ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Lun 18 Oct 2010, 18:37





Débat sur les NDE

Une introduction à un débat sur le sujet initié sur la toile


Information auprès de tous les internautes. Juste-Emannuel Duits a lancé un concept très intéressant sur la toile proposant de débattre sur les EFM. Nous recommandons à tous nos adhérents qui en ont la possibilité de se rendre à l’adresse Internet suivante dont voici la présentation :

"Nous proposons d’ouvrir publiquement le débat sur les principales hypothèses pour rendre compte de la NDE (Near Death Experience, appelées en français Expériences aux Frontières de la Mort - EFM - ou Expériences de Mort Imminente, EMI). Ceci est une ébauche : nous présentons les hypothèses principales, quelques-uns des arguments en leur faveur et certaines critiques qui leur sont opposées. Nous vous invitons à ajouter vos propres observations, arguments ou liens et références bibliographiques, qui seront peu à peu intégrés.

Depuis les années 1970, à la suite du best-seller de Raymond Moody "La vie après la vie", des milliers de personnes témoignent d’un vécu particulièrement imagé : dans une situation de mort imminente (notamment en cours de réanimation lors d’un arrêt cardiaque et sous anesthésie générale) ces expérienceurs auraient quitté leur corps, perçu l’intervention médicale puis seraient passé à travers un « tunnel », menant à la vision mystique d’une intense lumière émanant un amour inconditionnel. Au début des années 1980, une enquête statistique révélait que 8 millions d’américains auraient vécus une NDE.

Imagination ou phénomène réel ?

Désormais ce sont des équipes de médecins réanimateurs qui se penchent sur un phénomène considéré comme réel. The Lancet (2001 ; 358 : 2039-45), une des plus prestigieuse revue médicale, a publié un article de recherches du Professeur Van Lommel et coll. sur les NDE (Near-death experience in survivors of cardiac arrest : a prospective study in the Netherlands). Le Monde (19.12.2001), sous la plume de J.Y. Nau, a rendu compte de ces recherches. Il existe de par le monde un certain nombre de témoignages issus d’aires culturelles différentes, et ceux-ci ont été recueillis par des professionnels de diverses disciplines, permettant de réunir l’amorce d’un véritable corpus de la NDE. A ce jour, Sam Parnia et col. évaluent à environ 750 le nombre de cas étudiés comportant une phase de « sortie hors du corps » (Resuscitation 48, - 2001- , 149-156). Des psychologues ont interviewé des "expérienceurs", et des pédiatres se sont aussi intéressés au récit-type de la NDE, tout comme des anthropologues (Sarah-Mercier, L.V. Thomas, E. Morin), des psychiatres et des infirmiers. On dispose donc de recueil des données, premières statistiques, recoupement par différentes sources, suppression des personnes perturbées ou "douteuses" des groupes de témoins...

Est-on bien avancé ? Certes, un véritable phénomène caractéristique correspondant à la description populaire des NDE existe. Mais comment appréhender rationnellement des données qui véhiculent tant d’émotions et de croyances ?

Les NDE : une » approche de la mort » ?

Déjà, n’est-on pas enfermé dans une terminologie trompeuse ? Le nom NDE peut-il être accepté ? "Near death Experience", expériences aux frontières de la mort ou EMI - expériences de mort imminente - évoquent toutes une image spatiale de proximité avec la mort. Or, personne n’est revenu de la mort ; les NDE concernent des personnes vivantes, qui racontent après-coup ce qui leur semble des souvenirs directs de leur coma. A aucun moment il n’y a eu de mort ; la "proximité avec la mort" n’est qu’une image, car entre un vivant et un mort on considère une discontinuité absolue. Qu’en penser dans le domaine de la rationalité ?

Quelles inconnues scientifiques ?

Lorsque les premiers médecins entendent parler de ce phénomène par un best-seller à sensation, La vie après la vie, ils restent très sceptiques. Moody y relate quelques témoignages anonymes, particulièrement extraordinaires, et il tire de ce matériau ténu une sorte de modèle généralisable. Voilà une expérience bouleversant la vie des malades qu’elle touche, et dont aucun soignant n’aurait entendu parler ? Seul Moody aurait découvert ce phénomène, passé inaperçu aux yeux des scientifiques ? La pilule est un peu grosse, et les quelques récits "excentriques" de La vie après la vie ne semblent pas peser bien lourd dans la balance de la science. Néanmoins, dès la fin des années 70, quelques enquêtes plus systématisées sont lancées. Le cardiologue Michael Sabom et l’assistante sociale Sarah Kreutzinger vont sur le terrain et receuillent 116 entretiens avec des rescapés d’un ou plusieurs épisodes de réanimation (Sabom, 1982). Les témoignages confirment les premiers récits et se recoupent. Certes, on peut penser que la NDE sera expliquée et intégrée à la science standard d’ici quelques décennies. Alors, y a-t-il vraiment un enjeu philosophique ? Les récits des expérienceurs font ressortir un élément intéressant quant à la problématique "corps/esprit", et qui rentre en conflit avec l’option matérialiste/physicaliste. Il s’agit de l’expérience de « sortie hors du corps », appelée aussi « vision autoscopique » (anglais OBE Out of Body Experience), séquence maintes fois rapportée où le sujet croit se voir de l’extérieur, comme si sa conscience devenait autonome et pouvait s’envoler en l’air ! Ce vécu revient dans la plupart des témoignages et s’accompagne de sensations précises : légèreté, clarté visuelle, certitude "qu’on est bien là" et qu’il ne s’agit pas d’un rêve. Ici on se trouve en pleine science-fiction : voilà une personne dont le cœur est arrêté depuis plusieurs minutes, avec un électroencéphalogramme plat (ou totalement irrégulier), dont les fonctions vitales se désorganisent brutalement, et qui prétend être apte à penser sereinement, observer le monde qui l’entoure d’un point de vue précis au plafond de la salle d’opération."se rendre à l’adresse Internet suivante
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Lun 18 Oct 2010, 18:42

Non-voyants, malvoyants et voyants,
tous égaux devant une NDE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Par Evelyne Elsaesser-Valarino


Cet écrivain de nationalité suisse vient de publier avec un bel accueil un ouvrage en français. « D’une vie à l’autre : des scientifiques explorent le phénomène des expériences de mort imminente » réunit une série d’entretiens avec d’éminentes personnalités réalisés par l’auteur sur une énigme bien connue des lecteurs de ONDES, les NDE (ou expériences de mort imminente, ou encore expériences aux frontières de la mort). Evelyn collabore régulièrement avec Kenneth Ring, Professeur Emeritus de psychologie à l’Université du Connecticut aux USA. Elle est intervenue, cette année, aux Tables Rondes ONDES de Nice et Aix-en-Provence pour exposer l’enquête américaine effectuée sur les NDE d’aveugles.

Depuis les années 80 déjà, une rumeur tenace circulait parmi les chercheurs explorant les expériences de mort imminente : cette rumeur disait que les aveugles voient pendant leur NDE[5], même les aveugles de naissance. Un frémissement parcourut la communauté des investigateurs impliqués dans l’étude de ce phénomène fascinant et passionnant. Tenaient-ils là enfin la preuve irréfutable que les expériences de mort imminente ne sont ni des hallucinations, ni des rêves, comme quelques sceptiques s’obstinaient encore à prétendre, mais qu’elles se produisent bien en dehors de tout système sensoriel, en-dehors du cerveau, en-dehors de la matière ? Écoutons ce que le psychiatre Stanislav GROF[6], grand spécialiste de la psychologie transpersonnelle et des états modifiés de conscience, a écrit en 1994 à ce sujet :

"Il existe des cas documentés décrivant des individus dont la cécité due à des lésions organiques de leur système optique a été établie médicalement et qui, pendant leur état de mort clinique, ont pu voir leur environnement. De tels événements, contrairement à presque tous les autres aspects de l’expérience de mort imminente, peuvent être soumis à des vérifications objectives. Ainsi, ces événements représentent la preuve la plus convaincante que ce qui se passe pendant une NDE est plus qu’une fantasmagorie hallucinatoire de cerveaux physiologiquement altérés"[7] [8].

Il semblait certain que la vérification de cette rumeur était susceptible de légitimer définitivement les NDE et de leur donner la dernière touche d’authenticité que certains leur refusaient encore. Mais il fallait maintenant passer d’une hypothèse, d’une rumeur, à des faits. Kenneth RING[9] s’est attelé à cette tâche avec la collaboration de Sharon COOPER[10]. Le résultat de cette étude est décrit dans un chapitre de l’ouvrage Lessons from the Light[11] et dans une étude plus académique intitulée Mindsight[12].

Les deux chercheurs ont commencé par poser trois questions :

1) Est-ce que les aveugles vivent des expériences de mort imminente ?

2) Si tel est le cas, est-ce que ces NDE sont identiques ou différentes de celles des personnes voyantes ?

3) Les aveugles qui ont vécu une NDE revendiquent-ils des perceptions visuelles ?

Méthodologie appliquée pour cette étude

Pour recruter les individus qui devaient participer à l’étude, RING et COOPER ont contacté onze institutions américaines pour les aveugles aux niveaux national et régional. Parallèlement, ils ont mobilisé des aveugles via les revues Vital Signs et les Newsletter of the International Association for near-death studies.

Les personnes ainsi sélectionnées ont été contactées par les deux chercheurs. Lors d’un premier appel téléphonique, ils ont apprécié le degré de cécité du sujet et déterminé si, selon les critères qu’ils avaient établis au préalable, il avait effectivement vécu une NDE ou une OBE[13] qui, elle, n’était pas liée à un état de mort imminente.

46 personnes ont fait l’objet d’un entretien téléphonique, 31 seulement correspondaient aux critères préétablis et ont été retenues pour participer à l’enquête.

Il s’agissait de 20 femmes et 11 hommes, âgés de 22 à 70 ans.

16 de ces sujets avaient vécu une NDE, 5 sujets avaient vécu une NDE et, à d’autres occasions, une ou plusieurs OBE.

Ainsi, 21 personnes en tout avaient vécu une NDE et une ou plusieurs OBE.

En plus, 10 sujets avaient seulement expérimenté une ou plusieurs OBE.

Circonstances qui sont à l’origine de l’expérience de mort imminente

13 cas : maladie ou opération chirurgicale.

6 cas : accident (majoritairement accidents de voiture).

2 cas : bagarres.

1 cas : viol.

1 cas : combat.

1 cas : tentative de suicide.

Nous sommes en présence d’un total de 24 NDE puisque trois personnes ont vécu deux NDE qui sont comptées séparément.

La majorité des OBE est intervenue en situation de relaxation et de repos corporel, mais quelques-unes ont été provoquées de manière violente par des chutes ou des viols.

Statut visuel des personnes étudiées[14]

L’ensemble des 31 sujets, comprenant les personnes ayant vécu une NDE et/ou une OBE se décompose comme suit :

14 des sujets étaient aveugles de naissance.

11 personnes souffraient d’une cécité adventive, c’est-à-dire qu’elles avaient perdu la vue après l’âge de cinq ans.

6 sujets étaient fortement malvoyants[15].

Afin de déterminer si les expérienceurs[16] bénéficient de la vue pendant leur NDE, RING et COOPER ont exclu les sujets qui n’ont vécu qu’une OBE. Ils se sont ainsi limités aux 21 expérienceurs mentionnés plus haut, soit 12 femmes et 9 hommes.

Réponse aux trois questions initiales

L’étude des 21 expérienceurs a fourni le résultat suivant :

1) Est-ce que les aveugles vivent des NDE ? La réponse est Oui.

2) Est-ce que ces NDE sont identiques ou différentes de celles des personnes voyantes ? Ces NDE sont en tous points identiques à celles des personnes qui bénéficient de la vue.

3) Les aveugles qui ont vécu une NDE revendiquent-ils des perceptions visuelles ?

Avant de répondre à cette troisième question qui est cruciale, examinons le cas de Vicki UMIPEG. Vicki est une aveugle de naissance de 43 ans qui a vécu deux NDE. La première s’est produite à l’âge de 12 ans suite à une appendicite compliquée par une péritonite. La deuxième NDE est intervenue dix ans plus tard, quand elle avait 22 ans, suite à un accident de voiture.

Vicki était une grande prématurée, née à 22 semaines seulement. Elle fut mise en couveuse et, comme cela arrivait malheureusement souvent à cette époque-là, le débit de l’oxygène qui lui était administré était mal réglé et son nerf optique a été irrémédiablement endommagé, entraînant une cécité complète.

Selon ses propres paroles, avant sa NDE, elle n’a jamais bénéficié d’aucune perception visuelle. Voici comment elle décrit sa vie d’aveugle :

RING : "Pouviez-vous voir quelque chose ?"

Vicki : "Non rien, jamais. Pas de lumière, pas d’ombre, rien du tout, jamais."

RING : "Ainsi, le nerf optique a été détruit dans vos deux yeux ?"

Vicki : "Oui, complètement. Voyez-vous, je n’ai jamais été capable de comprendre ce que les gens entendent par le concept de lumière."[17]

Pourtant, pendant la deuxième NDE de Vicki, une chose extraordinaire s’est passée. Cette expérience de mort imminente est survenue lors d’un grave accident de voiture au cours duquel Vicki a été très grièvement blessée. Elle souffrait de multiples fractures dont une fracture du crâne, de blessures à la nuque, au dos et à une jambe. Une très longue convalescence a été nécessaire et elle ne put se tenir debout sans s’évanouir qu’un an seulement après avoir quitté l’hôpital.

En décrivant sa NDE, Vicki dit qu’elle a quitté son corps et s’est retrouvée dans un corps non-matériel qui avait pourtant une forme distincte et était "comme fait de lumière". Elle n’a aucun souvenir de son transport en ambulance à l’hôpital mais se souvient de s’être retrouvée au plafond dans une salle d’opération de l’hôpital. Elle observait un médecin et une femme s’affairer sur son corps. Elle ne pouvait pas préciser si la femme était également médecin ou infirmière. Vicki essayait avec désespoir de leur dire de ne pas s’acharner sur son corps, qu’elle était bien et en paix, mais évidemment elle n’arrivait pas à communiquer avec eux.

C’est à cet instant qu’intervint l’épisode qui fut source d’étonnement pour Vicki qui, rappelons-le, n’a jamais eu aucune perception visuelle depuis qu’elle est née. Elle le décrit ainsi :

"... Je savais que c’était moi. A l’époque, j’étais assez maigre. J’étais très grande et maigre. Au début, je voyais simplement qu’il y avait un corps étendu là-bas, mais je n’avais pas encore réalisé que c’était le mien. En même temps, je me rendais compte que je me trouvais au plafond et je me suis dit "Tiens, c’est curieux. Qu’est-ce que je fais ici ?" Je me suis dit "Eh bien, ça doit être moi. Est-ce que je suis morte ?" Puis j’ai aperçu ce corps là-bas et... j’ai compris que c’était le mien parce que je n’étais pas dans mon corps, donc ça devait être le mien.[18]"

Presque immédiatement après cet épisode, elle se souvient qu’elle monta à travers les plafonds de l’hôpital jusqu’à ce qu’elle en traverse le toit. Depuis cette perspective, elle avait une vue panoramique des alentours. Elle se sentait toute excitée et se réjouissait énormément de ce sentiment de liberté qu’elle expérimentait. En même temps, elle entendit une musique exquise, sublime et harmonieuse. Ensuite, elle s’est sentie aspirée dans un tunnel. Tout était noir autour d’elle mais bientôt elle vit une lumière au bout. Quand elle s’approcha du bout du tunnel, la musique s’intensifia. A cet instant précis, elle sortit du tunnel et se retrouva étendue dans l’herbe, entourée de fleurs magnifiques ainsi que de nombreuses personnes. L’endroit était inondé de lumière et Vicki dit qu’elle pouvait aussi bien voir la lumière que la sentir. Et cette lumière était faite d’amour. Les gens qui se trouvaient là étaient également lumineux et personnifiaient l’amour. "Tout était fait de lumière", nous dit Vicki "moi aussi, j’étais faite de lumière. Et l’amour était partout. C’est comme si l’amour jaillissait de l’herbe, des oiseaux, des arbres, de partout"[19].

Vicki reconnut alors cinq personnes qu’elle avait fréquentées pendant sa vie terrestre et qui étaient venues pour l’accueillir. Il y avait Debby et Diane, deux camarades de classe, aveugles comme elle, qui étaient décédées à l’âge de 11 ans et 6 ans respectivement. De leur vivant, elles étaient profondément handicapées mentalement, en plus d’être aveugles, mais lors de cette rencontre, elles étaient rayonnantes et belles, en bonne santé et pleines de vitalité. Elles n’étaient plus des enfants mais des adolescentes.

Vicki aperçut également deux personnes qui s’étaient occupées d’elle pendant son enfance et qui étaient également décédées. Finalement, Vicki rencontra sa grand-mère qui était morte deux ans auparavant et qui s’approcha pour prendre Vicki dans ses bras. Lors de toutes ces rencontres, il n’y eut pas d’échange de paroles mais uniquement un échange d’amour et de bienvenue. Ensuite, Vicki vit un être qui rayonnait mille fois plus que les personnes qu’elle venait de rencontrer. Avec le soutien bienveillant de cet Être de lumière, elle expérimenta une revue de vie et visionna également son avenir en compagnie de ses enfants auxquels elle donnerait naissance dans le futur. Finalement, cet Être de lumière lui signifia qu’elle devait retourner sur terre pour y enseigner l’amour et le pardon.

Ce témoignage ainsi que d’autres cas étudiés par RING et COOPER permettent de répondre à la troisième question : oui, les aveugles, même les aveugles de naissance, ont des perceptions visuelles qui concernent aussi bien notre monde physique que cette autre dimension à laquelle la NDE semble donner accès.

Fréquence des perceptions visuelles chez les aveugles qui vivent une NDE

Rappelons que 21 expérienceurs ont été inclus dans l’enquête de RING et COOPER.

De cet échantillon :

15 personnes ont bénéficié de la vue pendant leur NDE.

3 personnes ne sont pas sûres si oui ou non elles ont vu pendant leur NDE.

3 personnes n’ont pas eu de perceptions visuelles du tout, dont deux aveugles de naissance.

Il convient cependant de se poser la question si les trois personnes mentionnées en dernier n’ont réellement rien vu pendant leur NDE ou si elles ne savent tout simplement pas ce que "voir" signifie.

Un homme qui a été inclus dans la troisième catégorie, celle des trois personnes qui affirment n’avoir eu aucune perception visuelle, dit ceci "Je ne sais pas ce que vous entendez par "voir"[20]. Quoi qu’il en soit, il ressort clairement de cette étude qu’une majorité d’aveugles a bénéficié de la vue pendant leur NDE, tandis qu’une minorité seulement n’est pas sûre d’avoir eu des perceptions visuelles ou n’en a effectivement pas eues. Signalons que cette évidence est encore plus forte parmi les personnes aveugles qui ont expérimenté une OBE : 9 sur 10 ont bénéficié de la vue pendant leur décorporation.

Ainsi, 25 personnes ont témoigné d’une sorte de perception visuelle pendant leur NDE ou leur OBE, soit 80 % sur l’ensemble des sujets examinés. Même chez les aveugles de naissance, 9 sur 14 ont bénéficié de la vue, soit 64 %.

Mais qu’est-ce que ces personnes voient exactement ?

Les expérienceurs non-voyants ou malvoyants voient exactement les mêmes choses que les expérienceurs voyants :

Dans notre monde physique : 10 sur les 21 expérienceurs aveugles disent avoir vu leur corps depuis l’extérieur. 7 sur les 10 personnes aveugles qui ont fait une OBE font le même constat.

D’autres perceptions visuelles dans notre monde physique sont rapportées avec maints détails comme celles concernant l’équipe médicale qui s’affaire sur le corps de la personne concernée, la description de la salle d’opération, les gestes médicaux exécutés, les détails de l’accident qui l’a amenée au seuil de la mort, etc.

La description que les aveugles font du déroulement de la NDE dans l’"autre dimension" est en tous points identique à celle des expérienceurs voyants.

Les aveugles sont les premiers étonnés de voir pendant leur expérience de mort imminente, ainsi que le décrit une femme qui est devenue complètement aveugle à l’âge de 22 ans, suite à une maladie :

"Je pouvais voir et j’étais supposée être aveugle ! Je sais que je pouvais tout voir. Quand j’étais en dehors de mon corps, tout était parfaitement clair. Je pouvais voir tous les détails"[21]. »

Voir ou savoir ?

Une étude plus approfondie, une analyse plus fine des récits ont ainsi amené RING et COOPER à constater que ce qui est en jeu est une conscience d’une nature très complexe issue de plusieurs sens et non pas une simple perception visuelle.

Les expérienceurs aveugles sont hésitants, mal à l’aise, empruntés quand on les pousse à analyser leurs perceptions visuelles. "Oui", répondent-ils, "bien sûr j’ai tout vu, l’équipe médicale, mon corps disloqué, la voiture qui tombait dans le ravin, les gens qui couraient dans tous les sens, j’ai tout vu mais pourtant je ne suis pas convaincu que "voir" est le terme juste". Quand RING demanda à Vicki si elle pensait que sa NDE se situait plutôt au niveau de la vue ou du savoir, elle répondit sans aucune hésitation "C’était les deux, Ken, c’était en même temps voir et savoir.

Voici comment un autre témoin le formule :

"Comme je n’avais pas d’yeux (puisque je n’étais pas dans mon corps), je "voyais" avec toute ma conscience".

L’évidence s’impose que les expérienceurs non-voyants et malvoyants ont accès à une sorte de connaissance, basée sur une prise de conscience généralisée issue d’une multitude d’impressions sensorielles, surtout tactiles. Ce savoir leur donne accès à toutes les informations, situées aussi bien dans notre monde physique que dans l’autre dimension.

Il est important de bien comprendre qu’ils n’ont pas deviné ce qui s’est passé pendant leur expérience de mort imminente, ils l’ont bel et bien vu, mais ce voir est plus vaste que nos perceptions visuelles habituelles, ce voir englobe un savoir qui donne à la vision une puissance et une acuité impossibles à obtenir dans une perception visuelle habituelle.

Ce qui est en jeu est une omniscience qui ne semble accessible que dans un état de conscience élargie, dans notre cas - mais pas forcément toujours - lié à un état de mort imminente.

La subtilité de cette problématique est évidente, comme bien d’autres aspects de l’expérience de mort imminente qui me passionne précisément à cause de sa complexité.

Pour approfondir leur analyse, RING et COOPER citent une expérience de méditation d’une personne malvoyante :

"A cette époque, je méditais tous les jours. Pendant un de ces états profonds de méditation, j’ai vécu une expérience extrêmement saisissante et intense. Bien que mes yeux étaient fermés, je pouvais tout à coup tout voir - toute la pièce et moi au milieu - et je serais incapable de vous dire depuis quel endroit je voyais tout cela ! Je ne voyais pas avec mes yeux ou depuis un seul point de vue ou angle. C’était comme si je voyais tout depuis partout ! C’était comme s’il y avait des yeux dans chaque cellule de mon corps et dans chaque particule qui m’entourait. Je pouvais voir simultanément depuis un point situé devant moi, au-dessus de moi, en dessous de moi, derrière moi, etc. Tout se passait comme s’il n’y avait aucun observateur séparé de ce qui était vu. Il y avait simplement une prise de conscience parfaite de toute chose.

Cette description est intéressante à double titre. Premièrement, elle explique bien la puissance tout à fait étonnante de ce type de vision. D’ailleurs, il convient de souligner que la conscience semble fonctionner de manière omnidirectionnelle. Deuxièmement, elle illustre une certitude qui n’est pas soulignée suffisamment, c’est-à-dire que ce qui se passe pendant une NDE peut se produire également dans d’autres états élargis, de conscience par exemple, pendant la méditation.

Regardons de plus près à quoi ressemble cette vision décuplée, transcendée. Une femme a contracté une pneumonie lors de sa deuxième grossesse et, à son arrivée à l’hôpital, elle perdit conscience. A cet instant, elle fit une décorporation :

"Je planais au-dessus d’une civière dans l’une des salles d’urgence de l’hôpital. Je regardais la civière et me rendis compte que le corps enveloppé dans des draps était le mien, mais cela m’était bien égal. La pièce était beaucoup plus intéressante que mon corps. Et quelle belle perspective j’en avais ! Je pouvais tout voir. Et je veux dire vraiment tout ! Je pouvais voir le haut de la lampe du plafond et le dessous de la civière. Je pouvais voir les carreaux du plafond et les carreaux du sol - simultanément. Je bénéficiais d’une vision sphérique de 360°. Et elle n’était pas uniquement sphérique mais détaillée ! Je pouvais voir chaque cheveu ainsi que le follicule dont il sortait sur la tête de l’infirmière qui se trouvait à côté de la civière. A ce moment-là, je savais exactement combien de cheveux elle avait sur la tête. Ensuite, j’ai changé de perspective. L’infirmière portait des collants Nylon blancs brillants. Chaque reflet et chaque scintillement se détacha avec une netteté éblouissante et de nouveau je savais exactement combien d’étincelles il y avait".

Revenons une fois encore sur la troisième question posée par l’étude de RING et COOPER :

Les aveugles qui ont vécu une NDE revendiquent-ils des perceptions visuelles ?

La réponse est "oui et non" ! Il serait inexact de dire que les aveugles voient pendant leur NDE mais plus juste de constater qu’une conscience de nature complexe et insuffisamment comprise à ce jour leur donne accès aux mêmes informations que nous, personnes voyantes, obtenons à travers la vision.

Cette conscience, cette omniscience, va bien au-delà de tout ce que la perception visuelle habituelle peut offrir. Il s’agit bien ici d’un état de conscience élargie, que RING et COOPER ont décidé d’appeler "conscience transcendantale".

Nous pouvons dorénavant affirmer que ce ne sont pas les yeux qui voient mais l’esprit !

Non-voyants, malvoyants, voyants : tous égaux devant la NDE

Aucun expérienceur, non-voyant, malvoyant ou voyant, ne perçoit les scènes qu’il observe lors de la décorporation à travers ses organes visuels, car ils sont tous inconscients lors de leur expérience de mort imminente. La seule différence réside dans le témoignage de la NDE, dans la difficulté additionnelle que rencontre l’aveugle de naissance à décrire son expérience, car il n’a jamais vu le monde auparavant.

La NDE ne peut pas être comprise si on néglige sa nature symbolique

Il est certain que la NDE est, dans son essence, intrinsèquement symbolique. Elle est toujours codée, présentée, mise en scène de telle manière que l’expérienceur puisse la comprendre, qu’elle ait un sens pour lui.

Pendant leur NDE, certaines personnes sentent la présence d’un proche ou de l’Être de lumière, d’autres les voient et peuvent les décrire en détail par exemple l’Être de lumière rayonnant d’un éclat surnaturel tel que décrit par les symbolismes religieux ou un proche vêtu du même costume qu’il portait de son vivant. Personnellement, il me semble évident qu’il s’agit en fait d’un support visuel qui permet à la personne mourante de s’acclimater à cette autre dimension réellement inimaginable, incompréhensible sans ce support visuel qui permet de faire le lien entre le monde matériel et le monde immatériel, telle une interface dans le sens informatique du terme.

RING et COOPER pensent que la connaissance suprasensorielle, qui se produit donc en dehors de nos sens, n’est traduite en image qu’au moment où l’expérienceur raconte sa NDE. C’est uniquement au moment où il doit transposer en paroles ce qu’il a vécu que cette omniscience, cette connaissance absolue dont il a bénéficié pendant sa NDE, devient "perception visuelle". C’est pour cette raison que tous les expérienceurs, non-voyants, malvoyants et voyants, appellent "voir" ce qui, en fait, est "percevoir" grâce à une conscience transcendantale.

Comme une conscience transcendantale doit, par essence, transcender les limites des sens, il n’est pas étonnant que les expérienceurs aveugles parlent de "vision parfaite jusque dans les moindres détails, d’une perfection absolue de leurs capacités visuelles".

D’ailleurs, il est si significatif que diverses théories de la science moderne se rejoignent dans la certitude que la conscience est à l’origine de tout et la base même de tout être.

Quatre postulats

RING et COOPER ont retenu quatre postulats :

1) Le premier postulat dit que la conscience est primordiale et la base de tout être. Voici quelques phrases empruntées à un penseur nommé GOSWAMI :

"Tous les événements sont des phénomènes de conscience. Au-delà de ce que nous percevons comme la réalité immédiate, il y a la réalité transcendantale. En fin de compte, toute réalité est faite de conscience. La division de la réalité en transcendance et immanence est un épiphénomène de l’expérience".

2) Le deuxième postulat de cette même science moderne affirme que la conscience est non localisée. Ceci signifie que l’esprit, plutôt que d’être enraciné, localisé dans un individu et assujetti au temps qui s’écoule de la naissance à la mort, n’est en fait localisé ni dans le temps, ni dans l’espace.

3) Le troisième postulat argumente que la conscience est unitive. Ceci signifie qu’il n’y a qu’une conscience que nous nommons Esprit, et que la notion d’esprits individuels n’est en fait rien d’autre qu’une illusion pratique que DOSSEY (1989) appelle sarcastiquement "l’illusion d’un moi séparé et la sensation d’un ego qui possède un esprit séparé.

4) Le quatrième postulat profère que la conscience peut et, en effet, doit quelquefois fonctionner en dehors du cerveau.

Ceci est essentiel pour comprendre pourquoi les expérienceurs aveugles sont conscients de quelque chose qui est assimilable à la perception visuelle.

DOSSEY, l’exprime ainsi :

"Si l’esprit est non-local, il est forcément indépendant du cerveau et du corps qui, eux, sont locaux. Si l’esprit est non-local, séparé du cerveau et du corps, donc pas entièrement assujetti à l’organisme physique, alors la possibilité de la survie de l’esprit, lors de la mort du corps, devient une possibilité".

Comme DOSSEY et beaucoup d’autres théoriciens l’ont exprimé, bien que l’esprit ne soit pas un produit du cerveau, ceci n’exclut pas qu’il peut par moments fonctionner dans le corps, à travers le cerveau, pour nous fournir notre représentation quotidienne du monde.

La conscience transcendantale

Voici la conclusion à laquelle RING et COOPER sont arrivés au terme de leur recherche :

Il s’agit d’une vision sans perceptions visuelles. Ce que nous avons pris pour une perception visuelle au premier abord s’est révélé être tout autre chose : une conscience transcendantale. Cette conscience transcendantale fonctionne indépendamment du cerveau mais doit, pour être nommée, nécessairement être filtrée par lui et par un deuxième filtre qui est celui du langage.

Ainsi, jusqu’à ce que le vécu de l’expérienceur (non-voyant, malvoyant ou voyant) arrive chez nous, observateur, l’expérienceur l’a traduit en "perception visuelle". Mais, en fait, il s’agit de tout à fait autre chose, de quelque chose d’une essence si inhabituelle qu’il est excessivement difficile de le décrire avec nos mots de tous les jours.

La recherche sur la conscience, s’appuyant par exemple sur les découvertes de la physique quantique, est certainement une des clés capables d’ouvrir la porte de ce royaume si mystérieux et si fascinant.

source
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Lun 18 Oct 2010, 20:41

PS:
j oubliais ce livre découvert aujourd'hui et qui promet de belles heures de lecture!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Et si tout ne finissait pas avec la mort physique ? Si les expériences acquises au cours d'une vie accompagnaient chacun de nous, au fil des âges, dans ses mues successives,gages d'une harmonie toujours plus parfaite entre l'être et l'univers ?

Cette croyance - ou cette espérance - de la réincarnation, des milliards d'êtres humains l'ont partagée, la partagent encore, et nul ne peut la réduire à une tradition « populaire» ou « primitive ». De grands esprits - à commencer par Platon - des courants de pensée rigoureux - les gnostiques - l'ont envisagée et admise. La science contemporaine elle-même ne prétend plus l'exclure.

Fruit de longues recherches à travers les cultures et les religions du monde, cette anthologie rassemble les textes, du bouddhisme du christianisme, de la pensée grecque antique au mouvement théosophique moderne, sans refuser l'éclairage du XXe siècle et des nouvelles avancées du savoir. Best-seller aux Etats-Unis où il parut voici une vingtaine d'années, ce livre est assurément le plus complet, le plus précis et le plus clair sur lequel puisse s'appuyer la réflexion spirituelle de chacun.
Préface de l'édition française
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Semis de roses et phénix (mosaïque)



Avant la fin de notre siècle, il y a bien des chances pour que la réincarnation – avec sa condition préalable, la survivance de l'âme après la mort – finisse par acquérir droit de cité en Occident, si la vague d'intérêt qui porte ces idées au premier plan de nos préoccupations spirituelles poursuit sa montée spectaculaire, qui semble aujourd'hui irrésistible, comme le démontrent année après année les enquêtes statistiques menées sur les populations européenne et américaine. Ce qui était simple curiosité orientale pour nos parents est en passe de devenir vérité d'évidence pour nos enfants qui s'interrogeront peut-être un jour sur la raison des réticences de leurs aînés.

Un livre comme cette anthologie vient à point nommé de nos jours. C'est d'ailleurs un véritable best-seller aux États-Unis. Depuis sa parution en 1977, et pendant l'inévitable délai nécessaire pour lui faire franchir l'Atlantique, il a déjà connu plusieurs éditions, dont une en livre de poche. C'est dire d'emblée qu'il ne s'adresse pas à des spécialistes mais qu'il vise le plus large public, désireux d'en savoir plus sur un thème d'intérêt majeur, dont personne ne craint plus de parler ouvertement, par peur du ridicule.

Même si la vieille Europe s'est mobilisée très tôt pour préparer la grande renaissance de la réincarnation dont nous sommes les témoins, c'est maintenant l'Amérique qui se trouve à la pointe avancée du mouvement. Et ce ne sont plus seulement des philosophes, des poètes ou des auteurs littéraires – en dehors du cercle traditionnel des occultistes ou des adeptes du yoga – qui se font les défenseurs de la réincarnation, mais des psychologues, des médecins, des physiciens, des chercheurs scientifiques venus de tous les horizons, sans compter des gens d'Église qui affichent leur adhésion à la doctrine et l'enseignent à l'université. On n'est plus surpris d'entendre un personnage très connu déclarer à la télévision, devant des millions de spectateurs, sa ferme conviction en la réincarnation.

En France même, il n'est pas rare de trouver de telles révélations par la voie des médias. Il y a quelques années, les lecteurs d'un grand magazine apprenaient qu'à l'occasion d'une rencontre entre Marguerite Yourcenar et le grand chorégraphe Maurice Béjart, la conversation avait porté, entre autres, sur... la réincarnation. Vers la même époque, un cinéaste de grand renom annonçait à la télévision son intention de faire un film sur le même thème, suivant d'ailleurs en cela une voie ouverte depuis longtemps aux États-Unis, avec des productions comme I've lived before (1956) et Audrey Rose (1977). Notons d'ailleurs au passage que ce dernier film a été retenu par Armand Jammot pour ses « Dossiers de l'Écran », précisément en vue d'un débat sur la réincarnation, programmé en septembre 1983. Et récemment, la grande actrice de renommée internationale Shirley MacLaine a publié en Amérique un ouvrage qui est vite devenu un livre à succès : Out on a limb (« L'Amour foudre »). Elle y explique, en termes simples et directs, comment l'idée de réincarnation s'est imposée à elle, à la suite de certains événements déterminants, en donnant un sens profondément nouveau à sa vie. Que de chemin parcouru depuis les années 50!

À cette époque, le docteur Bertholet venait de publier pour le public francophone sa belle anthologie La Réincarnation (éditions rosicruciennes, Lausanne 1949, réédition 1978), ouvrage déjà copieux, qui demeure un livre de référence de valeur. Au chapitre des « preuves expérimentales », également, de grands efforts avaient été faits en France par Gabriel Delanne et bien d'autres, pour réunir témoignages et pièces à conviction sur la renaissance des âmes.

Mais bientôt, aux États-Unis, tout allait changer de rythme. Pendant que la parapsychologie acquérait ses lettres de noblesse grâce à J.B. Rhine, Morey Bernstein allait faire sensation avec son livre A la recherche de Bridey Murphey, relatant la découverte de la vie antérieure présumée d'une contemporaine.

C'est également à cette époque que remontent les premiers travaux du professeur Stevenson qui s'est acquis une renommée mondiale par ses enquêtes scientifiques sur des milliers de cas spectaculaires d'enfants dont les souvenirs et le comportement suggèrent fortement la réincarnation.

Par ailleurs, l'exploration de plus en plus active du no man's land séparant la vie et la mort, avec les investigations de plusieurs médecins (tels que le docteur Elisabeth Kübler-Ross, le docteur Moody...) a également préparé la voie à l'époque actuelle où s'affrontent les courants d'idées les plus opposés.

En définitive, pour le public qui suit avec intérêt les enquêtes, menées par des scientifiques, sur l'approche de la mort et sur la réincarnation, l'idée d'une survivance de la conscience et de son retour dans un corps sur la terre est devenue maintenant absolument plausible. On dirait, en tout cas, qu'elle n'a plus rien d'impossible, rien de choquant. Bien sûr, elle a contre elle tout le poids du passé, des préjugés, des dogmes religieux voire scientifiques. D'où les débats passionnés qui opposent les différentes écoles, et les difficultés qu'ont dû affronter au départ des chercheurs objectifs et sincères, comme Stevenson ou Moody, dans leur simple présentation des faits expérimentaux.

Dans un pareil contexte, un livre comme cette anthologie a un rôle essentiel à jouer en cette fin de siècle. Car il importe pour nous, là où nous en sommes arrivés, de faire le point sur la réincarnation, sans passion et sans préjugés, en interrogeant les traditions passées mais aussi en tenant compte des données les plus récentes.

Il y a, bien sûr, beaucoup d'habiles charlatans, ou de simples rêveurs, qui présentent de cette antique doctrine les vues les plus fantastiques et dégradantes. Profitant de la vogue actuelle, ils s'affirment prophètes de la vérité nouvelle, mais en même temps contribuent par leurs fictions à créer dans les esprits une confusion déplorable dont profitent un peu trop facilement les adversaires de la réincarnation.

C'est pourquoi les hommes et les femmes du xxe siècle se doivent de s'informer sérieusement, pour que leur fraîche adhésion à la réincarnation ne s'installe pas sous la forme d'une croyance sentimentale mais d'une conviction raisonnée, éclairée par une réflexion philosophique.

Mais faudrait-il aborder les arcanes de la métaphysique dans cette quête de la vérité, et s'initier aux langues orientales pour en apprécier les nuances? Nullement, et Le Livre de la Réincarnation le prouve. Sa lecture n'est pas réservée à un public d'érudits, ni d'initiés. Il s'offre à tous, comme une invitation au voyage – à un voyage sans précédent dans le monde incroyablement divers de pensées et d'images élaboré par le mental humain, depuis les temps les plus reculés de l'Histoire et dans toutes les régions du globe.

Il n'existe pas une seule et unique façon d'envisager la renaissance sur la terre : c'est l'un des premiers mérites de ce livre de le faire comprendre, par l'exploration minutieuse, et dépourvue de tout sectarisme, de l'ensemble des témoins de la réincarnation.

La Vérité n'est pas enfermée dans les pages d'un livre, mais ce qu'en pressent chacun – même le plus humble – mérite d'être considéré avec sérieux, d'une manière ouverte et généreuse. Peut-être parce que, dans le chatoiement de toutes les touches de couleurs que les hommes ont apportées à l'ensemble de l'image qu'ils ont cru percevoir et qu'ils ont voulu dépeindre, chaque individu, chaque lecteur attentif peut capter le rayon de lumière capable d'éveiller en lui-même le germe endormi au fond de sa conscience, ou, comme aurait dit Platon, le souvenir lointain d'une connaissance qui attendait d'être ramenée au jour, pour donner à l'existence humaine un sens nouveau.

En parcourant cette anthologie, on est frappé justement de voir comment, au cours de l'Histoire, des idées vieilles comme le monde ont pu être reprises par les esprits les plus divers qui ont souvent projeté sur elles des éclairages personnels d'une grande originalité. Ce qui illustre bien la nécessité pour chaque peuple, et même chaque génération, de repenser l'héritage reçu de la Tradition, pour en découvrir l'actualité et les applications pratiques au contexte de l'heure.

Un autre grand mérite de ce livre – qui, par son importance constitue une sorte de « Bible de la réincarnation », selon le mot du philosophe Ch. Humphreys – est de montrer que la loi des renaissances successives, avec son corollaire la loi de karma, de responsabilité éthique, correspond à une disposition naturelle de l'univers, comme la succession des saisons, ou le mouvement des marées.

La réincarnation n'exige pas de l'homme qu'il croie au miracle : toute chose dans le monde a sa place et sa nécessité, et le progrès individuel et collectif est entre les mains de chacun. Elle n'exige pas non plus l'abandon de la foi – c'est-à-dire l'Esprit de la religion. L'histoire du passé prouve abondamment que Ton peut être chrétien de coeur et croire, comme Origène, comme bien des premiers Pères de l'Église, comme les Cathares, à la nécessité d'un retour pour la purification de l'âme. Il convient de faire savoir ces choses d'urgence au monde moderne qui s'interroge.

Il faut aussi être reconnaissant aux auteurs de ce livre d'avoir pris soin de collecter dans la littérature théosophique de Mme Blavatsky les témoignages de sa pensée authentique. De l'aveu de tous les critiques objectifs, le mouvement qu'elle a lancé au XIXe siècle sous le nom de Théosophie a largement contribué à répandre dans nos pays la pensée orientale et, en particulier, à populariser les idées de réincarnation et de karma sous un jour vraiment philosophique.

En France, dans la littérature consacrée à la survivance et à la renaissance, l'approche théosophique de ces problèmes apparaît trop souvent déformée et incomplète, quand elle n'est pas simplement passée sous silence. Elle apporte cependant des compléments indispensables à une compréhension approfondie de ces sujets, tout en donnant un nouveau relief aux doctrines hindoues et bouddhiques.

Faut-il ajouter, pour terminer, que la présentation de cette anthologie au public de langue française a posé maints problèmes de traduction, de collation des textes cités et de vérifications attentives? Plus d'une fois, la nécessité s'est présentée de supprimer les extraits de certains auteurs anglo-saxons trop peu connus en France, ou au contraire d'insérer des contributions d'importants témoins francophones inconnus aux États-Unis.

Lorsque, profitant d'une tournée de conférences, l'un des auteurs a pris, à Paris, les premiers contacts avec un groupe de collaborateurs en vue de cette publication, en me demandant amicalement de veiller à la réalisation finale du projet, nous nous sommes trouvés ensemble confrontés à une tâche considérable.

Que les membres dévoués de cette équipe, qui demeurent ici anonymes, soient remerciés pour leurs inlassables contributions à l'oeuvre commune, sans lesquelles ce livre n'aurait pu voir le jour.

On le sait, traduire c'est toujours un peu trahir. Il y a pourtant une certitude que j'aimerais finalement livrer au lecteur : tout a été mis en. oeuvre pour respecter scrupuleusement la vérité des textes, l'esprit des multiples témoins de la réincarnation et le souffle vivant qui anime cette doctrine venue jusqu'à nous du fond des âges.

Un dernier souhait reste à formuler. De nos jours, la réincarnation n'est vraiment plus une doctrine réservée aux occultistes. Espérons donc que cette anthologie ne restera pas confinée au rayon des curiosités ésotériques puisqu'elle entend parler à tous les hommes de bonne volonté.

Jean-Louis Siémons et
Mis en ligne par Beaujarret

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Didiera

avatar

Masculin
Poissons Serpent
Nombre de messages : 421
Date de naissance : 08/03/1965
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Mar 19 Oct 2010, 13:42

Très intéressant ton article sur les NDE des non-voyants...

Il y aurait une différence entre 'regarder' (sens physique) et 'voir' (sens spirituel), comme le dit Castaneda.

Ma question :

une NDE, avec sortie du corps, est-elle identique à une sortie du corps par voyage astral, ou bilocation? (pour ceux qui ont expérimenté l'un et/ou l'autre) ?
Revenir en haut Aller en bas
Juan-Matus



Masculin
Cancer Chat
Nombre de messages : 44
Date de naissance : 14/07/1975
Age : 41
Localisation : France
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Mer 20 Oct 2010, 16:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Ma question :

une NDE, avec sortie du corps, est-elle identique à une sortie du corps par voyage astral, ou bilocation? (pour ceux qui ont expérimenté l'un et/ou l'autre) ?
Non, la NDE est une expérience particulière où la conscience, désolidarisée d'avec le corps d'un point de vue... on va dire... vital (faute d'un meilleur terme)... se connecte au champ de vitalité de l'au-delà (des mondes de l'après-vie, comme on dit parfois)... Le tunnel de la NDE (qui est rare sous sa forme caractéristique dans les décorporations "simples") n'est pas seulement un symbole imaginal, mais aussi le résultat d'une interaction énergétique entre la conscience et le champ vital de l'au-delà...
Dans la décorporation "simple", il n'y a pas de rupture vitale entre la conscience et le corps, il subsiste un lien vital, symbolisé par la corde d'argent dans l'imagerie ésotérique (cette corde est une réalité à la fois imaginale et énergétique, bien qu'elle ne soit pas nécessairement à prendre au premier degré)... Lorsqu'on est en décorporation "simple", même si l'on se rend éventuellement dans des dimensions de l'au-delà, l'expérience est différente de ce qui se passe dans une NDE. En quel sens ? Dans la NDE, la conscience embrasse véritablement la Lumière vitale de l'au-delà, et cet embrassement est rendu dans les témoignages comme une expérience particulièrement profonde d'Amour, de Félicité, de Béatitude... Dans la décorporation "simple", la conscience est comme relativement imperméable par rapport à la Lumière vitale de l'au-delà, parce qu'elle est encore liée au champ vital de l'incarnation.
Tout cela est simplifié... mais les grandes lignes sont à peu près celles-là. Si on peut rapprocher l'expérience de la NDE avec d'autres expériences pendant l'incarnation, on peut probablement évoquer une certaine sorte de similitude avec l'expérience extatique en général (je dis en général, car il peut exister différents types d'expériences extatiques : relativement au Cœur ; et relativement au centre coronal... le Cœur ici n'étant pas le chakra cardiaque, bien que la confusion soit quasiment totale chez nombre de spiritualisants)... La Paix, la Félicité, la Béatitude qui sont vécues dans les expériences extatiques renvoient autant à l'Essence virginale de l'Energie de la Vie, que le fait la Lumière vitale de l'au-delà... Là où les expériences les plus élevées de NDE transfigurent psychologiquement, mentalement et spirituellement l'individu... les plus profondes expériences extatiques réalisent la même transfiguration intérieure. La personnalité incarnée peut mettre plusieurs années à intégrer les effets d'une profonde expérience de NDE, ou d'une profonde expérience extatique...
A titre de nuance : toute expérience de NDE ne connecte pas nécessairement la conscience avec les plans "lumineux" de l'au-delà. Il peut exister des NDE négatives, qui connectent momentanément la conscience avec des plans inférieurs, pauvres en Lumière vitale... Je dis "pauvres", car il n'existe rien qui puisse être totalement et intégralement dépourvu de Lumière... Et il existe des expériences extatiques plus ou moins profondes, et qui impactent plus ou moins puissamment la personnalité transitoire... Je n'ai pas vécu de NDE, mais je suis familié avec les décorporations, et des expériences extatiques marquantes ont éclos dans ma propre démarche spirituelle. Tout comme les plus hautes expériences extatiques, les NDE du type le plus élevé sont d'authentiques immersions et d'authentiques expériencisations de l'Amour divin... Il suffit d'avoir goûté une seule fois à cet Amour (et c'est ici une manière de parler), pour comprendre et savoir que l'Amour est l'essence absolue de la Réalité... la puissance éternelle de la Vie.
Peut-être que je dirais quelques mots à propos de ta question, Ambre...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.meditationsolaire.com/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Mer 20 Oct 2010, 16:46

je continue avec cette phrase de Juan Matus;

... Là où les expériences les plus élevées de NDE transfigurent psychologiquement, mentalement et spirituellement l'individu... les plus profondes expériences extatiques réalisent la même transfiguration intérieure. La personnalité incarnée peut mettre plusieurs années à intégrer les effets d'une profonde expérience de NDE, ou d'une profonde expérience extatique...

je dirais , oui  sur la durée , non dans l immédiat...car en effet j ai mis plusieurs année avant d en prendre toute la mesure! En fait il a fallu que mon père meurt  moins de deux ans après d un cancer ,pour que commence alors "l épreuve" du deuil de l enfance(mais c est un autre sujet dont j ai déjà témoigné aux travers ce forum)!
Cette mort "imminente" en français, est le début de la Vie , en ce qui me concerne et le début d un long parcours fait de recherches pour cette re-co-naissance dont je parle si souvent!


Tout comme les plus hautes expériences extatiques, les NDE du type le plus élevé sont d'authentiques immersions et d'authentiques expériences de l'Amour divin...

j ai vécu une expérience dite "extatique"  totalement différente quand à la "perception" de cet Amour Divin qui s est présentée à moi alors que j étais à moitié assoupie sur ma terrasse!

Je n ai pas souvenir d avoir vécu cela lors de ma NDE...

Après mon "réveil", jamais je n ai trouvé les mots pour dire ce qui est indicible en fait quand à la perception de cette expérience.
C est ce qui m a d ailleurs conduite à m intéresser au NDE chez  les non voyants!
Je m explique, quand je dis que je me voyais , je me voyais(avec mes yeux) réellement au dessus de mon corps ET je percevais (avec ma conscience) un autre état de VIE mais sans corporité...


Nb en date du 16 Avril 2015: toutes les images et photos ont sautées sur le forum, et je ne les retrouvent pas...dommage !


Dernière édition par AMBRE le Jeu 16 Avr 2015, 12:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Juan-Matus



Masculin
Cancer Chat
Nombre de messages : 44
Date de naissance : 14/07/1975
Age : 41
Localisation : France
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Mer 20 Oct 2010, 17:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Une NDE/EMI , est elle comparable à une catharsis spontanée selon vous ?
L'expérience cathartique en général (et ce dont tu parles est une modalité particulière de cette expérience, qui est jusqu'à un certain point : structurée et méthodicisée, sans qu'il s'agisse de dire qu'elle soit contrôlée point par point ,et pas à pas)... est une expérience dans laquelle les forces vives du subconscient sont "libérées" et viennent "jouer" au premier plan, tandis que les forces ordinaires du conscient sont dans une sorte de suspension ou d'alignement... Générer une expérience cathartique était déjà une préoccupation de la psychanalyse, et bien avant elle : un processus méthodicisé dans les écoles ésotériques, à des fins de purification...
Tu évoques des éléments de rapprochement entre la NDE et la catharsis, même si certains de ces éléments ont seulement une ressemblance imaginale (principalement le tunnel, qui n'est pas de même nature dans la NDE et le tunnel cathartique)... Je dirais qu'une expérience cathartique peut donner lieu à une expérience de type NDE, même s'il est probable que cette expérience ne soit alors pas tout à fait complète... parce que la NDE implique, jusqu'à un certain point, une sorte de retour à zéro, ou d'approximation à zéro, des dynamismes vitaux du corps d'incarnation... tandis que la catharsis va "soulever" des charges émotionnelles subconscientes, peut-être cristallisées depuis la prime enfance, voir depuis d'autres existences...
La NDE, lorsqu'elle est pleinement lumineuse, opère une purification des charges mémorielles de souffrance, parce que cette action purificatrice est naturelle de la connexion énergétique avec la Lumière, avec l'Amour... On dit souvent que c'est l'Amour qui guérit. Cette affirmation, qu'on peut croire ésotérique, est une affirmation essentiellement énergétique. L'Amour est par excellence ce qui transforme et transfigure en profondeur... La NDE pleinement lumineuse, lorsqu'elle intègre l'expérience de la "revue de vie", ne se traduit pas dans un processus de catharsis, mais dans un processus de Pardon... Ce Pardon, c'est cette puissance que possède le regard de l'Amour, pour libérer les mémoires de leurs charges de souffrances et d'incompréhensions... Le Pardon est une action intérieure que nous pouvons exercer ici et maintenant, nous n'avons pas strictement besoin de passer par une NDE... Le Pardon est la réponse naturelle du Cœur devant la souffrance, y compris les charges de souffrance qui nichent dans notre subconscient, et qui se sont cristallisées à partir d'événements dits traumatiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.meditationsolaire.com/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Mer 20 Oct 2010, 17:24



merci Juan Matus,
en effet

Générer une expérience cathartique était déjà une préoccupation de la psychanalyse, et bien avant elle : un processus méthodicisé dans les écoles ésotériques, à des fins de purification...

c est il y a seulement quelques années en cherchant des textes sur la gnose et le catharisme (le mystère de la transfiguration) que j ai découvert la catharsis!

Quand au Pardon , j affirme qu il a été libérateur en effet !


Une parenthèse: Après avoir vu le film " au delà des rêves" dont j ai déjà parlé aussi, une question m a interpellée et que j ai retrouvé dans la présentation du livre de Pierre Jovanovic :"L'explorateur de l'Au-delà", ou comment découvrir progressivement les différentes sphères qui composent ce que les Évangiles appellent "les nombreuses demeures" du Père ?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Juan-Matus



Masculin
Cancer Chat
Nombre de messages : 44
Date de naissance : 14/07/1975
Age : 41
Localisation : France
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Mer 20 Oct 2010, 17:48

Citation :
NB:j écris doucement, c est un véritable exercice de style pour moi de mettre des mots sur cette expérience.
Merci Ambre. La richesse des expériences "intérieures" des uns et des autres, surtout lorsque ces expériences ont une profonde puissance de transformation et de transfiguration, est une chose qui participe de la beauté de la spiritualité...
Je rajouterai encore quelques mots, à titre général, et j'en aurais terminé pour aujourd'hui. L'enseignement spirituel (au sens général ou fondamental) nous éclaire sur, au moins, deux distinctions importantes.
D'une part il existe des expériences qui relèvent en partie de la grâce, et qui produisent chez l'individu des effets de transformation, de régénération, de transfiguration... Parce que ces expériences relèvent en partie de la grâce, il n'existe souvent aucune espèce de moyen à notre portée pour les "actualiser"... Elles s'actualisent par l'entremise d'une intelligence qui nous "dépasse" totalement... Ce que nous avons à faire, une fois qu'une telle expérience s'est actualisée pour nous, c'est de faire de notre mieux pour en intégrer aussi harmonieusement et aussi sereinement que possible les effets de transformation, de régénération et de transfiguration... S'il est vain d'essayer d'actualiser une expérience de ce genre, (parce que cela n'est tout simplement pas à notre portée), il est par contre parfaitement irresponsable de s'abstenir de faire ce que nous pouvons, une fois une telle expériences actualisées, pour en intégrer harmonieusement les effets...
D'autre part, il existe des réalisations qui relèvent en partie du principe des efforts personnels justes et adaptés... Certaines de ces réalisations ont également des effets de transformation, de régénération et de transfigurations... Du fait de la nature même de ces réalisations, leur approche n'a de sens et de maturité que dans le cadre d'une démarche pratique aussi pleinement comprise que possible... Parce que les expériences de grâce sont ce qu'elles sont, il n'est pas dans la nature de l'enseignement pratique de s'en occuper, sauf lorsqu'il s'agit d'essayer d'en comprendre les effets... Et parce que les réalisations du travail intérieur sont ce qu'elles sont, elles constituent le propos même de tout enseignement spirituel pratique...
La sublimation intérieure de l'Amour, dans le Temple du Cœur, participe des deux natures : la grâce et le travail...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.meditationsolaire.com/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Mer 20 Oct 2010, 20:24



Ceci aussi dans la continuité , par serge Car toujours dans" La représentation de la mort
" :

Citation :
Les NDE, ainsi que les formes de régression dans la mémoire, posent des problèmes difficiles d’interprétation, mais faut-il pour autant les passer sous silence? On ne peut même pas invoquer leur caractère nouveau. Elles existent depuis toujours dans des textes anciens. C’est aussi un type d’expérience qui engendre des modifications profondes dans la vie personnelle de celui qui l’a éprouvé. Pour nous, qui n'avons pas part à l'expérience, cela reste une énigme. Mais même dans ce cas, nous pouvons tenir compte de l'impact que ces expériences ont sur la manière de vivre. Les NDE ont un sens humain qui modifie de part en par la vision de la mort de ceux qui en sont passés par là. Mais d’un autre côté, nous sommes placés dans ces phénomènes devant des interrogations inédites. Nous sommes mis en demeure de savoir comment interpréter l’authenticité d’expériences qui ne sont pas les nôtres et qui ont pourtant quelque chose à nous dire sur ce que peut-être la mort. Les NDE soulèvent le problème de la validité d’un témoignage, de la part de croyance qui s’attache à l’expérience, du facteur de projection personnelle, d’illusion qui pourrait aussi en être l’origine.

En tout état de cause, la question de fond est de savoir si s’approcher de la mort est complètement différent d’être mort. Il ne s'agit pas de trancher le débat de manière dogmatique. Si nous partons du principe que mort biologique et mort phénoménologique coïncident, cela n’a rien à voir, alors ces expériences ne nous disent rien. S'approcher de la mort ne peut pas nous dire ce que signifie être mort. Si par contre être mort concerne la mort biologique du corps, c’est encore un processus qui n’exclut pas la conscience, alors ces expériences méritent que l’on cherche à les comprendre. Les écarter d'un revers de main, parce qu'elles ne seraient pas une partie de notre tradition philosophique, c'est ne pas vouloir en relever le défi. Le philosophe doit avoir assez d'ouverture pour tenter de comprendre et assez de rigueur pour poser les questions sans les éviter. Il faut parvenir à montrer jusqu'où nous comprenons et dire franchement jusqu'où nous ne comprenons pas, faire le tri de ce qui nous paraît être de l'illusion, des croyances et ce qui relève d'une expérience authentique. Il y a suffisamment de travaux sérieux sur ces questions aujourd'hui, pour qu'un examen philosophique de fond soit entrepris, même s'il nous en coûte des remises en question radicale de tout ce qu'a pu être la problématique de la mort en occident jusqu'à présent.

extraitLa représentation de la Mort
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Serena

avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 287
Date de naissance : 06/02/1961
Age : 56
Localisation : France
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Jeu 21 Oct 2010, 04:17

Merci Juan-Matus pour ton intervention

Citation :
les plus profondes expériences extatiques réalisent la même transfiguration intérieure. La personnalité incarnée peut mettre plusieurs années à intégrer les effets d'une profonde expérience de NDE, ou d'une profonde expérience extatique...


Cela est vrai..Je n'ai pas vécu de NDE mais par deux fois une expérience extatique qui m'a tellement "remuée", "transformée que ma démarche spirituelle a pris une autre ampleur,pour tenter de comprendre dans un premier temps et ensuite pour essayer de témoigner.Mais l'on touche là quelque chose de si indicible qu'il est bien difficile de trouver les mots justes.

Je dirais simplement qu'au cours de ces états, je me suis sentie complètement immergée dans une présence d'ordre supérieure (je n'ose pas dire divine) et qu'aujourd'hui (17 ans après) je m'interroge encore.

Tout cela pour dire que l'on met en effet beaucoup de temps à intégrer ce qui pour nous sort du domaine du "rationnel"(même si depuis l'irrationnel n'est plus tabou comme c'était le cas auparavant)

Serena
Revenir en haut Aller en bas
http://serenagaia.blogspot.com/
Serena

avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 287
Date de naissance : 06/02/1961
Age : 56
Localisation : France
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Dim 24 Oct 2010, 05:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Voici un ouvrage qui demande à être lu:

Il s'agit du rapport de 50 années de travail et d'études du Docteur Stanislav Grof et son équipe.
Ce livre est époustouflant à plus d'un titre: de très nombreux témoignages étayent la question de la survie de la conscience après la mort, car plusieurs patients ont fait des NDE au cours de leur "expérience" avec le Docteur Grof et en sont revenues totalement transformés.La peur de la mort n'existe plus, et c'est dans un état d'esprit serein qu'ils abordent la fin de vie.

A noter aussi que tout un chapitre est consacré à la réincarnation (recherches menées par le Docteur Ian Stevenson)

"L’ultime voyage"
Stanislav Grof

[éditions Guy Trédaniel]

Stanislas Grof est certainement le plus audacieux des psychiatres qui ont osé affronter le grand tabou des temps modernes - la mort - et à l’apprivoiser, dans notre intérêt à tous. Sa façon d’aborder la plus redoutable des questions fut de l’explorer « par l’intérieur », si l’on peut dire, en absorbant du LSD et en plongeant dans un état de conscience, où l’individu se voit littéralement mourir. Au début, cela se passait en Tchécoslovaquie et il s’agissait d’aider des patients psychotiques à « traverser leur folie ». Plus tard, la méthode fut adoptée par un grand hôpital universitaire, aux États-Unis, où la question était d’aider des patients cancéreux à « traverser » leur souffrance et leur maladie. Quand le LSD devint illégal, Grof le remplaça par la respiration holotropique, avec le même résultat stupéfiant : quand elle est bien accompagnée, une personne peut littéralement « vivre sa mort », puis avoir l’impression de renaître, et cela métamorphose sa vision du monde, l’aidant à se libérer de ses névroses, à trouver la sérénité et parfois même à guérir. En réalité, on retrouve ainsi la base des initiations chamaniques et de toutes les grandes traditions ésotériques. Tout se passe comme si, au fond de nous, palpitait l’univers entier et que cela nous donnait une force immense.

Patrice van Eersel

[auteur de "La source noire" (disponible en poche) qui est un livre plus ancien, écrit il me semble dans les années 1980 et qui relate ses propres investigations de journaliste sur les NDE]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://serenagaia.blogspot.com/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Mer 10 Nov 2010, 11:54

Bonjour,
la projection /débat du film "faux départ" étant passé , je vous livre ici une réflexion:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


tous les témoignages de NDE positive relève d un retour à la VIE assisté médicalement avec pour donne commune des drogues médicales et chimiques en milieu hospitalier!(idem pour moi)

L'expérience de NDE négative, bien que ce terme"NDE" ne me convienne plus aux vues de ce que j'énonce plus haut(étant un terme scientifique), a en ce qui me concerne été SPONTANEE et donc sans drogue médicale, ni psychotrope, ni alcool, avec un retour à la VIE CONSCIENT!

-Pensez vous qu il soit juste de programmer sans le consentement de la personne son retour à la vie?
-Comment expliquer la différence de la perception de ce que nous vivons dans cet état modifié de la conscience?

merci de nous partager vos réflexions et témoignages!

----------------------------------------------------------------------------------------------

ps :un tout grand merci à MR Frank Laurent,organisateur de la soirée d hier au Catharose,  pour sa grande ouverture d esprit et sa générosité!

richel


Dernière édition par AMBRE le Dim 23 Oct 2016, 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Uglabald

avatar

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 83
Date de naissance : 11/02/1966
Age : 51
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Jeu 11 Nov 2010, 13:07

Lorsque j'écoute les gens parler de NDE et de la constitution possible de l'homme, je suis toujours surpris de l'option "définitive" et rassurante choisie à savoir que l'être humain serait une âme incarnée dans un corps. Lorsque la proposition disant que l'homme pourrait être une âme (pris dans le sens de ce qui anime) "universelle" s'exprimant à travers un corps, les objets, la nature, ce n'est même pas un refus mais carrément une incapacité à laisser entrer cette hypothèse dans la conceptualisation que je vois apparaître. Pourtant les personnes ayant vécus une NDE parlent bien de délocalisation de la conscience, de la "connaissance" immédiate et totale des choses et des événements. La deuxième possibilité pourrait expliquer cela. Les expériences d'éveil et ne non dualité illustrent très bien et couramment cela aussi. La notion de champs A et de délocalisation de l'information en physique quantique pourrait aussi appuyer dans le sens de cette autre vision de l'homme et de la mort.
Merci
Uglabald
Revenir en haut Aller en bas
https://pierreduray.blogspot.be/
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Ven 12 Nov 2010, 21:20

Salut à toutes et tous.
Voici un sujet qui me passionne depuis quelques 50 ans maintenant. Au cours de ma vie j'ai vécu de nombreuses expériences bizarres et des débuts de dé-corporation avec musique céleste et lévitation. A chaque fois j'ai dû lutter pour réintégrer mon corps tant je sentais que je m'enfonçais.
A la suite d'un rêve récent, j'ai acquis l'intime conviction qu'il était possible d'aller alternativement de l'au-delà à notre monde de façon naturelle et sans effort. Les récentes théories scientifiques de la mécanique quantique nous permet de l'envisager avec sérieux.
Mais il y a loin de la conviction (même intime) à la certitude. Aussi ai-je entrepris des recherches particulières qui, je l'espère pourront transformer mon intuition en vécu.
Je vous relaterai le résultat de mes recherches quel qu'il soit. Que ce soit positif ou négatif.
Mon souhait est de ne plus rester dans notre monde plus qu'il n' est nécessaire compte tenu de mes responsabilités envers mes proches. Et mon intuition me dit qu'il est temps pour les humains de progresser parce que beaucoup de consciences ont atteint le niveau nécessaire.
A bientôt j'espère.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Ven 07 Jan 2011, 18:30


Robert LINSSEN :

Électronique Psychique – Réincarnation – Physique Moderne


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Quadruple « dorje » tibétain symbolisant l’Illumination et la délivrance de la réincarnation. Les triangles superposés évoquent l’évolution et l’involution, le « svastika » la Roue du temps et des vies successives. Le « Dorje » symbolise l’Eveil hors du temps et de l’égo.

INTRODUCTION

La plupart des Occidentaux ont accueilli avec scepticisme ou ironie l’idée de la réincarnation. Ils ont eu, à l’égard de cette doctrine, une méfiance ou une attitude de moquerie semblable à celle qu’ils témoignent vis-à-vis de l’existence de phénomènes « prétendus » paranormaux, ou tout ce qui concerne les sciences métapsychiques.

Tout phénomène qui se situait en dehors des lois physiques officiellement admises, ou inexplicables par celles-ci, devait provenir inévitablement soit d’une erreur d’interprétation, soit d’un trucage, soit d’une fraude ou d’une quelconque habilité de prestidigitateur. Fort heureusement, nous n’en sommes plus là.

D’une part, les progrès récents de la physique ont abouti à dématérialiser la matière. Ils ont complètement bouleversé la nature même de ce que nous entendons par « matière ». D’autre part, les spécialistes de la physique quantique et les plus célèbres savants du monde ont admis l’existence d’un monde sub-quantique, d’un espace-temps psychique dont les lois sont complètement différentes de celles qui régissent notre monde matériel familier.

De ce fait, de nombreux savants ont été dans l’obligation d’admettre :

1°) que l’Univers matériel familier n’était que l’envers d’un Endroit unique et fondamental. (Groupe de Princeton)

2°) que l’essence de l’Univers et des êtres humains est une Réalité spirituelle universelle et une conscience pure, infinie.

3°) que le corps humain physique qui nous est familier comporte dans les profondeurs de sa matérialité physique des niveaux psychiques et spirituels contenant la totalité des mémoires accumulées depuis la naissance d’un Univers.

4°) que la richesse du contenu de ces informations ou énergies psychiques et spirituelles ne cesse de s’accumuler, qu’elle dépasse de loin le cadre d’une courte vie humaine.

5°) qu’il existe en toute certitude un processus de réincarnation, soit individuelle soit collective étant donné que déjà, de façon irréfutable, toutes les espèces vivantes, y compris l’être humain, sont la matérialisation d’une programmation de mémoires donc une incarnation d’énergies se situant dans un espace-temps psychique ou spirituel.

L’idée de la réincarnation, unanimement admise dans les religions anciennes (y compris le Christianisme jusqu’au IIIe siècle), est parfaitement plausible et des physiciens éminents, tels Jean Charon, etc., l’admettent ouvertement.

Telles sont les raisons pour lesquelles nous avons tenté de résumer quelques aspects des grandes découvertes récentes et des travaux qui nous conduisent à admettre la réincarnation à la manière de la physique, de l’électronique psychique, de la « psychotronique » et des théories sub-quantiques et quantiques.
suite et source
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Dim 23 Jan 2011, 16:59

Citation :
La recherche actuelle montre que ces expériences ne peuvent être expliquées par des causes physiologiques – dérèglement cérébral à l’approche de la mort, fièvre, etc. – et qu’elles ne sont pas dues à un désordre mental. Ni rêves, ni hallucinations, ni troubles de la perception. Depuis plus de 40 ans, ce phénomène est officiellement étudié en milieu hospitalier parce qu’il constitue une véritable énigme scientifique, encore aujourd’hui
.
Pour Le Docteur Francis LEFEBURE (17 septembre 1916 - 19 mars 1988) médecin et chercheur français, qui a fait de nombreuses découvertes en physiologie cérébrale plus exactement en neuroscience (et non pas seulement en neurobiologie), il semble que ce n’était plus une énigme mais étrangement ses découvertes sur les phosphènes ne sont connues du grand public.

Avez-vous déjá entendu parlé des phosphènes ?

Les phosphènes sont toutes les sensations lumineuses « subjectives », c’est-à-dire celles qui ne sont pas directement engendrées par la lumière stimulant la rétine.

Citation :
Définition
Définition du mot phosphène d'après le dictionnaire "le Littré" de 1964 ; phosphène : sensation lumineuse subjective.

Dans son livre : "Le Mixage Phosphènique en pédagogie", le Dr Lefebure a complété la définition du Littré en précisant la définition du mot "phosphène" car avant lui, ce mot n'était utilisé principalement que dans un but médical, d'où les définitions différentes suivant les dictionnaires et les années.

De plus, ça définition est conforme à l'étymologie : du grec “phos”(lumière) et “phainein”(apparaître).
Tous les dictionnaires comme le Larousse et le Robert ont donc une définition très limitée du mot "phosphène".

Il existe 2 sortes de phosphène :
- les phosphènes pathologiques qui ne font pas partie de notre étude, qui n'ont aucun intérêt et sont nuisible à l'individu.
- les phosphènes physiologiques qui ont contribués à l'avènement de Homme (cf. genèse) et permettent un développement et un épanouissement cérébral.

Citation :
Il est parfaitement possible d'obtenir des perceptions spirituelles en pleine conscience, en faisant travailler certains organes, notamment l'épiphyse et le cunéus. L’épiphyse ou glande pinéale sécrète l’hormone régulatrice du sommeil : la mélatonine. Le cunéus, situé au niveau de la bosse occipitale, zone de la vision à l'arrière de la tête, est l’organe qui est responsable de la perception des phosphènes spontanés, des images hypnagogiques, des images du rêve et des visions.

Dans les récits de mort clinique apparente, on parle surtout des scènes visuelles et assez peu des autres aspects sensoriels. Ils existent pourtant et l'on s'en aperçoit durant les expériences d’extension de conscience : perception de rythmes (balancements, rotations, tremblements), perceptions de mouvements (sensation de flotter, de voler à grande vitesse, d'onduler), perceptions de sons (bruits, voix, musiques célestes). Il semble donc qu’il existe un équivalent des organes responsables des perceptions visuelles subjectives au niveau de l'ouïe (produisant la clairaudience) ou au niveau de l'organe du sens de l'équilibre (donnant la perception de mouvements du corps subtil : sensation de flotter, de monter, de descendre, de tourbillonner).

En fait, pour chaque sens physique, il existe un équivalent intérieur ou subjectif. Le Docteur Francis LEFEBURE, médecin et chercheur français, a mis en évidence ces sens intérieurs par une étude de la physiologie cérébrale réalisée à l’aide des phosphènes. Les phosphènes sont les sensations visuelles subjectives. Il a nommé système phénique cet ensemble de sens intérieurs.

Système phénique : c’est l’ensemble des phènes, c’est-à-dire l’ensemble des intermédiaires physiologiques entre les sens physiques et les sens spirituels équivalents qui, une fois éveillés, donnent lieu à la perception d’énergies, d’événements ou d’univers intangibles, c’est-à-dire non perceptibles par les sens physiques.

Le système phénique, lorsqu’il est stimulé, provoque la perception des plans spirituels, ce que les traditions appellent "au-delà", "mondes invisibles" ou "plans subtils".

L’équivalent du phosphène existe au niveau de tous les autres sens physiques, auxquels il faut ajouter le sens de l’équilibre, l’activité musculaire, la respiration, un phène lié au squelette et la perception du temps.

Le système phénique est constitué par :

1. Le phosphène, qui correspond au sens de la vue.
2. L’acouphène, qui est l’équivalent interne du sens de l’audition.
3. Le gustatophène, phène du sens du goût.
4. L’olfactophène, phène du sens de l’odorat.
5. Le pneumophène, phène de la respiration.
6. L’ostéophène, qui est lié à la vibration de la structure osseuse et tendineuse.
7. Le statophène ou gyrophène, phène du sens de l’équilibre.
8. Le myophène, phène de l’activité musculaire.
9. Le tactuphène, qui correspond au sens du toucher.
10. La perception subjective du temps.


Tous ces phènes, et probablement d’autres encore indétectés (par exemple le phène de la voix qui pourrait être constitué par la pensée auditive) sont, bien entendu, liés entre eux. Ce qui fait que lorsque l’on excite un phène spécifique, on peut parfaitement percevoir les sensations liées à un autre phène.

En outre, il existe un troisième système sensoriel, que jusqu’à présent on appelle "centres psychiques" ou chacras. Ce système est lié au système phénique. Ce troisième système sensoriel est lié à la conscience. Il est possible que, dans une certaine mesure, ces centres psychiques ou chacras soient les organes de la conscience.

Les découvertes du Dr LEFEBURE sont des avancées majeures dans le domaine des neurosciences, et nul doute qu’elles inspireront de nouvelles découvertes aux futurs chercheurs en neurosciences.

http://www.phosphenisme.com/glossaire.html#les_phenes

Citation :
7. Équilibrophène, gyrophène.
Ces phènes correspondent au sens de l’équilibre, dont le centre est situé dans l’oreille interne. C’est ce phène qui donne la sensation subjective de se déplacer ou de flotter.
Perception spatiale inhabituelle : se sentir diffus au-delà du schéma spatial corporel, avec l’impression de déborder des limites du corps, vers l’infiniment grand et parfois vers l’infiniment petit. Il peut aussi y avoir une pulsation rythmique de la conscience, oscillant entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, des balancements et la sensation de flotter.

8. Phène de l’odorat (Aromatophène ou olfactophène).
Ce phène correspond au sens de l’odorat.
Dans les lieux sacrés et les lieux de culte, l’encens est utilisé pour stimuler le phène de l’odorat.
(Retrouver la sensation d’une odeur et observer l’évolution de la pensée - Souvenirs, images, perception d’odeurs, de parfums).

9. Phène du sens du toucher (Tactuphène).
Ce phène correspond au sens du toucher.
Sensation subjective d’une perception tactile, dont la première à se manifester est la perception du double : sensation d’être contenu dans “quelque chose” de physiquement impalpable, une sorte de cocon ouaté très agréable. Par la suite, dans les expériences de dédoublement, perception d’un sol sur lequel on marche, d’objets que l’on touche. Dans ce genre d’expériences, on a de véritables sensations du toucher.
Également sensations thermiques : froid, chaud ; et sensations de pression ou de légèreté. Sensation aiguë du vide.

10. Perception subjective du temps.
Certaines expériences font perdre la notion du temps. Le plus souvent, les expériences semblent durer moins de temps que la durée réelle. Par exemple, une séance d’une heure et demie peut être perçue comme ayant duré trois quarts d’heure.
Il arrive aussi, parfois, que l’on vive une expérience qui paraisse s’étirer sur un temps assez long, alors qu’elle n’aura duré que quelques secondes en temps réel. Ce dernier aspect se produit surtout dans le demi-sommeil.

Rythmo-Phosphénisme : c’est l’étude approfondie des techniques Initiatiques. Ces dernières, par l’augmentation des rythmes cérébraux et des énergies internes, provoquent des extensions de conscience. Au travers de ces fantastiques expériences, chacun découvrira qu’il a la possibilité d’accéder à un univers intérieur réservé hier à quelques élus. Une étude détaillée et approfondie des phénomènes et des expériences Initiatiques vous permettra de découvrir les fondements de connaissances millénaires et universelles.

http://www.phosphenisme.com/genese.html

LA CLÉ DES MANIFESTATIONS SURNATURELLES

Les phosphènes sont les taches de couleurs changeantes que l’on perçoit après la courte fixation d’une source lumineuse. On éveille ainsi une énergie permettant le développement de la mémoire et l’accès à de nombreux phénomènes psychiques. La troisième phase du phosphène, la “lueur diffuse” est une énergie qui émane du cerveau. Elle est photographiable et permet de percevoir les objets physiques en pleine obscurité. Elle est à l’origine des phénomènes de voyance, des rêves prémonitoires, des visions et des apparitions, et de toutes les manifestations surnaturelles, telles celles qui sont par exemple survenues lors des Prodiges solaires de Lourdes, Fatima et Kerezinen, à l’origine desquels se trouvent toujours des enfants.

Les phosphènes sont très transmissibles par télépathie. Lorsqu’un groupe ou une foule fait des phosphènes, ceux-ci s’emballent et provoquent la “Danse du soleil”, d’où l’obscurcissement apparent du soleil, les balancements, tremblements, rotations et sensations de sa chute, qui ne sont que les rythmes du co-phosphène solaire amplifiés par l’importance du groupe. On obtient les mêmes phénomènes en utilisant une lampe.

De plus, cette énergie émise par le cerveau s’accumule dans le lieu où l’on utilise régulièrement les phosphènes, ainsi que dans “l’aura” des personnes qui pratiquent. Ces sels phosphéniques, c’est-à-dire l’énergie produite par le mélange d’une pensée au phosphène, constituent ce que les Anciens appelaient les “égrégores”, qui sont à l’origine de tous les lieux saints et de tous les lieux sacrés, car ils permettent d’accéder aux plans subtils, aux mondes invisibles.

Ces phénomènes ne sont pas aussi rares qu’on peut le croire, mais il existe une sorte de “tabou”, de loi du silence, imposé pour éviter que les “secrets initiatiques” ne se répandent. À qui ces phénomènes et ces événements peuvent-ils profiter ?

L’enquête du Dr LEFEBURE fait apparaître des éléments que personne jusqu’alors n’avait analysés. Le lecteur sera très surpris de découvrir qu’il peut, lui aussi, produire ces “miracles”, ainsi que bien d’autres phénomènes dont on parle peu habituellement.

http://www.egregores.com/l09-cle-scientifique.html
http://www.phosphenisme.com/livres.html#cles_manifestations_surnaturelles



http://antahkarana.forumzen.com/t1355p45-le-cerveau-mystique-la-puissance-de-l-esprit#19465

:aa:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Dim 23 Jan 2011, 17:47

Bonjour à tous,

La Vie naît de la Vie. Il n’y a que l’Arbre en « sommeil », l’hiver, qui donne des fleurs au printemps.

Il n’y a donc qu’un être « Vivant » qui peut « renaître/revenir à la Vie ».


Il est intéressant de constater que même dans les cas de NDE « positive », oú tous baignent dans un sentiment de Plénitude, de Bonheur/Amour immeuse, arrive toujours le moment oú l’approche de la mort, de la « frontière » devient insupportabble et qu’ un « appel à l’aide », un « refus de la mort » (« Non ! Pas maintenant ! », « Attends », « J’ai peur », « Pas les ténèbres ! ») surgit et qu’un choix est fait.

Mais à la différence des NDE négative, la « bonne » expérience a très rapidement succédé à la « mauvaise » - en raison de la présence de cette « fameuse » Lumière qui « éclaircit les ténébres » - éclipsant du coup cette dernière.

Et finalement, ces expérimentateurs restent à jamais marqués par leur NDA qui bouleverse leurs conceptions antérieures sur la mort, ... qu'ils ne redoutent définitivement plus et même en gardent une nostalgie.

N'est-ce pas un piège... subtil... très subtil... mais un piège quand même ?


Aujourd'hui, le monde médical est unanime pour relever les « bienfaits » des fortes lampes, des bain de lumière par lampe « lumière naturelle » sur les dépressifs chroniques, et leurs effets régularisateur sur les rythmes du sommeil complètement décalés. Pourtant, le « contrôle de la Lumière sur le cerveau » - Une lumière bleue « allume » les neuronnes. Une lumière jaune « éteint » les neurones. Stimuler l’hémisphère droit d’une souris la fait tourner en rond vers la gauche.* - utilisé dans les conditionnements télévisuels et cinématographique est aussi une de nos réalités.

* Optogénétique : le contrôle du cerveau par la lumière :
http://guydoyen.fr/2010/03/20/optogenetique-le-controle-du-cerveau-par-la-lumiere/

Il y a donc lumière et Lumière...

Ce pourrait-il qu’il y ai alors une Lumiére liée à la Vie (Science de la Vie) et une « fausse lumière » ou « lumiére artificielle » liée à la Science de la Mort comme le laisse à penser les différentes expériences de NDA ?

Citation :
Les manipulations de Lumière Artificielle déformée par vesica piscis et mécanisme du Merkaba de l'Étoile de Mort, qui se trouvent au cœur même des anciens enseignements Atlantes de « la Fleur de la Fatalité » et de la « Science de Mort », vont de pair avec le mécanisme déformé de « l'Arbre de Vie Artificielle », « le nombre d'or », la « suite & spirale de Fibonacci » et encore d'autres aspects de la « Science de Mort » dont nous ne discutons pas ici et visant tous le patron de la matière, pour former une technologie artificielle qui tente de fabriquer une « copie inférieure de la Vie Eternelle et de l'Ascension ». Ce « copiage du sacré » est destiné à permettre aux caprices de l'ego d'altérer, contourner, briser, déformer et abuser les Lois de l'Énergie et de la Conscience qui gouvernent le Cosmos éternellement Vivant, sans s'occuper de la vérité ni des conséquences.

Les individus qui adoptent volontairement cette mentalité désirent « voyager gratuitement, au détriment de qui que ce soit ou quoi que ce soit traverse leur route »,sans aucune considération pour « un échange d'énergie équitable ou harmonieusement équilibré » ; ils souffrent du Syndrome de la Suprême Arrogance qui les amènent à se persuader qu'ils peuvent échapper aux Lois Naturelles de l'Action et Conséquence de l'Action selon lesquelles le Cosmos éternel fonctionne. De tels individus finissent invariablement par apprendre, la plupart du temps « à la dure », que de telles « folies des grandeurs », appuyées par des technologies perverses créées pour les entretenir, ne peuvent simplement pas fonctionner correctement au sein des structures plus vastes et du contexte des Lois Cosmiques Naturelles de Physique Multidimensionnellecar toute action énergétique devra toujours faire face à la conséquence énergétique qui lui correspond.

http://www.cosmos2009.net/ressources/WebBlog/Templier%20planetaire.html

Le vieillissement n’est pas « naturel » ; la mort entrainant le « cycle infernale » des réincarnations n’est pas « normal ».

Chez les anciens égyptiens, le mot mort « Mouth » signifie Changement d’État et non cessation de vie. Chez les hébreux, ce mot est « Moth » ; il évoque également le changement d'état. Cette racine a donné Mother, Mutter, Mère, Mutation, must, maturation, matière, etc.

La Vie devrait être « Éternelle » et se « terminer » par une Mutation, une Transsubtantiation – ce qui suppose non pas des « cycles de vies fermés et finis » mais une évolution en « Spirale » (?!) - et donc pas de « mort physique ».

Il n'y a que la Lumière Primordiale Originelle qui permet la Transsubstantiation.

:aa:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Dim 06 Mar 2011, 13:53

...une histoire d'une EMI « Expériences de Mort Imminentes »
En 1982 je suis mort d'un cancer en phase terminal. Il était
inopérable et toutes les chimiothérapies possibles m'auraient laissé
comme un légume. On me donnait six à huit mois à vivre.
J'avais eu accès à des informations terrifiantes dans les années 70
et j'avais commencé à devenir incroyablement sensible aux problèmes
nucléaires, écologiques et autres. Or, comme je n'avais aucune base
spirituelle, je commençai à croire que la nature avait fait une bêtise
et que nous étions probablement un organisme cancéreux pour la planète.
Je ne voyais aucune solution à tous ces problèmes que nous avions créés
nous-mêmes.
Je percevais tous les humains comme un cancer et c'est ce que j'ai récolté.
C'est ce qui allait me tuer.
Faites attention à votre façon de voir le monde. Il se retourne
contre vous, particulièrement si c'est un point de vue négatif. Le mien
l'était vraiment et il me conduisait directement à la mort. J'essayais
toutes sortes de méthodes de guérisons alternatives, mais aucune ne
m'aidait.
Je fus donc déterminé à chercher ce qu'il y avait réellement entre
moi et Dieu. Parce que jusqu'ici je n'avais pas jugé bon d'avoir affaire
avec Lui. A l'époque, j'étais très éloigné de la spiritualité.
Je commençai mon parcours en étudiant les spiritualités. Je décidai
de lire toute la littérature sur ces sujets, parce que je ne voulais pas
être surpris en arrivant de l'autre côté. J'ai donc lu tout ce qui se
rapportait aux diverses religions et philosophies. C'était très
intéressant et cela m'a donné l'espoir qu'il y avait quelque chose de
l'autre côté.
A la fin j'avais une garde malade. Je me souviens de m'être réveillé
un matin à la maison vers 4h30 et j'ai su que ça y était. C'était le
jour où j'allais mourir. J'ai donc téléphoné à quelques amis et je leur
ai dit au revoir. J'ai réveillé mon infirmière. Nous avions passé un
accord pour qu'elle me laisse seule au moins six heures après ma mort,
car j'avais lu que toutes sortes de choses intéressantes pouvaient
arriver après la mort. Et je me suis rendormi.
Ce dont je me souviens ensuite est typique du commencement de la EMI.
Soudain, je fus totalement conscient et debout, mais mon corps était
couché. Il y avait cette clarté autour de moi. Être hors de mon corps
était même plus vivant que pendant la vie ordinaire. C'était si vivant
que je pouvais voir chaque pièce de la maison, je pouvais voir le toit
de la maison, je pouvais voir autour de la maison, je pouvais voir en
dessous de la maison.
Il y avait une Lumière brillante. Je me tournai vers la Lumière. La
Lumière était très semblable à ce que beaucoup de gens ont décrit dans
leur EMI. Elle était si magnifique. Elle était tangible ; vous pouviez
la sentir. C'est très attirant ; vous désirez aller vers elle comme
auriez désiré aller dans les bras de votre père ou votre mère idéale.
Comme je commençai à me déplacer vers la Lumière, je sus
intuitivement que si je La touchais, je serais mort. Donc, tout en
allant vers Elle, je disais « S'il Te plait, attends une minute,
arrêtons-nous une seconde maintenant. Je veux réfléchir ; j'aimerai
parler avec Toi avant de partir. » A ma grande surprise, à ce moment là,
tout s'est arrêté. Car vous avez le contrôle de votre vie après la
mort, vous n'êtes pas dans une descente en roue libre.
Ma demande a été entendue et j'ai eu de nombreuses conversations avec
la Lumière. La Lumière n'arrêtait pas d'apparaître sous différents
visages et formes, comme Jésus, Bouddha, Krishna, des mandalas, des
images et des signes archétypaux. Je demandais à la Lumière « Qu'est-ce
qui se passe ici ? S'il Te plait, peux-tu m'éclairer ? Je veux
réellement connaître la réalité de la situation. » Et la Lumière me
répondit. Je ne peux pas répéter exactement ses mots, car c'était une
sorte de communication télépathique.
Ce que j'ai compris c'est que pendant la EMI vous recevez le feedback
ajusté à vos croyances d'avant la rencontre avec la Lumière. Si vous
êtes Bouddhiste, Catholique ou Fondamentaliste vous recevez un feedback
qui a la forme de votre propre imagerie. On vous donne une chance de
l'examiner de plus près, mais la plupart des gens ne la saisissent pas. A
mesure que la Lumière se révélait à moi, je pris conscience que ce que
je voyais vraiment était la matrice de notre Soi le plus élevé.
Nous avons tous un Soi le plus élevé, c'est-à-dire une partie de
notre être qui est une âme supérieure. Elle me fut révélée dans sa forme
énergétique la plus pure. On pourrait la décrire réellement non pas
comme un tunnel mais bien plus comme une connexion directe avec la
Source. La Source à laquelle chacun de nous est connecté. Ainsi la
Lumière me montrait la matrice du Soi le plus élevé. Puisque je n'étais
engagé dans aucune religion particulière, j'ai continué à m'en nourrir
après ma EMI.
Comme je demandais à la Lumière de continuer à clarifier, j'ai
compris ce qu'était la matrice du Soi le plus élevé : nous avons un
réseau autour de la planète où tous les Soi les plus élevés sont
connectés. C'est comme une grande confrérie, un cercle d'énergie subtile
tout près de nous, le niveau spirituel pourrait-on dire.
Puis après deux minutes j'ai demandé à savoir vraiment ce qu'était l'Univers et j'ai dit : « je suis prêt, prends-moi».
Alors la Lumière se transforma en la plus belle chose que j'aie
jamais vue : un mandala d'âmes humaines sur notre terre. J'étais encore
dans le point de vue négatif au sujet de ce qui arrivait sur notre
terre. Alors comme je Lui demandai de continuer à m'éclairer je vis dans
ce magnifique mandala combien nous étions merveilleux dans notre
essence, dans notre noyau. Nous sommes la plus magnifique des créations.
L'âme humaine, la matrice humaine que nous formons ensemble est
absolument fantastique, élégante, exotique, une multitude de
magnificences. Je ne peux même pas exprimer comment mon opinion a pu
changer à cet instant à propos de l'humanité. Et je m'exclamai : « Oh,
Dieu, je ne savais pas comme nous étions beaux ». A tous les niveaux,
les plus hauts ou les plus bas, sous quelque forme que vous soyez, vous
êtes la plus magnifique des créations.
De la Lumière, et encore, et encore et je Lui demandai : « Est-ce que
cela veut dire que le genre Humain sera sauvé ? » Alors, dans une
explosion de fanfare avec une douche d'étoiles tournoyantes la Grande
Lumière me répondit : « Souviens-toi de cela et ne l'oublie jamais :
vous vous sauvez, vous vous rachetez, vous vous guérissez vous-mêmes.
Vous le pouvez toujours. Vous le pourrez toujours. Vous avez été créés
avec le pouvoir de le faire depuis avant le commencement du monde ».
A cet instant ma compréhension s'élargit encore. Je réalisai que NOUS
AVONS DÉJÀ ÉTÉ SAUVÉ. Nous étions destinés à nous sauver nous-mêmes
comme tout le reste de la création divine. C'est pourquoi il nous est
donné une seconde chance.
Je remerciai la Lumière de Dieu de tout mon cœur. Je ne pouvais
exprimer qu'une totale appréciation « Oh ! cher Dieu, cher Univers, cher
Grand Soi, J'AIME Ma Vie. ».
Le Lumière sembla m'aspirer encore plus. C'était comme si je me
dissolvais complètement en Elle. Encore aujourd'hui, je ne peux trouver
les mots pour décrire cet Amour-Lumière.
J'entrai dans un autre royaume, plus profond encore, et ma conscience
s'élargit encore et encore. C'était un énorme fleuve de Lumière, vaste
et plongé au Cœur de la Vie. Je demandais ce que c'était.
La Lumière répondit : « C'est LA RIVIÈRE DE LA VIE, bois jusqu'à plus
soif de cette manne liquide ». C'est ce que je fis. Je bus un grand
coup et encore et encore. Boire la Vie elle-même ! C'était l'extase !
Alors la Lumière me dit : « Tu as un souhait » La lumière savait tout
de moi, tout de mon passé, de mon présent, et de mon futur. « Oui »
chuchotai-je.
Je lui demandai de voir le reste de l'Univers, au-delà de notre
système solaire, au-delà de toutes les illusions humaines. La Lumière me
dit alors que je pouvais aller avec le Fleuve. Je le fis, et je fus
transportée NOYÉ dans la Lumière jusqu'à la Fin du Tunnel. Je sentis et
entendis simultanément des bourdonnements très doux. Quelle course folle
!
Soudain toujours sur ce Fleuve de la Vie, il m'a semblé être propulsé
comme une fusée hors de la planète. Je vis la terre flotter au loin. Le
système solaire dans toute sa splendeur fendit l'air et disparut. Plus
vite qu'à la vitesse de la lumière, le flot me précipita dans la galaxie
tandis que j'assimilai plus de connaissances que jamais. Je compris que
cette galaxie et toutes celles de l'Univers, débordent de multiples
formes de VIE. Je découvris des mondes et des mondes. La bonne nouvelle
est que nous ne sommes pas seuls dans l'Univers !
Tandis que je chevauchai ce fleuve de conscience traversant la
galaxie, le fleuve se fractura en terrifiantes vagues d'énergies. Les
faisceaux superbes de la galaxie avec toute leur sagesse antique
s'enfuyaient. Au début je pensais que j'allais quelque part, que je
voyageais. Mais finalement je réalisai qu'en même temps que le fleuve
s'élargissait, ma conscience allait s'élargissant pour tout apprendre de
l'Univers ! Toute la création se déroulait devant moi. C'était une
merveille inimaginable ! J'étais véritablement un Enfant émerveillé: un
bébé au pays des merveilles !
A ce moment précis, je me trouvai dans une paix profonde, au-delà du
silence. Je pouvais voir et percevoir le TOUJOURS, au-delà de l'Infini.
J'étais dans le VIDE.
J'étais dans l'avant-création, avant le Big Bang. J'avais dépassé le
Début des Temps/le Premier Mot/la Première Vibration. J'étais dans l'Œil
de la Création. C'était comme si je touchais la Face de Dieu. Ce
n'était pas un sentiment religieux. Simplement je ne faisais qu'UN avec
l'Absolu, la Vie et la Conscience.
Quand je dis que je pouvais voir et percevoir le TOUJOURS, je veux
dire que je pouvais expérimenter toute la création se générant
elle-même. C'était sans début ni fin. C'est une pensée qui ouvre
largement l'esprit, n'est-ce pas ?
Les scientifiques perçoivent le Big Bang comme un simple événement
qui a créé l'Univers. Durant ma vie après ma NDE je compris que le Big
Bang n'est qu'un parmi un nombre infini d'autres Big Bangs créant des
Univers indéfiniment et simultanément. Les seules images qui s'en
rapprocheraient ici, seraient celles créées par des super ordinateurs
utilisant des équations géométriques fractales.
Les anciens savaient cela. Ils disaient que Dieu créait
périodiquement des nouveaux Univers en expirant et en créaient d'autres
en inspirant. Ces cycles de manifestations furent appelées Yugas. La
science moderne l'appela Big Bang.
J'étais dans la pure conscience, dans l'absolu. Je pouvais voir et
percevoir tous les Big Bangs ou les Yugas se créant et se recréant
eux-mêmes. Instantanément et simultanément j'entrais en eux. Je voyais
que chacune des plus petites parcelles de la création a le pouvoir de
créer. C'est très difficile de tenter de l'expliquer. Je reste encore
sans mots à ce sujet.
Il m'a fallu des années pour assimiler cette expérience du Vide. Je
peux vous le dire maintenant : le Vide est moins que le Rien, et
cependant plus que le Tout. Le Vide est le Zéro Absolu ; c'est du chaos
que toutes les possibilités surgissent. C'est la Conscience Absolue, qui
est bien plus que l'Intelligence Illimitée.
Le Vide est le néant entre toutes les manifestations physiques :
l'ESPACE entre les atomes et leurs composants. La science moderne a
commencé a étudier cet espace entre les particules. Ils l'appellent le
Point Zéro. Leurs instruments de mesure sont dépassés. Ils n'ont aucun
moyen de mesurer l'infini avec précision. Il y a davantage d'espace zéro
dans votre propre corps et l'Univers que n'importe quoi d'autre !
Ce que les mystiques appellent le Vide n'est pas un vide. Il est tout
plein d'énergie, une sorte différente d'énergie qui a créé tout ce que
nous sommes. Tout depuis le Big Bang est vibration, depuis le premier
Mot qui est la première vibration. Le terme biblique « Je suis » porte
vraiment un point d'interrogation « Je suis - Qui suis-Je ? » Ainsi la
création est Dieu Se découvrant Lui-même de toutes les façons
imaginables, dans une exploration continue et infinie à travers chacun
d'entre nous. Je commençais à comprendre, pendant ma NDE, que tout ce
qui est, est littéralement le Soi, votre Soi, mon Soi. Tout est le Grand
Soi. C'est pourquoi Dieu sait même quand une feuille tombe. C'est
possible parce que, où que vous soyez, c'est le centre de l'Univers. Où
que soit chaque atome, c'est le centre de l'Univers. Là est Dieu, et
Dieu est dans ce Vide.
Pendant ma NDE, quand j'éprouvais le Vide, les Yugas et toutes les
créations, j'étais complètement hors du temps et de l'espace comme nous
le savons.
Dans cet état d'expansion je découvris que la création est Pure
Conscience Absolue, ou Dieu, entrant dans l'expérience-Vie que nous
connaissons. Le Vide lui-même est dénué d'expérience. C'est la pré-Vie,
avant la première vibration. Dieu est plus que la Vie et la Mort. Donc
il y a plus que la Vie et la Mort à expérimenter dans l'Univers !
Quand je réalisai ça, j'en avais fini avec le Vide. Je désirai
retourner dans cette création, ou yuga. Cela me semblait tout à fait
naturel. Alors soudain, je suis revenu à travers la seconde lumière ou
le Big Bang, dans un bruit assourdi de bourdonnements. Je chevauchais à
nouveau le fleuve de conscience à travers toute la création, et quelle
chevauchée ! Les faisceaux de galaxies me pénétraient avec encore plus
d'acuité. Je traversai le centre de notre galaxie qui est un trou noir.
Les trous noirs sont les traiteurs ou les recycleurs de l'Univers.
Savez-vous ce qu'il y a de l'autre côté d'un Trou Noir ? Nous, notre
galaxie, qui a été retraitée à partir d'un autre univers. Dans sa
configuration d'énergie, elle ressemble à une fantastique ville de
lumière. Toute énergie, de ce côté du Big Bang est lumière. Chaque
sous-atome, atome, étoile, planète, même la conscience elle-même est
faite de lumière et a une fréquence et/ou une particule. La Lumière est
une substance vivante. Tout est fait de lumière, même les pierres. Donc
tout est vivant. Tout est fait de la Lumière de Dieu. Tout est très
intelligent.
Comme je chevauchais le fleuve encore et encore, je pouvais voir une
immense Lumière arriver. Je sus que c'était la Première Lumière ; la
Matrice de notre système solaire, notre Soi Lumineux le plus élevé.
Alors le système solaire en entier apparut dans la Lumière, accompagné
de ces grondement assourdis.
Je pouvais voir toute l'énergie que ce système solaire générait, et
c'est un spectacle incroyable, je pouvais entendre la Musique des
Sphères. Notre système solaire, comme le font tous les corps célestes,
génère une unique matrice de lumière, de sons et d'énergies vibratoires.
Les civilisations avancées venant d'autres systèmes stellaires peuvent,
comme nous le savons, laisser l'empreinte d'une matrice énergétique ou
vibratoire pour marquer leur passage dans l'univers. C'est un jeu
d'enfant. Les Merveilleux enfants de la terre (les êtres humains)
fabriquent actuellement d'innombrables sons, comme des enfants jouant
dans la cour de récréation de l'univers.
La Lumière m'expliqua que la mort n'existe pas. Nous sommes
immortels. Nous avons déjà été vivants pour toujours ! Nous sommes une
partie de la nature, de ce système vivant qui se recycle lui-même
indéfiniment.
On ne m'a jamais dit que je devais rentrer. Mais je savais maintenant
que je le voulais. C'était simplement naturel après ce que j'avais vu
pendant cette expérience de EMI.
En temps humain je n'avais aucune idée du temps passé avec la
Lumière. Mais j'avais eu des réponses à toutes mes questions et mon
retour était proche. Quand je dis que toutes mes questions avaient eu
une réponse de l'autre côté, je veux simplement dire ça. Toutes mes
questions ont eu une réponse. Chaque être humain a une vie différente et
un lot de questions à explorer. Certaines de nos questions sont
Universelles, mais chacun de nous explore d'une façon unique ce que nous
appelons la Vie. Car toute forme de vie depuis les montagnes, jusqu'à
la moindre feuille de chaque arbre est unique.
Et ceci est très important pour nous dans cet Univers. Parce que Tout
contribue au Grand Tableau, à la plénitude de la Vie. Chacun de nous
littéralement est Dieu, Dieu s'explorant lui-même dans une Danse de Vie
infinie. Votre unicité contribue à l'accroissement du Vivant.
Je revenais à la vie. On ne m'avait jamais dit et il ne m'était pas
venu à l'esprit que j'allais retourner dans le même corps. Aucune
importance. J'avais une totale confiance en la Lumière et dans le
processus du Vivant. Comme le fleuve fusionnait avec la grande Lumière,
je demandai seulement de ne jamais oublier toutes les révélations et les
sensations que j'avais éprouvées de l'autre côté.
Il y eut un « OUI ». Je sentis comme un baiser sur mon âme.
Je fus entraîné sur le chemin du retour à travers la Lumière dans le
royaume vibratoire. Je recevait encore plus d'informations. Je rentrai à
la maison et on me donnait des leçons à partir de mon expérience de
NDE, sur le mécanisme de la réincarnation. Je recevais les réponses à
toutes mes petites questions : « Comment ça marche ? Comment ça peut
marcher?». Je savais que j'allais être ré-incarnée.
La terre est un grand producteur d'énergie et la conscience
individuelle en émerge et se développe en chacun de nous. Pour la
première fois je pensais à moi comme à un être humain et j'étais heureux
de l'être. D'après ce que j'avais vu, j'aurai été heureux d'être un
atome dans cet Univers. Un simple atome. Car, être une partie humaine de
Dieu...... c'est la plus fantastique des bénédictions. C'est une
bénédiction au delà de la plus folle projection de ce que peut être une
bénédiction. Pour chacun d'entre nous, être la partie humaine de cette
expérience est à la fois terrifiante et magnifique. Qui que nous soyons,
où que nous en soyons, cinglés ou non, chacun de nous et nous tous,
sommes une bénédiction pour la planète, à l'endroit exact où nous en
sommes.
Je m'attendais à me réincarner en un petit bébé n'importe où. Mais je
reçus une leçon sur l'évolution de la conscience et de l'identité
individuelle. Quelle surprise lorsque j'ouvris les yeux, ce fut une
telle surprise de retrouver ce corps, d'être de retour dans ma chambre.
Je ne sais pas pourquoi bien que je l'ai compris.
Quelqu'un me regardait en sanglotant. C'était mon infirmière. Une
heure et demie après ma mort, elle avait renoncé. Mon corps était froid
et raide. Elle était sortie dans une autre pièce. Quand je me suis
réveillé, je vis de la lumière dehors et j'essayais de me lever pour
aller vers elle, mais je tombai du lit. Elle entendit un grand bruit et
courut dans la chambre pour me trouver par terre.
Une fois rétabli, j'étais très surpris et même terrifié par ce qui
m'était arrivé pendant ma EMI. Au début je ne me souvenais pas de tout.
Le souvenir me revint plus tard.
Je m'échappais de ce monde et continuais à demander « Suis-je en vie ?
». Le monde réel ressemblait plutôt à un rêve. Au bout de trois jours
je redevins normal, ma perception était plus claire et cependant bien
différente de ce que j'avais toujours ressenti dans ma vie. Je ne voyais
plus rien de mauvais chez quiconque comme avant où j'étais vraiment
dans le jugement. Avant je pensais que tout le monde était cinglé. En
fait je pensais que tout le monde était cinglé sauf moi. Maintenant, je
voyais clair.
Environ trois mois plus tard un ami me dit que je devrais me faire
examiner, j'y allais donc, et on me fit un scanner. Je me sentais
vraiment bien et pourtant j'avais peur d'apprendre une mauvaise
nouvelle. Je me souviens de ce docteur dans cette clinique regardant les
scanners d'avant et d'après et me disant « Bien, il n'y a plus rien
maintenant » Je dis « Vraiment, ce doit être un miracle !» Il dit « Non,
cela arrive, on l'appelle une rémission spontanée » Il n'était
absolument pas impressionné. Pourtant, c'était un miracle et j'étais
impressionné même si personne d'autre ne l'était.
Pendant ma EMI j'étais descendu dans ce qu'on appelle l'Enfer, et
c'était très surprenant. Je n'ai vu ni Satan ni le diable. Ma descente
aux enfers était une descente dans un monde de misère humaine,
d'ignorance, une éternité misérable dans la nuit de l'inconnaissance.
Mais chacune des millions d'âmes autour de moi avait une petite
étoile de lumière toujours disponible. Mais personne ne semblait s'en
apercevoir tant ils étaient consumés par leurs propres chagrins, leurs
traumatismes et leurs misères. Mais après ce qui m'a semblé une
éternité, je commençais à appeler vers cette Lumière comme un enfant
appelle ses parents à l'aide.
Alors la Lumière s'ouvrit et forma un tunnel qui vint droit sur moi
et m'entoura de toute cette peur et cette souffrance. C'est cela
l'Enfer.
Ainsi, ce que nous avons à faire est d'apprendre à se donner la main.
Les portes de l'Enfer sont vraiment ouvertes maintenant. Nous allons
nous relier, nous entr'aider et marcher ensemble hors de l'Enfer.
La Lumière vint vers moi et se transforma en un immense ange doré. Je
demandai « Etes-vous l'Ange de la Mort ? » Il m'exprima qu'il était ma
super âme, la matrice la plus élevée de mon Soi : la partie de
nous-mêmes originelle. Et la Lumière m'emporta.
Bientôt notre science quantifiera l'esprit. Est-ce que ce ne sera pas
merveilleux ? Nous allons bientôt avoir des appareils qui vont être
sensibles aux énergies subtiles. Les physiciens font entrer en collision
les atomes pour voir de quoi ils sont faits. Ils ont déjà trouvé les
quarks et tout ça. Eh ! bien un jour ils vont être confrontés à cette
petite chose qui maintient tout ensemble et ils devront l'appeler ....
Dieu. Nous commençons tout juste à comprendre que nous aussi, nous
sommes créateurs à mesure que nous avançons. Ainsi que je l'ai compris
pour toujours, j'ai atteint durant ma EMI, un royaume dans lequel il y a
un point au delà de toute connaissance qui est le commencement de la
création du prochain niveau fractal. Nous avons le pouvoir de créer tout
en explorant et c'est Dieu lui-même qui se répand à travers nous.
Depuis mon retour j'ai expérimenté la Lumière spontanément et j'ai
appris à atteindre cet espace presque à chaque méditation. Chacun de
vous peut le faire. Il n'est pas nécessaire de mourir ou de faire une
EMI pour y arriver. Nous sommes équipés pour ; nous sommes déjà
branchés. Le corps est le plus magnifique Etre de Lumière qui soit. Le
corps est un incroyable univers de Lumière. L'Esprit ne nous pousse pas à
dissoudre ce corps. Ce n'est pas du tout ça. Arrêtez d'essayer de
devenir Dieu. C'est Dieu qui devient vous. Ici et maintenant.
Je demandais à Dieu « quelle est la meilleure religion sur cette
planète ? Quelle est la plus juste ? » Le Dieu tout puissant dit « ça
m'est égal » C'était une grâce incroyable. Lorsque Dieu dit « ça m'est
égal » j'ai immédiatement compris qu'il n'y avait que nous pour nous en
préoccuper. C'est important parce que c'est nous qui avons en charge
cette préoccupation. Cela nous importe et c'est là que c'est important.
Nous avons l'énergie de résoudre l'équation en matière de spiritualité.
Pour Dieu tout puissant, peu importe que vous soyez protestant,
bouddhiste ou n'importe quoi. Tout ça ce sont les boutons fleuris d'un
même jardin.
Je souhaiterai que toutes les religions en soient convaincues et
laissent chacun être. Ce n'est pas la fin de chaque religion, mais nous
parlons du même Dieu. Vivre et laisser vivre. Chacun a une vue
différente et cela embellit le Grand Tableau. C'est très important.
Je suis allé de l'autre côté pendant ma EMI avec un tas de frayeurs
concernant les dégâts écologiques, le nucléaire, la surpopulation, la
déforestation. Je suis revenu rempli d'amour pour chacun de ces
problèmes. J'aime le gaspillage nucléaire. J'aime le champignon atomique
: c'est le plus sacré des mandalas qui se soit manifesté à ce jour, tel
un archétype. Cet événement, plus qu'aucune religion ou philosophie sur
cette terre, nous a tous emportés d'un seul coup vers un nouveau niveau
de conscience. Sachant cela nous pouvons peut-être faire exploser la
planète 50 ou 500 fois, pour finalement réaliser que peut-être nous
sommes tous liés maintenant.
Pendant un moment ils ont du déclencher davantage de bombes pour que
cette idée entre dans nos têtes. Puis nous avons commencé à dire « nous
n'en avons plus besoin ». En ce moment nous sommes en fait dans un monde
plus Secure que jamais et il le devient de plus en plus. Aussi, je suis
revenu de ma EMI en aimant les dégâts écologiques parce qu'ils nous
rassemblent. C'est tellement énorme ! Comme pourrait le dire Peter
Russell, ces problèmes sont maintenant « à la mesure de l'âme ».
Avons-nous des réponses « à la mesure de l'âme » ? OUI.
La déforestation va ralentir et dans 50 ans, il y aura plus d'arbres
sur la planète que depuis longtemps. Si vous êtes écolos, foncez, vous
êtes cette partie du système qui devient conscient, allez-y de toutes
vos forces, mais ne tombez pas dans la dépression. C'est la partie d'un
plan plus vaste.
La terre est dans un processus d'auto-régulation. Elle ne sera plus
jamais un lieu de nature sauvage comme elle l'a été autrefois. Il y aura
des grandes réserves où la nature sauvage prospérera. Dans le futur les
jardins et les réserves seront primordiaux. L'augmentation de la
population s'approche de très près du niveau optimal d'énergie
nécessaire pour provoquer un changement de conscience. Ce déplacement de
conscience entraînera le changement en matière de politique, en matière
d'argent, en matière d'énergie.
Après ma mort, mon voyage en EMI et le retour, je respecte vraiment
la vie et la mort. Il est possible que nous ayons ouvert la porte sur un
grand secret à travers nos expériences de ADN. Bientôt nous serons
capables de vivre dans ce corps aussi longtemps que nous le voudrons.
Après avoir vécu 150 ans environ, une intuition de l'âme nous
indiquera qu'il est temps de changer de canal. Vivre pour toujours dans
le même corps n'est pas aussi créateur que l'acte de réincarnation dont
l'énergie serait transférée dans ce fantastique tourbillon énergétique
dans lequel nous baignons. En fait nous sommes en train de découvrir la
sagesse de la vie et de la mort, et de nous en réjouir. De toute façon,
nous sommes déjà en Vie pour toujours.
Ce corps, ce corps dans lequel vous êtes, est vivant pour toujours.
Il arrive depuis le Fleuve Infini de la Vie et retourne au Big Bang et
au-delà.
Dans une énergie subtile et dense, ce corps donne Vie à la prochaine Vie
Ce corps a déjà été en Vie éternellement.

Traduction de Michèle T. et Annie A.

Mellen Thomas Benedict, vit actuellement en Californie où il
développe avec beaucoup de succès des technologies basées sur la lumière
à effet cicatrisant, dont la connaissance lui provient, en partie,
d'informations qui lui ont été données lors de son EMI ; et aussi EMI de Nicole ; pour plus cliquez : ici



un

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Dim 06 Mar 2011, 17:35

Un autre site qui explore aussi cette "épopée" .. relate des témoignages .. avance des hypothèses de cet " aller et du retour " ....

http://www.outre-vie.com/vieapresvie/lesnde.htm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Dim 06 Mar 2011, 17:40

Ce même site qui explore cette "épopée" .. relate des témoignages
.. avance des hypothèses de cet " aller et du retour " ....

http://www.outre-vie.com/vieapresvie/lesnde.htm

dont voici un extrait


Insolite
La similitude des NDE décrites
sur une période de deux mille ans est assez étonnante.










L'ascension vers
l'empyrée







Jérome Bosch, à la fin du moyen age aurait-il eu connaissance
de cette expérience appélée aujourd'hui , NDE ?. Sa peinture évoque
le puits de lumière passage entre les ténèbres de la mort vers
un au-delà gardé par l'être de lumière.


L'ascension vers l'empyrée, après 1500, Palazzo
Ducale
Venise .Jérome Bosch









Le Bardo Thödol tibétain











Le Bardo est l’état intermédiaire entre la mort terrestre et
la renaissance lors d’une réincarnation ultérieure. Il est constitué
de plusieurs phases et il est remarquable de constater que,
globalement, on retrouve des éléments décrits dans les phases
des N.D.E. d’évolution vers la mort :
- Approche de la mort : suspension dans le vide au-dessus de
son corps physique avec audition de bruits étranges , dans une
lumière grise et brumeuse .
- Le mourant est mort : surprise devant son nouvel état, alors
qu’il se sent inchangé, capable de vois ses proches mais incapable
de les contacter, il a de nouveaux pouvoirs, il assume son propre
jugement avant son retour vers le monde des vivants, la réincarnation.



Antiquité











Platon dans
La République - L'aventure d'Er le Pamphylien - relate la plus
ancienne description d'une expérience de mort imminente.






<blockquote>


Il était mort dans une bataille ; dix jours après, comme on
enlevait les cadavres déjà putréfiés, le sien fut retrouvé intact.
On le porta chez lui (...), mais le douzième jour, alors qu'il
était étendu sur le bûcher, il revint à la vie ; quand il eut
repris ses sens, il raconta ce qu'il avait vu là-bas. Aussitôt,
dit-il, que son âme était sortie de son corps, elle avait cheminée
avec beaucoup d'autres et elle était arrivée en un lieu divin.
(...) Celles qui se connaissaient se souhaitaient mutuellement
la bienvenue. (...) Elles parlaient de plaisirs délicieux et
de visions d'une extraordinaire beauté.

Par la suite Er dit s'être retrouvé dans la
cohorte des âmes ayant à choisir leur futur support physique,
humain (réincarnation) ou animal (métempsycose). Ce choix s'effectuait
le plus souvent " d'après les habitudes de la vie précédente
", ajoute Platon dont le récit se poursuit par une scène au
cours de laquelle les âmes, regroupées dans la plaine du Léthé,
boivent l'eau du fleuve Amélès qui rend amnésique. " Quant à
lui, disait Er, on l'avait empêché de boire de l'eau ; cependant
il ne savait point par où ni comment son âme avait rejoint son
corps ; ouvrant tout à coup les yeux, à l'aurore, il s'était
vu étendu sur le bûcher. "

" La République ", Platon utilise
le mythe d'Er afin d'illustrer sa conception de l'immortalité
de l'âme.








</blockquote>




Plutarque
(50 -125)
décrit le mythe (De sera), extrait de ses
Moralia, la vision " d'après la mort " de Thespesios de Soles
;






<blockquote>


Étant tombé d'un endroit assez élevé, la tête la première, il
n'eut point de blessure grave, mais seulement une contusion
qui le fit s'évanouir. On le crut mort, mais trois jours après,
comme on se préparait à l'enterrer, il revint à la vie. Il reprit
en peu de jours ses esprits et ses forces et il se fit dans
sa vie le changement le plus merveilleux. Dans toute la Cilicie,
on ne connut point, de son temps, d'homme plus juste dans les
affaires, plus religieux envers les dieux, plus sûr pour ses
amis et plus redoutable aux ennemis. (...)
Il disait qu'au moment où il perdit connaissance il se trouva
dans le même état qu'un pilote qu'on aurait précipité au fond
de la mer ; qu'ensuite, s'étant peu à peu relevé, il lui sembla
qu'il respirait parfaitement, et que, ne voyant plus que des
yeux de l'âme, il portait ses regards vers tout ce qui l'environnait.
Il ne vit plus aucun des objets qu'il avait coutume de voir,
mais des astres d'une prodigieuse grandeur, séparés entre eux
par des intervalles immenses. Ils jetaient une lumière éblouissante
et d'une couleur admirable. Son âme portée sur cet océan lumineux,
comme un vaisseau sur une mer calme, voguait légèrement et se
portait partout avec rapidité (...).
Il vit l'âme d'un de ses parents, qu'il eut de la peine à reconnaître,
parce qu'il était mort dans son enfance. Mais elle s'approcha
de lui et lui dit : " Bonjour Thespesios ". Surpris de s'entendre
nommer ainsi, il lui fut répondu : " Vous n'êtes pas mort, seulement
la partie intelligente de votre âme est venue ici par une volonté
particulière des dieux ; ses autres facultés sont restées unies
à votre corps comme une ancre qui le retient. La preuve que
je vous en donne, c'est que les âmes des morts ne font point
d'ombre et que leurs yeux sont sans mouvements. " À ces mots,
Thespesios, rentrant en lui-même et s'examinant avec plus d'attention,
voit autour de lui une sorte d'ombre assez obscure qui suivait
tous ces mouvements, au lieu que ces âmes étaient transparentes
et environnées de lumière. (...).
Là il vit encore plusieurs lacs parallèles et remplis l'un d'or
en fusion, et tout bouillant, un autre d'un plomb plus froid
que la glace, le troisième d'un fer très rude. La garde en était
confiée à des génies qui, armés de tenailles semblables à celles
des forgerons, plongeaient dans ces lacs et en retiraient, tour
à tour, les âmes de ceux que l'avarice et une insatiable cupidité
avaient conduits au crime. (...)
Jusque là Thespesios n'avait été que simple spectateur de tous
ces objets, mais comme il était sur le point de s'en retourner
il éprouva toutes les angoisses de la frayeur. Une femme6 d'une
taille et d'une beauté admirable le prit par la main, en lui
disant : " Approchez, je veux que vous conserviez parfaitement
le souvenir de tout ce que vous venez de voir. " En même temps
elle fit mine de le toucher avec une petite baguette rougie
au feu et semblable à celle dont les peintres se servent, mais
un autre l'en empêcha. Alors il se senti saisi par un vent violent
et impétueux qui, l'entraînant avec force, le fit rentrer dans
son corps, et il ouvrit les yeux au moment même où on allait
l'ensevelir.


Thèse de Pierre Dayot," Expérience de l'Imminence
de la Mort - Approche Traditionnelle







</blockquote>




Religions et
NDE











La plupart des religions font référence, dans leurs textes
sacrés, à la notion de lumière divine.


Saint-Grégoire (540 - 604)
Pape en 590 fait état dans ses Dialogues de visions rapportées
par certains religieux à l'instant de trépasser ou de personnes
ayant été tenues pour mortes :







<blockquote>

Ce vénérable prêtre, ayant vécu fort longtemps,
tomba malade la 40ème année de sa promotion aux Ordres, et fut
travaillé d'une violente fièvre qui le réduisit à l'extrémité
(...). Il était tout épuisé de force et étendu sur son lit comme
une personne morte. Il s'efforça de parler et dit d'un ton assez
vigoureux : " Messieurs soyez les bienvenus. Quelle est votre
bonté de vivifier ainsi votre petit serviteur ? Je m'en vais,
je m'en vais, je vous rends grâce ". Comme il répétait toujours
ces mots, ses amis qui l'assistaient lui demandèrent à qui il
parlait. Il leur répondit avec étonnement : " Ne voyez-vous
pas que les Saints Apôtres sont venus ici ? " Puis, s'étant
de nouveau tourné vers ces saints, il dit : " Me voici, je viens,
me voici, je viens " et, prononçant ces paroles, il rendit l'esprit.


Un soldat fut attaqué de la peste et réduit
à l'extrémité. Il sortit de son corps qui resta mort et sans
âme, mais il y rentra bientôt, et il raconta ce qui lui était
arrivé. Il disait donc qu'il y avait un pont sous lequel passait
un fleuve dont l'eau était noire et d'où s'élevait un nuage
obscur d'une puanteur insupportable. Mais après que l'on avait
passé le pont, l'on entrait dans des prairies bien vertes, riantes
et ornées d'herbes et de fleurs d'une odeur fort agréable, où
il paraissait de petites compagnies d'hommes vêtus de blanc.
L'air y était rempli d'une senteur si douce que ceux qui s'y
arrêtaient en étaient tout parfumés (...). Il y avait aussi
diverses demeures pour chacun, qui étaient pleines d'une grande
lumière, faites d'un assemblage de lames d'or.
Mais ce soldat vit aussi certaines âmes qui ne pouvaient franchir
le fleuve immonde et qui devaient y séjourner en souffrant de
grands tourments, dûs à leur mauvaise vie. Il vit même une âme,
sous forme humaine, qui au passage du fleuve fut tirée par les
jambes par deux êtres infernaux et au même moment deux êtres
célestes, resplendissants, vinrent en le tirant par les bras
pour l'aider.





</blockquote>




Bède le vénérable
(673 - 735) Ce moine anglo-saxon, qui vécu lui aussi dans la période
du Haut Moyen-Âge, nous rapporte dans son Historia Ecclesiastica
Gentis Anglorum (Histoire Ecclésiastique de l'Angleterre) l'expérience
à l'approche de la mort que vécut Drythelm.






<blockquote>


En 731, ce père de famille, décrit comme un pieux laïc, habitait
la région de Cunningham, tout près de la frontière Écossaise
:

Il tomba gravement malade et, un soir, mourut.
À l'aube, il revint à la vie, mettant en fuite ceux qui veillaient
son cadavre, à l'exception de sa femme terrorisée mais heureuse.
Par la suite, Drythelm partagea ses biens en trois parts, un
tiers pour son épouse, un tiers pour ses enfants, un tiers pour
les pauvres et se retira dans un ermitage isolé de Malros, dans
un méandre de la Tweed. Il y vécut dans la pénitence et quand
il en avait l'occasion racontait son aventure :

Un personnage brillant, de blanc vêtu, l'avait
conduit vers l'est dans une vallée très large, très profonde
et infiniment longue, entourée à gauche de flammes épouvantables,
à droite de terribles rafales de grêle et de neige. Ces deux
versants étaient pleins d'âmes humaines que le vent faisait
passer d'un côté à l'autre sans trêve. Il passa ensuite dans
des lieux de plus en plus obscurs où il ne voyait plus que la
tache claire de son guide. Et soudain surgirent des boules de
feu sombres sautant d'un grand puits et y retombant. Drythelm
se retrouva seul. Dans ces flammes montaient et descendaient,
comme des étincelles, des âmes humaines. Ce spectacle était
accompagné de pleurs inhumains, de ricanements et d'une odeur
fétide. Drythelm remarqua plus particulièrement les tortures
que des démons infligeaient à cinq âmes, dont l'une était un
clerc reconnaissable à sa tonsure, une autre un laïc, une troisième
une femme. Alors qu'environné de diables qui menaçaient de le
saisir avec des pinces de feu, Drythelm se croyait perdu, soudain
une lumière apparut, grandit comme celle d'une étoile brillante.
Les diables se dispersèrent et fuirent.

Son compagnon était revenu et, changeant de
direction, le ramena en des lieux lumineux. Ils parvinrent à
un mur d'une longueur et d'une hauteur que son oeil ne put embrasser,
mais ils le franchirent d'une façon incompréhensible et Drythelm
se retrouva dans une prairie vaste et verte, pleine de fleurs,
brillante et parfumée. Des hommes vêtus de blanc y tenaient
par groupes innombrables de joyeuse réunions11

Drythelm traversa la prairie, une lumière encore
plus douce s'intensifia peu à peu, des chants très doux s'élevèrent,
un parfum l'entoura auprès duquel celui qu'il avait senti dans
la prairie n'était qu'une toute petite odeur, et la lumière
était devenue si brillante que celle de la prairie ne lui apparaissait
plus que comme une faible lueur. Il espérait entrer dans ces
lieux merveilleux quand son guide le força à rebrousser chemin
jusqu'au séjour riant des âmes vêtues de blanc.

" Tu dois maintenant retourner à ton corps et
revenir parmi les hommes. " Sur ces mots Drythelm fut triste
d'avoir à retourner à son corps et contempla avidement le charme
et la beauté du lieu où il se trouvait, et la compagnie qu'il
y voyait. Mais pendant qu'il se demandait, sans oser le faire,
comment poser une question à son guide, il se retrouva vivant
parmi les hommes.





</blockquote>





suite
http://www.outre-vie.com/vieapresvie/insolite.htm
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Lun 07 Mar 2011, 09:59

Très très bons sujets Marie!
Merci!

Je pose ici une question en rapport en ce qui me concerne :


qui a déjà perçu ,vu, ce qu aujourd hui je croie être "une merkabah" en forme de tunnel OCTOGONAL (faite d alvéoles translucides) lors de ces "voyages " au travers de laquelle(ou duquel puisqu en fait c est le tunnel que j ai vu), nous véhiculons?
j avais ouvert un sujet [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour rappel, où nous parlons du véhicule "merkabah"(octaèdre) mais pas du conduit(octogonal) dans lequel nous véhiculons d un point à un autre?

belle journée!


Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Didiera

avatar

Masculin
Poissons Serpent
Nombre de messages : 421
Date de naissance : 08/03/1965
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Lun 07 Mar 2011, 13:15

Bonjour Ambre,

j'ai perçu une fois un véhicule Merkabah, de forme soucoupe (mais pas forcément Octogonal). Il était devant mon lit, mais je n'ai pas osé monté dedans.

Sinon, les tunnels, une fois ou deux en rêve. Mais je ne saurais dire s'ils étaient octogonaux. Associé aux notions de gémellité et de mort.
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Lun 07 Mar 2011, 17:37

merci didiera,
je précise un peu;
en fait , j étais au coeur de ce qu on a l' habitude de nommer une merkabah, mais qui elle même véhiculait au sein d un tunnel fait d alvéoles octogonales et translucides, comme si la fusion des deux était néccéssaire comme par emboitement pour qu il y ai progression. Un peu la notion de TORUS mais pas dans la forme commune qu'on lui attribue!
ça ressemble à cette fractale:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

et à ceci
Stepped square and octagon torus.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages   Jeu 19 Mai 2011, 15:06

Bonjour à tous,

La parution d'un magazine consacré aux NDE vient de voir le jour.
Son titre est tout simplement "NDE Magazine".

Le premier numéro est sorti dans les kiosques en début de semaine.
Il paraîtra tous les trois mois et est distribué en France, en Belgique et en Suisse.

http://www.toutabo.com/n-d-e-p-29163.html



SOMMAIRE

- Les expériences de la mort imminente - Jean-Pierre Schnetzler

- Rationalisme et NDE - Docteur Jean Jacques Charbonier

- Interview du docteur Jean Jacques Charbonier : NDE et physique quantique

- La découverte accidentelle des expériences de mort partagée - Docteur Raymond Moody

- Rencontres avec l'au-delà - Laurent Atzeri

- Le livre des morts et la vie dans l'au-delà chez les anciens égyptiens - Edouard Naville

Citation :
EDITO

Des milliers d'hommes et de femmes sont morts durant quelques instants puis sont revenus. Quels que soient leur pays, leur âge, leur situation sociale, leur culture ou leur religion, leurs récits présentent d'étranges similitudes. La vision brillante d'une lumière, des scènes édéniques, un sentiment de paix profonde. La sensation de quitter son corps, parfois même de le voir de l'extérieur. L'entrée dans un tunnel, une lumière faite d'amour et de compassion, le défilement en accéléré de leur propre existence, une sensation de bien-être et de plénitude... Dans les années 1960, le docteur Raymond Moody a donné à ces éléments récurrents vécus par ses patients aux frontières de la mort le nom d'EMI : Expériences de Mort Imminente. Son premier livre, « La Vie après la Vie », très rapidement devenu culte, a mis en marche un véritable mouvement chez les chercheurs comme chez tous ceux désireux d'en savoir plus. Comment peut-on percevoir et mémoriser ce qui se passe autour de soi alors que l'on est parfaitement inconscient ? Comment explorer un tel phénomène et quel sens lui donner ? Malgré des dizaines d'études scientifiques, ces phénomènes restent inexpliqués et seules l'accumulation, la concordance et surtout la réalité des effets secondaires permettent d'envisager que ces témoignages se rapportent à quelque chose de réel et amènent à se poser la question : Qu'y a-t-il après la mort ? Grâce à une succession de récits et à l'avis de différents spécialistes, la revue NDE aborde de front la question qui hante l'humanité depuis toujours : que se passe-t-il au moment même du trépas? Sans prendre le parti d'hypothèses médicales ou d'explications religieuses, nous allons explorer l'ensemble des pistes envisageables afin d'appréhender toute la complexité de ce phénomène et ses implications sur l'humain.

Avec ce premier numéro, vous allez découvrir les derniers travaux du docteur Moody. Ici, le médecin va plus loin et dévoile au grand jour un phénomène encore peu connu : les Expériences de Mort Partagée. Des personnes ayant assisté à un décès - parents, enfants, époux, infirmiers - rapportent en effet avoir vu, au moment de la mort, un fragment de la vie du défunt. Dans des récits qui frappent par leurs similitudes, ces témoins évoquent une lumière mystique, une sensation de détachement de leur conscience et de leur corps, accompagnées chaque fois d'un sentiment indescriptible de l'ordre de la pureté, de l'amour et de la paix. Un autre mèdecin, le docteur Jean-Jacques Charbonier, révolutionne l'eschatologie occidentale figée dans des paradigmes dépassés, en démontrant de façon rationnelle qu'assimiler la mort au néant absolu appartient désormais au domaine des croyances tant il est vrai que les preuves scientifiques confirment aujourd'hui de façon éclatante notre propre immortalité. Sciences et spiritualité sont deux mondes complémentaires qui se combattent sans relâche depuis trop longtemps ! Vous aurez aussi le loisir d'approfondir le sujet en vous familiarisant avec les approches présentées par Laurent Atzeri ou encore Jean-Pierre Schnetzler. Enfin nous vous présenterons le Livre des Morts des anciens Egyptiens. C'est un texte vieux de plus de 4000 ans, que l'on peut considérer comme la « bible de l'ancienne Egypte ». Rédigé en des temps immémoriaux, ce livre servait à guider le défunt dans l'au-delà. Pour les initiés de l'Egypte ancienne, détenteurs d'une science initiatique et magique, la mort physique n'était que le début d'une série de métamorphoses de la conscience. Incantatoire, allégorique et magnifique. le Livre des Morts des anciens Egyptiens nous initie aux mystères de la vie et de la mort et nous fait pénétrer dans l'univers fascinant de la civilisation égyptienne.
Revenir en haut Aller en bas
 
NDE, DEFINITIONS DE LA MORT , l Euthanasie...:Témoignages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La vie après la mort ==> témoignages.
» Demande d'euthanasie
» Un Suisse enlève son chien condamné à l'euthanasie
» ... et l'euthanasie
» EUTHANASIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: ...dans l air du temps... :: Les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés, les NDE initiation et conscience, La route du Temps, La Merkabah ...-
Sauter vers: