ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La différenciation sexuée

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Uglabald

avatar

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 70
Date de naissance : 11/02/1966
Age : 52
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Jeu 25 Déc 2008, 23:54

Cher Sphinx,
Je absolument d'accord avec toi.
Voici d'ailleurs un exemple pratique. Je pratique depuis pas mal de temps un art martial chinois interne appelé Xin Yi Bagua Zhang. La particularité de cet art (à la fois art martial, technique de santé, et méthode alchimique) est qu'il est basé sur la notion de changement permanent. Activité de surface dynamique et très spiralée s'exécutant sur un cercle. La marche sur le cercle est très difficile, certainement le déplacement le plus difficile rencontré dans ma pratique de différentes disciplines jusqu'au niveau minimum d'expert. La clé pour réussir ce tout de force? Être le Néant. Percevoir cet "espace" en soi où tout est possible mais où tous les paradoxes sont résolus.
Le parcour du cercle nous ramène constamment au point de départ, mais chaque fois avec un approfondissement ou un dépouillement accru.
La compétence acquise est une dextérité de surface. Le reste n'est que reconnaissance de que l'on est et que nous avons toujours été : non deux.
Merci

Uglabald
Revenir en haut Aller en bas
https://pierreduray.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 04 Jan 2009, 17:34

Bonjour à toutes et tous,


j'ai déjà abordé le sujet de l'identification ailleurs dans cette section, et je ne sais plus où...

L'identification est une participation active, et respectueuse, sans confusion, sans croyance identificatrice.

En quelque sorte, si on croit être quelqu'un ou quelque chose de façon inconsciente, alors on est en confusion avec cette Personne ou cette chose.

Mais si consciemment on sait qu'on n'est pas cette Personne ou cette chose, alors on peut être réellement AVEC, en intimité, et cette intimité conscientisée est l'identification (qui n'est donc pas projective, contrairement à la croyance inconsciente qui en découle par refoulement).

La plus délicate des identifications, et donc la plus cruciale, existentiellement la plus importante, est l'identification passant à travers la différenciation sexuée.

En effet, si on suggère là, comme ça, à un homme non préparé, de s'identifier à une femme, cela va probablement le mettre mal à l'aise. Parce que justement la confusion prévaut encore, donc la relativisation du sexe de l'organe est insuffisant, donc l'affirmation de l'identité sexuée de la Personne est caduque, et donc l'attachement à l'organe apparent, manifeste, est trop important.

Pourtant, impossible d'unifier le Soi, si on ne peut identifier le Soi aussi à l'autre sexe, et donc si on ne peut s'identifier, en tant qu'homme, à une femme, et réciproquement. La relativisation des aspects sexuels selon des Personnes, doit permettre justement la rencontre de ces aspects qui, étant fondamentalement différents, ne peuvent pas se rencontrer dans leur absolu, et ont besoin d'une relativisation qui les mette sur un pied d'égalité.


Attention que cette identification n'est pas confusionnelle, mais est au contraire permise par une claire affirmation des identrités sexuées, permettant de faire jaillir l'Identité du Soi conjugal de la véritable intimité identificatrice des Personnes en tant qu'instances relativistes sexuées du Soi.


L'idée est que l'identification permet d'abord la fusion discriminée des perceptions en conscience partagée. Un homme doit donc pouvoir être intérieurement confronté aux perceptions de la féminité, sans en être perturbé, déstabilisé, repoussé.

Cela ne veut pas dire que ce seront ses perceptions personnelles, mais qu'il a accès aux perceptions de l'autre polarité par l'entremise du corps christique unifié et de sa conscience partagée.

A noter que ce type de partages des perceptions est déjà possible entre âmes soeurs assez proches.

Mais l'intimité des polarités authentiques va plus loin, sur le plan de l'identification, par l'entremise du Soi conjugal. En effet,les polarités peuvent se vivre mutuellement à travers la reconnaissance identitaire, et réellement, totalement, lacher prise de leur narcissisme personnel pour s'offrir à l'intimité intégrale du Couple Sacré.

Et s'il y a toujours deux Personnes, il y aussi une réalité identitaire qui transcende les réalités personnelles. C'est alors au-delà même du partage des perceptions (qui est conservé par ailleurs) et du partage de conscience (qui est également préservé par ailleurs) que se situe la réalité du Couple, dans la reconnaissance unifiée de l'identité au-delà et grâce aux polarités différenciées de cette Identité.


Il y a là une forme d'intimité qui résiste à toute tentative d'expression, et dont la complétude est inexpugnable.


On comprend que parler simplement d'unification des polarités internes, au sein d'une seule Personnes, est incomplet, car si une telle unification se produit, c'est qu'elle est forcément corrélée à une unification à une autre Personne externe, complémentairement différenciée.

Si la signification correcte de l'expérience sprituelle unificatrice ne lui est pas conférée, à savoir si la réalité personnelle n'est pas reconnue dans la différenciation sexuée, et que la Personne croit recevoir et pouvoir gérer cette unification seule, par elle-même, alors l'expérience spirituelle devient un piège redoutable, pouvant mener à la "chute".

Car c'est en quelque sorte une telle erreur (mais compréhensible vu l'immaturité) qui a engendré (mais c'était prévu, inévitable, et salutaire) la "chute" originelle due au refoulement de la complémentarité.

Si parce qu'elle est capable de centraliser, par intimité, toutes les perceptions de l'Etre, du Soi, la Personne croit par toute-puissance immature que toute cette perception et toute la conscience lui appartient personnellement, niant la réalité de la Personne complémentaire, alors l'éthique ajustera forcément le niveau existentiel pour que cette erreur ne puisse pas continuer, et soit rectifiée et intégrée.

On voit là précisément à quel point la signification conférée à l'expérience de la réalité est aussi importante que l'expérience de la réalité, pour connaître la réalité.

Si on nie la réalité de l'autre Personne complémentaire, on nie la signification de la réalité, puisque cette signification manque de la moitié de sa référence. Et de ce fait, la réalité n'est pas connue, mais projetée, ce qui engendre sa décohérence.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Sam 10 Jan 2009, 20:00

Bonjour à toutes et tous,


je pense qu'il est assez clair pour qui lit cette section depuis un certain temps, qu'il n'a jamais été dans mes intentions de discréditer ou de mépriser la sexualité narcissique habituelle.

Au contraire, c'est tout d'abord mon combat intérieur pour protéger cet aspect de saxualité narcissique de tout ce qui est fomenté contre elle, qui m'a probablement permis d'avancer très vite dans la compréhension de la sexualité sacrée.

La mise ne oeuvre du principe spirituel selon lequel on ne peut avancer que par intégration, pas par rejet, a montré sa pertinence.


De plus, il est clair que, dialectiquement, le cycle narcissique implique un passage inévitable par le stade de la consommation narcissique, et qu'aucun jugement ne peut être porté sur cet aspect.

Je sais cependant qu'admettre le narcissisme sexuel des femmes n'est pas evident pour certains hommes, qui entendent cependant qu'on accepte bel et bien le leur sans discuter.

C'est naturellement une interférence de la toute-puissance foetal qui doit posséder l'exclusivité maternelle, et donc refuser à la fémnité toute liberté narcissique, c'est évident.

La jalousie narcissique sexuelle, et par ailleurs toute forme d jalousie, est une conséquence de l'exclusivité possessive d'un état foetal imparfaitement intégré.

Tout rival narcissique est conçu comme un risque possible face aux ressources vitales liées à la matrice maternelle.

Grosso modo, tout homme devenant amoureux d'une femme au sens narcissique du mot, s'ancre psychiquement dans la matrice de celle-ci, et défend son territoire contre tout rival comme si sa vie en dépendait... parce qu'il y a justement confusion entre l'état foetal et la vie d'homme.


De même, on peut comprendre que le principe de la propriété matérielle ou intellectuelle est créé et nourri par la même confusion entre l'état adulte et l'état foetal. C'est une forme de toute-puissance interférant dans la réalité présente depuis le passé de l'état foetal où elle reste refoulée, clivée, et donc non intégrée, non actualisée.



Pour en revenir à la sexualité narcissique, déjà le mouvement de va-et-vient bien connu (j'espère...) est une représentation cyclique de la dynamique circulaire des polarités sacrées.

Le mouvement de va-et-vient de la sexualité narcissique est la conséquence du blocage de la densité: les corps ne peuvent pas fusionner (car ils ne sont pas de même essence identitaire), et de ce fait, la tension du potentiel est dérivée dans une dynamique sexuelle, avec un aspect cyclique prépondérant, même s'il n'est vraiment qu'une caricature de la dynamique de perfection des polarités complémentaires.


Pourtant, en sexualité sacrée, le principe est le même: l'opposition sur la phase cette fois, puisque l'essence identitaire est la même, permet de prendre en charge la tension du potentiel intégral présent au centre de la phase.

La dynamique qui en naît est parfaite, éternelle.

Mais pour que cela puisse se produire, il faut avoir donné au polarités complémentaires la possibilité de se rencontrer sans danger, sans s'effondrer l'une dans l'autre.

Et cela n'est possible que par l'ancrage du respect de la Personne. Et donc cela ne peut être intégré que par de multiples relations avec d'autre Personnes, hors Couple Sacré, relations qui seront à sublimer, pour avancer vers LA relation sacrée.


En fait, pratiquement, il est impossible au Couple Sacré de se rencontrer trop tôt: soit il se rencontre au bon moment, par sa préparation éthique, soit il ne se rencontre pas.

Mais jamais l'éthique n'est dépassée, ne fût-ce qu'un minime instant, par une Rencontre prématurée. La Rencontre par définition n'est jamais prématurée. Elle est ou n'est pas. Et elle n'est pas si l'éthique n'est pas intégrée.




Une différence fondamentale entre la dynamique caricaturale de la sexualité narcissique et la dynamique parfaite de la sexualité sacrée, est que cette dernière ne comporte pas la moindre violence, même en latence.

Alors que la sexualité narcissique comporte toujours de la violence, ne fût-ce qu'en latence. Pourquoi?

Parce que dans le cas de la sexualité narcissique, la dynamique est très imparfaite, et inapte à gérer véritablement le potentiel.

Une partie du Conflit, de la friction identitaire avec le collectif, au niveau du potentiel central, entre donc en interférence dans la relation sexuée, en y créant des vibrations, et des variations dans l'angle entre les polarités sexuées en présence: il n'y a pas d'axe identitaire bien droit, et de plus, il n'y a pas solidarisation suffisante entre les deux bras des polarités sexuées.

Manquant de cohésion, elles manquent de cohérence, et se laissent en partie gagner, déformer, désaxer, désolidariser par le potentiel.

Tout cela est une exportation du Conflit central, de la friction identitaire collective, christique, qui crée des parturbations dans l'articulation des polarités entre elles, parce qu'elles ne sont pas corrélées par une même essence identitaire, une même phase du collectif.

Toutes ces interférences sont proteuses de violence tant qu'elles ne sont pas sublimées narcissiquement.



Alors qu'en sexualité sacrée, le Conflit étant circonscrit au centre des polarités, grâce à leur parfaite cohésion sur leur diamètre, leur phase, la rigidité axiale de cette cohésion empêche toute interférence exportatrice du Conflit, et désamorce toute violence, même en latence.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 11 Jan 2009, 01:54

Bonjour à toutes et tous,


L'éthique est sa propre justification et sa propre récompense.

Or le modèle du Couple Sacré représente l'éthique: l'éthique est la signification du Couple Sacré.

De ce fait, on ne peut pas mettre en oeuvre l'éthique dans le but d'obtenir narcissiquement la réalisation du Couple Sacré, car ce serait spéculer sur le Couple Sacré, et donc exporter sa signification.

Mettre en oeuvre l'éthique spéculativement, narcissiquement, dans l'idée d'en recevoir une forme de consécration en retour, quelle qu'en soit la forme, y compris celle du Couple Sacré, n'est pas authentiquement éthique, et ne le sera jamais.

Pour être authentique, l'éthique ne peut être mise en oeuvre que pour elle-même, sans la moindre spéculation. Et alors, spontanément, l'éthique va à un moment donné, produire comme conséquence de son authenticité, le modèle du Couple Sacré pour entériner définitivement le choix existentiel de cette signification.

Si donc la mise en oeuvre de l'éthique engendre naturellement le Couple Sacré, aucune spéculation, pas même celle de la réalisation du Couple Sacré, ne peut engendrer véritablement la mise en oeuvre de l'éthique.

Et c'est pourquoi la plus totale sublimation doit intervenir préalablement à toute possibilité de fusion sacrée.

Il faut donc désamorcer complètement la toute-puissance archaïque, en confrontant cet état de conscience par un choix sublimatoire intégral, celui qui permet d'affronter l'idée de la réussite et de l'échec avec la même sérénité. L'éthique réclame cette équanimité de conscience.



Le point de vue de la cohérence de phase ne reconnaît pas la moindre autorité comme référence extérieure, qui ferait partie d'un système linéaire, donc hiérachique, de clivage des Personnes humaines.

La seule référence est intérieure, exclusivement, et est l'éthique. Adhérer à l'éthique est absolument à l'inverse de tout principe d'autorité et de hiérarchie: il existe une seule référence centrale, et tout tourne autour dans la plus complète équivalence.

L'éthique ne confère donc pas la moindre autorité, car on ne peut en être qu'un témoin et un canal, et non une personnification ce qui serait une confusion totale! L'éthique est rencontrée par la différenciation sexuée des Personnes, et ne peut donc pas être associée à une seule Personne.

L'approche circulaire témoigne donc bien clairement de l'abandon de la toute-puissance, de l'intégration de l'équivalence universelle, et de la décontamination des illusions de l'autorité et de la hiérarchie qui sont typiquement des aspects linéaires, en réalité tout-puissants car archaïques.

La linéarité est toute-puissance, et la seule place qui lui sied est donc centrale, comme pivot de l'éthique, justement!

La toute-puissance en tant que linéarité est légitime lorsqu'elle est le pivot de la dynamique circulaire, et donc le pivot de l'éthique, lui conférant sa puissance universelle.

Toute approche linéaire est une adultération, par décentrage de la puissance de l'éthique, puissance qui est alors dérivée vers la spéculation individualiste tout-puissante, personnelle, immature: la puissance éthique d'être est transformée en toute-puissance de refoulement de l'être.


De la même façon, le point de vue de la cohérence de phase n'aborde pas la métaphysique selon une approche linéaire, scientifique ou mathématique, toute-puissante, qui voudrait que, par exemple, 1+1=2, mais sous l'angle de la réalité non-dualiste, ce qui implique malgré tout une forme de "logique", mais de logique dialectique, circulaire, ce qui constitue une nuance essentielle.

La Connaissance métaphysique qui émane du point de vue de la cohérence de phase n'est donc certainement pas une connaissance élitiste, impliquant l'investiture d'une quelconque autorité, ni l'inscription dans une quelconque hiérarchie, ni ne confère de droit particulier sur quiconque, ni d'autorisation particulière de transmission ou d'enseignement, car elle n'est pas une connaissance causalement fermée et de ce fait n'est pas déresponsabilisée par affranchissement de l'éthique.

La Connaissance qui émane de la cohérence de phase est intrinsèquement éthique, car la Personne en est le pilier fondamental. Et le premier principei en est la stricte égalité de toutes les Personnes.


L'éthique stipule que pour agir véritablement, il faut pouvoir Rencontrer la réalité, ce qui implique d'abord d'être totalement Présent à cette réalité, et donc ensuite, par voie de conséquence, de ne pas être en confusion avec la réalité en la rédéfinissant unilatéralement.

La définition éthique de la réalité est donc la Rencontre, à savoir une co-création collective de la réalité autour d'une signification commune reconnue et acceptée.

Paradoxalement, plus on est Présent, plus on est capable de rencontrer les autres, et donc plus on accorde une importance égalitaire aux autres. Même paradoxal, cela est si "logique".


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 39
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 11 Jan 2009, 08:37

si la speculation sur la couple sacre est un obstacle a se realisation, n'est-ce pas une erreur d'en parler?
ne pas connaitre son existence evite de le desirer.
etre en phase permet un deploiement de l'ethique sans attente.

je crois qu'il est plus efficace d'etre soi-meme en phase, et proposer sans explication cette phase, par des biais indirects ( musique ou autre)

en parler et l'expliquer exige de s'en separer pour l'observer

on ne peut expliquer et mesurer la frequence d'une note qu'en prenant un appareil de mesure (donc exterieur a la note), alors qu'etre et chanter la note pemet a ceux qui le souhaitent de sentir et d'imiter
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 11 Jan 2009, 11:59

Bonjour Credo,


j'entends bien ce que tu dis, mais paradoxalement, on ne peut pas s'émanciper sans intégrer la compréhension de la Nature de l'Etre, sans connaître la signification de ce qui se passe au moment de cette émancipation.

Si les Couples Sacrés ont "chuté" dans la densité, c'est précisément parce que leur signification n'était pas assez claire, et ne respectait pas les réalités personnelles différenciées.

Il y a donc un paradoxe qui veut que le choix existentiel se fasse authentiquement par ignorance, mais que la conséquence émancipatrice de ce choix se fasse dans la cognition.


On peut aller jusqu'à dire que dialectiquement:

- l'ignorance confronte la spéculation jusqu'à l'extrême limite

- la cognition confronte l'éthique jusqu'à l'extrême limite


L'extrême limite de la spéculation est le choix existentiel. Donc, l'ignorance préserve l'authenticité du choix existentiel en confrontant la spéculation jusqu'à sa limite.

L'extrême limite de l'éthique est l'émancipation. Donc, la Connaissance préserve l'authenticité de l'émancipation en confrontant l'éthique jusqu'à sa limite.

On voit qu'il y a là des processus en inversion de phase l'un par rapport à l'autre, simplement en fonction de la position de la Personne sur le cercle d'intégration de sa signification narcissique.

Et donc, s'il est vrai que l'ignorance peut sembler pouvoir favoriser l'émancipation, c'est une illusion. Car ce qui confronte réellement l'authenticité de l'émancipation, c'est la cognition, et donc la présence de la cognition est la garantie de l'authenticité de l'émancipaton car elle force cette authenticité à aller jusqu'à sa limite.

En fait, atteindre le point d'émancipation consiste à atteindre la limite de l'authenticité éthique.


La cognition en effet, est le support favori de la spéculation qui use du savoir dans un but manipulatoire. De ce fait, si l'authenticité éthique est promulguée malgré la cognition intégrale, alors les garanties éthiques sont données et l'émancipation peut véritablement se produire.

Donc s'il est vrai que l'ignorance semble permettre une expérience de la fusion plus facile d'accès, c'est une illusion, car seule la cognition intégrale permet de valider cette expérience dans une éthique poussée jusqu'à sa vraie limite.


Tout "obstacle", puisque c'est le mot que tu utilises, n'a de réalité et de puissance sur soi que celle qu'on lui donne soi-même. Tout "obstacle" n'est que soi qu'on confronte. La cognition n'est jamais un obstacle à l'authenticité, si l'authenticité est présente en soi. Seule la spéculation transforme, en apparence seulement, la cognition en "obstacle", par la tentation d'utiliser narcissiquement la Connaissance. Donc si il y a quand même "obstacle", alors il faut le comprendre et le démystifier.



Selon la position de la Personne sur son cycle narcissique, l'authenticité sera donc favorisée de différente façon, soit par l'ignorance pour l'authenticité du choix existentiel, soit par la Connaissance pour l'authenticité de l'émancipation.

L'Ecclésiaste aurait pu dire: "Il y a un temps pour l'ignorance et un temps pour la Connaissance".

En quelque sorte, Neo, dans le film Matrix, ne peut bien entendu rien savoir avant de faire le choix de savoir ou de ne pas savoir (pilulle rouge ou pilulle bleue?).

Mais ensuite, ayant fait le choix de savoir, il doit aller jusqu'au bout de ce choix, pour l'authentifier définitivement en atteignant la limite d'authenticité, qui consiste à tout savoir, ce qui signifie ne pas attacher le savoir par spéculation, ce qui réduirait immédiatement la réalité de ce savoir.

Là encore, il faut reconnaître et accepter qu'on ne peut pas posséder la Connaissance, qu'on ne peut pas se substituer à elle, mais qu'on peut seulement être AVEC elle. Alors on peut réellement faire "corps avec" la Connaissance.

Ainsi, lorsque j'écris pour te répondre, je découvre certaines articulations à mesure que je les écris, et je me sens parfois comme un petit enfant qui se laisse guider avec confiance par Dame Connaissance, qui le tient par la main.

J'espère avoir répondu clairement à ta question (sachant qu'en réalité, je ne fais que participer à cette réponse).


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 39
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 11 Jan 2009, 15:29

merci pour ta reponse, qui eclaire un aspect de la question auquel je n'avais pas pense...

mais ma queston etait plus 'horizontale'...




Je lis tes textes, qui m'aident beaucoup a y voir clair, mais je constate que les informations acquises par ce biais restent steriles si je ne les ai pas integrees par experience apres les avoir lues, et qu'elle speuvent meme etre un frein a l'experience puisque je specule sur une idee "exterieure" a ma phase.

Tes textes ne sont veritablement utiles que lorsque ce que je lis represente l'explication d'une experience vecue, comme on trouverait le plan d'une ville qu'on vient de visiter.
A ce moment la, ils apportent le sens et l'experience est complete, les deux phases s'harmonisent, ce qui est souvent le cas avec tes textes en ce moment, il ya une synchornicite parfaite entre ce que tu ecris et ce que je vis.


quand tu dis que...


Sphinx a écrit:

Pour être authentique, l'éthique ne peut être mise
en oeuvre que pour elle-même, sans la moindre spéculation. Et alors,
spontanément, l'éthique va à un moment donné, produire comme
conséquence de son authenticité, le modèle du Couple Sacré pour
entériner définitivement le choix existentiel de cette signification.




je constate que je me fixe sur l'ideal du couple sacre a force de lire sur le sujet, et que je specule beaucoup sur l'idee, ce que je ressens comme un frein a sa realisation.

Je me (te?) pose tout simplement la question du bien-fonde de lire encore et encore sur un sujet avant d'en avoir vecu l'experience, mais aussi du bien-fonde d'expliquer une experience a quelqu'un qui ne l'a pas vecue.

Je verrais une demarche plus efficace ( pour moi en tout cas) consistant a proposer en allegorie ou autre medium les sujets abordes, puis de donner l'explication adequate a la personne adquate au moment adequat par rapport a une partie specifique ayant resonne dans la personne.

Mais ce n'est que ma "phase" et je la confronte simplement a ton ethique.


Merci!

bien a toi

vincent
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Dim 11 Jan 2009, 18:16

Bonjour Credo,


je vais aborder l'horizontalité de ta question d'une façon identique à ma précédente intervention.

Si les informations proposées sont un frein à l'expérience, alors elles sont utiles, puisqu'elles permettent de mettre en lumière un problème spéculatif particulier.

Une règle très simple à comprendre, et qui justifie par exemple les relations croisées, est qu'on ne peut pas travailler à détacher par sublimation si on n'autorise pas préalablement l'attachement des symbioses...

C'est la même règle qui s'applique ici: on ne peut pas travailler sublimatoirement le détachement narcissique de la Connaissance si on ne permet pas un attachement narcissique à la Connaissance, par confrontation à celle-ci.

En somme, s'il y a un frein en toi, "mes" interventions ne font que le mettre en lumière, mais ne le créent pas... si tu vois ce que je veux dire. Sinon, tu nm'attribuerais un pouvoir sur toi qui ne serait pas juste, et dont je ne pourrais pas réellement disposer de toute façon, sauf dans une forme d'illusion.

La vérité est que tant qu'ils ne sont pas éclairés, les freins restent en soi, comme les refoulements qu'ils sont, et empêchent l'émancipation..


Si par contre, mes interventions ne mettent pas en lumière de frein, alors elles sont simplement en phase, et mettent alors en lumière la signification des expériences, et non pas les refoulements de cette signification.

La confrontation à la Connaissance est donc une chose positive pour une Personne chez qui le temps de l'ignorance est révolu.

Car cette confrontation mettra en lumière soit les refoulements de la signification, de façon à les réintégrer, soit directement la signification des aspects déjà réintégrés et éprouvés.

Car une Personne pour qui le temps de la Connaisance est venu, évolue par confrontation à la cohérence (coagula).


Citation :
je constate que je me fixe sur l'ideal du couple sacre a force de lire sur le sujet, et que je specule beaucoup sur l'idee, ce que je ressens comme un frein a sa realisation.

Si tu observes bien cette phrase, tu t'apercevras que tu
tu tentes de te déposséder de ta responsabilité dans la spéculation qui se révèle en toi. Or, il faut recentrer la puissance sur soi, par responsabilisation.

Ce qui se passe simplement est que la cohérence dialectique est désirable pour la conscience archaïque, et que la confrontation intérieure à la conscience archaïque ne peut pas être évitée.

Encore une fois, sans Connaissance, pas d'émancipation possible. Il n'y a pas de frein dans la Connaissance, ni dans le fait de lire mes interventions. Tous les freins sont en soi et viennent de soi.


En ce qui concerne la Connaissance dialectique, il faut atteindre le point de certitude intérieure qui la met hors d'atteinte de la spéculation, car ce qui est certain ne nécessite ni preuve ni attente ni manque.

Alors la conscience archaïque est confrontée par la Connaissance libérée, et peut être réintégrée à sa juste place.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Lun 12 Jan 2009, 00:39

Ce qui nous maintient dans l'emprisonnement de l'illusion, est la perte de l'évidence.

Car tout est déjà là, dans l'instant présent qui est en nous.

Mais le doute, le manque, le besoin de preuves, qui sont tous des aspects négatifs associés aux refoulements psychiques, brouillent notre relation à l'évidence.

Si nous pouvons nous réapproprier une certitude authentique, validée par cohérence, elle devient notre guide et notre lien vis-à-vis de l'évidence, et nous permet de nous comporter comme si tout était déjà consciemment évident... ce qui confronte le refoulement le plus archaïque, et libère l'évidence, que nous pouvons alors rencontrer en conscience...

La cohérence dialectique intégrée en totalité permet d'ancrer la certitude en soi, et de rétablir le lien avec l'évidence de l'instant présent, la dynamique du Couple Sacré.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 39
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Lun 12 Jan 2009, 12:54

brillant...

la peur de la mort est-elle emise par la conscience archaique?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Lun 12 Jan 2009, 19:21

Bonsoir Credo,


Citation :
la peur de la mort est-elle emise par la conscience archaique?

Oui, bien entendu. Eros, le refoulement de la complémentarité (du Lien), est directement lié à Tanathos, la mort, le refoulement de la différenciation (de la Séparation).

Car la mort est la Séparation interpersonnelle non reconnue, non intégrée, refoulée, qui s'impose alors comme un clivage existentiel majeur, mais apparent... la mort.

Or bien entendu, la Séparation interpersonnelle est effectivement ce que refoule la toute-puissance archaïque, qui croit en l'illusion de la perfection statique indifférenciée, et qui donc s'oppose à la différenciation sexuée des Personnes.

La conscience archaïque refoule la Séparation dont la nature est véritablement la différenciation, et fait alors apparaître l'expression existentielle coercitive de la Séparation refoulée: la mort.

Avec la peur qui va avec puisqu'il s'agit d'un refoulement, une toute-puissance, qui se clive et se protège contre toute tentative de réintégration. La peur est suscitée pour empêcher de s'approcher du refoulement en soi, de le démystifier et de le réunifier à soi (cf Le Magicien d'Oz). La peur est aussi le moyen par lequel l'instance refoulée rançonne la Personne pour lui soutirer l'énergie psychique dont elle a besoin pour exister.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Lun 12 Jan 2009, 21:55

Pour en revenir à cet aspect, la certitude est le lacher-prise intérieur qui conduit à se laisser recueillir par l'évidence.

Ceci est la seule façon d'aboutir à l'évidence, car aucun chemin causal, aucune spéculation ne peut mener à l'évidence, c'est évident. ("aucun chemin ne mène à l'Oiseau Simurgh" cf le Mantiq Al Tayr) (et c'est pourquoi Bouddha est dit avoir reçu l'illumination après s'être arrêté de la chercher)


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 39
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mar 13 Jan 2009, 06:38

merci!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 14 Jan 2009, 11:11

D'un autre côté, je dois ajouter ceci que la Connaissance dialectique ne se développe intérieurement que si d'un autre côté l'éthique est mise en oeuvre dans la vie, par le respect de la Personne, jusque dans la différenciation sexuée.

C'est pour cela que je considère que le Mariage Sacré d'une relation amoureuse classique, narcissique, mais totalement sublimée en fin de compte, est la Voie Royale vers l'Union Sacrée des polarités.

Parce que tout simplement l'ancrage de la certitude dialectique au niveau de la compréhension se réalise conjointement à l'ancrage de la certitude de la réalité de la Personne d'autrui sur le plan émotionnel.

De ce fait, une Rencontre intégrale avec une autre Personne, même si ce n'est pas encore la FJ, même si tout le potentiel n'est pas encore présent, est déjà d'une qualité similaire à la Rencontre de la polarité jumelle, car l'authenticité y est la même si tout est sublimé.

Arrivé à ce stade, on peut être comblé par la Rencontre, par la prise de conscience de toute la merveilleuse réalité d'autrui, et cette certitude de la Beauté et de la Présence d'autrui vient naturellement compléter la compréhension de la dialectique, pour en faire une signification intégrale.


En résumé, non seulement la compréhension permet d'asseoir la certitude de la vérité dialectique, du côté de la Raison, mais aussi l'authenticité de la relation sublimée par éthique, permet d'asseoir la certitude de la Beauté interpersonnelle, du côté de l'Emotion, avant même le plongeon dans l'évidence de la fusion jumelle.


Avoir Rencontré dans sa vie une Personne dont on peut dire: "je suis tellement heureux qu'elle existe tout simplement, et que j'ai eu la "chance" immense de pouvoir la croiser, et la Rencontrer, que cela suffit à guérir tous mes doutes, et que je n'ai après tout plus rien à attendre après cela, ni de cette Personne ni d'une autre, car tout a déjà été donné bien que tout reste encore possible, sans qu'il n'y ait le moindre problème car je suis comblé, en plénitude de l'autre", c'est cela la certitude émotionnelle qui complète la certitude raisonnable. On ne peut plus que "remercier le Ciel".

Et cela permet même de confronter sans difficulté le fait qu'on puisse être définitivement séparé d'une telle Personne, puisque la certitude de sa réalité a été ancrée en soi. La plénitude n'a pas à souffrir d'un tel aspect, car la plénitude ne laisse pas de place à l'attachement symbiotique.

Mais un tel degré de certitude réclame la mise en oeuvre sublimatoire de l'éthique, du Respect intégral de la Personne dans la différenciation, pour pouvoir Rencontrer l'Autre.

Savoir que tout a été donné sans réserve, et que cela a été donné pour l'éternité, même si ce n'est peut-être pas la polarité jumelle, c'est cela vivre un Mariage Sacré.


Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Mer 14 Jan 2009, 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 14 Jan 2009, 11:44

Car en fin de compte, ce qui nous taraude depuis le refoulement originel de la complémentarité, et qui justifie la persistance transitoire de ce monde dualiste pour nous aider, si possible, à y voir clair, est l'incertitude de la réalité personnelle de l'autre sexe.

Toute preuve intérieure donnée et acceptée de cette réalité personnelle de l'autre sexe nous affranchit du refoulement originel.

Et seule une relation sexuée totalement sublimée permet l'intégration d'une telle certitude, par la Rencontre qu'elle réalise, sous la compréhension dialectique de la signification éthique.


Un pas important consiste à prendre conscience de ce qui est véritablement à l'origine de tous nos manques. Et que cette cause unique réside en notre incertitude de la réalité existentielle, personnelle, de l'autre sexe. Car notre propre signification personnelle sexuée manque de signification sans reconnaissance complète de l'autre polarité.



Amitié,

steph


Dernière édition par Sphinx le Mer 14 Jan 2009, 12:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 14 Jan 2009, 11:57

Le critère éthique de la certitude de la réalité personnelle de l'autre sexe réside dans la reconnaissance de l'inconciliabilité des points de vue, car c'est par l'irréductibilité différenciée du point de vue sexué, irréductibilité reconnue et acceptée, que la réalité personnelle est affirmée dans son équivalence, et donc dans sa complémentarité.


Plus simplement dit, la réalité personnelle de l'autre sexe ne peut être intégrée comme certitude que par la reconnaissance et l'acceptation de l'irréductibilité différenciée de son point de vue.

Ce qui constituerait à première vue, superficiellement, un obstacle à la Rencontre, est ce qui la permet véritablement.


Autant dire que la recherche de la certitude sexuée est celle qui a conduit à la recherche de Dieu.

Dieu, c'est l'Oiseau universel, supramental, éthique, dialectique, que l'on rejoint par, dans, et à travers la Rencontre avec l'autre polarité sexuée.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 14 Jan 2009, 12:57

La plupart des êtres humains recherchent toute leur vie la possibilité de récréer le confort matriciel du stade foetal, par la possessivité tout azimuth, la mise en place d'un ensemble de substitution de l'angoisse existentielle fondamentale, liée au refoulement originel de la complémentarité.

Cela devient "ma femme, mes enfants, ma maison, ma voiture, mon jardin, ...". Cela devient "réussir sa vie"... dans la perpétuation de l'oubli de ce qu'est la vie...

La perte de la certitude conjugale produit l'individualisme comme exorcisation illusoire du refoulement fondamental.


Mais une Personne qui retrouve la clarté consciente sur ces choses, qui renaît à la certitude intérieure de la réalité d'autrui dans la différenciation, progressivement une telle Personne n'aura plus besoin de rien pour masquer une angoisse, qui se dissipe inexorablement.



Un être masculin ne peut pas espérer vivre réellement l'ultime initiation cosmique, s'il est incapable de se confronter à la réalité d'Isis, sa Mère cosmique, s'il ne peut la Rencontrer intégralement en tant que Personne, et dans son identité spécifique qui est celle du Couple Créateur. Et ce n'est qu'après avoir pu Rencontrer Isis, la Mère, que l'homme pourra reconnaître son Père céleste d'égal à égal.

Et comme dans Kirikou et la Sorcière, devenir un homme émancipé parce qu'il a enfin retiré l'épine du dos de la féminité, parce qu'il a dissipé en lui le doute existentiel crucial sur la réalité de la Personne de l'autre sexe.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 14 Jan 2009, 13:05

Au final, il ne reste plus qu'à dire "j'ai reconnu et compris l'essentiel. Et même si je "n'y arrive pas" complètement, peu importe, ce n'est rien, puisque cet essentiel existe véritablement.

Alors tout devient possible...


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 14 Jan 2009, 19:13

La différenciation sexuée est donc l'avènement de l'inconciliabilité polaire, d'opposition sur la phase identitaire, entre le point de vue féminin et le point de vue masculin.

Cette inconciliabilité est ce qui constitue la rigidité axiale du diamètre identitaire, sur l'angle éthique (angle plat, à 180°), par le partage différencié des clés ("pouvoirs") existentielles.

Mais il existe une autre inconciliabilité, qui est l'inconciliabilité identitaire, qui fait qu'aucune Personne, même du même sexe, ne peut parfaitement en comprendre intégralement une autre, et qu'aucun Couple Sacré ne peut substituer réellement son identité à celle d'un autre Couple Sacré.

C'est cette inconciliabilité qui engendre la friction identitaire sur l'axe central christique, source de la richesse extatique de la Rencontre en conscience partagée.

On comprend donc que l'inconcilabilité polaire est ce qui crée la stabilité identitaire des diamètres qui alors, entre eux, produisent par la différence de phase, la friction identitaire comme Rencontre universelle en conscience partagée.

Attention que la différence de phase créant la friction "extatique" entre les identités est infinitésimale, mais de ce fait est d'une profondeur, d'une nuance dont l'amplitude est paradoxalement incommensurable!

Le même phénomène se produit également entre les deux polarités sur leur propre phase, en ce sens que la rigidification du diamètre identitaire est la réalisation d'une limite qui jamais ne supprime l'incohérence entre les deux polarités complémentaires, mais ne fait que la repousser dans l'infinitésimal, ce qui lui confère une nuanciation perceptive délicieusement cruciale!


Jamais le mouvement relatif confusionnel entre les deux polarités n'est totalement supprimé, mais sublimé, cet aspect est centralisé, "infinitésimalisé", et devient de ce fait la source d'une perception ineffable de nuance, de réalité, d'intensité.

Toute harmonisation n'est en somme, dans sa véritable définition, qu'une sublimation, une intégration de la confusion à un tel degré que cette dernière se pare d'une signification totale.

L'obtention de la rigidité diamétrale au sein du Couple Sacré n'abolit pas le mouvement relatf des polarités entre elles mais au contraire, l'intégrant dans la sublimation, en fait une réalité permanente.

De même, l'harmonisation des phases des Couples Sacrés entre elles n'abolit pas leur mouvement relatif, mais au contraire l'intègre par sublimation, en amplifiant la nuanciation extatique entre les identités.

Dialectiquement, la décontamination entre le mouvement et la staticité, favorise la réalité ET de l'un ET de l'autre. Et cela engendre la richesse extraordinaire et sans cesse renouvelée de la perception en conscience partagée.

On peut comprendre ici, que la staticité chimérique à laquelle tient la conscience archaïque, est effectivement un pur mirage confusionnel, puisque la staticité n'existe en fait pas sans le mouvement (la staticité s'envisage dialectiquement comme mouvement de vitesse angulaire infinie).



Le respect sublimatoire de la phase identitaire, tant au niveau de la cohérence du Couple Sacré, que de l'interaction identitaire des Couples Sacrés entre eux, émancipe de la contrainte de phase... et autorise de ce fait en pratique une totale liberté de configuration...

La cohérence éthique, universelle, de la conscience partagée est, si on y regarde bien, simplement toujours une confusion, mais protégée de façon complète et définitive par la sublimation narcissique. La réalité non-dualiste est donc une unification de la confusion avec la discrimination, et non pas comme on pourrait trop facilement le croire, un bannissement de la confusion ne laissant que la discrimination.

En spiritualité, rien ne peut être rejeté, tout doit être intégré.

Ce qu'enseigne l'éthique n'est donc pas qu'il existe un état sans aucune confusion, mais qu'il existe un état qui permet de parfaitement gérer la confusion.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 14 Jan 2009, 21:49

Il n'y a donc que la toute-puissance archaïque pour croire au mirage d'un état de perfection débarrassé de la moindre confusion, car un tel état n'existe pas tout simplement.

Et donc paradoxalement, la croyance en la possibilité d'un rejet de la confusion fait régresser vers la plus complète confusion.

Tout aspect existentiel rejeté, refoulé, devient coercitif et addictif. Il en va de même pour la confusion qui, en tant que culte de l'imperfection, est une clé majeure de la vie.


Si l'Harmonie universelle était exclusivement caractérisée par une rigueur absolue de ses harmoniques, d'où toute "impureté" serait exclue même à la limite, elle serait d'une fadeur désolante.

L'intégration sublimatoire à la limite, de la confusion, est ce qui préserve le potentiel de vie, au sein de l'Harmonie collective. C'est le potentiel d'imprédictibilité de l'onde existentielle.

En somme, la prédictibilité harmonique, qui rend certain le respect de cette Harmonie au sein de la conscience collective, est corrélé à une imprédictibilité complète de l'évolution de la réalité collective, qui affirme par là la richesse constamment renouvelée de la Vraie Vie.

Dans la confusion non-intégrée du monde dualiste, les critères de prédictibilité s'inversent en partie, et le respect de l'Harmonie n'y est donc pas une certitude, un aspect prédictible, parce que d'un autre côté l'évolution de l'onde existentielle est soumise à spéculation, à condtionnement causal, donc à prédictibilité appauvrissante.

Le hasard dualiste est donc l'imprédictibilité d'une harmonisation caduque, parce que d'un autre côté, la liberté évolutive spontanée de la réalité collective n'est pas complètement affirmée.


L'éthique vise donc à intégrer la vérité selon laquelle l'imperfection n'existe pas en tant qu'aspect opposé à l'existence, et que la confusion est une donnée fondamentale de l'Etre, car elle fonde l'imprédictibilité de l'évolution collective.

Le finalisme harmonique libère intégralement le potentiel, le futur.


Ce qui mène au vécu illusoire, mais pénible, de l'imperfection est la non-intégration de la confusion qui, niant l'incomplétude de la Personne, aboutit à la dysharmonie apparente de ses comportements devenus individualistes.

En somme, le refoulement de la complémentarité, qui est aussi le refoulement de l'incomplétude personnelle, fait que la Personne croit pouvoir agir individualistement, seule,, comme si elle était complète, alors qu'elle n'est en fait pas complète, et n'est pas de nature à pouvoir le devenir jamais

Donc il faut le deuil de la complétude personnelle, ce qui est aussi le deuil de la perfection personnelle.

Car la croyance en la complétude personnelle aboutit au vécu de l'imperfection en tant qu'aspect illusoirement opposé à l'existence, c'est-à-dire à l'imprédictibilité harmonique, en conséquence de la dysharmonie individualiste. Et puisqu'il s'agit d'un refoulement, donc d'une addiction, un processus d'attachement à l'imperfection apparente va se mettre en route pour sceller le cercle vicieux: la culpabilisation.

Donc, forcément, pour évoluer vers la réintégration du refoulement de la complémentarité sexuée, il faut commencer par accepter et Aimer, Respecter la Personne de soi et d'autrui dans et par sa faiblesse fondamentale, à travers et pour ses imperfections apparentes, et déculpabiliser, ce qui renforce la responsabilisation.

Alors, l'imperfection apparente pourra apparaître pour ce qu'elle est réellement, une conséquence du refoulement de l'incomplétude personnelle.

Le chemin consiste donc d'abord à s'accepter dans l'imperfection, puis à comprendre qu'il n'y a pas d'imperfection, mais seulement une mauvaise gestion de la confusion, par défaut de conscientisation, de responsabilisation, par manque de reconnaissance de l'incomplétude personnelle.


Toute Personne a une valeur fondamentale absolue, incomparable, et ce n'est que par le fait de renouer intérieurement avec cette vérité, que la source naturelle de toute vertu sera disponible en soi.

La Personne ne doit pas attendre la moindre perfection de ses actes, car la seule perfection est celle de sa valeur intrinsèque, existentielle, qui est paradoxalement mise en relief par son incomplétude tout aussi fondamentale.

La vertu n'est jamais dans le Faire, mais toujours dans l'Etre.


L'éthique universelle est donc le Respect des Personnes dans la Rencontre de la réalité collective, Respect qui prédictibilise l'Harmonie malgré la confusion inévitable et généralisée, et qui, même mieux, transforme cette "confusion" en richesse événementielle totalement imprévisible.


Car tel est le véritable visage éthique de la "confusion": l'ivresse de l'imprédictibilité du flux collectif de la Vraie Vie dans l'instant présent.

Donc, on peut dire que la confusion dualiste est simplement un refoulement de la "confusion éthique", qui est elle corrélée, fusionnée, à la discrimination dialectique.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Jeu 12 Fév 2009, 00:14

Bonsoir à toutes et tous,


j'ai déjà un peu abordé cet aspect des choses, ici ou ailleurs.


En tant que relativisation sexuée intégrale, une Personne authentifiée dans le Couple Sacré n'est plus narcissiquement lié à un organe sexuel particulier.

Le Corps christique est unifié, et donc l'accès aux organes est intégralement partagé.

Certes, la différenciation sexuée engendre dans tous les cas une affinité harmonique particulière avec un organe sexuel spécifique. Mais comme on le comprend, ce n'est pas une relation rigidifiée, absolutisée, définitive et permanente comme dans les corps densifiés, mais une affinité naturelle, globalement avérée, mais pas forcément ponctuellement respectée.

Il n'y a que lors d'une Procréation effective que les représentations sexuées "doivent" "obligatoirement" "respecter" les affinités harmoniques. Cela se fait en réalité spontanément puisque la Procréation est la quintessence de la convergence harmonique du Couple Sacré.

Il y a représentation sexuée de la part des Personnes, qui sont des instances équivalentes avant tout, et donc capables d'accéder chacune aux deux sexes, même si une affinité s'affirme naturellement de par la séparation des clés existentielles autour d'une différenciation proportionnelle 2/3-1/3.

Paradoxalement, la cristallisation sur l'incarnation d'un sexe en particulier, avec attachement narcissique de l'organe sexuel correspondant, empêche d'affirmer véritablement l'identité sexuée et caricaturise son expression.

La relativisation sexuée intégrale réalisée par les Personnes authentifiées dans la dynamique Sacrée, instaure la souplesse indispensable à la rencontre réelle et à l'articulation fluide des organes sexuels entre eux.

Quiconque peut dépasser le clivage des organes sexuels, pourra Rencontrer réellement la Personne de l'Autre dans l'afirmation de la différence complémentaire équivalente.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 25 Fév 2009, 14:38

Bonjour à toutes et tous,


en somme, les polarités sexuées ne peuvent pas s'harmoniser véritablement dans une dynamique circulaire parfaite, si elles ne sont pas capables d'une écoute mutuelle intégrale, ce qui exige d'elles d'être en totale équivalence, en égalité de Personnes, dans la différenciation.


L'idée est que les aspects du cercle existentiel Centre et Circonférence, dans leur absolu, sont les aspects Père et Mère du Couple Sacré. Et ces aspects Père et Mère, dans leur absolu, sont effectivement les aspects divins du Couple, synthétisés en la troisième Personne du Fils, le potentiel central, gardé par Christ, la référence identitaire collective. Aspects absolus qui doivent être rendus organiques (Père et Mère) par la relativisation des instances sexuées.

Le problème est que lorsque l'Homme et la Femme, par une relativisation personnelle insuffisante des aspects du cercle, se retrouvent en confusion partielle avec les organes sexuels qu'ils sont supposés assumer, alors ils se mélangent avec leur propre divinité, et la "perdent de vue".



Il perdent le rapport avec le potentiel central, avec le Fils, Christ, étant narcissiquement attachés aux organes qu'ils assument moins bien, étant donc partiellement déresponsabilisés existentiellement parlant.


L'Homme et la Femme sont des instances relativistes dont la nature est d'assumer la représentation effective des aspects divins de l'Etre, le Père et la Mère dans leur absolu.

Mais pour assumer ces aspects absolus, il faut paradoxalement que l'Homme et la Femme s'affirment comme réalités totalement indépendantes de ces aspects absolus.

Il faut faire le deuil de l'attachement au divin de façon à pouvoir le représenter, et s'unifier à lui.

Les Personnes, de par leur relavisation, permettent l'identification du divin, sans quoi il n'y aurait aucune réalité, le divin restant dans sa pure virtualité.


On peut exprimer exactement la meme chose en remplaçant les aspects Père et Mère par Individualité et Collectivité, qui sont les aspects/organes opérationnels mis en oeuvre par les instances sexuées relativistes.


La dynamisation relativiste d'une phase (d'un diamètre identitaire) est donc une identification supplémentaire du divin par laquelle celui-ci est "perfectionné" dans la perfection de la réalité présente (perfectionnement de la perfection), ce qui constitue l'enrichissement identitaire de la collectivité et de l'extase de la Rencontre, du Lien d'Amour universel.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 25 Fév 2009, 21:39

On peut donc dire en synthèse que les aspects absolus, divins, du cercle existentiel, Centre et Circonférence, sont transformés en organes sexuels Père et Mère par la relativisation des Personnes en tant qu'instances sexuées du Couple Sacré (Soi), ce qui permet l'établissement d'une synergie égalitaire entre ces aspects absolus rendus organiques.

La relativisation personnifiée rend fécond, par dynamisation polarisée, ce qui est originellement absolu et stérile, en tordant le cou au mirage archaïque et nihiliste de la perfection statique, à l'illusion de la permanence formelle intrinsèque.

Croire à la réalité de la permanence formelle intrinsèque, c'est mélanger le domaine de la virtualité avec celui de la réalité, ce qui est la confusion de toute-puissance de la conscience archaïque.

La permanence formelle n'est pas intrinsèque, et ne peut reposer, pour être réalisée effectivement, que sur une dynamique polarisée. Et une telle dynamique peut être assez "parfaite" pour aboutir à un état qui simule vraiment la permanence formelle intrinsèque, mais sans jamais pouvoir faire l'impasse sur cette dynamique.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Mer 25 Fév 2009, 22:08

En allant plus loin, les deux aspects Centre et Circonférence, dans leur absolu, représentent déjà les deux aspects de staticité absolue et de mouvement absolu qui constituent inséparablement la réalité non-dualiste, et qui appellent naturellement leur mise en oeuvre dynamique, puisque dans leur formulation absolue, statique, ils ne constituent effectivement que la moitié de leurs natures.

La formulation absolue, virtuelle, et donc statique, des aspects existentiels, inclut donc déjà en latence sa propre dynamique, puisqu'elle est représentée par un des deux aspects absolus de l'axe virtuel statique, transcendantal.

La mise en oeuvre des instances relativistes à partir des aspects absolus est donc déjà inscrite dans la virtualité de ces derniers, et n'est que transitoirement prise en charge par un Couple ProCréateur, de façon à simplement transformer la latence virtuelle en potentiel effectif de réalisation.

C'est de cette façon que la virtualité dans son absolu est naturellement mobilisée par la dynamique féconde des Couples Sacrés déjà réalisés, répondant ainsi à l'"appel" de la latence pro-existentielle de "nouveaux" Couples Sacrés.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4315
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   Jeu 26 Fév 2009, 01:34

Donc la sexuation consiste à relativiser complètement l'attachement à un organe sexuel particulier, pour en faire une affinité harmonique, et non une addiction narcissique.

Cela permet à la relation sexuée d'assumer une sexualité par plénitude harmonique, et non pas une sexualité par manque narcissique.

Cela implique donc pour chaque Personne sexuée de se reconnaître capable d'assumer l'un ou l'autre organe sexuel sans que cela ne menace son identité sexuée.

Et c'est par cette intégration relativiste personnelle des deux organes sexuels abordés dans une conscience équanime, sans rejet de l'un ni de l'autre, que paradoxalement l'affinité harmonique avec l'un des organes sexuels s'affirmera spontanément, révélant la nature sexuée essentielle de la Personne.

Or donc, lorsque la Personne s'attache narcissiquement à un organe sexuel particulier, cela correspond forcément à une incertitude et un malaise au niveau de son identité sexuée.

Un tel attachement, caricaturant la polarité sexuée correspondante, détermine un état de précarité sexuée, et ne permet pas de fonder la moindre relation sur une certitude de l'identité sexuée.

Pour permettre l'affirmation naturelle, spontanée, certaine et définitive de l'identité sexuée personnelle, et de fonder une relation sexuelle par plénitude sur cette certitude, il faut faire le deuil intégral de l'attachement narcissique à un organe sexuel ou à l'autre, et de la même façon, faire le deuil de tout rejet narcissique d'un organe sexuel ou de l'autre.

Ceci ne constitue qu'un travail intérieur, et ne comporte aucun rejet physique, aucune transformation ou opération physiologique de quelque nature que ce soit. Et ne constitue pas non plus un abandon de l'identité sexuée, mais sa libération qui exige un "passage par le point zéro attachement".

En d'autre termes, on ne peut pas authentiquement incarner une polarité sexuée et assumer l'organe sexuel avec lequel elle est en affinité harmonique, si on n'a pas accepté à priori d'ssumer l'autre organe sexuel comme si on était l'autre polarité.

Tout simplement parce que si on refuse en soi l'autre polarité, alors on incarne une polarité sexuée "par défaut", par opposition, donc dans un contexte de négation, donc de symbiose, de manque de signification, donc inauthentique, et en fait inégalitaire.

Car accepter en soi narcissiquement l'autre polarité est reconnaître intégralement son équivalence. Et c'est cette reconnaissance intégrale de l'équivalence qui permet à la complémentarité de se déployer complètement dans la différenciation.


La dialectique propose donc d'abandonner la précarité sexuée corrélée à l'attachement narcissique à un organe sexuel dans un contexte inégalitaire entre les polarités sexuées, déterminant donc une dynamique manquant de signification.

On ne peut pas véritablement, authentiquement, assumer un sexe si on l'observe, si on le surveille narcissiquement, si on assujetti sa validité à l'exclusion de l'autre sexe, et donc à l'addiction à l'autre sexe.

La véritable intimité n'existe pas tant que les organes sexuels interférants car attachés constituent une barrière narcissique à cette intimité.


Encore une fois, il ne s'agit pas d'abandonner une identité sexuée, mais d'abandonner le contrôle narcissique de cette identité, pour lui permettre de s'affirmer naturellement et totalement.

Et cela passe par l'ouverture narcissique à l'autre identité sexuée. C'est un aspect essentiel du chemin sublimatoire conduisant à la véritable intimité interpersonnelle.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La différenciation sexuée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La différenciation sexuée
Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: