morpho, qui sont considérés comme les meilleurs pour ce qui est des empreintes digitales par l’Institut National des Standards et Technologies américain (NIST)…: nombreux sont ceux, notamment ouvriers manuels, ou personnes âgées, dont les empreintes sont trop abîmées pour être identifiables (voir aussi ces réfugiés aux doigts brûlés pour ne pas, précisément, être identifiés par leurs empreintes).

Alors que nombreux sont ceux qui craignent de voir l'arrivée de la reconnaissance faciale sur Facebook, Google et autres services et réseaux sociaux, il est tout de même étonnant qu'aucun des députés et sénateurs qui se sont à ce jour prononcés sur ce texte n'aient soulignél e risque que ce "fichier des gens honnêtes" puisse être utilisé pour identifier des gens à partir, non seulement de leurs empreintes digitales, mais également de leurs photos… Morpho est également considéré comme le n°1 de la reconnaissance de l'iris et faciale par le NIST...

jean.marc.manach (sur Facebook) @manhack (sur Twitter)

NB : comme le rappelle très opportunément Pierrick en commentaire de mon enquête sur OWNI.fr, si on vous demande de justifier de votre identité, voilà ce qu’il vous faut savoir :

La carte d’identité n’est pas un document obligatoire. L’identité peut être justifiée par un autre titre (passeport ou permis de conduire), une autre pièce (document d’état civil indiquant la filiation, livret militaire, carte d’électeur ou de sécurité sociale), voire un témoignage.

Photographie CC a2gemma

Voir aussi l'intégralité de mon enquête :
Fichons bien, fichons français !
Morpho, n° 1 mondial de l’empreinte digitale
Vers un fichage généralisé des "gens honnêtes

L’enfer, c’est les « internautres »
Le gouvernement Sarkozy veut censurer internet


jean.marc.manach (sur Facebook & Google+ aussi) @manhack (sur Twitter)
auteur de "La vie privée, un problème de vieux cons ?"




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Sam 20 Aoû 2011, 09:48

Synapse : une puce IBM qui imite le cerveau humain


Après trois ans de recherche, IBM révèle deux prototypes de « puces cognitives » opérationnelles. Un projet financé par l’US Army et mené en collaboration avec de grandes universités américaines.

L’avenir de l’homme, c’est vraiment l’ordinateur. IBM veut à nouveau le démontrer via Synapse.

Ce 18 août, Big Blue a révélé le résultat de ses recherches sur une architecture de puce électronique « conçue pour imiter les capacités du cerveau humain pour percevoir, agir et comprendre. »

Elle apprend de ses expériences, fait les associations nécessaires, vérifie ses hypothèses et se souvient des résultats, ce qui lui permet de s’adapter seule aux nouvelles situations. Comme un cerveau biologique.

Baptisées « neurosynaptic computing chips » , les puces issues de cette architecture « Systems of Neuromorphic Adaptive Plastic Scalable Electronics » (Synapse) devraient permettre d’utiliser « plusieurs ordres de grandeurs d’énergie et de place de moins que les ordinateurs actuels » , selon le communiqué d’IBM.

« Ceci est une initiative majeure pour dépasser le paradigme de von Neumann qui a plané sur les architectures électroniques depuis plus d’un demi-siècle » , se réjouit Dharmendra Modha, le directeur du projet SyNAPSE pour IBM Research.

L’architecture du mathématicien John von Neumann (en savoir plus sur sa page Wikipedia) est le modèle de référence pour les micro-processeurs actuels mais elle atteindrait ses limites.

La nouvelle architecture d’IBM permettrait de « n’avoir aucun programme déterminé, une mémoire intégrée au processeur, et imite le traitement de l’information fait par le cerveau : orienté vers les évènements, distribué et parallèle » , précise IBM.

Après trois ans de recherche, IBM et des universités américaines, financées par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency, ont abouti à deux prototypes fonctionnels de puces pour l’informatique cognitive.

Ils sont dépourvus d’éléments biologiques et se basent sur des circuits électroniques inspirés des neurobiologies.

Elles se composent de mémoire intégrée répliquant les synapses, d’unités de calcul imitant les neurones et de mécanismes de communication copiant les axones.

Les prototypes ont tous deux 256 neurones électroniques. Le premier a aussi 262 144 « synapses programmables » et le second 65 536 « synapses d’apprentissage. »

Ils ont prouvé leur compétence dans certaines applications réputées difficiles pour les ordinateurs mais intuitives aux humains, comme « la navigation, la vision des machines, la reconnaissance des formes, la mémoire associative et la classification. »

Ce succès ouvre la porte à la phase 2 de la recherche, et à un financement supplémentaire de 21 millions de dollars de la DARPA.

L’objectif à long terme d’IBM est de produire un système électronique composé de 10 milliards de neurones électroniques et de cent mille milliards (10^14) de synapses électroniques, « consommant à peine un Kilowatt de puissance et occupant un volume inférieur à deux litres. »

Heureusement pour la survie de notre espèce, c’est encore loin de l’échelle d’un cerveau humain.

Ce dernier possède plus de 100 milliards de neurones reliés entre eux par un million de milliards (10^15) de connections synaptiques.

Le tout est concentré dans un volume moyen de 1,2 litre, et consommerait un peu plus de 20 Watts.

Il ne reste plus qu’à se préparer au possible éveil à la conscience des ordinateurs, et à la guerre entre l’humanité et les machines intelligentes, qui suivra telle que prédite par Hollywood dans Terminator ou Matrix.



http://www.itespresso.fr/

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Mar 23 Aoû 2011, 10:21

La Chine asphyxiée par la pollution de l’industrie textile






Made in China. Ces étiquettes, nous les voyons
sur une majorité de nos vêtements. Si nous savons que la Chine domine
les exportations de textile et que cette production se fait dans des
conditions sociales dégradées, nous connaissons moins la pollution
environnementale qu'entraîne cette industrie. Dans un rapport récent,
Greenpeace révèle des taux de pollution élevés et la présence de cinq
métaux lourds dans les eaux de deux villes de la province de Guangdong,
au sud-est du pays : Xintang, la "capitale du monde des jeans", et
Gurao, une ville industrielle où 80% de l'économie tourne autour de la
confection de sous-vêtements. Pour l'ONG, les pollutions auxquelles sont
confrontées ces deux villes sont emblématiques de l'industrie textile
chinoise dans son ensemble, qui devrait revoir ses pratiques et sa
réglementation.





Avec une population de 215 000 habitants, 500 000 travailleurs migrants, 4 000 entreprises et une production annuelle chiffrée à 28 milliards de yuans (3 milliards d'euros), Xintang est connue comme la "capitale du monde des jeans". En 2008, elle a produit plus de 260 millions de paires de jeans - soit 60% de la production totale de la Chine et 40% des jeans vendus aux Etats-Unis chaque année. 40% de ses jeans sont exportés en Amérique, en Europe ou encore en Russie.





Petites et grandes usines, ainsi que des myriades
d'ateliers familiaux, essaiment dans les rues de la ville. Adultes, mais
aussi enfants et vieilles personnes, fabriquent à longueur de journée
des jeans pour améliorer les revenus de leur famille. Le garçon sur la
photo, dans le village de Dadun, à Xintang, gagne 0,15 yuan (1,5
centime) pour couper les fils qui dépassent d'un blue jeans. En une
journée, près de 200 paires passent entre ses mains.





Les villageois se plaignent des usines, qui effectuent l'impression et la teinture des jeans, dont les eaux usées sont rejetées dans la rivière de Xintang."Tout le monde dit que les gens qui travaillent dans la teinture et délavage ont des problèmes de reproduction et de fertilité. Mon cousin a déjà travaillé dans une usine de teinture. Il est mort d'une pleurésie", témoigne Lin Zhixin, un travailleur migrant du Sichuan.





Un militant de Greenpeace récolte un échantillon d'eau d'une rivière polluée près du village de Dadun, à Xintang. L'ONG a prouvé la présence de cinq métaux lourds - cadmium, chrome, mercure, plomb et cuivre - dans des quantités bien supérieures aux normes autorisées dans le pays. "Les procédés de teinture, lavage, blanchiment et impression sont quelques uns des plus sales de l'industrie textile, nécessitant de grands volumes d'eau ainsi que des métaux lourds et autres produits chimiques", explique Mariah Zhao, chargée de campagne produits toxiques pour Greenpeace.





A Gurao, surnommée "capitale du sexy", les panneaux publicitaires de lingerie foisonnent. La ville représente, elle, 150 000 habitants, 140 000 travailleurs migrants, 3 000 entreprises et une production de près de 4 milliards de yuans (440 millions d'euros). Les rues sont remplies d'ateliers familiaux, d'usines et de marchés consacrés à la fabrication et à la vente de sous-vêtements.





Ces enfants vont à l'école pendant la journée et travaillent de nuit et le week-end dans un atelier de tissu. Ils obtiennent 0,3 yuan chacun pour cent bretelles qu'ils attachent à un accessoire de machine à coudre, qui sera utilisé à l'étape suivante du processus d'assemblage des soutien-gorges. En une journée, ils peuvent gagner de 20 à 30 yuans (2 à 3 euros).





En 2009, Gurao a produit plus de 200 millions de soutien-gorges. La rivière locale, le Xi Xiao, en a souffert. Les villageois estiment que cette rivière, "sale et puante", n'est plus apte à la consommation ou à la lessive. Elle ne contient plus de poissons. Et quand elle déborde, les maisons et jardins de la population locale sont inondés par les eaux usées.





Un fossé de drainage bouché par des eaux usées et des ordures à Gurao.





Des salariés impriment des motifs sur des tissus dans une usine. "L'eau est évacuée par les usines de teinture. Parfois, cela sent vraiment horrible. Et chaque fois, la couleur de l'eau est différente ; j'ai vu toutes les couleurs inimaginables", raconte Ren Shan, un travailleur migrant du Guizhou.





Des élèves de Gurao essayent de se protéger des fumées de l'incinération des ordures. "Xintang et Gurao sont emblématiques de la vaste problématique de la fabrication polluante de textiles. La responsabilité de la réglementation des eaux usées et de l'élimination des substances chimiques dangereuses dans les textiles doivent revenir non seulement aux gouvernements de Xintang et Gurao mais aussi à toute la Chine", conclut Mariah Zhao.
Des produits toxiques dans les vêtements de 14 grandes marques



LEMONDE.FR

























Greenpeace a fait analyser des
échantillons de vêtements de 14 marques, fabriqués notamment en Chine,
au Vietnam, en Malaisie et aux Philippines. AFP/STR







Des traces de substances chimiques toxiques susceptibles de porter
atteinte aux organes de reproduction des êtres vivants ont été
détectées dans des produits de quatorze grands fabricants de vêtements.
C'est ce qu'a annoncé l'ONG de défense de l'environnement Greenpeace,
mardi 23 août à Pékin.



Parmi les marques mises en cause figurent Adidas, Uniqlo, Calvin Klein, Li Ning, H&M, Abercrombie & Fitch, Lacoste, Converse et Ralph Lauren.

Greenpeace a acheté dans dix-huit pays des échantillons de vêtements
de ces marques, fabriqués notamment en Chine, au Vietnam, en Malaisie et
aux Philippines. Puis, elle a soumis ces textiles à des analyses. "Des éthoxylates de nonylphénol (NPE) ont été détectés dans deux tiers de ces échantillons", a expliqué dans une conférence de presse à Pékin Li Yifang, en présentant le rapport Dirty Laundry (linge sale) 2.

PERTURBATEUR HORMONAL

Les éthoxylates de nonylphénol sont des produits chimiques
fréquemment utilisés comme détergents dans de nombreux processus
industriels et dans la production de textiles naturels et synthétiques.
Déversés dans les égouts, ils se décomposent en nonylphénol (NP), un
sous-produit très toxique.


"Le nonylphénol est un perturbateur hormonal", a souligné Mme Li, en précisant qu'il pouvait contaminer
la chaîne alimentaire et qu'il s'accumulait au sein des organismes
vivants, menaçant leur fertilité, leur système de reproduction et leur
croissance.


"Ce n'est pas seulement un problème pour les pays en développement où sont fabriqués les textiles, a insisté Li Yifang. Etant
donné que des quantités résiduelles de NPE sont relâchées quand les
vêtements sont lavés, ils s'insinuent dans des pays où leur usage est
interdit."


Le mois dernier, Greenpeace a rendu public Dirty Laundry,
un précédent rapport qui montrait comment les fournisseurs des grandes
marques textiles empoisonnaient l'eau de certains fleuves chinois avec
leurs rejets chimiques. A la suite de cette publication, les marques
Puma et Nike se sont engagées à éliminer de leurs processus de fabrication toute substance chimique toxique d'ici à 2020.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...   Sam 27 Aoû 2011, 20:01

Téléphones cellulaires vs fertilité









L’étude en lien démontre que les micro-ondes produites par les
cellulaires (portables), lorsqu’ils sont portés dans les poches près des
organes génitaux, affectent négativement les spermatozoïdes dans leur
nombre, leur vivacité, leur morphologie et leur sens de l’orientation.

Timothy Ferris, qui porte son cell dans ses poches depuis 10 ans, a
voulu en avoir le coeur net et a fait analyser son sperme. Par la suite,
il a cessé de porter son cell dans ses poches de pantalon pendant 11
semaines. C’est un peu plus que le temps qu’il faut pour de la
spermatogenèse complète son cycle.

Les résultats après 11 semaines :
Volume de l’éjaculation : +44%
Nombre de spermes en bonne santé : +185%

C’est un phénomène inquiétant. Selon une étude, depuis 1942, le
nombre de spermes, dans les pays industrialisés, diminue d’environ 1%
par année.
Faites le calcul : 2011-1942 = 69. Ça fait donc 69% de diminution !!! Ils nous en reste que 31% par rapport aux années 1940.

Dans les années 1940, le sperme contenait 100 millions de
spermatozoïdes/ml. Le point de bascule pour entrer dans la zone de
sous-fertilité est 40 millions de spermatozoïdes/ml (équivaut à 40%).
Nous sommes rendu là.

Il y a évidemment beaucoup d’autres causes à cette baisse:
- Les phtalates contenus dans (produits et mastics pour
automobile ; revêtements pour les planchers et murs ; isolants pour
câbles et fils souples ; produits de grande consommation en plastique ;
cosmétiques et produits de soin personnel ; matériel médical ; jouets et
produits destinés aux enfants ; emballages alimentaires ; jouets
sexuels.
- Le Biphénol A contenu dans les contenants de plastique comme les bouteilles d’eau.
- Et les phytoestrogènes contenus dans le soja.
Et j’en passe…
jandrol.111.014373v1.pdf

Source: http://eso-news.blogspot.com/#ixzz1WEIjl3bi
Revenir en haut Aller en bas
 
RFID/Chemtrails/Nanotec et autres...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Prière pour nous édifier les un les autres.
» Contrairement à ce que tu crois, ton bonheur ne dépend pas de l'attitude des autres.
» Se libérer du regard des autres
» Fatima un ovni pas comme les autres
» Un autre test: Evaluez votre peur des autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: ...dans l air du temps... :: Forum sur "2012" Apocalypse, réalité ou illusion-
Sauter vers: