ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chaman!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Lun 03 Nov 2008, 20:13

Plantes et chamanisme. 2/10. 20h. Rencontre avec Jeremy Narby, Jan Kounen et Vincent Ravalec. Lieu : UCL en Woluwe - auditoire F - Org : TETRA : 02-771 28 81
Yma Sumac cadeau/partage de Dame Jane:




TAITA INTY : Vierges du SOLEIL





Il est une voix chamanique, qui remonte des temps anciens, où le Dieu soleil, inspirait les Incas, des jeunes filles vierges étaient initiées aux sons de la Vie, lesquels enchantaient les grands Devas, tous comme les Dieux, par l'alliance arc en ciel de l'harmonie opérée par la voix de ces jeunes filles, scellant ainsi l'alliance entre les mondes, le monde phénoménal de la terre et celui du ciel.

Cette grande dame initiée, a, en son temps, diffusé cette belle leçon de vie, enseignement adapté à son époque, avec tout le contexte qui s'y rapporte. C'est un merveilleux témoignage sonore qui nous a été laissé et dont il faut comprendre, par les oreilles et le coeur toute la pleine expression, au delà de la musique qui accompagne les chants de cette Diva, (au sens noble du terme), comme une essence à transmettre au coeur qui écoute.

Il lui est rendu, ici, un juste hommage, à sa véritable valeur, à ce qu'elle nous lègue, à nous et aux générations futures, l'Esprit chamanique chanté par la voix du coeur.







Voici le lien officiel du site consacré à Yma Sumac,
il est en anglais):



http://www.yma-sumac.com/news.htm


Pour écouter quelques chants
sur le même site:



http://www.yma-sumac.com/audio.htm



Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Lun 03 Nov 2008, 20:14



©The Right stuff


Yma Sumac, mort d’une grande dame


France Info - 16:47


Très populaire à partir des années 50, la soprano d’origine péruvienne laisse un héritage dense, et une voix hors du commun.


Yma Sumac fait partie de ces artistes dont le nom peut vous avoir échappé, voire ne vous rappeler aucun souvenir, mais dont la musique vous a forcément - au moins une fois - frappé de plein fouet.
Elle est morte à 86 ans, samedi dans une maison médicalisée de Los Angeles, en Californie, des suites d’un cancer du colon.
La chanteuse a longtemps affirmé être née en 1927, mais son ami et assistant personnel Damon Devine a depuis confessé qu’elle s’était rajeunie de cinq ans.

Le "rossignol des Andes"

D’origine péruvienne, la soprano a fondé sa réputation, et son succès, sur une voix proprement hallucinante, comme Aaron Neville chez les interprètes masculins.
A savoir un registre vocal pouvant s’étendre sur plus de trois octaves.


suite
http://www.france-info.com/spip.php?article207192&theme=36&sous_theme=38

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Mer 05 Nov 2008, 18:08

un clic!



Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Dim 03 Jan 2010, 00:00

Shamanisme et Aliens




(Source : L’harmonie des sphères)



en complément voir aussi,



Kaneh-Bosm,Cannabis et le pouvoir Pinéal !



et ceci dans le forum privé

http://antahkarana.forumzen.com/notre-quotidien-dans-toute-ses-dimensions-f20/ayahuasca-et-iboga-des-temoignages-t1889.htm?highlight=ayahuasca



Visions obtenues par la prise d’Ayahuasca



En suivant des liens sur des images illustrant le site liberterre.fr, nous arrivons sur le site d’un shaman péruvien qui a peint ses visions lors de la prise d’ayahuasca. En guise d’illustrations de certaines visions ’shamaniques’ relatées sur ce blog, je propose de découvrir les peintures réalisées par ce shaman, Pablo Amaringo, dont le site officiel se situe à cette adresse :

http://rapsody.unblog.fr/files/2010/01/ovnis1pabloamaringo.jpg

Dans le site ci-dessous, on peut visionner plusieurs de ses oeuvres en grands formats : http://www.yashpal.com/store/artcards/amaringo/

Et enfin le site The Deoxyribonucleic Hyperdimension http://deoxy.org/ nous propose des commentaires (en anglais) sur des informations rapportées depuis les visions de plusieurs shamans, le tout illustré de petites parties scannées dans des peintures de Pablo Amaringo, qu’il a publiées dans un ouvrage contenant 49 oeuvres complètes ainsi que les explications proposées par le shaman sur ces 49 ’visions’.

La page d’introduction des commentaires illustrés, se situe ici :

http://deoxy.org/ayalien.htm

L’article s’intitule ’The Ayahuasca-Alien Connection’.

Je propose les traductions de quelques extraits de ce site qui me semblent révélateurs, des données à mettre en parallèle avec les visions des clairvoyants dont certains témoignages sont reproduits sur ce blog. L’intérêt principal de Pablo Amaringo, c’est bien sûr les magnifiques peintures qu’il nous offre, en guise d’illustrations.

La vision la plus récurrente des consommateurs d’ayahuasca semble être celle d’ovnis, très diversifiés, dont les shamans prétendent souvent connaître l’origine. Il est à noter que les conclusions que les guerriers de notre blog ont tirées de leurs voyances - voyages, ne correspondent pas toujours aux conclusions apportées par les shamans consommateurs d’ayahuasca. Leurs commentaires font souvent songer à un état d’acceptation de l’univers de la matrice comme étant incontournable, voire “divinement” orchestrée. Il va de soi que parmi les extraterrestres, tous n’ont pas des intentions belliqueuses, cependant, les aides qu’ils apportent peuvent également être à double sens, ce qui n’est pas toujours perçu comme tel, notamment lorsqu’ils contribuent par exemple à guérir des maux physiques. On peut notamment relever qu’ils n’enseignent pas l’activation du coeur ni les chemins de sortie de la matrice, étant sans doute pour la plupart eux-mêmes ignorants de ces potentialités.



Le narrateur du site deoxy.org relate une visite à Don Manuel Shuna, oncle de Pablo Amaringo, âgé de plus de 90 ans, lors de laquelle il lui a montré plusieurs photos de peintures de Pablo. Tout en pointant les soucoupes volantes sur l’une des photos, l’oncle lui a déclaré d’un ton excité non dépourvu de stress, que lors des deux dernières années, il avait été hanté par un peuple venant de machines telles que celles-là. Don Manuel raconta que ce peuple vole et se maintient en lévitation. Il décrivit ces machines comme faisant une cinquantaine de mètres de longs, avec des lumières qui transforment la nuit comme s’il faisait jour. Parfois ils s’emparent d’arbres entiers qu’ils embarquent dans leurs vaisseaux.

Don Manuel ajouta : “Ils savant lorsque je prends de l’ayahuasca. Ils arrivent et ils chantent toutes sortes de chansons, ainsi que les invocations que je pratique. Ils savent aussi comment prier. Ils veulent être amis avec moi, parce qu’il y a des choses que ce peuple ignore. Ils veulent me prendre avec eux, mais je ne veux pas parce que ces gens se mangent l’un l’autre. Ils ont tenté de m’effrayer en faisant bouger la terre, ou en faisant tomber de grands arbres. Ils me rendent presque fou. Mais ils ne peuvent plus s’approcher de près parce que j’ai soufflé de la fumée de tabac sur eux.”

Je ne vais pas épiloguer outre mesure sur les commentaires qui accompagnent les illustrations, car l’objectif principal de cet article est de montrer des images dignes d’intérêt.



Sur la page suivante : http://deoxy.org/ayalien1.htm viennent ensuite des descriptions de pouvoirs shamaniques, d’êtres et d’animaux invisibles dont essentiellement des serpents.



(image provenant de http://www.pabloamaringo.com/)



Concernant l’image ci-dessus, le commentaire dit ceci : “Nous avons également vu deux êtres célestes contrôlant les rayons du soleil au bénéfice de la terre” (visible en haut à gauche)…

La page suivante : http://deoxy.org/ayalien2.htm décrit des esprits de la nature, des entités extraterrestres qui accompagnent les humains dans leurs voyages astraux, parfois jusqu’aux diverses planètes de notre système solaire, ainsi que d’autres pratiques shamaniques.





Sur la dernière page http://deoxy.org/ayalien3.htm une description de pratiques shamaniques, consistant à s’adjoindre des alliés, tels que des loups ou autres créatures, afin d’échapper aux ennemis. Des histoires d’abductions, de pouvoirs et de réalités extraterrestres diverses y sont évoquées. Il est également question de méthodes de guérison magiques effectuées en état de transe, telles des chirurgies du coeur. Des êtres semi éthériques provenant de la planète Mars et de Vénus ainsi que d’autres planètes, prêtent main forte en enseignant des méthodes de soin, etc. Ici il s’agirait de vénusiens :



Il y a également des détails intéressants qui évoquent ce que nous percevons sur des plans “supérieurs” de la matrice, où l’on trouve souvent des pierreries, comme par exemple ici :



Dans la Vision 47, intitulée ’Electromagnetism of the Yana-Yakumama’, il est question d’êtres qui insèrent ’le boa noir’ dans un trou pratiqué dans le sol, où il sera enfermé en l’encerclant au moyen de disques, il sera chargé de radioactivité, qui fut apportée par les grands acrobates appelés ’yura-pachacama’, des esprits blancs qui prennent soin de l’univers…



Cette description de force serpentine qui sert à l’activation de l’électromagnétisme de la terre, n’est pas sans nous rappeler les vécus des guerriers et guerrières de notre équipe. Mais sans même connaître nos découvertes à ce sujet, on pourrait naïvement se demander : pourquoi donc la terre a-t-elle besion d’un boa noir en son sein, radioactif de surcroît ?

Et enfin des illustrations des mondes ’angéliques’ :



Traduction du commentaire : "Une vision splendide dans laquelle les pouvoirs sublimes du monde invisible sont perçus comme des rayons lumineux, contenant des qualités ou niveaux qui vont au-delà de toute connaissance humaine. Ensuite il y a un rayon bleu turquoise représentant le saphir. Là nous voyons les anges ou les messagers qui arpentent le vaste univers, demeurant dans différentes galaxies pendant quelques temps. Il possèdent une sagesse extrasensorielle et se meuvent à la vitesse de la pensée. Ils sont les gardiens prescrits pour l’immense univers.” Ces déclarations nous laissent entendre qu’ils ne comprennent pas réellement en quoi consistent les dimensions où ils perçoivent des ’anges’ et il ne savent pas non plus à quoi servent les rayons lumineux, les pierres précieuses, et la ’sagesse extrasensorielle’ de ces êtres reste un éternel mystère, le tout se situant ’au-delà de toute connaissance humaine".



On trouve aussi des illustrations qui semblent faire référence à des dimensions ou plans parallèles bien moins “lumineux” et le commentaire laisse entendre que les ’voyageurs’ initiés par les entités extraterrestres se rendent dans une contrée ou une autre en fonction de leur niveau d’initiation.



Dans les pratiques shamaniques d’un Castaneda, celui-ci a décrit que les shamans ne prenaient des ’plantes de pouvoir’ que le temps de s’ouvrir à l’autre perception, car une fois cette perception ouverte et maintenue selon des procédés d’éveil, ils n’en éprouvaient plus la nécessité. On peut en déduire qu’en pratiquant les méthodes d’éveil, tels que l’abandon des croyances, l’abandon de la suffisance - dans laquelle est incluse l’auto contemplation compulsive -, ces capacités deviennent de plus en plus accessibles. C’est en effet le moi illusoire et ses recherches tout aussi illusoires, qui font barrage à la vision des choses telles qu’elles sont. Les prédateurs nous ont implanté des esprits mentalisés à l’extrême afin de nous plonger dans un univers virtuel, nous coupant de la réalité qui nous entoure. Quoi qu’il en soit, l’intérêt de ces illustrations est indéniable, elles sont des représentations artistiques remarquables de ce qui constitue les diverses couches de notre matrice et des êtres plus ou moins humanoïdes ou animaux qui les peuplent, avec de toute évidence une grande quantité de phénomènes ’ovni’. En visitant le site via les liens on trouve des réflexions sur plusieurs races E.T. auxquelles on a associé diverses “vertus”, voir par exemple :

http://deoxy.org/mantid.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Mer 27 Jan 2010, 08:44

Janvier 1975
"Je suis né il y a mille ans..."



Lettre ouverte de Dan George, chef des Indiens capilanos.




Mes très chers amis,

"Je suis né il y a mille ans, né dans une culture d'arc et flèches; et dans l'espace d'une demi-vie humaine, je me suis trouvé dans la culture de l'âge atomique, mais d'arc, et flèches à la bombe atomique, il y a une distance plus grande que le voyage vers la Lune.

Je suis né à une époque qui aimait les choses de la nature et leur donnait de beaux noms comme Tessoualouit, au lieu de noms desséchés comme Stanley Park. Je suis né à une époque où les gens aimaient toute la nature et lui parlaient comme si elle avait une âme.

Je me souviens qu'étant très jeune, je remontais l'lndian River avec mon père. Je me le rappelle admirant le soleil qui se levait sur le mont Pé-Né-Né ; il lui chantait sa reconnaissance, comme il le faisait souvent, avec le mot indien " merci " et beaucoup de douceur.

Et puis, du monde, est venu, de plus en plus de monde, comme une vague déferlante, et je me suis soudainement trouvé au milieu du 20e siècle. Je me suis trouvé moi-même et mon peuple flottant à la dérive dans cette nouvelle ère ; nous n'en faisions pas partie, engloutis par sa marée saisissante, comme des captifs tournant en rond dans de petites réserves, dans des lopins de terre, honteux de notre culture que vous tourniez en ridicule, incertains de notre personnalité et de ce vers quoi nous allions.

Pendant quelques brèves années, j'ai connu mon peuple vivant la vieille vie traditionnelle, alors qu'il y avait encore de la dignité. Je les ai connus quand ils avaient une confiance tacite dans leurs familles et qu'ils avaient une certaine notion de ce qu'était le cheminement de leur vie.

Malheureusement, ils vivaient dans l'agonisante énergie d'une culture qui perdait graduellement son élan vital. Nous n'avons pas eu le temps de nous ajuster à la croissance brutale qui nous entourait ; il semble que nous ayons perdu ce que nous avions sans que cela soit remplacé. Nous n’avons pas eu le temps d'aborder le progrès du 20e siècle, petit à petit, ni de le digérer.

Savez-vous ce que c'est que d'être sans pays ? Savez-vous ce que c'est que de vivre dans un cadre laid ? Cela déprime l'homme, car l'homme doit être entouré de la beauté dans laquelle son âme doit grandir.

Savez-vous ce que c'est que de sentir sa race écrasée et d'être acculé à prendre conscience qu'on est un fardeau pour le pays ? Peut-être n'étions-nous pas assez malins pour apporter une participation pleine de signification, mais personne n'avait la patience d'attendre que nous puissions suivre. Nous avons été mis à l'écart parce que nous restions sans réagir et incapables d'apprendre.

A quoi cela ressemble-t-il de n'avoir aucun orgueil de sa propre race, de sa famille, aucun amour-propre, aucune confiance en soi ? Vous ne pouvez pas le savoir parce. que vous n'avez jamais tâté cette amertume. Mais je vais vous le dire: on ne fait aucun cas du lendemain, car qu'est--ce que demain ? On est dans une réserve, c'est-à-dire dans une sorte de décharge publique parce qu'on a perdu dans son âme tout sentiment du beau.

Et maintenant, vous me tendez la main... et maintenant, vous me demandez d'aller à vous. " Viens et intègre-toi ! " c'est ce que vous dites. Mais comment venir ? Je suis nu et couvert de honte. Comment venir avec dignité ? Je n'ai pas de présence, je n'ai rien à donner. Qu'appréciez-vous dans ma culture- mon pauvre trésor ? Vous ne faites que le mépriser. Vais-je venir à vous comme un mendiant et tout recevoir de votre main toute-puissante ?

Quoi que je fasse, je dois attendre, trouver des délais, me trouver moi-même, trouver mon trésor, attendre que vous désiriez quelque chose de moi, que vous ayez besoin d'un quelque chose qui est moi. C'est alors que je pourrai dresser la tête, dire à ma femme, à mes enfants: a Ecoutez, ils m'appellent, ils me veulent, je dois y aller. "

Alors, je pourrai changer de trottoir, la tête haute, car j'irai vous parler sur un pied d'égalité. Je ne vous mépriserai pas pour votre paternalisme, mais vous ne me ferez pas l'aumône. Votre aumône, je peux vivre sans elle, mais ma condition humaine, je ne saurais vivre sans elle. Je ne ferai pas de courbettes devant vos aumônes. Je viendrai avec dignité ou je ne viendrai pas du tout. Vous employez le grand mot d' " intégration " dans les écoles. Cela existe-t-il vraiment? Peut-on parler d'intégration avant qu'il y ait l'intégration sociale, celle des cœurs et celle des esprits ? Sans cela, on a juste la présence des corps, les murs sont aussi hauts que les montagnes.

Accompagnez-moi dans la cour de récréation d'une école où l'on prétend que règne l'intégration. Voyez comme son asphalte noire est unie, plate et laide; alors, regardez: c'est l'heure de la récréation, les élèves se précipitent par les portes. Voilà alors deux groupes distincts: ici, des élèves blancs et là-bas, prés de la barrière, des élèves autochtones.

Et puis, regardez encore, la cour noire, unie, ne l'est plus: les montagnes se dressent, les vallées se creusent; un grand vide s'établit entre les deux groupes, le vôtre et le mien, et. personne ne semble capable de le franchir.

Attendez, bientôt la cloche va sonner et les élèves vont quitter la cour. Le mélange des élèves se fait dedans parce que dans une classe, il est impossible de trouver un grand vide, les êtres sont devenus petits, rien que de petits êtres; les grands, on n'en veut pas, du moins, pas sous nos yeux. .

Ce que nous voulons ? Nous voulons avant tout être respectés et sentir que i notre peuple a sa valeur, avoir les mêmes possibilités de réussir dans l'existence, mais nous ne pouvons pas réussir selon vos conditions, nous élever selon vos normes, nous avons besoin d'une éducation spéciale, d'une aide spécifique pendant les années de formation, des cours spéciaux en anglais, nous avons besoin d'orientation et de conseils, de débouchés équivalents pour nos diplômes, sinon nos étudiants perdront courage et se diront: " A quoi bon!

Que personne ne l'oublie: notre peuple a des droits garantis par des promesses et des traités. Nous ne les avons pas demandés et nous ne vous disons pas merci. Car, grand Dieu, le prix que nous les avons payés était exorbitant: c'était notre culture, notre dignité et le respect de nous-mêmes. Nous avons payé, payé, payé jusqu'à en devenir une race blessée, percluse de pauvreté et conquise.

Je sais que dans votre cœur, vous voudriez bien m'aider. Je me demande . si vous pouvez faire beaucoup. Eh bien! oui, vous pouvez faire une foule de choses. Chaque fois que vous rencontrerez mes enfants, respectez-les pour ce qu'ils sont: des enfants, des frères."



Dan George est né le 24 juillet 1899 à Vancouver et mort le 23 septembre 1981. Chef de la tribu des Capilanos (indiens du Canada), il a exercé divers métiers (docker, bûcheron) avant de devenir acteur en 1959.

Ses films les plus connus sont :


Smith! (en 1969); Little Big Man (en 1970 - avec Dustin Hoffman. Son rôle lui a valu un prix au Oscars); Dan Candy's Law et Alien Thunder (en 1973); Harry & Tonto puis Bears & I (en 1974); Shadow of the Hawk et The Outlaw Josey Wales (en 1976 - La Vengeance de Josey Wales); Centennial (en 1978 - une mini-série); Americathon (en 1979)

Il a écrit quelques livres : My Heart Soar; My Spirit Soar; You call me Chief : Impressions of the life of Chief Dan George. On lui doit des speechs et citations magnifiques (
http://www.indigenouspeople.net/dangeorg.htm) et il est l'auteur d'une lettre ouverte, que l'on peut lire sur le site de l'Unesco. La lettre s'intitule : "Je suis né il y a mille ans..."

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Jeu 28 Jan 2010, 14:49




La voie chamanique de l'abeille

Je vous ai présenté le merveilleux livre de simon Buxton ici


Abeilles...«Les servantes du Seigneur»

et pour ceux qui lisent en anglais , ceci :

© www.sacredtrust.org
http://andrewgough.co.uk/17questions_buxton.html


Dernière édition par AMBRE le Lun 22 Mar 2010, 18:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Serena

avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 287
Date de naissance : 06/02/1961
Age : 56
Localisation : France
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Jeu 04 Fév 2010, 19:15

Merci Ambre pour ce texte si poignant de Dan George


Revenir en haut Aller en bas
http://serenagaia.blogspot.com/
ivan

avatar

Masculin
Gémeaux Chèvre
Nombre de messages : 2
Date de naissance : 28/05/1967
Age : 49
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: Chaman!   Dim 21 Mar 2010, 12:01

Bonjour
j'a reçu un mail contenant quelques extraits du livre Le voyage définitif de Carlos Castaneda ,hier exactement .
Je ne retrouve curieusement plus ce mail -que je n'ai pas souvenir d'avoir effacé!- et non plus la page auquel il correspond sur ce forum .
Quelqun pourrait il m'indiquer cette page ou les administrateurs du forum me renvoyer ce courriel ?

Merci pour ce forum ,et veuillez excusez cette intrusion quelque peu hors de propos .

Ivan
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Dim 21 Mar 2010, 12:37

Bonjour Ivan,
tu as raison de posé cette question dans cette rubrique finalement!
Le débat a été ouvert ici dont extrait
pour rappel

A deux pas du Catharose!
Profitez en pour venir nous rejoindre en fin de journée!


RASSEMBLEMENT DES 8000 TAMBOURS SACRES ET DES OFFRANDES POUR NOTRE MERE TERRE, POUR LA PAIX ET POUR LA VIE

Puka Amaru, Tixu Fanthö Citlalmina, Nala, Claudia Regina...
Cette cérémonie aura lieu, l’équinoxe du 21 Mars à 13h00 jusqu’à 17h00 à MAREDSOUS



Bien à toi

Les lourdes ombres noires
Chapitre extrait du livre de Carlos Castaneda " Le voyage définitif "
Ed. du Rocher - 1998 - page 261

(…) L'obscurité s'était installée très rapidement, et le feuillage des arbres qui, un instant plus tôt, était d'un vert éclatant, paraissait à présent beaucoup plus sombre et dense. Don Juan me dit que si je regardais avec une grande attention la couleur foncée du feuillage, sans focaliser mes yeux et avec une sorte de regard en coin, je verrais une ombre fugitive traverser mon champ de vision.
" C'est le meilleur moment de la journée pour faire ce que je te demande. Il va te falloir un moment pour trouver en toi le degré d'attention nécessaire. Ne t'arrête pas avant d'avoir entrevu cette ombre noire. "
Je vis effectivement se profiler une étrange ombre noire sur le feuillage des arbres, une ombre qui partait et revenait, puis diverses ombres évanescentes se déplaçant de droite à gauche, de gauche à droite, ou s'élevant très haut en l'air. On aurait dit de gros poissons noirs, de gigantesques espadons volants. J'étais complètement absorbé par cette vision qui finit par m'effrayer. Il faisait désormais trop sombre pour voir le feuillage, mais je distinguais toujours ces ombres noires fugitives.
" Qu'est-ce que c'est, don Juan ? Je vois des ombres noires s'agiter partout.
- C'est l'univers à l'état naturel, me répondit-il, l'univers incommensurable, non linéaire, délivré du joug de notre syntaxe. Les sorciers mexicains d'autrefois furent les premiers à voir ces ombres et ils les suivirent partout. Ils les voyaient comme tu les vois, et ils les voyaient également sous forme d'énergie circulant dans l'univers. Et ils ont alors fait une incroyable découverte. "
Il se tut et me regarda. Ses pauses étaient toujours très étudiées et il savait me tenir en haleine.
" Qu'ont-ils découverts, don Juan ?
- Ils ont découvert que nous ne sommes pas seuls, me dit-il aussi clairement qu'il le put. Venu des profondeurs du cosmos, un prédateur est là, qui toute notre vie nous maintient sous son emprise. Les êtres humains sont prisonniers et ce prédateurs est notre seigneur et maître. Il étouffe toute velléité de protestation ou d'indépendance et nous empêche d'agir librement. "
L'obscurité alentour semblait réduire ma faculté d'expression. S'il avait fait jour, j'aurais éclaté de rire, mais en pleine nuit, je me sentais comme muselé, paralysé.
" Il fait nuit noire, me dit don Juan, mais si tu regardes du coin de l'œil, tu vas continuer à voir ces ombres fugitives aller et venir autour de nous. "
Il avait raison. Je pouvais toujours les voir et leurs mouvements me donnaient le tournis. Don Juan alluma la lumière, ce qui eut pour effet de tout dissiper.
" Te voilà arrivé, grâce à tes seuls efforts, à ce qui était pour les anciens chamans le " cœur du sujet ". Je tourne autour du pot depuis longtemps en te laissant entendre que quelque chose nous retient prisonniers. Nous sommes effectivement tous prisonniers ! C'était un fait énergétique pour les sorciers d'autrefois.
- Pourquoi ce prédateur exerce-t-il ce pouvoir sur nous comme vous le dites, don Juan ? Il doit y avoir une explication logique !
- Il y a une explication, me répondit don Juan, qui est extrêmement simple. Ils nous tiennent sous leur emprise parce que nous sommes leur source de subsistance. Ils ont besoin de nous pour se nourrir, et c'est pour cela qu'ils nous pressurent implacablement. Exactement comme nous qui élevons des poulets pour les manger, ils nous élèvent dans des " poulaillers " humains pour ne jamais manquer de nourriture. "
Je me sentir secouer négativement la tête. Je ne pouvais exprimer mon violent sentiment de malaise et de révolte, et mon corps s'agitait pour le faire remonter à la surface. Je tremblais de la tête aux pieds sans pouvoir me contrôler.
" Non, non, non, m'entendis-je dire. C'est absurde, don Juan ! Ce que vous dites est horrible. Cela ne peut tout simplement pas être vrai, ni pour les sorciers, ni pour des gens normaux, ni pour personne.
- Et pourquoi ? me répondit calmement don Juan. Pourquoi donc ? Parce que cela te met en fureur ?
- Oui, cela me met en fureur, répliquai-je. Ce sont des idées monstrueuses !
- Eh bien, je ne t'ai pas encore tout dit. Ecoute moi jusqu'au bout et on verra comment tu te sens. Attention, je vais t'infliger un choc ! Ton esprit va subir de terribles attaques, et tu ne pourras pas fuir, parce que tu es pris au piège ; non parce que je te retiens prisonnier, mais parce que quelque chose en toi t'empêchera de partir, même si cela te rend fou de rage. Alors, rassemble tes forces ! "
Don Juan avait raison. Je ne serais pas parti de chez lui pour un empire, et pourtant j'abominais toutes les idioties qu'il était en train de me débiter.
" Je vais faire appel à ton esprit analytique, me dit don Juan. Réfléchis un moment, et dis-moi comment tu peux expliquer la contradiction entre, d'une part, l'intelligence de l'homme sur le plan scientifique et technique et, d'autre part, la stupidité de ses systèmes de croyances ou l'incohérence de son comportement. Ce sont les prédateurs, disent les sorciers, qui nous ont imposé nos systèmes de croyance, nos idées sur le bien et le mal, nos mœurs sociales. Ce sont eux qui suscitent nos espoirs et nos attentes, nos rêves de succès ou notre peur de l'échec, eux encore qui insufflent dans notre esprit convoitise, avidité et lâcheté et qui le rendent prétentieux, routinier et égocentrique.
- Mais comment s'y prennent-ils, don Juan ? lui demandai-je, de plus en plus irrité par ses paroles. Ils nous chuchotent tout cela dans le creux de l'oreille pendant notre sommeil ?
- Non, ils ne procèdent pas aussi bêtement, me répondit don Juan en souriant. Ils sont extrêmement efficaces et organisés, et pour s'assurer de notre obéissance, de notre docilité et de notre apathie, ils ont accompli une manœuvre extraordinaire - extraordinaire, bien sûr, sur un plan stratégique, mais horrible du point de vue de ceux qui en sont victimes. Ils nous ont donné leur esprit ! Tu m'entends ? Les prédateurs ont remplacé notre esprit par le leur, qui est bizarre, incohérent, grincheux, et hanté par la peur d'être percé à jour.
" Tu n'as jamais souffert de la faim, poursuivit-il, et tu as pourtant une sorte d'angoisse à propos de la nourriture. C'est celle du prédateur qui redoute continuellement qu'on découvre son manège et lui coupe les vivres. Par le biais de l'esprit humain qui est en réalité le leur, les prédateurs nous inculquent ce qui les arrange pour améliorer leur sécurité et avoir moins peur.
- Peut-être tout cela est-il vrai, don Juan, mais si c'est le cas, il y a là quelque chose d'odieux qui me répugne et m'oblige à prendre le parti contraire. Et comment font-ils pour nous manger ? "
Don Juan me fit un large sourire. Il avait l'air de bien s'amuser. Il m'expliqua que les sorciers voyaient les nouveaux-nés et les bébés comme d'étrange boules d'énergie lumineuse, recouvertes de haut en bas d'un revêtement brillant, un peu comme si une housse en plastique enveloppait étroitement leur cocon d'énergie. C'était cette couche brillante de conscience, me dit-il, que consommaient les prédateurs. Et lorsque les êtres humains atteignaient l'âge adulte, il n'en restait qu'une étroite bande à hauteur des orteils qui permettait tout juste à l'humanité de survivre.
Comme en rêve, j'entendis don Juan me déclarer qu'à sa connaissance, l'espèce humaine était la seule à avoir cette couche brillante de conscience à l'extérieur du cocon lumineux. C'est pourquoi nous étions une proie facile pour le mode de conscience différent, plus pesant, des prédateurs.
Il me révéla alors quelque chose d'encore plus traumatisant : cette étroite bande de conscience était le siège de l'autocontemplation dans laquelle l'homme était irrémédiablement piégé. En jouant sur cette autocontemplation qui est le dernier brin de conscience qui nous reste, les prédateurs suscitaient des éclairs de conscience qu'ils dévoraient avec l'acharnement d'un rapace. Et pour les provoquer, ils nous donnaient à résoudre des problèmes idiots et se nourrissaient du flamboiement énergétique de nos pseudo-intérêts.
Il devait y avoir dans ce que disait don Juan quelque chose de si pénible et bouleversant pour moi que j'en avais des haut-le-cœur.
Après une pose suffisamment longue pour me permettre de récupérer, je demandai à don Juan : " Mais puisqu'ils voient les prédateurs, pourquoi les sorciers mexicains, anciens ou actuels, ne font-ils rien ?
- On ne peut strictement rien faire, me dit tristement don Juan d'une voix grave, hormis se discipliner au point qu'ils ne puissent nous toucher. Et comment demander à nos semblables d'affronter les rigueurs d'une telle discipline ? Ils réagiraient en riant et se moquant de nous, et les plus agressifs d'entre eux s'énerveraient et nous tabasseraient. Ce n'est pas qu'ils ne nous croiraient pas ! Il y a au tréfond de chaque être humain une connaissance ancestrale, viscérale, de l'existence des prédateurs. "
Mon esprit analytique jouait au yo-yo. Tout ce que me racontait don Juan était grotesque, absurde, et en même temps me semblait raisonnable, très simple. Toutes les contradictions humaines s'expliquaient. Mais comment prendre tout cela au sérieux ? Don Juan me poussait sur le trajet d'une avalanche qui m'emporterait à jamais.

(…) Don Juan continua à enfoncer le clou toujours plus profondément. " Les sorciers mexicains d'autrefois voyaient le prédateur. Ils l'ont appelé planeur parce qu'il jaillit de l'espace. Il n'est pas beau à voir. C'est une grande ombre, d'un noir impénétrable, qui fonce vers le sol et se pose lourdement. Ces sorciers ne savaient pas exactement quand il avait fait son apparition sur terre. Dans leur idée, l'homme avait sans doute été à une époque un être complet doué d'une conscience prodigieuse lui permettant d'accomplir d'incroyables prouesses - tous ces exploits que nous retrouvons aujourd'hui dans nos légendes mythologiques. Ces facultés semblaient par la suite avoir disparu pour donner l'être humain actuel, un être diminué, comme abruti par des sédatifs. "
J'aurai dû me mettre en colère, le traiter de paranoïaque, mais je ne sais trop pourquoi, ce genre d'indignation toujours latente chez moi m'avait quitté. Quelque chose en moi avait même dépassé ce stade où je me disais : " Et si c'était vrai ? " Face à don Juan qui me parlait cette nuit là, je sentais au plus profond de mon être que tout ce qu'il me disait était vrai, mais en même temps, avec une force égale, que tout ce qu'il me disait était complètement absurde.
" Que voulez-vous dire, don Juan ? " lui demandai-je faiblement.
" Ce que je veux dire, c'est que nous avons affaire à forte partie. C'est un prédateur très malin et bien organisé, qui procède méthodiquement pour nous neutraliser et nous empêcher d'être la créature magique que nous étions destinés à être. Nous ne sommes plus désormais qu'une source de ravitaillement et n'avons d'autres rêves que ceux d'un animal que l'on élève pour sa viande : des rêves banals, conventionnels et imbéciles. "

(…) " Ce prédateur, me dit don Juan, est évidemment un être inorganique. Mais il n'est pas pour nous complètement invisible comme le sont les autres. Je suis sûr que les enfants le voient, et devant l'horreur que leur inspire cette vision, ils préfèrent ne plus y penser. Et même s'ils cherchaient à mieux le voir, tout le monde autour d'eux les en dissuaderait. "

Description de ce qu'est un être inorganique, page 231 dudit livre : " Les vieux chamans ont découvert que l'ensemble de l'univers est constitué de deux forces jumelles opposées, mais complémentaires. Ainsi notre monde a un jumeau, un monde opposé et complémentaire peuplé par des êtres doués de conscience, mais dénués d'organisme, auxquels ils avaient donné le nom d'êtres inorganiques. (…) L'ensemble de l'univers regorge de toutes sortes de mondes où la conscience peut être organique ou inorganique. "

" La seule alternative qui reste à l'humanité, continua don Juan, est la discipline. Seule la discipline a un effet disuasif. Mais je n'entends pas par ce terme une affreuse routine où l'on saute du lit tous les jours à cinq heures du matin pour s'asperger d'eau glacée ! Pour un sorcier, la discipline est la faculté d'affronter sereinement les difficultés imprévues. Il la considère comme un art : l'art de faire face à l'infini sans broncher, non pour faire étalage de sa force, mais pour lui témoigner son admiration et son respect.
- En quoi la discipline des sorciers peut-elle avoir un effet dissuasif ?
- Les sorciers disent qu'elle rend la couche brillante de conscience inconsommable pour le planeur, me dit don Juan en scrutant mon visage comme pour y déceler un signe d'incrédulité. Il est alors perplexe. Je suppose qu'il n'a jamais entendu dire qu'une couche brillante de conscience pouvait ne pas être comestible. Et cette perplexité ne lui laisse d'autre issue que de s'abstenir de poursuivre son infâme activité.
" A partir du moment où les prédateurs ne la mangent plus, notre couche brillante de conscience se développe. En simplifiant à l'extrême, on pourrait dire que, grâce à leur discipline, les sorciers éloignent les prédateurs, ce qui permet à leur couche brillante de conscience de se reformer et de retrouver progressivement sa taille normale. Les sorciers d'autrefois la comparaient à un arbre qui atteint sa hauteur et son volume si on ne le taille pas. Et à mesure que le niveau de conscience s'élève au-dessus des pieds, de nouveaux modes de perception surgissent automatiquement.
" Les anciens sorciers avaient découvert une excellente tactique : ils tenaillaient l'esprit des planeurs par la discipline. Ils s'étaient aperçus que s'ils lui opposaient leur silence intérieur, cette implantation étrangère disparaissait, ce qui confirmait l'origine extérieure de cet esprit. L'implantation étrangère tentait évidemment de revenir, mais elle avait perdu de sa force, et un processus se mettait en marche dans lequel l'esprit des planeurs prenait la fuite de plus en plus souvent, jusqu'au jour où il disparaissait définitivement. Un triste jour, en fait, puisqu'on doit dès lors se débrouiller tout seul en ne comptant que sur ces propres ressources, qui sont pratiquement nulles. Personne n'est plus là pour nous dire que faire, aucun esprit clandestin ne nous dicte plus les idioties auxquelles nous sommes accoutumés.
" Mon maître, le nagual Julian, disait fréquemment à ses disciples que c'était le moment le plus difficile de la vie d'un sorcier, car notre véritable esprit, celui qui nous appartient en propre et se résume à notre expérience personnelle, est devenu timide, inquiet et fuyant après une vie entière d'asservissement. C'est alors, selon moi, que débute le véritable combat du sorcier. Le reste n'est que simple préparation. "

(…) " Que voulez-vous dire par tenailler l'esprit des planeurs ?
- La discipline le met au supplice, me répondit-il. C'est donc grâce à leur discipline que les sorciers peuvent se débarrasser de cette implantation étrangère. "
J'étais extrêmement troublé. Soit don Juan était bon pour l'asile, soit ce qu'il venait de me raconter était si terrifiant que mon sang se glaçait dans mes veines. Je notai cependant la vitesse à laquelle se ranima mon énergie pour tout nier en bloc. Après un instant de panique, j'éclatai de rire, comme si don Juan venait de me raconter une bonne plaisanterie. Je m'entendis même lui dire :
" Don Juan, don Juan, vous êtes incorrigible ! "
Il parut comprendre tout ce que j'éprouvais et secoua la tête, levant les yeux au ciel, comme pour feindre le désespoir.
" Je suis si incorrigible que je vais asséner à l'esprit des planeurs qui t'habite un coup supplémentaire, en te confiant l'un des sectets les plus extraordinaires de la sorcellerie. C'est la conclusion à laquelle ont abouti les sorciers, une conclusion qu'ils ont mis des milliers d'années à établir et vérifier. "
Il me sourit d'un air machiavélique. " L'esprit des planeurs s'enfuit définitivement lorsqu'un sorcier réussit à saisir la force vibratoire qui assemble les champs d'énergie qui nous constituent. S'il maintient suffisamment longtemps sa pression, l'esprit des planeurs, vaincu, bat en retraite. Et c'est exactement ce que tu vas faire : te cramponner à l'énergie qui maintient ta cohésion. "
J'eus une réaction totalement imprévisible et inexplicable. Une partie de moi était vraiment ébranlée, comme si elle avait reçu un coup. Je me sentis envahi par une terreur injustifiée que j'associai aussitôt à mon éducation religieuse.
Don Juan me regarda de la tête aux pieds.
" Tu redoutes la colère divine, non ? Sois tranquille, cette peur n'est pas la tienne. C'est celle des planeurs, car ils savent que tu vas faire exactement ce que je vais te dire. "
Ses paroles ne me rassurèrent absolument pas, et je me sentis encore plus mal. J'avais des spasmes involontaires que je ne pouvais maîtriser.
" Ne t'inquiète pas, me dit calmement don Juan. Ce genre de crise passe très rapidement. L'esprit des planeurs n'a pas la moindre force de concentration. "
Quelques instants plus tard, toutes ces manifestations disparurent comme don Juan l'avait prédit. Dire que j'étais perplexe serait un euphémisme. Pour la première fois de ma vie, seul ou avec don Juan, je ne savais plus du tout où j'en étais. Je voulais m'extraire de mon fauteuil pour faire quelques pas, mais j'étais mort de peur. La tête farcie d'affirmations rationnelles, je me sentais pourtant terrorisé comme un enfant. Je me mis à respirer profondément et tout mon corps se couvrit de sueurs froides. J'avais déchaîné en moi quelque chose d'épouvantable : des ombres noires fugitives bondissaient partout où que je tourne mon regard.
Je fermais les yeux et reposai la tête sur le bras du fauteuil. " Je ne sais plus que faire, don Juan. Vous avez vraiment réussi à me déboussoler cette nuit.
- Tu es déchiré par une lutte intérieure, me dit don Juan. Tout au fond de toi, tu sais que tu ne peux t'opposer à ce qu'une indispensable partie de toi-même, la couche brillante de conscience, serve inexplicablement à nourrir de mystérieuses entités. Et quelque chose d'autre en toi refuse de toutes ses forces cette situation.
" Ce qui est révolutionnaire dans l'attitude des sorciers, poursuivit-il, c'est qu'ils se refusent à respecter un accord auquel ils n'ont pas participé. Personne ne m'a jamais demandé si j'acceptais d'être mangé par des êtres ayant un mode de conscience différent ! Mes parents m'ont simplement mis au monde pour les ravitailler, comme cela s'était passé pour eux, et c'est tout. "

(…) Revenu chez moi, je m'aperçu que l'idée des planeurs m'obsédait chaque jour davantage, jusqu'au jour où je sentis que les conclusions de don Juan étaient irréfutables. J'avais beau m'efforcer de trouver une faille à sa logique, elle était imparable. Plus j'y réfléchissais, plus j'observais mes semblables et moi-même, plus s'intensifiait ma conviction que quelque chose nous rendait incapables de toute activité ou interaction non focalisée sur le moi. Mon seul souci, comme celui de tous ceux que je connaissais ou rencontrais, était mon moi.

" Tous les êtres humains sur terre semblent avoir exactement les mêmes réactions, les mêmes pensées, les mêmes sentiments. Ils réagissent de manière presque identique aux mêmes stimuli. Le langage qu'ils utilisent jette une sorte de voile sur leurs attitudes, mais si l'on gratte un peu, on voit bien qu'ils ne peuvent échapper à cette similitude de comportement. " Don Juan

(…) Je fis des recherches anthropologiques approfondies sur la présence d'éventuelles allusions aux planeurs dans d'autres cultures. Elles s'avérèrent totalement infructueuses. Don Juan paraissait être l'unique source d'informations à cet égard. Dès que je le vis la fois suivante, je lui reparlai immédiatement des planeurs.
" J'ai fait tout mon possible pour rester rationnel sur ce plan, mais je n'y arrive pas. Il y a des moments où je suis complètement d'accord avec vous sur les prédateurs.
- Concentre ton attention sur les ombres fugitives que tu vois vraiment ", me dit don Juan en souriant.
Je lui fit remarquer qu'elles mettaient en péril ma rationnalité. Je les voyais partout. Depuis ma dernière visite chez lui, j'étais incapable de dormir dans le noir. Garder la lumière allumée ne me gênait pas du tout, alors que s'il faisait nuit, tout se mettait à bondir autour de moi. Je ne voyais jamais de véritables formes ou silhouettes complètes, mais seulement ces fameuses ombres noires fugitives.
" L'esprit des planeurs ne t'a pas quitté, me déclara don Juan. Il a été gravement atteint et essaie à tout prix de conclure un nouvel arrangement. Mais il s'est produit en toi une sorte de rupture définitive, et le planeur le sait. Le vrai danger, c'est que l'esprit des planeurs t'ait à l'usure et te fasse abdiquer en jouant sur la contradiction entre ses affirmations et les miennes.
" L'esprit des planeurs n'a pas d'opposant, poursuivit don Juan, et lorsqu'il propose quelque chose, il acquiesce à sa propre proposition et te fait croire que tu as raison. Il va affirmer que les prétendues révélations de don Juan sont complètement absurdes, puis il va tomber d'accord avec se propre déclaration et te faire dire : " Mais oui, c'est vrai, il raconte n'importe quoi ! " C'est comme ça qu'ils nous dominent.
" Les planeurs sont un constituant fondamental de l'univers et nous devons nous efforcer de les voir sous leur véritable jour - terrifiants, monstrueux. C'est par leur intermédiaire que l'univers nous met à l'épreuve.
" Nous sommes des sondes énergétiques douées de conscience, reprit-il comme s'il avait oublié ma présence, que l'univers a créées pour prendre conscience de lui-même. Les planeurs constituent pour nous un défi auquel nous ne pouvons nous soustraire. Nous ne devons pas les mésestimer. Nous devons les vaincre pour que l'univers laisse les êtres humains poursuivre leur existence. "
J'aurai voulu que don Juan m'en dise davantage, mais il se contenta d'ajouter : " Le choc , tu l'as reçu la dernière fois. On pourrait parler pendant des heures des planeurs, mais il est temps de passer à autre chose. "
(…)
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Mar 23 Mar 2010, 08:25

Révélation Inter-spécifique
Le Mystère des Lions Blancs

de John Lash avec son autorisation
Traduction par Dominique Guillet

En novembre 1991, des touristes d’un refuge de chasse dans la région de Timbavati en Afrique du sud se retrouvèrent isolés, suite à une panne, la nuit dans le bush, au plus profond du pays des lions. La Land Rover, conduite par leur guide, tomba dans un fossé et l’axe de direction se cassa. L’obscurité autour d’eux était complète et la présence des lions, qui voient parfaitement dans la nuit, se fit annoncer par des grognements menaçants. Plusieurs lions de couleur fauve ayant entouré le véhicule, les membres du groupe sombrèrent dans une terreur viscérale d’être mangés par un prédateur et furent paralysés de peur.











Photo extraite du site internet magnifique de Nathalie Manuel "Animus Photography":
http://www.animusphotography.com/the-white-lions-of-timbavati/





Et puis, soudainement, des silhouettes humaines émergèrent de l’obscurité - une femme Indigène d’un âge avancé avec un bébé dans le dos, une jeune fille d’environ dix ans et un garçon un peu plus âgé. Marchant avec lenteur, dans un état de transe, et restant proches les uns des autres, ils s’ouvrirent un chemin au milieu de la bande de lions qui s’étaient rassemblés autour du véhicule. Un des membres du groupe s’aventura à quitter l’abri de la voiture. Il partit avec le jeune garçon vers le camp pour aller chercher un véhicule de secours tandis que la femme resta avec les deux autres enfants près des autres. Les secours s’effectuèrent dans une sorte de calme de rêve, en grande partie du à l’attitude sereine et imposante de la femme noire.

Le groupe apprit plus tard que la femme avait été capable de marcher sans risque au milieu des lions agités parce qu’elle était en twasa, en transe shamanique.









Linda Tucker avec un lion blanc de Timbavati







Espèce en Danger

Linda Tucker, l’une des femmes qui fut secourue durant cette nuit-là, a écrit un ouvrage magnifique, destiné à devenir un classique de la communication interspécifique et qui est à la hauteur des ouvrages de Jane Goodall, de Barry Lopez et de Farley Mowatt. A la suite de cette aventure, Linda Tucker devint une élève de la Shamane Sangaan Marai Khosa, la femme qui sauva le groupe, et ultérieurement de Credo Mutwa, le célèbre shaman Zulu qui informa John Mack (“Passport to the Cosmos”) de la prédation par des entités extra-terrestres. Durant un voyage spirituel de dix années, Linda Tucker acquit une connaissance fonctionnelle du shamanisme léonin connu uniquement d’une poignée d’individus en Afrique. Son ouvrage “Mystery of the White Lions” est à la fois un récit de sa quête personnelle et la narration d’un héritage précieux qui appartient à toute l’humanité.

Si ses découvertes sont un tant soit peu véridiques, il se peut que la destinée des lions blancs reflète, ou même détermine, la destinée d’une autre espèce en danger: l’humanité.










Identité du Lion


“Mystery of the White Lions” est un ouvrage aux nombreuses révélations, sur bien des plans. Tout d’abord, et c’est le point le plus important, c’est l’histoire fascinante d’une anomalie génétique rare, celle de lions aux yeux bleus et aux yeux ambres qui sont authentiquement blancs et non pas albinos. Il apparaît que le lion blanc ne peut pas être une mutation aléatoire car, sinon, il se serait propagé dans toute la biorégion, ce qui n’est pas le cas. Ces spécimens restent confinés à la région sacrée de Timbavati. Dans leur cas, le gène récessif blanc ne produit pas d’albinos et implique sans doute un jeu de gènes félins qui à ce jour ne sont pas déterminés (page 133, interview avec le généticien Ted Sohn). “Le jeu très rare et innovant de mutations” requis pour engendrer des lions blancs est en attente d’une explication scientifique; par contre, une légende shamanique, racontée par Credo Mutwa, pourvoit une sorte d’explication.

Bien que la première observation d’un lion blanc, par un témoin Européen, ne remonte qu’à 1938, le shaman Zulu associe leur apparition à la chute d’un météorite à Timbavati aux alentours de 1600. A cette époque, les natifs observèrent que “tous les animaux, qui séjournaient dans la zone de chute du mystérieux objet, donnaient naissance à une progéniture de couleur blanche” (page 132). Ces félins de couleur blanc neige, et aux yeux de couleur ambre, sont-ils le produit d’une mutation aléatoire induite par la chute du météore? Ou sont-ils des émissaires envoyés des sphères célestes pour guider l’humanité en train de plonger au coeur de l’extinction, ainsi que Linda Tucker le croit?

Au fil du cheminement de sa quête, Tucker prend conscience que l’identité des lions blancs véhicule une leçon évolutive qui se déploie très loin dans le passé tout autant que dans le futur: “Cette souche unique de lions émergea il y a quatre siècles en cet endroit précis du globe en tant que précurseurs d’une nouvelle époque” (page 135). Leur identité ne peut pas être appréhendée en dehors de la région en laquelle ils sont apparus. Timbavati, qui signifie “le lieu d’arrivée au sol”, était un endroit sacré au regard des natifs Noirs bien avant que cela ne fût déclaré réserve de chasse par le président Blanc d’Afrique du sud, Paul Kruger. Les shamans Sangaan, réputés pour leur expertise en connaissances léonines, interdisaient traditionnellement de chasser dans la région de Timbavati. Credo Mutwa, un shaman de sang mêlé Zulu et Bochiman, enseigna à Linda Tucker que les lions blancs de Timbavati sont porteurs de l’essence éternelle de la sagesse native Africaine et porteurs d’un message d’importance cruciale pour toute l’humanité. Le propos de l’ouvrage de Tucker est de convier ce message, au mieux de sa compréhension.








Contrat Interspécifique



“L’art authentique du shamanisme est l’échange empreint de respect entre deux espèces” (page 295).

Timbavati est sise sur un grand méridien, une ligne qui descend du nord au sud, du Pole nord au Pôle sud, mais ce n’est pas seulement un grand méridien. Timbavati est sise sur le méridien Nilotique (31 ° est de longitude) qui traverse le plateau de Gizeh sur lequel, à une époque dont l’antiquité est indéterminée, un lion massif de pierre fut érigé, le Sphinx. Tucker souligne que le Nil est le seul long fleuve au monde dont le cours est orienté vers le nord réel et ce, en une ligne droite qui correspond au méridien géographique. En direction du sud dans les profondeurs de l’Afrique, le méridien passe par Laetoli, en Tanzanie, et par les ruines du Grand Zimbabwe, un site mégalithique gigantesque associé à la tradition léonine. A son terminus, ce méridien atteint les grottes de Sterkfontein en Afrique du sud, pas très loin de la région dans laquelle les lions blancs sont apparus. Le méridien Nilotique est connecté avec les sites archéologiques les plus importants en ce qui concerne la théorie courante de l’évolution humaine.

Leotoli et la Gorge d’Olduvai, où le squelette du primate appelé Lucy fut découvert, se trouvent dans la Valley du Rift, un fossé d’effondrement créé par le soulèvement sismique du manteau de la Terre. Suivant la connaissance shamanique, qui lui a été impartie par Credo Mutwa, Linda Tucker suggère que le phénomène des lions blancs est profondément corrélé avec ce que nous savons, mais qu’il nous reste à apprendre, quant aux origines de notre propre espèce et quant à notre survie sur le long terme. Elle connecte le méridien Nilotique avec la légende Zulu d’un fleuve souterrain, correspondant au Nil, qui s’écoule tout le long jusqu’à la pointe de l’Afrique et également avec le renversement du magnétisme Nord-Sud de la Terre, dont les pôles devraient prochainement s’inverser si tant est que les scientifiques et les géologues aient raison. Tucker avance que:

“Etant donné que virtuellement tous nos grands sites d’hominidés ont été découverts près de, ou bien dans, ce fossé d’effondrement en activité volcanique, il se pose la question suivante: ne pourrait-on pas considérer le processus de rifting, ou plutôt les énergies sismiques à l’oeuvre dans cette ligne de faille, comme des facteurs induisant des mutations génétiques - des adaptations qui ont également conduit à la lignée humaine?” (page 274).

Dans ce passage, comme à d’autres endroits de l’ouvrage, l’auteure pousse sa thèse à l’extrême limite et les connexions qu’elle établit risquent de susciter l’incrédulité - mais telle la corde tendue d’un luth, quelles résonnances produit-elle! L’impact de son ouvrage repose tout autant dans cette résonnance que dans l’information détaillée et vivante qu’elle y rassemble.

A Sterkfontein, près de Timbavati, les archéologues ont découvert un nombre anormal de fossiles d'Australopithèques montrant des signes de mort violente, suite à l’attaque peut-être de prédateurs animaux. Australopithecus est le nom d’un hominidé, ou d’un animal proto-humain, que l’on pense avoir existé il y a 2,5 millions d’années, durant une glaciation massive. Tucker prend soigneusement en considération les preuves archéologiques et anthropologiques suggérant que les hominidés vivaient à proximité de Dinofelis, le tigre à dent de sabre qui a disparu depuis longtemps. Elle relate une pensée intéressante émanant de l’écrivain-explorateur, Bruce Chatwin, qui se demanda “si Dinofelis aurait été un prédateur spécialisé sur les primates” (page 77). Dans le tableau complexe qu’elle dépeint, le tigre à dent de sabre émerge comme un allié de l’espèce humaine dont la proie, il est vrai, était les hominidés mais qui permit également aux humains de devenir eux-mêmes des prédateurs.

Ce que Tucker appelle “l’hypothèse Hominidé-Dinofelis” implique un contrat lion/homme qui offrit un saut évolutif immense pour notre espèce parce qu’il nous permit de devenir des mangeurs de viande. Sans exception, les théories courantes de l’évolution fondées sur l’archéologie Africaine assument que les humains apprirent à chasser par nécessité et purement par expérimentations et erreurs tandis que l’hypothèse de Tucker, en cela intégralement soutenue par les enseignements shamaniques de Credo Mutwa, suggère que nous sommes devenus des mangeurs de viande par l’entremise d’un contrat sacré avec une espèce de lion, Dinofelis.

Pour valider sa thèse, Tucker présente des pétroglyphes des Bochiman montrant des interactions humains/lions. Credo Mutwa lui enseigna que ces peintures rupestres constituent des contreparties visuelles de la mémoire antique transmise par les initiés Africains (page 91). Les pétroglyphes ne montrent pas des événements fantastiques, ou même des événements symboliques, mais ce sont des descriptions détaillées de moments cruciaux d’échanges entre les humains et les lions. Parmi ces moments, l’un des plus décisifs fut lorsque les humains adoptèrent le rôle de prédateurs et tuèrent ces animaux mêmes pour lesquels ils avaient été des proies auparavant. Le contrat sacré, qui sous-tend la prédation, fut violé lorsque les êtres humains outrepassèrent les limites adéquates de la chasse. Notre consommation excessive “désacralise les lois naturelles” dit Tucker et comme nous nous sommes permis de devenir excessifs quant à la prédation des autres animaux, nous agissons de même dans toutes les autres sphères de la vie (page 229). Elle pense que les lions blancs sont revenus pour nous rappeler le contrat prédateur/proie et nous ramener à nos sens, nous sauvant ainsi de notre propre excès dément.




Mythologie de la Chasse


Pour les peuples d’Afrique, les cieux sont débordants de vie; oui, même l’origine de la vie peut être attribuée aux étoiles. Dans la vision Africaine, les animaux vivants des plaines de Serengeti sont des reflets de leurs cousins célestes. Les troupeaux de l’Eternité sont réellement dans les étoiles; on y trouve également l’origine et la destinée de l’humanité (page 279).

L’hypothèse Hominidé-Dinofelis est l’un des thèmes les plus riches et les plus soigneusement argumentés dans l’ouvrage “Mystery of the White Lions”. Au travers d'une série de liens métaphoriques brillants, Tucker tisse son argumentation anthropologique avec des connaissances traditionnelles mythologiques d’Afrique et d’ailleurs. Au tout début du livre, elle souligne que la Grande Déesse est associée, dans de nombreuses cultures, avec le lion. Atamgatis, Cybèle et Rhéa sont, parmi les déesses du Proche Orient, décrites en compagnie de lions. Dans la tradition Germanique, Freya chevauche un grand chat, et sa contrepartie Babylonienne, Ishtar, en fait de même. Au Japon, la mère des Bouddhas, Monjubosatsu, chevauche également un lion. Dans le Bouddhisme, le rugissement du lion symbolise la réalisation ultime de l’illumination. Les divinités Egyptiennes Shu et Tefnut sont nées en tant que petits lionceaux. Dans les mythes Egyptiens, également, la déesse lionne Sekmet détruit l’humanité lorsque cette dernière est devenue par trop dégénérée pour partager du miracle de toute vie consciente.

Credo Mutwa ajoute une connaissance Africaine aux preuves comparatives:

“La Terre Mère demanda au Lion Exilé, Imbudebingile, d’envoyer sur Terre les grands carnivore - les lions, les léopards et les chats sauvages - afin de protéger l’humanité des entités négatives. L’homme était trop effrayé pour vivre avec les lions et il choisit donc le chat sauvage pour l'apprivoiser et pour l’accompagner à la maison” (page 212).

Le “Lion Exilé”, dans cette légende, est la constellation du Lion. Le shamanisme Africain est empreint de connaissances astronomiques corrélant diverses espèces animales à différentes zones du Zodiaque, mais la composition Léonine d’étoiles est la plus importante. “On nous dit que les lions vinrent de la constellation du Lion” dit le shaman à Linda Tucker. Au travers de tout son ouvrage, elle entrelace le motif stellaire avec les autres éléments de son argumentation.

La connaissance étoilée des lions blancs est étroitement corrélée avec Orion, le Chasseur, connu sous le nom de Matseing chez les Bochiman. Dans le mythe Grec, Orion fut condamné par Artémis, la déesse qui protégeait la vie animale non-humaine sur Terre, pour avoir excédé son quota de chasse. Tucker ne relate pas cette anecdote mythique mais elle résonne magnifiquement avec sa thèse quant à la consommation illimitée de la nature par l’humanité en raison de la rupture du contrat prédateur/proie. La leçon est ici la suivante: sans révérence vis à vis de la connexion inter-spécifique, notre espèce ne peut pas en rester à ses propres limites dans le monde naturel.



La Grande Mémoire


En une association d’idées fascinante, Tucker présente l’apparition des lions blancs de Timbavati avec la possibilité d’un Age Glaciaire. Très loin dans l’antiquité, il se peut que les hominidés aient cohabité dans des grottes avec des lions durant les glaciations. Dans le proche futur, nous devrons peut-être prendre acte de la présence des lions blancs afin d’appréhender les transformations globales massives qui confrontent maintenant l’espèce humaine. Tucker propose la notion selon laquelle “il se pourrait qu’un gène blanc unique émerge pour annoncer un changement climatique radical” et, assurément, “eu égard à la vision de Mutwa, qui considère les lions blancs comme des messagers prophétiques, cela fait absolument du sens” (page 288).

Elle souligne qu’en termes Zodiacaux nous sommes, en fait, en train d’entrer dans l’Age du Lion et qu’avec le passage vers un autre âge cosmique, nous pourrions bien devoir faire face à des transformations massives de la Terre. Son chapitre intitulé: “Ages Glaciaires et Lions de Neige” contient des spéculations très avancées concernant cette perspective et, là encore, elle pousse son argumentation à l’extrême. Cependant, il reste quelque chose de vrai, et que l’on ne peut pas réfuter, quant à l’orientation qu’elle donne à ses spéculations (si tant est que l’on puisse les qualifier ainsi). L’amplitude des associations qu’elle évoque est véritablement grandiose. Il semble que nous ne puissions appréhender les lions blancs que selon une perspective cosmique. Tucker cite Laurens Van de Post sur les connaissances traditionnelles astronomiques des Bochiman du Kalahari pour lesquels “le chant des étoiles est un langage cosmique” (page 210). Dans son ouvrage “The Lost World of the Kalahari”, Van der Post proposa le terme “Grande Mémoire” pour qualifier la capacité des peuples Indigènes à se remémorer les événements dans la vie de l’espèce humaine. Credo Mutwa utilise le terme équivalent “rappel shamanique”. (J’ai proposé ce terme dans le “Mythos de Gaïa: Partage” avant de le découvrir dans l’ouvrage de Tucker).

Van der Post affirma que la Grande Mémoire implique plus que la tradition orale de narration d’histoires qui n’en est qu’une excroissance culturelle. C’est une faculté shamanique “synonyme d’un état approfondi ou amplifié de conscience”. “Conscience amplifiée” fut l’expression introduite par Carlos Castaneda pour décrire la perception paranormale dans les états shamaniques. Cela vaut la peine de souligner également que l’une des premières épreuves shamaniques de Castaneda impliqua une rencontre avec un tigre à dent de sabre. La Grande Mémoire appartient à toute l’espèce humaine mais elle ne devient active que dans le cas spécifique des shamans qui explorent des états paranormaux de conscience. Cependant, l’ouvrage de Tucker suggère que la Grande Mémoire peut également être accédée de manière plus universelle à chaque fois que la connexion interspécifique est honorée.

“Mystery of the White Lions” n’est pas juste un livre de plus sur la connexion interspécifique: c’est, en soi, une révélation interspécifique.



Lions en Conserve


En sus de ses moments sublimes, qui sont riches et diversifiés, l’ouvrage de Tucker contient des informations effroyables. Nous y apprenons que la cause des lions blancs a été connue mondialement au travers du burlesque flamboyant des dresseurs d’animaux de Las Vegas, Siegfried et Roy. La vérité brutale est qu’aujourd’hui il n’existe pas de lions blancs qui vivent en liberté dans la nature sauvage. Ils sont élevés en captivité avec le risque d’être labélisés “lions en conserve”, le terme vulgaire pour les lions élevés qui sont destinés à être chassés et massacrés dans des conditions très contrôlées - une parodie commerciale de la chasse sacrée. A ce jour, un seul lion blanc a été massacré de cette manière, pour son trophée. Nul besoin de le préciser, c’est un trophée animal magnifique qui vaut un prix très élevé de par sa rareté. L’élevage de futurs lions blancs dépend sans doute du destin de ces quelques animaux qui vivent, de nos jours à Timbavati, parce que le prix qui est demandé pour leurs trophées justifie le coût de les élever. Un horrible paradoxe.

Linda Tucker croit que la situation actuelle des lions blancs est exemplaire: le choix que nous allons faire en ce qui les concerne est le choix que nous allons faire au sujet de nous-mêmes. Le dilemme présenté par leur survie est comparable au nôtre: la vie n’est rien d’autre que du commerce. La manière dont nous les traitons représente notre jugement sur nous-mêmes en tant qu’espèce. Est-ce vrai ou non? Lisez son ouvrage, plongez au coeur du mystère et décidez par vous-mêmes.


John Lash.



Envoi et traduction de Dominique Guillet, que je remercie vivement!
Pour rappel aussi , déjà partagé dans les posts sur la kundalini suite au sujet des "ombres noires" il y a tout le dossier d'essais de John Lash:


http://www.liberterre.fr/metahistoire/enigme-extra-terrestre/index.html


et ceci le 14 février 2008


(note d Ambre:
Célia,je me permet de rajouter cette photo de ce Tigre Blanc ,
que j ai perçu aussi dans la nuit du 14 en semi conscience et qui est venu me saluer !)


ainsi que ceci au sujet d Avatar ce 23 février 2010 dans
Fiction romanesque et réalités spirituelles



extrait ,

"Malgré des négociations suivies entre le Conseil Galactique Interstellaire et les Dracos, il apparut que ces derniers n'avaient aucune intention de relâcher leur contrôle sur la planète ou sur les créatures qui y étaient implantées. Une race d'un des Mondes de Étoiles connue comme le peuple Lion fut appelée à la rescousse pour transformer l'environnement de la Terre et la débarrasser des dinosaures. Le rocher d'Uluru fut donc dirigé vers la planète par le Peuple Lion qui déclencha ainsi les forces cataclysmiques mettant fin à l'Âge des dinosaures. Uluru qui, à son arrivée, était enveloppé de glace, avait une seconde mission consistant à apporter dans son enveloppe des éléments génétiques qui permettraient la naissance d'êtres velus au sang chaud. "
Extrait de « Contact avec les Pléiadiens » edition Hélios
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chaman!   Mar 23 Mar 2010, 15:04

Dans les écrits/enseignements de l’OECM, nous découvrons qu’ils existent des Races Christiques « fondatrices » dont provient entre autre l’Humain que nous sommes. Mais nous apprenons également que ces Races Christiques sont aussi à l’origine des animaux actuellements présents sur terre. Et que l’une de ces Races Christiques était les « Oraphim » (Oraphim signifie « Ceux qui ont la Lumière », « Ceux qui sont Illuminés », « les Lumineux »).

Il y a différents types d’Oraphim. Par exemple, les Oraphim de l'Ordre Emeraude (Elohim) sont des grands hominidés félins avec une fourrure d'un blanc pur, avec des queues et des « pattes » sans griffes. Les Oraphim de l'Ordre d'Or ressemble, eux, aux Aigles et aux Cygnes de la Terre, avec un plumage soit d'un blanc pur, soit bleu-gris pastel, soit noir de jais. D’autres Oraphim de la race originelle ressemblent beaucoup soit aux Dauphins aquatiques et aux Baleines actuellement présent sur Terre, soit encore au Cheval-cervidé ailé, (ayant formé la représentation symbolique de Pégase), soit aux Singes, etc.

Donc, toutes les formes, de la forme humaine aux diverses formes animales sur Terre, implantés par les Oraphim se retrouvent dans les dimensions supérieures.

Dès que j’aurai trouvé cet article en francais sur Azzuritepress FRENCH je le posterai...

Revenir en haut Aller en bas
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Chaman!   Sam 27 Mar 2010, 09:54

Salut Yamine
Citation :
En fait, c'est une sorte de démons de type
vampirique qui condamnent l'humanité à n'être qu'un bétail à utiliser
selon leurs besoins. Ils sont beaucoup et ont une vie plus longue que la
nôtre. Ils ont peur que l'on voie ce qu'ils sont et qu'on puisse s'en
débarasser, ils ont donc intérêt à ce que personne ne croie à leur
existence et à leur manière de vampiriser les êtres humains. Le projet
est donc de rendre incapable le grand nombre afin de reprendre en mains
les atouts que représente une race soumise, affaiblie et nombreuse. En
effet clair que c'est grave et que c'est un problème majeur de
l'humanité !
C'est trop facile de rejeter nos responsabilités personnelles sur le dos de démons extérieurs. En refusant de s' impliquer personnellement dans les épreuves et les malheurs que nous subissons, les humains s' auto-infligent des punitions supplémentaires. Nous ne nous laissons vampiriser que parce qu'on le veut bien et surtout parce que la philosophie qui règne en maîtresse absolue dans nos sociétés actuelles et se résume à cette locution: "Profite de la vie car elle est courte". Dès lors nous ne prêtons attention qu'aux entités qui nous garantissent le plaisir immédiat. Manque de courage qui entraîne un manque de lucidité qui entraîne des décisions inadaptées qui en finalité nous apportent des épreuves supplémentaires.
Il faut également reconnaître que très tôt dans leur vie, les humains sont la proie de l'angoisse de la mort et d la peur de l'inconnu. Dès lors l'humanité s'est empressés d'inventer des croyances rassurantes autour de Dieux extérieurs à eux-mêmes qui leur assurent un confort mental de vie. Avec cette grave conséquence de bloquer les évolutions de leurs conscience personnelles par obéissance à une conscience religieuse.
C'est ce "renoncement mental" et cette recherche de la facilité qui sont à l'origine de tous les malheurs de l'humanité. Malheurs qui s'amplifient jusqu'à une apocalypse finale, une dernière épreuve qui devrait se vivre comme une dernière chance d'Évolution avec une majuscule. Une chance de trouver la libération du cycle de réincarnations.

Un peu plus haut tu affirmes:
Citation :
La volonté de savoir est souvent très forte chez
l'être humain, une curiosité naturelle et permanente pousse l'humanité à
chercher à savoir et à comprendre qui elle est, ce qui est et ce qui
peut-être. Aussi nous apprenons souvent par les livres et la
connaissance demeure livresque et théorique. L'affaire très lourde des
lourdes ombres noires fait pourtant partie du domaine sensible et
perceptible.
Cette recherche du savoir n'occupe l'esprit que chez un nombre réduit d'humains. C'est cette élite qui propulse sans cesse l'humanité vers le Savoir.
Mais dans cette époque de fin de cycle, il est important que ce Savoir se répande dans l'ensemble de la population. Cela se passera par une forme d'enseignement traumatique. Un enseignement que vous avez peut-être pu vivre à l'instar de votre serviteur à travers des "gifles salutaires" qui l'ont remis sur une bonne trajectoire.
La connaissance livresque est indispensable parce que le livre ne représente qu'une transmission du savoir. mais après les avoir parcourus, avoir assimilé les enseignements proposés, il conviendrait à chacun de nous, effectivement, de réaliser en quelque sorte "l'écriture intérieure en rédigeant nos propres ouvrages mentaux". C'est important! Plus les humains seront nombreux à réaliser cet exercice intérieur, plus nous pourrons tenter de limiter les conséquences dramatiques prévues dans l'apocalypse à venir.
L'écriture structure les pensées. C'est pourquoi tous ces posts que nous rédigeons les un(e)s et les autres sur des forums comme celui-ci sont si importants. Tant pis pour les fautes et les erreurs de concepts. C'est en agissant que nous progressons.
Car en plus de structurer nos idées, nous les partageons.
C'est sympa, non?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chaman!   Ven 02 Avr 2010, 23:32

Le retour des chamanes




Les générations nées pendant ou après la Seconde Guerre mondiale,
guidées pas quelques aînés comme Hesse, Huxley, Jünger, Hoffman, Wasson,
Artaud ou Griaule, éprouvèrent le besoin d’un retour aux sources, non
pas du christianisme, du judaïsme ou du bouddhisme, mais aux sources de
l’humanité tout court. Comme si, en ces temps furieux, se rejouait notre
essence même d’humain. Elles s’y essayèrent, souvent avec maladresse,
en testant tous les “états modifiés de conscience” possibles, usant
parfois de psychotropes puissants, qui les jetèrent dans des univers
intérieurs dont leurs parents ignoraient jusqu’à l’existence et où leurs
meilleurs médecins ne s’étaient jamais aventurés autrement qu’en
théorie. Là par contre les attendaient les chamanes, en action depuis la
préhistoire.

Découverte : ces “primitifs” pouvaient nous enseigner
des choses vitales à travers l’espace-temps. Lascaux, c’est toujours
nous, quelque part au fond du ventre ! L’art aborigène de réguler nos
vies par les rêves ne date ni d’hier, ni de demain, il est intemporel.
On pourrait dire la même chose des rythmes africains, des danses
balinaises ou de la calligraphie chinoise. Au-delà de son étymologie
sibérienne, le mot “chamanisme” s’est mis à symboliser la base
universelle de notre imaginaire animiste. L’écroulement idéologique du
matérialisme historique accéléra cette recherche éperdue de nos racines
humaines, pour donner du sens à la vie et nous relier aux autres -
notamment à ceux du Sud, alors en pleine désillusion post-décoloniale et
s’interrogeant sur leurs cultures face à la modernité. Les culs-de-sac
écologiques et médicaux finirent de nous convaincre de l’inanité de nos
prétentions mécanicistes : oui, il est devenu vital de réveiller en nous
ce sens spontané du sacré qu’éprouve l’homme primitif à chaque instant.




Sommaire des articles du dossier "Le retour des chamanes"






  • La
    renaissance sibérienne
    Par Vincent Bardet

    On peut qualifier de chamanes des individus capables
    d’accéder à volonté à des états modifiés de conscience, et de répondre à
    certains besoins de leur communauté en jouant un rôle de médiateurs
    entre le sacré et le profane.

    Mircéa Eliade définissait classiquement les (...)
  • Le totem
    intérieur
    par Maud Séjournant

    Persuadée d’avoir retrouvé à Santa Fe un lieu qu’elle connaît
    depuis longtemps, Maud Séjournant y devient psychothérapeute et suit un
    enseignement néochamanique qui lui permet de soigner de façon
    étonnamment efficace. Elle nous explique comment intégrer nos (...)
  • L’ayahuasca
    au secours drogués
    par le Dr Jacques-Michel Mabit

    En mission au Pérou, le médecin généraliste Jacques-Michel
    Mabit découvre la médecine chamanique. Passionné par l’expertise des
    Indiens en matière de plantes, il demande à être initié. Aujourd’hui, il
    anime en Amazonie un centre où, avec l’aide de chamanes, (...)
  • Manifeste
    pour un nouveau chamanisme
    par Mario Mercier

    Poète, peintre, organisateur de stages et auteur de nombreux
    ouvrages sur le chamanisme, Mario Mercier a représenté la France dans
    plusieurs congrès internationaux de chamanes.

    L’homme est porteur d’univers. Il en est le "récepteur" et le (...)
  • Le
    voyage dans la pierre
    par Mario Mercier

    On parle beaucoup des voyages chamaniques : en voici un. Il
    nous prouve poétiquement que la simple concentration sur un élément de
    la nature qui nous parle peut créer un état de vision - est-ce de
    l’imagination, est-ce du rêve éveillé, est-ce de la projection ? - (...)
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Chaman!   Jeu 20 Mai 2010, 18:12



MERCI Béatrix et Mimi pour ces envois!





Vidéo 1 :

http://www.dailymotion.com/video/xd43pc_kiesha-crowther-gardien-de-la-sages_news



Vidéo 2 :

http://www.dailymotion.com/video/xd4011_kiesha-crowther-gardien-de-la-sages_news



Vidéo 3 :

http://www.dailymotion.com/video/xd40r4_kiesha-crowther-gardien-de-la-sages_news



Vidéo 4 :

http://www.dailymotion.com/video/xd41fa_kiesha-crowther-gardien-de-la-sages_news



Vidéo 5 :

http://www.dailymotion.com/video/xd4248_kiesha-crowther-gardien-de-la-sages_news



Vidéo 6 :

http://www.dailymotion.com/video/xd431w_kiesha-crowther-gardien-de-la-sages_news



Vidéo 7 :

http://www.dailymotion.com/video/xd449a_kiesha-crowther-gardien-de-la-sages_news



Vidéo 8 :

http://www.dailymotion.com/video/xd44x4_kiesha-crowther-gardien-de-la-sages_news


</FONT>
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Chaman!   Dim 23 Mai 2010, 21:29

Bon, ben j'avais décidé de rester silencieux après une si longue absence,mais je ne peux pas.
A la première vidéo , pratiquement dès les première paroles de la "little grand mother", si jeune et si blonde (elle présente ces caractéristiques presque comme une excuse), je me dois de réagir.

Parce qu'il est temps maintenant de forger un nouveau savoir et renoncer à seriner encore et encore les savoirs de nos ancêtres, fussent-ils aussi judicieux que possible.
Nous sommes les ancêtres des générations futures et c'est à Nous que revient le de voir forger le nouveau savoir que nous leur lèguerons.
Un SAVOIR qui, non pas renie les enseignements de nos ancêtres, mais les transfigurent en s'inspirant des de toutes les informations que nous donnent notre époque. C'est à dire en quelque sorte participer à la grande loi universelle de l'évolution en inventant de nouveaux discours adapté à notre époque.
Nous devons, nous tous devenir Créateurs et non IMITATEURS, car nous pouvons léguer à nos descendances un nouveau savoir extraordinaire.

La suite du discours de cette "little grand mother" (si blonde si jeune et si belle) se noie très rapidement dans les banalités archi proférées dans les conférences publiques des écoles des mystères qui restent pour le moment sans effets sur nos contemporains. Non pas parce que ces enseignements ne présentent plus d'intérêts, mais parce leur lecture devient obsolète dès lors que la Science ésotérique rejoint maintenant la science quantique et donne un "corps" scientifique palpable à la réalité du monde dans lequel nous vivons.

Ma grande crainte personnelle est que nous perdions un temps très précieux en cette période de fin de cycle où le système solaire arrive dans une fin de cycle de renouvellement à ressortir les textes anciens qui ne sont écoutés que par une poignée de personnes, d'ailleurs âgées.
Comment espérer alerter les consciences des humains alors que ceux-ci sont plongés dans une technologie et une science matérialiste omniprésentes, toutes puissantes qui démystifient dans leurs caboches l'existence surnaturelle de Dieu, d'un Dieu?
Alors que ces humains ont les yeux rivés sur les écrans plats, les consoles de jeux? En ressortant les textes sacrés des Hopis alors que ces derniers ne connaissaient même pas la brouette?

Non!

Il faut nous dépêcher d'interpréter les textes anciens à la lumière de nos connaissances modernes.

Enfin, il me semble.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Le chemin du guerrier   Sam 16 Oct 2010, 15:39

Citation :


dimanche 10 octobre 2010 par NewsOfTomorrow
(Source : Active Récapitulation. Ce blog contient des centaines de pages de documents sur Castaneda, le nagualisme et la tenségrité.)

Le chemin du guerrier

Trois principes de base sont utilisés comme fondation pour reconstruire les constructions ou les conventions de l’ordre social existant :

(1) Nous sommes des perceveurs, qui ne peuvent construire qu’en percevant. Florinda dit que don Juan répétait cela sans arrêt – la raison d’une telle répétition était que les principes sont finalement acceptés à un niveau corporel, de même que notre conditionnement précédent a été accepté comme une vérité corporelle.

(2) Lorsque nous essayons de percevoir, il y a beaucoup d’obstacles, car dans la vie de tous les jours nous ne percevons pas, nous interprétons. Par exemple, nous interprétons, à partir de ce que nous voyons à présent, que nous sommes sous une tente. Les sorciers savent que l’interprétation est la base de ce que nous faisons avec les données sensorielles.

Les philosophes l’ont très bien compris intellectuellement. Edmund Husserl, un philosophe allemand, disait que pour arriver à la vérité nous devons mettre en parenthèses la signification et suspendre le jugement, c’est-à-dire, cesser d’interpréter. Quand les étudiants de Husserl lui demandaient comment accomplir cela, sa réponse, en allemand bien sûr, était : « Comment pourrais-je le savoir, bande d’enculés ? Je suis philosophe bordel ! »

(3) Les sorciers savent comment suspendre le jugement et comment revenir ensuite.

Un de leurs amis (Tony Karam, le chef de Casa Tibet au Mexique) prit une photo d’un « voladore » – un flyer – durant un événement à Teotihuacan. C’était un événement bouddhiste, organisé aux pyramides à l’occasion de l’équinoxe de printemps. Du à l’intention des 100 000 personnes réunies là, ils croient que d’une certaine façon, le flyer s’est quelque peu « anthropomorphisé ».

L’ami en question prit trois photos, mais ne développa que la seconde et en fit un agrandissement. Il découvrit sur la photo une forme humaine en train de sauter ou de voler. Il se dit que Castaneda saurait ce que c’est. Castaneda avait été choqué parce que cela s’avéra être exactement comme la description de don Juan.

Don Juan appelait les flyers « les gardiens du poulailler » – expliquant que nous sommes les poulets des flyers. Ils dévorent notre conscience comme nous le faisons avec les poulets. Notre conscience devrait couvrir notre œuf lumineux entier comme une cape en plastique transparente. Mais les flyers ont mangé notre conscience jusqu’à nos doigts de pieds.

Florinda déclara que la première fois qu’elle avait entendu cela, elle avait pensé : « Et alors, ils n’ont mangé que nos doigts de pieds ! » Quand elle voulait raconter ses rêves à don Juan, il lui disait « Amorcito (ce qui pour elle signifiait qu’elle avait un problème), ne te fatigue à me raconter tes rêves, parce que tu es juste en train de parler depuis tes doigts de pieds. »

Une fois que notre niveau de conscience s’accroît, la perception s’accroît. « La conscience s’élève avec la discipline – des efforts sans pitié avec votre ego pour éradiquer le je, je, je et le moi, moi, moi. Toute la conscience dont nous sommes capable est l’autoréflexion, qui se trouve au niveau de nos doigts de pieds. »

Il commença en disant qu’il y a très longtemps, avant l’Histoire, des hommes avaient découvert de nombreuses vérités à propos de la nature de la conscience. Ces praticiens, avec le temps, étaient devenus les gens que nous appelons les anciens sorciers. Ils avaient vu que l’homme possède une différence fondamentale dans sa coquille lumineuse, par rapport à toutes les autres choses vivant sur Terre. C’est une brillance, une sorte d’enveloppe super brillante, superposée à la brillance de la coquille lumineuse. Les anciens sorciers avaient découvert que plus cette brillance était lumineuse et omniprésente, plus était grande leur habileté à manier la conscience. Bientôt, ils avaient été capables d’accomplir de véritables prodiges.

Malheureusement, ils avaient fait l’erreur de s’en vanter. Ils annoncèrent leur présence à l’Univers, un peu comme Jack Horner, disant : « Oh quel bon garçon je suis ! »

Ce dont ils n’étaient pas conscients, c’est que nous ne sommes pas les seuls dans la place. En fait, il y a des entités, là dehors, dans l’immensité, qui se nourrissent justement de la brillance que possèdent les êtres humains. Certaines de ces entités, les flyers, remarquèrent les anciens sorciers et les prirent pour proie. Cette prédation continue aujourd’hui encore. La forme que cela prend, est que toute la couche de conscience est mangée, à part une petite bande située au pied de la coquille lumineuse. C’est précisément cette zone qui est favorable à l’auto-réflexion, et donc à l’importance personnelle.

De cette manière, nous sommes en effet élevés par les flyers. Les sorciers plaisantent sur le fait que nous sommes gardés comme des poulets dans un poulailler. D’après les sorciers, chaque idée, chaque religion, chaque sentiment de nationalisme, chaque affirmation artistique nous est accordé ou est permise par les flyers, car cela nous maintient dans un état d’occupation, en train de marchander dans notre poulailler, au travers de la sexualité, de la politique, de la domination matérielle, ce qui leur facilite grandement le boulot. Avec de la chance, ou du talent, ou les deux, un poulet peut bien sûr s’échapper de sa détention. Mais les flyers on la même philosophie qu’aurait un éleveur de poulet – ça ne vaut pas la peine de le pourchasser, de toute façon le chat l’attrapera.

Et ceci est malheureusement vrai, car après tout, nous vivons dans un Univers prédateur. Mais les sorciers ont une échappatoire. La discipline, la discipline du guerrier rend la brillance de conscience immangeable pour les flyers ; Ainsi, libre de la prédation, la couche de brillance peut se reformer à mesure que le chemin du guerrier est suivit. Jusqu’à ce que finalement, lorsqu’elle recouvre complètement la coquille lumineuse, on soit capable de rechercher la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
kernoa



Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 461
Date de naissance : 11/01/1948
Age : 69
Localisation : Rouen
Loisirs : informatique-navigation plaisance-jardinage
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Chaman!   Dim 17 Oct 2010, 09:52

Bonjour Ambre
tout d'abord merci de m'avoir indiqué l'ancien post sur le dédoublement. Je l'ai parcouru et cela m'a été très utile.

Pour en revenir à notre sujet, iles constant que les humains s'attachent toujours à trouver des excuses à leurs erreurs, comme lorsqu'un enfant s'exclame à l'instit "c'est pas moi, M'sieur, c'est lui:". Pour les adulte cela prend une forme un peu plus élaborée mais O combien infantile: "J'ai été entraîné à l'insu de mon plein gré par le Diable". Égrégore qui rend tellement de service aux mauvaises conscience.

Au demeurant, pour revenir à la différence entre "interprétation et perception", il n'y a pas plus "interprétant" qu'un croyant. Quant au fanatique, il est perdu pour l'évolution.
Là en effet réside tout l'enjeu de notre futur: devenons enfin des "percevants". Cela exige l'émancipation des consciences de toute autorité quelle qu'elle soit, de toute référence à des textes anciens, de tout conformisme.
Un lourd travail à entreprendre pour redescendre enfin sur Terre avant de la quitter.
Devenons des explorateurs de l'Esprit! innovons!

Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reussir2012.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: PEUPLES.............Nous apprenons avec les grands esprits   Mer 13 Juil 2011, 05:02

Nous apprenons avec les grands esprits


Pour les Yanomami d’Amazonie brésilienne, le monde des esprits occupe une part fondamentale de la vie. Chaque créature, chaque rocher, chaque arbre, chaque montagne possède un esprit.

Omama, notre Créateur, nous a permis de penser et de parler avec l’esprit de la forêt et l’esprit de la montagne ainsi qu’avec l’esprit de la lune, du soleil et des étoiles, dit le chamane Davi Kopenawa, qui décrit ici comment les chamanes yanomami veillent sur le monde.



Le mot ‘chamane’ est emprunté aux Toungouses (appelés aussi Evenk) de Sibérie qui désignent ainsi leurs spécialistes religieux. Les chamanes ont un rôle essentiel dans de nombreuses sociétés indigènes.

A la fois prêtre, sorcier, guérisseur, magicien et devin, le chamane remplit le rôle d’intermédiaire entre les hommes et les esprits. Il entretient une relation privilégiée avec la nature et les animaux sauvages. Il est le gardien des rituels sacrés et du savoir botanique, il prédit le temps et interprète les rêves.

Guidés par les esprits xapiripë et la sagesse de leurs ancêtres, les chamanes yanomami (xapiripë thëpë) maîtrisent les orages et prévoient les vents. Ils préviennent la chute du ciel et utilisent leurs pouvoirs pour assurer le succès des chasseurs, guérir les maladies humaines et éloigner les esprits hostiles.

Les chamanes donnent des ordres au soleil et enseignent aux esprits comment s’adresser à la lune.

© Claudia Andujar/Survival



Je suis chamane de la forêt, je travaille avec les forces de la nature et non avec le pouvoir de l’argent ou des armes, dit Davi.

Notre sagesse est différente. Notre savoir est un savoir différent.

C’est la sagesse de nos esprits chamaniques, de la Terre, qui est si importante pour la survie de l’humanité.

© Victor Englebert/Survival

A travers les rêves et les transes, les chamanes yanomami transcendent les limites physiques de leur enveloppe corporelle et celles de la conscience humaine pour communier avec les xapiripë.

Nous, Yanomami, apprenons avec les grands esprits, les xapiripë. Nous apprenons à connaître les xapiripë, comment les voir et les écouter. Seuls les chamanes – ceux qui connaissent les xapiripë – peuvent les voir, car ils ressemblent aux êtres humains. Mais leurs pénis sont très petits et leurs mains n’ont que quelques doigts. Ils sont minuscules, comme des poussières lumineuses.

Leurs chants sont puissants, et leur pensée est très droite.

© Claudia Andujar/Survival


Les chamanes yanomami inhalent la poudre de yãkoana, extraite de l’écorce de l’arbre Virola qui contient un puissant alcaloïde hallucinogène afin d’entrer dans un état de transe. La poudre est inhalée à l’aide d’un long tube – horoma – , fait de tiges évidées de canne à flèche ou d’un petit palmier. ’C’est ainsi que nous faisons danser les esprits’ explique Davi.

Il y a beaucoup, beaucoup de xapiripë, pas peu, mais des milliers, comme les étoiles. Certains vivent dans le ciel, d’autres sous la terre et d’autres encore vivent dans les hautes montagnes couvertes de forêts et de fleurs. Nous appelons ces lieux sacrés ‘hutu pata’.

Lorsque le soleil monte dans le ciel, les xapiripë dorment. Lorsqu’il commence à descendre, l’aube commence à poindre. Ils se réveillent alors tous, innombrables dans la forêt. Notre nuit est pour eux le jour.

Lorsque nous dormons, ils s’amusent et dansent.



Davi a vu pour la première fois les xapiripë lorsqu’il était enfant ; il a continué à les voir dans son sommeil quand il grandissait. C’est seulement lorsqu’il est devenu adulte qu’il a demandé à être initié au chamanisme.

Lorsque nous inhalons pour la première fois la poudre yãkoana, les esprits xapiripë commencent à se rassembler autour de nous.

D’abord, on entend de loin leurs chants joyeux, légers comme le bourdonnement des moustiques. Puis on les voit briller, innombrables, avec une clarté lunaire.

Ils n’en finissent jamais d’arriver à nous, les uns après les autres, sans nombre, sans fin.



Les xapiripë descendent vers nous sur des chemins aussi fins que ceux des araignées.

Ils sont beaux, leurs corps sont enduits de teinture de roucou vermillon et dessinés d’ondulations de traits et de taches d’un noir luisant.

Ils sont couverts d’ornements et de plumes de perroquets et d’oiseaux bariolés et ont très fière allure. Ils dansent de façon magnifique et chantent différemment. Leurs chants sont très nombreux et mélodieux. Ils ne cessent de les entonner l’un après l’autre, sans relâche, celui de l’ara, celui du perroquet, celui du tapir, celui de la tortue, celui de l’aigle…

Les xapiripë sont très parfumés. Lorsqu’ils jouent avec les femmes esprits du vent, on sent dans la forêt l’odeur du roucou et des charmes de chasse qu’ils portent autour du cou.

© Claudia Andujar/Survival


Les xapiripë dansent pour les chamanes depuis la nuit des temps, et ils continuent de danser aujourd’hui.

Ils sont beaux, noirs et limpides, et voient très loin. Leurs têtes sont couvertes de plumules de duvet du vautour blanc. Il en émane une luminosité éblouissante. Leur front est ceint de bandeaux de queue de singe capucin qui rehaussent l’abondance de leur chevelure. Des plumes caudales de perroquets et de poitrines de cotinga turquoises et violettes sont fichées dans le lobe de leurs oreilles.

Ils dansent en cercle, sans hâte.



Pour les Yanomami, chaque être humain ou non humain possède une ‘image-essence’, un double appelé utupë à qui il est uni pour la vie.

Tous les êtres de la forêt ont une image utupë : les oiseaux, les singes, les insectes… Il y a aussi les arbres, les rapides, le miel sauvage… Ce sont elles que les chamanes appellent et font descendre.

Un par un, les esprits sont arrivés. Les esprits toucan sont arrivés avec leurs grands bâtons d’oreille et leurs pagnes rouge vif, décrit Davi. Les esprits colibri sont arrivés en volant. Les esprits grenouilles étaient là avec un carquois sur le dos. Puis sont arrivés les esprits pécari, les esprits chauve-souris et les esprits des rapides.

Mon esprit a commencé à briller.

Ils sont tous venus à moi et ont accroché leurs hamacs dans ma poitrine.




Les Yanomami pensent que les xapiripë sont venus à l’existence lorsque la forêt était encore jeune.

Aujourd’hui, alors que la déforestation s’accélère en Amazonie, Davi craint que les esprits de la forêt ne fuient, ce qui aura un effet dévastateur sur la forêt et sur la planète entière.

Ne croyez pas que la forêt soit morte, laissée ainsi sans raison, dit-il. Si elle était morte, les arbres n’auraient plus de feuilles et nous ne serions plus en vie.

Elle vit, elle nous donne la vie. Et elle a un long souffle de vie, plus long que le nôtre. Avec le souffle de l’esprit de la terre, la forêt devient magnifique, elle est arrosée par la pluie et il y a toujours du vent.

Elle respire, même si vous ne vous en rendez pas compte.




Les chamanes yanomami sollicitent aussi l’aide des xapiripë pour guérir les maladies humaines, en utilisant des plantes médicinales pour traiter les fièvres, les maux d’estomac, les douleurs musculaires et autres maladies. Diagnostiquer les maladies nécessite plusieurs années d’apprentissage chamanique.

En général, tout mal trouve sa guérison, en dehors des maladies transmises par les étrangers et contre lesquelles les Yanomami ont très peu d’immunité.

Si les xapiripë n’existaient pas, nous ne serions plus en vie. Les esprits malins nous auraient dévorés il y a bien longtemps. Ils savent quelles maladies nous frappent. Ils se débarrassent de la maladie et la jettent loin, dans le monde souterrain.

Ainsi, ils nous guérissent.

© Claudia Andujar/Survival


En communiant avec les xapiripë et en les contrôlant, non seulement les chamanes yanomami protègent leur propre communauté mais ils veillent aussi sur le monde entier. Davi pense que beaucoup de puissants chamanes sont nécessaires pour préserver la planète.

Nous les chamanes travaillons aussi pour vous, les Blancs, dit-il. Nos chamanes savent que notre planète est en train de changer. Nous connaissons l’état de santé de l’Amazonie. Nous savons qu’il est dangereux d’abuser de la nature et lorsque vous détruisez la forêt, vous coupez les artères du futur et la force du monde décline.

Le ciel est empli de fumées car notre forêt est rasée et brûlée. La pluie vient tard, le soleil se comporte de manière étrange. Les poumons du ciel sont pollués. Le monde est malade. La forêt mourra si elle est détruite par les Blancs.

Où irons-nous lorsque nous aurons détruit notre monde?

Si la planète est silencieuse, comment pourrons-nous apprendre?




La sagesse des xapiripë yanomami est ancienne.

Nous avons gardé en nous les paroles de nos ancêtres pendant longtemps et nous continuons à les transmettre à nos enfants, dit Davi.

Ainsi, les paroles des esprits ne disparaîtront jamais.

Leur histoire n’a pas de fin.


http://www.survivalfrance.org/galeries/nous-apprenons-avec-les-grands-esprits#1
chez SABY : http://desyeuxpourvoir.blogspot.com/



http://www.youtube.com/user/TICEHURST10#p/u/2/C61si4fsqAQ

http://www.survivalfrance.org/


Dernière édition par pascalle le Jeu 21 Juil 2011, 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chaman!   Mar 19 Juil 2011, 20:39

depuis l'affaire des roms avec leur déguisement ... , l’itinérance du voyage de la contemplation unitive , non conforme , est bafouée
Qu'a force de s'attirer les foules faut s'attendre à être foulé

Citation :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

donc
Citation :
PEUPLES.............Nous apprenons avec les grands esprits

Lesquels ???

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chaman!   Mar 19 Juil 2011, 21:52

Qu'a force de s'attirer les foules faut s'attendre à être foulé : il y a ceux qui attirent les foules d'autres les abeilles






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] : c'est quoi la citation ?


Lesquels ???

citation :

Mais on pourrait peut-être demander aux shamanes des peuplades primitives de l'Amazonie qui puisent leurs savoirs en se shootant aux champignons hallucinogènes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chaman!   Mer 20 Juil 2011, 06:25

bonjour pascale , oui , tu m' entend , donc tu t/m 'écoute ( tempo primordial) même si ce n'est pas important par ses sens


Citation :
Mais on pourrait peut-être demander aux shamanes des peuplades primitives de l'Amazonie

je lui dirais "effectivement" que tout est inscrit dans l'âme universelle et que rien ne peut corrompre son langage

Et qu'avec le char céleste intemporelle du cœur , les mots et ses ensembles nous sautent aux yeux de l'esprit.
A saut de mouton nous voyageons avec la carte du ciel , sautillant d'une étoile a l'autre où toutes les constellations se confonde ; où disparait pôles et les périphéries du langage , avec ses attractions et ses répulsions

Citation :
qui puisent leurs savoirs en se shootant aux champignons hallucinogènes

je lui dirais que s'est du folklore et que je n'invalide pas sa démarche pour autant puisque , sa méthode pour voir son folklore qui à terme devrait le "résoudre" a son insignifiance dans son immensité qu'il n'y a pas de grand esprit si ce n'est qu'une organisation d'ambivalences , "Vivante" par son témoignage et sont contenu de métaphores incompréhensible pour la raison du coeur qui n'invalide pas sa présence.

Et que toute l'humanité repose sur le témoignage/verbe, de son image et que le contenu ou la nuance n'est qu'une métaphore de son Amour
qui répond d'ailleurs à zakari
Citation :
zakari
je lui dirais "effectivement" que tout est inscrit dans l'âme universelle et que rien ne peut corrompre son langage

---------
Le bâton de parole est en attente , a qui veut sauter sur une autre étoile et se faire plaisir , le voyage est gratuit

Mais avec la modération des abeilles pour la quantité de miel a produire
Leur extinction devrait leur mettre la puce a l'oreille ...(saut de mouton)

L'actualité est un livre a ciel ouvert , il y a d'ailleurs un tel humour dans cette actualité que s'est a en perdre les yeux et a en mourir de rire ou de pleurer qui donne un autre langage a la souffrance
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chaman!   Jeu 21 Juil 2011, 11:06

Argumenter qu'une entente suppose une écoute préalable pour indiquer le tempo primordial exprime une pensée linéaire.

S'il semble logique que le langage de l'âme universelle ne peut être corrompu, rien n'indique qu'il ne peut pas être détourné.

Le folklore des shamanes s'arrête là ou commencent leurs interactions avec la matrice. Le fait est que la gesticulation imcompréhensible n'est pas uniquement le fait exclusif de faux shamanes, mais aussi de personnes au mental, bien compris dans le coeur des autres comme étant de la confusion, et dont les explications alamiquées incompréhensives ne peuvent réellement éclairer personne.

L'humanité ne repose pas sur le témoignage/verbe, elle l'Est. Séparer la Création du Créateur implique une méconnaissance du Soi, et une intégration non réalisée.
La Création du reste n'est pas accessoire, car c'est la seule voie tangible pour le retour unitaire au Tout. Le voyage à l'intérieur de la Création n'est gratuit qu'à l'arrivée, le chemin n'ayant un sens (relatif) qu'à cette condition.

Répandre du miel là sur les piqures est l'attribut des guérisseurs confus, lesquels ont parfois une puce occultant leurs oreilles.

Contempler l'Amour dans l'actualité comme dans un livre ouvert suppose déjà savoir regarder correctement sinon savoir lire. Après seulement on peut se passer des yeux. Rire est pleurer sont issus de l'ambivalence. Le langage de souffrance dans le temps (dans l'avant et l'après) est ressenti pour ce qu'elle est, c'est à dire pas vraiment dans le rire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chaman!   Jeu 21 Juil 2011, 15:20

Les "hommes-fleurs"



Les Mentawai (ou encore Mentawei, Mentawaï ou Mentawi) sont la population des îles Mentawai située au large de la côte ouest de la province de Sumatra Ouest en Indonésie. On les appelle aussi « hommes-fleurs » car, pour eux, la beauté est une chose essentielle.
Les Mentawais portent des fleurs d'hibiscus sur leurs têtes. Dans la tradition, elles se transmettent de générations en générations.






Avant la chasse, les hommes demandent aux esprits de la forêt de leur accorder la chance de ramener un sanglier ou un singe. En même temps, Teoreun (le chamane) va préparer le poison avec des feuilles, des écorces, des racines toxiques puis du piment. Tous ces éléments vont être ensuite rassemblés et pressés (le poison peut tuer un sanglier en moins de 5 mn). Cette fabrication n'est jamais pratiquée devant les enfants car une imitation pourrait être mortelle. Puis Teoreun enduit les flèches avec le poison.
Les hommes s'entraînent avec des flèches sans poison sur une cible à 10 m. Enfin, les hommes partent à la chasse : les animaux sont presque invisibles. Quand les chasseurs voient un animal, ils le tuent et, afin de préserver l'équilibre de leur univers spirituel, les Mentawais remercient l'âme de l'animal qu'ils ont chassé.



Les Mentawais ont sans doute été le premier peuple sur terre à faire des tatouages. Ils se tatouent le corps des pieds à la tête. Les tatouages, très impressionnants par leur taille et leur apparence guerrière, ont plusieurs explications :
La première est liée à la religion : leur croyance animiste. Ils croient que tout objet est animé et possède une âme capable de sortir de son enveloppe matérielle. Pour empêcher que l'âme ne parte (ce qui donnerait des maladies et la mort), ils se décorent la peau. Le tatouage vient de cette croyance : il sert à préserver intacte l'âme de l'individu.
La seconde fonction permet de connaitre l'identité, le clan et à quelle famille appartient l'individu grâce à des symboles (ex : la lune, le soleil...) qui déterminent l'appartenance à une famille.
Les tatouages ont une troisième explication. Ils remplacent leurs vêtements et ils paraissent protéger les humains .




Les séances de tatouages sont très nombreuses dans une vie de Mentawai pour que le corps en soit presque recouvert. Chaque partie du corps est tatoué petit à petit : les jambes, les bras, le torse et parfois le visage. Les tatouages sont constitués de courbes et de lignes. Hommes et femmes sont tatoués de la même façon exceptés les bras et les cuisses des femmes qui ne sont pas marqués.
Les tatouages sont faits à l'aide d'un petit pinceau appelé « patit » sur lequel est fixée une pointe de laiton. L'encre est constituée d'un mélange de noir de fumée récupéré sous les marmites et de jus de canne à sucre. Les motifs sont d'abord dessinés sans encre sur le corps du futur tatoué, en prenant exemple sur le corps du tatoueur.

Les plus anciens, qui assistent à la séance donnent leur avis sur les dessins et le tatoueur recommence jusqu'à ce que tout le monde soit d'accord sur la forme artistique des motifs qui doit suivre la tradition.
Le tatoueur peut alors commencer avec l'encre. Le « patit » est enduit d'encre et le tatoueur repasse les motifs dessinés avec de l'encre. A l'aide d'une baguette en bois, le tatoueur donne de petits coups secs et rapides sur l'instrument pour que l'aiguille pique la peau. Elle se déplace alors lentement le long de la ligne tracée. La séance est longue et très douloureuse, mais les gens tout autour racontent des blagues et des histoires pour soutenir le tatoué.



Dans leur village il n'y a pas de chef, mais un guide, le chaman.Chacun sait ce qu'il doit faire. Après le repas du soir, les Mentawai se réunissent pour parler avec des cigarettes dans la bouche. Les réunions peuvent durer des heures car il faut que tout le monde soit d'accord, ce n'est pas la majorité qui l'emporte.

Les Mentawai ont subi une politique très dure d'acculturation et de sédentarisation forcée, menée au nom de la modernisation par le gouvernement indonésien dès les années 1950, appliquée avec l'usage de la violence sous la dictature de Soeharto. Cette politique a été source d'un bouleversement du mode de vie des Mentawai, contraints de quitter la forêt, leur lieu de vie ancestral, et de s'installer dans des villages constitués de maisons individuelles au lieu des traditionnelles grandes maisons communautaires ou uma.
Depuis la démission de Soeharto en 1998, cette acculturation forcée a cessé, mais nombre de Mentawai ne savent plus vivre ou survivre dans la forêt. L'île a été classée Réserve de la biosphère par l'ONU. Quelques Mentawais ont alors décidé de reprendre leur mode de vie traditionnel en retournant dans la forêt et en reconstruisant des uma. Ils seraient aujourd'hui un millier à avoir retrouvé ce mode de vie ancestral, qui est encore découragé par le gouvernement central et local.

http://desyeuxpourvoir.blogspot.com/2011/01/les-mentawai-le-peuple-des-fleurs.html
http://www.survivalfrance.org/

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chaman!   Jeu 21 Juil 2011, 15:50

Citation :
Argumenter qu'une entente suppose une écoute préalable pour indiquer le tempo primordial exprime une pensée linéaire.

S'il semble logique que le langage de l'âme universelle ne peut être corrompu, rien n'indique qu'il ne peut pas être détourné.

Le folklore des shamanes s'arrête là ou commencent leurs interactions avec la matrice. Le fait est que la gesticulation imcompréhensible n'est pas uniquement le fait exclusif de faux shamanes, mais aussi de personnes au mental, bien compris dans le coeur des autres comme étant de la confusion, et dont les explications alamiquées incompréhensives ne peuvent réellement éclairer personne.

L'humanité ne repose pas sur le témoignage/verbe, elle l'Est. Séparer la Création du Créateur implique une méconnaissance du Soi, et une intégration non réalisée.
La Création du reste n'est pas accessoire, car c'est la seule voie tangible pour le retour unitaire au Tout. Le voyage à l'intérieur de la Création n'est gratuit qu'à l'arrivée, le chemin n'ayant un sens (relatif) qu'à cette condition.

Répandre du miel là sur les piqures est l'attribut des guérisseurs confus, lesquels ont parfois une puce occultant leurs oreilles.

Contempler l'Amour dans l'actualité comme dans un livre ouvert suppose déjà savoir regarder correctement sinon savoir lire. Après seulement on peut se passer des yeux. Rire est pleurer sont issus de l'ambivalence. Le langage de souffrance dans le temps (dans l'avant et l'après) est ressenti pour ce qu'elle est, c'est à dire pas vraiment dans le rire.
ton intervention est d'une tel profondeur , au point ou je ne sais par ou commencer

tel est l’insouciance du langage

Citation :
et dont les explications alambiquées incompréhensives ne peuvent réellement éclairer personne.
Tout les textes que je poste sont des contemplations intuitives et unitives et donc en métaphores, les symboles sont très fort
Chacun peut s'y reconnaitre et je n'en peut rien

Et comme tu en veut car tu te cherche ...je te donne un raccourcis
Relis plutôt ce que tu écrit avec ce que je te renvoie ; et ne te focalise pas sur ce que j'écris , comme d'emballé et compacté et l'affaire est faite , car 3,5 milliards d'années de corruptions du langage et d'ententes nous séparent sur le plan cognitif

Au travers de tes propres textes tu pourra voir ta propre ambivalence , de ne pouvoir te définir avec des mots

Sans cela tu va tourner en bourrique dans l'altérité du langage des ambivalences

tu ne peut remonter 3,5 milliards d'années d'histoire linéaire
Mais tu peut les zapper par ta propre relecture, tu n'est pas seul dans tes textes ...
Rien ne peut te corrompre et y compris "moi"
derrières tes propres textes il y a ta part du secret
je ni suis pour rien et je pèse mes mots

oui
aussi dans ton texte tu dissimule la pré éternité et je t'écris que je ne sais par ou commencer , ceci explique cela



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chaman!   Jeu 21 Juil 2011, 22:43

Bonsoir Zakari.

Avant tout mes textes peuvent paraître froids, mais il n'en est rien dans mon coeur.

Quand bien même je ne serais pas d'accord avec toi, je ferais tout mon possible pour que tu puisses t'exprimer totalement.

Ce n'est pas un hazard que tu sois arrivé sur ce site, et à vrai dire je t'attendais un peu.

Concernant le langage. J'ai déjà pas mal écrit dessus, et je suis bien plus catégorique encore que toi. Pour moi, le langage aussi sacré soit-il, fait juste partie d'un outil de la création, et il est appelé à disparaître. Alors penses un peu où je situe l'écriture... Donc me "taxer" au motif du langage exprime surtout l'ignorance de m'avoir lu sur ce forum.

Cependant, en attendant de pouvoir se passer de tout cela, il nous faire avec l'écrit, que tu utilises toi-même dans un langage pour répondre sur ce forum.

Un forum est principalement fait pour exprimer des idées, apporter des savoirs de tous les horizons.

Il est admit depuis longtemps sur les forum que toute affirmation doit être démontrée le plus possible. Dans le domaine spirituel cela est difficile car chacun vie son expérience personnellement. Même la psychologie ne peut être appliquée sans tenir compte des caractéristiques de la personne.

Alors commençons donc par définir clairement ce que l'on veut dire.

Tes affirmations non fondées reflète le jugement moral spéculatif gratuit. Et donc je le démontre.

Par exemple tu me dis que je cherche, mais ai-je posé une question dans mon précdent post ?

Tu dis que c'est en me relisant que je trouverais mon ambivalence. Pourrais-tu démontré mon ambivalence ?

Tu dis que je tourne en bourrique. Peux-tu expliqué ce qui te faire cela ?

Je suis ouvert à tes affirmations, et je n'attends qu'une chose c'est qu'une personne me le démontre. C'est donc avec grand plaisir que j'attens ta réponse dialectique.

Tu dis aussi que dans tes textes chacun peut s'y reconnaître.

Très bien, je fais un appel. Que celui qui se reconnait dans tes écrits réponde juste oui derrière ce post.
C
oncernant l'incompréhension de tes posts, je ne te lance pas la pierre, car les miens sont parfois à la limite syntaxe. Mais cela n'enlève rien au caractère confus des tiens. D'ailleurs, mis à par moi, qui te répond en argumentant sur ce forum ?

Les autres aurait-il déjà compris et tiré un trait ?

Et toi que fais-tu, tu en rajoutes.

Alors, je pense que tes écrits ne reflètent pas exactement la personne que tu es. Cela est un jugement moral subjectif de ma part qui ne tiendrait pas face à une rapide analyse dialectique de tes écrits.

Alors, ne me fait pas passer pour un imbécile sur le forum, et réponds avec ton coeur, et en argumentant.

Merci, et bienvenue ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
Chaman!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un chaman nommé Raspoutine ?
» Le chaman et les esprits de la fôret .
» [Paléoanthropologie] Néandertal, le médecin, le peintre, le chaman ? Nous quoi !
» "Le Chaman, le physicien et le mystique" de Patrick Drouot
» LE CERCLE CHAMAN OU LES QUATRE ÂGES DU CHAMAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Elargir son Horizon-
Sauter vers: