ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
la baleine



Masculin
Poissons Chien
Nombre de messages : 45
Date de naissance : 18/03/1958
Age : 59
Localisation : Liège
Date d'inscription : 04/04/2014

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Sam 12 Avr 2014, 17:35

[quote="AMBRE"]elle correspond à un "état" de réflexion dans lequel "je Suis" en ce moment qui n' a pas d'ailleurs un réel rapport avec le supramental tel que défini par Natarajan !
Ok... me voilà rassuré... Je n'ai rien ni contre ni pour ce monsieur, mais je craignais d'être tombé dans une "enseigne" déguisée d'un "maître" promu par une "groupie"... et je tentais de me situer. Pardon pour ma tournure hyper critique... car après tout à chacun ses stimulants humains / idéologiques pour avancer... que je recherche également, d'ailleurs...

Depuis quelques années je suis un enseignement gnostique qui me paraissait être la voie juste pour moi, et là depuis quelques semaines, ma lucidité à repris le dessus pour laisser apparaître , ce qu 'on fond de moi , je savais , à savoir , que le vrai Gnostique est un libre penseur avant toute chose!
Même si je ne remet pas en question le fondement de cet enseignement, dont je n' ai d ailleurs pas fait trop mention ces dernières années, mais que ceux qui nous suivent sur ce forum ont pu avoir un aperçu, la forme m' est quelque peu inconfortable et ne correspond plus à ma vision de la Gnose Christique que je chéri tant et qui est au coeur de nos recherches ici !
La symbolique de cette magnifique peinture qui accompagne la citation plus haut de томаш ален копера m'a touché profondément, et exprime parfaitement ce que je ressent à cet instant de ma vie...les larmes de l 'expire!
Voilà qui est totalement inconnu pour moi. Si tu veux / si vous voulez me mettre des adresses je découvrirai avec intérêt...

Si pas indiscret: pourquoi comment cette orientation t'est-elle / vous sont-elles venues ?


Tu observeras aussi , qu 'Antahkarana est surtout et avant tout une passerelle de réflexions et que depuis des années , les sujets sont lu maintes fois sans "commen-taires" afin de laisser chacun à sa propre réflexion et à son discernement!
Votre forum est donc dans l'esprit: chacun lit et médite en aparté... pour éviter ??? les "bavardages" ? J'essayer de comprendre.[/color] [/b]

En tout cas merci pour le tri de très grande qualité qui me semble être fait ici !


Dernière édition par la baleine le Sam 12 Avr 2014, 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Ven 18 Avr 2014, 17:41

Bonsoir la baleine,

je vais répondre à tes questions dans ce post de discussions  "notre quotidien dans toute ses dimensions" pour ne pas dénaturer celui -ci >>ICI : La baleine
La façon de faire des copiés /collés des échanges , puis des citations en y ajoutant tes propres notations rendent la compréhension du sujet un peu difficile et n 'ont plus rien à voir avec le Supramental! Il n 'est pas utile non plus de faire tous ces copiés /collés et de les mettre sur d 'autres sujets où tu souhaites interpeller d 'autres personnes.
Steph/Sphinx te répondra toujours dans sa section si cela le concerne.
Pour ma part , on continue dans l 'autre post... car toutes ces questions ont déjà été abordées!

Bien à toi
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Quelques extraits significatifs   Sam 23 Mai 2015, 13:06

L'Homme est un être de transition; il n'est pas le stade ultime
ni le couronnement de l'existence sur la terre...





“Une vie divine dans un corps divin, telle est la formule idéale que nous envisageons. Mais que sera ce corps divin ? (...)
D'une façon générale, la tradition spirituelle considérait le corps comme un obstacle, comme une substance incapable de spiritualisation ou de transmutation, un poids lourd qui attachait l'âme à la nature terrestre et empêchait soit son ascension vers l'accomplissement spirituel en le Suprême, soit la dissolution de son être individuel en le Suprême. Mais si cette conception du rôle du corps dans notre destinée convient assez bien à une sadhana (discipline spirituelle) qui considère la terre simplement comme un lieu d'ignorance et la vie sur terre comme une préparation à une sortie salvatrice hors de la vie, elle est insuffisante pour une sadhana qui conçoit une vie divine sur la terre et qui estime que la libération même de la nature terrestre fait partie du dessein total de l'incarnation de l'esprit ici-bas. Si une transformation totale de l'être est notre but, la transformation du corps doit indispensablement en faire partie. Sans elle, aucune vie divine intégrale n'est possible sur la terre.

L'évolution passée du corps, et surtout sa nature animale, son histoire animale, semblent être l'obstacle à cet accomplissement. Mais le fait qu'il est façonné par une âme et qu'il soit capable de lui servir d'instrument peut indiquer aussi qu'il est capable d'un développement ultérieur et qu'il peut devenir un sanctuaire, une expression de l'esprit, révéler la spiritualité secrète de la matière, devenir conscient entièrement, au lieu de l'être à moitié, et parvenir à une certaine unité avec l'esprit”.
Sri Aurobindo "La manifestation supramentale sur la Terre" Ed. Buchet/ Chastel




L'Agenda de Mère Tome 3 – 1962

La courbe de l’année 1962… L’année de l’affrontement Kennedy-Khrouchtchev à Cuba et du premier conflit sino-indien :

Est-ce que, vraiment, c’est le premier signe de quelque chose de très… considérable ? Il semble que cela ait, au fond, dérangé quelque chose profondément.

C’est toute la terre qui est dérangée, c’est l’année où Mère, dans son corps, émerge dans une troisième position qui n’est plus la vie ni la mort que nous connaissons, un envers de la trame où les lois physiques ne jouent plus et qui ressemble étrangement au monde sub-quantique des « trous noirs » :
le temps change, l’espace change, la mort change. Et si c’était le lieu de la Matière, dans le corps, où les lois du monde se renversent – qui n’étaient que les lois de notre tête – et où l’évolution débouche sur une liberté corporelle impensable, une troisième position qui sera la position de la prochaine espèce sur terre ?
Le corps commence à obéir à une autre loi. Le sens du temps disparaît dans une immobilité mouvante… Une masse de force infinie, comme une super-électricité pure… Un mouvement de vagues corporelles, ondulatoire, vaste comme la terre… Tous les organes changés, ça appartient à un autre rythme. Une puissance si formidable, si libre ! autre chose… autre chose !
Je ne sais pas si je vis ou si je suis morte… Les nuits changent de caractère, les jours changent de caractère… La vibration physique devient comme poreuse…
Plus d’axe, parti, envolé ! ça peut aller en avant, ça peut aller en arrière, ça peut aller n’importe où… L’ubiquité, quelque chose comme cela.
Et puis ce cri : La mort est une illusion, la maladie est une illusion ! La vie et la mort c’est la même chose ! c’est seulement la conscience qui se déplace. Mais c’est fantastique !
Et puis la découverte, simple, vécue : Plus on va vers la cellule, plus la cellule dit : mais moi, je suis immortelle ! Une troisième position cellulaire où on devient incapable de mourir parce que la mort n’a plus de réalité.

Est-ce que Mère, cette année-là, à 84 ans, a découvert une autre réalité de la Matière ?
Il y a là, derrière, comme un conte de fées… Quelque chose qui se prépare et qui sera beau-beau, au-delà de toute expression : une jolie histoire que Sri Aurobindo essayait de tirer sur la terre et elle est sûre de venir !


L'Agenda de Mère Tome 7 – 1966

L’humanité n’est pas le dernier échelon de la création terrestre. L’évolution continue et l’homme sera dépassé. C’est à chacun de savoir s’il veut participer à l’aventure de l’espèce nouvelle.
L’année 1966, celle de la révolution culturelle en Chine. Une révolution plus profonde s’accomplissait dans un corps qui cherchait pour tous ces petits corps terrestres la seule révolution qui changerait tout : On cherche le processus afin d’avoir le pouvoir de défaire la mort… C’est le mental des cellules qui trouvera la clef. C’est le périlleux passage d’un corps humain mû par les lois du Mental à un prochain corps mû par une loi sans nom, au cœur de la cellule : Une vibration coagulée, plus dense que l’air, extrêmement homogène, d’une luminosité dorée, avec une puissance de propulsion formidable…
Tout-tout devient étrange… Il (le corps) ne dépend plus des lois physiques... N’est-ce pas ce qu’a dû sentir un premier vertébré sorti du milieu marin pour un autre milieu sans nom que nous respirons aujourd’hui ? Chaque partie du corps, au moment où elle change, a l’impression que c’est fini… Tous les supports ont disparu… Je n’ai pas de chemin ! Et où est le chemin de la prochaine espèce ? Il faut bien qu’il y en ait qui le fassent. Et parfois, cet autre « milieu » surgit : Une merveille instantanée… Un état où le temps n’a plus la même réalité, c’est très particulier… un innombrable présent. Une autre manière de vivre.
Quatre-vingts ans plus tôt, une petite fille avait fait sa première révolution de la Matière : Quand on m’a dit que tout était des atomes, c’était une espèce de révolution dans ma tête : mais alors rien n’est vrai. Une deuxième révolution de la Matière s’opère au niveau de la conscience cellulaire : la vieille Matière et ses lois apparentes se changent en un monde nouveau et en une nouvelle manière d’être dans un corps.


L'Agenda de Mère Tome 13 – 1972-1973


Avant de mourir, le mensonge se déchaîne. Pourtant les gens ne comprennent que la leçon de la catastrophe. Est-ce qu’il faudra qu’elle vienne pour qu’ils ouvrent leurs yeux ?
C’est l’année du Watergate, le voyage de Nixon à Pékin, l’assassinat des athlètes israéliens à Munich, le premier embargo pétrolier. C’est le dernier chemin de Mère. Un chemin parcouru de petits cris déchirants et de visions fulgurantes. La fin d’un monde, le début d’un autre… si nous le voulons ou même si nous ne le voulons pas. Parfois, c’est tellement nouveau et inattendu que c’est presque douloureux. Et nous lui demandions : « Mais est-ce un état en dehors de la Matière ? »
– Je ne sors pas de la vie matérielle, mais… elle apparaît autrement. Mais c’est drôle. Et c’est PHYSIQUE, c’est cela qui est extraordinaire ! Comme si le physique se dédoublait… Un nouvel état dans la Matière. Et alors régi par quelque chose qui n’est pas le soleil, je ne sais pas quoi… Je touche à un autre monde. Une autre manière d’être… dangereuse mais merveilleuse. Et comme nous écoutions son petit souffle haletant, de plus en plus haletant, qui semblait venir d’un autre côté du monde : Il n’y a pas de différence entre la vie et la mort. Ce n’est ni la vie ni la mort, c’est… quelque chose. Tu comprends, ce n’est pas la mort qui disparaît : LES DEUX sont en train de changer… en quelque chose que l’on ne connaît pas encore, qui paraît à la fois extrêmement dangereux et tout à fait merveilleux.
Et si la « mort » était seulement l’autre côté MATÉRIEL de notre bocal humain : un rivage ensoleillé pour une prochaine espèce ? Un nouvel état de deux côtés du monde où la vie ET la mort se changent en… autre chose ?
Je marche sur une toute petite ligne très étroite. Et ce cri, cette supplique :
Laissez-moi faire le travail !
Le 17 novembre 1973, elle s’éteignait – pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Mar 14 Juin 2016, 16:40




Extrait de Retour à la source.Chapitre 14 - Or

"L'homme s'enfuit machinalement vers le futur, en restant ainsi éperdument amoureux de la médiocrité de l'esprit, saoul d'une foi naïve et injustifiée dans l'avenir meilleur - quels que soient les démentis que la vie fournit continuellement à la validité de cette croyance. L'espèce verticale se précipite même vers demain, d'un seul tenant, triomphale, euphorique, comme pour s'éloigner à toutes jambes de sa mémoire, dont l'examen, nécessaire, ne peut s'ajourner qu'en cédant à la fascination urgente de la divinité vierge du moment prochain qui s'avance - envoûtant de propreté, de promesses, de rêves qui volent dans l'azur des possibles. On puise dans l'atmosphère opaque de cette illusion bienveillante - la fuite en avant -, brillante comme une brume que le soleil hésite à percer, une assurance vaniteuse prise pour de la sagesse, une soumission indéfectible aux événements déguisée en maîtrise de l'anticipation. Peu s'engagent dans la voie du paria, du saint, du héros, du pionnier. Peu décident d'aller à rebours, à rebours des autres, à rebours des lois, à rebours du temps pour saisir le premier matin du monde dans son murmure de luttes émerveillées. L'espèce est générale, mieux, elle est collective, elle est fabriquée en série, et la seule liberté consiste sans doute à tâcher de briser le moule, contre vents et marées, quitte à rencontrer le diable et le bon Dieu au passage, au hasard d'un bivouac. L'espèce est faite d'animaux debout qui fuient leur mémoire de peur de réveiller des blessures endormies ou des merveilles brisées, et qui fuient aussi l'or de l'inconnu, sous prétexte qu'il est difficile d'échapper aux lois du clan, et qui fuient encore - d'où la persistance éternelle des charniers et des sociétés maladroites - le Verbe qui conjugue leur je dans la mousse étincelante des émotions, l'écume de la personnalité humaine.

C'est ainsi que les cercles tournent, n'est-ce-pas, est-il la peine de vous en convaincre, mais rien ne nous oblige à nous soumettre. J'ai pour ma part toujours joué le rôle du grain de sable dans l'engrenage sans déchoir, j'ai été l'épine dans le pied de mon père, qui avait tout réussi sauf moi, et le remords peut-être de ma mère, qui, n'ayant pas su reconnaître son mari, n'a jamais pu aimer son propre fils dont la sensibilité lui rappelait sans trêve son échec conjugal. J'ai été l'objet de multiples malédictions pour avoir empêché de danser en rond des individus, des lettrés, des pontifes sûrs de leur savoir, des doctes chefs de rayon, des familles férues d'Héraldique, des gourous au catéchisme fade - restés puceaux par perfectionnisme et dont le désir puait. J'ai porté le fer dans toutes sortes de groupuscules dont l'imagination était féroce, et qui voyaient enfin le monde changer à travers leur propre propagande d'amour, mais qui pouvaient vous torturer pour ne pas y adhérer. J'ai vu florir toutes sortes de tendances sectaires, j'ai assisté à la guerre des Bibles, et mon innocence même m'a valu de terribles condamnations. J'ai toujours combattu les certitudes aveugles des prosélytes, du politicien moyen jusqu'à l'idéologue de génie, en passant par tous les petits maîtres à trouver le bonheur, par tous les marchands d'aurore - pragmatiques, religieux, ou transcendantaux, et le nom de mon étoile est sans doute difficile à prononcer, c'est un mot, j'en suis persuadé, qui dérange.

extrait du journal de Natarajan http://supramental.fr/index.php#13
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Satprem, Man After Man   Sam 18 Juin 2016, 08:44

NB : La vidéo de Valide ayant été supprimée par son auteur je propose celle ci qui est plus que jamais d 'actualité...

Extraits de l'introduction de : La Genèse du Surhomme a écrit:
Nous ne savons même pas très bien si nos corps nous appartiennent - elle a tout mangé, la belle Machine.
Or, cette unique Chose est aussi l'unique Pouvoir, parce que ce qui brille en un point, brille aussi dans tous les autres points : ceci étant saisi, tout le reste est saisi, il n'y a qu'un Pouvoir au monde et pas deux.
Même un enfant saisit cela très bien : il est roi, il est invulnérable.
Mais l'enfant grandit, il oublie.
Et les hommes ont grandi,les nations, les civilisations, chacune cherchant à sa façon le Grand Secret, le simple secret - par les armes, les conquêtes, par la méditation, la magie, par la beauté, la religion ou la science.
Et à vrai dire, nous ne savons pas très bien qui est le plus avancé, de l'ouvrier de l'Acropole, du mage de Thèbes ou de l'astronaute de Cap Kennedy, ni même du moine de Cîteaux, parce que les uns ont rejeté la vie pour la comprendre, les autres l'ont prise sans la comprendre, d'autres ont laissé une trace de beauté, et d'autres une traînée blanche dans un ciel pareil - nous sommes les derniers sur la liste, c'est tout.
Et notre magie, nous ne la tenons pas encore. Le point, le tout petit point puissant, est toujours là sur la plage du grand monde, il brille pour qui veut, tel qu'il était quand nous n'étions pas encore hommes sous les étoiles.

Satprem, Man After Man


Marin et breton, bien que né à Paris en 1923. Résistant, il est arrêté par la Gestapo à l'âge de vingt ans et passe un an et demi en camp de concentration. Dévasté, il se retrouve en Haute-Egypte, puis en Inde au gouvernement de Pondichéry. Alors il rencontre Sri Aurobindo et la Mère. Boulversé par leur message : "l'homme est un être de transition"; il démissionne des Colonies et part à l'aventure en Guyanne où il passe une année en pleine forêt vierge, puis au brésil, en Afrique...
En 1953, à l'âge de trente ans, il revient définitivement en Inde auprès de Celle qui cherchait le secret du passage à la "prochaine espèce", Mère, dont il deviendra le confident et le témoin pendant près de vingt ans. Il consacre un premier essai à Sri Aurobindo et l'aventure de la conscience.
A l'âge de cinquante ans, il rassemble et publie le fabuleux document du cheminement de Mère, l'Agenda, en 13 volumes, puis écrit une trilogie : le Matérialisme Divin, l'Espèce nouvelle, la Mutation de la Mort et un dernier essai : le Mental des Cellules.
Puis, avec sa compagne Sujata, à cinquante-neuf ans, il se retire complètement pour se jeter dans la dernière Aventure : la recherche du "grand passage" évolutif vers se qui suivra l'Homme.
En 1989, après sept années intensives à "creuser dans le corps",Satprem écrit un court écrit autobiographique où il fait le point de la situation humaine, La révolte de la Terre. Puis en 1982, Evolution II : "Après l'Homme, Qui ? Mais surtout : Après l'Homme, comment ?"
En 1994, paraissent deux tomes de correspondance, Lettres d'un insoumis, qui témoignent du cheminement de Satprem pendant quarante ans - un véritable voyage à travers l'humanité. Un an plus tard, il écrit La Tragédie de la Terre - de Sophocle à Aurobindo, qui décrit toute la courbe de l'humanité, depuis les Voyants Védiques et les questions de Sophocle à l'aube de notre ère barbares, jusqu'à Sri Aurobindo qui nous donne la clef de notre pouvoir transformateur sur la Matière.
(extrait de La Légende de l'Avenir)

Satprem - L'aventurier de l'interieur (Interview)
"Il faut comprendre, où est le phénomène?"
Tres rare interview (de Jacques Chancel) avec Satprem, "L'aventurier de l'interieur." Satprem parle de "Mère", Sri Aurobindo et Auroville. De son aventure interieur, de la douleur, de la revolution de la conscience, de 'la femme', sur la mort et la religion.



*********

Un entretient(monologue) exceptionnel !

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5573
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   Sam 18 Juin 2016, 16:51




Satprem a écrit:
J'étais du feu qui brûle. C'était pur comme du feu, sans rien d'autre que du feu. Un Amour-feu. Et ça montait,montait.
C'était comme de la joie qui brûle.
C'était intense comme de la joie. Un Amour-joie...plus de vie, plus de mort, plus rien, seulement du feu-orange.

Et puis, c'est descendu : une cataracte de Puissance chaude. Ça prenait tout, immobilisait tout. J'étais là-dedans comme le feu dans le feu , comme le torrent dans le torrent, la joie dans la joie, sans moi, sans toi, sans différence, sans ailleurs, sans ici, sans là, sans loin ni proche, ni dedans, ni dehors.
Il n'y avait que ça. Une immobile cataracte de Puissance chaude dorée. Et au dessus de cette cataracte, ou derrière , quelque chose, comme une lumière blanche, éblouissante, scintillante, pleine d'une joie absolue, triomphante, qui regardait tout cela avec un Amour si joyeux, si translucide, si pétillant, une immensité d'allégresse lumineuse, un étincellement d'allégresse mais tranquille, inébranlable : un roc d'éternité...

Il y avait une joie indicible, une joie qui aime, un Amour-joie radieux qui transperçait tout, qui changeait tout, changeait le regard, un plein total. Une fleur de feu vermillon qui s'enfonçait dans son propre feu comme dans un délire de rencontre absolue...Comme si la mort était seulement une invention de nos sens, la souffrance une invention de nos sens, la dureté fixe du monde une invention de nos sens et hier et avant-hier et tous les passés du monde, les séparations du monde : il n'y avait que ça présent éternellement présent...

Il n'y a que ça, partout, et qui aime pour toujours et qui est tout...Tout est là et j'ai tout pour toujours, brûle mon Amour, brûle un million de fois je t'aime, dans tout ce qui est, dans tout ce qui vit...
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Le Supramental " Sri Aurobindo/ Mère/ Satprem/ Natarajan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Qu'est ce que le supramental?
» 1er Janvier: Sainte Marie Mère de Dieu, Prière pour la Paix
» Saint Anne et Saint Joachim Père et Mère de la très Sainte Vierge, commentaire du jour "La parabole du levain"
» Bienheureuse Mère Térésa de Calcutta
» Supplication à Marie ! Mère de Dieu, priez pour nous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Partages-Recherches-Eveil du Soi...-
Sauter vers: