ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Perception

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: La Perception   Mer 31 Oct 2007, 21:19

Bonjour à toutes et tous,


il n'y a que la perception. Là est l'essence de l'être.

Si l'on veut échapper à toute forme de manipulation, il est indispensable d'en revenir au fondement essentiel de ce qui constitue un être: la perception.

A partir de là, il est important de comprendre le phénomène perceptif, de façon à pouvoir lui donner un sens qui soit conforme à sa nature. L'être qui serait seulement perception subie, "inerte", ne participerait pas à la dynamique perceptive, et n'épouserait donc pas sa propre nature: l'être est fait pour adhérer à la perception, ne pas en être un simple spectateur, mais aussi un acteur. Donc il doit comprendre la perception, pour pouvoir y adhérer.

Or, la perception s'appuie dialectiquement sur le lien et la séparation. Et ce n'est pas un axiome, ce n'est pas une théorie, c'est par la pratique de la perception, et l'analyse simple et évidente de cette pratique, qu'on s'en aperçoit.

En effet, si je me place face à une autre Personne, je constate que pour la percevoir, il faut qu'il y ait un lien perceptif entre nous. Par exemple, je ne peux la voir que si il n'y a pas d'obstacle opaque entre nous.

Si j'imagine cette Personne totalement coupée de moi, de toutes les façons possibles, et donc si elle était dans une autre réalité que la mienne sans aucun lien avec la mienne, je ne pourrais pas la percevoir.

D'un autre côté, je peux la percevoir parce qu'il y a aussi une séparation entre nous: s'il n'y avait pas une telle séparation, nos Personnes seraient partiellement ou totalement confondues, et la perception s'en trouverait altérée.

En somme, le lien entre nous met en relief la séparation entre nous, et inversement, la séparation entre nous met en relief le lien entre nous. Lien et séparation se mettent mutuellement en relief, et cette réverbération crée la perception.

Cependant, on pourra aussi comprendre que les natures du lien et de la séparation sont différentes, et s'articulent d'une façon bien précise.

Car le lien est forcément absolu, prééminent, et la séparation est relative.

En effet, une séparation absolue, comme on l'a vu plus haut, interrompt totalement le lien, qui est alors repoussé dans le relatif. La perception disparaît.

Donc, la perception implique que le lien soit absolu, prépondérant, et la séparation relative. Dans ces natures respectives, et coordonnées de la juste façon, la perception est assurée comme fondement de l'être.

Donc, lien absolu et séparation relative sont d'importance égale, même si leur articulation naturelle se fait dans un sens "hiérarchique" précis.



Mais lorsque ces principes sont confus, en partie mélangés dans leurs natures respectives, ils sont déforcés, et la perception en est altérée.



Cela concerne les sens de la sphère densifiée. En effet, les causes des êtres mal définies par des séparations confuses, maladroites, ces causes se sont agglomérées dans une réalité commune densifiée et oppressante.

Mal définies, mal affirmées, les causes sont devenues un enjeu manipulatoire, conduisant à la spéculation mentale.

D'un autre côté, le lien lui aussi déforcé, à diminué la perception de l'union des êtres.

Tout cela a conduit à l'individualisme.

Ces notions ont déjà été abordées dans "Dialectique de la Perception", dans ce même forum. Je les ai reprises ici pour mémoire, et si possible d'une façon simplifiée, de façon à exprimer ce qui suit:


Ma position de chercheur spirituel a, depuis toujours, été placée sous la lumière de la libre-pensée.

Je me suis cependant aperçu depuis que la dialectique a émergé de mon centre, que la libre-pensée ne suffit pas, et que seule la pensée dialectique est vraiment libre et peut mettre le mental à l'abri de la spéculation.

Car c'est une pensée circulaire, donc non spéculative, centrée sur l'essence de ce qui fait un être : la perception.


De ce fait, ma position devient actuellement de plus en plus affirmée, et je suis occupé à faire table rase de tout ce qui n'est pas essentiel, et qui reste sensible à la manipulation.

Dans mon optique, seules la pensée dialectique et la perception pure répondent aux critères de fiabilité.


Dès lors...



Je ne me fie plus aucunement aux sens physiques liés à la densité, ni à leurs empreintes formelles au niveau mental, par lesquelles l'être est manipulé par spéculation mentale. Les sens physiques de la densité sont en effet le produit d'une lacune de séparation, comme on l'a vu.

On pourra se dire que j'ai fondé au départ mon approche dialectique sur la perception des sens physiques "denses", et c'est exact, car les lois de la perception sont partout pareilles, même lorsqu'il y a altération. Car la confusion est toujours seulement partielle. Si la confusion était totale, il n'y aurait plus de perception du tout.

Je ne me fie plus à aucune tradition, aucun livre, aucun écrit, aucun enseignement qui ne soit pas manifestement décontaminé et affirmé dans son authenticité par l'expression d'une dialectique perceptive cohérente.

Je ne me fie plus à aucun état de conscience manifestement réduit par une séparation déforcée, tels que le rêve, la transe, le channeling de transe ou de "walk-in", les états d'extase non-maîtrisé, les états de conscience modifiés obtenus par pratique ou par substance, ne respectant pas la conscience de base...

Je ne me fie plus à aucun message dont la provenance n'est pas certaine ( certifié par une perception directe bien discriminée).

Car tout ce qui "gravite" sur les plans "supérieurs" est dans une large mesure un miroir aux alouettes dont de nombreux aspects, dieux, archétypes, entités ascensionnées ou astrales, devront inévitablement réintégrer la réalité humaine, car la réalité n'est pas "en haut", elle est ici. Tous ces aspects supérieurs ne sont que le contrepoids transitoire d'une séparation déforcée dans la réalité humaine.


Je me fie donc uniquement à l'authenticité des perceptions pures, discriminées, des différents états de conscience, compris et épousés par un mental dialectique.


Ces états de conscience ont été décrits dans "Chakras et Merkabah" dans ce même forum.


Pour rappel, ils constituent un septénaire fondamental synthétisé à un huitième niveau, et sont empilés les uns sur les autres dans un ordre précis, car ils s'appuient successivement les uns sur les autres dans une logique discriminante.


La conscience physique (perception éthérique)

La conscience sexuée (perception du sentiment)

La conscience rationnelle (perception de la raison)

La conscience d'équivalence (perception de l'émotion)

La conscience relationnelle (perception de la communication)

La conscience participative (perception de l'adhésion)

La conscience intégrative (perception de l'appartenance)



A ce septénaire, il faut ajouter sa synthèse au niveau du Couple Sacré:

Bindu - conscience du Couple (perception de l'union)



Amitié,

steph


Dernière édition par le Jeu 15 Nov 2007, 18:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Christalain

avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 241
Date de naissance : 15/08/1967
Age : 50
Localisation : Rhone-alpes
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Mer 31 Oct 2007, 23:18

Merci Sphinx, je crois que tu touches là à quelque chose de fondamental en effet, et que tout le monde peut vérifier par lui-même, en se passant de postulats indémontrables. On pourrait presque l'énoncer ainsi: "JE PERCOIS, DONC JE SUIS" ! La lecture de ta "théorie de la perception" m'a été d'une grand aide dans mon chemin et j'invite tous les chercheurs sincères à s'y plonger.
En écho a ton article, je publie ici un extrait de Natarjan: grande similitude ou ressemblance juste approximative de points de vues ?

Citation :
Si le moi n'utilise pas l'intelligence en amont des programmations génériques et culturelles, il demeure contraint d'agir et de réagir. L'action semble aller du moi vers le non-moi et la réaction apparaît comme le ricochet du non-moi sur le moi. Mais l'action est souvent le fruit d'un conditionnement, comme la réaction met parfois en avant des mouvements vrais que le moi doit suivre, en les épurant pour se libérer. Beaucoup d'actions sont donc suspectes si elles s'inscrivent dans le prolongement des mémoires et mériteraient le nom de conditionnements dynamiques, comme beaucoup de réactions peuvent porter en elles le mouvement même de l'émancipation, alors qu'elles apparaissent d'abord comme une faiblesse du moi qui ne sait pas s'adapter. Le renversement du yin en yang, et réciproquement, est toujours possible à la lisière des événements, et la réaction peut mener à l'action véritable par transformation. Si ces deux mouvements sont si contradictoires, c'est que nous dépendons au plus profond du principe d'échange permanent entre l'extérieur et l'intérieur.

Tout est là et c'est oublié.

Il n'y a pas plus d'indépendance — ce qui voudrait dire que nous sommes muets, sourds, aveugles et autonomes, qu'il n'y a de dépendance — ce qui voudrait dire que chaque instant serait vécu d'avance dans une forme imprescriptible à laquelle nous serions absolument soumis. Les deux notions dont nous faisons si grand cas, et qui s'excluent mutuellement pour nous permettre les tortures propres au libre arbitre, ne font que refléter notre présence au monde, ouverte sur le moment et le Tout. Nous sommes trois. Question, investigation, réponse; moi, non-moi et lien entre les deux. L'unité nous saute aux yeux par le trois, parce que tout est trois, tout un nécessite le trois, toute la manifestation est un trois à toutes les échelles. Le libre arbitre constitue la vision du moi lié à l'alternative, et c'est donc une figuration du trois pour évoquer la béance du moment qui s'ouvre au moi en lui infligeant un choix à faire.

Le principe, la structure et la forme caractérisent les programmations biologiques, écologiques et psychologiques, les groupes culturels, politiques et économiques. De la cellule à la composition d'un parti politique, du cercle à n'importe quelle figure, le centre, la surface et le contour constituent tout corps, qu'il soit plan ou en volume. Trois symbolise les contraintes minimales que rencontre l'Esprit quand il entre dans le domaine de la matière. C'est le modèle de l'espace, largeur, hauteur et profondeur, le modèle du temps, passé, présent et avenir, le modèle de l'homme, corps physique, vital et mental; et enfin le modèle de toute créature A/ noyau d'identité — cœur et semence, B/ organisme de survie composé des fonctions biologiques internes et inconscientes — organes et systèmes nerveux, C/ périphérie et forme extérieure comportant l'ouverture des sens vers le non-moi — épiderme, œil, oreille, et orifices du corps.

Des zones fondamentales surgissent de l'actualisation de la vie dans tout organisme, et ce point de vue transversal, grâce à une vision en coupe, permet de comprendre tout ce qui anime un être vivant. Les parties ne sont pas à la même distance du monde extérieur, et c'est la périphérie qui subit le plus de pression. Dès que l'Esprit prend corps dans l'espace et le temps, il crée les caractéristiques de la matière et se soumet à l'écartèlement spatio-temporel, ce qui implique un intérieur et un extérieur, quelque chose qui les sépare et des fonctions qui les relient, tandis que les lois physiques commencent à inscrire leurs déterminations, pression, poids, densité, volume, température, et leurs proportions. Ce qui n'a pas de forme prend forme. Un ensemble sera tourné vers le dedans, un autre vers le dehors, un troisième vers la régulation des deux. Une répartition en trois se fait jour, une programmation garantit l'équilibre de la créature à la périphérie dans le domaine du contact écologique (forme), une autre assume les cycles fondamentaux (structure et fonction) et la dernière — la plus profonde et la plus secrète —, protège l'identité (le principe). Les trois choses sont en quelque sorte la même par leur homogénéité, et dérivent essentiellement du même mystère, où conscience et énergie ne font qu'un. Nous dépendons profondément de cette organisation, et nous sommes du même avis que Sri Aurobindo sur ce point: nous pouvons en prendre conscience, ce qui permet de faire prévaloir l'intérieur le plus profond, l'être psychique, sur les juridictions mentale, vitale et physique. Le physique est trop attaché aux sensations, le vital aux émotions, le mental aux pensées.
Source: supramental.fr - "LE NATARAJAN ESSENTIEL"
Revenir en haut Aller en bas
http://axial-media.over-blog.org
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Ven 02 Nov 2007, 18:11

Bonjour Christalain,

oui, c'est pertinent.

L'interdépendance est une réalité, et les échanges permanents entre l"intérieur et l'extérieur sont naturels.

Les problèmes surviennent, ainsi que je l'ai dit dans ma théorie de la perception, lorsqu'il y a confusion Yin/Yang entre les champs internes et externes de perception.

Et cela est effectivement abordé dans cette citation.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Jeu 15 Nov 2007, 18:51



La Transfiguration




<H3 class=spip>




Citation :
Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et ils s’entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. »





La transfiguration est l'initiation de l'"Homme qui construit sa maison".



En fait, trois maisons, car il y a trois aspects à discriminer.



En effet, la "construction de trois maisons" symbolise la séparation discriminée des trois flux de l'Antahkarana.



Le flux vital, le flux de conscience, et le flux créatif. Ces trois flux sont associés aux trois nâdis vitaux, et se retrouvent dans le symbole du caducée de Mercure (ou encore du bâton-serpent de Moïse mangeant les deux serpents des prêtres de Pharaon).



En fait, ces trois flux sont en partie mélangés chez l'être humain non transfiguré, déterminant une confusion d'être.



La troisième initiation, dont on trouve aussi une référence dans le conte symbolique de Goethe, le Serpent Vert, représente la naissance, au sein de l'être, de la discrimination dialectique des constituants fondamentaux de son fonctionnement.



Cette discrimination dialectique commence à dissiper la confusion des trois flux, qui s'affirment alors de façon séparée: ils "construisent chacun leur propre maison", en résonance avec leurs "archétypes" révélés par la Transfiguration (Jésus, Elie et Moïse).





L'aboutissement de ce processus discriminant mène à la quatrième initiation, la Crucifixion, transition par laquelle la discrimination complète va s'instituer définitivement dans le fonctionnement de l'être.





Amitié,



steph


</H3>

Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Jeu 22 Mai 2008, 20:18

La perception directe:


Le véritable enjeu de la méditation est la perception directe.


L'extase vibratoire est la conséquence d'une perception plus directe.

Le mental est l'organe de la perception. Plus il se laisse déformer par les perceptions, plus il est fluctuant comme un ressort, moins la perception est claire et directe.

Le calme mental n'est donc pas un but en soi, mais un état qui permet la perception directe.



En état de perception directe, il n'y a plus de division entre soi et le monde, parce que la séparation entre soi et le monde est rendue plus parfaite par la rigidité mentale, et de ce fait un lien plus authentique, plus direct, peut s'établir entre notre conscience et le monde.

Alors, l'illusion de la division commence à disparaître, et on peut s'identifier à toute chose, et commencer à la ressentir directement, sans menacer ni son intégrité, ni la nôtre.


Le but de la méditation n'est pas l'absorption en Samadhi, mais la réalisation d'un équilibre mental parfait qui permet de maîtriser la perception directe au sein-même de la conscience de base, de veille.

Il s'agit d'allier la conscience intégrale directe du monde, à la simple conscience humaine la plus basique, de la veille normale.

Lorsque la perception est directe et claire, alors la réponse de la conscience est spontanée et pafaitement appropriée.

La conscience agit alors comme une "bille d'acier", par ses trois aspects d'Intimité, de Conscience claire et de Spontanéité, que je reprends ici de l'Analyse Transactionnelle, mais dans un cadre bien plus élargi.


L'Intimité est la faculté de la conscience à prendre en charge intégralement l'énergie = perception directe.

La Conscience claire est la faculté de la conscience de faire transiter en elle cette énergie sans sans l'altérer = intégration directe

La Spontanéité est la faculté de la conscience de transmettre l'énergie intégralement = transmission directe


L'extase vibratoire, lorsqu'elle correspond à des niveaux de retrait mental très profonds (mais toujours superposés à la conscience de base), s'approche de plus en plus de la perception directe, et donc aussi de la réaction spontanée, directe et appropriée.

C'est pourquoi l'énergie rayonnée par extase christique est juste, appropriée: elle émane d'une captation hyper-sensibilisée et globalement synthétisée du "mileu" environnant, permettant une réponse énergétique appropriée.


Le mental se calme par subjugation. Par exemple, un contact avec un autre être conscient peut provoquer une subjugation, génératrice de flux énergétiques.

Différents aspects, comme la nature, ou la musique, etc, peuvent provoquer la subjugation nécessaire.


Mais rien ne pourra remplacer la subjugation des Flammes Jumelles qui seule peut réellement permettre la perception directe intégrale.

En effet, le mental peut être débarrassé de tous ses refoulements déstabilisants, y compris celui de la complémentarité jumelle, il ne le sera jamais de la complémentarité elle-même, sauf s'il la rejette définitivement!

Et cela ne doit pas être, le mental n'est pas fait pour être définitivement calmé (régressif) mais pour être dans un calme maîtrisé par la dynamique des polarités, conservant de ce fait un potentiel d'action.

C'est pourquoi seule la rencontre jumelle peut valablement subuguer le mental, et permettre un Samadhi totalement maîtrisé par la dynamique des polarités!


Un Samadhi non-maîtrisé est caractéristique d'une négation "passive" de la complémentarité, produisant alors un calme mental absolu... qui ne mène à rien qu'au néant de soi.



Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5574
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Jeu 22 Mai 2008, 21:06

Citation :
Le but de la méditation n'est pas l'absorption en Samadhi

Un Samadhi non-maîtrisé est caractéristique d'une négation "passive" de la complémentarité, produisant alors un calme mental absolu... qui ne mène à rien qu'au néant de soi.

MERCI Steph de faire ces précisions!
Pour ceux qui prennent le forum en route,voir ce sujet aussi ici

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Lun 26 Mai 2008, 12:53

La perception des manques:


La perception des manques n'est pas une perception authentique, dans le sens ou ce n'est pas une pure perception du Soi du Couple Sacré, mais une perception induite depuis l'extérieur du Soi, par l'entremise de canaux de pénétration karmique au coeur du Couple Sacré.

Ces canaux de pénétration karmique sont de deux ordres, selon qu'il s'agit du karma naturel, ou du karma spéculé. Dans le cas de la spéculation karmique, ces canaux de pénétration causale constituent un piratage des Soi, des Couples Sacrés.


Donc, chaque aspect addictif ou d'assuétude "naturelle" correspond à une impulsion transmise dans le mental par une manipulation extérieure.

Parmi les inductions de manque, on peut citer la faim, la soif, la souffrance, le sommeil, la maladie, le vieillissement, la mort, le désespoir, la peur, etc.

Le mot "manipulation" est ici envisagé au sens large, non péjoratif, car l'induction du karma naturel, non spéculé, est une manipulation positive, visant à émanciper les Personnes à travers les Couples Sacrés.

La spéculation karmique d'un autre côté manipule dans le but d'empêcher l'émancipation.


A partir d'un certain degré de Présence, de vigilance, d'éveil, il devient possible de reconnaître le flux énergétique subtil qui véhicule l'induction d'un manque particulier.

Par exemple, au moment où la faim veut se signaler, il est possible de "voir" ou "ressentir" le canal d'induction qui pénètre par le Coronal, plonge dans la Personne jusqu'à l'estomac, et crée l'illusion de la faim.

Car tout perception de manque est en partie une illusion, ce qui ne veut pas dire qu'elle est irréelle, mais qu'elle procède d'un sens altéré de la réalité.

Lorsque le canal d'induction du manque est reconnu, il se relativise spontanément, et peut être transitoirement désactivé. Cette désactivation peut donc aussi concerner la mort.

Naturellement, c'est au travers des fluctuations de la vigilance mentale que les inductions de manque peuvent s'infiltrer. Plus le mental est cohérent, moins il laisse de possibilités d'inductions extérieures, plus il est agité par les refoulements psychologiques, plus il laisse passer certaines inductions.


La plus grande cohérence mentale est permise par la subjugation créée par la synchronisation du Couple Sacré. De ce fait, un Couple Sacré en synchronisation se rend de plus en plus insensible aux inductions externes: c'est l'émancipation.

Le Couple devient alors en lui-même seul responsable des échanges d'inductions causales entre ses deux polarités, sans interférences externes: c'est l'intégration de la cause-en-soi.

Le mental déconfusionné devient alors le pivot de ces échanges: c'est le "supramental", l'Epée dialectique mise au service du Couple, et de la Collectivité.

Au moment où il y a complète émancipation des inductions causales externes, il y a intégration complète du corps: l'intégration de la cause-en-soi est l'intégration du corps physique, et c'est pourquoi les deux polarités du Couple Sacré doivent être incarnées ensemble, en même temps, et dans le même monde matériel.

La matière est la croix dialectique sur laquelle le Couple Sacré peut s'émanciper.

Au moment de l'intégration complète du corps physique, il y a crucifixion dialectique du temps et de l'espace, transsubstanciation physique, et résurrection dans un corps matériel pur (dont la matière est décristallisée, dédensifiée).


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Lun 26 Mai 2008, 17:55

Se libérer de la perception des manques:


La perception des manques tente de fasciner, d'hypnotiser le mental (cf, entre autres, le sujet "Théorie de l'Evénementiel" [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ).

La façon dont procède cette fascination est d'établir un rapport apparent, illusoire, totalement erroné, entre le manque et l'émancipation.

En effet, il n'y a pas de rapport entre le manque et l'émancipation.

En d'autres mots, l'émancipation est en elle-même l'état où l'on comprend, voit et intègre la réalité selon laquelle il n'y a pas de rapport entre l'émancipation et le manque.

Le manque, alors, est reconnu pour ce qu'il est vraiment et essentiellement: un potentiel de réalisation facultatif. Et alors la totale séparation de l'Etre et du potentiel permet d'harmoniser dialectiquement les deux (de les unifier).

L'émancipation n'est donc pas conditionnée à l'état de nos dépendances, mais à la façon dont nous abordons le problème de nos dépendances. C'est la capacité de sublimation, c'est-à-dire de dissociation de l'Etre par rapport à son potentiel, qui détermine notre avancée vers l'émancipation.

Il est totalement vain de se confronter de façon directe aux perceptions de manques pour les combattre! Cela ne servira qu'à éventuellement agiter le mental d'avantage. Cela peut être transitoirement utile, mais ne permet aucune réelle avancée.

L'émancipation est la faculté de sublimation, c'est-à-dire de considérer en toute circonstance la tangente par rapport aux appels symbiotiques: ne pas s'y laisser aller, ne pas y résister, ne pas les refouler, mais lâcher prise vers la perpendiculaire, et ainsi se responsabiliser du potentiel.

La faculté de sublimation détermine donc un état qui existe par lui-même, et qui n'est pas corrélé aux perceptions de manques. En effet, la "tangente de sublimation" est d'une certaine façon une "tangente absolue", qui est toujours "perpendiculaire" aux appels symbiotiques de la réalité.

La sublimation est le "recours au collectif", l'appel au Nagual pour équilibrer naturellement le Tonal, quelle que soit sa configuration plus ou moins incohérente!

Il n'y a donc pas de corrélation entre véritable entre les manques et l'émancipation, et c'est une illusion d'optique qui dans la confusion nous suggère un rapport entre les deux, rapport auquel nous sommes les seuls à donner une effectivité.

La perception de manque est, ne l'oublions pas, une négation de la reconnaissance de l'interdépendance de tous les êtres dans le lien universel de conscience.

Lorsque cette interdépendance naturelle est niée, alors un lien illusoire est faussement perçu entre l'interdépendance et la valeur de l'être: l'interdépendance semble être une menace pour la valeur de l'être. C'est cette confusion qui crée la perception des manques. L'interdépendance refoulée se perçoit comme dépendance.

L'émancipation est l'intégration de l'interdépendance, et donc l'affirmation de l'absence de corrélation entre manque et émancipation: l'état émancipé n'est pas celui de l'absence de manque, mais celui de l'absence de perception de manques, car le potentiel est systématiquement sublimé, dérivé vers le collectif de conscience, en vertu de l'interdépendance.

De ce fait, le finalisme collectif prévaut, et est rencontré par les causes individuelles.


EDITION:

Sublimer n'est rien d'autre que de se laisser imprégner par la stabilité absolue du collectif universel de conscience qui va naturellement équilibrer les instabilités mentales et manifester l'émancipation en soi.

Le seul "travail" consiste donc à s'ouvrir sans cesse de plus en plus, autant qu'on le peut.

L'ultime instabilité irréductible de la complémentarité sexuée sera dynamiquement équilibrée par la polarité jumelle.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Juliette

avatar

Féminin
Gémeaux Chat
Nombre de messages : 157
Date de naissance : 08/06/1963
Age : 54
Localisation : France
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Jeu 29 Mai 2008, 16:02

Bonjour à vous toutes et tous,

Steph

Citation :
La perception des manques tente de fasciner, d'hypnotiser le mental (cf, entre autres, le sujet "Théorie de l'Evénementiel"

Cela détermine de l'éloignement de la cause de l'existence du manque. Plus qu'une fascination ou un état hypnotique, il y a un attachement au manque pour donner raison ou un sens à l'existence. Car souvent la situation d'échec renvoi l'idée d'une croyance à son incapacité à répondre ou être présent, soit bien incarné sur terre.

Citation :
Il est totalement vain de se confronter de façon directe aux perceptions de manques pour les combattre! Cela ne servira qu'à éventuellement agiter le mental d'avantage. Cela peut être transitoirement utile, mais ne permet aucune réelle avancée.

Combattre les manques de manière à ne plus se ressentir en manque est se croire ainsi libre donc pas dépendant est une erreur d'appréciation entre l'être, le potentiel, la dépendance symbiotique et l'interdépendance.

Citation :
Lorsque cette interdépendance naturelle est niée, alors un lien illusoire est faussement perçu entre l'interdépendance et la valeur de l'être: l'interdépendance semble être une menace pour la valeur de l'être. C'est cette confusion qui crée la perception des manques. L'interdépendance refoulée se perçoit comme dépendance.

La valeur de l'être et son interdépendance au monde sont occultés dans ce cas où le manque est perçu comme la cause de souffrance.

Car le manque est le résultat de la non reconnaissance de l'enfant. L'état d'enfant qui est un état de dépendance totale. Et le fait même de nier cet état de dépendance c'est ainsi maintenir un enfant dans un état de manque tel qu'il en arrive à considérer que si il se trouve en manque cela a été dû à son état de dépendance provoquant des manques.

Alors que le manque dans ce cas est un manque d'intégration de l'état d'enfant soit l'état de dépendance.

Cet état de dépendance reconnu permet de mettre en évidence la valeur de l'être en l'enfant et son potentiel.

Aussi, non reconnu, la dépendance est perçu comme un état dangereux pour l'être qui croit que cela le met en situation de fragilité, et par confusion, de faiblesse, d'impuissance.

Dans un tel cas, l'interdépendance et l'être sont totalement occultés. La personne ne peut avoir accès à ces connaissances, tant qu'elle n'a pas reconnu la juste valeur de son état d'enfant et de surcroit son potentiel.

La perception du manque est donc la conséquence d'un déni de l'enfant, qui par son état symbiotique, le met en totale situation de dépendance, qui est le jeu et l'enjeu de la responsabilité parentale soit de conduire l'enfant à son émancipation avec la mise en conscience de l'interdépendance qui inscrit l'individu dans le collectif.

La sublimation est, dans ce cas par absence de présence parentaux conducteurs ou guide vers l'émancipation d'un enfant, ce qui permet à la personne de répondre et ainsi vivre son émancipation et reconnaître ainsi l'existence de la relation d'interdépendance de tous les êtres.

J'en viens à soulever que souvent beaucoup de personnes à l'age adulte ont considéré leur enfance d'un manque total de liberté, de vouloir être adulte très vite, grandir vite, ne pas avoir été un enfant heureux, oublier leur enfance, oublier leurs rêves, méconnaître leur besoin, leur désir d'enfant et leur amour d'enfant soit l'amour pour leur parent, leurs souvenirs. Ce qui veut dire que la perception du manque se fait déjà très tôt dans l'enfance et déterminant ainsi que l'enfant est déjà en souffrance de sa situation de dépendance.

Alors qu'être un enfant devrait être une existence d'épanouissement totale dans la découverte et l'exploration dans tous les sens du terme et de l'é-pi-derme flower et cela grâce à l'état de dépendance, soit s'abandonner à la Vie, permettant de goûter au principe même de la notion de première fois qui est l'expérience de l'unique en soi dans l'éternel présent.

Belle journée à vous toutes et tous.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Juliette :64:
Revenir en haut Aller en bas
Credo



Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 131
Date de naissance : 25/04/1979
Age : 38
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: La Perception   Mar 24 Juin 2008, 20:40

Il y a une [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] très intéressante sur les transformations de Moebius, qui illustre parfaitement qu'il n'y a en réalité qu'un point de vue (le point zéro d'un graphique à 3 dimensions) où la réalité est perçue telle qu'elle est...
Dans cette vidéo, l' "oeil" est la sphère qui se déplace, le carré de base est la réalité et la zone de projection le mental.
Je mets cette vidéo en rapport avec la position du point d'assemblage décrite par Castaneda, sauf que ce dernier n'a jamais parlé du point zéro de perception.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.coeursacre.blogspot.com
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Mar 04 Nov 2008, 02:55

La conscience:



On ne peut connaître la perfection sans l'imperfection.

On ne peut connaître la complétude sans l'incomplétude.

On ne peut connaître la permanence sans l'impermanence.

On ne peut connaître la force sans la faiblesse.

On ne peut vivre la Rencontre sans la Séparation.


La conscience est la frange ténue de la réalité de l'Etre, tendue sur le fil de l'épée dialectique.


La conscience est pure perception, directe, sans distorsion.

Les sens manifestés sont des "non"-sens, des organes du contrôle exercé sur la perception directe, et qui l'altèrent.

Ils filtrent la perception de la réalité, la rendant indirecte, de sorte qu'elle ne puisse pas être connue telle qu'elle est. Mais dans tous les cas, la réalité perceptive reste la réalité perceptive, altérée ou pas.

La conscience est l'identification du Connaissant avec la Connaissance.

Mais on ne peut connaître sans ignorance.

Je ne peux me connaître que si je deviens ignorant de moi-même, sans contrôle exercé sur mon existence, sur ma Nature, sur ma réalité.

Je ne peux me savoir que de l'Autre.

L'univers sait qui je suis, et ce que je suis. L'Oiseau me connaît. Et je ne peux l'apprendre que de Lui.



Amitité,

steph
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Dim 27 Avr 2014, 18:41


Bonjour à toutes et tous,



j'ai déjà parlé plusieurs fois du principe dialectique qui implique qu'il ne puisse y avoir de similitude sans différence, ni de différence sans similitude.

En réalité, ce principe est corrélé à celui de la perception, qui stipule qu'il doit y avoir à la fois un Lien et une Séparation pour qu'un aspect de l'existence puisse être perçu.

En fonction de la différenciation plus ou moins complète des polarités Lien et Séparation l'une de l'autre, le pouvoir de discrimination fluctue, et la qualité de la perception varie en conséquence!

En fait, similitude et différence sont une autre formulation de Lien et Séparation, sous l'angle de la comparaison comme fondement de la perception.

"Qu'y a t'il de commun entre Toi et Moi, Femme?"

La perception peut être considérée comme le résultat systématique d'une comparaison! Il s'éagit d'une pure comparaison existentielle, sans jugement de valeur, comme le contraste d'une image en quelque sorte (en ayant conscience de la limite de cet exemple).

Or, on ne peut pas comparer deux choses si elles n'ont pas au moins une similitude, un aspect en commun! Deux objets physiques denses totalement différents peuvent quand même êtres comparés sur le fait qu'ils ont tous deux une masse. Donc on peut, par exemple, comparer leur poids.

Sans similitude, aucune comparaison possible, et donc en fait, pas de discrimination, ni donc de perception possible!

Deux objets sans aucune différence entre eux, pas même de position relative ou autre aspect de ce genre, ne sont pas deux objets! Il n'y en a qu'un! Et donc toute comparaison est vaine! Et donc, pas de discrimination possible, et pas de perception possible!


Et donc, on voit bien qu'il faut TOUJOURS qu'il y ait à la fois similitude et différence pour qu'une réalité existentielle puisse être perçue! En fait, il n'y a pas de réalité sans qu'il n'y ait à la fois similitude et différence!

C'est précisément ce qu'enseigne la dialectique!

Le Couple Sacré est une configuration existentiellement parfaitement stable, tout en étant dynamique, vivante, parce qu'elle intègre la juste proportion dialectique dans la différenciation comparative des polarités sexuées humaines. Cela constitue synthétiquement une conscience conjugale intégrale, totale, universelle, dont la capacité perceptive est parfaite!


Le problème de la conscience dans la dualité, où les polarités sexuées sont en confusion entre elles, est que sa capacité perceptive est réduite, par le refoulement d'où est issue la confusion. Les similitudes sont mal reconnues, et les différences de même! D'une façon arbitraire, sous l'effet de la toute-puissance archaïque, fœtale, refoulée, des aspects de similitudes sont érigés en différences, et des aspects de différences sont érigés en similitudes! Tout cela en rapport, bien entendu, avec la transformation du Lien et de la Séparation en clivages et amalgames!

Le jugement moral s'insinue dans cet espace de confusion entre les polarités mal discriminées l'une de l'autre! La morale est donc un effet secondaire d'un manque de discrimination consciente, d'un défaut de perception! Ce qui est perdu en discrimination consciente est transformé en morale pour tenter de légitimer les transformations arbitraires de similitudes en différences et réciproquement! Comme je l'ai déjà dit, la morale (et l'immoralité) est une stratégie de la toute-puissance fœtale refoulée. La morale est donc une dérive symptomatique d'une conscience qui, manquant de discrimination perceptive, compense ce manque par toute-puissance archaïque en recourant à un arbitraire travesti pour paraître légitime!


Seule l'éthique dialectique est universellement légitime et associée à une conscience intégrale. Elle stipule qu'il s'agit de protéger toutes les Personnes dans tous les cas!

Pour rappel: Lorsque la protection est véritablement l'enjeu unique de la Justice, le collectif ne dérive plus dans les aspects dualistement corrélés d'intransigeance et de laxisme! La morale est toujours le signal qu'une vampirisation d'énergie psychique a lieu: le refoulement est venu prendre sa pitance psychique! sans contamination morale, toute l'énergie est disponible pour mettre en œuvre de vraies solutions éthiques, ni exacerbées, ni laxistes!


Or donc, ce qui sous-tend la perception, fondée sur l'association entre le Lien et la Séparation, est un processus de comparaison implicite, nourri par la similitude en tant qu'aspect du Lien, et la différence en tant qu'aspect de la Séparation, ce qui produit une discrimination de conscience, discrimination consciente qui est l'éthique!

Donc, une perception claire est forcément éthique!


Amitié,

Steph


_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Jeu 08 Mai 2014, 14:15

Bonjour à toutes et tous,


je place cette petite intervention à la suite du sujet sur la perception, car elle y a naturellement sa place.  Mais elle aurait pu être placée ailleurs avec autant de pertinence!


Or donc, lorsque l'Etre nouveau est tiré du pur potentiel ("ex nihilo"), il est créé Homme et Femme, car on ne peut susciter l'Etre à partir de "rien", qu'en polarisant ce "rien".  C'est la dynamique absolue du (des) Couple Sacré ProCréateur qui est, seule, capable de polariser le potentiel existentiel.

Or, la perception dépend toujours d'une tension! Et la conscience repose forcément sur une perception.

A l'origine, la conscience archaïque ne naît que lorsque la "flèche" inséminatrice a été libérée au centre de la matrice cosmique!  Car c'est à ce moment que la première impulsion de polarisation s'applique effectivement, alors que la "flèche" n'as pas encore commencé à bouger, mais est déjà soumise à l'énergie de propulsion!

On peut dire qu'avant cela, existe une pré-conscience au niveau du potentiel, puisqu'une certaine tension, latente, existe déjà entre celui-ci et l'acquis de l'Etre.  Je pense l'avoir déjà dit: l'acquis existentiel prête son existence au potentiel, et le potentiel existentiel prête son inexistence à l'acquis.  Ensemble, ils sont parfaits, complets et surtout, perceptifs, conscients!  Mais la conscience du potentiel n'est pas de même nature, n'a pas le même degré de discrimination, que la conscience conjugale de l'acquis existentiel.

Cette pré-conscience du potentiel est donc liée à la tension entre acquis et potentiel existentiels, tension centrale, non polarisée, qui repose donc fondamentalement sur la polarisation de l'acquis existentiel (ensemble des Couples Sacrés émancipés).

Mais ce n'est pas avant le début de la polarisation, et de sa tension progressivement "décentralisée", axiale, qu'une conscience en partie autonome peut se manifester chez l'Etre nouveau (un Etre étant toujours un couple, en réalité, le Personne humaine n'étant pas un Etre en tant qu'unité autonome à part entière!)


Venons-en au sujet central de cet article:

Dès le début de la polarisation apparaît donc une tension polaire qui s'exerce entre les polarités humaines sexuées.  Elle s'exerce sur différents plans de réalité, biologique, psychologique, psychique/spirituelle.

Ce qu'il faut comprendre, c'est que cette tension est d'essence régressive: elle vise à faire régresser les Personnes humaines dans un état similaire, ou associé, à la pré-conscience archaïque.  C'est véritablement un appel à la fusion régressive désintégratrice dans le pur potentiel!

Et c'est pourquoi la sexualité narcissique amène concrètement à des cas limites où cette prédation régressive aboutit à des extrêmes comportementaux.

Et bien entendu, l'idée n'est pas de refouler cette sexualité, qui est déjà le résultat d'un refoulement!  L'idée n'est pas de rejeter cette tension!  Car cette tension est celle qui est précisément intégrée lors de l'émancipation du Couple Sacré!

En effet, cette tension ne disparaît jamais, sauf dans un véritable retour régressif ou pur potentiel!  Cette tension existe fondamentalement dans l'expérience du Couple Sacré émancipé!  Mais comme elle a été intégrée dans un modèle "néguentropique" parfait, elle n'y engendre plus de problèmes narcissiques!  Elle devient la source propulsive d'un "moteur spatio-temporel".  Cette tension est donc une différence de potentiel existentiel maîtrisée par la conjugalité Sacrée!

Cette intégration polarisée de la tension existentielle aboutit à la quintessence de la perception, et donc à la quintessence de la conscience, qui est forcément conjugale différenciée! Au lieu d'inciter les Personnes humaines vers l'indifférenciation du potentiel, la tension est mise au Service de la ProCréation de nouveaux Etres à partir du pur potentiel! Le Couple Sacré transmute la morbidité de la tension existentielle en énergie de fertilité!

Finalement, en toute logique, on ne peut conjuguer que ce qui est complémentairement différencié!  La conjugalité est donc forcément polarisée, sexuée!


Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
POLA



Féminin
Vierge Buffle
Nombre de messages : 165
Date de naissance : 22/09/1973
Age : 44
Localisation : pau
Date d'inscription : 23/11/2013

MessageSujet: Re: La Perception   Sam 25 Oct 2014, 02:21

Super !
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Sam 25 Oct 2014, 18:26

Cool! sunny


En fait, la perception doit s'attacher à la réalité actuelle de l'Etre, et donc au potentiel actuel de l'Etre collectif.  Pour percevoir correctement ce potentiel, il faut l'envisager de deux points de vue opposés sur un axe (donc en opposition de phase), et différenciés selon des proportions complémentaires.

De ce fait, le potentiel est centralisé et est observé à la fois selon le Lien et selon la Séparation, dans le même temps, les points de vue polaires étant sans cesse alternés sur leur diamètre, de façon instantanée vu la vitesse angulaire infinie de cette dynamique!

Dans l'instant, le potentiel central est observé de part et d'autre et par le point de vue du Lien, et par le point de vue de la Séparation, les deux polarités étant à la fois séparées par leur opposition de phase, et unifiée par la vitesse angulaire infinie qui les place ensemble des deux côtés à la fois!

Ceci est l'expression d'une véritable perception conjugale, totalement décontaminée de toute "psychose" car le point de vue de l'Autre, de l'opposition complémentaire, est complètement intégré!

Le manque d'intégration subjective du point de vue d'autrui constitue donc la "psychose" généralisée au sein de la dualité. Lorsque, par immaturité, les polarités relativistes humaines ne tiennent pas assez compte de la subjectivité de l'Autre, elles ne peuvent pas percevoir correctement la réalité à travers le potentiel actuel de l'Etre collectif. Leurs points de vue, unilatéraux, deviennent arbitraires, individualistes, déséquilibrés, prédateurs l'un de l'autre.

Dans le cadre du Couple Sacré, la Procréation est toujours une mise en œuvre éclairée, décontaminée, du potentiel collectif actuel, car le narcissisme personnel des polarités sexuées n'interfère pas dans la mise en œuvre de la sexualité Sacrée!

De ce fait, l'intégralité du collectif de conscience est toujours concerné par un Etre nouveau, ce qui protège sont potentiel de réalisation, d'émancipation!


Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Sam 25 Oct 2014, 19:03

En résumé, on peut dire que la perception de la réalité n'est objective QUE si elle tient compte d'au moins deux subjectivités personnelles opposées, différenciées, et complémentaires.

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
POLA



Féminin
Vierge Buffle
Nombre de messages : 165
Date de naissance : 22/09/1973
Age : 44
Localisation : pau
Date d'inscription : 23/11/2013

MessageSujet: Re: La Perception   Dim 26 Oct 2014, 02:10

Bonjour,

Pourrais tu explicité la notion "opposition de phase" stp ?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Dim 26 Oct 2014, 13:37

C'est assez simple et très "scientifique" en fait!

Considère un cercle.  Et choisis arbitrairement un point de ce cercle.  Ensuite, fais tourner le cercle sur lui-même et fais le avancer sur une ligne du temps: ton point va tracer une sinusoïdale.  Elle a ceci de particulier qu'elle commence dans un certain état qui dépend du point que tu as choisi.  Ton point détermine donc en fait une "phase" de la sinusoïdale: un certain état d'avancement au départ, et qui va constituer son repère cyclique.  En effet, à chaque fois que la sinusoïdale repassera par cet état, un  cycle complet aura été développé.

Or, comme on peut le comprendre aisément, une telle phase correspond à un rayon particulier du cercle: le rayon qui aboutit au point choisi.  Et donc, on peut considérer le rayon opposé, sur le diamètre, qui aboutit à un point en "opposition de phase".  A savoir que ce point détermine une phase opposée à la première, une phase dont la sinusoïdale commencera dans un état opposé, par rapport à la courbure.  La phase opposée est donc caractérisée par un écart de 180° sur le cercle, et donc par un écart de Pi sur la sinusoïdale (une demi-sinusoïdale), ce qui représente un état en opposition sur la courbure.  A savoir que si la phase est à +0.5 par exemple, l'opposition de phase sera à -0.5.  Si par contre la phase est à 0, alors l'opposition de phase sera aussi à 0, mais un 0 "signé" à l'inverse! Si la phase est décroissante en ce 0, alors l'opposition de phase sera croissante en ce 0, et inversement.

Lorsque je parle de "phase identitaire", c'est donc en général une forme de licence que j'utilise, par laquelle je désigne un diamètre identitaire polarisé.  Car en fait, un même diamètre identitaire peut être polarisé de deux façons opposées (deux états de "spin" contraires).  Donc on peut parler de "phase identitaire" mais il convient alors, en principe, de préciser le sens de la polarisation considérée.  Sur une phase identitaire, les deux polarités sexuées sont en opposition de phase, à 180° l'une de l'autre.


En résumé, on peut dire que chaque point de la circonférence d'un cercle détermine une phase particulière, à savoir un état d'avancement de la sinusoïdale associée, sur sa ligne de temps. Dans le cadre du Couple Sacré, les polarités humaines sont positionnées en opposition de phase sur leur phase identitaire particulière.  Ceci, en comprenant qu'une phase identitaire est une des deux polarisations possibles d'un diamètre identitaire!


Je devrais faire des schémas, ce serait plus rapidement compréhensible, d'autant que ce n'est vraiment pas compliqué!


Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
POLA



Féminin
Vierge Buffle
Nombre de messages : 165
Date de naissance : 22/09/1973
Age : 44
Localisation : pau
Date d'inscription : 23/11/2013

MessageSujet: Re: La Perception   Dim 26 Oct 2014, 15:23

Perçu !
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Dim 26 Oct 2014, 17:40

Super!  J'ai quand même fait des schémas!  Je les posterai sous peu...

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4286
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 52
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La Perception   Dim 26 Oct 2014, 18:09

Premier schéma:

J'ai représenté la sinusoïdale associée à deux points particuliers qui sont en opposition de phase:

Le point correspondant à un angle de 0°, et le point correspondant à un angle de 180°, par rapport à la référence de la ligne de temps.  Le sens de rotation utilisé est le sens horlogique.  Par convention, les valeurs situées au dessus de l'axe du temps sont positives, et celles situées en dessous sont négatives.

On voit clairement l'inversion de phase: chaque sinusoïdale est exactement l'inverse de l'autre.  Si on les additionne, on reste avec une ligne droite!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Deuxième schéma:

J'ai refait exactement la même chose, mais pour des angles quelconques!  On voit simplement que les deux sinusoïdales sont décalées de la même valeur au départ. Elles restent en parfaite opposition, et leur addition se résoudra à une ligne droite!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Troisième schéma:


Il s'agit ici d'un Couple Sacré correspondant à la phase déterminée par le point de la circonférence choisi en bas à droite. La polarité Yin a été associée à ce point/rayon, car elle est gardienne dialectique de la phase identitaire.

Les deux polarités dialectiques étant en opposition, elles développent des sinusoïdales également en opposition.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Quatrième schéma:


Un même diamètre peut supporter deux phases identitaires polarisées à l'inverse.

Nous envisageons ici le Couple Sacré de polarités associé à la phase identitaire déterminée par le point/rayon du cercle en haut à gauche.  La polarité Yin a été associée à cette référence identitaire puisqu'elle est gardienne de la phase!

A nouveau, les sinusoïdales développées par les polarités dialectiques sont en opposition.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En résumé, chaque point de la circonférence du cercle correspond à une phase identitaire particulière, à savoir un diamètre polarisé Yin-Yang, le Yin étant situé du côté de ce point.  Par rapport à cette phase, les polarités dialectiques développeront respectivement une sinusoïdale inversée l'une par rapport à l'autre, puisque ces polarités sont en opposition de phase, séparées par un angle de 180°.

Un même diamètre identitaire peut supporter deux phases, en fonction du bout de diamètre considéré.  Ces deux phases sont inversement polarisées l'une par rapport à l'autre.

La croix cardinale qui permet de référencer toutes les phases, est Christ, la référence identitaire collective universelle.



Veuillez pardonner l'imprécision manifeste de ces schémas!  Ils ne sont là que pour favoriser la compréhension de ces aspects.



Amitié,

Steph

_________________
Ma seule ambition est d'être le Frère de ma Sœur éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Perception   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Perception
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perception des chrétiens
» Les Phenomenes Aerospatiaux Non- Identifies et la psychologie de la perception, CNES.
» La perception du phénomène OVNI selon Aimé Michel
» La perception de la beauté
» Notre cerveau et notre perception.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Dialectique de la perception ...l'envol...-
Sauter vers: