ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les égrégores,les sectes, les gourous ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Une Grande Imposture !   Mer 03 Mar 2010, 17:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Wednesday, January 27, 2010,

source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
« Depuis plus de 360 ans, il n’a jamais été vraiment certain qu’un des occupants du Potala, y compris l’actuel Dalaï-lama, ait été un vrai Dalaï-lama, c’est à dire une véritable incarnation de Gendun Droub. »
Western Shugden Society


Ce n’est pas la première fois qu’un livre fait état des anomalies et des dérives du bouddhisme tibétain. Mais le public occidental ignore généralement les accusations formulées par des bouddhistes tibétains eux-mêmes, parmi lesquels figurent des lamas érudits.


La Western Shugden Society, qui compte dans ses rangs d’éminents bouddhistes, a édité « Une Grande Imposture », c’est un réquisitoire contre l’absolutisme du Dalaï-lama, son intolérance religieuse, ses ambitions politiques, ses contradictions... Le texte comprend une étude historique de première importance.


Le Dalaï-lama, chef de file emblématique d’un nouveau spiritualisme scientifico-newageux, est-il un guide religieux fiable ? Des Tibétains répondent négativement. Ils sont convaincus que le quatorzième Dalaï-lama est le représentant d’une subversion religieuse qui, au 17ème siècle, a fait de l’institution des Dalaï-lamas, telle que nous la connaissons actuellement, une dictature. L’assassinat d’un grand lama, du nom de Ngatrul Dragpa, opposé à l’union de la religion et de la politique, scella le complot et la prise du pouvoir politique par le cinquième Dalaï-lama. (Quelques temps avant le dictature du « Grand Cinquième », le Père Antonio d’Andrade fut reçu au Tibet en 1624 et y séjournera plusieurs années, suivi d’autres jésuites portugais, les pères Cabral et Cacella. Les représentants de l’ordre jésuite, la milice politique et religieuse fondée par Ignace de Loyola (1), a-t-elle joué un rôle dans l’altération de l’institution des Dalaï-lamas par Lobsang Gyatso (1617-1682), le « Grand Cinquième » qui mélangeait politique et religion pour satisfaire sa soif de pouvoir ? « Une Grande Imposture » ne traite pas de la présence des jésuites au Tibet au moment où le système fondé pour pérenniser la pureté de l’enseignement de Tsongkhapa est noyauté. Mais cette coïncidence interpellera les personnes qui s’informent sur les sociétés politico-religieuses et leur plan de domination mondiale.)


Les réseaux alternatifs d’information révèlent l’existence d’une offensive générale contre les libertés orchestrée par l’oligarchie de l’empire anglo-américain. Malheureusement, les médias alternatifs diffusent trop de litanies déprimantes concernant la déroute démocratique en Occident. Ces médias font rarement allusion au combat spirituel ou bien, quand ils le subodorent, leurs analyses se référent à l’Apocalypse, ce texte est incompréhensible sans les véritables clés de décryptage. Dans « Une Grande Imposture » la dimension subtile est souvent en filigrane. On découvre le rôle néfaste des entités communiquant par l’intermédiaire de l’oracle de Néchung. Cet oracle a une grande influence sur la politique du Dalaï-lama. Aussi nous apprend-on, Dordjé Shougdèn, le protecteur abhorré par le 14ème Dalaï-lama, est un protecteur d’un bouddhisme pur qui empêche que la religion bouddhiste ne soit utilisée à des fins politiques.


Depuis Dharamsala, l’autocrate tibétain en exil est à la tête d’une structure internationale constituée d’une myriade de centres voués à la pratique du néo-bouddhisme. Ce bouddhisme frelaté est utilisé pour soutenir des opérations de déstabilisation de la Chine conduites par la CIA au nom de l’indépendance du Tibet ou de la persécution du Falun Gong (2). Plusieurs plans de la CIA ont échoué en Asie grâce à la vigilance des Chinois. La Central Intelligence Agency a effectivement recruté le Dalaï-lama. Un religieux Guélougpa, respectueux de ses vœux monastiques, peut-il accepter de travailler pour une organisation criminelle comme la CIA ? Les auteurs du livre, « Une Grande Imposture », écrivent : « Depuis plus de 360 ans, il n’a jamais été vraiment certain qu’un des occupants du Potala, y compris l’actuel Dalaï-lama, ait été un vrai Dalaï-lama, c’est à dire une véritable incarnation de Gendun Droub ».


Le Dalaï-lama accuse Dordjé Shougdèn de nuire à sa politique. Il le combat par tous les moyens. Avant lui, le cinquième Dalaï-lama ordonna à ses meilleurs magiciens de le détruire par le feu en recourant aux pratiques rituelles. Ce fut un échec. L’actuel Dalaï-lama ne parvient pas plus que son prédécesseur à anéantir le coriace et subtil adversaire. Cela attise sa colère contre les fidèles de Dordjé Shougdèn qui sont victimes d’une impitoyable persécution religieuse. Depuis 1996, de nombreux temples de Shougdèn furent fermés, des autels détruits, des maisons de pratiquants brûlées, des centaines de moines expulsés de leurs monastères…


Reportage à revoir :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




« Une Grande imposture » met en exergue une des plus grandes mystifications de l’époque moderne. Cette incroyable imposture spirituelle a bénéficié du soutien de plusieurs organisations, de la CIA à la fondation Rockefeller (3) en passant par le comité d’attribution du prix Nobel.


Extrait :


Les incitations au meurtre



« En août 1996, un groupe se faisant appeler « La Société secrète des éliminateurs des ennemis extérieurs et intérieurs du Tibet, proféra publiquement des menaces de mort contre les deux jeunes réincarnations de maîtres tibétains hautement réalisés :


« Quiconque va à l’encontre de la politique du gouvernement doit être ciblé, arrêté, et condamné à mort […] Quant aux réincarnations de Trijang [le propre guide spirituel du Dalaï-lama] et de Zong Rinpoché [un autre grand maître spirituel tibétain de la tradition guéloug], si elles ne cessent pas de pratiquer Dolgyal (Dordjé Shougdèn) et continuent de contredire les paroles de Sa Sainteté le Dalaï-lama, non seulement nous ne serons pas en mesure de les respecter, mais leur vie et leurs activités subiront la destruction. C’est notre premier avertissement. »


Suite à cela, ces deux jeunes lamas réincarnés furent obligés de se cacher.


Dans un entretien avec le Dalaï-lama figurant dans le numéro de novembre 1997 du magazine américain « Mother Jones », Robert Thurman demanda au Dalaï-lama :


« La perte de votre nation aux mains de la Chine fut utilisée comme un exemple de la futilité de la non-violence et de la tolérance. Quand une chose mérite-t-elle d’être défendue ? »


Le Dalaï-lama répondit :


« […] si la situation était telle qu’il ne reste qu’un seul lama expérimenté ou qu’un seul pratiquant authentique en vie, et que la mort de cette personne fasse perdre à l’ensemble du Tibet tout espoir de conserver son mode de vie bouddhiste, il est concevable, que dans le but de protéger cette personne, il soit justifié d’éliminer de un à dix ennemis, s’il n’existe aucun autre moyen. »


En février 1998, suite aux paroles « éliminer de un à dix ennemis » prononcées par le Dalaï-lama et croyant, à tort, que les pratiquants de Shougdèn travaillent pour les autorités chinoises, des affiches portant les noms des « 10 ennemis jurés du Dalaï-lama et du Tibet » furent distribuées dans les colonies tibétaines en Inde et au Népal. Ces affiches préparées par la branche recherche et analyse du Ministère de la sécurité du gouvernement tibétain en exil, présentaient la photo et des informations biographiques concernant chacun de ces dix personnes et encourageaient la population tibétaine à tuer ces dix pratiquants innocents de Dordjé Shougdèn. Depuis la première publication, cette liste a été distribuée aux communautés tibétaines partout dans le monde. »


Le livre « Une Grande Imposture » est publié par la Western Shugden Society (WSS) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pour se procurer le livre :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


(1) Eric Phelps est l’auteur d’un ouvrage au vitriol intitulé « Vatican assassins », ouvrage historique extrêmement bien documenté qui montre au lecteur où se situent le vrai pouvoir et le contrôle de cette planète.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


(2) Le Falun Gong arme de la CIA contre le « Grand dragon rouge » [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


(3) En 1960, la Fondation Rockefeller implante huit centres d'études tibétaines aux USA et invite 17 lamas tibétains.




Posted by [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
voir aussi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Tant que faire se peut, il est souhaitable de respecter toutes les croyances religieuses.

Le bouddhisme tibétain, qui est au confluent de pratiques archaïques, de plusieurs courants ésotériques et philosophiques ainsi que d’une idéologie politique, peut-il être considéré comme une croyance uniquement préoccupée de l’éveil spirituel de l'humanité ?

Le bouddhisme tibétain avait séduit des auteurs de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème siècle au regard de l’idée de l’unicité des traditions authentiques. Les doctrines du Mahayana, codifiées au 2ème siècle de notre ère au Cachemire, véhiculent des éléments empruntés au shivaïsme qui serait enraciné dans la Tradition primordiale. Plus tard, vers le milieu du premier millénaire, ces éléments reprennent une nouvelle vigueur dans le Vajrayana.

Post-it:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Aller à la page: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ... , [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]]
pour rappel ceci qui m avait vallu pas mal de déboiresssssss


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Dernière édition par AMBRE le Ven 05 Mar 2010, 12:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Ven 05 Mar 2010, 12:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Suite à une controverse ailleurs suite à cet article, j ai posté ceci ce matin:

Avec tout le discernement et cette intellignece du coeur qui caractérise les chercheurs spirituels !
Le doute fraternel , cher à Bourdieu!


je cite le livre , Dixit Satanas ,au sujet de la Fraternité du Nord avec quelques extraits de la page 133 et 135, ainsi que 292 !

"II faut que le scandale arrive.
D'abord par respect pour le libre arbitre de l'humanité.
Ensuite parce que les illusions nous aident à prendre conscience.
La conscience est l'enjeu de l'univers. Tout cela est un jeu grandiose, et la souffrance est aussi une illusion.
Donc, une fraternité secrète qui ne travaille pas selon l'axe Est-Ouest - comme celle de l'Himalaya - s'oppose actuellement à la stratégie totalitaire du nouvel-àge et de l'ordre mondial.Sincèrement, je n'en sais pas plus, et il ne faut pas risquer de trahir ce plan. Si cette fraternité rayonne du Nord au Sud, nous pouvons comprendre quelle croise taxe Est-Ouest en des lieux où doit sévir une lutte titanesque entre ces deux groupes magiques.
J'ajouterai que cette fraternité du "nord" s'il est approprié de la nommer ainsi, ne doit pas être confondue avec la fraternité spirituelle régulière qui s'occupe de la libération spirituelle de l'Humanité et d'où sont venus les grands messagers divins. Cette fraternité n'entre pas en lutte avec les puis
sances terrestres.

-JL : Nous aimerions savoir si cette fraternité du Nord, comme vous l'appelez, a pour but d'imposer un gouvernement mondial ?
M. BHODYOUL: Non, sinon elle ne s'opposerait pas à la loge orientale qui alimente les illusions mondialistes. La fraternité du Nord poursuit un but autre,mais en l'absence d'informations directes, nous sommes réduits à des conjonctures. Je crois qu'en réfléchissant aux différentes thèses, on doit pouvoir dégager la vérité. Si vous faites la liste des nombreuses illusions propagées par la loge orientale, vous pouvez trouver le but de l'autre fraternité par élimination des possibles.
Parle t-on du retour du Christ ou d'un nouvel ordre mondial ?
Parle t-on d'une religion mondiale unique ?
Parle t-on d'une société socialisée technocratique ?
Parle t-on d'une utopie égalitaire ?
Parle t-on d'une grille de lumière encerclant la Terre et de maîtres ascensionnés à la manière du new age ?
Alors, ce n'est pas la fraternité du Nord mais la propagande des sempiternels amuseurs du toit du monde.
Le programme de cette fraternité secrète n'est pas politique mais elle veut simplement remettre les conditions planétaires en harmonie avec les lois universelles.
Plutôt que d'imposer un programme politique, elle tente d'écarter les dangers les plus menaçants. II s'agit donc d'une force pacifique qui va corriger les erreurs et les excès de la loge orientale et d'autres groupes d'illuminati. Cette fraternité dispose d'une magie puissante mais qui ne viole pas les lois naturelles et la conscience humaine.

L'apparition de cette fraternité a jeté la loge du Tibet et le Lamaïsme dans une grande frayeur, car ce groupe a engagé une guerre totale contre ces manipulateurs. C'est pourquoi, les maîtres de l'ordre mondial sont occupés à s'armer jusqu'aux dents et qu'ils ont placé des engins de surveillance aux quatre coins du monde pour tenter d'identifier le moindre mouvement qui les menacerait..."

"Examinnez les MOTS utilisés dans les enseignements si généreusement répendus aujourd hui.
Il s agit de 99% d une propagande démagogique déguisée en spiritualité, CE QUI NE REMET PAS EN CAUSE la sincérité des instructeurs( je rajoute certains) et des adeptes!"



ce texte sur un sujet [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


je viens de ressortir ce livre aussi de mes dossiers :
Ce que le Dalaï Lama ne dit pas sur le Tibet et sur sa doctrine
]

Elisabeth Martens
Citation :
Les raisons qui m’ont poussé à écrire ce livre qui va à l’encontre des idées toutes faites à propos du Tibet, de son histoire et de sa religion : de plus en plus d’amis proches écoutaient religieusement les discours du Dalaï Lama, se disaient sympathisants du Bouddhisme tibétain, et du même coup, adhéraient aux thèses du mouvement pour l’indépendance du Tibet. Au point où moi-même - plus sensibilisée à la question tibétaine parce que j’ai habité en Chine trois ans et parce que je donne des cours sur la pensée chinoise -, j’ai été amenée à me positionner. Dès lors, je me suis documentée et j’ai constaté que les informations disponibles, ici en Occident, à propos de l’histoire du Tibet et du Bouddhisme au Tibet sont soit détournées, soit inexistantes. De là, ma recherche.

« Histoire du Bouddhisme tibétain, la Compassion des Puissants »,
édition L’Harmattan, collection « Recherches asiatiques », 2007
ISBN : 978-2-296-04033-5, prix : 25,50 €

Texte de présentation du livre

Mon livre, résultat de cette recherche, raconte l’histoire du Bouddhisme tibétain (lire : BT dans la suite du texte), depuis sa formation jusqu’à son actualité brûlante ; il est divisé en trois parties distinctes : entrée, plat consistant et dessert… comme un bon repas de famille après lequel on n’a plus qu’à aller faire la sieste ! Pas de panique : il est écrit dans un style allègre et avec un brin d’ironie, ce qui allège la digestion. Toutefois il peut se lire comme trois petits livres, chacun relatant une époque du BT. L’entrée de notre petit repas familial concerne la période de gestation du BT, depuis l’enseignement du Bouddha (6ème AC), jusqu’à la formation de l’école bouddhiste qui, au 9ème PC, s’implante sur le Haut Plateau Tibétain : le Vajrayana ou Véhicule tantrique ou Tantrisme. Après avoir esquissé le Dharma (ou « enseignement du Bouddha »), je rappelle la scission que connut le Bouddhisme au 1er PC et les cheminements différents du Hinayana et du Mahayana (Petit et Grand Véhicules). Je survole ensuite l’évolution du Mahayana en Inde avec ses senteurs hindouistes et la naissance du Vajrayana au 6ème PC.

Je raconte un peu plus longuement l’entrée du Mahayana en Chine, son utilisation politique lors de l’éclatement de l’Empire chinois, et les questions que le Bouddhisme a posé à la pensée chinoise. Celle-ci, ne pensant pas en-dehors du monde physique et temporel, limité et duel, qui est le nôtre, n’était pas prête à entendre le message de délivrance du Dharma : pour la Chine, la souffrance (la « dukkha » du Bouddhisme) est l’autre facette du bien-être, et qui ne connaît pas l’un ne peut jouir de l’autre. Il n’empêche que la venue du Bouddhisme en Chine a placé celle-ci au pied de son mur philosophique : « transcendance ou immanence ? », la question était clairement posée. La Chine, après un millénaire d’influence bouddhiste, a résolument opté pour la dialectique et le Relativisme. Comme vous pouvez le constater, j’ai profité de cette première partie pour me poser des questions philosophiques et existentielles : qu’est-ce qu’une religion ? comment la distinguer d’une philosophie ? l’enseignement du Bouddha n’est-il pas aussi une religion, malgré ce qu’en disent actuellement ses adeptes ? quel est le rôle des religions dans la vie psychique des êtres humains ? quel est leur rôle dans l’évolution d’une société ? les religions sont-elles encore nécessaires ? ne peut-on se passer de la religion tout en développant notre côté spirituel ? etc. Autant de questions auxquelles je m’attarde, sans doute pour mettre mes propres idées au clair, tout en sachant que ces questions touchent la plupart d’entre nous. Donc, cette première partie de mon livre est écrite comme un essai.

La seconde partie du livre est le « plat consistant », le gros oeuvre après le hors-d’œuvre. Il s’agit de l’histoire du Bouddhisme au Tibet, depuis son arrivée au Tibet (vers le 6ème PC) jusqu’à sa pratique actuelle, au Tibet. Pour engager cette partie de l’histoire, j’ai voulu planter le décor : qu’appelle-t-on le « Tibet » avant l’arrivée du Bouddhisme ? La géographie du Haut Plateau explique comment des êtres humains ont atterri si haut et si loin de tout, dans des régions qui sont devenues inhospitalières, alors qu’elles ne l’étaient pas lorsque les premiers venus s’y sont installés. Qui sont ces gens, d’où venaient-ils ?

On s’aperçoit que ce que nous appelons le « peuple tibétain », sont des populations composites : les unes venant de l’Ouest (Asie centrale), les autres du Sud-Ouest (vallée de l’Indus), ou du Sud-Est (fonds des forêts birmanes), de l’Est (vallée du Yangzi), et du Nord (vallée du Fleuve Jaune). Cette diversité ethnique est encore visible aujourd’hui : d’une vallée à l’autre, l’architecture des maisons, les vêtements et même la langue, sont parfois différents. De ce fait, avant l’arrivée du Bouddhisme qui, au Tibet, a servi de ciment culturel et politique, le Haut Plateau tibétain était sillonné de populations de croyances et de cultures nettement plus variées. Leurs cultes étaient animistes et elles étaient influencées par une religion venue, semble-t-il, de l’Ouest (Asie centrale) : le Bön. Depuis le 4ème AC, il existait bien un petit royaume tibétain dans la vallée centrale du Yarlong (ou Brahmapoutre) avec la dynastie des Tubo, mais ce n’est qu’au 7ème PC que le roi SongTsen Gampo voulut agrandir son territoire. A la manière du célèbre Gengis Khan, le roi réunit les diverses populations du Haut Plateau en vue d’attaquer son puissant voisin, la Chine des Tang. Et c’est là que tout commença : la Chine repoussa les Tibétains, puis l’empereur des Tang offrit au roi tibétain sa fille en mariage.

Cette première alliance entre la Chine et le Tibet permit au Bouddhisme (école chinoise du JingTu) d’entrer à la cour royale du Tibet, où il resta coincé pendant quelques siècles. Au 9ème, la dynastie Tubo s’effrite et plonge les Tibétains dans l’instabilité politique, et ce jusqu’à l’arrivée des Mongols (13ème). Pendant ce temps-là, au 11ème, le Nord de l’Inde est assailli par des marées musulmanes. Or c’était justement dans le Nord de l’Inde que se trouvaient les plus importantes écoles du Tantrisme (ou Vajrayana formé en Inde vers le 6ème PC). Sous l’assaut des Musulmans, les maîtres tantriques fuient l’Inde et se réfugient de l’autre côté des montagnes de l’Himalaya : dans un Tibet sans foi ni loi. Le Bouddhisme, version tantrique, connaît alors une véritable explosion au Tibet : les maîtres importent les textes sacrés et les font traduire en tibétain (dont l’écriture est proche du sanskrit), les communautés tantriques se multiplient à vive allure, les écoles se subdivisent en de nombreuses sous-entités, dont les derniers nés (au 14ème) sont les plus connus : les Bonnets Jaunes. Les populations tibétaines, soumises jusque-là au bon vouloir des seigneurs et aux rivalités entre grandes familles de la noblesse tibétaine, se convertissent en masse au Bouddhisme et se mettent au service des communautés tantriques: la structure ecclésiastique du Tantrisme leur apporte sécurité et stabilité.

De cette manière, le Bouddhisme a permis d’instaurer au Tibet une société féodale. Le pouvoir est partagé entre la noblesse tibétaine et les communautés bouddhistes, plus de 90 % de la population est placée en servitude. C’est un système bien huilé qui va perdurer jusqu’à la moitié du 20ème siècle, pour le bonheur et le plaisir de quelques uns (noblesse et autorités tantriques) et au détriment de l’écrasante majorité (serfs et esclaves). L’arrivée des Mongols au 13ème ne va que conforter la structure féodale du Tibet ; les Mongols feront du Tibet une annexe de leur Empire chinois. Les Mandchous qui contrôlent l’Empire chinois du 17ème au 19ème divisent la Chine en 18 provinces ; depuis, le Tibet est une des 18 provinces chinoises.

Or, à la fin du 19ème, la Chine se vend par concessions successives et de plus en plus ridicules aux puissances occidentales. Le Tibet qui, grâce à la puissance de son pouvoir ecclésiastique, a amassé de grandes richesses, est convoité par les Anglais : le lieu de villégiature privilégié des lords britanniques pendant la saison des moussons - Darjeeling, Kalimpong, le Sikkim, etc.- sont autant de régions où aboutissent les caravanes de laine et de sel en provenance du Tibet. Constatant l’intérêt gourmand des Tsars russes pour le Haut Plateau, les Anglais ne font ni une ni deux : ils envahissent le Tibet, s’installent et ouvrent des comptoirs de commerce. Se retroussant les moustaches, ils jouent au bridge et au tennis devant le palais d’été du 13ème Dalaï Lama, principale autorité tibétaine à cette époque, sans omettre de l’inviter à une partie de badminton. Le grand Lama se trouble : Mandchous, Russes, Anglais, et même Japonais se pressent sur le pas de sa porte et louvoient dans les couloirs du Potala. « L’accord de Simla », qui devait être signé en 1913, signe en réalité le désaccord entre la Chine, le Tibet et l’Angleterre : la Chine ne cèdera pas le Tibet à l’Angleterre, le Tibet restera chinois ; plus tard, les Nations Unies approuveront.

Suite à la Seconde Guerre Mondiale, les Anglais sont remplacés par les Américains sur le Toit du Monde, et les parties de bridge par des boîtes de biscuits à l’huile d’arachide offertes par le président Roosevelt. Cette fois, le jeune 14ème Dalaï Lama est tiraillé entre, d’une part, la Chine communiste qui lui fait miroiter le développement économique du Tibet et une relative autonomie dans les prises de décisions concernant la politique intérieure du Tibet, et d’autre part, les Etats-Unis qui lui promettent une sécurité financière et logistique et une complète indépendance dans un futur à déterminer. Somme toute, il préfère les biscuits, même à l’huile de cacahuète. En 1959, il prend ses cliques et ses claques et s’en va avec ses tambours et ses trompettes, plus quelques carpettes, on ne sait jamais si elles commençaient à léviter. Ce que le Bouddhisme est devenu au Tibet suite au départ du Dalaï Lama, quelle a été son évolution, ses périodes difficiles, sa reconstruction, le regain d’intérêt de la Chine pour le BT, tout cela est relaté dans la fin de la seconde partie du livre. Vous l’aurez compris, ce second chapitre est une étude historique, fruit d’un long travail de documentation (voir biblio). J’ai voulu écrire cette partie, plus ardue pour le lecteur, dans un style naturel et laissant apparaître une progression dans le récit.

Le dessert, comme tous les grands desserts, plonge d’abord l’assemblée dans un profond silence, un recueillement presque méditatif, mêlé d’une certaine gêne, pour exploser ensuite en un fou rire général et se terminer en une bonne humeur communicative. Bref, je me suis beaucoup amusé dans le dernier chapitre et pour cause : dérision et autodérision étaient les fils conducteurs de ce pamphlet. Il retrace l’étrange parcours que le BT connut en Occident. Au 19ème, il fut recueilli avec ferveur par Helena Blavatsky, fille d’un colonel tsariste, et mise en contact avec des maîtres tantriques dès son jeune âge. Grâce à ses soins attentifs, les rites du BT vont servir, parmi d’autres pratiques ésotériques, à calmer les frayeurs de la bourgeoisie face à la montée du Socialisme.

Les successeurs de l’école de Théosophie fondée par Blavatsky ne sont autres que les nombreuses nébuleuses du New Age qui, dès le début du 20ème, défendront les thèses les plus « réactionnaires » : nostalgie des époques révolues, retour vers la terre-mère, culte de la race pure et des racines aryennes cachées dans les replis de l’Himalaya… un langage que l’idéologie nazie n’aura pas beaucoup de mal à récupérer avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Pour le Dalaï Lama qui débarque en Europe fin des années 70, il valait mieux mettre ce passé récent au portemanteau des oubliettes. Avec l’aide de son généreux sponsor étasunien, il s’y est pris avec intelligence et patience : depuis 50 ans (un demi siècle !), la même histoire du pauvre roi-dieu déchu de son trône par l’horrible diable rouge à queue fourchue nous est servie au Mac Donald des mythes modernes, réveillant en nous le même archétype du bon père de famille qui acquit sa liberté et celle de son clan grâce à l’exil et à la souffrance, les mêmes clichés quant à la tolérance, la compassion, le détachement qui seraient les qualités innées du BT, le même déni systématique de l’histoire du Tibet, bref, le même manque de discernement dès qu’il s’agit de la question tibétaine.

Pourtant, dès qu’on se demande les raisons qui ont poussé les Etats-Unis à faire un tel cas de leur « citoyen modèle » (le Dalaï Lama vient de recevoir, des mains de G.W.Bush, la médaille d’or du meilleur citoyen américain, juste pendant que se tenait le congrès quinquennal du PCC !), la réponse est limpide : au lendemain de la « Grande Guerre », il était une effigie idéale pour soutenir la lutte contre le communisme chinois. Puis, dans la foulée de la guerre du Vietnam et du mouvement hippie, le Dalaï Lama a mis ses efforts dans un « retour aux sources du Bouddhisme », en nettoyant le BT de son aspect ésotérique et en le « philosophisant » (c’est depuis qu’on dit, chez nous, que le Bouddhisme n’est pas une religion mais une philosophie). Cela permit aux semi bourgeois intellectuels et post-68, que nous sommes, de ne plus « bêtement » croire en Dieu, mais d’adhérer au nouvel « athéisme qui embrasse l’absolu ». Qui plus est, le Bouddhisme, dans sa version dalaïste, ne demandait pas d’engagement, ce qui convenait parfaitement à notre egotisme.

Ce fut une étape délicate dans l’opération de séduction qu’entreprit le BT sur l’Occident intellectuel, mais ce fut une réussite, couronnée par un prix Nobel discerné au grand Dalaï en ’89, peu après les événements de la Place TianAnMen et la chute du Mur de Berlin ! Réussite totale pour le Dalaï Lama, à tel point qu’actuellement, une large majorité de la gauche intellectuelle, même celle qui se dit « progressiste » ou, encore plus, celle qui se dit « écologiste », et même en accord avec la droite (dont on ne peut pas vraiment dire qu’elle soit intellectuelle) adhère sans réserve à ses discours. Mais si le Dalaï Lama met « l’Occident pensant » dans sa manche en utilisant sa propre religion, n’est-ce pas pour mieux servir les desseins des Etats-Unis : fragiliser la Chine, la déstabiliser de l’intérieur par nos assauts incessants du « politiquement correct », pendant que les troupes américaines installent leurs bases militaires tout autour des frontières chinoises.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

pour en savoir un peu plus Élisabeth MARTENS et Jean-Paul DESIMPELAERE viennent d'écrire "Le Boudhisme tibétain" (17/04/2009 aux éditions Aden) :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Élisabeth MARTENS et Jean-Paul DESIMPELAERE viennent d'écrire "Le Boudhisme tibétain" (à paraître le 17/04/2009 aux éditions Aden) :
<BLOCKQUOTE>Le livre est une déconstruction systématique des stéréotypes que nous nous faisons du Bouddhisme Tibétain, à savoir "une philosophie de vie et pas une religion, une religion athée, sans dogme et non confessionnelle, prêchant le pacifisme, la tolérance et la compassion, non politisée et sans ambitions économiques". L’instrumentalisation à des fins politiques de cette philosophie religieuse est un des points central du livre.</BLOCKQUOTE>
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Informations supplémentaires   Mar 09 Mar 2010, 18:09

Il semble que le Dalai Lama et son gouvernement en exil essaye de porter atteinte á la liberté religieuse en Inde également - la tradition bouddhiste indienne prévaut au Himachal Pradesh, Laddakh, Uttaranchal, Bengale de l'ouest et Sikkim - et dans tous les pays oú la déité Dorjé Shougdèn est pratiquée : Dordjé Shougdèn se retrouve dans toutes les régions du monde où la tradition gélougpa est suivie, telle qu'au Bhoutan, Népal, Mongolie, certaines régions de Chine, certaines régions de l'ex-URSS, divers pays d'Europe, Angleterre et Etats-Unis.

(Les mouvements contestés dans le Bouddhisme: http://pema.free.fr/nkt.php3)

Le bouddhisme kadampa est une école du bouddhisme mahayana fondée par le grand maître bouddhiste indien, Atisha (982-1054).

Propos diffamatoires et colportés au sujet de la Nouvelle Tradition Kadampa (NTK)
http://www.newkadampatruth.org/nouvelle-tradition-kadampa/


Propos colporté : la NTK se maintient volontairement à distance des autres traditions bouddhistes

La vérité : Ce n’est pas vrai. Par contre, il est vrai que les autres traditions et unions bouddhistes ont rejeté la NTK.
En suivant le point de vue du Dalaï Lama, plusieurs groupes bouddhistes associés au Tibet nous ont tenu à l’écart au cours de ces dix dernières années. En fait, c’est le Dalaï Lama qui ne veut rien avoir à faire avec nous et non la NTK qui ne souhaite pas être en bon terme avec la communauté bouddhiste tibétaine.

L'Union Bouddhiste de France (UBF) a refusé l'adhésion de la NKT, sans donner aucune raison. La NKT remplie toutes les conditions pour faire partie de l'UBF. Sa demande d'adhésion n'a donc aucune raison d'être refusée (voir la page Derrière les mensonges pour plus de détails).

Suite aux récentes actions judiciaires et aux manifestations pacifiques organisées par la Western Shugden Society (WSS) à l’encontre de l’interdiction de Dorjé Shougdèn par le Dalaï Lama, l’Union Bouddhiste Britannique (NBO : Network of Buddhist Organization) a menacé d’exclure la NTK de son organisation du simple fait qu’il y ait des membres de la NTK au sein de la Western Shugden Society.

Consultez les sites ]www.WesternShugdenSociety.org ou ]www.WisdomBuddhaDorjeShugden.org pour plus d'informations.


Propos colporté : la NKT demande à ses étudiants de rejeter le Dalaï Lama (et d'autres traditions)

La vérité : Ce n'est pas vrai. Aucun enseignant de la NKT n'a jamais demandé à ses étudiants de rejeter le Dalaï Lama ou d'autres traditions. Nous ne rejetons pas le Dalaï Lama, c'est lui qui nous a rejeté ! Il nous a critiqué férocement dans un article paru dans Newsweek il y a dix ans et il a également déclaré qu' « aucun pratiquant de Shougdèn ne peut être mon ami ». Il ne permet pas aux pratiquants de Dordjé Shougdèn d'assister à ses enseignements. Guéshé Kelsang dit souvent que chacun est libre de choisir et de pratiquer ce qu'il souhaite. Cependant, une fois que nous avons choisi notre tradition et notre guide spirituel, il nous conseille de nous en remettre à eux, tout en continuant de toujours respecter et apprécier les autres traditions, bouddhistes et non-bouddhistes.


Propos colporté : la NKT pratique le culte de la personnalité de Guéshé Kelsang

La vérité : Il est intéressant de constater que jamais personne n'accuse les disciples du Dalaï Lama de pratiquer le culte de la personnalité du Dalaï Lama, alors que celui-ci est bien plus vénéré et adulé que Guéshé Kelsang et personne n'y trouve rien a redire. En fait, on pourrait même dire que le Dalai Lama a passé les vingt dernières années à developper ce culte.

Dans l'un des derniers films consacré au Dalai Lama, The Unwinking Gaze, le Dalai Lama dit que, lorsqu’il mourra, un grand nombre de Tibétains mourront aussi et que certains iront même jusqu'à se suicider. Il serait impensable que Guéshé Kelsang tienne de tels propos.

Le dernier livre de Robert Thurman sur le Dalaï Lama est un superbe exemple de l'idolatrie que le Dalaï Lama insuffle ; d’ailleurs on peut y voir une photo du Dalaï Lama en Avalokiteshvara à 1000 bras.

En revanche, Guéshé Kelsang ne s'est jamais auto-promu au rang de personnalité. Il est très humble et auto-critique, et il attribue tout le succès de la NKT à son guide spirituel, Tridjang Rinpoché, ainsi qu’aux bénédictions de Djé Tsongkhapa. Il ne se mentionne quasiment jamais.


Propos colporté : la NTK pense que toutes les autres traditions bouddhistes lui veulent du mal

La vérité : Ce n’est pas vrai. De manière générale, nous entretenons de bonnes relations avec les autres bouddhistes qui ne sont pas influencées par la politique du Dalaï Lama et qui ne le considèrent pas comme leur leader politique et religieux, par exemple, les bouddhistes Théravada, les Amis de l’Ordre Bouddhiste Occidental et ainsi de suite.

Cependant, il y a des preuves solides que d'autres traditions bouddhistes tibétaines, qui suivent la politique et les propos du Dalaï Lama, ont entrepris de diffamer la NTK et de nuire à son développement. Nous avons des centaines de témoignages d’enseignants et de pratiquants de la NTK qui prouvent que leurs centres et leurs activités ont été entravés, par la FPMT entre autres.

L'un des cinq plus grands cabinets d'avocats international de lutte contre la diffamation a récemment étudié le cas de la NTK et de toutes les attaques faites à son encontre sur internet. Voici sa conclusion: « La NTK est une organisation internationale respectable dont la réputation a été sévèrement entachée par la diffamation. »

Il est aussi nécessaire de préciser que tous les groupes bouddhistes tibétains ne sont pas en désaccord avec nous, bien au contraire. Il y a un grand nombre de bouddhistes tibétains en Inde, au Tibet et en Occident qui s’en remettent aux enseignements de la lignée de Djé Tsongkhapa et de Tridjang Rinpotché, ainsi qu’au protecteur du dharma Dordjé Shougdèn et ils apprécient beaucoup la NTK. Il y a également plusieurs groupes de bouddhistes tibétains qui ont eux aussi des problèmes avec le Dalaï Lama, et par conséquent ne suivent pas son mouvement condamnant la NTK pour continuer de s’en remettre à Dordjé Shougdèn. Ils parlent en faveur des pratiquants de Dordjé Shougdèn, et s'oppose à l’interdiction du Dalaï Lama.

http://www.newkadampatruth.org/propos-colporte-la-nkt-est-un-groupe-dissident-des-principales-traditions-du-bouddhisme-tibetain#kadampa


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: ...   Mar 09 Mar 2010, 18:32

Citation :
Dalai Lama CESSE DE MENTIR

La Western Shugden Society accuse ouvertement le Dalai-Lama d‘être un menteur, et cela avec de nombreuses raisons valides. Ci-dessous, une liste de ces mensonges les plus dommageables :





Le gros mensonge

Le Dalai-Lama affirme que Dordjé Shougdèn est un esprit malfaisant.
Depuis des siècles, tous les grands maîtres de la tradition bouddhiste fondée par Djé Tsongkhapa, y compris le gourou racine du Dalai-Lama, Tridjang Rinpoché, ont révéré Dordjé Shougdèn. Ils l’ont considéré comme un être pleinement éveillé qui aide les pratiquants sincères à progresser sur les voies spirituelles en développant des états d’esprits purs que sont l’amour, la compassion et la sagesse.

Le Dalai-Lama lui-même a été formé dans cette tradition, et il s’en est remis à Dordjé Shougdèn pendant 40 ans, et lui à même composé une prière et demandé son aide.

Subitement, en 1975, il a abandonné sa pratique parce qu’il aurait « découvert » que Dordjé Shougdèn était un esprit malfaisant !

De manière incroyable, on nous demande de croire que la Dalai-Lama a accidentellement vénéré un esprit malfaisant pendant 40 ans, sans rien remarquer !


La vérité

Pour renforcer son emprise sur le pouvoir politique en exil, il a tenté de détruire les quatre grandes traditions du bouddhisme tibétain, la tradition Guéloug, la tradition Sakya, la tradition Kagyu, et la tradition Nyingma, pour créer un nouveau mouvement religieux qu’il appelle « ri-me ».
Auparavant, il était membre de la tradition Guéloug.

Dans une clause du pacte passé avec quelques dirigeants des autres traditions, il a été d’accord pour abandonner la pratique, et ordonner aux autres de faire de même, parce que les pratiquants de Dordjé Shougdèn préfèrent suivre la tradition de Djé Tsongkhapa, sans la mélanger à d’autres pratiques.

Pour un pratiquant bouddhiste sincère, abandonner une pratique que lui a donnée son guide spirituel est inconcevable. Il est donc facile de comprendre qu’il y a eu une résistance considérable face à ses demandes pour l’imiter et abandonner la pratique.

Le Dalai-Lama a réagi en diabolisant cette pratique, dénonçant la déité qu’il a précédemment vénéré comme étant un esprit malfaisant, et concoctant des histoires absurdes pour convaincre les personnes superstitieuses d’abandonner leur pratique.

Sous le couvert d’une « investigation historique », il a cité, de manière sélective, différents textes tibétains qui affirment que cette pratique a été controversée par les Dalai-Lama précédant.

Ce dont il ne parle pas est de l’immoralité dont le Dalai-Lama actuel, et le précédent ont fait preuves en mélangeant la politique et la religion, et rejetant ou adoptant fréquemment des pratiques religieuses simplement par opportunisme politique.

http://www.westernshugdensociety.org/fr/protesting/dalai-lama-cesse-de-mentir/

Citation :
Est-ce que l’actuel Dalai-Lama suit vraiment les actions du grand 5ème ?

Une des raisons avancées par le Dalai-Lama pour interdire la pratique de Dordjé Shougdèn est qu’il suit l’exemple du 5ème Dalai-Lama.

Comme cela est indiqué sur son site internet :


<BLOCKQUOTE>

Le 5ème Dalai-Lama, qui était à la fois chef spirituel et temporel du Tibet au XVIIe siècle, a personnellement dénoncé la pratique de Dolgyal en indiquant qu’il était un esprit malfaisant, qui a l’intention de tromper et de nuire aux bien-être des êtres vivants en général, et au gouvernement tibétain conduit par les Dalai-Lamas en particulier.</BLOCKQUOTE>





Il s’agit là encore d’un exemple typique de l’utilisation déformée de faits historiques par le Dalai-Lama actuel.

Ce qu’il oublie de mentionner, c’est qu’après avoir initialement condamné Dordjé Shougdèn en tant qu’esprit malveillant et après avoir même essayé de le détruire au moyen de rituels courroucés, le 5ème Dalai-Lama a par la suite réalisé qu’il avait commis une terrible erreur et il a reconnu Dordjé Shougdèn en tant que protecteur du dharma pur.

Il a confessé son erreur au sujet de Dordjé Shougdèn, et a composé la première prière dédiée à la déité, et a fondé le premier temple de Dordjé Shougdèn à Lhassa !



Il a même construit de ses propres mains une statue de Dordjé Shougdèn, qui peut aujourd’hui encore être vue au monastère Gandèn de Phégyling, au Népal.

Si l’actuel Dalai-Lama est si désireux de suivre les pas du 5ème Dalai-Lama, nous attendons de lire sa rétractation, et le voir dédier des temples à Dordjé Shougdèn, de le voir faire construire des statues de Dordjé Shougdèn, et d’imprimer des prières à Dordjé Shougdèn pour remplacer toutes celles que ces agents ont détruits durant les 30 dernières années.


Prière à Dordjé Shougdèn par le 5ème Dalai-Lama


HOUM

Sans bouger de la sphère de la spontanéité primordiale,
Avec une puissance courroucée turbulente, plus rapide que l‘éclair
Ayant le courage héroïque de juger le bien et le mal
Je t’invite avec foi, s’il te plaît viens en ce lieu !

Portant les robes d’un moine, le sommet de la tête orné d’un chapeau en cuir de rhinocéros,
La main droite tenant une massue, la gauche un coeur humain,
Chevauchant diverses montures telles que des nagas et des garoudas,
Toi qui subjugues le mamo des charniers, je te fais ces louanges !

Des substances de samaya, des offrandes extérieures, intérieures et secrètes ainsi que des tormas,
Des offrandes appropriées visualisées, et divers objets présentés.
Bien qu’auparavant mes désirs furent un peu obtus,
Je les révèle et les confesse, ne cesse pas tes apparitions puissantes.

Maintenant respectueusement, je fais des louanges, avec mon corps, ma parole et mon esprit
Pour nous, les enseignants, disciples, nos bienfaiteurs et les autres,
Promouvois le bien et oppose toi au mal !
Apporte la croissance comme la lune ascendante dans les règnes temporels et spirituels !

De plus, accomplis rapidement tous les souhaits,
En accord avec nos prières, accorde les accomplissements suprêmes, sans effort !
Et comme le joyau qui exauce tous les souhaits,
Protège-nous toujours, ainsi que les trois joyaux !

La composition de cette courte louange a apporté beaucoup de bienfaits. Bien que des maîtres tantriques de renommées indiscutables aient essayé de le détruire par le feu au moyen de rituel, le seul résultat en a été qu’il a montré des pouvoirs miraculeux encore plus puissants.

La statue de Dordjé Shougden façonnée par le 5ème Dalai-Lama





][/b]http://www.westernshugdensociety.org/fr/dorje-shugden/est-ce-que-l-actuel-dalai-lama-suit-vraiment-les-actions-du-grand-5eme/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Mar 09 Mar 2010, 23:10

Il fut disciple du gourou Sathya Sai Baba et libraire dans une librairie New Age.

Citation :
Je travaille dans le monde du new age et de la spiritualité depuis 1990, j'ai voyagé en Inde 3 fois entre 92 et 98.



Il a maintenant un blog sur lequel il dénonce ce qu’il appelle « les âneries de gourous et les superstitions nouvelâgistes ». Il a également participé à la rédaction du Livre Noir des Gourous (la vie secréte de maîtres spirituels ; Ed. Les Infidèles), qu’il a de plus édité. Il s’agit de Marc-André :

Citation :
Éditeur et co-auteur du Livre Noir des Gourous, libraire dans une librairie nouvel âge pendant 13 ans et chercheur spirituel pendant encore plus d'années, je poursuis ma route sans la spiritualité, qui je le crois, n'est pas l'outil qui permettra aux humains d'arrêter de faire les cons.

Ce livre est un questionnement sincère sur les gourous même si il trace un portrait plutôt sombre de ces « maîtres ». Toutes ces choses étaient connues par un certain nombre de personnes et j’ai simplement rassemblé ces faits et l’ai accompagné de témoignages de gens qui ont côtoyé ces gourous ou leurs enseignements. Il s’agit de mégalomanie chez tous ces gourous et d’abus sexuels dans le cas de Sai Baba, Swami Muktananda et Omraam Mikhael Aivanhov. D’abus psychologique et d’exploitation dans le cas d’Élizabeth Clare Prophet, Andrew Cohen et Gurumayi Chidvilasananda par exemple.

Marc-André



C’est un livre écrit par un collectif d'auteurs qui dénonce des gourous comme Andrew Cohen*, Osho Rajneesh, Elizabeth Clare Prophet (avec l'aide de son fils Sean), Sathya Sai Baba, Omraam Mikhaël Aïvanhov, Muktananda et Gurumayi et de tout petits chapitres sur Mme Blavatsky, Charles Leadbeater, Jiddu Krishnamurti, Lobsang Rampa, Carlos Castaneda et Ramesh Balsekar.

*Adrew Cohen - Critiques

D’anciens membres de son groupe, incluant sa mère, décrivent Andrew Cohen comme une personnalité charismatique et un manipulateur. André van der Braak, dans son livre Enlightenment Blues: My Years with an American Guru, prétend qu’Andrew Cohen demanderait d’importantes sommes d’argent et une dévotion totale de ses étudiants[2].

Sa mère, Luna Tarlo, écrivit un livre appelé Mother of God (“Mère de Dieu”) sur son expérience alors qu’elle était devenue disciple de son fils. Luna Tarlo y déclare que son fils avait un comportement abusif avec ses étudiants et évoque sa lutte pour se libérer de son contrôle.[3]

Andrew Cohen répond aux critiques de ses détracteurs dans un billet intitulé "Une déclaration d'intégrité - Lettre ouverte d’Andrew Cohen à ses amis et ses adversaires"[4].

http://fr.wikipedia.org/wiki/Andrew_Cohen

Ce livre peut-être « dérangeant » pour certain mais, en tous les cas, pousse á réflexion...

Citation :


Le Livre Noir des Gourous ; la vie secréte des maîtres spirituels




Quelques années après avoir découvert que mon gourou préféré étais illusionniste-pédophile-mégalomane et qu'une dizaine d'autres ''maîtres spirituels'' respectés avait eux aussi des '' vies secrètes '', j'entrepris de produire un collectif d'auteurs qui dévoileraient l'écart considérable entre les paroles et les actions de ces visages à deux faces.

J'ai obtenu la coopération de Luna Tarlo, la mère d'Andrew Cohen, '' l'éveillé '' moderne américain. J'eus aussi la chance d'avoir quelques conversations avec Sean Prophet, le fils d'Élizabeth Clare Prophet, gourou de la secte Summit Light House, plus connu pour leurs enseignements sur la flamme violette. Le fait d'avoir des sources aussi solides m'encouragea dans ma démarche pour publier un livre critique sur les gourous.

Je ne me suis jamais attendu à ce que ce livre reçoive un accueil chaleureux, certains de ces gourous sont considérés comme le summum de la sagesse. Lu, étudié, presque vénéré depuis des décennies, je pense à Jiddu Krishnamurti, Lobsang Rampa, Osho ou Carlos Castaneda par exemple, émettre des doutes sur leurs autorités spirituelles n'est pas le bienvenu. Parce que c'est de ça dont il s'agit - l'autorité spirituelle - en dévoilant l'aspect tricheur du gourou, un doute raisonnable s'installe sur la validité de son propos, son '' expérience de la vérité '' perd de sa crédibilité et rend le chercheur spirituel plutôt nerveux. Devant cette nervosité, le chercheur spirituel risque d'ignorer un Livre Noir des Gourous en invoquant toutes sortent d'excuses ;
'' c'est un livre à potins '' ou '' ses détails sur leurs vies sont sans intérêts '' - est t-il sans intérêts de savoir que votre professeur connaît uniquement la théorie sans connaître la pratique ? Bien sur que non, il s'agit d'une information vitale.

Alors que Sathya Sai Baba, Muktananda & Gurumayi, Osho Rajneesh, Andrew Cohen et Omraam Mikhaël Aîvanhov ont chacun un chapitre, certains gourous sont seulement brièvement survolés ; Blavatsky, Leadbeater, Balsekar, Rampa, Castaneda et Krishnamurti.

Le Livre Noir des Gourous est le résultat de 7 années de recherche personnelle et deux années d'écriture commune. Plusieurs centaines de sources sont citées, certains documents proviennent de livres, revues, de l'internet, mais plus important encore, de l'expérience personnelle. Dans le cas du fils d'Élizabeth Clare Prophet, de la mère d'Andrew Cohen et moi-même avec Sathya Sai Baba, il s'agit d'expériences de première main.

4 ième de couverture

Au cœur même des enseignements spirituels des gourous, on retrouve les notions de respect d'autrui, de travail sur l'ego, de compassion et de maîtrise de soi. Paradoxalement, au cœur même de la vie de nombreux gourous, on retrouve jeux de pouvoir, agressions sexuelles, tromperies et mégalomanie.

Principalement constitué de témoignages personnels, Le Livre Noir des Gourous est un collectif d'anciens adeptes désireux d'informer et de prévenir le public et, surtout, ceux qui seraient tentés d'entrer en relation avec un '' maître '' ou ses enseignements.

Déçus de découvrir qu'il y a un écart considérable entre les paroles des gourous et leurs actions, les auteurs ont entrepris de faire tomber les masques que portent certains gourous et, ainsi, de révéler l'hypocrisie, le business et le totalitarisme présents dans le monde de la spiritualité.

La pertinence de publier un livre comme celui-ci réside dans la possibilité que nous avons de grandir en mettant fin au mythe des '' maîtres parfaits '' et, par le fait même, de pousser plus loin cette quête infinie de la nature humaine.

Marc-André

http://blogdesinfideles.blogspot.com/search/label/Le%20livre%20Noir%20des%20Gourous



Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Mer 10 Mar 2010, 18:19

MERCI DE CETTE CONTRIBUTION DOUCEUR!!

Pour rappel, je cite le livre , Dixit Satanas ,au sujet de la Fraternité du Nord avec quelques extraits de la page 133 et 135, ainsi que 292
en page 4
je t Ambrasse



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Ceci qui vient d être ajpouté sur le site que tu nous partages:

lundi 8 mars 2010


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Erin Prophet est une des filles d'Elizabeth Clare Prophet, leader d'un des mouvements spirituels les plus populaires en Amérique.

Comme la majorité des enfants qui grandissent dans ce genre de groupe, Erin ne put adhérer aux messages des maîtres ascensionnés, car elle a eu l'opportunité de voir les mensonges et les inconsistances se cachant derrière les prétentions de ses parents.

Dans ce mémoire qu'elle préparait depuis quelques années, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Erin contribue positivement à la discussion sur les sectes et mouvements spirituels.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Après avoir publié [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], je proposai à René Savoie et Franco Cirelli, deux amis de longue date et collaborateur au livre noir, d'écrire un blogue comme celui-ci. La vie étant remplie de surprises, Franco et René n'ont pas la possibilité, pour l'instant, d'y participer. J'ai donc pris l'initiative de le commencer sans eux, et peut-être que dans le futur, mes deux amis auront l'opportunité d'y mettre leurs pensées et réflexions. Je ne suis pas fermé à l'idée de collaborer avec d'autres individus qui partagent des points de vues similaires et qui voudraient bloguer ici. La place est aussi donnée aux points de vues divergeant qui peuvent s'exprimer en répondant aux blogues, et ce, sans censures de ma part (contrairement aux blogues spirituels).

Puisque j'ai déjà produit une courte biographie de moi-même sur ce blogue ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]) je vais simplement dire que j'ai 20 ans d'expérience personnelle et professionnelle au sein des mouvements new age et spirituelles, ces à dire que j'ai été sérieusement engagé dans une quête spirituelle (méditation, reiki, hatha-yoga, introspection, trois pèlerinages en Inde, namasmarana, seva, fréquentations de centres spirituels, ect) pendant que je travaillais chez des libraires new age (L'éveil et Librairie Nouvel âge) et chez un distributeur de livres new age et spirituel (Raffin).

Coup de théâtre en septembre 2000, je découvre que mon gourou préféré, Sathya Sai Baba, est un imposteur, charlatan, peut-être pédophile et assurément éphébophile homosexuel (personne sexuellement attiré exclusivement par des adolescents). Je ne le crois pas... (Oui, j'étais un peu naïf) mais curieux de nature, j'allai au bout des choses et découvris avec stupéfaction que toutes ces accusations étaient vraies. D'autres recherches m'amènent à découvrir que d'autres gourous/maîtres spirituels respectés possédaient, eux aussi, des squelettes dans le placard. Huit ans plus tard, soient en juillet 2008, dans le but de partager ce que je venais de découvrir, je décide de fonder une maison d'édition (Les Infidèles) pour publier Le livre noir des gourous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Jeu 11 Mar 2010, 00:51

... lectrice assidue sur ton forum et ce depuis bientot prés de deux ans, c'est moi, Ambre, qui te remercie pour tous tes partages et toutes tes recherches trés conscientisantes !

Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Jeu 11 Mar 2010, 10:49

Citation :
... lectrice assidue sur ton forum et ce depuis bientot prés de deux ans, c'est moi, Ambre, qui te remercie pour tous tes partages et toutes tes recherches trés conscientisantes

Et bien je prend celà comme un cadeau!
Merci de l avoir écrit!
Le fait de dénoncer avec tout le discernement possible et un sens de l éthique qui, je l espère transparrait sur ce forum, certaines dérives et méconnaissances ne m ont pas vallu que des éloges! Que du contraire!
Certaines menaces , et attaques en TOUT genre ne sont pas toujours facile à di-gérées...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Saint Graal de l'Inconscient, CC Jung
"Le Livre Rouge"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Yamine



Féminin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 4
Date de naissance : 01/01/1940
Age : 78
Localisation : France
Date d'inscription : 26/03/2010

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Sam 27 Mar 2010, 08:21

Certains égrégores sont de nature évolutive, je pense notamment aux égrégores mystiques. Ce sont des constructions durables dans le temps qui permettent à ceux et celles qui y collent leur propre énergie d'entrer dans un cercle dynamisant intellectuellement et souvent vibratoirement, mais pas toujours. Ce n'est cependant pas ce qui permet un véritable camp évolutif, c'est très partiel et organisé souvent finalement, par les entités malfaisantes de l'humanité qui ont le contrôle des zélés du groupisme.
On peut s'accoler à des solutions de ce genre, mais cela n'amène pas la libération ni l'éveil, seulement une sécurité et un confort intérieur.

Il y a un autre effet aux égrégores mystiques, c'est qu'ils appellent la présence de Forces cosmiques ou Célestes positives : Anges, Christ ou autres Maîtres, Dieux... Cet appel peut-être ressenti et agréé, c'est cela la force des égrégores spirituels. Il n'est pas rare que le Christ Vivant soit présent au cours de réunions de Chrétiens, simplement parce que la force de l'égrégore formé constitue un pont pour Sa venue, d'ailleurs, Lui-même l'avait dit. La question des égrégores est donc assez complexe, il y a du bon comme du mauvais, c'est un fait acquis : l'être humain forme des égrégores, et en permanence !
Revenir en haut Aller en bas
infomysteres
Membre actif


Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 216
Date de naissance : 04/05/1971
Age : 47
Localisation : France (47)
Date d'inscription : 13/01/2008

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Mer 28 Avr 2010, 23:45

En tapant théosophie dans le moteur de recherche de ce site (sujet qui m'intéresse depuis quelques temps), je viens de lire cette phrase un peu plus haut :
Les successeurs de l’école de Théosophie fondée par Blavatsky ne sont autres que les nombreuses nébuleuses du New Age qui, dès le début du 20ème, défendront les thèses les plus « réactionnaires » : nostalgie des époques révolues, retour vers la terre-mère, culte de la race pure et des racines aryennes cachées dans les replis de l’Himalaya… un langage que l’idéologie nazie n’aura pas beaucoup de mal à récupérer avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale.
Elisabeth Martens

J'aimerai juste dire que je suis très "surpris" de lire de tels propos.

Ces derniers mois j'ai lu presque tout ce qu'à écrit HP Blavatsky :
la Doctrine secrète (2700 pages), la clé de la théosophie, fondements de la philosophie ésotérique, .... Il me reste Isis Dévoilée (1600 pages) que j'ai commencé il y a quelques jours.

Avant de lire ces livres, j'avais lu ceux d'Annie Besant (qui a beaucoup travaillé en collaboration avec HP Blavatsky).
J'ai rarement lu des livres aussi intéressants, des livres dans lesquels on trouve une réelle sagesse, une réelle cohérence dans les propos. J'ai obtenu beaucoup de réponses à des questions que je me posais grâce à ces ouvrages. Ils m'ont ouvert l'esprit sur plein de sujets.
Avant, j'avais une vague idée de certains sujets. J'ai réussi à obtenir des réponses précises grâce à ces écrits.

Je reconnais que les livres de HP Blavatsky ne sont pas facilement compréhensibles par tous. Ils sont parfois très "ésotériques" et difficiles à comprendre si on n'a pas déjà acquis certaines bases.

Mais de là à écrire qu'il y a des thèses "réactionnaires", culte de la race pure, etc... ça me fait "bondir".
Soit la personne qui tient ces propos n'a jamais lu les livres de HP Blavatsky. Soit elle n'a rien compris à ce qu'elle a lu.

J'aimerai bien connaître les arguments qui ont permis de critiquer de la sorte les écrits de HP Blavatsky.

Car si réellement les propos sont fondés, j'aimerai comprendre comment j'ai fait pour ne pas m'en rendre compte.
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Jeu 29 Avr 2010, 10:13

Bonjour Didier,

Les successeurs de l’école de Théosophie fondée par Blavatsky ne sont autres que les nombreuses nébuleuses du New Age

L auteur parle des "Successeurs" qui récupèrent, et pas seulement dans la théosophie, de quoi etayer leur thèse Nouille âge!Il en est de même pour presque tous les mouvements sectaires , au sens péjoratifs du terme, qui n ont aucunes connaissances véritables !
J ai lu dernièrement des thèses soit disant Cathare, Rose Croix d Or complètement manipulatoires et ahurisantes ...et ai même reçu une demande d' ADHESION à un groupe Essénien dont je ne cite pas de nom, une brève recherches sur le net suffira, totalement farfelue pour faire vendre au sujet de 2012 et qui a plus que pignon sur rue!

Il n y a qu à voir le dernier gag de Benjamin Crême pour se faire une idée:

L’écrivain Raj Patel se trouve dans une position bien difficile, il est considéré par les membres d’une secte, la Share International, comme un dieu vivant. Mais attention, il ne s’agit pas d’une expression imagée, il est réellement identifié comme un dieu.

Tout a commencé quand le leader de la secte, Benjamin Creme (autrement appelé le Maître), a annoncé l’arrivée de Maitreya, le messie dont il avait prophétisé la venue prochaine en 1972. Un messie pour toutes les croyances qui serait appelé le « World Teacher » (que l’on pourrait traduire l’enseignant du monde).

À ce moment-là, il n’avait pas donné de nom mais avait révélé des indices, Maitreya devait avoir une peau sombre, être né aux environs de 1972 et avoir fait un voyage d’Inde à Londres en 1977. Lorsque Raj Patel est passé dans différents médias pour la promotion de son livre, des éléments de sa vie ont été divulgués. Des éléments qui coïncidaient avec la prophétie de Creme. Quelques recherches sur internet ont fini de convaincre les fidèles de la Share International.

Lors d’une émission Patel a trébuché sur un mot, ce qui a définitivement mis les fidèles en émois car Maitreya était censé avoir un léger bégaiement. L’auteur s’est retrouvé submergé de mail lui demandant : « are you The One ». La situation commençant à devenir difficile pour l’auteur, il a décidé de retirer l’onglet contact de son site internet et a déclaré publiquement ne pas être un dieu...

Grand mal lui a pris ! selon la prophétie de Creme, Maitreya était censé ne pas reconnaître être un dieu ou ne pas arriver à le prouver (comme c’est pratique !). Raj Patel est donc pris dans une situation délicate ne pouvant prouver aux fidèles qu’il n’est pas Maitreya. Et se retrouve affublé d’une responsabilité intolérable celle d’être considéré comme un dieu et de voir ses écrits passés au crible par certaines personnes à la recherche d’un message caché.

L’écrivain Raj Patel déifié contre son gré par les adeptes de "Maitreya
"
Jsf : Pour le "background" de cette affaire, voir ce lien d’alterinfo. Autre article. Raj Patel réagit ici.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je t Ambrasse et belle journée
Revenir en haut Aller en bas
infomysteres
Membre actif


Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 216
Date de naissance : 04/05/1971
Age : 47
Localisation : France (47)
Date d'inscription : 13/01/2008

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Ven 30 Avr 2010, 00:26

Ambre,

J'avais compris que l'auteur parlait de "successeur" mais pour moi les successeurs de la théosophie sont les théosophes. Ce sont les seuls que l'on peut qualifier de "successeur". Je ne suis moi-même pas un successeur de la théosophie car on ne s'auto proclame pas théosophe. J'avoue que cette philosophie m'attire (à part quelques minimes points de détails dont je ne partage pas l'idée).
Le mots "Les successeurs" englobe (selon ma compréhension) "tous" les successeurs.
Si, à la limite, elle avait dit "Des successeurs", ça aurait pu, pourquoi pas, se comprendre (bien que le mot successeur est également très mal choisi et porte à confusion).
Donc cette phrase me gène.
Mais je comprends et accepte aussi ton argumentation.

Je voudrais profiter de ce message pour vous remercier (toi et toute ton équipe de modérateur et modératrice) pour l'énergie que vous consacrez au forum. Je ne suis pas un "fidèle" membre car parfois je m'éclipse sur de longues périodes. Mais j'apprécie de venir me "ressourcer" ici de temps en temps.

Bonne continuation à toi
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Ven 17 Déc 2010, 19:53


En complément de l article page 1 sur ce post, cet article de Jean-Paul Thouny sur
les égrégores

nb:après quelques recherches sur les sources de cet article , j ai aussi trouvé ce texte

LES ÉGREGORES . DES FOULES SOUS INFLUENCES
et donc je croie , mais n affirme pas que
l' article qui suit à été puiser sur les sources suivantes .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Sources :
« LES ÉGRÉGORES Forces psychiques des groupes humains », d'Alain Brêthes
« TRAITÉ DU DÉSENVOUTEMENT, CONTRE-ENVOUTEMENT & DE L'EXORCISME », de Pierre MANOURY

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Citation :
Les égrégores sont des entités produites par de puissants courants de pensées collectives et cohérentes.


L’égrégore est une forme pensée ou champ énergétique construit par un groupe de personne ayant la même intentionnalité, par exemple : groupe de philatélistes, club sportif, syndicat, église, parti politique… ou tout simplement ensemble de personnes pouvant être disséminées sur la planète mais, vivant les mêmes émotions : amour, haine, colère, compassion…

Un ensemble de personnes qui se focalisent sur un même objet, avec une certaine intensité, déploient une énergie mentale, affective, passionnelle, spirituelle… qu’ils mettent en commun. Cette activité concentrée sur un objet en particulier génère une forme pensée ou, champ énergétique composé d’énergie mentale, d’émotionnelle, d’énergie spirituelle.

L’égrégore est une énergie structurée par l’objet sur lequel elle se finalise, et remplie de toutes les émotions que les participants mettent en commun.

Interaction entre les membres du groupe et l’égrégore

L’égrégore condense, rassemble ce que chaque membre y apporte. Et chaque membre, du coup, reçoit de l’égrégore dans lequel il entre, plus que ce qu’il a apporté. Il y a donc interaction entre les membres du groupe et l’égrégore.

Ce sont les membres rassemblés qui constituent l’égrégore, mais cet égrégore va adombrer les membres.

Les membres sont donc sous l’ombre, ou a l’ombre de l’égrégore, qui est comme un nuage au-dessus d’eux. Et il y a bien interaction au sens où le membre nourrit l’égrégore, mais l’égrégore agit sur le membre.

Si nous rejoignons par la pensée un égrégore d’amour, nous recevrons en retour de l’amour. Alors que s’il s’agit de colère, il en sera tout autre et, nous recevrons en retour… de la colère !

L’égrégore est constitué par les personnes qui en sont le facteur déclenchant. La puissance de l’égrégore va s’amplifier en fonction du nombre de participants, mais également en fonction de l’intensité de la recherche, de la focalisation de ses membres sur l’objet et, de leur implication existentielle ou passionnelle. En s’impliquant passionnément dans l’objet d’un égrégore, les membres font un apport important d’énergie à l’égrégore.

L’égrégore est une entité vivante

L’égrégore est un concept vitalisé, réelle entité, qui pour être viable, doit être alimenté régulièrement par les membres du groupe se maintenant tous dans la même énergie vibratoire.

C’est pour cela, que les dirigeants de groupes à l’origine d’égrégores, organisent des meetings, des cultes, des rassemblements… Également, afin d’augmenter le pouvoir de l’égrégore, certains ont recours à des rituels qui peuvent consister en des formules, des symboles, des prières, des invocations, des visualisations d’images concrétisatrices, des courants mentaux, des chaînes d’union, brûler de l’encens…

Chaque membre du groupe devient une « cellule » de l’égrégore. Il vit sur le plan physique par l’intermédiaire des êtres humains membres du groupe, et sur le plan astral par la projection astrale de ceux qui y adhèrent.

La vie matérielle de l’égrégore est assurée par le nombre des membres d’un groupe, par leur discipline, leur union, leur stricte observance des rituels, mais aussi par les courants de sympathie ou d’antipathie du monde…

Forme donnée à l’égrégore

Afin de donner à l’égrégore une forme concrète, on en fait une représentation symbolique, qui sera un support de visualisation. Ce signe représente sa nature, ses buts, ses moyens. Nous aurons donc le sceau-de-salomon, l’étoile de David, le pentagramme, la croix latine, le triangle maçonnique, les symboles du Reiki, etc.

Le symbole porte en lui-même une représentation qui parle immédiatement à l’être humain de façon figurée. Tous ces innombrables signes et sceaux ne sont que des représentations de l’égrégore. Ces signes sont à la fois une protection, un support et un point de contact entre les membres. Ils deviennent alors de véritables pentacles.

L’égrégore peut devenir une entité très puissante qui a sa vie propre et elle se détruit difficilement. Si on désire l’éliminer rapidement, il faut avoir recours à l’incinération de tout ce qui la concerne.

Attachement à l’égrégore

Il est également très difficile de se détacher d’un égrégore. Il est prescrit de procéder de façon inverse à celle qui est à l’origine de l’attachement. Ainsi, s’il y a eu une cérémonie d’initiation, lors de la liaison avec l’égrégore, il faudra alors procéder de façon inverse, mais identique pour produire le détachement. Dans la religion catholique, le baptême est annulé par l’excommunication.

Cependant, les réactions de l’égrégore à l’égard de la cellule expulsée sont parfois très dangereuses pour la personne concernée. La meilleure façon de se protéger est d’adhérer à un concept de force équivalente, ne serait-ce que pour un temps… Mais surtout de bien choisir le groupe auquel on adhère, intentionnellement ou non… Les conséquences peuvent être très différentes suivant le groupe.

En tant qu’humain “moyen” ou non initié, la seule chose qu’on puisse faire pour lutter contre un égrégore, c’est savoir se contrôler : sentiments, émotions, pensées. Le fait de penser à un égrégore, on le nourrit. Détester, haïr, aimer, idolâtrer, prier, etc., on le nourrit.

Aspects psychiques et énergétiques de l’égrégore

L’égrégore possède une composante à la foi psychique et énergétique. L’égrégore est une énergie qui contient toutes les vibrations des gens qui le créent, le font vivre… et qui leur échappe.

La concentration des personnes réunies dans un même but, avec les mêmes pensées intenses créées un égrégore qui se constitue, se développe, s’amplifie et devient actif.

Un égrégore est une “boule” d’énergie visualisable dans l’astral qui a été créé la plupart du temps par un groupe d’individus humain. Cette énergie, avec laquelle il est possible d’interagir, possède un caractère qui lui est propre, caractère attribué par ses créateurs. C’est comme un accumulateur d’une énergie possédant ses propres caractéristiques, et motivé par la foi ou la concentration de plusieurs personnes à la fois. Il est alors aisé de comprendre qu’il existe des égrégore de toutes sortes (Égrégore chrétien, égrégore bouddhiste, égrégore islamiste, égrégore sectaire, égrégore satanique, égrégore politique, égrégore syndical, égrégore de guérison, etc.).

Un égrégore peut être perçu comme la résonance vibratoire émise par la psyché d’un groupe de personnes vibrant sur une note déterminée. Les actes, les émotions, les pensées et les idéaux de chaque entité constituant ce groupe, fusionnent pour édifier un tout cohérent, une forme dont les composants sont de nature énergétique. La tradition ésotérique lui donne le nom de « forme pensée aurique».

Bien que d’essence subtile et impalpable, une forme pensée est aussi pénétrante, enveloppante et perceptible qu’une présence matérielle. Ce sont les courants émotionnels, mentaux et spirituels, émanant de l’ensemble des membres d’un groupe qui élaborent une forme pensée, pour ensuite, la structurer.

La notion d’égrégore se rapproche de celle d’inconscient collectif, de conscience collective, de champ morphogénétique ou de champs de conscience opérant entre eux.

Orientation d’un égrégore

Un égrégore est un agrégat de forces constituées de courants vitaux, émotionnels, mentaux et spirituels, suivant la qualité vibratoire de la forme pensée aurique. Ces courants vitaux, créés par le groupe d’individus duquel l’égrégore est issu, pénètrent la conscience du groupe sous forme de désirs, de concepts et d’aspirations.

La patrie, la république, la justice, la guerre, la paix ne sont rien d’autre que des images égrégoriques.

L’égrégore de nature astrale peut être orienté par le mental et nourrit essentiellement par l’énergie émotionnelle, (la forme pensée provoquée par les désirs, les aspirations, les rêves, les décisions, les engagements, les idées, la volonté, d’un ou de plusieurs êtres humains.)
Dans un groupe, on suppose que si les objectifs et les orientations personnelles des participants sont de nature matérielle, les égrégores, leur double subtil, manifestent des intérêts analogues. Si au contraire, les buts et les orientations des personnes constituant un groupe sur le plan physique sont inclusifs, son égrégore sera animé des mêmes intentions.

En se focalisant sur un objectif et en agissant pour lui donner vie, une personne est en mesure de créer un égrégore susceptible de se développer pendant un temps indéterminé. Suivant l’intensité de l’idée émise et du nombre de personnes qui y adhéreront, ce temps peut durer de quelques jours à plusieurs millénaires.

Pour donner deux exemples:
Une association créée par un groupe d’amis, pendant une durée de deux mois autour du projet d’organiser un concert en vue de recueillir des fonds pour réaliser un objectif particulier, va créer un égrégore à durée de vie limitée.

Un égrégore peut être réactivé et transformé au cours des siècles.

L’égrégore de la Franc-Maçonnerie contemporaine, que l’on nomme : spéculative, avait déjà un long passé avant d’être de nouveau réactivé au début du dix-huitième siècle.

La maçonnerie spéculative est un sous-égrégore aurique de celui qui anime l’Esprit de la Maçonnerie qui et beaucoup plus ancien. La Maçonnerie actuelle, fondée en 1717 à Londres, est une émanation aurique de l’Egrégore Maçonnique dont il est difficile de connaître l’origine qui se perd dans la nuit des temps…

Naissance de l’égrégore

L’égrégore est activé par une seule personne à la base et l’idée créatrice fait peut générer l’adhésion d’un nombre important de personnes, lesquelles vont donner vie à l’égrégore.

Selon la recherche ésotérique, un égrégore naîtrait, par exemple, d’une fervente prière collective, d’une thérapie de groupe, d’un projet, d’un rituel qui pourrait être chamanique par exemple. Mais il peut tout autant être la résultante d’extrémismes religieux, politiques ou nationalistes ou même d’un événement traumatisant susceptible d’engendrer une émotion collective puissante et durable tel que les attentats du 11 septembre 2001…

Aspects constructifs de l’égrégore

En Amérique et en Europe, on a expérimenté des “groupes de prières” dans les hôpitaux , qui prient pour la guérison physique des malades qui le leur ont demandé. On s’est aperçu, que des malades atteints de maladies graves, et pour qui priaient ces groupes, se remettaient beaucoup pus rapidement et avaient des chances de guérison beaucoup plus élevées, que des malades qui ne bénéficiaient pas de ces groupes ! Pourquoi ? Tout simplement parce que le “groupe de prières”, par sa dévotion, va canaliser une énergie aurique et faire son propre égrégore que l’on pourrait appeler “énergie de guérison”, et qui va se mêler à l’énergie aurique du malade visé, le rendant ainsi beaucoup plus fort, pour se battre contre la maladie !

Pour le travail, c’est la même chose : vous travaillez dans une entreprise qui vous demande de constituer un groupe afin de réaliser un projet. Si, dans votre groupe, chacun est soudé, “sur la même longueur d’onde aurique”, votre projet sera terminé en un rien de temps, et vous bénéficierez des honneurs de vos employeurs. Par contre, si dans le groupe existent une ou plusieurs “brebis galeuse”, l’énergie développée par votre groupe sera quasiment nulle ou très négative, les idées manqueront, votre travail n’avancera pas et le moral de vos “troupes” sera au plus bas ! Vous essuierez ainsi un cuisant échec auprès de vos responsables. Que se sera-t-il passé ? L’énergie développée par ce groupe à la base “malsain”, sera inexistante, voire malsaine. La meilleure solution aurait donc été que vous fassiez le travail seul, ce qui aurait été plus long, mais beaucoup moins difficile, étant donné que vous n’auriez subi aucune entrave à sa réalisation, contrairement à ce qui se sera passé dans votre groupe aurique négatif.

L’efficacité d’un égrégore repose sur la cohérence du groupe. Cohérence au niveau de l’identité, des objectifs, cohérence dans le temps et par-delà le temps.

Nourriture et mort de l’égrégore

La puissance d’un égrégore dépend de sa « masse psychique concentrée ou mobilisée ». La puissance et la nature de ces courants émis déterminent la qualité de la forme pensée aurique. Plus elle est alimentée et plus son rayonnement s’étend.

En contrepartie, moins elle est nourrie et plus sa force s’affaiblit. C’est ainsi que les égrégore se créent, se développent, puis s’anémient et disparaissent. La durée de vie d’un égrégore dépend des paramètres identiques à ceux de toutes les institutions humaines. Plus elles sont vitalisées auriquement, plus on leur porte de l’intérêt et plus elles se renforcent. Dans le cas contraire, moins elles sont fertilisées et moins elles sont susceptibles de battre des records de longévité.

Faute d’être entretenu et nourri régulièrement, un égrégore se désagrège et meurt car il n’est pas autonome comme on peut le voir.

Jean-Paul Thouny
Thérapeute énergéticien, Voiron (Isère) France
courriel : jean-paul@thouny fr
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Uglabald

avatar

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 70
Date de naissance : 11/02/1966
Age : 52
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Ven 17 Déc 2010, 20:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Citation :
In-8 écu de 376 pages. (1921 ; 2° édition augmentée, 1928)

Par sa prétention à distribuer un enseignement ésotérique de source orientale, la Société Théosophique ne pouvait manquer d?attirer l?attention d'un auteur qui se propose précisément de faire connaître aux Occidentaux les authentiques conceptions orientales. René Guénon a donc étudié d'une façon très détaillée les origine, les théories, l'histoire et le rôle de la société fondée par Mme Blavatsky et le colonel Olcott et qui constitue un des plus curieux aspects du monde moderne. Il résulte de dette étude que les théories théosophiques, bien loin d'être l'expression ultime d'une archaïque sagesse orientale, sont des produits déguisés de la pensée occidentale la plus moderne. Dans un dernier chapitre sur le rôle politique de la Société Théosophique, on aperçoit les causes probables, sinon de la création, du moins de la persistance et de la vitalité relative de cette organisation.
Revenir en haut Aller en bas
https://pierreduray.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Mar 21 Déc 2010, 09:53




La peur… Ça suffit !
Par Karène G.Le Drian

La peur notamment de souffrir, la plus ancienne qui soit, déforme nos perceptions et perpétue l’illusion. Imaginez ce que les peurs de plus de 6.5 milliards d’individus toutes catégories confondues projetées ensuite vers le monde sont capables d’engendrer : un égrégore !



L’étymologie latine de ce mot provient de : “ex“ ou “sortant de“, “gregs, gregis“ ou “le trou-peau, la foule“ et la désinence “or“ , “eur“ en français ou “celui qui agit“ (entrepreneur, dor-meur). L'égrégore désigne donc le fruit actif, ou “né de l'action“ d'une foule. Une force men-tale puissante, créée et maintenue en activité par les formes pensées, les désirs ou les craintes d’une masse qui se regroupe dans un dessein commun : éviter la peur par exemple. Cette puissance psychique développe alors sa propre autonomie et conscience. Autrement dit : Plus l’humanité tente d’éviter la peur en la refoulant, plus cet acte collectif nourrit l’égrégore lui étant associé, se mutant en ogre affamé.

Il suffit d’étudier le phénomène de panique sociale, perpétré depuis l’effroyable attentat terro-riste du 11 septembre 2001, pour mieux capter l’invraisemblable vigueur d’une telle création. En revanche, que se produirait-il, si l’amour de 6.5 milliards d’individus se trouvait propulsé vers le monde ? Certes, la peur appartient au registre des émotions humaines les plus an-crées dans notre bagage génétique. Cependant, elle ne doit pas nous empêcher d’agir adé-quatement pour la surpasser. Si l’ego entretient la peur, et le Soi intégré, l’amour, la cible à atteindre semble d’autant plus clair : L’amour peut anéantir la peur !

Pourtant, le simple fait que chaque être ne possède pas le même degré de développement. Que la plupart d’entre nous soient encore aux prises avec la capitulation de l’âme en faveur de l’ego, cette situation suffit pour maintenir un statu quo. L’unité en souffrance a cumulé, non seulement les conséquences négatives et positives des évènements endurés durant ses incarnations successives, mais également les réponses émises à l’égard de ces derniers. Or ces conséquences et ces réponses varient considérablement d’une personne à l’autre. Il n’en découle pas les mêmes valeurs morales ou une éthique identique pour chacun. Celles-ci diffèrent autant, que le nombre d’ego prévalant sur la planète. Ce qui signifie que : Notre moi s’est également emparé de notre déontologie personnelle et culturelle, afin d’affirmer sa domination et conserver la division entre les êtres.

À titre d’exemple, prenons la notion du sens de l’honneur. Un terme qui se décline en plu-sieurs interprétations, dont les plus classiques regroupent :
- Un acte de distinction :
o Rendre les honneurs à...
o Les honneurs militaires.
o La dame d'honneur.
o Les diplômes ou Prix d'honneur.
o Les médailles d'honneur et la décoration de la légion d’honneur.
o Les titres décernés “Honoris Causa“ ou à titre honoraire.
- Relatif à la dignité, la fierté, la loyauté, l’éthique d'un individu ou d'un groupe :
o Une déclaration sur l'honneur.
o Engager son honneur ou celui du groupe auquel on appartient comme l'hon-neur d'un officier ou de l'Armée.
o L’honneur national.
o Tomber au champ d'honneur.
o "Fors l'honneur" (François Ier).
o Mettre un point d'honneur à...
- La vertu d'une femme en rapport avec ses mœurs, la perte de sa virginité ou des re-lations en dehors du mariage :
o Ravir son honneur signifie la violer.
o Rendre l'honneur à une femme signifie l'épouser pour réparer l'offense.
- Une formule de politesse plus ou moins convenue et solennelle :
o J'ai l'honneur de...
o Faire honneur à...
o Votre honneur (lorsque l'on s'adresse à un juge anglosaxon).

En tant que valeur morale l’honneur renvoie donc à la notion de dignité : « La dignité humaine fait référence à une qualité inséparablement liée à l’être même de l’homme, ce qui explique qu’elle soit la même pour tous et qu’elle n’admette pas de degrés. Cette notion reflète l’idée que : « quelque chose est dû à l'être humain du seul fait qu'il est humain. » (Paul Ricœur). Cela signifie que tout homme mérite un respect inconditionnel, quel que soit l'âge, le sexe, la santé physique ou mentale, la religion, la condition sociale ou l'origine ethnique de l'individu en question. » (Source site Web: wikipedia.fr).

Tout dépend une fois encore à quel honneur nous nous référons : celle du moi ou celle du Soi ? Accorde-t-on vraiment un respect inconditionnel à un dictateur, un criminel, un terroriste ou à un pédophile du simple fait qu’il soit humain ? Le sens de l’honneur n’a-t-il pas entraîner de nombreuses nations vers des guerres sanguinaires inutiles ? Parle-t-on ici de dignité, ou plus exactement d’amour-propre? L’âme en souffrance ne pèche-t-elle pas par excès d’indignité ? Un sentiment, dont l’ego se sert pour être respecté à sa place.

La seule éthique dont peut faire preuve l’âme en souffrance pour s’affranchir de l’ego con-siste à se résoudre à l’évidence suivante. Accepter la responsabilité de l’ensemble des évé-nements traumatiques, des drames négatifs ou limitatifs qu’elle a choisi d’expérimenter de-puis son émergence, dans l’optique d’une progression de la conscience primordiale, et non de celle de la conscience de veille. Une imputabilité que nul ne consent véritablement à endosser, tant rejeter la faute sur l’autre est devenu un sport mondial !

Cela revient-il à dire que dès lors que nous subissons un affront, il nous faut tendre l’autre joue à la manière du Christ ? Ne démontrait-il pas plutôt par ce geste, que son moi n’entrait pas en ligne de compte et qu’il savait avoir lui-même créé la situation en question ? À l’exception du Christ, une âme libre n’étant pas encore monnaie courante, difficile à ce stade de prévoir le genre de miracle, qu’un Soi authentique serait capable de manifester. En effet à quoi ressemblerait une réalité débarrassée de la pire offense, que le cœur humain ait jamais pu s’infliger à lui-même comme à l’ensemble : la création d’un ego ? Soit la dégénérescence de notre “ordinateur central“ se réduisant à une conscience de veille…

Si d’une part, chacun d’entre nous décidait de prendre en charge ses souffrances, comme celles nécessairement imposées aux autres en retour. Si d’autre part chacun prenait la peine de développer un observateur conscient indépendant de notre moi, en mesure de nous avertir de nos agissements et de nos comportements déviés, au moment précis où ils se déroulent. Si chacun prenait le temps de s’arrêter plusieurs fois dans la journée, afin de reconsidérer le cours de la réalité engendrée et la modifiait sur le champ. Enfin, si chacun réalisait le combat intérieur mené par nos pensées et nos émotions, notre esprit et notre volonté. Nul doute, que nous deviendrions rapidement experts dans l’art de déjouer nos propres manipulations, fourberies, motivations inconscientes en constant désaccord avec nos intentions conscientes. Nous ne disposerions alors d’aucune alternative, que celle d’assumer la charge de nos multiples croyances ancrées dans les abysses de notre être. Croyances, qui jusque-là, œuvraient dans la plus totale méconnaissance et impunité.

Tant de gens viennent encore me consulter pour dépasser des blocages et des schémas récurrents comme s’il s’agissait d’obstacles indépendants de leur volonté ! Pourtant, peu se pose la question suivante : Pourquoi une personne intellectuellement mature s’obstinerait-elle à reproduire inlassablement des conduites complètement infantiles, pour la plupart d’origine émotionnelle ? La réponse s’avère pourtant si simple qu’elle en déconcerterait plus d’un. Parce que cette personne VEUT les reproduire ! Pourquoi ? Pour une raison encore plus déroutante. Uniquement pour EVITER d'endosser les réper-cussions, comme les retombées de ses actes passés et présents. Pour échapper aux implications de son rôle de victime, plus encore que celle de son rôle de tyran, tant ses facettes se déclinent à l’infini.

Quelle que soit la source de leur problématique, ils ignorent en passant le seuil de ma porte, qu’en reconsidérant la situation avec une perspective différente et plus vaste, qu’en accueil-lant les informations au lieu de les repousser, le schéma cesse d’être alimenté. Décontenan-cés, ou au contraire rassérénés, ils ne leur restent plus qu’à modifier le cours de leur réalité, sachant que : Le karma ne se résorbe, ni ne s'assimile rapidement. Reconnaître, puis intégrer le Syndrome de Séparation s’apparente à un acte de bravoure : se remettre com-plètement en question face aux nombreuses injustices, préjudices et manquements que nous estimons avoir subi, aussi cruels soient-ils. Tel est également l’un des objectifs centraux de la Ro-Hun Thérapie :

- Accéder à la mémoire, consciente ou non, contenant l’origine du dilemme notamment dans nos chakras.
- Identifier les croyances, ainsi que les Moi Réactionnels qui en dérivent (Moi indigne, Moi impuissant, Moi coupable, etc)
- Observer l’événement, présent ou passé, sous un autre angle, afin de changer nos points de repère et nos opinions à son sujet.
- Admettre en toute objectivité sa part de responsabilité (le plus souvent occultée) dans la manifestation et le déroulement de l’incident.
- Pardonner la part de responsabilité des éventuels protagonistes.
- Accepter l’enseignement, ou les leçons fréquemment dissimulés, que renferme l’expérience en question.
- Imaginer une alternative plus constructive, dans l’hypothèse où une situation similaire surgirait à l’avenir.

À titre d’exemple voici l’histoire d’un traumatisme relativement classique de l’un de mes pa-tients et amis, survenu très tôt dans son enfance. À l’âge de 2 ans, il reçut le contenu entier d’une cafetière bouillant sur la cuisinière. Cet accident lui valut plusieurs opérations, greffes, anesthésies et séjours à l’hôpital. Il fut surtout le point de départ de craintes et de croyances profondément implantées. Celles-ci avaient trait d’une part, à la dangerosité comme à l’imprévisibilité de l’environnement extérieur. D’autre part, à l’incapacité de sa mère paralysée par l’épouvante à venir à son secours, exerçant pourtant à l’époque le métier d’infirmière.

Il en résulta une méfiance des femmes, mais aussi de sa propre motivation à agir comme de sa polarité féminine. Enfin, il s’ensuivit une compulsion portant sur l’anticipation angoissée du déroulement et de l’aboutissement, bénéfique ou non, de toute nouvelle entreprise. Une atti-tude qui l’empêche toujours de s’investir pleinement dans ses projets et de terminer ce qu’il commence.

L’enfant étant considéré dans l’inconscient collectif humain comme foncièrement innocent, cet homme se percevait depuis comme la victime d’une situation, qu’il n’avait ni désiré, ni provoqué selon lui et qui aurait pu entraîner sa mort. Or après avoir exploré les premiers éléments conscients et les incidences évidentes d’un drame pareil, je l’amenais à reconsidé-rer certains aspects de cet épisode fondamental, enfouis dans la mémoire de son Soi en souffrance (donc dans sa ROM et non dans sa RAM).

Comment la cafetière était-elle tombée sur lui ? Quelqu’un l’avait-il projeté contre la cuisi-nière ? Que faisait-il quelques instants auparavant ? Tant qu’il s’agissait d’énoncer les faits justifiant sa position de souffre-douleur, son récit se montrait fluide et précis. Son ego ne manquait pas d’arguments. En revanche mes nouvelles questions l’embarrassaient. Tant la responsabilité exclusive de ses parents, et notamment de sa mère, lui paraissait indéniable.

Jamais il ne lui était venu à l’idée de contempler sa propre implication dans cette affaire. Pas plus qu’il n’envisageait, que cette terrible souffrance physique puisse, en définitive, être l’expression extériorisée d’une très ancienne souffrance primordiale. Néanmoins force fut de reconnaître qu’il se querellait violemment avec sa sœur quelques minutes auparavant. Cou-rant dans la pièce, il heurta lui-même la cuisinière. Il se révélait donc implicitement seul fautif de la réalité qu’il avait engendrée. Préférant toutefois se considérer comme une victime, en grandissant son moi conscient n’avait fait qu’exacerber cette tendance en s’appuyant sur un fait réel.

En explorant plus profondément les bases de son vécu, puis lorsqu’il admis enfin son impli-cation directe et inconsciente, nous avons pu découvrir ensemble l’une de ses souffrances centrales des plus fascinantes : “Je souffre de ne pas estimer la valeur de l’expérience de la souffrance et de la matière.“ Voilà pourquoi, dès son plus jeune âge, comme pour indiquer une des pistes principales sur laquelle son âme douloureuse voulait l’entraîner pour guérir, il avait littéralement provoqué cet accident. Il en garde plusieurs cicatrices physiques. Une en l’occurrence, beaucoup plus visible que les autres barrant toute la largeur de son torse. Un rappel en plein milieu de son plexus solaire, le siège de l’ego qui se trouve précisément dans le 3e chakra. Pas plus que l’on ne peut nier le Soi en souffrance en faveur du moi, ne peut-on nier non plus l’existence du Soi en souffrance en faveur du Soi allègre. Telle était sa leçon pour le moins originale !

S’extirper volontairement de cette inclination au “martyr“ - surtout lorsqu’elle débute dans l’enfance ou sévit depuis de nombreuses années - nécessite une résolution, une fermeté et une vaillance de tous les instants malgré sa mise en évidence. Se concevoir comme une victime procède d’une attitude principalement morbide. Étonnamment les gens s’y complai-sent. Fabriqué sur mesure par le moi, ce rôle relève donc d’une complaisance narcissique à stagner. Il renferme une faiblesse, déguisée en plaisir malsain à résister à tout changement.

Ainsi, il ne s’agit pas de renier sa souffrance, mais de la confronter pour la remettre en pers-pective dans son contexte actuel. En prenant conscience de surcroît, que nous ne trouverons pas immédiatement l’attitude juste à adopter. Toutefois l’association, de notre intention comme de notre motivation à ne plus sombrer automatiquement dans nos anciens schémas, assure la réussite de notre disposition à avancer. Renoncer au rôle de victime représente donc un défi considérable. Abandonner cette compulsion maladive, consistant à se jus-tifier, à trouver des excuses à la moindre de nos défaillances, réactions égoïstes, mé-canismes de défense et à interpréter toute situation à notre avantage. Pire encore : Faire porter aux autres le poids de notre souffrance individuelle (comme dans le cas de l’exemple précité).

Paradoxalement, la victime attend du monde extérieur une solution au problème qu’elle a elle-même produit. L’attente passive et laxiste d’un éventuel secours, ou d’un jour meilleur, se transforme en mode de vie. Jusqu’au moment où notre âme lassée décide d’y mettre un terme en déclarant : ÇA SUFFIT !
(Extrait ©, tiré de l’introduction Le Syndrome de Séparation – Le mystère de l’âme en souf-france de Ka Ren, publié aux éditions Intégration sous le N°ISBN : 978-2-8399-0363-9).

Ka Ren (Karène Le Drian), architecte d’intérieur et Docteur en Ro-Hun thérapie, est égale-ment l’auteure d’un ouvrage autobiographique, Le cœur a des raisons que la raison ignore, et de la série Intégration, Intégration I et II. À l’exception d’Intégration II, disponible en librairie, les trois premiers publiés à compte d’auteur sont en vente directement (et exclusivement pour les pays situés en dehors de la Suisse) sur son site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Vous pouvez lui écrire à l’adresse suivante : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Elle se fera un plaisir de vous répondre…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Sai Baba?   Lun 18 Avr 2011, 00:53

Salut Steph,

J'aimerais entendre ton point de vue dialectique sur Sai Baba? Que représente il? Est-il l'incarnation du couple sacré dans un seul corps?

J'attend ta perception... Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Sphinx

avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 4314
Date de naissance : 23/01/1965
Age : 53
Localisation : Belgique
Loisirs : Musique (guitare, basse, compo, MAO); photographie; aquariophilie; jardinage; informatique; bricolage
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Lun 18 Avr 2011, 13:23

Bonjour Pascal,


je ne connais pas trop Saï Baba, donc je ne peux pas en dire grand-chose. Ce que j'en ai lu à droite et à gauche était mitigé, tantôt positif, tantôt diabolisant. C'est une personnalité controversée.

En fait, la question n'est pas très importante pour moi, car je considère que la Sainteté n'existe pas en dehors du Couple Sacré. Donc toute Personne humaine quelle qu'elle soit reste extrêmement faillible si elle n'est pas fiabilisée par le collectif passsant par le canal harmonique de la FJ.



Ce qui peut permettre à une Personne humaine d'avoir un semblant de fiabilité c'est:

- soit un état hyper-refoulé (barricadé, et donc illusoirement protégé)

- soit une protection collective en liaison avec le Couple Sacré, parce que la fusion est réalisée, ou qu'elle est manifestement ciblée. Ce qui fiabilise de la Prédation, c'est l'Alliance avec le Super Prédateur Sacré, qui ne peut être définitivement scellée que par un Couple Sacré.



Fondamentalement, j'ai tendance à m'écarter de Personnes devenues par trop voyantes, et surtout celles qui (se) sont érigées en tant que centre charismatique d'une collectivité. Un vrai centre est partout, car le centre est partout.

L'erreur de la dualité est de croire qu'un véritable centre peut être localisé. Il peut être personnifié, mais alors, il est projeté sur toute la collectivité. La Vraie Personne humaine s'épanouit dans l'équilibre de ses aspects individuels ET collectifs, et cela implique une projection collective.

Dans le Couple Sacré, l'Homme est projeté sur tout le collectif par la Femme, qui elle personnifie ce collectif.

Le véritable Guru passe donc par le canal intérieur de l'inconscient collectif. S'il fait partie d'une communauté, il refusera d'en occuper la moindre place dualistement centrale ou particulière.

Une véritable organisation spirituelle ne peut tenir QUE sur le Lien Christique intérieur, et jamais sur une quelconque structuration apparente, dualiste, externe, toujours forcément arbitraire et créatrice de clivages.

Ce n'est pas en suivant un "Guru" comme "centre" extérieur qu'on s'émancipe. L'évolution spirituelle est une réalité impérativement Personnelle, individuelle et individuante. Parce qu'adhérer librement, authentiquement, à l'ordre harmonique universel ne peut pas se faire par procuration.

Tout ce qui est "événementiel", comme le charisme d'un Guru, fait partie de la mystification de la dualité, sauf dans le cas d'un véritable Avatar.

Mais un véritable Avatar est toujours un Couple Sacré.


A la question: Saï Baba est-il un Couple Sacré? Ou est-il en Couple Sacré? A-t'il cette légitimité, dans sa conceptualisation, et son action?

Je ne peux rien répondre. Dans un seul corps? Je ne pense pas que ce serait cohérent.

Je veux dire que l'exemple spirituel doit être manifestement clair, comme témoignage. Si une Personne s'affirme comme véritablement spirituelle, il est sain qu'elle se présente dans sa réalité binaire (Homme et Femme). Certes uniifée, mais aussi binaire.

Et pas dans une adultération physique charnelle qui ferait l'impasse sur cette binarité, ou qui en ferait un amalgame (faux androgyne différencié).

Le modèle néguentropique universel est un Couple sexué. Il est unifié parce qu'il est Séparé. Le secret de la réalité non-dualiste est que l'unité vient de la binarité parfaitement scindée. En dehors de ces considérations, il n'y a pas de légitimité existentielle. Seul un Couple Sacré est un véritable canal de l'éthique. Et un Couple Sacré comporte deux Personnes, ce qui veut dire en principe deux corps de chair dans la dualité.

Jésus et Marie-Madeleine forment un Couple Sacré, et c'est pourquoi ils sont corrélés à l'incarnation d'un Avatar. Mais ce modèle a été détourné, et l'importance essentielle du Couple a été occultée par des considérations religieuses spéculatives.


Amitié,

steph
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Mar 26 Avr 2011, 11:38

Le gourou indien Sai Baba, connu dans le monde entier et considéré par ses millions de sympathisants comme un dieu vivant, est mort en Inde à 85 ans...
voir de nombreux articles sur ce post ainsi que la polémyque qu il a suscité depuis des années...

Citation :
Eh bien voilà, samedi dernier, pour plusieurs millions de personnes, le bon Dieu est mort, ou comme ils diront, il a quitté le corps qu'il avait emprunté. La majorité des disciples de Sai Baba s'attendait à ce qu'il récupère complètement d'ici quelques jours et qu'il continue sa ''mission'' jusqu'en 2022, date à laquelle il avait promis de ''quitter son corps''. Peut-être trouveront-ils des excuses, ou peut-être laisseront-ils ce sujet de côté?

Puisqu'il est coutume de dire du bien d'une personne qui vient de mourir, je peux dire de Sai Baba qu'il est un des rares, sinon le seul, à avoir réussi l'exploit de se faire passer pour une incarnation de Dieu pendant plus de 60 ans...faut le faire quand même. Pour l'avoir rencontré de très prêt a quelques reprises, je peut ajouter qu'il est extrêmement attachant, vif, drôle, et muni d'yeux qui permettent d'échanger un regard prolongé...particularité plutôt unique qui la sûrement aidé à réussir dans le métier de gourou. Certains ajouteraient à cela les œuvres de bienfaisance, mais à part le projet d'eau qui a bénéficié à plusieurs villages, la majorité des œuvres caritatives de Baba sont des éléphants blancs.

Maintenant qu'il n'est plus, est-ce que ses victimes d'abus sexuels d'origine indienne auront plus de liberté d'en parler? La plupart des dénonciations proviennent de jeunes étrangers...il est bien sûr difficile pour eux d'en parler, mais pour un indien élevé avec la croyance que Baba est Dieu, il devient presque impossible d'en parler. Est-ce que sa mort changera quelque chose ? Je ne sais pas, mais je l'espère.

La fortune du SSB Central Trust est évaluée à 40 000 crores (10 milliards si j'ai bien fait le calcul), mais puisque l'argent cessera d'entrer, l'ashram va en prendre un bon coup, car pour l'instant il n'y a pas de gourou remplaçant. Je me rappelle que Sathya Sai Baba a dit que la réincarnation de Swami Vivekananda (sage indien, 1863 - 1902) prendrait la relève entre lui et la future incarnation de Sai (Prema Sai Baba) qui devrait naître en 2030 dans la région de Mysore. Bien que l'idée ne soit pas mauvaise, je crois Baba trop égocentrique pour avoir fait des plans pour que l'ashram continue sans lui.

Les médias indiens ne parlent que de cela.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

m.a
.

Publié par Les Infidèles à l'adresse [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Libellés : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
daunelle76



Féminin
Poissons Serpent
Nombre de messages : 4
Date de naissance : 21/02/1953
Age : 65
Localisation : rouen
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Mar 26 Avr 2011, 13:57

Bonjour ravie de pouvoir répondre sur ce sujet.

Sai Baba est mort ; ascension non réussie !

Ce que je souhaite partager c'est que ce genre d'individu maintient une partie de l'humanité en locurrence des milliers, dans une énergie de dépendance.

La souveraineté est autre et du coup l'ascension ... ratée !

Cela confirme ce que je sentais et hélas il y en a d'autre.



Revenir en haut Aller en bas
Grok



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 205
Date de naissance : 31/12/1975
Age : 42
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Mer 27 Avr 2011, 08:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Ven 06 Mai 2011, 17:28

Le "Maitre" extérieur au "Soi" est une sinon une invention une projection. Au mieux il y a des "connaissants", et encore, car dans une création maléable à souhait la connaissance est relative.

Le couple sacré est dans notre matérialisation n'efface pas l'action du couple sacré dans une dimension plus étendue.

Les désquilibres causant les tensions (en réalité voulues) dans la chair que nous connaissont sont contre-balancés dans une dimension "invisible", elle-même limitée à la conception d'une création à partir du couple sacré. Sans couple sacré, il n'y a plus les tensions qui en résultent.

Au delà le nouveau. C'est tellement nouveau que ça va rendre les shémas actuels caduques. D'ailleurs les shémas eux-mêmes sont appelés à disparaitre, car ils impliquent le temps.

Comment peut-on alors concevoir la nouveauté, si par définition la nouveauté n'exite pas encore ? On peut la ressentir, car en nous une perception est hors du temps...

La nouveauté ne peut pourtant pas garantir la perfection car elle n'est pas une science exacte, elle est juste parfaitement Nous.

Saï Baba était peut-être plein de défauts, il était dans le temps, participant pleinement à la création. Il était sans doute faillible, comme tous ceux qui écrivent ici sans exception. Le reste est seulement une question de degré.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Ven 06 Mai 2011, 21:19


bsr Sursis,

je te cite:"le Maitre extérieur au Soi est une invention,une projection".
je ne partage pas ton opinion;en Inde c'est une autre culture et cela existe
depuis des milliers d'années.Ils ont une relation particulière avec "les gourous",
terme qui n'est pas péjoratif pour eux mais sacré;cela fait parti de leur religion et
il faut respecter leurs coutumes même si on ne partage pas leurs idées.
j'ai une profonde admiration pour les gens qui avancent spirituellement sans aucun
guide mais nous sommes différents et peut-être certains n'ont pas cette facilité et ont
besoin que quelqu'un de plus avancé dans le chemin leur montre la route;ce n'est pas un signe de faiblesse et c'est aussi de l'humilité; surtout en Inde où la spiritualité
est le sens de la vie et le sacré primordial.
évidemment la valeur du guide est essentiel et cela est laissé au bon sens de chacun.
Je pense que les bons guides ne se proclament pas eux-mêmes d'où la difficulté à les
reconnaître;mais tout arrive au bon moment pour celui qui sait attendre...

amicalement
Demeter-cérès



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Ven 06 Mai 2011, 23:42

Bonsoir DC,

Des gourous il en faut... surtout pour drainer la prédation organisée.

Le Maître n'arrive pas lorsque l'élève est prêt, car en réalité il a toujours été là. Le Maître n'est en rien extérieur, même si d'un point de vue il apparaît se manifester dans l'autre. Ainsi, croire que le Maître "est l'autre" apparaît donc comme "une erreur".

"Les bons guides ne se proclament pas eux-mêmes"... ni même surtout les "mauvais" gourous !

C'est surtout la différence de notre perception par rapport à celle des adeptes du gourou qui nous montre celui-ci "mauvais maître". Pour d'autres, ce que nous jugeons comme "bons guides", peuvent très bien apparaitre "mauvais gourous" à des personnes ayant un compréhension plus aigue que la notre. C'est seulement une question de degré d'avancement.

D'autre part, "un bon guide" fait encore partie du système. Il peut aider, mais ne permet pas d'y échapper, et pour la grande majorité qui attend qu'on lui montre le chemin, un guide fut-il "bon", enferme. En premier lieu dans l'attente, en second dans la dépendance.

Cela ne contredit pas le dicton que tout arrive au bon moment pour celui qui sait attendre, si attendre veut dire continuer d'avancer avec discernement.

Ainsi toute attente dans le sens strict du terme serait une erreur. Attendre le 28 octobre 2011 ou 2012, attendre une vibration (une onde), une nouvelle dimension attendre un changement. Attendre suspend l'action.

Les "bons guides" crient sur tous les toits, ici sur ce forum parfois, et certains continuent sans cesse de venir y mettre leur patte afin de rassurer leur égo, en se testant gourou d'un soir, parfois aussi pour "donner le change" tout en ne comprenant pas l'essentiel de ce qui est dit, car sont-ils sans doute encore sous l'emprise psychologique de l'éducation ou de la société. J'ai les noms comme dirait Coluche, et sans fausse modestie je ne m'exclus pas complêtement du lot. Bref le "bon guide" "extérieur", celui qui s'est laissé arriver, ne guide plus. Qu'a fait Jésus après sa "cricifixion" ?

J'ai déjà écrit par ailleurs que je ne croyais pas au don, que l'écriture est une prédation directe de l'écrivain, que l'amour tel qu'on nous l'a inculqué est une manipultation... et que pourtant l'âme trouve déja un peu d'air par le titillement de ces instruments, car un début d'élan se manifeste.

Tiens, et si je changeais de métier, ça gagne bien gourou ?

Très amicalement.







Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5571
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Sam 07 Mai 2011, 08:08



Bonjour demeter-ceres et sursis,

remarque très objective en effet dont nous ne tenons pas assez compte:


Citation :
en Inde c'est une autre culture et cela existe
depuis des milliers d'années.Ils ont une relation particulière avec "les gourous",
terme qui n'est pas péjoratif pour eux mais sacré
;cela fait parti de leur religion et
il faut respecter leurs coutumes même si on ne partage pas leurs idées.

Citation :


Ainsi toute attente dans le sens strict du terme serait une erreur. Attendre le 28 octobre 2011 ou 2012, attendre une vibration (une onde), une nouvelle dimension attendre un changement. Attendre suspend l'action.

Les "bons guides" crient sur tous les toits, ici sur ce forum parfois, et certains continuent sans cesse de venir y mettre leur patte afin de rassurer leur égo, en se testant gourou d'un soir, parfois aussi pour "donner le change" tout en ne comprenant pas l'essentiel de ce qui est dit, car sont-ils sans doute encore sous l'emprise psychologique de l'éducation ou de la société. J'ai les noms comme dirait Coluche, et sans fausse modestie je ne m'exclus pas complêtement du lot. Bref le "bon guide" "extérieur", celui qui s'est laissé arriver, ne guide plus. Qu'a fait Jésus après sa "cricifixion" ?


Merci Maîtres d'un soir!
Très en accord avec ce que j' en pense!
Belle journée à vous deux
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   Dim 05 Fév 2012, 23:08

Propagante de l'Eglise



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les égrégores,les sectes, les gourous ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les égrégores,les sectes, les gourous ...
Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» LA FIN DU MONDE : DU PAIN BÉNI POUR LES SECTES...
» Gourous : un profil psychologique repérable en 7 points
» Les gourous les plus dangereux de l’histoire des sectes...
» Les gourous les plus dangereux de l’histoire des sectes...
» L’explication des 73 sectes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: La Vérité qui fâche-
Sauter vers: