ANTAHKARANA

Gnose et Spiritualité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Ether","Prana", "Akhasha"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: "Ether","Prana", "Akhasha"   Mer 30 Mai 2007, 10:39

"Ether","Prana", "Akhasha" ou "Lumière astrale"








Même si les mots "Prana", "Akhasha" ou "Lumière astrale" étaient déjà utilisés depuis des temps immémoriaux par les plus grands Maîtres spirituels de notre humanité pour désigner cette Énergie universelle primordiale rebaptisée "Orgone" par Wilhelm Reich, il fut le premier scientifique sérieux et intègre à se pencher sur ce concept, et à essayer d'en établir l'existence et les propriétés de manière rationnelle.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Orgone

ETHER:
Carlos Barrios a expliqué que l’avènement de l’Ère du Cinquième Soleil nécessite un élément très spécial. Alors que les quatre éléments traditionnels, terre, air, eau et feu ont dominé les époques du passé, il y a désormais un cinquième élément à prendre en compte, qui marquera l’avènement de l’Ère du Cinquième Soleil : c’est l'éther.

Le dictionnaire définit l'éther comme un élément raréfié de l'atmosphère. L'éther est en réalité le plus actif dans notre univers. Il pénètre tout espace et transmet des ondes d'énergie sur une vaste gamme de fréquences, depuis les téléphones mobiles jusqu'aux auras humaines. Ce qui est ''éthéré'' touche des régions bien au-delà de la Terre. L'éther, l'élément du Cinquième Soleil, est céleste et manque de substance matérielle, mais il est aussi réel que le bois, la pierre ou la chair.

AKASHA : Lieu de l'espace, du son, de la conscience pure ; éther ; Espace intérieur comme chidakasha ; Espace extérieur comme mahakasha.
''Dans le plan de l'éther, il peut y avoir une fusion des polarités'', ajoute Carlos Barrios. ''Ce n’est plus l'Ombre ou la Lumière, mais une fusion structurée entre les deux. Actuellement, le Royaume de l'Ombre refuse cette fusion. Ils se sont organisés pour la bloquer. Ils cherchent à déséquilibrer la Terre et son environnement de façon à ce que nous ne soyons pas prêts pour l'alignement de 2012. Nous avons besoin de travailler ensemble pour la paix, et l'équilibre avec l'autre côté. Nous avons besoin de prendre soin de la Terre qui nous nourrit et nous abrite. Nous avons besoin de nous concentrer entièrement, corps, âme et esprit, à la quête de l'unité et à la fusion.''

"Le cinquième élément, l’Ether, est contigu à la matérialité et aux formes des champs de forces autour des objets physiques. Bien que l’Ether se meut rapidement et que de ce fait nous ne pouvons pas le voir à l’œil nu, nous commençons à percevoir ces champs de forces ou la contrepartie éthérique des objets lorsque nous développons notre sensibilité éthérique grâce à la Wicca, la magie et aux autres formes de développement psychique. Ce que les gens perçoivent comme étant l’aura n’est autre que le champs de forces du corps humain qui pénètrent le corps physique mais qui va au delà de celui-ci. Ce champs de force qui est comme un tout est appelé le corps éthérique.

La vie peut exister sur beaucoup d’autres niveaux que le plan physique. Les éléments ne sont pas physiquement vivants. Ils ne possèdent pas les attributs de la vie physique – des corps qui métabolisent et reproduisent. Comme toutes choses dans l’existence physiques cependant, les élément possèdent des contreparties éthériques. Ce sont les Elémentaux, qui sont vivants et conscients sur le plan éthérique. Les Elémentaux peuvent être penser comme des êtres non-physiques issus d’une voie différente de l’évolution de l’humanité. Ils sont plus spécialisés dans leurs fonctions et sont ainsi, d’une certaine façon, plus limités, mais ils sont aussi immensément puissants. Les Elémentaux nous permettront de communiquer avec eux, mais nous devrons les traiter avec respect. "
http://www.le-sidh.org/site/index_article_366.html






ETHER OU AKASHA





Le cinquième élément, le pouvoir spirituel omniprésent dont l'univers est imprégné. C'est l'énergie fondamentale dont les éléments tirent leur existence.

Les rishis ( voyant du premier ages) ont perçu qu'au commencement du monde, éxistait un état de conscience non manifestée. A partir de cet état de conscience unifié, les vibrations subtiles du son silencieux cosmique -AUM-se manifestèrent. A partir de cette vibration apparut tout d'abord l'élément Ether. Cet élément ethérique commença à se mouvoir librement ; ces subtils mouvements de l'éther étaient crées par le principe du mouvement, L'air, qui est l'Éther en action. Il y eu friction lorsque le corps ethérique commença à se mouvoir, et par cette friction fut crée la chaleur. Ces particules d'énergie-chaleur se combinèrent pour former une lumière intense et a partir de cette lumière se manifesta l'élément Feu. Par cette chaleur du Feu, certains éléments etheriques se dissolurent et se liquéfièrent, manifestant l'élément Eau qui se solidifia ensuite pour former les molécules de la Terre.(G.Edde,Chakras et Santé).


SHK est de nature psychique. Il est relié au chakra de la gorge et au 5ème élément, Ether ou Espace. Il nous permet de discerner dans notre psychisme, les pensées et les émotions qui sont aptes à nous donner une vision de pure réalité et de là de bonnes habitudes qui seules peuvent nous amener au bien être.
Le dessin du symbole rappelle le mûdra de l'épée du rituel Shingon de Fudô ( dans le Taki-shugyo ), qui détruit les influences remontées de l'inconscient..
Dans l'écriture japonaise, SHK c'est "aller au cœur de la tradition", revenir au centre, au vers ce qui est droit : le Dharma.
Faire le SHK, c'est mettre le mental en phase avec la révélation traditionnelle pour éliminer les pensées déviantes.. .








- Chakra de la gorge -









VISUDDHA : Le pur. Cinquième chakra au niveau de la gorge ; siège de la purification.

- Signification : Purifier
- Couleur : Bleu
- Elément : Ether
- Minéraux : Saphir bleu, aigue-marine, turquoise, lapis-lazuli, célestite, cristal de quartz
- Fonction : Communication
- Glande endocrine : La thyroïde
- Système corporel : La gorge, les bras, la trachée, le métabolisme
- Note de musique : Sol
- Lettre hébraïque : Hé
- Mantra : Ham


Ce chakra est situé dans le creux de la gorge. C'est le centre de la communication, de l'expression
de soi, de la créativité. C'est là que l'on entend sa voix intérieure car il est relié au sens de l'audition
et à l'élément éther, ou akasha. Lorsqu'il est éveillé et purifié, il favorise la télépathie et la
canalisation de l'information. Vishuddha est la porte ou le pont conduisant vers des niveaux
supérieurs de conscience.
La polarité de ce chakra est la vie et la mort. Les transcender, c'est réaliser le soi immortel et
spirituel tout en restant un être individuel, conscient.


- Energie équilibrée : Centré, combatif, bon orateur, éventuellement musicien ou peintre inspiré,
attirance pour la méditation et la sagesse spirituelle.

- Energie excessive : Arrogance, autosatisfaction, caractère dogmatique, discours exagérés.

- Energie déficiente : Peureux, timide, inconsistant, peu fiable, manipulateur, effrayé par la sexualité.

- Troubles physiques : Epuisement, problèmes pondéraux et digestifs, troubles thyroïdiens,
mal à la gorge, douleurs du cou et de la nuque.

http://www.eternelpresent.ch/vishuddha.html


voir aussi site de Charlotte
http://www3.sympatico.ca/andr.desormeaux/Les_Chakras/Le_Chakra_Larynge.htm
et
http://www.erenouvelle.com/newsorgo.php
http://www.infomysteres.com/fichiers/d_synth.pdf
http://www.chez.com/frenzy/Tesla4.htm
http://couleur-indienne.net/L-Ayurveda,-science-de-la-vie_a33.html
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: "Ether","Prana", "Akhasha"   Sam 28 Juil 2007, 17:27

Ervin Laszlo

SCIENCE ET CHAMP AKASHIQUE

Une Théorie intégrale du Tout

Le terme Akasha (ã kã / sha) est un mot sanskrit qui signifie « éther » ou espace qui est dans tout. Voulant dire à l’origine « rayonnement » ou « éclat », l’Akasha était considéré dans la philosophie hindoue comme le premier et plus fondamental des cinq éléments, les autres étant Vata (air), Agni (feu), Ap (eau) et Prithivi (terre). L’Akasha englobe les propriétés des cinq éléments ; c’est la matrice à partir de laquelle tout ce que nous percevons avec nos sens est apparu et à laquelle tout retournera ultimement. Les annales akashiques sont les mémoires perpétuelles de tout ce qui se produit et s’est jamais produit dans l’espace et le temps.

extrait de Science et Champ Akashique, Ervin Laslo

"Durant les périodes de révolution scientifique, c’est-à-dire quand un paradigme établi est de plus en plus sur la sellette, les fables des chercheurs avant-gardistes acquièrent une importance particulière. Certaines restent des fabulations, d’autres abritent les graines d’une avancée scientifique importante. Au début, personne ne sait avec certitude laquelle des graines va croître et donner des fruits. Dans un état de chaos créatif, le champ fermente. C’est ce qui se passe en ce moment [2004] dans une remarquable variété de disciplines scientifiques. Un nombre
croissant de phénomènes anomaux voient le jour en cosmologie physique, en physique quantique, en biologie quantique et évolutive, et dans le nouveau domaine de recherche sur le champ de conscience. Ces phénomènes suscitent de plus en plus d’incertitude et amènent les scientifiques ouverts d’esprit à chercher au-delà des théories établies.
Alors que les scientifiques plus conservateurs revendiquent que seules peuvent être reconnues comme scientifiques les idées publiées dans des magazines scientifiques bien établis et reproduites dans les manuels scolaires, les dissidents sont à la recherche de concepts fonda-mentalement nouveaux, y compris ceux qui semblaient dépasser les bornes ne serait-ce que quelques années plus tôt. Conséquemment, dans un nombre grandissant de disciplines, le monde devient de plus en plus fabuleux. Il est doté de matière noire, d’énergie noire et d’espaces
multidimensionnels en cosmologie ; de particules instantanément reliées entre elles dans tout l’espace-temps par des plans plus profonds de réalité quantique ; de matière vivante présentant la cohérence des quanta en biologie ; de connexions transpersonnelles allant au-delà de l’espace-temps dans la recherche sur la conscience. Telles sont quelques-unes seulement de ces « fables » actuelles.Même si nous ne savons pas encore aujourd’hui laquelle de ces fables deviendra demain une théorie scientifique acceptée, nous pouvons d’ores et déjà dire quel genre y parviendra. Les plus prometteuses ont des caractéristiques communes : en plus d’être novatrices et logiques, elles abordent les principales sortes d’anomalies d’une façon fondamentalement nouvelle et significative. Actuellement, les principales sortes d’anomalies concernent la cohérence et la corrélation. La cohérence est un phénomène physique bien connu : sous sa forme ordinaire, elle définit la lumière comme un composé d’ondes ayant une différence constante en phase. Autrement dit, les relations de phase restent constantes et les processus et les rythmes sont harmonisés. Les sources ordinaires de lumière sont cohérentes
sur quelques mètres, alors que les lasers, les micro-ondes et d’autres sources lumineuses technologiques restent cohérentes sur des distances bien plus considérables. Mais la cohérence dont il question ici est plus complexe et remarquable que dans sa forme ordinaire. Elle renvoie en effet à une syntonisation quasi instantanée entre parties ou éléments d’un système, que ce système soit un atome, un organisme ou une galaxie. Toutes les parties d’un système offrant cette cohérence se trouvent dans une corrélation telle, que ce qui arrive à une partie arrive également aux autres parties.Dans un nombre croissant de domaines scientifiques, les chercheurs rencontrent cette forme surprenante de cohérence ainsi que la corrélation qui la sous-tend. Ces phénomènes surviennent dans des disciplines aussi variées que la physique quantique, la cosmologie, la biologie évolutive et la recherche sur la conscience. Par ailleurs, ils semblent signaler une forme et un degré d’unité auparavant insoupçonnés dans la nature. La découverte de cette unité figure au coeur de ce nouveau changement de paradigme. Il s’agit d’une avancée remarquable,car ce nouveau paradigme — ainsi que nous le verrons — nous procure la meilleure base jamais eue pour façonner la théorie intégrale du tout que l’on cherche à élaborer depuis longtemps, sans succès."
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
surlavoiedelasagesse



Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 38
Date de naissance : 08/01/1988
Age : 29
Localisation : france
Date d'inscription : 21/05/2008

MessageSujet: L'aura, notre champs magnétique   Dim 17 Aoû 2008, 19:57

Citation :
L’AURA


L’aura ou champ aurique est le système énergétique qui enveloppe chaque être physique vivant ; les plantes, les arbres, les animaux et les hommes possèdent une aura. Ainsi que tout objet qui irradie ou utilise de l’électricité.

Elle est constituée d’énergies circulantes et participent aux échanges avec l’univers (TOUT)

Une personne en bonne santé bénéficie d’une aura tonique, mouvante et consistante tant les échanges sont nombreux, actifs, harmonieux ; les énergies sont donc renouvelées et tous ses corps sont « vivants ».

Elle est composée de 7 corps superposés comme des pelures d’oignons

- le corps physique qui est solide, perceptible et visible par tous, qui permet l’inter action avec le monde matériel.
- le corps éthérique qui recouvre le corps physique en en suivant les contours : c’est la dernière protection du corps physique.
- le corps émotionnel qui est plus souple et donc plus variable, il est nourri par les relations et fluctue en fonction de leur qualité.
- le corps astral qui est la capsule qui donne accès à la dé corporation et est nourri par le rêve.
- le corps mental qui donne la capacité de saisir le « sens », c’est l’expression de notre conscient, l’organisation de notre pensée abstraite.
- le corps causal qui, si l’on s’en sert, fait comprendre les causalités et par conséquent le destin, le sens du karma que nous avons choisi. Il est d’ailleurs relié aux annales akashiques et permet les illuminations.
- le corps divin qui est le moyen de tout ramener au sentiment d’amour et de compassion qui nous stimule en terme d’évolution.

L’aspect général de l’aura est OVOIDE et de couleur variable ou fluctuante, les couches extérieures sont moins épaisses et denses car elles sont constituées d’énergies dites « subtiles ». Des auras en forme de champignon ont déjà été décrites mais il me semble qu’il pourrait s’agir de sur développement des corps supérieurs, état de fait momentané de par l’activité ou chez des individus qui ont omis de nourrir leurs corps éthériques et émotionnels.

Chaque corps est donc entretenu par un phénomène ou système particulier et inter agit sur les autres corps en réaction. Si un corps est mal ou peu nourri, il se rétracte et fait donc place à une déformation des autres corps dans le but de compenser ; Non seulement ils changent de forme mais leur couleur ou leur brillance en est atteinte, ce qui engendre une sensation de mal être.

Les réactions décrites sont en fait des processus de protection du corps physique, il doit rester intact pour préserver les chances d’évolution futures.
Des agressions répétées, une gène durable, un choc violent finissent par être ressentis par le corps physique qui développe une atteinte pathologique : on « tombe » malade.

C’est pourquoi l’on considère que le rôle des corps est celui de « pare feu » ils actionnent des réactions qui devraient donner l’alerte afin que nous nous occupions de « restaurer » les dégâts occasionnés et maintenir notre corps dans son intégrité. L’objectif de ce système complexe est de préserver l’âme des dégradations, de la ménager durant son séjour dans ce bas monde.

Les processus progressifs sont en général, en l’absence de toute réaction physique en réponse (agression, contre agression)

- réactions épidermiques (il me tape sur le système… j’en ai la chair de poule…je ne peux pas le sentir…)
- l’émotion négative (ça me fait mal au cœur… je suis chagrinée…je ne m’en remettrai pas.)
- le rêve qui interroge ou le cauchemar
- la préoccupation, l’absence, le ruminement puis l’obsession
- la folie, le « pétage de câble »

Les individus peuvent avoir un canal d’alerte de prédilection selon le niveau de développement des corps : énergie privilégiée selon leur type (mental, émotionnel, instinctif…) mais si l’alerte n’est pas prise en compte, elle gagne les corps sous jacents.

On peut aisément admettre que le code de comportement socialisant est par essence un facteur d’agression perpétuel si l’on s’y conforme en tout point et dans toutes les situations.

La question est : d’où tire t’on l’énergie qui nous maintient en vie ?

Elle provient de l’univers lui-même dont nous constituons une unité infinitésimale, et ce « bio carburant » circule en nous par l’intermédiaire des chakkras, ou roues qui sont les portes de circulation des forces échangées.

http://www.astromail.fr/cours/astrologie.php?id=199
Revenir en haut Aller en bas
AMBRE

avatar

Féminin
Lion Tigre
Nombre de messages : 5647
Date de naissance : 14/08/1962
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Changements de paradigmes   Mar 28 Oct 2008, 16:44

Changements de paradigmes


" En des termes transcendantaux, l’Ether est une sorte de « force de vie » présente à un degré ou à un autre en toute chose. Il véhicule à la fois la connaissance des événements et la capacité d’influencer des événements similaires ou sympathiques. Les événements surviennent soit spontanément d’eux-mêmes, soit ils sont encouragés à suivre certains chemins par l’influence d’un modèle au sein de l’Ether. Toute chose a une part éthérique que l’on peut considérer comme vivante en un certain sens. Ainsi, toutes les choses adviennent par magie, les grandes lignes de l’univers possédant un modèle éthérique créé par la pensée.

Le magicien se voit lui-même comme participant à la nature,
tandis que le transcendantaliste aime à penser qu’il est au-dessus,
et que le matérialiste s’essaie à la manipuler."




Toutes les philosophies, les croyances, tous les dogmes que l’humanité a élaborés sont des variantes de trois grands paradigmes, le Transcendantal, le Matérialiste et le Magique. Dans aucune culture humaine, l’un de ces paradigmes n’a été complètement distinct des autres. Par exemple, dans notre propre culture, à l’époque de l’écriture, les paradigmes Transcendantal et Magique sont fréquemment confondus.

Les philosophies transcendantales sont en fait religieuses et se manifestent dans un spectre allant du spiritisme primitif, au travers du polythéisme païen, jusqu’au monothéisme des traditions judéo-chrétiennes et islamiques et aux systèmes théoriquement non théistes du Bouddhisme et du Taoïsme. Dans chacun des cas, on croit en une forme ou une autre de conscience ou d’esprit créé, et on maintient que l’univers, que les hommes, et que tout autre organisme vivant, contient quelque fragment de cette conscience ou esprit qui se trouve à la base du voile ou de l’illusion de la matière. L’essence du Transcendantalisme est la croyance en des êtres spirituels plus élevés que soi ou en l’existence d’états spirituels supérieurs à ceux que l’on connaît à l’heure présente. La vie terrestre est souvent vue comme une simple forme de dialogue entre notre moi intime et le moi de la déité ou des déités, ou peut-être d’une quelconque forme impersonnelle de force supérieure. Le monde matériel est un théâtre pour l’esprit ou l’âme ou la conscience qui la crée. L’esprit est l’ultime réalité pour le transcendentaliste.

Au sein du paradigme Matérialiste, l’univers est perçu comme constitué fondamentalement et entièrement de matière. L’énergie n’est qu’une des formes de la matière et ensemble, ils sous-tendent l’espace et le temps à l’intérieur desquels tous les changements prennent place, strictement sur base de causes et d’effets. Le comportement humain est réductible à la biologie, la biologie est réductible à la chimie, la chimie est réductible à la physique et la physique est réductible aux mathématiques. L’esprit et la conscience sont donc de simples événements électrochimiques au sein du cerveau et l’esprit est un mot sans contenu objectif. Les causes de certains événements vont probablement rester obscures indéfiniment, mais demeure une foi intrinsèque qu’une cause matérielle suffisante doit exister pour qu’un événement se produise. Tous les actes humains peuvent être catégorisés comme servant quelque besoin biologique ou en tant qu’expression d’un conditionnement préalablement appliqué, ou encore comme un simple dysfonctionnement. Le but du matérialiste qui évite le suicide est la poursuite de la satisfaction personnelle, celle-ci comprenant des satisfactions altruistes s’il le désire.

La difficulté principale pour reconnaître et de décrire le paradigme Magicke est que le vocabulaire est insuffisant. La philosophie Magicke ne se relève que depuis peu d’une confusion avec la théorie transcendantale. Le mot Ether sera utilisé afin de décrire la réalité fondamentale du paradigme magicke. Il est plus ou moins équivalent à l’idée de Mana utilisé dans le chamanisme océanique. L’Ether dans une description matérialiste est l’information qui structure la matière et que toute matière est capable d’émettre et de recevoir. En des termes transcendantaux, l’Ether est une sorte de « force de vie » présente à un degré ou à un autre en toute chose. Il véhicule à la fois la connaissance des événements et la capacité d’influencer des événements similaires ou sympathiques. Les événements surviennent soit spontanément d’eux-mêmes, soit ils sont encouragés à suivre certains chemins par l’influence d’un modèle au sein de l’Ether. Toute chose a une part éthérique que l’on peut considérer comme vivante en un certain sens. Ainsi, toutes les choses adviennent par magie</SPAN>, les grandes lignes de l’univers possédant un modèle éthérique créé par la pensée. Le magicien se voit lui-même comme participant à la nature, tandis que le transcendantaliste aime à penser qu’il est au-dessus, et que le matérialiste s’essaie à la manipuler.

Par ailleurs, cet univers à la particularité de s’adapter parfaitement aux paradigmes, en tendant à valider par des preuves tout ce à quoi un paradigme a choisi d’adhérer. Vraisemblablement, à un niveau plus ou moins profond, il y a une symétrie cachée entre ces choses que nous nommons Matière, Ether et Esprit. En réalité, il est rare de trouver un individu ou une culture opérant exclusivement sur un seul de ces paradigmes et aucun n’en est jamais complètement absent. Les paradigmes non dominants sont toujours présents en tant que superstitions et peurs. Une section ultérieure sur l’Eonique essayera de démêler les influences de chacune de ces grandes visions du monde au travers de l’histoire, et de voir comment elles ont interagi les unes avec les autres, puis en prédire les tendances futures. En même temps, une analyse des concepts radicalement divergents du temps et du moi dans chacun des paradigmes permettra de mieux en distinguer les idées de base.

Les transcendantalistes conçoivent le temps en termes millénaristes et apocalyptiques. Le Temps est considéré comme ayant un début défini et une fin définie, tous deux initiés par les activités d’êtres ou de forces spirituels. La fin des temps à une échelle individuelle et cosmique est considérée non tant comme une cessation de l’être, mais comme un changement d’état de l’être non matériel. Le commencement du temps individuel et cosmique est, de la même manière, considéré comme un acte créateur posé par des agents spirituels. Ainsi, l’activité de reproduction devient habituellement contrôlée et enfermée par des tabous et des restrictions dans les cultures religieuses, puisqu’il implique une usurpation des pouvoirs des dieux. La reproduction implique également que la mort, dans une certaine mesure, soit vaincue. Combien redoutable est la puissance de la création et combien la mort terrestre se drape inconsciemment dans le célibat et la stérilité de la prêtrise !

Tous les transcendantalismes impliquent des éléments d’apocalypses. Typiquement, ces éléments sont utilisés afin de provoquer des renouveaux lorsque le business est stagnant ou que l’attention est portée ailleurs. Ainsi, on révèle soudainement que la fin des temps est proche et qu’une dispute terrestre est en fait une bataille titanesque contre les agents spirituels du mal.

Le temps matérialiste est linéaire et sans limites. Idéalement, il peut être étendu arbitrairement dans toutes les directions à partir du présent. Pour le matérialiste strict, il est intrinsèquement futile de spéculer sur un éventuel commencement ou sur la fin des temps. De la même manière, le matérialiste méprise toute spéculation portant sur une forme d’existence individuelle avant la naissance ou après la mort. Le matérialiste peut tout aussi bien craindre une mort douloureuse et/ou prématurée, mais il ne peut avoir aucun doute sur le fait d’être mort.

La vision magicke considère que le temps est cyclique et que tous les processus sont récurrents. Même les cycles qui semblent commencer ou finir sont en fait des segments de cycles plus importants. Ainsi, toutes les fins sont des commencements et la fin des temps est synonyme de commencement des temps dans un autre univers. Cette vision se reflète dans la doctrine des réincarnations. L’idée attirante de la réincarnation a souvent perduré dans le paradigme religieux et nombre de traditions païennes ou monothéistes l’ont conservée. Cependant, les théories religieuses ont invariablement contaminé l’idée originelle avec des croyances concernant l’âme individuelle. D’un point de vue strictement magicke, nous sommes une accrétion plutôt qu’une unité déployée. La psyché n’a pas de centre particulier, nous sommes des êtres coloniaux, un riche collage de plusieurs moi. Ainsi, tout comme nos corps contiennent des fragments innombrables d’êtres, ainsi en va-t-il de notre psyché. Cependant, certaines traditions magickes connaissent des techniques permettant à l’adepte de transférer une grande quantité de cette psyché en un seul morceau, s’il considère cela comme étant plus utile que d’être dispersé au sein de l’humanité.

Chaque paradigme a une vision différente du moi. Les transcendantalistes le voient comme un esprit incarné dans la matière. En tant que fragment de la déité, le moi se considère comme placé en ce monde d’une manière non arbitraire et doté d’une volonté libre. La vision transcendantale du moi est relativement stable et non problématique si elle est partagée en tant que consensus avec les autres. Cependant, les théories transcendantales sur la place et le but du moi et sa relation avec les déités sont mutuellement exclusives. Des transcendantalismes conflictuels peuvent rarement coexister, car ils menacent de déformer l’image du moi. Les luttes non décisives en découlent qui consistent en une mutuelle dénégation.

Des trois visions du moi, la vision purement matérialiste est la plus problématique. Si l’esprit est une extension de la matière, il doit obéir à des lois matérielles et la vision déterministe qui en résulte est en conflit avec l’expérience subjective de la volonté libre. D’un autre côté, si l’esprit et la conscience sont assumés comme qualitativement différents de la matière alors, le moi est incompréhensible à lui-même en termes matérialistes. Pire encore peut-être, le moi matérialiste doit se considérer lui-même comme un phénomène purement temporaire en contradiction avec l’attente subjective de la continuité de la conscience. Du fait que la vision purement matérialiste du moi est si austère, peu sont préparés à être confrontés à un existentialisme aussi dénudé. Par conséquent, les cultures matérialistes manifestent un appétit immense pour les sensations, l’identification et des croyances plus ou moins irrationnelles. Ce que le moi fera semblera moins dénué de substance.

La vision magicke du moi est celle qui est basée sur le même chaos capricieux et hasardeux présidant à l’existence et au comportement de l’univers. Le moi magicke n’a pas de centre, il n’a pas d’unité mais est un assemblage de parties qui peuvent temporairement s’assembler et se nommer elles-mêmes « Je ». Ceci est en accord avec le constat que notre expérience subjective consiste en une expérience des différences entre chacune de ces parties. La volonté libre naît, soit comme résultat d’une dispute entre nos différents moi, soit comme création soudaine, par hasard, d’une nouvelle idée ou option. Dans la vision magicke du moi, il n’y a aucune séparation esprit/matière ou corps/esprit et les paradoxes de la volonté libre et du déterminisme disparaissent. Certains de nos actes naissent du hasard de nos choix entre des options conditionnées et certains naissent de choix conditionnés entre des options créées au hasard. En pratique, la plupart de nos actes sont basés sur des séquences hiérarchiques plus complexes de ces quatre mécanismes. Aussitôt que nous avons agi, un de nos moi proclame « je l’ai fait » assez fortement pour que la plupart des autres moi pensent qu’ils l’ont fait également.

Chacune de ces trois visions de soi a des remarques dérogatoires à faire au sujet des deux autres. Du point de vue du moi transcendantal, le moi matérialiste est devenu la proie de l’orgueil de l’intellect, le démon de l’arrogance, alors que la vision magique du moi est considérée comme étant entièrement démoniaque. Le moi matérialiste voit le transcendantaliste comme obsédé par des assomptions n’ayant aucune base factuelle, et le moi magique comme étant enfantin et incohérent. Du point de vue de magique, la variété des moi du transcendantaliste a accordé une trop grande importance à un moi ou à certains moi qu’il appelle Dieu ou dieux, tandis que le matérialiste a essayé de rendre ce moi subordonné au moi qui opère la pensée rationnelle.

En fin de compte, c’est une matière de foi et de goût. Le transcendantaliste a foi en son moi-Dieu, le matérialiste a foi en son moi raisonnant et les moi du magicien ont foi en tous les autres. Naturellement, toutes ces formes de foi sont sujettes à des périodes de doutes.

Par Peter Carroll, traduction française par Spartakus FreeMann, Nadir de Libertalia, mai 2004 e.v.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-catharose.blogspot.be/
 
"Ether","Prana", "Akhasha"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Madaaaaaame Monsieuuuuuuur c'est quoi un TZR ?"
» Saint Thomas et commentaire du jour "Heureux ceux qui croient sans avoir vu"
» "Laissez venir a moi les petits enfants"...
» Saint Médard Evêque de Noyon et commentaire du jour "La lumière du Christ sur son lampadaire"
» Saint Jacques le Majeur et commentaire du jour "Le martyre de saint Jacques, apôtre"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTAHKARANA :: L'ANTRE DE MELCHISEDECK :: Partages-Recherches-Eveil du Soi...-
Sauter vers: