ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Lun 04 Fév 2008, 16:18

Citation :


IL FAUT TRAVERSER L'AMER
Hommage-témoignage d'une rencontre virtuelle avec Natarajan...




Après avoir lu et relu, souligné et surligné, dévoré et disséqué les différents textes en ligne de Natarajan ; après avoir écumé les 4 coins de son carré quantique, véritable carré magique , après une pré-digestion d’urgence pour application immédiate d’une partie de sa précieuse astrologie supramentale, il me restait une portion à examiner sur supramental.fr : « retour à la source ». De la littérature ? bah, rien d’urgent me disait-je imprudent…A déguster en guise de récréation, entre 2 études psycho-spirituelles, le week-end, assis face au soleil sur une terrasse bien orientée, hiver oblige. Alors j’ai entamé la lecture, et en effet j’ai « dégusté ». Ce petit aparté qui devait s’étirer sur plusieurs semaines s’est finalement contracté sur 2 jours…impossible d’en ressortir, avec cette nécessité impérieuse d’aller au bout, «de la source » au plus vite : j’ai englouti d’un trait tout mon goûter » !.

Natarajan m’avait touché l’esprit avec sa virtuosité à expliquer, manier et orchestrer les concepts psycho-méta-physico-théo-spirituels (rien n’est séparable dans la véritable connaissance, tout se tient dans l’unité).Il m’a bouleversé l’esprit ET le cœur avec son retour à la source. Ou comment nous rappeler que tout est spirituel, la vie, l’amour, la mort, la famille…et en premier lieu la littérature qu’il semble pratiquer sans ratures. Fragments d’autobiographies, envolées lyriques ou métaphysiques, coups de théâtre inattendus (j’aime ce pléonasme), aphorismes fracassants, vérités dérangeantes: impossible de classifier cet type d’essai , à l’image du personnage et de son oeuvre. On y trouve même de la « méta-littérature » (ça existe ce mot ?), puisque Natarajan écrit sur ses propres écrits, sans paraître un instant égocentré car avec une sincérité totale, si absolue qu’elle en paraît presque suspecte parfois.

Etrange : on peut être touché, bouleversé même par une histoire qui ne semble rien avoir ou presque avec la sienne…à moins que, de simples éléments de concordance, d’apparences anecdotiques, anodines, puissent être suffisamment puissants pour faire vibrer une corde au diapason de la reconnaissance d’âme. Celle-ci est peut-être plus à chercher, et à trouver dans les ressorts profonds et les motivations du soi plutôt que dans les résultats manifestés de la vie « officielle » étalée au grand jour. Par exemple, bienvenu Natarajan au club des anciens « renards », à moins que tout être humain n’ai été aussi dans la peau de cet animal au moins une fois dans sa carrière cosmique, allez savoir…

Oui, des affinités dans la manière d’envisager l’émancipation humaine, c’est certain. Mais je me hâte de préciser que, le génie, la connaissance, le travail et l’expérience en moins (beaucoup moins) font que mon état d’avancement spirituel n’a rien de commun avec le sien. Peut-être sommes attirés par les mêmes paysages de l’âme qui décorent certaines voies, sauf que j’arpente les premiers hectomètres alors qu’il achève les derniers mètres…et les derniers maîtres caduques …en tout cas sur cette bonne vieille terre. Affinité « d’état d’esprit », et non pas identification. S’inspirer, oui, mais pas copier, singer: la plus grossière erreur à commettre. La cible est unique mais il existe une infinité de trajectoires personnelles pour l’atteindre, telle est ma vérité en tout cas. « Plutôt se pendre que d’imiter quelqu’un disait d’ailleurs Sri Aurobindo».

Dans ce « retour à la source », il est question de « traverser la mer » .Il semble bien imprudent d’évoquer les vertus d’un livre que l’on a pas ouvert, mais je n’y peux rien, il me parle déjà à distance. J’en ressens les effets (quantiques ?) à travers quelques témoignages de lecteurs transformés par l’œuvre et qui sont rapportés par Natarajan. Mon couple intérieur Lune-Jupiter un peu trop imaginatif brode déjà sur les messages que pourraient délivrer « Il faut traverser la mer ». Bien entendu, cette traversée dure 9 mois, et en conduisant vers une mort programmée, elle atteint une nouvelle naissance inespérée. Il faut mourir à soi même pour renaître. Mais impossible de tricher, Le tout-puissant nous rattrapera dans sa main que si l’on s’élance vraiment vers la falaise, pas si l’on reste loin du bord en criant : « attention les gars, je vais sauter ». Le test ultime de la foi sans doute. Mais la « chute » du livre aurait déplu aux éditeurs paraît-il ! trop « suicidaire » sur le plan commercial si l’on peut dire !

La mer… n’est-ce pas cet inconscient à la fois personnel et collectif que l’on doit traverser pour l’éclairer, le nettoyer de ses blessures passées, le pacifier ? La mer est calme en surface mais ne pas s’y fier ! des monstres rodent, les mêmes qui peuplaient notre enfance, et ils n’ont fait que grandir depuis, comme nous… Il faut goûter de plein gré aux souvenirs amers et salés, aux poissons devenus poisons à travers notre pensée, notre verbe, notre action. Seul moyen de dénouer les programmations qui font de nous des automates, des humains-animaux. Oui, belle métaphore que cette traversée ou l’on se dépouille de l’inutile sous l’œil intraitable de Pluton, de ce qui n’est pas soi, pour atteindre la nudité de l’âme…de fond, et donc sa plénitude. Mais je dis vague sur ce chemin de Compostelle marin et ne sait vraiment quels nombreux trésors gisent au fond du livre de Natarajan. (Edité par qui ? aucune info sur la manière de se le procurer, pourquoi donc cette rétention ?).

Celui-ci déclare dans retour la source :
« Tous ceux qui me mettent sur un piédestal veulent leur propre gloire ». Mais oui ! pourquoi pas s’il s’agit de gloire spirituelle à partager et à irradier. Ce que l’on fait pour soi, on le fait pour les autres, et vice-versa. Mais qu’il se rassure, je n’ai ni l’intention, ni le talent, ni l’énergie de l’ériger en statue, je le préfère en homme de chair et de sang qui apporte simplement un message aux autres hommes de bonne volonté dont j’essaye de faire partie. Natarajan n’aime pas les flatteries, mais qui parle de flatterie ? je ne cherche rien à obtenir de lui, si ce n’est qu’il accepte mes sincères remerciements pour son don à ses frères humains : un immense travail synthétique de toute une vie, et plus probablement de plusieurs vies, destiné à faire gagner un temps précieux à tous les chercheurs du réel. Oui, le temps presse, l’homme « à 4 pattes » est menacé d’extinction : il doit se relever, et vite !

Christalain. http://axial-media.over-blog.org


En guise de conclusion, je vous partage ce joyau contenu dans « retour à la source » et qui vous donnera peut-être envie de visiter l’écrin qui le contient, ainsi que tant d’autres perles:


« Les enfants rêvent les univers qui succéderont au nôtre.

La seule loi sera de jouer, l’esprit apprendra sans contrainte.

Les êtres entendront le soleil leur parler.

Ses avertissements ne seront pas des menaces, et ses conseils ne seront pas des ordres.

Le mot amour aura disparu car il n’existera rien d’autre.

Les consolations et les souffrances diminueront jusqu’à cesser.

Les actes seront la mesure du monde, tout le monde connaîtra le visage du vent, l’invisible sera le centre de l’azur et l’origine de l’or, comprendre sera aussi facile que voir.

L’erreur sera source de joie et repère éphémère.

Personne ne se ressemblera et tous seront unis.

Nous vivons l’ébauche du réel dans un cauchemar qui se lasse de lui-même. »


NATARAJAN – « Retour à la source » - supramental.fr

je te l ai déjà dit,si je savais écrire,je t écrirais Christalain,
mon bel ami!
...alors en attendant...merci!
:444:
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mar 25 Mar 2008, 12:50

Citation :
Tu as dit : "Vous devez être vigilants et ne pas vous servir du Divin comme d'un beau manteau pour couvrir la satisfaction de vos désirs."

Beaucoup de gens adoptent certaines théories, dont quelques-unes sont très commodes, et ils disent : "Tout est l'effet de la volonté divine." Il y en a d'autres qui disent : "Le Divin est partout et en tout, et fait tout"; d'autres disent : "Ma volonté est unie à la Volonté divine, c'est Lui qui m'inspire." Enfin, il y a beaucoup de théories et ils disent cela. Naturellement, leur ego est aussi vivant. Ils font tout ce qu'ils désirent faire en disant : "C'est le Divin qui le fait en moi." Tout ce que peut fournir leur tête est la "Volonté divine". Ce n'est pas une inspiration personnelle : "Tout est l'effet de la Volonté divine." "Ce n'est pas moi qui agis, c'est le Divin qui agit à travers moi." Ils font tout ce qu'ils ont envie de faire. Des gens comme cela, il y en a beaucoup. Alors j'ai dit : "Ne vous servez pas du Divin comme d'un beau manteau pour cacher vos désirs."


"Le tout est d'être sincère. Si vous n'êtes pas sincère, n'entreprenez pas le yoga."
La sincérité est peut-être de toutes choses la plus difficile, et peut-être est-ce aussi la plus efficace.

Si vous avez une sincérité parfaite, vous êtes sûrs de la victoire. C'est infiniment difficile. La sincérité consiste à faire que tous les éléments de l'être, tous les mouvements (que ce soient les mouvements extérieurs ou les mouvements intérieurs), toutes les parties de l'être aient toutes une volonté égale d'appartenir au Divin, de ne vivre que pour le Divin, de ne vouloir que ce que le Divin veut, de n'exprimer que la Volonté divine, de n'avoir d'autre source d'énergie que celle du Divin. Et vous vous apercevez qu'il n'y a pas de jour, pas d'heure, pas de minute où il ne faut intensifier, rectifier votre sincérité - un refus absolu de tromperie du Divin. La première chose est de ne pas se tromper soi-même. On sait que l'on ne peut pas tromper le Divin; même le plus habile des Asoura ne peut pas tromper le Divin. Mais même quand on a compris cela, on voit que bien souvent dans sa vie, dans sa journée, on essaie de se tromper soi-même sans même le savoir, d'une façon spontanée et presque automatique. On donne toujours des explications favorables à tout ce que l'on fait, à ses paroles, à ses actes. C'est ce qui vient d'abord. Je ne parle pas de grosses bêtises comme de se quereller et de dire : "C'est la faute de l'autre", je parle des toutes petites choses de la vie quotidienne.

Je connais un enfant qui s'était cogné contre la porte et qui a donné un bon coup de pied dans la porte ! C'est la même chose. C'est toujours l'autre qui a tort, qui a commis la faute. Même quand on a dépassé le stade de l'enfant, quand on a un peu de raison, on donne encore la plus sotte de toutes les excuses : "S'il n'avait pas fait cela, je n'aurais pas fait ceci." Mais c'est justement le contraire qui doit se produire!

C'est cela que j'appelle être sincère. Quand vous êtes avec quelqu'un, si vous êtes sincères, instantanément votre façon de réagir doit être de faire la chose vraie, même quand vous êtes en présence d'une personne qui ne la fait pas. Prenez l'exemple le plus commun de celui qui se met en colère. Au lieu de dire des choses qui font souffrir, on ne dit rien, on reste tranquille, calme, on ne subit pas la contagion de la colère. Vous n'avez qu'à vous regarder vous-mêmes pour voir si c'est facile. C'est une chose tout à fait élémentaire, un tout petit commencement pour savoir si vous êtes sincères. Et je ne parle pas de ceux qui subissent toutes les contagions, même celles des plaisanteries grossières, ni de ceux qui font la même bêtise que les autres.

Je vous dis : si vous vous regardez avec des yeux aigus, vous attraperez en vous des insincérités par centaines, même si dans votre attitude générale vous essayez d'être sincères. Vous verrez comme c'est difficile.

Je vous dis : si vous êtes sincères dans tous les éléments de votre être, jusque dans les cellules de votre corps, et que tout votre être intégralement veuille le Divin, vous êtes sûrs de la victoire, mais pas à moins de cela. C'est cela que j'appelle être sincère. Je ne parle pas de choses grossières comme d'obéir à ses impulsions, à ses caprices et de dire : "Je ne m'appartiens plus, j'appartiens au Divin; c'est le Divin qui fait, tout en moi, qui agit en moi cela, c'est assez grossier. Je parle de gens plus raffinés, un peu plus nobles, qui mettent un joli manteau pour couvrir leurs désirs.

Combien de choses dans votre journée, combien de pensées, combien de sensations, combien de gestes sont-ils exclusivement tournés vers le Divin dans une aspiration ? Combien ? Je crois que si vous en avez un seul dans votre journée, vous pouvez mettre une croix blanche. Quand je dis "Si vous êtes sincères, vous êtes sûrs de la victoire" je veux parler de la vraie sincérité : être constamment la vraie flamme qui brûle comme une offrande. Cette joie intense de n'exister que par le Divin et pour le Divin, et que sans Lui rien n'existe, que la vie n'a plus de sens, que rien n'a de raison d'être, rien n'a de valeur, rien n'a d'intérêt, si ce n'est cet appel, cette aspiration, cette ouverture à la Vérité suprême, à tout ce que nous appelons le Divin (parce qu'il faut se servir d'un mot), la seule raison d'être de l'univers. Enlevez cela et tout disparaît.

La Mère

"Entretiens 1953" (pages 6-9)
publié par Sri Aurobindo Ashram - Pondichéry
partage de Supramental Dot Com ce matin
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Jeu 03 Juil 2008, 12:47

L’être psychique
par Supramental Dot Com le 3, juillet , 2008 à 2:00

Gilbert parlant de l’être psychique. Le fil de discussion.
http://www.supramentale.com/articles/216-letre-psychique.html
Autant je le vis aujourd’hui autant il me devient plus facile de partager à propos de l’avénement de l’être psychique au nom que pour ma part et pendant longtemps cela a été une véritable obsession que cet avénement de l’être psychique dans ma vie.
Car on nous en parle beaucoup de cet être psychique, cette Ame divine individuée dans notre le profond de notre coeur mais par contre il existe peu d’informations ‘techniques’ sur le comment faire pour que cet être psychique se forme et prenne les rennes de notre jusque la fusion qui fait de nous cet être psychique et non plus un être humain ayant un être psychique.
Cette fusion pour ma part je ne l’ai pas encore consommée mais elle est en cours et c’est au nom de ce que j’en vis que je partage ce post, sans plus ni moins.
Il y a des années de cela, alors que ma culture spirituelle était égale à un zéro pointé, je vivais de ces moments que l’on appelle le fond du puit moral et qui avait vus toutes mes ambitions d’artiste peintre tomber à l’eau tout comme les talents correspondant alors. Une situation de fond du puit moral qui m’a vu d’année en année vivre une opposition toujours de plus en plus grande quand à toutes mes ambitions et intention de créer quoi que ce soit dans ma vie extérieure.
…dans le même temps et pendant ces années je vivais de plus en plus une ouverture aux plans subtils dont j’acceptais les ‘effets’ dans ma vie et conscience, mais que je prenais alors pour des capacités ‘cachées’ du cerveau, étant un matérialiste convaincu, conditionnement socio-familliale oblige.
…puis c’est au plus profond de ce puits moral qu’un jour, un ami étant entrain de le lire, je pris connaissance du livre de Satprem, l’aventure de la conscience.
Alors Athé convaincu ce qui a attiré l’attention de mon mental à ce moment là c’était le commentaire de Romain Rolland qui voyait dans Sri Aurobindo une synthése de l’occident et de l’orient; aspiration qui était ma conclusion en cette époque où ma conscience prônait comme solution au chaos évolutif de notre monde une union, par métissage, de l’orient et de l’occident.
J’ignorais alors où allait m’enmener le contenu de ce livre…
La première expérience que j’ai aussitôt vécu en lisant les premiers paragraphes de ce livre c’est l’apparition d’une grappe de bulles roses rouges, au dessus de la fenêtre à la droite du lit où je dormais, alors que j’étais entré dans une rage vindicative envers le voisin étudiant du dessus qui n’arrétait pas de faire bouger sa chaise avec les conséquences désagréables correspondantes pour mes oreilles.
Pages: 1 2
voir auissi
http://www.supramentale.com/web/217-la-vie-ses-lois-ses-mysteres.html
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mer 30 Juil 2008, 20:58

Parceque j y reviens souvent, et que ce qu il nous partage me semble plus que pertinent!

Lettre du 12 Mai 2008
par Natarajan!





C'est assez étonnant de constater que très peu d'êtres humains ressentent l'existence de la conscience suprême, et admettent qu'Elle puisse posséder ses propres critères pour venir à la rencontre de l'être humain. Peut-être avons-nous été dégoûtés de Dieu par le cléricalisme, sans doute n'avons-nous pas assez le temps de réfléchir sur les quatre milliards d'années (qui ont permis à la Terre de nous produire), et d'anticiper sur l'avénement supramental, vu que nous sommes coincés dans un présent aussi éphémère que rapide et aléatoire.

En réduisant tout à une échelle mille fois inférieure à celle de la réalité, l'esprit humain s'invente des buts en s'appuyant sur la mémoire de quelques hommes qui ont prétendu traverser les apparences. En s'attachant à eux, on finit par croire qu'ils ont énoncé des méthodes qui permettent de rejoindre le réel, à condition qu'elles soient suivies le nez sur le guidon, avec des œillères certifiées conformes, afin d'éviter de voir tout ce qui pourrait être extérieur à la voie préconisée, et qui ferait perdre du temps.

C'est ainsi que les intégrismes se forment.

Il semble encore que de nombreux soi-disant chercheurs spirituels s'imaginent que la Conscience va se rendre aux pièges qu'ils lui tendent en la persuadant qu'elle doit s'approcher d'eux, parce qu'ils décrètent que quelques concepts authentiques (comme la croyance en la non-croyance, fort à la mode) doivent l'appâter, afin qu'elle se rende à leurs minuscules prétentions. En réalité, aucun être n'est jamais parvenu à la vérité ou à l'illumination, ou à «l'intégrité du bois brut», parce qu'il suivait une voie. Il n'y a que les sots et les arrogants qui peuvent s'imaginer que la Conscience se laisse piéger dans un tracé perso, mais, en revanche, façonner un modèle pour regrouper ses intentions supérieures, connaissance, amour, intégrité, et les ordonner dans le temps, oui, cela peut être un itinéraire, au sens large, car il faut bien un peu trier, dans la mine du temps, ce qui nous revient, et choisir quelques options. C'est l'objet de mon dernier ouvrage, «feuille de route pour l'Apocalypse».

Les chercheurs de feu aiment marcher. Ils acceptent les erreurs, soit la nécessité de revenir en arrière, quand la ligne droite s'avère impossible, l'idéal insuffisant, la stratégie périmée, et qu'il faut se confronter à tout ce qu'on voudrait déjà avoir réglé. Les autres mettent sous le tapis l'obscur, et se gargarisent de leurs progrès en lumière. Ils aiment la nature, où ils vont pêcher des couchers de soleil transcendantaux, avec leur petit attirail de complaisance émotionnelle, mais ils font la fine bouche, puis se ferment, sur les itinéraires que la vie leur impose, dépités de voir qu'elle possède une autorité imprévisible, qui rabat leurs prétentions, et montre que le Vrai se dérobe dès qu'il est certifié personnel.

Dans cette posture du moi tendu vers la lumière, tandis que le subconscient reste obscur et inerte, on aboie, on mord, on ne veut pas reconnaître que ça n'avance plus, mais on peut toujours se venger en attaquant ceux qui ont le vent en poupe, ceux qui continuent, ceux qui ne s'arrêtent pas, ceux qui sourient aux obstacles, ceux que la souffrance ne démet pas. Des inquisiteurs chastes qui torturent les jeunes sorcières, aux petits maîtres du Soi qui méprisent les mystiques, et haussent les épaules devant Sri Ramakrishna, Sri Aurobindo ou Hallaj, comme si ceux qui étaient devant eux étaient derrière, c'est toujours le même problème finalement, celui du singe, ordinaire ou supérieur, qui exige que tous les autres fassent la même chose, sinon il se sent menacé dans son identité, et ce qu'il souhaite avant tout, c'est de se sentir supérieur. C'est cette vanité-là que les sociétés encouragent, les modes changeant les subterfuges par lesquels on peut se sentir supérieur et être reconnu comme tel. Pendant longtemps, il fallait que la naissance s'en mêlât, mais c'était suffisant. Le dernier mécréant venu, parce qu'il avait une particule, pouvait tyranniser impunément un ou plusieurs villages, voler des femmes, condamner des innocents pas assez serviles. Puis le mérite individuel s'en est mêlé, et on pouvait jouir d'un sentiment de supériorité reconnu, grâce à la gloire militaire, le succès commercial, l'aventure coloniale, la création intellectuelle et artistique. De fil en aiguille, la matière s'est mise à servir l'homme, et la richesse est devenue le moyen le plus universel de s'acheter de la supériorité sociale. Être connu, célèbre, et te voilà supérieur, petit d'homme, prends-y toi n'importe comment, peu importe, gagne beaucoup d'argent, beaucoup beaucoup, tu jouiras de l'admiration d'autrui, tu te sentiras supérieur. Travaille nuit et jour pour vivre au-dessus de tes moyens, c'est le prix du bonheur.

Je m'étonne encore de croiser tous ces chercheurs autoproclamés qui se sentent des êtres supérieurs parce qu'ils se sont «engagés» dans une voie spirituelle. Alors que l'immensité de l'enjeu évolutif devrait ramener leur existence à de plus justes proportions, ils continuent de se prévaloir de quelques «expériences» plus ou moins mystiques, pour se sentir au-dessus du lot. Ils s'évaluent eux-mêmes à partir de quelques événements fugaces que l'univers, dans sa mansuétude, leur aura fournis par la loi des cycles, et ils cherchent donc à s'imaginer qu'ils sont davantage que ce qu'ils sont en réalité. Ils me demandent d'apposer un visa sur leur passeport de voyageur cosmique, ma réalité devant se conformer à ce qu'ils en attendent.

Or, il y a deux choses, le moi et tout le reste. Le moi peut toucher des plans supérieurs, dans le moment, et se retrouver avec une personnalité de base inchangée, récalcitrante, voire mauvaise, ce qui arrive encore à des milliers d'Hindous envoûtés par leur dévotion, comme une drogue, et qui se dispensent de tout chantier psychologique, persuadés qu'ils aiment Dieu, et qu'ils font tout ce qu'il faut pour en être dignes. À l'inverse, le travail en profondeur peut se faire sans tambour ni trompettes, sans paillettes, et le moi peut descendre dans les souterrains de la vie s'affranchir de tout ce qui limite la perception spirituelle, sans pour autant profiter de moments extatiques, où l'unité semble se manifester, qui viendront après ce déblayage interminable. La descente en soi-même révèle que le cerveau fonctionne pour s'approprier les choses, et que c'est peut-être là le fond du problème. Après s'être repu d'appropriations grossières, on peut se mettre en quête de lumière ou de vérité sans se départir de cette petite convoitise animale qui va pervertir le mouvement, enrober l'aspiration de nombreuses ambitions délétères. Or, ce principe, bien peu le comprenne, et l'on voit donc des humains se lancer dans l'appartenance cosmique comme s'il s'agissait d'une nouvelle conquête. Ils «ramènent à eux». Ils font ce qu'il faut pour se donner le change, deviennent experts en une voie, mais ils voient rouge devant un expert d'une autre voie, qui mène au même sanctuaire. C'est que se débarrasser de l'idée de réussir est quelque chose de très difficile, alors, le réflexe, c'est de balancer à la figure de l'autre sa propre carte sacrée, bien certifiée conforme, comme pour s'appuyer sur le chemin parcouru pour aborder endormi le parcours qu'il reste à faire, rassuré par la possession de la carte au trésor.

Non, c'est inutile de condamner la voie des autres: elle ne rend pas la sienne meilleure. Cette réaction révèle la plupart du temps que ceux qui se livrent à ce genre d'exercice sont justement profondément concernés par les voies qu'ils attaquent, puisqu'ils se donnent la peine de les critiquer avec véhémence, au lieu de se contenter de suivre la leur. Ils doivent être attirés sans doute, aussi leur faut-il accuser, condamner, rejeter cet itinéraire qui ne leur demande rien... Quel est l'intérêt de nier la route du Gange, pendant qu'on marche sur celle de St-Jacques de Compostelle?



P. S: il y a toutes sortes de dissensions entre les enfants de la Terre, qui se fraient un passage vers le cosmos de lumière, et, parfois, une estime réciproque se noue, quand chacun sent que l'autre le laisse libre, et suit vraiment sa propre voie. Les êtres vrais qui se croisent défendent leur propre itinéraire, mais se dispensent de condamner le chemin du prochain, et c'est en cela qu'ils sont libres: ils respectent la liberté du voyageur qu'ils croisent, car ils sont eux-mêmes comblés par la leur.

144000
à vous tous avec Amour!


Dernière édition par AMBRE le Mer 30 Juil 2008, 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
uncia



Masculin
Scorpion Cochon
Nombre de messages : 83
Date de naissance : 08/11/1971
Age : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mer 30 Juil 2008, 21:13

J'aime bien ce "Natarajan"... pas beaucoup le temps de lire, mais pas tellement besoin de lire beaucoup !

Comme une douce mélodie...

:652:
Revenir en haut Aller en bas
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 38
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Sam 01 Nov 2008, 13:23

Je reprends cet ancien sujet car je vis actuellement pres d'Auroville et j'ai l'occasion d'observer ce qui s'y passe tous les jours...
Mere disait pouvoir atteindre la transubstanciation de son corps seule, sans la presence de Sri Aurobindo, mort depuis plusieurs annees ( est-ce possible sans presence physique de la flamme jumelle?).
Aucun texte ( a ma connaissance seulement) de Sri Aurobindo ou de la Mere ne parle du couple Sacre .
Le couple sacre n'est pas au pogramme des workshops a auroville ( j'ai vu un atelier evoquant le spisirtualite sacree du couple).
Mere a echoue dans se transubstanciation, puisqu'on l'a enterree avant qu'elle n'ait pu l'accomplir.

Tout est parfait dans les theories de Aurobindo et Mere, excepte qu'ils n'ont pas sublime leur toute puissance par reconnaissance de la sexualisation.

Le fruit de leur travail est Auroville, qui est tout au plus un grand camp de vacances pour les riches du monde entier, une sorte d'Eurodisney spirituel...

Si la theorie etait valide des le depart, Auroville serait un lieu ou le couple sacre serait le point central de la spiritualite des personnes qui s'y trouvent...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4282
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Dim 02 Nov 2008, 02:04

Bonjour Credo,


j'ai souvent lu que "Mère et Aurobindo n'ont pas atteint la fusion", libellé sous cette forme. Cela me fais penser à la transsubstanciation du Couple Sacré.

Par ailleurs, lorsque Aurobindo est "mort", il l'avait paraît-il décidé pour "aider de l'autre côté à construire le Corps de Perfection".

D'un autre côté, je ne suis pas un spécialiste d'Aurobindo, et je ne peux que jeter l'une ou l'autre passerelle tout au plus.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 38
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mar 04 Nov 2008, 14:24

ok..

merci
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mer 19 Nov 2008, 08:53

Un petit mot de Natarajan , que je remercie de sa présence ,
de sa participation et de son autorisation de partage de nombreuses réflexions sur Antahkarana!

144001


Citation :
Les choses vont très vite et une grande capacité d'adaptation est maintenant necessaire. L'acceleration s'accroît vers un avenir aléatoire, et cet abîme de possibilités nouvelles, qui semblent négatives sur le plan matériel permettent à chacun d'accéder à une marge de manœuvre beaucoup plus large pour prendre une position nouvelle par rapport au mystère de la vie. Cette insécurité socio-culturelle favorise le travail intérieur et la différentiation entre le moi et le non-moi. Beaucoup de mirages disparaîssent à l'horizon.

La mise à jour la plus importante concerne le site d'astrologie, où trois textes s'épaulent pour nous permettre de cerner l'enjeu de notre évolution. Les deux premiers constituent des encouragements à vivre la fonction solaire, tandis que le dernier vous permettra, techniquement en quelque sorte, de méditer sur vos possibilités de vivre plus concrètement l'intelligence de votre signe solaire. Dans le nouveau courriel, je rappelle la différence entre la voie supramentale et les héritages spirituels de l'humanité, afin d'éviter que certains amalgames inutiles se produisent dans l'esprit des chercheurs, ce qui ne pourrait que retarder leurs pas. J'avoue que je projette le sentiment d'une certaine urgence dans ma correspondance privée, ce qui suscite parfois quelques turbulences, mais cela vient en fait d'une confiance de principe absolue que j'ai envers tout les chercheurs sincères, et qui me pousse effectivement parfois à avoir un regard critique sur leur démarche, qu'ils ne m'ont pas demandé. Mais en dépit de nos divergences mentales et de nos frictions emotionnelles, je sens que de nombreux chercheurs sont rassemblés dans une quête unique, et je les exhorte à ne pas se diviser pour de petites querelles issues des différences de leur représentations. Je ne demande donc à personne de s'infeoder à la vision supramentale, mais il est quand même nécessaire d'avoir les informations pour pouvoir la respecter, en tirer une certaine nourriture et c'est dans ce but que ce dernier courriel a été conçu.

Un petit morceau de musique(Balade T'ai Chi) «cool» à écouter entre des mouvements plus tendus, pour «mes internautes».

PS: Je peux intervenir à votre demande: Ateliers

Natarajan


Dernière édition par AMBRE le Jeu 20 Nov 2008, 20:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
poussières d'étoiles



Féminin
Balance Singe
Nombre de messages : 190
Date de naissance : 29/09/1968
Age : 48
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 20/10/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mer 19 Nov 2008, 15:09

AMBRE a écrit:


P. S: il y a toutes sortes de dissensions entre les enfants de la Terre, qui se fraient un passage vers le cosmos de lumière, et, parfois, une estime réciproque se noue, quand chacun sent que l'autre le laisse libre, et suit vraiment sa propre voie. Les êtres vrais qui se croisent défendent leur propre itinéraire, mais se dispensent de condamner le chemin du prochain, et c'est en cela qu'ils sont libres: ils respectent la liberté du voyageur qu'ils croisent,


Voila une perception que je partage mais je me sens particulièrement touché par ces quelques mots:
car ils sont eux-mêmes comblés par la leur.
quand on ressent cette joie et paix profonde d'être sur son chemin, comblé d'être expression de la vie, émerveillé de la beauté de l'infini manifestation de la Source
voila un bon point de repère pour moi

MERCI !!!!!!


:475:

Revenir en haut Aller en bas
ruach

avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 10
Date de naissance : 06/05/1971
Age : 46
Localisation : france
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Dim 30 Nov 2008, 20:06

Je vous met à disposition un cours sur le Supramentale içi :

Une indication sur le sphinx y est vers la fin, le texte et assez long je pourrais le reproduire içi mais çà fait trop long donc ???.
http://magie.jeun.fr/entrer-f4/cliquer-ici-t121.htm
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mar 02 Déc 2008, 07:09

Merci Ruach!

Les Anges ne peuvent voir que ce qui est lumineux




À travers son enseignement et grâce à son rayonnement, le grand Maître spirituel bulgare Omraam Mikhaël Aïvanhov (ci-contre) a ouvert à d’innombrables personnes le chemin de la Lumière, attirant pour la première fois l’attention de l’humanité sur la nécessité de réaliser sur la Terre une grande Fraternité planétaire, fondée sur une religion solaire.
Le texte qui suit est un extrait inédit d’une conférence prononcée par Omraam Mikhaël Aïvanhov il y a soixante ans, mais qui demeure, de notre point de vue, d’une extraordinaire actualité.

« Les Anges ne peuvent voir que ce qui est lumineux. Ils ne nous voient pas lorsque nous sommes dans un état “ordinaire”, car ils sont aveugles pour tout ce qui n’appartient pas au monde de la Lumière, au monde spirituel.
Il leur arrive cependant d’utiliser les yeux d’autres créatures, comme ceux des animaux, pour étudier les humains. Vous pouviez vous croire absolument seul au moment où vous alliez commettre une faute, un crime, ou, au contraire, accomplir un acte généreux, mais un chat, un chien, un oiseau se trouvait là, et vous ignoriez qu’un être, à travers lui, vous observait…
Chez l’homme, tous les mondes coexistent, mais ils sont soumis aux limitations du plan physique. Ce n’est que lorsque le monde des sentiments entre en ébullition et s’agite en nous, que les habitants du plan astral commencent à nous voir. Et ce n’est que lorsque notre corps mental s’anime et s’éclaire, lorsque nous commençons à penser, que les habitants du plan mental peuvent s’apercevoir de notre activité.
Donc, si nos corps spirituels ne sont pas encore éveillés, les êtres des régions spirituelles ne nous voient pas, ils ne nous connaissent pas ; nous ne sommes pas encore des citoyens de leur monde, nous ne figurons pas sur leurs registres et nous ne pouvons recevoir d’eux ni nourriture ni paiement quelconque. Ceux qui, symboliquement parlant, ne reçoivent ni vêtements, ni nourriture, ni joies, ni bonheur ont la preuve mathématique qu’ils sont des ignorants. Ils sont restés dans les régions inférieures, cramponnés à l’argent et aux plaisirs matériels, ils se sont coupés de la Lumière, et, comme les habitants des mondes supérieurs ne les ont pas aperçus, ils ne les ont pas aidés, et ils n’ont rien pu recevoir de sublime, de céleste, de divin.
De même que, pour être vu, connu, enregistré quelque part dans la société, il faut satisfaire à certaines conditions, de la même manière, pour être vu, connu et enregistré dans les mondes supérieurs, il faut mener une vie déterminée, il faut être éveillé aux choses subtiles et posséder en soi des germes spirituels. On peut éveiller ces états grâce à la méditation, à la poésie, à la musique mystique, grâce à tout ce qui est beau, lumineux, divin. Une fois éveillés en nous, ces centres nous mettent en communication avec d’autres mondes d’où l’on commence dès lors à nous apercevoir, à nous prendre en considération. On prend sur nous des renseignements, on nous inscrit parmi les êtres évolués, et on fait en sorte que des “vivres” nous soient expédiés.
Travailler à l’éveil de ces centres, c’est décider de devenir vivant, conscient, c’est accepter de nous lier avec tous ceux qui nous ont dépassés et qui cherchent à nous aider, c’est franchir le premier pas vers la vie éternelle.
Retenez bien ceci, mes chers frères et sœurs : les êtres qui habitent les régions supérieures ne voient pas et ne veulent pas voir ce qui se passe dans les régions inférieures. Il y a cependant une exception : s’ils sont chargés d’une mission, d’une exploration, ils descendent pour se renseigner, pour examiner la situation ou pour aider certaines personnes. Dans toute autre circonstance, ils restent très haut au-dessus des faiblesses et des tribulations des humains.
N’allez pas imaginer que les êtres de Lumière vont rester là à observer le triste spectacle que donnent les humains depuis la Terre ! Non, ils sont trop loin, trop haut, cela ne présente aucun intérêt pour eux. Donc, pour attirer leur attention, pour être vus d’eux, il faut faire des signes, il faut projeter dans l’espace des signaux lumineux. Les signaux lumineux lancés par les humains sont comme des étincelles que les sentinelles d’en-haut ont pour mission de guetter. Dès qu’elles les ont aperçues, elles se précipitent pour vous aider. Sans cette projection de Lumière, elles sont incapables de vous voir et, bien-sûr, toutes vos demandes seront ignorées. Oui, mes chers frères et sœurs, retenez bien ceci : dans les mondes supérieurs, il n’existe qu’un langage ; c’est celui de la Lumière.
Et maintenant, comment les choses se passent-elles dans le monde des démons ? Les démons sont dérangés par la Lumière. Ils la fuient et vont vers ceux qui ont des couleurs sombres. Ils entrent en eux, ils les ligotent et ravagent leurs maisons. Je vous ai dit que les démons étaient comme les hiboux ; oui, parce que dans la Lumière, ils sont aveugles. Pour pouvoir s’introduire en nous, ils sont donc obligés d’attendre que cesse cette force terrible qu’est pour eux la Lumière. Pour les esprits des ténèbres, il n’existe qu’une seule forteresse imprenable : c’est la Lumière.
Je vous parle constamment de la Lumière, parce qu’elle représente ce qu’il y a de plus précieux, de plus important dans la Création. C’est la quintessence la plus sublime et la plus rare, l’arme protectrice et défensive absolue. C’est “la Force forte de toutes les forces” dont parlait Hermès Trismégiste dans la Table d’Émeraude. Elle est capable de repousser tous vos ennemis et de vous libérer d’eux.
Quand vous priez, ne demandez que la Lumière, la Lumière, et encore la Lumière. Vous éviterez toutes les tragédies de la vie. Essayez, sans jamais douter. La nuit, si vous entendez un bruit bizarre, que faites-vous ? Vous vous dépêchez d’allumer, vous faites jaillir la Lumière, et ensuite vous vous débrouillez. En dehors de la Lumière, il n’est rien sur quoi vous puissiez compter. Pour être aperçus des Êtres sublimes, il n’y a qu’un moyen : devenez lumineux. Pour échapper aux démons qui vous harcèlent, il n’y a qu’un moyen : devenez lumineux ; ils seront incapables de vous faire du mal.
Les êtres obscurs, harcelés et gênés par la Lumière des âmes rayonnantes, cherchent à détruire la source de leur trouble et de leur malaise. Mais ils ne voient pas cette Lumière qui les trouble et les perturbe, ils la sentent seulement. S’ils réussissent parfois à la voir, c’est qu’ils se sont servis, en les trompant, d’êtres qui leurs sont supérieurs, pour regarder à travers leurs yeux. Autrement, ils sont incapables de distinguer la Lumière.
D’ailleurs, je vous ai dit que la réciproque existe également : les êtres qui habitent les plans supérieurs se servent parfois des yeux de ceux qui vivent plus bas, des animaux par exemple. En utilisant ce même procédé, les êtres inférieurs tentent de gagner du terrain, de pénétrer dans l’organisme humain pour se servir de ces organes comme d’appareils pour voir des choses placées au-dessus d’eux. Il y a ainsi une guerre extraordinaire entre les habitants des plans inférieurs et ceux des plans supérieurs.
Dans le monde physique, lorsque deux pays sont en guerre, chacun essaye d’envoyer chez l’autre des espions camouflés et bien entraînés. Ils adoptent le langage du pays dans lequel ils sont envoyés, le comportement de ses habitants, ils sont munis de papiers et de références et ils connaissent tout ce qu’il faut savoir pour que les ennemis pensent qu’ils sont des leurs. Ces espions voient tout, observent tout et communiquent à leurs chefs ce qu’ils ont vu et entendu. En outre, ils s’efforcent de détruire et de saboter. Et bien entendu, c’est réciproque. Cette façon de procéder est courante et bien connue. Mais ce qu’on ignore généralement, c’est que les choses se passent exactement de la même façon dans le monde occulte entre la Loge Blanche et la Loge Noire, au moins pour ce qui concerne la région de la Terre.
Aucun espion ne peut pénétrer dans les régions supérieures où il serait immédiatement dévoilé. Sur Terre, par contre, tout est mêlé. Ici-bas se croisent le pur et l’impur, le vrai et le faux, le ciel et l’enfer. Il y a dans la sphère blanche des espions noirs bien camouflés qui prétendent passer pour des disciples de l’amour. Ils parlent leur langage, ils sont vêtus comme des esprits d’en-haut. Ce sont des loups déguisés en brebis. Et à l’inverse, dans les endroits où la Loge Noire tient ses réunions pour élaborer ses projets d’intoxication et de destruction de l’humanité, il y a des frères blancs camouflés, qui se font passer pour noirs et qui sont armés pour saboter et détruire les plans infernaux. Sous leur apparence de loups, ce sont des brebis.
La Terre est un carrefour où se croisent les forces blanches et les forces noires. Aucun film, aucune pièce de théâtre n’a encore présenté correctement leur lutte terrible. Il faudrait des écrivains et des metteurs en scène extraordinaires pour décrire la diplomatie, les artifices, la rivalité de ces deux forces tellement enchevêtrées et soudées l’une à l’autre dans la vie du plan physique, qu’il semble que rien ne pourra les séparer.
Pour le moment, les choses en sont là. Alors, vous vous demandez sans doute pourquoi Notre Père ne sépare pas les forces noires des forces blanches, pourquoi Il ne brûle pas les premières afin que les secondes puissent s’épanouir en toute sérénité ? Eh bien, tout simplement parce que le Seigneur, dans Sa patience sublime, espère un jour transformer même les diables en anges qui Le serviront.
Il est important que, quoi qu’il arrive et quelles que soient les circonstances extérieures, vous demeuriez fidèles à la Fraternité Blanche. Si vous vous retrouvez un beau jour aux prises avec des êtres qui cherchent à vous attirer vers le bas, n’ayez pas peur, liez-vous à la Grande Fraternité Blanche Universelle. Vous passerez pour des traîtres aux yeux de la Fraternité Noire, mais tant mieux ! Il n’y a que de cette manière que vous pourrez sortir des tribulations. Autrement, vos difficultés dureront éternellement. Tous ceux qui coupent le lien avec la Fraternité Blanche et s’engagent au service du mal, de l’injustice, du crime, se coupent de la Source de la vie. Tôt ou tard, ils se retrouveront dans les difficultés et les complications.
Vous pensez sans doute que je suis en train de vous parler de choses qui ne vous concernent pas. Vous vous dites : “Qu’est-ce donc que cette histoire d’engagement avec une Fraternité Blanche ou avec une Fraternité Noire ?” Pourtant, cela se passe tous les jours autour de vous : quelqu’un, par exemple, pour satisfaire un désir ou une ambition, a besoin d’argent. Il se présente quelque part où on lui dit : “Voulez-vous écrire ceci ou faire cela, voulez-vous jouer tel rôle ? Vous êtes physicien, chimiste ; voulez-vous travailler à telle découverte ?”
Avant d’accepter ou refuser, chacun devrait prendre conscience que toutes les propositions qui lui seront faites de contribuer à des projets destinés à éteindre la Lumière, à détruire, à tuer, viennent de la Fraternité Noire, sous des formes qui peuvent être multiples. Tous ceux qui acceptent de travailler dans ce sens, signent sans le savoir un pacte avec elle.
Quelle que soit leur réputation aux yeux du monde, quelle que soit l’image qu’ils parviennent à donner d’eux-mêmes, qu’ils soient écrivains, artistes, patrons, savants, ouvriers ou chefs d’État, tous ceux qui décident de s’engager sans discernement au service de la Loge Noire, se retrouvent ligotés par le Prince de ce monde. Une fois séduits, ils tombent dans son piège et deviennent ses esclaves.
Les programmes scientifiques, les discours politiques ne sont bien souvent que des incitations déguisées à faire le mal. Seule compte la cause que vous servez réellement. Les faits sont là, patents : dès que l’on a accepté de pactiser avec un démon, que ce soit pour de l’argent, pour une femme, pour la gloire ou pour le plaisir, c’est inscrit au Livre Noir. Par contre, un acte en apparence insignifiant peut suffire à vous faire entrer dans la Fraternité Blanche, dès lors qu’il est inspiré par un noble idéal.
Travailler pour le mal, cela se paye toujours très cher. Un jour ou l’autre, les malheurs et les catastrophes atteignent impitoyablement tous ceux qui ont contribué à mettre à la disposition de l’humanité des moyens pour faire le mal, pour réaliser des projets ténébreux. C’est une vérité absolue, qu’on le reconnaisse ou non.
Un disciple de la Fraternité Blanche est un être conscient qui sait discerner et démêler les deux forces, et qui apprend à maîtriser la force noire pour la mettre au service de l’humanité, pour le bien. Dans la vie consciente, tout peut être utilisé pour le bien, même les forces inférieures, mais il faut savoir comment s’y prendre. Et comment faire ? La Lumière et la prière, voilà le secret qui peut vous sauver.
Lorsque vous aimez une personne, regardez-la de loin avec Lumière. Elle sera heureuse sans même que vous ne la touchiez, et elle ressentira des choses bien meilleures que pendant un baiser. Les disciples de la Fraternité Blanche doivent enfin se décider à se servir de la Lumière, à travailler avec la Lumière. Ceux qui s’y refusent n’appartiennent pas à la Fraternité Blanche, puisqu’ils s’obstinent à utiliser d’autres méthodes.
Que faire pour ces obstinés, tous ceux qui ont la tête un peu “dure” ? Le Seigneur, dans Sa clémence et Sa miséricorde, leur laisse toujours un délai pour changer, pour se décider à faire des efforts. Mais une fois le délai écoulé vient l’heure où il faut payer. Il y a des Êtres en-haut, qui veillent sur notre évolution et qui ne permettront pas que l’on persiste à troubler la marche en avant de la Grande Fraternité Blanche Universelle vers l’Unité.
À l’inverse, ces habitants des régions supérieures se réjouissent de voir sur la Terre, ici et là, des foyers de Lumière ; c’est toute leur joie, c’est leur bonheur. Les petits foyers de Lumière sont le lien entre le Royaume de Dieu et la Terre. Sans ce lien, sans ces centres, la Terre serait envahie et anéantie par les forces noires. Ce sont les centres lumineux parsemés partout dans le monde qui soutiennent les âmes des hommes, leur donnent l’alimentation, la nourriture, la joie, le bonheur. Je vais vous révéler ce qu’est en réalité un centre initiatique plein de vie et de Lumière : c’est le sommet d’une montagne qui lie la Terre au Ciel.



Liens en relation
Le psychique dans l’être humain - 09 Juin 1954
La dernière prophétie de Peter Deunov
Pouvoirs Divin et Pouvoir Hostiles
Du danger de la kundalini, la fin d’un mythe, le début de la vie.
Les plans de notre être
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mer 17 Juin 2009, 11:53

Développement de l’être psychique
par SupraDotCom, reçu le 16,juin




La réalisation de son être psychique diffère alors de façon impactante du seul fait d’être conscient de son être psychique, dans la mesure où d’une part lorsqu’on réalise son être psychique alors ON EST son être psychique et ce sans retour en arrière possible jamais (c’est à dire sans jamais ne plus être son être psychique une fois que nous l’avons réalisé), et d’autre part à ce moment là nous vivons un littérallement basculement de sa conscience; qui n’est plus alors celle mentale vitale physique de notre nature humaine corporelle et son moi humain correspondant, sinon que notre conscience est devenue la Conscience force divine de notre Ame divine, et notre perception comme notre relation avec le monde est absolument à l’envers de la perception et relation que nous avons avec le monde lorsque notre conscience est celle mentale vitale physique et son moi humain corporels correspondant.

J’ajoûterais que les indications de ne rien avoir besoin de faire ou de ne pas avoir besoin de faire d’efforts sont une réalité et prennent leur valeur uniquement lorsque nous sommes notre être psychique, et non pas du tout avant lorsque nous sommes encore la conscience de notre nature humaine corporelle et son moi humain correspondant….
Alors biensûr on peut éventuellement ne pas aimer entendre ce genre de chose qui peuvent éventuellement déranger des convictions ou des certitudes personnelles en relation. Mais les faits sont là et toutes les certitudes et convictions humaines misent ensembles n’y changeront absolument rien…
La réalisation de son être psychique chez un être humain est un processus lent qui demande de passer par des étapes propres au développement individué de la conscience force de notre être psychique avant de culminer en tant que réalisation de son être psychique en tant que tel.
C’est à dire non plus être en contact ou conscient de son être psychique à ce stade sinon ETRE son être psychique, ou mieux dit être l’Ame divine, car être l’Ame divine ce n’est pas non plus être la personnalité de conscience force psychique de son être psychique sinon être le centre divin d’ÊTRE de cette personnalité de conscience force psychique individuée…
Avant cette réalisation c’est alors cette conscience force de notre être psychique qui peu à peu établit un contact de conscience avec notre esprit de plus en plus, en créant des ponts d’unité de conscience non seulement entres les divers plans de conscience mondes et habitants formant les divers plans de conscience énergie propre à l’existence temporelle de notre nature humaine microcosmique; avec toutes les rencontres et expériences métaphysiques que cela implique, soit en méditation éveillée soit en rêve, en fonction de ce que notre esprit est ce qui vit ces rencontres et expériences metaphysiques lorsque notre conscience énergie corporelle personnelle, ou soit dit notre moi humain mental vital est endormi pendant la période de rêve ou altéré pendant une méditation éveillée…
Des rencontres et des expériences métaphysiques qui peuvent être ou non imprégnées par la présence psychique de la conscience force psychique de notre être psychique et donc de notre Ame divine dans ce cas, mais qui ne sont pas notre être psychique dans les formes que ces rencontres et expériences métaphysiques prennent sinon que le fait que ces expériences soient imprégnées de la présence de la conscience force psychique de notre être psychique peut nous amener à conclure que c’est avec notre être psychique que nous avons eu une expérience, alors qu’il s’agit d’un aspect ou d’un être inhérent à notre univers microcosmique mental vital physique personnel qui est imprégné par la présence de la conscience force de notre être psychique à ce moment là de notre expérience…
Ce qui correspond alors, cette imprégnation, au processus intérieur permettant à notre Ame divine de coloniser, diviniser, peu à peu ce microcosmos humain formant notre nature corporelle vivante temporelle avec ses nombreux plans de conscience, monde intérieurs et habitants de ces mondes formant notre nature corporelle vivante humaine, mais dont notre moi humain, pour ne représenter que la conscience de surface de notre nature corporelle vivante, dont notre moi mental vital humain donc n’est pas conscient qui ne voit et ne vit que l’apparence formelle temporelle extérieure de notre nature humaine corporelle, sans plus…
C’est à dire un processus qui consiste en la conscience force de notre Ame divine, une fois cette conscience force dégagée des fonctionnements séculaires attaviques psycho-physiologiques ainsi que récurrents comme cristalisés de notre nature humaine mentale vitale physique corporelle, qui une fois donc suffisament dégagée et indépendante de la structure et fonctionnement et état de conscience énergie formant sa nature humaine corporelle va peu à peu non seulement créer des ponts de conscience entre les divers plans de conscience énergie formant notre nature humaine intérieure (beacoup plus vaste et complexe que notre nature humaine extérieure) mais aussi imprégner, autant que ce peu, les divers êtres formant l’existence vivante de notre nature humaine intérieure.
Ces divers êtres formant l’existence vivante de notre nature humaine corporelle devenant alors les délégués de la conquête de notre microcosmos humain corporel par la conscience force psychique de notre Ame divine. Ou soit dit en sanscrit l’Agni de notre Ame divine (être psychique), notre esprit lors de ses expériences et rencontres métaphysiques correspondantes avec ces êtres de notre existence intérieur est alors succeptible d’interpréter cela comme étant un contact avec son être psychique alors qu’il s’agit uniquement d’un contact avec un être intérieur (mental ou vital ou physique) partie intégrante de l’univers microcosmique formant sa nature humaine corporelle, mais un être dont la conscience énergie est déja imprégnée par la conscience force psychique de notre Ame divine…
Chose qui est encore plus vraie lorsqu’au lieu d’être uniquement imprégné de la conscience force énergie psychique de notre Ame divine, un être formateur de notre nature humaine intérieure est non plus uniquement imprégné donc mais son essence qualitative (soit mentale soit vitale ou soit physique) intégrée en la nature divine de et par la conscience force psychique de notre Ame divine, processus alors propre à l’individuation de la conscience force psychique de notre Ame divine et qui origine donc une personnalité d’Ame en notre nature humaine…
Je marréterais ici dans ce développement sur l’architecture interne de ce merveilleux univers intérieur formant un véritable univers mental vital physique microcosmique intérieur qu’est notre nature humaine corporelle vivante. Sachant que mon propos dans la divulgation de ces informations ne consiste pas (comme invévitablemjent risque de l’interpréter l’ego au nom de sa conscience fonctionnant à l’envers) à critiquer ni à remettre en question ce que chacun rapporte de ses expériences métaphysiques avec sa nature psychique, sinon tout le contraire cela consiste à motiver encore plus l’aspiration de chacun à la réalisation de son être psychique. Et donc non plus uniquement un contact ou être conscient de la présence divine qu’apporte tout comme nous supporte “comme par derrière” cette présence divine relative à l’activité de nouveau éveillée de la conscience force, l’Agni, de notre Ame divine en le dit univers microcosmique formant notre nature humaine vivante, mais encore temporelle…

Message provenant d’un membre du forum


Liens en relation
Progression de l’être psychique
Le jîvâtman
L’être psychique
L’Âme
Le psychique dans l’être humain - 09 Juin 1954
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Valide



Féminin
Capricorne Buffle
Nombre de messages : 11
Date de naissance : 01/01/1950
Age : 67
Localisation : France
Date d'inscription : 27/10/2009

MessageSujet: Satprem, Man After Man   Ven 30 Oct 2009, 12:25

Satprem, ni un éveillé, ni un guru,  mais un chercheur sincère courageux et réel qui a touché l'Etre au cours d'une expérience qu'il vécût et dont il rechercha toujours la teneur...
Satprem est décédé, il meurt non encore éveillé, mais si proche et si dépouillé ! C'est cela qui est intéressant dans son témoignage, le dépouillement : dépouillement de tout, des philosophies des lectures des croyances, il avait tout laissé... et c'est dans l'abandon de toute forme de quête que l'Etre se trouve. C'est le sens de son message et je le reconnais pleinement.

http://www.dailymotion.com/video/x9kf5m_satprem_webcam


Ambre a écrit:
(NB page réactualisée : Le lien n existe plus , voir plus bas nouvelles vidéos)
Revenir en haut Aller en bas
http://aminamen.wix.com/lumieresurlavraievieendieu
Uglabald

avatar

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 83
Date de naissance : 11/02/1966
Age : 51
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Sam 31 Oct 2009, 16:40

Cher Valide,
Il me semble que si on va jusqu'au bout de la démarche proposée par Satprem, c'est-à-dire jusqu'au dépouillement ultime, il n'y a plus personne pour reconnaître quoi que ce soit. La chose EST.

Merci
Uglabald
Revenir en haut Aller en bas
https://pierreduray.blogspot.be/
Valide



Féminin
Capricorne Buffle
Nombre de messages : 11
Date de naissance : 01/01/1950
Age : 67
Localisation : France
Date d'inscription : 27/10/2009

MessageSujet: ar   Jeu 05 Nov 2009, 16:02

Citation :
il n'y a plus personne pour reconnaître quoi que ce soit. La chose EST.

Il reste l'Etre qui se reconnait Lui-même en tant qu'Etre et totalité de l'Etre... Ce que recherchait Satprem qui avait vévu l'Etre en lui c'est la permanence de l'Etre. Ce n'est pas la fin de l'identité humaine mais la naissance en soi du Soi. Le Soi se vit en homme et en Etre. Le Soi s'identifie à l'homme et à Dieu à la fois. Le Soi développe la collaboration avec l'univers entier, le Soi est l'homme éveillé.

On dira qu'il existe de nombreuses phases d'éveil, c'est vrai, et certaines sont hors le monde, mais celles qui nous sont promises dans l'incarnation terrestre sont accessibles de notre forme humaine. La vérification de l'éveil du Soi est sa permanence. Avoir réussi à toucher en soi l'Etre et l'avoir perdu est être en phase d'éveil mais non encore éveillé.

L'Etre en soi est un authentique parallèle de l'état humain, on ne sait trouver de préceptes ou de dogmes qui en parlent véritablement, le vieux maître humain s'arrache les cheveux de ne savoir parler de l'Etre de manière compréhensible et l'Etre qui parle de l'Etre tord l'ego des hommes qui l'écoutent... Le monde meurt et il est court le temps, le vieux monde est à sa fin et l'homme imagine encore des systèmes de réincarnation qui lui laisseraient le temps de revenir traîner ici, sur la terre ? :-)
Revenir en haut Aller en bas
http://aminamen.wix.com/lumieresurlavraievieendieu
Uglabald

avatar

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 83
Date de naissance : 11/02/1966
Age : 51
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Jeu 05 Nov 2009, 17:27

Citation :
Le Soi se vit en homme et en Etre. Le Soi
s'identifie à l'homme et à Dieu à la fois. Le Soi développe la
collaboration avec l'univers entier, le Soi est l'homme éveillé.

Tout ça est encore conceptualisation mais n'est pas la chose telle qu'elle est !

Merci
Uglabald
Revenir en haut Aller en bas
https://pierreduray.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mer 13 Jan 2010, 18:26

Citation :



Salut les amis,
Voici le mail que Natarajan m'a envoyé de Bali - vous pouvez aller sur le lien suivant afin d'acheter ses deux derniers livres
- LE VRAI TAO
- L'APOCALYSPE SELON NEPTUNE (section science fiction)

Deux solutions vous sont proposées , soit le livre en lui même (à des prix très abordables), soit sous forme PDF (toujours à des prix encore plus abordables)

http://www.interkeltia.com/
http://www.interkeltia.com/Fiches-livres/f-levraitao.htm
http://www.interkeltia.com/Fiches-livres/f-apocalypse.htm

Je vous embrasse de tout mon coeur
Sophie
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Lun 08 Fév 2010, 11:34



Ramana Maharshi

Selon Ramana Maharshi le corps physique auquel nous nous identifions est sans importance. Seul le Soi qui est la pure conscience d’être doit-être trouvée grâce à l’enquête incessante: « Qui-suis-je? »

Je n’ai jamais effectué quelque pranayama [contrôle de la respiration] que ce soit, ni de japa [répétition de mots sacrés ou de syllabes]. Je ne connaissais aucun mantra. Je n’ai jamais fait de sadhana [pratique spirituelle]. Je ne savais même pas ce que c’était. Je ne sais rien au sujet de la méditation ni de la contemplation. Ce n’est que beaucoup plus tard que j’ai découvert ce qu’était la sadhana et combien de différentes sortes il en existait. Je ne pouvais penser à un objet, ou quoi que ce soit, que s’il était différent de moi. Je n’aurais pu pratiquer de sadhana que si j’avais eu un but à atteindre. Il n’y avait rien que je pouvais désirer obtenir. Même lorsque, plus tard, j’ai entendu parler de ces choses, jamais je ne me suis senti attiré par elles. Même maintenant, mon esprit refuse de leur prêter attention. La sadhana sous-entend un objet à atteindre et le moyen de le faire. Qu’est-ce qui se trouve ici à gagner que nous ne possédons pas déjà ? En méditation, concentration et contemplation, ce qu’il nous faut faire est uniquement ne pas penser à quoi que ce soit, mais rester immobile.

Ramana Maharsha

Liens en relation
Siddhi Day – 24 Novembre
volonté de voir en eux leur être psychique
Le Papillon Noir
Mère – Entretien Novembre 1967
De la pensée


Voir plus d'article de SupraDotCom
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Renaissance

avatar

Féminin
Poissons Singe
Nombre de messages : 99
Date de naissance : 20/03/1956
Age : 61
Localisation : France
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Dim 31 Juil 2011, 00:32

Waouhh... lecture en prévision ..

:654:
Revenir en haut Aller en bas
Freyja

avatar

Masculin
Capricorne Dragon
Nombre de messages : 27
Date de naissance : 02/01/1977
Age : 40
Localisation : Saint-Hubert (Belgique)
Loisirs : Ecriture, Histoire, Spiritualité
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Jeu 22 Nov 2012, 20:05

Encore merci pour ces liens, Ambre. (Je mets aussi ce fil de discussion en favoris.) Je devrais peut-être acquérir l'ouvrage de Satprem sur Sri Aurobindo, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Jeu 22 Nov 2012, 20:19

Clein d 'oeil Freya...

je vous partage ceci de Natarajan à lire et relire avec discernement :

EXTRAIT
N°7 Les dangers de nommer la voie


Il est maintenant plus facile de comprendre les obstacles qui se dressent sur le chemin, car l'éveil et le supramental sont en général manqués pour les mêmes raisons, une voie qui enferme le moi dans les représentations de son itinéraire. Sous prétexte d'être dans la voie du cœur, l'adepte peut développer à outrance le yin qui adhère, et refuser le yang qui tranche et sépare, et mène à l'observation. C'est une voie à la fois facile et dangereuse pour ceux qui cherchent à mettre de côté leur propre identité tout en ayant toujours la ressource de se rassurer, de se consoler, d'agir avec des motifs nobles. Comme cette voie pousse effectivement à une découverte supérieure du yin, dans l'abandon à l'amour, elle devient caricaturale si elle n'est pas contrebalancée par un travail permanent de désidentification de l'objet, qui donne au moi son statut souverain, impérial, indépendant de toute attente vis-à-vis du monde extérieur, et du Divin. Sans la conscience du retour sur soi, la voie expansive vers l'amour cosmique et l'amour des autres rencontre toujours les mêmes limites, soit une intolérance au réel tel quel, un sentiment de supériorité personnel fondé sur les œuvres parfaites, et il demeure donc une séparation profonde entre le sujet et le tout, en dépit de toutes les qualités qu'il aura développées, ce qui finira par l'isoler dans un idéalisme transcendantal peu susceptible d'attirer le supramental, lui qui ne descend que sur des êtres avant tout pourvus d'une vision objective et centrés dans un présent immémorial. La voie du cœur possède une grande envergure vers l'extérieur et permet un retour intéressant sur le moi, mais poussé moins loin que dans les doctrines du Soi. C'est un itinéraire spirituel largement chanté par les entités du surmental, mais qui, à la lumière du supramental, comprend quelques lacunes. Le moi peut manquer d'habileté dans cette voie, en restant attaché à l'objet, sous prétexte qu'il est supérieur, attaché à l'amour, et c'est donc naturel, au terme de ce mouvement qui libère de la nature générique et du mental calculateur, de l'équilibrer avec du yang, soit une différenciation personnelle absolue, qui se détache de toute obédience, de tout modèle, de toute vénération émotionnelle pour un maître, un dieu, un avatar. Dans le creuset du moi, le sujet peut descendre plus profond en lui-même et dépasser les étapes antérieures, en se consacrant, au-delà de l'amour, à l'Inconnaissable proprement dit, dont l'Amour n'est qu'un attribut.

Inversement, il n'est pas difficile pour certains de développer le yang jusqu'à obtenir une intégrité parfaite du moi, dans une maîtrise naturelle des impulsions et des pensées, avec même une certaine intuition du vide transcendant et de l'identité impersonnelle, mais si ce mouvement ne se renverse pas vers une reconnaissance absolue de la Manifestation, comme une tentative du Divin pour Se connaître Lui-Même, l'ascèse peut sembler parfaite, mais manquer néanmoins de la sensibilité nécessaire pour que le sujet s'implique dans sa propre vie pour la transformer, sous prétexte que son être n'en dépend pas. Il sera nécessaire d'attendre l'intuition supramentale qui réhabilite l'existence, montre que la vie peut enfin émerger à un stade supérieur, et qu'il est possible de se livrer à cette aventure inconnue, par amour de la connaissance, du mystère absolu, ou par besoin de continuer l'ascension spirituelle dans le contexte de l'existence présente. Le supramental ne constitue pas seulement une révolution spirituelle, mais une révolution terrestre, puisqu'avec lui, le Spirituel devient politique, grâce à la puissance de la Mère des mondes, éternelle, qui pourra progressivement transformer les conditions de la vie terrestre.

Il est nécessaire d'avoir un esprit ouvert sur toutes les réalités pour comprendre le projet supramental, qui est d'ordre cosmique et non historique, et qui ne peut donc entrer dans aucun cadre individuel, comme celui de «la volonté de réalisation spirituelle» qui sous-tendait autrefois les doctrines traditionnelles. Vouloir se réaliser spirituellement peut demeurer un projet individuel, étranger à la manifestation supramentale, et qui possède sa propre légitimité. Mais le Supramental amène un nouveau paradigme dans lequel la réalisation ou libération particulière, devient seulement le moyen utilisé par la Terre pour recruter les instruments d'une nouvelle conscience que les dieux eux-mêmes ignorent, et qui ne peut se manifester que chez ceux et celles pour qui la réalisation personnelle n'est qu'une étape vers autre chose, et non un but étroit et impérieux, qui ramènerait toute la réalité à son obtention. Les êtres humains déjà accomplis, pourront, s'ils le souhaitent, se soumettre à la Mère des Mondes, à la Shakti originelle, qu'il n'est pas besoin d'invoquer ou de reconnaître dans les voies vouées à la libération du mental ou à l'Amour, préconisées par certains avatars et maîtres ascensionnés.

C'est un projet d'une ampleur considérable, que toute raison peut juger d'ailleurs impossible, tant il est au-delà de l'humain, et même certains thuriféraires de Sri Aurobindo ont tendance à déformer l'image la plus juste qu'on peut en avoir en développant de nombreuses considérations parfaitement inutiles, qui ne font qu'entériner le règne du mental, en récupérant dans de belles formules ce qui lui échappe, pour chasser l'engagement exhaustif hors des préoccupations journalières tout en le transformant en objet philosophique. Les témoins du Supramental sont en revanche capables de montrer à chacun qu'il doit se délivrer dès maintenant, à chaque instant, de lourds bagages inutiles, dans l'urgence évolutive, sans guetter l'approbation de quiconque, en faisant face à tout le passé de l'espèce pour en dissoudre l'obscurité dans le creuset du moi aimant la profondeur et se donnant sans réserve au merveilleux inconnu qu'est l'Amant divin. C'est une erreur considérable de ramener le Spirituel à l'usage qu'on veut en faire pour son propre salut, dans n'importe quelle voie, mais cette erreur devient rédhibitoire dans le cadre de l'avènement supramental, où chacun est seulement amené à servir le Divin, avant de Le connaître. Dans le mouvement même du moi qui aime l'Inconnaissable, Le Divin (mystérieusement et hors toute pensée) commence à se révéler à lui-même dans l'adepte qui l'a choisi pour maître.

Les manières de servir correctement le Divin sont peu nombreuses, et l'échec des religions à fabriquer des sociétés solidaires en est la preuve patente, et montre définitivement que la conscience doit améliorer ses performances dans chaque individu pour lui permettre de vivre au diapason des forces célestes, ce qui nécessite l'engagement exhaustif du sujet vers lui-même autant que vers le non-moi. Le mental de l'espèce est aujourd'hui prêt à aller plus loin dans la quête réelle des signifiés qui correspondent aux valeurs affichées par les vieux signifiants vides, utilisés à tort et à travers depuis des milliers d'années. Si la capacité de reconnaître la tromperie systématique du mental ne se développe pas spontanément, il est pratiquement certain que toute l'humanité ou presque, subira les conséquences catastrophiques de l'imprévoyance, de l'égoïsme, de la perpétuation institutionnelle des survivances dynamiques. Il revient donc aux plus lucides de profiter du changement d'atmosphère terrestre pour se consacrer plus concrètement à l'élévation de la pensée, à la découverte exploratoire du moi, à l'amour de l'Inconnaissable. Pour le moment, le supramental est à une distance considérable de la perception humaine, et il est souhaitable que les adeptes d'un monde plus conscient cessent de rétrécir le champ du réel à leurs propres prérogatives, et reconnaissent le paradigme aurobindien, tout en continuant sur leur propre voie le temps nécessaire. Afin de prévenir certaines dérives, il est indispensable d'établir l'exigence du Divin, de rappeler que Supramental est un signifiant fascinant qui peut servir d'étiquette à des intégrismes groupusculaires formés d'individus mentaux et puissants, fiers de récupérer une doctrine parfaite et complète pour assouvir leur pouvoir ou leur imaginaire, comme il faut insister sur le fait que le Divin ne peut en aucun cas être assimilé à Dieu, et faire l'objet d'une religion. C'est l'implication absolue dans le yoga intégral, sans angles morts, sans parti pris de suivre une voie tracée d'avance qui rapproche du supramental et non le culte ou la vénération de Mère et de Sri Aurobindo, premiers instruments du Mystère suprême. Toutes sortes d'entités incarnées puissantes peuvent également dans les siècles à venir tenter de s'approprier le paradigme à des fins de faire-valoir personnel, comme de nombreuses personnes déséquilibrées, mythomanes ou superficielles, ou ne vivant que dans les signifiants, peuvent chercher à fédérer des individus déçus par les systèmes sociaux et idéologiques.

Il s'agit de la vision du monde la plus parfaite depuis que nous collectionnons les traces de l'humanité sur terre, et il est même probable qu'une vulgarisation rapide de cette révélation soit plus néfaste qu'utile, car les présupposés seraient déformés rapidement, jusqu'au risque même d'attirer des contrefaçons vibratoires du supramental, utilisées par des forces hostiles au Divin. Il s'agit donc de digérer le paradigme, de décanter le travail qui, en quelques décennies, a permis de transfigurer l'avenir de l'humanité, et de ne pas considérer comme acquis outre mesure l'émergence de la Conscience de Vérité. Le mental s'approprie avec «les moyens du bord» tout ce qui le dépasse, et déforme par définition ce qui vient des plans supérieurs. Si cette simple vérité était définitivement acquise, les adeptes spirituels seraient plus vigilants sur leur ressenti, leurs progrès, et ne laisseraient pas leur esprit s'emparer des quelques trouvailles faites sur le chemin pour s'emprisonner dans une assurance dangereuse, rejeter des expériences similaires ou supérieures chez les autres, mais de forme différente, sous prétexte qu'elles ne sont pas assez conformes.

L'intuition authentique du Divin parvient aux êtres soucieux à chaque instant de leur intégrité et de leur sincérité, qui n'anticipent pas sur leur évolution pour la faire correspondre à un modèle préconçu. Il s'agit de se donner à des causes transcendantes et de considérer sa propre réalisation comme utile à l'ensemble; la bonté, l'amour du tout ou celui de la connaissance sont indispensables, et peuvent se relier à un besoin profond de se connaître soi-même, ce qui permet de jouir dans les deux sens de la navette entre le moi et le non-moi. L'extérieur renseigne sans cesse sur la personnalité dès qu'il est utilisé correctement, sans attentes. Plus la connaissance intérieure se développe vers le moi qui ne dépend plus de la pensée, plus la perception de l'alentour devient pure, fine, objective. Le supramental restera un signifiant vide pour ceux qui trichent avec le Réel, en continuant de le voler sans rien lui donner, dans le culte d'un moi triomphaliste et cosmique, et qui se trompent, délibérément ou non, sur leur propre importance. Ce n'est pas au Tout d'entrer dans le soi-disant apprenti spirituel envoûté par l'avenir doré, mais au moi de se dépouiller jusqu'à devenir et embrasser le Tout. L'être humain consacré peut développer sa propre identité jusqu'à ce que le monde se révèle comme son propre Moi, mais il ne peut pas capturer l'identité exhaustive et la contraindre à s'identifier à son moi subjectif, tendu vers ses buts, craintif devant ses échecs, attaché aux représentations transcendantales, et surtout, acharné à se donner le change par des attitudes plutôt que par la plongée, parfois sans garde-fou, dans la personnalité humaine générique, qui lie à l'ignorance presque parfaitement toute âme enrôlée dans l'évolution de la Matière. Il est prudent, avant de prétendre au Supramental, de passer par les états intermédiaires qui sont décrits dans les yogas classiques, comme la paix intérieure, ou égalité, qui permet de s'étendre en largeur et d'accepter la totalité des événements sans turbulences, comme le discernement, qui permet l'approfondissement des conditions qui sont nécessaires à l'élévation spirituelle, comme le détachement, qui permet au processus d'identification de choisir ses objets avec pertinence, sans se les approprier comme des biens personnels.

La voie, finalement, part dans toutes les directions, et plus elle est authentique, plus il est diffcile de la caractériser, car à un moment donné, elle se confond avec l'itinéraire particulier de chaque personne qui aura choisi le Divin, et ne peut Le gagner que par son propre chemin. Il n'est possible que de tracer des lignes générales, et les proportions doivent s'établir en chacun, mais la hauteur est nécessaire pour comprendre la soumission au Divin, la largeur pour accepter toute la Manifestation sans rien en rejeter, la profondeur pour descendre dans les mécanismes du moi soumis à la mémoire évolutive, aux guna, et à la différenciation sexuelle. Les obstacles prennent des tournures particulières, mais leurs souches sont identiques en tous: primo, l'appartenance familiale, territoriale, culturelle prise pour de l'identité (c'est-à-dire la personnalité prise pour le moi lui-même), secundo, l'exploration absolue interdite par le mental, qui comble, en la falsifiant, la faim de la connaissance de l'âme, en tapissant le réel de représentations ordonnées mais séparées, et de signifiants hypnotiques. C'est une procédure générique enracinée dans l'usage immémorial de l'esprit, et elle est presque imprescriptible, elle laisse accroire au moi qu'une prise est possible sur le signifié, par le signifiant, afin d'endormir définitivement l'intelligence dans son moule primitif, en la saoulant de symboles qui l'enferment dans son propre discours, ce qui la dispense des interrogations ontologiques qui pourraient briser les schémas de la perception ordinaire.

Il faut donc admettre que de nombreuses conditions sont à remplir pour recevoir le Supramental, et que c'est Lui qui juge de notre préparation, Lui seul qui décide de Se manifester. Mais son autorité n'a pas en fait à être réellement reconnue par un grand nombre, puisque peu de personnes parviennent à cette intelligence supérieure qui pressent dans le Divin une telle dimension hors de notre portée qu'elles Le laissent le seul juge de notre évolution. Une coutume répandue partout, dans toutes les cultures et toutes les races, prétend obtenir le transcendant à peu de frais, ce qui a toujours chassé les maîtres hors des discours culturels et des sphères de pouvoir, puisqu'au contraire ils ne cessent tous de prêcher un abandon au réel si profond qu'il engendre parfois une crise d'identité ou une traversée du désert que peu supportent. Aussi notre rôle est-il de les défendre dans leur ensemble, et, en présentant le supramental comme étant moins accessible que ses thuriféraires le supposent, nous définissons la voie d'une manière claire, pour dispenser de quelques erreurs les chercheurs d'absolu capables de bénéficier d'une transmission. L'autorité du Divin n'est à la portée que d'une élite spirituelle, celle qui comprend que la sphère de l'évolution biologique est coupée de l'énergie primordiale par des millions d'années de processus de cristallisation qui ont produit des fréquences différentes du Pouvoir originel. Il existe un passage pour retrouver la Mère des Mondes, la puissance primordiale, mais il faut avoir l'intelligence de comprendre que la vie, à laquelle nous appartenons, n'est qu'une dimension donnée et fragile du réel. Il est nécessaire de se sentir manipulé par les guna pour vouloir sortir de l'esclavage auquel ils nous soumettent, et c'est toujours dans le recul que le travail s'effectue. Notre peur appartient au tamas, et c'est lui qui en devient responsable si nous essayons de nous en dégager, notre désir, avec toutes les compulsions turbulentes qui l'accompagnent, appartient au rajas, et nous pouvons considérer que c'est lui le maître de notre désir, et parfois nous pouvons lui opposer notre propre volonté. Enfin, tout ce que nous pensons est en réalité la propriété du mental, et il est tout à fait concevable de se libérer de nos opinions, de nos certitudes, de nos représentations, et même de nos voies péremptoires, et de voir qu'elles servent seulement à tapisser de sens le moment qui lie le moi au non-moi. Le rôle des maîtres est de faire comprendre que nous sommes agis, par le physique, le vital et le mental, et que nous pouvons opposer à leur dictature un autre regard, c'est celui qu'il convient de découvrir, après quoi le travail de retour au Soi s'accomplit, surtout s'il est entretenu par une aspiration au Divin, authentique, bien différente de la convoitise mentale que l'ego peut développer par narcissisme, ou par crainte de l'avenir.

Cette élite qui pressent le Divin ne se sent pas supérieure aux êtres humains, elle a seulement basculé dans une vision des choses qui ne se produit qu'au terme d'une évolution consciente ininterrompue, et elle peut jouir à certains moments du Moi universel, qui lui permet de reconnaître tous les êtres humains comme son propre corps, de voir en l'assassin Dieu qui s'égare, et dans les gens frustes des compagnons de la vie, aux prises avec leur propre attachement à l'ignorance. Le paradigme supramental ne peut donc nourrir aucun culte d'un homme supérieur, qui maudirait les laissés pour compte et bénéficierait de pouvoirs spéciaux. Le projet divin sera long à réaliser, mais son but est d'éradiquer la souffrance sur terre, et non pas d'instaurer de nouvelles classes de privilégiés. D'ailleurs, l'ouverture dite cosmique se retourne souvent contre l'homme si l'on en croit différents mythes sur le passé de notre espèce, d'où notre insistance à mettre en garde contre toutes formes de récupération du signifiant supramental à des fins délétères. Le supramental développe une qualité mystérieuse, que l'on trouve embryonnaire dans l'empathie, et qui permet de connaître par identité tous les objets, toutes les forces, tous les êtres qui se présentent, à l'exception de ceux qui pourraient être plus évolués et dont on peinerait à saisir le mode de perception. (Seul le semblable connaît le semblable). Le supramental balaie le champ entier du réel, il voit tout, et en contrepartie, en quelque sorte, il est évident qu'il faut accepter ses exigences, quasi intolérables, pour y parvenir, ou une fois engagé dans le processus physique, parfois insupportable.

L'essentiel est de se tourner vers le Divin, et d'y apercevoir la source de sa propre existence, puis d'œuvrer pour révéler le transcendant caché, par une ascèse impeccable. L'identité personnelle peut se ramifier à des identités supérieures, indescriptibles, ce qui est l'objet du yoga le plus profond, et demande à la fois une plongée vers le subconscient qui sera nettoyé et une ascension vers les plans supérieurs qui descendront par la suite impunément dans les couches obscures de l'évolution pour purifier l'héritage générique et personnel. Il est probable que seul l'être psychique puisse supporter le yoga supramental, en tout cas dans les premiers contingents de mutants, puisque pour le moment le travail est infiniment abrupt. Voilà pourquoi il est souhaitable que l'identité avec le Brahman demeure un socle dans le moi contre les assauts de la résistance de la mémoire évolutive, puisqu'il procure l'égalité nécessaire pour supporter les turbulences imposées au corps physique. Nous ne pouvons prévoir à l'heure actuelle quels degrés peuvent être atteints dans le yoga supramental, étant donné l'état actuel du matériau psychologique humain, parasité dans son ensemble par des forces anti-évolutives.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Freyja

avatar

Masculin
Capricorne Dragon
Nombre de messages : 27
Date de naissance : 02/01/1977
Age : 40
Localisation : Saint-Hubert (Belgique)
Loisirs : Ecriture, Histoire, Spiritualité
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Jeu 22 Nov 2012, 22:54

Entendu.

J'en fais copie, de mon côté, et le lirai ce jour et le relirai plus tard jusqu'à m'en imprégner durablement.

Encore merci à toi.
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mer 09 Avr 2014, 20:56


Natarajan a écrit:
Même si la Terre ne devait donner le jour qu'à un seul de Mes connaisseurs, le travail de la Nature serait amplement justifié. A moins que tu ne veuilles prévoir le passé, attends-toi à ce que même les vérités spirituelles changent. On regardera bientôt les Anciens comme de simples débutants, et des hommes nouveaux parleront en Mon nom sans en faire toute une histoire. Tant que mes thuriféraires me mystifieront, je resterai inaccessible ou presque. J'attends ceux qui pourront parler de Moi sans se faire valoir pour autant, car l'homme est fatigué de l'autorité, et tant qu'on prétendra qu'il faut Me rejoindre, les hommes vrais et libres se détourneront.
>>Aphorisme
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5655
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Ven 11 Avr 2014, 18:00

Citation :

Bonjour

Sri Aurobindo... La Mère... Natarajan... certes, il est intéressant, dans un forum, d'alimenter la réflexion par des citations. Mais ce qui m'intéresse, personnellement - à l'appui du contenu de ce texte - et d'autant sur un forum, ce sont les débats vivants, actuels et singuliers (chacun parle et s'engage en son nom propre, si l'on peut dire).

Qu'est-ce qui résonne pour vous dans cette longue citation qui précède ?

Bonsoir la baleine, et vous tous

en fait, cette citation a été replacée pour remonter le sujet, et aussi parcequ' elle correspond à un "état" de réflexion dans lequel "je Suis" en ce moment qui n' a pas d'ailleurs un réel rapport avec le supramental tel que défini par Natarajan !

Depuis quelques années je suis un enseignement gnostique qui me paraissait être la voie juste pour moi, et là depuis quelques semaines, ma lucidité à repris le dessus pour laisser apparaître , ce qu 'on fond de moi , je savais , à savoir , que le vrai Gnostique est un libre penseur avant toute chose!
Même si je ne remet pas en question le fondement de cet enseignement, dont je n' ai d ailleurs pas fait trop mention ces dernières années, mais que ceux qui nous suivent sur ce forum ont pu avoir un aperçu, la forme m' est quelque peu inconfortable et ne correspond plus à ma vision de la Gnose Christique que je chéri tant et qui est au coeur de nos recherches ici !
La symbolique de cette magnifique peinture qui accompagne la citation plus haut de томаш ален копера m'a touché profondément, et exprime parfaitement ce que je ressent à cet instant de ma vie...les larmes de l 'expire!
Tu observeras aussi , qu 'Antahkarana est surtout et avant tout une passerelle de réflexions et que depuis des années , les sujets sont lu maintes fois sans "commen-taires" afin de laisser chacun à sa propre réflexion et à son discernement!

Beau wk à toi et à vous tous,


Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
"Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Qu'est ce que le supramental?
» 1er Janvier: Sainte Marie Mère de Dieu, Prière pour la Paix
» Saint Anne et Saint Joachim Père et Mère de la très Sainte Vierge, commentaire du jour "La parabole du levain"
» Bienheureuse Mère Térésa de Calcutta
» Supplication à Marie ! Mère de Dieu, priez pour nous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Partages-Recherches-Eveil du Soi...-
Sauter vers: