ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La différenciation sexuée

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
maelysande

avatar

Féminin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 69
Date de naissance : 23/12/1963
Age : 54
Localisation : Sud du Massif Central
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Jeu 06 Déc 2007, 19:30

Chers hommes... s'il vous plait, ne fuyez pas dans les ermitages... (sourire)
Sans doute avons nous un rôle complémentaire à jouer à vos côtés... sans doute pourriez vous nous apprendre l'autonomie affective... sans doute pourriez-vous contribuer à nous permettre l'accès à l'amour inconditionnel...(sourire)

Difficile d'éviter l'expérience... même si parfois elle nous renvoie une bien triste image de nous même. Et oui, il va nous falloir être quelque fois pitoyable, mais affronter nos faiblesses en leur faisant face, en les vivant de l'intérieur, en les observant est bien la seule manière de les transmuter après les avoir mis en lumière.
Rien ne se fera en une fois... à priori, on y reviendra (c'est la spirale ascentionnelle du progrès!).

Petites citations au sujet de l'expérience:

" Mais ce que nous n'avons pas encore complètement compris, notre âme nous engagera à en faire l'expérience afin de recueillir la compréhension émotionnelle complète de tous les aspects de cette pensée, en vertue de l'expérience appelée la vie"
cf.: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Chers hommes, merci de travailler à élever vos niveaux de conscience... merci de le faire à nos côtés... parce que, malgrè vos faiblesses, votre présence près de nous est la seule façon que l'on a, nous aussi, de nous élever et d'accéder à notre êtreté. Merci.

Emmanuelle
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 13 Avr 2008, 16:19

Bonjour à toutes et tous,


Autant l'homme que la femme sont des personnes à part entière. Or, une Personne est une synthèse, un miroir de la collectivité. La Personne n'existe pas sans sa référence à la collectivité, et inversement, la collectivité n'existe pas sans sa référence à la Personne.

Or, de par la différenciation sexuée, l'homme et la femme ne synthétisent pas la collectivité de la même façon.

L'homme synthétise la collectivité sous l'angle de la séparation (Yang) individuelle, et la femme synthétise la collectivité sous l'angle du lien (Yin) entre l'individu et la collectivité.

L'individu est ici en fait le Soi, l'identité formée par le Couple Sacré des polarités.

Au niveau du Couple Sacré, l'homme ancre la séparation identitaire, et la femme s'appuie sur la séparation identitaire pour nourrir les relations de celle-ci au reste de la collectivité.

L'homme a une nature principalement authentifiante pour le Couple Sacré, et la femme une nature principalement communicante pour le Couple Sacré.

Si on représente la collectivité selon un cercle, en considérant qu'il existe un Soi selon chaque rayon du cercle. Alors chaque point du cercle déterminé par un rayon particulier est la polarité masculine ponctuelle (séparation), le point comme synthèse et miroir du cercle. Et pour chaque point, le reste de la circonférence du cercle représente alors sa polarité féminine.

On comprend alors que sans cohérence collective, les Couples Sacrés ne peuvent pas fonctionner ensemble de façon directe puiqu'ils sont forcément interdépendants les uns des autres sur un même cercle de conscience!

Ils doivent alors fonctionner sur un mode temporisé et contraignant: la densification physique équilibrée par spéculation mentale, ce qui réduit le niveau de conscience, et donc diminue la nécessité de cohérence circulaire.

Lorsque la Flamme masculine regarde sa Flamme féminine, elle voit en fait la Personne par l'intermédiaire de laquelle elle est en lien avec la collectivité de conscience (réalité immanente: aspect relationnel de l'identité).

Lorsque la Flamme féminine regarde sa Flamme masculine, elle voit en fait la Personne qui ancre son authenticité dans la collectivité de conscience (réalité transcendante: aspect existentiel unique de l'identité).

Si cette reconnaissance mutuelle n'est pas réalisée, alors il y a confusion entre les aspects transcendants et immanents, identitaires et relationnels, et de ce fait apparaît un manque de cohérence cardiaque (car la convergence harmonique de la collectivité s'exprime au niveau de l'équivalence du Coeur: tous les Couples Sacrés de la collectivité sont unis au niveau du chakra cardiaque, qui est à la fois unique ET multiple, personnel, conjugal et collectif).

C'est donc forcément en travaillant sur la cohérence cardiaque (chakra du Coeur) qu'on favorise la véritable évolution spirituelle, qui est celle de la synchronisation des Flammes Jumelles.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 15 Juin 2008, 01:50

Bonjour à toutes et tous,


voici tout d'abord un schéma que j'ai déjà utilisé (voir plus haut dans ce sujet, et aussi l'article "La nécessité éthique" : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ), et qui représente la différenciation sexuée dialectique selon des rapports complémentaires 2/3-1/3 et 1/3-2/3:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La partie noire est relative au plan émotionnel, à l'onde porteuse fondamentale de la Personne. La partie blanche est relative au plan "mental raisonnable", aux impulsions significatives.

Nous parlons ici de ces aspects selon l'approche du Couple Sacré, qui va bien au-delà des définitions usuelles du mental et de l'émotion.

Chaque polarité sexuée est une Personne à part entière, ce dont témoigne sa capacité d'arbitrage (voir l'article "La nécessité éthique")

On peut tenter, à partir du schéma précédent, de se faire une idée des essences respectives des polarités sexuées, et de leur organisation "conjugale" :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Ce schéma est juste une représentation destinée à s'en faire une idée, et rien de plus.

Au point 1, sont représentées les ondes porteuses fondamentales des polarités, basées sur les cercles noirs.

On voit que la porteuse masculine est deux fois plus courte que la porteuse féminine.

Au point 2, on va associer les impulsions significatives. On constate que pour la masculinité, il y a deux fois plus d'impulsions à placer par rapport à la porteuse (diamètre du cercle blanc double de celui du cercle noir). De ce fait, l'onde résultante est deux fois plus courte que la porteuse.

La masculinité se caractérise par une importance donnée préférentiellement aux impulsions, et secondairement à la spatialisation de la courbe.

D'autre part pour la féminité, il y a deux fois moins d'impulsions par rapport à la porteuse. De ce fait, l'onde résultante est deux fois plus longue que la porteuse. C'est la "danse de Shiva", l'ondulation expansive, lente et profonde, de la féminité.

La féminité se caractérise par une importance donnée préférentiellement à la spatialisation de la courbe, et secondairement aux impulsions.

En résumé, la masculinité accorde de l'importance plus à la régularité/cohérence des impulsions qu'à la qualité de la courbe, et complémentairement, la féminité accorde plus d'importance à la qualité de la courbe qu'à la régularité/cohérence des impulsions.


Au point 3, les deux essences ondulatoires sont mises en correspondance, pour voir comment elles s'organisent.

On remarque que le rapport des longueurs des deux essences ondulatoires est de 8. L'onde féminine est 8 fois plus longue que l'onde masculine.

Ce rapport est fondamental, car il permet la complémentarité entre masculinité et féminité.

En effet, cela signifie qu'il y a 8 impulsions masculines équidistantes par longueur d'onde féminine. Ces 8 impulsions correspondent aux 8 points fondamentaux de l'onde.

Si la vitesse linéaire sur l'axe de l'onde est constante, ce qui correspond à la régularité des impulsions masculines, alors il y a des variations régulières et cycliques de la vitesse sur la courbe de l'onde.

Ces variations de cette vitesse peuvent être observées sous l'angle de ses composantes verticales et horizontales. Chacun des 8 points d'impulsion correspond à un point critique dans le rapport de ces composantes verticales et horizontales.

Il y a 2 points où la composante horizontale égalise la composante verticale avant l'inversion de leur rapport.

Il y a 2 points où la composante horizontale est égale à la vitesse linéaire, et la composante verticale est nulle (maximum et minimum).

Il y a 2 points où la composante verticale égalise la composante horizontale avant l'inversion de leur rapport.

Il y a 2 points où la composante verticale est infinie, et la composante horizontale est nulle (points d'inflexion de la courbe).


La prérogative naturelle de la masculinité est l'impulsion, mais elle n'est pas capable seule d'en maîtriser la régularité.

La prérogative naturelle de la féminité est la spatialisation de la courbe, mais elle n'est pas capable seule d'en maîtriser la courbure.

Complémentairement, la masculinité et la féminité maîtrisent ensemble la perfection ondulatoire. La masculinité se fonde sur la spatialisation de la courbe pour réguler ses impulsions, et la féminité se fonde sur les impulsions pour spatialiser harmonieusement la courbure. Ensemble, elles forment un système autonome et auto-référent.

Le rapport entre les impulsions et la longueur d'onde est 8 parce qu'il est assez grand pour permettre la complémentarité et la maîtrise. S'il était plus petit, la prérogative masculine d'assumer les impulsions serait en partie spoliée, et s'il était plus grand, la prérogative féminine d'assumer la courbure serait en partie spoliée.


Dans la confusion des polarités, les écueils relatifs aux natures respectives se manifestent:

- la masculinité rend compte d'imperfections de "courbure" qu'elle ne peut pas équilibrer seule. Ses impulsions sont imparfaitement régulées.

- la féminité rend compte d'imperfections d'"impulsions" qu'elle ne peut pas équilibrer seule. Sa spatialisation de la courbe est de qualité imparfaite.

Ensemble, leur régulation mutuelle leur procure la maîtrise de la perfection ondulatoire.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Lun 16 Juin 2008, 20:06

Bonjour à toutes et tous,


Tout d'abord un schéma:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Premièrement, je voudrais aborder la dialectique des polarités sexuées sous l'angle de la discrimination "structure"/"fonction"

En effet, on peut logiquementcomprendre que la fonction seuxée de la masculinité est Yang, alors que celle de la féminité est Yin. Mais au niveau des structures, c'est l'inverse!

La "structure fondamentale" est le contrepoids dialectique de la fonction ondulatoire.

Or, si on observe le schéma ci-dessus, on peut constater que l'essence structurelle de la masculinité est ... Yin ! En effet, on observe une succession Yang-Yin-Yang sur le rayon du côté de la masculinité. A savoir un Lien entre deux Séparations, ce qui est caractéristique du Yin!

Et l'essence structurelle de la féminité est Yang, à savoir une succession Yin-Yang-Yin sur le rayon du côté de la féminité. Une Séparation entre deux Liens ce qui est caractéristique du Yang!

Donc nos proportions complémentaires 2/3-1/3 déterminent la nature de la fonction sexuée par le principe prépondérant: le Yin pour la féminité, et le Yang pour la masculinité. Et ces mêmes proportions déterminent la nature de la structure personnelle sexuée, par le principe minoritaire: le Yang pour la féminité et le Yin pour la masculinité.

On voit que, dans la confusion, la masculinité éprouvera une faiblesse structurelle liée à l'identité plus cruciale (structure Yin en confusion) que la féminité. C'est cette faiblesse particulière qui provoquera toute la difficulté de la sublimation du narcissisme masculin répercuté par la fonction sexuée masculine.


Ensuite, on constate que la dilution (dispersion) SOLVE est indiquée du côté de la masculinité, alors que la coagulation COAGULA (la convergence) est associée à la féminité.

C'est une conséquence dialectique de leurs fonctions respectives.

En effet, la fonction masculine est celle de la régularité des impulsions (rigidité fonctionnelle). De ce fait, l'effet de cette fonction sera paradoxalement dispersive (loi dialectique Lien et Séparation: la Séparation unifie et le Lien sépare).

D'un autre côté, la fonction féminine est celle de la souplesse de spatialisation des courbes (souplesse fonctionnelle). De ce fait, l'effet de cette fonction sera paradoxalement coagulatrice.


On peut le comprendre de la façon suivante:

- la rigidité des critères dialectiques masculins induit de la dispersion.

- la souplesse des critères conjoncturels féminins induit de la convergence.

L'un et l'autre sont indispensables à la maîtrise de la vraie vie, à la procréation Sacrée, et à l'éducation évolutive des êtres nouveaux.


Cependant, on peut encore affiner cette approche dialectique:

- la rigidité des critères dialectiques de la masculinité provoque la dispersion, mais cela ne constitue vraiment de la dispersion que chez les êtres qui n'ont pas encore assez affirmé leur séparation personnelle. Cela constitue de la cohésion (affirmation du lien collectif) chez les êtres qui ont assez affirmé leur séparation personnelle.

L'idée est que la rigidité éthique masculine peut voir ses effets dispersifs abolis lorsqu'ils confrontent des êtres capables de véritable et saine émulation, ce qui implique la présence d'une séparation personnelle suffisante qui transmute elle-même la nature dispersive de la fonction masculine.

- dans le même registre, la souplesse des critères conjoncturels de la féminité provoque de la convergence, mais cela ne constitue vraiment de la convergence que chez les êtres qui n'ont pas encore assez affirmé leur lien collectif (= affirmation personnelle, les deux sont en corrélation dialectique). Mais chez les êtres qui ont déjà assez affirmé leur lien collectif, cela renforcera leur séparation personnelle.

L'idée est que la souplesse conjoncturelle de la féminité (Sophia) peut voir ses effets convergents abolis par la présence d'un lien collectif déjà très développé, qui transmutera la nature convergente de la fonction féminine.


En résumé, il existe deux stades d'évolution dialectique dans la confusion "infantile":

- le stade où l'être n'est pas capable de transmuter (digérer)lui-même les effets que lui procurent les fonctions respectives du Père et de la Mère. C'est une période favorable à une action prépondérante de la fonction "maternante" féminine. La rigueur dialectique du Père ne doit pas trop se faire sentir.

- le stade où l'être est capable de transmuter (digérer) par lui-même les effets que lui procurent les fonctions respectives du Père et de la Mère. C'est une période favorable à une action prépondérante de la fonction "éthique" masculine.

Ces deux stades précèdent consécutivement l'émancipation.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 06 Juil 2008, 14:15

Bonjour à toutes et tous,


La masculinité ne doit pas chercher à convaincre la féminité. La masculinité doit simplement montrer sa synthèse aboutie à la féminité.

Peu importe comment la masculinité est arrivée à cette synthèse dialectique! L'essentiel est qu'elle y soit arrivée!

Il y a une seule façon pour la masculinité d'aboutir sa synthèse dialectique, c'est la confiance intégrale, la Foi absolue dans le chemin suivi!

Sachant précisément où il va, comment il y va, et pourquoi il y va, l'être maculin n'a aucun compte à rendre dans sa démarche spirituelle.

Peu importe qu'il ne soit pas compris, peu importe qu'il soit solitaire dans sa démarche, la Gnose profonde, la Sophia doit être son unique référence. Et s'il se trompe, et bien il se cassera les dents!

Il ne s'agit pas de nier les points de vue des autres, il ne s'agit pas d'être intolérant. Il s'agit seulement d'aller là où on doit aller, en comprenant pourquoi on doit y aller, sans se laisser perturber le moins du monde par quelque influence injustifiée.


C'est à ce prix-là que la fermeté, la stabilité fondamentale, authentique, du point de vue masculin s'affirme, et que sa synthèse dialectique progresse vers son aboutissement.


Et lorque la synthèse sera achevée, et brillera de tous ses feux, alors la féminité verra. Et elle n'aura pas forcément besoin de tout comprendre à ce moment-là, car elle verra!

Et elle reconnaîtra alors pour la première fois une base inexpugnable permettant de fonder la vraie vie et une procréation totalement saine!


La Connaissance passive de la masculinité a pour but d'ancrer l'acquis identitaire de l'être, par l'entremise d'une cohérence éthique.

La Connaissance active de la féminité a pour but d'augmenter l'acquis identitaire de l'être, par l'entremise d'une souplesse libertaire. La féminité est "taillée" pour l'exploration perpétuelle et insatiable du potentiel de vie.

Mais elle a besoin d'un ancrage puissant et solide pour effectuer cette recherche d'une façon saine et sans danger.

La cohérence éthique de la synthèse masculine lui offre cette stabilité fondamentale propice à une investigation illimitée des potentiels de vie.


Tout cela explique pourquoi, face à l'expression d'une synthèse masculine encore inachavée, la féminité pourra trouver l'approche dialectique trop "carrée".

En effet, il ne lui est par encore possible de discerner vraiment, à ce stade, l'éclat de la stabilité dialectique lorsqu'elle est aboutie, et son importance "carrée" pour justement ancrer une démarche de vie saine et cohérente, sans étouffement des potentiels, mais au contraire dans la véritable accession à l'infini des meilleurs potentiels.


Ancrage identitaire et ouverture à l'exploration des potentiels forment ensemble, et seulement ensemble, la vraie vie de l'éternel présent.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 15 Juil 2008, 00:45

Bonjour à toutes et tous,


j'écrivais, dans le sujet sur "la Sophia":

Citation :
La vérité de la différenciation croisée est simplement que la féminité est individuée par perception et collectivisée par induction, et que complémentairement la masculinité est individuée par induction et collectivisée par perception. Rien de plus! Ils sont tous deux individués et collectivisés. Ils sont tous deux des Personnes authentiques. Mais ils expriment cette réalité personnelle de façon différenciée et complémentaire.

et:

Citation :
La complémentarité différenciée des deux polarités sexuées s'exprime par des rapports différenciés avec les deux références identitaires.

La masculinité entretient un rapport perceptif (Yang) avec la référence collective (Yin) et un rapport inducteur (Yin) avec la référence individuelle (Yang).

La féminité entretient un rapport inducteur (Yin) avec la référence collective (Yin) et un rapport perceptif (Yang) avec la référence individuelle (Yang).

Les deux polarités sexuées sont toutes deux des Personnes à part entière puisqu'elles témoignent toutes deux d'un aspect individuel et d'un aspect collectif, ce qui est caractéristique d'une vraie Personne.

La seule différence entre les polarités sexuées est que ces deux Personnes entretiennent des rapports différenciés et complémentaires avec les références identitaires: la féminité est individuée par perception et collectivisée par induction, et complémentairement la masculinité est individuée par induction et collectivisée par perception

Cette différenciation des rapports avec les références identitaires crée une synergie particulière de chaque polarité sexuée avec une référence identitaire particulière, selon le chemin de l'induction: il y a synergie particulière entre la féminité et le collectif, et synergie particulière entre la masculinité et l'individuel. Ces synergies associent donc les polarités et les références deux à deux.


Ces synergies déterminent la prérogative de chaque polarité sexuée sur un plan de la dynamique de vie: la féminité possède la prérogative de l'axe immanent par synergie collective, et la masculinité la prérogative de l'axe transcendant par synergie individuelle.


Donc, la masculinité a la "charge" de l'axe transcendant, vertical.

En somme, elle gère la Séparation (Yang) du Couple (binaire Yin) en individualités unitaires (Yang), en deux Personnes.

Et la féminité a la "charge" de l'axe immanent, horizontal.

En somme, elle gère le Lien (Yin) des individualités unitaires (Personnes, Yang) formant Couple (Yin).

Leurs synthèses sont donc bien Yang-Yin-Yang pour la masculinité, et Yin-Yang-Yin pour la féminité.

La masculinité s'occupe de l'articulation du 1x2 en 2x1 (séparation d'1 Couple(2) en 2 Personnes(1)).

Et la féminité s'occupe de l'articulation du 2x1 en 1x2 (liaison de 2 Personnes(1) en 1 Couple(2)).

La polarité masculine est garante de la réalité individuelle, et la polarité féminine est garante de la réalité conjugale.


Voici une représentation d'Adam et Eve:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le tronc de l'arbre représente la Séparation, et la transmission du fruit représente le Lien.

Le fruit lui-même est au centre de la croix dialectique:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le fruit est donc bien celui de la Connaissance dialectique du Lien et de la Séparation.

C'est le fruit narcissique, par lequel la Sophia va nourrir dialectiquement la polarité masculine. Eve est le miroir de l'illusion narcissique masculine, l'inconscient comme résultat du sacrifice origninel de la féminité, par lequel la Sophia, attribut de Lilith, se met transitoirement au service de l'évolution narcissique de la polarité masculine.

(voir le sujet sur "Lilith")


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 15 Juil 2008, 11:54

Petit complément sur ce qui précède:


Tant que la séparation interpersonnelle n'est pas intégralement reconnue et gardée par la masculinité, le plan de cette séparation mal appliquée n'est qu'un plan-miroir narcissique.

A cet égard, , Eve n'est qu'une projection stimulée par l'inconscient. Elle est Lilith non reconnue car le fruit narcissique de la Connaissance dialectique de l'existence, la Sophia, a été transmis à la masculinité qui ne pourra restituer la Sophia à la féminité que lorsque l'homme aura entièrement digéré le fruit (lorsqu'il aura réalisé sa synthèse dialectique).

Alors seulement il sera capable de reconnaître et garder la séparation interpersonnelle parfaite, qui ne sera plus un miroir narcissique. Il pourra rencontrer Lilith, sa Flamme Jumelle, et non plus une projection narcissique de lui-même.

Eve est l'apparence de la féminité ayant accepté d'endosser l'inévitable déforcement narcissique destiné à nourrir l'homme par la Sophia, féminité qui assumera alors transitoirement le rôle ingrat de n'être qu'un miroir narcissique pour l'homme.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 20 Juil 2008, 19:09

La sexuation comme personnification des références identitaires:


Les références identitaires sont celles de l'axe vertical, transcendant, de la croix dialectique: l'individu et la collectivité.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ce schéma de la Croix dialectique a été mis à jour de façon à rendre compte de façon plus claire de la nature d'une Personne, dont la réalité est différenciée et se situe entre les pôles individuels et collectifs.



Une Personne est une entité consciente résultant de la rencontre entre l'individualité et la collectivité.

Il existe deux formes possibles de personnification, qui sont inverses et complémentaires.

La femme est une personnification résultant d'une individualisation de la collectivité.

L'homme est une personnification résultant d'une collectivisation de l'individualité.

Ensemble, ils forment un Couple, qui est une entité consciente permettant d'assurer dynamiquement la pérennité d'une rencontre équilibrée entre l'individualité et la collectivité.

La Personne masculine assume l'aspect Séparation du Couple par rapport à la collectivité, et la Personne féminine assume l'aspect Lien du Couple avec la collectivité.

Tous deux sont des entités de conscience à part entière reposant chacune sur une Séparation (Esprit) et un Lien (Ame), mais avec une différence complémentaire de positionnement:

- L'Homme a un Esprit de Lien, et une Ame de Séparation.
- La Femme a un Esprit de Séparation, et une Ame de Lien.

C'est ce qui détermine leur différence de personnification:

- L'Homme assume la Séparation d'avec le collectif (l'Ame est le Lien au collectif, et ce Lien exprime ici une Séparation); cette Séparation cependant repose sur une nature fondamentale de collectivisation, puisque l'Esprit masculin exprime le Lien

- La Femme assume le Lien avec le collectif (l'Ame est le Lien au collectif, et il exprime ici un Lien); ce lien cependant repose sur une nature fondamentale d'individualisation, puisque l'Esprit féminin exprime la Séparation.

Voilà pourquoi la personnification masculine est une collectivisation de l'individualité, et la personnification féminine une individualisation de la collectivité.

Le Lien représente en effet l'aspect implicite de l'être, et la Séparation représente l'aspect explicite de l'être.

De ce fait, le rapport à la collectivité est implicite pour la polarité féminine, et son rapport à l'individualité est explicite. C'est pourquoi sa Personne est une individualisation (aspect explicite) de la collectivité (rapport implicite).

Et d'autre part, le rapport à l'individualité est implicite pour la polarité masculine, et son rapport à la collectivité est explicite. C'est pourquoi sa Personne est une collectivisation (aspect explicite) de l'individualité (rapport implicite).


Cette différenciation est naturellement ce qui différencie aussi la façon dont chaque polarité réalise son "sacrifice".

En effet, c'est l'aspect collectif qui doit forcément faire le premier son sacrifice pour permettre à l'aspect individuel d'exister. C'est le sacrifice de la cohérence collective. C'est la relativisation du Lien.

De ce fait, le sacrifice originel passe forcément par la féminité, puisqu'elle rend compte implicitement du pôle collectif.

Et c'est ensuite à la masculinité de répondre, au bout d'une phase d'intégration, à la collectivité par son propre sacrifice narcissique (relativisation de la Séparation), et de rencontrer alors le sacrifice de la féminité.

De la rencontre des deux sacrifices naît la dynamique du Couple Sacré.


En quelque sorte, la féminité ouvre le "bal" en acceptant de laisser le choix existentiel (to be or not to be) à la masculinité. Elle prête alors la Sophia (la dynamique dialectique) à la masculinité, de sorte qu'il puisse se préparer et finalement répondre.

Elle est le canal de la voix collective, tournée vers l'individualité. La Femme est... la Voix de Dieu, d'une certaine façon!

Et la masculinité doit ensuite répondre... idéalement en acceptant de laisser à son tour le choix existentiel à la féminité, s'il s'est correctement nourri de la Sophia.

Il est le canal de l'individuation, tournée vers la collectivité.

Alors, s'étant offert mutuellement le choix existentiel, celui-ci ne dépend plus ni de l'un, ni de l'autre, mais des deux Personnes à la fois.

Et c'est cela qui permet la fusion du Couple Sacré. Car alors le choix existentiel dépend de la conscience globale du Couple, qui en a naturellement la maîtrise!


Amitié,

steph


EDITION: REMARQUE ESSENTIELLE:

il ne faut jamais perdre de vue qu'au delà de ces aspects différenciés, l'homme et la femme sont tous deux structurellement fondés de façon équivalente sur un Esprit (corpuscule) et une Ame (onde). De ce fait, intrinsèquement, ce sont deux êtres individuels équivalents de par leur structure intrinsèque (ce sont deux Esprits).

Ce n'est que dans leurs aspects différenciés (croisés sur les aspects structurels) que les composantes individuelles et collectives sont différentes et complémentaires.

De ce fait, il ne faut pas croire que la femme n'est pas un individu parce qu'elle est liée implicitement au collectif, et tournée vers l'individualité: cela ne concerne que les aspects différenciés.

Les aspects structurels sont similaires pour les deux sexes.

En fait, le croisement de la différenciation sexuée, constituant les Personnes, doit inévitablement s'appuyer sur une équivalence structurelle sous-jacente. Sans quoi ledit croisement ne serait pas stable et risquerait de s'effondrer sur lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 20 Juil 2008, 20:48

Donc, la féminité témoigne de la collectivité sacrifiant sa cohérence pour l'individualité.

Et la masculinité témoigne de l'individualité sacrifiant son expression pour la collectivité.

La rencontre entre ces deux sacrifices permet d'établir un équilibre dynamique naturel, spontané et éternel entre les aspects identitaires, individuel et collectif.

Dans un tel cadre, on comprend que le paradigme humain témoigne actuellement d'une incohérence collective interne généralisée, qui voit s'affronter entre elles les tendances individualistes et collectivistes.

Ceci tant que la masculinité n'a pas réalisé son propre sacrifice, en restituant la dynamique dialectique de la Sophia à la féminité, et par là-même, au Couple Sacré en fait.

La cohérence collectiviste a bien été sacrifiée originellement pour permettre la naissance des individualités qui la composent. C'est dialectiquement inévitable, on le comprend aisément.

Mais globalement, extérieurement, la cohérence globale de l'Humanité est toujours respectée, prise en charge par le collectif émancipé. S'il n'en était pas ainsi, le paradigme ne pourrait pas exister de façon relativement stable.

Il est nécessaire que cette cohérence implicite, externe, assistée, puisse progressivement être assumée explicitement en interne, de façon à favoriser l'émancipation collective.

Et cela dépend de la dynamique des Couples Sacrés, et donc du travail de sublimation narcissique de la masculinité envers la féminité.

Si un homme désire oeuvrer pour la cohérence du paradigme, et l'amélioration de la condition humaine, il doit donc fondamentalement commencer par travailler à désarmorcer sa toute-puissance narcissique, de sorte de mettre son individualité au service intérieur, conscient, du collectif, et par là offrir sa réponse sacrificielle à sa Flamme Jumelle féminine.

Alors, la possibilité d'oeuvrer réellement pourra être proposée au Couple Sacré.

Seul un Couple Sacré possède la puissance éthique de faire une différence du point de vue de la condition humaine sur un plan global.

En attendant, l'homme et la femme peuvent travailler à la réalisation future de l'Union Sacrée, chacun à sa manière, l'homme en poursuivant son sacrifice, et la femme en assumant son sacrifice.

De cette façon, ils expriment réellement leur puissance personnelle, avant de pouvoir l'intégrer dans la puissance éthique du Couple Sacré.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 20 Juil 2008, 21:23

Le travail à effectuer par l'une et l'autre Personne en tant que polarité sexuée, de façon à avancer vers l'Union Sacrée, comporte des aspects à la fois similaires et différenciés.

En effet, les Flammes Jumelles possèdent, on l'a vu, une structure de base similaire (Ame-Esprit = onde-corpuscule), et une sexuation différenciée et complémentaire qui s'ancre sur la similarité des structures de base (cf Yin-Yang).

De ce fait, elles pourront toutes deux travailler sur des aspects similaires et fondamentaux, comme le respect interpersonnel, qui est structurel, commun aux deux polarités.

Mais le travail sur cet aspect sera dans son ensemble modulé, différencié.

A savoir que la masculinité devra probablement plus travailler à l'extraversion du respect interpersonnel, et la féminité plus travailler à l'introversion du respect interpersonnel.

En somme, la masculinité travaillera plus à respecter autrui explicitement de façon à se respecter elle-même implicitement, et la féminité travaillera plus à se respecter et se faire respecter elle-même explicitement, de façon à respecter autrui implicitement.

De cette façon, les polarités oeuvrent, chacune à sa façon, à l'Union Sacrée.

La masculinité en poursuivant au mieux son sacrifice narcissique par le respect d'autrui, et la féminité en assumant au mieux son sacrifice narcissique par le respect de soi.

Naturellement, il s'agit de facteurs qui peuvent être sujets à de nombreuses fluctuations momentanées, et qui ne témoignent que d'une tendance générale sur le long terme.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 29 Juil 2008, 18:50

Bonjour à toutes et tous,


Lorsqu'un homme est capable d'une transcendance intégrale, lorsqu'il peut assumer en même temps la vision de l'Oiseau, tout en restant un simple être humain dans sa conscience de base, lorsqu'il chevauche, au coeur du Nagual, le plus impressionnant des Dragons dans la plus complète humilité, lorsque donc il a totalement restitué la puissance à l'Autre, au collectif, par l'entremise du véhicule christique de son Couple Sacré, alors il est apte à fonder, par ses impulsions, le travail d'expansion de sa propre polarité jumelle féminine.

C'est seulement lorsqu'une telle dynamique de plénitude est possible que la véritable participation co-créatrice peut être assumée par le Couple Sacré.

En fait, l'homme qui progresse vers la synthèse acquiert progressivement l'aptitude à "piloter" le véhicule christique, le "Dragon", de façon transitoirement assistée. Et lorsque cette aptitude est intégrée, elle peut alors être offerte définitivement au collectif de conscience.

Et à ce moment la femme, la Personne polarisée complémentairement, pourra manifestement prendre place dans le véhicule enfin authentifié par le collectif.

Christ est la Personne collective, l'arbitre intégré au Couple Sacré par l'entremise de son "véhicule", de sa place éternellement réservée dans le Corps unifié.

Christ est le Conflit sublimé, le pivot.de la dynamique des polarités dialectiques.

Christ est le Double narcissique rendu à lui-même par sublimation, et discrimination.

L'AnteChrist est le Double narcissique non sublimé, par confusion.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 19 Aoû 2008, 00:29

La polarisation:


pour fixer un peu les esprits sur les articulations et les proportions différenciées de la sexuation...


Tout d'abord, au niveau d'une Personne, qui est une polarité sexuée, la proportion 2/3 - 1/3 est relative à l'intégration d'un "miroir référentiel interne".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


On voit que, pour chaque polarité sexuée, la polarisation (B) de sa fonction conjugale est une réflection (A) de sa polarité personnelle dans le miroir intégré de la polarité complémentaire.

C'est une des façons de comprendre la nécessité du rapport de différenciation 2/3 - 1/3.


Voici une serie de schémas:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le premier schéma, tout en haut, représente les polarités sexuées linéairement, selon leur expression dialectique la plus simple:

La Séparation (Yang) sépare deux parties du Lien, et l'expression dialectique de son essence est donc Lien-Séparation-Lien (Yin-Yang-Yin).

Le Lien (Yin) lie toujours deux Séparations, et l'expression dialectique de son essence est donc Séparation-Lien-Séparation (Yang-Yin-Yang).

Mais si on détermine pour chaque polarité un "aspect interne", en regroupant un Lien et une Séparation, il subsiste pour chaque polarité un aspect polaire non compensé. c'est la fonction sexuée.

Cette fonction détermine le sexe: Féminin lorsque l'aspect non compensé est Yin, et Masculin lorsque l'aspect non-compensé est Yang.

On voit donc que l'essence de la fonction féminine est ... Yang, et celle de la fonction masculine est Yin!


Bon, bonne nouvelle, les fonction sexuées des deux polarités peuvent se compenser de façon à créer une conscience conjugale (double flèche centrale).

Mais ce n'est pas suffisant!


En effet, au niveau interne, local, de chaque aspect polaire, l'essence dialectique devrait être respectée... or elle ne l'est pas! En effet, le dernier aspect le plus extrême de part et d'autre, n'est pas entouré par deux aspects opposés (flèches rouges).

Le Yin extrême à gauche est final, même chose pour le Yang extrême à droite, et cela ne respecte pas la loi dialectique de l'essence Yin-Yang-Yin et Yang-Yin-Yang.


De façon à respecter partout la loi dialectique de l'essence, il faut en fait que les polarités sexuées s'organisent en cercle (second schéma).

Dans ce cas, chaque Yin est entouré de deux Yang et chaque Yang est entouré de deux Yin.

Dans cette structure globalement compensée, les aspects personnels internes sont pourtant préservés. Ils ont été entourés d'ovales noirs.

Et chaque aspect personnel interne est associé à sa fonction sexuée externe, conjugale. L'intégralité des Personnes avec leurs fonctions sexuées respectives a été représentée par des ovales de couleur différente selon le sexe.

Comme on le voit, l'association d'une structure globale circulaire, parfaitement équilibrée et compensée, avec une segmentation selon deux zones personnifiées et donc immuablement localisées, et des fonctions polarisées, complémentaires, situées obliquement par rapport aux zones personnifiées, crée une dynamique circulaire (3ème schéma).

L'ensemble est, on le voit, articulé sur les deux triangles équilatéraux, de Feu et d'Eau (de Yang et de Yin) de l'Etoile de David. Mais attention, les deux corpuscules Yin et Yang ne sont en réalité pas parfaitement centrés sur les intersections latérales des deux triangles! C'est une imperfection du schéma qui le suggère erronément!


La personnification décentralisée des fonctions sexuées est donc, on le voit, à l'origine de la dynamique sacrée.

Les deux aspects sexués en haut et en bas déterminent le diamètre de sexuation (vertical, en bleu), qui correspond à la tangente au point d'inflexion du Tao (4ème schéma).

Ce diamètre représente la perfection de la Séparation des deux polarités sexuées entre elles. Sur cette Séparation interpersonnelle parfaite s'ancre un Lien d'Amour absolument authentique, le cercle du Corps de la Mère transmuté en Corps de la Fille (conscience partagée du Couple Sacré).

C'est la transmutation de la conscience archaïque en conscience conjugale.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Sam 30 Aoû 2008, 19:23

L'identité spécifie la sexuation:



Dans la confusion, les Personnes ont tendance à faire passer la fonction (sexuée) avant l'identité.

Ceci simplement parce que les Personnes s'attachent à la fonction sexuée, parce qu'elles ne l'ont pas intégrée en conscience.

En somme, un être virtuel, né du potentiel, ne peut devenir réel qu'en intégrant une fonction. Et bien entendu cette fonction doit répondre à la qualité néguentropique de la réalité, et donc cette fonction est sexuée, différenciée.

Le problème est que tant que la fonction ne s'appuie pas sur la rencontre identitaire, elle banalise la relation sexuée, qui devient sensible aux moindres potentiels. C'est donc la sexualité narcissique, confusionnelle, banalisée, qui en résulte.

Il s'agit de ce fait d'une sexualité commune, reposant sur des critères collectifs d'une espèce biologique: l'espèce humaine.

Mais l'identité "spécifie" la fonction, "spécifie" la sexuation: il y a une correspondance spécifique entre une seule Personne masculine et une seule Personne féminine, et cette correspondance spécifique est celle du meilleur potentiel relationnel. Une telle sexualité s'émancipe des critères communs de l'espèce.

En somme la spécificité en tant que particularité d'une espèce transite du champ collectif vers l'individuel.

Un Couple Sacré est en lui-même une espèce.



La reconnaissance des polarités sexuées entre elles ne peut donc pas provenir d'aspects fonctionnels d'abord, mais d'une rencontre au niveau de l'identité d'abord, de façon à spécifier la sexuation, et à protéger la fonction par l'identité.

C'est une rencontre qui ne se fonde donc pas du tout sur le moindre aspect narcissique apparent, formel, banalement sexuel, mais sur une captation et une rencontre de l'essence sur le plan subtil, une "effervescence" au centre de la tête.


Concrètement, dialectiquement, il doit y avoir une articulation combinée de la façon suivante:


En fait, tout aspect de Lien est dialectiquement corrélé à un aspect de Séparation et réciproquement. L'un ne va jamais sans l'autre.

De ce fait, si j'exprime que la similitude est un Lien, il faut comprendre qu'elle est forcément issue d'une Séparation, donc d'une différence.

De même, si la complémentarité est un Lien d'équivalence, alors il faut aussi comprendre qu'elle est forcément issue d'une inégalité, d'une différenciation.

La Séparation qui fonde le Lien de similitude est l'identité.

La Séparation qui fonde le Lien d'équivalence complémentaire est la fonction sexuée.

Et il y a croisement entre ces deux axes dialectiques, entre l'axe identitaire et l'axe fonctionnel, entre la transcendance et l'immanence, où d'une façon générale, l'identité est la Séparation externe qui fonde le Lien interne de la complémentarité de la fonction sexuée, et la fonction sexuée elle-même la Séparation, par différenciation, qui fonde le Lien interne de la Personne entre ces aspects constitutifs.

On voit à quel point la dialectique entrelace les polarités constituantes, et qu'il n'est pas simpliste de développer l'ensemble du modèle néguentropique.

Pour schématiser et tenter d'un peu simplifier l'approche:

Plan collectif: Lien d'égalité (similitude) des différences identitaires, fondé sur:
Plan conjugal: Séparation identitaire (affirmation) du Soi conjugal, produit par:
Plan conjugal: Lien fonctionnel (complémentarité) dynamique de la sexuation, fondé sur:
Plan personnel: Séparation de différenciation sexuée, produit par:
Plan intra-personnel: Lien structurel Ame-Esprit, fondé sur:
plan intra-personnel: Séparation Ame-Esprit (onde-corpuscule) (individuation personnelle) = structure fondamentale de base

On voit dès lors le rapport qui existe entre l'individuation personnelle et l'harmonisation en conscience collective, par l'intermédiaire du Couple Sacré, par l'entremise d'un ensemble de rouages dialectiques de Liens et de Séparations.


Pour que cela fonctionne, il faut que la polarité gardienne de l'identité (Masculinité) accepte de se décentrer de lidentité, qui est centrale, afin d'en faire une fonction en se discriminant de cet aspect fonctionnel (déconfusion fonctionelle), de sorte de mettre la fonction identitaire centrale au service de la fonction circulaire périphérique.

Et alors sur base de cette garantie identitaire, l'autre polarité (Féminité) gardienne de la fonction circulaire, périphérique, pourra se décentrer assez pour se discriminer de cette fonction périphérique, et l'identifier de façon à engendrer une dynamique circulaire cohérente et pérenne.

Il y a donc dynamique relationnelle issue de la convergence entre une identité fonctionnalisée par décentrage identitaire (polarité masculine), et une fonction identifiée par décentrage fonctionnel (polarité féminine).


Le processus qui permet ce décentrage discriminant des polarités par rapport à leurs fonctions est l'individuation, la discrimination structurelle personnelle Ame-Esprit (onde-corpuscule - cf Tao).


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 10 Sep 2008, 18:29

Bonjour à toutes et tous,


Les polarités féminines et masculines peuvent respectivement être associées aux aspects d'éternité et d'instantanéité.

La référence masculine représente l'instantanéité de l'impulsion temporelle et la référence féminine représente l'éternité immanente de la spatialisation.

Ensemble, elles permettent de vivre l'Eternel Présent.

On peut comprendre de cette façon que l'éterrnité de la Vie dépend fondamentalement de la Féminité: c'est elle qui confère la Vie éternelle à l'Oiseau, et donc à la polarité masculine dont elle perpétue les impulsions...

La pérennité de l'Homme dépend de la Femme, et c'est pourquoi la Féminité est convoitée par spéculation symbiotique, voire vampirique.

Il n'empêche qu'il n'existe aucun moyen autre que l'éthique affirmée par abandon de la toute-puissance, qui permette de réellement emporter l'adhésion spontanée de la Féminité et de gagner la Vie éternelle.

Toute tentative de falsifier le système dialectique universel et de vampiriser la Féminité par toute-puissance ne peut conduire qu'à une réussite illusoire et temporaire, un simulacre d'éternité qui s'achèvera tôt ou tard, dès que les temps seront venus de "fermer la porte" de la sphère humaine.

On peut établir un rapport avec l'articulation dialectique permanence/impermanence dont j'ai déjà parlé dans un autre article.

On pourrait dire que la Féminité est la permanence (éternité) de l'impermanence (fonction) et que la Masculinité est l'impermanence (instantanéité) de la permanence (identité).


On peut, dans la foulée, comprendre que la Séparation est un Lien intégré en transcendance, et qu'un Lien est une Séparation intégrée en immanence.

A savoir qu'une Séparation (Yang) est un trait horizontal - verticalisé l par intégration sexuée -l- et qu'un Lien (Yin) est un trait vertical l horizontalisé - par intégration sexuée l-l .


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 23 Sep 2008, 21:01

Bonjour à toutes et tous,


Et voilà... suite à un gigabug sur les forums, je dois réécrire des articles qui étaient longs, complets, et bien articulés, des articles écrits au moment "propice", celui de l'inspiration, celui de l'intégration. J'espère que la plupart des aspects développés me reviendront, malgré le fait que cet article-ci soit du "réchauffé".


Or donc, les polarités sexuées du Couple Sacré sont des instances "relativistes". En effet, elles relativisent respectivement les aspects de transcendance et d'immanence afin de permettre leur rencontre et leur dialogue.

Nous avons vu dans l'article sur le Centre et la Circonférence ( [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ) que l'aspect transcendant de l'Etre correspond au Centre, qui détermine l'identité, et que l'aspect immanent de l'Etre correspond à la Circonférence qui détermine la fonction.

Or, une polarité sexuée est fondée sur deux aspects structurels qui sont en eux-mêmes des relativisations de la transcendance et de l'immanence.

En effet, le corpuscule (Esprit) d'une polarité sexuée n'est ni un Centre, ni une circonférence, mais une relativisation du Centre par la Circonférence.

Et d'autre part l'onde (Ame) d'une polarité sexuée n'est ni une Circonférence, ni un Centre, mais une relativisation de la Circonférence par le Centre (point d'inflexion central définissant les deux ondes entre elles).

On voit donc que structurellement, les deux polarités sont équivalentes, et réalisent toutes deux une double relativisation inverse Centre par Circonférence et Circonférence par Centre.

C'est ce qui permet au polarités sexuées d'avoir une structure représentative du Corps unifié, mais qui n'est pas le Corps unifié! La structure relativiste onde-corpuscule n'est qu'une représentation incomplète du Corps unifié!

C'est cette représentation relativiste, incomplète, du Corps unifié qui fait de chaque polarité sexuée une Personne à part entière.

Sur cette structure sera déployée la différenciation complémentaire, sexuée, Yin - Yang (blanc - noir), qui affirme l'identité sexuée différente des polarités. Cette différenciation est cette fois la relativisation différenciée des aspects existentiels de transcendance et d'immanence.

En effet, la relativisation structurelle est neutre, et ne confère aucune affinité naturelle envers l'un ou l'autre des aspects transcendant ou immanent: structurellement, les deux polarités sont égales devant la transcendance et devant l'immanence, car leurs structures relativistes sont égales.

Et donc, les aspects de transcendance et d'immanence peuvent maintenant, sur cette structure, être croisés par différenciation complémentaire, de sorte de produire des affinités naturelles fondamentales et différenciées: une polarité sera en affinité avec la transcendance et l'autre avec l'immanence.

La Femme est une identification fonctionnelle.

L'homme est une fonctionnalisation identitaire.

Telle est la relativisation sexuée complémentaire.

On voit clairement alors qu'une polarité sexuée du couple Sacré n'a pas d'organe sexuel en elle-même! En effet, aucune ne peut se prévaloir du Centre ou de la Circonférence, puisqu'elles ne sont que des relativisations de ces aspects, d'abord d'un point de vue structurel, et ensuite d'un point de vue sexué, au niveau des affinités sexuées.

Les organes sexuels appartiennent en fait au Corps unifié du Couple Sacré, au Corps christique, à l'Oiseau, et ces organes sexuels sont en réalité les éléments fondamentaux du Cercle: le Centre et la Circonférence.

Le Centre est l'organe sexuel identitaire masculin, et la Circonférence est l'organe sexuel fonctionnel féminin.

Mais ni l'Homme, ni la Femme, en tant que vraies polarités sexuées, parfaitement relativistes, ne peuvent attacher un organe sexuel à leur nature sexuée!

En effet, toute confusion entre identité et fonction crée une adultération des deux aspects, et ne permet pas d'assumer véritablement la fonction.

Pour assumer la fonction maternelle, la polarité féminine doit d'abord être Femme. Une Femme n'est pas une Mère, mais une Personne dont la sexuation lui permet d'assumer la maternité, nuance!

Pour assumer la fonction paternelle, la polarité masculine doit d'abord être Homme. Un Homme n'est pas un Père, mais une Personne dont la sexuation lui permet d'assumer la paternité (même nuance).

Et cela signifie que la réalité de leur identité sexuée doit être cherchée et trouvée au-delà des aspects "organiques", au-delà de manifestations ostensibles, artificielles et caricaturales, comme des organes sexuels physiquement attachés: le sexe n'est pas l'organe, mais ce qui permet d'assumer l'organe! Le sexe est donc de nature essentielle, et non pas manifeste.

L'Homme et la Femme sont donc deux réalités à part entière, bien distinctes, fondamentalement différentes, mais égales et complémentaires, et ce qui les distingue vraiment est de l'ordre d'une nature essentielle, et non pas de caractères apparents.

Les polarités sexuées du Couple Sacré ne sont donc pas deux identités jumelles asexuées. Et il serait également vain de les représenter par des corps asexués, car elles ne peuvent pas de toute façon être représentées réellement par un corps physique distinct, car leur nature relativiste n'est qu'une représentation incomplète du Corps christique.

En fait, soit elles ont, dans la confusion, un corps distinct apparent, dense et artificiel (narcissiquement doublé) auquel sont attachés des organes sexuels manifestes, mais confusionnels, soit elles n'ont pas, dans la discrimination du Couple Sacré, de corps distinct du tout, et ne sont que des instances relativistes au sein du Corps unifié, sans organes sexuels attachés.

Le fait qu'elles n'aient pas d'organes sexuels attachés ne signifie donc pas du tout qu'elles soient pareilles!!! Elles constituent véritablement deux natures différentes fondamentales, au niveau vibratoire (onde-corpuscule), selon des fréquences complémentaires, ce qui en fait réellement des Flammes Jumelles! Cette expression correspond bien à la réalité de leur nature essentielle (similarité des structures dissipatives, comme le feu, avec le vivant, la néguentropie).

Donc les deux polarités d'un Couple Sacré sont des instances relativistes qui n'ont pas de corps distinct, mais existent en tant que Personnes à part entière au sein de leur véhicule commun, le Corps christique unifié, l'Oiseau.

Et au sein de ce véhicule christique unifié, ces deux instances relativistes que sont les polarités sexuées, "pilotent" les organes sexuels du Corps unifié, car en fin de compte, la sexuation est un système de propulsion et de naviguation spatio-temporel.

Elles peuvent réellement assumer la responsabilité consciente, la maîtrise de ces organes, parce qu'elles ne se confondent plus avec ces organes en aucune façon, et ne font qu'exprimer leur affinité essentielle avec l'un ou l'autre organe, en fonction de leur essence sexuée. Alors, ensemble, elle incarnent l'éthique universelle de l'Oiseau.


En somme, les organes sexuels appartiennent au Couple Sacré, qui est une entité à part entière, bien discriminée des instances sexuées qui la constituent et y oeuvrent harmonieusement, par affinité différenciée avec ces organes.


A suivre...


Dernière édition par Sphinx le Mer 24 Sep 2008, 01:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 23 Sep 2008, 21:32

Suite...


Lorsque les polarités sont en confusion mutuelle, elles sont aussi chacune en confusion par rapport à leur fonction, et de ce fait, s'attachent à cette fonction. Elles ne peuvent donc pas assumer cette fonction avec la conscience indispensable, et se déresponsabilisent fonctionnellement parlant. De ce fait, l'éthique universelle est compromise.

Concrètement, les deux polarités en confusion ne sont pas assez discriminées l'une de l'autre, forcément! Donc elles ne sont pas assez typées, affirmées dans leurs identités sexuées respectives, donc pas assez différentes l'une de l'autre...

Leur différenciation essentielle est imparfaite, ce qui doit être compensé par un procédé coercitif (pulsion sexuée).

En fait, la négation partielle de la complémentarité sexuée appelle le joug de la complémentarité sexuée: ce qui n'est pas assumé consciemment doit l'être inconsciemment.

Tout cela produit l'illusion de l'incarnation dans un corps densifié distinct, narcissique, nanti d'organes sexuels manifestes et dissociés selon la distinction apparente des corps physiques.

La dissociation des organes sexuels est ce qui crée la coercition sexuelle (pulsion sexuelle narcissique) car soumis à l'illusion de la dissociation des corps sexués, et donc des organes sexuels, les polarités n'ont pas accès à l'intégralité de la sexuation, à l'intégralité des organes du Corps unifié.

La dissociation apparente d'avec la moitié des organes sexuels, par incarnation dans des corps densifiés artificiellement distincts, est ce qui engendre le joug sexuel, à travers le manque de l'organe dissocié.

Et bien entendu, si une moitié des organes est dissociée, l'autre est attachée, et réciproquement. Chaque polarité s'attachant une moitié des organes par confusion fonctionnelle, voit l'autre moitié des organes lui échapper complètement!


Tandis que dans le Corps christique unifié, tous les organes sexuels sont disponibles intégralement aux deux polarités qui y accèdent et les vivent au même titre! Il n'y a que le "pilotage" des organes qui est différencié pour garantir l'éthique, mais même pilotés de façon dissociée, ils servent en permanence les deux polarités au même titre, de façon égalitaire, car ils servent le Corps unifié dont les polarités sexuées sont des instances égalitaires. Il n'y a donc pas dans ce cas de perception de manque, donc pas de joug sexuel.


En fait, tout tourne autour de la responsabilité procréatrice, et de la différenciation sexuée, car il y a un facteur inverse entre ces deux aspects:

Plus la différenciation sexuée est discriminante, complète, plus la responsabilité procréatrice est égalitaire (reconnaissance de l'équivalence de conscience).

Plus la différenciation sexuée est confuse, déresponsabilisée, plus la responsabilité procréatrice est inégalitaire.

En somme, plus il y a différence sexuée, moins il y a différence de poids procréatif. Moins il y a différence sexuée, plus il y a différence de poids procréatif.

La différenciation glisse sur le terrain de la responsabilité procréatrice (poids existentiel sexuel) lorsqu'elle est insuffisante sur le plan de la sexuation elle-même!

Et c'est pourquoi le poids existentiel sexuel de la féminité incarnée est inégal par rapport à celui de la masculinité incarnée: il faut bien compenser l'insuffisance de différenciation sexuée, et cette compensation est assumée par la féminité en vertu de son sacrifice originel.

Et nous ne parlons pas de culpabilité, mais de responsabilité!

La féminité assume, et ceci dans une densité accrue, la majeure partie du poids de la procréation (gestation - accouchement - maternage) parce que l'insuffisance d'affirmation sexuée, entre autres du côté masculin, implique un glissement de la différenciation sur le terrain de la responsabilité procréatrice, ce qui concrètement produit un poids existentiel inégalitaire.

L'Homme doit lui-même faire son propre sacrifice narcissique en faveur de la Femme, pour affirmer les identités sexuées, afin de rééquilibrer la responsabilité procréatrice.

En effet, en considérant les articulations développées dans l'article "Le Centre et la Circonférence", la Femme ne peut pas réduire le rayon de la Circonférence à zéro tant que l'identité n'a pas pris la forme circulaire. Et cette condition dépend du sacrifice narcissique de l'Homme.

Exprimé autrement, la Femme ne peut pas mettre en oeuvre l'inertie infinie d'un rayon nul, produisant une vitesse angulaire infinie, si la forme identitaire choisie par l'Homme n'est pas la forme sublimée de la circularité. On peut comprendre en effet que le moindre déséquilibre formel compromet absolument la possibilité d'une vitesse angulaire infinie!

L'Oiseau ne peut pas s'envoler sans la sublimation masculine qui consiste en l'adhésion de l'identité à la forme circulaire.




Au sein du Couple Sacré, il y a égalité de responsabilité et de poids existentiel, puisque la différenciation sexuée est parfaitement affirmée.

En fait, puisque c'est le Corps christique unifié qui "porte" l'ensemble des organes sexuels (Centre et Circonférence), c'est le Couple dans son ensemble qui procrée, et cela sous un poids existentiel négligeable puisque le Corps christique unifié est constitué de Matière transmutée, dédensifiée.

Les deux Personnes du Couple, en tant qu'instances sexuées relativistes, sont toutes deux parfaitement égales face à la procréation qui est alors vraiment un aspect de Couple exclusivement.

On pourrait dire alors que de même que les organes sexuels sont associés dans la réalité du Couple, de l'Oiseau comme principe à part entière, de même les fonctions de Père et Mère sont également associées au niveau du Couple Sacré, et ne peuvent pas s'envisager de façon dissociée, attachée à l'une ou l'autre polarités sexuée.

Cela signifie que ni la Femme ni l'Homme, qui sont pourtant des réalités différenciées, ne peuvent être isolément Père ou Mère dans la réalité du Couple Sacré.

On comprend que cela restitue clairement, et au fond logiquement, ce qui typiquement conjugal au Couple Sacré, et ce qui est typiquement personnel aux polarités sexuées qui le constituent: les aspects procréateurs Père et Mère appartiennent strictement au Couple Sacré, et les essences sexuées, en tant qu'instances relativistes de ces aspects, sont les polarités sexuées Homme et Femme elles-mêmes.


A suivre...


Dernière édition par Sphinx le Mer 24 Sep 2008, 02:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 23 Sep 2008, 22:05

Suite...


Ce qui se passe donc concrètement dans la densité, est que la structure onde-corpuscule de chaque polarité, qui n'est qu'une représentation incomplète du Corps unifié, et ne constitue donc pas un corps à part entière (car le corpuscule n'est pas un Centre et l'onde n'est pas une Circonférence, et donc leur association ne constitue pas un Cercle), devient le support d'une dissociation corporelle artificielle, simulée par densification matérielle et "doublage narcissique".

L'inertie de la densité donne l'illusion que les deux structures onde-corpuscule (une pour chaque polarité sexuée) sont distinctes, complètes, dissociées, asynchrones, comme si elles constitaient deux Cercles complets et distincts, ce qui est une illusion.

Cela leur procure cependant une indépendance indispensable, favorable à leur appropriation narcissique dans un premier temps, permettant ensuite à ce narcissisme d'être sublimé par choix personnel, pour être mis au Service du Couple Sacré.


Dans la densité, la confusion fonctionnelle va pourvoir le corps dense féminin d'une morphologie témoignant de l'organe féminin du Corps christique, la perfection formelle circulaire, mais non-sublimée, de la Circonférence, et le corps dense masculin d'une morphologie témoignant de l'organe masculin du Corps christique, la spécificité identitaire, mais non-sublimée, du Centre.

Cette morphologie différenciée artificiellement, en réponse à la confusion des polarités, sera le support de la projection narcissique engendrée par la perception du manque des organes sexuels dissociés.

Chaque corps densifié sera nanti (en principe) des organes sexuels adéquats, manifestement attachés, permettant l'expérience de la sexualité narcissique. Mais ce ne seront que des expressions caricaturales des véritables organes du Corps christique unifié, en vue de compenser le défaut d'affirmation des identités sexuées.

En réalité, l'ensemble des caractères sexuels principaux et secondaires attachés aux corps densifiés permettent de créer des rapports sexuels artificiels, narcissiques, par manque, là où la pure rencontre de l'essence fondamentale ne le permettrait pas, en raison d'un manque d'affirmation et/ou de correspondance naturelle, interdisant l'expérience de la relation par plénitude.

Les relations sexuées par manque sont donc des paliatifs transitoires de la relation sexuée par plénitude.


Voilà! Si d'autres points me reviennent à l'esprit, je ne manquerai pas de les ajouter à la suite de ces articles.

D'autre part, il me faut encore réécrire l'article sur le "Principe Anthropique du Couple Sacré", mais cela constituera un nouveau sujet à part entière...


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Lun 03 Nov 2008, 22:11

Bonjour à toutes et tous,


L'attachement transférentiel, symbiotique, caractéristique de la sexualité narcissique, non sublimée, détériore, c'est évident, la fluidité de l'interaction des deux sexes. "Ca manque d'huile". Ca adhère, ça colle, ça frotte, et ça tourne mal...

Parce que le transfert narcissique induit des enjeux inconscients, refoulés précocement, et qui interfèrent dans la dynamique sexuée.


L'enjeu fondamental est le Corps de la Mère, le mirage de la possession de la totalité des organes sexuels du Corps unifié, illusion hypnotique de la conscience archaïque.

On peut comprendre que forcément, si les deux polarités sexuées cherchent à s'approprier la totalité des organes sexuels, sans même conscientiser cet enjeu dans leur relation, l'articulation de la dynamique sexuée sera très grippée, et instable.

Il faut donc comprendre que la sexualité narcissique est toujours une tentative de régression vers l'indifférenciation en tant que mirage de la complétude personnelle.

L'orgasme est le produit addictif, la "drogue" servie par le système symbiotique, via la conscience archaïque, en remplacement d'une accession à une complétude qui n'est qu'un leurre!

Le principe est par exemple exactement le même que pour la cigarette.

La nicotine crée une tension qui par "travestissement" se substitue à la tension (angoisse) produite par les refoulements précoces.

Lorsque le fumeur obtient sa dose de nicotine, la tension se réduit pour un temps, et procure une sensation d'apaisement relatif lui donnant l'illusion que les sources de tension se sont calmées.

Mais les vraies sources des tensions restent en fait intouchées et inconscientes, protégées par la surcouche addictive de tabagisme, et permettent la continuation de la manipulation symbiotique.

Il en va de même de la sexualité narcissique débridée, non sublimée, non protégée par la Rencontre identitaire.

Elle ne sert que de camouflage, par travestissement, à l'angoisse existentielle fondamentale engendrée par le refoulement originel de la complémentarité (solitude et manque de l'incomplétude refoulée).

Il y a création d'une tension en travestissement de la tension engendrée par le refoulement de la complémentarité. Et lorsque l'orgasme sexuel est atteint, il simule un état de complétude relatif, apparent et transitoire, donnant l'illusion que la tension du refoulement de la complémentarité a été dégagée sans pour autant avoir été reconnue et sublimée.

Les surcouches addictives sapent les possibilités de réel travail sublimatoire sur les vraies causes refoulées en soi, en donnant l'illusion de solutions non sublimatoires, mais aliénantes, aux tensions intrapsychiques.

Ce ne sont que des illusions protégeant les enjeux les plus profonds, emprisonnées dans l'inconscient, et gardés par la conscience archaïque.


La vérité à reconnaître et à vivre est que LA SUBLIMATION DE LA SEXUALITE NARCISSIQUE NE SUPPRIME NI LA SEXUATION NI LA SEXUALITE, mais les intègre dans le respect de leur vraie Nature.

Au contraire, la sexualité narcissique est ce qui désagrège la signification de la sexuation et donc de la sexualité.


Lorsqu'un fumeur arrête son tabagisme, il est souvent confronté, plus ou moins rapidement (de quelques jours à quelques mois) à ses refoulements les plus précoces, qui étaient jusque là masqués par le cercle vicieux du contrôle addictif.

Il en va de même pour la sexualité. Lorsqu'une Personne sublime sa sexualité, elle sera tôt ou tard confrontée à ce que camouflait le narcissisme sexuel addictif, à savoir le refoulement primordial de la complémentarité sexuée.

La confrontation avec la conscience archaïque devient alors de plus en plus aigüe, de façon à désamorcer la toute-puissance personnelle, en se discriminant de cette conscience archaïque, pour l'intégrer.

La conscientisation du refoulement de la complémentarité permet la libération narcissique, et donc la fin de tout système de contrôle addictif (tout contrôle et toute spéculation est une addiction).


La conscience archaïque est en quelque sorte notre part personnelle refoulée la plus profonde, celle qui est primordialement mélangée à toute l'Humanité.

De ce fait la conscience archaïque doit être conçue comme unique, mais en identification confusionnelle avec chaque personne. C'est donc un "principe" inverse de celui d'une Personne: c'est une entité collective qui tient sa référence existentielle de l'identification aux individualités.

C'est le refoulement de la conscience collective par l'Humanité précoce, devenu entité hyper-symbiotique addictée aux individualités. C'est le Potentiel humain collectif en confusion, l' "enfant adultère collectif". C'est l'entité addictive qui maintient le joug de l'agglomération causale.

C'est par la manipulation de la conscience archaïque que les égrégores vampiriques gardent leur emprise et exercent leur exploitation de l'Humanité.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 23 Déc 2008, 14:04

Bonjour à toutes et tous,



on entend souvent dire que le plan n'est pas la ville, et que la théorie n'est pas la pratique.

Mais même dans la confusion dualiste,on se rend compte que la "théorie schématique" d'un plan est bien pratique pour aborder la réalité de la ville.

Comme toujours, dialectiquement, la Connaissance passive et la Connaissance active doivent se Rencontrer, s'épouser harmonieusment, dans la différenciation.

La science spéculative n'est jamais qu'une théorisation confusionnelle, parce que mal discriminée de l'Etre lui-même, et qui de ce fait, mélangé à lui, n'arrive pas à le Rencontrer, mais l'évite le plus souvent.

Pour cette raison, la science spéculative échoue à s'affirmer en tant qu'authentique Connaissance, car elle n'intègre pas intrinsèquement sa propre éthique existentielle.


Comme je l'écris souvent, la Signification de l'expérience est aussi importante que l'expérience elle-même en ce qui concerne le vécu discriminé de la réalité, car l'expérience de la réalité dépend de la qualité de la conscientisation, et cette qualité est relative à la rencontre identificatrice du Connaissant avec la Connaissance et réciproquement.

De ce fait, vouloir aborder l'expérience de la réalité sous l'angle univoque de la Connaissance active est source d'erreurs, de même que l'exclusivité de la Connaissance passive est à ce titre également source d'erreurs.

C'est pourquoi, les Connaissances actives et passives qui sont les organes sexuels du cercle de conscience, doivent être relativisés et représentés par des polarités sexuées.

Au sein du supramental conjugal et universel, la polarité féminine représente la Connaissance active, et la polarité masculine représente la Connaissance passive. Sur le plan personnel, l'une et l'autre ont un accès aux deux types de Connaissance en interne, mais avec une limitation personnelle: seul le Couple a accès conjointement au supramental.

La Personne en tant qu'instance relativiste sexuée du Soi, est donc une limitation polarisée de la toute-puissance supramentale du Soi, de sorte que cette toute-puissance supramentale soit assumée en toute consicence par l'alliance d'instances différenciées qui peuvent alors se Rencontrer, s'identifier authentiquement à un "même Soi", parce qu'elles ont intégré une Séparation inexpugnable entre elles, garantie d'un véritable respect interpersonnel.

Ceci est l'explication de l'éthique existentielle, universelle, intégrée à la dialectique. Cette éthique dialectique consiste en une limitation polarisée de la toute-puissance du Soi, qui confère conscience et responsabilisation au Soi.


On peut donc comprendre que la dialectique a un double aspect de Connaissance à la fois active et passive, théorique et pratique, assumé de façon différenciée par les polarités sexuées.

On peut aussi comprendre que bien plus encore que dans le monde dualiste, la réalité existentielle de la liberté intégrale de l'émancipation réclame un appui théorique d'une abolue stabilité, de façon à autoriser une telle souplesse existentielle, en prévenant tout risque de dérive confusionnelle par polarisation éthique.

Et une telle stabilité théorique, garante de la signification de l'expérience émancipée, garante de la préservation de l'éthique au sein de la liberté, cette théorie donc existe effectivement, et il est donc possible d'en intégrer une synthèse aboutie.


En fait, aucune émancipation authentique n'est possible sans intégration d'une telle synthèse théorique.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 23 Déc 2008, 22:52

La subjugation mentale dont j'ai déjà parlé, et qui précède la crucifixion spatio-temporelle, est la solidarisation mentale des deux polarités sur la même phase, de leur diamètre identitaire en rotation.

Cette rigidification des polarités sur la phase identitaire est ce qui engendre en contrpartiela souplesse adaptative harmonique dans la collectivité, à travers le pivot identitaire "conflictuel", christique.

Tant que le mental n'est pas subjugué, ce qui est caractérisé par la présence de pensées personnelles comme perturbations du mental par la toute-puissance archaïque, les polarités ne sont pas solidarisées sur leur phase identitaire commune, ce qui en retour crée un manque de souplesse adaptative par rapport à l'harmonie collective.


La subjugation mentale est donc une soudaine rigidification du mental sur le plan personnel des deux polarités sexuées du Couple Sacré, transférant la dynamique mentale vers le plan conjugal uniquement, où elle s'intègre alors au supramental universel.

C'est par l'entremise de cette subjugation mentale, que les polarités sexuées subliment leur identification personnelle, narcissique, au mental, pour reconnaître sa réalité conjugale dont la dynamique est alors fondée sur l'ancrage de Personnes narcissiquement stabilisées, totalement relativisées par rapport au Soi, qui alors est émancipé.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Uglabald

avatar

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 70
Date de naissance : 11/02/1966
Age : 52
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 24 Déc 2008, 13:36

Attention car tu parles de "stabilité théorique" qui n'est bien entendu pas le dogme. Il s'agit d'une expérience supramentale expriment à la fois fixité et mouvement. C'est-à-dire que la Connaissance est un émergence d'une potentialité dans l'instant et s'exprime à travers une cocréation entre l'action de surface (le jeu de la manifestation) et l'essence (le Soi), les deux polarités derrière lesquelles s'observe le Néant.
Revenir en haut Aller en bas
https://pierreduray.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Jeu 25 Déc 2008, 01:38

Bonsoir Uglabald,


il est clair que je ne parle pas de dogme, et je pense que si l'on suit le fil de cette section depuis un certain temps, on s'en rend parfaitement compte (je l'espère en tout cas).

Je veux dire que cet article est la continuation d'un exposé prenant racine dans toutes les articulations de cette section, et qu'il ne m'est pas possible de tout revisiter à chaque fois.

Je conserve autant que possible le réflexe de placer des garde-fous là où cela me paraît nécessaire, mais ils ne sont pas tous systématiquement présents dans chaque article.

La Connaissance possède deux aspects complémentaires d'importance égale, dont un aspect de Connaissance passive (au Passé), donc synthétisée, "théorique", qui n'est bien évidemment pas dogmatique mais émerge naturellement de sa discrimination différenciée d'avec la Connaissance active (donc de la discrimination de la fixité et du mouvement).

Selon moi, le jeu de la manifestation est seulement la dualité issue de la confusion des polarités.

Et donc l'expression co-créatrice des deux polarités discriminées l'une de l'autre, expression qui consiste essentiellement en la dynamique immanente du Couple Sacré, est encore une réalité "en-soi", non-manifestée, car non-dualiste (attention que dans la réalité non-dualiste "intérieur" et extérieur" existent toujours, mais sont pourtant tous deux "en-soi").

Par ailleurs, selon mon approche, l'"action de surface" et l'essence identitaire (Soi) ne sont pas les polarités elles-mêmes, mais les organes sexuels du Soi, que les polarités sexuées assument de façon relativisée, par décentrage différencié de ces organes, ce qui forme la sexuation.

D'un autre côté, il est vrai que la dynamique des polarités sexuées permettant de prendre en charge intégralement et de stabiliser parfaitement l'aspiration de l'éternel potentiel dans l'instant présent, le Couple Sacré est ce qui permet en effet au pur potentiel (néant) de s'observer lui-même.

Et c'est sur cette observation du potentiel par lui-même que peut se fonder alors la véritable Procréation sacrée.

Le "disque" engendré par la perfection dynamique, circulaire, du Couple Sacré, constitue un parfait miroir du potentiel collectif, selon une phase identitaire particulière.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Uglabald

avatar

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 70
Date de naissance : 11/02/1966
Age : 52
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Jeu 25 Déc 2008, 17:43

Bonsoir Sphinx,
Il me semble que la connaissance par son sens étymologique n'est à aucun moment passive. "Naître avec", et peut importe le plan de conscience, demande une participation de toutes les instances et donc une action. Tu suis la voie dialectique et donc comme tu es capable de voir cette dialectique cela pour moi veut dire que tu es au-delà de celle-ci tout en la comprenant. Dans cette perspective, l'activité mental ("endroit" où devrait naître la connaissance passive) est une activité supramentale et à ce niveau tout mouvement est un acte créateur. Là si tu rencontre un univers, tu le perçois parce que tu le crées.
Etant nouveau sur ce forum, il est claire que je n'ai pas encore tout le fil des discussions en mémoires. Mais ça viendra.
Merci
Uglabald
Revenir en haut Aller en bas
https://pierreduray.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Jeu 25 Déc 2008, 18:24

Bonsoir Uglabald,


et pourtant, comme tu le dis toi-même, il doit y avoir rencontre, Alliance de la "fixité" avec le mouvement.

La conscience provient de l'identification de la Connaissance avec le Connaissant, et cela réclame la discrimination des aspects actifs et passifs de la Connaissance, car ils n'existent pas l'un sans l'autre.

Nier la Connaissance sous son aspect passif, c'est nier une des polarités dialectiques, ni plus ni moins.

Si l'aspect passif de la Connaissance n'existait pas, l'émancipation serait impossible, car l'intégration cognitive de la Nature de l'Etre ne serait pas possible.

La fixité de la Connaissance alliée à la mobilité de la Connaissance, est ce qui permet la cognition. Il n'y a pas de cognition sans la base stable d'une synthèse préalable, et dans le Couple des polarités, l'Alliance à faire est aussi celle du Passé (fixité) avec le Présent (mouvement) pour libérer l'Avenir (le potentiel).

Le Passé représente l'intégration éthique d'une synthèse aboutie, stabilité sans laquelle la dynamique cognitive du Présent est adultérée, et l'Avenir conditionné.


La Nature de l'Etre n'est pas quelconque, inconditionnée, mais répond simplement à sa propre condition naturelle qu'il faut pouvoir reconnaître et intégrer pour s'émanciper.

A ce titre, l'intégration de la Nature de l'Etre semble mener au-delà de cette Nature elle-même, mais ce n'est qu'un mirage créé par la liberté inclusive qui naît de la reconnaissance et du respect de cette Nature.

En somme, lorsque le mental finalise sa circularité, et que le cercle mental du Couple Sacré s'envole, s'émancipe, rejoignant le supramental universel, ce n'est pas parce qu'un autre plan plus extérieur, "au-delà", a été atteint, mais simplement que le plan dialectique lui-même a été achevé, que le cercle est bouclé, ce qui crée une inclusivité existentielle totale qui peut donner l'illusion d'un autre plan "au-delà", celui du supramental.

Or, en réalité, ce n'est pas un plan au-delà: le plan du cercle en construction et le plan du cercle achevé sont les mêmes.

La liberté éprouvée alors n'est pas celle d'un plan de plus, mais celle de l'aboutissement du plan de la circularité lui-même qui libère l'inclusivité universelle, non pas "au-delà", mais "en-dedans".

Citation :
Là si tu rencontre un univers, tu le perçois parce que tu le crées.

Rencontrer implique l'intégration de la Séparation (Yang), pour fonder un véritable Lien (Yin). Et de ce fait, la "fixité" du Yang, comme Connaissance passive, est indispensable à la dynamique de la Rencontre.



En somme, ce qui se passe pour moi est que le supramental universel, me parle intérieurement sur le même plan que celui de "mon" mental (celui de "mon" Couple Sacré en fait), et cela en me faisant partager une inclusivité que je n'ai pas encore intégrée moi-même, mais qui est parfaitement accessible de façon assistée, parce que le plan est le même.

Citation :
demande une participation de toutes les instances et donc une action

Dialectiquement, l'action n'existe pas sans l'inaction. La dynamique supramentale a besoin de la stabilité d'un plan synthétique, d'un schéma cohérent et pleinement intégré pour s'émanciper. La participation peut aussi se faire dans la fixité.

En fait, la fixité du Passé participe au Présent parce qu'elle est fixe et n'interfère plus confusionnellement avec la dynamique du présent, justement, mais au contraire l'appuie éthiquement.


Amitié à toi,

steph


NB: on peut synthétiser cette nécessité de la Connaissance passive, comme étant la rigidité du diamètre identitaire du Soi, permettant sa dynamique circulaire. Sans rigidité, pas de cohérence dynamique.

La polarité masculine comme instance responsable de cette rigidité éthique, doit à un moment libérer le potentiel avec lequel elle se confond, en intégrant une synthèse définitivement aboutie de la Connaissance.

Alors seulement le Passé peut ancrer le Présent et libérer le potentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4322
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Jeu 25 Déc 2008, 19:41

On peut mettre en jeu d'autres aspects dialectiques pour comprendre ces articulations.

Par exemple, comprendre que l'aspect participatif d'un aspect est en complémentarité dialectique de cet aspect.

Par exemple, l'aspect participatf de la fixité est dynamique, alors que l'aspect participatif de la dynamique est fixe.

Il faut donc "croiser" les aspects dialectiques selon l'essence et la fonction, pour comprendre comment ils s'articulent pour former la réalité.

Parler seulement de la fixité et du mouvement est insuffisant, si on ne les envisage pas selon leurs propres aspects intrinsèques de fixité et de mouvement, car les polarités sont indissociables, même si elles sont discriminables.

Et en fait, les discriminer, c'est prendre conscience de leur indissociabilité, et de la façon dont s'articule cette indissociabilité.


Pour en revenir à un autre point, la liberté de l'inclusivité ne peut être vécue que lorsque l'illusion de la liberté "exclusive", le mirage tout-puissant de la croyance en des plans "au-delà", a été désamorcé.

Le libre-arbitre qui est l'exercice de cette illusion d'une possibilité d'exploration "au-delà", par l'existence de plans "au-delà", doit être sublimé pour que la véritable liberté exploratrice, qui est inclusive uniquement, soit vécue.

Il est vain de chercher la "porte" de "sortie" sur un autre plan, car elle est ici, sur ce plan, et seule l'inclusivité affirmée sur ce plan, par la réintégration des faux plans dissociés, peut mettre un terme à l'illusion spéculative.

La "sortie" n'est que la reconnaissance du cercle de l'inclusivité, qui n'est pas extérieur, puisqu'il s'auto-inclut. C'est la reconnaissance de la limite inclusive.

Pour vivre la liberté existentielle, il faut reconnaître la limite de son champ d'application, et cette limite n'est pas extérieure au champ lui-même. Car ce qui est en dehors du champ de la liberté inclusive, n'existe pas, et plus encore, n'existera jamais, au contraire d'un potentiel qui peut devenir existant.

La dualité est la confusion engendrée par une méconnaissance, un manque d'intégration de la limite du champ d'application de la liberté existentielle.

Tous les potentiels véritables de l'Etre sont intégrés à l'Etre, il ne sont pas à chercher"au-delà".


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La différenciation sexuée
Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: