ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Lun 29 Oct 2007, 13:10

La Candidose, une maladie de notre époque


les protocoles



Dr Philippe-Gaston BESSON - Genève

(Extrait du livre : Je me sens mal, mais je ne sais pas pourquoi - Editions Trois Fontaines - Dr Ph G Besson)

Dès notre naissance, nous vivons continuellement dans un univers de microbes, et sommes les hôtes d’une myriade d’agents microbiens avec lesquels nous entretenons chaque jour des relations dites « symbiotiques ». C’est-à-dire que les millions de bactéries et de champignons qui résident dans notre nez, notre bouche et nos gencives, notre gorge, nos poumons, nos intestins ... ne déclenchent chez nous aucun trouble, ne sont responsables d’aucune maladie. Ces micro-organismes font donc partie intégrante de notre vie au même titre que notre nourriture, ou que les innombrables produits chimiques qui nous entourent toujours plus. On a dénombré plus de 400 espèces différentes de microbes (autochtones) vivant normalement dans les intestins d’un individu sain. La plupart d’entre eux participent à un certain nombre de processus physiologiques, comme la dégradation des pigments biliaires, la fabrication de la vitamine K, le frein du développement des levures ou champignons, ou encore l’information immunitaire (par stimulation constante des capteurs immunologiques que sont les plaques de Peyer, localisées tout au long de la paroi de notre intestin).

Cet environnement microbien dans lequel nous baignons sans cesse reste pour nous indifférent tant que notre défense immunitaire est correcte. Il ne commence à nous poser des problèmes que lorsque la résistance de notre organisme se met à décliner. La défense immunitaire est un processus qui englobe un ensemble de mécanismes compliqués qui collaborent dans le but de protéger notre organisme contre l’agression de ces microbes. Un des mécanismes les plus importants de cette défense s’effectue grâce à la destruction des microbes par des cellules spécialisées: les globules blancs. Mais cette défense nécessite également, pour être performante, d’un apport d’acides aminés, de vitamines A, C, B1, B6, B12, biotine, niacinamide, acide panthoténique, ainsi qu’un équilibre minéral satisfaisant. Si un seul de ces éléments vient à faire défaut, la production de globules blancs peut diminuer et la défense liée à ces globules se trouver en défaut. Il existe un autre système de défense qui est liée à la production de certaines protéines. Lorsque notre organisme est correctement nourri, un certain groupe de cellules blanches sont capables de sécréter des protéines particulières que l’on a coutume d’appeler les anticorps. Ces substances qui sont faites de chaînes d’acides aminés, se collent littéralement sur les microbes pour les rendre inoffensifs, et permettre ensuite leur reconnaissance, et leur absorption par les globules blancs. L’invasion de l’organisme par un microbe suscite toujours la production d’anticorps spécifiques dirigés contre ce microbe et pas un autre. Une fois que les cellules blanches ont synthétisé des anticorps spécifiques, elles sont capables de les fabriquer à volonté selon les nécessités de la défense immunitaire, si elles trouvent une concentration suffisante d’acides aminés, de vitamines, de sels minéraux, d’enzymes, et d’oligo-éléments[i]à leur disposition.

Il est donc important de comprendre que la plupart des maladies infectieuses n’arrivent pas parce qu’un microbe déterminé se met subitement à attaquer notre organisme, mais plutôt parce qu’à un moment donné, notre défense immunitaire se trouve déficiente, permettant ainsi l’intrusion d’un microbe, ou le développement d’une forme microbienne à partir de l’organisme. Ce déficit immunitaire est le plus souvent la conséquence directe d’une alimentation erronée qui ne fournit pas à l’organisme la quantité suffisante d’un ou plusieurs éléments nutritionnels que nous avons cité plus haut. Ainsi, une maladie de type infectieux peut survenir lorsque les conditions intérieurs de défense immunitaire s’affaiblissent, et deviennent favorables à sa survenue. Il existe bien sûr d’autres circonstances favorisant le développement d’un type de micro-organisme plutôt qu’un autre et c’est plus particulièrement celles qui concernent le champignon dénommé le plus souvent par le nom de « CANDIDA ALBICANS »[ii]  que nous allons maintenant étudier.

Parmi les centaines d’espèces microbiennes qui habitent normalement notre corps, il existe un champignon microscopique commun, qui est lui aussi normalement présent chez tous les individus. Nous verrons au chapitre suivant la raison pour laquelle on a attribué à la souche la plus souvent rencontrée le qualificatif « Albicans » qui veut dire « blanc ». A l’état normal cette levure vit en commensal sur les muqueuses de nos organes digestifs, dans notre bouche, notre estomac et nos intestins, sans y causer le moindre trouble. On ne le trouve pas sur la peau lorsque celle-ci est saine.

Mais, pour diverses raisons que nous allons voir dans le détail, le champignon peut se développer et être à l’origine d’un certain nombre de troubles. Le développement excessif du candida albicans est effectivement tenu pour responsable d’un nombre important de symptômes dont l’ensemble peut même constituer une véritable maladie. Les organes qui sont alors le plus souvent envahis sont: le tractus gastro-intestinal, l’appareil génito-urinaire, le système endocrinien, le système nerveux, avec dans tous les cas une répercussion sur le système imunitaire. Certaines allergies sont également dues au développement du Candida[iii].

Il est curieux de constater que les multiples aspects que peuvent prendre les symptômes témoignant du développement excessif de notre micro-champignon sont le plus souvent méconnus...! Et pourtant, il faut insister sur le fait que de nombreuses perturbations fonctionnelles de notre santé sont dues au développement excessif du candida albicans et que nous (les médecins et les thérapeutes) n’y pensons pas suffisamment, ou en tous cas pas assez fréquemment. Les américains ont parlé du "Yeast syndrom" ou syndrome de candidose chronique qui sévit de plus en plus communément. Mais l'ampleur réelle de cette entité clinique a été surtout reconnue aux U.S.A. grâce à la parution de deux livres capitaux sur le sujet: "The Missing Diagnosis"[iv] (Orion Truss) et "The Yeast Connection"[v] (William Crook). Selon les études épidémiologiques les plus récentes, on estime en effet qu’ environ 80 millions de personnes souffrent de candidose chronique et de leurs conséquences aux États-Unis.

Nous verrons que le développement du candida albicans est le plus souvent la conséquence de l’usage répétitif des antibiotiques[vi]. En effet, ceux-ci détruisent la flore intestinale microbienne qui, comme nous l’avons vu, vit en symbiose avec le reste de l’organisme et empêche la multiplication excessive des levures. Lorsque l’utilisation des antibiotiques a commencé à être largement répandue, on a rapidement remarqué une recrudescence des affections par les champignons. Au début, l’habitude avait été prise de prescrire systématiquement des médications anti-fongiques[vii] conjointement aux antibiotiques afin d’éviter ce problème, mais, par la suite, cette pratique a été abandonnée pour des raisons inconnues.

Sans incriminer les traitements médicaux par antibiotiques, eux-même dérivés de cultures d’autres champignons, il faut remarquer que l’usage systématique de ces mêmes antibiotiques dans l’élevage intensif des bovins, et en particulier des veaux, est un des facteurs de promotion important des candidoses chroniques, lié à la consommation régulière de la viande de ces animaux.

En plus de l'utilisation des antibiotiques, le développement excessif du Candida dans le tractus gastro-intestinal peut également être provoqué par l'usage d'autres drogues tels que les corticoïdes, les médicaments anti-ulcéreux, les contraceptifs oraux, ainsi que par la carence des sucs digestifs, ou un excès de sucre dans l'alimentation[viii] .

On doit remarquer que statistiquement, les infections par le candida albicans   touchent plus les femmes que les hommes. A cause des conditions particulières de chaleur et d’humidité qui règnent dans le vagin, celui-ci est l’organe le plus souvent atteint. Mais nombreux sont également les troubles digestifs chroniques qui sont dus au développement du champignon dans le tube digestif et l’intestin. Ceux-ci produisent des agents chimiques toxiques[ix] qui sont responsables de symptômes à distance, tels que prurits anal et cutané, diarrhée chronique, ou constipation opiniâtre, irrégularités menstruelles, règles douloureuses, infections vésicales, fatigue, maux de tête, acné, dépression, anxiété, nervosité, prise de poids inexpliquée, colite, gastrite, oesophagite, gingivite, etc ... Ces symptômes qui sont très variés, sont généralement difficiles à relier à une même origine. De plus, les toxines[x] produites par le champignon perturbent le système immunitaire, permettant ainsi son plus grand développement.

Il faut mettre l’accent sur un syndrome très particulier, qui concerne de nombreuses femmes, et qui est en grande partie la conséquense d’une infection chronique par le candida albicans. Il s’agit, soit de prises de poids inexpliquées, ou excessives par rapport à l’apport alimentaire, soit, de personnes qui, malgré un régime sévère et une attention soutenue, n’arrivent plus à perdre de poids. Après avoir facilement perdu les premiers kilos, elles se trouvent comme bloquées à un poids qui ne varie plus, ou très difficilement.

La première infection par le candida albicans est généralement légère et passagère. Elle peut le plus souvent guérir spontanément, si les défenses immunitaires reprennent rapidement le dessus. Mais chez certaines personnes, l’infection devient récidivante et les rechutes se succèdent. Peu à peu, les symptômes deviennent chroniques et les défenses immunitaires ont été si souvent sollicitées qu’elles tolèrent désormais cette infection chronique, incapable de l’éliminer.

On pourrait penser que l’emploi d’antibiotiques spécifiques aux champignons soit suffisant pour éradiquer rapidement et définitivement cet hôte indésirable lorsqu’il prend une place trop importante dans notre économie interne. Il n’en est rien, car les champignons ont un caractère particulier: la tenacité. Lorsqu’une infection par un champignon se déclare, et prend une ampleur qui devient gênante, le recours à une substance chimique qui lutte contre le développement de ce champignon est souvent indispensable, et son effet est relativement rapide. Mais bien souvent, l’infection revient peu de temps après l’arrêt du traitement. Elle est dite récidivante. Si on continue à la traiter uniquement par un antibiotique, elle prendra rapidement un caractère chronique, répondant de moins en moins à la thérapeutique chimique utilisée seule. Si l’on désire obtenir un résultat durable, on s’aperçoit qu’il est absolument nécessaire d’associer un certain nombre de mesures qui contribueront à maintenir un développement normal des champignons dans l’organisme. L’alimentation, les mesures hygiéniques, et les thérapeutiques naturelles y tiennent une large place. Elles sont indispensables pour obtenir un résultat durable. On doit d’ores et déjà insister sur la nécessité de traitements longs pour venir à bout d’un déséquilibre de notre flore microbienne en faveur des champignons.


Dernière édition par AMBRE le Dim 09 Oct 2016, 10:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Lun 29 Oct 2007, 13:10

Qui est le Candida Albicans ?

Dans la nature, les champignons microscopiques sont des organismes adaptables à des conditions extrêmes. Leur principale fonction est de recycler les débris organiques. Il n’existe probablement aucune substance capable d’éliminer radicalement les champignons. On en retrouve dans l’alcool et même dans des solutions contenant de l’acide sulfurique. Des centaines de milliers d’espèces se développent naturellement, et la plupart sont saprophytes, mais quelques espèces sont parasites et responsables de la destruction de certaines variétés d’arbres comme les ormes. Des champignons thermophyles sont rencontrés dans certaines grottes à des températures pouvant atteindre jusqu’à 50° ou plus; à l’inverse, des champignons cryophiles vivent sur les glaciers dans l’Antarctique.

Les champignons comprennent les levures et les moisissures. Les levures sont des champignons unicellulaires dont les dimensions sont de 4 à 6 µ. Leur multiplication est rapide dans un milieu riche en sucre ou en amidon, et elles peuvent plus facilement croître en milieu acide (pH voisin de 4). Les moisissures croissent à partir d’une graine (spore) qui pousse, s’étire en longs filaments (appelés les hyphes), dont la configuration finale est connue sous le nom de mycélium.

On connaît 9 espèces de candidas, dont 6 peuvent être impliquées dans la pathologie humaine[xi]. Le candida albicans, qui nous intéresse ici, est donc une levure saprophyte[xii] des muqueuses qui se reproduit par bourgeonnement cellulaire asexué. Une cellule-mère peut former de nombreux bourgeons dans diverses directions. Lorsqu’un bourgeon est assez gros, il s’étrangle et se sépare de la cellule-mère pour former une cellule-fille. La paroi cellulaire conserve une petite cicatrice. On trouve à l’état normal le candida albicans aussi bien sur la peau que sur les muqueuses des individus sains. Ceci explique qu’on puisse le rencontrer en faible abondance, dans les cavités buccales, les muqueuses génitales et l’intestin de tout individu. Toutefois, aucun symptôme n’est lié à sa présence. Candida albicans fait partie, en particulier, des composants normaux de la flore intestinale.

Le candida albicans a la particularité de pouvoir passer de la forme levure (cellules arrondies ou ovoïdes, groupées en petits amas) à la forme de moisissure (les cellules s’allongent alors et se développent pour prendre l’aspect de filaments, de pseudo-hyphes, de pseudo-mycéliums), et vice versa. Grâce à ce dimorphisme, il se soustrait aux mécanismes de défense liés à l’immunité cellulaire. Rarement une seule forme existe. On peut dire que la forme levure est la forme saprophyte, et vit en symbiose avec l’organisme hôte, alors que la forme moisissure mycélienne est la forme parasite et donc pathogène et susceptible de provoquer des symptômes. Lors du passage d’une forme à l’autre, le champignon subit des modifications de forme et de synthèses enzymatiques qui correspondent en fait à une adaptation de survie à un milieu devenu défavorable.

Alors que la forme levure est non-invasive, la forme mycélienne (qui est l’aspect que prend la moisissure) est capable de pénétrer la muqueuse. Au niveau de la muqueuse gastrique et intestinale par exemple, elle est capable de s’infiltrer jusqu’au vaisseaux sanguins et lymphatiques profonds et de permettre ainsi la pénétration sanguine de nombreuses substances intestinales dont la plupart sont antigéniques[xiii]. De plus les candidas sécrètent de nombreuses toxines. On connait en effet 79 substances chimiques différentes sécrétées par les différentes espèces de candida albicans. Chaque espèce de candida albicans pouvant en sécréter environ 35 différentes.

Cette capacité particulière de transformation et de sécrétion provoque une confusion de notre système de défense qui cherche à repérer les formes et à identifier les toxines. Devant un adversaire si versatile, le nombre d’anticorps fabriqués vis-à-vis des nombreuses toxines est important, mais devient rapidement inutile. Par contre, cet excès d’anticorps provoque l’apparition de syndromes allergiques. Le sujet atteint se met à devenir intolérant aux parfums, aux produits de nettoyage, aux odeurs de peinture ou d’essence, à la fumée de cigarette, aux anesthésiques locaux, au soleil....

Il est important de distinguer deux stades de l’agression par le Candida Albicans.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Lun 29 Oct 2007, 13:11

Le stade digestif

Ce que l’on appelle généralement le « réservoir de germes » est situé, pour le Candida Albicans, dans le tube digestif. Le Candida est donc un hôte normal de notre système digestif. Il s’y trouve toujours en très petit nombre, et ne provoque aucun symptôme spécifique. Un certain nombre de facteurs prédisposants, qui sont des situations ou des comportements, provoquent de développement sélectif du Candida Albicans dans le tube digestif. Ces facteurs prédiposants sont les suivants :

1. Grossesse unique ou multiple (pendant le temps de la grossesse).

2. Prise de pilule contraceptive.

3. Traitement par des corticoïdes.

4. Traitements par des antibiotiques, en particulier ceux du type Tétracycline, et Pénicilline.

5. Chimiothérapie anti-cancéreuse, radiothérapie, maladies chroniques longues et débilitantes, malnutrition chronique, pose cathéters à demeure.

6. Suralimentation.

7. Alimentation riche en sucreries, en fruits citriques, en sodas, surtout en sucres rapides raffinés.

C’est tout d’abord la reconnaissance de facteurs de risques, dans les antécédents de la personne concernée, qui peuvent être responsables du développement anormal du candida albicans, qui oriente vers le diagnostic de mycose digestive. A ce stade de la maladie, il n’y a pas d’autre test réellement véritable permettant un diagnostic valable. La recherche du champignon dans les selles (coproculture) peut apporter une confirmation, mais cette recherche peut rester négative (faux négatifs), et n’est pas un facteur d’exclusion.

C’est donc au niveau de l’estomac et des intestins que se multiplient les candidas, le tube digestif constituant le plus important réservoir de candida albicans. Ils y provoquent des troubles digestifs chroniques: aigreurs, douleurs oesophagiennes, douleurs d’estomac, sensations d’être rassasié dès les premières bouchées, gaz, ballonnements, diarrhées, constipations. Le ventre se met à gonfler dès que l'on a mangé, obligeant à dégrafer la jupe, ou à desserrer la ceinture. La colite intestinale constitue sans doute le symptôme le plus fréquent et probablement le plus banal en cas de candidose chronique.

Dans un deuxième temps, le champignon migre hors du tube digestif, et provoque des troubles principalement cutanés, et des troubles des muqueuses :

Vers le haut du tractus digestif, la migration provoquera du muguet, des eczémas mycosiques du cou, du cuir chevelu (un grand nombre de chute de cheveux sont dus à un eczéma mycosique du cuir chevelu), un eczéma des aisselles, de la poitrine.

Vers le bas du tractus digestif, la migration sera responsable d’eczéma péri-anal. Le rectum semble être le réservoir le plus probable pour une infection du vagin, lors de vaginite à candida albicans. Il est en effet fréquent d’isoler le champignon au niveau du rectum des femmes atteintes de cette affection. Chez l’homme au contraire, la balanite mycosique est plutôt secondaire à une contagion après un rapport sexuel. Les mycoses des pieds et des ongles des doigts de pied sont également toujours secondaires à un développement trop important du champignon dans le tube digestif.

Le traitement comporte plusieurs aspects. Il est en effet impératif d’associer au traitement local, un traitement du tube digestif ainsi qu’un traitement alimentaire et un traitement général sous peine de voir l’eczéma mycosique ou la vaginite prendre un caractère récidivant.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Lun 29 Oct 2007, 13:13

suite ici
http://www.kousmine.com/les7.htm

Madame Catherine Kousmine nous a quitté en août 1992. Après 58 ans de pratique médicale, la publication de trois livres, et la formation d'une soixantaine de confrères, l'intérêt du corps médical pour ses préceptes thérapeutiques va t'il lui survivre, ou le message Kousmine va t'il tomber définitivement dans l'oubli comme ceux de Carton, de Salmanoff ou de Bircher-Benner ?


Jusque dans les années 85, la Dr. Kousmine n'était pas connue, et bien qu'elle ait fait paraître plusieurs articles dans des revues médicales spécialisées pour publier les résultats de ses travaux de recherche, elle serait certainement restée dans l'ombre. C'est devant les succès thérapeutiques incroyables qu'elle rencontre, notamment lors du traitement de trois maladies difficiles (le cancer, la sclérose en plaques et la polyarthrite chronique évolutive) que certains médecins, stupéfaits des résultats qu'elle obtient, lui demandent une entrevue afin d'apprendre sa méthode. C'est ainsi qu'elle forme peu à peu plus de quatre-vingt élèves. Ces médecins vont se regrouper en une Association Médicale française qui verra le jour le 21 octobre 1985. Son but est surtout orienté vers la formation médicale, l'approfondissement de la méthode, et l'information du publique. A cette fin, l'Association, qui deviendra quelque temps après sa création, l'Association Médicale Kousmine Internationale (A.M.K.I.), organise des cours de formation pour professionnels, publie le livre "la Méthode Kousmine" et décide de créer un bulletin d'information pour ses adhérents. Elle organise des stages pratiques de cuisine, un congrès tous les deux ans, et regroupe chaque année de plus en plus d'adhérents. Elle est ouverte à tous. Ainsi, depuis sa création, l'Association s'est organisée pour répandre la méthode thérapeutique instituée par la Dr. Kousmine et pour informer le public de plus en plus nombreux à s'intéresser à ses travaux.

Après quinze ans d'activités, l'année 2000 a été marquée pour l'A.M.K.I. par un élargissement de ses activités en Europe et une décentralisation. Pour répondre au développement toujours croissant de ses activités, et à la grande dispersion de ses adhérents, elle a décidé de créer des Associations filiales dans les pays d'Europe et d'Amérique, qui comptent le plus de membres. Cet éclatement décharge ainsi le travail de son secrétariat en France et permet de mieux répondre aux différences linguistiques, en unifiant l'information.

Enfin, à la fin de l'année 2001, l'A.M.K.I. est devenue l'Association Kousmine Française (A.K.F.), laissant à la Fondation Kousmine le soin d'organiser les diverses activités sur le plan international.

Des organismes représentatifs de la Fondation existent en:

ITALIE

FRANCE

SUISSE

BELGIQUE

ESPAGNE

ALLEMAGNE

ARGENTINE


Le livre "la Méthode Kousmine - Ed. Jouvence" a été traduit en italien (Il metodo Kousmine, paru aux éditions Tecniche nuove) en espagnol (El método Kousmine, paru aux éditions Urano), et en anglais (Kousmine's method aux éditions Jouvence).

Le livre "Les Cinq Piliers de la Santé - Ed. Jouvence" qui en est la suite est paru en mai 93.

De plus en plus de parutions médicales sensibilisent la conscience du public dans le sens des préceptes qu'a donné la Dr. Kousmine à tous ses patients pendant toutes ses années d'exercice. La nécessité d'adjoindre des vitamines dans le traitement de maladies graves comme la sclérose en plaques (étude du Pr. Roy Swank de Portland) est maintenant devenu une évidence, les modifications de l'alimentation pour la prévention du cancer qui sont actuellement recommandées par la ligue nationale contre le cancer, sont identiques à celles que la Dr. Kousmine donnait régulièrement à ses patients. Il est cependant dommage que son nom ne soit jamais cité. Ainsi, indirectement ses idées se trouvent confirmées et institutionalisées, alors qu'elles ont été ignorées, voire combattues, pour manque de fondements scientifiques il y a quelques années. Comme beaucoup de médecins en avance sur leur temps, Catherine Kousmine n'a pas été reconnue à sa juste dimension du temps de son vivant. Elle a pourtant reçu le titre de Bourgeoise d'Honneur de la ville de Lutry en 1989 et la Médaille de Vermeil 85 de la Société d'encouragement au Progrès pour ses travaux sur la sclérose en plaques.

L'approche de la Dr. Kousmine soulève pourtant de nombreuses hypothèses de travail qui sont très intéressantes, et qui méritent qu'on les envisage avec une réelle attitude scientifique, c'est-à-dire avec rigueur et absence de préjugés. Notons que la Dr. Kousmine voyait sa méthode thérapeutique comme complémentaire des traitements conventionnels, ne prétendant nullement s'y substituer.

"Une grande Dame est partie ... mais son message demeure. Il est chaque jour un peu plus d'actualité !"

Dr Alain Bondil
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Lun 12 Nov 2007, 18:35

"Entités", fantômes,
démons,
possessions...

mythes...? ou une réalité
soigneusement "occultée" ?



Quand le moment est venu pour un homme de quitter le monde, ce jour est redoutable.
Les quatre points cardinaux le mettent en accusation,
les châtiments lui viennent des quatre côtés à la fois.
Les quatre éléments (eau, terre, feu, air) se disputent dans le corps de l'homme,
chacun le tirant de son côté.
S'avance alors un messager dont la proclamation s'entend dans les soixante-dix mondes.
Si l'homme s'avère digne de cette proclamation, il est accueilli avec allégresse dans
tous les mondes, et sa mort devient une fête dont se réjouissent tous les mondes.
Mais s'il en va autrement, s'il est indigne, alors malheur à lui !
Zohar.

Aborder un sujet aussi "particulier" sur un site dont l'objectif annoncé est
"la prévention de la santé" peut paraître surprenant et en choquer certains...
et pourtant... !!!

ce sujet est éminemment et intimement lié à la santé globale de l'être humain,
et c'est bien sur ce plan que je l'ai abordé et que j'ai poursuivi mes recherches...





Il me semble également important de préciser que, même si, évidemment, le fait de faire des recherches dans ce domaine très "particulier" amène à des réflexions et des méditations inévitables, tout au long de ce travail, j'ai toujours essayé de rester le plus strictement "pratique" et "technique" possible, loin de l'ésotérisme facile...
Car si l'on veut réellement être efficace dans ce domaine, il faut surtout se garder de toute tendance "émotionnelle" et ne pas laisser libre cours à l'immaginaire...

La spiritualité ayant presque totalement déserté notre monde matérialiste (ce que la science n'explique pas n'existe pas...) l'immense majorité des gens ignore absolument TOUT de ce "monde subtil". Il n'en fut pas toujours de même, et il est intéressant de retrouver parfois, au hasard des contrôles, des situations qui ont été signalées il y a bien longtemps, dans de vieux grimoires... (avec bien sûr, un vocabulaire un peu différent...)

Et ce n'est pas parce qu'on ne le voit pas, ou que les outils sophistiqués de la science moderne ne parviennent pas à le détecter, que ça n'existe pas.
Les progrès actuels de la physique quantique, et les travaux des chercheurs russes (voir la page energie psy) permettent de penser que dans un avenir (plus ou moins) proche, il sera possible d'apporter plus de précisions dans ces domaines...






Quand on aborde ce sujet, les réactions sont très variées et souvent fort différentes... pour beaucoup, c'est le rejet immédiat, presque appeuré. C'est un sujet tabou qu'il est interdit d'aborder. C'est "jouer avec le Diable"... On n'en parles pas !

D'autres se posent en "initiés" possédant les secrets divins qu'évidemment ils ne peuvent partager avec personne, parlent de "complot mondial occulte" et mélangent allègrement Extra-Terrestres envahisseurs, "bas-astral", etc... mais la grande majorité vous regarde d'un air ahuri : "De quoi il parle ??? il délire, il a du trop fumer la moquette..."

Et les "cartésiens" purs et durs (je ne crois que ce que je vois) ainsi que malheureusement la quasi totalité des professionnels de la santé, ce que je déplore profondément, vont simplement rigoler et hausser les épaules avec dédain et une certaine compassion...
Je le déplore, car une recherche dans ce domaine, des méditations, réflexions et échanges seraient nécessaires, intéressants, et certainement bénéfiques pour tout le monde...

Je lisais récemment un article du Docteur David Servan-Schreiber sur "La nouvelle médecine des émotions", dans lequel il parle du "stress", de l'anxiété et de la dépression.
Ses analyses sont fort justes et pertinentes. Dans un paragraphe traitant de l'anxiété, il dit :
"Il existe également ce que l'on appelle les attaques d'anxiété, de panique, qui sont très courantes et touchent jusqu'à 5% de la population. Elles se manifestent soudainement, alors que tout va bien, par la sensation du coeur qui s'accélère, sensation d'étouffer, que l'on va peut-être perdre conscience, par des sueurs, des tremblements, l'impression que tout le corps entre dans un état de panique sans que l'on sache pourquoi...
La plupart des personnes ayant vécu ces attaques de panique ne sont pas des gens anxieux, mais souvent des gens jeunes. La plupart pensent à une maladie cardiaque, car cette crise survient alors que tout va bien..."

Ce sont excatement les termes que j'emploierai pour définir "l'arrivée d'une entité", le "parasitage" des corps énergétiques par une entité, descriptions et symptômes que l'on va retrouver dans TOUS les témoignages décrits sur l'une des pages suivantes de ce dossier.

C'est donc un problème qui concerne vraiment TOUTE l'humanité, TOUS les êtres humains, et qui a beaucoup trop longtemps été occulté... voici quelques informations sur ce vaste domaine, et quelques sujets de réflexion.
http://www.ateliersante.ch/entites.htm


extrait:

Il y a plusieurs points à préciser :

1 - la présence d’entités est éminemment inflammatoire... C’est l’une des premières et des plus importantes conséquence de ces “présences”..
Inflammation globale de tous les tissus, ce qui se traduit dans la pratique par une recrudescence, une exacerbation des douleurs un peu partout dans l’organisme... (douleurs dentaires, dorsales, musculaires, articulations, etc... ) et en particulier, pour les hommes, inflammation (donc augmentation de volume) de la prostate, d’où besoin fréquent et difficulté à uriner...

Or une inflammation généralisée des tissus va amener une détérioration du “terrain”, du “milieu”, qui va devenir favorable au développement pathogène des micro-organismes qui existent tous à l’état latent et permanent dans l’organisme humain ... voir

http://www.ateliersante.ch/bechamp.htm#conception

L’état du “terrain” biologique

http://www.ateliersante.ch/terrainbio.htm

est fondamentalement responsable de la constitution de maladies virales, dégénératives ou bactériennes. Lorsque les conditions physico-chimiques, bio-électroniques, et micro circulatoires du milieu intérieur se dégradent (suite à des hématomes, blocage des énergies, dysfonctionnement des chakras, "verrous énergétiques", congestions, chocs thermiques, etc...), les micro-organismes présents vont évoluer vers des stades de développement plus avancés de leur cycle, se rapprochent du stade microbien, devenir pathogènes, et peuvent alors être responsables de maladies”...

http://www.ateliersante.ch/bechamp.htm#théorie

Il est donc tout à fait compréhensible que toutes les personnes “sérieusement squattées” par des entités présentent (en plus des douleurs) divers problèmes de santé, et particulièrement des crises de candidose...

2 - Bien sûr, une série d’irrigation colonique peut être très bénéfique. Mais cela coûte cher. Si vous n’avez pas de gros moyens, on peut s’en passer... D’autre part je ne pense pas que des “thérapeutes” vous fassent gratuitement un “suivi” du traitement de la candidose... et ce traitement peut être très long si on ne fait pas correctement “les choses de base”...

3 - Car l’élimination totale et définitive de la candidose est simplement une question de prise de conscience, et de sérieux dans son hygiène de vie.

Il faut évidemment d’abord ramener le terrain dans un mode “non inflammatoire”, d’où, primordial : élimination de TOUTES les entités - mais aussi nettoyage complet de la structure physique / énergétique (ça, je m’en charge) mais vous devez également l’entretenir en utilisant régulièrement le “grimoire” de nettoyage qui se trouve sur le site...

Ensuite, la clef de la réussite est l’alimentation. Soyez sérieux en permanence dans ce domaine. Vous verrez déjà des résultats très encourageants... L’alimentation bien pensée vous permettra de nettoyer votre système digestif (légumes, beaucoup d’ail et d’herbes aromatiques, fibres alimentaires, etc...) et divers produits naturels (lapacho, extraits de pépins de pamplemousse, réensemencement de la flore intestinale par des probiotiques - en gélules, pas des “alicaments”) comme indiqué sur la page

http://www.ateliersante.ch/candida2_traitement.htm

Egalement très important, l’hygiène locale : il est impératif de se laver localement à l’eau très froide au minimum deux fois par jour, et toujours, après chaque passage aux toilettes, surtout lorsqu’il y a des irritations dans la région anale...

Pour tous les problèmes de bouche et de gencives, aphtes, “champignons”, irritation dentaires, il faut faire des gargarismes (rinçage de bouche) deux à trois fois par jour avec “Salvia compositum” de Pekana (spagirie homéopathique).

Verser 30 gouttes de Salvia comp. Pekana dans un demi verre d’eau, faire deux ou trois gargarisme d’environ une minute, recracher, et avaler l’eau du dernier gargarisme : c’est radical, les aphtes ou blessures disparaissent en principe en moins de 48 heures...

Et je vous rappelle que vous pouvez vous procurer tous les produits indiqués, par correspondance, à la pharmacie dont l’adresse est indiquée sur le site, en bas de la page traitement de la candidose (lien ci-dessus).

Et pour les personnes comme Eric, qui sont en “suivi” avec moi, je peux vous aider à mettre en place votre programme de “remise en forme” ... On en reparle en privé...

Mais je vous rappelle à tous, qu’il faut perdre cette certitude que des “médicaments” sont indispensables pour revenir en parfaite santé. Certains produits naturels peuvent effectivement être une aide efficace, mais la clef du problème, la seule chose vraiment indispensable, c’est l’hygiène de vie, l’hygiène alimentaire, et l’hygiène morale...

En espérant vous aider à retrouver le chemin de la santé, de l’harmonie et de la sérénité...

Christian Recking
pour http://forum.aceboard.net/i-2086.htm


Pour les passionnés de cuisine et de gastronomie, je viens de mettre en ligne un nouveau dossier sur la cuisine et la diététique médiévale...

Il y a beaucoup de choses très intéressantes dans la cuisine médiévale, car elle était beaucoup plus naturelle que la notre...

J'y ai pas mal de liens vers des sites qui apportent des informations parfois très complètes...

http://www.ateliersante.ch/cuisine.htm

et également une page "Eliminer les Toxines"

http://www.ateliersante.ch/toxines.htm

Bonne lecture
voir son dossier avec discernement(comme toujours),
et avec cependant un regard critique sur quelque chose de nouveau que je "re-co-naît" intuitivement depuis longtemps!
sommaire!
http://www.ateliersante.ch/sommaire.htm
:444:
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Lun 19 Nov 2007, 20:11

La candidose descriptif synthèse:
http://www.ateliersante.ch/candida.htm



Les candidoses sont des maladies insidieuses, pratiquement inconnues il y a 50 ans, mais qui touchent actuellement des millions de personnes dans le monde. Non traitée, cette affection peut s'étendre et détériorer progressivement et gravement la santé en contribuant à l' affaiblissement du système immunitaire.






Selon des statistiques et des études menées dans le monde entier, l'infection chronique par Candida frappe entre 70% et 80% de la population mondiale. Dans les derniers 15-20 ans on a pu observer une remarquable augmentation de beaucoup de pathologies psychosomatiques, et de plus en plus de manifestations de l'infection par Candida. Différents facteurs sont responsables de cette situation, et en particulier l'alimentation moderne dégradée, trop raffinée et trop sucrée, l'utilisation exagérée des antibiotiques, l'abus de remèdes pour le système nerveux central (tranquillisants, somnifères), la pilule contraceptives, les remèdes contre l'ulcère (cimetidine...) une concentration de plus en plus importante de métaux lourds comme le cadmium ou le mercure (amalgames dentaires, poissons polluées, pollution de l'air, de l'eau...), l'utilisation dans le domaine alimentaire de conservant et colorants, l'utilisation sans limites des pesticides, herbicides et antibiotiques dans l'agriculture, etc, etc...

Principaux symptômes visibles de l'infection.
Les symptômes sont de 4 types : digestif, énergétique, immunitaire et mental.


On trouve :
des colites intestinales avec gaz, ballonnements, démangeaisons anales, diarrhée, constipation.
une fatigue progressive et inexpliquée avec sommeil médiocre et récupération insuffisante.
des allergies aggravées (cutanée, respiratoire ou alimentaire) et des mycoses.
des troubles du comportement alimentaire : alcoolisme, boulimie, envies de sucre (chocolat, gâteaux...), de graisses saturées (charcuterie, fromage...) et de boissons alcoolisées
problèmes gynécologiques : champignons vaginaux répétitifs (pertes blanches et démangeaisons), inflammations glandulaires (glandes Bartolin) kystes et endométriose; cystite et infections rénales
problèmes de peau : eczéma, seborrhée, psoriasis, acné, champignons aux ongles, aux pieds
problèmes respiratoires : asthme, bronchite;
des troubles du comportement : dépressions, anxiété, fatigue chronique, maux de têtes,
troubles du sommeil (difficulté d'endormissement), de la concentration (mémoire, volonté en baisse) et de l'humeur (irritation, inquiétude, agressivité, insatisfaction...),
problèmes d'oreilles, de thyroïde,
douleurs articulaires et musculaires
http://www.ateliersante.ch/candida.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
bellerose Elisa



Féminin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 4
Date de naissance : 12/08/1955
Age : 62
Localisation : haute savoie
Date d'inscription : 18/02/2010

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Jeu 18 Fév 2010, 15:57

Merci pour ces messages qui me concernent.
C'est très important cette candidose et il est vrai que peu de gens en sont avertis... et Dieu sait que ça pourrit la vie!

Merci beaucoup, et que cela puisse servir à d'autres.
Elisa
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Dim 06 Fév 2011, 18:16


Des bactéries prennent le contrôle de notre cerveau !


Notre comportement, dicté par notre cerveau, est-il totalement indépendant ? Il semblerait bien que non, selon une étude très sérieuse. L'activité cérébrale serait influencée par la flore intestinale, de simples bactéries situées dans notre tube digestif.

Des bactéries qui prennent le contrôle de notre cerveau ? Ce n'est pas le sujet d'un nouveau film de science-fiction, mais bien la réalité. Il faut aller regarder dans l'intestin, au niveau des bactéries qui constituent la flore intestinale, autrement appelée le microbiote. Celui-ci fait l'objet d'un grand nombre de recherches depuis quelques années, suffisamment pour prouver que ces bactéries sont essentielles à notre bien-être et même notre survie.

Au moins 100.000 milliards de bactéries sont hébergées par nos intestins, soit un poids total de plus de 1,5 kilogramme ! Apportées au moins en partie par la flore intestinale de notre mère, les bactéries intestinales sont également le reflet de notre alimentation. Actrices de notre digestion, elles pourraient être à l'origine de l'obésité, d'allergies ou des maladies chroniques de l'intestin. Les virus (bactériophages) portés par ces bactéries pourraient même jouer un rôle sur notre santé. De là à modifier l'activité du cerveau, il y a un grand pas... que certains scientifiques ont franchi !

Les bactéries stressent les souris

Déjà séduits par cette idée, des chercheurs de deux instituts situés à des milliers de kilomètres chacun (le Karolinska Institutet en Suède et le Genome Institute de Singapour) ont, pour convaincre la communauté scientifique, comparé les comportements de souris possédant ou non des bactéries intestinales. Comme tous les Mammifères, les souris naissant naturellement avec une flore intestinale, certains de ces rongeurs ont donc été spécialement élevés pour être dépourvus de tout microorganisme.


Grâce à des observations minutieuses des souris dans les cages, les chercheurs ont pu montrer que les souris privées de bactéries intestinales sont plus actives et montrent moins de symptômes d'anxiété. Elles se promènent davantage et sont plus audacieuses dans leurs choix que leurs homologues sauvages. Par exemple, des souris normales auront tendance à s'abriter dans les compartiments sombres, alors que les rongeurs « stériles » choisiront aléatoirement tout type d'abri.

L'exposition des souris sans germes à des bactéries intestinales à un stade précoce de la vie les conduit à obtenir à l'âge adulte les mêmes caractéristiques comportementales que les souris colonisées. Pourtant, si les souris stériles ne sont exposées qu'à l'âge adulte aux bactéries, elles ne retrouvent pas un comportement normal. Il existe donc une période critique, au début de la vie, où les bactéries influencent de manière irréversible le comportement adulte des souris.

La flore intestinale responsable de maladies psychiatriques ?

Pour comprendre le mécanisme de cette emprise des bactéries sur le comportement murin, les chercheurs ont ensuite recherché les différences au niveau des profils d'expression des gènes dans le cerveau entre les deux types de souris. Certains gènes, particulièrement ceux impliqués dans des voies de signalisation intracellulaire ou dans l'activité synaptique des neurones, ont été retrouvés exprimés de façon différentielle. Suivant toute logique, ces variations ont pu être mises en évidence dans les régions du cerveau impliquées dans le contrôle moteur et le comportement anxieux.

Selon les auteurs, ces résultats suggèrent que le processus de colonisation microbienne induit un mécanisme de signalisation qui affecte une partie des circuits neuronaux. Prudent, l'un des auteurs, Sven Pettersson souligne qu' « il est important de noter que cette nouvelle connaissance ne s'applique qu'aux souris, et qu'il est trop tôt pour dire quoi que ce soit au sujet des effets des bactéries intestinales sur le cerveau humain. » Cependant, si ces résultats sont transposables à l'Homme, la flore intestinale pourrait être à l'origine de maladies psychiatriques.


Claire Peltier pour Futura sciences
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Dim 04 Sep 2011, 21:11

Les bactéries intestinales liées à notre régime alimentaire

En avril dernier, les scientifiques du Laboratoire européen de biologie moléculaire ont montré que les bactéries qui peuplent notre intestin pouvaient être rangées en 3 écosystèmes différents. Aujourd'hui, deux études publiées dans la revue Science suggèrent que la présence de l'un ou l'autre des écosystèmes dépendrait de notre alimentation.

Si l'on savait déjà que les bactéries qui colonisent l'intestin humain pouvaient différer en genre comme en quantité d'un individu à l'autre, de nombreuses énigmes subsistaient sur cette flore intestinale. Mais peu à peu, les scientifiques élucident un mystère après l'autre. En effet, en avril dernier, des chercheurs du Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) sont parvenus à démontrer que les fameuses bactéries constituaient trois écosystèmes différents : Bacteroïdes, Prevotella ou Ruminococcus. Des catégories nommées en fonction du nom de la principale bactérie.

Toutefois, les scientifiques ignoraient encore pourquoi telle ou telle bactérie prédominait chez un individu plutôt qu'un autre, précise Scienceetavenir. Du moins jusqu'ici, car deux nouvelles études publiées dans la revue Science fournissent une première réponse : ces écosystèmes dépendent directement de notre régime alimentaire. Plus précisément, au cours de la première étude, les chercheurs de l'Université de Pennsylvanie ont mis en évidence que les Bactéroïdes préféraient les intestins des personnes ayant un régime carné et riche en graisses saturées. En revanche, Ruminococcus apprécierait davantage l'alcool et les graisses polyinsaturées. Quant à l'écosystème Prevotella, il serait plutôt favorisé par une alimentation riche en sucres.

Un écosystème qui reste stable

Le régime alimentaire serait donc bien un facteur de choix dans la prolifération de telle ou telle bactérie. Toutefois, la seconde étude menée sur dix sujets indiquent que ces écosystèmes peuvent évoluer en à peine 24 heures en cas de changement de régime, mais ces modifications restent mineures, alors que les entérotypes de bactéries sont restés stables durant les dix jours de l'étude.

Grâce à ces résultats préliminaires, on en sait donc un peu plus sur cette mystérieuse flore intestinale. Des informations essentielles quand de nombreuses recherches suggèrent que celle-ci aurait un rôle important dans l'apparition de certaines pathologies, entre autres l'obésité et les maladies chroniques inflammatoires du tube digestif ou auto-immunes.

Maxiscien
ces
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Mer 23 Jan 2013, 11:25

Citation :
Six aliments étonnants pour un nettoyage naturel du côlon


(NaturalNews) Les problèmes gastro-intestinaux prolifèrent dans la société d'aujourd'hui et c'est largement dû au fait que l'alimentation moderne manque grandement des nutriments nécessaires à une digestion saine (sans parler de la surcharge de toxines par les vaccins, les médicaments et les pesticides). Mais la bonne nouvelle est qu'une vie avec un dérangement digestif chronique ne vous prendra pas la tête si vous pratiquez des changements simples qui pourront améliorer de manière significative et même guérir de nombreux problèmes du côlon. Voici les six meilleurs aliments pour vous aider à maintenir un intestin en bonne santé :

1. Les pommes, le vinaigre de cidre. De nombreux protocoles évolués de nettoyage du côlon incluent soit la pomme entière, la compote de pommes, le jus de pommes ou le vinaigre de cidre parce que ce fruit courant est un puissant aliment nettoyeur. Riches en fibres, élément déjà largement connu pour aider à une bonne digestion, les pommes sont également riches en pectine, un composé d'hydrate de carbone qui agit comme un agent de lest dans l'intestin. Prise à dose thérapeutique, la pectine peut aider à extirper les toxines développées dans le côlon et renforcer le revêtement de l'intestin.

2. Les avocats. Pour un nettoyage quotidien du côlon, les avocats sont une autre grande option pour la détoxification et la digestion. Comme les pommes, les avocats sont riches en fibres et ils en contiennent des variétés solubles et insolubles dans la proportion de un pour trois, ce qui est tout à fait unique. Et comme on l'imagine, les fibres insolubles sont celles qui activent les mouvement du bol alimentaire normal et nettoient le côlon, réduisant efficacement le risque de développement d'un cancer du côlon.

Aussi importante est la quantité de fibres solubles de l'avocat, qui servent à absorber l'eau et mélangées à d'autres substances digérées les aident à se déplacer facilement dans le tube digestif. Cet effet mécanique ''gélifiant'' aide aussi à maintenir une régularité d'élimination et à empêcher l'accumulation de toxines qui peuvent conduire à une irrégularité et à la constipation.

3. Graines de lin et de chia (http://www.conseilsnutrition.tv/f-305_graine-de-chia). Uniques dans leur profil nutritionnel, graines de lin et de chia possèdent des acides gras et des fibres qui aident à soutenir une digestion saine et un côlon propre. Les deux sont riches en acides gras oméga 3, par exemple, dont on connaît le rôle stabilisateur des parois des cellules et anti-inflammatoire. Lin et chia contiennent aussi un mélange unique de fibres solubles, qui se mélangent à la nourriture pour optimiser le processus de la digestion.

4. Fruits et légumes riches en chlorophylle. Ils tendent à favoriser une digestion correcte et un nettoyage quotidien du côlon. Les épinards, les olives vertes, les asperges, les choux de Bruxelles, le chou blanc, le céleri, le chou vert, les algues, les poireaux, les pois et les blettes sont tous riches en chlorophylle, ce qui veut dire qu'ils peuvent participer au nettoyage du tube digestif et à la détoxication du foie. Une supplémentation avec de la chlorophylle liquide est une autre option pour stimuler l'absorption de ce nutriment important pour une santé maximum du côlon.

5. De l'eau pure (+ sel marin). Un côlon hydraté est un côlon sain. Une déshydratation perpétuelle peut conduire à de la constipation et à la fabrication de toxines, ce qui montre l'importance de boire tous les jours beaucoup d'eau sans fluor (grave problème aux US, du fluor est ajouté à l'eau du robinet). Vous pouvez ajouter un peu de sel de mer à votre eau pour aider à détoxifier.

6. Aliments fermentés. Le système digestif humain est composé d'un vaste réseau de microbactéries bénéfiques responsables de la digestion des aliments, de l'absorption des nutriments, du blocage de bactéries nuisibles et de l'élimination des toxines. Quand ces bactéries se retrouvent déséquilibrées, la santé digestive peut en souffrir – et plus l'équilibre bactérien est déstabilisé, plus les dégâts qui s'ensuivent sont importants.

Pour aider à compenser les dégâts faits à votre flore intestinale par l'environnement, les aliments chimiques, les antibiotiques, les aliments transformés et autres facteurs, il est intéressant d'ajouter des probiotiques et de manger beaucoup d'aliments fermentés riches en probiotiques*. Ce sera du thé kombucha et du kéfir. (J'ajouterai la choucroute, qui ne doit pas être fabriquée aux US, et tous les légumes lacto-fermentés)

* concernant les probiotiques : je connais trois personnes qui en prennent en continu depuis plusieurs mois et n'ont plus de ballonnements et de flatulences après les repas. Également perte modérée de poids sans changement dans le régime alimentaire. Ne pas acheter n'importe quelle marque (ils doivent impérativement être conservés au frais et il faut une dose quotidienne à prendre à jeun d'au moins 12 milliards de germes et l'idéal est qu'ils soient de qualité bio, bien entendu).


SOURCE



Traduit par Hélios pour le BBB.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Jeu 13 Mar 2014, 19:23


Apprenez l'importance de gagner la bataille contre le candida

Paul Fassa
NaturalNews
mar., 01 juin 2010 00:00 CDTImprimer
Quel type d'infection peut varier d'un problème féminin à une cause de cancer ? Le Candida albicans est responsable d'infections vaginales et, selon l'oncologue italien auteur de Cancer is a Fungus (Le cancer est un champignon), le Dr Tullio Simoncini, le candida est un terrain fertile pour et la source de tous les cancers.

Quelque part entre ces deux extrêmes, le candida est responsable d'une variété de souffrances. Mais il est aisé de faire face à la plupart des levures une fois qu'elles sont détectées. Ce champignon est présent chez chacun. Mais lorsque le Candida albicans prend le dessus sur les bactéries saines ou la flore intestinale, cette levure est imbattable.

Une flore intestinale insuffisante peut être due à l'utilisation d'antibiotiques et à une digestion pauvre causée par une alimentation riche en sucres et amidons et faible en enzymes digestives.

Symptômes du Candida albicans :

· Problèmes de peau chroniques, allant de démangeaisons à l'urticaire en passant par l'eczéma

· Brouillard mental, incapacité à se concentrer

· Problèmes digestifs chroniques, gaz, ballonnements, crampes, élimination irrégulière ou incomplète, etc.

· Anxiété et/ou irritabilité

· Trouble obsessionnel compulsif (TOC)

· Envies intenses de glucides et de sucres

· Sautes d'humeur, crises soudaines de colère>

· Fatigue chronique et épuisement, dépression

Une personne devrait en principe présenter la plupart de ces symptômes avant de songer à faire le test pour le candida. Il existe un test connu à faire le matin en se levant qui consiste à cracher dans un verre d'eau. Si le crachat forme des tentacules qui coulent rapidement vers le fond, c'est un signe de candida. Mais de nombreux experts de la santé pensent que ce test seul ne peut déterminer sa présence.

L'idéal est d'avoir vos selles (ainsi peut-être qu'un échantillon de salive) analysées par un laboratoire spécialisé dans de tels tests ou par un médecin. Si vous présentez un symptôme pouvant être diagnostiqué comme une maladie autre que le candida, vous pourriez voir les choses se compliquer davantage, et vous sentir abattu en prime. Confirmez donc (ou pas) d'abord la présence de candida.

Prévenir ou se débarrasser du candida

L'invasion intempestive de candida doit être limitée. Le candida, s'il n'est pas restreint, peut mener à la candidose systémique qui peut à son tour provoquer des symptômes qui imitent des maladies connues et mener à un colon perforé et au syndrome de l'intestin poreux. La fuite permet à des protéines non digérées d'envahir le flux sanguin. Cela crée une réaction du système immunitaire contre les envahisseurs étrangers, ce qui provoque des allergies alimentaires à des aliments sains.

Eliminez donc avant tout les aliments favoris du candida qui contiennent des amidons, des sucres de toutes sortes ainsi que les fruits frais, le pain, les pâtes et le riz blanc. Il faudra suivre un régime fait de légumes cuits vapeur ou crus pendant quelque temps. Parce que la digestion a été gênée, la cuisson vapeur est à privilégier pour le moment. Les probiotiques de diverses variétés doivent être pris en abondance ainsi que des suppléments d'enzymes de bonne qualité.

Utilisez de l'extrait de graines de pamplemousse (pas de raisin) pour tuer une partie du champignon.


Le Potentiel cancérigène

Le Dr Simoncini explique que l'infection fongique est à la base de formations de cellules cancéreuses. La croissance de colonies fongiques, ainsi que la réaction des tissus qui essaient de se défendre contre l'invasion causent des tumeurs.

Le Dr Simoncini a un taux de succès élevé de guérison du cancer avec des applications directes de bicarbonate de soude dans les cellules cancéreuses qui se retrouvent toujours dans les colonies de levures. Le fait qu'il utilise une substance aussi peu onéreuse et non toxique pour guérir le cancer avec succès lui a valu d'être attaqué par la Mafia Médicale.

Le Dr Mark Sircus observe que le bicarbonate de soude augmente rapidement l'alcalinité pour atteindre un pH assez élevé pour que les cellules cancéreuses meurent (puisqu'elles s'épanouissent à un pH bas ou dans un environnement à acidité élevée). Donc, ce qui vient le premier, le champignon ou le cancer, est sujet à débat, mais il ne vaut certainement pas la peine d'en prendre le risque.

Ce qu'il faut en retenir : Il est sage d'éviter ou de détecter et éliminer le candida immédiatement.

Sources
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Extraits du livre de David Icke" RACE HUMAINE lève toi!"   Jeu 13 Mar 2014, 19:34









Extraits du livre de David Icke" RACE HUMAINE lève toi!"


Le cancer est-il provoqué par le champignon Candida Albicans ?
Écrit par Emma Holister Collaboration spéciale

Entrevue avec Dr Tullio Simoncini qui parvient à traiter le cancer à l’aide du bicarbonate de soude
Emma Holister (E. H.) :


Après avoir lu vos articles concernant votre
thérapie révolutionnaire contre le cancer, je n’ose pas imaginer
combien il vous a été difficile de continuer à exercer votre profession
en tant qu’oncologiste dans le monde de la médecine officielle. Quel a
été la réponse des autorités médicales à votre travail?

Dr Simoncini (Dr S.) : Quand un scientifique a une idée efficace et
révolutionnaire, les autorités médicales essaient par tous les moyens
de supprimer son travail parce qu'elles sentent que leurs intérêts sont
menacés. Aussi efficace que puisse être la thérapie en question, leur
but sera de la détruire. On le renverra des associations médicales, on
le traitera de charlatan dans les journaux et à la télé, on l’attaquera
en justice et même la police le harcèlera jusque chez lui.
E. H. : Qu’est ce qui empêche notre système médical d’accepter vos théories concernant le fait que le cancer serait provoqué par un champignon (Candida Albicans) et que vous traitiez des tumeurs en utilisant le bicarbonate de soude?
Dr S. : De un, il y a un égoïsme et un manque de spiritualité flagrant dans l’élite médicale, ce qui les empêche de regarder au-delà de leur ignorance acquise. De deux, la théorie fondamentale derrière le cancer est basée sur l'hypothèse qu'elle est provoquée par un désordre génétique ayant pour résultat une surproduction des cellules cancéreuses. On peut qualifier cette théorie d’erronée, car elle n’a été jamais démontrée.
E. H. : Croyez-vous que vous puissiez surmonter ces problèmes, et si oui, comment?
Dr S. : Oui, je le pense, grâce à l'activisme des mouvements populaires. Si beaucoup de citoyens se mobilisent et travaillent ensemble, il sera possible d'exiger que les autorités tiennent compte des libertés dans le domaine de la recherche médicale. Cela se fera en manifestant et par des médias.
E. H. : Combien de cas avez-vous pu traiter? Vos résultats ont sûrement dû, pour le moins, attirer l'attention de vos collègues dans le monde médical?
Dr S. : J'ai traité des centaines de patients. La plupart d'entre eux avaient des cancers extrêmement avancés, surtout après avoir étés soumis aux thérapies conventionnelles. Bon nombre d'entre eux se sont complètement rétablis et vivent encore en bonne santé des années après le traitement.
Lorsqu'il s'agit des cancers dépistés tôt, plus petit que 3 cm, avec l'incidence minimale des métastases, 90 % de patients se sont rétablis.
Beaucoup de médecins sont d'accord avec mes méthodes et ont employé ce traitement à base de bicarbonate de soude.
E. H. : Pourriez-vous mettre en évidence votre expérience pour faire pression afin que les autorités médicales prennent votre travail au sérieux?
Dr S. Non, car pour démontrer le bien-fondé d’une théorie, il est nécessaire de faire une étude sur plusieurs centaines de cas très documentés. Cela ne peut se faire qu’en milieu hospitalier.
E. H. : Beaucoup de femmes souffrent du Candida Albicans, ce qui provoque énormément de problèmes gynécologiques, tels que des champignons persistants et les cancers des organes reproducteurs. Quel conseil leur donneriez-vous?
Dr S. : Pour déraciner les infections fongiques gynécologiques persistantes, faire un lavement (vaginal) chaque jour avec deux litres d’eau pure bouillie préalablement puis refroidie dans laquelle on mélange deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude. Cela durant deux mois, s'arrêtant seulement pendant les menstruations. Le Candida Albicans est très résistant et cela prend un bon moment pour guérir définitivement.
E. H. : Il est clair que vos vues sur le cancer, le Candida Albicans et son mode de fonctionnement soient révolutionnaires dans le contexte de la médecine officielle. Il est surprenant pourtant que vos idées diffèrent également de celles de la plupart des thérapeutes dans la médecine alternative qui considèrent le Candida Albicans comme un problème systémique affectant le corps entier et provenant des intestins. Si vous croyez que la levure du Candida n'est pas la cause des divers problèmes intestinaux habituellement liés à la candidose, à votre avis, quelle en est la cause?
Dr S. : La cause principale est environnementale. Deuxièmement, et par conséquent, il y a un manque d'énergie provoqué par des changements dans la circulation de sang. Troisièmement, le régime alimentaire. La question qu’il faut poser c’est pourquoi une personne a-t-elle des intolérances au sucre, à la levure, aux oeufs, au lait, etc.? Avant que cela se développe, des dommages ont déjà été causés. L'épithélium de l’intestin est endommagé, ce qui cause ces intolérances. Il est important de traiter la cause, alors il est possible de voir si les problèmes continuent.
Il n'est pas bon de supprimer à jamais un aliment particulier parce cela ne traite pas la maladie à sa base. Elle est en général provoquée par des problèmes dans l'environnement et l’alimentation ce qui appauvrirait nos forces.
Par exemple, une personne qui a une maladie de coeur peut souffrir d’une dilatation chronique des intestins (et par conséquent le coeur travaille moins), et une intolérance en est le résultat. Un autre exemple, une intolérance alimentaire peut être provoquée par une maladie qui provoque une congestion, ainsi de suite.
Par conséquent, pour traiter la maladie, il faut aller à sa cause et ne pas s’arrêter aux symptômes en évitant tel ou tel type de nourriture.
E. H. : En conclusion, quel est votre avis sur la situation de beaucoup de praticiens de santé alternative face aux campagnes anti-médicine alternative imposées par les autorités médicales qui exercent une pression par des médias nationaux et par la presse médicale, exercées par exemple par le groupe Quackbusters? Que pensez-vous qu’il serait nécessaire de faire afin de protéger des thérapeutes alternatifs, tels que vous-même, et les patients qui viennent chez vous pour trouver de l'aide?
Dr S. : Mon avis est que les thérapeutes alternatifs sont effrayés et n’ont pas les moyens de combattre les mensonges émis par la médecine officielle. Le monde médical doit être libéré afin de permettre aux patients d’avoir la liberté de choisir les soins qu’ils souhaitent recevoir pour leur santé. La plupart des maladies sont le résultat d'un style de vie malsain. Par conséquent, les médicaments sont inutiles et dommageables. En outre, les établissements archaïques, tels que les associations médicales, mettent fréquemment des médecins sous pression pour qu’ils prescrivent ces traitements inutiles, nocifs et toxiques.
Site de Emma Holister : http://candida-international.blogspot.com
Site du Dr Simoncini : http://www.curenaturalicancro.org
source


Dernière édition par AMBRE le Jeu 13 Mar 2014, 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Jeu 13 Mar 2014, 19:52

Le cancer est-il lié au candida-albicans ?


http://www.whale.to/a/simincini_h.html

Les vidéos suivantes vous présentent la théorie du Docteur Simoncini. Cet Italien fait polémique puisqu’il affirme que les cancers sont dus à l’agression du Candida-Albicans.

De fait, chaque cancer est lié à une infection par le Candida-Albicans. La plupart des oncologues affirment qu’elle se développe post-cancer. Pas Simoncini, qui pense qu’elle a lieu a priori. Le cancer serait alors soigné par une cure de … bicarbonate de sodium.

Les vidéos, en tous cas, sont intéressantes, voire spectaculaires:





http://candida-albicans.fr/le-cancer-est-il-lie-au-candida-albicans/
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Jeu 13 Mar 2014, 20:46

Discernement oblige...et par soucis de transparence, je me dois aussi de mettre ceci lu sur ]AgoraVox:

Citation :

Levure de type Candida albicans

La Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) nous met en garde contre les sectes et les charlatans de tout poil, et la presse s’en fait l’écho en renchérissant : « On ne guérit pas le cancer avec du jus de citron ou du bicarbonate de soude ». Même si l’on ne voit pas forcément le rapport et s’il est dommage de ternir ainsi l’image du bicarbonate qui rend de réels services au quotidien à la maison, il faut bien reconnaître que, dans l’état actuel de nos connaissances… ils ont raison.

Les propriétés antifongiques du bicarbonate (c’est-à-dire qui limitent le développement des champignons microscopiques ou les fait disparaître) ont conduit un oncologue italien de Rome, le Docteur Tulio Simoncini, a émettre l’hypothèse suivante : les dépôts blancs accompagnant les tumeurs étant d’après lui des développements fongiques, majoritairement des Candida (principalement var. albicans) pourraient selon lui être la cause et non pas la conséquence du cancer.

En effet, il est considéré traditionnellement que ces affections mycosiques se produisent parce que l’organisme et les tissus environnant la tumeur sont affaiblis par la maladie. Le Dr Simoncini prend à rebours cette thèse à priori établie en affirmant que les mycoses seraient ce qui cause la prolifération anarchique des cellules (et non pas ce qui en résulterait).. Il est vrai que les champignons microscopiques (les moisissures en particulier) sont connues pour synthétiser et diffuser des molécules particulièrement toxiques appelées les mycotoxines, que l’on pense destinées à les protéger contre les agressions extérieures. Le Dr Simoncini n’explique d’ailleurs pas clairement s’il pense les mycoses directement responsables des tumeurs ou si ces dernières résulteraient d’une dégénérescence liée à l’intoxication des tissus par les mycotoxines.

Une grande prudence s’impose quant aux théories du Dr Simoncini car il fait preuve dans ses communications d’approximations troublantes pour un scientifique : il mentionne (en particulier dans ses vidéos) des injections de bicarbonate à 20 %. On peut penser qu’il s’agit de solutions aqueuses (l’eau étant le véhicule le plus naturel du bicarbonate), or la solubilité du bicarbonate dans l’eau à température ambiante (20 °C) est limitée à environ 90 grammes par litre ! Pour arriver à solubiliser plus de 200 g de bicarbonate dans 1 litre d’eau, il faut porter cette dernière à plus de 100 °C (température à laquelle le bicarbonate a d’ailleurs déjà commencé à se transformer en carbonate), ce qui paraît pour le moins dangereux pour le patient !

La simplicité de cette théorie (certains parlent d’ailleurs de simplisme…) a d’ailleurs entraîné la radiation du Dr Simoncini de l’ordre des médecins en Italie. D’autres praticiens, américains (en particulier le Dr Mark Circus), ont suivi les pas du Dr Tulio Simoncini.

Quoi qu’il en soit, il est évidemment formellement déconseillé pour un patient atteint de cancer, et quel que soit son stade, d’abandonner le traitement conventionnel prescrit par son médecin. Aucune étude sérieuse n’est aujourd’hui disponible pour étayer les théories du Dr Tulio Simoncini (qui, encore une fois, a fait preuve d’une méconnaissance troublante des caractéristiques « basiques » du bicarbonate) ou du Dr Mark Sirius. De plus, ingéré de façon incontrôlée, le bicarbonate pourrait interférer avec un autre traitement.

La règle d’or reste donc le dialogue avec le corps médical conventionnel . Il n’est jamais interdit de demander son avis à un professionnel de la santé, même à propos de méthodes thérapeutiques non conventionnelles. Mais il est toujours très dangereux de prendre des initiatives d’automédication sans concertation concernant une pathologie aussi grave que le cancer, avec le bicarbonate de soude comme pour le reste.

Malheureusement, avant que nous disposions de davantage de données validées scientifiquement, affirmer catégoriquement que « le bicarbonate de soude guérit le cancer » reste une assertion dangereuses et irresponsable.

En revanche, le bicarbonate est une solution simple et efficace pour limiter l’exposition à certaines substances reconnues ou suspectées d’être cancérigènes. Ainsi, il permet de limiter la pollution de l’air intérieur, de débarrasser les fruits et légumes d’une partie de leurs bactéries et pesticides (et éventuellement de leurs poussières radioactives) et il peut se substituer aux déodorants en rolls ou à pulvériser. C’est donc davantage en terme de prévention que le bicarbonate fait ses preuves aujourd’hui. Il serait dommage de s’en priver !

Nicolas Palangié
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Jeu 13 Mar 2014, 20:56

POUR POURSUIVRE AU SUJET DU CANCER:

Antinéoplastons: le médicament du Dr Burzynski qui guérit le cancer est réprimé par Big Pharma depuis plus de 40 ans!
Ce traitement a guéri de nombreux malades du cancer, y compris de jeunes enfants qui étaient condamnés et on ne trouve pas un seul article qui en parle dans le milieu médical français, de même dans les médias de masse. Tout a été cloisonné, ridiculisé sur des sites web qui soit disant dénoncent le charlatanisme.

Dans le même temps, le Dr Burzynski, à l'origine de cette découverte à fait l'objet de plusieurs procès intentés par les autorités médicales du Texas et de la FDA pour tenter à tout prix de le faire arrêter ces recherches et cela depuis 1975. Il aurait traité au moins 8000 patients.
Ces institutions bienveillantes ne s’intéressaient absolument pas au bien être des patients, ils souhaitaient avant tout interdire ces traitements quitte à condamner les patients que Big Pharma n'était de toute façon pas capable de soigner. La raison de cet acharnement: la peur de perdre le monopole des "traitements du cancer" et des milliards de dollars au passage. Ce documentaire retrace l'histoire de cet acharnement judiciaire sans précédant qui aura duré plus de 20 ans contre ce médecin. De nombreux patients guérit de leur tumeurs viendront témoigner de manière poignante aux différents procès. Des patients qui avaient préféré le traitement proposé par le Dr Burzynski et qui ont échappé à une mort certaine grâce à celui-ci. Ce médicament est-il aujourd'hui proposé dans les hôpitaux français ou européens? Non évidemment. Pourquoi? La réponse est évidente...

Cette découverte aurait pu sauver des millions de vies si les autorités se souciaient réellement de notre santé, elle aurait dû promouvoir amplement les recherches et la diffusion de ce médicament révolutionnaire. C'est tout le contraire qui est arrivé. Et c'est n'est pas un cas isolé. Tant d'autres médecins ont été désavoués pour avoir désobéit au dictât de la médecine moderne, tant d'autres médicaments ont été reniés voir même jamais commercialisés car trop efficaces donc pas assez rentables.

Voici la bande-annonce du documentaire:

La vidéo n'ayant jamais été traduite en français, voici une version courte de celui-ci (remercions ThePlot911 pour le doublage amateur):


source

voir pour rappel
e marketing de la folie - Sommes-nous tous fous ?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!   Dim 20 Avr 2014, 18:02

L'étrange flore intestinale des chasseurs-cueilleurs

Les bactéries de nos intestins jouent un rôle crucial dans notre santé et peu à peu, les scientifiques établissent la liste des bonnes et des mauvaises. Mais celle-ci doit être remise à plat, puisque le peuple Hadza, des chasseurs-cueilleurs africains, ne porte pas certains des probiotiques jugés importants, mais ne déclare pourtant pas les nombreuses maladies métaboliques ou intestinales rencontrées dans le monde occidental…
Le 17/04/2014 à 15:32 - Par Janlou Chaput, Futura-Sciences
Citation :

Nos entrailles constituent un terrain de jeu privilégié pour de nombreux micro-organismes. Il faut dire que nos intestins sont une aubaine pour de nombreuses espèces bactériennes, qui profitent de la nourriture qui passe dans ce long tuyau pour trouver de l’énergie. En retour, elles nous aident à la digestion, et interviennent en réalité à de nombreux niveaux, facilitant certaines fonctions et nous protégeant de maladies.

Elles sont si importantes qu’il est souvent préconisé de reconstituer les populations disparues après une prise d’antibiotiques ou des diarrhées, à l’aide d’une alimentation saine et équilibrée, ou avec des probiotiques, des compléments alimentaires contenant des bactéries. Les spécialistes savent quelles espèces nous sont les plus utiles, tandis que d’autres sont associées à des maladies.

Le profil microbiotique idéal pourrait-il être universel ? La dernière étude publiée dans Nature Communications semble répondre par la négative, parce que l’humanité est variée et que des modes de vie très différents génèrent d’autant plus de diversité. La preuve avec les Hadzas.

Des chasseurs-cueilleurs à la flore intestinale inédite

Ce peuple tanzanien se compose encore de tribus de chasseurs-cueilleurs, vivant probablement comme le faisaient nos ancêtres avant qu’ils ne maîtrisent l’agriculture. Leur régime alimentaire est évidemment très différent de celui du monde occidental. Pourtant, aucune étude sur le microbiote intestinal n’avait été menée chez des groupes humains avec un tel mode de vie.

Les Hadzas n’ont pas de bactéries du genre Bifidobacterium dans leurs intestins, alors qu’on en retrouve chez des peuples d’agriculteurs à travers le monde.
Les Hadzas n’ont pas de bactéries du genre Bifidobacterium dans leurs intestins, alors qu’on en retrouve chez des peuples d’agriculteurs à travers le monde.

La tâche (peu enviable) de récupérer les fèces de ces hommes et ces femmes incombait à Stephanie Schnorr, doctorante à l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste, basé à Leipzig (Allemagne). Lorsqu’il a fallu leur demander l’autorisation, celle-ci a été agréablement surprise par la réponse de l’un d’eux, nommé Panda, qui lui dit qu’ils en faisaient normalement cadeau à la terre, mais qu’ils feraient une exception pour elle et lui donneraient volontiers.

En tout, la jeune femme a collecté des échantillons auprès de 27 individus, âgés de 8 à 70 ans. Ceux-ci ont rejoint l’Italie, et plus précisément l’université de Bologne, pour une extraction en règle de l’ADN bactérien présent dans les déjections. Les analyses révèlent une plus grande diversité du microbiote des Hadzas par rapport à celui des Italiens. La comparaison avec deux tribus agricultrices africaines révèle également que les chasseurs-cueilleurs sont les seuls à ne pas présenter l’un des probiotiques les plus communs : Bifidobacterium. Surprenant ? Pas forcément, puisque ce genre bactérien est associé aux produits laitiers, qui n’entrent pas dans l’alimentation du peuple hadza.

Une coévolution entre l’Homme et ses bactéries

Autre différence remarquable : les hauts niveaux de bactéries du genre Treponema chez les nomades tanzaniens. Ces micro-organismes sont plutôt associés à des maladies : l’un d’eux est à l’origine de la syphilis par exemple. Pourtant, les Hadzas se portent bien, très bien même. Chez eux, pas de diabète, pas d’obésité ni de troubles auto-immuns. Le cancer du côlon ? Ils ne le connaissent pas, ou peu. Les inflammations intestinales comme la maladie de Crohn ? Ils ne se sentent pas concernés. Malgré ces profils microbiotiques qui surprendraient plus d’un spécialiste, les chasseurs-cueilleurs sont en bonne santé. De quoi battre en brèche certaines idées reçues sur la composition idéale des populations bactériennes des intestins !

Une dernière surprise attendait les auteurs de ce travail, dirigé par Alyssa Crittenden, de l’université du Nevada, à Las Vegas. Ils ont noté une nette différence dans les microbiotes des hommes et des femmes hadzas. Une divergence issue de la division des tâches au sein de ce peuple nomade : les hommes sont chasseurs et se nourrissent principalement de viande et de miel. Les femmes, quant à elles, collectent les fruits ou les tubercules, qu’elles mangent en plus grande quantité. Chaque sexe doit avoir l’équipement bactérien adapté à ses besoins.

De telles informations sont importantes à plusieurs titres. D’une part, elles confirment l’importance de l’alimentation sur les populations composant le microbiote intestinal, tout en démontrant l’intérêt de la diversité pour assurer une bonne santé. Or, la nourriture riche en graisses ou en produits transformés, fréquente en Occident, génère des troubles métaboliques devenus source d’inquiétude dans nos sociétés modernes, comme l’obésité ou le diabète. Enfin, ce travail permet aussi de retracer la coévolution qui s’est produite entre nos ancêtres, chasseurs-cueilleurs, et leurs bactéries intestinales, jusqu’au moment où ils ont commencé à se sédentariser.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5584
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Maladie de Crohn: un champignon pourrait être en cause   Dim 09 Oct 2016, 10:05

Selon des chercheurs, cette maladie pourrait être provoquée par l'association de bactéries de l'intestin et d'un champignon. Cette découverte pourrait avoir des applications très importantes, notamment en matière de développement de nouveaux traitements pour les malades.

C'est peut-être une bonne nouvelle pour les personnes touchées par la maladie de Crohn, dont l'origine, à l'heure actuelle, est toujours une énigme pour la science. Une équipe de chercheurs de l'université Case western reserve, dans l'Ohio, aux Etats-Unis, a identifié pour la première fois un champignon susceptible de jouer un rôle majeur dans le développement de cette pathologie très invalidante: le Candida tropicalis.

La maladie de Crohn est une pathologie inflammatoire chronique de l'intestin, qui peut toucher n'importe quelle partie du tube digestif, de la bouche à l'anus.  
"Nous savions déjà que certaines bactéries, associées à des facteurs génétiques et alimentaires, jouent un rôle majeur dans l'apparition de la maladie de Crohn", a expliqué lors d'une conférence de presse Mahmoud Ghannoum, auteur principal de l'étude publiée en septembre dans la revue mBio, et repérée par le Huffington Post.

Rôle clé de la flore intestinale
"Mais parmi ces centaines de bactéries et d'espèces fongiques qui peuplent les intestins, trois - que nous avons identifiées - sont hautement impliquées dans la maladie de Crohn", développe le directeur du Centre de médecine mycologique à l'université Case western reserve.


Cette découverte est un indice supplémentaire qui tend à démontrer ce que suspectent nombre de spécialistes de cette maladie rare: le rôle clé joué par le microbiote intestinal, ou plus précisément par son déséquilibre.

Fatigue extrême et douleurs abdominales chroniques
"Notre étude montre que les patients atteints de la maladie de Crohn ont une réponse immunitaire anormale vis-à-vis de ces bactéries, qui sont pourtant présentes dans les intestins de tout le monde", ajoute Mahmoud Ghannoum. Si nombre de chercheurs se sont surtout concentrés, jusqu'à présent, à étudier les bactéries qui peuplent la flore intestinale, "peu ont examiné le rôle des champignons, qui sont pareillement présents dans les intestins de chacun", ajoute-t-il.

Cette découverte pourrait avoir des applications très importantes, notamment en matière de développement de nouveaux traitements pour les malades, qui peuvent souffrir, au quotidien, de sévères douleurs abdominales, de diarrhées avec saignement, et de grande fatigue chronique.

sott a écrit:
Commentaire : En prêtant attention aux micro-organismes qui peuplent notre corps, les scientifiques découvrent que la manière dont ceux-ci évoluent à l'intérieur de nous est étroitement liée à notre état de santé. Qu'il y est souvent question d'équilibre, et en l'occurrence de déséquilibre, quand il y a maladie. Que si les bactéries et les champignons, êtres vivants à part entière, peuplant notre ventre jouent donc un rôle central pour notre bien-être, ils sont eux-mêmes sensibles à leur environnement, tributaires de conditions extérieures facilitant, ou pas, leur développement, leur vie, leur mort. Après ce bref constat, pas la peine de se creuser les méninges pour comprendre que la qualité de la nourriture que nous ingérons est déterminante. Que les antibiotiques prit en excès, les métaux lourds, les produits chimiques ou le stress détruisent assurément cet équilibre dont nous avons besoin pour nous sentir bien. Quelques pistes :
Le cerveau aussi affecté par la maladie de Crohn
La consommation d'antibiotiques associée à un risque accru de maladie de Crohn chez l'enfant
Notre ventre, cette intelligence supérieure
Le ventre - Une anatomie insoupçonnée et autonome et des capacités psychiques surprenantes
L'influence du ventre sur le cerveau
Le ventre : un deuxième cerveau
Quand à l'implication possible de champignon, ce n'est guère surprenant. Le Dr Simoncini va même jusqu'à proposer la théorie mycosique concernant l'apparition de certain cancer...

https://fr.sott.net/article/29108-Maladie-de-Crohn-un-champignon-implique
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
La Candidose et maladie de Crohn, maladies de notre époque!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» maladie de crohn
» Régime maladie de crohn
» Maladie de crohn et droits au travail
» Maladie de Crohn
» Les isolations de notre époque et les pertes thermiques ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Santé-Soins holistiques...-
Sauter vers: