ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Substance de Pi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: La Substance de Pi   Sam 27 Oct 2007, 22:35

Bonjour à toutes et tous,

consécutivement à un retour très positif de la part de certaines personnes, suite à la lecture de mon ancien travail "La Substance de Pi", je vous en donne ici le lien:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je tiens toutefois à préciser que ce travail constitue la synthèse de mes recherches telles qu'elles se présentaient il y a près de 10 ans.

La première mouture de ce travail a été écrite en 1993, et la dernière version fut publiée sur internet en 1999.

De ce fait, si je devais revisiter actuellement ce travail, j'y aborderais de nombreux points avec un éclairage et des nuances parfois très différentes de celles que j'avais à l'époque.

Cependant, il conserve je pense encore aujourd'hui une certaine valeur, mais il est important de comprendre que ma sensibilité a beaucoup évolué depuis lors.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Antharus

avatar

Masculin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 73
Date de naissance : 30/01/1972
Age : 45
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mer 31 Oct 2007, 22:55

Bonsoir,

Citation :

"Quelle peut bien être cette fameuse clé qui ouvre toutes les portes de la Connaissance, ce monstre sacré qui impose sa Loi à tout l'univers? Or, on peut constater l'action de cette clé en toute chose, mais elle se révèle d'une manière plus ou moins évidente suivant ce que l'on observe. Ainsi il suffit, pour la trouver, de regarder le soleil, d'observer les planètes, de jeter des cailloux dans une mare, d'observer des bulles d'air à la surface d'une eau calme... Car cette clé n'est autre que la constante du cercle: le nombre Pi.

C'est donc à partir d'un cercle, de l'équation et de la constante de ce cercle, qu'il est possible de comprendre toute chose. Commençons le développement.

Equation du cercle:

C = Pi x D , ou C est la circonférence, Pi la constante et D le diamètre

Constante du cercle: Pi 3, 14159265358979323846264338327950288419718939937510.."

Selon Kryeon, Pi universel, càd exprimé en base 12 n'est pas un nombre irrationnel. Il nous reste donc à le découvrir, à moins que quelqu'un l'ait déjà fait.....

Voici ce qu'il dit à ce propos :

Par exemple, comment se fait-il que l'une de vos plus importantes équations concernant le cercle, le pi (π), soit un nombre irrationnel (note 9) ? Il se poursuit à jamais ! Comment se fait-il que l'une des plus importantes formules de l'Univers soit ainsi ? Nous savons que le symbole pi (π) est inscrit sur la plaque de l'un de vos vaisseaux spatiaux, au cas où des voyageurs spatiaux le rencontreraient. C'est une sorte de communication mathématique. Si jamais une force-intelligence le rencontre, elle va dire, « Ah ! Les Humains ont pi (π). Ils doivent nécessairement être intelligents. » Laissez-moi vous dire ce qu'une force-intelligence pourrait penser, en voyant ce symbole. Elle dirait, « Ces créatures voyagent dans l'espace sans même avoir la base 12 ! Regardez ce qu'elles pensent de la formule pi (π) ! Elles doivent être encore en base 10. » Ce serait comme découvrir une société très avancée avec la télévision en noir et blanc. Le pi (π) exprimé en base 12 n'est pas un nombre irrationnel.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Amitié,

Antharus.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Jeu 01 Nov 2007, 11:57

Bonjour Antharus,


en effet, comme je le développe dans "La Substance de Pi", ce nombre, plus qu'irrationnel, transcendant (dont les décimales ne répondent à aucun séquençage particulier) forme selon moi le lien infiniment subtil entre la base 12 de perfection et la base 10 d'altération.

Cela est exprimé autant dans le mythe des 12 travaux d'Hercule, dont seulement 10 sont validés par son maître, que dans le mythe chinois de l'Archer Yi qui doit harmoniser la course des 12 lunes et des 10 soleils par l'entremise de divers "travaux forestiers".

On retrouve aussi ces deux bases dans l'Arbre de Vie où 10 Sephiroth sont soutenues par une structure sous-jacente de 12 cercles "lunaires".

Quant-à la formulation de Pi en base 12, il faut y réfléchir...


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Antharus

avatar

Masculin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 73
Date de naissance : 30/01/1972
Age : 45
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Jeu 01 Nov 2007, 12:56

Bonjour Sphinx,

[color=#dda0dd]
Citation :
"[color:634c=darkorchid:634c]Cela est exprimé autant dans le mythe des 12 travaux d'Hercule, dont seulement 10 sont validés par son maître, que dans le mythe chinois de l'Archer Yi qui doit harmoniser la course des 12 lunes et des 10 soleils par l'entremise de divers "travaux forestiers".

On retrouve aussi ces deux bases dans l'Arbre de Vie où 10 Sephiroth sont soutenues par une structure sous-jacente de 12 cercles "lunaires".


Intéressant ce lien que tu fais entre le les mythes, l'Arbre de Vie et les bases 10 et 12 ! Je ne l'avais pas encore remarqué. Je vais l'étudier de près. Merci beaucoup pour ta réponse !

La base 12 est est une clef importante qui permettra de résoudre beaucoup de problèmes insolubles sur le plan scientifique et d'accomplir ce que certains appellent les "miracles".

Je réfléchis aussi à la formulation de Pi en base 12, et au système math en base 12.

Voici quelques indices qui peuvent nous guider dans nos recherches sur le système en base 12 :

Selon Kryeon, dans les mathématiques interdimensionnelles, le "zéro" a une valeur particulière. On ne peut concevoir les mathématiques basées sur le nombre 12 sans faire de zéro (0) une intégrale d'une valeur particulière. Il ne peut être utilisé comme substitut ni avoir une valeur nulle, et n'est pas non plus le symbole de l'infini.

Le zéro constitue la magie des mathématiques interdimensionnelles. Il est la potentialité de tout ce qui fut ou qui sera peut-être. Il est le "maintenant" des mathématiques universelles. Il représente une possibilité d'énergie. Par conséquent, il est variable selon l'équation. Le zéro enlève ce qui est inutile et révèle la solution. Il devient le facilitateur de la réalité du problème lui même et s'avère souvent le nombre centrale. Les mathématiques en base 12 sont les seules mathématiques qui vont "main dans la main" avec la nature.

Marcaz, si tu as une idée sur la question, n'hésite pas. Je sais que tu es un partisan inconditionnel du système en base 12.

Amitié,

Antharus.

:454:
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Jeu 01 Nov 2007, 13:17

Juste encore une ou deux relations:

la transition entre la base 12 et la base 10 correspond aussi, dans la mythologie grecque, à la prise de pouvoir des Olympiens sur les Titanides.

Je décris cette transition base 12 vers base 10, à l'origine de l'Arbre de Vie, dans la "substance de Pi".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Jeu 01 Nov 2007, 13:37

voir un article lu hier sur ce blog qui finalement est très interressant
de Solange Sudarskis

le zéro, ce rien qui peut tant
Le zéro est la fonction numérique définissant mathématiquement le néant qui est utilisé non pas comme un échappatoire mais comme une aperception de la réalité.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

et pour rappel le site de Kristos découvert lorsque je cherchais à comprendre certains symboles reçus en "rêves"...

PI 3,14....




Pi (mathématiques), nombre réel correspondant au rapport de la circonférence du cercle à la longueur de son diamètre.
Dans la pratique courante, on utilise généralement sa valeur approchée par défaut c'est à dire 3,14..

Pour un kabbaliste : DIEU se sert de PI pour créer son univers.
PI a son chant, le chant de PI (l'oiseau) nous rappelle étrangement le langage des oiseaux, les 22 lettres hébraïques créées et le 7 de la création.
22 / 7 = 3,14285

En table de 1 : Le Créateur = 143 = La fin des temps = 143 = Sept jours



22 chapîtres de l'Apocalypse du Génie kabbaliste des codes : Saint-Jean.


Les vingt deux premiers chiffres de PI sont égales à 108 (3,1415926535897932384626)


En table de 1 : Le créateur = 108 = Le verseau = 108 = La table de neuf


108 = 12 x 9 : la qouzième lettre de l'alphabet est le "L" : qui est une lettre vibratoire de nom de Dieu "KL".
Nous pouvons retrouver ce nombre 108 plusieurs fois dans la bible : un exemple :


Apocalypse de Saint-Jean chapître.XIII/1
"Alors, j'ai vu monter de la mer une bête ayant dix cornes et sept têtes, avec sur les cornes dix diadèmes et sur les têtes des noms blasphématoires."
Or (10 cornes) x (10 diadèmes) = 100 + 7 têtes = 107 + 1 pour la bête = 108

Le 13 représente l'axe de notre alphabet (26/2 = 13) : la lettre M
Le dernier verset du chap.XIII : le 18 (108) est primordial car il nous parle du nombre de la bête...
13 x 18 = 234 = 26 x 9



Au chant de pi on peut rajouter le champs de PY : (Champi)




3,141 592 653 589 793 238 462 643 383 279 502 884 197 169 399 375 105 820 974 944 592 307 816 406 28...
Nous avons mis ici les 74 premières décimales du nombre Pi.
74 décimales car 74 x 9 = 666
Pi est aussi la 16ième lettre Grec, qui correspond à la lettre P de notre Alphabet.
Pour la Kabbal française : P = le passage - la Parole


En additionnant le chiffre 3 avec les 74 décimales on trouve : 12 294
Le 3 (la trinité) : le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

12 294 + 666 = 12 960


1296 = 144 x 9
144 = la lettre P dans notre alphabet : (16 x 9)
P= la Parole...le Passage....Pi...
suite
le site de Kristos
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Antharus

avatar

Masculin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 73
Date de naissance : 30/01/1972
Age : 45
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Ven 02 Nov 2007, 01:50

Merci Sphinx pour ces info intéressantes et tes textes passionnants. J'ai lu la "Clé de l'Univers" et "l'ineffable". passionnant ! Ca m'inspire des idées. Je vais en parler plus bas.

Merci chère Ambre pour ce texte passionnant de Solange Surdarkis sur le "zéro". Elle est sur notre piste du système en base 12 quand elle conclut :

"Alors le zéro, ce rien ne peut-il pas tout ? Parce que si un tel code mathématique existe, forcément il est enfoui dans le zéro."

En lisant son texte, on comprend pourquoi on a peur d'intégrer le zéro dans l'équation mathématique, parce qu'on bascule dans un univers transcendant, interdimensionnel....On entre dans un univers qui n'est plus linéaire, où les lois physiques sont différentes des notres. Toute une révolution ! Elle parle dans son article du "point zéro de l'Univers" et je crois que c'est là où nous conduit les math interdimensionnelles en base 12. Sphinx, lui, parle de l'Ain Sof Or, la phase ineffable avant la manifestation. Je crois que Pi universel et les math en base 12 fonctionne avec l'énergie de l'Ain Sof Or ( Ain Soph Aour), qui englobe et transcende toutes les dimensions. Kryeon, lui, parle de l'énergie interdimensionnelle qui relie les galaxies et que les scientifiques doivent encore découvrir. Je crois que c'est la même énergie. C'est pourquoi il porte les forces de l'Univers en physique de 4 à 6.

Sphinx, tu affirmes avec raison que "le nombre Pi, constante de la création, est la manifestation de la Volonté d'une conscience supérieure originelle". Il s'agit de la conscience de l'ineffable, la conscience cosmique, au "point zéro de l'Univers", qui est le point d'équilibre et d'harmonie universelle. Je crois que ce Pi là, est universel et en base 12, parce qu'il englobe toutes les dimensions temporelles. Il représente l'Univers au point zéro.

Alors, je me suis dit qu'il faut le calculer, non pas à partir des 22 lettres de fondement de l'alphabet hébraïque, qui expriment la création en sept jours ( on est dans l'Univers de la dualité, la loi de Beith ), mais à partir de 27 lettres ( en ajoutant les 5 lettres cachées) parce que qu'elles représentent l'Unité cosmique, le plan de l'ineffable et de la transcendance, ce qui nous ramène dans Ain Soph Aour. Les 27 lettres expriment la Loi de l'Un ou loi d'Aleph.

Donc, mon intuition est que le Pi universel, en base 12, qui englobe le plan d'Ain Soph Aour, doit être calculé à partir des 27 lettres, pour obtenir un nombre non irrationnel. On obtient Pi ( 3,14) en divisant 22 ( lettres de la création en sept jours) par 7. Si j'adopte le système avec les 27 lettres, la formule devient : 27/ 9 = 3. Et c'est le 3 qui fait le cercle ( le rayon qui trace le cercle forme un triangle à l'intérieur du cercle)....
Mais je ne sais pas si cela veut dire quelque chose et en quoi ca nous fait avancer dans la formulation de Pi en base 12. Mais il est vrai que 12 = 3 x 4. Et je ne vois pas encore comment y intégrer le zéro.....

Bon, je vous laisse cogiter.....

Amitié,

Antharus.
Revenir en haut Aller en bas
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 241
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 50
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Lun 05 Nov 2007, 21:14

Bonjour Sphinx, Antharus et Ambre,

Connaissez-vous cette approche de PI ? Qu'en pensez-vous ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

LE PI DE L'HOMME


Le rapport qu'a inventé l'homme pour essayer de trouver le lien entre une circonférence et son diamètre droit n'existe même pas encore, ni chez l'homme lui-même, ni dans la nature. L'univers quand il fait quelque chose, il sait déterminer par des nombres précis et surtout entiers le rapport entre les choses. L'univers n'a pas fourni à l'homme la réponse qu'il cherche encore. Si ce nombre était inscrit dans l'univers, l'homme aurait des chances de le trouver. Même avec 105 milliards de décimales qu'ont trouvés les ordinateurs en janvier 1998, ce nombre reste encore inconnu à l'homme. Ne serait ce pas que l'homme, avec Archimède, est venu polluer le cercle en introduisant un corps étranger, la ligne droite, dans un univers courbe? Il essayait ainsi de mesurer des pommes avec des oranges. C'est quand même aberrant. Pi n'est même pas encore connu et n'a encore reçu aucune CONFIRMATION INTERNE.

LE PI DE L'UNIVERS


a) LA ROUE DE VÉLO

Si la roue de vélo avait été construite avec 3,1415..., cela aurait pu avoir été une CONFIRMATION interne pour le Pi de l'homme. Malheureusement, une roue de vélo construit avec un tel Pi n'aurait eu aucune solidité. Il fallait que les ingénieurs délaissent le Pi de l'homme pour utiliser celui de l'univers qui est 3 dans sa situation IDÉALE. Autrement dit, la valeur de Pi pour l'univers est une valeur qui doit TENDRE THÉORIQUEMENT VERS TROIS. C'est comme les lignes droites d'Euclide, théoriquement elles tendent à être droites; elles ne le sont jamais dans la réalité. Il fallait donc que les rayons d'une roue de vélo ne soient pas disposés en ligne droite pour que le moyeu soit stable. Voilà une PREMIÈRE CONFIRMATION INTERNE

b) UNE CIRCONFÉRENCE SUR UNE SURFACE PLANE

Dans ce cas, nous verrons de nouveau Pi = 3 acquérir une confirmation interne supplémentaire. Cependant, il faut respecter la nature de cet univers. Le compas qui a généré une circonférence de telle courbure devra être utilisé pour générer également le diamètre de même courbure. Le diamètre courbe AOB est de même courbure que la circonférence et dans ce cas il est EXACTEMENT LE TIERS de la circonférence. Peut-on en dire autant du Pi de l'homme? Voilà la DEUXIÈME CONFIRMATION INTERNE.


C) UNE CIRCONFÉRENCE SUR UNE SPHÈRE

Ici nous voici enfin dans un monde RÉEL. Un monde courbe tracé sur un autre monde courbe. Il ne faudra pas se surprendre de voir apparaître ici la beauté géométrique de l'univers. Les Grecs (puisque tu m'en as parlé dans ta précédente lettre) auraient joui devant tant de beauté. Travailler sur une sphère, c'est la situation idéale pour comprendre le rapport entre les choses. Verrons-nous apparaître une confirmation de 3,1415..... ou d'un 3, net et précis, comme l'univers fait toujours? L'univers recherche toujours la grande SIMPLICITÉ. Il n'aurait jamais pu inventer un nombre dont on ne connaîtra JAMAIS, JAMAIS la valeur. C'est aberrant de penser que l'univers aurait pu s'abaisser à faire une telle monstruosité.

Je vais résumer l'expérience que je donne dans mon ouvrage : «Pi = 3» au chapitre 6 sur la valeur privilégiée et significative de Pi*

Supposons un autre cercle polaire qui sous-tendrait un angle de 60 degrés au centre de la Terre. La circonférence de d'un tel cercle polaire est EXACTEMENT ÉGALE À TROIS fois le diamètre droit à deux dimensions qui passe par le pôle. (Sur une sphère, toutes lignes a deux dimensions). Voilà la TROISIÈME CONFIRMATION EXTERNE.

CONCLUSION
Rien ne vient confirmer le 3,1415.... La roue de vélo vient plutôt le dénier.
Pi = 3 reçoit 3 confirmations internes et il y en a sans doute bien d'autres

Le cerveau de l'homme fait incontestablement partie de l'univers ainsi que les erreurs que peut faire ce même cerveau. Heureusement, grâce à son cerveau, l'homme peut aussi rectifier son tir et corriger ses erreurs. [/size]

Armel Larochelle

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Lun 05 Nov 2007, 21:58

Belle trouvaille!
je ne connaissais pas !
y en a pour des semaines à lire tout ça!!!!!!!!!!!!



Citation :
le 12 août 1999
L'ensemble de mes théories forme un tout tellement HARMONIEUX relativement à l'ensemble de l'univers que je suis enclin à croire que si je meurs sans que ces théories aient été reconnues, c'est qu'on ne les aura pas comprises. On n'aura pas compris que MA cosmologie est LA cosmologie. Un jour, mort ou vivant, elles seront reconnues pour leurs valeurs.
Armel Larochelle

ça promet!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Antharus

avatar

Masculin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 73
Date de naissance : 30/01/1972
Age : 45
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mar 06 Nov 2007, 00:25

Ca, alors ? PI= 3. Quelle idée géniale ! J'ai lancé l'idée comme ça, j'étais loin de m'imaginer que quelqu'un s'était déjà penché sur la question et qu'il était arrivé sur la même conclusion que moi : Pi = 3.

Franchement, je ne connaissais pas les travaux de Armel Larochelle. Son raisonnement me paraît logique et cohérent.

Pi = 3 me parait simple, élegant et logique. On aurait pu le comprendre depuis longtemps.....

Mon raisonnement était simple : 27 / 9 = 3.

Merci, merci merci Christalain !

Antharus.


Revenir en haut Aller en bas
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 241
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 50
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mar 06 Nov 2007, 11:23

Citation :
Pi = 3 me parait simple, élegant et logique. On aurait pu le comprendre depuis longtemps.....
Je te rejoins Antharus !
En fait, je recherchais sur le net un article ou le métaphysicien Frank Hatem parlait de pi=3 il y a quelques années, et qui m'avait séduit. Et chemin faisant, "par hasard", je suis tombé sur le site d'Armel LAROCHE. On y trouve d'autres idées intéressantes mais je n'ai pas encore tout lu. Il va être intéressant de savoir ce que Steph pense de tout ça par rapport à sa propre "substance de pi" !!!
Bonne journée a tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
Antharus

avatar

Masculin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 73
Date de naissance : 30/01/1972
Age : 45
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mar 06 Nov 2007, 16:38

Bonjour Christalain,

Je ne savais pas que Frank Hatem avait lui aussi trouvé que Pi = 3. C'est une confirmation de plus que nous sommes sur la bonne piste. Le Pi actuel ( 3, 14) est en base 10. Ca, c'est déjà une certitude. Le Pi universel est en base 12 et ce n'est pas un nombre irrationnel. C'est aussi une certitude. La question est : le Pi exprimé en base 12 = 3 ? Ca me semble évident.

La nouvelle énergie nous oblige à passer en mode 12 pour nous aligner avec les normes universelles. Avec notre Pi local, nous n'irons pas loin....

Kryeon a donné des indices qui nous mettent sur la piste de Pi = 3. Lisez ces propos en en bas. On saura bientôt si Pi = 3. On aura une confirmation.

Voici ce que dit Kryeon à sujet de notre Pi = 3,14.

[color=darkorange]
Citation :
Regardez la nature et votre planète. Les choses sont presque toutes en base 12. Vous savez qu'il y a six facteurs dans cette base (1, 2, 3, 4, 6, 12). Les plus communs sont, 3, 4, et 6. Quand vous cristallisez de l'eau en neige, elle se transforme en flocons qui ont chacun six branches. Le résultat de cette opération est un facteur de la base 12. Depuis plusieurs années, nous vous disons que la formidable science de la physique devrait être en base 12. C'est une mathématique ou une base inter-dimensionnelle où le zéro a une signification autre que le néant ou l'infini. Le zéro en base 12 universelle signifie "potentiels de toutes les réponses probables". Il n'est pas empirique comme la mathématique 3-D, mais il va quand même vous amener à réaliser certaines choses, lorsque vous commencerez à l'utiliser.






[color:08f0=darkorange:08f0]Par exemple, comment se fait-il que l'une de vos plus importantes équations concernant le cercle, le pi (π), soit un nombre irrationnel ? Il se poursuit à jamais ! Comment se fait-il que l'une des plus importantes formules de l'Univers soit ainsi ? Nous savons que le symbole pi (π) est inscrit sur la plaque de l'un de vos vaisseaux spatiaux, au cas où des voyageurs spatiaux le rencontreraient. C'est une sorte de communication mathématique. Si jamais une force-intelligence le rencontre, elle va dire, « Ah ! Les Humains ont pi (π). Ils doivent nécessairement être intelligents. » Laissez-moi vous dire ce qu'une force-intelligence pourrait penser, en voyant ce symbole. Elle dirait, « Ces créatures voyagent dans l'espace sans même avoir la base 12 ! Regardez ce qu'elles pensent de la formule pi (π) ! Elles doivent être encore en base 10. » Ce serait comme découvrir une société très avancée avec la télévision en noir et blanc. Le pi (π) exprimé en base 12 n'est pas un nombre irrationnel.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mar 06 Nov 2007, 17:19

Bonjour à tous,


Je ne manquerai pas d'aller consulter ce site dès que possible de façon à comprendre l'approche inovante de cet auteur.

Cependant, en première réaction, je dirais ceci, par rapport à ma propre approche:


La base 12 est la base Yin de perfection, la base 10 est la base Yang dynamique.

Les deux bases sont nécessaires à la fondation et la description de la réalité.

Pi est un lien d'ajustement entre les deux bases. En effet, il établit le lien entre la perfection ponctuelle centrale (base 12) et la dynamique circulaire périphérique (circonférence).

Il lie le cercle parfait non-manifesté présent dans le point, et le cercle dynamique manifesté.

Pi est de ce fait l'"ADN" du cercle, et puisque le cercle est le modèle néguentropique universel, alors Pi est l'ADN du modèle néguentropique universel.

Alors, d'un autre côté, faut-il absolument interpréter Pi en base 12, et est-il raisonnable de lui retirer son caractère transcendant ?

Puisque la base 12 est la référence absolue de continuité existentielle, si on aborde Pi sous cette référence uniquement, on reste avec l'absolu dans l'absolu, mais on n'établit aucun lien avec la dynamique de la base 10. On a alors un "Pi" de perfection, mais inerte, stérile, qui ne procrée pas.

Ce serait au fond envisager Pi sous le seul angle de l'immanence spatiale. Cela peut apporter certainement un autre éclairage, mais qui ne peut être promulgué comme seul éclairage, à mon avis.

Tandis qu'exprimer Pi en base 10 est plus cohérent. En effet, la base de perfection continue est de toute façon toujours présente: le point central est toujours présent. Ce qui manque est le lien avec la dynamique de base 10, de la relativité de séparation temporelle, par laquelle peut réellement s'affirmer la circonférence.

Le caractère transcendant des décimales infinies sans structure (apparente) représente donc la discrimination infiniment précise entre le Yin (base 12) et le Yang (base 10).

De ce fait, 314 symbolise peut-être, en quelque sorte, la réunion de l'immanence des trois dimensions spatialles avec la dimension temporelle:

Un équilibre qu'il faut voir à l'oeuvre dans le cercle et son ADN (Pi), est celui qui existe entre la circularité infinie (périodicité infinie) et la non-périodicité infinie.

En effet, on constate que le nombre responsable de la mise en oeuvre de la plus parfaite périodicité (cercle) est un nombre absolument non périodique (donc qui ne peut pas avoir de périodes de 0 après la virgule).

Si on envisage Pi=3, il faut l'écrire correctement, complètement : Pi= 3,0000000000000000000000000...

On voit donc que tout nombre non-transcendant est forcément un nombre comportant une part de périodicité, et ne pouvant donc pas servir de base à l'expression d'une forme périodique parfaite, d'un cercle.

Le caractère transcendant des décimales de Pi est donc en somme le gage d'une information infinie qui permet à la Vie de poursuivre ses cycles à l'infini. C'est le gage de la procréation illimitée dans la dynamique de l'éternel présent.

S'il faut considérer Pi comme non-transcendant, en l'exprimant en base 12, on perd la dynamique de Vie au passage, pour en revenir à la perfection stérile purement statique.


Voici en première approche.


Amitié à tous,

steph
Revenir en haut Aller en bas
simmarc

avatar

Masculin
Lion Singe
Nombre de messages : 43
Date de naissance : 20/08/1968
Age : 49
Localisation : Québec
Loisirs : Photo, musique, texte.
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mar 06 Nov 2007, 17:45

J'ai lus tout ca, très intéressant.
Mes connaissances en sciences des math ne s'étend pas
tres loin. Mais en lisant les textes ci haut ca m'a inspiré
un commentaire ;)

1,2,3,4,5,6,7,8,9,10 = 10
0,1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,0 =12
Je vois le zero(0) comme ce qui est.
La conscience avant le 1 et la conscience apres le 10.
C'est le zero qui m'habite lorsce que je suis en harmonie avec
le tout.

le fait que (Pi) ne soit pas absolu pour l'humain est peut-etre
du a la manière, de l'obtenir.. La mécanique quantique serait
peut-etre la manière de l'obtenir absolu.

ce n'est qu'un commentaire, je ne m'y connais pas beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mar 06 Nov 2007, 20:18

Le problème du zéro est très intéressant.

On utilise habituellement le zéro d'une façon très relative, presqu'anodine, mais le zéro est tout sauf anodin.

Basiquement, on l'utilise pour définir l'absence de polarité, ou l'intermédiaire neutre entre deux champs de polarité inverse.

Mais cela est une pure licence qui n'a aucun fondement dès que l'on quitte la sphère de la confusion relativiste.

En effet, le vrai passage d'une vraie polarité à une autre vraie polarité n'est pas anodin du tout !

Cela implique un passage par l'immobilité, ou l'inertie absolue, en tout cas une transition qui n'est pas anodine.

Si on prend l'exemple de la vitesse, on peut rapidement se rendre compte qu'il n'y a aucune vitesse nulle dans l'univers, en dehors de vitesses relativement nulles.

Si donc nous envisageons la possibilité d'une vitesse absolument nulle, cela correspond à tout autre chose que ce dont on à l'habitude de considérer.

Si on regarde le Tao, avec les deux polarités en rotation, nous avons au centre le potentiel inerte. Là est notre vrai zéro: une inertie absolue prise entre deux vraies polarités en rotation infiniment rapide.

On comprend alors que le vrai zéro est naturellement le discriminant absolu de l'espace et du temps, qui par cette entremise, sont déconfusionnés. De ce fait, l'utilisation du vrai zéro peut effectivement affranchir de l'espace-temps en confusion.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mar 06 Nov 2007, 20:34

Si donc il fallait aborder le "travail" de ProCréation d'un Couple Sacré, il faudrait envisager:

Deux références: celle de l'inertie et celle de la rotation.

La référence centrale de l'inertie témoigne d'une inégalité absolue entre masse grave et masse inerte:

- masse grave nulle
- masse inerte infinie

La référence périphérique de la rotation des polarités témoigne d'une inégalité inverse, car les deux polarités sont chacune de:

- masse grave infinie
- masse inerte nulle

La rotation infiniment rapide compense l'attraction mutuelle des gravités infinies. On comprend ici l'importance de l'enjeu de l'adéquation parfaite des essences jumelles. Car sans cette adéquation, il y aurait déséquilibre intrinsèque dans le système, menant à un crash inévitable.

La rotation infinie, naturellement donc, unifie mouvement et immobilité, puisqu'une telle rotation est instantanée.


Tout cela permet de comprendre que deux polarités de gravités infinies, en rotation infiniment rapide, peuvent scinder et mettre en mouvement le potentiel central d'inertie.

C'est la ProCréation "ex nihilo".

La transsubstanciation est un résultat de la mise en oeuvre de ce système entre deux Flammes Jumelles incarnées, lorsque leur dynamique mutuelle devient suffisante pour emporter et intégrer la matière même de leurs corps.

NB: il y a habituellement égalité entre masse grave et masse inerte pour tous les objets de l'espace-temps, mais cela est une conséquence de la confusion des polarités. La discrimination des polarités amène à envisager des inégalités absolues entre masse grave et masse inerte pour les références existentielles elles-mêmes.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 241
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 50
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mar 06 Nov 2007, 21:05

PRECISIONS SUR LA NECESSITE DU NEANT

Par Frank HATEM.

On appelle "nécessité du néant" le fait que seul le néant se justifie de lui-même, que seul il est possible, et que seul il n'a besoin d'aucune cause pour être. Elle se démontre par le fait que l'infini ne peut pas avoir de caractéristiques sans être défini. Il ne peut donc y avoir de "substance" infinie. Elle se démontre aussi par l'interrogation constituant le "je-suis". Etre pose problème, ce qui signifie que l'absence d'être est la solution, plus "logique" que l'être. Elle est la condition à l'établissement d'une logique réaliste, sous la forme que l'infini est nécessairement nul, le fait de postuler que l'infini peut ne pas être nul (ou égal à quelque chose) impliquant l'existence d'une réalité sans commencement ni fin ni cause, ce qui est une position déiste qui s'oppose à toute logique. Toute position de départ autre que "l'infini est nécessairement nul", sort du cadre de la logique, donc de l'interrogation elle-même.


Le fait que seul le néant soit possible est cohérent avec la vérité éternelle des prophètes de tous pays : "tout est illusion". Son corollaire : "seul "Dieu" est réalité", signifie que la cause de l'illusion est la seule réalité. La cause de l'illusion ne peut se définir que grâce à la nécessité du néant, à laquelle n'est opposable aucune autre nécessité rationnelle (ni "Dieu" ni l'homme ni l'univers ni l'être n'apparaissent comme des nécessités logiques). Le néant s'impose. Et pour qu'il soit, il faut et il suffit que les principes de nullité et d'infinité soient effectifs et qu'ils soient confondus. Cela ne semble pas trop contestable : le fait qu'il n'y ait rien peut paraître satisfaisant, mais cela sous-entend que ce rien soit tout, et cela engendre alors involontairement le principe d'infinité, même si on n'en fait aucun usage. La nécessité du néant s'avère créatrice.


On peut vouloir ne pas distinguer ce principe d'infinité lorsqu'on conceptualise "rien". Il n'empêche qu'il est sous-entendu comme s'appliquant à la nullité. Il est difficile de soutenir que s'appliquant à la nullité, il est la nullité elle-même. Rien, dans le concept de nullité pris en lui-même, ne sous-entend cette infinité. Pour qu'elle s'impose, il faut se situer dans le cadre de la nécessité du néant. Ce cadre est certes naturel, mais néanmoins l'infinité n'est pas un concept qui peut s'appliquer à quelque chose, d'où sa nullité impérieuse. Alors que la nullité le peut. Elle peut s'appliquer à l'infinité, mais aussi à toute autre réalité. Leur équivalence est donc incertaine, voire partielle. On peut toujours arguer que ces concepts sont invention de l'esprit. Ce n'est pas le cas : l'esprit, qu'il le veuille ou non, est infini, et en même temps nul. Il n'y peut rien. Dès lors, une nullité partielle, non infinie, peut, au contraire, être considérée comme un concept arbitraire. C'est ce caractère arbitraire d'une nullité non infinie qu'il convient d'étudier. Si ce n'est pas arbitraire, lié à l'esprit, on pourra dire que la "naissance" de l'infini du point de vue du zéro telle qu'on l'a décrite est bien l'explication de l'être.

Qu'est-ce donc que la nullité ? C'est une question de définition. Ou bien on la définit comme l'absence absolue, ou bien comme l'absence de quelque chose. En tout cas, l'infinité, c'est l'infinité nulle. L'infinité de quelque chose est un non-sens. Au contraire, la nullité de quelque chose n'est pas un non-sens, même si de fait, il n'y a pas quelque chose (si on nie ce sentiment de non-sens, c'est qu'on renonce à utiliser l'être pour comprendre l'être, ce qui est aussi un non-sens). Donc il y a une distinction au moins partielle entre le zéro et l'infini, qui suffit amplement à expliquer l'univers et l'être. C'est un indice de sa véracité. Ce n'en sera jamais une preuve, mais c'est amplement suffisant pour prendre position. On croit beaucoup plus fermement à la matière malgré l'absence d'arguments aussi forts pour la prouver). On peut donc bien sûr réfléchir encore à n'en plus finir sur les arguments et contre-argument à l'arbitraire de cette distinction. Ce sera probablement du temps perdu, mais faisons-le quand même pour voir s'il n'y a pas d'autres pistes, même si l'argument ci-dessus semble satisfaisant.

- On sait bien qu'il n'y a rien. On peut toujours dire : "et s'il n'y avait vraiment rien, pas d'être". C'est le cas. Et pourtant on constate aussi l'évidente illusion du Soi, rejet de l'infinité. Dès lors ou bien on cherche l'explication de l'être dans son néant lui-même, ce que nous faisons en y décelant une distinction entre le zéro et l'infini, ou bien on cherche une explication "extérieure", ce qui revient à ne chercher aucune explication. On a le droit. S'il n'y avait rien, il y aurait l'illusion d'être. La preuve : je suis. Nul et infini.

- La distinction de l'infini par le zéro est une illusion partielle, intermédiaire entre la réalité absolue (la nécessité du néant) et l'illusion totale (l'univers). Elle est source de toutes les autres illusions. Puisque l'infini est forcément nul, il n'y a pas, de fait, de distinction. La distinction n'existe que du "point de vue" du zéro qui, pour être tout, a besoin d'être partout. Et pour être partout dans l'infini, il faut en être chaque centre. Certes l'infini n'est pas un espace, mais ce qui fait l'omniprésence du centre, c'est qu'il ne peut être situé quelque part. Il faut bien comprendre que l'infini est certes un point, mais il n'y a rien d'autre que ce point, ce qui lui ôte toute relativité d'espace (il n'y a rien autour, il n'y a pas d'autour). Un point sans limite d'aucune sorte, c'est déjà équivalent à une infinie multitude de points. Infini égale Zéro, et Infini égale Un. Etre seul ou en nombre infini, c'est la même chose. Etre en nombre infini est le moyen d'être seul sans être situé.Il existe dans le fait d'être un point total, un paradoxe inexorable dont la multitude est l'obligatoire solution. Ce n'est qu'en méditant sur cette réalité ultime qu'on peut l'admettre, bien qu'on pourra toujours dire que c'est l'esprit qui pense et impose cela. L'évidence du "je-suis" étant incontournable, c'est vrai de toute proposition.

Pour qu'un point soit tout, pour qu'il soit sans commencement ni fin dans aucune dimension, et qu'il n'ait aucun volume et aucune durée, il faut qu'il se délimite-lui-même. Les multiples reflets du moi sont cette délimitation.

- L'évidence du "je suis" reliée à l'évidence qu'il n'y a rien et ne peut rien y avoir, est en elle-même la dualisation zéro-infini, le premier s'opposant de fait à l'autre qui ne s'y oppose pas. On peut estimer que cela n'est pas une explication logique. Ce n'en est pas une. On peut admettre que c'est une constatation mystique source de la logique, au même titre que la nécessité du néant. Dans ce cas, pas de problème

Nécessité du néant (infini nul) implique infinité de la nullité, ce qui complique son cas. Cette complication c'est l'univers "Je-suis


- Parallèlement au fait qu'on peut espérer un rien seul, sans infinité "extérieure", on n'a évidemment aucune peine à imaginer l'infinité comme n'étant pas nulle, même si c'est absurde et impossible. En principe, quand on parle néant, on pense "rien" et non "tout". Il est donc plus facile de concevoir la nécessité d'un principe effectif de nullité que celle d'un principe d'infinité, même si la nullité, pour être telle, est obligée de s'imposer à toute infinité, ce qui l'en rend inséparable. En tout cas cette infinité de la nullité ne va pas de soi (ce qui est la définition de l'être). Elle est pourtant obligatoire dans le cas du néant.


Parler du néant en termes d'unité zéro/infini, et non en termes de "rien-point", semble donc justifié. De toute façon, ce que l'on constate est le non-néant. L'être est une opposition zéro-infini. Il est donc clair que pour une raison quelconque, il y a de fait une distinction entre ces deux principe, qui, puisqu'elle constitue l'être, n'en est pas issue.

Face à cette double constatation 1°) il y a nécessité du néant et 2°) il y a dualité zéro/infini non issue de l'être et sans que ce dernier soit une nécessité, on peut raisonnablement conclure que cette dualité est directement issue de la nécessité du néant. Il pourra certes toujours subsister un doute sur le fait que cette dualité a une autre cause. Mais compte-tenu que le néant peut se définir, sans réticence logique déterminante, comme cette dualité dans l'unité, on est fondé à estimer satisfaisante cette explication des causes premières.


Une fois admise, même provisoirement, cette idée que pour que le néant soit, il lui faut être infini et il lui faut être nul, ce qui n'est pas le même attribut, même si être infini implique être nul, et être nul finit par impliquer d'être infini (et que l'implication réciproque est une "équivalence"). L'implication zéro vers infini est loin d'être aussi absolue que l'implication infini vers zéro. Cette dernière ne peut être qu'une tendance à devenir, et non une implication immédiate. En effet, alors que l'infini n'a aucun problème pour contenir le zéro, il faut bien reconnaître qu'un zéro qui contiendrait le principe d'infinité ne serait pas vide. Il y a même de grandes chances que, pour être zéro, il lui faudra interdire l'entrée de quoi que ce soit, a fortiori du tout. Le faitque le tout soit nul n'y change rien : pour qu'il soit nul, il faut que être nul, donc séparé du tout, soit possible. Distinct du tout, le principe de nullité est disponible pour le néant. C'est à partir de là que, par la dialectique du zéro et de l'infini, qui constitue l'esprit, toute illusion est clairement expliquée, chaque instant d'illusion vécue permettant la nullité de l'infini. Ce caractère explicatif n'est pas une preuve, mais l'indice qu'on est dans le vrai, compte-tenu que l'être n'empêche pas le néant bien au contraire. La vérité de l'être c'est le néant (instant présent nul et infini).


S'il y a UN, Univers ou Etre, c'est le Tout. Ce tout est nécessairement infini et par conséquent nul. Qu'il s'agisse d'une réalité ou d'une potentialité.

Ainsi que disait Einstein : "la Nature est le résultat de ce qu'on peut imaginer de plus simple mathématiquement". Les physiciens quantiques devraient donc mettre leurs calculs au panier et lui préférer cette seule formule qui suffit à rendre compte de la totalité du Réel sous toutes ses formes, ainsi qu'on le démontre dans les sites hatémiens.


Il faut se garder de considérer le néant comme un état primitif dont se seraient extraits, pour une raison obscure, les principes de nullité et d'infinité donnant l'illusion de l'être. Il faut au contraire considérer le néant exclusivement comme une éternelle NECESSITE, dont le premier effet de chaque instant est de produire les deux principes nécessaires à sa "constitution". Ces deux principes ne remettent en rien en cause le fait que seul le néant soit. Ni la nullité ni l'infinité ne sont des réalités tangibles. Au contraire, elles sont le néant lui-même sous deux "aspects" indispensables.


En tant que cause première, la nécessité du néant-but peut s'identifier au concept ". Cette abstraction de "Dieu" n'est qu'utilitaire. Ce n'est que du fait de l'impossibilité pour l'âme de s'unir à Lui que le "mental" existe, seul moyen de L'aborder. Si l'on veut appréhender "Dieu" dans sa nature, on ne peut le faire que par l'abstraction. C'est une description abstraite des causes du vécu. Mais ce qui existe, c'est le vécu, car il n'y a de "Dieu" que dans la mesure où il y a l'être pour s'éloigner de lui. Dans l'unité, "Dieu" ne signifie rien. Ce n'est que dans la dualité, c'est-à-dire dans le vécu, que "Dieu" a un sens, celui de l'Absolu refusé, et par suite recherché. Et cette recherche n'est qu'une seule recherche, celle de l'instant présent, c'est-à-dire de la réalité de la vie. C'est pourquoi "Dieu" est une "expérience" lorsqu'on en ressent la proximité. Comme toute expérience, il n'est pas du domaine métaphysique mais du domaine de l'illusion.


L'acte créateur d'illusion consiste à s'identifier à une image de soi, à un espace, au lieu d'être le tout inconscient ou le zéro omniscient. Et pour donner à cette image une consistance sensible, il faut extraire deux choses du réel, rejeter deux choses : 1°) un "passé" particulier susceptible de justifier mentalement l'existence de ce "présent" personnel, et 2°) un avenir totalement inconscient, qui contient tout le reste. Si l'on n'évacue pas dans l'inconscience la plus grande part de l'infini, il n'est pas possible de se définir. Ainsi je m'INCARNE, je me donne forme, et le maintien de cette forme se fait grâce à l'EMOTION, en l'occurence la peur de changer. Le désir de changer, à l'inverse, est le reliquat de la nécessité du néant, le rappel que je me nie en étant quelque chose, et donc je suis contraint d'avoir le sentiment d'évoluer. Cet appel vers mon infinité est ce que j'appelle "Dieu", être conscient partout.


Si je suis incarné "quelque part", c'est que je le suis partout, mais pour que j'y aie conscience en chaque point, il faut qu'ici et en ce moment, je n'aie pas conscience d'y avoir conscience. Donc, tout est déjà réalisé mais je ne le sais pas. Ma conscience le refuse pour être consciente de "quelque chose". Tout est accompli, pour l'éternité, et je n'atteindrai jamais la conscience absolue. Alors quel est l'enjeu, qu'est-ce que je peux et dois faire dans cette histoire ? En quoi me concerne-t-elle ?


On l'a dit, l'enjeu est nul. Ce qui peut être est déjà, et tout cela est ici. Changer ceci ou cela c'est simplement déplacer la conscience d'une image vers une autre, mais toutes existent. Dans ce processus, je peux me croire manipulé, subissant cette nécessité. Mais ce n'est pas le cas. Je suis cette nécessité elle-même, je suis ce processus lui-même, "Dieu", et tout cela est là pour mon bien le plus absolu : rien. Paix infinie. Seule la Nécessité du Néant est. Choisis d'être heureux, c'est le seul enjeu, sois ce que tu es : nécessité du néant. Et le meilleur moyen de l'être, c'est d'être le BUT en s'en donnant un.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
Antharus

avatar

Masculin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 73
Date de naissance : 30/01/1972
Age : 45
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mer 07 Nov 2007, 01:29

Bonjour à tous,

Notre débat est riche et je vois des éléments encourageants qui vont nous aider à percer le mystère....

Citation :
1,2,3,4,5,6,7,8,9,10 = 10
0,1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,0 =12
Je vois le zero(0) comme ce qui est.
La conscience avant le 1 et la conscience apres le 10.
C'est le zero qui m'habite lorsce que je suis en harmonie avec
le tout.

Simmarc, ton idée est géniale ! Tu as vu juste et tu m'inspires. J'y vois un peu plus clair. En base 10, c'est ce que tu donnes : 1,2,3,4,5,6,7,8,9,10 = 10.

Mais en base 12, c'est exactement cela, avec une légère différence à mon avis, on commence par le zéro et on termine par 11 : 0,1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11 = 12.

Pourquoi j'ajoute 11 à la place de zéro ? Parce que selon les scientifiques, il existe 11 dimensions dans un atome. Kryeon leur répond qu'il en existe 12, mais qu'ils ont oublié de compté le zéro. Donc, cet ordre là me paraît plus logique.

On revient à la conscience - énergie cosmique qui englobe toutes les dimensions et qui est dans un équilibre temporel et énergétique égal à zéro. On entre dans l'ABSOLU, le Tout. C'est cela qui fait peur.

Sphinx, tu avances des idées intéressantes qui vont nous aider à résoudre l'énigme. Je vois déjà la solution du problème dans tes propos. Juste pour dire que la base 12 unifie l'énergie au repos ( énergie au point zéro de l'Univers) et ce qui est en mouvement. La magie des mathématiques interdimensionnelles en base 12 est d'unifier, pour reprendre ton expression, le yin de perfection et le yang dynamique. Là est la clef.....

Je n'ai pas le temps de m'y étendre, j'y reviendrais plus tard. Je dois aller me coucher et méditer sur tout cela. La nuit porte conseil....On est sur la bonne voie, les gars !

Amitiés,
Antharus.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mer 07 Nov 2007, 13:05

Bonjour Christalain,


il y a des aspects intéressants dans la pensée d'Hatem dont tu nous proposes ici un extrait.

On y trouve l'expression d'un but qui appelle ses propres causes, on y trouve l'expression du présent éternel, et bien d'autres éléments auxquels j'adhère.

Cependant, cette pensée, en tout cas pour ce texte-ci, est entachée d'un nihilisme dommageable.

Et je considère que cela provient d'un défaut de fondation de cette pensée.

En effet, Hatem se munit uniquement de l'Esprit, et part métaphysiquement à la recherche de réponses, qu'il fonde sur un jeu dialectique entre l'être et le néant.

J'ai joué à cela un temps, mais il y manque quelque chose de fondamental... La Perception. Ce n'est ni l'être ni le néant qui est une source dialectique, mais c'est la perception.

Hatem, tout-au-moins dans cet exposé, fait l'impasse sur la perception qui est le fondement de l'être. Qui est la seule preuve réelle que nous puissions avoir, en tant qu'être et en tant qu'esprit, et sur laquelle fonder notre recherche.

Tout est perception, et pour celui qui en a conscience, rien n'est illusion!

En effet, si on comprend que tout est perception, on comprend alors aussi que si il y a illusion, elle n'est pas attachée ni à ce qui est perçu, ni à celui qui perçoit, mais à un défaut dans le processus de perception lui-même. Là est seulement l'illusion: dans une défaillance partielle de la perception.

De ce fait, rien n'est illusion! Cela est pour moi la réalité rectifiée.

Hatem fonde son cheminement sur une "nécessité du néant", sans concevoir que pour qu'il y ait une nécessité, il faut qu'il y ait d'abord une perception de cette nécessité.

Sans perception, rien n'est nécessaire.

De ce fait, il n'y a pas de néant, mais plutôt un potentiel en corrélation avec l'être. Avec des êtres. Un potentiel collectif servi par une multitude de causes individuelles. Et l'un et l'autre aspect est indispensable à la réalité perceptive! L'être et le potentiel de l'être sont inévitablement corrélés et nécessaires l'un à l'autre.

Dès qu'on remet la perception à sa juste place fondatrice, alors tous les éléments dialectiques se réajustent mutuellement. Faire de la dialectique sans la fonder sur la perception n'a pas beaucoup de sens, et conduit à une vision arbitraire qui proclame l'illusion du monde, car cette vision est elle-même altérée.

EDITION:

En somme, la base perceptive joue le rôle d'arbitre dialectique, et sans cet artbitre fondamental, la pensée dialectique se déséquilibre, et dérive alors vers une tendance nihiliste, par exemple.

On peut jongler avec les notions d'être et de néant, de continuité et discontinuité existentielles fondées sur les aspects paradoxaux de la nature du point, de la relativité et de l'absolu. Je l'ai fait dans mon travail "La Substance de Pi". Mais sans le fondement de la perception, l'édifice est construit sans fondation solide.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Juliette

avatar

Féminin
Gémeaux Chat
Nombre de messages : 157
Date de naissance : 08/06/1963
Age : 54
Localisation : France
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mer 07 Nov 2007, 17:28

Bonsoir Sphinx,

La perception, c'est ce que j'ai découvert dans ma réflexion et en observant un point. La venue au monde d'un enfant va définir sa perception.

Dans un état liquide (eau) où son corps se construit, il est confondu dans cette création, dans ce processus. Le passage de l'eau à l'air où le corps par une pression processus de séparation, moment où l'identification du corps, de l'émotionnel, du mental va se confondre à ce processus. L'enfant va s'identifier à l'expulsion, au rejet, à l'exclusion, avec associé à tout cela son interprêtation.


L'ouverture des poumons et l'air entre, le souffle, le cri, le je suis là et je m'entends, le son, où tout le corps vibre et où il se défini, où les larmes coulent. La sensation du corps et l'on est exposé, on ne sent aucun soutien, sans ailes pour voler, une impression d'être dans le vide car le corps n'est plus soutenu par l'eau avec tout point d'existence cette vibration que l'on émet et les larmes.

Et l'instant suprême sera t'il ou pas ? Où le contact avec un autre être (la mère qui prend dans ses bras) fait naître à la vie en entourant tout le corps par la chaleur de son amour, ce ressenti où le ciel s'ouvre à l'intérieur de soi et une lumière apparaît et l'on perçoit l'existence.

Comment cette naissance ou création va être elle accueillie? Comment est elle reçue ? Perçue ? C'est ce qui va déterminer la connaissance de la création ou naissance.

Cela me fait penser à la première femme à qui l'on dit qu'elle enfantera dans la douleur. Il n'y a aucune image d'Eve tenant un enfant dans ses bras.

Marie tient un enfant dans ses bras. Elle accueil, reçoit l'enfant qui est la création.

Je vois dans la naissance ce qui va faire la base première de la perception du corps, des émotions, de la pensée.

La confusion entre ce qui fait fonction de la création, la création et le créateur.

Ne rejouons nous pas la naissance pour réaliser la création ?

Eveiller nos perceptions (refoulement) qui contiennent toute l'information de cette création. Est ce le big bang ?

Dans cette naissance, cette création, où suis-je et qui suis-je et pourquoi suis-je créé ? Comment je peux répondre à ces questions avec ce que je perçois. Et c'est à la naissance que les sens de perceptions (corps, émotionnels, mentals) vont s'inscrire par rapport à la création, avec la notion de temps et d'espace. La vie est une création. Aussi, naissons nous à chaque instant, aussi notre perception de la naissance première répond à notre naissance de chaque instant.

Bien, voilà où ces réflexions me conduisent.

Bien à vous toutes et tous,

Belle soirée,

:898:

Juliette
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mer 07 Nov 2007, 18:44

à toi Juliette!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 241
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 50
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mer 07 Nov 2007, 21:50

Bonsoir Steph,
Merci pour ton éclairage intéressant sur ce texte de Frank Hatem. Comme tu le soulignes toi même, un seul texte ne saurait donner une vue exhaustive de son oeuvre. Je pense que cette notion de perception est implicite et n'est peut-être pas décrite avec les mêmes mots. Il utilise souvent le terme de "conscience", qui est bien une forme de perception ?. Quand il évoque par exemple le fait d'assumer sa solitude absolue, c'est bien une question de percevoir...ou pas, le fait qu'il n'y a qu'un seul esprit universel, et donc en fait qu'une personne ici !

D'une manière générale, je pense que la substance primordiale de l'univers métaphysique est si fine, si absolument subtile, qu'elle peut se comparer un à un jeu de lego (de l'égo) permettent de construire toute sorte de modèles aussi pertinents les uns que les autres pour appréhender le fonctionnement de l'existence.
L'important est de savoir en quoi une théorie, aussi séduisante soit-elle permet de changer pour le mieux notre vie... réellement. C'est en tout cas mon point de vue, très pragmatique, je le reconnais !

Merci a tous pour vos interventions passionnantes.

sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
gicha

avatar

Féminin
Vierge Tigre
Nombre de messages : 75
Date de naissance : 16/09/1938
Age : 79
Localisation : Québec
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Mer 07 Nov 2007, 22:16

Bonsoir Juliette

Tu dis:
''Marie tient un enfant dans ses bras. Elle accueil, reçoit l'enfant qui est la création.''

Lorsque l'Être s'éveille à sa réalité spirituelle, n'est-ce pas l'énergie de la Mère Divine qui accueille la conscience nouvelle dans l'espace du coeur, le nourrit, l'éclaire dans la co-naissance.

En te lisant cette image s'est présentée avec tendresse, c'est une assistance que nous recevons pour nous permettre de réaliser, actualiser sans cesse la Vie Une en nous.

:4444:
Revenir en haut Aller en bas
Antharus

avatar

Masculin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 73
Date de naissance : 30/01/1972
Age : 45
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Sam 10 Nov 2007, 01:50

Bonjour Sphinx,

J'avais promis de revenir sur les éléments intéressants que tu as donnés dans tes deux messages en réponse au Pi exprimé en base 12 = 3. Après un temps de réflexion, j'aimerais commenter tes propos pour susciter les idées qui nous permettront d'avancer dans notre quête de Pi en base 12.

Citation :
La base 12 est la base Yin de perfection, la base 10 est la base Yang dynamique.

Les deux bases sont nécessaires à la fondation et la description de la réalité.

Oui, mais ces deux bases 12 et 10 correspondent à deux systèmes différents qui fonctionnent avec des lois différentes. La base 10 s'applique par exemple aux lois de mouvement et de rotation de notre système solaire, décrites par les lois de Newton. La base 12 s'applique au système de rotation des galaxies, où les lois de Newton ne s'appliquent plus.

Selon Kryeon, ( voir le lien que j'ai donné ci dessus) il y a une différence entre la galaxie et un système solaire - une grande différence. Au milieu d'un système solaire, il y a une masse ordinaire. Peu importe la grosseur du soleil d'un système solaire, il y a une masse qui est ordinaire et constante. Alors que dans les systèmes géants, tels que les galaxies, il y a au milieu de chaque galaxie un trou noir, où sort une énergie interdimensionnel qui cause sa rotation.....

Quand on a cette sorte d'énergie interdimensionnelle au centre de quoi que ce soit, la loi de Newton ne s'applique plus, car le centre n'est pas une masse ordinaire. Cette énergie interdimensionnelle est en cohésion avec le centre et crée une rotation propre aux galaxies.


Citation :
Il lie le cercle parfait non-manifesté présent dans le point, et le cercle dynamique manifesté.

Si on considère ces deux systèmes ( celui de la galaxie et celui du système solaire), qui sont deux cercles dynamiques manifestés, mais vibrant à des fréquences différentes, on comprend que Pi ne peut être le même.....La système des galaxies est un système universel en base 12.


Citation :
Alors, d'un autre côté, faut-il absolument interpréter Pi en base 12, et est-il raisonnable de lui retirer son caractère transcendant ?

Je pense que oui, si nous faisons une nette distinction entre les deux systèmes et que nous voulons entrer dans le système universel en base 12 et accéder à l'énergie interdimensionnelle des trous noirs.

Citation :
Puisque la base 12 est la référence absolue de continuité existentielle, si on aborde Pi sous cette référence uniquement, on reste avec l'absolu dans l'absolu, mais on n'établit aucun lien avec la dynamique de la base 10. On a alors un "Pi" de perfection, mais inerte, stérile, qui ne procrée pas.

Si on comprend que la base 12 est la référence du système universel des galaxies, alors le problème ne se pose plus dans ces termes.

La question se pose autrement : que passe-t-il si quelqu'un vivant sur notre planète s'aligne avec le centre de la galaxie ? Il accède à l'énergie interdimensionnelle au centre des galaxies, encore inconnue, et l'introduit ou l'ancre sur notre planète. Cette énergie pénètre toute matière et la transforme. Il élève donc la vibration de la planète et lui permet de changer sa dimension. On comprend dès lors que le Pi en base 12 n'est pas inerte, stérile, mais créateur ou générateur de perfection. On comprend pourquoi le " Le zéro enlève ce qui est inutile et révèle la solution".

Citation :
On comprend alors que le vrai zéro est naturellement le discriminant absolu de l'espace et du temps, qui par cette entremise, sont déconfusionnés. De ce fait, l'utilisation du vrai zéro peut effectivement affranchir de l'espace-temps en confusion.

Tu as vu juste. Je suis d'accord avec toi. C'est pourquoi je cherche à comprendre le système math en base 12. Car le système en base 12 permet d'accèder à l'énergie du treillis cosmique ( que les scientifiques appellent la "matière sombre") hors du temps et de l'espace. Avec cette énergie, on peut résoudre tous les problèmes insolubles dans le système actuel en base 10.

Mais, pour comprendre les math en base 12, il faut sortir des lois de Newton qui s'appliquent à notre système solaire et non à la galaxie.

Amitié,

Antharus.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Substance de Pi   Sam 10 Nov 2007, 11:58

Bonjour Christalain,


Citation :
Je pense que cette notion de perception est implicite et n'est peut-être pas décrite avec les mêmes mots. Il utilise souvent le terme de "conscience", qui est bien une forme de perception ?

La Conscience est en effet perception. Mais si on ne discrimine pas ce qu'est la perception, ce qui constitue sa réalité première, alors on peut aboutir à des considérations qui sont à la limite de la psychose, de la négation d'autrui, telles que:

Citation :
il n'y a qu'un seul esprit universel, et donc en fait qu'une personne ici !

Phrase avec laquelle je ne suis pas du tout d'accord!

Car elle invalide l'équilibre perceptif, dont les pôles complémentaires, séparation et lien, à savoir Personne et Collectivité, n'ont pas été reconnus.

C'est précisément l'écueil dommageable de l'Advaïta Vedanta que nous retrouvons ici.

Car si tu estimes qu'il n'y a qu'une seule Personne... alors, Christalain, es-tu la seule vraie Personne qui est présente sur cette Terre, dans cet univers?

Et si tu n'es pas la seule vraie Personne, alors, cette unique Personne métaphysique universelle peut-elle exister sans briser les séparations qui définissent les Personnes ?

Ma réponse est Non! La séparation interpersonnelle n'est jamais brisée, niée, mais elle est promulguée comme élément indispensable d'une vraie communauté de conscience.

La Personne est respectée et reconnue dans l'Esprit universel qui est une réalité non-dualiste, certes, mais qui ne signifie pas simplement fusion indifférenciée!

Non-dualisme signifie "non-deux", ce qui ne veut pas dire "un" non plus! C'est une réalité qui naît de l'union discriminée des polarités qui créent une "quintessence" de l'être au sein de laquelle ces polarités restent discriminées.

La conscience universelle est le produit de l'unification naturelle issue de la discrimination, puisque dialectiquement, la confusion oppose, et la discrimination unifie. On comprend alors que l'unité de conscience a BESOIN de cette discrimination, et donc des polarités, et donc DES Personnes.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
 
La Substance de Pi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: